Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site

Le Soldat Georges Guynemer photographié alors qu'il était mécanicien du 1er groupe d'aviation, affecté à l'école militaire d'aviation de Pau du 22 novembre 1914 au 21 janvier 1915 - Photo collection Dany Staudt que je remercie pour son aide.

Morane Saulnier type L de l'escadrille MS 3 de l'équipage composé par le Caporal Georges Guynemer (pilote) et du caporal Charles Guerder (mitrailleur). C'est avec cet avion qu'ils ont remporté leur première victoire contre un Aviatik de la FlAbt 26, le 19 juillet 1915. Photo : SHD section Air de Vincennes.

Caporal Georges Guynemer (pilote) et soldat Charles Guerder (mitrailleur) posant devant leur Morane Saulnier type L de l'escadrille MS 3 C'est avec cet avion qu'ils ont remporté leur première victoire contre un Aviatik de la FA 26, le 19 juillet 1915. Photo : SHD section Air de Vincennes.

Le Caporal Georges Guynemer (pilote) et le soldat Charles Guerder (mitrailleur) après avoir été décoré de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre avec palme, marque d'une citation à l'ordre de l'armée pour leur première victoire contre un Aviatik de la FA 26, le 19 juillet 1915 - Photo collection Dany Staudt que je remercie pour son aide.

Sgt Georges Guynemer pose en tenue de vol au château d'Offémont, sur le territoire de la commune de St-Crépin-aux-Bois (Oise), le 25 novembre 1915 - A cette époque, l'escadrille N 3 était stationnée à Breuil-le-Sec, à 40 km de là - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Nieuport 10 de l'escadrille MS 3 utilisé par le Sergent Georges Guynemer à partir de décembre 1915. Les avions de l'escadrille ne portent pas encore de cigogne qui sera adoptée à la mi-1916. Photo : SHD section Air de Vincennes.

Le Sgt Georges Guynemer explique le maniement de la mitrailleuse Lewis de son Nieuport 10 n° 320 sur le terrain de Pierrefonds en janvier / février 1916 - Il s'agit vraisemblablement d'un biplace à moteur 80 HP transformé en monoplace à moteur Gnôme de 110 HP - Il a été baptisé "Vieux Charles - Esc N 3" - C'est le premier d'une longue série - Ce marquage n'était visible que du côté droit - Guynemer était venu rendre visite à ses camarades de l'escadrille C 10 - Cet appareil a été détruit lors d'un atterrissage sur le terrain de Breuil-le-Sec, le 5 mars 1916 - Photo collection Diego Valvatore que je remercie pour son aide.

Nieuport 10 B n° 328 baptisé "Vieux Charles III" - Il s'agit d'un avion monoplace remotorisé avec un moteur Rhône 110 ch - Cet appareil est équipé d'un pare-brise, d'un rétroviseur et d'un appui-tête - On ne connait pas d'autre exemple sur Nieuport 10 français - Il arbore l'inscrition "Vieux Charles III" - Il n'a probablement pas dépassé le début juillet 1916 puisqu'il ne porte pas de cigogne, ni numéro individuel - Il pourrait avoir été abattu, le 6 juillet 1916 - Photo André Beaumard que je remercie pour son aide.

Au décollage du terrain du RGAé du Bourget, Georges Guynemer met le Nieuport 12 n° 534 en pylone, le 27 décembre 1915 - Autant le futur As a apprécié le pilotage du modèle 10, autant il a detesté celui du 12 qu'il qualifiait de épéniche" - Photo collection Dany Staudt que je remercie pour son aide.

Slt Georges Guynemer photographié devant le 21 rue de l'abbé Corson à Sacy-le-Grand. Il venait de rendre visite, avec sa Sygma, aux officiers de l'escadrille C 43 logés à cette adresse. Photo Famille Moineville que je remercie pour son aide.

Sgt Georges Guynemer pose sur le terrain de Breuil-le-Sec (Oise), le 2 février 1916 - A cette date, il est titulaire de quatre victoires homologuées - Sergent depuis le 20 juillet 1915, il a été nommé sous-lieutenant à titre temporaire, le 4 mars 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Le Sgt Georges Guynemer, pilote aux quatre victoires homologuées et le Cne Antonin Brocard, commandant de l'escadrille N 3, posent ensemble sur le terrain de Breuil-le-Sec, le 2 février 1916 - Le lendemain, Guynemer va remporter sa 5ème victoire et devenir un As - il sera nommé sous-lieutenant à titre temporaire, le 4 mars 1916 - Photo de l'annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides de Paris mis en ligne par le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

Guynemer pose devant son Nieuport 17 n° 1531 codé "2" baptisé "Vieux Charles" (le n° 4) rapatrié sur le terrain sur une remorque d'aviation après un atterrissage en campagne près de Chipilly - Il avait perçu ce type 17 du deuxième modèle en juillet 1916 - Il a été gravement endommagé après la rupture d'une pale d'hélice, le 28 juillet 1916 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1530 baptisé par Guynemer "Vieux Charles V" photographié entre le 7 et le 21 août 1916 - Cet avion a été endommagé au combat, le 21 août 1916 - Posé dans les lignes, il a été démonté à la hache pendant la nuit et ramené à l'escadrille - Il faut remarquer que le nom de baptème "Vieux Charles V" n'a pas été peint sur l'avion - Photo Ebay France.

Autre photo du Nieuport 17 n° 1530 "Vieux Charles V" photographié entre le 7 et le 21 août 1916 - Remarquez les nombreuses rustines, souvenirs de 7 éclats reçus le 7 août 1916 - Photo Ebay France.

Georges Guynemer a perçu son premier Spad VII, le n° S 115 "Vieux Charles", le 27 août 1916 - La bande tricolore est destinée à reconnaitre l'avion auprès des artilleurs français qui avaient la faculté de tirer sur tout ce qui volait dans leur parage - Malgré ces précautions, cet avion sera détruit par un obus français de 75 mm, le 23 septembre de la même année - Photo collection Jean-François Martin que je remercie pour son aide.

Slt Georges Guynemer de l'escadrille N 3 photographié devant son Spad VII n° 115 baptisé "Vieux Charles" sur le terrain de Cachy en septembre 1916 - Photo SHD section Air de Vincennes.

Georges Guynemer pose vraisemblablement devant le Spad VII n° 115 en septembre 1916 - Cet avion porte le nom de baptème "Vieux Charles VI" et le numéro d'identification dans l'escadrille "2".

Georges Guynemer pose devant son SPAD VII n° 115 "Vieux Charles VI" à la mi-septembre 1916 - Il a perçu cet appareil, le 27 août 1916 qui sera détruit par un obus de DCA français, le 23 septembre de la même année - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Georges Guynemer pose en compagnie de son tout premier SPAD VII, le n° S 115, qu'il a perçu le 27 août 1916 - L'As a perçu un total de quatre SPAD VII, les numéros S 115 - S 132 - S 254 - S 413 entre le 27 août 1916 au juin 1917 - Il passera ensuite sur SPAD XII et XIII - Photo collection François Vincent que je remercie pour son aide.

Départ pour une mission de chasse de Georges Guynemer, aux commandes du SPAD VII n° S 115 qu'il a perçu le 27 août 1916 - Cet avion sera abattu par l'artillerie française, le 23 septembre de la même année - Guynemer a remporté quatre victoires homologuées à ses commandes - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection François Vincent que je remercie pour son aide.

Portrait du Slt Georges Guynemer - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Cne Georges Marie Ludovic Jules Guynemer - Né le 24 décembre 1894 à Paris (75) - Fils de Paul Guynemer et de Julie Noémie Doynel de Saint-Quentin - Profession avant guerre Etudiant - Engagé volontaire pour la durée de la guerre dans l'aéronautique comme élève mécanicien à l'école d'aviation militaire de Pau, le 22 novembre 1914 - Passe élève pilote, le 21 janvier 1915 - Brevet de l'Aéroclub de France en date du 11 mars 1915 - Brevet de pilote militaire n° 853 à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 26 avril 1915 - Ecole d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 24 mai 1915 - Nommé caporal, le 8 mai 1915 - Pilote de l'escadrille MS 3 / N 3 / SPA 3 du 9 juin 1915 au 11 septembre 1917 - Nommé sergent, le 20 juillet 1915 - Médaille Militaire, le 21 juillet 1915 - Nommé Sous-Lieutenant à titre temporaire, le 4 mars 1916 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 12 avril 1916 - Nommé Lieutenant, le 31 décembre 1916 - Nommé Capitaine, le 18 février 1917 - Officier de la Légion d'Honneur, le 11 juin 1917 - Tué en combat aérien dans la région de Poelkapelle (Belgique), le 11 septembre 1917 - 53 victoires homologuées - 26 citations à l'ordre de l'armée.

 

Ses citations à l'ordre de l'armée

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 30 septembre 1915 : "A fait preuve de vaillance, d'énergie et de sang-froid en accomplissant comme volontaire une mission spéciale importante et difficile par un temps d'orage."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 12 décembre 1915 : "Ne cesse de donner les plus beaux exemples de hardiesse, de courage et de sang-froid en remplissant avec succès les missions les plus périlleuses. Vient en outre pour la deuxième fois de descendre, le 8 décembre 1915, un avion ennemi, dont les passagers ont été tués."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée en date du 24 décembre 1915 : "Pilote de grande valeur, modèle de dévouement et de courage. A rempli depuis six mois deux missions spéciales exigeant le plus bel esprit de sacrifice, et livré treize combats aériens dont deux se sont terminés par l'incendie et la chute des avions ennemis."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 9 février 1916 : "Pilote de chasse d'une audace et d'une énergie à toute épreuve. Le 3 février, a contraint successivement trois avions ennemis à atterrir précipitamment dans leurs lignes. Le 5 février, a attaqué un avion LVG et l'a abattu en flammes dans les lignes allemandes."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 28 mars 1916 : "Le 6 mars 1916, a livré à un avion allemand un combat au cours duquel son avion, ses vêtements et ceux de son observateur ont été criblés de balles. Le 12 mars 1916, a attaqué un avion allemand biplace, et l'a abattu en flammes dans les lignes françaises. 21 combats aériens depuis huit mois, huit avions allemands abattus, dont sept à l'intérieur ou à proximité des lignes françaises."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 23 mai 1916 : "Désigné pour rejoindre l'armée de Verdun, a abattu un avion ennemi en cours de route. A peine arrivé, a livré successivement cinq combats aériens, au cours du dernier, aux prises avec deux avions ennemis, a eu le bras gauche traversé de deux balles. A peine guéri a repris son service sur le front."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 25 juin 1916 : "Le 22 juin 1916, a livré trois combats aériens au cours de l'un d'eux a abattu un avion allemand après avoir eu son appareil atteint par les projectiles ennemis."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 27 juillet 1916 : "Le 16 juillet 1916, a abattu son dixième avion ennemi qui est tombé en flammes, dans les lignes ennemies."

* Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée en date du 21 juillet 1916 : "Pilote plein d'entrain et d'audace, volontaire pour les missions les plus périlleuses. Après une poursuite acharnée, a livré à un avion allemand un combat qui s'est terminé par l'incendie et l'écrasement de ce dernier."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 24 août 1916 : "Le 28 juillet 1916, a abattu son onzième avion ennemi."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 27 août 1916 : "Le 3 août 1916, a abattu son douzième avion ennemi."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 3 septembre 1916 : "Les 17 et 18 août, a abattu deux avions ennemis devant les tranchées françaises."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 28 septembre 1916 : "Le 4 et le 16 septembre 1916, a abattu ses quinzième et seizième avions ennemis."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 28 octobre 1916 : "Le 23 septembre 1916, apercevant un groupe de trois avions ennemis soumis au feu de notre artillerie spéciale, leur a résolument livré combat, a abattu deux de ces avions et a mis le troisième en fuite; a reçu à ce moment, dans son avion, un obus de plein fouet et n'a pu qu'au prix de prodiges d'adresse regagner nos lignes, où il a capoté et s'est légèrement blessé. (Dix-septième et dix-huitième avions allemands abattus)."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 13 décembre 1916 : "Brillant pilote de chasse. Les 23 et 24 janvier 1917, Le capitaine Georges Guynemer. a abattu ses vingt-septième et vingt-huitième avions ennemis."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 26 décembre 1916 : "Poursuivant toujours avec la même belle ardeur le combat contre les avions ennemis, a abattu, les 16 et 22 novembre 1916, ses vingt et unième et vingt-deuxième avions allemands qui sont tombés en flammes."

* Citation à l'ordre de la 5ème armée en date du 12 février 1917 : "Brillant pilote de chasse. Les 27 décembre 1916 et 23 janvier 1917, a abattu ses, vingt-cinquième et vingt-sixième avions ennemis."

* Citation à l'ordre de la 8ème armée en date du 13 février 1917 : "Brillant pilote de chasse. Les 23 et 24 janvier 1917, Le capitaine Georges Guynemer. a abattu ses vingt-septième et vingt-huitième avions ennemis."

* Citation à l'ordre de la 8ème armée en date du 14 février 1917 : "Brillant pilote de chasse. Les 25 et 26 janvier 1917, a abattu ses vingt-neuvième et trentième avions ennemis."

* Citation à l'ordre de la 8ème armée en date du 26 mars 1917 : "Les 8 février, 16 et 17 mars 1917, a abattu cinq avions ennemis dans nos lignes."

* Officier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée en date du 11 juin 1917 : "Officier d'élite, pilote de combat aussi habile qu'audacieux. A rendu au pays d'éclatants services, tant par le nombre de ses victoires que par l'exemple quotidien de son ardeur toujours égale et de sa maîtrise toujours plus grande. Insouciant du danger, est devenu pour l'ennemi, par la sûreté de ses méthodes et la précision de ses manœuvres, l'adversaire redoutable entre tous. A accompli, le 25 mai 1917, un de ses plus brillants exploits en abattant en une seule minute deux avions ennemis et en remportant dans la même journée deux nouvelles victoires. Par tous ces exploits, contribue à exalter le courage et l'enthousiasme de ceux qui, des tranchées, sont les témoins de ses triomphes. Quarante-cinq avions abattus, vingt citations, deux blessures."

* Citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 14 juin 1917 : "Pilote de chasse incomparable. Les 14 avril, 2 mai et 4 mai 1917, a abattu ses trente-sixième, trente-septième et trente-huitième avions ennemis."

* Citation à l'ordre de la 1ère armée en date du 12 août 1917 : "Pilote de combat incomparable. Les 6 et 7 juillet 1917, a abattu ses quarante-sixième, quarante-septième et quarante-huitième avions ennemis."

* Citation à l'ordre de la 1ère armée en date du 30 août 1917 : "Les 27 et 28 juillet 1917, a abattu ses quarante-neuvième et cinquantième avions ennemis en flammes, le 17 août, a remporté ses cinquante et unième et cinquante-deuxième victoires."

* Citation posthume à l'ordre de l'armée en date du 16 octobre 1917 : "Mort au champ d'honneur, le 11 septembre 1917. Héros légendaire tombé en plein ciel de gloire après trois ans de lutte ardente. Restera le plus pur symbole des qualités de la race. Ténacité indomptable, énergie, farouche, courage sublime. Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue au soldat français un souvenir impérissable qui exaltera l'esprit de sacrifice et les plus nobles émulations."

 

 

 

 

Spad VII n° S 132 "Vieux Charles" du Slt Georges Guynemer accidenté sur la terre gélée, le 24 janvier 1917 - L'avion, réparé, reviendra en unité, le 4 février 1917 - C'est cet avion qui est conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo collection Jean-Paul Bonora que je remercie pour son aide.

Epave du Gotha G III du Kagohl 2 abattu dans la région de Bouconville par le Ltt Georges Guynemer (31ème victoire homologuée) et l'Adj André Chainat (11ème victoire homologuée), le 8 février 1917 - L'équipage allemand de 3 hommes a été fait prisonnier - Le bombardier Allemand est exposé sur la place Stanislas de Nancy - Carte postale d'époque.

Epave du Gotha G III du Kagohl 2 abattu dans la région de Bouconville par le Ltt Georges Guynemer (31ème victoire homologuée) et l'Adj André Chainat (11ème victoire homologuée), le 8 février 1917 - L'équipage allemand de 3 hommes a été fait prisonnier - Le bombardier Allemand est exposé sur la place Stanislas de Nancy - Carte postale d'époque.

Cne Georges Guynemer pose en compagnie de son père Paul sur le perron de la maison familiale de Compiègne (Oise), le 1er mars 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Ce Roland D II du Jasta 32 a été abattu par Georges Guynemer, aux commandes du SPAD VII n° 254 baptisé "Vieux Charles VIII", le 16 mars 1917 - Le pilote, blessé pendant le combat, a fait un atterrissage en campagne, au Nord d'Hoéville - Visiblement, une roue est tombée dans un trou, l'avion est parti en pylône et a terminé sur le dos - Le pilote allemand, le Ltn Lothar von Hausen, est décédé des suites de ses blessures, le 15 juillet 1917 - Photo mise en ligne par le Site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Alignement des pilotes et mécaniciens des escadrilles SPA 3 et SPA 73 pour la revue du général Franchet d'Esperey, sur le terrain de Bonne-Maison, le 5 juillet 1917 - En avant des avions et des personnels des unités, deux groupes d'aviateurs qui vont être décorés par le général - Le Cne Georges Guynemer est dans le premier groupe, le 7ème à partir de la gauche - Il va recevoir la rosette d'officier de la Légion d'Honneur - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Gaston Rameau transmise par Laurence Denis, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Après avoir passé en revue les hommes et les avions des escadrilles SPA 3 et SPA 73, le général Louis Franchet d'Esperey, commandant le groupe d'armées du Nord, remet au Cne Georges Guynemer la rosette d'officier de la Légion d'Honneur sur le terrain de Bonne-Maison, le 5 juillet 1917 - Ils assistent ensuite au défilé de la 11ème compagnie du 82ème régiment d'infanterie - A arrière plan, on aperçoit les hommes et les SPAD des escadrilles alignés pour la parade - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Gaston Rameau transmise par Laurence Denis, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Le Cne Georges Guynemer vient d'être fait officier de la légion d'Honneur par le Général Franchet d'Esprey, le 5 juillet 1917 - On le voit en pleine conversation avec deux officiers, le Slt Georges Raymond avec le casque Adrian et un capitaine qui reste à identifier - Photo collection Serge Chalvet que je remercie pour son aide.

Photo dédicacée par Georges Guynemer sur le terrain de Bergues-Bierne, le 11 août 1917 - Photo collection Philippe Guillermin que je remercie pour son aide.

Photo dédicacée par le Cne Georges Guynemer en août 1917 - Le SPAD à l'arrière plan, n'appartient pas à l'As - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Une belle série montrant le départ en mission de Georges Guynemer aux commandes du Spad XIII n° 504 en août 1917 - C'est à bord de cet avion qu'il a remporté sa dernière victoire, la 53ème, le 20 août 1917 et qu'il sera abattu, le 11 septembre de la même année. Photo collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Le Spad XIII de Georges Guynemer immortalisé avant le décollage - L'As, au sommet de sa gloire, attirait une foule considérable de curieux qui lui vouaient une culte quasi religieux - Cet avion porte des marquages inhabituels, comme un large "X" sur le milieu de l'aile supérieure, une bande d'identification de fuselage inclinée certainement bicolore ou tricolore - Photo collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Spad XIII n° 504 du Cne Georges Guynemer en août 1917 - A cette époque, il est à la tête de 52 victoires homologuées et 29 non homologuées - Il sera mortellement blessé d'une balle à la gorge aux commandes de cet appareil, dans les environs de Poelcapelle, le 11 septembre 1917 - Photo collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Cne Georges Guynemer pendant l'été 1917 - Photo Ebay France.

Le Cne Georges Guynemer vient être décoré de la rosette d'officier de l'ordre belge de Léopold par le roi des Belges à Rexpoëde (Nord), le 15 août 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

 

 

Légende des tableaux - de gauche à droite : (H) victoire homologuée - (NH) victoire non homologuée ou probable - Détails du combat - Date -
(01) n° de la victoire homologuée ou (1 p) n° de la victoire probable ou (End) avion endommagé - Si entouré en blanc, victoire confirmée par les archives allemandes.


Le Cne Georges Guynemer a remporté 53 victoires homologuées et 29 probables - 45 de ses victoires sont confirmées par les archives allemandes.

Ses avions

Morane L n° 376 de l'escadrille MS 3 en juillet 1915 - C'est à bord de cet avion que le caporal Georges Guynemer a remporté sa première victoire, le 19 juillet 1915 - Dessin David Méchin.

Nieuport 10 n° 320 baptisé "Vieux Charles" (le 1er) du Sgt Georges Guynemer de l'escadrille MS 3 en janvier 1916 - Cet appareil a été équipé d'un carénage de pare-brise pendant l'hiver 1915-1916 - Dessin David Méchin.

Nieuport 10 B n° 328 baptisé "Vieux Charles III" du Slt Georges Guynemer de l'escadrille N 3 en juin 1916 - Il s'agit d'un avion monoplace remotorisé avec un moteur Rhône 110 ch - Cet appareil est équipé d'un pare-brise, d'un rétroviseur et d'un appui-tête - On ne connait pas d'autre exemple sur Nieuport 10 français - Il arbore l'inscrition "Vieux Charles III" - Il n'a probablement pas dépassé le début juillet 1916 puisqu'il ne porte pas de cigogne, ni numéro individuel - Il pourrait avoir été abattu, le 6 juillet 1916 - Dessin David Méchin.

Nieuport 11 n° 836 "Le Vieux Charles" (le 2ème) du Slt Georges Guynemer de l'escadrille N 3 en mars 1916 - Cet appareil est entièrement peint en bleu horizon et a été réformé après une collision contre un Caudron G 4 sur le terrain de Vadelaincourt à la fin mars 1916 - Dessin David Méchin.

Nieuport 17 n° 1531 codé "2" baptisé "Vieux Charles" (le 4ème) du Slt Georges Guynemer de l'escadrille N 3 en juillet 1916 - Cett appareil est peint avac un enduit métallisé à base de poudre d'aluminium et a été réformé , le 28 juillet 1916 - Dessin David Méchin.

Ses avions

SPAD VII n° 115 codé "2" baptisé "Vieux Charles" (le 6ème) du Slt Georges Guynemer en septembre 1916 - Cet appareil a été le premier SPAD VII de Guynemer qu'il a perçu le 27 août 1916 - Il a été détruit par un obus français de 75 mm, le 23 septembre 1916 - Dessin David Méchin.

SPAD VII n° 254 codé "2" baptisé "Vieux Charles" (le 7ème) du Slt Georges Guynemer en janvier 1917 - Cet appareil est équipé d'un moteur surcomprimé de 180 HP - Guynemer a remporté 19 victoires à bord de cet avion - Il est conservé au musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Dessin David Méchin.

SPAD VII n° 413 en juillet 1917 - Georges Guynemer l'a utilisé au combat en juin et juillet 1917 - Il sera ensuite affecté au Cne Georges Raymond à partir du 11 septembre 1917 - Dessin David Méchin.

SPAD 12 canon n° 382 codé "2" baptisé "Vieux Charles" (le 9) du Cne Georges Guynemer de l'escadrille N 3 en fin juillet 1917 - Georges Guynemer l'a utilisé la première fois, le 5 juillet 1917 - Il a remporté 4 victoires homologuées à son bord - Dessin David Méchin.

SPAD XIII n° 504 codé "2" du Cne Georges Guynemer en septembre 1917 - C'est un modèle de début de série à bouts d'ailes arrondis et armé de 2 mitrailleuses - Guynemer sera tué au combat à ses commandes, dans les environs de Poelkapelle (Belgique), le 11 septembre 1917 - Dessin David Méchin.


Documents en rapport

Un document historique, la carte de visite écrit par Georges Guynemer à une de ses "marraine de guerre" - Elle a été postée du 21 novembre 1916 et reçue à Rouen le 23 novembre 1916 - Collection A. Kiefer que je remercie pour son aide.

Souvenirs en rapport

Empennage du Gotha G III du Kagohl 2 abattu dans la région de Bouconville par le Ltt Georges Guynemer (31ème victoire homologuée) et l'Adj André Chainat (11ème victoire homologuée), le 8 février 1917 - Le Kagohl 2 était stationné sur le terrain de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne) - L'équipage allemand de 3 hommes a été fait prisonnier - Les restes du bombardier Allemand a été exposé sur la place Stanislas de Nancy - L'empennage du bombardier allemand a été offert par une délégation de l'escadrille N 3 au musée Lorrain de Nancy où il est actuellement conservé dans les réserves, après avoir été restauré - Le bas de l'empennage a été tranché par le cadrage du cliché - Voir le gros plan des marquages d'époque : 377 - GWF - B - Photo Musée Lorrain de Nancy transmise par Benoit Denet du service documentation du musée.

 

Remerciements :

- M. David Méchin pour son recensement des victoires du Cne Georges Guynemer.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photo de sa collection.
- M. A. Kiefer pour l'envoi de la carte signée par Georges Guynemer.
- Mme Laurence Denis pour la communication des photos prises par son grand-père Gaston Rameau.
- M. Dany Staudt pour l'envoi des photos de Guynemer de sa collection.
- M. Benoit Denet du service documentation du Musée Lorrain de Nancy pour la transmission de la photo de l'empennage du Gotha G III.
- M. François Vincent pour l'envoi des deux photos de Georges Guynemer extraites de sa collection.

Bibliographie :

- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Casualties of the German Air Service 1914-1920 par Norman Franks, Frank Bailey et Rick Duiven publié par les éditions Grub Street en 1999.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site

René Fonck Charles Nungesser

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir