Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Historique

  • A ) Ecole de pilotage civile de 1909 au 15 octobre 1915 :

Le terrain de Juvisy a été inauguré le 23 mai 1909. Ses installations se composaient de :

  • 32 hangars.
  • des ateliers de réparation et de construction.
  • des tribunes.
  • un hôtel de réception V.I.P.
  • un restaurant et des buffets.
  • une entrée principale avec des commerces.
  • une poste.
  • un central téléphonique et télégraphique.
  • une salle pour les journalistes.
  • une infirmerie.
  • un parc pour les automobiles.

Le terrain d'aviation proprement dit comprenait un mât aux signaux ancêtre de la tour de contrôle au centre d'une piste circulaire en herbe de 3 km, à l'abri des vents par l'alignement des coteaux riverains de Viry-Chatillon, Savigny et Juvisy. Cette protection contre l'action du vent était absolument nécessaire pour permettre aux avions de l'époque de s'élever à 2 ou 3 mètres du sol.

Après les inondations de janvier et février 1910, une dizaine d'écoles civiles de pilotage viennent s'installer à Port Aviation. A partir de cette date, les pilotes de monde entier viennent passer leur brevet de pilote civil à Juvisy-Port Aviation. Après janvier 1911, chaque pays formera ses pilotes. De 1911 à 1914, une activité aérienne a lieu chaque week-end sur le terrain. Mais très vite, il devient trop exigu pour les nouveaux avions.

En août 1914, le terrain n'est plus utilisé que par les vaches et toutes les installations restent sans utilisation. C'est le déclenchement de la Grande Guerre qui va permettre la résurrection du terrain.

- D'abord avec l'arrivée d'un détachement de 40 garde-voies de chemin de fer pour surveiller les voies de la gare de Juvisy.
- ensuite, dès le printemps 1915, avec l'installation d'un détachement de l'aviation britannique d'une dizaine d'appareils. A l'automne 1915, les anglais sont remplacés par les aviateurs français
qui créent un centre d'instruction.
  • B ) Ecole de pilotage militaire française du 15 octobre 1915 au 1er janvier 1918 :

Créée le 15 octobre 1915 – 1er commandant du centre : Cne Rosner.
L’école Caudron G 3 va former 598 pilotes sur le 16.834 formés en 14-18.

  • C ) Ecole de pilotage militaire belge du 1er janvier au 11 novembre 1918 :

Le 1er janvier 1918, une réorganisation des centres écoles est effectuée : les Français se retrouvent à Etampes, et l'école belge d'Etampes, complètement réinstallée à Viry-Chatillon, reprend son activité. Mais la forme en cuvette de Port Aviation constitue un inconvénient de plus en plus important avec la puissance des avions; il y a en fait, quatre terrains que les français utilisaient déjà à partir de 1916

  • L'aérodrome de Port Aviation.
  • Le terrain de la ferme Champagne, avec un hangar, d'une superficie de 39 hectares.
  • Le terrain d'atterrissage de Plessis-le-Comte, d'une superficie de 14 hectares.
  • Le terrain d'atterrissage de Paray-la-Vieille-Poste, d'une superficie de 11 hectares, avec un hangar Bessonneau.

Les quatre terrains sont éloignés les uns des autres, ce qui nuit à la surveillance. Le personnel est amené chaque jour, ainsi que les élèves, sur leur lieu de travail par camions et automobiles. Les appareils, pilotés par les moniteurs, se rendent aux différents terrains, par la voie des airs.

Le matériel en service durant le 1er trimestre 1918 :

  • 6 biplaces Caudron G 3, moteur Anzani de 90 ch.
  • 6 monoplaces Caudron G 3, moteur le Rhône de 80 ch.
  • 2 biplaces Caudron G 3, double commande.

Le personnel instructeur comprend :

  • Un chef pilote, le sous-lieutenant Peeters,
  • les moniteurs : les sous-lieutenants Deplus, Piret, Jenatzy, Galler, De Neef, Franchome, Lamarche, Verlongen, l'adjudant Cambier, le 1er sergent Baudelet.

Les élèves en effectifs s'élèvent à une centaine de personnes qui se maintient jusqu'à la fin de la guerre. L'école fournit 10 à 20 pilotes par mois aux escadrilles du front. Les pilotes ont un entraînement d'environ 6 mois, soit 60 heures de vol sur une série d'appareils allant du Farman de 1914, Caudron, Blériot, Voisin, Sopwith, BB Nieuport.
L'entraînement comporte des vols en groupes et des acrobaties : glissement, renversement, tonneau, vrille, looping, etc...
Au moment de l'Armistice, plus de 250 pilotes ont été formés et ce, malgré les fournitures parcimonieuses des Français et Anglais, de qui ils sont tributaires.

Ecole militaire de pilotage
de Juvisy – Port Aviation

Inauguration de l'aérodrome de Juvisy, le 23 mai 1909 - Carte postale d'époque.

Ecole Civile Demazel-Caudron - Carte postale d'époque

 

 

Ecole militaire de pilotage
de Juvisy – Port Aviation

Le pilote Chevillard sur Henri Farman HF 20 n° 8 - Terrain de Juvisy-Port aviation, le 7 novembre 1913 - Origine agence M.Branger en vente sur le Site Internet "Past to Present"

Maréchal des Logis Jacques de Sibour photographié à coté d'un Caudron G III de l'école de pilotage élémentaire de Juvisy en fin 1917. Son parcours en école d'aviation a été le suivant : Dijon (théorie) - Juvisy (pilotage élémentaire) - Avord (transformation) - une période comme moniteur à l'école de Juvisy - Chateauroux (perfectionnement) - Avord (perfectionnement) - Pau (stage chasse) - Il intégrera ensuite l'escadrille SPA 150 - Photo famille de Sibour transmis par M. Michel Barrière que je remercie pour son aide.

Ecole de pilotage
militaire belge

Sgt Herman Celis pose aux commandes du Caudron G III n° 6174 - n° 77 de l'école belge de Juvisy en 1918 - Entré au sein de l'aviation militaire belge, le 26 décembre 1917 - Nommé Caporal, le 24 février 1918 - Nommé Sergent pilote, le 27 avril 1919 - Démobilisé, le 23 novembre 1919 - Photo collection François Haverals que je remercie pour son aide.

Etat du Henri Farman HF 20 piloté par le caporal Herman Celis après l'accident d'atterrissage dont il a été victime - L'avion est entièrement détruit mais son pilote indemne - Photo collection François Haverals que je remercie pour son aide.

Les hommes

Cal Léon Van Dick - Né le 18 décembre 1895 à Hal (Belgique) - Détaché du 1er régiment de carabiniers cyclistes - Décoré de l'ordre de Léopold et de la Croix de Guerre belge - Engagé volontaire, il passa à l'aéronautique militaire belge au début de l'année 1918 après avoir fait son devoir au sein du 1er régiment de carabiniers cyclistes - Elève pilote de l'école d'aviation militaire belge de Juvisy, il se tua lors d'un vol d'entrainement à l'école de Juvisy, le 22 mai 1918 - Il repose dans le carré militaire du cimetière de la commune de Juvisy-sur-Orge.

Cal Gabriel Jean Albert Kasel - Né le 7 mars 1897 à Arlon (Belgique) - Décoré de l'ordre de Léopold, Croix de Guerre belge avec sept citations - Le 4 septembre 1918, effectuant un vol à partir du terrain d'aviation de Juvisy, aux commandes d'un Farman F 40, un aileron de son avion se détacha à 3200 mètres. Le pilote tenta de ramener son avion pour le poser, mais il piqua du nez à 500 mètres du sol et ne put être repris par l'aviateur qui trouva la mort dans le crash - Son F 40 s'est écrasé sur le territoire de la commune d'Athis-Mons (Essonne) - Gabriel Kasel repose dans le carré militaire du cimetière de la commune de Juvisy-sur-Orge.

Documents en rapport

Carte en franchise postale envoyée par un secretaire de l'école militaire d'aviation de Juvisy - Photo : M. Guy Rufray que je remercie pour son aide.

Documents administratifs
émis par l'école

Carte d'entrée du Maréchal des Logis Jacques de Sibour - Elève de l'école de Juvisy d'octobre à décembre 1917 - Après sa formation en école, il sera affecté à l'escadrille SPA 150 - Après guerre, il s'illustrera dans des raids en Afrique - Document famille de Sibour transmis par M. Michel Barrière que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Cal Léon Van Dick - Né le 18 décembre 1895 à Hal (Belgique) - Détaché du 1er régiment de carabiniers cyclistes - Décoré de l'ordre de Léopold et de la Croix de Guerre belge - Engagé volontaire, il passa à l'aéronautique militaire belge au début de l'année 1918 après avoir fait son devoir au sein du 1er régiment de carabiniers cyclistes - Elève pilote de l'école d'aviation militaire belge de Juvisy, il se tua lors d'un vol d'entrainement à l'école de Juvisy, aux commandes d'un MF 11, le 22 mai 1918 - Il repose dans le carré militaire du cimetière de la commune de Juvisy-sur-Orge - Photo Thierry Grier que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Cal Gabriel Jean Albert Kasel - Né le 7 mars 1897 à Arlon (Belgique) - Décoré de l'ordre de Léopold, Croix de Guerre belge avec sept citations - Le 4 septembre 1918, effectuant un vol à partir du terrain d'aviation de Juvisy, un aileron de son avion se détacha à 3200 mètres. Le pilote tenta de ramener son avion pour le poser, mais il piqua du nez à 500 mètres du sol et ne put être repris par l'aviateur qui trouva la mort dans le crash - Gabriel Kasel repose dans le carré militaire du cimetière de la commune de Juvisy-sur-Orge - Photo Thierry Grier que je remercie pour son aide.

Sol Ernest De Lyssnider (Belgique) - Décédé à l'école d'aviation militaire belge de Juvisy, le 4 août 1918 - Je n'ai pas trouvé d'éléments le concernant mais il ne s'agit pas d'un pilote, probablement un mécanicien - Si vous pouvez m'aider, n'hésitez pas - Il repose dans le carré militaire du cimetière de la commune de Juvisy-sur-Orge - Photo Thierry Grier que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Guy Ruffray pour l'envoi de la carte en franchise postale.
- M. François Haverals pour l'envoi des photos d'Herman Celis.
- M. Thierry Grier pour l'envoi des photos des tombes des aviateurs belges tués à l'école de Juvisy.

Bibliographie :

- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet "Corpus Historique Etampois" de Bernard Ginestre - Voir le lien
- Site Internet du village de Frasne (Doubs) - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Istres Le Crotoy

 

 

pas de fiche > 1918

Ecole de Pau Ecole d'Istres Ecole d'Avord Ecole de Chartres Ecole du Crotoy Ecole de Tours Ecoles de Cazaux et de Biscarosse Ecole d'Ambérieu Ecole de Dijon-Longvic Ecole de Chateauroux Ecole de Toussus-le-Noble Ecole de Juvisy Ecole d'Etampes-Mondesir Ecole de Buc