Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site

Chef de bataillon
Félix Léon Marie

Né le 21 juin 1870 à Sault (Vaucluse) - Fils de Joseph Marie et de Marie Elisabeth Léontine Boy - S'engage pour 3 ans - Intégre l'école polytechnique, le 23 octobre 1889 - Admis 243ème sur 266 - Sorti 194ème sur 264.

Vue de la facade de l'école Polytechnique avant guerre - L'école s'installe 21 rue Descartes dans le 5ème arrondissement de Paris de 1805 à 1976, année à laquelle elle déménage sur le campus du plateau de Saclay - De nos jours, ce batiment abrite le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Carte postale d'époque.

Vue actuelle de l'ancien site de l'école Polytechnique, 21 rue descartes à Paris - L'école a déménagé de ce site en 1976 - Il abrite désormais le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - L'ancienne entrée de l'école, voir la CP ci-dessus, se trouve à gauche du cercle, dans la partie médiane du "C" - Photo Google Map que je remercie.

Intégre l'école d'application de l'artillerie et du Génie de Fontainebleau, le 3 octobre 1890 - Sorti 54ème sur 76 - Nommé Sous-Lieutenant, le 30 septembre 1891.

Vue de l'école d'application de l'artillerie et du génie de Fontainebleau - Après la défaite de 1870, l'école quitte Metz pour s'installer à Fontainebleau - Elle y restera de 1871 à 1940 - Au centre, l'entrée de l'école - Voir la CP ci-dessous - Carte postale d'époque.

Entrée de l'école d'application de l'artillerie et du génie de Fontainebleau - Pavillon Henri IV - Carte postale d'époque.

Vue actuelle du château de Fontainebleau et du site de l'ancienne école d'application de l'artillerie et du génie - L'école a déménagé de ce site en 1940 et n'y est jamais revenue - L'ancienne entrée de l'école, voir la CP ci-dessus, se trouve en haut du cercle, coté parking - Photo Google Map que je remercie.

Affecté à la 7ème batterie du 3ème régiment d'artillerie de Castres, le 30 septembre 1892 - Nommé sous-lieutenant en second, le 30 septembre 1893.

Entrée du quartier de Villegoudou, occupé par le 3ème régiment d'artillerie de campagne à Castres - Il a stationné dans cette ville de 1874 à 1914 - Carte postale d'époque.

Affecté à la 12ème batterie du 23ème régiment d'artillerie, le 8 août 1896 - Nommé Lieutenant en premier, le 12 juillet 1897 - Affecté à la 10ème batterie du 23ème régiment d'artillerie, le 15 avril 1898.

Stagiaire de l'école d'application de la Cavalerie de Saumur en 1898 - Sorti 20ème sur 26 - Nommé capitaine en second, le 12 juillet 1903.

Vue de l'école d'application de la cavalerie de Saumur - Carte postale d'époque.

Affecté à la 3ème batterie du 23ème régiment d'artillerie de Toulouse - Nommé instructeur d’équitation et de conduite de voiture, le 12 octobre 1903 - Marié avec Marie Suzanne Réau à Poitiers, le 25 avril 1905 - Décés de sa femme à l'automne 1906.

Caserne du 23ème régiment d'artillerie de campagne de Toulouse - Carte postale d'époque.

