Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Je recherche des photos de pièces d'uniformes et d'équipements de vol en rapport avec l'aéronautique militaire, l'aérostation et l'aviation maritime..
Si vous possèdez de telles pièces qui pourraient complèter agréablement cette page, veuillez prendre contact avec l'auteur du site.

A ) Uniformes de l'aéronautique militaire 1912-1914 :

La tenue spécifique attribuée à l'aviation a été officialisée par le Bulletin Officiel du 22 septembre 1913. Elle était portée depuis la loi définissant l'organisation de l'aéronautique, en date du 29 mars 1912.

A1 ) Tenue des hommes de troupe :

  • Képi modèle 1884 du Génie, chiffre du groupe rouge.
  • Bonnet de police modèle 1877 en drap bleu foncé passepoilé rouge.
  • Capote modèle 1877 en drap gris bleu.
  • Tunique modèle 1872 à 2 rangées de boutons.
  • Ras-de-Cul avec bas de manche fermés par un bouton.
  • Pantalon bleu modèle 1893 avec passepoil et bandes latérales rouges.
  • Brodequins troupe modèle 1893 et 1912.

Trois pièces d'uniformes : capote - tunique - ras-de-cul, sont munis de pattes de collet de couleur rouge avec un numéro de groupe de couleur bleu. (voir la planche des pattes de collet).
Les boutons des habits sont du modèle de l'infanterie avec une grenade dorée.
Les conducteurs sont équipés de la tunique de cavalerie modèle 1900 avec boutons infanterie et épaulettes rouges. Ils sont dotés de pantalons en drap bleu modèle 1893 avec passepoil et bandes latérales rouges ainsi que des brodequins troupe modèle 1893 et 1912. En campagne, la troupe touche l'équipement standard de l'infanterie.
Les mécaniciens touchaient comme vêtements de travail une veste en coton bleu fermée par deux rangées de dix boutons et qui comportaut un collet, des revers avec deux poches horizontales de chaque côté et un pantalon en coton bleu.

A2 ) Tenue des sous-officiers subalternes (Sgt, Sgc) :

Leur tenue est la même que celle la troupe, seul change sur la capote, le numéro de groupe apposé sur les pattes de collet, qui passe en métal doré et ceux du képi et de la tunique brodés en fil de soie bleu. En tenue de sortie, le port de la modèle 1893 à une rangée de boutons est autorisé.

A2a ) Insigne des troupes de l’aéronautique :

Il se porte sur la manche droite pour le personnel non navigant et symbolise une hélice bipale ailée qui est cousue sur l’uniforme ou porté sur un brassard en drap bleu foncé. Il est brodé en laine rouge et blanc, celui des sous-officiers est rehaussé d’une broderie en cannetille dorée sur le bout des ailles, argentée pour le personnel n’appartenant pas à l’aéronautique, suivant son arme d’origine.

A2b ) Insignes de spécialité :

Existe en deux modèles :

* Mécaniciens brevetés sur moteurs d’avions : ils portent un insigne représentant une roue dentée rouge et en cannetille dorée pour les sous-officiers sous laquelle est placé un chevron renversé brodé en cannetille dorée.

* Monteurs d’avions, cordiers, tailleurs et voiliers : ils portent un insigne représentant un nœud hongrois rouge et en cannetille dorée pour les sous-officiers.

A3 ) Tenue des personnels navigant breveté :

Pour ces personnels, l'insigne des troupes de l’aéronautique se porte sur la manche gauche. La tenue est la même que celle des sous-officiers subalternes rengagés avec les modifications suivantes pour le personnel breveté aviateur militaire ou mécanicien d'aéroplanes :

* Aviateur militaire : pattes de collet rouge avec le numéro du groupe et l'étoile ailée brodés en laine bleu foncé pour la troupe, en fil de soie bleu et or pour les sous-officiers.

* Mécanicien d'aéroplane : pattes de collet rouge avec le numéro du groupe et grenade ailée brodés en laine bleu foncé pour la troupe, en fil de soie bleu et or pour les sous-officiers.

Sur les effets à col rabattu, les pattes de collet restent en drap du fond avec attributs rouge. Le personnel navigant est autorisé à revêtir la vareuse dolman modèle 1891 des chasseurs.

A4 ) Tenue des personnels hors cadre ou détaché :

Le personnel détaché continue à porter l’uniforme de son arme d’origine sans modifications.

  • Pour le personnel hors cadre, les pattes de collet et l’attribut du képi sont remplacés par une grenade à flammes rouge. Pour ces personnels, la bombe est divisée en cinq parties brodées en filet d’or ou d’argent.
  • Pour les sous-officiers, la grenade est brodée en filet d’or ou d’argent suivant le métal des boutons et la bombe est divisée en quatre parties au lieu de cinq.

A5 ) Tenue des officiers :

  • Le képi de la petite tenue est en drap bleu foncé (noir). Sur le bandeau est brodé en cannetille or, le numéro du groupe d'aviation ou une grenade (pour le personnel hors rang). Les galons, la fausse jugulaire or et boutons à la grenade de l’infanterie en or mat.
  • Le képi de grande tenue est en drap de même couleur, avec attribut frontal de l’infanterie (grenade réhaussée de la cocarde), avec, pour les colonels, l'aigrette de l'infanterie, les officiers supérieurs, le plumet bleu blanc rouge et les officiers subalternes ainsi que les adjudants, le plumet retombant vert-noir.
  • La tunique modèle 1893 en drap bleu foncé (noir) avec le collet de même couleur, avec pattes de parement des manches en drap bleu passepoilé rouge écarlate. Neuf boutons or mat frappés de latte avec le numéro du groupe ou la grenade du personnel hors rang, brodé en cannetille or. Epaulettes en or avec bouton à grenade.
  • La vareuse de campagne du modèle 1913 toute arme avec collet rabattu type Saxe, quatre poches à pli Watteau et ceinture en drap du fond fermant par deux boutons.
  • La vareuse-dolman des officiers de chasseurs, de même coupe que celle de la troupes décrite plus haut, mais de qualité supérieure avec pattes de collet en drap du fond, boutons à la grenade et grades en galon de fond, boutons à la grenade et grades en galon de 4,5 mm de largeur placés chevron. Pelisse en drap bleu foncé (noir), les officiers sont autorisés à conserver la pelisse de leur arme d’origine.
  • Le manteau en drap bleu foncé à collet rabattu et rotonde amovible , deux rangées de boutons à la grenade et pattes de collet en drap du fond. Les officiers peuvent conserver le manteau de leur arme ou service d’origine à l’exception des Spahis abandonnant leurs burnous pour le manteau d’officier de cavalerie avec boutons d’infanterie et pattes de collet en drap du fond.
  • La circulaire du 20 août 1913 autorise le port de la capote modèle 1877 pour les officiers.
  • La culotte bleu foncé (noir) avec bandes et passepoil latéral rouge écarlate.
  • Les bottes avec éperons d’ordonnance à la chevalière, bottines noires, brodequins, bandes molletières noires et jambières en cuir.
  • Le sabre modèle 1882 de l’infanterie, mais les officiers sont autorisés à conserver le sabre ou l’épée de leur arme ou service d’origine. Gaine de fourreau sabre en toile et cuir brun.

Les officiers d’état-major du général inspecteur permanent de l’Aéronautique miliaires, brodée en or fin à cannetille mate et paillettes. La couleur du brassard correspond à celle de l’état-major de division ou de brigade d’infanterie, suivant le grade du général inspecteur permanent.

A6 ) Tenue des sous-officiers supérieurs (Adj et Adc) :

La tenue des adjudants et adjudants-chefs est la même que celle de l’officier avec les différences suivantes :

  • Le manteau et la tunique modèle 1893 ont des brides d’épaulette qui, pour l’adjudant, sont en argent mélangé d’un tiers de soie rouge en trois raies longitudinales également espérés idem pour les adjudant-chef, mais sur fond or.
  • Le képi est semblable à celui des sous-lieutenants mais la couleur dorée de la soutache et du nœud hongrois est remplacée par l’argentée pour les adjudants ou dorée avec filet de soie rouge pour les adjudants-chefs.

La notice descriptive du 9 décembre 1914 avertit l’ensemble du personnel du remplacement des tenues antérieures par un nouveau modèle de teinte bleu horizon.

A7 ) Personnel navigant breveté :

Les officiers, adjudants et adjudants-chef titulaires du brevet d’aviateur militaire ou de mécanicien d’aéroplane portent un uniforme identique à celui du personnel à terre. Le brassard des troupes de l’aéronautique porté sur le bras gauche les dispense, en petite tenue, en ville et jusqu’à six heures, du port du sabre.

Le brassard des officiers des troupes de l’aéronautique représente une hélice aile brodée en cordon net or pour le personnel de l’aéronautique ou argent suivant l’arme d’origine de l’aviateur avec plumes en paillettes torsadées pour les ailes. Les adjudants et adjudant-chef portent le même attribut, mais les plumes sont brodées au passé. La couleur de fond du brassard correspond à celle de l’uniforme l’hélice ailée peut être directement cousue sur la tenue.

  • Aviateur militaire : pattes de collet, numéro et étoile à cinq branches ailiers en cannetille or pour le personnel de l’aéronautique, argent suivant l’arme d’origine de l’aviateur.
  • Mécanicien d’aéroplane (sous-officiers supérieurs) : pattes de collet numéro et grenade Ailée, brodés en cannetille or ou argent.

A8 ) Personnel hors-cadre ou détaché :

Le personnel détaché continue à porter l’uniforme de son arme d’origine, sans modification.

Le personnel hors-cadre porte l’uniforme de son arme d’origine, mais l’attribut des pattes de collet est remplacé pour le personnel non breveté, par une grenade brodée or ou argent suivant l’arme d’origine. L’attribut est la grenade pour le képi. Le personnel breveté aviateur militaire ou mécanicien d’aéroplane conserve l’uniforme de son armé d’origine, mais les attributs de pattes de collet sont remplacés par l’étoile ou la grenade ailée, sans numéro, et brodées en cannetille or ou argenté suivant l’arme d’origine. Le képi ne porte aucun attribut.

B ) Uniformes de l'aéronautique militaire 1915-1922 :

A l’entrée en guerre, les troupes de l’aéronautique militaire portent la tenue faisant l'objet de la première partie. Le 9 décembre 1914, de nouvelles tenues sont adoptées, leurs teintes sont désormais bleu horizon. La transition de l’ancien au nouvel uniforme s’opère durant l’année 1915. De nouvelles distinctives s’appliquent à ces tenues :

  • la couleur de fond des pattes de collet devient orange avec attributs noirs, le 28 janvier 1915. Le numéro ou l’attribut du personnel navigant est accompagné de deux soutaches.
  • les culottes sont passepoilées orange, le 17 mai 1915.

B1 ) Tenue de la troupe :

  • Képi simplifié modèle 1914 en drap bleu horizon sans numéro.
  • Bonnet de police modèle 1877 de coupe serbe en drap bleu horizon.
  • Casque Adrian modèle 1915 avec attribut de l’infanterie peint bleu horizon.
  • Capote modèle 1914 à deux rangées de boutons de divers types ou capote modèle 1915 à deux rangées de boutons, en drap bleu horizon. Les boutons sont du modèle infanterie, à grenade peint en bleu horizon.
  • Culotte de coupe infanterie passepoilée orange (17 juillet 1915).
  • Bandes molletières droites en drap bleu horizon
  • Brodequins modèle 1912-1915-1917.
  • Tenue de travail en croisé de coton bleu.
  • Sabre modèle 1887 pour les sous-officiers rengagés.

NB : En campagne, la troupe perçoit l’équipement standard de l’infanterie, ainsi que son armement.

B1a) L’insigne des troupes de l’aéronautique :

Il est décrit dans la partie A2a. Il est maintenant brodé sur fond de drap bleu horizon. Il est officiellement supprimé, le 10 septembre 1916, avec la création des brevets métallique attribués au personnel navigant, mais continuera à être porté jusqu’à la fin de la guerre.

B1b ) Les insignes de spécialités :

La création de nouvelles spécialités au sein de l’aéronautique amène l’adoption d’insignes sur fond de drap bleu horizon portés sur le bras gauche.

  • Mécanicien breveté : roue dentée sur un chevon renversé brodé en fil bleu foncé ou découpé à l’emporte-pièce dans un drap de même nuance en fil doré pour les sous-officiers.
  • Mécanicien non-breveté : même attribut sans chevron.
  • Monteur de hangar : baraquement en drap bleu foncé avec porte et imposte en fond bleu horizon. L’ensemble est liseré d’un cordonnet or pour les sous-officiers.
  • Cordier, tailleur, voilier et monteur : nœud hongrois en fil bleu foncé. En fil d’or pour les sous-officiers.
  • Armurier : deux canons croisés brodées en fil bleu foncé. En fil d’or pour les sous-officiers.
  • Mitrailleur régleur, régleur armurier, régleur : même attribut surmonté d’une grenade.
  • Artificier : obus à trois ailettes brodé en fil bleu foncé d’où partent huit foudres en fil d’or bordé en fil bleu foncé.
  • Conducteur : volant de direction en drap bleu foncé, les rayons sont brodés en fil d’or pour les spécialistes. Le volant est entièrement brodé or pour les sous-officiers.

Les insignes de spécialités toutes armes : 1 - Aéronautique - Aérostier - 2 - Cavalerie - Eclaireur de cavalerie - 3 - Cycliste - 4 - Artillerie - Sous-officier - Maître pointeur - 5 - Régiments des chemins de fer - 6 - Signaleur - 7 - Aéronautique - Aviateur - 8 - Cavalerie - Maréchal-ferrant - 9 - Chef armurier - 10 - Génie - Sapeur - 11 - Colombophile - 12 - Maître d'armes - 13 - Infanterie - Mitrailleur - 14 - Musicien - 15 - Cavalerie - Sellier - 16 - Prix de tir - 17 - Crapouillot - 18 - Secteur des projecteurs électriques - 19 - Infanterie - Grenadier - 20 - Service de Chemin de fer de campagne - 21 - Cavalerie - Bourrelier - 22 - Monteur de baraques - 23 - Aéronautique - Mécanicien aérostier - 24 - Infanterie - Sous-officier mitrailleur-pointeur - 25 - Artillerie - Canonnier observateur - 26 - Artillerie - Défense contre aéronefs - 27 - Infanterie - Fusil-mitrailleur - 28 - Chasseurs - Skieur.

B2 ) Tenue du personnel navigant breveté :

La tenue est la même que celle décrite ci-dessus. Règlementairement les broderies des pattes de collet du personnel navigant doivent être sur fond orange. Concernant les pattes de collet des mécaniciens (Grenades ailées), elles ne seront plus attribuées qu’aux m écaniciens brevetés de ballons dirigeables car les mécaniciens brevetés d’aéroplanes ne sont plus classés comme personnel navigant Malgré cet interdit, certains membres d’équipages porteront quand même cet attribut jusqu’à la fin de la guerre, avec leur brevet métallique

B2a) Insigne métallique du personnel navigant :

Le 10 septembre 1916, un insigne métallique est attribué au personnel navigant suivant sa spécialité. Il remplace l’insigne général des troupes de l’aéronautique et sera porté à droite sur la poitrine. Pour les brevets de cette période, une marque frappée sur le revers de l’insigne, présente un "B" dans un écu, accompagné d’un numéro propre à chaque aviateur. Pour la période du 2 août 1914 au 11 novembre 1918, 16.550 pilotes ont été brevetés. Il est utile de préciser que le premier breveté de la guerre portait le n° 488 et le dernier, le n° 17.034. Ce qui donne 16.546 brevets. Il faut ajouter à ce décompte, 4 numéros de brevets délivrés en double et portant une dénomination en "bis", ce qui fait un total de 16.550 brevets de pilotes militaires.
Ce décompte n'est pas valable pour les insignes de pilotes militaires (macarons) car ceux-ci pouvaient être retirés temporairement ou définitifivement et réaffectés à un autre pilote. Il est donc certain qu'il y a eu plus de 16.550 insignes métalliques homologués (avec un numéro en "B xxx") distribués pendant la Grande Guerre. Il faut également ajouter les insignes qui ont été décernés aux pilotes brevetés avant cette date. Ils étaient en théorie 487, mais un certain nombre d'entres eux étaient décédés à cette date. Tous les numéros n'ont donc pas été décernés.

B2b) Différents types de brevets métallique :

  • Pilote breveté aviateur : une couronne de feuille de chêne argentée montée d’une étoile et de deux ailes dorées.
  • Elève pilote : même couronne montée d’une étoile ailée argentée.
  • Observateur : même couronne montée d’une étoile ailée dorée.
  • Membre d’équipage (mécanicien, bombardier, mitrailleur, photographe etc.) : cercle monté d’une hélice ailée argentée.

Slt Maurice Bouchon - Observateur de l'escadrille SAL 19. Remarquez les pattes de col de l'artillerie lourde, cet officier est issu du 36ème RAC (regiment d'artillerie de campagne) - l'insigne de poitrine d'observateur et une Croix de guerre à deux étoiles ( en haut une étoile de vermeuil pour une citation à l'ordre du corps d'Armée et en bas une étoile de bronze pour une citation à l'ordre de la brigade ou du régiment) - Voir également l'oiseau fixé au foulard. Il s'agit d'un objet de bijouterie qui remplace l'insigne d'unité, avant qu'un modèle définitif ne soit adopté. Photo transmise par Jean-Claude Bouchon, son fils que je remercie pour son aide.

B2c) Tenue des officiers et sous-officiers supérieurs navigants brevetés :

Malgré l'adoption de la nouvelle tenue en drap bleu horizon, des nombreux officiers et sous-officiers supérieurs (Adc et Adj) conserveront leur ancien uniforme aux couleurs de leur arme d’origine. Le port de ces tenues est autorisé jusqu’à l'usure des effets concernés. Pendant toute la guerre, la diversité des tenues sera tolérée avec la coupe anglaise (à col ouvert), de couleur noir ou bleu foncé, boutons à l’hélice ailée, etc...

Les pattes de col fabriquées réglementairement sur fond orange, le sont principalement en drap du fond du col. Seuls les détails de l'uniforme permettaient d'identifier l'arme d'origine en observant le képi de tradition, les boutons, la couleur de fond de pattes de col, les insignes portés, etc...

B2d) Tenue pour le personnel de l’aéronautique militaire :

  • Képi bleu horizon bandeau uni, jugulaire en drap de fond ou or, boutons à la grenade.
  • Bonnet de police passepoilé orange ou non.
  • Casque Adrien modèle 1915 avec grenade peinte bleu horizon.
  • Vareuse bleu horizon, col droit Saxe ou demi-Saxe, quatre poches à rabat avec ou sans pli Watteau, boutonnage non apparent pour les modèle de début de guerre et fausse ceinture. Il est rappelé en septembre 1916, que la vareuse à col rabattu des chasseurs alpins (dolman) est autorisée pour des raisons de service.
  • Capote bleu horizon de coupe du modèle de la troupe mais plus généralement du modèle des troupes montées à une rangée de boutons avec poches obliques.
  • Culotte ou pantalon bleu horizon passepoilé orange.
  • Boutons du modèle de l’infanterie grenade or, ou tolérés, les boutons à hélice ailée or.
  • Brodequins, guêtres en cuir ou bandes molletières bleu horizon sont volontiers échangés contre des bottes à lacets dites à "l’aviateur."
  • Sabre modèle 1882 du modèle de l’infanterie (Officier) et sabre modèle 1845/85 (Adjudant).
  • Revolver modèle 1892.
  • Le ceinturon-baudrier d’origine anglaise est rapidement adopté pour devenir réglementaire, le 22 décembre 1918.

B2e) Les insignes d’escadrille :

Ils sont non réglementaires mais tolérés sur les uniformes, ces insignes représentent les emblèmes peints sur le fuselage des avions et sont spécifiques à chaque escadrille. Ils se portent au dessus des décorations ou s’accrochent sur la fourragère le cas échéant.

 

Képi modèle 1884 du génie, chiffre du groupe en rouge.

Tunique du Génie modèle 1872 à 2 rangées de boutons.

Pattes de collet de la troupe de l'aéronautique militaire - Dans l'ordre, les personnels à terre, les aviateurs militaires et les mécaniciens d'aéroplanes - En rouge, avant le 28 janvier 1915 - En orange, après la même date - Reconstruction infographique Albin Denis.

Modèle pour officier sur brassard bleu horizon.

Brassards des troupes de l'aéronautique militaire française - En haut, modèle pour officier sur brassard bleu horizon - En bas, modèle pour sous-officier sur brassard noir - Il existe un troisième modèle entièrement rouge pour les Caporaux et hommes du Rang. Voir ci-dessous - Photos Tim Larribau que je remercie pour son aide.

Brassard du MdL Marius Joseph Botté - Né le 1er avril 1893 à Paris (75) - Fils de Joseph Botté et de Stéphanie Raynal - Profession avant guerre Conducteur de travaux public - Appelé au 3ème régiment de Cuirassiers en novembre 1913 - Une citation à l'ordre du 3ème cuirassier pour blessure en mai 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 14 février 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4135 à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 4 août 1916 - Nommé brigadier, le 6 septembre 1916 - Nommé Maréchal des Logis (Sgt), le 21 mai 1917 - Pilote de l'escadrille C 47 du 14 avril au 8 septembre 1917 - Evacué sur un hôpital du 8 septembre au 15 décembre 1917 - Croix de Guerre 14-18 - Collection René Valette que je remercie pour son aide.

Détail d'un brassard de personnel de l'aéronautique militaire issu de la troupe (soldats de 2ème classe et caporaux) - Voir le brassard complet dans la rubrique inférieure - Collection Frédéric Lafont que je remercie pour son aide.

Recto-verson d'un brassard et des galons d'un sous-officier de l'aéronautique militaire sur fond de toile bleu Horizon - Photo Ebay France.

Patte de collet d'un aviateur du 2ème groupe d'aviation - La couleur orange a été en vigueur à partir du 28 janvier 1915 - Photo Frédéric Lafont du forum "Histoire et Militaria" que je remercie pour son aide.

Patte de collet d'un sous-officier du 2ème groupe d'aviation - Collection Frédéric Lafont que je remercie pour son aide.

Patte de collet d'un sous-officier hors cadre du 2ème groupe d'aviation - Cette pièce doit être associée à celle immédiatement supérieure - Collection Frédéric Lafont que je remercie pour son aide.

Patte de collet du MdL Marius Joseph Botté - La partie rouge a été remplacée par du fil bleu, sans doute pour s'harmoniser avec la couleur de la tenue ou pour rappeler l'arme d'origine de cet aviateur.
Né le 1er avril 1893 à Paris (75) - Fils de Joseph Botté et de Stéphanie Raynal - Profession avant guerre Conducteur de travaux public - Appelé au 3ème régiment de Cuirassiers en novembre 1913 - Une citation à l'ordre du 3ème cuirassier pour blessure en mai 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 14 février 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4135 à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 4 août 1916 - Nommé brigadier, le 6 septembre 1916 - Nommé Maréchal des Logis (Sgt), le 21 mai 1917 - Pilote de l'escadrille C 47 du 14 avril au 8 septembre 1917 - Evacué sur un hôpital du 8 septembre au 15 décembre 1917 - Croix de Guerre 14-18 - Collection René Valette que je remercie pour son aide.

Grade et insignes aéronautiques du MdL Edouard Albert Joseph Leroy.
De haut en bas : patte de collet de sergent de couleur orange (couleur adoptée après le 28 janvier 1915) - découpe d'un brassard pour sous-officier des troupes de l'aéronautique militaire française - découpe d'un insigne pour sous-officier sur fond noir (brassard) - découpe d'un insigne pour sous-officier sur fond noir (tenue bleue horizon).
MdL Edouard Albert Joseph Leroy - né le 20 mai 1890 à Saint-Omer (62) - Avant guerre industriel - Entré en service au 20ème escadron de Train des équipages en novembre 1911 - Ecoles d'aviation d'Ambérieu et d'Etampes - Brevet de pilote militaire n° 1487 en date du 3 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille MF 29 - Tué au combat dans les environs de Mulhouse, le 18 mars 1916 - Photos Vincent Leroy que je remercie pour son aide.

Boutons des tenues de l'aéronautique militaire française.
Trois diamètres différents - Photo Ebay France

Brassards des personnels de
l'aéronautique militaire française

1 - Officiers et sous-officiers :

Brassards d'officier et de sous-officier de l'aéronautique militaire française. En haut, brassard d'officier provenant de la collection de Frédéric Steinbach. En bas, brassard de sous-officier provenant de la collection de Ronan Furic. Je les remercie pour leur aide.

2 - Troupe (soldats et caporaux) :

Brassard de personnel de l'aéronautique militaire issu de la troupe (soldats de 2ème classe et caporaux) - Voir le détail de la partie centrale dans la rubrique inférieure - Collection Frédéric Lafont que je remercie pour son aide.

 

Insignes de pattes de col
toutes armes et spécialités

1 - Aviateurs

2 - Aérostiers

3 - Légion étrangère

4 - Artillerie lourde

5 - Artillerie de montagne

6 - Gardiens de batteries

7 - Gardes principaux d'artillerie de 1ère classe

8 - Etat-Major particulier de l'artillerie

9 - Médecins et pharmaciens

10 - Vétérinaires

11 - Officier d'administration - Service de Santé

12 - Officier d'administration - Intendance

13 - Trésor et poste

14 - Etat-Major particulier du Génie

15 - Adjoint du Génie

16 - Infanterie coloniale

17 - Spahis algériens

18 - Spahis marocains

19 - Etat-Major

20 - Conducteurs

21 - Télégraphistes

22 - Télégraphie sans fil

23 - Automitrailleuses

24 - Chemin de fer de campagne

25 - Défense contre aéronef

26 - Cordier

27 - Douaniers et forestiers

28 - Ecole militaire - Gendarmerie

29 - Interprètes

30 - Justice militaire

31 - Intendance

Planche : Albin Denis

 

Photos des insignes de bras
aviation et aérostation

Insigne de bras d'officier pilote.
Photo Ebay France.

Insigne de bras de sous-officier pilote.
Photo Ebay France.

Gros plan de l'insigne ci-dessus.
Photo Ebay France

Insigne de manche de sous-officier brodé sur une tenue bleu-horizon - Photo Ebay France.

Insigne de bras d'opérateur de télégraphie sans fil des troupes d'aviation - Ce modèle est postérieur à la Grande Guerre - Photo Thierry du forum Histoire militaria 14-18 que je remercie pour son aide.

Photos des insignes de bras
aviation et aérostation

Les trois types d'ailes de pilote de l'aéronautique militaire.
n° 1 : le modèle officier - n° 2 : le modèle sous-officier - n° 3 : le modèle Caporal et militaire du rang (1ère et 2ème classe) - Reconstitution infographique en attendant de disposer des photos réelles - Photo Ebay France.

Recto d'un insigne de manche pour homme de troupe de l'Aéronautique militaire. Pièce appartenant à la collection de René Lemaire, président fondateur du Conservatoire de l'Air et de l'Espace d'Aquitaine. Photo transmise par Michel Baron. Qu'ils reçoivent mes remerciements pour l'aide apportée.

Verso d'un insigne de manche pour homme de troupe de l'Aéronautique militaire. Pièce appartenant à la collection de René Lemaire, président fondateur du Conservatoire de l'Air et de l'Espace d'Aquitaine. Photo transmise par Michel Baron. Qu'ils reçoivent mes remerciements pour l'aide apportée.

 

Je recherche des photos d'insignes de bras toutes spécialités

 

Qui peut m'aider ?

 

Les casques de vol

Présentation de quelques casques Roold datant de la 1ère guerre mondiale - Le casque Roold faisait partie de l'équipement standard de l'aviateur français de la Grande Guerre - Photos et montage Albin Denis.

 

Les casques de vol

Casque Roold appartenant au Cne Jean Pecquet, pilote des escadrilles VB 105 - C 220 puis commandant de l'escadrille C 13 - SOP 13 - SAL 13 - Photo Thierry Pecquet, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Casque Roold appartenant au Cne Jean Pecquet, pilote des escadrilles VB 105 - C 220 puis commandant de l'escadrille C 13 - SOP 13 - SAL 13 - Photo Thierry Pecquet, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Casque Roold appartenant au Cne Jean Pecquet, pilote des escadrilles VB 105 - C 220 puis commandant de l'escadrille C 13 - SOP 13 - SAL 13 - Photo Thierry Pecquet, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Les casques de vol

Casque de vol Roold - Photo Jean-Loup Frommer que je remercie pour son aide.

Casque Roold mis en vente à Hermann Historica de Munich - Photos transmises par Guilhem Touratier que je remercie pour son aide - Montage Albin Denis.

 

Les tenues de vol

Exemple d'une tenue de vol d'un pilote issu des troupes d'aviation (soldat de 2ème classe ou caporal / voir le brassard) - Collection Frédéric Lafont que je remercie pour son aide.

Tenue de vol en cuir du Ltt Jean Fieschi - Observateur de l'escadrille SOP 226 du 20 octobre au 16 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 80 du 24 août 1918 au 19 février 1919 - Pilote de la 9ème escadrille (SPA 62 de la Grande Guerre) du 1er régiment de chasse de Thionville-Basse-Yutz (57), le 5 juin 1920 - Photos Philippe Fleury, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Les tenues de vol

Ltt Louis Blamoutier, chef de la section photo de la 6ème armée en 1916. Cet officier prendra le commandement de l'escadrille Spa 62, le 20 août 1918 - Brevet de pilote militaire n° 5962 directement à l'aéronautique de la 6ème armée, le 15 avril 1917 - Sur cette photo datant de 1916, il porte les effets de vol en cuir incluant un casque de vol Roold - Photo Famille Blamoutier que je remercie pour son aide.

Ltt Louis Blamoutier chef de l'escadrille SPA 62 en août 1918 - Cette photo le montre équipé d'une combinaison fourrée, chauffée, de sur-bottes et de gros gants de vol. Il fallait les oter pour manipuler les différents appareils de prise de vues - Photo Famille Blamoutier que je remercie pour son aide.


Exemple de tenue d'officier aviateur - Photo Jean-Loup Frommer que je remercie pour son aide.

 

Les tenues d'aviateurs célèbres

Veste et képi du Ltt Roland Garros de l'escadrille SPA 26 - Né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis de la Réunion - Arme d'origine : Aviation - Pilote des escadrilles MS 23 et MS 26 - Prisonnier en Allemagne du 17 avril 15 au 17 février 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 26 - Brevet de pilote militaire n° 494 du 2 août 1914 - Tué au combat à Vouziers (Ardennes), le 5 octobre 1918 - Ces pièces sont conservées au Musée de l'Armée des Invalides à Paris - Photo Réunion des Musées de France.

Tenue du Slt Adolphe Célestin Pégoud, pilote de l'escadrille MS 49 - Né le 8 juin 1889 - Tué en combat aérien, le 31 août 1915 - Différentes affectations : HF 7 - MF 25 - MS 37 - MS 49 - Ces pièces d'uniformes sont conservées au Musée de l'Armée des Invalides - Photo Réunion des Musées de France.

Les tenues d'aviateurs célèbres

Veste du capitaine Georges Guynemer de l'escadrille SPA 3 - Né le 24 décembre 1894 à Paris (75) - Arme d'origine : aviation comme élève mécanicien à Pau - Escadrilles MS 3 - N 3 - SPA 3 - 53 victoires homologuées - Brevet de pilote militaire n° 853 du 26 avril 1915 - Tué au combat, le 11 septembre 1917, dans la région de Poelkapelle - Cette pièce est conservée au Musée des Armées des Invalides à Paris - Photo Réunion des Musées de France.

Bonnet de police modèle 1877 bleu horizon ayant appartenu au Sgt Louis Georges Robert Risacher de l'escadrille SPA 3 - Né le 14 juillet 1894 à Paris - Avant guerre étudiant Etudiant en langues - Appelé au 46ème régiment d'infanterie, le 17 décembre 1914 - Blessé au 46ème RI, le 14 août 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 25 juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4774 à l'école d'aviation de Chartres, le 16 octobre 1916 - Différentes unités : 46ème RI - Ecoles d'aviation de Dijon - Chartres - Châteauroux - Avord - Cazaux - Pau - Escadrille N 3 du 26 juin 1917 au 1er mars 1918 - Ecole d'aviation de Pau comme moniteur du 1er mars au 17 août 1918 - Escadrille SPA 159 du 20 août 1918 au 1er trimestre 1919 - Mobilisé comme capitaine à l'EM du GC I/2 en 1939 - commandant du GARC 2/561 qui devient le GC III/10 de janvier à juillet 1940 date de sa dissolution - Cinq victoires - une blessure - cinq citations - Croix de Guerre 1914-1918 et 1939-1945 - Commandeur de la Légion d'Honneur - Décédé à Paris, le 10 juin 1986 - Photo M. Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

 

 

 

Casque Adrian modèle 1915

Casque Adrian modèle 1915 avec insigne de l'aéronautique du Cne Jean Fieschi - Il ne s'agit pas d'un insigne de l'aéronautique modèle 1923 officiel mais d'une adaptation personnelle sans plaque de fond - Observateur de l'escadrille SOP 226 du 20 octobre au 16 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 80 du 24 août 1918 au 19 février 1919 - Pilote de la 9ème escadrille (SPA 62 de la Grande Guerre) du 1er régiment de chasse de Thionville-Basse-Yutz (57), le 5 juin 1920 - La plaque nominative fixée sur la visière du casque a été distribuée à chaque combattant de la Grande Guerre - Photos Philippe Fleury, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Casque Adrian modèle 1915 insigne modèle 1923

Casque Adrian modèle 1915 avec insigne modèle 1923 - Photo droits réservés.

Insigne de casque Adrien modèle 1923 - Photos droits réservés.

Les chevrons de présence au front
Valables pour toutes les armes

Chevrons de présence au front du MdL Marius Botté - Le premier marque 1 an de présence au front et les suivants 6 mois supplémentaires par chevron - Ce qui donne pour le modèle présenté : 1 an + 4 x 6 mois, soit 3 ans de présence au front - Ces chevrons se portaient toujours sur la manche gauche - Des ornements similaires, marquant les blessures au front, se portaient sur la manche droite.
MdL Marius Joseph Botté - Né le 1er avril 1893 à Paris (75) - Fils de Joseph Botté et de Stéphanie Raynal - Profession avant guerre Conducteur de travaux public - Appelé au 3ème régiment de Cuirassiers en novembre 1913 - Une citation à l'ordre du 3ème cuirassier pour blessure en mai 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 14 février 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4135 à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 4 août 1916 - Nommé brigadier, le 6 septembre 1916 - Nommé Maréchal des Logis (Sgt), le 21 mai 1917 - Pilote de l'escadrille C 47 du 14 avril au 8 septembre 1917 - Evacué sur un hôpital du 8 septembre au 15 décembre 1917 - Croix de Guerre 14-18 - Collection René Valette que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- M. Ronan Furic pour l'envoi de la photo du brassard d'aviation de sa collection.
- M. Frédéric Steinbach pour l'envoi des photos du brassard et galons de sa collection.
- M. Laurent Missiaen pour l'envoi des photos de son mannequin de pilote français de 1915.
- M. Jean-Claude Bouchon pour les deux photos de son père Maurice (SAL 19) et de son oncle Marcel (C 74).
- La famille Blamoutier pour l'envoi des 2 photos du Cne Louis Blamoutier.
- M. Géraud Guillerez pour l'envoi des photos du calot du Sgt Louis Risacher.
- M. Thierry du forum Histoire militaria 14-18.
- M. René Lemaire, président fondateur du Conservatoire de l'Air et de l'Espace d'Aquitaine.
- M. Michel Baron pour la tranmission des photos de M. René Lemaire.
- M. Thierry Pecquet pour l'envoi des photos du casque de vol de son grand-père Jean.
- M. Frédéric Lafont pour l'envoi des photos de pattes de col.
- M. Jean-Pierre Lefèvre-Garros pour ses précisions sur la carrière militaire de Roland Garros.
- M. Vincent Leroy pour l'envoi des photos des souvenirs de son grand-père Edouard Leroy.
- M. René Valette pour l'envoi des photos du brassard et patte de col d'un sous-officier aviateur.
- M. Philippe Fleury pour l'envoi des photos de la combinaison de vol du Ltt Jean Fieschi, son grand-oncle.
- M. Jean-Loup Frommer pour ses photos de casque et d'uniforme d'officier aviateur.

Bibliographie :

- Journal officiel de la République Française mis en ligne par le site Internet "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.
- Les Ailes Françaises sous l'Uniforme 1912 - 1945
de Bruno Chapelle - Livre publié en autoédition en mai 2004.
- Les insignes de l'aéronautique militaire française jusqu'en 1918 - par Philippe Bartlett - Publié par les éditions Indoéditions en avril 2002.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Citations Retour menu

 

 

pas de fiche > 1918