Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous connaissez des monuments ou des tombes en rapport avec l'aviation militaire française de la période 1910 à 1920, veuillez contacter l'auteur du site.

Carré militaire du cimetière
du Sud de Nancy

Photo aérienne du carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Photo Google Map.

Vue générale du carré militaire du cimetière du Sud de Nancy - Photo Albin Denis.

Carré militaire du cimetière du Sud de Nancy avec le monument en hommage aux morts de la Grande Guerre - Photo Albin Denis.

Monument érigé en hommage aux morts de la Grande Guerre - Carré militaire du cimetière de Sud de Nancy - Photo Albin Denis.

Intérieur du monument érigé en hommage aux morts de la Grande Guerre - Carré militaire du cimetière de Sud de Nancy - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Intérieur du monument érigé en hommage aux morts de la Grande Guerre - Carré militaire du cimetière de Sud de Nancy - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Carré militaire du cimetière de Sud de Nancy - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Carré militaire du cimetière de Sud de Nancy - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Carré militaire du cimetière de Sud de Nancy - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Georges Guillon
Escadrille R XI 239

Tombe du soldat de 2ème classe Georges Guillon - Né le 26 décembre 1895 à Blain (Loire-Atlantique) - Fils de Pierre Marie Guillon et de Jeanne Marie Lord - Profession avant guerre Electricien - Classe 1915 - Recrutement de Nantes (Loire-Atlantique) sous le matricule n° 459 - Mobilisé au 26ème bataillon de chasseurs à pied, le 14 janvier 1915 - Classé "service auxiliaire" pour affection cardiaque, le 8 mars 1915 - Affecté au 13ème régiment d'artillerie, le 17 janvier 1916 - Affecté au 1er régiment d'artillerie à pied, le 6 février 1917 - Affecté au 33ème régiment d'artillerie, le 2 mai 1917 - Passé à l'aéronautique militaire, le 12 août 1917 - Evacué sur l'hôpital de Senlis, le 10 décembre 1917 - Rentré de convalescence, le 7 février 1918 - Evacué sur l'hôpital de Senlis du 9 février au 22 mars 1918 - Affecté au GDE du 22 mars au 23 mai 1918 - Conducteur de l'escadrille R XI 239 du 25 mai 1918 au 15 janvier 1919 - Décédé des suites d'une fracture du crâne consécutive à un accident d'automobile à l'hôpital militaire "Sédillot" de Nancy (54), le 15 janvier 1919 - Georges Guillon repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - Fiche matricule du département de la Loire-Atlantique - MpF - Dernière mise à jour : 10 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Paul Anezin
Escadrille SPA 94

Tombe du soldat de 2ème classe Paul Félix Anezin - Né le 2 avril 1893 à Peypin d'Aigues (Vaucluse) - Fils de Eugène Pierre Anezin et de Marie Anne Trouchet - Domiciliés à Peypin d'Aigues (Vaucluse) - Profession avant guerre Coiffeur - Classe 1913 - Recrutement d'Avignon sous le matricule n° 1569 - Ajourné de service militaire pour faiblesse en 1913 - Mobilisé au 3ème régiment d'infanterie, à compter du 8 septembre 1914 - Affecté au 9ème régiment d'infanterie, caserné à Agen, le 25 février 1915 - Blessé par éclat d'obus à la joue droite à Rochincourt, le 10 mai 1915 - Blessé par éclat d'obus par plaie dorso-thoracique à Fleury (Meuse), le 23 juillet 1916 - Citation n° 111 à l'ordre du 9ème régiment d'infanterie, en date du 5 septembre 1916 - Déclaré inapte au service de l'infanterie et proposé pour l'aéronautique militaire par la commission spéciale de réforme d'Agen, le 27 novembre 1916 - Passé au 3ème groupe d'aviation, annexe de Bordeaux (Gironde) de l'aéronautique militaire, le 10 décembre 1916 - Affecté au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron du 13 au 22 mai 1917 - Affecté au parc n° 4 du 22 mai au 1er juin 1917 - Mécanicien moteur Rhône de l'escadrille SPA 94 du 1er juin 1917 au 28 novembre 1918 - Décédé des suites d'une maladie contractée en service à l'hôpital militaire Sédillot de Nancy (54), le 28 novembre 1918 - Paul Anezin repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - Fiche matricule du département du Vaucluse - MpF - Dernière mise à jour 11 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

* Croix de Guerre avec étoile de bronze et citation n° 111 à l'ordre du 9ème régiment d'infanterie, en date du 5 septembre 1916 : "Excellent soldat. Déjà blessé une fois au cours de la campagne. A été blessé à nouveau, le 26 juillet 1916 auprès de sa pièce pendant un vilolent bombardement, est resté jusqu'à la fin de la journée à son poste."

Sgt Charles Carrier
Escadrille C 65

Tombe du Sgt Charles René (dit Jean) Carrier - Né le 18 janvier 1895 à Paris (75) - Profession avant guerre Colon en Tunisie - Classe 1915 - Recrutement de Tunis (Tunisie) sous le matricule n° 2881 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre, au titre de l'aéronautique militaire, à compter du 28 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 1187 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 11 juillet 1915 - Stage de perfectionnement "Avions Rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 27 juillet 1915 - Pilote du GDE du 27 juillet au 2 août 1915 - Pilote de l'escadrille C 65 du 2 août au 12 novembre 1915 - Son mécanicien est le Sol Ripoche - Décédé par noyade à la piscine de Nancy-Thermal, le 12 novembre 1915 - Avec plusieurs camarades, il se baignait dans la piscine, lorsque tout à coup, il fut pris d'une congestion et coula à pic - Ses camarades lui portèrent immédiatement secours mais ne purent le ranimer - Ses obséques ont lieu au cimetière du Sud à Nancy, le 15 novembre - Charles Carrier repose désormais dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - JMO de l'escadrille N 65 - JMO du GB 1 - Journal l'Est Républicain du 15 novembre 1915 - MpF - Dernière mise à jour 11 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

MdL Louis Martin
Escadrille BM 119

Tombe du MdL Louis Fénélon Martin - Né le 22 janvier 1875 à Versailles (Yvelines) - Fils de Fénélon Jules Martin et d'Irma Clémentine Lhuillier - Domiciliés au 16, rue Satory à Versailles (Yvelines) - Profession avant guerre Artiste musicien - Classe 1892 (engagement) / 1895 (normale) - Recrutement de Versailles sous le matricule n° 1097 - Engagé volontaire pour quatre ans, au titre du 1er régiment de Cuirassiers, caserné à Versailles, à compter du 10 février 1893 - Affecté au 2ème régiment d'artillerie de marine, caserné à Cherbourg (Manche), le 15 février 1895 - Affecté au 1er régiment d'artillerie de marine, le 8 juin 1895 - Nommé Soldat musicien, le 1er octobre 1895 - Fin d'engagement et retour à la vie civile - Domicilié au théâtre royal, à compter du 6 octobre 1898 - Domicilié au 36, rue de la Station à Anvers (Belgique), à compter du 12 novembre 1898 - Domicilié au 3, rue Mollet à Bois Colombes (Hauts-de-Seine), à compter du 17 septembre 1899 - Domicilié au 39, rue de Clignancourt à Paris (75), à compter du 4 mai 1900 - A accompli une période d'exercice au 2ème régiment d'artillerie coloniale du 11 mai au 7 juin 1903 - Domicilié au Quai de Cronstadt à Courbevoie (Hauts-de-Seine), le 10 janvier 1904 - Domicilié au 20, villa des Couronnes à Courbevoie, à compter du 15 décembre 1907 - Domicilié au 16, place des Carmes à Toulouse (Haute-Garonne), le 4 juin 1908 - Domicilié au 5, rue des Aubépines à Bois Colombes (Hauts-de-Seine), à compter du 19 août 1909 - A accompli une période d'exercices au 13ème régiment d'artillerie du 10 au 18 novembre 1909 - Domicilié au 20, rue Carnot à Bois Colombes, à compter du 10 avril 1911 - Domicilié au 8, rue Eugène Besançon à Bois Colombes, à compter du 20 octobre 1912 - Rappelé à l'activité en raison de la mobilisation générale du 1er août 1914 - Affecté au 11ème régiment d'artillerie (3ème batterie RAT), le 13 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 776 obtenu le 2 avril 1915 - Affecté au 1er groupe d'aérostation du 27 mai 1915 au XXX - Passé à l'école d'aviation d'Aulnat (Puy-de-Dôme) du XXX au 23 février 1917 - Pilote de l'escadrille BM 119 du 23 février au 10 mai 1917 - Tué lors de l'écrasement de son avion, à l'île Scarponne, sur le territoire de la commune de Dieulouard (Meurthe-et-Moselle), au retour d'une mission de bombardement de nuit, le 10 mai 1917 à 2h10 - Le Sgt Robert Fauconnier, mitrailleur de la BM 119, qui faisait équipage avec lui, a également perdu la vie dans cet accident - Il a été inhumé au cimetière du Sud de Nancy, le 12 mai 1917 - Louis Martin repose désormais dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Fiche matricule du département des Yvelines - CCC de l'escadrille BM 119 - JORF - MpF - Dernière mise à jour 11 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Louis Fénelon Martin, pilote à l'escadrille BM 119 (GB 5), en date du 11 mai 1917 : "Exemple d'allant et d'esprit de devoir. Pilote remarquable. A tenu malgré son âge à servir dans l'aviation. A trouvé une mort glorieuse au retour d'un bombardement exécuté dans des conditions particulièrement difficiles, au cours de la nuit du 9 au 19 mai 1917."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Sgt Louis Fénelon Martin, du 1er groupe d'aérostation, pilote à l'escadrille BM 119, en date du 11 mai 1917 : "Exempl e d'allant et d'esprit de devoir. Pilote remarquable, a tenu malgré son âge à servir dans l'aviation. A trouvé une mort glorieuse au retour d'un bombardement exécuté dans des conditions particulièrement difficiles, au cours de la nuit du 9 au 19 mai 1917. A été cité. "

Ltt Jean Le Mouton de Boisdeffre
Escadrilles VB 101 - CEP 115

Tombe du Ltt Jean Emmanuel Marie Le Mouton de Boisdeffre - Né le 13 juillet 1886 à Châlons-sur-Marne (Marne) - Fils de Raoul François Charles Le Mouton de Boisdeffre (militaire) et d'Anne Elisabeth Marie de Lalain-Chomel - Domiciliés à Bérus (Sarthe) - A suivi sa scolarité à l'école Sainte-Geneviève de Versailles (Yvelines) - Profession avant guerre Etudiant - A hérité du château de la Fontaine à Champigny-en-Beauce (41) - Classe 1906 - Recrutement de Mamers (Sarthe) sous le matricule n° 606 - Service militaire au 20ème régiment de chasseurs à cheval, à compter du 1er octobre 1907 - Nommé Brigadier, le 11 mars 1908 - Affecté au 5ème régiment de chasseurs à cheval pour suivre les cours des élèves officiers de réserve - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 29 mars 1909 - Affecté au 21ème régiment de chasseurs à cheval, le 1er avril 1909 - Démissionnaire - Réengagé pour deux ans au titre du 5ème régiment de chasseurs à cheval, le 30 septembre 1909 - Nommé Brigadier dans ce régiment, le 1er octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 1er octobre 1911 - Dirigé sur l'école d'application de cavalerie de Saumur et nommé Aspirant, le 2 octobre 1911 - Blessé par fracture de l'avant bras gauche au cours d'une chute de cheval sur le terrain, le 3 juin 1912 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 8ème régiment de Hussards, le 15 septembre 1912 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire, comme observateur, le 18 janvier 1915 - Observateur de l'escadrille VB 101 du 21 janvier 1915 au (3ème trimestre) 1915 - Présente, lors d'une conférence, la cavalerie, son emploi et son utilité, aux observateurs et élèves-bombardiers de son unité, le 23 janvier 1915 - Citation à l'ordre du 1er groupe de bombardement, en date du 4 avril 1915 - Citation n° 1056 à l'ordre du groupe des armées de l'est, en date du 9 juin 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1789 obtenu le 17 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille CEP 115 du 1er novembre 1916 au 30 avril 1917 - Au retour d'une mission de bombardement de nuit sur Thionville (Moselle), à minuit 15, collision au sol du CEP 1 B2 n° 40 à moteur Le Rhône de 110 HP qu'il pilotait, avec le CEP 2 B2 n° 16 à moteurs Le Rhône de 110 HP piloté par le MdL Jean Minvielle sur le terrain du plateau de Malzéville, le 30 avril 1917 - Les deux aviateurs sont morts carbonisés dans l'incendie de leurs appareils - Les corps des aviateurs ont été déposés à l'hôpital militaire Sédillot de Nancy (54), le même jour - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 8 mai 1917 - Jean Le Mouton de Boisdeffre repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - CCC de l'escadrille VB 101 - CCC de l'escadrille CEP 115 - Fiche Matricule du département de la Sarthe - JMO du GB 1 - JORF - MpF (2 fiches) - Mémorail GenWeb - Dernière mise à jour 14 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Cal Alexandre Brezillac
Escadrille SPA 94

Tombe du Cal Alexandre Mathieu Désiré Brézillac - Né le 9 décembre 1897 à Toulon (Var) - Fils de Mathieu Marie Brézillac et d'Anne Marie Calvez - Domiciliés au 30, rue République à Marseille (Bouches-ddu-Rhône) - Profession avant guerre Etudiant de l'école pratique de Marseille - Classe 1917 - Recrutement de Marseille (Bouches-du-Rhône) sous le matricule n° 28 - Mobilisé dans l'aéronautique militaire, à compter du 10 août 1916 - Formé comme mécanicien moteur Rhône - Affecté au Parc n° 4, le 22 mai 1917 - Mécanicien de l'escadrille N 38 du XX mai au 1er juin 1917 - Mécanicien de l'escadrille N 94 / SPA 94 du 1er juin 1917 au 7 mai 1919 - En stage au parc 115 du 8 au 22 février 1918 - Détaché à Nanteuil-le-Haudoin du 10 au 16 septembre 1918 - Nommé Caporal d'ordinaire, le 24 avril 1919 - Décédé accidentellement au cours d'une partie de canotage sur la Meurthe à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 7 mai 1919 - Alexandre Brézillac repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - Fiche matricule du département des Bouches-du-Rhône - CCC de l'escadrille N 94 / SPA 94 - Journal l'Est Républicain - MpF - Dernière mise à jour : 16 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017 - Attention, la date du décès inscrit sur la croix est fausse, la date du décés du 7 mai 1919 est confirmée par sa fiche "Mort pour la France" du site "Mémoire des Hommes" et sa fiche matricule.

Cal Gaston Franc
Escadrilles C 18 - SPA 94

Tombe du Cal Gaston André Françis Franc - Né le 1er décembre 1897 à Nevers (Nièvre) - Fils de Claude Franc et de Marie Laurent - Domicilié au 12, rue de Fourchambault à Nevers (Nièvre) - Classe 1917 - Recrutement de Nevers (Nièvre) sous le matricule n° 1868 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre au titre du 2ème groupe d'aviation de l'aéronautique militaire, en date du 12 juillet 1915 - Formation d'armurier au centre d'aviation de Lyon-Bron du 13 juillet 1915 au 24 janvier 1916 - Affecté comme armurier au parc n° 4 au 10 février 1916 au XXX - Nommé Caporal, le 18 mai 1918 - Affecté au P 4 (?) du XXX au 13 décembre 1917 - Armurier de l'escadrille C 18 du 13 au 21 décembre 1917 - Armurier de l'escadrille N 94 / SPA 94 du 21 décembre 1917 au 19 mai 1918 - Parti à l'école d'aviation militaire de Dijon comme élève pilote, le 20 mai 1918 - Revenu de l'école de Vineuil comme armurier, le 8 décembre 1918 - Armurier de l'escadrille SPA 94 du 8 décembre 1918 au 7 mai 1919 - Décédé accidentellement par noyade dans la Meurthe à Nancy, le 7 mai 1919 - Gaston Franc repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - Fiche matricule du département de la Nièvre - CCC de l'escadrille C 18 - CCC de l'escadrille N 94 / SPA 94 - Journal l'Est Républicain - MpF - Dernière mise à jour : 16 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017 - Attention, la date du décès inscrit sur la croix est fausse, la date du décés du 7 mai 1919 est confirmée par sa fiche "Mort pour la France" du site "Mémoire des Hommes" et sa fiche matricule.

Les circonstances de la mort des caporaux Franc et Brézillac : Dans la soirée, cinq militaires appartenant à l'aéronautique militaire et faisant partie de l'escadrille SPA 94, stationnée sur le plateau de Malzéville, avaient résolu de faire une promenade en barque. Ils se rendirent au pont d'Essey et louèrent deux canots de promenade. Trois soldats montèrent dans le premier et les caporaux Brézillac et Franc prenaient place dans le second. Ils remontèrent la Meurthe en direction de Tomblaine. L'embarcation montée par les soldats prit la tête, quand elle eut dépassé les abattoirs, ses occupants entendirent les appels désespérés de deux jeunes filles qui se trouvaient sur la rive. Ils se retournèrent et s'aperçurent avec effroi que leurs camarades avaient disparu et que leur barque allait à la dérive. En hâte, ils firent demi-tour et purent apercevoir l'un des caporaux qui nageait encore avant de couler à pic. Arrivés sur place, seul un fort remous des eaux indiquait l'endroit de sa disparition. Les trois hommes fouillèrent la rivière avec leurs avirons mais ne purent rien découvrir, mis à part un képi qui flottait sur l'eau. Le lendemain, une équipe de sapeurs du Génie a procédé des recherches pour retrouver le corps des deux disparus. Leurs corps ne seront retrouvés que plusieurs jours plus tard et transportés à l'hôpital militaire "Sédillot" de Nancy.

Ltt Marc Malcor
Escadrille VB 101

Tombe du Ltt Marc Lucien Marie François Malcor - Né le 1er août 1891 à Tours (Indre-et-Loire) - Fils d'Alfred Louis Malcor (Capitaine d'artillerie, attaché à l'état-major du 9ème corps d'armée) et de Jeanne Marie Augustine Ruillé - Domiciliés au 18, rue d'Alma à Tours - Classe 1911 - Recrutement de Toulouse (Haute-Garonne) sous le matricule n° 936 - Engagé volontaire au titre de l'école militaire spéciale de St-Cyr, à compter du 10 octobre 1911 - Promotion des "Marie-Louise" - Affecté, pour sa première année de service militaire, au 3ème régiment de Cuirassiers, à compter du 12 octobre 1911 - Arrivé à l'école militaire spéciale de St-Cyr et nommé Aspirant, le 12 octobre 1912 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 9ème régiment de cuirassiers, le 23 décembre 1913 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de la division, en date du 31 décembre 1914 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 4 octobre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 21 août 1915 - Marié avec Mlle Henriette Elisabeth Marie Gèze à Toulouse (Haute-Garonne), le 18 septembre 1915 - Domiciliés au 66, rue Pargaminières à Toulouse - Brevet de pilote militaire n° 2167 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 27 décembre 1915 - Présent à l'école d'Avord, jusqu'au 3 janvier 1916 - Pilote du GDE du 21 janvier 1916 au (1er trimestre) 1916 - Pilote de l'escadrille VB 101 du (1er trimestre) au 7 avril 1916 - Tué lors d'un accident d'avion, au décollage d'une mission de bombardement sur le terrain du plateau de Malzéville, le 7 avril 1916 - Il fait équipage avec le Sgt-Major Georges Ancelin - Après un premier départ interrompu par des ratés moteur, ils redécollent mais sont déportés par une violente rafale de vent - Leur Voisin s'écrase à 50 mètres du plateau de Malzéville - L'épave s'enflamme et les obus Gros que l'avion transportait explosent - Les deux membres d'équipage ont été tués - Marc Malcor a initialement été inhumé dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Citation à l'ordre de l'armée à titre posthume, en date du 15 avril 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthûme, en date du 10 mai 1922 - Son corps a été repris par sa famille (à confirmer) et repose désormais dans le cimetière de Le Plessis-Dorin (Loir-et-Cher) - Sources : Registre des naissances de l'année 1891 de la ville de Tours - Pam - JMO GB 1 - CCC de l'escadrille VB 101 détruits pour la période concernée - Fiche matricule du département de la Haute-Garonne - JORF - MpF - Site Mémorial GenWeb - Dernière mise à jour : 17 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Ltt Marc Lucien Marie François Malcor au 9ème régiment de cuirassiers, pilote à l'escadrille VB 101, en date du 15 avril 1916 : "Pilote ayant donné des preuves d'une grande énergie et des plus belles qualités morales. Par son allant, son courage et sa haute conscience du devoir, était un exemple frappant pour tous ceux qui ont pu le voir à l'oeuvre. Est tombé glorieusement, le 7 avril 1916, au cours d'une expédition de nuit effectuée dans des conditions particulièrement périlleuses."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthûme, du Ltt Marc Lucien Marie François Malcor au 9ème régiment de cuirassiers, pilote à l'escadrille VB 101, en date du 10 mai 1922 : "Dès son arrivée en escadrille, a fait preuve d'une grande énergie et des plus belles qualités morales. Par son allant, son courage et sa haute conscience du devoir, était un exemple frappant pour tous ceux qui l'ont vu à l'oeuvre. Est tombé glorieusement au cours d'une expédition de nuit, le 7 avril 1916, effectuée dans des conditions particulièrement périlleuses. A été cité. "

Sol Christian Mahé
Escadrille MF 29

Tombe du Sol Christian Alexandre Mahé - Né le 26 novembre 1897 à Saint-Joachim (Loire-Atlantique) - Fils de François Ferdinand Mahé et de Marie Joseph Désirée Moyon - Classe 1917 - Recrutement de Nantes (Loire-Atlantique) sous le matricule n° 255 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre au titre du 2ème groupe d'aviation, le 11 juillet 1915 - Arrivé à l'unité comme Sapeur de 2ème classe, le 19 juillet 1915 - Formé à Lyon-Bron, jusqu'au 19 novembre 1915 - Affecté au Parc 9 du 19 novembre 1915 au XX XXX 1916 - Mécanicien moteur rotatif / mitrailleur de l'escadrille MF 29 (GB 4) du XX XXX 1916 au 27 octobre 1916 - Décédé au cours d'un accident d'avion, au cours du transfert de l'escadrille du plateau de Malzéville vers Pont-St-Vincent, le 27 octobre 1916 - Le Voisin, piloté par le Ltt Brice (dit Bretocq) se retourne complétement et s'écrase sans que le pilote ne puisse le reprendre en mains, près de Sainte-Catherine, près de Nancy (Meurthe-et-Moselle) - Les deux aviateurs sont tués sur le coup - Citation n° 28 à l'ordre du GB 4, à titre posthume, en date du 27 octobre 1916 - Christian Mahé repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Fiche matricule du département de la Loire Atlantique - JMO GB 4 - MpF - Dernière mise à jour : 17 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Victor Morel
Escadrille SPA 48

Tombe du Sol Victor Joseph Pierre Morel - Né le 10 décembre 1886 à St-Laurent-de-Tarregatte (Manche) - Fils de Charles Emmanuel Morel et de Marie Neveu - Classe 1906 - Recrutement de Granville (Manche) sous le matricule n° 165 - Service militaire à la 10ème section d'infirmiers militaires, à compter du 8 octobre 1907 - Réformé par la commision spéciale de Rennes pour fracture de la jambe gauche avec raccourcissement de 4 cm, le 14 octobre 1907 - Osteïte tuberculeuse ancienne du tibia droit et exostose de l'os iliaque gauche - Profession avant guerre Cultivateur - Reconnu apte au service auxiliaire pour faiblesse par le conseil de révision de la manche, le 8 décembre 1914 - Affecté au 136ème régiment d'infanterie, le 18 avril 1915 - Affecté au 7ème régiment d'artillerie, le 22 juillet 1915 - Affecté au 136ème régiment d'infanterie, le 13 août 1915 - Affecté au 25ème régiment d'infanterie, le 26 janvier 1916 - Classé apte aux armées par la commision de réforme de Cherbourg, le 25 septembre 1917 - Reconnu apte à servir dans l'armée d'Orient par la commision de réforme de Cherbourg, le 20 novembre 1917 - Passé à l'aéronautique militaire, le 13 février 1918 - A Lyon-bron, jusqu'au 23 février 1918 - Affecté à la DPTA (dépot du personnel technique de l'aviation) du 23 février au 5 mars 1918 - Affecté au Parc 115 pour transfert au GC 18 du 5 au 7 mars 1918 - Manutentionnaire de l'escadrille SPA 48 du 7 mars 1918 au 26 février 1919 - Evacué sur l'hôpital, le 21 février 1919 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service à l'hôpital auxiliaire 107 (école normale) de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 26 février 1919 - Aurait été démobilisé, le 30 mars 1919 - Victor Morel repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - CCC de l'escadrille SPA 48 - Fiche matricule du département de la Manche - MpF - Dernière mise à jour : 17 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Slt Joseph Rouillie
Escadrille CEP 115

Tombe du Slt Joseph Emile Marie Rouillé - Né le 21 juillet 1886 à Plemet (Côtes-d'Armor) - Classe 1906 - Recrutement de St-Malo (Ille-et-Vilaine) sous le matricule n° 695 - Engagé au 13ème régiment de Hussards, le 21 mai 1905 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 6 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3081 obtenu à l'école d'aviation de Chartres, le 29 mars 1916 - Nommé Sous-lieutenant, le 14 juillet 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, jusqu'au 12 octobre 1916 - Pilote de l'escadrille CEP 115 du 15 octobre 1916 au 2 mars 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion sur le terrain du plateau de Malzéville (Meurthe-et-Moselle), le 2 mars 1917 - Joseph Rouillé repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille CEP 115 - Fiche matricule du département de la Manche - MpF - Dernière mise à jour : 17 septembre 2017.
* Attention, il y a une erreur sur le patronyme de ce pilote - L'orthographe exacte est confirmée par ses fiches "Mort pour la France" et "Personnels de l'aéronautique militaires" - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Adj Gaston Planque
Escadrille R 214 - AR 35

Tombe de l'Adj Gaston Planque - Né le 13 juin 1887 à Haubourdin (59) - Fils de Georges Clément Planque et d'Ursule Couvreur - Domiciliés rue Alexandre Papin au Tréport - Marié avec Léontine Berthe Henriette Mercier, le 12 janvier 1907 - Domiciliés rue Alexandre Papin au Tréport (Seine-Maritime) - Classe 1907 - Recrutement de Rouen Nord (Seine-Maritime) sous le matricule n° 876 - Service militaire au 39ème régiment d'infanterie, à compter du 8octobre 1908 - Envoyé dans la disponibilité et retour à la vie civile, le 25 septembre 1910 - Profession avant guerre employé des Chemins de Fer - Domicilié au 4, rue Bernardin de Saint-Pierre au Havre, à compter du 20 juin 1911 - A effectué une période d'exercices au 39ème régiment d'infanterie du 24 août au 15 septembre 1912 - Mobilisé au 239ème régiment d'infanterie, à compter du 2 août 1914 - Nommé Caporal, le 1er octobre 1914 - Nommé Sergent, le 3 juin 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 13 mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4852 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 4 novembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux jusqu'au 20 décembre 1916 - Pilote de la RGA du Bourget du 20 décembre 1916 au 25 mars 1917 - Pilote de Caudron R 4 de l'escadrille R 214 du 25 au 30 mars 1917 - Pilote de l'escadrille AR 35 du 30 mars au 29 novembre 1917 - Grièvement blessé au combat, aux commandes d'un Letord, par un éclat d'obus de DCA, le 23 septembre 1917 - Nommé Adjudant, le 5 novembre 1917 - En soin et convalescence jusqu'au 11 novembre 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion, aux commandes d'un Letord, sur le terrain de Villers-les-Nancy (54), le 29 novembre 1917 - Son corps a été transféré sur l'hôpital militaire de Nancy, le même jour - Gaston Planque repose dans le carré militaire du cimetière du Sud de Nancy - Sources : Pam (2 fiches) - CCC de l'escadrille R 214 - CCC de l'escadrille AR 35 - Fiche matricule du département de la Seine-Maritime - Liste des brevets militaires - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 18 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Louis Pierrugues
28ème compagnie d'aérostiers

Tombe du Sol Louis Marius François Pierrugues - Né le 29 mai 1899 à Fayence (Var) - Classe 1919 - Recrutement de Nice (var) sous le matricule n° 77 - Affecté à la (28ème)* compagnie d'aérostiers de campagne du XXX au 10 février 1919 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service à l'hôpital complémentaire 43 de Nancy, le 10 février 1919 - Louis Pierrugues repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : MpF - Dernière mise à jour : 18 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017. Nb : je n'ai pas trouvé trace de sa présence dans les CCC de la 28ème compagnie d'aérostiers.

Sol François Lassimonne
Escadrille VB 102

Tombe du Sol François Raoul Lassimonne - Né le 27 décembre 1890 à Châteauroux (Indre) - Classe 1910 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 3232 - Mécanicien de l'escadrille VB 102 du (avant le 1er mars 1915) au 25 août 1915 - Affecté au service du Sgt Emile Desmoulins - Nommé 1er mécanicien, le 1er mars 1915 - Evacué sur Châlons-sur-Marne du 28 mars au 8 avril 1915 - Tué par un éclat de bombe larguée sur le terrain du plateau de Malzéville par un Aviatik, le 25 août 1915 - Son corps a été déposé à l'hôpital militaire "Sédillot" de Nancy - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 11 septembre 1915 - François Lassimone repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - CCC de l'escadrille VB 102 - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 18 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Joseph Gigout
60ème compagnie d'aérostiers

Tombe du Sol Joseph Gigout - Né le 20 septembre 1875 à Vatimont (Moselle) - Fils de Charles Gigout et de Marie Anne Braizard - Domiciliés à Mailly (Meurthe-et-Moselle) - Profession Garçon de culture - Classe 1895 - Recrutement de Toul (Meurthe-et-Moselle) sous le matricule n° 624 - Service militaire au 69ème régiment d'infanterie, à compter du 12 novembre 1896 - Passé dans la disponibilité, le 21 septembre 1897 - Domicilié au 2, rue des Dominicains à Nancy, à compter du 18 juin 1899 - Domicilié au 2, place Stanislas à Nancy, à compter du 2 avril 1912 - Domicilié au château Péronne à Tilloloy, à compter du 23 juillet 1902 - A effectué une période d'exercices au 69ème régiment d'infanterie du 25 août au 20 septembre 1902 - A effectué une période d'exercices au 69ème régiment d'infanterie du 13 juin au 8 juillet 1905 - Domicilié au 10, rue St-Dizier à Nancy, à compter du 15 octobre 1905 - Domicilié au 39, rue du Ruisseau à Paris, à compter du 27 octobre 1906 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale au 69ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Affecté au 42ème régiment d'infanterie, le 4 avril 1915 - Affecté à la 60ème compagnie d'aérostiers de campagne (1ère compagnie d'aérostiers) du 1er janvier 1916 au 13 mars 1919 - Tombe malade avant d'être démobilisé - Décédé des suites d'une broncho-pneumonie infertieuse généralisée d'origine grippale à l'hôpital complémentaire n° 19 de Nancy , le 19 mars 1919 - Joseph Gigout repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : CCC de la 60ème compagnie d'aérostiers - Comptes-rendus bimenstriels de la 60ème compagnie d'aérostiers - Fiche matricule du département de la Meurthe-et-Moselle - MpF - Dernière mise à jour : 19 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Cal Auguste Merveille
Escadrille C 66

Tombe du Cal Auguste Louis Emile Merveille - Né le 13 mars 1897 à St-Sylvain (Calvados) - Fils d'Emile Auguste Merveille et d'Anne Marie Jégoret - Domiciliés au 10, place du Lycée à Angers ( Maine-et-Loire) - Classe 1915 (engagement) / 1917 (normale) - Recrutement d'Angers (Maine-et-Loire) sous le matricule n° 968 - Engagé volontaire pour quatre ans, au titre du 2ème groupe d'aviation, à compter du 23 juillet 1915 - Formé comme mécanicien moteurs rotatifs à Lyon-Bron jusqu'au 19 novembre 1915 - Mécanicien moteurs rotatifs de l'escadrille C 66 du 19 novembre 1915 au 23 septembre 1916 - Citation à l'ordre du GB 2, en date du 17 avril 1916 - Breveté mitrailleur, le 21 juin 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 31 juillet 1916 - Tué d'une balle explosive en plein coeur au cours d'un combat aérien contre un Rumpler allemand pendant une mission de bombardement de la ville de Vic, le 23 septembre 1916 - Le Sgt Jacques Rapin, le pilote avec qui il faisait équipage, a été touché par deux éclats de balles dans les jambes - L'avion adverse a rompu le combat le premier, semblant être touché - Il ne sera pas homologué - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 1er octobre 1916 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 16 mai 1922 - Auguste Merveille repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - Fiche matricule du département du Maine-et-Loire - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 18 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Ltt Marcel Brice-Bretocq
CAM de Dunkerque
Escadrille MF 29

Tombe du Ltt Marcel Brice-Bretocq - Né le 22 avril 1889 à Paris (75) - Fils d'Antonin Brice-Bretocq et de XXX - Classe 1909 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° XX - Service militaire ou engagement au 9ème régiment de Dragons, à compter du 23 juillet 1907 - Profession avant guerre Colon - Mobilisé, le 16 juillet 1914 - Croix de guerre et citation à l'ordre de la division, en date du XX octobre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le XX Septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2196 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 29 décembre 1915 - A Chartres jusqu'au 4 janvier 1916 - Pilote du GDE du Plessis-Belleville du 4 janvier au 20 février 1916 - Affecté à l'aviation maritime - Envoyé au centre d'aviation maritime de St-Raphael (Var) du 20 février 1916 au XXX - Brevet de pilote d'hydravion - Pilote du CAM de Dunkerque du XXX au 1er mai 1916 - Commandant et pilote de l'escadrille MF 29 du 1er mai au 27 octobre 1916 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre temporaire, en date du 18 juin 1916 - Blessé d'une balle à la cuisse pendant une mission de bombardement sur la gare et les casernes de Mulhouse, le 22 juin 1916 - Son mitrailleur, le Cal Julien Cayré est blessé d'une balle dans l'épaule qui lui a brisé l'omoplate - Ils sont rentrés avec un avion criblé de 30 balles - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 3 juillet 1916 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre temporaire, en date du 13 août 1916 - Convoyage d'un MF 11 type Happe depuis la RGA du Bourget du 7 au 11 septembre 1916 - Décédé au cours d'un accident d'avion, au cours du transfert de l'escadrille du plateau de Malzéville vers Pont-St-Vincent, le 27 octobre 1916 - Le Voisin se retourne complétement et s'écrase sans que le pilote ne puisse le reprendre en mains, près de Sainte-Catherine, près de Nancy (Meurthe-et-Moselle) - Il faisait équipage avec le Sol Mahé, qui a également perdu la vie dans l'accident - Les deux aviateurs sont tués sur le coup - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 27 octobre 1916 - Marcel Brice-Bretocq repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - JMO GB 4 - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 19 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Carlos Courmont
Escadrille VB 110

Tombe du Sol Carlos Henri Courmont - Né le 1er avril 1888 à Paris 11ème (75) - Classe 1908 - Recrutement du 4ème bureau de la Seine sous le matricule n° 2827 - Affecté au 113ème régiment d'infanterie, caserné à Blois, jusqu'au 31 janvier 1915 - Secrétaire de l'Adj Roty, à compter du 8 février 1915 - Comptabilité et matériel de l'escadrille VB 110 du 4 juin au 13 septembre 1915 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital auxiliaire n° 108 de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 13 septembre 1915 - Carlos Courmont repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Cal Henri André
Escadrilles C 9 et F 130

Tombe du Cal Henri Etienne André - Né le 17 septembre 1888 à Paris 14ème (75) - Fils de François Emile André et d'Anne Augustine Tuffon - Domiciliés au 146, boulevard Voltaire à Paris 11ème (75) - Classe 1908 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 2787 - Service militaire au 148ème régiment d'infanterie, à compter du 10 octobre 1909 - Nommé Caporal, le 1er janvier 1911 - Fin de service militaire et retour à la vie civile - Profession avant guerre conducteur automobile - Rappelé à l'activité au 148ème régiment d'infanterie par la mobilisation générale, le 2 août 1914 - Affecté au 147ème régiment d'infanterie - Passé à l'aéronautique militaire comme conducteur, le 20 juillet 1915 - Affecté à la RGA - Affecté à l'escadrille C 9 du 22 novembre 1916 au 14 avril 1917 - Breveté mitrailleur à l'école de tir aérien de Cazaux, le 28 juillet 1917 - Mitrailleur au GDE du 28 juillet au 15 septembre 1917 - Mitrailleur de l'escadrille F 130 du 15 septembre au 17 octobre 1917 - Décédé au cours d'un accident d'avion, à bord d'un Farman F 40, sur le terrain d'aviation du plateau de Malzéville, le 17 octobre 1917 - Il faisait équipage avec le Cal Maurice Michel, qui a également perdu la vie dans l'accident - Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 4 janvier 1923 - Henri André repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - CCC de l'escadrille C 9 - CCC de l'escadrille F 130 - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.
Attention, l'année du décès inscrite sur la croix est fausse - Il est décédé le 17 octobre 1917 ce qui est confirmé par ses fiches "Pam" et "MpF" du Site "Mémoire des Hommes" et sur les carnets de comptabilité en campagne de l'escadrille F 130.

Sol Marcellin Baby
Escadrille SPA 90

Tombe du Sol Marcellin Baby - Né le 24 octobre 1886 à L'Herm (Ariège) - Fils de Baptiste Baby et de Marie Surry - Classe 1906 - Recrutement de Foix (Ariège) sous le matricule n° 245 - Service militaire d'octobre 1907 à septembre 1909 - Fin de service militaire et retour à la vie civile - Marié avec Marie Galthayeries et domiciliés au 6bis rue Joucroy à Paris (75) - Profession avant guerre Restaurateur - Rappelé à l'activité et affecté à la 17ème section d'infirmiers militaires comme conducteur de camions, le 29 octobre 1914 - Affecté au 8ème escadron du Train des équipages militaires, jusqu'au 27 juin 1917 - Passé à l'aéronautique militaire, le 27 juin 1917 - Affecté au Parc n° 10 pour affectation à l'escadrille N 90 - Conducteur de camions de l'escadrille N 90 / SPA 90 du 4 juillet 1917 au 30 septembre 1918 - Evacué sur l'hôpital de Nancy, le 23 septembre 1918 - Décédé des suites d'une maladie à l'hôpital des armées n° 9 de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 30 septembre 1918 - Marcellin Baby repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - CCC de l'escadrille N 90 / SPA 90 - MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Clément Audouin
Escadrille SAL 41

Tombe du Sol Clément Jean Joseph Marie Audouin - Né le 7 avril 1884 à St-Rémy-en-Manges (Maine-et-Loire) - Fils de Clément Audouin et de Jeanne Audouin - Classe 1904 - Recrutement de Cholet sous le matricule n° 1472 - Service militaire au 33ème régiment d'artillerie, à compter du 10 octobre 1905 - Nommé 2ème canonnier conducteur, le 10 octobre 1905 - Nommé 2ème canonnier servant, le 1er mai 1906 - Fin de service militaire et passé dans la disponibilité, le 28 septembre 1907 - Profession avant guerre Cultivateur - A accompli une période d'exercices au 33ème régiment d'artillerie du 13 juin au 5 juillet 1910 - A accompli une période d'exercices au 49ème régiment d'artillerie, caserné à Poitiers, du 6 au 22 janvier 1913 - Rappelé à l'activité au 33ème régiment d'artillerie, par la mobilisation générale, à compter du 11 août 1914 - Classé "Service auxiliaire" sur proposition de la commission de réforme pour panaris, le 25 mai 1915 - Ordonnance à l'escadrille SAL 41 du 29 juillet 1917 au 5 octobre 1918 - Hospitalisé sur l'HOE du 29 juillet au 8 août 1917 - Stage à Bavilliers du 29 novembre au 16 décembre 1917 - Hospitalisé du 6 juin au 26 septembre 1918 - Tué à l'ennemi à l'hôpital auxiliaire d'armée n° 9 de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 5 octobre 1918 - Clément Audouin repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : CCC de l'escadrille SAL 41 - Fiche matricule du département du Maine-et-Loire - MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Eugène Cuny
1er groupe d'aviation

Tombe du Sol Eugène Joseph Cuny - Né le 19 avril 1893 à Bayen (Meurthe-et-Moselle) - Classe 1913 - Recrutement de Nancy sous le matricule n° 1889 - Décédé des suites d'une maladie à l'hôpital Villemin de Nancy, le 30 janvier 1918 - Eugène Cuny repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Joseph Bedel
1er groupe d'aviation

Tombe du Sol Joseph Alphonse Bedel - Né le 18 septembre 1870 à Lubine (Vosges) - Classe 1890 - Recrutement de Nancy sous le matricule n° 1642 - Affecté au 1er régiment d'aérostation - Décédé des suites de la section des deux pieds, lors d'un tamponnement au cours d'une manoeuvre en gare, à l'hôpital civil de Nancy, le 8 octobre 1917 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 16 mai 1922 - Joseph Bedel repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume du Sol Joseph Alphonse Bedel, en date du 16 mai 1922 : "Bon soldat, sérieux et dévoué. Est mort de blessures reçues en service commandé, le 8 octobre 1917."

Cal Lucien Brault
Escadrille VB 101

Tombe du Cal Lucien Alexandre Brault - Ne lé 20 mars 1890 à St-Denis (Seine-St-Denis) - Fils de Charles Brault et de Mathilde Marchal - Classe 1910 - Recrutement du 1er bureau de la Seine sous le matricule n° 278 - Service militaire, à compter du 10 octobre 1911 - Fin de service militaire et retour à la vie civile - Profession avant guerre Mécanicien ajusteur - Mécanicien en 1er (Canton Unné) de l'escadrille VB 101 du (avant le 1er juillet) 1914 au 27 septembre 1917 - Affecté au service de l'Adj Denis Hilstorf - Décédé des suites d'une maladie à l'hopital Villemin de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 27 septembre 1917 - Lucien Brault repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Pam - MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Antoine Bouillot
Escadrille CEP 115

Tombe du Sol Antoine Bouillot - Né le 4 juin 1879 à Ally (Haute-Loire) - Classe 1899 - Recrutement de XXX sous le matricule n° 1104 - Mécanicien en 1er de l'escadrille CEP 115 du 22 janvier au 9 février 1917 - Tué par l'explosion d'un obus de 200 qui était resté accroché au CEP 1 B2 n° 41 à moteur le Rhône 110 Hp sur le terrain d'aviation du plateau de Malzéville, le 9 février 1917 - Deux autres mécaniciens, Ribollet et Armandou ont été blessés - Un hangar a pris feu détruisant les CEP 1 B2 n° 42 et 49 à moteurs Le Rhône de 80 Hp - Antoine Bouillot repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Georges Maillet
3ème groupe d'aviation

Tombe du Sol Georges Marcel Maillet - Né le 1er octobre 1894 à Châtillon-sur-Marne (Marne) - Classe 1914 - Recrutement de Reims (Marne) sous le matricule n° 1576 - Affecté au 3ème groupe d'aviation - Décédé des suites de ses blessures de guerre à l'hôpital militaire "Sédillot" de Nancy, le 6 novembre 1916 - Georges Maillet repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Cne Albert Féquant
Escadrille VB 102

Tombe du Cne Albert Féquant - Né le 2 janvier 1886 à Paris 9ème (75) - Classe 1904 - Recrutement du 3ème bureau de la Seine sous le matricule n° 1308 - Brevet de pilote civil n° 63 obtenu sur henri Farman et délivré par l'Aéroclub de France, le 2 mai 1910 - Brevet de pilote militaire n° 65 obtenu, le 2 novembre 1911 - Pilote de l'escadrille VB 102 du XX novembre 1914 au 6 septembre 1915 - Tué par balles au cours d'un combat aérien lors d'une mission de bombardement sur Sarrebruck, le 6 septembre 1915 - Albert Féquant repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : CCC de l'escadrille VB 102 - JORF - MpF (2 fiches) - L'Aérophile - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Paul Imhoff
1er groupe d'aviation

Tombe du Sol Paul Imhoff - Né le 28 juin 1875 à Molsheim (Bas-Rhin) - Fils d'Ignace Imhoff et de Marie Madeleine Rieffer - Domiciliés au 106, rue de Bagnolet à Paris 20ème (75) - Domicilié au 44, faubourg St-Georges à Nancy - Classe 1896 - Recrutement de Toul (Meurthe-et-Moselle) sous le matricule n° 1065 - Service militaire au 69ème régiment d'infanterie, à compter du 13 novembre 1897 - Fin de service militaire et envoyé dans la disponibilité, le 17 septembre 1898 - Domicilié au 6, rue de la Digue à Nancy, à compter du 8 mai 1900 - Domicilié rue de Lisieux à Pont Audemer, à compter du 15 avril 1902 - A accompli une période d'exercices au 37ème régiment d'infanterie du 25 août au 21 septembre 1902 - Domicilié au 6, rue de la Digue à Nancy, à compter du 20 avril 1903 - Domicilié au 68, faubourg St-Georges à Nancy, à compter du 9 mars 1905 - A accompli une période d'exercices au 37ème régiment d'infanterie du 1er au 28 mai 1905 - A accompli une période d'exercices au 42ème régiment territorial d'infanterie du 7 au 15 septembre 1910 - Rappelé à l'activité au 37ème RI par la mobilisation générale, le 2 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire, le 25 juin 1915 - Proposé pour la réforme par la commission de réforme de Bayonne pour tuberculose pulmonaire bilatérale, le 20 juin 1918 - En congé illimité, à compter du 21 juin 1918 - Décédé des suites de la tuberculose à l'hôpital de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 28 septembre 1918 - Admis à la réforme n° 1 avec gratification de 600 fr par décision, le 30 novembre 1918 - Paul Imhoff repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Fiche matricule du département de Meurthe-et-Moselle - MpF - Dernière mise à jour : 24 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sol Eugène Schutz
86ème compagnie d'aérostiers

Tombe du Sol Eugène Schutz - Né le 29 mai 1872 à Phalsbourg (Moselle) - Fils de XXX Schutz et de Marthe XXX - Classe 1893 - Recrutement de Nancy sous le matricule n° 1105 - Service militaire au 91ème régiment d'infanterie, à compter du 15 novembre 1894 - Fin de service militaire et envoi dans la disponibilité, le 22 septembre 1896 - A accompli une période d'exercices au 26ème régiment d'infanterie du 2 au 30 octobre 1899 - A accompli une période d'exercices au 26ème régiment d'infanterie du 25 août au 21 septembre 1902 - Domicilié au 30, quai Claude le Lorrain à Nancy, à compter du 14 avril 1904 - Domicilié au 35, rue Jean Lamour à Nancy, à compter du 18 juillet 1906 - Domicilié au 22bis rue du Ruisseau à Nancy, à compter du 12 octobre 1908 - A accompli une période d'exercices au 41ème régiment territorial d'infanterie du 9 au 17 septembre 1909 - Domicilié au 11, rue Fabert à Nancy, à compter du 25 octobre 1909 - Rappelé à l'activité au 91ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Affecté au 1er groupe d'aérostation, le 24 septembre 1915 - Affecté au 86ème compagnie d'aérostiers de campagne, le 1er décembre 1915 - Décédé des suites d'une bacillose pulmonaire et anémie à l'hôpital Villemin à Nancy, le 19 décembre 1917 - Eugène Schutz repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Sources : Fiche matricule du département de la Meurthe-et-Moselle - MpF - Dernière mise à jour : 25 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Sgt Gaston Cherrier
2ème régiment d'aviation de bombardement

Tombe du Sgt Gaston Cherrier - Affecté au 2ème régiment d'aviation de bombardement - Décédé, le 1er juin 1920 - Gaston Cherrier repose dans le carré militaire du cimetière du Sud à Nancy - Je n'ai rien trouvé sur ce militaire, si vous avez des informations sur lui, veuillez prendre contact avec l'auteur du site - Dernière mise à jour : 26 septembre 2017 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Nécropole nationale du
Choloy-Ménillot à Toul

Vue d'ensemble de la nécropole nationale du Choloy-Ménillot à Toul - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017.

Présentation de la nécropole nationale du Choloy-Ménillot à Toul - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017.

Présentation des hôpitaux militaires de Toul et de ses environs - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017.

Slt Robert Grohin
Escadrille F 35

Tombe du Slt Robert Grohin - Né le 3 juin 1894 à Paris 18ème (75) - Classe 1914 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 2913 - Affecté au 24ème régiment d'artillerie de campagne - Observateur de l'escadrille F 35 du (1er trimestre) 1916 au 22 juillet 1917 - Détaché à l'escadrille MF 54 du 9 mai au 2 juin 1916 - Griévement blessé au cours d'une reconnaissance de nuit, le 7 juillet 1916 - Il faisait équipage avec le Sgt Daniel Fusier qui a été grièvement blessé - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 4 août 1916 - En mission du 20 au 24 janvier 1917 - Tué au cours d'un combat aérien contre deux avions de chasse, à bord d'un Dorand AR 1, pendant un réglage d'artillerie, le 22 juillet 1917 - Son corps a été déposé à l'ambulance 7/20 de Manonville (Meurthe-et-Moselle), le même jour - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 25 juillet 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 19 mai 1920 - Robert Grohin repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : CCC de l'escadrille F 35 - JORF - MpF - Bailey/Cony - L'Aérophile - Dernière mise à jour : 19 octobre 2017.

Sol Albert Vinet
2ème groupe d'aviation

Tombe du Sol Albert Edmond Vinet - Né le 26 avril 1873 à Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime) - Fils de Léon Vinet et Marie Emilie Dufour - Profession avant guerre Commis épicier - Classe 1893 - Recrutement de La Rochelle (Charente-Maritime) sous le matricule n° 565 - Classé "Service auxiliaire" pour pointe de hernie à gauche et ajourné de service militaire pour faiblesse en 1894 - Domicilié au 25, rue Croix des Petits Champs à Paris, à compter du 15 mai 1896 - Domicilié au 32, rue Demoursà Paris, à compter du 10 octobre 1896 - Passé dans la réserve, le 1er novembre 1897 - Domicilié au 32, rue Chouzy à Rochefort, à compter du 21 mars 1900 - Domicilié au 16 rue des Halles à St-Brieuc (Cotes-d'Armor), à compter du 26 janvier 1905 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale du 1er août 1914 - Classé "service armé" par la commission de réforme de Rodez, le 10 décembre 1914 - Affecté au 74ème régiment d'infanterie territorial, le 22 juin 1915 - Affecté au 48ème régiment d'infanterie, le 25 octobre 1916 - Décédé des suites d'une crise d'épilepsie en service à l'ambulance 2/8 de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 17 mars 1918 - Albert Vinet repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département de la Charente-Maritime - MpF - Dernière mise à jour : 20 octobre 2017.

Cal Ulysse Sabiron
1er groupe d'aérostation

Tombe du Cal Ulysse René Sabiron - Né le 27 octobre 1886 à Niort (Deux-Sèvres) - Fils d'Honoré Damien Sabiron et de Joséphine Léontine Marie - Profession avant engagement Ebéniste - Classe 1903 (engagement) / Classe 1906 (normale) - Recrutement de Niort (Deux-Sèvres) sous le matricule 495 - Engagé volontaire pour trois ans au titre du 114ème régiment d'infanterie, caserné à Parthenay, à compter du 12 novembre 1904 - Engagement réduit car classé comme ouvrier d'art - Nommé Caporal, le 23 septembre 1905 - Retour à la vie civile et passage dans la disponibilité, le 23 septembre 1905 - Profession avant guerre Ebéniste - A effectué une période d'exercices au 114ème régiment d'infanterie du 29 août au 20 septembre 1910 - A effectué une période d'exercices au 114ème régiment d'infanterie du 11 au 27 avril 1912 - A effectué une période d'exercices au 114ème régiment d'infanterie du 19 août au 15 septembre 1907 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale au 114ème régiment d'infanterie de Parthenay, le 1er août 1914 - Affecté au 1er groupe d'aérostation à Saint-Cyr, le 18 mars 1915 - Décédé des suites d'une grippe broncho-pneumonie contactée en service à l'ambulance 2/8 de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 20 septembre 1918 - Robert Grohin repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département des Deux-Sèvres - MpF - Dernière mise à jour : 20 octobre 2017.

Sgt Raymond Noël
Escadrilles F 383 d'Orient et SPA 85

Tombe du Sgt Raymond Jean Marie Noël - Né le 8 mai 1895 à Paris 1er (75) - Fils de Camille Paul Noël et Jeanne Célina Alexandrine Giraud - Domiciliés Chemin des Godeaux à Yerres (Seine-et-Oise) puis au 17, rue Bastier de Bez à Montgeron (Seine-et-Oise) - Profession avant engagement Etudiant en dessin - Classe 1914 (engagement) / 1915 (normale) - Recrutement de Versailles (Yvelines) sous le matricule n° 1568 - Engagé volontaire pour quatre ans au régiment de Sapeurs Pompiers de Paris, à compter du 29 juin 1914 - Nommé Caporal, le 25 novembre 1914 - Blessé de la fracture des deux os de la jambe droite pendant son service, le 3 février 1915 - Affecté au 10ème régiment d'infanterie, le 17 septembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 novembre 1915 - Nommé Caporal, le 25 mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3171 obtenu à l'école d'aviation militaire de Dijon, le 3 avril 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Pau - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute-Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 30 juin 1916 - Pilote du GDE du 30 juin au 7 août 1916 - Pilote de l'escadrille N 102 du 7 août au 11 octobre 1916 - Nommé Sergent, le 18 janvier 1917 - Croix de Guerre et citation n° 8 à l'ordre de l'aéronautique, le 10 février 1917 - Pilote de l'escadrille F 383 d'Orient / F 501 d'Orient du XX octobre 1916 au 9 juillet 1918 - Pilote du GDE du 9 juillet au 17 août 1918 - Lâché sur SPAD VII et XIII, le 23 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 85 du 17 août au 13 septembre 1918 - Tué au cours d'un accident d'avion au décollage d'une patrouille sur le terrain d'aviation d'Ochey (Meurthe-et-Moselle), le 13 septembre 1918 - Raymond Noël repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille N 102 - CCC de l'escadrille SPA 85 - Fiche matricule du département des Yvelines - MpF - Bailey/Cony - Dernière mise à jour 20 octobre 2017.

Slt Alfred Clamadieu
Escadrille BL 9

Tombe du Slt Alfred Georges Clamadieu - Né le 23 avril 1884 à Bussac (Charente-Maritime) - Fils de Joseph Clamadieu (poseur) et de Marie Faye (garde-barrière) - Domicilié à Sainte-Eulalie-d'Ambarès (Gironde) - Profession avant engagement Comptable - Classe 1904 - Recrutement de Bordeaux (Gironde) sous le matricule n° 1620 - Engagé volontaire pour 3 ans au titre du 107ème régiment d'infanterie, à compter du 9 mars 1904 - Nommé Soldat de 1ère classe, le 4 juillet 1905 - Nommé soldat secrétaire du colonel, le 23 septembre 1905 - Nommé Caporal, le 3 avril 1906 - Nommé Sergent, le 25 septembre 1906 - Rengagé pour deux ans, à compter du 9 mars 1907 - Marié avec Victoria Madeleine Prou, le 20 avril 1907 - Rengagé pour cinq ans, à compter du 9 mars 1909 - Placé en position hors cadre au titre de l'aéronautique, le 10 octobre 1912 - Brevet de pilote civil n° 1162 délivré par l'Aéroclub de France, le 6 décembre 1912 - Brevet de pilote militaire n° 270 délivré le 24 mai 1913 - Affecté au 3ème groupe aéronautique, le 1er novembre 1913 - Affecté au 1er groupe d'aviation (transformation du 3ème groupe aéronautique), le 6 janvier 1914 - Pilote de l'escadrille BL 9 du 6 janvier au 21 octobre 1914 - Rengagé pour cinq ans, à compter du 9 mars 1914 - Médaille Militaire, en date du 11 juillet 1914 - Nommé Adjudant, le 29 août 1914 - Tué par les tirs de l'infanterie allemande après avoir posé son Blériot XI-2 endommagé entre les lignes à la lisière du bois de Mortemare, dans les environs de Limey (Meurthe-et-Moselle), le 21 octobre 1914 - L'observateur qui l'accompagnait, le médécin-major Emile Reymond a été grièvement blessé par les mêmes tirs par une balle qui lui a perforé un rein et les intestins - Il est décédé des suites de ses blessures à l'hôpital militaire de Toul, le 22 octobre 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 21 octobre 1914 - Chevalier de la Légion d'honneur et citation n° 253 à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 21 octobre 1914 - Citation n° 74 à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 23 octobre 1914 - Alfred Clamadieu repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Extrait de naissance - Liste des brevets militaires - Fiche Matricule du département de la Gironde - Bailey/Cony - LO - JORF - MpF - Dernière mise à jour 23 octobre 2017.

Cne Guy Pattu Des Hautschamps
Escadrille MS 31

Tombe du Cne Guy Léopold Alexandre Pattu Des Hautschamps - Né le 19 octobre 1874 à Beauregard-en-Terrasson (Dordogne) - Fils de Pierre Alexandre Pierre Pattu Des Hautschamps (Lieutenant-colonel au 2ème régiment de Dragons, alors caserné à Chartres) et de Gabrielle Alix d'Abzac - Domicilié à Vitrac (Dordogne) - Classe 1894 - Recrutement de Bergerac (Dordogne) sous le matricule n° 987 - Engagé volontaire pour cinq ans au titre du 9ème régiment de chasseurs, à compter du 28 février 1893 - Nommé Brigadier, le 25 septembre 1893 - Nommé Maréchal des Logis, le 25 septembre 1894 - Rengagé pour deux ans au 7ème régiment de chasseurs (6ème corps d'armée), à compter du 28 février 1898 - Rengagé pour trois ans, à compter du 28 février 1900 - Nommé Maréchal des logis-chef, le 21 août 1900 - Elève officier de l'école de cavalerie, le 9 octobre 1901 - Classé 26ème sur 112 élèves - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 10ème régiment de cuirassiers, le 1er juillet 1902 - Nommé Lieutenant, le 1er juillet 1904 - Brevet de pilote civil n° 971 obtenu sur avion Henri Farman et délivré par l'Aéroclub de France, le 2 août 1912 - Brevet de pilote militaire n° 291 obtenu, le 18 juin 1913 - Passé à l'état-major particulier de l'armée et détaché dans l'aéronautique militaire, à compter du 24 juillet 1913 - Commandant de l'escadrille MS 31 du 18 décembre 1914 au 11 mai 1915 - Détaché au centre d'aviation militaire de St-Cyr du 22 décembre 1914 au 5 janvier 1915 - Nommé Capitaine, le 25 décembre 1914 - En mission à Nancy, les 9 et 10 février 1915 - Tué au cours d'un accident d'atterrissage, aux commandes d'un Nieuport 10, au retour d'une mission, sur le terrain du centre d'aviation de Toul, le 11 mai 1915 - L'observateur qui l'accompagnait, le Cne Edmond Charles Mathieu, grièvement blessé, a été évacué sur l'hôpital de Toul - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 29 mai 1915 - Guy Des Hautschamps repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Registres des naissances de la commune de Beauregard-en-Terrasson - Fiche matricule du département de la Dordogne - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille N 31 - Bailey/Cony - JORF - MpF - Revue L'Aérophile - Site Internet Mémorial Gen Web - Dernière mise à jour 23 octobre 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Cne Guy Léopold Alexandre Des Hautschamps, Commandant l'escadrille MS 31, en date du 29 mai 1915 : "Officier de la plus grande bravoure. S'est affirmé, dans le commandement de son escadrille, comme un chef au caractère énergique et droit. N'a cessé de donner, l'exemple du courage en exécutant de nombreuses et périlleuses reconnaissances. Est mort glorieusement en accomplissant son devoir."

Cal Gaston Sedlagek
Escadrille BM 118 et PS 125

Tombe du Cal Gaston Frédéric Sedlagek - Né le 21 février 1896 à Saint-Mandé (Val-de-Marne) - Classe 1916 - Recrutement du 4ème bureau de la Seine sous le matricule n° 681 - Mitrailleur / bombardier, en subsistance à l'escadrille BM 118 du XXX au 20 février 1917 - Mitrailleur / bombardier de l'escadrille PS 125 du 20 au 25 février 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion sur le terrain d'aviation d'Ochey (Meurthe-et-Moselle), le 25 février 1917 - Le pilote qui l'accompagnait, le Cal Marius Erne a été blessé - Gaston Sedlagek repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Bailet / Cony - MpF - Dernière mise à jour 23 octobre 2017 - En attente des données de sa fiche matricule archivée aux AD de Paris.

Cal Maurice Rochat
Escadrille N 89

Tombe du Cal Maurice Emile Adrien Rochat - Né le 19 novembre 1891 à Paris 19ème (75) - Classe 1911 - Brevet de pilote militaire n° 5148 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 7 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 89 du 17 mars au 10 mai 1917 - Tué au cours d'une accident d'avion, aux commandes d'un Nieuport 23, le 10 mai 1917 - Son corps a été déposé à l'hôpital militaire Gama de Toul (Meurthe-et-Moselle) - Maurice Rochat repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille N 89 - Bailey/Cony - MpF - Dernière mise à jour 23 octobre 2017.

Sol Jules Cordon
1er régiment d'aérostation

Tombe du Sol Jules Arthur Charles Cordon - Né le 31 janvier 1893 à St-Illiers-la-Ville (Seine-et-Oise) - Fils d'Eugène Emile Delphin Cordon et Classe 1913 - Recrutement de Versailles (Yvelines) sous le matricule n° 2697 - Service militaire au 167ème régiment d'infanterie, à compter du 27 novembre 1913 - Classé "Service auxiliaire" pour fracture ancienne du fémur et maintenu à son unité, le 20 septembre 1914 - Maintenu "Service auxiliaire", le 21 décembre 1914 - Affecté au 1er régiment d'aérostation du 28 décembre 1915 au 27 septembre 1916 - Nommé Soldat de 1ère classe, le 20 septembre 1916 - Décédé des suites de ses blessures, après un accident de bicyclette, à l'hôpital militaire Gama de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 27 septembre 1916 - Jules Cordon repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département des Yvelines - MpF - Dernière mise à jour 21 octobre 2017.

Sol André Chambéry du Désert
Escadrille F 70

Tombe du Sol André Marie Emile Chambéry du Désert - Né le 24 juillet 1887 à Pont-Audemer (Eure) - Fils de Marie Alexandre Emile Chambéry du Désert et de Marie Caroline Clarisse Turpin - Bachelier es-lettres - Profession avant service militaire - Employé de commerce - Classe 1907 - Recrutement de Bernay sous le matricule n° 470 - Ajourné de service militaire pour faiblesse en 1908 - Examiné à nouveau par le conseil de révision, le 2 septembre 1908 - Reconnu "Service Auxiliaire" pour varices noueuses à la jambe droite et affecté au 24ème régiment d'infanterie, caserné à Paris (75), le 6 octobre 1908 - Fin de service militaire et envoi dans la disponibilisté, le 25 septembre 1910 - Profession avant guerre Editeur de livres de médecine - Domicilié au 109, rue du Bac à Paris 7ème (75), à compter du 17 avril 1911 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale, le 5 novembre 1914 - Affecté à la 3ème section de commis d'administration, le 6 novembre 1914 - Maintenu "Service Auxiliaire" par la 2ème commission spéciale de Réforme de la Seine, le 14 décembre 1914 - Affecté au service automobile du 13ème régiment d'artillerie, le 21 décembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire, le 23 janvier 1916 - Affecté à la RGA comme conducteur de voiture légère (rattaché au 2ème groupe d'aviation à Lyon-Bron), le 26 février 1916 - Affecté au Parc n° 10, le 4 au 18 mars 1916 - Conducteur automobile de l'escadrille F 70 du 18 mars 1916 au 3 septembre 1917 - Hospitalisé du 31 août au 1er octobre 1916 - Grièvement blessé en service commandé (probablement accident auto) , le 2 septembre 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital militaire Gama de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 3 septembre 1917 - André Chambéry du Désert repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de l'Eure - MpF - Dernière mise à jour 8 novembre 2017.

Cal Jean Groslet
Escadrille SPAbi 258

Tombe du Cal Jean Antoine Groslet - Né le 17 juin 1895 à Billon (Puy-de-Dôme) - Fils de Jules Jean Marie Groslet et de Jeanne Marie Gardette - Profession avant guerre Chauffeur automobile - Classe 1912 (engagement) / 1915 (normale) - Recrutement de Riom (Puy-de-Dôme) sous le matricule n° 2715 - Engagé au 2ème groupe aéronautique, le 10 septembre 1913 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 28 janvier 1918 - Brevet de pilote militaire n° 12.764 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 16 avril 1918 - Nommé Caporal, le 25 avril 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 18 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPAbi 258 du 7 au 21 août 1918 - Tué au cours d'un accident d'(avion) à la Croix-de-Metz à Toul (Meurthe-et-Moselle), le 21 août 1918 - Le mitrailleur qui faisait équipage avec lui, le Cal Perthuisot, a également perdu la vie dans l'accident - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 24 juillet 1923 - Jean Groslet repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - JORF - MpF - Dernière mise à jour 21 octobre 2017.

* Médaille Militaire, Croix de Guerre avec étoile d'argent et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume du Cal Jean Antoine Groslet, en date du 24 juillet 1923 : "Pilote plein d'allant et de dcourage. Tombé glorieusement pour la France, le 21 aout 1918, au cours de sa première mission sur les lignes ennemies."

Adc Pierre Darnaud
Escadrilles MF 19 et C 17

Tombe du Adc Pierre Jean Marie Gaston Darnaud - Né le 1er juillet 1881 à Auch (Gers) - Fils de Victor Emile Darnaud et de Catherine Balech - Profession avant engagement Cocher - Classe 1901 - Recrutement de Mirandes (Gers) sous le matricule n° 1331 - Entré en service actif, le 12 octobre 1901 - Engagé volontaire pour quatre ans au titre du 16ème régiment d'artillerie, le 12 octobre 1901 - Nommé Brigadier, le 5 février 1903 - Blessé d'une entorse au pied droit suite à une chute de cheval, le 4 juin 1903 - Nommé Maréchal des Logis, le 26 septembre 1903 - Rengagé pour deux ans, à compter du 12 octobre 1905 - Marié avec Mlle Louise Durand, le 29 septembre 1906 - Domiciliés au 86, rue Miromesnil à Paris 8ème (75) - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 31 juillet 1907 - Diplôme d'honneur du Ministre de l'instruction publique pour le zèle dont il a fait preuve pendant les années 1904, 1905 et 1906 dans la direction du cours des illettrés, en date du 28 septembre 1907 - Rengagé pour trois ans à compter du 12 octobre 1907 - Repassé Maréchal des Logis, le 10 juin 1908 - Rappel de diplôme d'honneur décerné par le ministre de l'instruction publique et des beaux-arts, le 30 septembre 1909 - Lettre de félicitations, en date du 21 mars 1910, pour avoir arrêté un cheval emballé attelé à une voiture sans cocher, le 12 décembre 1909 - Nommé Maréchal de Logis chef, le 10 juin 1910 - Médaille de bronze de l'instruction publique et des beaux-arts pour sa collaboration aux oeuvres complémentaires de l'école instituée dans les casernes et hôpitaix militaires, en date du 5 juillet 1910 - Rengagé pour trois ans, à compter du 12 octobre 1910 - Rappel de Médaille de Bronze et lettre de félicitations pour le concours dévoué qu'il a porté aux oeuvres complémentaires de l'école instituée dans les casernes et hôpitaux militaires, le 14 novembre 1911 - Nommé Adjudant, le 13 juin 1912 - Lettre de félicitations pour collaboration aux oeuvres complémentaires de l'école instituée dans les casernes et hôpitaux militaires, en date du 1er juillet 1912 - Rengagé pour un an, à compter du 12 octobre 1913 - Nommé Adjudant-chef, le 12 octobre 1914 - Rengagé pour deux ans, à compter du 12 octobre 1914 - Détaché dans l'aéronautique militaire comme observateur et mis en subsistance à l'escadrille MF 19 du 27 mai au 2 juillet 1915 - Observateur de l'escadrille C 17 du 2 juillet 1915 au 23 juillet 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 12 décembre 1915 - Tué au cours d'un accident d'atterrissage sur le terrain d'aviation de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 23 juillet 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 2 août 1916 - Le pilote, le Cal Robert Sangy, a été grièvement blessé - Pierre Darnaud repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - CCC de l'escadrille MF 19 - CCC de l'escadrille C 17 - Bailey/Cony - Fiche matricule du département du Gers - JORF - MpF - Dernière mise à jour 14 novembre 2017.

Cimetière communal de Mercy-le-Haut
Adj Jules Veiler
Escadrille SOP 123

Détail de la tombe de l'Adj Jules Veiber - Né le 13 mai 1889 à Joeuf (Meurthe-et-Moselle) - Classe 1909 - Recrutement de Verdun (Meuse) sous le matricule n° 1612 - Incorporé au 8ème bataillon de chasseurs à pied - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Mitrailleur de l'escadrille SOP 123 du 27 juin au 11 juillet 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion, à bord d'un Sopwith 1B2, sur le terrain de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), le 11 juillet 1917 - Il faisait équipage avec le Cal Maurice Vandenberghe (pilote) qui a également perdu la vie dans l'accident - Jules Veiber repose dans le cimetière communal de Mercy-le-Haut (Meurthe-et-Moselle) - Photo Pascal Thubineau que je remercie pour son aide - Sources : CCC de l'escadrille SOP 123 - MpF - Dernière mise à jour : 2 juillet 2018.

Tombe de l'Adj Jules Veiber - Mitrailleur de l'escadrille SOP 123 du 27 juin au 11 juillet 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion, à bord d'un Sopwith 1B2, sur le terrain de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), le 11 juillet 1917 - Il faisait équipage avec le Cal Maurice Vandenberghe (pilote) qui a également perdu la vie dans l'accident - Jules Veiber repose dans le cimetière communal de Mercy-le-Haut (Meurthe-et-Moselle) - Photo Pascal Thubineau que je remercie pour son aide.

Nécropole nationale de Frescati
de Vitrimont

Vue aérienne de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont sur les hauteurs de Lunéville - Les trois ossuaires sont alignés au centre de la nécropole - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Google Map.

Au loin, la ville de Lunéville vu du promontoire de Notre-Dame de la Délivrance qui surplombe la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

La Nécropole nationale de Frescati abrite les tombes de 3741 soldats tués au cours des combats d’août et septembre 1914 ou décédés dans les hôpitaux militaires lunévillois de 1915 à 1918 - Elle occupait, avant son réaménagement, un terrain de 10.555 m2 grâce au dévouement de mademoiselle Marie Wibrotte, institutrice à Lunéville et membre du souvenir Français, en 1918 - Il regroupe les corps exhumés des cimetières militaires de Lunéville, Vitrimont, Réhainviller, des environs du Léomont, de Bonviller, Xermaménil et Marainviller - Des soldats ayant combattus et péris au mois d'août et septembre 1914, notamment au cours de la bataille du Léomont, 1683 corps furent répartis en trois ossuaires - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Monument commémoratif "Le Poilu de Vitrimont" - Se situant devant la Nécropole Nationale de Friscati, il a été érigé par le Souvenir Français en 1927 et représente un Poilu en tenue de campagne sous un arc de triomphe - Il a été sculpté par Gaston Broquet, un ancien combattant issu de la Meuse et inauguré, le 18 juin 1922 - Une plaque commémorative du 2ème Bataillon de Chasseurs à Pied est apposée sur le soubassement arrière de la statue du Poilu, en hommage aux 37 morts du 2ème BCP tués à Vaucourt, le 11 août 1914 - Une seconde plaque commémorative a été placée en mémoire du corps expéditionnaire américain de 1917-1918 et aux soldats et Forces Françaises de l'Intérieur morts entre 1939 et 1945 - Voir les photos du poilu - Ce monument a été détruit par les Allemands, le 18 octobre 1940 et reconstruit dès 1945 suite à une souscription - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Vue générale de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Vue de l'alignement des trois ossuaires renfermant les restes mortels de 1.683 corps - Les noms des militaires sont inscrits sur les plaques - Voir les différentes photos de détails - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Liste des militaires reposant dans l'ossuaire n° 1 de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Liste des militaires reposant dans l'ossuaire n° 2 de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Liste des militaires reposant dans l'ossuaire n° 3 de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Vue générale de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Vue générale de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Le monument en hommage au Maréchal Lyautey - Il a été inauguré en 1968 - Il est constitué de trois arcades provenant de son mémorial de Rabat au Maroc - Ce mémorial abritait initialement ses cendres qui ont été transférés aux Invalides en 1961 - Il y est inscrit : "Sur ce sol à la ligne bleue des Vosges auprès des tombes accumulées, nous unissons dans un même culte la France et la petite patrie. Le patriotisme lorrain est chez nous inséparables du patriotisme français." - Don de M. Pierre Lyautey - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Le monument en hommage au Maréchal Lyautey - Il a été inauguré en 1968 - Il est constitué de 3 arcades provenant de son mémorial de Rabat au Maroc - Ce mémorial abritait initialement ses cendres qui ont été transférés aux Invalides en 1961 - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Sgt Auguste Gérard
Escadrille SAL 5

Tombe du Sgt Auguste Jean Baptiste Gérard - Né le 31 mars 1894 à Fraize (Vosges) - Fils de Jean Gérard et de Claire Amélie - Profession avant guerre Commerçant - Classe 1914 - Recrutement du 4ème bureau de la Seine (75) sous le matricule n° 4703 - Mobilisé au 8ème régiment de Dragons, le 4 septembre 1914 - Affecté au 135ème régiment d'infanterie - Nommé Sergent, le 22 juin 1915 - Croix de Guerre et citation à l'ordre du 135ème régiment d'infanterie, le 25 septembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire avec divers emplois à Lyon-Bron, le 8 février 1916 - Mitrailleur de l'escadrille N 90 d'Orient (future escadrille 506) - Passé élève pilote à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 28 janvier 1917 - A échoué pour la formation de pilote militaire - Stage de mitrailleur-canonnier à l'école de tir aérien de Cazaux, jusqu'au 1er mai 1917 - Breveté canonnier à l'école de tir aérien de Cazaux, le 28 avril 1917 - Mitrailleur de l'escadrille F 5 / SOP 5 / SAL 5 du 10 août 1917 au 13 juillet 1918 - Décédé au cours d'un accident en service commandé à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), le 13 juillet 1918 - Il faisait équipage avec le Brig Gaston Clerc qui n'a pas été blessé - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 15 juillet 1918 - Auguste Gérard repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille F 5 - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 14 novembre 2017.

Sol Maurice Mabille
Escadrille SOP 5

Tombe du Sol Maurice Florimond Mabille - Né le 7 décembre 1871 à Rouen (Seine-Maritime) - Fils d'Isidor Adonis Mabille et Eugénie Marie Aglaé Quémont - Domiciliés au 120, rue de la République à Rouen - Classe 1891 - Recrutement de Rouen-Nord sous le matricule n° 1147 - Ajourné de service militaire en 1892 pour faiblesse - Déclaré bon pour le service militaire en 1893 - Incorporé au 24ème régiment d'infanterie, le 14 novembre 1893 - Fin de service militaire et renvoi dans la disponibilité, le 24 septembre 1895 - A accompli une période d'exercices au 39ème régiment d'infanterie du 22 août au 18 septembre 1898 - A accompli une période d'exercices au 39ème régiment d'infanterie du 25 août au 21 septembre 1902 - A accompli une période d'exercices au 21ème régiment territorial d'infanterie du 7 au 19 octobre 1907 - Domicilié au 18, rue Lehut à Rouen, à compter du 7 avril 1898 - Domicilié au 4, impasse Caron à Rouen, à compter du 25 mai 1899 - Profession avant guerre Peintre en lettres - Domicilié au 36, rue Dargent à Amiens, à compter du 11 janvier 1905 - Domicilié au 20, rue de la Seille à Rouen, à compter du 6 octobre 1905 - Domicilié au 8, rue des Carmélites à Rouen, à compter du 23 janvier 1907 - Domicilié au 4, rue St-Nicaise à Rouen à compter du 26 juillet 1911 - Mobilisé au 39ème régiment d'infanterie, le 1er août 1914 - Parti en renfort au 21ème régiment d'infanterie, le 1er juillet 1916 - Soldat affecté à l'escadrille SOP 5 du 9 décembre 1916 au 16 mai 1918 - Hospitalisé du 21 décembre1916 au 13 mars 1917 - Hospitalisé le 10 mai 1918 - Décédé des suites d'une pneunomie double à l'hôpital auxiliaire d'armée de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), le 16 mai 1918 - Maurice Mabille repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017- Sources : Fiche matricule du département de la Seine-Maritime - CCC de l'escadrille SOP 5 - MpF - Dernière mise à jour : 27 octobre 2017.

* Citation à l'ordre du 21ème régiment d'infanterie, au Soldat Maurice Florimond Mabille : " Le 11 novembre 1916, au dépot de vivres et munitions ayant été incendié par des obus, a fait preuve de sang-froid d'énergie et de courageuse initiative en travaillant sous un bombardement intense et limiter les dégats."

Sol Louis Bertrand
Escadrille F 58

Tombe du Sol Louis Gabriel Bertrand - Né le 17 octobre 1893 à Paris (75) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1913 - Recrutement de Marmande (Lot-et-Garonne) sous le matricule n° 1101 - Mobilisé au 63ème régiment d'infanterie, le 19 décembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme mitrailleur, le 4 août 1916 - Breveté Mitrailleur à l'école d'aviation militaire de Cazaux, le 25 septembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 25 novembre 1916 - Affecté au parc n° 10 du 25 au 29 novembre 1916 - Mitrailleur de l'escadrille F 58 du 29 novembre 1916 au 29 avril 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion, le 29 avril 1917 - Son corps a été évacué sur l'hôpital mixte de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), le même jour - Louis Bertrand repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Pam - CCC de l'escadrille F 58 - MpF - Dernière mise à jour : 29 janvier 2018.

Slt Louis Malzac
Escadrille C 222

Tombe du Slt Louis Joseph Malzac - Né le 30 décembre 1886 à La Roque-Ste-Marguerite (Aveyron) - Fils de Jean-Baptiste Malzac et d'Eugènie Maillé - Profession avant guerre Cultivateur - Classe 1906 - Recrutement de Rodez-Mende (Aveyron) sous le matricule n° 1105 - Service militaire au 14ème régiment de chasseurs, à compter du 1er octobre 1907 - Engég pour deux ans à compter du 1er octobre 1909 - Nommé Brigadier, le 24 septembre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 19 novembre 1910 - Rengagé pour un ans à compter du 1er octobre 1911 - Rengagé pour un an, à compter du 1er octobre 1912 - Rengagé pour un an, à compter du 30 septembre 1913 - Nommé Adjudant-chef - Affecté au 2ème régiment de chasseurs légers, le 5 juin 1916 - Lettre de félicitations n° 165 décernée par le Gal Baratier, commandant la 8ème division de cavalerie, en date du 5 janvier 1916 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, le 13 juin 1916 - Passé à l'aéronautique du détachement d'armée de Lorraine (DAL), le 22 août 1916 - Affecté au 4ème régiment de chasseurs, le 6 septembre 1916 - Observateur de l'escadrille C 222 du (3ème trimestre 1917) au 3 février 1917 - Détaché à Villers-les-Nancy (Meurthe-et-Moselle) du 22 décembre 1916 au 6 janvier 1917 - Citation n° 580 à l'ordre de la 79ème division d'infanterie, en date du 27 janvier 1917 - Tué au cours d'un combat aérien pendant une reconnaissance, le 3 février 1917 - Son corps a été déposé à l'hôpital de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) - Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 12 juin 1920 - Louis Malzac repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département de l'Aveyron - MpF - JORF - Dernière mise à jour : 5 juillet 2017.

* Lettre de félicitations n° 165 décernée par le Gal Baratier, commandant la 8ème division de cavalerie, en date du 5 janvier 1916 : "Le général commandant la 8ème division de cavalerie adresse toutes ses félicitations à l'adjudant-chef Balzac pour connaissance parfaite qu'il a de sa zone de commandement, connaissance qui lui a permis de guider le Général de poste en poste, par la nuit la plus noire et sous une pluie violente, sans une erreur, sans une hésitation, avec une sureté remarquable."

* Citation n° 580 à l'ordre de la 79ème division d'infanterie, en date du 27 janvier 1917 : "Observateur plein d'allant, a accompli plusieurs reconnaissances photographiques dans des conditions particulièrement dangeureuses. Les 21 et 23 janvier, attaqué par des avions allemands et malgré la retraite de son avion d'escorte, sérieusement touché, n'en a pas moins poursuivi jusqu'au bout les missions qui lui avaient été confiées."

* Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Slt Louis Joseph Malzac, observateur à l'escadrille C 222, en date du 12 juin 1920 : "Officier plein d'allant et de bravoure. Passé dans l'aviation sur sa demande. A fait preuve dans ces deux armes des plus belles qualités militaires. Mort pour la France, le 3 février 1917, des suites de blessures reçues en combat aérien. Croix de guerre avec palme."

Sol Jules Roussiaux
1er groupe d'aérostation

Tombe du Sol Jules Emile Roussiaux - Né le 16 novembre 1884 à Champagney (Haute-Saône) - Fils de Ferdinand Augustin Roussiaux et de Marie Adèle Valdenaire - Classe 1904 - Recrutement de Belfort (Haute-Saône à l'époque) sous le matricule n° 2069 - Service militaire au 1er régiment du Génie à Versailles, à compter du 9 octobre 1905 - Affecté au 20ème escadron du Train des équipages militaires, le 20 octobre 1906 - Affecté au 1er régiment du Génie et nommé 2ème sapeur aérostier, le 22 octobre 1906 - Fin de service militaire et passage dans la disponibilisté, le 28 septembre 1907 - Domicilié rue Ambert à Champagney (Haute-Saône) - Classé dans l'affectation spéciale de l'administration des douanes de Besançon, commé préposé du 9 juillet au 1er septembre 1909 - Profession avant guerre Machiniste - Domicilié à Port-sur-Saône, à compter du 15 janvier 1910 - Domicilié chez Jelmoni, avenue de la Gare à Hussigny (Meurthe-et-Moselle), à compter du 8 août 1910 - A accompli une période d'exercices au 25ème bataillon du Génie (Belfort) du 1er régiment du Génie du 7 au 29 novembre 1910 - Domicilié au 260, cité de la Grosse Berline à Sallaumines (Pas-de-Calais), à compter du 9 février 1911 - Domicilié aux cités de la Mourière à Bouligny (Meuse), à compter du 13 juillet 1911 - Domicilié chez Couvillers à Rouvroy (Pas-de-Calais), à compter du 31 août 1911 - Domicilié au restaurant espagnol du 102, Grande Rue à Nancy (Meurthe-et-Moselle), en date du 28 mai 1912 - Passé, par réorganisation, au 3ème groupe aéronautique, le 28 août 1912 - Domicilié chez M. Delmotte, rue de la Noire-Fontaine à Romsée, à l'est de Liège (Belgique), à compter du 2 juin 1913 - Déclaré insoumis, le 16 juin 1913 - Rayé de l'insoumission et réintégré dans la réserve, le 10 juillet 1913 - Passé, par réorganisation, au 1er groupe d'aérostation, le 1er janvier 1914 - Domicilié chez Demange-aux-Eaux (Meuse), à compter du 16 avril 1914 - A accompli une période d'exercices au 1er groupe d'aviation du 7 au 23 juillet 1914 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale, le 3 aout 1914 - Affecté au 1er groupe d'aérostation du 3 août 1914 au 18 janvier 1916 - Citation collective n° 29 à l'ordre de la 57ème division , en date du 4 décembre 1914 - Suicide par pendaison à Lunéville, le 18 janvier 1916 - Son corps a été évacué sur l'hôpital de Lunéville - Jules Roussiaux repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département de la Haute-Saône - MpF - JORF - Dernière mise à jour : 7 juillet 2017.

* Citation collective n° 29 à l'ordre de la 57ème division du personnel de la 1ère section, en date du 4 décembre 1914 : "Le personnel de la section aéronautique, détaché à la 57ème division, qui a fait preuve depuis deux mois des qualités d'entrain, d'énergie et de dévouement dans l'exécution de son service spécial, en particulier le 3 décembre où un coup de vent a mis le ballon qui était en ascension dans une situation fort dangeureuse."

Carré militaire du cimetière
communal de Neuves-Maisons

Carré militaire du cimetière communal de Neuves-Maisons - Il abrite les tombes de 74 militaires décédés pendant la 1ère guerre mondiale - Photo Albin Denis du 8 novembre 2017.

Sgt Alfred Guyot
Escadrille N 81 et RGA

Tombe du Sgt Alfred Ulysse Maximilien Guyot - Né le 1er mai 1898 à Willeman (Pas-de-Calais) - Fils d'Alphonse Guyot (ingénieur) et de Clarisse Laurent - Domiciliés au 13, rue de la Cité à Noeux-les-Mines - Profession avant guerre Etudiant chimiste - Classe 1918 - Recrutement de Béthune (Pas-de-Calais) sous le matricule n° 2698 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre au titre du 1er régiment du Génie, à compter du 5 mai 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien du 22 juillet 1915 au 13 juillet 1916 - Affecté à la RGA du 13 au 17 juillet 1916 - Affecté au Parc n° 5 par le commandant de la RGA du 17 juillet au 11 août 1916 - Versé au dépôt mobile car en exédent de personnel - Parti à l'école d'aviation militaire de Dijon, pour tests de sélection et cours théorique, comme élève pilote, à compter du 3 septembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5132 obtenu à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 6 janvier 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Nommé Caporal, le 27 janvier 1917 - Stage de tir aérien à l'école d'aviation militaire de Cazaux - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 16 mars 1917 - Pilote du GDE du 16 au 27 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 81 du 27 mars au 5 août 1917 - Blessé au cours d'un combat aérien contre cinq avions allemands au dessus des lignes allemandes, le 5 avril 1917 - Il a été blessé par balles aux bras droit et gauche et son avion s'est écrasé entre les lignes - Le pilote a pu être évacué et soigné - Son adversaire était probablement le Ltn Hans Auer du jasta 26 (sa 1ère victoire) - Hospitalisé sur un hôpital de l'intérieur et convalescence jusqu'au 28 septembre 1917 - Pilote de la RGA du 28 octobre 1917 au 19 janvier 1918 - Nommé Sergent, le 11 décembre 1918 - Tué au cours d'un accident d'avion sur le terrain d'aviation de Pont-St-Vincent, le 19 janvier 1918 - Alfred Guyot repose dans le carré militaire du cimetière communal de Neuves-Maisons - Photo Albin Denis du 8 novembre 2017 - Sources : Pam (2 fiches) - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille N 81 - Fiche matricule du département du Pas-de-Calais - MpF - Dernière mise à jour : 7 juillet 2018.

Nécropole Nationale
de Champenoux

Photo aérienne de la nécropole nationale de Champenoux - Le monument conçu par Alfred Thomas et Eugène Catelet est au bout de la grande allée - Il est entouré par les deux ossuaires - Photo Google Map.

Panoramique de la nécropole nationale de Champenoux - La nécropole abrite les corps de 2862 corps dont 1600 en tombes individuelles et 1261 dans deux ossuaires - Il faut ajouter un soldat tué pendant la seconde guerre mondiale - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

La nécropole nationale de Champenoux abrite deux ossuaires renfermant les restes normels de 1261 soldats - Dans l'ossuaire n° 1, reposent 58 militaires identifiés et 498 qui n'ont pu être identifiés - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

La nécropole nationale de Champenoux abrite deux ossuaires renfermant les restes normels de 1261 soldats - Dans l'ossuaire n° 2, reposent 22 militaires identifiés et 683 qui n'ont pu être identifiés - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

Monument aux morts dédié aux héros du Grand Couronné de la nécropole nationale de Champenoux - Conçu par l'architecte Alfred Thomas et le sculpteur Eugène Catelet, il a été érigé en 1921 - Conçu en pierre, bronze et mosaïque dorée, il représente une mère endeuillée par la disparition de son fils. La Croix de Guerre, coiffée d'un casque Adrian, tout comme le rameau d'olivier un symbole de paix et de victoire, rappelle le sacrifice de ce fils, mort pour la France - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

Détail du monument aux morts de la nécropole nationale de Champenoux - Conçu par l'architecte Alfred Thomas et le sculpteur Eugène Catelet, il a été érigé en 1921 - Conçu en pierre, bronze et mosaïque dorée, il représente une mère endeuillée par la disparition de son fils. La Croix de Guerre, coiffée d'un casque Adrian, tout comme le rameau d'olivier un symbole de paix et de victoire, rappelle le sacrifice de ce fils, mort pour la France - Photo Albin Denis du 7 décembre 2017.

Vue générale de la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

Sgt Jacques Mivière
Escadrille SAL 74

Tombe du Sgt Jacques Mivière - Né le 15 mai 1892 à Amions (Loire) - Fils d'Antoine Mivière et de Marie Mellet - Profession avant guerre Garçon d'hôtel à Oxford (Angleterre) - Classe 1912 - Recrutement de Roanne (Loire) sous le matricule n° 1868 - Sursis de service militaire pour 1913 - Mobilisé au 16ème régiment d'infanterie, le 10 août 1914 - Nommé Caporal, le 1er juillet 1915 - Nommé Sergent, le 8 août 1915 - Blessé par éclat d'obus à l'épaule gauche à Malancourt, le 23 mars 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 mars 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6570 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 24 mai 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 21 juin 1917 - Pilote du GDE du 21 juin au 20 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SAL 74 du 20 juillet 1917 au 29 juin 1918 - Stage au GDE du 19 octobre au 5 novembre 1917 - En convoyage avion à Bray-Dunes du 27 mars au 1er avril 1918 - Entrainement à la RGA du Bourget-Dugny du 10 au 24 avril 1918 - Tué au cours d'une mission entre Malancourt et Lemoncourt (Meuse), le 29 juin 1918 - Le Salmson 2A2, qu'il pilotait, a été abattu par la Flak-batterie 761 et s'est écrasé en flammes - Il faisait équipage avec le Cne Gabriel Saumande, observateur du 36ème corps d'armée, qui a également perdu la vie - Citation n° 14.320 à l'ordre du régiment, en date du 12 mars 1919 - Jacques Mivière repose dans la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017 - Sources : PAM - Fiche matricule du département de la Loire - CCC de l'escadrille SAL 74 - Pam - Bailey-Cony - Liste des brevets militaires - CICR - MpF - Dernière mise à jour : 9 juillet 2018.

* Citation n° 14.320 à l'ordre du régiment, en date du 12 mars 1919 : "Excellent gradé, souvent volontaire pour les missions périlleuses. Le 23 mars 1916,, à Malancourt, a été blessé à son poste de combat. Croix de Guerre avec étoile d'argent."

Cne Eugène Saumande
Escadrille F 22 - SAL 74 - Aéro 36èle CA

Tombe du Cne Gabriel François Georges (dit Eugène) Saumande - Né le 24 mars 1881 au 9, rue Traversière Saint-Martin à Périgueux (Dordogne) - Fils de Gabriel Georges Saumande (propriètaire-cultivateur, maire de Périgueux, député) et d'Anne Eugénie Pradines - Profession avant service militaire Etudiant es-sciences - Classe 1901 - Recrutement de Périgueux (Dordogne) sous le matricule n° 1797 - Service militaire au 50ème régiment d'infanterie, à compter du 14 novembre 1902 - Retour à la vie civile et passage dans la disponibilité, le 23 septembre 1903 - Nommé Caporal, le 2 mars 1904 - Domicilié au 28, boulevard St-Germain à Paris 14ème (75), à compter du 3 juin 1904 - Nommé Sergent, le 2 septembre 1904 - Classé en affectation spéciale de l'administration de la trésorerie et postes aux armées en qualité de commis de trésorerie à Paris, le 29 juillet 1907 - Réformé n° 2 pour tuberculose par le 2ème commission de réforme de la Seine, le 20 juillet 1911 - Profession avant guerre Inspecteur de la Banque de France - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale, le 2 août 1914 - Reconnu apte au service armé par la 6ème commission spéciale de la Seine, le 2 septembre 1914 - Affecté au régiment d'infanterie de Périgueux, le 10 septembre 1914 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, à titre temporaire au 50ème régiment d'infanterie, le 27 mai 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur du service aéronautique de la 10ème armée, le 9 août 1915 - Observateur à l'escadrille F 22 / AR 22 du 9 août au 12 août 1917 - Détaché à la 3ème batterie du 34ème régiment d'artillerie, le 30 novembre 1915 - Hospitalisé et convalescence du 10 décembre 1915 au 3 janvier 1916 - Citation à l'ordre du corps d'armée en décembre 1915 - Citation à l'ordre de l'aéronautique en janvier 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 4 au 25 janvier 1916 - Détaché à l'escadrille MF 8 du 22 juin 1916 au 10 août 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 juin 1916 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre définitif, le 1er juillet 1916 - Citation à l'ordre de l'armée en août 1916 - Détaché au GDE du 4 au 11 septembre 1916 - Citation à l'ordre du corps d'armée en avril 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 1er avril 1917 - Hospitalisé, le 2 juin 1917 - Rayé des comptes de l'escadrille AR 22, le 12 août 1917 - Officier de renseignement du service aéronautique du 16ème corps d'armée du (4ème trimestre 1917) au 8 janvier 1918 - Nommé Capitaine de réserve, à titre définitif, le 14 octobre 1917 - Officier de renseignement du service aéronautique du 36ème corps d'armée du 8 janvier au 29 juin 1918 - Parti au GQG de Provins, le 26 mars 1918 - Tué au cours d'une mission au bois de Mailly, entre Malancourt et Lemoncourt (Meuse), le 29 juin 1918 - Le Salmson 2A2, qu'il occupait, a été abattu par la Flak-batterie 761 - Il faisait équipage avec le Sgt Jacques Mivière, pilote de l'escadrille SAL 74, qui a également perdu la vie - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 21 juillet 1918 - Gabriel Saumande repose dans la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de la Dordogne - CCC de l'escadrille F 22 / AR 22 - Bailey / Cony - LO - MpF - JORF - Site Internet Geneanet - Dernière mise à jour : 10 juillet 2018.

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Gabriel François Eugène Saumande, observateur à l'escadrille MF 22, en date du 10 juin 1916 : "Officier de haute valeur et de la plus haute conscience. Observateur de premier ordre, faisait l'admiration de tous. Remplissant actuellement les fonctions d'observateur d'infanterie, ne recule devant aucun danger, nidevant aucune fatigue pour assurer des liaisons avec les troupes qu'il va visiter dans les toutes premières lignes. Les 21 et 22 mai, a survolé longuement les lignes ennemies à moins de 200 mètres d'altitude pour assurer l'efficacité de ses observations. A rempli ses missions de la manière la plus complète et la plus fructueuse, en observant l'assaut donné contre une position ennemie et en fournissant immédiatement au commandement des renseignements précis et des photographies du plus haut intérêt."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Cne Eugène François Gabriel Saumande du 50ème régiment d'infanterie, adjoint au commandant du secteur aéronautique d'un corps d'armée, en date du 21 juillet 1918 : "A accompli, comme volontaire, des reconnaissances et missions photographiques à longue portée. Est tombé glorieusement au cours de l'une d'elles."

Sol Delzon Roume
Escadrille SPAbi 276

Tombe du Sol Delzon Roume - Né le 6 mai 1888 à Peyrusse (Cantal) - Fils d'Etienne Roume (menuisier) et de Jeanne Rongier - Classe 1908 - Recrutement d'Aurillac (Cantal) sous le matricule n° 1427 - Service militaire au 12ème bataillon de chasseurs à pied, à compter du 8 octobre 1909 - Fin de service militaire et passage dans la disponibilité, le 1er octobre 1911 - Domicilié chez Mme Valadier au 11, rue Carnot à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), à compter du 3 janvier 1912 - Profession avant guerre Garçon d'hôtel à Paris (75) - Domicilié au 12, rue d'Amsterdam à Paris 2ème (75) à compter du 18 décembre 1912 - Domicilié au 203, boulevard Voltaire à Paris 11ème (75), à compter du 15 avril 1913 - Domicilié au 151, rue St-Denis à Paris 2ème (75), à compter du 18 juillet 1913 - Marié avec Mlle Georgette Jeanne Durant en mairie du 2ème arrondissement de Paris (75), le 26 juillet 1913 - Domiciliés au 31, boulevard de Strasbourg à Paris 10ème (75) - Une période d'exercices au 12ème bataillon de chasseurs du 23 août au 16 septembre 1913 - Domicilié au 94, rue Philippe de Girard à Paris 18ème, à compter du 4 juin 1914 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale au 12ème bataillon de chasseurs, le 3 août 1914 - Sursis pour maladie au 1er septembre 1914 - Blessé par éclats d'obus à la face et au poignet à Sulzern, le 24 mars 1915 - Classé "service auxiliaire" par la commission de réforme de Gap pour troubles visuels (blessure de guerre), le 3 septembre 1915 - Classé "service armé" par la commission de réforme de Gap, le 17 décembre 1915 - Affecté au 16ème régiment d'artillerie, caserné à Issoire (Puy-de-Dôme), le 21 janvier 1917 - Classé "service auxiliaire" pour diminution de la vision des deux yeux après correction, vision égale à 4/10 et 1/10 par la commission de réforme de Clermont-Ferrand, le 18 juin 1917 - Passé au 2ème groupe d'aviation de l'aéronautique militaire comme cuisinier, à compter du 28 novembre 1917 - Venu de Lyon-Bron, le 17 janvier 1918 - Cuisinier de l'escadrille SOP 276 / SPAbi 276 (affectée à l'aéronautique du 36ème corps d'armée) du 3 février au 19 juillet 1918 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service à Essey-les-Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 19 juillet 1918 - Delzon Roume repose dans la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017 - Sources : Registre des naissance de la commune de Peyrusse - Pam - Fiche matricule du département du Cantal - CCC de l'escadrille SOP 276 / SPAbi 276 - MpF - Dernière mise à jour : 11 juillet 2018.

Cimetière du Sud
de Nancy

Général de corps aérien Alexandre Bouchet
Escadrille F 25 - commandant du GB 1

Caveau de la famille Bouchet au cimetière du Sud de Nancy - Y repose le Général de Corps Aérien Alexandre Bouchet, commandant de l'escadrille F 25 du 28 octobre 1917 au 20 février 1918 et du GB 1 en 1918 (1876-1958), sa fille Marie-José, décédée en bas âge (13 juin 1931-6 avril 1932), sa femme Marie-Madeleine (1901-1983), Alain, son fils aîné, Lieutenant-colonel et écuyer en chef du Cadre Noir de Saumur, mort en service commandé (1937-1975), Nathalène, fille aînée d'Alain, morte de leucémie (1er mars 1950- 27 juin 1968) - Photo Albin Denis du 24 avril 2014.

Gros plan du caveau de la famille Bouchet - Il est situé en parcelles 89/90 de la section 1 bis du cimetière du Sud de Nancy (54) - Photo Albin Denis du 24 avril 2014.

Ltt Robert Roth
Escadrille VR 121

Ltt  Robert Pierre François Roth - Né à Saint-Dié (Vosges), le 29 janvier 1896 - Fils d'Auguste Martin Roth et de Marthe Grandemange - Domiciliés au 4, rue des Bégonias à Nancy (Meurthe-et-Moselle) - Profession avant guerre Marchand de bois - Classe 1916 - Recrutement de Nancy (Meurthe-et-Moselle) sous le matricule n° 964 - Engagé volontaire au titre du 3ème régiment de cuirassiers, le 30 janvier 1914 - Nommé Brigadier, le 9 février 1915 - Nommé Maréchal des Logis, le 4 juin 1915 - Citation à l'ordre du 3ème régiment de cuirassiers, en décembre 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire et affecté au 26ème régiment d'infanterie, le 14 mai 1916 - Croix de Guerre et citation à l'ordre du corps d'armée, en juillet 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, en avril 1917 - Passé dans l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 10 octobre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 11.421 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 9 février 1918 - Stage de perfectionnement "bombardement" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de spécialisation "bombardement" à l'école d'aviation militaire du Crotoy, jusqu'au 20 avril 1918 - Pilote de l'escadrille VB 121 du 11 mai au 15 septembre 1918 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 14 mai 1918 - Tué au cours d'un accident d'avion au retour d’une mission, à 23h10, le 15 septembre 1918 - Corps déposé à l'ambulance 3/65 de La Cheppe (Marne), le 15 septembre 1918 - Inhumé dans le cimetière de Blâmont (54) - Sources : Pam - MpF - CCC de l'escadrille VB 121 - Fiche Matricule du département de Meurthe-et-Moselle - JORF - Dernière mise à jour : 3 mars 2017 - Photo Eric Mansuy que je remercie pour son aide.

Adj Marcel Gasser
Escadrille N 87 / SPA 87
10 victoires homologuées

Tombe de la famille Gasser dans le cimetière de Pompey (54) - Adj Marcel Lucien Gasser - né le 2 février 1897 à Pompey (54) - Fils de Edouard Gasser et de Marie Eugènie Mater - Avant guerre employé de commerce - Classe 1917 - N° matricule 1138 - Engagé au 8ème régiment d'artillerie de campagne, le 22 août 1914 - D'avril 1915 à février 1917, affecté à l'armée d'Orient du général Sarrail - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 15 mai 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8126 à l'école militaire du Crotoy, le 22 août 1917 - Il est alors Maréchal des Logis - Ecole d'Avord (stage de spécialisation) - Ecole de Pau (stage haute école) - Ecole de Cazaux (école du tir aérien) - GDE juqu'au 1er janvier 1918 - Pilote de l'escadrille N 87 puis SPA 87 du 1er janvier au 15 juillet 1918 - Nommé adjudant, le 25 avril 1918 - Grièvement blessé d'une balle explosive à la jambe gauche, le 15 juillet 1918, il sera amputé - Rayé des compte de l'escadrille, le 16 juillet 1918 - 10 victoires homologuées, toutes remportées à la 87 - Décédé le 14 février 1939 à Malzéville lors d'une collision aérienne - Un Potez 25 s'est posé sur son Le Zlin XII qu'il présentait à l'atterrissage - L'autre avion était piloté par un jeune "laché" récemment affecté à la 52ème escadre aérienne - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe de la famille Gasser dans le cimétière de Pompey (54) - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

Ltt Nissim de Camondo
Escadrille F 33

Stèle en hommage au Lieutenant Nissim de Camondo, pilote de l'escadrille F 33, tué au combat dans les lignes allemandes à Leintrey (54), le 5 septembre 1917. Erigée à l'origine, à l'endroit de la chute du Dorand AR 1 dans les lignes allemandes, elle a été déplacée par le souvenir français suite à des travaux par le propriétaire du terrain et son nouvel emplacement, maintenant dans les lignes françaises de 1917, inauguré le 5 septembre 2007. Dommage que cette stèle oublie le compagnon d'infortune du lieutenant, le lieutenant Louis Desessard qui a perdu la vie dans le même combat. L'instigateur de ce déplacement salutaire a été M. Claude Charbonnot. Photo Eric Mansuy que je remercie pour son aide.

Ltt Nissim de Camondo, pilote de l'escadrille F 33 - Né le 23 août 1892 à Housse (Belgique) - Arme d'origine 21ème régiment de Dragons - Brevet de pilote militaire n° 5300 en date du 16 novembre 1916 - Tué lors d'une collision en vol avec leur adversaire pendant un combat aérien à Leintrey (54), le 5 septembre 1917. Inhumé à l'origine par les Allemands dans le cimetière de Parroy.

Slt Louis Desessard
Escadrille F 33

Slt Louis Lucien Roch Desessard, observateur de l'escadrille F 33 - né le 16 août 1885 à la Châtre (Indre) - Profession avant la guerre Horloger - Arme d'origine 90ème régiment d'infanterie - Engagé au 90ème RI, le 9 octobre 1915 - Passé à l'aviation comme observateur, le 23 octobre 1916 - Une citation à l'ordre de la brigade en mars 1916 - Tué lors d'une collision en vol avec leur adversaire pendant un combat aérien à Leintrey (54), le 5 septembre 1917 - Inhumé à l'origine par les Allemands dans le cimetière de Parroy.

MdL Joseph Florentin
Escadrille SPA 90

Monument érigé à l'endroit de la chute du Spad XIII piloté par MdL Joseph Gérard Florentin pilote de l'escadrille SPA 90 dans les environs de Ferrières (54), Sud-est de Nancy, le 6 septembre 1918. Ce pilote a été tué en combat aérien par le Ltn Martin Haenichen du Jasta 53. Photo Jean-Louis du Forum 14-18 que je remercie poour son aide.

MdL Marie Antoine Gérard Joseph Florentin, pilote de l'escadrille SPA 90 - Né le 27 février 1896 à Nancy (54) - Avant guerre Etudiant en sciences - Mobilisé au 22ème régiment de Dragons, le 7 août 1914 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 1er novembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 11558 en date du 15 février 1918 à Istres - Différentes unités : 9ème groupe cycliste, 9ème régiment de Cuirassiers, Ecole de Dijon (1er groupe d'aviation), Istres (brevet de pilote militaire), Avord (école de spécialisation), Pau (tir théorique et simulé), Cazaux (école du tir aérien), Pau (stage haute école) - SPA 90 à partir du 11.08.1918 - 2 citations à l'ordre de la division en octobre 1915 et mai 1917 - Tué au combat près de Ferrières (54), par le Ltn Martin Haenichen du Jasta 53, le 6 septembre 1918.

Slt Edouard Lemoine
Sgt Henri Thouroude dit de Losques
Escadrille VB 110

Monument en hommage aux aviateurs de l'escadrille VB 110, le Slt Edouard Lemoine (pilote) et Sgt Henri Thouroude (bombardier / mitrailleur), tombés sur la commune d'Harbouey, le 9 août 1915 - L'avion, un B-25 Mitchell, ne correspond pas à la période concernée - Photo Jean-Pierre Séchepine, président du Souvenir Français de Lunéville que je remercie pour son aide.

Slt Edouard Lemoine

Slt Edouard Georges Charles Lemoine - Né le 15 février 1884 à Nantes (44) - Profession avant guerre Industriel en passementerie - Appelé au 65ème régiment d'infanterie en novembre 1903 - Brevet de pilote militaire n° 1034 en date du 4 juin 1915 - Pilote de l'escadrille VB 110 du 5 juillet au 9 août 1915, date de sa mort - Tué au combat, en compagnie du Sgt Henri Thouroude, dans les environs d'Harbouey, le 9 août 1915.

Sgt Henri Thouroude

Sgt Henri Daniel Casimir Paul Thouroude (dit de Losques) - Né le 11 mars 1880 à Saint-Lô (50) - Dessinateur et peintre qui travailla pour le Figaro, l'Aurore, Fantasio, Je Sais Tout, Le Matin, Le Rire, Le Monde Illustré - Bombardier / mitrailleur de l'escadrille VB 110 du 13 avril au 9 août 1915, date de sa mort - Tué au combat, en compagnie du Slt Edouard Lemoine, dans les environs d'Harbouey, le 9 août 1915.

Marie Marvingt
Aviatrice civile

Tombe de l'aviatrice civile Marie Marvingt - Né à Aurillac (Cantal), le 20 février 1875 - Elle a été une grande sportive, a été une des premières femmes a être titulaire du permis de conduire les automobiles qu'elle obtient dès 1899 - Elle était titulaire des brevets de pilote de ballon (n° 145 du 19 juin 1910), d'aéronef (n° 281 du 8 novembre 1910) et hydravion en 1910, dirigeable et hélicoptère en 1961 - Le 19 juillet 1907, elle effectue son premier vol en aéroplane seule à bord - Le 26 octobre 1909, elle est la première femme à traverser la Mer du Nord en aérostat - Officier d'académie en 1911 - De plus, elle parlait sept langues et était titulaire de 30 décorations dont la croix de guerre 14-18 - Décédée à Laxou, le 14 décembre 1963 - Marie Marvingt repose dans le cimetière de Préville de la ville de Nancy - Sources : LO - JORF - Dernière mise à jour : 7 mars 2018 - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Détail de la tombe de l'aviatrice Marie Marvingt décédée en 1963 - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Ltt Jean Lamasse
Escadrille MF 25
Cne Henri Lamasse
Escadrille BR 224

Tombe de la famille Lamasse au cimetière de Préville de la ville de Nancy - Dans ce caveau reposent :
- Jean, pilote de l'escadrille MF 25,
- Henri, pilote et commandant de l'escadrille BR 224
- Xavier, artilleur du 1er régiment d'artillerie coloniale.
Ces officiers ont tués au combat pendant la Grande Guerre. Encore une famille qui a payé le prix fort pour notre liberté. Ne les oubliez pas !
Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Ltt Jean Lamasse
Escadrille MF 25

Tombe du Ltt Jean Marie Lamasse, pilote de l'escadrille MF 25 - Né le 15 juillet 1888 à Cirey-sur-Vezouse (54) - Arme d'origine 4ème régiment de Dragons - Entré en service en octobre 1909 - Brevet de pilote n° 1058 en date du 7 juin 1915 - Ecole d'aviation d'Avord - Pilote de l'escadrille MF 25 du 10 août au 12 septembre 1915 - Tué au combat dans les environs de Montfaucon, le 12 septembre 1915 - Jean Lamasse repose dans le cimetière de Préville de la ville de Nancy - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Cne Henri Lamasse
Escadrille BR 224

Tombe du Cne Henri Marie Lamasse, pilote et commandant de l'escadrille BR 224 - Né le 18 avril 1892 à Nice (Alpes Maritimes) - Fils de Maurice Lamasse et de Marguerite Batho - Avant guerre officier de carrière - Engagé au 12ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1911 - Passé à l'aviation comme observateur, le 25 décembre 1914 - Observateur de l'escadrille MF 16 - Expédition des Dardanelles et escadrille F 98 de l'armée d'Orient - Brevet de pilote n° 2270 en date du 7 janvier 1916 - Etat-Major du 21ème corps d'armée, le 24 mars 1917 - Pilote puis commandant de l'escadrille BR 224 du 18 mars au 2 septembre 1918 - Tué au combat au cours d'un combat aérien, en compagnie du Slt Jean-Marie Guibert, observateur, dans les environs de Chevigny (02), le 2 septembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur en août 1915 - Croisx de Guerre 14-18 - 3 citations à l'ordre de l'armée en juin 1915 - août 1915 - août 1917 - une citation à l'ordre de la division en septembre 1914 - une citation à l'ordre de la brigade en août 1914 - Henri Lamasse repose dans le cimetière de Préville de la ville de Nancy - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

MdL Georges Pouillard
Escadrille N 96

Tombe du MdL Georges René Paul Pouillard, pilote de l'escadrille N 96 - Né le 13 février 1894 à Nancy (54) - Fils de Pierre Pouillard et de Marie Grégoire - Avant guerre étudiant - Appelé au 31ème régiment de Dragons, le 22 août 1914 - Section d'infirmiers militaires de la 10ème région - Section d'infirmiers militaires de la 4ème région - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 20 juin 1917 - Brevet de pilote n° 8651 à l'école d'aviation de Chartres, le 16 septembre 1917 - Ecole d'aviation d'Avord (specialisation) - Pilote de l'escadrille N 96 au 16 novembre 1917 au 3 février 1918 - Tué au combat, aux commandes du Spad XIII n° 16241 dans les environs de Orainville / Aguilcourt (02), le 3 février 1918 - Son adversaire était probablement le Vfw Herbert Boy du Jasta 14 (sa 2ème victoire) - Georges Pouillard repose dans le cimetière de Préville de la ville de Nancy - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Détail de la tombe du MdL Georges René Paul Pouillard, pilote de l'escadrille N 96 - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Sgt André Heckmann
Escadrille BR 283

Tombe du Sgt André Marie Heckmann - pilote de l'escadrille BR 283 - Né le 27 mai 1894 à Auxerre (Yonne) - Fils de Charles Heckmann et de Charlotte Joly - Avant guerre tailleur de vêtements - Appelé au 69ème régiment d'infanterie, le 25 août 1914 - 269ème RI - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 26 juin 1917 - Brevet de pilote militaire n° 10034 à l'école d'aviation de Juvisy, le 26 novembre 1917 - Ecole d'aviation d'Avord - Pilote de l'escadrille SAL 30 - pilote de l'escadrille BR 283 du 22 février au 1er octobre 1918 - - Décédé des suites de la grippe espagnole à l'ambulance 1/17 (hôpital militaire de campagne) de Senlis, le 1er octobre 1918 - Croix de Guerre 14-18 - 2 citations à l'ordre du régiment, le 30 juillet 1916 et 19 septembre 1916 - Une citation à l'ordre de la brigade, le 13 mars 1917 - André Heckmann repose dans la cimetière de Préville à Nancy - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Détail de la tombe du Sgt André Heckmann - pilote de l'escadrille BR 283 - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Portrait du Sgt André Heckmann - pilote de l'escadrille BR 283 - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide précieuse.

Adj Jules Veiber
Escadrille SOP 123

Détail de la tombe de l'Adj Jules Veiber - Né le 13 mai 1889 à Joeuf (Meurthe-et-Moselle) - Classe 1909 - Recrutement de Verdun (Meuse) sous le matricule n° 1612 - Incorporé au 8ème bataillon de chasseurs à pied - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Mitrailleur de l'escadrille SOP 123 du 27 juin au 11 juillet 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion, à bord d'un Sopwith 1B2, sur le terrain de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), le 11 juillet 1917 - Il faisait équipage avec le Cal Maurice Vandenberghe (pilote) qui a également perdu la vie dans l'accident - Jules Veiber repose dans le cimetière communal de Mercy-le-Haut (Meurthe-et-Moselle) - Photo Pascal Thubineau que je remercie pour son aide - Sources : CCC de l'escadrille SOP 123 - MpF - Dernière mise à jour : 2 juillet 2018.

Tombe de l'Adj Jules Veiber - Mitrailleur de l'escadrille SOP 123 du 27 juin au 11 juillet 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion, à bord d'un Sopwith 1B2, sur le terrain de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), le 11 juillet 1917 - Il faisait équipage avec le Cal Maurice Vandenberghe (pilote) qui a également perdu la vie dans l'accident - Jules Veiber repose dans le cimetière communal de Mercy-le-Haut (Meurthe-et-Moselle) - Photo Pascal Thubineau que je remercie pour son aide.

Slt Raymond Havet
Escadrille N 77

Tombe du Slt Raymond Elisée Havet - Pilote de l'escadrille N 77 - Né le 30 septembre 1884 à Coucy-le-Château (02) - Avant guerre directeur commercial - Entré en service au 204ème RI, le 10 février 1903 - Brevet de pilote militaire n° 1321 en date du 10 août 1915 - Pilote d'une escadrille du front d'Orient à partir du 18 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille N 77 - Tué au combat, aux commandes du Nieuport XVII n° 2277, probablement par le Vfw Schlegel et le Ltn Metzger du FlAbt 39 dans les environs de Chambley (54) - Raymond Havet repose dans le cimetière militaire de Thiaucourt - Photo Bernard Gouthier que je remercie pour son aide.

Vue générale du cimetière militaire de Thiaucourt-Regnièville (54) - Toutes les croix noires sont allemandes et les larges croix blanches sont françaises - Photo Bernard Gouthier que je remercie pour son aide.

Entrée du cimetière militaire de Thiaucourt-Regnièville (54) - Dans ce cimetière reposent les corps de 11635 soldats allemands et quelques tombes de soldats français - Photo Bernard Gouthier que je remercie pour son aide.

Sgt Pierre de Villeneuve-Esclapon
Escadrille SPA 153

Tombe du Sgt Pierre Marie Joseph de Villeneuve-Esclapon dans le cimetière du village d'Omelmont (54) - Né le 2 juin 1897 à Valensole (04) - Fils de Louis de Villeneuve d'Esclapon et de Aude de Châteauvreuy - Avant guerre élève ingénieur - Appelé au 8ème régiment du Génie, le 10 août 1916 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 1er septembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 10170 à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 1er décembre 1917 - Stage haute école à l'école d'aviation militaire de Pau - Pilote de l'escadrille SPA 153 du 1er avril au 14 septembre 1918, date de sa mort au combat - Une victoire homologuée, le 22 juillet 1918 - Tué en combat aérien, aux commandes du Spad VII n° 5905, dans les environs d'Erbeviller-sous-Amezule (54), le 14 septembre 1918 - Son adversaire était probablement le Ltn Hans Müller du Jasta 18 (sa 11ème victoire) - Photo Albin Denis de mai 2012.

Vue rapprochée de la tombe du sergent Pierre de Villeneuve-Escalpon, pilote de l'escadrille SPA 153 - Ce sous-officier a été tué au cours d'un combat aérien, aux commandes du Spad VII n° 5905, dans les environs d'Erbeviller-sous-Amezule (54), le 14 septembre 1918 - Il repose dans le cimetière du village d'Omelmont (54) - Le lettrage très abimé, signifie : "Pierre de Villeneuve-Esclapon, sergent de l'escadrille SPA 153, a été tué à Erbevillers en combat aérien, le 14 septembre 1918 à l'âge de 21 ans." - Un 11 novembre des années 90, cet aviateur a été honoré par une délégation de la 2ème escadrille de l'EC 1/3 "Navarre" de la base aérienne 133 de Nancy-Ochey - Cette escadrille est héritière des traditions de la SPA 153 de la Grande Guerre - L'auteur de ce site était porte-fanion - Un retour aux sources pour l'unité - Photo Albin Denis de mai 2012.

Vue aérienne du village d'Omelmont (54) - Le petit cimetière du village, où repose Pierre de Villeneuve d'Esclapon, est entouré d'un cercle jaune - Photo Google Map.

Vue du cimetière du village d'Omelmont en Meurthe-et-Moselle (54) - La tombe du sergent Pierre de Villeneuve d'Esclapon, pilote de l'escadrille SPA 153, est signalée par une flèche jaune - Photo Albin Denis de mai 2012.

Carré militaire du cimetière communal
de Jarville-la-Malgrange

Carré militaire du cimetière communal de Jarville-la-Malgrange (54) - Photo Albin Denis.

Carré militaire du cimetière communal de Jarville-la-Malgrange (54) - Photo Albin Denis.

Sol Emile Lacroix
3ème groupe d'aviation

Tombe du soldat Emile Lacroix - Né le 24 septembre 1874 à Beaune (21) - 3ème groupe d'aviation - Décédé des suites d'une gastro-entérite à l'hôpital auxiliaire n° 154 de la Malgrange à Jarville-la-Malgrange (54), le 6 août 1916 - Emile Lacroix repose dans le carré militaire du cimetière communal de Jarville-la-Malgrange - Photo Albin Denis.

Tombe du soldat Emile Lacroix - Né le 24 septembre 1874 à Beaune (21) - 3ème groupe d'aviation - Décédé des suites d'une gastro-entérite à l'hôpital auxiliaire n° 154 de la Malgrange à Jarville-la-Malgrange (54), le 6 août 1916 - Emile Lacroix repose dans le carré militaire du cimetière communal de Jarville-la-Malgrange - Photo Albin Denis.

Cimetière du Sud
Nancy

MdL Jean Rohmer
Ecole d'aviation militaire d'Etampes

Caveau de la famille Rohmer au cimetière du Sud à Nancy - Y reposent le MdL Jean Rohmer du 8ème RA, élève pilote de l'école d'Etampes, tué lors d'un accident d'avion, le 8 avril 1917 et le médecin aide-major André Rohmer, décédé d'une maladie (Grippe espagnole) contactée en service, le 29 janvier 1919 - Photo Albin Denis du 24 avril 2014.

MdL Jean Rohmer - Né le 3 décembre 1896 à Nancy (54) - Classe 1916 - Recrutement de Nancy sous le n° matricule 957 - Unité d'origine 8ème régiment d'artillerie - Médaille militaire française - Croix de Guerre - Médaille militaire anglaise - Elève pilote de l'école d'aviation militaire d'Etampes - Tué au cours d'un accident aérien à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 8 avril 1917 - Photo Albin Denis du 24 avril 2014.

Docteur André Camille Joseph Rohmer - Né le 30 décembre 1887 à Nancy (54) - Chef de clinique à la faculté de médecine - Classe 1907 - Recrutement de Nancy sous le n° matricule 676 - Médecin aide major au 79ème RI - Chevalier de la Légion d'Honneur - Croix de Guerre - Médaille d'or des Epidémies - Décédé d'une maladie contacté en service à l'HOE 4/13 de Darmstadt (Grand Duché de Hesse Allemagne), le 29 janvier 1919 - Photo Albin Denis du 24 avril 2014.

Ltt Fernand Valentin
2ème RAC de Strasbourg

Caveau de la famille Valentin au cimetière du Sud à Nancy - Y repose le Ltt Fernand Valentin, pilote du 2ème régiment d'aviation de chasse de Strasbourg - Il est décédé, probablement au cours d'un accident aérien, en 1926 - Photo Albin Denis du 24 avril 2014.

Détail de l'insigne de pilote militaire visible sur le caveau de la famille Valentin au cimetière du Sud à Nancy - Photo Albin Denis du 24 avril 2014.

Détail de la face supérieure du caveau de la famille Valentin au cimetière du Sud à Nancy - Le Ltt Fernand Valentin, pilote du 2ème régiment d'aviation de chasse de Strasbourg, est décédé, probablement au cours d'un accident aérien, en 1926 - Photo Albin Denis du 24 avril 2014.

Slt Marius Hasdenteufel
Escadrille N 57 / SPA 57

Tombe du Slt Marius Hasdenteufel, pilote de l'escadrille N 57 / SPA 57 du 15 mars 1917 au 26 juin 1918 - Cinq victoires aériennes homologuées - A été tué au cours d'un accident aérien, aux commandes du SPAD VII n° 7262, alors qu'il vient rendre visite à son oncle demeurant Villenauxe (Aube), le 26 juin 1918 - Il repose dans un caveau familial dans le cimetière du Sud à Nancy (Concession n° 316 section i) - Photo Albin Denis du 26 juin 2017.

Tombe du Slt Marius Hasdenteufel, pilote de l'escadrille N 57 / SPA 57 du 15 mars 1917 au 26 juin 1918 - Cinq victoires aériennes homologuées - A été tué au cours d'un accident aérien, aux commandes du SPAD VII n° 7262, alors qu'il vient rendre visite à son oncle demeurant Villenauxe (Aube), le 26 juin 1918 - Il repose dans un caveau familial dans le cimetière du Sud à Nancy (Concession n° 316 section i) - Photo Albin Denis du 26 juin 2017.

Ltt Daniel de Cosnac
MdL Armand Chatelard
Escadrille BM 118

Lieu-dit "La Croix des Aviateurs" dans la forêt de Thuilley-aux-Groseilles en Meurthe-et-Moselle - Ce monument a été érigé en hommage à un équipage de l'escadrille BM 118 tué à cet endroit, le 26 février 1916 - Il était composé du Ltt Daniel de Cosnac (pilote) et MdL Armand Chatelard (mitrailleur / Bombardier) - Il se trouve au lieu-dit la "Croix des Aviateurs" de la carte IGN au 25.000ème - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 21 août 2015.

Ltt Daniel de Cosnac
Escadrille BM 118

Ltt Daniel Fernand Marie Auguste de Cosnac - Né le 26 janvier 1886 à Paris 7ème (75) - Fils d'Adémar de Cosnac et d'Henriette de Chasseval - Domiciliés au 24, avenue du Trocadéro à Paris (75) - Marié - Domicilié au Château du Pin à Salon-la-Tour (Corrèze) - Classe 1906 - Recrutement de la Seine sous le matricule n° XXX - Service militaire au 1er régiment de Dragons, à compter du 11 octobre 1905 - Nommé Maréchal des Logis - Nommé Aspirant de l'école spéciale de cavalerie pour la cession 1911-1912 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 4ème régiment de cuirassiers, le 1er octobre 1912 - Observateur du 1er corps de cavalerie jusqu'au 21 juillet 1915 - Affecté à l'école d'aviation militaire d'Avord, comme élève pilote, à compter du 1er août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1604 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 19 septembre 1915 - Stage de perfectionnement "bombardement" à l'école d'Avord jusqu'au 8 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille BM 118 du 28 janvier au 26 février 1916 - Tué au cours d'un accident aérien, dans les environs de Thuilley-aux-Groseilles (54), le 26 février 1916 - Il faisait équipage avec le MdL Armand Chatelard (mitrailleur/bombardier) qui a également perdu la vie - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 28 novembre 1920 - Sources : Pam - MpF - JORF - Dernière mise à jour : 21 août 2015.

MdL Armand Chatelard
Escadrille BM 118

MdL Armand Georges Antoine Chatelard - Né le 5 juin 1888 à Concarneau (Finistère) - Fils d'Armand Henri Antoine Chatelard et François Joséphine Delon - Classe 1908 - Recrutement de Quimper sous le matricule n° 204 - Service militaire au 3ème régiment de Dragons, à compter du 1er octobre 1909 - Nommé Brigadier, le 14 avril 1910 - Nommé Brigadier fourrier, le 25 septembre 1910 - Nommé Maréchal des Logis, le 26 août 1911 - Fin de service militaire, le 24 septembre 1911 - Mobilisé, le 3 août 1914 - Affecté à l'escorte du XIème corps d'armée, le 14 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mitrailleur, le 3 juillet 1915 - Mitrailleur / bombardier du BM 118 du 5 au 26 février 1916 - Tué au cours d'un accident aérien, dans les environs de Thuilley-aux-Groseilles (54), le 26 février 1916 - Il faisait équipage avec le Ltt Daniel de Cosnac (pilote) qui a également perdu la vie - Sources : MpF - FM Finistère - Dernière mise à jour : 21 août 2015.

Extrait de la carte IGN au 1/25.000ème qui situe la "Croix des Aviateurs" dans la forêt de Thuilley-aux-Groseilles - Le chemin le plus facile et le plus sûr est marqué sur la carte, à partir du terrain de tennis situé en bordure de la départementale 974 à l'entrée du village - Carte IGN.

Monument en hommage à l'équipage de l'escadrille BM 118 tué à cet endroit, le 26 février 1916 - Il était composé du Ltt Daniel de Cosnac (pilote) et MdL Armand Chatelard (mitrailleur / Bombardier) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 21 août 2015.

Monument en hommage aux aviateurs Ltt Daniel de Cosnac (pilote) et MdL Armand Chatelard (mitrailleur / Bombardier) tués à cet endroit, le 26 février 1916 - Il est trouve au lieu-dit la "Croix des aviateurs" de la carte IGN au 25.000ème présentée ci-dessus - Photo Albin Denis du 21 août 2015.

Gros plan sur la face avant du monument en hommage à l'équipage de l'escadrille BM 118 tué à cet endroit, le 26 février 1916 - Il était composé du Ltt Daniel de Cosnac (pilote) et MdL Armand Chatelard (mitrailleur / Bombardier) - Le texte dit : "Ici sont tombés pour la France, le Lieutenant pilote aviateur Daniel de Cosnac et son observateur Armand Chatelart - 26 février 1916 - En vaillants héros, ils ont accompli leur tâche pour leur pays."- Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 21 août 2015.

MdL Pierre Savy
Escadrille F 130

Monument en hommage au MdL Pierre Savy, pilote de l'escadrille F 130, tué à cet endroit, lors de l'approche vers le terrain d'Ochey, au retour d'une mission d'entrainement, le 6 avril 1917 - La route est droite, l'effet de courbe est causé par la rotation de l'appareil de prise de vue. Il s'agit en fait d'un panoramique réalisé avec trois photos jointes - Il se trouve sur le bord de la départementale D 904 qui va de Thuilley-aux-Groseilles à Crépey, au niveau de l'indication "Bon Poirier" de la carte IGN au 25.000ème - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 20 août 2015.

Monument en hommage au MdL Pierre Savy, pilote de l'escadrille F 130, tué à cet endroit, lors de l'approche vers le terrain d'Ochey, au retour d'une mission d'entrainement, le 6 avril 1917 - Photo Albin Denis du 20 août 2015.

* MdL Pierre Edouard Jean Savy - Né le 19 janvier 1895 à Saint-Mandé (Val-de-Marne) - Fils d'Alfred Henri Savy et de Mathilde Jeanjean - Domiciliés au 68bis boulevard Maillot à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1915 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 261 - Engagé au 45ème régiment d'artillerie de campagne, le 27 août 1914 - Affecté au 8ème régiment d'artillerie à pied - Nommé Maréchal des Logis en décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 4913 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 15 novembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 1er janvier 1917 - Pilote de l'escadrille F 130 du 27 janvier au 6 avril 1917 - Tué au cours d'un accident aérien au retour d'une mission d'entrainement, pendant laquelle il était parti seul, le 6 avril 1917 - Son Farman F 40 n° 2887 s'est écrasé, près du village de Crépey, au cours de la phase d'approche d'atterrissage sur le terrain d'Ochey - Sources : Pam - MpF - Dernière mise à jour : 22 août 2015.

Détail de l'épée plantée en forme de croix du monument en hommage au MdL Pierre Savy, pilote de l'escadrille F 130, tué à cet endroit, le 6 avril 1917 - Photo Albin Denis du 20 août 2015.

Extrait de la carte IGN au 1/25.000ème qui situe le monument en hommage au MdL Pierre Savy, de l'escadrille F 130 sur la départementale 904 - Il est situé du côté droit de la route dans le sens Thuilley-aux-Groseilles - Crépey - Le dépôt de munitions qui appartenait à l'armée de l'air est maintenant désaffecté - Carte IGN.

Monument en hommage au MdL Pierre Savy, pilote de l'escadrille F 130, tué à cet endroit, le 6 avril 1917 - Détail de la plaque détaillant les faits historiques - Photo Albin Denis du 20 août 2015.

Monument en hommage au MdL Pierre Savy, pilote de l'escadrille F 130, tué à cet endroit, le 6 avril 1917 - Détail de la plaque détaillant les restaurateurs, les financeurs et les organismes engagés - Photo Albin Denis du 20 août 2015.

Ltt Jacques Nompar
de Caumont la Force
Lunéville

Monument en hommage au Ltt Jacques Nompar Comte de Caumont la Force, grièvement blessé, aux commandes d'un Nieuport III prototype à moteur REP de 50 HP, dont le plan de queue s'est cassé en vol alors qu'il volait dans les environs du terrain d'aviation de Buc, le 30 décembre 1910 - Evacué sur l'hôpital militaire Dominique Larrey de Versailles, il est décédé des suites de ses blessures, le même jour - Il a été le 3ème aviateur tué en service aérien commandé et avait été le premier aviateur ayant franchi la frontière de l'Est et atterri à Lunéville le 8 août 1910 - Le monument se situe à l'intersection de l'avenue Caumont la Force, le cours de Verdun et la rue d'Alsace - Photo Albin Denis du 29 août 2017.

Monument en hommage au Ltt Jacques Nompar Comte de Caumont la Force, grièvement blessé au cours d'un accident aérien à Buc, le 30 décembre 1910 - Evacué sur l'hôpital militaire Dominique Larrey de Versailles, il est décédé des suites de ses blessures, le même jour - Il a été le 3ème aviateur tué en service aérien commandé - Le monument se situe à l'intersection de l'avenue Caumont la Force, le cours de Verdun et la rue d'Alsace - Photo Albin Denis du 29 août 2017.

Monument en hommage au Ltt Jacques Nompar Comte de Caumont la Force, grièvement blessé au cours d'un accident aérien à Buc, le 30 décembre 1910 - Evacué sur l'hôpital militaire Dominique Larrey de Versailles, il est décédé des suites de ses blessures, le même jour - Il a été le 3ème aviateur tué en service aérien commandé - Le monument se situe à l'intersection de l'avenue Caumont la Force, le cours de Verdun et la rue d'Alsace - Photo Albin Denis du 29 août 2017.

Cimetière de Xirocourt
Adj Claude Beauregard
Escadrille N 316 et SPA 69

Adj Claude Emile François Marie Beauregard - Né le 11 aout 1898 à Xirocourt (54) - Fils de François Xavier Beauregard et de Léontine Marthe Marie Le Carbonnier de la Morsanglière - Domiciliés 3, rue Félix Faure à Nancy - Classe 1918 - Recrutement de Toul sous le n° matricule 254 - Engagé au 13ème régiment d'artillerie, le 30 octobre 1915 - Nommé Caporal, le 10 mars 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 11 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5582 obtenu à l'école militaire d'aviation de Pau, le 6 mars 1917 - Devait être affecté à l'escadrille N 316 mais la création de cette unité a été suspendue, le 2 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 69 / SPA 69 du 14 avril 1917 au (2ème trimestre 1919) - Nommé Sergent, le (3ème trimestre 1917) - Nommé Adjudant, le (3ème trimestre 1918) - Médaille Militaire - Croix de Guerre - Chevalier de l'ordre de Léopold de Belgique - Quitte l'armée et est engagé à la compagnie Franco-roumaine - Il est chargé de l'exploitation de la ligne Belgrade-Bucarest - Chevalier de l'ordre de la Couronne de Roumanie - puis pilote de l'Aéropostale en 1925 - Participe à la 1ère liaison France-Amérique du Sud, le 11 mai 1930 - Passe à Air-Orient à la fin 1930 - Tué au cours d'un accident aérien, aux commandes du Fokker F VIIb-3m immatriculé PH-AEO, pendant une liaison Saïgon-France, le 7 juin 1931 - Après que l'aile gauche ait heurté un arbre, l'avion capote sur la côte du fleuve Kyeintali - L'équipage, composé de Claude Beauregard (pilote et commandant de bord), Ange Bourgeois (pilote en second), Olivier Le Roux (Radiotélégraphiste de bord), Pierre Patard (mécanicien navigant), a été tué - L'équipage a été cité à l'ordre de la Nation par le ministère de l'Air - En février 1932, les corps ont été rapatriés en France - A l'heure de sa mort, Claude Beauregard totalisait 4350 heures de vol dont 3690 h comme pilote civil et 660 heures comme pilote militaire - Claude Beauregard repose dans le cimetière de Xirocourt (54) - Photo Michel Roublot que je remercie pour son aide.

Cimetière du Sud
Nancy

Monument en hommage aux victimes du dirigeable "République" dans le cimetière du Sud de Nancy - Le 25 septembre 1909, après qu'une pâle de l'hélice se brise et déchire l'enveloppe, le dirigeable s'écrase près de Trévol (Allier), près de l'entrée du château d'Avrilly - Il entraine dans la mort d'intégralité de son équipage composé du Cne Marchal, le Ltt Chauré, les Adj Vincenot et Réau - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Adj Henri Vincenot
Dirigeable "République"

Adj Henri Léon Emile Vincenot - Né le 12 juin 1876 à Sauvoy (Meuse) - Fils Prosper Vincenot et de Marie Joséphine Lassance - Profession Ajusteur mécanicien - Classe 1896 - Recrutement de Verdun (Meuse) sous le matricule n° 1239 - Service militaire au 8ème régiment d'artillerie, à compter du 15 novembre 1897 - Nommé Brigadier, le 18 septembre 1898 - Nommé Maréchal des Logis, le 20 juin 1899 - Nommé Sous-chef artificier, le 29 août 1899 - Nommé Sous-chef mécanicien, le 28 avril 1900 - Rengagé pour deux ans et affecté au 30ème régiment d'artillerie, le 1er novembre 1901 - Nommé Maréchal des logis, le 5 février 1901 - Rengagé pour trois ans, à compter du 1er novembre 1902 - Affecté au 1er bataillon d'artillerie à pied, le 6 juin 1903 - A pris part à la visite des postes photoélectriques du litoral en Tunisie du 23 octobre au 2 novembre 1903 - En Algérie du 3 au 17 novembre 1903 - Rengagé pour deux ans, à compter du 1er novembre 1905 - Marié avec Mlle Marie Pauline Aimé Jauneau, le 15 mai 1907 - Citation à l'ordre du 6ème corps d'armée, en date du 5 décembre 1907 - Breveté mécanicien de dirigeable, le 26 février 1908 - Nommé Adjudant et affecté au 1er régiment du Génie, le 1er mars 1908 - Chargé de la conduite et la surveillance des moteurs du dirigeable "République" - Décédé dans l'accident du dirigeable République, le 25 septembre 1909 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 25 septembre 1909 - Repose dans le cimetière communal de Oucques (Loir-et-Cher) - Sources : Fiche matricule du département de la Meuse - Dernière mise à jour : 19 septembre 2017.

Détail du monument en hommage aux victimes du dirigeable "République" dans le cimetière du Sud de Nancy - Le texte gravé sur la plaque est en partie effacée, il précise : Le Groupe Drouot - A la mémoire de l'Adjudant Vincenot victime de la catastrophe du dirigeable "République", 25 septembre 1909 - Affecté au 8ème régiment d'Artillerie, caserné à Nancy, du 15 novembre 1897 au 1er novembre 1901 - Photo Albin Denis du 6 septembre 2017.

Nécropole nationale du
Choloy-Ménillot à Toul

Vue aérienne de la nécropole nationale du Choloy-Ménillot à Toul - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Google Map.

Vue d'ensemble de la nécropole nationale du Choloy-Ménillot à Toul - Elle abrite les tombes de plus de 2.000 soldats français tués ou décédés pendant la Grande Guerre - On y trouve également les tombes de 86 russes, 49 polonais, 6 roumains, 2 serbes et un britannique - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017.

Vue d'ensemble de la nécropole nationale du Choloy-Ménillot à Toul - Elle abrite les tombes de plus de 2.000 soldats français tués ou décédés pendant la Grande Guerre - On y trouve également les tombes de 86 russes, 49 polonais, 6 roumains, 2 serbes et un britannique - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017.

Vue d'ensemble de la nécropole nationale du Choloy-Ménillot à Toul - Elle abrite les tombes de plus de 2.000 soldats français tués ou décédés pendant la Grande Guerre - On y trouve également les tombes de 86 russes, 49 polonais, 6 roumains, 2 serbes et un britannique - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017.

Vue d'ensemble de la nécropole nationale du Choloy-Ménillot à Toul - Elle abrite les tombes de plus de 2.000 soldats français tués ou décédés pendant la Grande Guerre - On y trouve également les tombes de 86 russes, 49 polonais, 6 roumains, 2 serbes et un britannique - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017.

Maître pointeur Georges Groulez
Escadrille BM 117

Tombe du Maître pointeur Georges Désiré Groulez - Né le 27 mars 1876 à Marchiennes (Nord) - Fils d'Achille Groulez et de Philomène Tessin - Profession Tréfileur - Classe 1896 - Recrutement d'Angers (Maine-et-Loire) sous le matricule n° 197 - Incorporé au 33ème régiment d'artillerie, à compter du 16 novembre 1897 - Affecté au 2ème régiment d'artillerie de marine caserné à Brest, le 2 décembre 1898 - Nommé 2ème canonnier servant, le 2 décembre 1898 - Nommé 1er canonnier servant, le 16 mai 1899 - Fin de service militaire et envoyé dans la disponibilité, le 23 septembre 1900 - Passé dans la réserve, le 1er novembre 1900 - Domicilié rue de la gare à Marchiennes (Nord), à compter du 22 juin 1901 - Domicilié au 54, boulevard Sadi-Carnot à Graville (Seine-Maritime), à compter du 9 juin 1902 - Domicilié à Marchiennes (Nord), à compter du 30 octobre 1903 - A accompli une période d'exercices au 2ème régiment d'artillerie coloniale du 5 avril au 2 mai 1904 - Domicilé au 9, rue Pinel à Paris 13ème (75), à compter du 7 octobre 1905 - A accompli une période d'exercices au 2ème régiment d'artillerie coloniale du 22 mai au 18 juin 1906 - Passé dans l'armée territoriale, le 1er octobre 1910 - Domicilié à Tilloy-lez-Cambrai (Nord), à compter du 19 novembre 1910 - Domicilié au 9, rue Pinel à Paris 13ème (75), à compter du 25 mai 1911 - Domicilié à Sin-le-Noble (Nord), le 4 mars 1912 - A accompli une période d'exercices au 33ème régiment d'artillerie du 26 septembre au 4 octobre 1912 - Nommé Maître-pointeur, dans la réserve, le 1er avril 1914 - Domicilié au 10, place Pinel à Paris 13ème (75), à compter du 12 juin 1914 - Rappelé à l'activité au 33ème régiment d'artillerie par la mobilisation générale, le 1er août 1914 - N'a pas rejoint et a obtenu un sursis jusqu'au 14 décembre 1914 - A obtenu deux sursis d'appel jusqu'au 15 mars 1915 - Sursis d'appel annulé, le 2 février 1915 - Rejoint le 33ème régiment d'artillerie, le 1er avril 1915 - Affecté comme Maître-pointeur au 109ème régiment d'artillerie lourde, le 1er octobre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire, le 9 octobre 1915 - Rejoint l'école d'aviation militaire de Dijon, le 11 octobre 1915 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 7 janvier au 8 février 1916 - Rentré au dépôt du 1er groupe d'aviation de Dijon du 8 février au 9 mars 1916 - Mitrailleur d'une des trois escadrilles de la 2ème division de l'escadre Michelin du 9 mars au 1er juillet 1916 - Mitrailleur de l'escadrille BM 117 du 1er juillet 1916 au 19 décembre 1917 - Décédé des suites d'une diphtérie hypertoxique avec albuminerie et purpura à l'hôpital complémentaire n° 21 de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 19 septembre 1917 - Georges Groulez repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : CCC de l'escadrille BM 117 - Fiche Matricule du département du Maine-et-Loire - MpF - Dernière mise à jour : 20 octobre 2017.

Brig Michel Morand
Escadrille SPA 172

Tombe du Brig Michel Jean Charles Morand - Né le 4 novembre 1890 à Paris 12ème (75) - Fils de Michel Morand et Zoé Décaudain - Domiciliés au 43, rue de Paris à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) - Classe 1908 (engagement) / 1910 (normale) - Recrutement du 4ème bureau de la Seine sous le matricule n° 3603 - Engagé volontaire au titre de la 5ème compagnie d'ouvriers d'artillerie, à compter du 9 mars 1909 - Profession avant guerre Mécanicien électricien - Rappelé à l'activité au 6ème régiment d'artillerie de forteresse, le 2 août 1914 - Affecté au 85ème régiment d'artillerie lourde - Croix de Guerre et citation à l'ordre de la brigade, en date du 9 octobre 1915 - Affecté au 285ème régiment d'artillerie - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, à compter du 10 février 1918 - Tests de sélection et cours théoriques à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 12.826 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 21 avril 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Pau - Nommé Brigadier, le 25 avril 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute-Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 20 août 1918 - Pilote du GDE du 20 août au 10 septembre 1918 - Lâché sur SPAD VII et XIII, le 28 août 1918 - Stage au CIACB de Perthes du 10 septembre au 1er novembre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 172 du 1er au 5 novembre 1918 - Tué au cours d'un accident d'atterrissage sur le terrain d'aviation d'Ochey (Meurthe-et-Moselle), le 5 novembre 1918 - Georges Groulez repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - MpF - En attente des données de sa fiche matricule archivées aux archives départementales de Paris - Dernière mise à jour 21 octobre 2017.

Sol Emile Bouthier
Parc n° 105

Tombe du Sol Emile Bouthier - Né le 15 juillet 1891 à Agonac (Dordogne) - Fils de François Bouthier et de Française Kirer - Classe 1911 - Recrutement de Périgueux (Dordogne) sous le matricule n° 1112 - Profession avant guerre Cultivateur - Affecté au 13ème bataillon de chasseurs alpins, caserné à Chambéry (Savoie), le 10 octobre 1915 - Blessé par section complète de trois doigts de la main droite par une balle allemande à Sondenack, le 6 septembre 1915 - Classé "Service Auxiliaire" pour section complète du pouce, de l'index et du majeur de la main droite par la commission de réforme de Montpellier, le 14 mars 1916 - Maintenu "Service Auxiliaire" par la commission de réforme de Chambéry, le 16 juin 1916 - Affecté au 97ème régiment d'infanterie, le 26 février 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme manutentionnaire, le 9 août 1917 - A Lyon-Bron jusqu'au 17 août 1917 - Manutentionnaire du Parc 105 du 28 août 1917 au 14 janvier 1918 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service à l'hôpital complémentaire n° 18 de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 14 janvier 1918 - Emile Bouthier repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de la Dordogne - MpF - Dernière mise à jour 21 octobre 2017.

Cal Marcel Rassaertz
1er groupe d'aérostation

Tombe du Cal Marcel Paul Rassaertz - Né le 20 janvier 1887 à Paris 11ème (75) - Classe 1907 - Recrutement de Cosne-sur-Loire (Nièvre) sous le matricule n° 4 - Affecté au 1er groupe d'aérostation - Décédé des suites d'une grippe de forme pulmonaire à l'hôpital de corps d'armée n° 7 à Toul (Meurthe-et-Moselle), le 10 août 1918 - Marcel Rassaerts repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : MpF - Dernière mise à jour 21 octobre 2017.

Sol Louis Hourdreau
1er groupe d'aérostiers

Tombe du Sol Louis Jean François Hourdreau - Né le 21 avril 1876 à Couffé (Loire-Atlantique) - Fils de François Hourdreau et de Louise Ravard - Classe 1896 - Recrutement d'Ancenis (Loire-Atlantique) sous le matricule n° 1451 - Pour le service militaire, classé "Service Auxiliaire" pour pointe de hernie à droite par la commission de réforme d'Ancenis - Passé dans la réserve, le 1er novembre 1900 - Domicilié à Métanger, à compter du 26 juin 1902 - Profession avant guerre Cultivateur - Classé "Service Armé" par la commission de réforme d'Ancenis, le 26 octobre 1914 - Affecté au 82ème régiment d'infanterie, le 21 décembre 1914 - Evacué pour gelure des pieds à Basseux, le 6 février 1915 - Rentré au dépôt, le 3 mars 1915 - Parti au front, le 5 octobre 1915 - Affecté au 1er groupe d'aérostation de St-Cyr, le 25 octobre 1915 - Hospitalisé pour rhumatismes à Domgermain (Meurthe-et-Moselle), le 13 janvier 1918 - Décédé des suites d'une polimyélite antérieure aïgue contactée en service à l'hôpital complémentaire n° 18 à Toul (Meurthe-et-Moselle), le 22 janvier 1918 - Louis Hourdreau repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département de la Loire-Atlantique - MpF - Dernière mise à jour 21 octobre 2017.

Sol Alexandre Lemaitre
1er groupe d'aérostiers

Tombe du Sol Alexandre Auguste Lemaitre - Né le 3 mars 1883 à Paris 18ème (75) - Classe 1904 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous la matricule n° 3314 - Affecté à la 1ère compagnie du 1er groupe d'aérostation du XXX au 8 mai 1917 - Décédé des suites d'une péritonite aigüe contacté en service à l'hôpital militaire Gama de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 8 mai 1917 - Alexandre Lemaitre repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : MpF - Dernière mise à jour 21 octobre 2017.

Sol Armand Doux
Escadrilles BM 121 et BM 118

Tombe du Sol Armand Auguste Doux - Né le 3 juillet 1889 à Montreuil-sur-Bois (Seine-Saint-Denis) - Fils d'Hilaire Philogène Doux et de Louise Alexandrine Leclerc - Domiciliés à Coincy (Aisne) - Classe 1909 - Recrutement de Soissons (Aisne) sous le matricule n° 947 - Service militaire au 94ème régient d'infanterie, à compter du 4 octobre 1910 - Fin de service militaire et retour à la vie civile, le 27 septembre 1912 - Domicilié au 65, grande rue de Villemomble, à compter du 15 décembre 1912 - Domicilié au 1, rue Alexis Lefrère à Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le 14 juillet 1913 - Profession avant guerre Electricien - Marié et domicilié au 13, rue de la Montagne Savart à Villemont - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale au 94ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Croix de Guerre et citation n° 248 à l'ordre du 94ème régiment d'infanterie, le 13 juillet 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien, le 28 janvier 1916 - Cours théorique et pratique à l'école d'aviation militaire de Dijon - Armurier de l'escadrille BM 5 devenue BM 121 du 9 mars 1916 au 22 septembre 1917 - En subsistance à l'escadrille BM 118 du 11 au 16 février 1917 - Décédé des suites de blessures de guerre à l'hôpital temporaire n° 16 St-Charles de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 22 septembre 1917 - Armand Doux repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de l'Aisne - MpF - Dernière mise à jour 27 octobre 2017.

* Croix de Guerre et citation n° 248 à l'ordre du 94ème régiment d'infanterie, le 13 juillet 1915 : "Les 13 et 14 juillet, malgré une irruption de flanc des ennemis et une attaque violente de front. Est resté bravement à son poste, a tenu les tranchées avec des camarades mitrailleurs sans l'appui immédiat de l'infanterie."

MdL Fernand Boon
Escadrille N 31

Tombe du MdL Fernand Boon - Né le 11 mars 1893 à Courmelois (Marne) - Fils de Désiré Boon et de Marie Barre - Domiciliés à Courmelois (Marne) - Classe 1910 - Recrutement de Reims (Marne) sous le matricule n° 37 - Engagé volontaire au titre du 3ème régiment de chasseurs à cheval, le 29 mars 1911 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 26 septembre 1914 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 17 octobre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote - Brevet de pilote militaire n° 2207 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 29 décembre 1915 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 7 février 1916 - Pilote du GDE du Plessis-Belleville du 7 février au 30 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 31 du 30 mars au 7 septembre 1916 - Tué au cours d'un accident d'atterrissage, aux commandes d'un Nieuport 17 sur le terrain d'aviation de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 7 septembre 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 21 septembre 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 29 mai 1920 - Fernand Boon repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - Bailey/Cony - Fiche matricule du département de la Marne - JORF - MpF - Revue L'Aérophile - Dernière mise à jour 21 octobre 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Fernand Boon au 3ème régiment de chasseurs, en date du 26 septembre 1914 : "Etant en reconnaissance, a eu un éclaireur tué et son propre cheval abattu. A fait preuve d'énergie en restant sous le feu et en ramenant le corps de son cavalier."

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée du MdL Fernand Boon au 3ème régiment de chasseurs, en date du 17 octobre 1914 : "Cité à l'ordre de l'armée, le 25 septembre, pour sa belle conduite, s'est de nouveau distingué par son courage et son sang-froid. Grièvement blessé."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Fernand Boon, pilote à l'escadrille N 31, en date du 21 septembre 1916 : "Pilote incomparable. Tombé glorieusement, le 7 septembre 1916."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du MdL Fernand Boon au 3ème régiment de chasseurs, pilote à l'escadrille N 31, en date du 29 mai 1920 : "Sous-officier valeureux. A toujours donné entière satisfaction tant par sa belle attitude au feu que par sa manière habituelle de servir. Tombé pour le salut de la patrie, le 7 septembre 1916."

Cal Pierre Jammy
Escadrille F 71

Tombe du Cal Pierre Maurice Jammy - Né le 28 décembre 1888 à Montluel (Ain) - Fils d'Edouard Louis Jammy et de Marie Budin - Profession avant engagement Etudiant - Classe 1908 - Recrutement de Belley (Ain) sous le matricule n° 294 - Engagé volontaire pour trois ans au titre du 6ème régiment d'artillerie, le 2 mars 1907 - Nommé Brigadier, le 10 octobre 1907 - Rétrogradé sur sa demande et remise 2ème canonnier à la 7ème batterie, le 5 septembre 1908 - Affecté à la 14ème escadron de Train des équipages militaires, le 1er octobre 1908 - Participe aux opérations militaires dans la région de Casablanca (Maroc) du 3 octobre 1908 au 6 janvier 1910 - Affecté à la 13ème compagnie du 5ème escadron du Train des équipages militaires, le 30 octobre 1908 - Affecté au dépôt de la 13ème compagnie du 5ème escadron du Train des équipages militaires, le 4 janvier 1910 - En Algérie du 7 au 28 janvier 1910 - Fin d'engagement et retour à la vie civile, le 12 janvier 1911 - Passé à la colonie de l'Afrique Occidentale française, le 12 janvier 1911 avec changement de domicile à Rufisque (Sénégal) - Réintégré dans la subdivision de Belley (Ain) par suite à sa rentrée en France, le 11 juin 1912 - Domicilié à Brazzaville, à compter du 23 avril 1913 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale, le 3 août 1914 - Réformé n° 2 par la commission spéciale de Dôle pour filariose (parasite tropical), le 21 octobre 1914 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre au titre du service automobile du 14ème escadron du Train des équipages militaires, le 13 avril 1915 - Passé au 1er groupe d'aviation, le 22 septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3108 obtenu à l'école d'aviation militaire de (Chartres), le 31 mars 1916 - Stage de perfectionnement à Châteauroux jusqu'au 11 juin 1916 - Pilote de la GDE du 11 juin au 7 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 71 du 7 juillet 1916 au 2 août 1916 - Tué au cours d'un accident d'avion sur le terrain d'aviation de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 2 août 1916 - Le mitrailleur qui faisait équipage avec lui, le Cal Joseph Cartier, a été blessé - Pierre Jammy repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille F 71 - Fiche Matricule du département de l'Ain - Bailey/Cony - MpF - Dernière mise à jour 8 novembre 2017.

Sgt Lucien Mestivier
Escadrille SPA 102

Tombe du Sgt Lucien Armand Mestivier - Né le 3 juin 1897 à Coulanges (Loir-et-Cher) - Fils de Georges Mestivier et d'Armande Besnard - Domicilié au 85, rue St-Dominique à Paris 7ème (75) - Profession avant guerre Employé de commerce - Classe 1917 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 648 - Mobilisé au 19ème bataillon de chasseurs à pied, le 12 janvier 1916 - Affecté au 59ème bataillon de chasseurs à pied - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 28 juillet 1917 - Tests de sélection et cours théoriques à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 8295 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 31 août 1917 - Nommé Caporal, le 31 août 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 16 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 102 du 16 novembre 1917 au 18 mars 1918 - Nommé Sergent, le 20 février 1918 -Tué au cours d'un accident d'avion sur le terrain d'aviation de Toul, le 18 mars 1919 - Son corps a été évacué sur l'hôpital militaire Gama de Toul (Meurthe-et-Moselle) - Médaille Militaire, Croix de guerre avec étoile de bronze et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 8 juin 1921 - Lucien Mestivier repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille SPA 102 - Bailey/Cony - JORF - MpF - Dernière mise à jour 14 novembre 2017.

Sol Claude Bouanne
Escadrille V 101

Tombe du Sol Claude Bouanne - Né le 24 février 1896 à Gaunar (Allier) - Fils d'Annet Claude Bouanne et de Marie Roknier - Domicilié au n° 93, rue Duhem à Paris 18ème (75) - Profession avant guerre Dessinateur en menuiserie - Classe 1916 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 155 - Affecté au 38ème régiment d'artillerie, caserné à Nimes (Gard), le 30 juin 1914 - Venu de Lyon-Bron, le 7 février 1918 - Affecté au parc 102 pour mutation au GB 2, le 10 février 1918 - Mécanicien en 2ème de l'escadrille V 101 du 14 février au 21 mai 1918 - Décédé au cours d'un accident d'avion, le 21 mai 1918 - Son corps a été déposé à l'hôpital militaire Gama de Toul (Meurthe-et-Moselle) - Claude Bouaune repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - CCC de l'escadrille V 101 - MpF - Dernière mise à jour 14 novembre 2017.

Nécropole nationale de Frescati
de Vitrimont

Le grand calvaire qui veille sur les morts de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Dépôt sacré de la terre sanglante de Douaumont dans l'enceinte de la nécropole nationale de Frescati à Vitrimont - En hommage aux morts de Verdun qui ne connurent de leur victoire que les chemins tragiques du sacrifice - Avec les rappels du cinquantenaire de 1966 et du centenaire de 2016 - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Plaque en hommage des officiers et soldats de l'armée américaine tués au champ d'honneur en 1918, les officiers et soldats des armées françaises et polonaises tués en juin 1940 pour la défense de Lunéville, les officiers et soldats de l'armée américaine, des résistants et FFI du secteur 416 tués en 199 pour la libération de la ville de Lunéville - Plaque inaugurée par le Souvenir Français en juin 2014 - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Monument commémoratif "Le Poilu de Vitrimont" - Il a été érigé devant la nécropole nationale de Friscati par le Souvenir Français en 1927 et représente un Poilu en tenue de campagne sous un arc de triomphe - Il a été sculpté par Gaston Broquet, un ancien combattant issu de la Meuse et inauguré, le 18 juin 1922 - Ce monument a été détruit par les Allemands, le 18 octobre 1940 et reconstruit dès 1945 suite à une souscription - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Monument commémoratif "Le Poilu de Vitrimont" - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Monument commémoratif "Le Poilu de Vitrimont" - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Monument commémoratif "Le Poilu de Vitrimont" - Une plaque commémorative du 2ème Bataillon de Chasseurs à Pied est apposée sur le soubassement arrière de la statue du Poilu, en hommage aux 37 morts du 2ème BCP tués à Vaucourt, le 11 août 1914 - Ce monument a été détruit par les Allemands, le 18 octobre 1940 et reconstruit dès 1945 suite à une souscription - Photo Albin Denis du 23 octobre 2017.

Sol Henri Bisson
Parc aéronautique n° 9

Tombe du Sol Henri Gabriel Bisson - Né le 28 octobre 1888 à Cheillé (Indre-et-Loire) - Fils de Prosper Antoine Bisson et de Marie Rocher - Classe 1908 - Recrutement de Châtellerault (86) sous le matricule n° 1425 - Exempté de service militaire pour scoliose en 1909 - Profession avant guerre Cultivateur - Maintenu dans cette position par le conseil de révision d'Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), le 12 décembre 1914 - Classé "Service Auxiliaire" pour cyphose, le 2 avril 1917 - Mobilisé au 8ème régiment de Cuirassiers, caserné à Tours, le 16 mai 1917 - Passé au 1er groupe d'aviation du 1er juin au 1er septembre 1917 - Passé au 2ème groupe d'aviation et affecté à Lyon-Bron du 1er au 25 septembre 1917 - Affecté au Parc aéronautique n° 9 du 3 octobre 1917 au 6 juin 1918 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service à l'hôpital auxiliaire n° 8 de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), le 6 juin 1918 - Henri Bisson repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de l'Indre-et-Loire - MpF - Dernière mise à jour : 15 novembre 2017.

Sol Maurice Pichenot
Escadrille C 42

Tombe du Sol Maurice Pichenot - Né le 7 juin 1895 à Triel-sur-Seine (Yvelines) - Fils de Joseph Etienne Pichenot et de Marie Désirée Chaignon - Domiciliés au 8, rue Jacob Courant à Poissy - Profession avant guerre Etudiant en mécanique - Classe 1915 - Recrutement de Versailles (Yvelines) sous le matricule n° 5535 - Mobilisé au 2ème régiment d'aviation, le 19 décembre 1914 - Conducteur automobile de l'escadrille C 42 du 24 mars au 6 juin 1915 - Grièvement blessé au cours d'un accident d'automobiles à Lunéville (coup de volant), le 2 juin 1915 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital militaire de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), le 6 juin 1915 - Maurice Pichenot repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département des Yvelines - CCC de l'escadrille C 42 - MpF - Dernière mise à jour : 29 janvier 2018.

Ltt Jean de Salmon de Loiray
Escadrilles N 95 du CRP et N 48

Tombe du Ltt Jean Marie Georges de Salmon de Loiray - Né le 6 juillet 1886 à Lyon (Rhône) - Fils de Jean Marie Georges Salmon de Loiray (militaire) et de Jeanne Mathilde Magdeleine de Régnault de Bellescize - Domicilié au 48, cours Morand à Lyon 6ème (Rhône) - Classe 1906 - Recrutement de Limoges (Vienne) sous le matricule n° 257 - Service militaire au 5ème régiment de Cuirassiers, à compter du 1er novembre 1907 - Nommé Brigadier, le 5 février 1908 - Nommé Maréchal des Logis, le 28 septembre 1908 - A obtenu le titre d'élève officier de réserve, le 1er octobre 1908 - Ayant refusé d'être nommé Sous-lieutenant de réserve, a été réintégré dans son corps d'origine - Nommé Maréchal des logis fourrier, le 1er avril 1909 - Repassé Maréchal des logis, le 3 juillet 1909 - Affecté au 20ème régiment de Dragons, le 3 septembre 1909 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 13 décembre 1909 - Repassé Maréchal des Logis, le 20 janvier 1910 - A suivi les cours des aspirants à l'école de compagnie, du 1er octobre 1911 au 17 août 1912 - Classé 61ème sur 105 avec la mention "Bien" - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 30ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1912 - Parti au front, le 31 juillet 1914 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1914 - Blessé par une balle à l'épaule droite au moment où il se levait pour porter son peloton en avant au combat de la Gorgue, le 16 octobre 1914 - Rentré au dépot après convalescence, le 24 décembre 1914 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 30 décembre 1914 - Citation à l'ordre de l'armée, le 3 janvier 1915 - Reparti pour le front, le 9 février 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 23 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1575 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 13 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille 95 du CRP (future escadrille 461) du 2 au 15 janvier 1916 - Pilote de l'escadrille N 48 du 15 janvier au 19 mars 1916 - Tué au cours d'un accident aérien à Saint-Nicolas-de-Port (54), le (17 ou 19) mars 1916 - Son corps a été déposé à l'hôpital militaire de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), le même jour - Jean de Salmon de Loiray repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Extrait de naissance - Etat général des Services - CCC escadrille N 48 - Liste des brevets militaires - LO - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 24 octobre 2017.

* Citation n° 11 à l'ordre du 20 octobre 1914 : "Rentrant de remplir une mission avec son peloton, l'a conduit au feu de sa propre initiative pour aider une troupe voisine vivement engagée et a reçu dans cette affaire une balle dans la poitrine."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 30 décembre 1914 : "Gravement blessé en participant de sa propre initiative à l'assaut d'un village."

Cne Arthur du Bois-Jagu, Comte de la Villerabel
Escadrille N 68

Cne Arthur Jean Victor Marie du Bois-Jagu, Comte de la Villerabel - Né le 27 mai 1872 à St-Brieuc (Côtes d'Armor) - Fils d'Arthur Jean Marie du Bois de la Villerabel et d'Adèle Marie Victorine de Kersauson de Pennendreff - Elève de l'école St-Charles de St-Brieuc - Classe 1892 - Recrutement de St-Brieuc (Côte-d'Armor) sous le matricule n° 1803 - Engagé volontaire pour trois ans au titre du 78ème régiment d'infanterie, à compter du 31 octobre 1890 - Nommé Caporal, le 30 avril 1891 - Nommé Caporal fourrier, le 3 août 1891 - Nommé Sergent fourrier, le 19 novembre 1891 - Nommé Sergent, le 21 avril 1892 - Affecté au 47ème régiment d'infanterie, par permutation, le 1er août 1892 - Après la mort de son père, envoyé en congé, étant devenu l'ainé d'orphelins, en date du 27 mai 1893 - Rengagé pour trois ans au 2ème régiment de Chasseurs de Pontivy, le 10 octobre 1896 - Repassé cavalier de 2ème classe - Nommé Brigadier, le 14 novembre 1896 - Nommé Brigadier fourrier, le 20 mars 1897 - Nommé Maréchal des Logis, le 18 septembre 1897 - Rengagé pour deux ans, à compter du 10 octobre 1899 - Affecté à l'escadron soudanais du 1er régiment de Spahis comme brigadier, ayant fait remise volontaire de ses galons, le 29 juin 1900 - Affecté au Soudan français puis au centre de Bandiagara - En campagne au Soudan du 30 juin 1900 au 12 octobre 1901 - Nommé Maréchal des Logis, le 11 avril 1901 - Médaille coloniale Afrique Occidentale Française, en date du 13 août 1901 - - Après presque deux ans de campagne, il rentre en Métropole pour incorporer l'école de cavalerie de Saumur pour y effectuer son stage d'élève officier, à compter du 12 octobre 1901 - Nommé sous-lieutenant, il est affecté au 1er régiment de Chasseurs à cheval caserné à Chateaudun, le 1er juillet 1902 - Marié avec Anne Marie Fonderet Meuneret Jeay de Montenon à Crissey (39), le 23 octobre 1903 - Ils auront six enfants - Affecté au 12ème régiment de Hussards, caserné à Gray, le 7 septembre 1903 - Nommé Lieutenant, le 1er juillet 1904 - Opposé à la séparation de l'état et de l'église, il démissionne, le 9 avril 1906 - Nommé Lieutenant de réserve et affecté dans la réserve, au 12ème régiment de Hussards, le 4 octobre 1906 - Il s'établit avec sa famille au château de Crissey, près de Dôle, où résident ses beaux-parents - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale au 12ème régiment de Hussards, à compter du 1er août 1914 - Avec son régiment, comme commandant du 4ème escadrion, il se battit à Altkirch, dans la forêt de Hardt et entra dans Mulhouse reconquise - Croix de Guerre et citation à l'ordre de la division de cavalerie, en septembre 1914 - Détaché à l'Etat-major de la 8ème Division de Cavalerie - Blessé de deux balles, l'une à la jambe droite et l'autre à la hanche gauche, le 10 octobre 1914 - Hospitalisé à Poitiers - Après deux semaines de convalescence, il reprend le service, le 23 novembre - Nommé Capitaine, le 7 mars 1915 - Volontaire pour l'aviation en octobre 1915 - Affecté à l'aviation du DAL par décision du Général commandant en chef en date du 18 décembre 1915 - Affecté à l'escadrille N 68 par décision n° 7143 en date du 22 décembre 1915 - Il y retrouve le Cne Jacques de Silvestre qu'il connaissait bien - Ils allaient d'ailleurs voler ensemble, à l'exception du jour de sa mort - Observateur de l'escadrille N 68 du 23 décembre 1915 au 10 avril 1916 - Le 10 avril 1915, des mouvements de troupes sont signalées dans les alentours de Château-Salins - A 5h00 du matin, il décolle avec le Sgt Jean Odoul comme pilote - Un autre avion assurait leur protection - Une fois la mission achevée, ils font demi-tour et aperçoivent entre Dieuze et Morhange un Fokker qui croise sur leur gauche - Il ordonne au pilote de foncer sur l'ennemi - Après quelques minutes de combat, un second Fokker surprend les français et arrose leur avion - Le pilote est touché aux genoux par deux balles mais réussit à force de courage à regagner les lignes françaises où il pose son appareil près du village de Bonvillers (54) - Le Cne de la Villerabel est mort, il a reçu une balle mortelle en plein front, une autre au ventre et une dernière au bras gauche - Le corps fut déposé à l'hôpital militaire de Lunéville (54) - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 16 mai 1922 - Arthur du Bois de la Villerabel repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (54) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département des Côtes d'Armor - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 24 octobre 2017.

Sol Arthur Rousselet
30ème compagnie d'aérostiers

Tombe du Sol Arthur Joachim Rousselet - Né le 4 février 1880 à La Villetertre (Oise) - Fils de François Victor Rousselet et de Marie Amélie Delaruelle - Classe 1900 - Recrutement de Beauvais (Oise) sous le matricule n° 727 - Service militaire au 51ème régiment d'infanterie, à compter du 14 novembre 1901 - Fin de service militaire et passage dans la disponibilité, le 20 septembre 1902 - Domicilié à Auneuil (Oise), à compter du 3 mars 1909 - A effectué une période d'exercices au 51ème régiment d'infanterie du 27 juin au 13 juillet 1910 - Domicilié au 100, rue des Lainez à Ermont (Seine-et-Oise), à compter du 16 février 1913 - Domicilié chez Mme Porée, au 5, rue de Paris à Herblay (Seine-et-Oise), à compter du 16 mars 1913 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale, le 4 août 1914 - Evacué sur l'hôpital de Provins, le 3 novembre 1914 - Sorti de l'hôpital, le 21 janvier 1915 - Parti au dépôt des convalescents de Fontainebleau jusqu'au 25 janvier 1915 - Affecté au 11ème régiment d'infanterie territorial, le 28 septembre 1915 - Entré à l'hôpital n° 8 du 29 octobre au 27 décembre 1915 - Passé au 1er groupe d'aérostiers à St-Cyr, le 18 février 1916 - Affecté à la 30ème compagnie d'aérostiers du 23 février 1916 au 8 février 1918 - Décédé d'une hémiplégie droite à l'ambulance 6/7 de Chenevières, le 8 février 1918 - Arthur Rousselet repose dans la nécropole nationale Friscati de Vitrimont (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 24 octobre 2017 - Sources : Fiche matricule du département de l'Oise - MpF - Dernière mise à jour : 27 octobre 2017.

Carré militaire du cimetière
communal de Neuves-Maisons

Photo aérienne du cimetière communal de Neuves-Maisons - Le carré militaire est repéré au centre du cercle jaune - Photo Google Map.

Monument aux morts du cimetière communal de Neuves-Maisons - Photo Albin Denis du 8 novembre 2017.

Détail du monument aux morts du cimetière communal de Neuves-Maisons - Un superbe coq monté sur un casque à pointe - Photo Albin Denis du 8 novembre 2017.

Nécropole Nationale
de Champenoux

Présentation gérérale de la nécropole nationale de Champenoux - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

Vue générale de la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

Vue générale de la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

Vue générale de la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

Sol Georges Perdrial
1er groupe d'aérostation

Tombe du Sol Georges Charles Adolphe Perdrial - Né le 21 décembre 1878 au Havre (Seine-Maritime) - Fils de Juste Arsène Perdrial et de Alexandrine Esther Deschamps - Domicilié au 56, rue de Tourneville au Havre - Profession avant guerre Ajusteur - Classe 1898 - Recrutement du Havre sous le matricule n° 1157 - Service militaire au 22ème régiment d'artillerie, à compter du 16 novembre 1899 - Nommé 2ème canonnier servant, le 13 février 1901 - Nommé 2ème ouvrier fer, le 23 août 1901 - Fin de service militaire, le 24 septembre 1902 et passage dans la disponibilité, le 1er novembre 1902 - Domicilié au 32, rue Michelet au Havre, à compter du 30 janvier 1905 - Domicilié au 56, rue de Tourneville, à compter du 5 mai 1905 - A effecté une période d'exercices au 22ème régiment d'artillerie du 17 juillet au 12 août 1905 - A effecté une période d'exercices au 22ème régiment d'artillerie du 26 octobre au 11 novembre 1908 - Affecté, dans la réserve, par réorganisation, au 43ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1910 - Domicilié au lieu dit "Asiles de 4 mares" à Sotteville-les-Rouen (Seine-Maritime), à compter du 2 octobre 1911 - Domicilié à l'hôpital Saint-Antoine au 184, rue du Faubourg St-Antoine à Paris 12ème (75), à compter du 28 juillet 1914 - Affecté au 22ème régiment d'artillerie, le 1er novembre 1914 - Affecté au 1er groupe d'aérostation, le 24 mars 1915 - Réformé n° 2 pour aliénation mentale par la commission de réforme de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 28 octobre 1915 - Décédé des suites d'une paralysie générale, non contactée en service, à l'asile public d'aliénés de Maxéville (Meurthe-et-Moselle), le 29 janvier 1916 - Georges Perdrial repose dans la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017 - Sources : Fiche matricule du département de la Seine-Maritime - MpF - Dernière mise à jour : 16 novembre 2017.

Sol Joseph Etienne
1er groupe d'aérostation

Tombe du Sol Joseph Marie Etienne - Né le 23 mai 1879 à Pléguien (Côtes-d'Armor) - Fils d'Etienne Guillaume Etienne et d'Hélène Taton - Domiciliés à Hillion (Côtes-d'Armor) - Classe 1899 - Recrutement du St-Brieuc (Côtes-d'Armor) sous le matricule n° 501 - Ajourné de service militaire en 1900 et 1901 - Reconnu bon pour le service militaire en 1902 - Service militaire au 119ème régiment d'infanterie, à compter du 14 novembre 1902 - Réformé n° 2 pour incontinence nocturne d'urine, le 10 janvier 1903 - Profession avant guerre Cultivateur - Classé "Service armé" par décision du conseil de révision des Côtes-du-Nord à St-Brieuc, le 26 décembre 1914 - Incorporé au 72ème régiment d'infanterie, à compter du 17 mars 1915 - Affecté au 1er groupe d'aérostation du 25 septembre 1915 au 21 septembre 1916 - Blessé par éclats d'obus aux cuisses à la ferme de Ramont, le 14 septembre 1916 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 2/68 à Varincourt (Meurthe-et-Moselle), le 21 septembre 1916 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 24 mars 1920 - Joseph Etienne repose dans la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017 - Sources : Fiche matricule du département des Côtes-d'Armor - MpF - JORF - Dernière mise à jour : 8 juillet 2018.

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Sol Josph marie Etienne, en date du 24 mars 1920 : "Est mort pour la France, le 21 septembre 1916, des suites de blessures reçues à son poste de combat. Croix de Guerre avec étoile de Bronze."

Sol Louis Malaval
Escadrille SPA 99

Tombe du Sol Louis Eugène Malaval - Né le 11 juin 1891 à Sainte-Affrique (Aveyron) - Fils de Léon Tiburce et de Louise Honorine Fabre - Classe 1911 - Recrutement de Rodez-Montpellier (Aveyron) sous le matricule n° 546 - Classé dans le service auxiliaire pour hypermétropie supérieure à 7 dioptries pour les deux yeux - Service militaire au 55ème régiment d'artillerie, caserné à Orange (Vaucluse), le 9 octobre 1912 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Affecté à la 15ème section de COA casernée à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 12 février 1915 - Maintenu service auxiliaire par la commission de réforme de Toulon, le 3 mars 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme conducteur, le 13 août 1917 - Affecté comme Conducteur haut-le-pied puis comme homme de corvée à l'escadrille SPA 84 du (3ème trimestre 1917) au 12 octobre 1918 - En mission au parc 113 du 11 au 21 mai 1918 - En mission au Parc 113 du 24 au 28 mai 1918 - Affecté pour homme de corvée à l'escadrille SPA 99 du 12 octobre au 9 décembre 1918 - Evacué sur maladie sur un HOE, le 5 décembre 1918 - Décédé d'une bronchite consécutive à la grippe espagnole à l'hôpital complémentaire d'armée n° 5 de Bosserville (Meurthe-et-Moselle), le 9 décembre 1918 - Louis Malaval repose dans la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017 - Sources : CCC de l'escadrille SPA 84 - CCC de l'escadrille SPA 99 - Fiche matricule du département de l'Aveyron - MpF - Dernière mise à jour : 8 juillet 2018.

Sol Pierre Eury
Escadriller SPA 90

Tombe du Sol Pierre Joseph Eury - Né le 29 juillet 1887 à St-Georges-d'Elle (Manche) - Fils de Pierre Paul Eury et de Valérie Hortense Paris - Classe 1907 - Recrutement de St-Lô (Manche) sous le matricule n° 373 - Ajourné de service militaire pour faiblesse générale en 1908 - Exempté de service militaire pour faiblesse générale par le 2ème conseil de révision en 1909 - Profession avant guerre domestique d'intérieur - Déclaré bon pour le service auxiliaire par le conseil de révision de la Manche, le 23 novembre 1914 - Affecté à la 10ème section de commis et ouvriers d'administration à Rennes, le 17 mai 1915 - Passé au 3ème groupe d'aviation de Bordeaux de l'aéronautique militaire, le 5 avril 1917 - Affecté au 2ème groupe d'aviation à Lyon-Bron, le 17 mai 1917 - Dirigé sur Etampes, le 8 juin 1917 - Détaché au parc n° 9 du 16 septembre au 1er octobre 1917 - Affecté à l'escadrille SPA 90 du XXX au 4 octobre 1918 - Evacué sur l'hôpital mixte de Vaucouleurs (Meuse), le 12 septembre 1918 - Décédé d'une aliénation mentale à l'asile d'aliénés de Maxéville (Meurthe-et-Moselle), le 4 octobre 1918 - Pierre Eury repose dans la nécropole nationale de Champenoux - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017 - Sources : Fiche matricule du département de la Manche - MpF - Dernière mise à jour : 9 juillet 2018.

Nécropole Nationale
de Courbesseaux

Vue générale de la nécropole nationale de Courbesseaux (Meurthe-et-Moselle) - Cette nécropole rassemble des corps de 2679 militaires dont 1703 déposés dans deux ossuaires et 976 en tombes individuelles - Photo Albin Denis du 7 décembre 2017.

Panneau d'informations de la nécropole nationale de Courbesseaux - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 7 décembre 2017.

Détail du momunent de la nécropole nationale de Courbesseaux - Photo Albin Denis du 7 décembre 2017.

La nécropole nationale de Courbesseaux abrite deux ossuaires renfermant les restes normels de 2679 soldats - Dans l'ossuaire n° 1, reposent 87 militaires identifiés et 986 qui n'ont pu être identifiés - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

La nécropole nationale de Courbesseaux abrite deux ossuaires renfermant les restes normels de 2679 soldats - Dans l'ossuaire n° 2, reposent 62 militaires identifiés et 574 qui n'ont pu être identifiés - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 14 novembre 2017.

Nécropole Nationale
de Courbesseaux

Sol Louis Makard
Escadrille BR 7

Tombe du Sol Paul Louis Makard - Né le 20 mars 1893 à Somme-Yivre (Marne) - Fils de Jules Modeste Paulin Makard et de Marguerite Oudy - Domiciliés au 71, rue Bétheny à Reims (Marne) - Classe 1913 - Recrutement du 2ème bureau de Reims (Marne) sous le matricule n° 1802 - Service militaire au 2ème groupe aéronautique, le 26 novembre 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale, le 2 août 1914 - Affecté à la 22ème section d'aviation, le 2 août 1914 - Conducteur automobile de l'escadrille HF 7 / MF 7 / SOP 7 / BR 7 du 2 août 1914 au 10 octobre 1918 - Evacué sur un hôpital, le 7 octobre 1918 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service à l'ambulance 1/154 de Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle), le 10 octobre 1918 - Louis Makard repose dans la nécropole nationale de Courbesseaux - Photo Albin Denis du 7 décembre 2017 - Sources : CCC de l'escadrille HF 7 / MF 7 / SOP 7 / BR 7 - Fiche matricule du département de la Marne - MpF - Dernière mise à jour : 11 juillet 2018.

 

Remerciements :

- M. Eric Mansuy pour l'envoi de la photo de la stèle du Ltt Nissim de Camondo.
- M. Jean-Louis du Forum "Pages 14-18" pour l'envoi de la stèle du MdL Gérard Florentin.
- M. Géraud Guillerez pour l'envoi de ses photos.
- M. Jean-Pierre Séchepine, président du Souvenir Français de Lunéville, pour l'envoi de la photo du monument d'Harbouey.
- M. Antoine Bouchet pour l'envoi des archives du Gal Alexandre Bouchet, son grand-père.
- M. Michel Roublot pour l'envoi de la photo de la tombe de l'Adj Claude Beauregard.

Bibliographie de cette page :

- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret - Voir le lien

 

Si vous connaissez des monuments ou des tombes en rapport avec l'aviation militaire française de la période 1910 à 1920, veuillez contacter l'auteur du site.

53 55

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir