Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Les débuts de l'aviation militaire

Le premier breveté militaire :

Le capitaine Ferdinand Ferber, du 19ème régiment d’artillerie, qui commença à voler sur un aéroplane à moteur à explosions, fut le premier militaire a être breveté * par l’Aéroclub de France. Il devait se tuer peu après dans un accident d’avion, le 22 septembre 1909, dans la plaine de Benvregen, près de Boulogne-sur-Mer, avec un biplan Voisin. Après être resté en l’air une demi-heure, son avion touche une tranchée de drainage lors de l’atterrissage et capote. Ferber qui a été projeté au sol, reçoit le moteur sur l’abdomen et la poitrine. Emmené dans l’ambulance, le pilote livide, sait qu’il est touché gravement. Une heure après, il meurt d’une hémorragie interne. Il est le premier militaire victime de l’aviation.
(* Brevet n° 5 bis du 7 janvier 1909)

Cne Ferdinand Ferber en grande tenue du 19ème régiment d'artillerie.
Carte postale d'époque.

Le capitaine Ferdinand Ferber aux commandes du Ferber IX lors du vol du 14 juillet 1909 sur le polygone d'Issy-les-Moulineaux - Brevet civil de l'Aéro-club de France n° 5 bis en date du 7 janvier 1909 - Carte postale d'époque.

Trois vues de l'avion du capitaine Ferber, le Ferber IX - Cartes postales d'époque.

Les premières commandes d'aéroplanes militaires :

L’école supérieure de l’aéronautique est créée en 1909. Le général Roques, directeur du génie militaire, est chargé de l’aérostation et de l’aviation. Le génie et l’artillerie, qui revendique la mission de créer l’aviation militaire en sont chargés conjointement. Après les ballons, qui existaient déjà aux armées et qui remontent à la création, le 2 avril 1794, d’une compagnie d’aérostiers, commandée par Jean-Marie Coutelle, qui avait son école dans le parc de Chalais-Meudon, près de Paris. Le général Brun, ministre de la guerre, suite au rapport du capitaine Lucas-Girardville, décide d’acquérir cinq nouvelles machines qu’on appelle aéroplanes* et qui seront les premier noyau de notre aviation militaire. Après avoir examiné les résultats obtenus par les aéroplanes aux divers meetings, le général Roques fait commander ces 5 premiers appareils, deux biplans Farman à moteur Gnône de 50 ch, deux biplans Wright à moteur Wright-Bariquand de 30 ch et un monoplan Blériot à moteur Anzani de 50 ch.
(*Aéroplanes jusqu'au 29 novembre 1911, date à laquelle seront adoptés les noms d'avions et d'hydravions - voir plus loin dans le chapitre)

Les premiers pilotes militaires sont formés dans des écoles de pilotage civiles :

Dix pilotes volontaires furent recrutés parmi les officiers des différentes armes et dirigés vers les écoles civiles existantes, à partir de décembre 1909.

  • Pour l’artillerie :
    • Cne Louis Madiot (n° 106 - 10/06/1906 - non)
    • Cne Félix Marie* (n° 80 - 17/05/1910 - n° 21)
    • Ltt Georges Bellenger (n° 45 - 05/04/1910 - n° 3).
  • Pour l’infanterie :
    • Ltt Pierre Clavenad (n° 294 - 23/10/1910 - n° 9 - tué le 16/04/1913 en ballon)
    • Ltt René Jost (n° 264 - 10/10/1910 - non - tué le 30/03/1912 accident)
    • Ltt Albert Féquant (n° 63 - 02/05/1910 - n° 65 - tué le 05/09/1915 au combat).
  • Pour l’infanterie coloniale :
    • Ltt Marcel Sido (n° 65 - 02/05/1910 - non).
  • Pour le génie :
    • Cne Albert Etévé (n° 89 - 10/06/1910 - n° 12)
    • Ltt Paul Aquaviva (n° 68 - 02/05/1910 - non)
    • Ltt Félix Camerman (n° 33 - 08/03/1910 - n° 47)

Entre parenthèses et dans l'ordre : numéro de brevet civil de l'Aéroclub de France - date d'obtention - numéro de brevet militaire - décés éventuel.

* Le 26/03/1910, à l’école d’aviation Blériot à Pau, le Cne Félix Marie se trouvant à 25 mètres de haut, a fait une chute d’aéroplane dans un virage. Fêlure des 8ème et 9ème côtes et contusion de la face externe de la cuisse gauche.

Le Ltt Félix Camermann décolle aux commandes d'un Henri Farman HF-3 - En cartouche autour de l'image, de gauche à droite en haut : Ltt Pierre Clavenad (brevet de l'Aéroclub de France n° 294 en date du 23 novembre 1910, tué dans un accident de ballon, le 16 avril 1913), Cne Joseph Maillols (brevet de l'Aéroclub de France n° 131 en date du 1er juillet 1910), en bas : Ltt Félix Camermann (brevet de l'Aéroclub de France n° 33 en date du 8 mars 1910), le Cne Moreau - Ces aviateurs ont suivis des cours de pilotage à l'école d'aviation d'Henri Farman à Camp de Châlons / Mourmelon - Photo extraite de la revue "La vie au Grand Air" n° 602 du 2 avril 1910 transmise par Thierry Matra que je remercie pour son aide.

La plupart des officiers ont fait leur apprentissage à l'école Henri Farman de Mourmelon (Camp de Châlons) - Les lieutenants Pierre Clavenad et René Jost travaillent chez Antoinette (camp de Châlons), le Ltt Paul Aquaviva à Pau chez Blériot.
En cartouches en bas de l'image et de gauche à droite : Ltt Marcel Sido (brevet de l'Aéroclub de France n°65 en date du 2 mai 1910), Ltt René Jost (brevet de l'Aéroclub de France n°264 en date du 10 mai 1910, tué dans un accident le 30 mars 1912), Ltt Paul Aquaviva (brevet de l'Aéroclub de France n°68 en date du 2 mai 1910), Ltt Albert Féquant (brevet de l'Aéroclub de France n°63 en date du 2 mai 1910), Cne Charles Marconnet (brevet de l'Aéroclub de France n°90 en date du 10 juin 1910) -
Photo extraite de la revue "La vie au Grand Air" n° 602 du 2 avril 1910 transmise par Thierry Matra que je remercie pour son aide.

Les premiers militaires brevetés pilotes

Quelques grands pilotes militaires réunis sur une photo exceptionnelle entre août 1910 et octobre 1911 : Cne Charles Marconnet, Ltt René Chevreau, Ltt Albert Féquant, Ltt Jacques de Caumont-la-Force, Ltt Joseph Maillols, Ltt René Jost et Ltt Désiré Lucca - Photo collection Jerome Discours - Site Military-Photo que je remercie pour son aide - Merci à Jean Lerault pour sa correction de légende.

Différentes écoles civiles chargées de la formation des pilotes militaires :

  • Ecole Farman au camp de Châlons
  • Ecole Antoinette au camp de Châlons
  • Ecole Wright à Pau
  • Ecole Blériot à Pau.

Création du premier établissement d'aviation militaire à Vincennes :

Le premier établissement d’aviation militaire fut créé en décembre 1909 au polygone de Vincennes par l’artillerie et le Cdt Etienne en est nommé directeur. Le deuxième établissement fut créé début 1910, au camp d’aviation de Chalons, dirigé par le génie et destiné à l’instruction des aviateurs militaires. Le premier aéroplane livré à l’armée sera un biplan Wright qui arrivera le 10 février 1910 au camp de Satory, près de Versailles.

Représentation d'un des deux biplans Wright à moteur Wright-Bariquand de 30 Hp modifié par le Cne Albert Etévé - Il appartenait au lot des cinq premiers aéroplanes achetés par l'armée, à savoir deux biplans Farman à moteur Gnône de 50 ch, deux biplans Wright à moteur Wright-Bariquand de 30 ch et un monoplan Blériot à moteur Anzani de 50 ch - Cet officier était titulaire du brevet de l'Aéroclub de France n° 89, qu'il a obtenu le 10 juin 1910 - Il a obtenu le brevet de pilote militaire n° 12, obtenu le 3 juin 1911 - Dessin David Méchin.


Lieutenant Georges Bellenger - breveté militaire n° 3 - Brevet civil n° 45 en date du 5 avril 1910 - Il prendra le commandement de l'escadrille BL 3 en juillet 1912 - Photo : Sahara

Lieutenant Pierre Clavenad - Brevet militaire n° 9 - Breveté civil n° 294 en date du 21/10/1910 - Ce pilote sera tué dans l'accident du ballon Zodiac, le 16 avril 1913 - Après avoir traversé un orage de grêle, la nacelle a été projeté contre le mur d'une maison sur la commune de Noisy-le-Grand. Tous les occupants sont tués sur le coup - L'équipage était composé de Jacques Aumont-Thiéville, pilote et les capitaines Clavenad et de Noüe, le lieutenant de Vasselot et le sergent Richy, tous passagers - Le capitaine Clavenad était alors chef du service de l'aviation au Maroc - Ils accomplissaient un vol d'accoutumence à l'altitude - Carte postale d'époque

Lieutenant René Jost - brevet pilotage civil n°264 du 10/10/1910 - Tué le 30 mars 1912 dans un accident aérien - Carte postale d'époque

Ltt Albert Féquant photographié avant guerre devant un Henry Farman - Il porte son uniforme du 145ème régiment d'infanterie et la Légion d'Honneur, qu'il s'est vu décerner, le 12 juillet 1910 - Photo collection Michel Caplet que je remercie pour son aide.
Ltt Albert Féquant - Né le 2 janvier 1886 à Paris (75) - Fils de Rémy Féquant et de Berthe Chartier de la Touche - Domiciliés 12, rue de la Victoire à Paris - Classe 1906 - Recrutement du 3ème bureau de la Seine sous le n° matricule 1308 - Engagé volontaire à l'école spéciale militaire, le 27 octobre 1905 - Nommé Caporal, le 8 avril 1906 - Nommé Sergent, le 5 novembre 1906 - Nommé sous-lieutenant et affecté au 145ème régiment d'infanterie, le 12 octobre 1907 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1909 - Brevet de pilote civil n° 63 décerné par l'Aéroclub de France, le 2 mai 1910 - Félicitations du Ministre de la Guerre, le 25 mai 1910 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 12 juillet 1910 - Affecté au 144ème régiment d'infanterie, le 9 février 1911 - Brevet de pilote militaire n° 65 obtenu le 2 novembre 1911 - Affecté au 25ème bataillon de sapeurs aérostiers du 1er régiment de Génie et placé en position de hors cadre aéronautique, le 23 décembre 1911 - Affecté au 72ème régiment d'infanterie, le 9 décembre 1912 - Affecté au 2ème groupe aéronautique de Reims, le 25 décembre 1912 - Marié avec Marie Madeleine Françoise Mallet, le 21 janvier 1914 - Domiciliés au 99, quai d'Orsay à Paris - Observateur de l'escadrille VB 2 / VB 102 du XX novembre 1914 au 6 septembre 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 12 septembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 18 octobre 1914 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 22 mars 1915 - Tué d'une balle à la tête au cours d'un combat aérien, lors dune mission de bombardement entre Nancy (plateau de Malzéville) et Sarrebruck (Allemagne), le 6 septembre 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée à titre posthume, le 8 septembre 1915.

Lieutenants Albert Féquant et Félix Camerman aux commandes d'avions Henry Farman HF 4 - Photo Sahara.

Ltt Marcel Sido - brevet civil n°65 en date du 2 mai 1910 - Carte postale d'époque

Lieutenant Albert Octave Etevé (Génie) - né en 1880 - décédé en 1976 - Affecté à l'aérostation en 1906 - Brevet de pilote de ballon libre en 1917 - Capitaine pour fait de guerre au Maroc en 1908 - Brevet de pilote de dirigeable en février 1910 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 89 en juin 1910 obteni sur avion Wright - Brevet de pilote militaire n° 12 en date du 3 juin 1911 - Inventeur d'un indicateur de vitesse (en 1911) et d'une tourelle pour mitrailleuse - Commandant l'école d'aviation militaire de Versailles jusqu'en 1914 - Chef du services de avions chargé du suivi et du contrôle des travaux constructeurs au Services des fabrications de l'aviation (SFA), de 1914 à 1916 pour les avions de série et les prototypes - Chef de service de la section technique de l'aéronautique (STAé) de 1916 à 1918 pour les avions nouveaux - Ingénieur de l'aéronautique en 1925 - Inspecteur général de l'aéronautique en 1935 - Dirige une mission sur l'armement aérien de 1936 à 1937 - Carte postale d'époque.

Lieutenant Paul Aquaviva - brevet civil n° 68 en date du 02/05/1910 - Carte postale d'époque

Lieutenant Félix Camermann aux commandes d'un Henry Farman HF 4 - brevet civil n° 33 en date du 08/03/1910 - brevet militaire n° 47 - Carte postale d'époque.

 

Rermerciements à :

- M. Jérome Discours du Site Military-Photo - Voir le lien
- M. David Méchin pour l'envoi des profils des avions utilisés par l'aéronautique militaire.
- M. Thierry Matra pour la transmission de l'artiche de la Vie au Grand Air du 2 avril 1910.

Bibliographie :

- Histoire de l'Aviation par René Chambe - Publié par Flammarion en 1949 - Collection de l'auteur.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Site Internet "Aerostèles" consacré aux lieux de mémoire aéronautique par Pierre Pécastaingts - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

menu 1910

 

 

pas de fiche > 1918