Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu
Menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes successifs

La cigogne de l'escadrille 3 a été peinte en plusieurs couleurs en fonction de la teinte de l'avion porteur. Voici quelques exemples.

Epoque Nieuport 17 aluminium - Escadrille N 3 - Cachy juin 1916 - Dessin Albin Denis

Epoque Nieuport 17 aluminium - Escadrille N 3 - Cachy juin 1916 et époque Spad VII toile non camouflée - début et avril-mai 1917 - Dessin Albin Denis

Epoque Nieuport 17 camouflé - Escadrille N 3 - Cachy août 1916 - Dessin Albin Denis

Epoque Nieuport 17 aluminium - Escadrille N 3 - Cachy octobre 1916 et Spad VII non camouflé - avril 1917 - Dessin Albin Denis

Epoque Spad VII toile non camouflée - début et avril-mai 1917 - Dessin Albin Denis

Epoque Spad VII toile non camouflé - mai 1917 - Dessin Albin Denis.

Entoilages de l'escadrille SPA 3

Entoilage d'un SPAD VII ayant appartenu au Slt Georges Guynemer - En étudiant les cas possibles, nous sommes en présence de l'entoilage d'un des premiers SPAD VII utilisés par l'As - Trois Spad ont reçu ce type de cigogne rouge avec plumes noires - Sur les photos en noir et blanc, le rouge et le noir sont très semblables - Les traces laissées par l'échappement sont clairement visibles à partir de la droite, au niveau du bec.
Les avions concernés sont :
- le SPAD VII n° S 115 codé "Vieux Charles" (le n° 6), son premier SPAD VII utilisé du 27 août au 23 septembre 1916 (détruit par DCA française) mais présence d'une large bande tricolore en amont direct de l'insigne ne correspond pas à cet entoilage
- le SPAD VII n° S 132 codé "Vieux Charles" (le n° 7), utilisé du 5 octobre au XX décembre 1916 - Je ne connais pas son sort final - possible
- SPAD VII n° S 254 codé "Vieux Charles" (le n° 8) à moteur surcomprimé de 180 Hp, utilisé de la mi-décembre 1916 au 4 février 1917 - Guynemer ne l'utilise plus et est passé sur SPAD XIII - Cet avion est conservé au musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Cet avion a été sérieusement endommagé suite à un accident sur terrain gelé, le 24 janvier 1917 - Prélévement possible après cet accident et avant réparation - Il a été remis en état et renvoyé en unité, le 4 février 1917.
Les deux avions restants sont donc les SPAD VII S 132 et S 254 - Cette pièce appartient aux collections du musée de l'Armée des Invalides à Paris - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

Entoilage d'époque de la N 3 conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo Frédéric Domblides que je remercie pour son aide.

Entoilage d'époque de la SPA 3 conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo Frédéric Domblides que je remercie pour son aide.

Entoilage d'époque d'un SPAD VII ou XIII de l'escadrille SPA 3 de 1918 ou de l'immédiat après guerre (1919-1920) - Le propriètaire ne désire pas être connu, un grand merci à lui - Droits réservés.

Peinture d'époque sur entoilage de 1917 montrant des quatres cigognes du GC 12. Elle a été réalisée par Barthélémy Gevaudan peintre voilier de la SPA 26 pour l'adjudant pilote xx de la même escadrille. Le propriétaire de cette pièce, désirant ne pas être sollicité suite à la mise en ligne de cette photo, a demandé l'anonymat. Je le remercie pour m'avoir communiqué cette pièce historique - Droits réservés.

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 3, choisi à la mi-1916 à Cachy par le Commandant Brocard, représente une cigogne en vol de profil, ailes basses, qui deviendra la "Cigogne de Guynemer". Cet oiseau, imposé à toutes les escadrilles du groupe de combat 12; est l'évocation idéale de l'Alsace à libérer, un voeu fait par l'Aspirant Brocard dès Saint-Cyr.

La représentation de la cigogne "ailes basses" de la 3 a été proposée par un ancien décorateur de l'Opéra-comique affecté à la section de camouflage d'Amiens. C'est l'Adjudant Charles Borzecki, observateur-photographe, qui prépara le pochoir qui permettra de la peindre sur les avions de l'escadrille. Les cigognes peintes étant de couleurs variables.

Historique

Créée en juillet 1912 au camp d'aviation de Pau, l'escadrille BL 3 est dotée de Blériot XI-2. Elle est placée sous le commandement du Lieutenant Bellenger, un pionnier de l'aviation militaire française. Après avoir pris part aux manoeuvres du 8 au 18 septembre 1912, qui se déroulèrent dans le Poitou, cette escadrille fut envoyée sur le terrain du Champ de Mars à Belfort où elle se trouvait encore, sous les ordres de l'armée d'Alsace, lors de la déclaration de guerre.

L'escadrille BL 3 se débouble en 1913 pour former la BL 10.

Les Blériot biplaces XI-2, dont la 3 était équipée, participèrent à l'offensive contre Mulhouse, puis effectuèrent de nombreuses missions de bombardement contre les forces allemandes dans les Vosges. A la fin du mois d'août 1914, l'escadrille quitta l'Alsace pour rejoindre la VIème armée chargée de la défense de Paris, mais fut subordonnée en fait à la IXème armée du général Foch, pendant la bataille de la Marne.

Intégrée dans la VIème armée en septembre, ses équipages accomplirent des missions de reconnaissance au profit de l'armée et des observations au profit de l'artillerie. Les Blériot montrèrent vite leurs limites et furent remplacés par les Morane-Saulnier Parasol au début de l'année 1915 et fut rebaptisée MS 3. Le Capitaine Antonin Brocard prit le commandement de l'unité, le 18 mars 1915. Celle-ci accueillit dans ses rangs des pilotes qui allaient devenir célèbres Deullin, Guynemer, Tarascon. Le Capitaine Brocard remporta la première victoire de l'unité, le 3 juillet 1915, contre un Albatros C sur Dreslincourt.

Le 16 août 1915, la MS 3 gagna le terrain de Breuil-le-Sec, près de Soissons. Les équipages accomplirent plusieurs missions de bombardement avec trois Caudron G 3 qui avaient été attribués.

Le 18 août 1915, l'escadrille se débouble à nouveau pour former la MF 62.

Elle perçoit plusieurs types d'avions Nieuport à partir de juin 1915. Entièrement équipée d'avions de ce constructeur, elle prend la dénomination de N 3, en février 1916. A cette époque, les allemands venaient d'attaquer Verdun et détenaient la suprématie aérienne, obligeant le commandement français à concentrer dans ce secteur, les meilleurs pilotes de chasse. Au début de mars, Brocard, Peretti et Guynemer s'installèrent sur le terrain de Vadelaincourt pour attaquer les avions ennemis. Les victoires furent vite au rendez-vous mais des pertes furent à signaler avec la mort de Peretti et les blessures de Brocard et Guynemer.
En mai, le détachement de la N 3 quitta Verdun pour constituer avec d'autres escadrilles, le groupement de Cachy. En novembre 1916, les unités de chasse de cette formation vont se regrouper pour former l'ossature du groupement de chasse n° 12 qui sera constitué sur place en vue de la bataille de la Somme. Le GC 12 est alors placé sous le commandement du capitaine Antonin Brocard, l'ancien commandant de la N 3.

C'est à cette époque qui fut adopté l'insigne de l'unité, la cigogne à l'envol ailes basses. le 1er juillet 1916, la N 3 fut engagée dans l'offensive de la Somme, au cours de laquelle ses pilotes portèrent le score de l'unité à 65 victoires (en date du 10 octobre 1916).

L'escadrille obtient sa 100ème victoire homologuée, le 8 février 1917.

En avril 1917, l'escadrille est entièrement dotée de Spad VII, les Nieuport 11 et 17 étant démodés. Il faut quand même préciser que certains pilotes de l'escadrille avaient perçu un Spad VII beaucoup plus tôt, septembre 1916 pour Heurtaux.

L'escadrille fut placée sous les ordres de la Xème armée en juin 1917 en prévision de l'offensive sur le Chemin des Dames. Les pertes seront lourdes avec Dorme, Sanglier portés disparus et Heurtaux blessé. Envoyée sur le terrain de Bergues-Bierne, le 11 juillet 1917, la N 3 prit part à l'offensive française dans les Flandres. Les pertes seront terribles avec la perte des capitaines Guynemer et Auger, du Caporal Cornet et de la nouvelle blessure d'Heurtaux.

L'escadrille qui volait sur Spad depuis avril, reçoit enfin l'appellation de Spa 3 en octobre 1917. Elle effectue encore un court séjour dans la région de Verdun au début de l'année 1918 et prit part aux combats qui marquèrent les offensives allemandes du printemps et de l'été 1918.

Le 11 novembre 1918, la SPA 3 était l'unité la plus célèbre de l'aéronautique militaire française. Ses équipages étaient titulaires de 178 victoires homologuées. Il faut ajouter à ce total impressionnant 202 autres victoires non homologuées ou probables.

La Spa 3 participe à l'occupation de l'Allemagne et est envoyée à Gemersheim, sur le Rhin. Le 1er janvier 1920, lors de la réorganisation des escadrilles de l'aéronautique militaire, elle devient la 101ème escadrille du 2ème régiment de chasse (RC). Le 1er août, nouveau changement de numérotation dans les escadrilles françaises, elle devient 1ère escadrille du 2ème Régiment d'aviation de Chasse (RAC)

Lors de la création de l'Armée de l'Air en 1933, elle devient 1ère escadrille du Groupe de chasse I/2 (GC I/2). C'est sous cette appellation qu'elle participera à la seconde guerre mondiale.

Insignes métalliques
de l'escadrille N 3 / SPA 3

Insigne métallique de la SPA 3 - Il s'agit comme souvent à cette époque un insigne fait à l'unité - Photo Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de l'escadrille SPA 3 - Il s'agit de l'insigne personnel du Sgt Louis Georges Robert Risacher - Né le 14 juillet 1894 à Paris - Avant guerre étudiant en langues - Appelé au 46ème régiment d'infanterie, le 17 décembre 1914 - Blessé au 46ème RI, le 14 août 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 25 juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4774 à l'école d'aviation de Chartres, le 16 octobre 1916 - Différentes unités : 46ème RI - Ecoles d'aviation de Dijon - Chartres - Châteauroux - Avord - Cazaux - Pau - Escadrille N 3 du 26 juin 1917 au 1er mars 1918 - Ecole d'aviation de Pau comme moniteur du 1er mars au 17 août 1918 - Escadrille SPA 159 du 20 août 1918 au 1er trimestre 1919 - Mobilisé comme capitaine à l'EM du GC I/2 en 1939 - commandant du GARC 2/561 qui devient le GC III/10 de janvier à juillet 1940 date de sa dissolution - Cinq victoires - une blessure - Cinq citations - Croix de Guerre 1914-1918 et 1939-1945 - Commandeur de la Légion d'Honneur - Décédé à Paris, le 10 juin 1986 - Photo collection Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

Le fanion de l'escadrille SPA 3

Fanion de l'Escadrille SPA 3 - Il porte la Croix de guerre 14-18 avec 4 palmes de bronze et la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire - Photo : Musée de la BA 102 de Dijon-Longvic.

Noms de baptèmes des avions de l'escadrille 3

1 - "Vieux Charles" du Slt Georges Guynemer - 54 victoires homologuées.
Différents "Vieux Charles" : Spad XII n° 382

2 - "Petit Jo I" à "Petit Jo III" du Slt Joseph Guiguet - 5 victoires homologuées. "Petit Jo I" sur XX - "Petit Jo II" sur XX - "Petit Jo III" sur Spad VII (n° 8)

3 - "Ma Renée" du Ltt Roger Guillaumot sur Spad VII en 1916-1917.

4 - "Oiseau Bleu" du Sgt André Chainat sur Nieuport 16 en juillet 1916.

5 - "Père Dorme I" à "Père Dorme IV" du Slt René Dorme - 23 victoires homologuées - "Père Dorme I" sur Nieuport 11 - "Père Dorme II" sur Nieuport 16 en octobre 1916 - "Père Dorme III" sur Spad VII n° 314 en mars 1917.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne probable de la 1ère escadrille du 2ème RAC, époque du 1er août 1920 au 1er septembre 1933 - Fixation par deux anneaux - Il semble avoir été peint en noir sur les deux faces, dont on trouve encore des traces - Droits réservés.

Insigne métallique de la 1ère escadrille du GC I/2 en 1939-1940 - Fabrication Arthus-Bertrand - Fixation par épingle avec boléro - Insigne collection de Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Insigne d'une escadrille héritière des traditions de l'escadrille SPA 3 - Fixation par épingle à boléro - Sans marque - Droits réservés.

Insigne métallique du GC I/2 "Cigognes" de l'immédiat après-guerre - Il s'agit d'une fabrication en aluminum peint typique des années 43 à 50 - Insigne collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de la 1ère escadrille de l'escadron de chasse 1/2 "Cigognes" stationné à Dijon-Longvic Cet insigne a été homologué sous le numéro A 1104 - Je cherche des photos recto-verso de cet insigne - Photo Albin Denis.

Insigne métallique de la 2ème escadre de chasse - Cette unité est alors stationnée en Allemagne - Insigne homologué au SHD sous le n° 4660.EMGFA en 1948 - Insigne SHD de Vincennes.

Insigne de l'escadron 1/2 "Cigogne" à 2 escadrilles enregistré au SHD section Air de Vincennes sous le n° 1053, le 13 novembre 1975 - Définition héraldique de l'insigne : "Ecu ancien d’azur clair à deux cigognes au naturel, celle du chef le vol haut, celle de la pointe le vol bas, les deux brochant trois tierces d’azur sombre, d’argent et de gueules posées en barre".- Photo Albin Denis.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 3

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de l'escadron 1/2 "Cigogne" à 3 escadrilles enregistré au SHD section Air de Vincennes sous le n° 1271, le 1er décembre 1994 - Définition héraldique de l'insigne : "Ecu ancien d'azur à la traverse tiercée en barre du champ, d’argent et de gueules, à trois cigognes en vol au naturel, celle du chef les ailes hautes, celle du cœur le vol semi replié, celle de la pointe le vol abaissé, les trois posées en pal et brochantes." - Photo Albin Denis.

Insigne de l'escadron de chasse 1/2 "Cigognes" basé à Dijon-Longvic. Cet insigne a été homologué par le SHD de Vincennes sous le n° A 1389, le 1er décembre 2009. Cette unité est composée de 3 escadrilles héritées des escadrilles SPA 3, SPA 103 et SPA 26 de la Grande Guerre. Le 25 novembre 2009 (décision n° 14612 /DEF /CAB/ SDBC/ CPAG), la 3ème escadrille a repris les traditions de la SPA 26 qui a remplacée l'autre cigogne héritée elle aussi de la SPA 103 - Photo collection Patrice Gout que je remercie pour son aide précieuse.

Fanions en rapport avec les traditions
de l'escadrille SPA 3

Fanion actuel de l'escadron de chasse 1/2 "Cigognes" - Cette unité posséde 3 escadrilles héritières des traditions des escadrilles SPA 3 - SPA 103 - SPA 26 de la Grande Guerre - Il a été fabriqué par la société Proton-Capillery de Lyon (69) - Photos Jean-François Bouvier que je remercie pour son aide.

Reproduction du fanion original de l'escadrille SPA 3 de 1918 - Il a été fabriqué par la société Proton-Capillery de Lyon (69) en 2007 à l'occasion du 90ème anniversaire de la mort de Georges Guynemer - Photos Jean-François Bouvier que je remercie pour son aide.

 

Appellations successives

Périodes de stationnements


Carte des différents stationnements


Rattachements

Unités ayant appartenu au Groupe de Chasse 12
et au groupement de Cachy

[ * ] Escadrilles du groupement de Cachy

Commandants

Personnels connus

 

 

 

Batailles et
missions importantes

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

 

Décorations

Citations de l'escadrille

* La fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire a été conférée par le général commandant en chef les armées du Nord et du Nord-Est, en exécution à la circulaire ministérielle n° 2156 D du 22 février 1918, avec l'énoncé des citations à l'ordre de l'armée obtenues par cette unité.

* 1ère citation - Escadrille N 3 - "Sous les ordres de son chef, le capitaine Brocard, a fait preuve d'un allant et d'un esprit de dévouement hors de pair, dans les opérations de Verdun et de la Somme, livrant du 19 mars au 19 août 1916, trois cent trente hiot combats, abattant trente-huit avions, trois Drachens et obligeant trente-six avions fortement atteints, à atterrir." (Ordre du 13 septembre 1916.)

* 2ème citation - Escadrille N 3 - "Toujours ardente, déployant dans le combat aérien des qualités d'adresse et d'audace exceptionnelles, est devenue, sous le commandement du capitaine Brocard, particulièrement redoutable à l'ennemi. A abattu, en trois mois, du 13 août au 19 novembre 1916, trente-six avions ennemis." (Ordre du 11 décembre 1916.)

* 3ème citation - Escadrille N 3 - "Brillante escadrille de chasse, se bat sans répit sur tous les fronts depuis deux ans, montrant le plus magnifique entrain et surtout le plus bel esprit de sacrifice. Sous les ordres du capitaine Heurteaux, blessé à l'ennemi, vient de prendre part aux opérations de Lorraine et de Champagne. Pendant cette période, a abattu 53 avions allemands, ce qui porte le nombre de ses victoires à 128 avions officiellement détruits et 132 autres désemparés." (Ordre du 5 août 1917.)

* 4ème citation - Escadrille SPA 3 - "Consciente du sublime héritage d'abnégation et de sacrifice que lui a légué le capitaine Guynemer, glorieusement tombé au champ d'honneur, malgré les pertes douloureuses qu'elle a subies, au cours des opérations de 1917, maintient avec le plus bel entrain et la même ardeur sa réputation d'escadrille d'élite. Sous les ordres du capitaine Raymond, a continué d'affirmer son écrasante supériorité sur l'ennemi, allant journellement au combat avec une décision et une audace remarquables et portant le nombre de ses victoires à 175 avions officiellement détruits, 160 autres désemparés." (Décision du maréchal de France, commandant en chef les armées françaises de l'Est du 23 novembre 1918.)

Remerciements à :

- M. Bernard Klaeylé pour ses corrections de la partie historique de cette étude.
- la Famille Blamoutier
pour le prêt de ses photos.
- la Famille Colcomb pour le prêt de ses photos.
- la Famille de Guibert pour le prêt de ses photos.
- la Famille Moineville pour le prêt de ses photos.
- M. Eric Fardel pour l'envoi de ses photos du monument de Breuil-le-Sec.
- M. Jérémie Raussin pour sa photo du cortége funéraire du 18 mars 1917.
- M. Jean-Paul Milliand pour la communication des archives de son grand-père Paul Cottave-Claudet.
- Mme Annie Malfoy pour ses photos du monument Guynemer.
- M. Fabrice Rond pour sa notice concernant sur son arrière grand oncle, l'As Benjamin Bozon-Verduraz.
- M. Géraud Guillerez pour la fiche du Sgt Jules Védrines et la photo du calot du Slt Louis Risacher.
- M. André Beaumard pour l'envoi des photos prises par son grand-père, pilote de l'escadrille VC 113.
- M. Frédéric Domblides pour l'envoi de la photo de l'entoilage conservé au MAE du Bourget.
- M. Bruno Couplez pour l'envoi des photos de Jos Gelissen (Pays-Bas).
- M. Jos Gelissen pour la communication de ses photos de la tombe du caporal Marcel Cornet.
- M. Philippe Guillermin pour l'envoi des photos de Chainait et de Guynemer.
- M. David Méchin pour l'envoi des profils couleur des avions de l'escadrille 3.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Gilles de la Roche de Saint André pour la communication des photos prises par son grand-père Jean.
- Mme Laurence Denis
pour la communication des photos prises par son grand-père Gaston Rameau.
- M. Michel Delannoy pour l'envoi de la photo du Cne Brocard.
- M. Diego Valvatore pour l'envoi de la photo du Nieuport 10 n° 320 de Georges Guynemer.
- M. Jean-François Bouvier de la société Proton-Capuillery pour l'envoi des photos des différents fanions.
- M. Jean-Laurent Truc pour l'envoi de la photo de l'entoilage d'un SPAD VII de l'As Georges Guynemer

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- Guynemer - Les avions d'un As - par Bernard Klaeylé, Philippe Osché et Christophe Cony - publié par les éditions Lela Presse en novembre 1998.
- René Dorme et Joseph Guiguet - La guerre aérienne de deux As - par Marc Chassard publié aux Editions aux Arts en 2002.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett publié par Indo Editions en 2002.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet en hommage au Cne Albert Deullin par Patrick Deullin, son petit neveu - Voir le lien
- Site Internet "Les traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Forum "Pages 14-18" de Joel Huret.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 2 Escadrille 3 page 2

 

 

pas de fiche > 1918

Victoires escadrille 3 Cliquez sur l'image pour l'agrandir