Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Je recherche des photos d'insignes de poitrine numérotés de l'aéronautique militaire, de l'aérostation et de l'aviation maritime.
Si vous possèdez de telles pièces, de préfèrence de la période 1912 à 1925, veuillez prendre contact avec l'auteur du site.

A - Période 1910 à 1925
Insignes de poitrine gravés "B"

A1 - Aéronautique militaire - Insigne de pilote :

Les textes inscrits au journal officiel de la république française sont présentés dans cette page. Toutefois, quelques articles de loi, moins intéressants pour cette page historique, n'ont pas été reproduits. Si le lecteur désire consulter la totalité de la loi, se reporter au Journal officiel de 1914.

Instruction sur la délivrance des brevets relatifs à la conduite des appareils d'aviation en date du 20 mai 1914

Enumération des brevets.

Art. 1. - Le brevet délivré au personnel affecté à la conduite des appareils militaire d'aviation est : le brevet d'aviateur militaire.

Brevet d'aviateur militaire.

Art. 2. - Le brevet d'aviateur militaire est délivré aux officiers, sous-officiers, caporaux et soldats de l'armée active, de la réserve et de l'armée rerritoiriale qui ont :
a) Exécuté une série d'épreuves fixées par un programme, arrêté chaque année, par l'inspecteur technique de l'aviation militaire ;
b) Subi un examen dans les conditions indiquées à l'article 6 sur les matières suivantes : aérodynamique, moteurs à explosion, construction et réglage des avions.
Un certificat tendant à l'attribution ultérieure du brevet militaire est délivré aux candidats n'ayant pas encore satisfait à leurs obligations militaires.
Ces derniers ne subissent pas l'examen prévu au paragraphe b précédent, lequel est passé, en vue de la délivrance définitive du brevet, durant le laps de temps ou les intéressés satisfont à leurs obligations militaires.

Composition de la commission d'examen des titres des candidats.

Art. 3. - L'examen des titres des candidats au brevet d'aviateur militaire ou au certificat tendant à l'attribution de ce brevet est confié à des commissions d'école comprenant :

  • Le commandant de l'école d'aviation militaire, président.
  • Un officier pilote breveté militaire du cadre de l'école.
    Lorsque le candidat est un homme de troupe, l'officier pilote est remplacé par un sous-officier breveté militaire du cadre de l'école.
    L'officier et le sous-officier pilotes, membres de la commission, sont désignés par le commandant de l'école d'aviation.
    L'examen des titres des candidats de la réserve et de l'armée territoriale et des candidats n'ayant pas encore satisfait aux obligations militaires est fait par une commission d'école, désignée, dans chaque cas, par l'inspecteur technique de l'aviation.

Fonctionnement des commissions d'école.

Art. 4. - Les commissions d'école de réunissent sur le convocation du président. Le président convoque également les candidats. Il désigne un des membres de la commission pour remplir les fonctions de secrétaire.
Les commissions examinent en séance :

Pour les candidats appartenent à l'armée d'active :

  • Les notes obtenues aux examens théoriques de fin de stage préparatoire à l'entrée à l'école de pilotage (voir art.6) ;
  • Les notes particulières, y compris celles obtenues dans les cours professés à l'école de pilotage sur la météorologie, la tactique et la géographie ;

Pour les candidats militaires ou civils :

  • Les résultats des épreuves prévues à l'article 2, paragraphe a, et tous les documents de nature à éclairer la commission ;

Pour les candidats de la réserve et de l'armée territoriale :

  • Les résultats des examens prévus à l'article 2, paragraphe b.

La commission entend le candidat, si elle le juge utile.
Après discussion, la commission vote.
Le résultat du vote est consigné dans un procés-verbal, rédigé en fin de séance, avec l'indication de l'avis de chacun des membres de la commission. Le procés-verbal est dressé sur un registre ad hoc et signé par tous les membres. Une copie est adressée à l'inspecteur technique de l'aviation, avec un rapport transmissif du président de la commission.

Examen des réclamations.

Art. 5. - Toute décision de la commission d'école qui n'aura par réuni l'unanimité des voix, ainsi que toute décision pour laquelle le candidat croira devoir faire appel sera soumise à une commission supérieure composée comme il suit :

  • L'inspecteur technique de l'aviation, président ;
  • Le commandant d'un groupe d'aviation, désigné annuellement par le ministre;
  • Le commandant d'école de l'intéressé ;
  • Un officier pilote breveté militaire désigné par l'inspecteur technique de l'aviation.

Commission des examens théoriques :

Art. 6. - Les examens théoriques visés au paragraphe b de l'article 2 sont passés, par les élèves militaire, à la fin du satge préparatoire à leur entrée dans les écoles d'aviation, et conformément à un programme approuvé par le ministre d'après les propositions de l'inspecteur technique de l'aviation.
La commission chargée des examens théoriques est composée comme il suit :

  • L'inspecteur technique de l'aviation, président ;
  • Le directeur du stage ;
  • Quatre officiers, dont deux de l'inspection du matériel et deux du service des fabrications, désignés par le ministre, sur la proposition de l'inspecteur technique de l'aviation.

Les candidats de la réserve et de la territoriale subissent les examens davant la commission ci-dessu, ou une délégation fixée par l'inspecteur technique de l'aviation.

Délivrance des brevets.

Art. 7. - Les brevets ou certificats sont délivrés par l'inspecteur technique de l'aviation militaire, qui les adresse aux candidats, sous le couvert des chefs de corps ou directeurs des établissements ou services intéressés. ceux-ci portent la mention du brevet, soit au feuillet du personnel des officiers, soit aux livrets matricule et individuel des sous-officiers et hommes de troupe.
L'inspecteur technique de l'aviation adresse directement aux candidats n'appartenant pas à l'armée, les brevets ou certificats qui leur sont attribués.
Tous les brevets et certificats sont numérotés et inscrit sur un contrôle spécial tenu par l'inspecteur technique de l'aviation.

Compte-rendus.

Art. 7. ....

NB : il faut préciser que l'insigne de poitrine n'est apparu qu'en septembre 1916. Du 20 mai 1914 au 10 septembre 1916, le brevet d'aviateur militaire était décerné sous la forme "papier" - Cliquez sur ce lien.
A partir de cette date, les différentes spécialistés de navigants vont recevoir un insigne de poitrine à la fin de leur formation élémentaire. Ce brevet sera numéroté directement en école. Les navigants, déjà titulaires d'un brevet antérieur à 1916, recevront un insigne sans doute non numéroté (information à vérifier)
Il existe donc une discordance entre les numéros de brevets "papier" et les insignes de poitrine. En effet, les insignes métalliques étaient décernés directement en écoles de pilotage et les numéros attribués, répartis par tranches de numéros à chacune des écoles de formation. On avait donc plusieurs unités qui distribuaient le même type de brevet. L'insigne de poitrine pouvait, en outre, être suspendu temporairement ou définitivement. Son numéro était alors réaffecté à un autre pilote ou navigant, selon le type de brevet.
Par contre, le brevet dit "papier" était décerné par le même organisme, pour toute l'aéronautique militaire. On observe donc une continuité dans la numérotation et l'existence d'un même registre pour l'homologation de tous les numéros qui étaient affectés par l'inspection technique de l'aviation. Ce registre est actuellement conservé au SHD section Air de Vincennes.
Un des projets de ce site est de mettre en ligne la totalité des numéros de brevets "papier" de la période 1912 à ~ 1925 (Insignes de poitrine identifiés par la lettre "B") avec l'identité de leurs titulaires, l'école qui les a formés et la date d'obtention du diplôme. Si un des lecteurs de cette page a déjà travaillé sur ce sujet, prendre contact avec l'auteur du site.

Instruction sur la délivrance des brevets relatifs à la conduite des ballons libres et dirigeables en date du 20 mai 1914.

Enumération des brevets.

Art. 1. - Les brevets, qui peuvent être délivrés au personnel affecté à la conduite des ballons libres et dirigeables, sont les suivants :

  1. Pour les ballons libres :
    1. Le brevet d'aéronaute ;
    2. Le brevet supérieur d'aéronaute militaire.
  2. Pour les ballons dirigeables :
    1. Le brevet de mécaniciens de dirigeables.
    2. Le brevet de pilote de dirigeables.

Brevet d'aéronaute.

Art. 2. - Le brevet d'aéronaute est délivré aux officiers et sous-officiers, de l'armée d'active, de la réserve et de l'armée territoriale, reconnus aptes à conduire les ballons libres, à la suite d'un certain nombre d'ascensions exécutées, au moins en partie, et à titre de contrôle, sous la direction d'officiers, pourvus du brevet supérieur d'aéronaute militaire.
Les conditions d'exécution desascensions sont, au minimum celles fixées par la fédération internationale aéronautique. Dans le cas de notoriété établie et constatée par un vote unamine de la commission instituée à l'article 6, le candidat peut être dispensé des ascensions de contrôle.

Brevet supérieur d'aéronaute militaire.

Art. 3. - Le brevet superieur d'aéronaute militaire est délivré aux officiers et sous-officiers de l'armée d'active, de la réserve et de l'armée territoriale, qui remplissent les conditions suivantes :

  1. Avoir servi, pendant une année au moins, dans les compagnies d'aérostation ou dans les établissements ou service de l'aéronautique, sous la réserve expresse, pour le officiers et sous-officiers de l'armée active appartenant ou ayant appartenu aux établissement et services, qui aient participé d'une façon effective à des manoeuvres de gonflement et d'arrimage de ballons captifs ou libres ;
  2. Posséder une instruction théorique et pratique suffisante, et avoir été reconnus aptes à conduire des ballons libres et, en outre, pour les officiers, à former des élèves pilotes ;
  3. Avoir fait preuve dans le service de qualités particulières de calme, de sang-froid et de décision.

De plus, les candidats subissent devant la commission instituée par l'article 6, un examen d'après des programmes détaillés, fixés annuellement par le ministre, sur les propositions qui lui ont été faites par l'inspecteur technique de l'aérostation. Ces programmes sont différents pour les officiers et sous-officiers ; celui des sous-officiers ne comporte que des connaissances théoriques élémentaires.

Brevet de mécanicien de dirigeables.

Art. 4. - Le brevet de mécanicien de dirigeables est délivré aux sous-officiers, capoaraux ou brigadiers de l'armée d'active, de la réserve ou de l'armée territoriale qui satisfont aux coinditions suivantes :

  1. Posséder une instruction pratique complète, en ce qui concerne le montage, le réglage, la mise au point et la réparation des moteurs à explosion ;
  2. Etre bon ajusteur, savoir se servir des principaux outils : tour, fraiseuse, etc ..., et possèder des connaissances pratiques, sur la conduite et l'entretien des machines à vapeur et des groupes électrogènes ;
  3. Avoir subi avec succès, devant la commission instituée à l'article 6, un examen, d'après un programme détaillé, fixé annuellement, par l'inspecteur technique de l'aérostation.
  4. Avoir fait preuve, au cours de plusieurs ascensions en ballons dirigeables, des aptitudes professionnelles nécessaires et des qualités particulières de calme et de sang-froid.

Brevet de pilote de ballon dirigeable.

Art. 5. - Le brevet de pilote de ballon dirigeable est délivré aux officiers et sous-officiers de l'armée active, de la réserve et de l'armée territoriale, qui satisfont aux conditions suivantes :

  1. Etre titulaire du brevet supérieur d'aéronaute militaire ;
  2. Posséder une instruction pratique complète en ce qui concerne l'arrimage, la manoeuvre et la conduite des ballons dirigeables ;
  3. Avoir une connaissance des moteurs employés à bord des ballons dirigeables, suffisants pour diriger et surveiller le travail des mécaniciens ;
  4. Avoir effectué des ascensions en ballon dirigeable au cours desquelles ils auront pris le commandement du ballon ; sous la responsabilité du pilote commandant de bord, et manié personnellement, tous les organes de manoeuvre ;
  5. Avoir fait preuve, pendant ces ascensions, non seulement de l'habileté nécessaire, mais surtout des qualités de calme, de sang-froid et de décision indispensables pour le commandement d'un ballon dirigeable ;
  6. Avoir subi avec succès devant la commission instituée à l'article 6, un examen, d'après les programmes détaillés, fixés annuellement par le ministre, sur les propositions qui lui sont faites par l'inspecteur technque de l'aérostation. Les programmes sont différents pour les officiers et les sous-officiers ; celui des sous-officiers ne comporte que des notions théoriques élémentaires.

