Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Etude réalisée par David Méchin - Je lui adresse tous mes remerciements pour son aide efficace.

Insigne de la section de bombardement
peint sur les fuselages

L'emblème de reconnaissance de la section de bombardement
de l'armée d'Orient consistait en un rond rouge.
Dessin Albin Denis d'après notice de David Méchin.

 

Insignes métalliques de la section de bombardement
et des unités détentrices de ses traditions

Jusqu'à preuve du contraire, pas d'insigne métallique.

Symbolique

Les appareils de la section de bombardement portaient, sur le fuselage de leurs Farman F 40 et F 60, un rond de couleur rouge.

Historique

Alors que le groupe de bombardement d’Orient (GBO) est dissous au mois de juin 1916, le besoin de disposer d’une escadrille réservée aux bombardements chez l’ennemi se fait sentir dans l’aviation d'Orient. Les Voisin LAS du GBO étant à bout de souffle, le commandant Denain décide alors de créer une section de bombardement de 6 avions Farman, le 15 novembre 1916, dépendant du commandement des armées alliées (CAA). Placée sous les ordres du lieutenant André de Saint-Severin, la petite formation est basée à Topcin et est rattachée à l’escadrille 391 avec qui elle partage le terrain.

L’activité opérationnelle de la section sera limitée par la mauvaise météo hivernale. Néanmoins, quelques raids sont conduits : le 12 décembre 1916, 4 Farman bombardent Livunovo où se trouve un aérodrome bulgare. Les appareils français sont attaqués sur le chemin du retour et l’un d’eux, piloté par le Slt Richard et emmenant le Sgt Léglise en observateur, doit se poser derrière les lignes ennemies où il est capturé. Dans la nuit du 5 au 6 février 1917, un seul appareil de la section de bombardement (Slt Sisson, Sgt Blondel) attaque l’aérodrome d’Hudova.

La section de bombardement ne fait plus parler d’elle après cette date, sans doute dissoute : les Farman sont lents et vulnérables face à la chasse allemande et leur action ne peut que se révéler inefficace, comme l’écrit le commandant Denain dans un rapport du 17 février 1917 : "Il faut renoncer aux grands bombardements car pas d’escadrille de bombardement et du reste Farman incapables de les entreprendre maintenant sans risque exagérés."

Malgré la tentative de récréer une section de bombardement avec les Sopwith livrés au printemps 1917, ce n’est que bien plus tard, par l’arrivée des Breguet 14 de l’escadrille 510, que l’aviation d’orient pourra disposer d’une force de bombardement efficace.

 

Unités détentrices des traditions
de la section de bombardement

Les traditions de la section de bombardement n'ont pas été reprises depuis sa dissolution en février 1917.

 

Carte de la zone d'opérations

 

Appelations successives

Rattachements de l'escadrille


Périodes de stationnements

Date de stationnements

 

Commandants de l'escadrille

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus

 

Décorations

Pas de décorations collectives pour cette unité.

 

Morts: en rouge / Blessés ou indemnes: en jaune

 

Les avions

F 40 de la section de bombardement de l'armée d'Orient photographié après un accident sur le terrain de Boresnica - Photo Gustave Gauthier transmise par son fils Michel.

Les hommes

Ltt André Jean Hector Trédicini de Saint-Séverin - Né le 8 juillet 1890 à Douvaine (Haute-Savoie) - Fils d'Hector de Saint-Severin et d'Yvonne de Varine - Entré en service actif au 7ème régiment de Cuirassiers, le 1er octobre 1911 - Nommé lieutenant en octobre 1914 - Passé à l'aviation comme élève pilote en août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1727 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 9 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille MF 86 du Front d'Orient (future 503) - Pilote et commandant la section de bombardement de l'armée d'Orient du 15 novembre 1916 à février 1917 - Pilote de l'escadrille 507 du front d'Orient - Pilote de l'escadrille N 79 du 28 mai 1917 au 25 juin 1917, date de sa mort - Grièvement blessé, aux commandes d'un SPAD VII, au cours d'un combat aérien contre un avion du Jasta 1, le 25 juin 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 2/73 de Chauny (02), le même jour - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre de la division en octobre 1914 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique en juillet 1916 - Deux citations à l'ordre de l'armée en décembre 1916 - Photo Gustave Gauthier transmise par son fils Michel que je remercie pour son aide.

 

Photos aériennes prises
par les équipages

Qui peut m'aider ?

Photos aériennes prises
par les équipages

Qui peut m'aider ?

 

 

Remerciements :

- M. David Méchin pour son étude sur la section de bombardement de l'armée d'Orient.
- M. Michel Gauthier pour l'envoi de la photo du Ltt André Trédicini de Saint-Séverin.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la défense - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Section italienne Détachement de Koritza

 

 

pas de fiche > 1918