Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Historique

La décision n° 19.362 du GQG a créé les détachements de chasse, à partir du 31 janvier 1917. Ces unités sont dotées de quatre avions de chasse, des Nieuport 23 ou 24, qui sont mis en oeuvre par quatre pilotes, dont un officier. Ces petites unités sont chargées assurer la protection aérienne des escadrilles d'observation ou de corps d'armée auxquelles elles sont rattachées. Leurs personnels sont mis en subsistance dans les escadrilles en question. Par exemple, cette décision a été mise en oeuvre au sein de la VIIème armée, à compter du 23 janvier 1917. La majeure partie des détachements a été constituée au début février 1917. On trouve également la dénomination de Groupe de protection dans les textes d'époque (ex : Groupe de protection 501). Ils ont été réunis pour créer huit nouvelles escadrilles, numérotées N 90 à N 97, à partir du 2 mai 1917.

 

Insignes peints
sur les fuselages

Pas d'insigne collectif pour ces unités qui ont eu une existence très courte.

 

Insignes métalliques
des détachements

Pas d'insigne métallique pour ces unités.

 

 

 

 

 

Périodes de stationnements

Rattachements des détachements de chasse
à la date de leur création (février 1917)


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

Types d'avions utilisés

Numéros des
avions connus

Je cherche les données de carnets de vol de pilotes affectés aux détachements de chasse.

 

Les commandants


 

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

Détachement de chasse 518

Photo du Slt Rodolphe Bordas

Slt Rodolphe Othmar Lucien Bordas - Né le 12 mai 1876 à Angoulème (Charente) - Fils de Rodolphe Pardoux, Joseph Bordas (Commis principal des postes) et de Madeleine Emma Eléonore Seguy - Domiciliés au 18, rue Rose à St-Jean-d’Angely (Charente) - Classe 1893 (engagement) / 1896 (normale) - Recrutement de Périgueux (Périgord) sous le matricule n° 1598 - Engagé volontaire pour cinq ans, au titre du 7ème régiment d’infanterie de Marine, à compter du 28 mai 1894 - Nommé Caporal, le 16 mai 1895 - Affecté au 9ème régiment d’infanterie de Marine, le 1 er novembre 1897 - Affecté au 10ème régiment d’infanterie de Marine, le 5 février 1898 - Nommé Sergent, le 26 juin 1898 - Fin de service et passage dans la réserve, le 28 mai 1899 - Domicilié à "La Khouan", province de Nam-Dinh (Tonkin), à compter du 5 septembre 1899 - Domicilié à Haïphong, à compter du 1 er mars 1905 - A effectué trois campagnes au Tonkin du 1 er novembre 1897 au 28 mai 1899 - Profession après engagement Contrôleur des Douanes et Régies en Indochine - Marié avec Mlle Marguerite Marie Cécile de Lapeyre de Bellair, le 1 er août 1904 - Affecté sur sa demande au 93ème régiment territorial d’infanterie, le 19 janvier 1915 - Est Rentré en métropole - Affecté au service automobile du 13ème régiment d’artillerie, caserné à Boulogne-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 24 mars 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 21 mai 1915 - Passé à l’aéronautique militaire comme élève pilote de l’école de Chartres, le 12 juin 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1299 obtenu à l’école d’aviation militaire d’Ambérieu, le 31 juillet 1915 - Pilote de la RGA du 20 août au 20 septembre 1915 - Affecté à l’escadrille VB 103 du 20 septembre au 4 octobre 1915 - Embarqué pour l’armée d’Orient, le 4 octobre 1915 - Pilote de l’escadrille V 90 Sde l’armée d’Orient (future 506) du 10 octobre 1915 au 1er juin 1916 - Citation à l’ordre de l’armée d’Orient, en date du 2 avril 1916 - Pilote de l’escadrille N 90 de l’armée d’Orient (future 506) du 1 er juin au 12 août 1916 - Entré à l’hôpital de Salonique, le 12 juillet 1916 - Embarqué pour la France et en convalescence, le 12 août 1916 - Arrivé à Marseille, le 16 août 1916 - Affecté à l’école d’aviation militaire de Pau, le 20 octobre 1916 - Affecté au GDE, le 1 er mars 1917 - Commandant du détachement de chasse 518 du 11 mars au 20 mai 1917 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif­, le 1 er juin 1917 - Convoyage d’un avion depuis le GDE du 14 au 19 mars 1917 - Pilote de l’escadrille N 95 du 20 mai 1917 au 11 juin 1917 - Pilote de l’escadrille C 18 du 11 juin au 1 er juillet 1917 - En stage au GDE du 13 au 20 juin 1917 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 28 juin 1917 - Affecté au GC 11, le 1 er juillet 1917 - Affecté au GDE, le 1 er septembre 1917 - Pilote de l’escadrille SOP 123 (GB 4) du 24 septembre au 22 octobre 1917 - Commandant de l’annexe 5 de la RGA de Luxeuil, le 24 octobre 1917 - Chevalier de la Légion d’Honneur et citation à l’ordre de l’armée, en date du 10 juillet 1918 - Démobilisé, le 8 janvier 1919 - Profession après guerre Employé de commerce - Affecté, dans la réserve, au 4 ème escadron du Train des équipages, le 12 avril 1922 - Mis à la disposition de la direction des troupes coloniales, le 15 février 1923 - Décédé à Hanoï (Tonkin), le 15 mars 1923 - Sources : Acte de naissance - Pam - Liste des brevets militaires - Fiche matricule du département du Périgord - LO - Etat des services - JORF - CCC de l’escadrille SOP 123 - CCC de l’escadrille N 95 - CCC de l’escadrille C 18 - Dernière mise à jour : 17 juin 2017.

* Citation à l’ordre de l’armée d’Orient du Slt Rodolphe Othmar Lucien Bordas, pilote à l’escadrille V 90 S, en date du 2 avril 1916 : "Fonctionnaire colonial ; engagé volontaire pour la durée de la guerre. Déjà cité pour sa brillante conduite au retour d’un bombardement. Le 17 février, attaqué par un Albatros, a fait preuve d’habileté et sang-froid dans ses manœuvres et a permis à son bombardier d’atteindre l’avion ennemi."

 

Détachement de chasse 515
Photo du Ltt Maurice Noguès

Ltt Maurice Emile Théodore Auguste Marie Noguès - Né le 31 octobre 1889 à Rennes (Ile-et-Vilaine) - Fils d'Emile François Auguste Noguès et de Marthe Marie Anne Vallée - Domiciliés au 15, rue Maurepas à Versailles - Classe 1909 - Recrutement de Versailles (Yvelines) sous le matricule n° 6786 - Service militaire au 1er régiment de Génie, à compter du 10 octobre 1911 - Réformé n° 2 par la commision spéciale de Versailles pour endocardite, le 7 décembre 1911 - Profession avant guerre Etudiant - Engagé pour la durée de la guerre, le 22 août 1914 - Affecté au 2ème groupe d'aviation de St-Cyr comme élève pilote, le 24 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 682 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 6 février 1915 - Pilote de l'escadrille VB 107 du 4 mars 1915 au 23 juin 1916 - Nommé Caporal, le 16 mars 1915 - Médaille Militaire, Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée, en date du 15 avril 1915 - Nommé Sergent, le 21 avril 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 15 mai 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 15 juillet 1915 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 22 avril 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, le 10 mai 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, le 27 mai 1916 - Blessé au cours d'un accident d'avion, le 23 juin 1916 - Pilote du GDE du 19 juillet au 26 octobre 1916 - Nommé Sous-lieutenant de réserve à titre définitif, le 28 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 29 du 26 au 29 octobre 1916 - Pilote de l'escadrille MF 123 du 29 octobre 1916 au 1er mars 1917 - En mission à la RGA, le 25 février 1917 - Pilote du détachement de chasse N 515 du 26 février au 30 août 1917 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 15 juillet 1917 - En subsistance à l'escadrille N 3 du 17 au 19 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 73 du 19 septembre au 15 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 12 du 15 octobre 1917 au 22 mars 1918 - En mission à la RGA du 4 au 16 novembre 1917 - Commandant de l'escadrille SPA 73 du 22 mars au 28 avril 1918 - Citation à l'ordre du groupe d'armée de réserve, en date du 22 avril 1918 - Blessé au cours d'un capotage, le 27 avril 1918 - Evacué l'ambulance 5/68, le 27 avril 1918 - Evacué sur l'hôpital de Beauvais du 29 avril au 17 juillet 1918 - En convalescence de trois mois du 21 juillet au 20 octobre 1918 - Transféré sur l'hôpital de Lyon, le 20 octobre 1918 - Convalescne de trois mois du 22 décembre 1918 au 21 mars 1919 - Prolongation de deux mois du 22 mars au 21 mai 1919 - Démobilisé - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 16 juin 1920 - Affecté, dans la réserve, au 7ème régiment du Génie, le 18 juillet 1922 - Affecté, dans la réserve, au 1er régiment du Génie, le 28 septembre 1923 - Officier de la Légion d'Honneur, le 23 août 1925 - Affecté, dans la réserve, au 2ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 21 juin 1929 - Nommé Capitaine d'aéronautique de réserve, le 25 juin 1931 - Une période d'instruction volontaire au 2ème bataillon de l'Air du 20 au 25 novembre 1933 - Décédé lors d'un accident d'aviation à Corbigny, le 15 janvier 1934 - Sources : Pam - FM Yvelines - CCC N 73 / SPA 73 - CCC N 3 - CCC VB 107 - CCC MF 123 - CCC MF 29 / SOP 29 - JORF - Dernière mise à jour : 15 janvier 2016.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Ltt Maurice Emile Noguès du génie, ex 2ème groupe d'aviation, en date du 16 juin 1920 : "Remarquable officier. S'est toujours distingué à de nombreusereprises dans ses actions en liaison avec l'infanterie et dans ses missions à longue distance. deux blessures. deux citations."

* Officier de la Légion d'Honneur du Ltt Maurice Emile Théodore Auguste Marie Noguès, pilote aviateur, en date du 23 août 1925 : "Magnifiques états de services militaires pendant la guerre comme pilote aviateur (4 citations, 2 blessures, croix de Guerre, Médaille Militaire, croix de Chevalier de Légion d'Honneur). Ne cesse, comme pilote civil, de rendre les plus précieux services. A exécuté des vols d'études sur les trajets Paris-Bucarest-Belgrade, Paris-Moscou puis Paris-Angola. A mis au point l'exploitation de la ligne Paris-Zurich-Vienne. Fait preuve dans l'accomplissement de ses focntions de la plus grande valeur technique et morale et jouit à juste titre d'un ascendant remarquable sur le personnel de la compagnie à laquelle il est attaché. Chevalier du 16 juin 1920."

 

Détachement de chasse 502

Brigadier Pierre Elie Lautier - Né le 8 février 1892 à Arles (13) - Fils de Marius Etienne Lautier et de Marie Rey - Engagé (service militaire) au 11ème régiment de Hussards de Vienne (Isère), le 30 mars 1913 - Profession avant guerre Mécanicien - Mobilisé au 11ème régiment de Hussards - Nommé Brigadier, le 24 août 1914 - Passé à l'aviation, le 24 décembre 1915 - Tests de présélection personnel navigant à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 3664 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 12 juin 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Buc - Stage de Spécialisation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage pratique du tir à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute voltige à l'école d'aviation militaire de Pau - RGA jusqu'au 31 janvier 1917 - Pilote du détachement 502 ( 4 avions) au sein de l'escadrille C 34 du 31 janvier au 17 mars 1917 date de sa mort - Convoyage d'un Nieuport depuis la GDE, le 6 janvier 1917 - Accident d'avion (capotage) dans les environs de Belfort, le 20 janvier 1917 - Annexe n°1 du RGA de Bar-le-Duc pour convoyer un autre avion destiné à l'escadrille C 34, le 22 janvier 1917 - Grièvement blessé au combat, décédé des suites de ses blessures à l'ambulance de Sentheim (68), le 17 mars 1917 - Inhumé au cimetière de Rougemont-le-Château (90) - Photo Pierre Lautier transmise par Mme Elisabeth Besson, née Perrin, sa petite nièce que je remercie pour son aide.

 

Détachement de chasse 510
Photo du Ltt Albert Achard

Ltt Albert Achard - Né le 26 mars 1894 à Briançon (Hautes-Alpes) - Fils de Gabriel Denis Achard (commercant) et de Florentine Hôté-Thiévos - Classe 1914 - Recrutement de Lyon Sud sous le matricule n° 122 - Engagé volontaire pour huit ans, le 7 août 1913 - Arrivé à l'école militaire spéciale de St-Cyr, le 6 septembre 1913 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 9ème régiment de Hussards, le 12 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 17 mars 1915 - Observateur de la RGA du Bourget du 17 mars au 3 avril 1915 - Observateur de l'escadrille MS 48 du 3 avril au 29 septembre 1915 - Nommé Lieutenant, le 30 juin 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée, en date du 4 mai 1915 - Affecté au SFA du 29 septembre au 12 octobre 1915 - Observateur de l'escadrille N 91 S du front d'Orient (future 507) du 12 octobre 1915 au (2ème trimestre 1916) - Nommé Lieutenant, le 8 juillet 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en septembre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée d'Orient, en date du 1er février 1916 - Elève pilote à l'école de pilotage de Salonique - Brevet de pilote militaire n° 4642 décerné à l'école militaire d'aviation de Salonique, le 20 avril 1916 - Pilote de l'escadrille MF 98 T du front d'Orient (future 524) du (2ème trimestre) 1916 au 25 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 203 du 24 octobre 1916 au 1er janvier 1917 - Pilote de la RGA du 1er janvier au 9 mars 1917 - Pilote du détachement de chasse n° 510 (sous subsistance de l'escadrille F 44) du 9 mars au 1er juillet 1917 - Abat un avion allemand dans les environs de Taon-les-Vosges (88), le 2 mai 1917 - Ses adversaires étaient probablement le Vfw Seifert et l'UffzWilhelm Niess de la SchuSta 7 - Ils ont été faits prisonniers - Une citation à l'ordre de l'armée, en date du 31 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 85 au 1er juillet au 12 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 78 / SPA 78 du 12 septembre 1917 au 26 août 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation n° 146 à l'ordre de l'armée, en date du 13 septembre 1917 - Evacué sur l'hôpital de Clermont du 2 mai au 7 juin 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1918 - Commandant de l'escadrille SPA 150 du 26 août 1918 au 2 avril 1919 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 27 octobre 1918 - Affecté au 4ème régiment d'aviation du Bourget, le 1er janvier 1920 - Affecté au 5ème régiment d'aviation d'observation, le 1er juin 1920 - Affecté au 35ème régiment d'aviation - En congé sans solde de 3 ans - Classé dans l'arme de l'aéronautique, le 25 décembre 1922 - Démissionnaire de l'armée active - Affecté dans la réserve avec le grade de lieutenant au 36ème groupe d'aviation, le 5 novembre 1924 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 12 juillet 1926 - Affecté dans la réserve à la base aérienne de Pau, le 1er décembre 1936 - Affecté au bataillon de l'air 113, le 1er février 1938 - Domicilié 1, rue St-Cécile à Albi - Rayé des personnels navigants sur sa demande - A accompli une période d'exercices au centre de renseignements et d'alerte de Carcassonne du 25 septembre au 5 octobre 1938 - A accompli une période obligatoire à la base de Rochefort du 21 octobre au 3 novembre 1938 - Affecté au bataillon de l'air 109, le 1er novembre 1938 - Rappelé à l'activité (mobilisation), le 2 septembre 1939 et affecté au centre de renseignements et d'alerte de Carcassonne - Affecté à la base aérienne 109, le 8 novembre 1939 - Affecté à l'état-major de la 2ème subdivision aérienne de Bordeaux, le 9 janvier 1940 - Sources : FM (Rhône) - Pam - CCC N 48 - CCC N 85 - CCC SPA 78 - CCC SPA 150 - JORF - Dernière mise à jour : 19/12/2013.

* Citation à l'ordre de la division du Slt Albert Achard du 9ème régiment de Hussard, observateur de l'escadrille MS 48, en date du 6 juin 1915 : "Sous-lieutenant de cavalerie observateur à l'escadrille MS 48, le 15 avril 1915, armé d'un mousqueton, a attaqué un avion allemand muni d'une mitrailleuse, et après avoir eu son aile perçée, l'a forcé à atterrir. Le 24 avril,, au cours d'une reconnaissance d'où il a rapporté des renseignements très importants, a eu son appareil perçé d'éclats d'obus."

* Citation n° 52 à l'ordre de la division du Ltt Albert Achard du 9ème régiment de Hussard, observateur de l'escadrille MS 48, en date du 1er juillet 1915 : "Au cours d'un vol de barrage, a attaqué, armé seulement d'un mousqueton, un Albatros armé d'une mitrailleuse. L'a approché à 50 mètres en essuyant trois bandes de mitrailleuses, dont les balles ont perçé, à hauteur de la tête du pilote et ont coupé un montant de la cabane supérieure. Malgré le danger d'une rupture de l'appareil, a continué l'attaque en tirant sur l'ennemi 81 cartouches et le poursuivant bien au delà de nos lignes jusqu'au moment où l'appareil piqua brusquement."

* Citation à l'ordre de l'armée d'Orient du Ltt Albert Achard, observateur de l'escadrille N 91 S, en date du 1er février 1916 : "Observateur remarquablement entraîné aux grandes reconnaissances d'armée d'où il rapporte des renseignements nombreux et toujours précis. A pris part à une reconnaissance de 350 kilomètres dont 175 au-dessus des lignes ennemies."

* Citation n° 761 à l'ordre de la 2ème armée du Ltt Albert Achard, pilote du détachement N 510, en date du 31 mai 1917 : "Le 2 mai 1917, après un dur combat, a abattu un avion ennemi tout prêt de nos lignes. Déjà trois fois cité à l'ordre de l'armée."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation n° 146 à l'ordre de l'armée du Ltt Albert Achard, pilote de l'escadrille SPA 78, en date du 13 septembre 1917 : "Excellent pilote de chasse d'une ardeur inlassable, qui ne cesse de faire preuve des plus belles qualités d'audace et d'intrépidité. le 27 juin 1917, après un dur combat, a abattu un 2ème avion ennemi."

* Citation à l'ordre du groupe d'armée de réserve du Ltt Albert Achard, pilote de l'escadrille SPA 78, en date du 2 août 1918 : "Officier pilote d'une adresse et d'une énergie peu communes. Le 19 juillet 1918, a rapporté sa quatrième victoire en abattant un avion de chasse ennemi qui s'est écrasé dans nos lignes

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Albert Achard, pilote de l'escadrille SPA 78, groupe de combat 16, en date du 10 octobre 1918 : "A poursuivi loin dans ses lignes et abattu en flammes un triplace ennemi; attaqué par une forte patrouille de monoplaces, en a probablement abattu un et, bien que blessé et ayant son appareil sérieusement atteint, est parvenu à regagner les lignes françaises."

 

Détachement de chasse 510

Photo prise par l'équipage Dauguet / Chanaron de la F 44 au-dessus du bois de Montfaucon (Marne), le 19 juin 1917 - Cette mission de reconnaissance était escortée par le Nieuport 23 piloté par le MdL MdL Fernand Roger, pilote du détachement 510 - Dans les environs de Chattancourt, les français ont été attaqués quatres chasseurs du Jasta 16 - Roger a été tué probablement par le Ltn Karl Odebrett du Jasta 16 (sa 2ème victoire) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Charles Chanaron transmise par Rémy Chanaron, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Détachement de chasse 516

Le Nieuport 11 baptisé "A.I.D", piloté par le MdL Gustave Daladier, percute un tracteur d'aviation pendant sa course d'atterrissage et termine sur le nez, sans dommage pour son pilote, le 20 juillet 1916 - Daladier avec plusieurs pilotes de la N 73 a été affecté à la MF 14 pour former le détachement de chasse 516 qui sera effectivement créé en février 1917 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

 

Détachement de chasse 518

Nieuport 23 n° 3537 piloté par l'Adj Jacques Sirieys posé dans les lignes allemandes après un combat contre le Ltn Dotzel du Jasta 19 (1ère victoire), le 15 avril 1917 - Photo collection Jean Paul Galliot que je remercie pour son aide.

Détachement de chasse 502

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Le Brigadier Pierre Lautier, pilote du détachement de chasse 502 (4 Nieuport 17) au sein de l'escadrille C 34 du 31 janvier au 17 mars 1917 - Ce détachement servait à couvrir les missions de reconnaissance de la C 34 à l'aide de monoplaces de chasse - Cette photo montre un des Nieuport 17 du détachement de chasse 502 dans les environs de Belfort où des combats ont opposé ces avions avec l'aviation allemande de mars à juin 1917 - Cette photo date probablement du convoyage d'avion qui a mal tourné, le 20 janvier et qui s'est terminé par un capotage - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Pierre Lautier transmise par Mme Elisabeth Besson, née Perrin, sa petite nièce que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 du Détachement 502 opérant dans les environs de Belfort au début de 1917 - Cet avion porte un insigne personnel - Recto de la photo écrite 2 semaines avant sa mort au combat - Photo Pierre Lautier transmise par Mme Elisabeth Besson, née Perrin, sa petite nièce que je remercie pour son aide.

Autre face de la photo - Le texte a été écrit par Pierre Lautier 2 semaines avant sa mort au combat - Photo Pierre Lautier transmise par Mme Elisabeth Besson, née Perrin, sa petite nièce que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

 

 

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Caveau de la famille Sage-Dupuis dans le cimetière Montparnasse de Paris - Le Sgt Henri Gross, pilote du détachement de chasse 514, tué en combat aérien, le 25 mai 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail du caveau de la famille Sage-Dupuis dans le cimetière Montparnasse de Paris - Le Sgt Henri Gross, pilote du détachement de chasse 514, tué en combat aérien, le 25 mai 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- Mme Elisabeth Besson, née Perrin pour l'envoi des photos de Pierre Lautier.
- M. Jean-Pierre Amigues
pour l'envoi des archives de Jean Amigues, son grand-père.
- M. Jean-Paul Galliot pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Alain Octavie pour l'envoi des photos de la tombe d'Henri Gross.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 275 Escadrille 442

 

 

pas de fiche > 1918