Dans le cas de notoriété établie par un vote unanime de la commission, les candidats peuvent être dispersés de l'examen. Les officiers et sous-offciers de la réserve et de l'armée territoriale peuvent, en cas de notorièté par un vote unanime de la commission, n'être titulaires que du brevet d'aéronaute. Pour les officiers et ingénieurs de la marine, l'obtention du brevet d'aéronaute est seul exigé.
Les sous-officiers titulaires du brevet de pilote de ballon dirigeable ne peuvent exercer que le commandement en second des dirigeables.
Lorsque des sous-officiers, ayant obtenu le brevet de pilote de ballon dirigeable correspondant à ce grade, seront ultérieurement promus officiers et feront, à ce titre, partie d'équipages, ils ne pourront exercer le commandement d'un ballon dirigeable qu'avoir subi avec succès devant la commission instituée à l'article 6 l'examen correspondant au programme fixé pour les candidats officiers.

Composition de la commission d'examen des titres des candidats aux divers brevets d'aérostation.

Art. 6. - L'examen des titres des candidats aux divers brevets d'aérostation est confié à une commission ayant la composition suivante :

  • Le commandant du groupe d'aérostation, président.
  • Le directeur de l'établissement central du matériel d'aérostation militaire.
  • Deux officiers pourvus du brevet de pilote de ballon dirigeable.
  • Un officier spécialiste pour les moteurs.

Ces trois derniers officiers sont désignés, chaque année, nominativement, par le ministre, sur les propositions communes qui lui sont adressées, avant le 10 décembre, par le commandant du premier groupe d'aérostation et le directeur de l'établissement central du matériel de l'aérostation militaire.

Fonctionnement de la commission d'examen des titres des candidats.

Art. 7. - La commission se réunit, sur la convocation du président, lequel fixe le lieu, le jour et l'heure de la réunion. Le président convoque également les candidats. Il désigne un des membres de la commission pour remplir les fonctions de secrétaire.
La commission examine, en séance, les mémoires de propositions, établis au préalable dans le groupe, service ou établissement, par les soins du commandant du groupe d'aérostation ou par les directeurs des établissements ou services, dont relèvent les intéressés.

Art. 8 et 9. - .......

Délivrance des brevets.

Art. 10. - Les brevets sont délivrés et signés par l'inspecteur technique de l'aérostation, qui les adresse aux candidats, sous couvert des chefs de corps ou directeurs des établissements ou services intéressés. ceux-ci portent la mention du brevet, soit au feuillet du personnel des officiers, soit au feuillet du personnel des officiers, soit aux livrets matricules et individuels des sous-officiers, caporaux ou soldats.
Tous les brevets sont numérotés et inscrits sur un contrôle spécial tenu par l'inspecteur technique de l'aérostation.

.......

 

Instruction sur la délivrance des brevets de mécaniciens d'aéronautique (aviation) en date du 20 mai 1914

Art. 1er. - Il est constitué, pour les mécaniciens de l'aéronautique (aviation), deux sortes de brevets, dits de mécanicien d'aéroplane, à savoir :
  • Le brevet de mécanicien de moteurs d'aéroplanes ;
  • Le brevet de mécanicien monteur d'aéroplanes.

Art. 2. - Le brevet de mécanicien de moteurs d'aéroplanes peut-être délivré aux sous-officiers, caporaux ou brigadiers de l'armée active, de la réserve et de l'armée territoriale, qui possèdent une instruction pratique complète, en ce qui concerne le montage, le réglage, la mise au point, la conduite et la réparation des moteurs à explosion et des notions sur les épreuves de résistance des métaux.
Ces militaires sont choisis parmi les ouvriers ajusteurs sachant se servir des principaux outils (tour, fraiseuse, etc ...) et possédant des connaissances pratiques complètes sur la conduite et l'entretien des moteurs à explosion, ainsi que des connaissances pratiques suffisantes sur la conduite et l'entretien des machines à vapeur et des groupes électrogènes.
Ils devront en outre avoir satisfait à l'examen oral prévu à l'article 4 ci-après.

Art. 3. - Le brevet de mécanicien monteur d'aéroplanes peut être délivré aux sous-officiers, caporaux et brigadiers de l'armée d'active, de la réserve et de l'armée territoriale, qui possède une instruction pratique complète, en ce qui concerne le montage, le réglage, la mise au point, la conduite et la réparation des avions, aisni que des notions sur la résistance des matériaux de toute nature, employés dans la construction des aéroplanes.
Ces militaires sont choisis parmi les ouvriers en bois sachant se servir des principaux outilsd'ouvriers en fer et en bois, et possédant des connaissances pratiques sur la conduite et l'entretien des machines-outils pour le travail du fer et du bois.

Art. 4. - Les candidats aux brevets devront avoir satisfait à une épreuve pratique, différente selon la catégorie du brevet sollicité. Ils devront également avoir subi avec succès un examen oral portant sur les connaissances générales ci-après :

  • Principes de l'aviation :
    • Notions sommaires sur les forces agissant sur un appareil en marche.
    • Moyens employés pour obtenir la stabilité longitudinale et transversale.
    • Organes de manoeuvres.

Commission d'examen :

Art. 5. - Les épreuves et examens prévus à l'article 4 sont subis devant les commisions composées comme il suit :

  • Pour le brevet de mécanicien de moteurs d'aéroplanes :
    • Le directeur du service des fabrications, président ;
    • Un officier du service des fabrications ;
    • Un officier de l'inspection du matériel ;
    • Un sous-officier possesseur du brevet de mécanicien d'aéroplanes ;
  • Pour le brevet de mécanicien monteur d'aéroplanes :
    • Le directeur du service des fabrications, président ;
    • Un officier du service des fabrications ;
    • Un officier de l'inspection du matériel ;
    • Un sous-officier possesseur du brevet de mécanicien monteur d'aéroplanes.
Les membre de la commision sont désignés, tous les semestres, par le ministre sur les propositions du directeur du service des fabrications, qui s'entend directement à ce sujet, en temps voulu, avec l'inspecteur du matériel. Les propositions nominatives doivent parvenir au ministre au plus tard le 15 juin, et le 15 décembre pour le semestre suivants.La commission donne deux notes :
  • Une pour les épreuves pratiques de 0 à 20 ;
  • Une pour l'examen théorique de 0 à 20 ;
  • Une note inférieure à 12 est éliminatoire.

Art. 6. - Date des épreuves ....

Délivrance des brevets :

Art. 7. - Les candidats passent devant l'une des commissions instituées à l'article 5, les épreuves et les examens correspondant à la catégorie des brevets qu'ils sollicitent. Après achévement des travaux, la commission adresse ensuite à l'inspecteur technique de l'aviation, ses propositions, séparées en deux parties, suivant la nature du brevet.
Les brevets, portant mention des notes obtenues et la catégorie du brevet, sont signés et délivrés par l'inspecteur technique de l'aviation militaire qui les adresse aux candidats, sous le couvert des chefs de corps ou des directeurs des établissements ou services intéressés.
Ceux-ci portent la mention du brevet sur les livrets matricule et individuels des sous-officiers et hommes de troupe.
Dans chaque des deux catégories, tous les brevets sont numérotés suivant une série unique et inscrits sur des contrôles spéciaux tenus par l'inspecteur technique de l'aviation.

Compte-rendus.

Art. 8. - ........Dispositions transitoires :Art. 9. - Les chefs de corps et directeurs des établissements de l'aéronautique adresseront pour le 15 juin 1914, à l'inspecteur technique de l'aviation militaire, la liste des sous-officiers, caporaux et soldats, sous leurs ordres, qui sont en possession du brevet actuel de mécanicien d'aéroplane, en indiquant la nature du brevet (mécanicien ou monteur d'aéroplane) qu'ils estiment devoir être accordé à chacun d'eux, d'après sa spécialité.
Par mesure transitoire, les militaires dont il s'agit, recevront, sans autre formalité, le nouveau brevet correspondant à la catégorie indiquée par le chef de corps ou le directeur de létablissement.
L'inspecteur technique de l'aviation adressera au ministre (direction de l'aéronautique), pour le 15 juin au plus tard, des propositions pour la désignation des membres des deux commissions instituées à l'article 5 et qui fonctionneront pendant le deuxième semestre de 1914.
Paris, le 20 mai 1914.
Le ministre de la guerre, J Noulens.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.8830 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Le Cne René de Lavaissière de Lavergne a obtenu l'insigne de poitrine n° B 9092 - Il était associé au brevet (papier) de pilote militaire n° 11.077 à l'école des observateurs de Sommesous, le 28 janvier 1918 - Photo Etienne de Vaumas, son arrière petit-fils, que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de pilote militaire n° B 10043 du Sgt Auguste Léon Marie Escafit - Né le 25 avril 1893 au 19, rue Gambatta à Sète (Hérault) - Fils de Marie Félix Léon Escafit (propriétaire) et de Marie Anastasie Louise Vicens - Il est jumeau d'Henri Joseph Marie Escafit - Domiciliés au 16, rue Gambetta à Sète (Hérault) - Profession avant guerre Etudiant en mathématiques - Classe 1913 - Recrutement de Montpellier (Hérault) sous le matricule n° 961 - Bénéficie d'un sursis d'incorporation pour études en 1913 et 1914 - Mobilisé au 55ème régiment d'infanterie, caserné à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), le 12 août 1914 - Nommé Caporal, le 30 octobre 1914 - Affecté au 255ème régiment d'infanterie - Nommé Sergent, le 1er décembre 1915 - Blessé par un éclat d'obus à la zone sus rotulienne du coté droit à la côte 304, le 8 juillet 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 2 novembre 1917 - Envoyé à l'école d'aviation militaire de Dijon pour suivre la formation théorique de pilote militaire - Brevet de pilote militaire n° 12.306 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 15 mars 1918 - Insigne métallique de pilote militaire n° B 10043 (macaron) - Brevet FAI n° 11.950 décerné sur sa demande par l'Aéroclub de France, le 11 octobre 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 30 mars 1917 - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Voves, jusqu'au 20 juin 1918 - Pilote du GDE - Lâché sur Breguet 14A2, le 11 juillet 1918 - Lâché sur Sopwith 1A2, le 3 août 1918 - Passé à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 10 décembre 1918 - Rentré au dépôt du 1er groupe d'aviation, le 17 janvier 1919 - Dirigé sur Port St-Louis, le 20 septembre 1919 - Démobilisé, le 2 septembre 1919 - Domicilié au 16, rue Gambetta à Sète (Hérault) - Affecté, dans la réserve, au 56ème régiment d'artillerie de campagne hippomobile, caserné à Montpellier (Hérault) en 1920 - Domicilié au 2, rue Laprugne à Vichy (Allier), à compter du 28 octobre 1920 - Marié avec Mlle Louise Marie Paulette Labry à Sète (Hérault), le 8 août 1921 - Domicilié au 23, avenue de la Gare à Narbonne (Aude), à compter du 31 janvier 1922 - Affecté, dans la réserve, au 3ème régiment d'artillerie caserné à Carcassonne (Aude), le 20 mai 1922 - Affecté, dans la réserve, au 38ème régiment d'artillerie coloniale, caserné à Toulon (Var), le 1er janvier 1924 - Affecté, dans la réserve, au 56ème régiment d'infanterie de campagne, le 15 février 1926 - Passé en position de "Sans affectation", le 6 mars 1927 - Classé en "Affectation spéciale" au titre de l'instruction publique comme principal de collège à Embrun (Hautes-Alpes), le 19 décembre 1928 - Rayé de l'affectation spéciale et remis en "Sans affectation", le 1er octobre 1931 - Domicilié route de Lodère à Bédarieux (Hérault), à compter du 20 octobre 1931 - Classé en "Affectation spéciale" au titre de l'instruction publique comme principal de collège de Bédarieux (Hérault), le 28 juin 1932 - Affectation spéciale prolongée jusqu'au 31 janvier 1940 - Démobilisé et rayé de l'affectation spéciale, le 24 juillet 1940 - Médaille d'honneur de bronze de l'éducation physique et des sports, le 25 septembre 1949 - Principal du collège Paul Valéry de Sète (Hérault), à compter du 28 février 1952 - Décédé à Sète (Hérault), le 16 mai 1986 - Photo transmise par Philippe Baldi que je remerci pour son aide - Sources : Registre d'état-civil (n° 279) de la ville de Sète - Pam - Liste des brevets militaires - Fiche matricule conservée aux archives départementales de l'Hérault - JORF - Fichier des décès de l'INSEE - Dernière mise à jour : 16 décembre 2021.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.10169 daté de la période de mai à juillet 1918 - Origine collection Michel Mazzanobile que je remercie pour son aide

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.10424 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de pilote militaire n° B 10.442 du MdL Gaston Léon Louis Habert - Né le 10 mars 1893 à Autry-le-Châtel (Loiret) - Fils de Louis Ambroise Habert et d'Augustine Emélie Gaudichon - Domiciliés à Marry sur Vailly-sur-Sauldre (Cher) - Profession avant guerre Employé de commerce en épicerie - Classe 1913 - Recrutement de Cosne (Cher) sous le matricule n° 748 - Service militaire au 1er régiment d'artillerie de campagne, à compter du 27 novembre 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Nommé Brigadier, le 22 septembre 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 3 février 1916 - Citation n° 513 à l'ordre du 1er régiment d'artillerie de campagne en date du 22 septembre 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 23 décembre 1917 - Tests d'aptitudes et formation théorique à l'école d'aviation militaire de Dijon -  Brevet de pilote militaire n° 12.588 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 2 avril 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord sur Sopwith 1A2, jusqu'au 15 juin 1918 - Pilote du GDE du 15 juin au 22 juillet 1918 - Lâché sur Salmson 2A2 au GDE, le 28 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SAL 14 du 22 juillet 1918 au (après le 2ème trimestre) 1919 - En subsistance au 177ème régiment d'artillerie du 7 au 8 décembre 1918 - Démobilisé, le 3 septembre 1919 - Profession après guerre Représentant de commerce et épicier en gros - Domicilié à Moret, à compter du 27 janvier 1920 - Affecté, dans la réserve, au 32ème régiment d'aviation d'observation, le 1er août 1920 - Affecté, dans la réserve, au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 12 février 1922 - Domicilié au 1, avenue Wilson à Gien (Loiret), à compter du 12 juillet 1922 -  Rayé du personnel navigant, le 26 novembre 1931 - Domicilié au 15, rue Gresset à Nevers (Loiret), à compter du 25 mai 1936 - Domicilié aux établissements Poylecot à Châtillon-sur-Loire (Loiret), à compter du 4 octobre 1939 -  Mobilisé en 1939-1940 au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique - Photo collection Marie-Claude Briant Apicella que je remercie pour son aide - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille SAL 14 - Fiche matricule du département du Cher - Dernière mise à jour : 9 août 2017.

Insigne de poitrine de pilote n° B 11.111 du Slt Léon Pommiès dans sa boîte d'origine - Brevet papier de pilote militaire n° 13.338 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 14 mai 1918 - Photo Dominique Delluc, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Slt Léon Pommiès - Né à Dax (Landes) le 23 août 1890 - Fils de Vincent Pommiès et de Marguerite Puigerolle - Domiciliés au 32, rue des Carmes à Dax (Landes) - Classe 1910 - Recrutement de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) sous le matricule n° 101 - Service militaire au 144ème régiment d'infanterie, à compter du 7 octobre 1911 - Nommé Caporal, le 2 octobre 1912 - Fin de service militaire et renvoyé dans ses foyers, le 8 novembre 1913 - Mobilisé au 144ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Nommé Sergent, le 26 septembre 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 13 septembre 1917 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de la division coloniale, le 17 juin 1917 - Passé à l'aviation militaire comme élève pilote, le 19 décembre 1917 - Rejoint l'école d'aviation militaire de Chartres le 23 janvier 1918 - Brevet de pilote militaire n° 13.338 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 14 mai 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Pau du 26 mai au 22 juin 1918 - Stage de spécialisation "bombardement" à l'école d'aviation militaire d'Avord du 22 juin au XX août 1918 - Stage "Bombardement" sur Breguet 14 B2 à l'école d'aviation militaire du Crotoy du XX août au 2 octobre 1918 - Affecté au GDE de Chartres du 2 octobre à 10 décembre 1918 - Lâché sur Breguet 14, le 14 octobre 1918 - Affecté à l'école d'aviation de Chartres du 10 décembre 1918 au 21 août 1919 - Démobilisé par le 3ème groupe d'aviation annexe de Bordeaux, le 22 août 1919 - Profession après guerre Commerçant - Affecté, dans la réserve, au 31ème régiment d'aviation, le 30 novembre 1920 - Nommé Sous-lieutenant de réserve à titre définitif, le 22 juillet 1921 - Domicilié au 4, rue du Maréchal Foch à Tarbes - Affecté, dans la réserve, au 36ème groupe d'aviation de Pau, le 1er avril 1923 - Passé à l'arme de l'aéronautique militaire, le 20 juin 1923 - Rappelé à l'activité et affecté à la base aérienne de Pau, le 2 septembre 1939 - Stage de deux mois d'administration et de comptabilité à l'école de Versailles, à compter du 28 octobre 1939 - Affecté à la base aérienne de Saint-Jean-d'Angely (bataillon de l'air n° 129), le 9 novembre 1939 - Affecté au bataillon de l'air n° 111, le 8 février 1940 - Sources : Pam - JORF - Fiche Matricule du département des Landes - Dernière mise à jour : 1er décembre 2016.

Insigne de poitrine de pilote n° B 11.702 - Photo Fred Duranton que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote n° B 11919 du Sgt Albert Pont - Brevet papier de pilote militaire n° 14.132 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 18 juin 1918 - Photo Robert Molinas, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote n° B 12.324 du Slt Armand Berthelot, l'As aux 11 victoires homologuées de l'escadrille SPA 15 - Brevet papier de pilote militaire n° 5703 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 18 mars 1917 - Insigne collection Salah Ahmed que je remercie chaleureusement pour son aide.

Attestation de cession de l'insigne de pilote militaire (macaron) du Colonel Armand Berthelot, l'As aux 11 victoires homologuées de l'escadrille SPA 15, par M. Thoumine, son beau-frère à M. Daniel Porret, collectionneur suisse - Cet insigne a été vendu aux enchères par le cabinet AuctionArt - Insigne collection Salah Ahmed que je remercie chaleureusement pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.12789 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.14035 - Origine collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.14766 - Origine collection François Gauthier que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.14.848 - Origine collection Philippe Chéron que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.16795 - Origine collection Christian Promeyrat que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine (macaron) de pilote breveté aviateur militaire n° B.17060 de l'élève officier Claude Georges Colombant - Il a obtenu le brevet de pilote (papier) n° 20.234 au centre d'instruction d'Avord, le 17 avril 1924 - Il a été pilote du 35ème régiment d'aviation de Lyon-Bron - Origine collection Frédéric Lebfevre que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.17204 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.17874 - Origine collection Christian Promeyrat que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.18.362 - Origine collection François Gauthier que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.18526 - Origine collection Alexander Notopol que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.18742 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.19.626 - Origine collection François Gauthier que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.21089 - Origine collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

 

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.144 - Origine M. François Cadic que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.467 du Cne Armand Pinsard - Différentes escadrilles : MS 23 - N 26 - N 78 - SPA 3 - SPA 23 - Brevet de pilote civil n° 1108 - Brevet de pilote militaire n° 210 délivré le 15 février 1913 - Brevet d'observateur n° 7477 délivré en 1925 - Photo : Galerie Hermann Historica de Munich où cet insigne fut vendu aux enchères.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.1017 - Collection Salah Ahmed que je remercie pour son aide

Insigne (macaron) de pilote militaire n° B 1258 de l'Adj Louis Etienne Chapautau alias "GVC" - Brevet de pilote militaire n° 4519 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 17 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille AR 41 / SAL 41 du 22 février 1917 au 7 novembre 1918 - Photos droits réservés.

Adj Louis Etienne Chapautau alias "GVC" - Né le 25 septembre 1898 aux Sables d'Olonnes (Vendée) - Fils d'Etienne Chapauteau et de Louise Bourdelois - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1918 - Recrutement de La Roche-sur-Yon (Vendée) sous le matricule n° 98 - Engagé au 13ème régiment d'artillerie de campagne, caserné à Vincennes (Yvelines), le 15 octobre 1915 - Affecté au 105ème régiment d'artillerie lourde - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4519 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 17 septembre 1916 - Nommé Caporal, le 1er octobre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire d'Avord jusqu'au 20 décembre 1916 - Pilote du GDE du 20 décembre 1916 au 22 février 1917 - Pilote de l'escadrille AR 41 / SAL 41 du 22 février 1917 au 7 novembre 1918 - Nommé Sergent, le 21 mai 1917 - Détaché à Moissy-Cramayel du 20 mai au 1er juin 1918 - Détaché à la RGAé de St-Dizier comme convoyeur avion du 15 au 28 juin 1918 - Nommé Adjudant, le 25 juin 1918 - Affecté au CIAO du 7 novembre 1918 au 4 avril 1919 - Affecté au 1er groupe d'aviation de Dijon, le 4 avril 1919 - Vice-président de l'Aéroclub des Sables d'Olonne, le 27 décembre 1923 - Se passionne pour le vol sans moteur - Sources : Pam - CCC de l'escadrille AR 41 / SAL 41 - Dernière mise à jour : 14 janvier 2019.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.1383 - Collection Salah Ahmed que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.1502 - Collection François Guisset que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.2415 de l'Adc Jean Odoul - Formé aux écoles de Buc - Lyon-Bron - Pau - Avord - Différentes escadrilles : N 68 - N 75 - N 87 - Ecole de Cazaux comme moniteur - Ecole ayant délivré l'insigne de poitrine : Buc
Brevet aéronautique international n° 2159 délivré le 14.07.1915 - Brevet de pilote militaire n° 1358 délivré le 17.08.1915 - Origine Famille Odoul transmis par M. Patrick Boyer responsable du musée de la BA 120 de Cazaux que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.2773 - Origine Collection Norman Destexhe que je remercie pour son aide.

Insigne de pilote militaire (macaron) n° B 2790 du Ltt Alfred Auger - Né le 12 avril 1876 à Clichy (Hauts-de-Seine) - Fils d'Auguste Auger et de Louise Marguerite Fanchois - Classe 1896 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 2393 - Service militaire à la compagnie d'aérostation (parc léger de siège et de place) du 3ème régiment du Génie, à compter du 15 novembre 1897 - Nommé Caporal, le 21 septembre 1900 - Fin de service militaire et passage dans la disponibilité, le 22 septembre 1900 - Domicilié au 15, rue Relfut à Clichy - Affecté, dans la réserve, au régiment du Génie stationné à Arras - Affecté au 1er régiment du Génie, le 25 avril 1901 - A accompli une période d'exercices à la compagnie d'aérostation du 1er régiment du Génie à Versailles, du 20 juillet au 16 août 1903 - Profession avant guerre Entrepreneur - Marié avec Mlle Léontine Tartarne et domiciliés au 22 bis, rue St-James à Neuilly-sur-Seine - Affecté au 25ème bataillon du Génie, détachement de Toul - A accompli une période d'exercices à la compagnie d'aérostation du 1er régiment du Génie à Toul, du 16 juillet au 11 août 1906 - Domicilié au 22bis, rue Saint-James à Neuilly, à compter du 26 janvier 1911 - Brevet de pilote d'avion brevet A C D E n° 10, en date du 5 septembre 1911 - Affecté, par organisation, au 3ème groupe aéronautique, le 22 août 1912 - Brevet de pilote n° 1410 délivré par l'Aéroclub de France, le 21 juillet 1913 - A accompli une période d'exercices au 3ème groupe aéronautique à Epinal, du 5 au 13 novembre 1913 - Passé, par organisation, au 1er groupe aérostation, le 1er janvier 1914 - Rappelé à l'activité au 1er régiment du Génie de Versailles, par la mobilisation générale, le 4 août 1914 - Affecté à la 2ème réserve d'aviation de Tours et passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er octobre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 614 obtenu le 7 octobre 1914 - Nommé Sergent, le 11 décembre 1914 - Convoyage d'un avion vers Chartres du 4 au 6 février 1915 - Affecté à la réserve générale d'aviation (RGA) du 6 au 25 février 1915 - Pilote de l'escadrille MF 20 du 25 février 1915 au 27 juillet 1916 - Citation n° 421 à l'ordre de la 2ème armée, en date du 25 avril 1915 - Nommé Adjudant, le 9 juillet 1915 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 5 novembre 1915 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, le 28 avril 1916 - Citation n° 272 à l'ordre de la 2ème armée, en date du 11 juillet 1916 - Nommé Adjoint au chef de la division Farman au GDE du 27 juillet 1916 - Nommé Commandant de la division Farman du GDE, le 20 septembre 1916 - Nommé Sous-lieutenant, à titre définitif, le 24 octobre 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 25 décembre 1916 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 1er mai 1917 - Affecté comme officier réceptionnaire au SFA de Nanterre, le 13 septembre 1917 - Démobilisé, le 7 février 1919 - Profession après guerre Gérant de propriétés - Secrétaire général de l'aéronautique club de France à partir de 1919 - Domicilié au 128, avenue de Neuilly-sur-Seine, à compter du 24 juin 1919 - Affecté, dans la réserve, au service technique de l'aéronautique, le 27 septembre 1920 - A accompli une période d'exercices à l'entrepot spécial d'aviation n° 1 du Bourget du 18 juillet au 1er août 1921 - Brevet de pilote de tourisme n° 34 en date du 20 février 1922 - Affecté, dans la réserve, au 32ème régiment d'aviation, le 18 mai 1922 - Nommé Capitaine de réserve, le 17 juillet 1922 - A accompli une période d'exercices au centre de Villacoublay, du 2 au 14 octobre 1922 - A accompli une période d'exercices au centre de Villacoublay, du 28 mai au 9 juin 1923 - Brevet SNAé n° 67 de pilote de ballon sphérique, en date du 3 juillet 1923 - A participé à tous les concours de ballons sphériques, à partir de 1923 - Propriétaire d'un ballon sphérique - A accompli une période d'exercices au centre d'Orly du 1er au 13 septembre 1924 - A accompli une période d'exercices au centre d'Orly du 16 au 31 mai 1925 - Propriétaire d'un planeur pourt vol à voile avec lequel il a concouru à Vauville en 1925 et 1928 - A accompli une période d'exercices au centre d'Orly du 2 au 16 août 1926 - A accompli une période d'exercices au centre d'Orly du 2 au 16 mai 1927 - A concouru avec son planeur au concours de la Rhön (Allemagne) en 1927 - Propriétaire d'un prototype d'avion de tourisme - A accompli une période d'exercices au centre d'Orly du 31 mars au 14 avril 1928 - Officier de la Légion d'Honneur, le 11 juillet 1928 - Décédé en 1936 - Alfred Auger repose dans le cimetière de Clichy sud - Sources : Bulletin de naissance de la mairie de Clichy - Pam (2 fiches) - Fiche matricule du 2ème bureau de la Seine (AD de Paris) - LO - Etat des services - Photo transmise par Denis Auger, son arrière-petit-fils que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.2966 - Origine Collection François Guisset que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.3521 du Sgt Antoine Tripier, pilote de l'escadrille 466 du CRP du 10 juillet 1917 au 1er janvier 1918 - Insigne collection Vincent Riegel que je remercie pour son aide.

Sgt Antoine Jean Marie Joseph Tripier - Né le 17 janvier 1894 à Marcheseuil (Côte d'Or) - Fils de Joseph Tripier et de Reine Antoinette Berthe Guénot - Domiciliés à Suze-par-Maulay (Côte d'Or) - Classe 1914 - Recrutement d'Autun (Saône-et-Loire) sous le matricule n° 1609 - Mobilisé au 2ème groupe d'aviation, le 9 septembre 1915 - Maintenu service armé, mais inapte à l'infanterie - Proposé pour un changement d'arme, apte à l'artillerie à tracteurs - Affecté au 1er groupe d'aviation, le 15 novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3562 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 27 mai 1916 - Nommé Caporal, le 23 juin 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 11 août 1916 - Hospitalisé pour une hernie étranglée à l'hôpital n° 187 St Luc de Lyon du 1er février au 17 mars 1917 - Hospitalisé pour une hernie étranglée au CSR de Lyon (Hôpital complémentaire n° 38) du 17 au 24 mars 1917 - En convalescence de deux mois du 25 mars au 22 mai 1917 - Rejoint le dépôt, le 23 mai 1917 - Pilote de l'escadrille 466 du Camp retranché de Paris (CRP) du 10 juillet 1917 au 1er janvier 1918 - Nommé Sergent, le 24 novembre 1917 - Pilote du GDE du 1er janvier au 8 juillet 1918 - Victime d'un accident aérien, le 8 juillet 1918 - Hospitalisé à l'hôpital militaire Villemin pour contusion du genou gauche du 8 au 13 juillet 1918 - En convalescence du 13 au 19 juillet 1818 - Rayé du personnel navigant, pour inaptitude au pilotage, en raison des séquelles de ses blessures, par la commision de réforme de Chartres, le 16 septembre 1918 - Affecté au 81ème régiment d'artillerie lourde, le 1er octobre 1918 - Hospitalisé à l'hôpital complémentaire n° 11 d'Autun du 6 novembre au 4 décembre 1918 - En convalescence du 4 décembre 1918 au 4 février 1919 - Prologation du 5 au 18 février 1919 - Hospitalisé à l'hôpital mixte d'Autun pour trouble nerveux du 18 au 27 février 1919 - Hospitalisé à l'hôpital complémentaire n° 11 d'Autun pour trouble nerveux du 27 février au 18 mars 1919 - Hospitalisé à l'hôpital n° 10 du 18 mars au 29 avril 1919 - En convalescence du 1er mai au 30 juin 1919 - Prolongation du 1er au 31 juillet 1919 - Démobilisé en convalescence, le 17 septembre 1919 - Affecté, dans la réserve, au 87ème régiment d'artillerie lourde à tracteurs, le 1er juin 1921 - Affecté, dans la réserve, au 166ème régiment d'artillerie à Pied, le 10 avril 1923 - Sources : Pam - FM Saône-et-Loire - CCC escadrille 466 - Dernière mise à jour : 12 janvier 2016.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.3627 du MdL André Couraux - Formé aux écoles de Dijon - Tours - Cazaux - Pau - Différentes escadrilles : SOP 206 - SPA 83 - SPA 86 - Ecole ayant délivré l'insigne de poitrine : Tours - Brevet de pilote militaire n° 5302 délivré le 01.02.1917 - 3 victoires homologuées : 06.06.1918 - 08.07.1918 - 20.07.1918 - Origine M. Jean-Claude Doussot transmis par M. Frédéric Steinbach que je remercie pour leur aide.

Insigne de pilote militaire (macaron) n° B 3660 du Ltt Marc Volokhoff - Un des anneaux de fixation a été cassé et très mal resoudé à l'étain - Né le 22 février 1886 à Skodj (Russie) - Fils de Jules Volokhoff et de Marie Martinoff - Profession avant guerre Commerçant - Classe 1906 - Engagé volontaire pour la durée de la Guerre au titre du 3ème régiment de Marche du 1er régiment étranger, le 28 novembre 1914 - Nommé Sous-lieutenant, le 3 décembre 1914 - A combattu dans les Dardanelles et les Balkans d'août 1915 à septembre 1916 - Affecté à la 9ème compagnie - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 24 novembre 1915 - Nommé Lieutenant, à titre temporaire, le 3 août 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote - Détache comme élève pilote a l'école militaire d'aviation de Chartres, le 6 septembre 1916 - Citation à l'ordre du régiment, en date du 12 octobre 1916 - Insigne n° B 3660 - Brevet de pilote militaire n° 5368 obtenu à l'école militaire d'aviation de Chartres, le 12 février 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord du 15 février au 22 mars 1917 - Stage de spécialisation à l'école militaire d'aviation de Pau du 22 mars au 11 avril 1917 - Brevet FAI n° 5567 décerné par l'Aéro-club de France obtenu sur Farman, le 31 mars 1917 - Pilote du GDE du 11 au 26 avril 1917 - Affecté comme pilote de l'escadrille N 87 d'Orient (future escadrille 523) du 26 avril au 5 décembre 1917 - En mai 1917, il fut envoyé par l'attaché militaire russe Ignatieff, à Paris, pour rejoindre la mission de l'aviation militaire française en Russie - A Lyon-Bron, en attente de son escadrille du 5 décembre au 12 décembre 1917 - Affecté comme pilote de l'escadrille N 87 d'Orient du 12 décembre 1917 au 1er janvier 1918 - N'a pas rejoint cette escadrille pour la seconde période - Pilote de l'escadrille N 99 du 1er janvier au 23 février 1918 - Affecté au GDE du 23 au 28 février 1918 - Rayé du personnel navigant, le 28 février 1918 - Affecté au régiment de marche du 1er régiment étranger, le 4 mars 1918 - Grièvement blessé par un éclat d'obus au cours d'une attaque de nuit, alors qu'il commandait un peloton de mitrailleuses, lors de l'attaque de Saint-Pierre-d'Aigle (Aisne), le 18 juillet 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 20 juillet 1918 - Grade de Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 27 juillet 1918 - Affecté au 3ème régiment étranger - Nommé Capitaine en mars 1925 - Détaché au 37ème régiment d'aviation (Maroc) - Citation obtenue lors de bombardements à basse altitude sur Bibane, le 13 mai 1925 - Admis avec son grade de Capitaine dans le cadre français (infanterie), le 2 novembre 1925 - Grade d'officier de la Légion d'Honneur, le 22 décembre 1925 - Domicilié au 30, rue de la Source, à Paris 16ème - A fondé, avec Mme Consuelo Ratisbonne (dite de Ravenel), une société pour l'achat et la vente d'articles de maroquinerie, le 11 avril 1929 - Marc Volokhoff est nommé Gérant statutaire de la société - Quitte l'armée en 1930 - La nationalité française lui est accordée - Nommé au grade de commandant de réserve - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale en 1939 - Envoyé à Bacarès pour participer à la formation du 22ème RMVE - Fait prisonnier pendant la campagne de 1940 - Comme Blessé rapatrié d'Allemagne en direction d'Avignon-Marseille, le 30 novembre 1940 - Arrêté pour faits de résistance en janvier 1943 - Décédé en 1979 - Photo Nicolas Conreur que je remercie pour son aide - Sources : PAM - liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille N 87 / 523 - CCC de l'escadrille N 99 - JORF - Dernière mise à jour : 11 février 2024.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.4072 - Origine collection Norman Destexhe que je remercie pour son aide.

Insigne métallique (macaron) de pilote militaire n° B 4158 décerné par l'école militaire d'aviation de Chartres au Ltt Goslen de La Poëze, le 17 mars 1917 - Il a en outre recu le brevet de pilote militaire n° 5682 décerné par l'inspection technique de l'aviation de Paris, le 17 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 91 du 31 mai au 21 octobre 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 1er septembre au 2 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille N 75 / SPA 75 du 21 octobre 1917 au 16 février 1919 - Nommé officier d'administration et de tir du GC 14, à compter du 13 octobre 1918 - Photo Antoine de Vitton, son arrière petit-fils que je remercie pour son aide.

Insigne métallique n° B 4162 de l'Adj Henri Laplace - Né le 29 novembre 1894 au hameau de Balvé à Rumilly (Haute-Savoie) - Fils de (non précisé) et de Pierrette Joséphine Laplace - Pupille de l'assistance publique - Domicilié au 15, rue filature à Annecy (Haute-Savoie) - Classe 1914 - Recrutement d'Annecy (Haute-Savoie) sous le matricule n° 420 - Engagé volontaire pour trois ans, au titre du 12ème régiment de Hussards, le 25 janvier 1913 - Rengagé pour un an, au titre du 2ème régiment de chasseurs d'Afrique, le 21 juillet 1914 - Incorporé au 2ème régiment de chasseurs d'Afrique, le 2 août 1914 - En Algérie du 2 août au 10 août 1914 - En opérations au Maroc Oriental du 11 août 1914 au 10 octobre 1916 - Médaille Coloniale avec agrafe "Maroc", en date du 31 juillet 1915 - Nommé Brigadier, le 8 décembre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 28 septembre 1916 - Formation théorique à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 5627 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 13 mars 1917 - Stage de perfectionnement "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Nommé Maréchal des Logis, le 25 avril 1917 - Stage de Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 2 août 1917 - Pilote du GDE du 2 au 24 août 1917 - Pilote de l'escadrille N 77 / SPA 77 du 24 août 1917 au 15 juin 1918 - Blessé au cours d'un accident d'avion, aux commandes d'un SPAD XIII, le 12 juin 1918 - Hospitalisé pour une entorse cervicale et de contusions internes multiples - Affecté à l'aéronautique du GC 22 du 19 juillet 1918 à la fin de la guerre - Nommé Adjudant, le 6 octobre 1918 - Citation n° 178 à l'ordre de l'aéronautique de la 4ème armée, en date du 14 novembre 1918 - A la fin de la Grande Guerre, totalise 127h25 de vol normal (école, entrainement et liaisons), 655 h25 de guerre. Croix de Guerre 1914-1918 - Médaille commémorative française de la Grande Guerre - Médaille Interalliée - Démobilisé, le 1er octobre 1919 - Rengagé pour un an, au titre du 34ème régiment d'aviation d'observation du Bourget-Dugny, à compter du 15 janvier 1920 - Rengagé pour six mois, au titre du 34ème régiment d'aviation du Bourget-Dugny, à compter du 18 janvier 1921 - Rengagé pour six mois, au titre du 34ème régiment d'aviation de Bourget-Dugny, à compter du 18 juillet 1921 - Marié avec Mlle Marie Louise Jeanne Davezies à la mairie du 18ème arrondissement de Paris, le 23 juillet 1921 - Rengagé pour un an, au titre du 34ème régiment d'aviation de Bourget-Dugny, à compter du 15 janvier 1922 - Totalise 17h10 en théâtre d'opérations extérieurs (TOE) - Rayé du personnel navigant sur sa demande, le 3 avril 1922 - Nommé Adjudant-chef, le 2 mai 1929 - Affecté, par voie de changement de corps, à la 9ème section d'ouvirers d'aviation à Avord, le 24 mai 1922 - Affecté, par voie de changement de corps, à la 2ème section d'ouvriers d'aviation du 1er groupe d'ouvriers d'aviation à Nanterre, pour suivre les cours de l'école Hanriot, le 24 mai 1922 - Rengagé pour deux ans au titre de l'entrepot spécial d'aviation n° 2, à compter du 18 janvier 1923 - Médaille Militaire, le 21 décembre 1926 - Admis dans le corps des sous-officiers de carrière, le 26 avril 1928 - Maintenu en activité, proposé pour une pension temporaire de 25 % pour ablation de la plus grande partie de la 11ème côte droite (Val de Grâce) pour kyste hydatique, pas de fistule acteulle, laxité de la paroi au niveau de la cicatrine, pachy-pleurite et adhérence pleurale, diminution du murmure vésiculaire, reliquats légers de dysenterie amibienne contractée au Maroc en 1914, par la 5ème commission de réforme de la Seine, en date du 27 décembre 1928 - Maintenu en activité, proposé pour une pension temporaire de 25 % pour ablation de la plus presque totalité de la 11ème côte droite suite de trois opérations, reliquats de dysenterie amibienne, chute d'avion en 1928, par la 4ème commission de réforme de la Seine, en date du 31 octobre 1930 - Maintenu en activité, proposé pour une pension temporaire de 25 % pour ablation de la plus presque totalité de la 11ème côte droite pour kystes hydatiques du foie, a subi trois interventions chirurgicales en 1926 et 1927 au Val de Grâce et à l'hôpital Villemin, deux longues cicatrices souples, reliquats de dysenterie amibienne (deux ans et demi au Maroc), chute d'avion en 1928, par la commission de réforme de la Seine, en date du 7 juillet 1932 - Maintenu en activité et proposé pour une pension permanente avec pension d'invalidité de 25 % pour les mêmes motifs par la 6ème commission de réforme de la Seine, en date du 17 juillet 1932 - Nommé Sous-lieutenant mécanicien, à titre définitif, le 1er janvier 1934 - Affecté à la base aérienne n° 6, le 1er janvier 1934 - Nommé Capitaine de réserve, le 15 mars 1940 - Grade de Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 12 décembre 1940 - Proposé pour le maintien en activité avec pension d'invalidité de 50 % pour séquelles de kystes hydatiques de la paroi thoracique, reliquat de dysenterie sans aggravation, troubles post-commotionnelles, par la commission de réforme de Pau, en date du 24 décembre 1940 - Domicilié au 14, rue Raspail à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine) - Service dans la résistance comme officier de liaison et de renseignements du 21 août 1944 au 8 mai 1945 - Recrutement, liaison, hébergement, propagande sur Lyon, Bordeaux, Toulouse et les Basses-Pyrénées - Médaille de la Résistance, en date du 24 avril 1946 - Affecté, dans la réserve, au centre mobilisateur air n° 222 - Nommé Commandant mécanicien de l'Air, le 25 septembre 1944 - En retraite depuis le 29 novembre 1946 - Expert en dommages de guerre - Grade d'officier de la Légion d'Honneur, en date du 31 décembre 1951 - Domicilié au 2, rue de Rivoli à Tours (Indre-et-Loire), à compter du 1er décembre 1967 - Domicilié au 14, rue Raspail à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine) - Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil et citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 5 novembre 1958 - Décédé à Tours (Indre-et-Loire), le 4 mars 1971 - Ses obséques ont eu lieu en la chapelle du CHU Bretonneau à Tours, le 9 mars 1971 - Henri Laplace repose dans le cimetière de Saint-Ouen à Paris (75) - Collection Christophe Lemaire que je remercie pour son aide - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - Fiche matricule conservée aux archives départementales de la Haute-Savoie - LO - JORF - Certificat de décès - Avis de décès - Base de données des médaillés de la Résistance - Dernière mise à jour : 7 mai 2022.

Insigne de pilote militaire (macaron) n° B 4380 du MdL Georges Foulon - Pilote de l'escadrille SPA 152 du 14 juillet 1918 au 3 avril 1919 - Photo Thierry Foulon, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

MdL Georges Auguste Foulon - Né le 10 mai 1893 à Bergues-sur-Sambre (Aisne) - Fils de Charles Foulon et d'Anne Céline Gauguier - Domiciliés rue de Guise à La Capelle - Profession avant guerre Cultivateur - Classe 1913 - Recrutement de St-Quentin sous le matricule n° 188 - Engagé volontaire pour trois ans au 1er régiment de Cuirassiers stationné à Paris (75), le 4 octobre 1913 - Affecté au 26ème bataillon de chasseurs cyclistes - Blessé par un éclat d'obus à la hanche gauche à Messines, le 4 novembre 1914 - Affecté à la section d'autos-canons et mitrailleuses du 27ème régiment de Dragons, le 30 juillet 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 13 décembre 1916 - Formation théorique à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 5845 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 6 avril 1917 - Insigne de pilote militaire (macaron) n° B 4380 - Nommé Brigadier, le 3 mai 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Etampes - Moniteur de vol à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 22 mars 1918 - Laché sur SPAD VII et XIII, le 8 avril 1918 - Stage au CIACB de Perthes du 18 mai 1918 au XXX - Pilote du GDE du XXX au 14 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 152 du 14 juillet 1918 au 3 avril 1919 - Nommé Maréchal des logis, le 25 septembre 1918 - Détaché à Pomacle du 6 au 12 décembre 1918 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée, en date du 14 décembre 1918 - Détaché à Dogneville (Vosges) du 20 au 28 décembre 1918 - Détaché à Metz-Frescaty (Moselle) du 24 février au 1er mars 1919 - Détaché à Haguenau (Bas-Rhin) du 28 mars au 2 avril 1919 - Affecté au CIACB, le 3 avril au 2 juin 1919 - Détaché au SEGA de Nanterre, le 2 juin 1919 - En détachement SEGA au Plessis-Belleville, le 11 juin 1919 - Affecté au SEGA de Nanterre, le 1er juillet 1919 - Démobilisé, le 9 août 1919 - Profession après guerre Marchand de bestiaux - Affecté, dans la réserve, au 34ème régiment d'aviation du Bourget (Seine-St-Denis) - Affecté, dans la réserve, au 1er régiment d'aviation de Thionville-Basse-Yutz (Moselle), 26 septembre 1922 - Affecté, dans la réserve, au 33ème régiment d'aviation de Mayence (Allemagne), le 29 décembre 1923 - Affecté, dans la réserve, au 5ème groupe d'ouvriers aéronautiques, le 23 février 1926 - Rayé du personnel navigant, le 26 novembre 1931 - Sources : Pam - Liste PN - FM Aisne - JORF - Dernière mise à jour : 13 septembre 2015.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.4921 du Sgt Hilaire Boureau - Né le 24 juillet 1893 à Tours (Indre-et-Loire) - Fils de Baptiste Boureau et de Marie Joséphine Girard - Domicilié au 115, rue de la Fuye à Tours (Indre-et-Loire) - Profession avant guerre Menuisier en voitures - Classe 1913 - Recrutement de Tours (Indre-et-Loire) sous le matricule n° 753 - Service militaire au 66ème régiment d'infanterie, à compter du 27 novembre 1913 - Nommé Caporal, le 16 septembre 1914 - Nommé Sergent, le 21 octobre 1914 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 25 février 1915 - Blessé par commotion lombaire produite par l'éclatement d'obus à Ypres (Belgique), le 1er mai 1915 - Affecté au 409ème régiment d'infanterie, le 21 mars 1916 - Citation à l'ordre de la brigade, en date du 29 septembre 1916 - Citation à l'ordre de la division, en date du 20 octobre 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 28 février 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6424 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 15 mai 1917 - Insigne de poitrine (macaron) n° 4921 - Brevet de pilote FAI n° 6653 délivré par l'Aéroclub de France, le 2 août 1917 - Stage de perfectionnement bombardement à l'école d'aviation militaire d'Avord du 16 mai au 22 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille BR 129 du 22 juillet 1917 au 4 mai 1918 - Félicitations du général commandant en chef les armées de l'est, en date du 27 octobre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 15 janvier 1918 - Tué au cours d'une mission de bombardement, aux commandes d'un Breguet 14 B2, entre Montdidier et Etelfray (Somme), le 4 mai 1918 - Il faisait équipage avec le 2st Ltn Raymond B. Parker (obs USA) qui a également perdu la vie - La mission, qui comptait 19 appareils, visait la gare de Chaulnes - Leur adversaire était probablement le Ltn Moritz Bretscheider du Jasta 6 (sa 2ème victoire) - Croix de Guerre avec deux palmes, une étoile de bronze et une étoile d'argent - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 1er décembre 1923 - Photo Frédéric Madelin, son arrière petit neveu que je remercie pour son aide - Sources : Fiche matricule du département de l'Indre et Loire - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille SOP 129 / BR 129 - MpF - Bailey/Cony - JORF - Dernière mise à jour : 11 janvier 2019.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.4935 - Origine collection Philippe Vandeweege que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.5294 du Sgt Paul Andrillon - Ecole ayant délivré cet insigne de poitrine : Avord - Brevet de pilote militaire n° 6889 du 9 juin 1917 à Avord - Brevet aéronautique international n° 6825 délivré le le 2 août 1917 - Escadrilles MF 36 - SPA 507 - SPA 531 - BR 509 - Photo Collection Benoit Henriet que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.5612 du Sgt Octave de Hovre - Ecole ayant délivré cet insigne de poitrine : Avord - Brevet "papier" n° 7285 délivré le 30 juin 1917 - Brevet aéronautique international n° 7243 délivré le 8 septembre 1917 - Origine collection Pierre de Hovre que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.5832 du MdL Jean-Marie Robert Gillard - Né le 8 mars 1892 au lieu dit de Darrouban sur le territoire de la commune de Portets (Gironde) - Fils de Jean Gillard (propriétaire) et de Jeanne Boyreau - Parents domiciliés à Cabanac (Gironde) en 1912 - Profession avant guerre Cultivateur - Classe 1912 - Recrutement de Bordeaux (Gironde) sous le matricule n° 764 - Appelé pour effectuer son service militaire, au titre du 22ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1913 - Affecté au 3ème escadron du 22ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Nommé Brigadier, le 7 octobre 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 20 juillet 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 24 mai 1917 - Formation théorique à l'école d'aviation militaire de Dijon-Longvic - Brevet de pilote militaire n° 7519 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 16 juillet 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 11 août 1917 - Pilote de la GDE du 11 au 30 août 1917 - Pilote de l'annexe du GDE de Pierrefonds du 30 août au 20 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille BR 35 du 20 novembre 1917 au 1er juillet 1919 - En déplacement du 15 au 19 décembre 1917 - En subsistance à l'escadrille SAL 13 du 11 au 19 janvier 1918 - Citation n° 1116 à l'ordre de la 2ème armée, en date du 9 mars 1918 - Détaché sur le terrain d'aviation de Senay, le 6 mai 1918 - Détaché sur le terrain d'aviation de Senay au 7 au 11 juin 1918 - Détaché à la RGAé du 19 au 26 juin 1918 - Nommé Adjudant, le 28 septembre 1918 - Détaché sur le terrain de Chamery du 16 au 18 octobre 1918 - Citation n° 400 à la l'ordre de la 3ème division de la 15ème armée, en date du XX novembre 1918 - Démobilisé, le 23 août 1919 - Affecté, dans la réserve, au 31ème régiment d'aviation, le 1er juin 1921 - A effecté une période de réserve à l'entrepot spécial d'aviation du 25 mai au 1er juin 1921 - Affecté, dans la réserve, au 36ème groupe d'aviation stationné à Pau (Pyrénées-Atlantiques), le 8 mai 1923 - Médaille Militaire, en date du 11 novembre 1924 - Affecté, dans la réserve, au 2ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 8 août 1930 - Classé en position "Sans affectation", le 20 juin 1930 - Domicilié à Beauliran (Gironde), à compter du 2 janvier 1931 - Profession après guerre Cultivateur propriétaire - Radié du personnel navigant des forces aériennes de terre, le 18 juin 1932 - Domicilié au 72, avenue de Paris à Niort (Deux-Sèvres), à compter du 13 mars 1936 - Domicilié au 70, avenue de Paris à Niort (Deux-Sèvres), à compter du 19 août 1937 - Décédé à Niort (Deux-Sèvres), le 28 mars 1978 - Insigne collection Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide - Sources : Registre d'état-civil (acte n° 6) de la commune du Portets (Gironde) - Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille BR 35 - Fiche matricule conservée aux archives départementales de la Gironde - Dernière mise à jour : 15 mars 2022.

Cal René Charles Paul Drouin - Né le 5 mars 1892 à Paris (75) - Fils d'Alexandre Drouin et de Suzanne Sanson - Domiciliés 5, rue Logelbach à Paris (75) - Profession avant guerre Avocat - Classe 1912 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 1328 - Service militaire au 6ème régiment d'artillerie à pied, le 8 octobre 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Affecté au 72ème régiment d'infanterie - Affecté au 8ème régiment de Génie - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 31 mars 1917 - Insigne de pilote militaire (macaron) n° B 5932 - Brevet de pilote militaire n° 7669 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 24 juillet 1917 - Nommé Caporal, le 1er août 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire du Crotoy - Moniteur de pilotage de l'école d'aviation militaire du Crotoy du 18 octobre au 22 décembre 1917 - En convalescence, jusqu'à 6 avril 1918 - Affecté au champ de tir de Sommesous et Herbisse, le 18 avril 1918 - Sources : Pam - Dernière mise à jour 1er juin 2015 - Photo Arnaud Drouin, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.6045 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.6661 du Slt Jean Garnier du Biolt - Ecole ayant délivré cet insigne de poitrine : Juvisy - Brevet "papier" n° 8488 délivré le 10 septembre 1917 - Photo Aline de Corday que je remercie pour son aide.

Slt Jean Adrien Garnier du Biolt - Né le 23 août 1894 à Le Sap-André (Orne) - Fils d'Alfred Joseph Marie Garnier du Biolt et de Jeanne Emilie de Corday - Domiciliés La Ferrière-aux-Etangs - Classe 1911 - Recrutement d'Argentan sous le n° matricule 613 - Engagé volontaire pour 3 ans au 15ème escadron du train des Equipages Militaires, le 3 octobre 1912 - Nommé Brigadier, le 4 février 1913 - Une chute de cheval, le 10 février 1913 - Nommé Maréchal des Logis, le 8 juin 1914 - Admis au cours de perfectionnement de Montauban, le 1er février 1916 - Sorti 3ème sur 56 - Nommé sous-lieutenant à titre temporaire, le 1er avril 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 23 avril 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8488 obtenu à l'école d'aviation de Juvisy, le 10 septembre 1917 - Insigne de pilote militaire n° 6661 - Stage de bombardement à l'école d'aviation militaire d'Avord du 13 septembre au 8 novembre 1917 - GDE du Plessis-Belleville du 8 novembre au 5 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SOP 129 / BR 129 du 5 décembre 1917 au 19 juin 1918 puis après soins et convalescence du 18 octobre 1918 au 16 août 1919 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 1er avril 1918 - Blessé par balle à l'épaule gauche, le 2 juin 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 23 juin 1918 - Rentré de convalescence, le 18 octobre 1918 - Entré à l'hôpital complémentaire n° 2 à Evreux (Eure) - Démobilisé, le 19 août 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 14 décembre 1917 (rétroactif) - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 7 avril 1920 - Marié avec Henriette Irma Saint-Blancat à Toulon, le 6 avril 1929 - Nommé Capitaine, le 12 juillet 1937 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 24 décembre 1938 - Domicilié 65, rue L. Ricard à Rouen - Décédé à Rouen, le 10 octobre 1966.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.6934 du MdL Jean Belleil - Ecole ayant délivré cet insigne de poitrine : Etampes - Brevet "papier" n° 8775 délivré le 22 septembre 1917 - Brevet aéronautique international n° 8592 délivré le 15 février 1918 - Origine collection Daniel Braud que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire B.7275 du Sgt Louis Housselstein - Brevet de pilote militaire n° 9166 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 7 octobre 1917 - Brevet aéronautique international n° 9135 délivré le 16 avril 1918 - Photo Martine Vandresse, sa petite-fille, que je remercie pour son aide.

Sgt Louis Housselstein - Né le 19 juin 1895 à Blénod-les-Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) - Fils de Martin Housselstein (ouvrier d'usine) et de Marthe Madeleine Françoise Valérie Comte - Domiciliés au 126, route nationale à Blénod-les-Pont-à-Mousson, puis au 13, rue Barbier Daucourt à Langres (Haute-Marne) - Profession avant guerre Sténo-dactylographe - Classe 1914 (engagement) / 1915 (normale) - Recrutement de Verdun (Meuse) sous le matricule n° 1129 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre, au titre du 169ème régiment d'infanterie, le 6 août 1914 - Evacué pour courbatures fébriles sur l'hôpital central de Bar-le-Duc (Meuse), le 18 septembre 1915 - Evacué sur l'hôpital 56 de Vernet-les-Bains (Pyrénées-Orientales), le 10 octobre 1915 - Rejoint le dépôt des convalescents de Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 24 novembre 1915 - Dénéficie d'un mois de convalescence - Reparti en campagne au sein du 169ème RI, le 27 décembre 1915 - Evacué sur entorse du genou droit à Dompierre, le 28 avril 1917 - Rejoint le front, le 22 mai 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 13 juillet 1917 - Tests de sélections et cours théoriques à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 9166 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 7 octobre 1917 - Citation n° 34 à l'ordre de l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, en date du 7 octobre 1917 - A reçu l'insigne métallique de pilote militaire (macaron) n° B 7275 - Nommé Caporal, le 24 octobre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 20 décembre 1917 - Pilote du GDE du 20 décembre 1917 au 24 février 1918 - Pilote de l'escadrille C 43 du 24 février au 13 mars 1918 - Détaché à l'escadrille F 465 du 5 au 9 mars 1918 - Pilote de l'escadrille C 56 du 9 au 16 mars 1918 - Pilote de l'escadrille SOP 281 / BR 281 du 16 mars au 28 septembre 1918 - Détaché à l'annexe RGA de Béhonne (Meuse) du 5 au 13 avril 1918 - Nommé Sergent, le 11 août 1918 - Détaché à l'annexe GDE de Chartres du 20 août au 2 septembre 1918 - Stage Breguet 14 A2 au GDE du 21 au 23 août 1918 - Pilote des escadrilles VR 557 puis VR 558 du Maroc du 28 septembre 1918 au 22 août 1919 - Citation n° 28 à l'ordre de la colonne et attribution du Ouissam Alaouite, en date du 17 septembre 1919 - Démobilisé, le 22 août 1919 - Affecté, dans la réserve, au 1er régiment de bombardement de Metz-Frescaty, le 1er janvier 1920 - Affecté, dans la réserve, au 11ème régiment d'aviation de bombardement de Metz-Frescaty, le 1er août 1920 - Marié avec Mlle Simone Marie Homehr à Blénod-les-Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), le 18 avril 1922 - Passé en "Affectation spéciale" au titre de la société des Hauts Fourneaux et fonderies de Pont-de-Mousson (Meurthe-et-Mousson), le 22 juin 1923 - Médaille du combattant volontaire, en date du 25 juin 1930 - Rayé du personnel navigant des forces aériennes de terre, le 5 décembre 1932 - Décoré de la Médaille de la Victoire, en date du 1er juillet 1933 - Rayé de l'affectation spéciale, le 15 octobre 1934 - Classé en "Affectation Spéciale" au titre des fonderies de Pont-A-Mousson (Meurthe-et-Moselle), le 11 février 1936 - Croix du combattant volontaire, en date du 4 juin 1936 - Décédé à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), le 25 septembre 1979 - Photo Martine Vanderesse, sa petite-fille, que je remercie pour son aide - Sources : Registre des naissances de la commune de Blénod-les-Pont-à-Mousson - Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille C 43 - CCC de l'escadrille BR 281 - Pas de CCC pour l'escadrille VR 557 - Fiche matricule du département de la Moselle - JORF - Dernière mise à jour : 12 novembre 2018.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.7296 du Slt Jean Henri Edouard Pavinet - Né le 31 octobre 1894 à Faverges (Haute-Savoie) - Fils de Michel Pavinet et d'Annette Augustine Filippi - Profession avant guerre Ingénieur électricien - Classe 1914 - Recrutement d'Annecy (Haute-Savoie) sous le matricule n° 50 - Mobilisé au titre du 4ème régiment du Génie, le 4 septembre 1914 - Nommé Caporal, le 14 décembre 1914 - Affecté au 9ème régiment du Génie, le 23 février 1915 - Nommé Aspirant, le 3 mars 1915 - Citation n° 39 à l'ordre de la division, le 20 mai 1916 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, le 20 avril 1916 - Nommé Sous-lieutenant, à titre définitif, le 4 octobre 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er juillet 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8708 obtenu à l'école militaitre d'aviation de Chartres, le 19 septembre 1917 - Titulaire de l'insigne métallique (macaron) de pilote militaire n° B 7296 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation d'Avord, jusqu'au 22 septembre 1917 - Pilote du GDE du 21 septembre au 2 janvier 1918 - Lâché sur Breguet 14, le 24 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille SOP 131 / BR 131 (GB 4) du 2 janvier au 6 mai 1918 - Stage de transformation Breguet 14 B 2 du 2 au 11 mars 1918 - Nommé Lieutenant, le 25 avril 1918 - A effectué des missions de bombardement, les 2, 3 et 6 mai 1918 - Tué au cours d'une mission de bombardement, lors d'un combat aérien contre six avions ennemis, au nord-ouest de Faillouel (Aisne), le 6 mai 1918 - Il faisait équipage avec le Cne René Monier (mitrailleur) qui a également été tué - Ce jour, deux Breguet 14 B2 de la BR 131, dont celui de Pavinet et Monier, ont été abattus par les Ltn Wilhelm Schwartz (3ème victoire) et Ltn Robert Hildebrandt (4ème victoire), des pilotes du Jasta 13 - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 14 février 1919 - Sources : Pam - Fiche matricule conservée aux archives départementales de la Haute-Savoie - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille BR 131 - JORF - MpF (2 fiches) - Bailey/Cony - Dernière mise à jour : 8 février 2024 - Photo transmise par Richard Alpaerts, son arrière-petit-neveu que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° B.7680 - Origine collection Christian Promeyrat que je remercie pour son aide.

 

A2 - Aéronautique militaire - Insigne d'observateur :

L'insigne d'observateur en aéroplane se reconnait par la couronne de chêne argentée et l'étoile et l'aile dorées.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.2092 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.2730 - Cet insigne a appartenu au Slt Pierre Parlant - Photo Internet - j'ai oublié de noter la source - Si l'heureux propriétaire de cet insigne se reconnait - Veuillez prendre contact avec l'auteur du site.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.3135 - Cet insigne a appartenu au sous-lieutenant Claude Nardon de l'escadrille F 215 - Cet observateur a été fait prisonnier, avec le Sgt pilote Perseyger, le 11 avril 1917 - Origine : Louis Nardon, fils de Claude Nardon, que je remercie pour son aide - Photos collection Jean-François Martin que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.4406 présenté dans sa boite d'origine - Collection François Guisset que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.5310 - Collection Juan-Carlos Rossier que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.5842 - Cet insigne a appartenu au sous-lieutenant Louis Peyroux (1907-1987) - Entré dans l'aviation militaire en 1933, à la base 112 de Reims - Il a été observateur à la 5ème escadrille du GB 3/2 (héritière des traditions de la BR 131 de la Grande Guerre) - Après son mariage, il quittera l'armée - Il sera mobilisé en 1939 et sera affecté dans la seizième escadrille du 34ème RAO à Orconte, près de Saint-Dizier, avec Antoine de Saint Exupéry - Photos Louis Marie Peyroux son fils que je remercie pour son aide.

L'insigne d'observateur en aéroplane se reconnait par la couronne de chêne argentée et l'étoile et l'aile dorées.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.36 obtenu en 1916 - Cet insigne a appartenu au lieutenant Léon Lenouvel de l'escadrille C 30 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.202 - Origine collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide

Brevet métallique d'observateur n° B 209 du Ltt René de Lavaissière de Lavergne - L'officier a été observateur de l'escadrille C 11 du 21 juin 1916 au 25 juillet 1917 puis chef instructeur de la division des observateurs du centre de formation des observateurs de Sommesous - Photo Etienne de Vaumas, son arrière petit-fils, que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B 530 - Insigne collection Thierry Ashworth que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B 1013 du soldat André Ravisé, observateur de l'escadrille de Panomi - Photo Jean-Jacques Moulin, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur militaire en aéroplane n° B.1775 - Origine collection Christian Promeyrat que je remercie pour son aide.

 

 

 

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

 

A3 - Aéronautique militaire - Insigne d'élève pilote :

Insigne d'élève pilote aviateur militaire modèle 1916 n° B.2522 - L'étoile et l'aile sont argentées - Fixation par deux anneaux - Origine collection Gérald Constantin que je remercie pour son aide.

Insigne d'élève pilote aviateur militaire modèle 1916 n° B.1550 - L'étoile et le vol sont argentés - Fixation par deux anneaux - Origine collection Christian Promeyrat que je remercie pour son aide.

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

 

A4 - Aéronautique militaire - Insigne de personnel d'équipage :

Insigne de poitrine de personnel d'équipage d'aéronef ou de dirigeable n° B.2673 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de personnel d'équipage d'aéronef ou de dirigeable n° B.3175 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de personnel d'équipage d'aéronef ou de dirigeable n° B.4300 - Origine collection Christian Promeyrat que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de personnel d'équipage d'aéronef ou de dirigeable n° B.215 - Origine collection Pierre Eudier que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de personnel d'équipage d'aéronef ou de dirigeable n° B.555 - Origine Ebay France.

Insigne de personnel d'équipage n° B 1918 du MdL Désiré Justin Baratciart, mitrailleur de l'escadrille 46 du 20 avril 1917 au début 1919 - Insigne collection Guillaume Hirsch que je remercie pour son aide.

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

 

A5 - Aérostation militaire - Insigne de pilote en ballon dirigeable :

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

Insigne de pilote de ballon dirigeable n° 31 - Le brevet et le macaron de pilote de dirigeable n° 31 ont été délivrés au Ltt Jean-Louis  Ménez (artillerie), à Sidi Ahmed, le 12 mars 1917 - Il a commandé le dirigeable "Tunisie" d'octobre 1917 à septembre 1918 - Collection Salah Ahmed que je remercie pour son aide - Un grand merci à Lucien Morareau pour l'identification du premier détenteur de cet insigne.

 

A6 - Aérostation militaire - Insigne de d'observateur en ballon dirigeable :

Insigne de poitrine d'observateur en ballon dirigeable n° B.440 - Origine Ebay France.

Insigne de poitrine d'observateur en ballon dirigeable n° B.1095 - Photo collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur en ballon dirigeable n° B.189 - Origine Internet - J'ai oublié de noter la source.

Insigne d'observateur en ballon dirigeable n° B 359 du Slt Maurice Chinot, observateur de la 72ème compagnie d'aérostiers de campagne - Photo François Crozet, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

 

A7 - Aviation maritime - Insigne de pilote d'hydravion :

Il y a eu 748 pilotes de la Marine française brevetés pendant la Grande Guerre. Sur ce total, 107 ont été brevetés au sein de l'aéronautique militaire française. Il reste donc 641 pilotes directement brevetés par leur arme.

Brevet métallique de pilote d'hydravion n° 392 du 2ème Maitre Raymond Bouniot obtenu à l'école d'aviation maritime de Saint-Raphael, le 23 novembre 1917 - Maître de 2ème classe Raymond Frédéric Bouniot - Né le 29 décembre 1892 à Rioux (17) - Brevet de pilote militaire n° 8654 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 17 septembre 1917 - A réalisé 28h00 de vol pour obtenir son brevet militaire - Stage de pilote d'hydravion de la marine à l'école d'aviation maritime d'Hourtin - A réalisé 2h55 de vol au sein de cette école - Stage pour l'obtention du brevet de pilote d'hydravion à l'école d'aviation maritime de St Raphaël - Brevet de pilote d'hydravions n° 392 en 16h44 réalisé au sein de cette école - Pilote du CAM de Platéali du 7 janvier au 29 novembre 1918 - 86h00 de vol réalisés au sein de cette unité - Malade du paludisme en novembre 1918, il est envoyé en convalescence en France - Arrivé à Toulon, le 27 décembre 1918, il est atteint de la grippe espagnole et décédé des suites de cette maladie à l'hôpital militaire Michel Lévy de Marseille, le 6 janvier 1919 - Il repose au cimetière Saint-Pierre de Marseille - Photo Jean-Yves Romanetti que je remercie pour son aide.

Brevet métallique de pilote d'hydravion n° 788 de l'Adj René Gaston Ménard obtenu à l'école d'aviation maritime de Saint-Raphael, le 22 mai 1919 - Cet aviateur de l'aéronautique militaire a passé son brevet de pilote d'hydravion avant de partir en mission en Argentine - Adj René Gaston Arthur Ménard - Né le 13 août 1895 au Havre (Seine-Maritime) - Fils de Jean Ménard (bonnetier) et de Rose Pessiot - Profession avant guerre Aviateur civil - Classe 1915 - Recrutement du Havre (Seine-Maritime) sous le matricule n° 2100 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre, au titre du 2ème groupe d'aviation, le 7 septembre 1914 - Rejoint le 2ème groupe d'aviation à Lyon-Bron, le 12 septembre 1914 - Mécanicien de la RGAé - Passé élève pilote à l'école militaire d'aviation de Buc, le 8 mars 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1075 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 14 juin 1915 - Pilote de l'escadrille C 42 du 1er juin au 1er octobre 1915 - Nommé Caporal, le 15 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille C 89 de l'armée d'Orient (future escadrille BR 505) du 1er octobre 1915 au 3 janvier 1916 - Nommé Sergent, le 10 octobre 1915 - En Serbie du 10 octobre 1915 au 1er août 1916 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'aéronautique de l'armée d'Orient, le 29 janvier 1916 - Pilote de l'escadrille N 87 de l'armée d'Orient (future escadrille BR 523) du 3 janvier au 10 août 1916 - Rapatrié en France, le 10 août 1916 - Pilote de l'escadrille MF 14 du 17 août au 23 novembre 1916 - En mission à l'escadrille F 59, le 17 octobre 1916 - Blessé au cours d'un accident d'avion, le 23 novembre 1916 - Evacué sur l'hôpital d'évacuation 2/14 de Bruyères, le 11 décembre 1916 - Hospitalisé jusqu'au 2 janvier 1917 - Pilote de la GDE du 10 au 17 janvier 1917 - Pilote du CRP du 17 janvier au 3 février 1917 - Nommé Adjudant, le 23 mars 1918 - Inapte deux mois pour entorse du pied droit avec arrachement de l'extrémité inférieur du tibia et du péronné avec atrophie musculaire et raideur articulaire par la 5ème commission de réforme de la Seine, le 3 février 1917 - Inapte deux mois pour fracture du péroné droit par la 5ème commission de réforme de la Seine, le 11 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 395 (future escadrille SPA 461) du 7 mai 1917 au 18 août 1918 - Moniteur de l'école de Cazaux du 18 août 1918 au 10 août 1919 - Brevet métallique de pilote d'hydravion n° 788 obtenu à l'école d'aviation maritime de Saint-Raphael, le 22 mai 1919 - Rengagé pour six mois, le 19 septembre 1919 - En mission en Argentine - Embarqué le 10 août 1919 - Débarqué en Argentine, le 29 août 1919 - En mission de propagande au profit de l'aéronautique française en Argentine du 30 août 1919 au 28 février 1920 - Embarqué, le 1er mars 1920 - Débarqué, le 19 mars 1920 - Démobilisé, le 20 mars 1920 - Affecté, dans la réserve, le 34ème régiment d'aviation d'observation du Bourget-Dugny, le 1er août 1920 - Domicilié à Olivos près de Buenos-Aires (Argentine), à compter du 9 décembre 1921 - Affecté, dans la réserve, aux troupes de l'Afrique Occidentale à Dakar, le 1er mai 1921 - Marié avec Mlle Eugénie Augustine Louise Pain à la mairie du 6ème arrondissement de Paris, le 24 juin 1922 - Domicilié chez Mme Mallot au 4, rue Clément à Paris, à compter du 11 août 1922 - Affecté, dans la réserve, au 3ème groupe d'aviation d'observation de Beauvais - A effectué une période de réserve au 3ème régiment d'aviation de Beauvais du 21 août au 4 septembre 1922 - Profession pilote d'avion de transports publics - Domicilié à Cepoy, commune de Montargis, à compter du 27 décembre 1923 - A effectué une période de réserve au 3ème régiment d'aviation de Beauvais du 5 au 19 mai 1924 - Domicilié au château de Mocques à St-Martin-sur-Nohain, à compter du 11 septembre 1924 - Affecté, dans la réserve, au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique - A effectué une période de réserve au centre d'entrainement aérien des réserve d'Orly du 1er au 15 mai 1925 - Domicilié au 17, rue des Lilas à Paris 19ème - Victime d'un accident aérien, le 20 janvier 1926 - Le moteur de l'avion, qu'il pilotait, a pris feu - Il a réussi à atterrir près du Câteau, malgré les flammes qui l'entouraient et à sauver ses passagers - Malheureusement, il a conservé de graves séquelles des brulûres qui l'ont touché ce jour là - Grade de Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 10 février 1926 - Domicilié au 12, rue Levert à Paris 20ème, à compter du 4 février 1928 - Déclaré Combattant volontaire, le 25 juin 1930 - Médaille commémorative serbe de la Grande Guerre n° 233, en date du 3 juin 1931 - Domicilié rue du Port à Verberie, commune de Pont-St-Maxence (Oise), à compter du 13 février 1932 - Réformé définitif par la commission de réforme de Compiègne, le 22 févier 1932 - Domicilié au 127, rue du Ranelagh à Paris 16ème (été) et 275 promenade des Anglais à Nice (hiver), à compter du 20 janvier 1935 - Croix du Combattant volontaire, le 28 juin 1935 - Dégagé de toutes obligations militaires, le 7 septembre 1942 - Totalise 1.380 heures de vol dont 12h15 en temps de paix - Domicilié rue de l'Union à Monflanquin (Lot-et-Garonne), à compter du 24 juin 1958 - Médaille Militaire, en date du 2 mars 1959 - Décédé au 102, reu Ourcq à Paris 19ème, le 21 mars 1967 - Insigne collection François Guisset que je remercie pour son aide - Sources : Registre d'état-civil (acte n° 2523) de la ville du Havre (Seine-Maritime) - Fiche d'état-civil - PAM - Liste des brevets militaires - Fiche matricule conservée aux archives départementales de la Seine-Maritime - CCC de l'escadrille BR 505 du front d'Orient - CCC de l'escadrille F 14 - LO - Avis de décès - Dernière mise à jour : 22 février 2024.

Insigne de poitrine de pilote d'hydravions n° 228 - Origine Collection Christophe Rochet que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote d'hydravions n° 337 du Ltt Marcel Combemale, issu des Chasseurs, ayant été successivement affecté au CAM de Bizerte en 1917, puis à celui de Saint-Raphaël en 1918 - Il est né à Porto (Portugal) en 1886 - Collection Jean-Marc Champart. que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote d'hydravions n° 1104 - Il date d'entre les deux guerres - Origine M. Sébastion Leroy que je remercie pour son aide.

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site.

 

A8 - Aviation maritime - Insigne d'observateur en hydravion :

Insigne de poitrine d'observateur en hydravion n° 748 - Origine Collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur en hydravion n° 811 ayant appartenu à l'EV Jean Antoine Fleury Martin-Binachon - Né le 2 janvier 1898 à Pont-Salomon (Haute-Loire) - Fils de Jean Antoine Régis Martin (concessionnaire Chenard à Saint-Etienne) et de Claire Fleurie Marie Binachon - Classe 1918 - Recrutement de Saint-Etienne (Haute-Loire) sous le matricule n° 758 - Engagé volontaire au titre de l'école navale pour huit ans, le 21 septembre 1916 - Affecté au 2ème dépôt des équipages de la flotte - Nommé Aspirant de Marine, le 1er juin 1917 - Nommé EV 2, le 1er octobre 1917 et affecté au port de Toulon (Var) - Breveté observateur en mai 1918 - Nommé EV 1, le 1er février 1919 et affecté au port de Brest (Finistère) - Brevet de pilote militaire n° 18.260 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 29 septembre 1919 - Affecté sur l'aviso "Somme" de la division navale de la Baltique, le 1er janvier 1921 - Nommé LV 1, le 19 octobre 1923 - Démissionnaire de la Marine, le 21 septembre 1924 - Reste affecté, dans la réserve, au port de Toulon - Nommé EV 1 de réserve, le 30 juin 1930 - Affecté au port de Brest, le 1er janvier 1932 - Chevalier de la légion d'Honneur, en date du 15 février 1935 - Nommé capitaine de corvette, commandant le torpilleur "Tornade", le 31 août 1935 - Officier de la Légion d'Honneur, le 22 juin 1939 - Nommé Capitaine de frégate de réserve, le 1er décembre 1948 - Nommé Capitaine de Vaisseau - Médaille d'Honneur de bronze de l'éducation physique et des sports, en date du 25 septembre 1948 - Décédé au cours d'un accident de voiture à Neulisse, le 31 mai 1949 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 11 novembre 1949 - Photo transmise par Arnaud Gouvion de Saint-Cyr que je remercie pour son aide - Sources : liste des brevets militaires - Fiche matricule conservée aux archives départementales de la Hauite-Loire - JORF - Site internet "Ecole navale" - Dernière mise à jour 27 mars 2020.

* Chevalier de la légion d'Honneur du LV Jean Antoine Fleury, en date du 15 février 1935 : "Service actifs 8 ans; réserve 10 ans 3 mois; 4 campagnes, une blessure en service commandé."

Insigne de poitrine d'observateur en hydravion n° 603 - Origine Collection Alain Campo que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine d'observateur en hydravion n° 624 du Quartier-Maître Joseph Garel - Voir le certificat associé à cet insigne en page "brevets papier" - Origine Collection Jérémie Raussin que je remercie pour son aide.

 

 

 

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

 

A9 - Aviation maritime - Insigne de pilote de direction de dirigeable - mécanicien de dirigeable - TSF de dirigeable -
observateur en ballon captif - mitrailleur ou canonnier de dirigeable :

Insigne de poitrine n° 93 de pilote de direction de dirigeable, mécanicien de dirigeable, TSF de dirigeable, observateur en ballon captif, mitrailleur ou canonnier de dirigeable - Photo Ebay France.

Insigne de poitrine n° 241 de pilote de direction de dirigeable, mécanicien de dirigeable, TSF de dirigeable, observateur en ballon captif, mitrailleur ou canonnier de dirigeable - Collection Salah Admed que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine n° 16 de pilote de direction de dirigeable, mécanicien de dirigeable, TSF de dirigeable, observateur en ballon captif, mitrailleur ou canonnier de dirigeable - Collection Salah Admed que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine n° 37 de pilote de direction de dirigeable, mécanicien de dirigeable, TSF de dirigeable, observateur en ballon captif, mitrailleur ou canonnier de dirigeable- Fixation par deux anneaux - Origine Collection Guillaume Louis que je remercie pour son aide.

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site.

 

B - Période 1925 à nos jours

B1 - Aéronautique militaire et armée de l'Air - Insigne de pilote :

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 31392 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 31578 ayant appartenu au Col Raymond Queyrat - Photo Francois Frizat, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 35805 - Origine collection Christian Promeyrat que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 37880 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 38395 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 21686 - Origine collection Christian Promeyrat que je remercie pour son aide

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 23437 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 27604 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide

Insigne de poitrine de pilote breveté aviateur militaire n° 29532 - Origine collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

 

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

 

B2 - Aéronautique militaire et armée de l'Air - Insigne d'observateur :

Insigne de poitrine d'observateur militaire n° 8448 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide

 

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

Insigne de poitrine d'observateur militaire n° 2941 datant du 15 juin 1940 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide

Insigne de poitrine d'observateur militaire n° 6142 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

 

B3 - Aéronautique militaire et Armée de l'Air - Insigne de personnel d'équipage :

Insigne de poitrine de personnel d'équipage n° 15585 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

 

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

Insigne de poitrine de personnel d'équipage n° 413 en fabrication locale - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide

Insigne de poitrine de personnel d'équipage n° 5841 - Origine collection Jean-Marc Champart que je remercie pour son aide.

 

B4 - Aviation maritime et Marine Nationale - Insigne de pilote :

Insigne de poitrine
de pilote

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

Insigne de poitrine
de pilote

Insigne de poitrine de pilote n° 3531 - Photo Sandrine Laurent, que je remercie pour son aide.

 

B5 - Aviation maritime et Marine Nationale - Insigne d'observateur :

Insigne de poitrine
d'observateur

 

 

 

Si vous possèdez de tels insignes,
pensez à mon site

Insigne de poitrine
d'observateur

Insigne de poitrine de mécanicien volant n° 2997 du Quartier Maître Louis Coffec, mécanicien d'aéronautique obtenu à Hourtin, le 15 novembre 1935 - Voir le diplôme associé sur la page des brevets papier - Photo François Coffec, son fils, que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- M. Jean-Marc Champart pour les photos des insignes de poitrine de sa collection.
- M. Pierre de Hovre
pour les photos de l'insigne de poitrine de son père Octave.
- M. Daniel Braud pour les photos de l'insigne de poitrine de Jean Belleuil.
- M. Patrick Boyer pour l'envoi des photos de l'insigne de poitrine de Jean Odoul.
- M. Christian Promeyrat pour les photos des insignes de poitrine de sa collection.
- M. Ronan Furic pour les photos des insignes de poitrine de sa collection.
- M. Pascal Pougniet pour ses documents sur les insignes de poitrine.
- M. Jean-François Martin pour l'envoi des photos de l'insigne de Claude Nardon, transmis par son fils Louis.
- M. Philippe Vandeweege pour l'envoi des photos de l'insigne de poitrine de sa collection.
- M. Jérémie Raussin pour la communication des archives du QM Joseph Garel.
- M. Jean-Claude Doussot pour la communication de l'insigne de poitrine du MdL André Couraux.
- M. Frédéric Steinbach pour l'envoi des photos du brevet du MdL André Couraux.
- M. Christophe Rochet pour l'envoi des photos de l'insigne n° 228.
- M. Lucien Morareau pour l'identification du brevet spécial du Ltt Marcel Combemale.
- M. Olivier Baillon pour l'envoi des photos des brevets n° 1095 et 202.
- M. Norman Destexhe pour l'envoi des photos des brevets n° 2773 et 4072.
- M. Sébastien Leroy pour l'envoi des photos du brevet de la Marine n° 1103.
- M. Louis Marie Peyroux pour l'envoi du brevet d'observateur de son père Louis Peyroux.
- M. Alexander Notopol pour l'envoi de l'insigne B 18526.
- M. Jean-Yves Romanetti pour l'envoi des archives de son oncle Raymond Bouniot.
- M. Jean-Jacques Moulin pour l'envoi des photos du brevet d'observateur André Ravisé, son grand-père.
- M. Juan-Carlos Rossier pour l'envoi des photos du brevet d'observateur B 5310.
- M. Michel Mazzanobile pour l'envoi des photos de l'insigne B 10.169.
- M. Robert Molinas pour l'envoi des photos de l'insigne d'Albert Pons, son grand-père.
- M. Thierry Ashworth pour l'envoi du brevet B 530.
- M. Alain Campo pour l'envoi du brevet 603.
- M. Antoine de Vitton pour la transmission des archives de Goslen de La Poëze, son arrière grand-père.
- M. Arnaud Drouin pour l'envoi des photos de l'insigne de pilote de René Drouin, son grand-père.
- M. François Gauthier pour l'envoi des brevets militaires de sa collection.
- M. Etienne de Vaumas pour l'envoi des archives de René de Lavaissière de Lavergne, son arrière grand-père.
- M. Francois Frizat pour l'envoi des photos de l'insigne de pilote militaire du Col Raymond Queyrat.
- M. François Coffec pour l'envoi des photos des brevets et insignes du QM Louis Coffec, son père.
- M. Vincent Riegel pour l'envoi des photos du brevet d'Antoine Tripier.
- M. Pierre Eudier pour l'envoi des photos de l'insigne n° B 215.
- M. Dominique Delluc pour l'envoi des archives de Léon Pommiès, son grand-père.
- M. Salah Ahmed pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. François Crozet pour l'envoi des archives et souvenirs de Maurice Chinot, son grand-père.
- Mme Marie-Claude Briant Apicella pour l'envoi de l'insigne de pilote militaire n° B 10.442.
- Mme Martine Vanderesse pour l'envoi des photos des souvenirs de Louis Housselstein, son grand-père.
- M. François Guisset pour l'envoi des photos de l'insigne de pilote militaire n° B 2966.
- M. Arnaud Gouvion de Saint-Cyr pour l'envoi de la photo du brevet d'observateur en hydravion de l'EV Jean Martin-Bidachon.
- M. Frédéric Madelin pour l'envoi des photos de l'insigne de pilote B 4921 du Sgt Hilaire Boureau.
- M. François Guisset pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Guillaume Hirsch pour l'envoi des insignes du MdL Désiré Baratciart.
- Mme Sandrine Laurent pour l'envoi des photos de l'insigne de pilote de la Marine n° 3531.
- M. Gérald Constantin pour l'envoi des photos du brevet d'élève pilote n° B 2522.
- M. Philippe Baldi pour l'envoi des photos des brevets d'Auguste Escafit.
- M. Fred Duranton pour l'envoi des photos du brevet B 11.702.
- M. Frédéric Lefebvre pour l'envoi des photos du brevet B 17.060 de l'EO Claude Colombant.
- M. Christophe Lemaire pour l'envoi des photos des insignes ayant appartenu au Cdt Henri Laplace.
- M. Guillaume Louis pour l'envoi des photos de l'insigne n° 37.
- M. Richard Alpaerts pour l'envoi des photos du macaron de son arrière-grand-oncle, Edouard Pavinet.
- M. Denis Auger pour l'envoi des archives d'Alfred Auger, son arrière-grand-Père.
- M. François Guisset pour l'envoi des photos de l'insigne de pilote d'hydravion n° 788 de l'Adj René Ménard.
- M. Philippe Chéron pour l'envoi des photo de l'insigne de pilote n° B.14.848.
- M. Nicolas Conreur pour l'envoi des photos de l'insigne de pilote n° B 3660 du Ltt Marc Volokhoff.

Bibliographie :

- L'Aviation Maritime Française pendant la Grande Guerre - par Morareau - Feuilloy - Courtinat - Le Roy - Rossignol - publié par l'ARDHAN en 1999 - Voir ce lien
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett et François Blech publié par Indo Editions en 2002.
- Carnet de la Sabretache n° 142 - Article sur les tenues et insignes de l'aéronautique militaire 1915-1922 - Transmis par M. Pascal Pougniet.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les Ailes Françaises sous l'Uniforme 1912-1945 par Bruno Chapelle - publié à compte d'auteur en 2004.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Brevet Papier

 

 

pas de fiche > 1918