Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insigne de l'escadrille


Dessin : Albin Denis

L'insigne de l'escadrille SPAbi 21 est directement repris d'un des quatre
plus importants bas-reliefs de l'Arc de Triomphe de l'Etoile de Paris.

Au nombre de quatre, ils se composent de :
- Le Départ de 1792 dit "La Marseillaise", par François Rude
- Le Triomphe de 1810, par Jean-Pierre Cortot
- La Résistance de 1814, par Antoine Etex
- La Paix de 1815, par Antoine Etex.
Photo : Nadine Denis.

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPAbi 21

 

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 21 reprend le dessin du haut-relief "le départ des volontaires", aussi dénommé "la Marseillaise", sculpté par Rude sur une des faces de l'Arc de Triomphe de Paris, placé sur un demi rond rouge.

Historique succinct

L'escadrille C 21 est créée le 4 janvier 1917 sur le terrain du Bourget. Elle est mise sous le commandement du capitaine Pierre Bloch. Entièrement équipée d'avions Caudron, elle prend l'appellation de C 21. Dès le 6, elle fait mouvement avec ses Caudron G 4 et G 6 sur Arcy-Sainte-Restitue puis sur Villeneuve-lès-Vertus, le 20 janvier.
Elle est affectée au 17ème corps d'Armée affecté à la 4ème Armée, le 30 mars 1917. Ses équipages sont engagés dans la bataille des Monts, qui fait rage dans la région d'Auberive-sur-Suippes, dès le 17 avril. Elle est alors stationnée à Bouy (51).
Le 25 juillet 1917, elle est transférée sur Valdahon, près de Besancon. Elle y restera jusqu'au 28 février 1918. Les Caudrons sont remplacés par des Dorand AR 1, à partir du 7 mars 1918 et l'unité prend l'appellation d'AR 21.
Après un passage très court à la 7ème Armée, elle est mise au service du 1er Corps d'Armée dépendant de la VIème Armée, du 15 mars au 24 juin 1918.
Le 28 mai 1918, les Dorand AR 1 de l'AR 21 sont engagés dans la 3ème bataille de l'Aisne. Les unités du 1er CA sont au contact pour ralentir l'avance allemande sur Vaurezis et Léchelle.

Le 14 juin, l'escadrille laisse ses Dorand et touche des Spad XVI. Elle devient naturellement l'escadrille SPAbi 21, pour escadrille équipée de Spad biplaces n° 21.

A partir du 24 juin, l'escadrille 21 est détachée auprès de la 37eme Division d'infanterie, qui est une division dite isolée car non rattachée à un ensemble supérieur. Elle finira la guerre avec cette division qu'elle ne quittera qu'en janvier 1919, pour être mutée à la 2ème Armée. Le 3 juillet 1918, le capitaine Pierre Bloch passe la main et transmet le commandement de l'escadrille au lieutenant Pierre Escudier.

L'escadrille SPAbi 21 est dissoute, le 27 février 1919. La 21 a été cité une fois à l'ordre du corps d'Armée et reçoit la Croix de Guerre 1914-1918 avec une étoile de vermeil.

Insigne métallique
de la SPAbi 21

Insigne de l'escadrille SPAbi 21 de 1918 - Insigne en argent fabriqué par le graveur Philippe Delamarre - Il a également réalisé l'insigne de la BR 275 - L'AR 21 est passée sur SPAD XVI, le 14 juin 1918 et a été détachée au service de la 37ème division d'Infanterie du 24 juin 1918 jusqu'en janvier 1919. La SPAbi 21 sera dissoute, le 27 février 1919 - La 37ème D.I se composait d'éléments d'Afrique rapatriés pour la guerre - Le croissant évoque son appartenance à cette unité - Insigne collection Alain Campo que je remercie pour son aide.


Appellations successives

Lieux de stationnements

 

 

Carte des différents stationnements

Numéros des départements français


Commandants de l'escadrille

Décorations

Les citations collectives

* Citation n° 183 à l'ordre du 103ème régiment d'artillerie lourde et de l'ALD 55 de l'escadrille C 21 commandée par le Ltt Bloch, en date du 25 juin 1917 : "S'est signalée au cours de deux mois passés dans le secteur de Morenvilliers par son entrain, son activité, la hardiesse de ses vols, la précision de ses renseignements apportés par ses observateurs. A su réaliser entre ceux-ci et le personnel des groupes, l'union et la bonne entente qui sont la meilleure garantie d'une bonne exécution des tirs."

* Citation n° 295 à l'ordre du 31ème corps d'armée de l'aéronautique du 31ème corps d'armée, composé des escadrilles BR 44, BR 275, SPAbi 21, sous les ordres du Cdt Berger, en date du 25 septembre 1918 : "A brillamment rempli toutes ses missions au prix de pertes sensibles et de combats quotidiens. Par ses reconnaissances, ses photographies, ses réglages et ses contrôles de tir, a largement contribué au succès des opérations de juillet et août 1918. A su, notamment, dans des conditions particulièrement difficiles, tenu régulièrement le commandant au courant de la situation de nos troupes et de la physionomie de la bataille en maintenant avec l'ennemi et avec les éléments les plus avancés, une liaison étroite et fructueuse."

* Citation n° 483 à l'ordre de la 64ème division d'infanterie de l'escadrille SPAbi 21, en date du 23 octobre 1918 : "Mise à la disposition de la 64ème division d'infanterie du 10 au 24 octobre 1918, en pleine bataille, a rendu à la division les plus éminents services. Sous les ordres d'un chef de première valeur, le Lieutenant Escudier, s'est fait remarquer par sa camaraderie de combat, son bel entrain et son désir de s'employer, volant par tous les temps au-dessus de l'ennemi, à très faible altitude, à rapporter les renseignements les plus précieux pour le commandant et l'infanterie."

* Citation n° 139 à l'ordre du 36ème corps d'armée de l'aéronautique du 36ème corps d'armée comprenant les escadrilles SAL 74, SPAbi 276, SPAbi 21, en date du 22 novembre 1918 : "A rendu les plus précieux services d'août à novembre 1918. Grâce à l'expérience de son chef, à l'allant et au dévouement de ses commandants d'escadrilles, au courage et au sang-froid de ses pilotes, observateurs et mitrailleurs, a renseigné le commandant et la troupe dans des circonstances atmosphériques souvent très dures. Malgré de grandes difficultés à vaincre, a assuré les liaisons et contrôles de tir et a exécuté de nombreuses reconnaissances photographiques."

* Citation n° 364 à l'ordre de la 37ème division d'infanterie de l'escadrille SPAbi 21, en date du 26 novembre 1918 : "Sous le commandant du capitaine Escudier, constitue un superbe instrument de combat qui s'est montré l'égal des plus belles unités de la division. Au cours des victorieuses offensives de la division d'août à novembre 1918, pilotes, observateurs et mécaniciens dans une très noble émulation ont rivalisé d'ardeur de courage et de dévouement pour accomplir leur mission, au mépris des pertes et des plus rudes fatigues. Accompagnant toujours l'infanterie, volant dans la pluie et le brouillard, aux basses altitudes, surveillant les tirs d'artillerie, mitraillant l'adversaire, les équipages de l'escadrille 21 ont ouvert aux troupes de la division le chemin de la victoire."

Rattachements de l'escadrille

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus


 

Unités rattachées dans les différents
Corps d'Armées et Armées où
a été affectée l'escadrille 21

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 21



Les hommes

Gros plan de la photo des sous-officiers de l'escadrille SPAbi 21 pendant l'été 1918 présentée dans la colonne de droite - Le Sgt Fernand Lécroart est le 6ème à partir de la gauche - Il était télégraphiste, détaché du 8ème régiment du Génie - Le Sgt Paul Menet, pilote, est 3ème à partir de la droite - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Fernand Lécroart, transmise par Laurent Lécroart, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les sous-officiers de l'escadrille SPA 21 posent à côté d'un SPAD XVI de leur unité pendant l'été 1918 - Photo Fernand Lécroart, transmise par Laurent Lécroart, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

Photo du Slt Georges Langumier

Slt Georges Alexandre Eugène Langumier - Né le 10 avril 1897 à Neuvy-en-Sullias (Loiret) - Fils d'Alexandre Langumier et d'Anna Eugénie Charbonnel - Domicilié à Bonnet (Loiret) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1917 - Recrutement de Montargis (Loiret) sous le matricule n° 348 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre au titre du 30ème régiment d'artillerie, le 12 juillet 1915 - Admis à la suite du concours des cours spéciaux des élèves aspirants de l'artillerie, les 17 et 18 décembre 1915 - Classé 429ème sur 454 - Nommé Aspirant à titre temporaire et affecté au 1er régiment d'artillerie de campagne, le 12 juin 1916 - Affecté au 26ème régiment d'artillerie, le 20 juillet 1916 - Affecté au 15ème régiment d'artillerie, le 23 juillet 1916 - Passé à l'école d'artillerie de Fontainebleau, le 1er avril 1917 - Affecté au 105ème régiment d'artillerie lourde, le 14 juin 1917 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire et désigné pour accomplir un stage d'observateur aérien, le 18 juin 1917 - Blessé par éclats de bombe au poumon, aux bras et cuisse, le 26 septembre 1917 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 19 décembre 1917 - Citation n° 23 à l'ordre de la division, en date du 15 octobre 1917 - Observateur au Centre d'Intruction de l'Aviation d'Observation (CIAO) du 19 décembre 1917 au 13 juillet 1918 - Affecté à l'aéronautique de la 1ère armée, en date du 6 juillet 1918 - Observateur de l'escadrille SAL 204 du 13 juillet au 10 août 1918 - Observateur de l'escadrille SPAbi 21 du 10 août 1918 au 15 février 1919 - Citation n° 143 à l'ordre de l'armée, en date du 22 août 1918 - Citation n° 213 à l'ordre de l'armée, en date du 2 novembre 1918 - Evacué sur l'hôpital de Laon, le 26 décembre 1918 - Hospitalisé jusqu'au 16 janvier 1919 - Observateur de l'escadrille SPABi 42 du 15 février au 19 avril 1919 - Observateur de l'escadrille BR 207 du 19 avril au 11 mai 1919 - Affecté au Parc 4 du 11 mai au 22 octobre 1919 - Marié avec Mlle Thérèse François Bernard à Orléans, le 19 juillet 1919 - Démobilisé, le 22 octobre 1919 - Nommé Sous-lieutenant, à titre définitif, le 1er juillet 1920 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre définitif, 16 août 1920 - Affecté, dans la réserve, au 2ème régiment d'aviation, le 30 août 1920 - Placé en position "Hors cadre" pour raison de santé, le 25 juin 1924 - Réintégration dans les cadres service sédentaire proposé pension temporaire 60 % par la commission de réforme de la Seine, le 17 avril 1924 pour corps étranger avec signes de sclérose pulmonaire consécutive, cicatrices multiples au-dessus de la clavicule gauche, à l'avant bras gauche, bras droit et cuisse gauche, paralysie récurrentielle gauche avec diminution de 50 % de l'aire glottique, paralysie de l'hypoglosse gauche - Nommé Ingénieur adjoint des travaux publics de l'état de 4ème classe (ponts et chaussées) et affecté, dans la répartement de l'Eure, au service de la navigation de la Seine, subdivision d'Amfreville-Poses, à compter du 1er juillet 1924 - Proposé en "Non disponibilité" avec pension temporaire avec invalidité de 65 % - Rayé des cadres par décision présidentielle, le 5 mars 1928 - Nommé Commandant d'aérodrome adjoint de 4ème classe, le 1er janvier 1936 - Commandant, à titre civil, de l’aérodrome de Nantes-Château-Bougon en 1937 - Commandant, à titre civil, l’aérodrome de Perpignan de 1939 à 1940 - Relevé de ses fonctions, le 17 juillet 1940 - Admis à faire valoir ses droits à la retraite, à compter du 27 décembre 1940 - Fonde le maquis de la forêt de Palangues, il sera suspecté, arrêté et interné en juillet 1943 à Bertholêne (Aveyron) - Evadé en octobre 1943, il s’engage dans les FFI de la région d’Orléans et participe au combat de la libération - Terminera la guerre avec le grade de lieutenant-colonel des forces françaises combattantes de l'intérieur - Après la libération, a bénéficié des avancements avec effet rétroactif suivants : Nommé Commandant d'aérodrome de 3ème classe, à dater du 1er juin 1941 - Nommé Commandant d'aérodrome de 2ème classe, à compter du 1er janvier 1942 - Nommé Commandant d'aérodrome de 1ère classe, à compter du 1er janvier 1943 - Pension définitive à 70 % pour blessure du côté gauche avec présence d'éclats encore en place et poussée bacillaire (en 1942) par la commission de réforme de Paris en date du 10 octobre 1945 - Réintégré dans ses fonctions, à titre définitif, comme commandant d'aérodrome de 1ère classe, à dater du 13 octobre 1945 - Nommé commandant de port aérien, le 27 septembre 1946 - Réside au 36 avenue du Général Leclerc à Montgeron (Essonne) - Officier de la Légion d'Honneur en 1948 - Taux d'incapacité porté à 80 %, pour séquelles de blessure au sommet du poumon gauche avec éclats inclus et gêne pour l'élévation compléte du bras, par la commission de réforme de Paris, en date du 12 juin 1952 - Commandeur de la Légion d'Honneur en 1960 - Décédé à Montgeron (Essonne), le 3 octobre 1969 - Sources : CCC de l'escadrille SAL 204 - CCC de l'escadrille SPAbi 21 - CCC de l'escadrille SPAbi 42 - CCC de l'escadrille BR 207 - LO - Fiche Matricule du département du Loiret - Infos familiales transmises par M. Claude Romeyer-Dherbey - Dernière mise à jour : 27 juin 2017.

* Citation n° 23 à l'ordre de la division, en date du 15 octobre 1917 : "Jeune observateur qui s'est distingué déjà pendant les attaques du mois d'août. Le 26 septembre, pendant un bombardement par avion d'une extrême violence, a contribué pour une large part à sauver du matériel de l'incendie des hangars. A été grièvement blessé par éclats de bombes en se portant au secours d'un homme qui venait d'être atteint et qu'il s'efforçait de mettre à l'abri."

* Citation n° 143 à l'ordre de l'armée, en date du 22 août 1918 : "Excellent observateur animé d'un grand courage et d'un rare dévouement. A rendu les plus grands services lors des récentes opérations par la précision de ses renseignements volant très bas malgré le tir ennemi."

* Citation n° 213 à l'ordre de l'armée, en date du 2 novembre 1918 : "Observateur remarquable par son habilité et la précision de ses renseignements. S'est particulièrement distingué au cours des affaires d'octobre 1918par son ardeur et par son mépris du danger. Volant à très faible altitude sur nos fantassins, a été sérieusement pris à partie par les mitrailleuses ennemies, notamment les 12 et 14 octobre. A toujours rempli ses missions rapportant de précieux renseignements."

Photo du Ltt Joseph Tartanson

Ltt Marie Joseph Tartanson - Né le 17 janvier 1882 à Digne (Alpes de Hautes-Provence) - Fils de Charles Marie Fantin Tartanson (avocat)  et Marie Elisabeth Mathieu - Profession avant guerre Etudiant en droit - Classe 1902 - Recrutement de Digne (04) sous le matricule n° 821 - Engagé volontaire pour trois ans, le 13 novembre 1902 - Affecté pour un an de service militaire au 3ème régiment d'infanterie de Digue, à la même date - Fin de sa période militaire, le 19 septembre 1903 - Nommé Caporal, le 22 septembre 1903 - Nommé Sergent, le 22 mars 1904 - A accompli une période de réserve au 3ème RI de Digne du 10 juin au 7 juillet 1905 - Certificat d'aptitude à l'emploi de chef de section, le 18 août 1905  - A accompli une période de réserve au 3ème RI de Digne du 4 au 26 avril 1908 -  Diplômé Docteur en droit, le 26 novembre 1909 -  A accompli une période de réserve au 203ème RI du 6 au 22 juin 1910 - Nommé Suppléant du juge de paix d'Avignon, le 19 décembre 1910 - Rappelé à l'activité en raison de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Nommé Sous-lieutenant de réserve à titre temporaire, le 13 novembre 1914 - Nommé Sous-lieutenant de réserve à titre définitif, le 11 janvier 1916 - Affecté au 9ème bataillon du 111ème régiment d'infanterie, le 22 octobre 1916 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 23 janvier 1918 - Affecté au 68ème régiment d'infanterie, le 1er mai 1918 - Détaché comme élève observateur à l'école d'aviation de Sommessous, à compter du 10 juillet 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 4  au 23 août 1918 - Affecté à l'aéronautique de la 3ème armée, le 23 août 1918 - Observateur de l'escadrille SPAbi 21 du 29 août 1918 au 22 février 1919 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de la 64ème division, en date du 23 octobre 1918 - Démobilisé, le 22 février 1919 - Affecté au 415ème régiment d'infanterie, le 23 janvier 1920 - Affecté au 38ème régiment d'infanterie, le 6 décembre 1922 - Affecté au 3ème régiment d'infanterie, le 16 octobre 1923 - Avocat avoué à Avignon - Conseiller Général des Basses-Alpes - Conseiller Municipal de Digne - Administrateur de la compagnie d'électrification et d'équipement agricole à Digne - Profession Agriculteur et président de la chambre d'agriculture des Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence) - Chevalier de la Légion d'Honneur au titre du Ministère de l'agriculture, en date du 1er août 1934 -  Rayé des cadres, le 18 janvier 1939 - Domicilié au 4, boulevard Victor Hugo à Digue (04) - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 5 août 1955 - Décédé à Marcieux (04), le 2 novembre 1955 - Sources : Acte de naissance - FM Alpes-de-Haute-Provence - CCC SPAbi 21 - LO - JORF - Dernière mise à jour : 4 février 2016.

* Croix de Guerre et citation à l'ordre de la 64ème division, en date du 23 octobre 1918 : "Observateur d'un courage remarquable et d'une conscience absolue. S'est particulièrement distingué au cours de l'avance du mois d'octobre, volant bas sur l'ennemi, a rapporté de précieux renseignements. A eu son avion quotidiennement atteint par les mitrailleuses ennemies. Etait présent à l'escadrille SPAbi 21 lors de la citation à l'ordre de la 64ème division du 23 octobre 1918 et de la citation n° 295 à l'ordre du 31ème corps d'armée, en date du 20 septembre 1918."


Adj Robert Pascal Delplanque - Né le 17 mai 1896 à Betz (Oise) - Fils de Richard Charles Delplanque (cantonnier du chemin de fer) et d'Adèle Papier (garde barrière) - Domiciliés au 43, rue de la Barre à Deuil) - Profession avant guerre Electricien - Réside à Deuil (Val d'Oise) - Classe 1916 - Recrutement de Versailles (Yvelines) sous le matricule n° 5734 - Mobilisé au 1er groupe d'aérostation (dépôt de St-Cyr), le 12 avril 1915 - Passé au 1er groupe d'aviation de l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 7 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2747 obtenu le 22 février 1916 - Nommé Caporal, le 11 mai 1916 - Pilote de l'escadrille C 28 du 1er juin au 29 décembre 1916 - Nommé Sergent, le 16 août 1916 - Pilote de l'escadrille C 21 du 25 janvier au 9 juillet 1917 - Affecté à l'aviation du Maroc du 9 au 24 juillet 1917 - Affectation annulée et transformée - Affecté à l'escadrille C 18 / SAL 18 du 24 juillet 1917 au 16 février 1918 - Nommé Adjudant, le 1er janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SPAbi 278 du 16 février au 26 avril 1918 - Affecté au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron pour affectation en Tunisie, à compter du 26 avril 1918 - Affecté à l'aviation de Tunisie du 18 mai 1918 au 10 septembre 1919 - Classé "Service Auxiliaire" pour maladie aggravée en service, le 27 octobre 1919 - Démobilisé, le 28 octobre 1919 - Profession après guerre Ouvrier spécialiste machine - Affecté, dans la réserve, au 1er régiment d'aérostation - Affecté, dans la réserve, au 32ème régiment d'aviation d'observation - Sur sa demande et après être passé devant la 5ème commision de réforme de la Seine, repasse "Service Armé", le 27 novembre 1923 - A accompli une période d'entrainement au 32ème régiment d'aviation d'observation de Dijon-Longvic, du 12 au 26 mai 1924 - A accompli une période d'entrainement à la division d'entrainement d'Orly, du 16 au 30 juin 1925 - A accompli une période d'entrainement de pilote d'avion à la division d'entrainement d'Orly, du 16 au 30 avril 1926 - A accompli une période d'entrainement de pilote d'avion à la division d'entrainement aérien d'Orly, du 17 au 31 mai 1927 - Affecté, dans la réserve, au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 27 juin 1930 - Affecté, dans la réserve, au Bataillon de l'Air 127 d'Avord, le 25 janvier 1939 - Radié du personnel navigant et classé dans le personnel non navigant du service général, le 10 février 1939 - Rappelé à l'activité par ordre de mobilisation générale, le 4 septembre 1939 - Affecté à la base aérienne de Romorantin, le 5 décembre 1939 - Décédé à Alberville (Savoie), le 19 juillet 1961 - Photo Robert Delplanque transmise par Sébastien Legrand, son arrière-petit-neveu que je remercie pour son aide - Sources : Pam - CCC escadrille C 28 - CCC escadrille C 21 - CCC escadrille C 18 / SAL 18 - CCC escadrille SPAbi 278 - FM département des Yvelines - Dernière mise à jour : 16 avril 2016.

 

Photo du Slt Marcel Hébert

Slt Marcel Henri Victor Hébert - Né le 3 avril 1894 à Paris (75) - Fils d'Henri Hébert et de Marie Louichon - Profession avant guerre Ingénieur - Classe 1914 - Recrutement du 3ème bureau de la Seine sous le matricule n° XXX - Mobilisé au 13ème régiment d'artillerie, à compter du 3 septembre 1914 - Affecté au 22ème régiment d'artillerie - Affecté au 62ème régiment d'artillerie - Nommé Adjudant - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire et affecté au 63ème régiment d'artillerie, le 6 avril 1917 - Nommé Lieutenant, à titre temporaire, le 4 décembre 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, à compter du 3 janvier 1918 - Brevet de pilote militaire n° 13.203 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes-Vineuil, le 4 mai 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 14 juin 1918 - Breveté sur Sopwith 1A2, à compter du 19 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPAbi 21 du 27 juillet 1918 au 16 février 1919 - Blessé au cours d'un atterrissage forcé au retour d'une mission, le 8 août 1918 - Evacué sur l'HOE de Conty, le 9 août 1918 - Rejoint l'escadrille après convalescence, le 22 septembre 1918 - Pilote de l'escadrille SPAbi 42 du 16 février au 2 mai 1919 - Affecté à l'aéronautique de la 4ème armée, le 2 mai 1919 - Nommé Lieutenant de réserve et affecté au 35ème régiment d'aviation de Lyon-Bron, le 2 mars 1920 - A été Maire d'Alençon - Décédé à Paris (75), le 11 février 1973 - Ses obsèques ont été célébrées en l'église St-Paul, dans le quartier du Marais à Paris - Marcel Hébert repose au cimetière de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - LO non communicable - CCC de l'escadrille SPAbi 21 - CCC de l'escadrille SPAbi 42 - JORF - Dernière mise à jour : 15 mars 2017.

 

Photo Sgt René Falaiseau

Sgt René Henri Falaiseau - Né le 16 octobre 1886 à Cholet (Maine-et-Loire) - Fils de René Désiré Falaiseau et de Marguerite Rosalie Henriette Galais - Domiciliés à Cholet - Classe 1906 - Recrutement de Chôlet sous le matricule n° 767 - Service militaire au 114ème régiment d'infanterie, à compter du 8 octobre 1907 - Profession avant guerre Voyageur de commerce - Domicilié au 54, rue des Martyrs à Paris 9ème (75), à compter du 3 décembre 1911 - Marié avec Yvonne Ayrault - Domiciliés au 13 boulevard Faidherbe à Cholet, à compter du 23 février 1912 - A effectué une période d'exercice de réserve au 114ème régiment d'infanterie du 29 août au 20 septembre 1912 - Domicilié au 4, place Fousette à Caen (Calvados), à compter du 11 avril 1914 - Une période d'exercice de réserve au 77ème régiment d'infanterie du 4 au 20 juin 1914 - Rappelé à l'activité en raison de la mobilisation générale, le 1er août 1914 - Rejoint l'unité, le 3 août 1914 - Nommé Caporal, le 8 juin 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote de l'école d'aviation de Dijon (Sélection et cours théorique), le 16 février 1916 - Passé à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 19 mai 1916 - Echec dans sa formation de pilote militaire - Affecté au 1er groupe d'aviation de Dijon du 24 juillet au 11 novembre 1916 - Mécanicien de la RGA du 11 novembre 1916 au 5 janvier 1917 - Mécanicien de l'escadrille C 21 du 5 janvier 1917 au 27 février 1919 - Nommé Sergent, le 7 août 1917 - Démobilisé, le 25 mars 1919 - Domicilié à Mondeville (Calvados), à compter du 23 août 1919 - Domicilié au 5, rue Choron à Caen (Calvados), à compter du 8 avril 1921 - Affecté, dans la réservé, au 31ème régiment d'aviation, à compter du 1er juin 1921 - Affecté au 6ème régiment du génie, le 1er janvier 1924 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de Maine-et-Loire - CCC escadrille C 21 - Dernière mise à jour : 10 novembre 2016.

 

Les avions

Le Sgt Robert Delplanque pose en compagnie de son mitrailleur, à côté du Caudron G 6 qui lui a été affecté, sur le terrain de Bouy (Marne), le 30 mai 1917 - Ce pilote a été affecté à l'escadrille C 21 du 25 janvier au 9 juillet 1917 - Photo Robert Delplanque transmise par Sébastien Legrand, son arrière-petit-neveu que je remercie pour son aide.


 

Les avions

SPAD XVI n° 9418 codé "4" baptisé "Chonchon" de l'escadrille SPAbi 21 en 1918 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Le Sgt Paul Menet photographié à coté de son Spad XVI n° 12101 codé "8" pendant l'hiver 1918-1919 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

 

Les terrains d'aviation

Vue aérienne du terrain du Valdahon (Doubs) - L'escadrille AR 21 a stationné sur ce terrain du 25 juillet au 28 février 1918 - Carte postale d'époque.

Terrain d'aviation de Sacy-le-Grand en juillet 1918 - L'escadrille SPAbi 21 a occupé ce terrain du 25 août au 7 septembre 1918 - Photo collections du Centre Régional de I'image de Nancy que je remercie pour leur aide.

Photos aériennes prises
par les équipages

Photo aérienne de l'ex ferme de Confrécourt (02) prise par un équipage de l'escadrille SPAbi 21 pour le compte du 1er corps d'armée - Altitude de prise de vue 500 m - Le 25 juin 1918 - Photo collection Serge Hoyet que je remercie pour son aide.

 

 

 

 

Documents administratifs

Licence FAI de pilote aviateur de André César Charles Auguste Casiez délivrée le 25 juin 1915 - Né le 31 décembre 1894 à Busigny (59) - Avant guerre mécanicien électricien - Engagé au 2ème groupe d'aviation comme élève pilote, le 10 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 1340 du 14 août 1915 - Brevet de pilote FAI n° 2104 - Différentes mutations : Ecole d'aviation de Saint-Cyr - Ecole de Reims - SFA de Villacoublay - Ecole de Pau - Escadrille C 6 - Escadrille C 21 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre du corps d'armée en date du 9 septembre 1916 - une citation à l'ordre de l'aéronautique en date du 23 juin 1916.

 

Documents en rapport

Avis de décès du colonel Georges Langumier, survenu à Montgeron (Essonne), le 3 octobre 1969 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Archives familliales transmise par Claude Romeyer-Dherbey, que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe de la famille Bernard dans le cimetière communal de Montgeron (Essonne) - L'urne funébre du colonel Georges Langumier, ancien observateur de l'escadrille SPAbi 21 du 10 août 1918 au 15 février 1919 y repose - Il s'était marié avec Mlle Thérèse François Bernard à Orléans, le 19 juillet 1919 - Photo Claude Romeyer-Dherbey que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- M. Serge Hoyet pour l'envoi de la photo de la ferme de Confrécourt.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Jean-Pierre Puton, chef de projet du Centre Régional de l'Image de la ville de Nancy.
- M. Blaise Aurora, chargé de documentation du Centre Régional de l'image de la ville de Nancy.
- M. Laurent Lécroart pour l'envoi des photos de Fernand Lécroart, son grand-père.
- M. Sébastien Legrand pour l'envoi des archives de Robert Delplanque, son arrière grand-oncle.

- M. Claude Romeyer-Dherbey pour l'envoi des citations de l'escadrille C 21 / SPAbi 21.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- La Force Aérienne Tactique - 1965-1994 - pages 277 à 284 - publié par l'association Point Fixe en 1998.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet Wikipedia - L'Arc de Triomphe de l'Etoile - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 20 Escadrille 22

 

 

pas de fiche > 1918