Chef de bataillon
Félix Léon Marie

Chef de bataillon Félix Marie - Né le 21 juin 1870 à Sault (Vaucluse) - Fils de Joseph Marie et de Marie Elisabeth Léontine Boy - Nommé Sous-Lieutenant, le 30 septembre 1891 - Affecté à la 7ème batterie du 3ème régiment d'artillerie, le 30 septembre 1892 - Nommé sous-lieutenant en second, le 30 septembre 1893 - Affecté à la 12ème batterie du 23ème régiment d'artillerie, le 8 août 1896 - Nommé Lieutenant en premier, le 12 juillet 1897 - Affecté à la 10ème batterie du 23ème régiment d'artillerie, le 15 avril 1898 - Nommé capitaine en second, le 12 juillet 1903 - Affecté à la 3ème batterie du 23ème régiment d'artillerie - Commandant de la 5ème batterie du 23ème régiment d'artillerie, le 22 décembre 1906 - Inventeur du ruban-goniomètre Marie, un calculateur d’angles de tir en 1907 - Affecté à l’état-major particulier de l’Artillerie à Vincennes - Détaché à l’établissement d’aviation militaire de Vincennes - Titulaire du brevet de pilote de l'Aéroclub de France n° 80, le 3 août 1910 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 17 octobre 1910 - Mis à la disposition du Général Roques, inspecteur permanent de l'aéronautique militaire, le 14 novembre 1910 - Brevet de pilote militaire n° 21 obtenu le 29 juillet 1911 - Brevet de pilote de dirigeable n° 137 en date du 26 septembre 1911 - Nommé à l'Etat-Major de l'Inspection permanente de l'aéronautique, le 9 février 1913 - Nommé Capitaine en premier - Nommé adjoint de l’inspecteur technique de l’aérostation de Nice, le 9 mars 1914 - Nommé Vice-président de la Commission d’études pratiques d’aviation au camp de Châlons, le 1er avril 1914 - Affecté à l'état-major du Ministre de la Guerre, le 17 juin 1914 - Nommé Chef d'escadron, le 23 juin 1914 - Nommé Directeur du service de l’aviation d’Alsace du 11 au 25 août 1914 - Commandant du 2ème groupe du 5ème régiment d'artillerie à partir du 25 août 1914 - Une Citation à l'ordre de l'AD 57 en date du 14 septembre 1915 - Nommé Adjoint à l’inspecteur des dépôts et des écoles d’aviation, le 1er février 1915 - Affecté à la section technique de l’aviation, chef du secrétariat particulier du ministre de la Guerre, le général Roques, le 10 mars 1916 - Membre du cabinet du Général Roques, ministre de la Guerre, le 21 mars 1916 - Nommé Officier de la Légion d'Honneur, le 12 décembre 1916 - Section tehnique de l'aéronautique, le 25 décembre 1916 - Etat-Major particulier du ministre de la Guerre, le 23 mars 1917 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 6 juillet 1917 - Commandant l'AL 116 RAL (artillerie lourde du 16ème corps d'armée), le 4 juin 1918 - Une citation à l'ordre de la 3ème armée, le 9 novembre 1918 - Croix de guerre avec palme de bronze et étoile - Nommé colonel à titre temporaire, le 4 novembre 1918 - Nommé commandant du 116ème régiment d’artillerie lourde de Castres, le 5 septembre 1919 - Nommé sous-directeur de l'inspection technique de l’aéronautique, le 7 février 1921 - Nommé colonel à titre définitif, le 25 mars 1923 - Nommé commandant du camp d'instruction de Cazaux et directeur du parc du 1er janvier 1924 du 19 juin 1930 - Inventeur du viseur FM et de la bombe FM - Commandeur de la Légion d'Honneur en 1924 - Nommé Général de Brigade, le 9 mars 1927 - Passe dans la 2ème section (réserve), le 21 juin 1930 - Décédé, le 22 octobre 1938.

Une des batteries de 75 mm modèle 1897 du 23ème régiment d'artillerie de campagne de Toulouse photographiée avant 1914 - Carte postale d'époque.

Commandant de la 5ème batterie du 23ème régiment d'artillerie, le 22 décembre 1906 - Inventeur du ruban-goniomètre Marie, un calculateur d’angles de tir en 1907.

Affecté à l’état-major particulier de l’Artillerie à Vincennes, placé sous les ordres du Cdt Estienne en 1909 - Suit les cours de l'école supérieure d'aéronautique et de construction mécanique de Paris à partir du 29 octobre 1909 - Marié avec Madeleine Marie Réau, soeur cadette de sa femme décédée à la mairie du 6ème arrondissement de Paris, le 17 janvier 1910.

Détaché à l’établissement d’aviation militaire de Vincennes - Au début de 1910, il est détaché à l'école d'aviation de Pau pour y passer son brevet de pilote.

Victime d'un accident d'aéroplane, le 26 mars 1910 - Le Blériot qu'il pilote tombe d'une altitude de 25 mètres - Il est blessé par la fêlure des 8ème et 9ème côtes et la contusion de la face externe de la cuisse gauche.

Titulaire du brevet de pilote de l'Aéroclub de France n° 80, le 3 août 1910 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 17 octobre 1910.

Mis à la disposition du Général Roques, inspecteur permanent de l'aéronautique militaire, le 14 novembre 1910.

Brevet de pilote militaire n° 21 obtenu le 29 juillet 1911.

Brevet de pilote de dirigeable n° 137 en date du 26 septembre 1911.

Nommé à l'Etat-Major de l'Inspection permanente de l'aéronautique, sous les ordres du colonel Hirschauer, le 9 février 1913 - Nommé Capitaine en premier.

Nommé adjoint de l’inspecteur technique de l’aérostation de Nice, le 9 mars 1914.

Nommé Vice-président de la Commission d’études pratiques d’aviation au camp de Châlons, le 1er avril 1914.

Affecté à l'état-major du Ministre de la Guerre, le 17 juin 1914 - Nommé Chef d'escadron, le 23 juin 1914.

Nommé Directeur du service de l’aviation d’Alsace du 11 au 25 août 1914.

Commandant du 2ème groupe du 5ème régiment d'artillerie de Besançon à partir du 25 août 1914 - Participe aux batailles du pont d'Anspach, Seppois, Ammertzwiller.
Citation à l'ordre de l'AD 57 en date du 14 septembre 1915 : "Commandant de groupe d’une grande bravoure, a conduit ses batteries avec beaucoup de compétence, particulièrement au combat de Seppois (13/10/14) et à celui d’Ammertzwiller (27/1/15) où son tir a fortement contribué à permettre à l’infanterie de se maintenir et de s’organiser sur la position conquise."

Vue de la caserne Ruty qu'occupait le 5ème régiment d'artillerie de campagne de Besançon jusqu'en août 1914 - Cette unité comptait 4 groupes, composés chacun de 3 batteries, soit 48 canons de 75 mm modèle 1897 - Carte postale d'époque.

Nommé Adjoint à l’inspecteur des dépôts et des écoles d’aviation, le 1er février 1915.

Affecté à la section technique de l’aviation, chef du secrétariat particulier du ministre de la Guerre, le général Roques, le 10 mars 1916.

Membre du cabinet du Général Roques, ministre de la Guerre, le 21 mars 1916 - Nommé Officier de la Légion d'Honneur, le 12 décembre 1916.

Section tehnique de l'aéronautique, le 25 décembre 1916.

Etat-Major particulier du ministre de la Guerre, le 23 mars 1917 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 6 juillet 1917.

Stage de commandement à l'armée de Louilly et au centre d'instruction d'artillerie de Vitry à partir du 14 mars 1918.

Commandant l'AL 116 RAL (artillerie lourde du 16ème corps d'armée), le 4 juin 1918 - Participe aux batailles de Verdun (mars à juin 1918), en Belgique (juin et juillet 1918), sur l’Aisne (septembre 1918) et sur l’Ailette et la Serre (septembre à novembre 1918).
Citation à l'ordre de la 3ème armée, le 9 novembre 1918 : "En Belgique en juin et juillet 18, commandant un très important groupement, a par la précision et l’à propos de ses tirs, chassé les batteries ennemies du Kemmel et de la région de Bailleul, résultat homologué. A ainsi puissamment contribué à l’arrêt de l’ennemi devant les monts de Flandres. Depuis le 12/10, s’acharnant à la poursuite de l’ennemi, a donné à ses batteries lourdes la mobilité et la souplesse des batteries de campagne, vivant la bataille au milieu d’elles, les galvanisant par l’exemple. Prévenant les demandes de l’infanterie pour contrebattre les batteries ennemies, a contribué aux succès des 27 et 28/10 (franchissement de la Serre, prise de Mortiers et de Crécy) et du 4/11 (coup de main à Bois les Pargny)."
Croix de guerre avec palme de bronze et étoile - Officier du mérite militaire de Belgique, Distinguished SO, Officier de l’étoile de Roumanie, 2ème classe de Saint-Stanislas, Officier de la vertu militaire de Roumanie - Nommé colonel à titre temporaire, le 4 novembre 1918.

Nommé commandant du 116ème régiment d’artillerie lourde de Castres, le 5 septembre 1919.

Nommé sous-directeur de l'inspection technique de l’aéronautique, le 7 février 1921 - Souffrant de tachycardie, il ne peut exercer ses fonctions qu'à partir de la mi-1922 - Nommé colonel à titre définitif, le 25 mars 1923.

Nommé commandant du camp d'instruction de Cazaux et directeur du parc du 1er janvier 1924 du 19 juin 1930 - Inventeur du viseur FM et de la bombe FM - Commandeur de la Légion d'Honneur en 1924 - Commandeur de l’ordre d’Orange de Nassau.

Nommé Général de Brigade, le 9 mars 1927.

Passe dans la 2ème section (réserve), le 21 juin 1930 - Sa seconde femme décéde en 1936 - Décédé dans sa villa "Les Terrasses" aux Angles (Gard), le 22 octobre 1938.

 

Bibliographie :

- Répertoire numérique détaillé des fonds du général Félix Marie - Côtes 12Z35600 et 12Z35624 - par l'aviateur Godicheau et Maud Jarry en 2000.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918
par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site

William Hostein Grands Combattants

 

 

pas de fiche > 1918