Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous connaissez des monuments ou des tombes en rapport avec l'aviation militaire française de la période 1910 à 1920, veuillez contacter l'auteur du site.

Les grades donnés sont ceux détenus pendant la Grande Guerre.

André Presles
1er groupe d'aérostiers

Cimetière du Père Lachaise (20ème arrondissement de Paris) - Tombe d'André Presles du 1er groupe d'aérostiers - Décédé en 1919 à l'age de 27 ans - Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide.

Slt Benjamin de Tascher
Escadrille N 26 / SPA 26

Tombe du Slt Benjamin de Tascher au cimetière du Père Lachaise.
* Slt Benjamin Marie Henri Camille de Tascher - Né le 22 février 1886 à Paris (75) - Fils de Charles de Tascher et de Marie Anne de Seillac - Domiciliés Château de Thauvenay par Santerre (Cher) - Service militaire au 4ème régiment de Hussards, à compter d'octobre 1907 - Mobilisé au 23ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Affecté au 6ème régiment de Dragons - Nommé Maréchal des Logis en mars 1915 - Passé à l'aviation, le 17 septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2322 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 11 janvier 1916 - Stage de Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 28 mars 1916 - Pilote de l'escadrille C 30 du 20 mai 1916 au 4 novembre 1916 - GDE pour entrainement sur Nieuport du 4 au 27 novembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 27 novembre 1916 au 12 avril 1917 - RGA du 16 février au 4 mars 1917 - Fait prisonnier, le 12 avril 1917 - Evadé, le 31 septembre 1917 - Retour, le 8 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 19 décembre 1917 au 1er mars 1919 - Nommé Sous-Lieutenant, le 26 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 173 du 1er au 23 mars 1919 - Pilote de l'escadrille SPA 26 à compter du 23 mars 1919 - Décédé du 18 décembre 1964 - Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide.

Cne Paul Lartigue
Escadrille C 43

Tombe du Cne Paul Lartigue tué dans un accident, en 1927. Il a participé à la grande Guerre comme observateur de l'escadrille C 43. Photo prise dans le cimétière de Belleville par M. Christophe Lagrange que je remercie pour son aide.

Brigadier Paul Emé comte de Marcieu
Escadrille F 201

Tombe du brigadier Paul Emé comte de Marcieu, pilote de l'escadrille F 201 Grièvement blessé au cours d'un accident d'atterrissage aux commandes d'un Farman F 40 sur le terrain de Hourges, le 5 juin 1917. Décédé des suites de ses blessures, le 12 juin 1917. Brevet de pilote militaire n° 3229 en date du 11 avril 1916. Il repose au cimetière du Montparnasse dans le 14ème arrondissement de Paris. L'observateur qui l'accompagnait, le Slt Pierre Gaspard Gourdon, lui aussi grièvement blessé, est décédé de ses blessures à Courlandon (Marne), le 7 juin 1917. Photo Yannis Sanchez que je remercie pour son aide.

Cne René Doumer
Escadrille N 76

Tombe de la famille Doumer où repose le Cne René Doumer, chef de la N 76 tué au combat, le 26 avril 1917 à Asfeld au Nord de Brimont. Photo prise au cimetière de Vaugirard par M. Christophe Lagrange que je remercie pour son aide.

Ltt Pierre Lhuillier
Escadrille C 104

Tombe du Ltt Pierre Marie Edouard Lhuillier, pilote de l'escadrille C 104. Tué lors d'un accident aérien aux commandes d'un Sopwith 1A2 sur le terrain de Vadelaincourt, le 8 août 1917. Il faisait équipage avec le Ltt Etienne Tétard (obs) qui a perdu la vie lors de l'acccident. Ltt Pierre Marie Edouard Lhuillier - Né le 18 juillet 1891 à Mézières (08) Appelé au 29ème régiment d'artillerie, le 8 octobre 1912 - Brevet de pilote militaire n° 4521 en date du 17 septembre 1916 - Différentes unités : 29ème régiment d'artillerie - 54ème régiment d'infanterie - Ecole de Juvisy (brevet de pilote militaire) - Ecole du Crotoy - Ecole de Chateauroux - Escadrille C 104 à partir du 7 décembre 1916. Il repose au cimetière du Père Lachaise (Paris) - Photos Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide.

Slt Robert Moles
Escadrille SPAbi 140

Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Tombe du Slt Robert Guillaume Moles - Né le 12 avril 1898 à Paris - Avant guerre Etudiant - Engagé au 26eme régiment d'artillerie, le 22 décembre 1915 - Ecole des observateurs de Fontainebleau - 13ème régiment d'artillerie - Passé à l'aviation comme observateur, le 25 juillet 1917 - Annexe GDE de Luxeuil - Observateur de l'escadrille SPAbi 140 à partir du 20 octobre 1917 - Tué au combat dans les environs de Moronvilliers (51), le 7 septembre 1918 en compagnie du Sgt Thomas (pilote) - Leur adversaire était le Ltn Hermann Habisch du Jasta 49 - Roberty Moles repose au cimetière de Passy - Photo Mme Elena Naumova que je remercie pour l'aide apportée.

M. Henri Farman
Constructeur aéronautique

Tombe d'Henri Farman - né le 26 mai 1874 - Décédé à Paris le 17 juillet 1958 - Aviateur et constructeur aéronautique français - Auteur du premer circuit fermé d'un kilomètre à Issy-les-Moulineaux, le 13 janvier 1908 - Premier voyage aérien entre Bouy (51) et Reims, soit 27 km, le 30 octobre 1908 - Remporte l'épreuve de distance sans ravitaillement, soit 180 km, pendant la semaine de l'aviation de la Champagne, du 22 au 29 août 1919 - Remporte également le prix avec passager et le record de temps de vol avec 8 heures - Création avec ses frères Maurice et Dick d'une compagne de construction aérienne en 1919 - Création avec ses frères de la Sosiété Générale des Transports Aériens en 1924 - Henri Farman repose au cimetière de Passy - Photo M. Alain Nicotera que je remercie pour l'aide apportée.

Slt Adolphe Pégoud
Escadrilles MS 37 - MS 49
6 victoires homologuées

Tombe du Slt Adolphe Pégoud - né le 13 juin 1889 à Montferrat (Isère) - S'engage au 5ème régiment de chasseurs d'afrique, le 8 août 1907 - Campagne du Maroc - 2ème régiment de Hussards de Gray (Haute Saône) - 3ème régiment d'artillerie coloniale à Toulon - En 1913, retour à la vie civile - Brevet de l'Aéroclub de France n° 1243, le 7 mars 1913 - Pilote d'essai de la société Blériot - Saut en parachute au-dessus de l'aérodrome de Châteaufort, le 19 août 1913 - Premier a avoir réalisé un looping - Pilote de l'escadrille MS 49 - Tué en combat aérien, aux commandes du Nieuport 10 n° 210, d'une balle qui lui a tranché l'aorte, à Petit-Croix (Territoire de Belfort), le 31 août 1915 - Titulaire de 6 victoires homologuées - Chevalier de Légion d'Honneur - Médaille Militaire - Croix de Guerre avec plusieurs citations à l'ordre de l'armée - Médaille commémorative du Maroc - Adolphe Pégoud repose au cimetière de Montparnasse - Photo M. Alain Nicotera que je remercie pour l'aide apportée.

Sgt Joseph Frantz
Escadrille V 24
1ère victoire homologuée

Tombe du Sgt Joseph Frantz - Né le 7 août 1890 à Beaujeu (69) - Brevet de l'Aéroclub de France n° 363 en date du 1er février 1911 - Chef pilote de la société Pishof et Koeschlin - Brevet de pilote militaire n° 170 en date du 9 octobre 1912 - Pilote de l'escadrille V 24 - Auteur de la première victoire homologuée, en compagnie du soldat Louis Quénault, dans les environs de Jonchery-sur-Vesle, le 5 octobre 1914 - Leurs adversaires étaient le Sgt Wilhelm Schlichting et l'Obltn Fritz von Zangen du FlAbt 18 qui ont été tués - Ils pilotaient l'Aviatik B n° B 114/14 - Pilote d'essai de la société Voisin - Grand officier de la Légion d'Honneur - Croix de Guerre - Décédé à Paris, le 12 septembre 1979 - Joseph Frantz repose au cimetière de Montparnasse - Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Slt Pierre Marinovitch
Escadrilles N 38 - N 94 - SPA 94
25 victoires homologuées

Tombe du Slt Pierre Maronovith - Né le 1er août 1898 à Paris - Fils de Bélisaire Marinovitch et de Agrippine de Bromkoff - Avant guerre étudiant - Engagé au 27ème régiment de Dragons, le 12 février 1916 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 9 septembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4910 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 15 novembre 1916 - Ecoles d'aviation militaire de Châteauroux - Avord - Cazaux - Pau - Pilote de l'escadrille N 38 à partir du 18 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 94 / SPA 94 - Titulaire de 25 victoires homologuées - Légion d'Honneur - Médaille Militaire - Croix de Guerre - 14 citations à l'ordre de l'armée - Décédé des suites d'un accident aérien sur le terrain de Bruxelles-Evererière, le 2 septembre 1919 - Pierre Marinovith repose au cimetière du Père Lachaise - Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Asp André Wessbecher
Escadrille BR 279

Tombe de l'Aspirant André Marcel Robert Wessbecher - Né le 17 mars 1898 à Paris (75) - Eleve de l'école des Arts et Métiers - Affecté au 260ème Régiment d'artillerie de Campagne - Observateur de l'escadrille BR 279 - Tué au combat, à bord d'un Sopwith 1A2, lors d'une mission de mitraillage des tranchées allemandes à Buissoy-de-Borny (02), le 4 juin 1918 - Le Ltt René Vogelin (pilote) qui l'accompagnait pour cette mission a également été tué - Médaille Militaire - Croix de Guerre - André Wessbecher repose au cimetière de Passy - Photo Mme Elena Naumova que je remercie pour l'aide apportée.

Slt Charles Orine
Escadrilles MF 50 - F 32

Slt Charles Orine - pilote de l'escadrille MF 50 - Né le 8 septembre 1894 à Paris - Fils de Charles Orine et de XX Vauchère - Avant guerre officier de carrière - Industriel avant de s'engager - Engagé au 67ème régiment d'infanterie, le 8 octobre 1912 - Affecté au 129ème RI, le 3 août 1914 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 15 mai 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1208 en date du 19 juillet 1915 - Pilote des escadrilles MF 50 et F 32 - Sous/secrétariat d'état à la démobilisation à partir du 24 mars 1919 - Une citation à l'ordre de la division en mars 1915 - Deux citations à l'ordre de l'armée en mars 1916 et mai 1916 - Commandeur de la Légion d'Honneur - Croix de Guerre 1914-1918 - A terminé sa carrière comme général, contrôleur général de l'armée de l'Air - Décédé en 1961 - Il repose dans la 93ème section du cimetière du Père Lachaise à Paris - Photo Jean-Michel Lasaygues que je remercie pour son aide précieuse.

Slt Jacques Ehrlich
Escadrille N 154 / SPA 154

Slt Jacques Louis Ehrlich - Né à Paris, le 5 octobre 1893 - Service militaire au 18ème régiment d'infanterie, à compter du 29 mai 1913 - Toujours dans cette unité à la mobilisation du 2 août 1914 - Passe à l'aviation comme élève pilote en décembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 6.211, obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 1er mai 1917 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Pilote de l'escadrille N 154 du 28 juin 1917 au 10 août 1917 - Grièvement blessé au combat, au cours d'une mission de mitraillage des tranchées, aux commandes d'un Nieuport 24 bis, le 10 août 1917 - Evacué à l'antenne chirurgicale d'Ham puis sur l'hôpital auxiliaire n° 306 de Paris - En convalescence jusqu'au 18 novembre 1917 - Nommé Sergent - Pilote de l'escadrille N 154 / SPA 154 du 18 novembre 1917 au 18 septembre 1918 - Stage SPAD VII et mission de convoyage à la RGA du 3 au 10 décembre 1917 - Nommé Adjudant, le 1er août 1918 - Fait prisonnier, après que son SPAD n° 7921 ait été touché, dans la région de Brimont (51), le 18 septembre 1918 - Dix-neuf victoires homologuées pendant la 1ère guerre mondiale, dont 18 Drachen - Croix de Guerre - Trois citations à l'ordre de l'armée - Médaille Militaire et Légion d'Honneur en 1918 - Décédé à Paris, le 10 août 1953 - Jacques Ehrlich est inhumé au cimetière du Père lachaise à Paris (75) - Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Ltt Eugène Weismann
Escadrille SOP 132 / BR 132

Ltt Eugène Edmé Weismann - Né le 18 mars 1896 à Paris (75) - Fils d'Eugène Weismann et Jeanne Jovy - Domicilés 72, boulevard de Courcelles à Paris (75) - Mobilisé au 24ème régiment d'infanterie, le 25 septembre 1914 - Affecté au 24ème régiment d'infanterie - Blessé 4 fois - Nommé Aspirant, le 1er mai 1916 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 13 juin 1916 - Passé mitrailleur, le 23 juin 1916 - Passé à l'aviation comme mitrailleur, le 1er juin 1917 - Stage de tir aérien à l'école du tir aérien de Cazaux - Validation de la qualification de mitrailleur à l'école d'aviation d'Avord - Présent à Avord jusqu'au 4 octobre 1917 - GDE du 4 octobre au 22 novembre 1917 - Mitrailleur de l'escadrille SOP 132 / BR 132 (GB 4) du 22 novembre 1917 au 16 mars 1919 - Stage au centre GDE de Cernon du 26 décembre 1917 au 25 janvier 1918 - Nommé sous-lieutenant à titre temporaire, le 19 avril 1918 - Remporte 7 victoires homologuées, toutes à l'escadrille BR 132 - Croix de Guerre 14-18 avec 8 citations à l'ordre de l'armée - Mobilisé au centre de perfectionnement de bombardement de Jour, le 14 septembre 1939 - Après sa démobilisation en juillet 1940, appartient à l'EM FFI de Paris-Ouest - 5254 heures de vol - Grand-Croix de la Légion d'Honneur - Croix de Guerre 39-45 avec 2 citations - Décédé à Paris, le 14 juillet 1973 - Eugène Weismann est inhumé au cimetière de Bagneux à Paris - Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Slt Pierre Wertheimer
Escadrille N 84 / SPA 84

Ltt Pierre Armand Wertheimer (alias Wertheim) - Né à Paris (75), le 17 mars 1888 - Mobilisé au 276ème régiment d'infanterie - Brevet de pilote militaire n° 4.438 obtenu le 9 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 84 du XXX au 24 avril 1919 - Stage à l'école du tir aérien de Cazaux du 19 janvier au 3 février 1918 - Commandant de l'escadrille SPA 84 du 30 août 1918 au 24 avril 1919 - Nommé Lieutenant, le 16 septembre 1918 - Cinq victoires homologuées dans cette unité - La 1ère, le 16 février 1918 - La dernière, le 10 octobre 1918 - Croix de Guerre - Chevalier de la Légion d'Honneur - Décédé à Paris (75), le 30 avril 1971 - Pierre Wertheimer repose au cimetière du Père Lachaise (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Ltt Pierre Armand Wertheimer - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Slt Louis Lombart
Escadrille C 34

Caveau de la famille Lombart-Couillard dans le cimetière des Batignolles à Paris (75) - Le Slt Louis Lombart, observateur de l'escadrille C 34, tué au combat le 26 décembre 1916, y repose - Photo Alain Octavie, transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

* Slt Louis Napoléon Lombart - Né le 26 septembre 1884 à Paris (75) - Classe 1904 - Recrutement de Beauvais (Oise) sous le matricule n° 292 - Admis à l'école militaire spéciale de St-Cyr en 1905 - Affecté au 17ème régiment d'artillerie du XXX au 29 juillet 1916 - Observateur de l'escadrille C 34 du 29 juillet au 24 décembre 1916 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 23 octobre 1916 - En stage à la 2ème armée du 9 au 18 novembre 1916 - Tué au cours d'un combat aérien dans les environs d'Aspach-le-Haut (Haut-Rhin), le 24 décembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 6 décembre 1921 - Sources : MpF - JORF - CCC 34 - Dernière mise à jour : 28/02/2015.

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Louis Napoléon Lombart du 17ème régiment d'artillerie, observateur de l'escadrille C 34, en date du 6 décembre 1921 : "Officier très brave. Tué en combat aérien, le 24 décembre 1916, en Alsace. Croix de Guerre avec étoile avec étoile de vermeil."

Détail du caveau de la famille Lombart-Couillard dans le cimetière des Batignolles à Paris (75) - Le Slt Louis Lombart, du 17ème régiment d'artillerie et observateur de l'escadrille C 34, tué au combat le 26 décembre 1916, y repose - Photo Alain Octavie, transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

Caveau de la famille Lombart-Couillard dans le cimetière des Batignolles à Paris (75) - Le Slt Louis Lombart, observateur de l'escadrille C 34, tué au combat le 26 décembre 1916, y repose - Photo Alain Octavie, transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

Détail de la stèle du caveau de la famille Lombart-Couillard dans le cimetière des Batignolles à Paris (75) - Le Slt Louis Lombart, observateur de l'escadrille C 34, tué au combat le 26 décembre 1916, y repose - Photo Alain Octavie, transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

* Texte du poême ornant cette tombe qui a été écrit à son honneur : "A la voix du Kaiser hypocrite et sauvage - L'aigle noir des Teutons vient de prendre son vol - Laisse là ton foyer Chevalier d'un autre âge - Và la France t'appelle à défendre son sol - Le Dieu de ton enfance a reçu ta prière - Svelte comme un beau lis au soleil de printemps - Tu pars pour soutenir la lutte meurtrière - Enthousiaste et fier comme on l'est à trente ans - Pour sauver du Pays le superbe édifice - Tu braves le trépas fidèle à ton devoir - Qu'importe le danger ? Prêt à tout sacrifice - Vaincre ou mourir - Voilà ton radieux espoir - Et Louis s'en est allé comme vers une fête - Le baiser de sa mère imprimé sur son front - Un ouragan de feu grondera sur ta tête - Vainement dans les airs les Shrapnells faucheront - Puissant le ciel réclame une pure victoire - Mère, il choisit pour Louis ce joyau final - Sa mort au champ d'honneur - Quel triomphe Sublime - Martyr, il a trouvé le sublime idéal..."

Ltt Anthelme Martin de Gibergues
Observateur de l'escadrille BR 7

Caveau de la famille Martin de Gibergues dans la division 3 du cimetière Montparnasse de Paris 14ème (75) - Le Ltt Anthelme Martin de Gibergues, observateur de l'escadrille BR 7, tué en combat aérien dans les environs d'Ostel (Aisne), le 5 mai 1917, y repose - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous les deux pour leur aide.

Détail de l'inscription en honneur au Ltt Anthelme Martin de Gibergues, observateur de l'escadrille BR 7, tué en combat aérien dans les environs d'Ostel (Aisne), le 5 mai 1917 - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous les deux pour leur aide.

Caveau de la famille Martin de Gibergues dans la division 3 du cimetière Montparnasse de Paris 14ème (75) - Le Ltt Anthelme Martin de Gibergues, observateur de l'escadrille BR 7, tué en combat aérien dans les environs d'Ostel (Aisne), le 5 mai 1917, y repose - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous les deux pour leur aide.

MdL Léo Rayer
Pilote de l'escadrille N 94

Tombe du MdL Léo Rayer - Pilote de l'escadrille N 94 du 18 juin au 27 décembre 1917 - Tué au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un Nieuport 24 bis, le 27 décembre 1917 - Léo Rayer repose dans la division n° 10 au cimetière Montparnasse de Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du MdL Léo Rayer - Pilote de l'escadrille N 94 du 18 juin au 27 décembre 1917 - Tué au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un Nieuport 24 bis, le 27 décembre 1917 - Léo Rayer repose dans la division n° 10 au cimetière Montparnasse de Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* MdL Léo Pierre Edouard Rayer - Né le 1er octobre 1891 à Montgeron (Seine-et-Oise) - Parents domiciliés au 200, rue St-Martin à Paris (75) - Classe 1911 - Recrutement du 4ème bureau de la Seine sous le matricule n° 699 - Engagé au 5ème régiment de chasseurs à cheval, le 1er octobre 1911 - Nommé Maréchal des Logis, le 3 novembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er janvier 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3388 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 12 mai 1916 - Stage de Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, le 2 novembre 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Pilote de la RGA comme convoyeur auxiliaire du 28 décembre 1916 au 18 avril 1917 - Pilote du GDE du 17 avril au 18 juin 1917 - Pilote de l'escadrille N 94 du 18 juin au 27 décembre 1917 - Au cours d'une patrouille composée des MdL Léo Rayer, MdL Camille Grangeron, Sgt Léon Van den Bossche décolle pour assurer la protection d'une mission de corps d'armée qui est annulée en vol, le 27 décembre 1917 - En regagnant le terrain de la Melette, le Nieuport 24 bis, piloté par le MdL Léo Rayer, part en vrille et s'écrase au sol, près du chenil de l'armée, sans que son pilote ne puisse le redresser - Rayer est tué sur le coup - Les causes réelles de cet accident n'ont pas été connues, soit une défaillance mécanique, soit une erreur de pilotage comme une manoeuvre trop brusque ayant provoquée une perte de vitesse et un départ en vrille qui n'a pu être corrigé - Son corps a été transféré à l'hôpital civil de Châlons-sur-Marne - Léo Rayer repose dans la division n° 10 au cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : Pam - MpF - CCC Escadrille N 94 - Dernière mise à jour : 21 février 2016.

Cne Albert Auger
Commandant de l'escadrille N 3

Caveau de la famille du Général Bremens dans la cimetière parisien de Passy (75) - Le Cne Albert Auger, commandant de l'escadrille N 3 du 6 mai 1917 au 28 juillet 1917 y repose - Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

* Cne Albert Victor Robert Auger - Né le 26 janvier 1889 à Constantine - Engagé au 11ème régiment d'infanterie, le 24 octobre 1907 - Mobilisé au 31ème régiment d'infanterie - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 25 janvier 1915 - Formation par l'école de Pau - Brevet de pilote militaire n° 928 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 11 mai 1915 - Pilote de l'escadrille C 11 du 11 mai 1915 au 29 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille N 31 du 9 septembre 1915 au 28 avril 1916 - Nommé Capitaine, le 26 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 3 du 25 octobre 1916 au 28 juillet 1917 - Commandant de l'escadrille N 3 du 6 mai 1917 au 28 juillet 1917, date de sa mort - Décédé des suites de ses blessures au combat à Dunkerque, le 28 juillet 1917 - Titulaire de 7 victoires holomoguées - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 8 novembre 1914 - Croix de Guerre - 5 citations à l'ordre de l'armée.

Brig Maurice Lesbroussart
Pilote de l'escadrille VB 101

Tombe du Brig Maurice Lesbroussart, pilote de l'escadrille VB 101 du 6 octobre 1917 au 21 avril 1918 - Le Voisin Renault n° 2761 qu'il pilotait, a été abattu dans les environs d'Avaux (08), le 21 avril 1918 - Il faisait équipage avec le Brig Louis Chapel (mitrailleur) qui a également perdu la vie - Il repose dans la division 8 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Brig Maurice Lesbroussart, pilote de l'escadrille VB 101, tué au combat, le 21 avril 1918 - Il repose dans la division 8 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Brig Maurice Alexandre Lesbroussart - Né le 18 mai 1893 à Paris (75) - Fils d'Alexandre Louis Lesbroussart et de Lucienne Chevreau - Domiciliés au 64, rue Fondary à Paris 15ème (75) - Profession avant guerre Dessinateur - Classe 1913 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 1596 - Engagé au 10ème régiment de Hussards, à compter du 4 août 1914 - Nommé Brigadier, le 15 janvier 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 6 avril 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6718 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 31 mai 1917 - Stage de perfectionnement "bombardement" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de spécialisation de l'école d'aviation militaire d'Istres, jusqu'au 7 août 1917 - Pilote de l'escadrille VB 101 du 6 octobre 1917 au 21 avril 1918 - Affecté d'abord aux avions-canon - Tué au combat, aux commandes du Voisin Renault n° 2761, dans les environs d'Avaux (08), le 21 avril 1918 - Il faisait équipage avec le Brig Louis Chapel (mitrailleur) qui a également perdu la vie - Repose dans la division 8 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : Pam - MpF - CCC escadrille VB 101 - JORF - Dernère mise à jour : 24 février 2016.

Adj Isaac Franck
Pilote de la GDE

Caveau de la famille Franck dans la division 5 du cimetière Montparnasse de Paris - L'Adj Isaac Franck, pilote au GDE et tué au cours d'un accident aérien, le 20 juillet 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Franck dans la division 5 du cimetière Montparnasse de Paris - L'Adj Isaac Franck, pilote au GDE et tué au cours d'un accident aérien, le 20 juillet 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Adj Isaac Edmond Franck - Né le 1er novembre 1885 dans le 1er arrondissement de Paris (75) - Fils d'Emile Franck et d'Alphonsine XXX - Profession avant guerre Architecte - Classe 1905 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 913 - Réformé, le 7 août 1914 - Engagé volontaire et affecté au service automobile du 13ème régiment d'artillerie, le 8 avril 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, en mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3679 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, en date du 16 juin 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 1er août 1916 - Pilote de la GDE du 1er au 14 août 1916 - Affecté à une unité non connue stationnée à Souilly (Meuse) du 14 août 1916 au XXX - Citation à l'ordre du régiment, en date d'octobre 1916 - Citation à l'ordre du régiment, en date de février 1917 - Nommé Adjudant, le 1er mars 1917 - Evacué pour une cause non connue - Convalescence jusqu'au 18 mai 1917 - Chef pilote du centre GDE du Plessis-Belleville - Lâché sur Nieuport, le 25 mai 1917 - Tué au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un Nieuport XI, à Eve (60), le 20 juillet 1917 - Isaac Franck repose dans le caveau de la famille Franck dans la division 5 du cimetière Montparnasse de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide - Sources : Pam - MpF - Dernière mise à jour : 26 février 2016.

Adj Jean LESPEZ
Pilote des escadrilles 215 et 506

Caveau de la famille Darras dans la division 11 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - L'adj Jean Lespez, pilote des escadrilles 215 et 506 y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Darras dans la division 11 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - L'adj Jean Lespez, pilote des escadrilles 215 et 506 y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail du caveau de la famille Darras dans la division 11 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - L'adj Jean Lespez, pilote des escadrilles 215 et 506 y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Adj Jean Eugène Léon Lespez - Né le 28 octobre 1893 à Paris 9ème (75) - Classe 1913 - Recrutement du 3ème bureau de la Seine sous le matricule n° 628 - Engagé au 13ème régiment de Dragons, à compter du 2 juin 1913 - Nommé Maréchal des Logis, le 14 février 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 14 mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3788 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 25 juin 1916 - Stage "Avions Rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 19 août 1916 - Pilote de l'escadrille F 215 du 19 septembre 1916 au XXX - Nommé Adjudant, le 10 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille 506 du front d'Orient du XXX au 4 mars 1918 - Citation à l'ordre de l'aéronautique en février 1917 - Citation à l'ordre de l'aéronautique en août 1917 - Lâché sur SPAD, le 8 avril 1918 - Affecté au 1er groupe d'aviation de Dijon-Longvic, le 10 mars 1919 - Grièvement blessé au cours d'un accident d'avion - Décédé à l'hôpital militaire Dominique Larrey de Versailles (Yvelines), le 13 mai 1919 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 16 mai 1922 - Jean Lespez repose dans le caveau de la famille Darras dans la division 11 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : Pam - MpF - Liste des brevets militaires - JORF - Dernière mise à jour : 27 février 2016.

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, de l'Adj Jean Eugène Léon Lespez, pilote du 1er groupe d'aviation, en date du 16 mai 1922 : "Adjudant pilote expérimenté et très courageux. Tué, le 13 mai 1919, au cours d'une chute d'avion."

Soldat Paul Soreau
Mitrailleur de l'escadrille N 3

Caveau de la famille R. Soreau dans le cimetière des Batignolles (Paris 17ème) - Le Soldat Paul Soreau, mitrailleur de l'escadrille N 3, tué au cours d'un accident aérien, à bord d'un Nieuport 12, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 y repose - Il faisait équipage avec le Slt Gabriel Foucault (pilote) a également perdu sa vie - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Caveau de la famille R. Soreau dans le cimetière des Batignolles (Paris 17ème) - Le Soldat Paul Soreau, mitrailleur de l'escadrille N 3, tué au cours d'un accident aérien, à bord d'un Nieuport 12, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 y repose - Il faisait équipage avec le Slt Gabriel Foucault (pilote) a également perdu sa vie - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Détail du caveau de la famille R. Soreau dans le cimetière des Batignolles (Paris 17ème) - Le Soldat Paul Soreau, mitrailleur de l'escadrille N 3, tué au cours d'un accident aérien, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 y repose - Il faisait équipage avec le Slt Gabriel Foucault (pilote) a également perdu sa vie - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Détail du caveau de la famille R. Soreau dans le cimetière des Batignolles (Paris 17ème) - Le Soldat Paul Soreau, mitrailleur de l'escadrille N 3, tué au cours d'un accident aérien, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 y repose - Il faisait équipage avec le Slt Gabriel Foucault (pilote) a également perdu sa vie - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Slt Gustave Laffon
Pilote de l'escadrille N 31

Caveau de la famille Mercade dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Slt Gustave Laffon, pilote de l'escadrille N 31, grièvement blessé au cours d'un accident d'avion sur le terrain de Lemmes-Vadelaincourt, le 2 décembre 1916, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Mercade dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Slt Gustave Laffon, pilote de l'escadrille N 31, grièvement blessé au cours d'un accident d'avion sur le terrain de Lemmes-Vadelaincourt, le 2 décembre 1916, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de l'intérieur du caveau de la famille Mercade dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Slt Gustave Laffon, pilote de l'escadrille N 31, grièvement blessé au cours d'un accident d'avion sur le terrain de Lemmes-Vadelaincourt, le 2 décembre 1916, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Cal Robert Simon
Pilote de l'escadrille SPA 157

Tombe du Cal Robert Simon, pilote de l'escadrille SPA 157, tué au combat, aux commandes d'un SPAD VII, le 19 octobre 1918 - Il repose dans le cimetière Montparnasse de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Cal Robert Simon, pilote de l'escadrille SPA 157, tué au combat, aux commandes d'un SPAD VII, le 19 octobre 1918 - Il repose dans le cimetière Montparnasse de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Cal Robert Léon Alfred Simon - Né le 8 mai 1899 à Paris 17ème (75) - Fils de Marc Simon et de Marcelle Robert - Domiciliés au 10 bis rue Descombes à Paris 17ème (75) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1919 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 138 - Engagé au 95ème régiment d'infanterie, le 16 juin 1916 - Affecté au 37ème régiment d'artillerie de campagne - Affecté au 6ème régiment d'artillerie de campagne - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 septembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 11.436 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 10 février 1918 - Nommé Caporal, le 25 février 1918 - Stage de perfectionnement "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 11 juillet 1918 - Lâché sur SPAD VII, le 17 août 1918 - Stage du CIACB du 27 août au 1er octobre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 157 du 1er au 19 octobre 1918 - Tué au cours d'un combat aérien, aux commandes d'un SPAD VII, dans les environs de Vandy (Ardennes), le 19 octobre 1918 - Robert Simon repose dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : Pam - CCC Escadrille SPA 157 - Liste des brevets militaires - MpF - Dernière mise à jour : 13 mars 2016.

Sgt Henri Gross
Pilote du détachement de chasse 514

Caveau de la famille Sage-Dupuis dans le cimetière Montparnasse de Paris - Le Sgt Henri Gross, pilote du détachement de chasse 514, tué en combat aérien, le 25 mai 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail du caveau de la famille Sage-Dupuis dans le cimetière Montparnasse de Paris - Le Sgt Henri Gross, pilote du détachement de chasse 514, tué en combat aérien, le 25 mai 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Sol Maurice Pichenot
Conducteur de l'escadrille C 42

Détail du caveau de la famille Pichenot dans le cimetière Montparnasse de Paris - Le Soldat Maurice Pichenot, conducteur automobile de l'escadrille C 42, décédé le 6 juin 1915, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail du caveau de la famille Pichenot dans le cimetière Montparnasse de Paris - Le Soldat Maurice Pichenot, conducteur automobile de l'escadrille C 42, décédé le 6 juin 1915, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Soldat Maurice Pichenot - Né le 7 juin 1895 à Creil (Seine-et-Oise) - Fils de Joseph Etienne Pichenot et de Marie Désirée Chaignon - Domiciliés 8, rue Jacob Touvent à Poissy (Seine-et-Oise) - Profession avant guerre Etudiant en mécanique - Classe 1915 - Recrutement de Versailles (Seine-et-Oise) sous le matricule n° 5535 - Mobilisé au 2ème régiment d'aviation, à compter du 19 décembre 1914 - Chauffeur de l'escadrille C 42 du 24 mars au 6 juin 1915 - Grièvement blessé au cours d'un accident d'automobile, le 2 juin 1915 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital militaire de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), le 6 juin 1915 - Sources : Pam - FM département des Yvelines - Dernière mise à jour : 15 mars 2016.

LV Jean Pouyer
CAM de Camaret

Tombe du Capitaine de Corvette Jean Pouyer, commandant du CAM de Brest-Camaret de janvier 1917 à janvier 1919, dans le cimetière de Montmartre à Paris - Photos Alain Octavie que je remercie pour son aide.

CC Jules Auguste Jean Pouyer - Né le 6 février 1885 - Fils de Maurice Cesaire Emile Pouyer et de XXX - Entre dans la Marine en 1901 - Nommé Aspirant, le 5 octobre 1904 - Affecté au port de Cherbourg - Affecté à l’aviso-torpilleur "Flèche" de la division navale de Tunisie (Cdt Paul Roque), le 1er janvier 1906 - Nommé Enseigne de vaisseau, le 5 octobre 1906 - Affecté au croiseur cuirassé "Dessaix" de l'Escadre du Nord (Cdt Pierre Vincent), au 1er janvier 1908 - Nommé Second sur la chaloupe-canonnière "Doudart de Lagrée" de la Division navale de l’Extrême-Orient (Cdt Gabriel Dupuy-Dutemps) en 1909 - Affecté au port de Cherbourg, le 1er janvier 1912 - Passé dans la réserve, le 15 septembre 1912 - Brevet de pilote militaire n° 1748 en date du 12 octobre 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre avec citation à l’ordre de l’Armée navale, en date du 26 janvier 1916 - Nommé Lieutenant de vaisseau de réserve, le 27 septembre 1916 - Commandant du CAM de Brest-Camaret de janvier 1917 à janvier 1919 - Titulaire de 14 attaques de sous-marins allemands du 5 janvier 1917 (1ère) au 24 mai 1918 (14ème) - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 2 février 1919 - Nommé Capitaine de corvette de réserve - Commandeur de la Légion d'Honneur en date du 25 mars 1937 - Décédé à Paris (75), le 15 novembre 1981 - Dernière mise à jour : 20 mars 2016.

* Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre avec citation à l’ordre de l’Armée navale de l'EV de 1ère classe Jean Poyer, en date du 26 janvier 1916  : "Commandant une section d’autos-canons, a fait preuve d’une grande activité et d’une grande bravoure en portant sa section sur des positions très avancées sous le feu de l’artillerie et de l’infanterie ennemies."

* Officier de la Légion d'Honneur du LV Jean Pouyet, pilote-aviateur, commandant le CAM de Camaret, en date du 2 février 1919 : "Commandant d’un centre d’aviation maritime. Pilote remarquable, volant par tous les temps. Par ses qualités d’organisation et de commandement, par son entrain et son exemple, a su obtenir de ses escadrilles les résultats les plus remarquables. A porté au plus haut degré l’esprit offensif de ses pilotes et observateurs, a personnellement effectué 14 attaques contre l’ennemi (07/1918)."

Gal Georges Domino
Escadrilles F 221 - F 50 - SPA 76 - VB 25

Tombe du général de brigade aérienne Georges Domino dans le cimetière parisien de Bagneux - Il repose dans la division 77 - Avenue des Érables Champêtres / Avenue des Sophoras - ligne 3 Nord - 32ème tombe Ouest - Il a été observateur de l'escadrille F 221 du 3 mars au 16 avril 1917 - Observateur de l'escadrille F 50 du 16 avril au 10 décembre 1917 - Observateur de l'escadrille SPA 76 du 7 mai au 16 juillet 1918 - Observateur de l'escadrille VB 25 du 18 juillet au 28 août 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Tombe du général de brigade aérienne Georges Domino dans le cimetière parisien de Bagneux - Il a été observateur de l'escadrille F 221 du 3 mars au 16 avril 1917 - Observateur de l'escadrille F 50 du 16 avril au 10 décembre 1917 - Observateur de l'escadrille SPA 76 du 7 mai au 16 juillet 1918 - Observateur de l'escadrille VB 25 du 18 juillet au 28 août 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Général de brigade aérienne Georges Auguste Louis Domino - Né le 7 mai 1894 à Bellegarde-en-Marche (Creuse) - Fils de Lazare Louis Philippe Domino et de Marie Gabrielle Janicaud - Profession avant guerre Etudiant - Engagé au 3ème régiment de Chasseurs à Cheval de Moulins, à compter du 11 novembre 1913 - Nommé Brigadier, le 9 août 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 13 mars 1915 - Nommé Maréchal de Logis chef, le 1er mai 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire et affecté au 80ème régiment d'infanterie, le 29 décembre 1915 - Détaché au 342ème régiment d'infanterie, le 18 janvier 1916 -Commandant de la 20ème compagnie du 342ème RI du 15 mai au 8 juillet 1916 - Blessé au bras droit par une balle explosive pendant les combats de Thiaumont (55), le 23 août 1916 - Hospitalisé  sur l'hôpital auxiliaire n° 37 avec fracture compliquée du bras droit, paralysie radiale et convalescence jusqu'au 5 février 1917 - Une citation à l'ordre du corps d'armée n° 173, le 12 septembre 1916 - Détaché dans l'aéronautique militaire comme observateur au GDE (Groupement des Divisions d'Entrainement) du Plessis-Belleville, du 28 janvier au 3 mars 1917 - Observateur de l'escadrille F 221 du 3 mars au 16 avril 1917 - Une citation à l'ordre de la 2ème armée, le 6 avril 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 22 mars au 10 avril 1917 - Observateur de l'escadrille F 50 du 16 avril au 10 décembre 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 2 novembre 1917 -  Blessé au cours d'une chute d'avion touché par des éclats d'obus de DCA près de Verdun, le 8 juin 1917 - Hospitalisé, avec fracture de l'épaule gauche, écrasement du bras droit et convalescence jusqu'au 10 décembre 1917 - Marié avec Suzanne Legras, à Paris, le 16 février 1918 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 4 mars 1918 - Observateur de l'escadrille SPA 76 du 7 mai au 16 juillet 1918 - Observateur de l'escadrille VB 25 du 18 juillet au 28 août 1918 - Évacué, le 28 août 1918 - Croix de guerre avec deux palmes de bronze et une étoile de vermeil) - Affecté au au CIAO (Centre d'instruction d'aviation d'observation), le 12 janvier 1919 -  Affecté au SRA (service des réparations de l'aviation), le 17 février 1919 - Nommé Adjoint technique du commandant de l'atelier de réparation de l'aviation (ARA) de St-Cyr, le 18 avril 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif et Lieutenant à titre définitif, le 14 juin 1918 (JO du 10 novembre 1919) - Brevet de pilote militaire n° 18.355 obtenu à l'atelier de réparation de l'aviation de St-Cyr, le 19 mars 1920 - Affecté à l'entrepôt spécial d'aviation n° 3 de St-Cyr, le 1er avril 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1920 - Affecté au Centre d'Etudes de l'Aéronautique de Versailles, le  7 avril 1925 - Nommé Capitaine, le 25 juin 1925 -   Nommé Commandant - Affecté au cabinet militaire du Ministre de l'Air - Officier de la Légion d'Honneur, le 10 décembre 1936 - Nommé Général de Brigade aérienne - Commandant de la 2ème région aérienne - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 19 mars 1947 - Domicilié 12, square Desnouettes Paris 15ème - Décédé, le 24 février 1959 - Dernière mise à jour : 13 avril 2016.

Cal Lysis Denaint
Pilote des escadrilles VB 101 - CEP 115 - V 116

Tombe du Brigadier Lysis Denaint dans le cimetière des Batignolles de Paris - Il était pilote de l'escadrille V 116 et décédé des suites d'un accident aérien, le 4 juillet 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Tombe du Brigadier Lysis Denaint dans le cimetière des Batignolles de Paris - Il était pilote de l'escadrille V 116 et décédé des suites d'un accident aérien, le 4 juillet 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Brigadier Lysis Denaint dans le cimetière des Batignolles de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Brig Lysis Marcel Caroné Denaint - Né le 14 mai 1890 à Paris 16ème (75) - Fils de Marcel Caroné Marie Denaint et de Madeleine Fullerton-Carnegie - Domiciliés au 36, boulevard des Château à Neuilly-sur-Seine - Classe 1910 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 2098 - Service militaire au 2ème régiment d'artillerie lourde, à compter du 8 octobre 1911 - Nommé Caporal, le 6 avril 1912 - Profession avant guerre Rédacteur dans un journal - Mobilisé comme conducteur de véhicule léger au 2ème régiment d'artillerie lourde, le 2 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme conducteur de véhicule léger, le 20 juin 1915 - A Dijon, jusqu'au 2 mai 1916 - Affecté au Parc n° 7 et parc n° 2 du 17 mai au 22 aout 1916 - Affecté au RGA du 22 au 31 août 1916 - Passé à l'école d'aviation militaire de Dijon, comme élève pilote, le 31 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5029 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 12 décembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire d'Istres-Miramas - Stage à Villacoublay - Stage bombardement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 26 août 1917 - Pilote de la RGA du 26 août au 7 octobre 1917 - Pilote d'avion canon de l'escadrille VB 101 du 7 octobre 1917 au 13 mars 1918 - Pilote de l'escadrille CEP 115 du 13 mars au 27 mai 1918 - Pilote de l'escadrille V 116 du 27 mai au 4 juillet 1918 - En mission du 20 juin au 4 juillet 1918 - Décédé des suites d'un accident d'avion, à l'hôpital complémentaire d'armée n° 44 à Senlis (Oise), le 4 juillet 1918 - Lysis Denaint repose dans le cimetière des Batignolles à Paris - Sources : Pam - MpF - Liste des brevets militaires - CCC escadrille VB 101 - CCC escadrille CEP 115 - CCC escadrille V 116 - Dernière mise à jour : 6 mai 2016.

Ltt Nissim de Camondo
Escadrille AR 33

Vue rapprochée du mausolé de la famille de Camondo au cimetière de Montmartre. Le Ltt Nissim de Camondo tué au combat, en compagnie du Slt Louis des Essarts, à bord d'un Dorand AR 1 de l'AR 33, dans les envrions de Leintrey, le 5 septembre 1917, y repose depuis les années 20 - Photo Jean-Michel Lasaygues à qui j'adresse un grand merci pour son aide précieuse.

Mausolé de la famille de Camondo au cimetière de Montmartre. Le Ltt Nissim de Camondo tué au combat, en compagnie du Slt Louis des Essarts, à bord d'un Dorand AR 1, dans les envrions de Leintrey, le 5 septembre 1917, y repose depuis les années 20 - Photo Jean-Michel Lasaygues à qui j'adresse
un grand merci pour son aide précieuse.

Cne Georges Lecompte-Boinet
Escadrille MF 8

Cimetière du Père Lachaise (20ème arrondissement de Paris) - Tombe du Cne Georges Lecompte-Boinet, commandant de l'escadrille MF 8, tué au cours d'un accident aérien, le 15 avril 1916. Le Slt Gratien Lehodey qui faisait équipe avec lui, a été blessé au cours de l'accident. Photo Jean-Michel Lasaygues que je remercie pour son aide.

Ltt Albert Rapilly
Escadrille SPAbi 278

Mausolé de la famille Rapilly à la division 85 du cimetière du Père Lachaise. (20ème arrondissement) - On y trouve le Ltt Albert Rapilly, observateur de l'escadrille SPAbi 278 - Il a été tué au combat, à bord d'un Spad XVI, en compagnie du caporal Charles Gabouillet, au bois de la Terre à l’Or, au Nord-est du Grand Rozoy (Aisne), le 29 juillet 1918. Ltt Albert Rapilly - Né le 26 avril 1893 à Paris. Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide précieuse.

Vue générale de la division 85 du cimetière du Père Lachaise. Le mausolé de la famille Rapilly est remarqué en rouge. Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide précieuse.

Portrait du Ltt Albert Rapilly, obs de l'escadrille SPAbi 278 gravé sur le mausolé de la famille - Division 85 du cimetière du Père Lachaise. Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide précieuse.

Gros plan de la sculpture du Ltt Albert Rapilly, obs de l'escadrille SPAbi 278 gravé sur le mausolé de la famille - Division 85 du cimetière du Père Lachaise. Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide précieuse.

Ltt Robert Lazare Xavier Jouvenot
Section d'artillerie lourde C 224

Tombe du Ltt Robert Lazare Xavier Jouvenot, observateur de la section d'artillerie lourde C 224 visible au cimetière du Père Lachaise (Paris) - Tué en combat aérien en compagnie du Sgt Emile Sommier (pilote), aux commandes d'un Caudron G 4 , dans les environs de Pontavert (02), le 6 avril 1917. Ltt Robert Lazare Xavier Jouvenot - Né le 23 août 1890 à Paris - Avant guerre ingénieur - Appelé au 8ème régiment de Génie, le 10 octobre 1912 - Passé à l'aviation comme observateur, le 17 septembre 1916 - Différentes unités : 8ème régiment du Génie - 2ème régiment du Génie - Escadrille F 224 à partir du 19 octobre 1916. Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide.

Détail de la Tombe du Ltt Robert Lazare Xavier Jouvenot, obs de la section d'artillerie lourde C 224 visible au cimetière du Père Lachaise (Paris) . Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide.

Soldat de 2ème classe Georges Cousin
Escadrille BR 205

Tombe du soldat de 2ème classe Georges Alexandre Frédéric Cousin de l'escadrille BR 205 - Décédé de maladie à l'ambulance 2/71 à Tirlancourt (Oise), le 18 octobre 1918 - Né le 10 décembre 1880 à Barenton (Manche) - Avant guerre Employé de banque - Mobilisé au 303ème régiment d'infanterie, le 3 août 1914 - Emploi dans l'aviation Conducteur à l'escadrille SAL 203. Il repose au cimetière du Père Lachaise. Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide.

Adj Hector Garaud - 13 victoires
Escadrille N 38

Tombe du Cdt Hector Eugène Joseph Garaud – Mécanicien puis canonnier puis Pilote – Né le 27.08.1897 à Saint Antoine (Isère) – Avant guerre mécanicien – Engagé au 2ème groupe d’aviation de Lyon-Bron, le 14.07.1915 comme mécanicien – Brevet de pilote militaire n° 4804 du 21.10.1916 à l’école d’aviation de Buc – Différentes unités : 2ème groupe d’aviation de Bron – Escadrille V 397 (future 469) du CRP comme canonnier – Ecole de Dijon (théorie + formation militaire) – Ecole de Buc (pilotage élémentaire + brevet) – Ecole d’Avord (formation complémentaire) – Ecole de Pau (formation chasse) - Escadrille N 313 jusqu’au 03.04.1917 – Escadrille N 38 à partir du 15.04.1917 – 13 victoires homologuées – CG – Citation à l’ordre du régiment en 12.07.1916 – Décédé dans un accident d’avion, le 02.04.1940 dans la région de Montpellier – Repose au cimetière du Père Lachaise. Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide active.

Slt Dieudonné Costes
Escadrilles 507 et 531

Slt Dieudonné Costes - Né le 04 novembre 1892 à Septfondts (Tarn et Garonne) - Fils d'Urbain Costes et de Noémie Vaissié - Brevet de pilote de l'Aéroclub de France n° 1046 obtenu à l'école Blériot d'Etampes en septembre 1912 - S'engage au 2ème groupe aéronautique de Reims, le 7 octobre 1913 - Nommé Caporal, le 26 février 1914 - Affecté comme mécanicien au camp de Sissonne - Mécanicien et élève pilote de l'escadrille V 24 du 7 août au 25 août 1914 - Blessé au combat à la main droite par des éclats d'obus de DCA, le 22 décembre 1914 - En convalescence jusqu'au 5 avril 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 44 du 5 avril au 17 mai 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1185 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 10 juillet 1915 - Nommé moniteur à l'école d'aviation militaire de Chartres - Pilote de l'escadrille MF 55 du 6 octobre au 28 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille MF 85 du front d'Orient du 4 février au 17 janvier 1917 - Muté provisoirement sur punition au 2ème RMA du 13 mars au 16 mai 1916 - Nommé Sergent, le 31 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 386 du front d'Orient du 17 janvier à mars 1917 - Nommé Adjudant-chef en janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 391 du front d'Orient de mars 1917 au 20 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille 532 du front d'Orient du 20 décembre 1917 à mars 1918 - Pilote de l'escadrille 510 du front d'Orient de mars 1918 au 13 avril 1918 - Pilote de l'escadrille 531 du front d'Orient du 13 avril au 15 octobre 1918 - Termine la guerre avec 6 victoires homologuées - 5 victoires probables - 817h45 de vols - 3ème groupe d'aviation de Bordeaux à partir de mars 1919 - Ecole de pilotage militaire d'Istres du 25 au 28 juin 1919 - Escadrille SPA 84 du 5 août au 3 septembre 1919 - Démobilisé, le 11 septembre 1919 - Première traversée de l'Atlantique dans le sens France-Etats-Unis avec Maurice Bellonte, les 2 et 3 septembre 1930 - Décédé à Paris, le 18 mai 1973 - Chevalier de la Légion d'Honneur - Médaille Militaire - Croix de Guerre - Onze citations - Dieudonné Costes repose au cimetière de Passy - Photo Mme Elena Naumova que je remercie pour l'aide apportée.

Caporal Maurice Bellonte
Escadrilles BR 213 - BR 2

Tombe de Maurice Alexis Jacques Bellonte - Né le 25 octobre 1896 à Méru (Oise) - Fils d'Antoine Alexis et de Mme Elise Petit (adoption) - Avant guerre mécanicien chez Anzani en 1910 - Ajusteur chez Hispano-Suiza en 1913 - Ajourné pour raison de santé en 1915 - Ingénieur mécanicien en 1916 - S'engage dans l'aviation au 1er groupe d'aviation, le 3 septembre 1917 - Sert comme mitrailleur à l'escadrille BR 213 du 2 avril au 5 mars 1919 - Escadrille BR 2 à Meknès (Maroc) à partir du 5 mars 1919 - Après libération de ses obligations militaires - Compagnie Franco-Colombienne qui fabrique des hydroglisseurs - A partir de 1923, vole avec Dieudonné Costes sur la ligne Paris-Londres - Battent le record de distance avec le vol Paris-Tsitsikhar (Chine) avec 7925 km - Réussit la première traversée de l'Atlantique dans le sens France - Etats-Unis en compagnie de Dieudonné Costes - Décédé à Paris, le 14 janvier 1983 - Maurice Bellonte repose au cimetière de Passy - Photo M. Alain Nicotera que je remercie pour l'aide apportée.

Sgt Louis Castex
Escadrilles F 201 et F 58

Tombe du Colonel Louis Castex dans le cimetière de Passy - Photo M. Alain Nicotera que je remercie pour l'aide apportée.

* Col Louis Joseph Marie Nestor Castex - Né le 3 février 1896 à Pisaguel (Haute-Garonne) - Fils de Nestor Castex et d'Eleonore Marie Barès - Domiciliés 11, place Esquirol à Toulouse - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1916 - Recrutement de Toulouse sous le matricule n° 1761 ou 1561- Mobilisé au 7ème régiment d'infanterie, à compter du 7 mars 1915 - Affecté au 11ème régiment d'infanterie, jusqu'au 19 avril 1916 - Nommé Sergent, le 28 août 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 21 avril 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4283 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 21 août 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 1er novembre 1916 - Pilote de l'escadrille F 201 du 4 décembre 1916 au 5 février 1917 - Pilote de l'escadrille F 58 du 8 février au 24 septembre 1917 - En mission au GDE du 7 au 11 décembre 1917 - Sources : Pam - Liste PN - CCC F 58 / AR 58 - Dernière mise à jour : 10 août 2015.

M. Robert Grandseigne
1er vol de nuit sur Paris

Tombe de Robert Grandseigne - né en 1885 au Havre - Auteur du premier vol de nuit sur Paris aux commandes d'un Caudron, le 10 février 1911 - Décédé le 1er octobre 1961 - Robert Grandseigne repose au cimetière de Passy - Photo M. Alain Nicotera que je remercie pour l'aide apportée.

Slt Ludovic Arrachart
Escadrille SAL 40

Tombe du Cne Ludovic Marie René Arrachart - Né le 15 août 1897 à Besançon - Fils d'Eugène Arrachart et de Marie Bouzon - Avant guerre étudiant - Engagé au 35ème RI, le 25 octobre 1914 - 117ème RI - 317ème RI - Passé à l'aviation comme observateur de l'escadrille SOP 60, le 1er juillet 1917 - Observateur de l'escadrille SAL 40 - Une citation à l'ordre du régiment en octobre 1915 - Une citation à l'ordre de la brigade en mars 1917 - 2 citations à l'ordre de l'armée en mars 1918 et juillet 1918 - Décédé en 1933 - Ludovic Arrachart repose au cimetière de Montparnasse - Photo M. Alain Nicotera que je remercie pour l'aide apportée.

Brigadier Paul Emé comte de Marcieu
Escadrilles F 393 - F 41 - F 201

Brigadier Paul Herman Chantal Guy Joseph Hélie Ghislain Emé de Marcieu - Né le 9 juillet 1896 à Wimmereux-Wimille (62) - Fils de Hubert Emé de Marcieu et de Pauline de Beauffre - Avant guerre étudiant - Engagé au 1er régiment de Dragons, le 28 octobre 1915 - Ecole d'aviation militaire de Dijon (préselection pilote) - Passé à l'aviation comme élève pilote en janvier 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3229 à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 11 avril 1916 - Ecole d'aviation militaire de Châteauroux (stage de perfectionnement) - Ecole d'aviation militaire d'Avord - Pilote de l'escadrille F 393 (future 464) - Pilote de l'escadrille F 41 du 21 janvier au 7 mai 1917 - Pilote de l'escadrille F 201 du 7 mai au 12 juin 1917 - Grièvement blessé lors d'un accident d'atterrissage aux commandes d'un Farman F 40 sur le terrain de Courlandon (51), le 5 juin 1917 - Paul Emé décédera de ses blessures, le 12 juin et l'observateur qui l'accompagnait, le Slt Pierre Gourdon est décédé de ses blessures à l'hôpital HOE de Courlandon, le 7 juin 1917 - Photo M. Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Cne Jacques Sabattier de Vignolle
Escadrilles F 36 - F 7 - MF 398 - N 48 / SPA 48
Commandant du GC 18

Caveau du Cne Jacques Victor Sabattier de Vignolle - Né le 22 mai 1888 à Paris (75) - Fils de Raymond Alexandre Sabattier de Vignolle et d'Elisabeth Weissgerber - Domiciliés 21, rue Monsieur à Paris 6ème (75) - Classe 1908 - Recrutement de la Seine - Engagé à l'école polytechnique en octobre 1908 - Admis en 124ème position - Stage à l'école d'application de l'artillerie et du Génie de Fontainebleau en 1912 - Nommé Lieutenant et affecté au 2ème régiment d'artillerie coloniale à Brest (29), le 19 septembre 1912 - Démissionne - Affecté au 3ème régiment d'artillerie coloniale de Toulon, le 28 mars 1913 - Profession avant guerre Ingénieur - Mobilisé au 3ème régiment d'artillerie coloniale, le 2 août 1914 - Passé à l'aviation comme observateur, le 7 février 1915 - Observateur de l'escadrille F 36 du 7 février au 4 septembre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée en mai 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 29 juin 1915 - Blessé au combat par un éclat de DCA, le 4 septembre 1915 - Hospitalisé à l'hôpital militaire de la Panne - Une citation à l'ordre de l'armée en septembre 1915 - Observateur de l'aviation de l'ALGP - Observateur de l'escadrille MF 7 - Citation à l'ordre de l'armée en janvier 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4105 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 2 août 1916 - GDE - Commandant de l'escadrille F 398 du front d'Orient du 16 septembre 1916 au 15 avril 1917 - Nommé capitaine à titre temporaire, le 14 novembre 1916 - Nommé Capitaine (réserve), à titre définitif, du 3ème régiment d'artillerie coloniale détaché dans l'aéronautique militaire, le 1er mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 48 / SPA 48 du 23 juin 1917 au 13 février 1918 - Commandant l'escadrille N 48 / SPA 48 du 24 septembre 1917 au 13 février 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 24 octobre 1917 - Commandant du GC 18 du 13 février 1918 à la fin de la guerre - Croix de Guerre - Aigle blanc (Russie) - Termine la guerre avec 5 victoires homologuées et deux victoires non homologuées - Détaché au 1er régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz, le 30 août 1920 - Affecté au 3ème régiment d'artillerie coloniale de Charenton, le 20 janvier 1921 - Marié avec Lily Ionescu - Passé à l'arme de l'aéronautique militaire, le 29 juin 1923 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 1er janvier 1924 - Nommé Chef de bataillon (réserve), le 25 juin 1930 - Officier de la Légion d'Honneur - Décédé, le 8 janvier 1968 - Jacques Sabattier de Vignolles repose au cimetière du Père Lachaise (75) - Photo Archives EC 2/7 "Argonne".Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Cne Robert Massenet Royer de Marancour
Escadrilles BLC 5 - N 69
Commandant du GC 14

Tombe du Général Robert Henri Léon Massenet Royer de Marancour - Né le 14 janvier 1880 à Chaumont (52) - Fils d'Edmond Massenet Royer de Marancour et d'Henriette Duhamel - Promotion Marchand de l'école spéciale militaire de St-Cyr de 1898 à 1900 - Affecté au 9ème régiment de Dragons - Brevet de pilote civil n° 1585 décerné par l'Aéroclub de France - Brevet de pilote militaire n° 458 obtenu à l'école d'aviation de Pau, le 27 avril 1914 - Pilote et commandant l''escadrille BLC 5 du 10 juin 1914 au 25 août 1915 - Pilote de l'escadrille N 69 du 17 octobre 1915 au 25 janvier 1917 - 3 victoires homologuées à l'escadrille N 69 - Commandant du Groupe de chasse n° 14 - 5 victoires homologuées comme commandant du GC 14 - Croix de Guerre 14-18 - Termine la guerre avec 8 victoires homologuées - Commandant du 3ème régiment d'aviation de chasse de Châteauroux - Commandant des essais en vol de Villacoublay - Commandant la 12ème brigade de bombardement de Reims en 1930 - Inspecteur de la Chasse de l'armée de l'Air - Commandant de la 3ème région aérienne à Tours au 19 avril 1934 au 12 janvier 1937 - Citation décernée par le Ministre de l'Air, le 18 janvier 1937 - Général de Corps d'armée aérienne, le 3 septembre 1935 - Placé en congé du personnel navigant, le 14 janvier 1937 - Rappelé en service, le 2 septembre 1939 - Nommé Général d'armée aérienne, le 2 septembre 1939 - Commandant de la 3ème région aérienne du 2 septembre 1939 au 30 juillet 1940 - Congé définitif du personnel navigant, le 30 juillet 1940 - Placé dans la réserve, le 14 janvier 1942 - Grand-Croix de la Légion d'Honneur - Décédé, le 6 août 1969 à Paris (75) - Le général Robert Léon Henri Massenet-Royer de Marancour repose au cimetière du Père-Lachaise dans le 20ème arrondissement de Paris - Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Sgt Marcel Richer
Escadrille R 239

Tombe du Sgt Marcel Charles Pierre Richer - mitrailleur de l'escadrille R 239 - Né le 13 janvier 1889 à Paris - Fils de Victor Gabriel Richer et de Claire Marie Léonie Brière - Avant guerre Photograveur - Appelé au 87ème régiment d'infanterie, le 4 octobre 1910 - Mobilisé au 87ème RI, le 3 août 1914 - 131ème régiment d'infanterie - Passé à l'aviation au 1er groupe d'aviation de Dijon comme élève pilote, le 30 juin 1917 - N'a pas réussi le brevet de pilote militaire - A été formé comme mitrailleur - Mitrailleur de l'escadrille R 239 - Le Caudron R 11 de l'équipage Brig Paul Flamen (pilote), Sgt Marcel Richer (mit) et Soldat Pierre Crapel (mit) a été abattu en combat aérien probablement par le Ltn Josef Veltjens du Jasta 15 (sa 28ème victoire) à l'Est du carrefour de la poste (Oise), le 11 août 1918 - Les 3 hommes ont été tués - Marcel Richer repose dans la 93ème section du cimetière du Père Lachaise à Paris - Photo Jean-Michel Lasaygues que je remercie pour son aide.

Sgt André Huret
2ème groupe d'aviation

Tombe du Sgt André Edouard Huret - 2ème groupe d'aviation - Né le 4 février 1889 à Paris - Décédé des suites d'une broncho-pneumonie à l'hôpital complémentaire 22 d'Agen (Lot et Garonne), le 28 octobre 1918 - André Huret repose dans la division 9 du cimetière du père Lachaise à Paris (75) - Photo Jean-Michel Lasaygues que je remercie pour son aide précieuse.

Slt Lucien Bossoutrot
Escadrille MF 22 / F 22

Slt Lucien Baptiste Jean Bossoutrot - Né le 16 mai 1890 à Tulle - Fils d'Antonin Bossoutrot et d'Antoinette Nouailhac - Domicilés 42, rue de Barrière à Tulle - Service militaire au 28ème régiment d'infanterie à compter du 4 août 1911 - Nommé Adjudant - Brevet de pilote militaire n° 913 obtenu le 9 mai 1915 - Pilote de l'escadrille MF 22 / F 22 du (2ème trimestre 1915) au 3 juin 1917 - Convoyage avion à la RGA du 3 au 7 juillet 1915 - Convoyage avion au RGA du 1er au 5 août 1915 - Mission au RGA du 14 au 24 février 1916 - Nommé Sous-Lieutenant, le 10 mai 1916 - Deux citations à l'ordre du corps d'armée - Une citation à l'ordre de l'armée et Croix de Guerre avec palme - Pilote réceptionnaire de la société Farman du 6 juin 1917 au 11 août 1919 - Comme pilote d'essai, a effectué les essais en vol du Farman F 50 mis en service avant la fin de la Grande Guerre - Après guerre, pilote d'essai de la société Farman - Pilote d'essai de la Société Blériot - Auteur du permier vol commercial international avec 12 passagers entre Paris et Londres, aux commandes d'un Farman F 60 Goliath n° 60, en 8 février 1919 - Auteur de nombreux records du monde de vitesse, de durée et de distance - Auteur du raid Paris-Dakar avec TSF du 11 au 19 août 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 13 novembre 1920 - Coupe Zénith en 1923 - Grand Prix des avions de transport en 1922, 1923, 1924 - Participe aux 24 heures du Mans en 1925 - Officier de la Légion d'Honneur, le 23 août 1925 - Quitte ses fonctions de chef pilote à Air France et se lance dans la politique - Membre du parti Radical-socialiste - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 25 janvier 1934 - Député du 10ème arrondissement de Paris du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 - Siège à la commission du Commerce et de l'industrie de 1936 à 1939 - Fondateur de la Fédération Populaire des Sports Aériens - Président de la Commission de l'aéronautique à la chambre des députés - Il vote les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, le 10 juillet 1940 - Passe rapidement dans l'opposition au régime et entre en résistance au sein du Groupe "Alexis" - Le premier parachutage d'armes a lieu en janvier 1943 - Il est interné à la prison d'Evaux-les-Bains (Creuse) du 27 mars 1943 au 8 juin 1944, date à laquelle il s'évade - A la libération, il sera rétabli dans ses droits par un jury d'honneur, le 24 avril 1945 - Il exerce alors le métier d'expert assureur en aéronautique - Décédé à Viry-Chatillon, le 1er septembre 1958 - Lucien Bossoutrot repose au cimetière des Batignolles dans le 17ème arrondissement de Paris (75) - Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.

Détails de la tombe de Lucien Baptiste Jean Bossoutrot et de sa femme Marguerite, née Fleurisson - Photo Alain Octavie, transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

EV1 Jean Roulier
CAM de Venise

Détail de la tombe de la Famille Roulier dans le cimetière de Montparnasse à Paris (75) - L'EV1 Jean Roulier, tué au combat, le 15 août 1916 y repose - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous les deux pour leur aide.

Tombe de la Famille Roulier dans le cimetière de Montparnasse à Paris (75) - L'EV1 Jean Jules Henri Roulier y repose - Né à Paris (75), le 11 août 1891 - Brevet de pilote militaire n° 898 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 5 mai 1915 - Tué au combat, en compagnie du QM Auguste Costerousse, par le pilote autrichien Banfield, le 15 août 1916 - Elle se trouve dans la division 17 (petit cimetière soit 2e section) - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous les deux pour leur aide.

Ltt Alphonse Poiré
Pilote de l'armée russe
Chef pilote Caudron

Détail de la tombe d'Alphonse Poiré (1883 - 1922) dans le cimetière des Batignolles à Paris (75) - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

Tombe d'Alphonse Poiré dans le cimetière des Batignolles à Paris (75) - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

* Ltt Alphonse Flavien Louis Poiré - Né le 31 décembre 1883 à Gron (Cher) - Fils d'Alphonse Octave Poiré (journalier) et de Marie Blin - Domiciliés à Pisseleux canton de Villers-Cotterêts (Aisne) - Classe 1903 - Recrutement de St-Quentin sous le matricule n° 931 - Service militaire au 150ème régiment d'infanterie de Soissons, à compter du 15 novembre 1904 - Envoyé en disponibilité, le 12 juillet 1907 - Marié avec Henriette Soreau, le 16 septembre 1909 - Effectue une période de réserve au 67ème régiment d'infanterie du 29 août au 20 septembre 1910 - Brevet de pilote civil n° 1156 délivré la l'Aéroclub de France, le 26 novembre 1912 - Effectue une période de réserve au 267ème régiment d'infanterie du 13 au 29 mai 1913 - Affecté dans la réserve au 67ème régiment d'infanterie, le 8 janvier 1914 - Lors de la mobilisation générale du 2 août 1914, n'a pas rejoint cette unité car il était pilote, au service d'armée russe - Médaille militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 18 avril 1915 - Nommé Aspirant de l'armée russe, le 16 mai 1915 - En décembre 1915, a fait le voyage jusqu'en France pour acheter de nouveaux avions pour les forces russes - Nommé Sous-lieutenant de l'armée française à titre temporaire, le 3 mars 1916 - Nommé Lieutenant de l'armée russe, le 20 août 1916 (ou 29 octobre 1917) - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 21 août 1916 - Décoré de l'ordre de St-Vladimir 4ème degré, le 25 octobre 1916 - de la Croix de St-Georges - Croix de Ste-Anne - Epée de St-Georges - Fin de son premier contrat avec les forces aériennes russes, le 2 janvier 1917 - Affecté comme pilote réceptionnaire de la société d'aviation russe Anatra du 1er septembre 1917 au 31 mars 1918 - Nommé Lieutenant de l'armée française, le 3 mars 1918 - Rentré en France, via la Norvège et les Pays-Bas, le 7 avril 1918 - Affecté au SFA, le 11 mai 1918 - Affecté comme pilote réceptionnaire de la société Caudron, le 11 mai 1918 - Affecté dans la réserve au 102ème régiment d'infanterie, le XX décembre 1918 - Démobilisé, le 5 juillet 1919 - Affecté dans la réserve au 34ème régiment d'aviation du Bourget, le 30 août 1920 - Chef pilote des avions Caudron - Vainqueur de la Coupe Michelin de 1921, couvrant les 3000 km du tour de France avec 15 escales en 37h 23 mn mais déclassé au bénéfice du pilote italien Martinetti - Tué au cours d'un accident aérien, lors du Grand Prix des avions de transport, le 14 novembre 1922 - Pour ce vol, il était accompagné de Raymond Courcy (chef mécanicien) et Emile Bobillier (mécanicien), qui ont également trouvé la mort - Son quadrimoteur, le Caudron C 74, engagé dans l'épreuve de vitesse sur le trajet Le Bourget - Compans - Villeneuve-sous-Dammartin - Le Bourget, s'est écrasé entre Aulnay-sous-Bois et Villepinte - Volant à 150 mètres d'altitude et à 170 km/h, une pâle de l'hélice du moteur arrière gauche s'est détaché et a sectionné la queue, causant la perte de l'appareil - Poiré et Babillier ont été tués sur le coup et Courcy décéda très peu de temps après - Leurs corps furent ramenés au service médical de l'aéroport du Bourget, inauguré deux jours avant - Sources : Bulletin de naissance - Extrait d'acte de naissance - Bulletin de décès - Extrait des états de services - LO - FM 02 - Journaux d'époque - JORF - Dernière mise à jour : 01/03/2015.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une victoire à l'ordre de l'armée du Slt de réserve Alphonse Poiré, à la mission d'aviation française en Russie, en date du 21 août 1916 : "Excellent pilote qui a rendu dans l'aviation russe les plus brillants services depuis le début de la campagne. S'est toujours signalé par sa bravoure, son énergie et son entrain. A exécuté de très nombreuses reconnaissances au-dessus des lignes ennemies, rapportant chaque fois des renseignements très précieux pour l'armée alliée. Déjà médaillé militaire pour fait de guerre."

Cne Emile Bacon
Observateur de l'escadrille MF 29

Caveau de la famille Girard dans le cimetière du Père Lachaise à Paris (75) - Le Cne Victor Bacon, observateur de l'escadrille MF 29, tué au combat, le 18 mars 1916, y repose - Il était marié avec Eloïse Girard qui est décédée en 1932 - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous les deux pour leur aide.

Caveau de la famille Girard dans le cimetière du Père Lachaise à Paris (75) - Le Cne Victor Bacon, observateur de l'escadrille MF 29, tué au combat, le 18 mars 1916, y repose - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous les deux pour leur aide.

Plaque en hommage au Cne Victor Bacon, observateur de l'escadrille MF 29, tué au combat, le 18 mars 1916 - Il repose dans le caveau de la famille Girard dans le cimetière du Père Lachaise à Paris (75)- Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous les deux pour leur aide.

Slt Jean Péquin
Pilote de l'escadrille N 69

Tombe du Slt Jean Péquin, pilote de l'escadrille N 69 / SPA 69 du 14 juillet 1917 au 10 juin 1918 - Il repose dans la division 13 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Slt Jean Péquin, pilote de l'escadrille N 69 / SPA 69 du 14 juillet 1917 au 10 juin 1918 - Décédé le 8 juillet 1961, il repose dans la division 13 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Slt Jean Victor Marie Péquin - Né le 2 septembre 1895 à Gétigné (Loire-Atlantique) - Fils de Léon Péquin et de Gabrielle Emile Boural de la Roncière - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1915 - Recrutement de La-Roche-sur-Yon sous le matricule n° 103 - Engagé volontaire pour quatre ans au 3ème régiment de Dragons, à compter du 7 septembre 1914 - Nommé Brigadier, le 12 mai 1915 - Nommé Maréchal des Logis, le 3 mars 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 2 février 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6324 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 10 mai 1917 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 28 juin 1917 - Pilote du GDE du 28 juin au 14 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille N 69 / SPA 69 du 14 juillet 1917 au 10 juin 1918 - A souffert de gelure des mains, le 3 décembre 1917 - Evacué et convalescence jusqu'au 9 avril 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 1er janvier 1918 - Nommé Adjudant, le 25 janvier 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 1er juin 1918 - Blessé en combat aérien par deux balles, aux commandes du SPAD VII n° 5553 et fait prisonnier, le 10 juin 1918 - Rapatrié, le 1er décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, le 24 janvier 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 11 novembre 1919 - Démobilisé, le 30 août 1920 - Profession après guerre Industriel - Officier de la Légion d'Honneur, le 21 juin 1939 - Président des Ailes brisées de 1941 à 1946 - Décédé, le 8 juillet 1961 - Jean Péquin repose dans la division 13 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : Pam - LO - Liste des brevets militaires - CCC escadrille N 69 / SPA 69 - JORF - Dernière mise à jour : 24 février 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 1er janvier 1918 : "Très bon pilote, jeune et plein d'entrain. A déjà livré de nombreux combats les 1er, 10 et 24 octobre 1917, où il est rentré avec un appareil criblé de balles. Le 3 décembre, accompagnant une reconnaissance photographique italienne, a eu les deux mains gelées, a continué néanmoins l'escorte dans les liges ennemies, faisant preuve d'un sentiment du devoir au-dessus de tout éloge."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Jean Victor Marie Péquin au 3ème régiment de Dragons, pilote à l'escadrille SPA 69, en date du 24 janvier 1919 : "Très bon pilote, d'un courage et d'un sang-froid exemplaires. Le 10 juin 1918, au cours d'un combat contre huit monoplaces ennemis, a été grièvement blessé et est tombé dans les lignes ennemies. Une blessure antérieure. Une citation."

Slt Henri d'Hunolstein
Pilote de l'escadrille SPAbi 36

Caveau de la famille de Montmorency-Luxembourg dans la division 1 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Slt Henri Antoine Sigismond Marie comte d'Hunolstein, pilote de la SPAbi 36, y repose - Il a été grièvement blessé au cours d'un combat aérien contre deux avions allemands, pendant une reconnaissance d'infanterie sur Saulchoy-sur-Davenescourt, le 2 juillet 1918 - Il est décédé des suites de ses blessures à l'ambulance n° 209 de May-en-Multien, le même jour - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille de Montmorency-Luxembourg dans la division 1 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Slt Henri comte d'Hunolstein, pilote de la SPAbi 36, y repose - Il a été tué en combat aérien, dans les environs de May-en-Multien, le 2 juillet 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille de Montmorency-Luxembourg dans la division 1 du cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Slt Henri comte d'Hunolstein, pilote de la SPAbi 36, y repose - Il a été tué en combat aérien, dans les environs de May-en-Multien, le 2 juillet 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Ltt Jean Léon Daguillon
Observateur des escadrilles F 50 et AR 274

Tombe du Ltt Jean Léon Daguillon, observateur de l'escadrille AR 274, tué au cours d'un combat aérien, le 23 février 1918 - Il repose dans la division 17 du cimetière Montparnasse de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Ltt Jean Léon Daguillon, observateur de l'escadrille AR 274, tué au cours d'un combat aérien, le 23 février 1918 - Il repose dans la division 17 du cimetière Montparnasse de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Ltt Jean Léon Daguillon - Né le 27 juin 1896 à Paris 16ème (75) - Fils d'Auguste Daguillon et d'Anaïs Bézard - Domiciliés 33, rue Greuze à Paris 16ème (75) - Classe 1916 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 293 - A réussi le concours d'entrée à l'école Polytechnique - Engagé au 2ème régiment d'artillerie de campagne, le 12 août 1914 - Affecté au 56ème régiment d'artillerie de campagne - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée en décembre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée en décembre 1915 - Affecté au 3ème régiment d'artillerie de campagne - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire comme candidat admis à l'école polytechnique, le 1er juin 1916 - Blessé d'une balle à la tête, le 24 mars 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 27 avril 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, à compter du 5 avril 1917 - Observateur de l'escadrille F 50 du 5 avril 1917 au 14 février 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 2 mai 1917 au XXX - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 6 juillet 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 9 septembre 1917 - Evacué sur l'hôpital de Belfort, le 9 novembre 1917 - En convalescence jusqu'au 4 décembre 1917 - Observateur de l'escadrille AR 274 du 14 au 23 février 1918 - Tué au cours d'un combat aérien, le 23 février 1918 - Il faisait équipage avec le Sgt Joseph Piton (pilote) qui a également perdu la vie - Leur Dorand AR 1 s'est écrasé en flammes dans la carrière entre Gutemberg et le bois de Niederschlag (Alsace) - Il repose dans la division 17 du cimetière Montparnasse de Paris - Sources : Pam - MpF - LO - CCC escadrille F 50 - CCC escadrille AR 274 - JORF - Dernière mise à jour : 26 février 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Jean Léon Daguillon au 3ème régiment d'artillerie, en date du 27 avril 1917 : "Jeune et brillant officier. Le 18 mars 1917, à la suite d'une violente attaque, a traversé par deux fois une zone soumise à un bombardement intense de gros calibre et d'obus asphyxiants. A été blessé par une balle à la tête, le 24 mars 1917, au cours d'une reconnaissance en première ligne."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Ltt Jean Léon Daguillon au 3ème régiment d'artillerie, observateur à l'escadrille F 50, en date du 9 septembre 1917 : "Excellent observateur qui s'est distingué en maintes circonstances par son courage et son audace. le 17 juillet 1917, au cours d'une attaque, n'a pas hésité à affronter à basse altitude le feu de l'ennemi; a su recueillir et transmettre des renseignements de la plus grande importance. Une blessure. Trois fois cité à l'ordre."

Soldat Jean Mounier
Ecole d'aviation militaire de Chartres

Caveau de la famille Mounier dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Soldat Jean Mounier, élève pilote de l'école d'aviation militaire de Chartres, tué au cours d'un accident aérien, le 8 avril 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Mounier dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Soldat Jean Mounier, élève pilote de l'école d'aviation militaire de Chartres, tué au cours d'un accident aérien, le 8 avril 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail du caveau de la famille Mounier dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Le Soldat Jean Mounier, élève pilote de l'école d'aviation militaire de Chartres, tué au cours d'un accident aérien, le 8 avril 1917, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Soldat Jean Louis Aimé Mounier - Né le 3 mai 1897 à Paris 8ème (75) - Classe 1917 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 97 - Engagé volontaire - Affecté au 60ème bataillon de chasseurs à pied - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote - Transféré sur l'école d'aviation militaire de Chartres - Tué au cours d'un accident aérien, à l'école de Chartres, le 8 avril 1917 - Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 8 mai 1920 - Sources : MpF - JORF - Dernière mise à jour : 12 mars 2016.

* Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Soldat Jean Louis Aimé Mounier, en date du 8 mai 1920 : "Très bon chasseur. S'est très bien conduit pendant son séjour au front. Mort glorieusement pour la France, le 8 avril 1917. Croix de Guerre avec étoile de bronze."

Sgt Yves de Castéran
Pilote de l'escadrille SPA 91

Tombe du Sgt Yves de Casteran, pilote de l'escadrille N 91, tué au cours d'un accident aérien, le 1er juin 1918 - Il repose dans le cimetière Montarnasse de Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Gros plan de la tombe du Sgt Yves de Casteran, pilote de l'escadrille N 91, tué au cours d'un accident aérien, le 1er juin 1918 - Il repose dans le cimetière Montarnasse de Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Sgt Yves Jules Marie Henri de Casteran - Né le 3 septembre 1894 au Vésinet (Seine-et-Oise) - Classe 1914 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 569 - Affecté au 141ème régiment d'infanterie - Brevet de pilote militaire n° 7780 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 28 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 91 du 15 octobre 1917 au 1er juin 1918 - En stage SPAD VII au GDE du 10 décembre 1917 au 12 janvier 1918 - Nommé Sergent, le 7 avril 1918 - Tué au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un SPAD VII, sur le terrain d'aviation de Champaubert (Seine-et-Marne), le 1er juin 1918 - Yves de Casteran repose dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : CCC escadrille SPA 91 - Liste des brevets militaires - MpF - Dernière mise à jour : 13 mars 2016.

Cne Michel Mahieu
Commandant de l'escadrille V 114

Caveau de la famille Mahieu dans la cimetière de Montparnasse à Paris (75) - Le Cne Michel Mahieu, commandant de l'escadrille V 114, tué au combat le 3 mai 1918, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Mahieu dans la cimetière de Montparnasse à Paris (75) - Le Cne Michel Mahieu, commandant de l'escadrille V 114, tué au combat le 3 mai 1918, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Mahieu dans la cimetière de Montparnasse à Paris (75) - Le Cne Michel Mahieu, commandant de l'escadrille V 114, tué au combat le 3 mai 1918, y repose - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Cne Michel Mahieu - Né le 1er octobre 1891 à Armentières (59) - Fils d'Auguste Edouard Alexandre Mahieu (filateur de lin et Maire d'Armentières) et de Marie Louise Augustine Hélène Ferry - Domiciliés 7, rue des Jésuites à Armentières (Nord) - Profession avant guerre Industriel - Brevet de pilote civil n° 168 délivré par l'Aéroclub de France, le 9 août 1910 - Titulaire du record du monde de hauteur avec passager avec 2460 mètres, le 22 septembre 1911 - Classe 1911 - Recrutement de Lille (Nord) sous le matricule n° 285 - Service militaire au 3ème groupe d'aviation, à compter du 4 octobre 1912 - Affecté au groupe aéronautique de Reims (Marne) - Il passe avec succès une des trois épreuves permettant l'obtention du brevet de pilote militaire - Il s'agit de parcourir au moins 120 km, à une altitude minimale de 500 mètres - Parti du terrain de manoeuvres d'Issy-les-Moulineaux, l'aviateur était de retour après 2h20mn, après être passé par Etampes - Il obtient le brevet de pilote militaire n° 169, le 9 octobre 1912 - Affecté au 2ème groupe aéronautique, le 1er janvier 1913 - Affecté à la 21ème section au camp de Châlons-sur-Marne (Marne), le 11 février 1913 - Nommé Caporal, le 10 avril 1913 - Nommé Sergent, le 1er août 1913 - Elève officier de réserve, le 1er août 1913 - A suivi le cours spécial des officiers de réserve du 1er octobre 1913 au 1er avril 1914 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 29 mars 1914 - Affecté au 2ème groupe aéronautique, escadrille du camp de Châlons-sur-Marne (Marne), le 29 mars 1914 - Pilote de l'escadrille V 24 du 7 août 1914 au 21 mars 1915 - Une victoire aérienne, le 22 novembre 1914 - Il faisait équipage avec le maitre ouvrier Mauduit qui faisait office de mitrailleur - Leur adversaire était un avion du Flabt 23 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, le 2 décembre 1914 - Affecté sur le centre d'aviation militaire de Villacoublay, le 21 mars 1915 - Pilote de l'escadrille VB 108 du 21 mars 1915 au 17 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille VB 109 du 17 septembre 1915 au 26 février 1917 - Nommé Lieutenant de réserve à titre définitif, le 5 janvier 1916 - Détaché au GDE du 14 au 23 janvier 1917 - Détaché du 18 février au 9 mars 1917 - Commandant de l'escadrille VP 114 du 26 février 1917 au 3 mai 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 16 avril 1917 - Nommé Capitaine de réserve à titre temporaire, le 29 mai 1917 - Malade ou blessé - Rentre de convalescence, le 29 septembre 1917 - En mission, le 13 et 14 décembre 1917 - En mission les 23 et 24 décembre 1917 - Nommé Capitaine de réserve, à titre définitif, le 28 décembre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 janvier 1918 - Tué au cours d'une mission de bombardement de nuit, au Nord-Est de Ham (Somme), le 2 mai 1918 - Cette mission était sa 174ème mission de bombardement, dont 140 de nuit - Il pilotait le Voisin n° 5597 qu'il occupait avec le Ltt Rivalleau, qui a également été perdu la vie - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 30 juin 1918 - Croix de Guerre avec six palmes de bronze - Michel Mahieu repose dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : Pam - CCC escadrille V 24 - CCC escadrille VB 109 - CCC escadrille VP 114 - FM département du Nord - LO - MpF - L'Aérophile - Aérostèles - Dernière mise à jour : 14 avril 2016.

Sgt Edouard Morot
Escadrille F 25

Tombe du Sgt Edouard Morot dans le cimetière de Montparnasse à Paris (75) - Il a été pilote de l'escadrille F 25 / VR 25 du 13 février 1917 au 13 février 1919 -Il a trouvé la mort sur le terrain du Bourget-Dugny, en testant en vol un bombardier allemand qui venait d'être livré, le 2 avril 1919 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Tombe du Sgt Edouard Morot dans le cimetière de Montparnasse à Paris (75) - Il a été pilote de l'escadrille F 25 / VR 25 du 13 février 1917 au 13 février 1919 -Il a trouvé la mort sur le terrain du Bourget-Dugny, en testant en vol un bombardier allemand qui venait d'être livré, le 2 avril 1919 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Sgt Edouard Morot dans le cimetière de Montparnasse à Paris (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Slt Edouard René Moro - Né le 12 septembre 1893 à Paris 13ème (75) - Fils d'Alexandre Eugène Maurice François Morot et de Marie Victoire Camille Fromont - Profession avant engagement Comptable - Classe 1913 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule 627 - Engagé aux Sapeurs pompiers de Paris, à compter du 31 mars 1913 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 17 mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4188 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 8 août 1916 - Nommé Caporal, le 13 août 1916 - Stage de perfectionnement bombardement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 1er décembre 1916 - Pilote de l'escadrille F 25 / VR 25 du 13 février 1917 au 13 février 1919 - Nommé Sergent, le 25 juillet 1917 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'aéronautique, en date du 31 août 1917 - Stage au GDE du 16 février au 14 mars 1918 - Stage au CIACB de Perthes du 17 juin 1918 au XXX - Nommé Adjudant, le 25 juin 1918 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, le 14 août 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 7 septembre 1918 - Affecté au 26ème bataillon de chasseurs - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 8 février 1919 - Affecté au service des réparations d'aviation de St-Cyr, le 13 février 1919 - Tué au cours d'un accident aérien, sur le terrain du Bourget-Dugny, le 2 avril 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 30 juillet 1921 - Sources : Pam - MpF - Liste des brevets militaires - CCC escadrille F 25 / VR 25 - JORF - Dernière mise à jour : 16 mars 2016.

Slt Antoine Paillard
Escadrilles SOP 111 et BR 132

Tombe du Slt Antoine Paillard dans le cimetière parisien de Bagneux - Il repose dans la division 73 - Avenue des Aulnes - ligne 2 Nord - 3ème tombe Est - Il a été pilote de l'escadrille SOP 111 du 14 mars 1916 au 7 juillet 1917 puis pilote de l'escadrille BR 132 du 22 mars 1918 au 11 janvier 1919 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Tombe du Slt Antoine Paillard dans le cimetière parisien de Bagneux - Il repose dans la division 73 - Avenue des Aulnes - ligne 2 Nord - 3ème tombe Est - Il a été pilote de l'escadrille SOP 111 du 14 mars 1916 au 7 juillet 1917 puis pilote de l'escadrille BR 132 du 22 mars 1918 au 11 janvier 1919 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Slt Antoine Paillard dans le cimetière parisien de Bagneux - Il a été pilote de l'escadrille SOP 111 du 14 mars 1916 au 7 juillet 1917 puis pilote de l'escadrille BR 132 du 22 mars 1918 au 11 janvier 1919 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Slt Antoine Joseph Henri Louis Paillard - Né le 23 août 1897 à St-James d'Audigne par Ségré (Maine-et-Loire) - Fils de Gérôme Paillard et de Marie Arrouet - Profession avant guerre Mécanicien - Entré en service actif au 2ème groupe d'aviation comme mécanicien, le 26 avril 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2246 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 4 janvier 1916 - Pilote de l'escadrille SOP 111 du 14 mars 1916 au 7 juillet 1917 - Une citation à l'ordre du GB, le 7 juillet 1916 - En mission de bombardement de nuit sur Essen, son Sopwith 1B1 n° 115 est victime d'ennui moteur - Il est contraint de se poser à Meylum (Pays-Bas), le 7 juillet 1917 - Citation à l'ordre du corps d'armée, le 20 juillet 1917 - Citation à l'ordre de l'armée en août 1917 - Il s'évadera le 4 novembre 1917 - SFA de nanterre, le 14 mars 1918 - Pilote de l'escadrille BR 132 du 22 mars 1918 au 11 janvier 1919 - Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 15 avril 1918 - Décédé en 1931 - Dernière mise à jour : 13 avril 2016.

Brig Pierre Woller
Ecole d'aviation militaire de Pau

Tombe du Brig Pierre Woller dans le cimetière des Batignolles de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Tombe du Brig Pierre Woller dans le cimetière des Batignolles de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Brig Pierre Woller dans le cimetière des Batignolles de Paris - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Brigadier Pierre Jean Woller - Né le 18 avril 1896 à Paris 17ème (75) - Classe 1916 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule 336 - Affecté au 104ème régiment d'artillerie lourde - Brevet de pilote militaire n° 9435 obtnenu à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, le 21 octobre 1917 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau du XXX au 30 juillet 1918 - Décédé au cours d'un accident aérien sur l'aérodrome de Pont-Long à Lescar (Pyrénées Atlantiques), le 30 juillet 1918 - Pierre Woller repose dans le cimetière des Batignolles à Paris (75) - Sources : MpF - Liste des brevets militaires - Dernière mise à jour : 6 mai 2016.

Cal Gaston Herzog
Pilote de l'escadrille BR 134

Tombe du Cal Gaston Herzog, pilote de l'escadrille BR 134 du 1er janvier au 2 août 1918 - Grièvement blessé en mission, il pose son avion en zone occupée par les Allemands et est fait prisonnier, le 1er juin 1918 - Il est décédé des suites de ses blessures au Lazaret de Bayreuth (Allemagne), le 2 août 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de tombe du Cal Gaston Herzog, pilote de l'escadrille BR 134 du 1er janvier au 2 août 1918 - Grièvement blessé en mission, il pose son avion en zone occupée par les Allemands et est fait prisonnier, le 1er juin 1918 - Il est décédé des suites de ses blessures au Lazaret de Bayreuth (Allemagne), le 2 août 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

* Cal Marie Georges Laurent Gaston Herzog - Né le 2 août 1895 à Asnières - Fils de Marie Franc Joseph Edouard Herzog et de Joséphine Victorine Wunenberger - Domiciliés au 183, faubourg Poissonnière à Paris 9ème (75) - Profession avant guerre Chimiste - Classe 1915 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 597 - Mobilisé au 5ème régiment d'infanterie, à compter du 20 décembre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 18 mai 1917 - Brevet de pilote militaire n° 7728 obtenu à l'école d'aviation militaire de Dijon, le 26 juillet 1917 - Nommé Caporal, le 15 août 1917 - Stage Bombardement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 23 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille SOP 29 du 19 décembre 1917 au 1er janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SOP 134 / BR 134 du 1er janvier au 2 août 1918 - En mission du 3 au 18 avril 1918 - Convoyage avion du 10 au 11 mai 1918 - Convoyage avion du 14 au 18 mai 1918 - Disparu en mission en équipage avec le Sol Beau, le 1er juin 1918 - Grièvement blessé en combat aérien, il pose le Breguet 14B2 en zone occupée par les Allemands - Décédé des suites de ses blessures au lazaret de Bayreuth (Allemagne), le 2 août 1918 - Gaston Herzog repose dans le cimetière des Batignolles à Paris (75) - Sources : Pam - MpF - CCC escadrille SOP 134 / BR 134 - Dernière mise à jour : 6 mai 2016.

 

Remerciements à :

- M. Jean-Michel Lasaygues pour ses photos.
- M. Christophe Lagrange pour ses photos.
- M. Yannis Sanchez pour ses photos.
- M. Alain Nicotera pour l'envoi de ses photos.
- Mme Elena Naumova pour l'envoi de ses photos.
- M. Régis Biaux pour la communication des photos d'Alain Octavie.
- M. Alain Octavie pour ses photos de tombes des cimetières de Paris et région parisienne.

Bibliographie de cette page :

- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret - Voir le lien

 

Si vous connaissez des monuments ou des tombes en rapport avec l'aviation militaire française de la période 1910 à 1920, veuillez contacter l'auteur du site.

76 74

 

 

pas de fiche > 1918