Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site

Cne Marcel Feierstein, pilote des escadrilles du Maroc, BLC 5, REP 37 / N 37 et SPA 37 - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Marcel Paul Auguste Feierstein est né à Dijon, le 29 septembre 1884. Il est le fils de Joseph Auguste Feierstein et de Marie Lucie Cherrey, qui sont domiciliés à Anrosay par la Ferté-sur-Amaure, dans la Marne (51).

L'engagement dans les Dragons :

Appartenant à la classe 1904, il devance l'appel du service militaire et s'engage pour cinq ans, le 24 octobre 1902. Il est affecté au 1er régiment de Dragons et nommé Brigadier, le 25 mai 1903, puis Maréchal des Logis (Sergent), le 8 juillet 1905. N'étant pas satisfait de sa qualité de sous-officier, il demande de redevenir cavalier de 2ème classe.

Affecté au 1er régiment de Chasseurs d'Afrique :

Il est alors muté au 1er régiment de Chasseurs d'Afrique, le 13 août 1905. Au sein de cette unité, il participe à la campagne d'Algérie du 14 août 1905 au 4 novembre 1906. Donnant satisfaction à ses chefs, il est nommé Brigadier, le 16 octobre 1905.

Affecté au 13ème régiment de Dragons :

Le 19 novembre 1906, il est affecté au 13ème régiment de Dragons. Au sein de cette unité, il est nommé Maréchal de Logis, le 27 septembre 1907. Arrivant au terme de son contrat initial, il prolonge son engagement de deux ans, à compter du 9 octobre 1907. Il répète deux fois cette procédure, d'abord le 4 mai 1909 où il signe pour trois ans supplémentaires puis le 6 novembre 1911, pour un an de plus.

Détaché dans l'aéronautique militaire :

Le 18 décembre 1911, il passe au service de l'aéronautique militaire et est affecté comme élève pilote au centre d'aviation militaire de Pau (école Blériot), à compter du 5 janvier 1912. Il obtient le brevet de pilote civil n° 738 à l'école Blériot de Pau, le 19 février 1912.

Licence de pilote civil n° 689 du MdL Marcel Paul Auguste Feierstein, du 13ème régiment de Dragons et détaché au centre d'aviation de Pau, délivrée pour l'année 1912 - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Licence FAI de pilote civil n° 738 du MdL Marcel Paul Auguste Feierstein, du 13ème régiment de Dragons, détaché au centre d'aviation de Pau, délivrée par l'Aéroclub de France, le 19 février 1912 - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Ayant terminé sa formation initiale, il est affecté au bataillon de sapeurs aérostiers, le 13 mars 1912. Maintenant titulaire d'un brevet de pilote civil délivré par l'Aéroclub de France, il passe l'équivalence militaire et obtient le brevet de pilote militaire n° 111, le 13 mai 1912.

Affecté à l'escadrille BL 3 :

Il est alors affecté au centre d'aviation militaire de Pau et deviendra pilote de l'escadrille BL 3 lors de sa formation officielle en juillet 1912. Au sein de cette unité, équipée de six Blériot XI, il participe aux Grandes Manoeuvres qui se déroulent entre le Poitou et la Touraine du 9 au 18 septembre 1912. La BL 3 est affectée à l'armée bleue et compte les pilotes suivants : Cne Bellenger (Cdt d'escadrille) - Ltt Jacquet - Ltt de Sylvestre - Ltt Letort - Ltt Boucher - MdL Feierstein - MdL Pequet.

Repas offert par Mme Louis Blériot aux officiers détachés par l'aéronautique militaire à l'école d'aviation de Pau en juillet-août 1912 - Il est à l'honneur au Cne Gilbert Casse, un officier de Dragons, qui a été décoré de la Légion d'Honneur, le 11 juillet 1912 - L'officier est assis à la droite de Mme Blériot - Cette photo, montée en carte postale, a été envoyée par le Ltt René de Malherbe que l'on aperçoit à droite, tenant à la main sa serviette de table - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Affecté à l'escadrille du Maroc :

Le 9 octobre 1912, il est affecté à l'escadrille du Maroc, stationnée à Mogador. Pendant son séjour au sein de cette petite unité, équipée de Blériot XI, il prend part aux combats de pacification de Tar el Kadi en décembre 1912, Tadla en avril 1913 et Taza d’avril à juillet 1914. Il est décoré de la Médaille Militaire par le Général Lyautey à Casablanca, le 14 février 1913.

Hangars et Installations de l'escadrille du Maroc sur le terrain de Casablanca entre 1912 et 1914 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Hangars et Blériot XI de l'escadrille du Maroc sur le terrain de Casablanca entre 1912 et 1914 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Antenne TSF mise en oeuvre par le terrain de Casablanca (Maroc) où était déployée l'escadrille du Maroc entre 1912 et 1914 - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Train sur voie de 0,60 m déservant les installations du terrain de Casablanca (Maroc) où était déployée l'escadrille du Maroc entre 1912 et 1914 - L'antenne TSF du camp d'aviation est visible à l'arrière plan - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Page du supplément illustré du Petit Journal présentant les attaques d'aviation de l'escadrille du Maroc contre les rebelles autour de Taza pendant l'année 1914 - Document transmis par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Le Général Lyautey a passé en revue la garnison de Casablanca, le 19 février 1913 - Il a remis la cravate de commandeur de la Légion d'Honneur au général Franchet d'Espèrey et au colonel Henrys, la croix de chevalier aux lieutenants aviateurs Do-Hu et Van den Vaéro et la Médaille Militaire au MdL Marcel Feierstein - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Pendant son séjour, il effectue plusieurs liaisons à grande distance, comme par exemple un vol entre Casablanca et Mogador (350 km), le 14 janvier 1913, entre Casablanca et El Bourouj (150 km) pour remettre du courrier à la colonne Mangin et finalement entre Casablanca, Marrakech, Mogador et Casablanca (750 km), le 29 décembre. Il signe une nouvelle prolongation de contrat de deux ans, le 30 septembre 1913. Pour son séjour au Maroc, il est décoré de la Médaille Coloniale avec agrafe "Maroc".

Licence de pilote civil n° 738 F du MdL Marcel Paul Auguste Feierstein, du 13ème régiment de Dragons et détaché à l'escadrille du Maroc, délivrée pour l'année 1914 - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Poignards ramenés du Maroc par le MdL Marcel Feierstein, pilote de l'escadrille du Maroc d'octobre 1912 à août 1914 - Il s'agit probablement d'armes de prise - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Affecté à l'escadrille de cavalerie BLC 5 :

En août 1913, il est nommé sous-lieutenant à titre temporaire. Le 9 août 1914, il est affecté à l'escadrille BLC 5, une escadrille de cavalerie rattachée à la 5ème division de cavalerie. Cette unité a été placée sous le commandement du Ltt Robert Massenet Royer de Marancour et dotée de quatre Blériot XI monoplaces à moteur rotatif Gnôme de 60 HP. Ces avions avaient la particularité d'être démontables en 20 minutes et pouvait ainsi suivre très rapidement les mouvements du QG de la division. Marcel Feierstein restera affecté à cette unité, jusqu'au 1er janvier 1915.

* Citation à l'ordre de la 8ème armée du Slt Marcel Feierstein, pilote à l'escadrille BLC 5, en date du 4 mars 1915 : "Pilote de monoplace, a rendu de très grands services par la précision des renseignements et l'exactitude des croquis qu'il rapportait. A fait preuve de la plus belle ardeur et du plus grand mépris du danger en atterrissant plusieurs fois sur des terrains battus par le feu de l'ennemi."

Casque de vol du Slt Marcel Feierstein - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Pilotes de l'escadrille BLC 5 pendant l'automne 1914 - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Blériot XI monoplace de l'escadrille BLC 5 en octobre-novembre 1914 - L'escadrille BLC 5 était équipée de quatre appareils de ce type avant de percevoir des Blériot XI BG à vision totale, à partir de novembre 1914 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Blériot XI BG à vision totale de l'escadrille BLC 5 mis en service dans l'escadrille à partir de novembre 1914 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Affecté à l'escadrille MS 37 :

Le 1er janvier 1915, il est affecté à l'escadrille MS 37 qui ne sera officiellement créée que le 23 janvier. Il est nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 22 février 1915.

Départ en mission d'un équipage de l'escadrille MS 37 à bord de leur MS type L pendant l'été 1915 - De gauche à droite : Ltt Louis Maire, observateur jusqu'au 21 septembre 1915, date à laquelle il est parti en école de pilotage - Adj Noël Paolacci (pilote) nommé Adjudant, le 12 février 1915, il a été fait prisonnier au cours d'une mission, le 23 septembre 1915 - le mécancien en 1er en charge de l'entretien de cet avion - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Morane Saulnier Type LA n° 27X de l'escadrille MS 27 pendant l'été 1915 - On aperçoit un Nieuport 10 dans le hangar en arrière plan - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Le Slt Marcel Feierstein, pilote de l'escadrille MS 37 rentre de mission avec le Morane Saulnier Type LA n° 78 pendant l'été 1915 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Carte du Slt Marcel Feierstein, pilote de l'escadrille MS 37, lui donnant le droit d'effectuer régulièrement les opérations postales qu'il peut avoir à accomplir lorsqu'il est en mission - Elle a été signée par le Cne Louis Quillien, commandant de l'escadrille MS 37, le 6 août 1915 et est valable toute la guerre - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

* Citation à l'ordre de la 3ème armée du Slt Marcel Feierstein, pilote à l'escadrille MS 37, en date du 24 juin 1915 : "Le 11 juin, chargé d’une reconnaissance et ayant eu dès le début son avion atteint par des balles de shrapnels qui en compromettaient la tenue, a accompli entièrement sa mission dans une région très exposée aux tirs des canons spéciaux de l’ennemi."

Le 3 septembre 1915, aux commandes d'un Nieuport 10 monoplace, il livre combat à un avion qu'il contraint à atterrir dans ses lignes. N'ayant pas été détruit, le biplan ne sera pas homologué.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Slt Marcel Feierstein, au service aéronautique d'une armée, le 5 novembre 1915 : "A rendu de grands services par son coup d’œil et son expérience, ainsi que son habilité technique, soit dans les reconnaissances, soit dans les missions de chasse. A soutenu brillamment plusieurs combats et a, en particulier le 8 septembre 1915, poursuivi jusqu’à faible altitude un avion ennemi qu’il a forcé à atterrir, a pu ramener son avion criblé de balles."

Nieuport 11 n° 522 de l'escadrille N 37 sur le terrain de Ste-Ménéhould (Marne) photographié en printemps 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Il est nommé Lieutenant à titre définitif, le 4 avril 1916 et assure le commandement de l'escadrille N 37 / SPA 37 du 4 avril 1916 au 18 décembre 1917. Le 28 août 1917, il est nommé Capitaine à titre temporaire.

A la fin de l'année 1916, le Cne Marcel Feierstein adopte comme emblème collectif un condor en vol cherchant sa proie. Il s'agit de rappeler le rôle de l'escadrille de chasse qu'il commande. Dessins Albin Denis.

Le Cdt Antonin Brocard, commandant du GC 12, en grande discussion avec le Cne Marcel Feierstein, commandant de l'escadrille N 37 sur le terrain de la Noblette pendant l'été 1917 - Dans les bois aux alentours du terrain étaient dissimulés les baraquements des différentes escadrilles déployées sur place - Cette photo a été prise le même jour que la photo inférieure - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Le Chef de Bataillon Antonin Brocard, commandant du GC 12, pose en compagnie d'officiers pilotes et observateurs stationnés sur le terrain de la Noblette pendant l'été 1917 - De gauche à droite : X - Cne René Colcomb, commandant de l'escadrille N 38 - X - Cne Marcel Feierstein, commandant de l'escadrille N 37 - X -X - Cdt Antonin Brocard, commandant du GC 12 - X - X - Ltt Jean Romatet, pilote de l'escadrille N 38 - X - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Permis de photographier du Ltt Marcel Feierstein, commandant de l'escadrille N 37, délivré le 26 mars 1916 et valable jusqu'au 26 juin 1918 - Cliquez sur l'image pour découvrir l'autre face - Photo Marcel Feierstein transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Adjoint au commandant de l'aéronautique du 8ème CA :

Le 18 décembre 1917, il est nommé adjoint au commandant de l'aéronautique du 8ème corps d'armée, du 18 décembre 1917 et restera affecté à ce poste jusqu'au 29 mars 1918 - Il se marie avec Léonie Petit, le 8 août 1918.

Instructeur tactique de l'école de Pau :

Il est ensuite affecté comme instructeur tactique à l'école d'aviation militaire de Pau du 29 mars au 29 mai 1918 puis détaché à la section technique de l'aéronautique à Paris, du 28 mai 1918 à mars 1919.

La fin des hostilités :

Copie du message radio pris au poste de Villacoublay, le 9 novembre 1918 et émis par le poste TSF de la Tour Eiffel - Document transmis par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide - Cliquez sur les images pour les agrandir.
En voici le texte intégral :
1er message : Grand Quartier Général des alliés à Grand Quartier Général allemand - Plénipotentiaires allemands à haut commandement allemand : le Capitaine Von Heldorf est arrêté par la destruction de ponts. Prière si possible de ne procéder à aucune destruction sur une route qui doit être laissée libre jusqu'à nouvel ordre. prière également, pour éviter toute erreur de nous faire connaitre par radio le parcours entier et précis de cette route. Des cessations de feu de courte durée pourraient être demandées le cas échéant sur cette route dans un délai très réduit. Signé Vin Winterfeld - Reçu à 11h30.
2ème message : Plénipotentiaires allemands à Haut Commandement allemand à Haut Commandement allié propose, d'accord avec nous, d'envoyer Heldorf par la voie des airs. Prière de nous fixer par radio de toute urgence l'itinéraire à suivre, l'altitude, si nécessaire le terrain d'atterrissage et les signaux de reconnaissance. L'avion allié portera comme marque distinctives deux flammes blanches. L'avion sera mis en route aussitôt votre réponse. L'heure de départ vous sera indiquée. Signe Von Winterfeld.

Laissez-Passer de jour et de nuit du Cne Marcel Feierstein, lui permettant de se déplacer pour le service de la Section Technique de l'Aéronautique Militaire, émis le 1er janvier 1919 et valable jusqu'au 31 mars 1919 - Cliquez sur l'image pour voir l'autre face - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Sauf-Conduit du Cne Marcel Feierstein, lui permettant de se déplacer en automobile militaire dans la zone de l'intérieur, y compris les départements frontières (officiers en tenu) pour le service de la Section Technique de l'Aéronautique Militaire, émis le 1er janvier 1919 et valable jusqu'au 31 mars 1919 - Cliquez sur l'image pour voir l'autre face - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Carte de membre actif n° 269 du Cne Marcel Feierstein de l'Union Nationale des Combattants de l'Air pour l'année 1919 - Cliquez sur l'image pour voir l'autre face - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Commandant de la 4ème escadrille du 36ème RA :

Il prend le commandement de la 4ème escadrille du 36ème régiment d'aviation d'Algérie-Tunisie (ex escadrille 548), le 1er juin 1920.

Commandant de la 11ème escadrille du 31ème RA :

Il est affecté au 31ème régiment d'aviation de Tours, le 7 août 1920. D'abord adjoint technique, il prend le commandement de la 11ème escadrille (traditions de l'escadrille SAL 277) puis devient adjoint du commandant du 3ème groupe d'observation, qui compte dans ses rangs les 11ème (traditions de la SAL 277) et 12ème escadrille (traditions de la SAL 10), en 1927 et 1928.

Le Cne Marcel Feierstein, commandant de la 11ème escadrille (traditions de l'escadrille SAL 277) du 31ème régiment d'aviation stationné à Tours - Il a été affecté au 31ème régiment d'aviation, le 7 août 1920 - Les galons, les insignes de képis et les plis des uniformes ont été mis en valeur au pinceau par le photographe - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Le Cne Marcel Feierstein, commandant du 3ème groupe du 31ème régiment d'observation de Tours, aux commandes de son Breguet 14A2 à moteur Renault codé "1", entre 1927 et 1928 - Pour être distingué en vol des deux escadrilles qu'il commandait, son appareil ne possédait pas d'insigne mais un large chiffre "1", la marque du commandant de groupe - A gauche, on aperçoit la mitrailleuse Vickers qui arme le secteur avant de l'avion de reconnaissance - Le secteur arrière était protégé par une tourelle armée de deux mitrailleuses Lewis dotées chacune d'un chargeur de 97 cartouches - En temps de paix, cette tourelle n'était pas équipée des armes et n'était complète que pour les exercices de tir - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Le Cne Marcel Feierstein, commandant du 3ème groupe du 31ème régiment d'observation de Tours, aux commandes de son Breguet 14A2 à moteur Renault codé "1", entre 1927 et 1928 - Remarquez le marquage de cet avion, un large chiffre "1" surligné d'un arrondi rouge et blanc - Nous ne connaissons pas la signification de cet arrondi - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Le Cne Marcel Feierstein, commandant du 3ème groupe du 31ème régiment d'observation de Tours, en discussion avec l'un de ses équipages qui s'apprête à partir en mission, en 1927/1928 - Au premier plan, le Breguet 14A2 à moteur Renault de Feierstein portant sa marque, un large "1", surligné d'un arrondi rouge et blanc - Dans l'arrière plan, on aperçoit un autre Breguet 14 A2 portant l'insigne de la 12ème escadrille (traditions de la SAL 10), un pélican portant casque de vol et parapluie - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Le Cne Marcel Feierstein, alors affecté au 31ème régiment d'aviation de Tours, a reçu le certificat élémentaire d'aptitude au brevet élémentaire de navigateur aérien n° 49, le 2 juin 1922 - Ce certificat lui permettait d'avoir une fonction à bord sans avoir à piloter - Photo transmise par Lucette Delaunet et Edmonde Auberger que je remercie pour leur aide.

Après un stage au centre d' études de l'aéronautique, Marcel Feierstein est titularisé observateur en avion, en compagnie de quatre autres officiers, à la date du 10 juillet 1925.

Le 24 juillet 1926, il est victime d'un accident d'avion en rentrant de Cazaux. Après avoir perdu une roue au décollage, le Potez 15 qu'il occupe avec le Ltt Pierre Soviche, capote à l'atterrissage et Marcel Feierstein en est quitte pour une fracture du nez.

Officier de la Légion d'Honneur :

Il est fait Officier de la Légion d 'Honneur, le 8 juillet 1928. Il terminera sa carrière dans les états-majors de Tours, d'abord à la 6ème brigade puis à la 3ème division.

Il est nommé Commandant et admis à la retraite en 1936 - Il se retire à Chênehutte-les-Tuffeaux (Maine-et-Loir), village dont sa deuxième épouse Mélanie Martin est originaire. Il est rappelé sur la base aérienne de Tours, en septembre 1939 avant d'être renvoyé dans ses foyers en décembre de la même année. Il est a nouveau rappelé en avril 1940 comme adjoint au commandant de l'école de Tours.

Marcel Paul Auguste Feierstein est décédé à Chênehutte-les-Tuffeaux (Maine-et-Loir), le 28 avril 1965.

Sources :

Bulletin de naissance - Pam - FM 52 - LO - CCC SPA 37 - JORF.

Dernière mise à jour : 19/10/2015.

 

 

 

Remerciements à :

- Mmes Lucette Delaunet et Edmonde Auberger pour la mise en communication des archives de Marcel Feierstein.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Le Journal Officiel de la République Française mis en ligne sur le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.
- Carnets de Comptabilité en Campagne des escadrilles mis en ligne par le Site "Mémoire des Hommes."
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Base de données "Personnels de l'aéronautique militaire" du site "Mémoire des Hommes".
- Base de données "Mort pour la France" du site "Mémoire des Hommes".

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site

Cne De Lavergne MdL Jean Boissau

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image Cliquez sur l'image Cliquez sur l'image Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sir l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir CLiquez sur l'image pour découvrir l'autre face Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour voir l'autre face Cliquez sur l'image pour voir l'autre face Cliquez sur l'image pour voir l'autre face