Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Historique

L'Armée choisira de s'installer dans la plaine de Longvic après avoir acquis neuf hectares de terrain, préalablement déclarés d'utilité publique par le décret du 7 Juillet 1913. C'est en fin de cette année que commence la construction de la caserne Ferber et des hangars  nécessaires pour accueillir les deux escadrilles de reconnaissance. C'est cet ensemble qui deviendra quelques années plus tard le Centre d'Aéronautique Militaire du 1er Groupe d'Aviation.

Le centre d'aviation s'installe sur le terrain de Longvic à partir d'avril 1914. Le 14 avril, le journal "Le Progrès" signale l'arrivée du premier biplan Farman vers 10h00. Il s'agit du "Jeanne d'Arc" de l'équipage composé par le Cne Voisin et du sapeur Destot.
Le 19 avril, arrivée des six avions de l'escadrille HF 19 en provenance de Lyon, où elle a été créée. L'un des Henri Farman HF-20 de l'escadrille porte le nom de baptème de "Ville de Dijon".

La BR 17 arrive quelques jours plus tard. Elle est équipée de 6 Breguet U 1 motorisés par un moteur Salmson CU M9. Plusieurs autres Breguet, des modèles U 2 seront reçus, mais considérés comme dangereux après plusieurs accidents graves, seront démontés et réformés sur place. Plusieurs avions (2 ou 3) de cette unité resteront à Dijon, affectés en 2ème réserve, lors du départ de la 17 pour le front, les 8 et 9 août 1914. Ces escadrilles seront suivies des escadrilles BL 18 et MF 20.

Quatres escadrilles ont été stationnées sur ce terrain :

    • L'escadrille BR 17* (d'avril au 9 décembre 1914)
    • L'escadrille BL 18 (d'avril au 2 août 1914)
    • L'escadrille HF 19 (du 19 avril au 4 août 1914)
    • L'escadrille MF 20 (d'avril au 8 août 1914)

      * L'escadrille BR 17 deviendra l'escadrille 103, le 4 mars 1915

En plus des unités aériennes, on trouvera sur le terrain :

  • la première réserve de ravitaillement n° 6.
  • la deuxième réserve de ravitaillement pour les escadrilles.
  • une compagnie d'ouvriers de l'air.
  • un parc de réparation
  • une compagnie de dépots.

A partir de mai 1917, une école militaire de pilotage s'installe sur le site. Les stagiaires font un séjour d'un mois, avant d'être envoyés dans les écoles de spécialisation comme Istres, Ambérieu, Cazaux.

Cliquez sur le dessin pour l'agrandir

Plan du terrain de Dijon en 1914 - Dessin Albin Denis d'après un document d'époque transmis par Daniel Gilberti que je remercie pour son aide précieuse.

 

 

 

Dijon

Détails des baraques et hangars en place
ou à installer pour mars 1914

1 - Provenant d'Etampes :

  • 1 baraque Lapeyrére
  • 5 baraques Espitalier 6 x 6 m
  • 2 hangars Bessonneau en toile
  • 10 hangars Bessonneau en bois
  • 2 hangars Pelletier

2 - Provenant d'Epinal :

  • 1 baraque Espitalier 6 x 6 m

3 - Provenant de Dijon :

  • 2 baraques Espitalier 6 x 6 m
  • 2 baraques Espitalier 21 x 6 m
  • 1 hangar Villard
  • 1 hangar Pelletier
  • 3 hangars Bessonneau en toile (en mauvais état)

4 - Provenant de Chalais :

  • 11 baraques espitalier 21 x 6 m
  • 1 baraque Espitalier 6 x 6 m(cuisine)
  • 7 hangars Bessonneau 20 x 40 m

5 - Existant à Dijon :

  • 2 hangars semi-permanents 12 x 12 m

6 - Annoncés par le Ministre pour le 15 mars 1914 :

  • 2 hangars 20 x 20 m

Reconnaissance aérienne allemande
du 4 septembre 1917

Le 4 septembre 1917, un avion allemand franchit les lignes dans les environs de Belfort et vient photographier le terrain de Dijon-Longvic - Les interprétateurs allemands ont évalué la capacité maximale de ce terrain en dénombrant les différents types de hangars (3 de 72x50 m - 10 de 50x48 m - 8 de 37x24 m - 11 de 28x26 m - 4 de 25x22 m - 8 de 25x18 m - 10 de 20x20 m, soit 54 hangars d'aviation) et le nombre d'avions qu'ils pouvaient recevoir - Pour eux, Dijon-Longvic était capable d'abriter un maximum de 178 avions de grande taille (similaires à des Caudron G 4, G 6) ou 420 monoplaces de chasse de type Nieuport ou SPAD - Photo collection Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.

Première photo allemande prise lors d'une reconnaissance aérienne réalisée, le 4 septembre 1917 - L'intégralité des installations est présentée à l'aide d'un assemblage de 3 photos - Photo collection Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.

Seconde photo allemande prise lors d'une reconnaissance aérienne réalisée, le 4 septembre 1917 - Photo collection Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.

Troisième photo allemande prise lors d'une reconnaissance aérienne réalisée, le 4 septembre 1917 - Photo collection Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.

Reconnaissance aérienne allemande
du 4 septembre 1917

Intégralité du mapping réalisé par les Allemands suite à la mission du 4 septembre 1917 - Il a été fait en assemblant 3 clichés pour montrer l'ensemble des installations de ce terrain - Ces photos sont présentées en détail sur la colonne opposée - Photo collection Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.

Correspondance des installations de 1917 avec celles de la base aérienne 102 de Dijon-Longvic en 2013 - Bien entendu, tout à changé, mis à part la rivière l'Ouche qui passe à gauche des installations et dont le tracé n'a pas changé en presque un siècle - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Attention seule l'orientation du mapping est correcte, le Nord est donné par la position de la flèche blanche présente sur chaque cliché - Photo Google Earth pour celle du haut et collection Daniel Gilberti pour celle du bas.

Ecole de Pau Ecole d'Istres Ecole d'Avord Ecole de Chartres Ecole du Crotoy Ecole de Tours Ecoles de Cazaux et de Biscarosse Ecole d'Ambérieu Ecole de Dijon-Longvic Ecole de Chateauroux Ecole de Toussus-le-Noble Ecole de Juvisy Ecole d'Etampes-Mondesir Ecole de Buc

Henri Farman HF-20 baptisé "Ville de Dijon" appartenant à l'escadrille HF 19 photographié sur le terrain de Longvic en 1914 - Carte postale d'époque.

Les hangars du terrain de Dijon-Longvic au début de la guerre 14-18 - Sur cette photo, on peut voir les Bréguet U 3 de l'escadrille BR 17 (future 103) et un Henri-Farman HF 20 de l'escadrille HF 19 - Cette carte sera remplacée quand je trouverais des photos de l'école de Dijon en 1917 - Collection Daniel Gilberti que je remercie pour son aide

Les hangars du terrain de Dijon-Longvic pendant la guerre - Photo : Carte postale d'époque

Blériot XI-2 n° 239 de l'escadrille BL 18 piloté par l'Adj Emile Gaston Guidon - Pilote de l'escadrille BL 18 du 2ème trimestre 1914 au 15 février 1915
* Adj Gaston Emile Guidon - Né le 11 juin 1883 à Osne-le-Val (Haute-Marne) - Fils d'Auguste Guidon et d'Armanda Brodard - Service militaire au 3ème régiment de Tirailleurs Algériens stationné à Bône (Algérie), le 2 avril 1902 - Médaille coloniale du Maroc - Brevet de pilote civil de l'Aéroclub de France n° 1497 - Brevet de pilote militaire n° 423 en date du 16 février 1914 - Affecté au centre d'aviation militaire de Dijon - Pilote de l'escadrille BL 18 du 2ème trimestre 1914 au 15 février 1915 - Médaille Militaire, le 14 août 1914 - Hospitalisé du 9 au 25 août 1914 - Convalescence puis rayé des contrôles de la C 18 le 25 février 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 26 août 1915 - Croix de Guerre - Pilote convoyeur du GDE du Plessis-Belleville du 7 février au 30 août 1916 - Tué au cours d'un accident d'avion, aux commandes d'un Sopwith 1A2, sur l'aérodrome de la RGA de Dugny, le 15 décembre 1916.

Les hangars du terrain de Dijon-Longvic au début de la Guerre - On peut voir des Bréguet U3 type 1914 équipés d'un moteur Gnôme de 100 ch appartenant à l'escadrille BR 17 (future 103) - Cette carte n'est pas représentative de l'école de pilotage qui s'est installée en 1917 - Elle sera remplacée quand je trouverais des photos datée de cette époque - Photo : Carte postale d'époque

 

Le MGA n° 2 après guerre

 

Le MGA n° 2 après guerre

Les appelés du magasin général d'aviation n° 2 (MGA n° 2) de Dijon-Longvic fêtant leurs 100 derniers jours de service militaire (le père 100) - Ces appelés ont été incorporés en janvier 1927 - A cette époque, l'aéronautique militaire comptait quatre magasins généraux d'aviation qui ravitaillaient les unités en matériels et pièces détachées - Ils s'agissait des MGA n° 1 de Romilly-sur-Seine - MGA n° 2 de Dijon-Longvic - MGA n° 3 de Romorantin - MGA n° 4 de Versailles-Mortemets - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection David Lamanthe que je remercie pour son aide.

 

 

Remerciements à :

- M. Daniel Gilberti pour l'envoi des photos de la reconnaissance allemande du 4 septembre 1917.
- M. David Lamanthe pour l'envoi de la photo des appelés du MGA n° 2.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet "Histavia 21" de Daniel Gilberti - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Chateauroux Etampes

 

 

pas de fiche > 1918

Ecole de Pau Ecole d'Istres Ecole d'Avord Ecole de Chartres Ecole du Crotoy Ecole de Tours Ecoles de Cazaux et de Biscarosse Ecole d'Ambérieu Ecole de Dijon-Longvic Ecole de Chateauroux Ecole de Toussus-le-Noble Ecole de Juvisy Ecole d'Etampes-Mondesir Ecole de Buc Dijon Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour agrandir