Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu
Menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Monuments commémoratifs
et tombes

Monument érigé en hommage au capitaine Georges Guynemer sur le site de l'ancien terrain d'aviation de Breuil-le-Sec. Photo Eric Fardel que je remercie pour son aide.

Vue dégagée du monument érigé en hommage au capitaine Georges Guynemer - sur le site de l'ancien terrain d'aviation de Breuil-le-Sec - Photo Eric Fardel que je remercie pour son aide.

Photo prise depuis la butte qui abrite le monument en hommage au Cne Georges Guynemer sur le site de l'ancien terrain d'aviation de Breuil-le-Sec.
A comparer avec la photo de 1917-1918, ci-dessous - Photo Eric Fardel que je remercie pour son aide.

Vue du terrain d'aviation de Breuil-le-Sec pendant une visite d'EM en 1917-1918 - De gauche à droite, les hangars Bessonneau du terrain, la route d'accès - Le village de Breuil-le-Sec est dans le fond de l'image - A comparer avec la photo de 2008, ci-dessus.

Caveau de la famille du Général Bremens dans la cimetière parisien de Passy (75) - Le Cne Albert Auger, commandant de l'escadrille N 3 du 6 mai 1917 au 28 juillet 1917 y repose - Photo Alain Nicotera que je remercie pour son aide.
Cne Albert Victor Robert Auger - Né le 26 janvier 1889 à Constantine - Engagé au 11ème régiment d'infanterie, le 24 octobre 1907 - Mobilisé au 31ème régiment d'infanterie - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 25 janvier 1915 - Formation par l'école de Pau - Brevet de pilote militaire n° 928 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 11 mai 1915 - Pilote de l'escadrille C 11 du 11 mai 1915 au 29 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille N 31 du 9 septembre 1915 au 28 avril 1916 - Nommé Capitaine, le 26 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 3 du 25 octobre 1916 au 28 juillet 1917 - Commandant de l'escadrille N 3 du 6 mai 1917 au 28 juillet 1917, date de sa mort - Décédé des suites de ses blessures au combat à Dunkerque, le 28 juillet 1917 - Titulaire de 7 victoires holomoguées - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 8 novembre 1914 - Croix de Guerre - 5 citations à l'ordre de l'armée.

Recto de l'avis de décès du Cne Albert Auger, commandant de l'escadrille N 3 du 6 mai 1917 au 28 juillet 1917 - Décédé des suites de ses blessures après un combat aérien à Dunkerque, le 28 juillet 1917 - Vous y trouverez l'intégralité des citations de cet officier - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Document transmis par Clément Gilles, son arrière petit-neveu que je remercie pour son aide.

Verso de l'avis de décès du Cne Albert Auger, commandant de l'escadrille N 3 du 6 mai 1917 au 28 juillet 1917 - Vous y trouverez l'intégralité des citations de cet officier - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Document transmis par Clément Gilles, son arrière petit-neveu que je remercie pour son aide.

Tombe du caporal Etienne Marcel Cornet - pilote de l'escadrille N 3 né le 19 mai 1895 à Tain (Drôme) - Fils de Louis Cornet et de Marie Planche - Avant guerre Dessinateur - Engané au 4ème régiment de Génie, le 20 août 1914 - Muté au 6ème régiment de génie - au 2ème régiment de Génie - Tests de préselection PN à l'école d'aviation militaire de Dijon - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 20 février 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6232 à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 3 mai 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de Haute Voltige à l'école de Pau - Pilote N 156 du 8 au 20 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille N 3 du 20 juillet au 16 août 1917 - Tué au combat, aux commandes du Spad VII n° 2100, dans les environs de la ferme Gruyterzeele de Houthulst (Belgique), le 16 août 1917 - Ses adversaires étaient probablement l'Obltn Bruno Loerzer, commandant du Jasta 26 (sa 6ème victoire) et le Obflugmst Kurt Schönfelder du Jasta 7 (sa 2ème victoire) - Etienne Cornet est inhumé dans le cimetière Saint-Charles-de-Potyze d'Ypres - Photo Jos Gelissen (Pays-Bas) du forum "The Aerodrome" que je remercie pour son aide.

Tombe de la famille Dorme dans le cimetière de Fontenay-le-Fleury (Yvelines) - Le corps du Ltt René Dorme n'y repose pas car il n'a jamais été retrouvé - Il s'agit pour lui d'un cénotaphe - Contribution Régis Biaux / Alain Octavie - Photo Alain Octavie du 14 octobre 2015 que je remercie pour son aide.

Plaque en hommage au Ltt René Dorme, pilote de l'escadrille N 3, tué au combat, le 25 mai 1917, apposée sur la tombe de la famille Dorme dans le cimetière de Fontenay-le-Fleury (Yvelines) - Contribution Régis Biaux / Alain Octavie - Photo Alain Octavie du 14 octobre 2015 que je remercie pour son aide.

Panneau explicatif apposé devant la tombe de la famille Dorme dans le cimetière de Fontenay-le-Fleury - Le corps du Ltt René Dorme n'y repose pas car il n'a jamais été retrouvé - Il s'agit pour lui d'un cénotaphe qui permettait à sa famille de se recueillir sur ce lieu de mémoire - Contribution Régis Biaux / Alain Octavie - Photo Alain Octavie du 14 octobre 2015 que je remercie pour son aide.

Monument en mémoire de la première victoire du Cal Georges Guynemer et du Sol Charles Guerder, le 19 juillet 1915 - Il vient d’être installé au bord de la route longeant la ferme de la Carrière l’Evêque à Septmonts (Aisne) - Photo Serge Hoyet que je remercie pour son aide.

Monument en mémoire de la première victoire du Cal Georges Guynemer et du Sol Charles Guerder, le 19 juillet 1915 - Il est installé au bord de la route longeant la ferme de la Carrière l’Evêque à Septmonts (Aisne) - Photo Serge Hoyet que je remercie pour son aide.

Détail du monument en mémoire de la première victoire du Cal Georges Guynemer et du Sol Charles Guerder, le 19 juillet 1915 - Il est installé au bord de la route longeant la ferme de la Carrière l’Evêque à Septmonts (Aisne) - Photo Serge Hoyet que je remercie pour son aide.

Soldat Eugène Koch - Mécanicien Clerget de l'escadrille N 3 du 12 juin 1916 au 5 juin 1917 - Grièvement blessé au cours d'un bombardement aérien du terrain de Bonnemaison dans la nuit du 4 au 5 juin 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 10/21 à St-Gilles (Marne), le 5 juin 1917 - Eugène Koch repose dans la nécropole nationale de Bligny - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

Sol Eugène Joseph Koch - Né le 25 juillet 1894 à Valonne (Doubs) - Fils de Charles Koch et de Marie Clotilde Colin - Domiciliés rue du Puit n° 8 à Audincourt (Doubs) - Profession avant guerre Tourneur Mécanicien - Classe 1914 - Recrutement de Belfort sous le maticule n° 1949 - Mobilisé au 42ème régiment d'infanterie, le 23 août 1914 - Nommé Caporal, le 5 janvier 1915 - Affecté au 44ème régiment d'infanterie, le 18 février 1915 - Affecté au 109ème régiment d'infanterie, le 20 mars 1915 - Blessé par balle au bras gauche à Notre-Dame de Lorette, le 13 mai 1915 - Classé en service auxiliaire par la commision de réforme de Chaumont pour fracture du bras gauche avec limitation des mouvements du bras à angle droit, le 16 mai 1916 - Passé au 1er groupe d'aviation de l'aéronautique militaire comme mécanicien, le 22 août 1916 - Affecté au 2ème groupe d'aviation, le 11 novembre 1916 - Mécanicien de l'escadrille N 3 du 12 juin 1916 au 5 juin 1917 - Détaché au Parc 112 du 10 au 13 mai 1917 - Grièvement blessé au cours d'un bombardement aérien du terrain de Bonnemaison (Marne) dans la nuit du 4 au 5 juin 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 10/21 à St-Gilles (Marne), le 5 juin 1917 - Inhumé initialement dans le cimetière militaire de St-Gilles - Sources : Pam - MpF - Fiche Matricule du département du Territoire de Belfort - CCC escadrille N 3 - Dernière mise à jour : 14 août 2016.

Tombe du Général de Brigade Alfred Marie Joseph Heurtaux - Né le 20 mai 1893 à Nantes - Fils d'Alfred Hertaux et de Denise Le Grand de la Leraye - Entré en service actif au 9ème régiment de Hussards de Chambéry, le 10 octobre 1913 - Ecole spéciale de St-Cyr - A la déclaration de guerre, sous-lieutenant du 9ème régiment de Hussards - Blessé au combat par un coup de lance en 1914 - Passé à l'aviation comme observateur, le 1er décembre 1914 - Observateur à la MS 26 du 16 décembre 1914 au 29 janvier 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1001 en date du 29 mai 1915 - Pilote de l'escadrille MS 38 du 19 juin 1915 au 16 juin 1916 - Nommé Lieutenant, le 29 décembre 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur en juillet 1916 - Pilote de l' escadrille N 3 de 16 juin 1916 au 3 septembre 1917 - Nommé capitaine, le 18 février 1917 - Commandant de l'escadrille N 3 du 9 novembre 1916 au 6 mai 1917 - Blessé au combat, le 5 mai 1917 et 3 septembre 1917 - Mission franco-américaine - 21 victoires homologuées - 15 citations - Cabinet du Sous-secrétariat à l'Aéronautique jusqu'en 1919 - Député de Seine-et-Oise du 16 novembre 1919 au au 31 mai 1924 - Inspecteur de la chasse jusqu'en septembre 1940 - Résistant du réseau Hector - Arrêté le 3 novembre 1941 - Détenu dans plusieurs prisons - Déporté à Buchenwald, le 13 mars 1945 - Promu général de brigade aérienne en décembre 1945 - Compagnon de la Libération en juin 1945 - Grand Croix de la Légion d'Honneur, le 19 janvier 1956 - Décédé à Cires-lès-Mello, le 30 décembre 1885 - Alfred Heurtaux repose dans le cimetière des Batignolles, à Paris (75) - Photos Alain Octavie transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

Tombe du Général de Brigade Alfred Marie Joseph Heurtaux dans le cimetière des Batignolles, à Paris (75) - Photos Alain Octavie transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

Détail de la tombe du Général de Brigade Alfred Marie Joseph Heurtaux dans le cimetière des Batignolles, à Paris (75) - Photos Alain Octavie transmise par Régis Biaux, que je remercie tous deux pour leur aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Monument en hommage au Cne Georges Guynemer, commandant de l'escadrille SPA 3 - Titulaire de 53 victoires homologuées - Tué en combat aérien par le Ltn Kurt Wissemann de la Jasta 3 ou par un mitrailleur des bombardiers allemands qui croisaient dans cette zone, le 11 septembre 1917. Ce jour, il pilotait le Spad XIII n° 504 (codé "2"). Il a été tué d'une balle au front, d'une autre à l'épaule et plusieurs autres aux jambes. Ce monument a été inauguré le 8 juillet 1923. Il se dresse dans le village de Langemark- Poelkapelle, Guynemer ayant été abattu à proximité de ce village de Belgique (Flandre Occidentale, région flamande). Photo Annie Malfoy que je remercie pour son aide.

Cigogne culminant au sommet du monument Guynemer de Poelkapelle (Belgique) - Remarquez les deux pigeons qui semblent partis pour un long voyage - Photo Annie Malfoy que je remercie pour son aide.

Monument en hommage au Cne Georges Guynemer, pilote de l'escadrille N 3, sur l'emplacement de l'ancien terrain d'aviation de Cachy (80) - L'illustre pilote a stationné sur place du 16 avril 1916 au 28 janvier 1917 - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

Détail du monument en hommage au Cne Georges Guynemer, pilote de l'escadrille N 3, sur l'emplacement de l'ancien terrain d'aviation de Cachy (80) - Il illustre également l'adoption par le GC 12 de la cigogne pour toutes ses escadrilles (N 3 - N 26 - N 73 - N 103) - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

Détail du monument de l'ancien terrain d'aviation de Cachy (80) - De gauche à droite, on peut observer les cigognes des différentes escadrilles affectées au GC 12 : N 103 - N 26 - N 3 - N 73 - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

Tombe de la famille Védrines, tous aviateurs et victimes de leur passion au cimetière de Pantin (93) - Photo Ronan Furic que je remercie pour son aide.
* Adj Jules Charles Tousssaint Védrines - Brevet de pilote civil n° 312 obtenu sur Blériot XI, le 7 décembre 1910 - Auteur du record de vitesse pure aux commandes d'un Duperdussin, à 145,161 km/h, le 13 janvier 1912 - Du 20 novembre au 29 décembre 1913, il réalise la première liaison France-Egypte aux commandes d'un Blériot - Brevet de pilote militaire n° 478 en date du 28 juillet 1914 - Pilote de l'escadrille DO 22 du 28 août 1914 au XXX - Il pilote le Blériot blindé 160 HP "La Vache" - Remporte la première victoire aérienne qui ne sera pas homologuée en raison des rapports plus que houleux avec sa hiérarchie - Pilote de l'escadrille N 3 du 11 avril 1915 au 2 juin 1916 - Auteur de nombreuses missions spéciales - Nommé Adjudant, le 7 avril 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 9 juillet 1915 - Après guerre, il pose un Caudron G 3 sur le toit des galeries Lafayette du Boulevard Hausmann, le 19 janvier 1919 - Il est tué, avec son mécanicien Guillian, à bord d'un Caudron G 23, tombé à Saint-Rambert-d'Albon, lors de l'inauguration de la ligne Paris-Rome.

Tombe de la famille Védrines au cimetière de Pantin (93) - Marquage en souvenir de Jules Védrines, célèbre pilote civil et militaire des escadrilles DO 22 et N 3 - Brevet de pilote civil n° 312 obtenu sur Blériot XI, le 7 décembre 1910 - Brevet de pilote militaire n° 478 en date du 28 juillet 1914 - Photo Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Tombe du Slt Gabriel Paul Foucault - Né le 1er juillet 1879 au Mans (Sarthe) - Classe 1899 - Recrutement au Mans sous le n° matricule 1631 - Service militaire au 75ème régiment d'infanterie à compter de novembre 1900 - Profession avant guerre Avocat - Brevet de pilote militaire n° 844 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 21 avril 1915 - Pilote de l'escadrille MF 55 du 4 mai au 18 juillet 1915 - Section Maurice Farman du RGA du 19 juillet 1915 au 22 septembre 1915 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 22 septembre 1915 - Division Nieuport de la RGA du 22 septembre au 28 octobre 1915 - Stage de perfectionnement sur Nieuport à l'école d'aviation militaire d'Avord du 28 octobre au 26 décembre 1915 - GDE du Plessis-Belleville du 7 février au 2 mai 1916 - Pilote de l'escadrille N 3 du 2 au 16 mai 1916 - Décédé au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un Nieuport 12, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 - Il faisait équipage avec le soldat Paul Soreau, qui a également été tué dans l'accident - Robert Graffin repose au cimetière St Acheul d'Amiens - Photo Claude Dannau que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille R. Soreau dans le cimetière des Batignolles (Paris 17ème) - Le Soldat Paul Soreau, mitrailleur de l'escadrille N 3, tué au cours d'un accident aérien, à bord d'un Nieuport 12, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 y repose - Il faisait équipage avec le Slt Gabriel Foucault (pilote) a également perdu sa vie - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Caveau de la famille R. Soreau dans le cimetière des Batignolles (Paris 17ème) - Le Soldat Paul Soreau, mitrailleur de l'escadrille N 3, tué au cours d'un accident aérien, à bord d'un Nieuport 12, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 y repose - Il faisait équipage avec le Slt Gabriel Foucault (pilote) a également perdu sa vie - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Détail du caveau de la famille R. Soreau dans le cimetière des Batignolles (Paris 17ème) - Le Soldat Paul Soreau, mitrailleur de l'escadrille N 3, tué au cours d'un accident aérien, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 y repose - Il faisait équipage avec le Slt Gabriel Foucault (pilote) a également perdu sa vie - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Détail du caveau de la famille R. Soreau dans le cimetière des Batignolles (Paris 17ème) - Le Soldat Paul Soreau, mitrailleur de l'escadrille N 3, tué au cours d'un accident aérien, sur le terrain de Cachy, le 16 mai 1916 y repose - Il faisait équipage avec le Slt Gabriel Foucault (pilote) a également perdu sa vie - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Ferme de la Bonne Maison à Courville (Marne) - L'escadrille N 3 a stationné sur le terrain proche de cette ferme du 26 mars au 11 juillet 1917 - On aperçoit la plaque en hommage au Cne Georges Guynemer, l'As au 54 victoires homologuées de l'escadrille N 3 - Photo Serge Hoyet que je remercie pour son aide.

Plaque en hommage au Cne Georges Guynemer sur le mur de la ferme de la Bonne Maison à Courville (Marne) - Photo Serge Hoyet que je remercie pour son aide.

Tombe du Slt Gabriel Paul Foucault - Né le 1er juillet 1879 au Mans (Sarthe) - Fils de Gabriel Foucault et de Noémie Marie Fonqueray - Domiciliés au 41, rue des Maillets au Mans (Sarthe) - Profession avant service militaire Etudiant - Classe 1899 - Recrutement du Mans sous le matricule n° 1631 - Service militaire au 82ème régiment d'infanterie, à compter du 14 septembre 1900 - Nommé Caporal, le 21 septembre 1901 - Envoyé dans la disponibilité, le 21 septembre 1901 - A accompli une période d'exercice au 82ème régiment d'infanterie du 20 juillet au 17 août 1903 - Nommé Sergent, le 16 septembre 1903 - A renoncé à sa dispense, comme étudiant en droit, pour accomplir les deux années de service dont il avait été dispensé, le 30 octobre 1903 - Rappelé à l'activité au 82ème régiment d'infanterie, le 16 novembre 1903 - Affecté au 117ème régiment d'infanterie, le 21 août 1904 - Envoyé dans la disponibilité, le 23 septembre 1905 - Domicilié au 1, rue d'Orléans à St-Mâlo, à compter du 2 janvier 1906 - Nommé Adjudant de réserve, le 15 décembre 1907 - Domicilié Boulevard Robert Surcouf à St-Servan, à compter du 22 décembre 1908 - Profession avant guerre Avocat - A accompli une période d'exercice au 47ème régiment d'infanterie du 15 novembre au 1er décembre 1909 - Domicilié "Villa Cyclamen" boulevard Châteaubriant à Paramé, à compter du 11 septembre 1910 - Domicilié à Rennes, à compter du 21 février 1912 - Rappelé à l'activité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Affecté au 75ème régiment d'infanterie territoriale, le 6 août 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 30 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur au camp retranché de Paris, le 23 novembre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 844 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres sur avion Maurice Farman, le 21 avril 1915 - A l'école de Chartres, jusqu'au 24 avril 1915 - Pilote de l'escadrille MF 55 du 4 mai au 18 juillet 1915 - Pilote de la section Maurice Farman de la RGA du 19 juillet au 28 octobre 1915 - Malade pendant son affectation à la RGA, convalescence jusqu'au 22 septembre 1915 - Pilote à la division Nieuport de la RGA du 22 septembre au 28 octobre 1915 - Stage Nieuport ("Avion rapide") à l'école d'aviation militaire d'Avord du 28 octobre au 26 décembre 1915 - Pilote du GDE du Plessis-Belleville du 26 décembre 1915 au 2 mai 1916 - Pilote de l'escadrille N 3 du 2 au 16 mai 1916 - Tué au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un Nieuport 12, sur le terrain d'aviation de Cachy, le 16 mai 1916 - Il faisait équipage avec Sol Paul Soreau, mitrailleur, qui a également perdu la vie dans l'accident - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 18 mai 1916 - Gabriel Foucault repose dans le cimetière St-Acheul d'Amiens (Somme) - Sources : Pam - CCC escadrille N 3 - Liste des brevets militaires - Fiche matricule du département de la Sarthe - MpF - JORF- Dernière mise à jour : 1er novembre 2016 - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Ltt Gabriel Foucault, pilote à l'escadrille N 3, en date du 18 mai 1916 : "Dans l'aviation depuis le début de la guerre. A fait preuve comme observateur et pilote de qualités de sang-froid, de bravoure et de dévouement. A trouvé une mort glorieuse, le 16 mai 1916, au cours d'une mission aérienne."

Tombe du Sol Jean Camille Demange - Né le 5 novembre 1895 à Lyon 5ème (Rhône) - Fils de Constant Marius Eugène Demange et de Jeanne Garnier - Domiciliés au 11, chemin Croix Berthet à Ste-Foy-les-Lyon (Rhône) - Profession avant guerre Mécanicien automobile - Classe 1915 - Recrutement du bureau central de Lyon sous le matricule n° 522 - Mobilisé au 30ème bataillon de chasseurs alpins caserné à Grenoble (Isère), à compter du 15 décembre 1914 - En sursis d'appel comme employé des établissements Voisin à Lyon - Détaché de son unité d'origine et passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien du 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 6 mai 1915 - Affecté au service du Sgt Jean Hénin et le suivra dans toutes ses mutations comme 1er mécanicien de ce pilote - Mécanicien de la 4ème section d'avions canons - Mécanicien des 8ème et 9ème sections d'avions canons - Stage au GDE du 3 au 12 mars 1916 - Mécanicien de l'escadrille VC 111 / SOP 111 du 14 mars 1916 au 13 mai 1917 - Stage au GDE du XXX au 4 janvier 1917 - Mission au GDE du 16 au 24 février 1917 - En subsistance à l'escadrille V 114 - Mission à la RGA de Luxeuil du 28 mars au 29 mars 1917 - En subsistance à l'escadrille SOP 66 du 9 au 11 avril 1917 - Affecté avec son pilote au GC 12 - Mécanicien de l'escadrille N 3 du 13 mai au 13 juillet 1917 - Grièvement blessé par l'hélice d'un SPAD VII qu'il venait de brasser avant démarrage, sur le terrain de Beurgue-Bierne, le 13 juillet 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital militaire de Dunkerque (Nord) - Jean Demange repose dans la nécropole nationale de Dunkerque - Sources : Pam (2 fiches) - CCC de l'escadrille VC 111 - CCC de l'escadrille N 3 - Fiche matricule du département du Rhône - MpF - Dernière mise à jour : 2 septembre 2017 - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

 

Documents officiels
et papiers divers

Photo recto de la carte d'identité n° 909 de pilote d'avion du Slt Georges Guynemer - Elle a été récupérée par les fantassins allemands qui sont intervenus sur le lieu de chute du SPAD XIII n° 504, le 11 septembre 1917 - Cette pièce est conservée par les traditions de l'escadron de chasse 1/2 "Cigognes", actuellement stationné sur la base aérienne 116 de Luxeuil-les-Bains - Photo transmise par Frédéric Lafarge, le délégué au patrimoine historique de la BA 102 de Dijon-Longvic, que je remercie pour son aide.

Photo verso de la carte d'identité n° 909 de pilote d'avion du Slt Georges Guynemer - Elle a été récupérée par les fantassins allemands qui sont intervenus sur le lieu de chute du SPAD XIII n° 504, le 11 septembre 1917 - Cette pièce est conservée par les traditions de l'escadron de chasse 1/2 "Cigognes", actuellement stationné sur la base aérienne 116 de Luxeuil-les-Bains - Photo transmise par Frédéric Lafarge, le délégué au patrimoine historique de la BA 102 de Dijon-Longvic, que je remercie pour son aide.

Le 11 septembre 1917, huit jours après que lui ait été confié le commandement de "son" escadrille (en remplacement du capitaine Alfred Heurtaux, grièvement blessé à la jambe en combat aérien), Georges Guynemer disparut, tué vers 9 h 30 d'une balle dans la tête près du village belge de Poelcapelle. Il avait décollé une heure plus tôt aux commandes du Spad XIII n° 504 du terrain de Saint-Pol-sur-Mer près de Dunkerque (Nord). Son biplan s'écrasa dans le no man's land, où sa dépouille fut formellement identifiée par un soldat allemand, le Feldwebel Theodore Ziegler, du 413ème régiment d’infanterie, grâce à la photographie figurant sur la "carte d’identité de pilote d’avion" de l’as qui fut trouvée dans son portefeuille : "Seul, un craquement de métal se fit entendre. L’expérience, sur ce coin du front, nous avait appris que ce ne pouvait être qu’un avion de plus, écrasé dans la boue comme tant de ses prédécesseurs. Je me rendis aussitôt, avec quelques-uns de mes hommes, à la recherche de cet avion. À 200 m de notre abri, nous trouvons un avion français totalement détruit par sa chute. Dans les débris, pas de pilote ! Aux environs immédiats non plus. Le moteur de l’avion s’était enfoncé dans la boue de plus d’un demi-mètre, mais nous entreprîmes quand même d’enlever les parties les plus légères. Tout en dessous, nous trouvons le corps de l’aviateur, dans un état déplorable." (propos du lieutenant R. Wendler extraits du Livre du Régiment d’Infanterie 413, établi par Theodore Ziegler). Peu après, le biplan et son pilote furent pulvérisés par le feu de l’artillerie britannique. C'est cette carte d’identité qui, le 27 septembre, fut reproduite par la presse allemande, ce qui réduisit à néant l’espoir, quelque peu artificiellement entretenu, d’une disparition ou d’une "capture" de l’aviateur. Dans les années trente, ce document d’une valeur inestimable fut rendu à la France par les autorités du Reich. Il est conservé, de nos jours, sur la base aérienne 116 de Luxeuil-les-Bains, lieu de stationnement de l’escadron de chasse 1/2 "Cigognes" (dépôt du Service historique de la Défense).

Texte de Frédéric Lafarge, délégué au patrimoine historique de la BA 102 de Dijon-Longvic que je remercie pour son aide.

L'ensemble des papiers du Cne Georges Guynemer retrouvés par les troupes allemandes sur son corps, dans la région de Poelkapelle, le 11 septembre 1917 - Copies publiées dans la Gazette des Ardennes - Edition Illustrée  N° 46, du 11 octobre 1917 - Archives de la bibliothèque universitaire d'Heidelberg (RFA).

26ème citation du Cne Georges Guynemer stylisée par l'éditeur-imprimeur Jean Cussac Collection Taz-de-Tahiti du forum Insignes & Médailles que je remercie pour son aide.

Dernière citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Cne Georges Guynemer, en date du 16 octobre 1917 - Il s'agit ici d'un tableau peint reprenant les insignes des escadrilles qui composaient le GC 12, à savoir les SPA 3 - SPA 26 - SPA 73 - SPA 103 - Il était la propriété du Cdt François Battesti, l'As de la SPA 73 avec 7 victoires homologuées - Photo transmise par M. Jean Caillou, que je remercie pour son aide.

Documents officiels
et papiers divers

Bande des As de la N 3 - De gauche à droite : Cne Antonin Brocard chef de la N 3 - Slt Georges Guynemer (54 victoires) - Slt René Dorme (23 victoires) - Cne Alfred Heurtaux (21 victoires) - Cne Albert Deullin (20 victoires) - Ltt Mathieu Tenant de la Tour (9 victoires) - Carte postale d'époque.

Carte de la commission administrative des hospices civils de Nancy signée en février 1917, lors du passage des grands noms de l'escadrille des cigognes, à l'hôpital civil de Nancy : Brocard - Heurtaux - Dorme - Guynemer - De La Tour - Deullin - Carte collection Norman Destexhe que je remercie pour son aide.

Fiche de renseignements du Sgt Jules Védrines affecté à l'escadrille MS 3 du Cne Antonin Brocard à partir du 12 mars 1915 - Document Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

Lettre de l'Adjudant René Dorme, pilote de l'escadrille N 3, secteur postal 61 à M. Henri Michel infirmier, service de santé de place Secteur Postal 24 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Collection Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

Lettre accompagnée d’une photo dédicacée de lui. Le cachet postal est daté du 19 décembre 1916, la veille de sa blessure en combat aérien en patrouille avec Guiguet au-dessus d’Athies.

N 3 Secteur postal 61, le 18 décembre 1916

Mon cher Compatriote,
je m’empresse de venir vous remercier sincèrement de votre charmante lettre, et des chaleureuses félicitations que vous m’y adressez. Vos paroles me rappellent tant notre bonne ville de Briey à laquelle je pense souvent et que j’espère revoir moi aussi. Je suis heureux de savoir que vos sœurs ont pu rentrer. Mes parents après être resté dix mois à Briey, ont été rapatriés par la Suisse et sont réfugiés chez une de mes sœurs, près de St-Cyr.
Vieillis mais en bonne santé, je les vois assez souvent.

Moi, ça va très bien ; Je crois inutile de vous raconter ma vie ; mes "exploits" !! sont tout simplement normaux; je ne fais qu’user de mon mieux du moyen qui m’est donné, pour me venger de l’envahisseur et servir notre chère France.
Je vous suis très reconnaissant de vouloir bien m’associer à vos prières; ma foi est également profonde et chaque fois que je frappe, c’est pour dieu et la France.
Au revoir mon cher ami;
Acceptez cette photo en souvenir affectueux et une bien cordiale poignée de mains.

Dorme

La photo de René Dorme envoyée avec la lettre et datée du 18 décembre 1918 - Collection Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

 

Décorations de l'As René Dorme conservées à la Mairie du Bourget - Ces décorations ont été remises, selon la volonté de l'aviateur, au moment de sa disparition à l'abbé Marcadet dont il fréquentait l'église. Ensuite ce dernier les aurait cédées à la mairie du Bourget. Photo Ronan Furic que je remercie pour son aide.


Décorations de l'As Georges Guynemer conservées à la mairie du Bourget - Photo Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Médaille militaire et insigne d'escadrille originaux du Cne Georges Guynemer. Ces pièces sont conservées et exposée au musée des Armées aux Invalides, Paris. Photo Réunion des Musées de France.

 

Souvenirs en rapport

Empennage du Gotha G III du Kagohl 2 abattu dans la région de Bouconville par le Ltt Georges Guynemer (31ème victoire homologuée) et l'Adj André Chainat (11ème victoire homologuée), le 8 février 1917 - Le Kagohl 2 était stationné sur le terrain de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne) - L'équipage allemand de 3 hommes a été fait prisonnier - Les restes du bombardier Allemand a été exposé sur la place Stanislas de Nancy - L'empennage du bombardier allemand a été offert par une délégation de l'escadrille N 3 au musée Lorrain de Nancy où il est actuellement conservé dans les réserves, après avoir été restauré - Le bas de l'empennage a été tranché par le cadrage du cliché - Voir le gros plan des marquages d'époque : 377 - GWF - B - Photo Musée Lorrain de Nancy transmise par Benoit Denet du service documentation du musée.

Tenues et uniformes

Bonnet de police modèle 1877 bleu horizon ayant appartenu au Sgt Louis Georges Robert Risacher de l'escadrille SPA 3 - Né le 14 juillet 1894 à Paris - Avant guerre étudiant Etudiant en langues - Appelé au 46ème régiment d'infanterie, le 17 décembre 1914 - Blessé au 46ème RI, le 14 août 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 25 juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4774 à l'école d'aviation de Chartres, le 16 octobre 1916 - Différentes unités : 46ème RI - Ecoles d'aviation de Dijon - Chartres - Châteauroux - Avord - Cazaux - Pau - Escadrille N 3 du 26 juin 1917 au 1er mars 1918 - Ecole d'aviation de Pau comme moniteur du 1er mars au 17 août 1918 - Escadrille SPA 159 du 20 août 1918 au 1er trimestre 1919 - Mobilisé comme capitaine à l'EM du GC I/2 en 1939 - commandant du GARC 2/561 qui devient le GC III/10 de janvier à juillet 1940 date de sa dissolution - Cinq victoires - une blessure - cinq citations - Croix de Guerre 1914-1918 et 1939-1945 - Commandeur de la Légion d'Honneur - Décédé à Paris, le 10 juin 1986 - Photo M. Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- M. Bernard Klaeylé pour ses corrections de la partie historique de cette étude.
- la Famille Blamoutier
pour le prêt de ses photos.
- la Famille Colcomb pour le prêt de ses photos.
- la Famille de Guibert pour le prêt de ses photos.
- la Famille Moineville pour le prêt de ses photos.
- M. Eric Fardel pour l'envoi de ses photos du monument de Breuil-le-Sec.
- M. Jérémie Raussin pour sa photo du cortége funéraire du 18 mars 1917.
- M. Jean-Paul Milliand pour la communication des archives de son grand-père Paul Cottave-Claudet.
- Mme Annie Malfoy pour ses photos du monument Guynemer.
- M. le Capitaine Fabrice Rond pour sa notice concernant sur son arrière grand oncle, l'As Benjamin Bozon-Verduraz.
- M. Géraud Guillerez pour la fiche du Sgt Jules Védrines et la photo du calot du Slt Louis Risacher.
- M. André Beaumard pour l'envoi des photos prises par son grand-père, pilote de l'escadrille VC 113.
- M. Frédéric Domblides pour l'envoi de la photo de l'entoilage conservé au MAE du Bourget.
- M. Bruno Couplez pour l'envoi des photos de Jos Gelissen (Pays-Bas).
- M. Jos Gelissen pour la communication de ses photos de la tombe du caporal Marcel Cornet.
- M. Philippe Guillermin pour l'envoi des photos de Chainait et de Guynemer.
- M. David Méchin pour l'envoi des profils couleur des avions de l'escadrille 3.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Gilles de la Roche de Saint André pour la communication des photos prises par son grand-père Jean.
- Mme Laurence Denis
pour la communication des photos prises par son grand-père Gaston Rameau.
- M. Michel Delannoy pour l'envoi de la photo du Cne Brocard.
- M. Diego Valvatore pour l'envoi de la photo du Nieuport 10 n° 320 de Georges Guynemer.
- M. Norman Destexhe pour l'envoi de la carte signée par les Cigognes.
- M. Claude Dannau pour l'envoi de la tombe du Slt Gabriel Foucault.
- M. Jean Caillou pour la transmission des archives du Cdt François Battesti.
- M. Alain Octavie pour l'envoi de ses photos des tombes d'aviateurs.
- M. Régis Biaux pour la communication des photos d'Alain Octavie.
- M. Serge Hoyet pour ses photos de la ferme de Bonne Maison et le monument de Septmonts.
- M. Frédéric Lafarge,
délégué au patrimoine historique de la BA 102 de Dijon-Longvic, pour les photos de la carte d'identité du Cne Georges Guynemer.
- M. Yves Castelain pour l'envoi des photos des tombes d'aviateurs.
- M. Benoit Denet du service documentation du Musée Lorrain de Nancy pour la transmission de la photo de l'empennage du Gotha G III.
- M. Clément Gilles pour l'envoi de l'avis de décès de son arrière grand oncle.
- M. Géraud Guillerez pour l'envoi de la lettre de René Dorme.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- Guynemer - Les avions d'un As - par Bernard Klaeylé, Philippe Osché et Christophe Cony - publié par les éditions Lela Presse en novembre 1998.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- René Dorme et Joseph Guiguet - La guerre aérienne de deux As par Marc Chassard publié aux Editions aux Arts en 2002.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 3 page 3 Victoires Escadrille 3

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur k'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir