Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselage

Insigne de l'escadrille C 13 peint sur un des Caudron G 6 au début 1917 - Dessin d'après photo Albin Denis.

Insigne peint sur le fuselage - Le cercle est maintenant continu - Dessin Albin Denis

Variante d'Insigne peint sur le fuselage - Dessin Albin Denis

Symbolique

L'escadrille 13 utilisait comme insigne le nombre "13" inscrit dans un cercle noir ou rouge. Il n'est pas aisé de déterminer la période à partir de laquelle il a été adopté. Il est visible sur les Caudron G 4 de l'escadrille pendant son stationnement sur le terrain de Senoncourt du 3 janvier au 27 janvier 1917. L'insigne n'est pas porté sur le fuselage des avions mais sur le plan fixe horizontal de la queue, et donc seulement visible du haut, ce qui ne facilite pas l'identification.

 

Historique succinct

Créée sur le terrain de Mourmelon en 1912, l'escadrille n° 13 a volé sur biplans Henri Farman HF 11 puis HF 20. Elle était commandée par le capitaine André Provillard. Stationnée au camp de Châlons, elle est affectée à la IIIème armée du géréral Ruffey, le 2 août 1914. Elle participe à la bataille des Ardennes sur la Chiers et la Crusnes où l'armée défend les passages sur la Meuse. Elle est transférée à la Xème armée le 20 octobre 1914 et participe à des actions offensives sur Souchez.

Elle devient escadrille organique du 15ème Corps d'armée, le 25 février 1915. Elle restera attachée à cette grande unité jusqu'à sa dissolution. En mai 1915, elle reçoit des Caudron G 3 et prend l'appellation d'escadrille C 13.

Maintenant sous les ordres du capitaine Louis Mazier, le 15ème corps et l'escadrille C 13 sont respectivement transférées à la IIème armée, le 19 mai 1916, puis à la IVème Armée en Champagne, le 5 janvier 1916. Le 19 mai 1916, la C 13 passe sous les ordres de la IIème armée dans le secteur de Verdun où elle est engagée sur le secteur de la Hayette et le bois d'Avocourt. En août 1917, elle participe à la 2ème bataille offensive de Verdun. Elle reste dans ce secteur jusqu'en septembre 1917 où elle touche des avions Sopwith 1A2. Elle prend alors l'appellation de SOP 13.

En mars 1918, l'escadrille touche des avions Salmson 2A2 et devient le 10 mars 1918, l'escadrille SAL 13. Le 16 juin 1918, elle est engagée dans la bataille du Matz sur Antheuil et Chevincourt. Du 10 au 30 août, elle participe à la 3ème bataille de Picardie dans la région de Marquéglise, Le Plessier et Ribecourt et le 17 août sur Noyon.

Du 30 août au 27 septembre, l'ensemble des unités du 15ème corps d'armée pousse contre la ligne Hindenburg et avance jusqu'à le Tergnier et de Tiez. Puis ce sont des combats dans la région de Saint Quentin, le 29 septembre, dans la région des monts d'Origny, le 16 octobre en coopération avec l'armée britannique.

En novembre 1918, l'escadrille et le 15ème Corps d'armée, dont elle dépend, sont rattachés à la 1ère armée. Ces unités participent à la 2ème bataille de Guise, du 4 au 6 novembre 1918. Le 11 novembre 1918, l'escadrille SAL 13 est stationnée 3 à Fonsommes dans l'Aisne. Pendant l'hiver 1918-1919, elle est envoyée dans les Vosges puis en Alsace.

Ses équipages ont remporté deux victoires homologuées.

Finalement dissoute, le 16 juillet 1919, sur le terrain de Pau, ses traditions seront reprises par la 1ère escadrille du 39ème régiment d'aviation.

Insigne métallique
de l'escadrille SAL 13

Insigne métallique de l'escadrille SAL 13 ou d'une unité héritière de ses traditions - Droits réservés.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SAL 13

Les traditions de cette escadrille n'ont pas été reprises depuis le 1er janvier 1938.

Insignes métalliques des
unités détentrices de ses traditions

 

 

 

Appellations successives


Lieux de stationnements

 

Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

 

Rattachements de l'escadrille

Unités rattachées au
15ème Corps d'Armée

L'escadrille C 13 a été rattachée au 15ème Corps d'armée du 25 février 1915 jusqu'à sa dissolution, le 16 juillet 1919. L'escadrille SOP 270 a été créée par dédoublement de l'escadrille SOP 13, le 16 février 1918.

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 13

 

 

 

Commandants

Personnels connus

 

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations


 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

Nb : les pertes du 25 août 1914, le soldat Victorin Garaix, pilote et le Ltt Albert
Barthélémy de Saizieu sont comptabilisées à la MF 16 d'où ils étaient détachés.

 

Les hommes

Présentation du fanion de l'escadrille C 13 par les mécaniciens de l'unité sur le terrain de Vauciennes (Oise) en fin août 1915 - La C 13 vient d'être récompensée d'une citation à l'ordre de l'armée - L'avion en arrière plan est un Caudron G 4 - Photo SHD du château de Vincennes.

Navigants de l'escadrille C 13 pendant l'été 1915 - Le caporal Marcel Bapt, pilote de l'escadrille C 13 du 7 avril 1915 au 26 avril 1916, est le 3ème à partir de la gauche - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Bapt, transmise par Mireille Rameil, sa fille, que je remercie pour son aide.

Ltt Jean Pecquet pose à coté d'un Caudron G 4 de l'escadrille C 13 sur le terrain de Senoncourt en janvier 1917 - L'insigne de l'escadrille, le chiffre "13" dans un cercle est visible sur le plan fixe horizontal de la queue, et donc seulement visible du haut, ce qui ne facilite pas l'identification.

Ltt René Louis Roger Vandelle - Né le 5 février 1887 à Moissey - Service militaire au 44ème régiment d'infanterie à compter du 6 février 1905 - En formation à l'école de Mourmelon en Décembre 1911 - Il vole sur Farman HF III, HF 6 et HF 10 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 785 obtenu le 3 Mars 1912 - Brevet militaire n° 186 du 14 décembre 1912 - En 1912, Vandelle  vole sur l'avion  Farman HF 16 n° 64 baptisé "Le Lorrain" offert par les sociétés alliées des grands magasins - En 1913, il est au camp de Chalons - Participe à l'Aérocible Michelin, le 5 novembre 1913 - Pilote de l'escadrille HF 13 du 1er octobre 1914 au 21 octobre 1915 - Citations à l'ordre de l'armée les 4 novembre 1914 puis 23 novembre 1914 avec attribution de la Médaille Militaire - Nommé sous-lieutenant, le 1er trimestre 1915 - Stage sur Caudron G 4 à la RGA du Bourget du 23 avril au 9 mai 1915 - Citation à l'ordre de corps d'armée le 10 septembre 1915 avec Croix de Guerre avec étoile vermeil - Convoyage avion à la RGA du Bourget du 5 au 30 octobre 1915 - Nommé Lieutenant, le 26 décembre 1915 - Blessé au combat, par des éclats d'obus, aux commandes d'un Caudron G 4, le 24 février 1916 - Son avion s'écrase et il est évacué grièvement blessé à l'ambulance 3/15 de Somme-Bionne - Citation à l'ordre de l'armée le 1er mars 1916 avec Chevalier de la Légion d'Honneur - Après longue convalescence, il est muté à l'école du tir aérien de Cazaux fin 1916 à la formation au tir, puis à Dijon en 1922 - Photo Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget.

Adjudant Pierre Delage - pilote de l'escadrille 13 - Né le 19 août 1887 à la Coquille (Dordogne) - Armé d'origine : 12ème régiment d'infanterie - Passé à l'aviation, le 1er octobre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5268 en date du 26 janvier 1917 à Avord - Affecté à l'escadrille 13 du 17 juin 1917 au 19 juillet 1918 - Différentes escadrilles : C 13 - SOP 13 - SAL 13 - SPA 93 - 7 victoires homologuées - 5 citations - Tué en combat aérien, le 4 octobre 1918 - Photo : SHD section Air de Vincennes.

Soldat de 2ème classe Victorin Mary Ernest Garaix - Né le 8 novembre 1890 à Taulignan (26) - Brevet de l'Aéroclub de France n° 1133 - Pilote de l'escadrille HF 13 du début août 1914 au XXX - Détaché à l'escadrille MF 16 du XXX au 23 août 1914, date de sa mort - Il trouve la mort dans les environs de Tucquegnieux, en compagnie du Ltt Albert Barthélémy de Salzieu (HF 13), lors d'une mission de bombardement et de reconnaissance, le 23 août 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Soldat pilote aviateur de grande valeur. parti en reconnaissance sur un avion armé de grande puissance, a trouvé la mort au cours de sa mission."

Caporal Abel Henri Pierre Neurrisse - Né le 2 septembre 1877 à Taller (Landes) - Fils de Jean Neurrisse et de Marie Moïse - Appelé (service militaire) au 34ème régiment d'infanterie stationné à Mont-de-Marsan, le 1er novembre 1898 - Nommé Caporal en septembre 1899 - Profession avant guerre Instituteur - Domicilié à Pomarez (Landes) - Marié avec un garçon - Mobilisé au 141ème régiment d'infanterie territorial, le 3 août 1914 - Passé à l'aviation comme dessinateur, le 4 septembre 1915 - Muté au Parc aéronautique n° 1 de Jonchery du 4 au 17 septembre 1915 - Dessinateur photo de l'escadrille C 13 du 17 septembre 1915 au 19 mars 1917 - Mission au RGAé par voie ferrée du 11 au 21 décembre 1915 - Mission au Parc 5 de Bar-le-Duc du 29 au 30 juillet 1916 - En mission à l'escadrille C 104 du 1er au 4 janvier 1917 - Stage de chef d'équipe photographe au GDE (Groupement des Divisions d'Entrainement) du 18 au 26 février 1917 - Muté escadrille N 76 suivant message n° 11307 du GQG en date du 17 mars 1917 - Chef d'équipe dessinateur photographe de l'escadrille N 76 du 21 mars au 13 septembre 1917 - Inventeur d'un système pour reproduire à l'échelle les vues aériennes - Nommé Sergent, le  1er juin  1917 - Muté DTJ de Bordeaux à partir du 13 septembre 1917 suite à note du général en Chef n° 2066 en date du 13 septembre 1917 - Photo Abel Neurrisse transmis par Mme Michèle Neurrisse, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Cne Pierre Henri Louis Chrysostome Hadengue - Né le 24 janvier 1893 à Etalon (Somme) - Fils d'Albert Hadengue et de Madeleine Pluchet - Profession avant guerre Agriculteur - Engagé au 4ème régiment de cuirassiers, le XX octobre 1913 - Nommé Sous-lieutenant - Brevet de pilote militaire n° 2078 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 14 décembre 1915 - Présent à l'école militaire d'aviation de Chartres, jusqu'au 21 décembre 1915 - Pilote du GDE (Groupement des Division d'Entrainement) du 21 décembre 1915 au 8 février 1916 - Affecté à l'escadrille MF 22 par l'ordre d'affectation n° 18697 du GQG, en date du 2 février 1916 - Pilote de l'escadrille MF 22 / F 22 du 13 février 1916 au 3 octobre 1917 - Nommé Lieutenant, le 5 juillet 1916 (JO de la République française du 12 juillet 1916) - Commandant par Intérim de l'escadrille F 22 du 16 au XX novembre 1916 - Pilote de l'escadrille SOP 13 du 4 octobre 1917 au 16 février 1918 - Mission au RGA (convoyage d'un Sopwith 1A2) du 25 au 30 octobre 1917 -  Commandant de l'escadrille SOP 270 / SAL 270 du 16 février 1918 au 5 avril 1919 - Détaché pour l'entrainement sur Salmson 2A2 du 5 au 13 juillet 1918 - Nommé Capitaine de réserve, à titre temporaire, le 14 août 1918 - Evacué sur l'hôpital mixte de Rambervillers (88), le 19 mars 1919 - Le Slt Fernand Roussel, observateur, assure la permanence du commandement jusqu'au 5 avril 1919, date de la dissolution de l'escadrille - Affecté au 11ème régiment d'aviation - Nommé Capitaine à titre définitif, le 15 juillet 1925 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 11 novembre 1938 - Photo Pierre Hadengue transmise par Olivier Demoinet, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Adj Jean Isidore Marcel Bapt - Né le 3 avril 1893 à Condat-en-Feniers (Cantal) - Fils de Jean Bapt et de Marie Serre, négociants à Alger (Algérie) - Elève de l'école civile de pilotage Caudron au Crotoy - Brevet de pilote civil n° 1594, le 22 janvier 1914 - Classe 1913 - Recrutement de Clermont-Ferrand sous le matricule n° 1240 - Mobilisé au 54ème régiment d'artillerie stationné à Lyon, le 14 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 19 septembre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 713 obtenu à l'école militaire de Pau, le 15 mars 1915 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation de Buc - Pilote du RGA du XXX au 7 avril 1915 - Pilote de l'escadrille C 13 du 7 avril 1915 au 26 avril 1916 - Nommé Caporal, le 27 avril 1915 - Détaché à l'escadrille MF 2 du 31 mai au 7 juin 1915 - Nommé Sergent, le 15 juillet 1915 - Stage de prise en main sur Caudron G 4 à Lyon-Bron du 5 au 16 août 1915 - Croix de guerre et citation à l'ordre du 15ème corps d'armée, le 4 octobre 1915 - Mission à la RGA du 4 au 10 octobre 1915 - Entrainement sur Caudron R 4 à Lyon-Bron du 17 janvier au 12 février 1916 - Affecté au GDE du Plessis-Belleville sur Caudron R 4 à compter du 26 avril 1916 - Pilote détaché du RGA du 13 mai au 6 septembre 1916 - Convoyage d'un Caudron R 4 de Lyon-Bron vers la RGA, le 7 juin 1916 - Nommé Adjudant, le 12 juin 1916 - En mission pour réception des avions DMF du 21 août au 6 septembre 1916 - Pilote du SFA de Villacoublay, du 6 au 21 septembre 1916 - Pilote convoyeur de la RGA d'avions Caudron R 4 - Assure le transfert d'un Caudron R 4 depuis l'escadrille F 211 vers la RGA, le 30 septembre 1916 - Détaché au SFA de Lyon-Bron du 30 septembre au 6 novembre 1916 - Mis au repos pour 15 jours à la maison de convalescence VR 75 de Viry-Chatillon, le 19 décembre 1916 - Démobilisé, le 13 septembre 1919 - Après la guerre, pilote d'essai des firmes d'aviation Caudron - Gourdou-Leseurre, Letord, Morane, Voisin - Marié avec Reine Gertschen, le 14 février 1920 - Affecté dans les réserves au 32ème régiment d'aviation, le 1er juin 1921 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 23 janvier 1927 - Affecté dans la réserve au 34ème régiment d'aviation, le 31 janvier 1927 - Nommé Lieutenant de réserve, le 23 décembre 1930 - Mobilisé, le 2 septembre 1939 - Affecté au bataillon de l'air 105 du 3 septembre au 21 novembre 1939 - Affecté à la 3ème compagnie du centre d'instruction d'Aulnat pour stage de perfectionnement à L'EPP - Affecté à l'école de l'air de Versailles-Villacoublay (bataillon de l'air 107), le 12 janvier 1940 - Marié avec Rolande Collart, le 7 août 1948 - - Une fille avec elle - Mobilisé en 1939 - Décédé le 10 décembre 1974 - Jean Bapt repose dans le cimetière d'Albert (Somme) - Sources : Famille Rameil / Bapt - Pam - JORF - CCC C 13 et F 211 - FM (63) - Dernière mise à jour : 13/11/2014.

Cne Roger Marie Jehan Vittu de Kerraoul - Né le 10 avril 1887 à Saintes (17) - Fils de Roger Pierre Marie Vittu de Kerraoul (militaire) et de Marie Thérèse Camille Brunaud - Classe 1907 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 3931 - Admis à l'école polytechnique en 48ème position en 1908 - Affecté, pour sa première année de service, aux batteries d'artillerie de Châlons du 25ème régiment d'artillerie - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1910 - Formation à l'école d'application de l'artillerie et du génie, le 2 octobre 1911 - Démissionnaire - Nommé Lieutenant de réserve et rattaché au 38ème régiment d'artillerie, le 27 mars 1913 - Profession avant guerre Ingenieur civil - Marié avec Marie-Thérèse Joséphine Charlotte Lyautey à Senlis, le 9 mai 1914 - Mobilisé au 38ème régiment d'artillerie, le 2 août 1914 - Affecté à la 1ère batterie du 38ème régiment d'artillerie jusqu'au 21 décembre 1914 - Observateur détaché à l'escadrille HF 13 / C 13 du 21 décembre 1914 au 1er juin 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, le 5 février 1915 - Détaché à l'escadrille MF 2 du 1er juin au 24 juillet 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 7 juillet 1915 - RGA du 11 au 22 décembre 1915 - Stage à l'état-major du 55ème régiment d'infanterie du 1er mars au 4 mars 1916 - Blessé au cours d'un séjour en tranchées, le 4 mars 1916 - Evacué et soigné à l'ambulance 3/155, le même jour - Brevet de pilote militaire n° 5106 obtenu au GQG, le 27 décembre 1916 - Commandant de l'escadrille F 32 / AR 32 du 17 mars au 9 juillet 1917 - Nommé Capitaine de réserve, le 16 mai 1917 - Nommé Adjoint à l'inspecteur général de l'aéronautique du GQG - Décédé des suites d'une grippe pulmonaire contacté à Metz (57) à l'hôpital complémentaire n° 3 de Provins (77), le 1er décembre 1918 - Ses obséques ont eu lieu à l'église de Cesson près de Saint-brieux, le 11 décembre 1918 - Sources : CCC de l'escadrille HF 13 / C 13 - CCC de l'escadrille MF 2 - CCC de l'escadrille F 32 / AR 32 - JORF - MpF - Geneanet - Journal "Le Figaro" - Dernière mise à jour : 21 mai 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 5 février 1915 : Ltt Vittu de Kerraoul, observateur de l'escadrille C 13 : "Depuis 4 mois, a effectué presque chaque jour d'utiles reconnaissances et des réglages de tir, sous le feu de plus en plus violent des batteries ennemies."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée : Ltt Jehan Roger Marie, observateur de l'escadrille C 13, en date du 7 juillet 1915 : "Ne cesse de rendre des services exceptionnels en assurant la coopération de l'aviation et de l'artillerie. Le 28 janvier 1915, les 3 et 26 février 1915, a attaqué et déterminé à la retraite des aéroplanes allemands. Le 26 avril 1915, attaqué par un triplace armé, lui a tenu tête et ne s'est pas laissé détourner de sa mission."

Ltt Joseph Jean-Baptiste Pierre Roig - Né le 27 juillet 1889 à Nexon (Haute-Vienne) - Fils de Pierre Roig et de Josephe Parès - Classe 1906 - Marié - Domicilié 24, rue du Crémat à Nimes (Gard) - Engagé au 36ème régiment d'artillerie de campagne, le 29 juillet 1907 - Affecté au 19ème régiment d'artillerie de campagne - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 25 septembre 1914 - Observateur de l'escadrille C 13 du (1er trimestre 1915) au 19 mars 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée en février 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 7 juillet 1915 - Stage à la 27ème batterie du 120ème régiment d'artillerie lourde (le groupe de 155 du groupement Reynier) du 30 décembre 1915 au 14 janvier 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3033 obtenu le 19 mars 1916 - Pilote de l'escadrille C 13 du 19 mars au 1er octobre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée en juillet 1916 - Commandant de l'escadrille C 224 du 1er octobre 1916 au 19 septembre 1917 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 16 février 1917 - Une citation à l'ordre du régiment en août 1917 - Ecole militaire de Fontainebleau du 19 septembre 1917 au 13 mars 1918 - Commandant de l'escadrille SAL 58 du 25 mars 1918 au XXX - Détaché au 37ème régiment d'aviation, en date du 25 mars 1919 - Prends un congé sans solde de 3 ans - Cesse son congé sans solde, le 25 mai 1925 pour être ré-affecté au 37ème régiment d'aviation - Au tableau pour le grade d'officier de la Légion d'Honneur en 1932 - Nommé lieutenant-colonel, le 2 septembre 1939 - Photo Marcel Bapt transmise par Mireille Rameil, sa fille, que je remercie pour son aide.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée au Ltt Joseph Jean-Baptiste Pierre Roig, observateur de l'escadrille C 13 en date de 7 juillet 1915 : "S'est distingué comme chef de section. Affecté ensuite comme observateur au service aéronautique, s'est immédiatement révèlé comme un observateur hors ligne, et grâce à un coup d'oeil exceptionnel, a toujours rempli avec un plein succès toutes les missions qui lui ont été confiées. Fait preuve, en toutes circonstances, de sang-froid et de décision."

* Citation à l'ordre de l'armée au Ltt Joseph Jean-Baptiste Pierre Roig, observateur de l'escadrille C 13 : "A pris part, depuis la fin du mois de septembre, à de nombreuses reconnaissances exécutées sous le feu de plus en plus violent des batteries ennemies. S'est fait remarquer par la sureté des renseignements recueillis, ainsi que par sa grande habilité à diriger les réglages de tir."

* Citation à l'ordre de l'armée au Ltt Joseph Jean-Baptiste Pierre Roig, observateur de l'escadrille C 13 en date de juillet 1916 : "Officier d'élite et observateur de premier ordre, continue à se distinguer par le succès avec lequel il s'acquitte de toutes ses missions, déployant sans relâche ses qualités d'audace et d'habileté. Le 2 février 1916, a executé avec un plein rendement un vol d'une durée de quatre heures quarante minutes, le 23 juin, attaqué par deux avions de chasse ennemis, les a contraints à la retraite afin de poursuivre l'exécution des réglages dont il était chargé. Coutumier des faits, montre en toutes circonstances un sentiment du devoir et un esprit de dévouement au-dessus de tout éloge."

Slt Henri Victor Marie Dauguet - Né le 26 août 1883 à Paris (75) - Fils d'Eugène Marie Dauguet (négociant) et d'Antoinette Constance Eugénie Pinon - Domicilié au 14, rue Saint-Merri à Paris 4ème (75) - Profession avant guerre Greffier du tribunal de commerce d'Amiens (Somme), à compter du 23 mai 1911 - Affecté au 19ème escadron du Train des équipages militaires - Observateur en subsistance à l'escadrille MF 41 du 4 au 11 juin 1916 - Observateur à l'escadrille F 44 du 11 juin 1916 au 1er mars 1918 - Nommé Sergent, le 24 août 1916 - Citation n° 102 à l'ordre du 31ème corps d'armée, en date du 27 septembre 1916 - Détaché à l'escadrille C 13 du 17 mars au 20 avril 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 11 mai 1917 - Citation n° 942 à l'ordre de la 2ème armée, en date du 18 octobre 1917 - En subsistance au parc n° 3 du 7 au 14 décembre 1917 - Affecté à la 51ème section photo, le 1er mars 1918 - Totalise 260 heures de vol pendant la Grande Guerre - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, le 16 juin 1920 - Affecté au magasin général d'aviation n° 1, le 27 septembre 1920 - Marié avec Marguerite Marie Adèle Roguet, le 25 juillet 1921 - Profession après guerre Avocat - Affecté, dans la réserve, au 38ème régiment d'aviation mixte de Thionville-Basse-Yutz, le 23 janvier 1925 - Domicilié au 53, rue Anatole France à Meudon (Seine-et-Oise), à partir de 1937 - Officier de la Légion d'Honneur, le 31 décembre 1952 - Décédé, le 1er août 1960 - Sources : Extrait de naissance - CCC escadrille F 44 - CCC escadrille MF 41 - LO - JORF - Bulletin de décès - Dernière mise à jour : 6 février 2017.

* Citation n° 102 à l'ordre du 31ème corps d'armée, en date du 27 septembre 1916 : "Observateur chargé de missions photographiques, montant chaque jour, une magnifique ardeur et un sang-froid à toute épreuve. Est toujours revenu sa mission terminée, livrant combat aux avions qui l'attaquaient en particulier les 30 juin, 25 juillet et 6 août 1916."

* Citation n° 761 à l'ordre de la 2ème armée du Sgt Henri Dauguet, au 2ème groupe d'aviation, observateur à l'escadrille F 44, en date du 11 mai 1917 : "A accompli depuis onze mois, plus de cent missions dans les lignes ennemies, mallgré une canonnade violente et la présence de nombreux avions ennemis, auquel il a livré de durs combats, notamment les 30 juin 1916, 11 et 15 février 1917. Vient d'exécuter plusieurs missions très fructueuses à grande distance, chez l'ennemi. Le 25 mars, au cours de l'une d'elles, attaqué par un avion de chasse ennemi, l'a mis en fuite et a ensuite continué sa mission."

* Citation n° 942 à l'ordre de la 2ème armée du Sgt Henri Dauguet, observateur à l'escadrille F 44, en date du 18 octobre 1917 : "Observateur brave et consciencieux ayant accompli de nombreuses missions à plusieurs kilomètres dans les lignes ennemies. Le 19 septembre, au cours d'une reconaissance, a livré combat à un ennemi qui s'est abattu et écrasé sur le sol. A achevé ensuite sa mission. déjà cité deux fois.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Henri Victor Marie Dauguet du train des équipages militaires, ex 2ème groupe d'aviation, en date du 16 juin 1920 : "Observateur de la plus belle bravoure; a fait preuve des plus belles qualités d'énergie, de vaillance et d'audace. A exécuté un grand nombre de reconnaissances photographiques loin dans les lignes ennemies. A toujours été choisi pour les missions les plus importantes et a su, grâce à une magnifique ténacité, raporter les renseignements demandés par le commandement, après avoir triomphé des avions ennemis qui l'attaquaient. Trois fois cité."

 

Photo du Cne Jules Mazier

Cne Louis Marie Jules Mazier - Né le 2 janvier 1886 à Lons-le-Saulnier - Parents domiciliés 7, quai Thurel à Lons-le-Saulnier (Jura) - Classe 1906 - Recrutement de (la Seine) sous le matricule n° XXX - Engagé à l'école polytechnique, le 1er octobre 1906 - Nommé Sous-lieutenant et affecté dans l'artillerie coloniale - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 avril 1911 - Brevet de pilote militaire n° 140 obtenu le 2 août 1912 - Pilote de l'escadrille HF 13 / C 13 du (4ème trimestre 1912) au 1er avril 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 3 novembre 1914 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 1er décembre 1914 - Commandant de l'escadrille C 13 du 1er avril 1915 au 1er août 1916 - Nommé capitaine à titre temporaire, le 17 mai 1915 - Stage sur Caudron G 4 au RGA du Bourget du 16 juin au 9 juillet 1915 - En mission au RGA du Bourget du 23 au 25 novembre 1915 - Affecté à l'école de tir aérien de Cazaux, le 1er août 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 31 juillet 1916 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 4 octobre 1916 - Affecté au service aéronautique du 9ème corps d'armée - Affecté à l'état-major particulier de l'aéronautique - Nommé Chef de bataillon et détaché au sous-secrétariat d'état de l'aéronautique et des transport aériens, le 25 décembre 1924 - Ingénieur en chef de 2ème classe de l'aéronautique -  Officier de la Légion d'Honneur, le 4 janvier 1928 - Chef du bureau à l'administration centrale du ministère de l'Air (Direction générale technique) - Sources : Mdh - CCC - JORF.

Les hommes

Une partie de personnels navigants et mécaniciens de l'escadrille C 13 sur le terrain d'Auve (51) - L'escadrille C 13 a stationné sur ce terrain du 16 décembre 1915 au 3 mai 1916 - En étudiant les tenues de nos aviateurs, il y a fort à parier que cette photo ait été prise en mars-avril 1916 - Au premier rang à partir de la gauche, en 3ème position Sgt Marcel Bapt - 4ème Slt Adolphe Deroo - 5ème Sgt Armand Gastou - 7ème Slt Gabriel Oddos - Si vous pouvez identifier les aviateurs restants, veuillez prendre contact avec l'auteur du site - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marcel Bapt transmise par Mireille Rameil, sa fille, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Personnels de l'escadrille SAL 13 en 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Cne Jean Pecquet transmise par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Cne Jean Pecquet, commandant l'escadrille C 13 / SOP 13, photographié sur le terrain de Vadelaincourt, en août 1917 - La SOP 13 a stationné sur ce terrain du 1er juillet au 22 septembre 1917 - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Cne Jean Pecquet - Né le 29 novembre 1884 à Quevauvilliers (Somme) - Fils de Emile Pecquet et de Marthe de Noyelle - Elève de l'école de la Providence, 146 boulevard St Quentin à Amiens - Elève ingénieur de l'Institut Agricole de Beauvais - Avant guerre Eleveur de chevaux - Domicilié au 10 rue des Bonnetiers à Compiègne - Incorporé comme Chasseur de 2ème classe au 3ème régiment de chasseurs à cheval de Clermont-Ferrand, le 20 septembre 1904 - Nommé Maréchal des Logis (Sergent), le 18 septembre 1906 - Nommé sous-lieutenant, le 1er octobre 1910 - Mobilisé le 1er août 1914 - Nommé officier de liaison auprès de l'Etat-Major du 72ème RI stationné à Amiens, le 10 août 1914 - Le 72ème RI est rattaché alors à la 3ème division d'infanterie, sous les ordres du 2ème Corps d'Armée - En août 1914, le 2ème corps d'Armée est sous les ordres de la 5ème armée commandée par le général de Lanrezac - Nommé lieutenant, le 1er octobre 1914 - Participe avec cette unité aux batailles de la Marne, le Tahut, les Eparges, l'Argonne - Se porte volontaire pour passer à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 2 juin 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1359 à l'école d'aviation d'Avord, en date du 17 août 1915 - Ecole d'aviation d'Avord jusqu'au 30 août 1915 - Pilote de la RGAé jusqu'au 25 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille VB 105 du 25 octobre 1915 à novembre 1916 - Arrive à l'unité, aux commandes du Voisin n° 1102 qui lui est affecté - Participe aux missions de bombardements lointains menés par les groupes de bombardement stationnés sur le plateau de Malzéville, sur les hauteurs de Nancy - Une blessure au combat, le 16 août 1916 - Détaché à l'école du tir aérien de Cazaux à partir du 29 septembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique en janvier 1917 - Croix de Guerre 14-18 décernée en janvier 1917 - Pilote de l'escadrille C 13 de novembre 1916 au 25 janvier 1917 - Assure le commandement de l'escadrille C 13 pendant l'absence du Cne Joseph Magne, du 19 au 22 novembre 1916 - Désigné pour prendre le commandement par intérim de l'escadrille C 220 pendant l'absence du capitaine Louis de Seguin - Parti de la C 13, le 25 janvier 1917 - Commandant par intérim de la C 220 du 25 janvier au 19 mars 1917 - Citation à l'ordre de l'aéronautique de la 2ème armée par ordre n° 674 en date du 28 janvier 1917 - Citation à l'ordre de la 2ème armée - Retour à l'escadrille C 13, le 19 mars 1917 - Nommé Capitaine à titre temporaire par décision n° 851 / P en date du 15 mai 1917 du général commandant en chef - Stage au GDE du 19 avril au 24 mai 1917 - Commandant de l'escadrille C 13 du 15 mai 1917 au 14 juillet 1918 - Stage à l'école du tir aérien de Cazaux du 4 au 14 décembre 1917 - Stage à la GDE du 26 au 31 janvier 1918 - Mission à l'école de Cazaux du 1er au 6 mars 1918 - Nommé adjoint technique au commandant du 15ème groupe d'armée par télégramme n° 26636 en date du 25 mars 1918 - Reste en subsistance à l'escadrille C 13 jusqu'au 14 juillet 1918 - Nommé Adjoint technique du général d'armée Paul Maistre à partir du 14 juillet 1918 - Nommé adjoint au commandant de la zone d'aviation de Villeneuve-les-Vertus en novembre 1918 - Commandant de la zone d'aviation de Villeneuve-les-Vertus, de décembre 1918 au 15 mai 1919 - Démobilisé le 15 mai 1919 - A la fin de la Grande Guerre, Jean Pecquet totalise 430 heures de vol et a piloté 14 types d'avions - Il a assuré le commandement, par intérim et comme titulaire, des escadrilles C 220 et C 13 / SOP 13 / SAL 13 - Après la guerre, il devient pilote de l'Aéropostale sur la ligne Paris-Bruxelles et Paris-Londres, à partir de la fin mai 1919 - Le 17 janvier 1920, son avion s'écrase dans les environs de Douvres, il est brûlé au visage et souffre d'un poignet cassé qui le laissera dans l'incapacité de piloter - Il avait cumulé 120 heures de vol dans l'Aéropostale - Titulaire de la Médaille de la ville de Verdun, décernée par M. Victor Schleiter, maire de la ville de 1925 à 1933 sous le n° D 1027 - En 1939, il s'engage et est fait prisonnier par les Allemands en juin 1940 - S'évadera - Décoré de la Légion d'Honneur en 1952 - Décédé à Conty (Somme), le 3 novembre 1956.

* Citation à l'ordre de la 2ème armée du Ltt Jean Pecquet, pilote de l'escadrille C 13 : "Officier dévoué et consciencieux d'abord pilote de bombardement, a rempli de nombreuses missions lointaines; au retour de l'une d'elles s'est blessé à l'atterrissage, le 17 juillet 1916. Actuellement dans une escadrille de corps d'Armée, se fait apprécier par ses connaissances techniques et sa maitrise de l'air."

Ltt Eugène Alfred Barbier - Né le 15 décembre 1885 à Prémont (Aisne) - Fils de Charles Victor Barbier et d'Hortense Balasse - Domiciliés à Verdun (Meuse) - Domiciliés au 70 bis, boulevard d'Ornano à Paris (75) puis à Halignicourt près St-Dizier (Haute-Marne) - Classe 1905 - Recrutement de Saint-Quentin (Aisne) sous le matricule n° 1741 - Service militaire au 19ème régiment de Chasseurs à pied, à compter du 8 octobre 1906 - Nommé Caporal, le 1er mai 1907 - Nommé Sergent, le 14 novembre 1907 - Engagé pour un an, le 1er octobre 1908 - Rengagé pour un an, le 8 octobre 1909 - Marié avec Marie Eugénie Bourguignon, le 7 décembre 1909 - Rengagé pour deux ans, le 8 octobre 1911 - Nommé Sergent fourrier, le 29 octobre 1912 - Nommé Sergent Major, le 12 février 1913 - Passé au 2ème groupe aéronautique de l'aéronautique militaire, à compter du 22 août 1913 - Comptable au Parc 3, à compter du 25 août 1913 - Rengagé pour un an, le 7 octobre 1913 - Nommé Sergent-major, le 16 décembre 1913 - Nommé Adjudant, le 8 septembre 1914 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée, le 24 janvier 1915 - Nommé Adjudant-chef, le 10 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 825 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 18 avril 1915 - Pilote de la RGA du Bourget du 20 au 30 avril 1915 Pilote de l'escadrille C 13 du 30 avril 1915 au 7 avril 1916 - Convoyage avion à la RGA du 5 au 8 août 1915 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, le 23 août 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 8 octobre 1915 - Stage à la RGA du 11 au 27 novembre 1915 - Pilote de l'escadrille C 28 du 7 avril au 15 mai 1916 - Stage sur Caudron R 4 au GDE du 15 mai au 10 juin 1916 - Pilote convoyeur du RGA du 10 au 28 juin 1916 - Pilote de l'escadrille C 46 du 28 juin 1916 au 3 juillet 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, le 5 septembre 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, le 10 décembre 1916 - Citation à l'ordre de l'aéronautique, en janvier 1917 - Nommé Lieutenant, le 6 avril 1917 - Tué au cours d'un accident aérien dans les environs de Lagny-le-Sec (Oise), le 3 juillet 1917 - Il faisait équipage avec le Ltt Jean-Marie Stoffel qui n'a pas été blessé - Sources : Pam - LO - Liste PN - MpF - FM Aisne - CCC C 13 - CCC C 28 - CCC C 46 - Dernière mise à jour : 17 décembre 2015.

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adc Eugène Alfred Barbier à l'escadrille n° 13 : "Sous-officier ancien, très énergique, d'un zèle et d'un dévouement à toute épreuve. A servi d'abord comme observateur puis, après une rapide instruction, comme pilote. S'est quotidiennement fait remarquer par son endurance et son mépris du danger. En particulier, le 22 mai 1915, est resté pendant trois heures quinze sans interruption sous le feu violent de batteries spéciales ennemies afin de permettre l'exécution complète des réglages de tir dont il était chargé. Est fréquemment rentré avec de nombreuses atteintes à son appareil."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Eugène Alfred Barbier à l'escadrille C 46 : "Excellent pilote d'une adresse et d'un courage remarquables, réunissant plus de deux centes heures de vol au-dessus de l'ennemi. S'est distingué à maintes reprises au cours de reconnaissances et de combats aériens. Le 21 août 1916, a attaqué un groupe de trois avions ennemis dans leurs lignes, en a abattu un et mis les deux autres en fuite."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Slt Eugène Alfred Barbier, pilote à l'escadrille C 46, en date du 10 décembre 1916 : "Officier d'un courage et d'un allant remarquables, en même temps que très ardent pilote. A fait preuve, depuis le début des attaques de la Somme, du plus grand dévouement, en exécutant de nombreuses missions photographiques dans des circonstances difficiles. Le 21 août, a abattu un avion ennemi. Le 23 novembre, attaqué par six avions ennemis, leur a tenu tête, quoique son mitrailleur ait été blessé dès le début de combat, et un de ses moteurs mis hors d'usage. A réussi à abattre un de ses adversaires et est resté dans nos lignes, son avion criblé de balles. Deux fois coté à l'ordre et médaillé militaire."

Cne Jean Baptiste Personne - Né le 16 octobre 1882 à Gannat (Allier) - Fils de Jean Personne et d'Anne Rabusson - Domiciliés rue St-Etienne à Gannat (Allier) - Classe 1902 - Recrutement de Moulins (Allier) sous le matricule n° 210 - Service militaire au 4ème régiment de chasseurs à cheval, à compter du 16 novembre 1903 - Nommé Brigadier, le 5 juillet 1904 - Nommé Maréchal des Logis, le14 novembre 1905 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 12 août 1907 - Affecté au 8ème régiment de chasseurs à cheval, le 17 décembre 1907 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1909 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1909 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 8 juillet 1912 - Brevet de pilote militaire n° 194 obtenu le 1er janvier 1913 - Pilote de l'escadrille BO 9 d'Epinal du 8 janvier 1913 au 15 janvier 1914 - Blessé de contusions multiples lors d'un accident d'avion sur le terrain de Dogneville (Vosges), le 12 mars 1913 - Blessé d'une luxation gauche et de contusions lors d'un accident d'avion au retour d'une reconnaissance de frontières à Epinal, le 23 avril 1913 - Pilote de l'escadrille HF 13 du camp de Châlons du 15 janvier 1914 au 9 février 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 3 novembre 1914 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 1er décembre 1914 - Pilote de l'escadrille MF 25 du 9 février 1915 - Citation n° 156 à l'ordre de l'armée, en date du 5 août 1915 - Commandant de l'escadrille MF 25 du 28 août 1915 au 1er novembre 1917 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 9 septembre 1915 - Détaché au commandant d'un groupe d'escadrille devant Verdun (Brocourt), le 9 mars 1916 - Affecté à la direction du groupement D à Regret (Meuse), tout en conservant le commandement de l'escadrille F 25, le 2 avril 1916 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 4 octobre 1916 - Commandant de l'école de vol de nuit de Cernon du 1er novembre 1917 au 1er juin 1918 - Commandant de l'école de bombardement du CIACB du 1er juin au 30 octobre 1918 - Commandant du GB 8 du 30 octobre 1918 au 24 septembre 1919 - Affecté au 4ème bureau, 12ème direction du Ministère de la Guerre, le 24 septembre 1919 - Blessé d'une légère déformation de la colone vertébrale et fracture aphophites dorsales lors d'un accident d'avion, sur le territoire de la commune de l'Hôpital Le Mercier (Saône-et-Loire), le 17 juin 1918 - Marié avec Mlle E. Leroux, le 11 décembre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, le 20 mars 1920 - Détaché à la mission militaire française en Tchécoslovaquie du 5 juin 1920 au 21 juin 1922 - Adjoint au chef de corps du 21ème régiment d'aviation de Nancy-Essey, le 26 décembre 1922 - Affecté à l'arme de l'aéronautique - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 27 décembre 1923 - Affecté à l'inspection technique de l'aéronautique, le 7 juin 1924 - Nommé Chef de bataillon, le 20 décembre 1924 - Nommé Lieutenant-colonel, le 25 juin 1931 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 22 août 1931 - Affecté à la base aérienne de Bourget-Dugny, le 1er juillet 1932 - Commandant de la 34ème escadre d'observation, le 1er juillet 1932 - Blessé au cours d'un accident aérien, le 1er mars 1932 - Hospitalisé du 1er mars au 6 août 1932 - En convalescence du 7 août au 4 novembre 1932 - Reprend le commandement de la 34ème escadre d'observation, le 5 novembre 1932 - Commandeur de la Légion d'Honneur, en date du 15 décembre 1932 - Nommé Colonel, le 25 septembre 1934 - Affecté à l'inspection générale technique du matériel de la sécurité et des installations de l'air, le 1er novembre 1934 - Affecté à la direction du matériel aérien militaire sur le base aérienne 104, le 11 décembre 1935 - Grand-officier de la Légion d'Honneur, le 7 mai 1937 - Décédé, le 8 décembre 1964 - Photo La Guerre Aérienne Illustrée - Sources : Extrait de naissance - Pam - Etat des services - LO - FM Allier - Dernière mise à jour : 6 décembre 2015.

* Citation à l'ordre de l'armée, en date du 3 novembre 1914 : "A rendu les services les plus signalés en volant quotidiennement et en permettant de régler le tir de l'artillerie lourde."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 1er décembre 1914 : "N'a cessé d'accomplir des reconnaissances par des temps les plus défavorables. A été fréquemment en but au tir des batteries spéciales et des avions armés ennemis. Aussi bon technicien qu'adroit pilote, est l'invention d'un ingénieux dispositif assurant le bon fonctionnement des moteurs par basses températures."

* Citation n° 156 à l'ordre de l'armée, en date du 5 août 1915 : "Pilote de grande valeur, n'a cessé de rendre les plus grands services par son énergie et ses qualités militaires dans les escadrilles où il a été employé. Apte à toute mission quelle que soit sa difficulté. Vole sur les lignes ennemies depuis un an sans interruption."

* Citation n° 278 de l'escadrille F 25 à l'ordre de la 2ème armée, en date du 12 juillet 1916 : "L'escadrille F 25 chargée, sous le commandement du capitaine Personne, de coopérer pendant la bataille de Verdun, aux reconnaissances, réglages de tir et prises de photographies dans un secteur particulièrement actif, a demandé à poursuivre, malgré cela, les bombardements de nuit dans lesquels elle était spécialisée. Ses pilotes, volant nuit et jour et parfois à deux reprises la même nuit, a réussi à assurer les deux services, a mis à son actif plus de 100 opérations de bombardement, dont certaines par des nuits défavorables et sur des objectifs extrêmement éloignés"

Ltt Henri Prat - Né le 12 juin 1887 à Fontenay-Rohan-Rohan (Deux-Sèvres) - Fils de Pierre Auguste Prat et de Clémentine Terrassier - Domiciliés à Sauzé-Vaussais (Deux-Sèvres) - Classe 1907 - Recrutement de Poitiers sous le matricule n° 494 - Profession avant guerre Etudiant - Engagé volontaire pour trois ans à la mairie de Poitiers, le 22 octobre 1906 - Incorporé au 20ème régiment d'artillerie de campagne de Poitiers comme 2ème canonnier conducteur, le 22 octobre 1906 - Nommé 1er canonnier conducteur, le 19 juin 1908 - Nommé Brigadier, le 13 janvier 1909 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 7 octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 17 novembre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 17 mars 1910 - Affecté au 33ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1910 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1910 - Affecté au 7ème groupe d'artillerie d'Afrique, le 20 juin 1912 - Arrivé à l'unité, le 9 juillet 1912 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1912 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1913 - Affecté au 26ème régiment d'artillerie, le 26 novembre 1913 - Affecté à la 8ème section de munitions, le 3 août 1914 - Nommé Aspirant, le 10 août 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 20 septembre 1914 - Citation à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 25 avril 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 30 novembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur stagiaire de l'escadrille MF 40 du 5 février au 1er septembre 1916 - Victime d'un accident d'avion à Ste-Ménéhould, en compagnie du MdL du Bourblanc, le 16 mai 1916 - Atteint de contusions multiples et de fractures des deux meisiges médianes supérieures - Brevet d'observateur en avion délivré le 24 juin 1916 - Observateur stagiaire de l'escadrille F 8 du 1er au 7 septembre 1916 - Observateur titularisé, le 24 juin 1916 - Observateur en stage à l'escadrille F 25 du 7 septembre au 20 octobre 1916 - Nommé Lieutenant, le 4 octobre 1916 - Stage à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 14 novembre 1916 au 8 février 1917 - Observateur de l'escadrille F 58 du 18 février au 22 juin 1917 - Observateur de l'escadrille C 13 du 28 juin au 6 août 1917 - Observateur de l'escadrille SOP 4 du 6 août au 8 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille F 72, le 8 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille F 32 du 8 octobre au 16 décembre 1917 - Observateur de l'escadrille AR 14 / SAL 14 du 16 décembre 1917 au 2 août 1919 - Victime d'un accident aérien à San Pietro, en équipage avec le Sgt Pocque, le 4 janvier 1918 - Un avion italien, qui se posait à contresens, les a percutés - Pas de blessure grave - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 22 février au 13 mars 1918 - Citation n° 336 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 21 mai 1918 - Blessé par balle, le XX juin 1918 - Citation n° 60 à l'ordre de la 46ème division d'infanterie, en date du 18 juin 1918 - Citation n° 356 à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 10 décembre 1918 - Citation n° 70 à l'ordre de l'AD 46, en date du 27 décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 - Affecté au entrepôts généraux de l'aviation de Nanterre, le 2 août 1919 - Détaché à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 17 novembre au 24 décembre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation du Bourget du 24 décembre 1919 au 17 juin 1920 - Affecté au 5ème régiment d'aviation d'observation, le 17 juin 1920 - Détaché à l'état-major du 1er corps d'armée du 23 septembre au 10 octobre 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 10 octobre 1920 - Affecté au 35ème régiment d'aviation pour l'aéronautique de l'armée française du Levant - Embarqué à Marseille, le 23 décembre 1921 - Débarqué à Beyrouth, le 31 décembre 1921 - Nommé Adjoint tactique au commandant du secteur aéronautique de la 2ème division, le 3 janvier 1922 - Affecté à l'escadrille 52ème escadrille, le 13 mai 1922 - Changement d'arme et passage dans l'infanterie, le 19 septembre 1922 - Citation n° 148 à l'ordre de la 7ème division d'infanterie, en date du 23 septembre 1922 - Nommé Capitaine, le 28 septembre 1922 - Commandant de la 54ème escadrille, le 9 octobre 1922 - Rapatrié en fin de séjour sur le "Braga", le 6 juillet 1923 - Débarqué à Marseille, le 13 juillet 1923 - Affecté au 31ème régiment d'aviation, le 13 juillet 1923 - Affecté à l'état-major de la 6ème brigade d'aéronautique à Tours du 1er janvier 1924 au 9 novembre 1926 - Brevet de pilote militaire n° 20.294 obtenu, le 24 juin 1924 - Commandant de l'escadrille 13 du 9 novembre 1926 au 15 novembre 1928 - Nommé Chef de bataillon, le 25 décembre 1928 - Commandant du 4ème groupe du 31ème régiment d'aviation, le 15 novembre 1928 - Officier de la Légion d'Honneur, le 26 juin 1930 - Nommé Adjoint tactique du CHR, le 1er octobre 1930 - Commandant du parc du 2ème groupe d'aviation d'Afrique, le 25 juillet 1932 - Commandant par intérim du 2ème groupe d'aviation d'Afrique, le 16 avril 1933 - En mission à Colomb-Béchar du 23 au 25 mai 1933 - En mission à Colomb-Béchar du 10 au 11 juin 1933 - En mission à Bidou du 10 au 15 novembre 1933 - Affecté à la base aérienne 201, le 1er janvier 1935 - Commandant en second du 3ème bataillon de l'Air et directeur de l'école des officiers de réserves de Versailles, le 26 avril 1935 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 15 septembre 1936 - Décédé à Versailles, le 3 septembre 1937 - Sources : FM Deux-Sèvres - JORF - Dernière mise à jour : 20 décembre 2015 - Photo de 1929 envoyée par Didier Lecoq que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 25 avril 1915 : "A passé des journées à circuler sous le feu dans les tranchées de 1ère ligne pour reconnaitre le détail des défenses accessoires de l'ennemi, déterminer le tracé de ces ouvrages et installer une ligne téléphonique."

* Citation n° 336 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 21 mai 1918 : "Le 18 décembre 1917, est descendu à moins de 100 mètres et à plusieurs kilomètres à l'intérieur des lignes ennemies pour rechercher et photographier des positions importantes. Est rentré avec un avion criblé de balles. En janvier et février 1918, est descendu à plusieurs reprises, à basse altitude, mitrailler des rassemblements et des colonnes ennemies. Officier observateur depuis deux ans dans l'aviation, modèle de conscience, de dévouement et de courage (275 heures de vol sur l'ennemi, déjà cité à l'ordre.)"

* Citation n° 60 à l'ordre de la 46ème division d'infanterie, en date du 18 juin 1918 : "Le 13 juin 1918, chargé d'exécuter une liaison d'infanterie, s'est acquitté de sa mission d'une manière particulièrement courageuse, descendant à très basse altitude malgré le tir violent des mitrailleuses ennemies qui atteignirent l'avion à plusieurs reprises. Contusionné au genou par une balle, a continué sa mission et n'est rentré qu'après avoir épuisé ses munitions en mitraillant les lignes ennemies. Excellent observateur, toujours à la hauteur de sa tâche, rendant les plus grands services comme officier de renseignement."

* Citation n° 356 à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 10 décembre 1918 : "Officier de renseignement d'une haute valeur morale, demandant toujours à exécuter les missions les plus délicates. Le 15 juillet en Champagne, au cours d'une liaison d'infanterie, livre trois combats en moins d'une heure, et bien que son pilote ait été blessé et son avion touché, ne veut pas revenir au terrain avant d'avoir complétement terminé sa mission. S'est particulièrement distingué comme observateur d'infanterie pendant le recul allemand de Montdidier à St-Quentin ainsi que pendant les dernières opérations. A vu fréquemment son avion endommagé par le tir de l'infanterie et de l'artillerie ennemies, mais a toujours ramené des renseigneemnts complets et exacts."

* Citation n° 70 à l'ordre de l'AD 46, en date du 27 décembre 1918 : "Officier animé d'un magnifique esprit du devoir, de dévouement et d'abnégation. A rempli toutes les missions qui lui ont été confiées avec un incomparable succès. S'est particulièrement distingué comme observateur, le 4 novembre 1918, où au milieu de circonstances difficiles, il a précisé exactement la situation des troupes et a pour signaler à l'artillerie une contre-attaque ennemie qu'il a ensuite mitraillée en descendant à moins de 50 mètres."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 : "Officier d'une conscience admirable, animé du plus bel esprit de sacrifice, d'abnégation et de dévouement. Six citations."

* Citation n° 148 à l'ordre de la 7ème division d'infanterie, en date du 23 septembre 1922 : "Officier observateur du plus haut mérite et d'un entrain au-dessus de tout éloge. Ne cesse d'accomplir les missions les plus délicates. Vient encore de se distinguer les 24 et 27 juillet en effectuant des bombardements dans le Djebel Druz."

* Officier de la Légion d'Honneur du Chef de bataillon Henri Prat au 31ème régiment d'aviation, en date du 26 juin 1930 : "23 ans de services, 8 campagnes, 3 blessures, un citation, 7 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier du 6 juillet 1919."

Ltt Cyrille Yves Marie Le Barbu - Né le 1er octobre 1891 à Plouézec (22) - Fils de François Maris Cyrille Le Barbu et de Marie Renée Nédellec -A obtenu son baccalauréant au lycée de St-Brieuc (22) - Classe 1911 - Recrutement de la Seine sous le matricule XXX - Elève de l'école polytechnique à partir de 1908 - S'engage pour quatre ans en octobre 1912 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 3ème régiment d'artillerie lourde - Citation à l'ordre du 5ème corps d'armée, en date du 28 septembre 1914 - Observateur de l'escadrille C 17 du 8 mars 1915 au 17 avril 1915 - Observateur de l'escadrille MF 44 du 17 avril 1915 au 10 février 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 21 juin 1915 - Stage d'un mois au 31ème corps d'armée du 15 novembre au 16 décembre 1915 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 2 au 21 février 1916 - En stage du 25 avril au 31 mai 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, en date du 30 juillet 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5349 obtenu au GQG, le 10 février 1917 - Stage au GDE du 25 février au 16 mars 1917 - Pilote de l'escadrille F 44 / AR 44 du 10 février 1917 au 23 mars 1918 - En mission à la IVème armée du 1er au 6 mai 1917 - Détaché à la direction de l'aéronautique de la 2ème armée, le 31 mai 1917 - Détaché à la direction de l'aéronautique de Souilly du 11 au 24 juin 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 1er janvier 1918 - Décoré de la Médaille d'argent de la valeur militaire Italienne - Pilote au GDE du 23 mars au 26 mai 1918 - Pilote et commandant l'escadrille BR 29 du 26 au 30 mai 1918 - Tué au combat, en compagnie du Sgt Victor Schwartz (mitrailleur), à bord d'un Breguet 14B2 dans les environs de Grisolles (02), le 30 mai 1918 - Son avion était décoré de l'image de Katy, son caniche - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 13 juin 1918 - Sources : MpF - JORF - CCC C 17 - MF 44 / F 44 / AR 44 - BR 29 - Article de presse écrit par Morgan Le Dez - Dernière mise à jour 13/11/2014 - Photos transmise par Morgan Le Dez que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du 5ème corps d'armée du Slt Cyrille Le Barbu, au 3ème régiment d'artillerie lourde, en date du 28 septembre 1914 : "S'est offert spontanément pour aller chercher sous un feu terrible, au poste d'observation du commandant de groupe, le corps du chef d'escadron Latour qui venait d'y être tué, le 9 septembre. A réussi à ramener le corps de cet officier supérieur dans un village avec l'aide de deux canonniers et malgré une canonnade incessante."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Cyrille Yves Le Barbu, observateur à l'escadrille MF 44, en date du 21 juin 1915 : "Le 4 juin, a engagé résolument le combat avec deux appareils allemands, dont un armé d'une mitrailleuse et les a obligés à faire demi-tour. Au cours du combat avec le second, a eu son appareil atteint de 18 balles et a dû repasser les lignes à peine à 1.000 mètres d'altitude."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Ltt Cyrille Yves Marie Le Barbu, observateur d'artillerie à l'escadrille MF 44, en date du 30 juillet 1916 : "N'a cessé de faire preuve des plus belles qualités d'énergie et de ténacité. Déjà cité deux fois à l'ordre de l'armée. Se dépense sans compter, n'hésite jamais à livrer combat pour remplir jusqu'au bout les missions qui lui ont été confiées. Le 21 juillet 1916, a attaqué un avion ennemi et l'a abattu."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Cyrille Yves Marie Le Barbu, à la section aéronautique du ? ème corps d'armée, en date du 1er janvier 1918 : "Très ancien observateur qui s'était déjà signalé lors des attaques de Verdun : octobre 1916, janvier 1917. Pilote audacieux et brave, se réservant toujours les missions les plus difficiles. Le 17 décembre 1917, s'est acquitté brillamment d'une mission photographique, où, parti seul à l'intérieur des lignes ennemies, a mené à bin sa mission, malgré le tir de l'artillerie ennemies, et est rentré avec son appareil criblé d'éclats d'obus (146 éclats)."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Ltt Cyrille Yves Marie Le Barbu, commandant 1'escadrille BR 29, en date du 13 juin 1918 : "Chef d'escadrille admirable, modèle de bravoure et d'énergie. Animé d'un esprit d'abnégation superbe, a été dernièrement grièvement atteint au cours d'un combat contre de nombreux avions ennemis, après avoir abattu l'un de ses adversaires. Chevalier de la Légion d'Honneur pour faits de guerre. Trois citations."

 

Photo du Slt Albert Laurent

Slt Albert Léon Edmond Laurent - Né le 18 juillet 1881 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) - Fils de Léon Norbert Laurent et de Flore Marie Evrard - Domiciliés Rue du Camp de Droite, impasse Vainqueur à Boulogne-sur-Mer - Profession avant guerre Photographe - Classe 1901 - Recrutement de Saint-Omer sous le matricule n° 3143 - Ajourné de service militaire pour faiblesse en 1902 - Service militaire au 1er régiment d'infanterie, à compter du 15 novembre 1903 - Nommé Caporal, le 29 décembre 1904 - Passé dans la disponibilité, le 23 septembre 1905 - Une période d'exercices au 8ème régiment d'infanterie du 30 août au 21 septembre 1909 - Une période d'exercices au 8ème régiment d'infanterie du 30 mai au 15 juin 1910 - Mobilisé au 208ème régiment d'infanterie, le 4 août 1914 - Passé au 2ème groupe d'aviation comme photographe, le 23 novembre 1914 - Nommé Sergent, le 1er décembre 1915 - Observateur / photographe de l'escadrille C 13 du 11 mai 1916 au 20 avril 1918 - Titularité observateur en avion, le 1er décembre 1917 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'aéronautique de la 11ème armée, en date du 23 juillet 1916 - En subsistance à l'escadrille C 104 du 31 décembre 1916 au 11 janvier 1917 - Stage au GDE du 12 au 21 février 1917 - Nommé Adjudant, le 5 décembre 1917 - Citation à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 9 mars 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 20 avril 1918 - Commandant de la 44ème section de photographie aérienne du 20 avril 1918 au 18 février 1919 - En subsistance à l'escadrille SPAbi 289 du 23 octobre au 2 novembre 1918 - Démobilisé, le 25 février 1919 - Domicilié au 12, impasse Vainqueur à Boulogne-sur-Mer, à compter du 28 mars 1919 - Affecté, dans la réserve, au 33ème régiment d'aviation, le 30 novembre 1920 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre définitif, le 17 janvier 1923 - Affecté, dans la réserve, au 12ème régiment d'aviation, le 31 août 1924 - Décédé en 1946 - Albert Laurent repose dans le cimetière communal de Boulogne-sur-Mer - Sources : Pam - CCC de l'escadrille C 13 - Fiche Matricule du département du Pas-de-Calais - Dernière mise à jour : 17 avril 2017.

* Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'aéronautique de la 11ème armée du Sgt Albert Laurent à l'escadrille C 13, en date du 23 juillet 1916 : "Chef de section photographique d'un zèle et d'une compétance remarquable, obtient de son personnel un rendement merveilleux. Bien que dégagé de toutes obligations de monter en avion, est toujours volontaire pour exécuter les missions photographiques de l'escadrille. A accompli des reconnaissances photographiques sur les lignes et au-delà, obtenant des clichés parfaits. S'est vu, à plusieurs reprises, obligé de livrer combat aux avions ennemis qui tentaient de le géner."

* Citation à l'ordre du 15ème corps d'armée de l'Adj Albert Laurent, commandant la section photographique du corps d'armée, en date du 9 mars 1918 : "Chef de section photographique de grande valeur, obtenant de son personnel un grand rendement. A effectué personnellement et souvent dans des conditions difficiles et périlleuses. A contribué par ses reconnaissances au succès des opérations du 20 février 1918.

 

 

 

Les avions

Henri Farman HF 20 n° 73 de l'escadrille HF 13 de passage sur le terrain de Sisonne (02) en 1913 - Il a été offert à l'aéronautique militaire à l'occasion d'une souscription nationale par le journal "Le Matin", le 13 mai 1913 - Il a reçu le nom de baptème "Colonel Moll" et a été affecté au Ltt Pierra - Carte postale d'époque.

Henri Farman HF 20 de l'escadrille HF 13 en 1913 - Photo SHD section Air de Vincennes

Le soldat de 2ème classe Victorin Garaix, titulaire de nombreux records du monde est affecté, d'abord à l'escadrille HF 13, puis à partir du 23 août 1914, à l'escadrille MF 16 avec l'avion qu'il pilote habituellement, le Paul Schmitt n° 7 - Il trouve la mort à Tucquegnieux, en compagnie du Ltt Albert Barthélémy de Salzieu (HF 13), lors d'une mission de bombardement et de reconnaissance, le 23 août 1914 - Carte postale d'époque.

Autre vue du Paul Schmitt n° 7 - Ses 2 membres d'équipage : soldat Victorin Garaix (pilote) / Ltt Albert Barthélémy de Salzieu seront tués au cours d'une mission de bombardement et de reconnaissance, le 25 août 1914. Carte postale d'époque.

Caudron G 3 en école - Cette photo sera remplacée quand je trouverais une photo adaptée à l'escadrille 13 - Photo : famille Talenton que je remercie pour son aide.

Préparatifs au décollage d'un Caudron G 4 de l'escadrille C 13 sur le terrain de Lemmes en décembre 1916 - L'escadrille C 13 a été stationnée sur ce terrain du 7 décembre 1916 au 3 janvier 1917 puis du 27 janvier au 1er juillet 1917 - L'insigne d'escadrille est invisible car porté sur le plan fixe horizontal de la queue - Le soldat mécanicien Cellerier, marqué "2" dégèle l'huile avec un réchauffeur (chalumeau à gaz) - Le pilote est le Ltt Jean Pecquet - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

De face, le premier Morane-Saulnier type P livré à l'escadrille C 13 à Vadelaincourt en mai 1917 - Cet avion cotoit un MS type P appartenant à l'escadrille N 12. Sur cet avion, on aperçoit ses marquages : l'insigne d'escadrille, le fanion bleu et blanc marqué d'un "12" et une tête comme insigne personnel - Il est équipé d'un cône de pénétration et d'un moteur Rhône de 120 HP - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Le second Morane-Saulnier type P livré à l'escadrille C 13 à Vadelaincourt en juin 1917 - Cet avion ne porte pas de cône de pénétration comme l'autre appareil affecté à l'unité - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Caudron G 6 affecté à l'escadrille C 13 lors de son arrivée à Vadelaincourt en août 1917 - Cet avion ne servira pas beaucoup au sein de l'unité car sa réputation a été entachée de nombreux accidents mortels - Le chef de la C 13 définissait cet avion comme très dangereux - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Le Caporal André Bazerque pose avec le Caudron G 6 qui lui a été affecté en 1917 - Breveté au Crotoy, le 26 avril 1917, il a été pilote de l'escadrille C 13 / SOP 13 du 17 juin au 2 décembre 1917 - Photo André Bazerque transmise par Thierry Bazerque, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Une partie des personnels navigants de l'escadrille C 13 pendant l'été 1917 - Photo André Bazerque transmise par Thierry Bazerque, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les avions

Le Caporal André Bazerque pose, en compagnie de son mécanicien, à côté du Caudron G 6 qui lui a été affecté en 1917 - Remarquez l'insigne de l'unité peint sur le fuselage - Photo André Bazerque transmise par Thierry Bazerque, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Préparatifs au décollage d'un Letord de l'escadrille C 13 à partir du terrain de Vadelaincourt en août 1917 - Le soldat de 1ère classe mécanicien Charles Stokober brasse successivement les hélices sous les ordres de l'Adc Adolphe Derro, pilote de la mission - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Premier Sopwith 1A2 livré à l'escadrille C 13 sur le terrain de Vadelaincourt, en août 1917 - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Accident du Sopwith 1A2 n° 4136 de l'escadrille SOP 13, le 2 décembre 1917 - Les deux membres d'équipage, le Caporal André Bazerque (pilote) et le soldat Gustave Meunier Carus (mitrailleur), sont légèrement blessés - Photo Auguste Meunier Carus, transmise par Fabrice Meunier Carus, son arrière petit neveu, que je remercie pour son aide.

Accident du Sopwith 1A2 n° 4136 de l'escadrille SOP 13, le 2 décembre 1917 - Les deux membres d'équipage, le Caporal André Bazerque (pilote) et le soldat Gustave Meunier Carus (mitrailleur), sont légèrement blessés - Photo Auguste Meunier Carus, transmise par Fabrice Meunier Carus, son arrière petit neveu, que je remercie pour son aide.

Le Ltt Pierre Hadengue, pilote de l'escadrille SOP 13 du 4 octobre 1917 au 16 février 1918, pose en compagnie d'un observateur non identifié de son unité sur le terrain de Villers-les-Nancy (54) - Remarquez l'insigne de l'unité qui a évolué, un "13" pose sur un disque blanc bordé de noir - Photo Pierre Hadengue transmise par Olivier Demoinet, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le Ltt Pierre Hadengue, pilote de l'escadrille SOP 13 du 4 octobre 1917 au 16 février 1918, pose devant un Sopwith 1A2 de son unité sur le terrain de Villers-les-Nancy (54) - Remarquez l'insigne de l'unité qui est rappelé sur l'aile supérieure - Photo Pierre Hadengue transmise par Olivier Demoinet, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Letord 2 n° 64 de l'escadrille SOP 13 en février 1918 - Le soldat Auguste Meunier Carus est le premier à partir de la droite - Si vous possédez cette photo annotée, veuillez prendre contact avec l'auteur du site - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Auguste Meunier Carus, transmise par Fabrice Meunier Carus, son arrière petit neveu, que je remercie pour son aide.

Cliquez pour agrandir

Letord 2 de l'escadrille SOP 13 très endommagé après son atterrissage - Il est fortement probable que ce soit le Letord 2 n° 64 de l'équipage Slt Beroo (pilote) / Ltt Leonce Van Coehorn (obs) / Sgt Muller (mit) photographié au retour d'une mission sur le terrain de Villers-les-Nancy (54), le 25 avril 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Salmson 2A2 en école - Cette photo sera remplacée quand je trouverais une photo adaptée à l'escadrille SAL 13 - Photo famille Talenton que je remercie pour son aide

 

Terrains d'aviation

Terrain de Verdun (55) - L'escadrille C 13 a stationné sur place du 8 au 26 août 1914 puis du 15 septembre au 20 octobre 1914 et finalement de janvier au 31 mai 1915- Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Terrain de Lemmes (55) - L'escadrille C 13 / SOP 13 a stationné sur place du 7 décembre 1916 au 3 janvier 1917 puis du 27 janvier au 1er juillet 1917 - Cette photo a été prise en août 1917 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Terrain de Vadelaincourt photographié d'un Caudron G 4 de la C 13 en juin 1917 - L'escadrille C 13 stationnera sur ce terrain du 1er juillet au 22 septembre 1917 - En juin 1917, la C 13 volait à partir du terrain de Lemmes - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Baraques occupées par l'escadrille C 13 sur le terrain de Vadelaincourt en juillet 1917 - Photo Jean Pecquet transmis par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Terrain d'aviation de Sacy-le-Grand en juillet 1918 - L'escadrille SAL 13 a occupé ce terrain du 9 juin au 7 septembre 1918 - Photo collections du Centre Régional de I'image de Nancy que je remercie pour leur aide.

Terrains d'aviation

Terrain de Villers-les-Nancy (54) - L'escadrille C 13 a stationné sur place du 5 octobre 1917 au 9 juin 1918 - Cette photo, postérieure à la période concernée, a été prise en octobre 1918 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Terrain de Villers-les-Nancy (54) - L'escadrille C 13 a stationné sur place du 5 octobre 1917 au 9 juin 1918 - Cette photo, postérieure à la période concernée, a été prise en octobre 1918 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Terrain de Villers-les-Nancy occupé par l'escadrille SAL 13 du 5 octobre 1917 au 9 juin 1918 - Voir ci-dessous le détail des installations et la localisation des lieux - Dans le fond Nancy et sa grand banlieue - Au loin, le plateau de Malzéville qui a été le lieu de départ des groupes de bombardement en 1915 / 1916 / 1917 - Ce cliché date de mai-juin 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Cne Jean Pecquet transmise par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Terrain de Villers-les-Nancy occupé par l'escadrille SAL 13 du 5 octobre 1917 au 9 juin 1918 - Ce cliché date de mai-juin 1918 - Photo Cne Jean Pecquet transmise par son petit-fils Thierry que je remercie pour son aide.

Vue aérienne de la zone qu'occupait le terrain d'aviation de Villers-les-Nancy. Ceinturé par les zones pavillionaires et les zones industrielles, la zone dégagée au centre de l'image, sert maintenant aux cerfvolistes (pilotes de cerf-volants) - Photo Google Map que je remercie pour mettre en ligne de tels documents.

 

Photos aériennes prises
par les équipages

L'original

Ravin d'Avemont - Escadrille C 13 pour le 15ème Corps d'Armée - Voir l'autre image qui interprète ce cliché - Altitude de prise de vue : 2500 m - focale de l'appareil F 50 - Photo prise le 18.08.1917 - Photo collection Albin Denis.

Est du village de Champ, au Nord de Verdun (55) - Escadrille C 13 pour la XVème armée - Photo prise le 18.08.1917 à 2500 m - Focale de l'Appareil F 50 - Cette photo montre les différentes lignes d'impacts allant du bas de l'image vers le haut - Nous n'avons pas à faire à des tirs de précision mais à des tirs de saturation pour éliminer toute opposition retranchée dans ce village ou dans sa proximité immédiate - Voir l'interprétation de cette photo à droite - Photo : Collection Albin denis.


Ouvrage d'Ajax - Escadrille C 13 pour la XVème armée - Photo prise le 16.06.1917 à 2000 m - Focale de l'appareil F 120 - Photo : Collection Albin Denis.

Tranchée Weimar - Escadrille C 13 - Photo prise le 27 juillet 1917 à 2000 m - Focale de l'Appareil F 26 - Photo Collection Jean Luc Kaluzko.

Escadrille C 13 - Vue oblique de la zone Ouest de la côte 344, le 9 août 1917. Altitude de prise de vue 500 m - Focale F 50 (0,50 m) Cette photo détaille le boyau de Régen - le ravin du Cul de Chien - le boyau de Caniche - la ferme Mormont - la tranchée de l'Arc - le ravin de Vacherauville et les zones de défense l'Oursin, le Trapèze et la Buffle. Photo Collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Escadrille C 13 - Vue oblique de la zone Sud de Samogneux, le 9 août 1917. Altitude de prise de vue 500 m - Focale F 50 (0,50 m) Cette photo détaille les positions du village de Samogneux - de l'écluse - tranchées de Weimar, d'Augsbourg - le ravin d'Avemont - du chemin du moulin des Cotelettes à Beaumont - de la route allant de Vacherauville au carrefour du moulin des Cotelettes - du ravin de Monsainvaux. Photo Collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Vue oblique du ravin de Vacherauville, le 9 août 1917. Altitude de prise de vue 500 m - Focale F 50 (0,50 m) - Cette photo détaille les positions de la ferme Mormont, du ravin du cul de chien, du cul brulé, du ravin de St-Pierre, de la tranchée du Chevalet, du Buffle - Photo René Chataigné transmise par Pierre Chataigné, son fils, que je remercie pour son aide.

Vue oblique du ravin de Vacherauville et du bois Le Fays et des Caures, le 9 août 1917. Altitude de prise de vue 500 m - Focale F 50 (0,50 m) - Cette photo détaille les positions du Buffle, de Mormont, les tranchées de Sapigneul et de Nassau, le boyau de Broc, du fond de Navaux - Photo René Chataigné transmise par Pierre Chataigné, son fils, que je remercie pour son aide.

Photos aériennes prises
par les équipages

L'interprétation

Ravin d'Avemont, le 18.08.1917 - Escadrille C 13 pour le 15ème Corps d'armée. Les artilleurs français, qui devaient détruire la batterie allemande, ont d'abord réalisé un tir de réglage que l'on distingue très nettement, parfaitement aligné. Ensuite en suivant les indications des aviateurs de la C 13, les tirs ont été réglés et se concentrent principalement sur le dispositif ennemi qui est pulvérisé. A l'exception de quelques impacts, la plupart des coups sont tombés dans la zone proche des canons allemands - Photo collection Albin Denis.

Est du village de Champ, au Nord de Verdun (55) - Escadrille C 13 pour la XVème armée - Cette vue de détail montre les lignes d'impacts destinées à détruire systématiquement les positions allemandes. En effet, aucune de ces lignes ne se concentre à un moment, nous avons donc à faire à des tirs sans objectif particulier mais pour saturer la zone. Presque toutes les maisons sont détruites. Voir la photo originale à gauche. Photo Collection Albin Denis.

Ouvrage d'Hector - Escadrille C 13 pour la XVème armée Photo prise le 14.07.1917 à 1200 m - Focale de l'appareil F 50. Les deux dispositifs intéressants et faisant l'objet de cette photo sont situés respectivement en haut au centre, les traces blanches marquant les très importants remblais qui ont été dispersés et au milieu à gauche par les tranchées qui se rejoingnent dans une sorte de carré. Plusieurs emplacements de Minenwerfer sont camouflés dans son centre. Voir la photo de détail illustrant les tranchées de communication entre les deux dispositifs. La nature du sol, très crayeuse, met naturellement en valeur les tranchées creusées par les allemands. Dans les cas d'ouvrages plus importants et devant rester invisibles, les remblais sont emportés et dispersés loin des dispositifs ou blockhaus qui viennent d'être construits ou creusés. Photos : Collection Albin Denis

Ouvrage d'Ajax - Escadrille C 13 pour la XVème armée - Photo prise le 16.06.1917 à 2000 m - Focale de l'appareil F 120. L'appareil de focale 120 est destiné à photographier les détails d'une zone. Sur cette photo, on distingue très nettement le creusement ou le renforcement des tranchées apparaissant en blanc (sol crayeux), alors que les tranchées plus anciennes (jaune sur le schéma) sont quasiment invisibles. La pluie et les intempéries n'ont pas eu le temps de diluer les remblais déposés de part et d'autre des tranchées. C'est cette différence de teinte qui va attirer l'attention de l'observateur et le pousser à surveiller avec attention les préparatifs ou travaux des allemands - Photo : Collection Albin Denis.

La Courtine - Escadrille C 13 - Photo prise le 22 février 1916 à 2700 m. Photo collection Jean-Luc Kaluzko.

Gare à l'Ouest du Bois le Comte photographiée par un équipage de la C 13, le 24 juillet 1917 - Altitude de prise de vue 2500 m - Focale de prise de vue F 26 (0,26m) - Photo Collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Escadrille C 13 - Vue oblique du Nord de la ferme Mormont, le 10 août 1917. Altitude de prise de vue 1000 m - focale F 120 (1,20 m) - Photo collection Ebay Allemagne.

Escadrille SAL 13 - Photo aérienne montrant Talefesse et l'Ouest du Bois d'Autremont - Photo réalisée pour le compte du 15ème corps d'armée, le 1er septembre 1918 - Altitude de prise de vue 400 m - Focale de l'appareil de prise de vue 0,26 m - Photo Paul Peyriller transmise par Elisabeth Peyriller-Estager, sa petite fille que je remercie pour son aide.

 

Escadrille C 13 - Dossier détaillant les positions allemandes enlevées le 20 août 1917
Front du XVème corps d'armée

Cliquez sur ce lien pour visualiser cette page

 

Documents en rapport

 

 

Documents en rapport

Carte d'identité de pilote d'avion n° 4118 du Caporal André Jean Bazerque - Né le 16 mai 1892 à Bessac (33) - Fils de Jean Bazerque et de Marguerite Taudin - Domicilés 36, cours du Chapeau Rouge à Bordeaux (33) - Profession avant guerre Employé à la Banque de France - Service militaire au 23ème régiment d'infanterie coloniale, à compter du 1er octobre 1913 - Toujours dans cette unité, lors de la mobilisation générale, du 2 août 1914 - Affecté au 43ème régiment d'infanterie coloniale - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er décembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 6094 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 26 avril 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux jusqu'au 8 mai 1917 - Affecté à l'escadrille C 13 par décision du GQG n° 7592 en date du 8 juin 1917 - Pilote de l'escadrille C 13 / SOP 13 du 17 juin 1917 au 2 décembre 1917 - En stage au GDE du 2 au 22 juillet 1917 - Rejoit le GDE du Plessis-Belleville (transformation de l'escadrille sur avion Sopwith 1A2) à l'issue de sa permission, le 1er octobre 1917 - Hospitalisé à l'hôpital civil de Nancy à compter du 2 décembre 1917 - Nommé Sergent, le 5 décembre 1917 - Photo Thierry Bazerque que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Détail du caveau de la famille Pecquet dans le cimetière de Conty (Somme) - Le Cne Jean Pecquet a été pilote au sein des escadrilles VB 105, C 13, C 220 et a assuré le commandement de l'escadrille C 13 du 15 mai 1917 au 14 juillet 1918 - Photo Claude Dannau que je remercie pour son aide.

Détail du caveau de la famille Pecquet dans le cimetière de Conty (Somme) - Le Cne Jean Pecquet y repose avec son épouse - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Claude Dannau que je remercie pour son aide.

Détail du caveau de la famille Pecquet dans le cimetière de Conty (Somme) - Photo Thierry Pecquet que je remercie pour son aide.

Tombe du Slt Albert Laurent, observateur / photographe de l'escadrille C 13 du 11 mai 1916 au 20 avril 1918 puis chef de la 44ème section de photographie aérienne du 20 avril 1918 au 18 février 1919 dans le cimetière communal de Boulogne-sur-Mer - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Caveau de la famille Pecquet dans le cimetière de Conty (Somme) - Le Cne Jean Pecquet a été pilote au sein des escadrilles VB 105, C 13, C 220 et a assuré le commandement de l'escadrille C 13 du 15 mai 1917 au 14 juillet 1918 - Photo Claude Dannau que je remercie pour son aide.

Tombe du Sol Charles Claude Racine - Né le 14 juillet 1894 à Dijon (Côte d'Or) - Fils de Jacques Alexis Racine et Claire Martin - Profession avant guerre Menuisier - Classe 1914 - Recrutement de Dijon sous le matricule n° 411 - Mobilisé au 2ème régiment d'aviation, à compter du 19 décembre 1914 - Mécanicien de l'escadrille C 13 du 1er avril 1915 au 28 août 1916 - En subsistance à l'escadrille C 18 du 31 mai au 4 juin 1915 - En subsistance à l'escadrille V 24 du 6 au 14 septembre 1915 - Grièvement blessé par éclats d'obus au cours du bombardement par l'artillerie allemande du terrain d'aviation de Brocourt, le soir du 27 août 1916 - Evacué sur l'ambulance 10/15 à Ville-sur-Cousances, le 28 août - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 15/15 à Ville-sur-Cousances (55), le 28 août 1916 - Charles Racine repose dans la nécropole nationale de Ville-sur-Cousances (55) - Photo Jean-Loup Frommer que je remercie pour son aide - Sources : MpF - Fiche matricule département de la Côte d'Or - CC escadrille C 13 - Dernière mise à jour : 5 juillet 2016.

 

Remerciements :

- M. Jean-Luc Kaluzko pour l'envoi des photos de la tranchée Weimar et de la Courtine.
- M. Olivier Baillon pour l'envoi des photos de reconnaissance.
- M. Thierry Pecquet pour la transmission des archives de son grand-père Jean.
- Mme Elisabeth Peyriller-Estager pour l'envoi des photos prises par son grand-père Paul.
- Mme Michèle Neurrisse pour l'envoi des photos d'Abel Neurrisse, son grand-père.
- M. Thierry Pecquet pour l'envoi des photos de Jean Pecquet, son grand-père.
- M. Thierry Bazerque pour l'envoi des photos d'André Bazerque, son grand-père.
- M. Jean-Pierre Puton, chef de projet du Centre Régional de l'Image de la ville de Nancy.
- M. Blaise Aurora, chargé de documentation du Centre Régional de l'image de la ville de Nancy.
- Mme Mireille Rameil pour l'envoi des archives de Marcel Bapt, son père.
- M. Fabrice Meunier Carus pour l'envoi des photos d'Auguste Meunier Carus Lenoir, son arrière grand oncle.
- M. Olivier Demoinet pour l'envoi des archives de Pierre Hadengue, son grand-père.
- M. Roland Kissel pour l'envoi des archives de Roger Kissel, son père.
- M. Didier Lecoq pour l'envoi du dossier militaire du Ltt Henri Prat.
- M. Claude Dannau pour l'envoi des photos du caveau de la famille Pecquet.
- M. Jean-Loup Frommer pour l'envoi des photos de la tombe de Charles Racine.
- M. Pierre Chataigné pour l'envoi des photos de René Chataigné, son père.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrilles 12 Escadrille 14

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez pour agrandir Cliquez sur l'image Cliquez pour agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir