Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Premier insigne peint sur le nez des Farman 40 en 1916 - Il s'agit de l'insigne du 2ème corps de cavalerie dont l'escadrille F 24 a été rattachée épisodiquement dès 1914 - Remarquez l'étoile à 5 branches très fines, l'insigne qui sera adopté ultérieurement comportera une étoile plus classique. - Dessin Denis Albin d'après photos.

Insigne adopté en 1918 et peint sur les Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 24 - Il rassemble le pélican, nouvel emblème de l'unité et l'étoile du 2ème corps de cavalerie, sa marque de reconnaissance initiale - Dessin Denis Albin.

Découpe de fuselage d'un Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 24. Cette pièce datée de juillet 1918 est conservée au SHD de Vincennes. L'inscription au milieu de l'étoile "escadrille SAL 24 - Juillet 1918" n'était bien entendu pas inscrite en 1918 - Photo Air Actualités n° 492 de mai 1996, page 43.

Découpe de fuselage d'un Salmson 2A2 codé "6" de l'escadrille SAL 24 de 1918 - Elle a été conservée par la famille du MdL Gaston Maurice Gronier, qui a été pilote de l'escadrille SOP 24 du 16 novembre 1917 au 12 novembre 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Christophe Gronier que je remercie pour son aide.

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SAL 24

Insignes des unités
détentrices de ses traditions

Insigne peint sur les fuselages de la 3ème escadrille du 39ème RAO basée d'abord à Mouslimié (jusqu'au 01.10.1933) - 3ème escadrille du GO II / 39 basée à Rayak (Potez 25 TOE) - 3ème escadrille du GR II / 39 basée à Damas (Potez 25 TOE) jusqu'au 30.08.1941 - Dessin Albin Denis.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 3ème escadrille du 39ème régiment aérien d'observation - Il est de fabrication locale - La chimère porte ses ailes plaquées au corps - Photos Delcampe.

Symbolique

L'escadrille 24 a d'abord utilisé l'insigne du 2ème corps de cavalerie auquel elle a été rattachée épisodiquement dès 1914. Cet emblème consistait en une étoile blanche à 5 fines branches placée sur un rond rouge. En 1918, l'escadrille SAL 24 adoptera un pélican ouvrant un large bec qu'elle joindra à l'insigne initial. Dissoute le 1er janvier 1919, il faut attendre le 1er juin 1920 pour voir la 58ème escadrille du Levant reprendre ses traditions. Toutefois, le pélican n'étant vraisemblablement pas adapté à ce théatre d'opération, la 3ème escadrille du 39ème RAO basée à Mouslimié adopte une chimère dans un triangle bleu et blanc. L'escadrille restera au Levant jusqu'au 30 août 1941.

Historique

L'escadrille V 24 est créée, le 7 août 1914 sur le terrain de Rethel. Elle est placée sour le commandement du capitaine André Faure et entièrement équipée d'avions Voisin type L. L'unité est affectée à la 5ème armée du général Lanrezac. A partir du 22 août, elle fait mouvement sur Philippeville et Chimay, en Belgique pour participer aux combats qui font rage sur Charleroi, Dinan, Givet et Revin. La poussée des corps d'armée allemands est trop forte et les forces françaises font retraite jusqu'au Sud de l'Oise, sur Hirson, la Capelle et la Nouvion. Le 26 août, la V 24 s'intalle au camp de Sissonne. Du 29 août au 5 septembre, les troupes de la 5ème armée tentent de ralentir l'avance ennemie et se replie progressivement en combattant jusqu'à la forêt de Jouy. La 5ème armée change de chef, le général Franchet d'Esperey est nommé à sa tête, le 3 septembre. Du 6 au 15 septembre 1914, les équipages de la V 24 sont engagés dans la bataille de la Marne. Les troupes allemandes sont enfin stoppées et se replient sur une ligne Ville-en-Tradenois, Cerney-en-Laonnois, Craonne, Berry-au-Bac, Bétheny et Prunay. La V 24 a effectué la majorité de ses missions de combat à partir des terrains de Reims et de Champaubert, au sud-Ouest d'Epernay.
A partir du 15 septembre, les Voisin de l'escadrille sont engagés dans la zone de Craonne à Brimont où se déroulent de violents combats. Dans la même zone d'opération, la V 24 participent à l'offensive française du 12 au 14 octobre.

Le 5 octobre 1914, l'équipage composé du Sgt Joseph Frantz et du soldat Louis Quenault, remporte la première victoire homologuée de l'histoire de l'aviation, contre un équipage du FlAbt 18 montant un Aviatik B. L'avion ennemi est tombé près de Muizon-Jonchery-sur-Vesle. Le 22 novembre, un autre équipage de la V 24 remporte une victoire homologuée et une autre probable. L'équipage composé du Slt Michel Mahieu et du Maître ouvrier Jules Mauduit abat d'abord un avion du Fla 23 Rk puis livre combat contre un autre qui ne sera pas validé. C'est la seconde victoire homologuée de l'escadrille.

L'année 1915 sera plus calme, l'escadrille réalisera des missions de combats à partir de différentes terrains de la Marne, de l'Aisne et de la Somme. A partir de février, des Nieuport 10 viennent peu à peu renforcer la dotation de la V 24. Il est d'ailleurs prévu que cette unité passe entièrement sur avions Nieuport et prenne la dénomination N 24.
Le 30 mars, le Cne Victor Chabert prend le commandement de l'escadrille. Le 18 avril 1915, la V 24 perd ses premiers membres d'équipage. Le caporal Paul Foucher et de Ltt Georges Gromier sont tués dans un accident aérien sur le terrain de Muizon près de Rosnay. Ce ne sera malheureusement pas les derniers. Il faut préciser que toutes les pertes par accident de l'escadrille 24 ont eu lieu en 1915. Le second accident mortel ayant eu lieu le 6 juin 1915, le capitaine Julien Delgorgue se tuant à Sapincourt. Le 18 juin, le MdL Victor Sayaret remporte une victoire homologuée. Le 9 septembre 1915, nouveau changement à la tête de la V 24 avec la prise de commandement du Ltt Henry Paumier.

Nous avons vu que l'escadrille devait devenir l'escadrille N 24. Toutefois en raison du manque d'avions neufs et la mise à disposition d'avions MF 11 bis venant d'unités transformées sur Nieuport, le changement n'aura pas lieu. A partir du 9 juin 1916, l'escadrille est alors entièrement transformé sur Maurice Farman MF 11 et MF 11 bis. Elle devient alors l'escadrille MF 24. Le lieutenant Henry Paumier et le capitaine japonais Kiyotaké Shigeno, pilotes de Nieuport 10, sont mutés à l'escadrille N 12, unité mixte dotée d'avions biplaces d'observation et de monoplaces de chasse destinés à les protéger.

Le 6 juillet 1916, l'escadrille F 24 passe sous le commandement de la 6ème armée du général Fayolle. Elle est plus particulièrement affectée à l'aéronautique du 20ème corps d'armée du général Balfourier. Elle participe alors à une série d'offensives qui mène à la reprise de Maurepas du 13 au 24 août, à la prise de Cléry-sur-Somme et Bouchavesnes du 3 au 13 septembre, à la prise de Combles et de Rancourt du 25 au 28 septembre et finalement à l'offensive sur Combles et Sailly-Saillisel, le 7 octobre 1916. Toutes les missions de l'année 1916 ont été menées à partir du terrain de la Folie au Nord-Est de Châlons-sur-Marne.

Le 14 septembre, la 24 perd son premier avion au combat. Le Farman F 42 de l'équipage MdL Marcel Babin et Slt Fernand Bonzom est abattu par la DCA sur Bouchavesnes-Cérisy-Gailly. Les deux aviateurs sont tués. Le 7 octobre, nouvelles pertes avec la mort au combat du Chef de bataillon Maurice Challe, le chef de l'aéronatique du 9ème corps d'arméeet du Slt Henri Mervius. Leur Nieuport 12 bis est abattu près de Morlancourt.

En novembre 1916, l'escadrille F 24 passe sous le commandement du 9ème corps d'armée du général Niessel, appartenant lui aussi à la 6ème armée. Le 3 novembre, une journée à la fois faste et funeste avec une victoire homologuée par l'équipage composé du Cne Marc Guilloux et du Slt André Coustau mais aussi un Farman F 40 abattu en mission photo entre Morlaincourt et Rocquigny. Les deux membres d'équipage, l'Adj Maurice Saillard et le Slt Charles Tréhout, sont tués. Jusqu'en février 1917, les équipages effectuent de nombreuses missions de reconnaissance sur le front compris entre Cléry-sur-Somme, la ferme de Bois l'Abbé et Bouchavesnes.

En février 1917, l'escadrille passe sous les ordres du 38ème corps d'armée commandé par le général Piarron de Mondésir. Ce corps appartient à la 5ème armée du général Mazel. Les unités participent à la bataille de l'Aisne du 16 avril au 7 mai et plus particulièrement sur les cavaliers de Courcy. Le capitaine Seym Sarret prend le commadement de l'escadrille, le 29 mai. En juin 1917, nouvelle affectation avec un transfert sur la 2ème armée. Le 29 et 30 juin, les Sopwith 1A2 de l'escadrille réalisent leurs missions sur la côte 304, Avocourt et le Mort d'Homme.

A la mi 1917, l'escadrille 24 est rattachée au 2ème corps de cavalerie. Elle restera unie à cette grande unité jusqu'à la fin de la guerre. Il faut préciser que l'unité avait déjà été rattachée à ce corps mais de façon épisodique. Les équipages effectuent des missions très difficiles sur Louvemont, le bois d'Avocourt. La côte 344 est prise de haute lutte, suivie de Samogneux, la côte de Talou, du Mort d'Homme, de Forges, de Bethincourt et finalement de la côte 304.

Le 1er janvier 1918, le lieutenant Henri Fouillard prend le commandement de la SOP 24. Le 18 janvier, l'escadrille est affectée à la 6ème armée du général Duchêne et plus particulièrement au 1er corps de cavalerie du général Féraud. L'unité est tranformée sur avions Salmson 2A2 et devient la SAL 24.

Le 1er mars, l'escadrille 24 est dédoublée pour former l'ossature d'une nouvelle unité, la BR 279. L'état-major, qui crée de nouvelles escadrilles, veut leur apporter un noyau extérieur qui possède l'expérience du combat. Ainsi les unités nouvellement formées, peuvent être imméditement engagées au combat et les pertes humaines et matérielles limitées.

A partir du 21 mars, la SAL 24 est engagée en Picardie lors de l'offensive allemande entre la Scarpe et l'Oise sur le front britannique puis pendant la bataille de Noyon avec des combats sur Tergnier. Les Allemands attaquent sur Barisis-aux-Bois et la forêt de Coucy. Les troupes françaises, sous les coups des corps de bataille ennemis, se replient sur la basse ailette et assure la défense de la rive sud de l'Oise, du 6 au 9 avril.

Le 4 mai 1918, nouveau changement avec le transfert sur le 20ème corps d'armée du général Berdoulat. Le 20ème CA est une unité organique de la 10ème armée du général Charles Mangin. Du 2 au 5 juin, bataille sur l'Aisne avec le repli entre cette rivière et la forêt de Villers-Cotterets. Le 2 juin, un Salmson 2A2 de la 24 est abattu au Sud de la Ferté-Millon. Les deux membres d'équipage, le Ltt Fernand Penot et le Ltt Félix Leseur sont tués.

A partir du 18 juillet, la SAL 24 va participer à une série continuelle de batailles. D'abord avaec des attaques entre l'Ourcq et l'Aisne, avec la progression sur Tigny, Berzy-le-Sec. Les Français prennent Villemontoire, Oulchy-la-Ville et Oulchy-le-Château.
Puis lors du repli allemand sur la Vesle et l'Aisne avec la prise de Soissons par les troupes du 20ème CA, le 2 août 1918. Vient ensuite la bataille de Noyon avec des offensives en direction de Quierzy et de Pontoise, du 17 au 29 août.

Les unités de 20ème CA avancent face à la ligne Hindenburg avec de violents combats sur le plateau de Laffaux et Vauxaillon. Les troupes progressent sur Vailly-Allemant et Barisis-aux-Bois, puis sur la forêt de Saint-Gobain, la région de Laon, Sissonne, Barenton et Crécy-sur-Serre. Le 8 octobre, le Salmson 2A2 monté par le MdL Louis Couturier et l'Adj Edmond Guinard est abattu par un Fokker D VII de la Jasta 66. Les deux aviateurs sont tués et sont les dernières pertes de l'escadrille pendant la Grande Guerre

A la date du 11 novembre 1918, l'escadrille SAL 24 est stationnée à Froisy, dans l'Oise. Ses équipages ont remportés 6 victoires homologuées et perdus 13 hommes au combat ou par accident. Six ont été blessés. L'escadrille SAL 24 est dissoute le 1er janvier 1920. Il faudra attendre, le 1er juin 1920, pour qu'une unité reprenne ses traditions, ce sera la 58ème escadrille du Levant qui deviendra ensuite la 3ème escadrille du 39ème RAO puis la 3ème escadrille du GR II / 39.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne métallique de la 3ème escadrille du 39ème RAO de Mouslimié - 3ème escadrille du GO II / 39 basée à Rayak - 3ème escadrille du GR II / 39 basée à Damas - Toutes ces escadrilles étaient stationnées au Levant, la Syrie actuelle - Ces unités successives ont hérité des traditions de la SAL 24 mais n'ont pas repris son insigne qui n'était pas adapté au théâtre d'opération - Photo Albin Denis.

Variante de l'insigne de la 3ème escadrille du 39ème RAO de Mouslimié - Photo Albin Denis.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français


 

Commandants d'unité

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus

Véhicules de l'escadrille

 

Unités aéronautiques rattachées
au 2ème corps de cavalerie

Ce n'est qu'à partir de 1917, que l'on trouve, pour l'aviation, des affectations organiques régulières. Avant cette période, l'escadrille affectée au corps de cavalerie varie souvent et est presque constamment employée en dehors du corps de cavalerie. Source : Les Armées françaises dans la Grande Guerre - Volume 10 en 2 tomes - pages 924 / 925.

Rattachements de l'escadrille

Les rattachements de l'escadrille 24 sont donnés dans l'ordre hiérarchique de la manière suivante : Armée, Corps d'armée, Division, Régiment. La plupart du temps, l'unité était rattachée à la section aéronautique d'un corps d'armée, commandée par un capitaine.

Morts: en rouge / Blessés et indemnes : en jaune



Batailles et missions importantes
de l'escadrille 24

 

Les hommes

Les pilotes et observateurs des escadrilles de la Vème armée rassemblés autour de leur chef, le chef d'escadron Charles Tricornot de Rose (avec le sabre), commandant l'aéronautique de la Vème armée sur le terrain de la ferme de Rosnay (51), en août 1915 - A cette époque, l'aéronautique de la 5ème armée est composée des cinq escadrilles : C 6 - MS 12 - C 13 - V 24 - C 53 - Seule l'escadrille C 6 n'était pas stationnée à Rosnay mais à Baslieux-lès-Fismes (51) - De gauche à droite et assis par terre - Au premier plan : X - X - X - Cne Raymond de Bernis pilote MS 12 - Cne Louis Sassary pilote et Cdt C 53 - X - Sgt René Mesguisch pilote MS 12 - Assis sur une chaise : X - Debouts de gauche à droite : Sgt Lucien Lanier pilote C 53 - X - Cap Jules Mauduit mitrailleur V 24 - X - X - X - X - X - X - X - Cdt Tricornot de Rose, chef Aéro 5ème armée - Ltt Paul Moinier obs MS 12 - X - Ltt Couder pilote V 24 - Cne Hiyotaké Shigeno pilote MS 12 - Ltt Gabriel Pelege obs MS 12 - Ltt René Chambe obs MS 12 - X - X - X - Sgt Georges Pelletier d'Oisy pilote MS 12 - Sgt Jean Navarre pilote MS 12 - X - X - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Lucien Lanier transmise par Mme Françoise Lannes, née Labenelle, que je remercie pour son aide - Si vous possèdez la même photo légendée, merci de prendre contact avec l'auteur du site.

Photo de groupe des personnels navigants de l'escadrille F 24 - Photo certainement datée de l'été 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit-fils Gilles que je remercie pour son aide.

Cdt Maurice Jules Joseph Challe - Né le 28 juillet 1879 à Auxerre (Yonne) - Fils de Léon Alexandre Challe (sous-intendant militaire) et de Marie Pauline Emilie Guiblin - Domiciliés au 5, rue St-Régnobert à Auxerre - Classe 1899 - Recrutement d'Auxerre sous le matricule n° 486 - Engagé volontaire pour trois ans au titre de l'école militaire spéciale de St-Cyr, le 19 octobre 1899 - Arrivé à l'école de St-Cyr, le 25 octobre 1899 - Elève de l'école spéciale militaire de St-Cyr, promotion "D'In Salah" du 25 octobre 1899 au 24 septembre 1901 - Affecté au 19ème régiment d'infanterie de Brest, à compter du 24 septembre 1901 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1901 - Affecté au 144ème régiment d'infanterie, le 27 avril 1911 - Brevet de pilote civil n° 523 décerné par l'Aéroclub de France, le 15 juin 1911 - Brevet de pilote militaire n° 46 décerné le 8 septembre 1911 - Affecté au 25ème bataillon de sapeurs aérostiers du 1er régiment du Génie, le 23 décembre 1911 - Affecté au 2ème groupe aéronautique par organisation, le 1er janvier 1913 - Affecté au centre de Buc du 1er groupe aéronautique, le 15 avril 1913 - Chevalier de la Légion d'honneur et citation à l'ordre de l'armée décernée pour faits de guerre au Maroc, le 8 juillet 1913 - Nommé Capitaine, le 23 septembre 1913 - Affecté au 2ème groupe d'aviation, par organisation, le 1er janvier 1914 - Réalisa la première liaison Paris (terrain de Buc) - Brest (terrain du Polygone), à bord du MF 7 n° 42, en 6h20mn de vol, du 27 avril au 1er mai 1914 - Pour cette mission, il faisait équipage avec le sapeur Léon Béasse - Pilote de l'escadrille VB 1 / VB 101 du 5 octobre 1914 au 1er avril 1915 - Officier de la Légion d'Honneur du Cne Maurice Jules Joseph Challe, adjoint au commandant du groupe des escadrilles de chasse et de bombardement d'une armée, le 13 août 1914 - Citation n° 101 à l'ordre de la 4ème armée, le 18 octobre 1914 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 13 décembre 1914 - Pilote de l'escadrille VB 105 du 28 avril au 1er juillet 1915 - Nommé Chef de Bataillon, à titre temporaire, le 24 février 1916 - Commandant de l'aéronautique de la 4ème armée - Tué au cours d'une mission, à bord d'un Nieuport 12 bis de l'escadrille SOP 24, dans les environs de Morlancourt (Somme), le 7 octobre 1916 - Il faisait équipage avec le Slt Henri Mervius, observateur de la SOP 24, qui a également perdu la vie - Leur adversaire était probablement le Hptm Boelcke du Jasta 2 (sa 31ème victoire) - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 16 novembre 1916 - Sources : Pam - MpF - Fiche matricule du département de l'Yonne - JORF - Dernière mise à jour : 4 octobre 2016 - Maurice Challe repose à la nécropole nationale de Rancourt, tombe 71 - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

* Chevalier de la Légion d'honneur et citation à l'ordre de l'armée décernée pour faits de guerre au Maroc au Ltt Maurice Challe, le 8 juillet 1913 : "Quatorze ans de services. Services exceptionnels rendus à l'aéronautique militaire."

* Officier de la Légion d'Honneur du Cne Maurice Jules Joseph Challe, adjoint au commandant du groupe des escadrilles de chasse et de bombardement d'une armée, le 13 août 1914 : "Officier du courage le plus absolu et le plus simple; s'est signalé depuis le début de la campagne en accomplissant presque quotidiennement les missions les plus périlleuses au-dessus de l'ennemi, soit pour des réglages de tir, des reconnaissances ou des bombardements. A eu son avion souvent gravement endommagé par les projectiles et n'a dû de revenir dans nos lignes qu'à son exceptionnelles habileté (Croix de Guerre)."

* Citation n° 101 à l'ordre de la 4ème armée du Cne Maurice Challe, pilote de l'escadrille VB 1, en date du 18 octobre 1914 : "S'est offert spontanément comme tireur observateur à bord des avions et a obtenu les plus brillants résultats dans le bombardement des troupes ennemies."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Maurice Challe, pilote de l'escadrille VB 101, en date du 13 décembre 1914 : "Pour avoir au pied levé remplacé un pilote malade de l'escadrille de bombardement et a exécuté, sous le feu de l'artillerie ennemies, un bombardement dont les effets parurent efficaces."

* Citation à l'ordre de l'armée du Chef de bataillon Maurice Challe, commandant de l'aéronautique de la 4ème armée : "Aviateur militaire de la première heure, disparu sur la Somme, le 7 octobre 1916, au cours d'une reconnaissance aérienne exécutée à basse altitude et dans des circonstances atmosphériques des plus défavorables."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Chef de bataillon Maurice Challe, commandant de l'aéronautique de la 4ème armée, en date du 16 novembre 1916 : "Jeune officier supérieur du plus haut mérite, d'une bravoure magnifique, d'une ardeur entraînante. Le 7 octobre 1916, alors qu'il venait, depuis deux jours, de prendre le commandement d'un secteur important en pleine action, n'hésita pas, prêchant d'exemple à prendre les airs, pilotant lui-même par un temps très mauvais, pour effectuer une reconnaissance extrêmement périlleuse sur les lignes ennemies. Est disparu au cours de sa mission."

Ltt Jean De Bourdès - Pilote escadrille V 24 - Né le 15 octobre 1881 à Chambéry - Engagé à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr - Passé à l'aviation, le 09.12.1913 comme élève pilote - Brevet de pilote civil n° 1656 du 10 juillet 1914 - Brevet de pilote militaire n° 517 du 8 août 1914 - Différentes unités : V 14 - V 24 - VB 104 - VB 114 - Escadrille V 24 à partir du 19.04.1915 - La Guerre Aerienne Illustrée.

Ltt Raymond Pons de Pierre de Bernis - Pilote escadrille V 24 - Brevet de pilote civil n° 732 du 18 janvier 1912 - Brevet de pilote militaire n° 94 du 26 mars 1912 - La Guerre Aerienne Illustrée

Ltt André Jules Paul Couder - Né le 22 septembre 1887 à Paris (75) - Parents domiciliés au 90, rue d'Amsterdam à Paris (75) - Entré en service au 11ème régiment d'artillerie, à compter du 1er octobre 1907 - Observateur de l'escadrille N 12 du 4ème trimestre 1914 au 3 mars 1915 - Observateur V 24 du 3 mars au 9 septembre 1915 - Nommé Lieutenant, le 14 avril 1915 - Affecté au service météorologique de la 5ème armée, à compter du 1er septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2419 obtenu le 17 janvier 1916 - Commandant de la section photographique de l'aéronautique de la 5ème armée - Nommé Capitaine - Tué au combat au cours d'une mission dans les environs de Villers Triqueux (51), le 25 février 1917 - Le Caudron G 4, qu'il pilotait, a été posé en campagne par le Ltt Robert Graffin, observateur de la mission et qui n'a pas été blessé - Une citation à l'ordre de la 5ème armée en date du 8 mars 1917 - Photo La Guerre Aerienne Illustrée.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Ltt André Jules Paul Couder, au service aéronautique d'une armée en date du 31 décembre 1915 : "Modèle de courage et de dévouement. A exécuté à maintes reprises des reconnaissances périlleuses et des bombardements au cours desquels il a eu son appareil fréquemment touché par les projectiles ennemis. A fait plusieurs réglages sous le feu des canons spéciaux et malgré la présence d'appareils allemands."

* Citation à l'ordre de la 5ème armée du Cne André Couder, chef de la section photoaérienne de la 5ème armée en date du 8 mars 1917 : "Officier de la plus haute intelligence, d'un dévouement hors ligne, d'un courage allant jusqu'à la témérité. Déjà trois fois cité à l'ordre de l'armée. A fait, à des altitudes variant de 1200 à 300 mètres, toute une série de photos obliques à revers des lignes ennemies. Mort glorieusement en combat aérien, le 25 février 1917."

Ltt Victor Chabert - Pilote escadrille V 24 - Brevet de pilote civil n° 631 du 25 septembre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 66 du 7 novembre 1911 - La Guerre Aerienne Illustrée.

Caporal Paul Gabriel Foucher - Pilote escadrille V 24 - Né le 29 août 1893 à Bourges (Cher) - Brevet de pilote civil n° 1197 du 10 janvier 1913 - Différentes unités : Ecole d'Avord - Escadrille V 24 à partir du 13.03.1915 - Tué dans un accident aérien sur le terrain de Muizon, près de Rosnay (51), le 18 avril 1915 en compagnie du Ltt Georges Frantz Pierre Gromier - La Guerre Aerienne Illustrée.

Ltt Amédée Michel - Né le 26 mai 1889 à Saint-Etienne-en-Devoluy - Engagé au 55ème régiment d'infanterie, le 11 octobre 1907 - Officier du 38ème régiment d'artillerie - du 19ème régiment d'artillerie - Passé à l'aviation comme observateur, le 11 septembre 1916 - Observateur de l'escadrille F 24 d'octobre 1916 au 3 juillet 1917. Après une période de convalescence, il réintégre la SOP 24, le 23 octobre 1917 - Lors de la formation de l'escadrille SOP 279 (dédoublement de la 24), il est affecté à cette unité à compter du 1er mars 1918. Il est blessé au combat, le 27 mars 1918. Le pilote, qui faisait équipage avec lui, le Sgt Dhenin a également été blessé - Tué au combat certainement lors de la guerre du Riff, le 8 octobre 192X - Photo Alain Sauvaget que je remercie pour son aide.

* Slt Jean Louis Guibout - Né le 27 mai 1891 à Courbevoie (Hauts-de-Seine) - Fils d'Henri Guibout et d'Henriette Serusier - Domiciliés au 2, avenue des Pernes à Paris 16ème (75) - Profession Industriel - Classé 1911 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 709 - Service militaire au 31ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1912 - Nommé Sous-lieutenant, le 13 août 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 6 mars 1917 - Observateur de l'escadrille C 39 du XXX au 10 juin 1917 - Observateur divisionnaire du 2ème corps de cavalerie et affecté au service aéronautique de la 4ème armée, le 2 avril 1917 - Observateur en subsistance à l'escadrille C 229 du 10 au 23 juin 1917 - Observateur en subsistance à l'escadrille F 24 / SOP 24 du 23 juin 1917 au 1er mars 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, en date du 11 juillet 1917 - Nommé Lieutenant, le 14 décembre 1917 - Observateur de l'escadrille SOP 279 / BR 279 du 1er mars au 31 décembre 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, en date du 24 avril 1918 Evacué et hospitalisé, le 15 octobre 1918 - Rentré de convalescence, le 4 novembre 1918 - Détaché au 2ème corps de cavalerie du 20 au 22 novembre 1918 - Affecté au bataillon de monteurs de hangars, le 31 décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 6 juillet 1919 - Affecté au 2ème régiment d'aviation d'observation de Dijon-Longvic, le 30 août 1920 - Passé à l'arme de l'aéronautique militaire, le 29 juin 1923 - Décédé à Paris (75), le 8 mars 1961 - Sources : Pam - LO - CCC SOP 24 - CCC C 39 - CCC 229 - CCC SOP 279 / BR 279 - JORF - Dernière mise à jour : 5 septembre 2015 - Photo Jean Guibout, transmise par François Guibout, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Jean Louis Guibout, du 31ème régiment de Dragons, observateur à l'escadrille SOP 24, en date du 11 juillet 1917 : "Observateur énergique et plein d'allant. Le 7 septembre 1917, son avion étant désemparé à la suite d'un combat, a réussi à atterrir à proximité des lignes, rapportant des renseignements précieux pour le commandement. A soutenu un combat aérien opiniâtre dans les lignes ennemies, a eu son avion criblé de balles, n'en a pas moins poursuivi jusqu'au bout la reconnaissance dont il était chargé."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Jean Louis Guibout, du 31ème régiment de Dragons, observateur à l'escadrille SOP 279, en date du 24 avril 1918 : "A survolé longuement, pour en préciser l'emplacement, un nid de mitrailleuses, malgré un tir de terre très nourri, est rentré avec son pilote blessé grièvement et son appareil atteint par les balles."

MdL Marcel Augustin Babin, pilote de l'escadrille F 24 du 19 juillet au 14 septembre 1916, pose à côté du Farman F 40 n° 2455 qui lui a été affecté pendant l'été 1916 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.
* MdL Marcel Babin - Né le 28 août 1887 à Ussy-sur-Marne (Seine-et-Marne) - Classe 1907 - Recrutement de Coulommiers sous le n° matricule 208 - Affecté au 11ème régiment de Cuirassiers à pied - Brevet de pilote militaire n° 3130 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 31 mars 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux du 11 au 16 juin 1916 - Affecté à la SALMF 60 du 4 au 19 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 24 du 19 juillet au 14 septembre 1916 - Evacué sur l'hôpital 36 d'Amiens du 3 au 21 août 1916 - Il a été tué au combat, lorsque son avion a été abattu par la DCA, lors d'une liaison d'infanterie, entre Bouchavesnes et Cérisy-Gailly (80), le 14 septembre 1916 - Son avion s'est écrasé dans les lignes françaises - Il faisait équipage avec le Slt Fernand Bonzom, qui a également perdu la vie - Les deux corps ont pu être ramenés par les troupes sur place et inhumé au cimetière - Une citation à l'ordre de l'armée à titre posthume.

* Citation à l'ordre de l'armée à titre posthume du MdL Marcel Augustin Babin : "Pilote d'un dévouement et d'une bravoure exemplaires. A fait preuve, au cours des combats de la Somme, de brillantes qualités de courage, de ténacité et d'abnégation. Chargé de la liaison avec l'infanterie à l'attaque du 12 septembre 1916, a survolé les lignes à moins de 400 mètres, pour assurer, malgré le mauvais temps, l'entière exécution de sa mission, et a ramené un appareil criblé de balles. Tombé glorieusement, le lendemain, sous le feu de l'ennemi, en remplissant dans des conditions analogues la même mission. A été cité."

Caporal André Constant Marcoux - Né le 3 septembre 1898 à Landrecies (59) - Fils de Léon Marcoux et d'Emma Masson - Profession avant guerre Etudiant à l'école Normale Supérieure - Classe 1918  - Recrutement d'Avesnes sous le n° 119 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre au 103ème régiment d'infanterie, le 11 septembre 1915 - Affecté au 77ème régiment d'infanterie, le 6 juin 1916 - Citation n° 213 à l'ordre du régiment, le 5 novembre 1916 - Citation n° 1 à l'ordre du régiment, le 1er janvier 1917 - Citation n° 96 à l'ordre de la brigade, le 17 août 1917 - Nommé Caporal, le 28 octobre 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 novembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 11.798 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 26 février 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire du Crotoy - Stage à l'école d'aviation militaire de Voves jusqu'au 9 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SAL 24 du 16 juillet 1918 au 8 janvier 1919 - Croix de Guerre 14-18 avec une citation à l'ordre du 2ème corps d'armée de cavalerie, le 31 octobre 1918 - Affecté à l'aéronautique de la 10ème armée, le 22 février 1919 -   Affecté au Magasin général d'aviation n° 1 - Démobilisé, le 19 septembre 1919 - Médaille Militaire, le 16 juin 1920 - Affecté dans la réserve à la 7ème section d'ouvriers d'aviation, le 21 mars 1921 -  Affecté dans la réserve au 33ème régiment d'aviation, le 1er mars 1923 - Affecté dans la réserve au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 8 février 1929 - Affecté au 5ème bataillon de l'air, le 1er août 1933 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 30 mars 1935 - Affecté au bataillon de l'air n° 104 du Bourget-Dugny, le 15 décembre 1938 - Rappelé, suite à la mobilisation générale, le 3 septembre 1939 - Affecté C.O.R.A. n° 5, le 16 septembre 1939 - En subsistance au bataillon de l'Air 117, le 1er janvier 1940 - Rattaché au bataillon de l'air 118 à Rennes, le 27 mai 1940 - Photo collection Patrice Logeard que je remercie pour son aide.

* Citation n° 213 à l'ordre du régiment, le 5 novembre 1916 : "A été pour tous un modèle de courage et de dévouement. Soldat d'élite très brave. Croix de Guerre, Etoile de Bronze."

* Citation n° 1 à l'ordre du régiment, le 1er janvier 1917 : "Dans des conditions très dangereuses,, a porté secours à un de ses camarades blessé, et a fait ainsi acte de camaraderie et de dévouement. Croix de guerre - Etoile de Bronze."

* Citation n° 96 à l'ordre de la brigade, le 17 août 1917 : "Le 22 juillet 1917, s'étant spontanément porté en avant sous un bombardement d'une très grande violence, a réussi à apporter des renseignements importants sur la situation de l'ennemi, ayant ensuite pris position dans un trou d'obus sur un terrain particulièrement bombardé, a continué à observer l'ennemi, donnant ainsi à ses camarades l'exemple du courage et du sang-froid."

* Croix de Guerre avec citation n° 460 à l'ordre du 2ème corps d'armée de cavalerie, le 31 octobre 1918 : "Tout jeune pilote, s'est révélé aussi brillant dans l'aviation, qu'il a été dans l'infanterie. Le 22 octobre 1918, au cours d'une reconnaissance, est attaqué par deux avions qu'il oblige à rompre le combat, l'un des deux étant probablement abattu. Mitraille un Drachen qu'il oblige à descendre et rentre avec son avion atteint de 2 balles."

MdL Pierre Joseph Victor Germe - Né le 11 novembre 1892 à Cambrai (Nord) - Fils de Victor Charles Germe et de Marie Clara Charlotte Ambroisine Lèger - Profession avant guerre Etudiant en droit - Classe 1912 - Recrutement d'Avesnes sous le matricule de recrutement n° 2060 - Service militaire au 4ème régiment de Cuirassiers, à compter du 1er octobre 1913 - Nommé Brigadier, le 7 février 1914 - A subi l'examen d'élève officier à Reims et à Lille, le 11 juillet 1914 - Affecté au 5ème régiment de Dragons, le 20 août au 19 septembre 1915 - A pris part aux batailles de Belgique, de Gembloux, de Dinant, de Charleroi et de la Marne - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote - Affecté à l'école de pilotage d'Etampes, le 20 septembre 1915 - Brevet de pilote civil FAI n° 3520 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 17 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2781 obtenu sur avion Maurice Farman à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 27 février 1916 - A terminé sa formation élémentaire avec la moyenne de 14,5 / 20 - Pilote du GDE du 13 mars au 11 juin 1916 - Pilote de l'escadrille F 24 du 11 juin au 19 juillet 1916 - Renvoyé au GDE pour complément d'instruction, le 19 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 206 du XXX au 22 novembre 1916 - Nommé Maréchal des Logis, le 25 octobre 1916 - Suite à un passage très bas au-dessus des tranchées allemandes alors qu'il volait en compagnie d'un officier observateur, il est envoyé au 4ème régiment de Cuirassiers à pied, le 7 novembre 1916 - Cours de perfectionnement au camp des Maréchales du 14 décembre 196 au 7 janvier 1917 - Citation n° 3 à l'ordre du 4ème régiment de Cuirassiers à pied, en date du 20 mai 1917 Prend part aux batailles du plateau de Quennevières, de Tracy-le-Val, du Moulin de Laffaux, des haute et basse forêt de Coucy - Affecté au 32ème régiment de Dragons, le 13 octobre 1917 - Blessé au combat par un éclat d'obus au bras gauche à Sarceuil (Marne), le 1er juin 1918 - Croix de Guerre avec étoile d'argent et citation n° 51 à l'ordre de la 1ère division de cavalerie, en date du 16 juin 1918 - Hospitalisé et convalescence, jusqu'au 23 août 1918 - A pris part aux batailles de Noyon, du bois des Loges, d'Invillers, de Rollot, de Mortemer, de la Marne, du bois de Vendières et de la Malmaison - Démobilisé, le 20 août 1919 - Profession après guerre Directeur d'une entreprise de chaux et de ciment - En sursis d'appel au titre de cimentier à Bellignies, jusqu'au 30 septembre 1919 - Affecté, dans la réserve, au 42ème régiment d'artillerie de campagne, le 1er juin 1921 - Affecté, dans la réserve, au 41ème régiment d'artillerie, le 15 mars 1926 - Affecté, dans la réserve, au 62ème régiment d'artillerie de campagne - Médaille Militaire, le 13 janvier 1927 - Marié avec Françoise Marie Henriette Hacquart à Valenciennes, le 25 novembre 1933 - Représentant en automobiles, à compter du 9 septembre 1937 - Rappelé à l'activité et affecté au 18ème régiment d'artillerie régional, le 31 août 1939 - Affecté à la 1ère compagnie du 18ème régiment d'artillerie régional, le 1er décembre 1939 - Rayé des contrôles, le 9 mars 1940 - Classé en affectation spéciale au titre des établissement Lefranchois, au 32 rue Colbert à Lille (Nord) - Démobilisé, le 25 juin 1940 - Appartient au groupe Lébaration région Nord du mouvement de libération nationale - Il avait adopté le surnom de "MF 24" unité de l'aéronautique auquel il avait appartenu pendant la 1ère guerre mondiale - Sources : Acte de naissance - Pam - FM 59 - Liste PN - CCC F 24 - CCC F 206 - JORF - Dernière mise à jour : 13 décembre 2015 - Cette photo date de sa période d'école à Etampes - Photo Pierre Germe, transmise par Katrine Dessart, sa petite-fille, que je remercie pour son aide.

* Citation n° 3 à l'ordre du 4ème régiment de Cuirassiers à pied, en date du 20 mai 1917 : "Le 5 mai 1917, a entrainé sa 1/2 section à l'assaut de tranchées ennemies donnant à ses hommes l'exemple du courage."

* Croix de Guerre avec étoile d'argent et citation n° 51 à l'ordre de la 1ère division de cavalerie, en date du 16 juin 1918 : "Sous-officier plein d'allant et d'une bravoure exceptionnelle, s'est dépensé sans compter pendant l'attaque allemande du 1er juin 1918 près du bois (censuré) faisant l'admiration de tous. Blessé au cours de l'action."

* Médaille Militaire du MdL Pierre Joseph Victor Germe, au 62ème régiment d'artillerie, en date du 13 janvier 1927 : "Treize ans de services, cinq campagnes. A été blessé et cité."

Slt Jean Marie Marc Bourhis - Né le 22 juillet 1888 à Bannalec (Finistère) - Fils de Jean Marie Bourhis (paysan) et de Marie Anne Furic - Classe 1908 - Recrutement de Quimper sous le matricule n° 2576 - Engagé volontaire pour trois ans au titre du 1er régiment de Spahis, caserné à Batna (Algérie), le 15 novembre 1907 - Nommé Brigadier, le 28 avril 1909 - Cassé de son grade, le 7 mai 1910 - Affecté au 3ème régiment de Spahis, le 7 mai 1910 - Fin d'engagement et retour à la vie civile, le 15 novembre 1910 - Devient Clerc de notaire dans l'étude de Maître Tanguy - Suit les cours de l'école de notariat de Paris - N'est pas motivé pour ces études et préfère l'aviation - Il obtient le brevet de pilote civil, délivré par l'Aéroclub de France, le 24 avril 1913 - Participe à de nombreux meeting aux commandes d'un Blériot XI - A été employé par la maison Blériot comme pilote réceptionnaire - A réalisé des sauts en parachute pour la société Bonnet - Mobilisé au 1er régiment d'artillerie coloniale, caserné à Lorient, le 4 août 1914 - Affecté au 3ème régiment d'artillerie coloniale, le 12 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote - Brevet de pilote militaire n° 621 en date du 9 octobre 1914 - Pilote de l'escadrille BL 9 du 28 décembre 1914 au 18 février 1915 - Pilote de la RGA du 19 février au 10 mars 1915 - Pilote de la Société Voisin du 10 au 27 mars 1915 - Nommé Adjudant - Pilote de l'escadrille V 24 du 27 mars au 17 mai 1915 - Entrainement sur avion Voisin canon à la RGA du 19 au 28 mai 1915 - Pilote de la 4ème section d'avions canon du 28 mai au 29 juillet 1915 - En subsistance à l'escadrille VB 108 du 29 mai au 11 juin 1915 - Citation n° 1088 à l'ordre de l'armée, en date du 4 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille N 31 du 30 juillet 1915 au 22 mars 1916 - Une victoire homologuée contre un biplace, le 22 septembre 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 8 octobre 1915 - Une victoire homologuée contre un Aviatik C abattu dans les environs de la forêt de Puvenelle, près de Pont-à-Mousson, le 10 octobre 1915 - Ses adversaires étaient le Gefr Kurt Kröner (pilote) et Ltn Guido Wolff (observateur) du FlAbt 70 qui ont été tués - Détaché au RGA du 24 au 29 octobre 1915 - Citation n° 278 à l'ordre de la 1ère armée, en date du 21 novembre 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 11 décembre 1915 - Détaché à la RGA du 23 décembre 1915 au 5 janvier 1916 - Détaché à Bar-le-Duc, le 27 février 1916 - Grièvement blessé à la hanche au cours d'un combat aérien, le 14 mars 1916 - Décédé de ses blessures à l'ambulance 235 de Chaumont-sur-Aire (55), le 22 mars 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 30 mars 1916 - Jean Bourhis repose dans le cimetière de Bannalec (Finistère), où il est né, depuis 1922 - Un monument érigé à sa mémoire en 1932 est visible près de l'église paroissiale du village - Sources : Pam - MpF - CCC escadrille BL 9 - CCC escadrille V 24 - CCC escadrille N 31 - Fiche matricule du département du Finistère - JORF - Dernière mise à jour : 25 août 2016.

* Citation n° 278 à l'ordre de la 1ère armée, en date du 21 novembre 1915 : "Très bon pilote militaire qui, dans les différentes escadrilles où il a servi depuis le début de la guerre, s'est signalé par son sang-froid et son allant; pilotant un avion canon, a exécuté journellement de longs vols au-dessus de l'ennemi, donnant la chasse aux avions, attaquant et faisant descendre les Drachen du front ennemi, malgré une canonnade très intense qui a atteint son avion à plusieurs reprises. Pilote d'une audace et d'une habileté exceptionnelles. Officier d'élite qui a au plus haut degré l'esprit de devoir et de sacrifice. A effectué de nombreuse reconnaissances à longue portée et ne cesse, étant seul à bord d'un avion spécial, de donner la chasse aux avions ennemis. Le 8 septembre 1915, a engagé successivement le combat avec trois avions ennemis, tiré sur eux à courte distance 188 cartouches de mitrailleuse et les a obligés à faire demi-tour. Le 10 octobre 1915, a attaqué un autre avion allemand monté par un officier et un sous-officier et l'a abattu après une courte lutte (avion tombé dans nos lignes.)"

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Jean Bourhis, pilote à l'escadrille N 31, en date du 11 décembre 1915 : "Pilote d'une audace et d'une habileté exceptionnelles. Officier d'élite qui a, au plus haut degré, l'esprit de devoir et de sacrifice. A effectué de nombreuses reconnaissances à longue portée et ne cesse, étant seul à bord d'un avion spécial, de donner la chasse aux avions ennemis. Le 8 septembre 1915, en particulier, a engagé successivement le combat avec trois avions ennemis, tiré sur eux à courte distance et les a obligés à faire demi-tour. Le 22 septembre, a attaqué un autre avion allemand monté par un officier et un sous-officier et l'a abattu après une courte lutte."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Slt Jean Bourhis, pilote à l'escadrille N 31, en date du 30 mars 1916 : "A attaqué avec une courageuse opiniatreté, tous les avions qu'il a pu rejoindre au cours des missions de combat confiées à son escadrille. A été grièvement blessé, le 14 mars, dans un combat contre un Fokker."

Caporal André Marcoux, pilote de l'escadrille SAL 24 du 16 juillet 1918 au 8 janvier 1919, pose devant le Salmson 2A2 de son unité, qui lui a été affecté - Photo collection Patrice Logeard que je remercie pour son aide.

Les hommes

L'ensemble du personnel de l'escadrille SOP 24 posant en fin septembre ou début octobre 1917 - Il est possible que ce cliché ait été pris pour immortaliser le passage de la 24 sur Sopwith et la prise de dénomination de SOP 24 au courant du mois d'octobre - Le jour précis n'est pas encore connu - Si on compare ces deux avions avec ceux présentés dans la rubrique F 24, on voit bien qu'il ne s'agit pas des mêmes avions, avec l'absence de mitrailleuse Lewis de dessus d'aile - Cette photo est donc postérieure aux deux autres - Si vous possèdez cette photo annotée, veillez prendre contact avec l'auteur du site - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Guibout, transmise par François Guibout, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Cne Jacques Henri Levassor - né le 11 mai 1874 à Chartres - Fils de Armand Jacques Levassor et de Thérèse Clémentine Marie Pelletier - Appelé au 10ème régiment de Hussards à compter du 1er novembre 1895 - Nommé Brigadier, le 17 mai 1896 - Nommé Maréchal des Logis, le 12 décembre 1896 - Mis à la disposition de la Mission "Gentil" (colonies) du 24 février 1899 au 25 novembre 1900 - Médaille Coloniale agrafe "mission Gentil" - Etoile Noire du Bénin en novembre 1900 - Médaille Militaire, le 12 juillet 1901 - Affecté au 13ème régiment de Hussards comme sous-lieutenant, le 21 septembre 1901 - Marié avec Marie Madeleine Renée Pottier, le 27 juillet 1903 - Domiciliés 123, rue Notre Dame des Champs Paris 6ème - Nommé Lieutenant, le 21 septembre 1903 - Affecté au 15ème régiment de Chasseurs, le 3 juillet 1904 - Détaché dans l'aéronautique militaire, le17 janvier 1912 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 704 - Brevet de pilote militaire n° 215 obtenu, le 2 février 1913 - Pilote de l'escadrille V 24 du 7 août au 20 octobre 1914 - Affecté à l'école de lancement de bombes à compter du 20 octobre 1914 - Nommé Capitaine, le 1er novembre 1914 - Chevalier de la légion d'Honneur, le 8 septembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 12 octobre 1914 - Croix de Guerre - Commandant de l'escadrille VB 109 du 15 mars 1915 au 25 juillet 1916 - Commandant du GB 3 du 25 juillet 1916 au 13 mai 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en octobre 1916 - Nommé Chef d'escadrons (Cdt) à titre temporaire, le 14 janvier 1917 - Nommé Inspecteur en chef de l'Inspection du Matériel d'Aviation (IMA) aux armées (Compiègne) à compter du 13 mai 1917 - Nommé à l'Inspection technique de l'aéronautique (ITA) - Officier de la Légion d'Honneur, le 29 décembre 1922 - Décédé le 15 août 1929 - Photo mise en ligne sur le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

Ltt Marc Guilloux aux commandes d'un SPAD sur le terrain du Plessis-Belleville, le 1er avril 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.
* Ltt Marc Léon Guilloux - Né le 22 mars 1885 à Mirecourt (88) - Fils de Charles Guilloux et de Berthe Bazin - Service militaire au 79ème régiment d'infanterie à compter du 8 octobre 1906 - Nommé sous-lieutenant, le 1er avril 1908 - Nommé Lieutenant, le 1er avril 1912 - Profession avant guerre Brasseur - Mobilisé au 11ème régiment d'Infanterie coloniale, le 1er septembre 1914 - Affecté au 44ème régiment d'infanterie coloniale - Une citation à l'ordre du régiment, le 10 octobre 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote en novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2538 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 28 janvier 1916 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 5 janvier 1916 - GDE et RGA du 4 février au 30 avril 1916 - Pilote de l'escadrille MF 71 du 1er mai 1916 au 2ème trimestre 1916 - Pilote de l'escadrille F 1 du 2ème trimestre 1916 au 30 avril 1916 - Pilote et commandant de l'escadrille F 24 du 30 avril 1916 au 29 mai 1917 - Une citation à l'ordre du régiment en octobre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée en octobre 1916 - Pilote détaché à l'escadrille AR 70 du 13 novembre 1917 au 16 février 1918 - Stage RGA du 18 au 24 janvier 1918 - Commandant en second du secteur aéronautique du 20ème corps d'armée du 16 février 1918 au 20 mars 1919 - Pendant cette période était en subsistance à l'escadrille BR 35.

Adc Victor Louis Georges Marie Sayaret - Né le 3 décembre 1889 à Annonay (Ardèche) - Fils de Lucien Sayaret et de Léonie Degonichon - Marié avec Anne Fèvre - Domiciliés 120 rue Blomet à Paris (75) - Service militaire dans la cavalerie, à compter du 15 juin 1909 - Profession avant guerre Dessinateur - Mobilisé au 2ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 1851 obtenu à Pau, le 17 mars 1915 - Brevet de pilote militaire n° 846 obtenu à l'école de Pau, le 21 avril 1915 - RGA du 9 au 16 mai 1915 - Pilote de l'escadrille V 24 / N 24 du 16 mai 1915 au 21 mai 1916 - Médaille militaire, le 16 août 1916 - Croix de Guerre - Une victoire homologuée à la V 24 - Mission au RGA du 9 au 13 mars 1916 - Nommé Adjudant, le 8 avril 1916 - Affecté à l'annexe RGA de Bar-le-Duc, le 21 mai 1916 - Pilote de l'escadrille N 57 du 21 mai 1916 au 1er février 1917 - Nommé Adjudant-chef, le 16 août 1916 - 5 victoires homologuées à la N 57 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 6 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 76 du 1er février 1917 au 23 décembre 1917 - Une victoire homologuée à la N 76 - Affecté à l'école du tir aérien de Cazaux, le 23 décembre 1917 - 6 citations à l'ordre de l'armée - Carte postale d'époque.

Cne Emile Louis Albert Paumier - Né le 8 juin 1891 à Paris (75) - Fils de Théophile Félix Paumier et de Claire Amélie Henriette Esprit - Appelé au 29ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1912 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 22 novembre 1912 - Brevet de pilote militaire n° 363 obtenu le 3 août 1913 - Mobilisé le 2 août 1914 - Pilote de l'escadrille V 24 du 7 août 1914 au 19 juin 1916 - Nommé sous-lieutenant, le 25 décembre 1914 - Nommé lieutenant, le 2 juillet 1915 - Commandant l'escadrille V 24 du 6 septembre 1915 au 19 juin 1916 - Pilote de l'escadrille N 12 du 19 juin 1916 au 1er septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 76 du 1er septembre 1916 au 11 novembre 1917 - Nommé capitaine, le 19 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 156 du 5 janvier au 1er août 1918 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre du régiment en décembre 1915 - 3 citations à l'ordre de l'armée en mai 1915 - août 1917 - décembre 1917 -

* Citation à l'ordre de l'armée : "S'est particulièrement distingué depuis le début de la campagne. Sous-lieutenant pilote d'une adresse remarquable. Travailleur infatigable. A créé de toutes pièces et appliqué lui-même une méthode scientifique dont les résultats ont rendu les plus grands services, et qui ont exigé de sa part une énergie et un courage à toute épreuve."

Cne Michel Mahieu - Né le 1er octobre 1891 à Armentières (59) - Fils d'Auguste Edouard Alexandre Mahieu (filateur de lin et Maire d'Armentières) et de Marie Louise Augustine Hélène Ferry - Domiciliés 7, rue des Jésuites à Armentières (Nord) - Profession avant guerre Industriel - Brevet de pilote civil n° 168 délivré par l'Aéroclub de France, le 9 août 1910 - Titulaire du record du monde de hauteur avec passager avec 2460 mètres, le 22 septembre 1911 - Classe 1911 - Recrutement de Lille (Nord) sous le matricule n° 285 - Service militaire au 3ème groupe d'aviation, à compter du 4 octobre 1912 - Affecté au groupe aéronautique de Reims (Marne) - Il passe avec succès une des trois épreuves permettant l'obtention du brevet de pilote militaire - Il s'agit de parcourir au moins 120 km, à une altitude minimale de 500 mètres - Parti du terrain de manoeuvres d'Issy-les-Moulineaux, l'aviateur était de retour après 2h20mn, après être passé par Etampes - Il obtient le brevet de pilote militaire n° 169, le 9 octobre 1912 - Affecté au 2ème groupe aéronautique, le 1er janvier 1913 - Affecté à la 21ème section au camp de Châlons-sur-Marne (Marne), le 11 février 1913 - Nommé Caporal, le 10 avril 1913 - Nommé Sergent, le 1er août 1913 - Elève officier de réserve, le 1er août 1913 - A suivi le cours spécial des officiers de réserve du 1er octobre 1913 au 1er avril 1914 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 29 mars 1914 - Affecté au 2ème groupe aéronautique, escadrille du camp de Châlons-sur-Marne (Marne), le 29 mars 1914 - Pilote de l'escadrille V 24 du 7 août 1914 au 21 mars 1915 - Une victoire aérienne, le 22 novembre 1914 - Il faisait équipage avec le maitre ouvrier Mauduit qui faisait office de mitrailleur - Leur adversaire était un avion du Flabt 23 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, le 2 décembre 1914 - Affecté sur le centre d'aviation militaire de Villacoublay, le 21 mars 1915 - Pilote de l'escadrille VB 108 du 21 mars 1915 au 17 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille VB 109 du 17 septembre 1915 au 26 février 1917 - Nommé Lieutenant de réserve à titre définitif, le 5 janvier 1916 - Détaché au GDE du 14 au 23 janvier 1917 - Détaché du 18 février au 9 mars 1917 - Commandant de l'escadrille VP 114 du 26 février 1917 au 3 mai 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 16 avril 1917 - Nommé Capitaine de réserve à titre temporaire, le 29 mai 1917 - Malade ou blessé - Rentre de convalescence, le 29 septembre 1917 - En mission, le 13 et 14 décembre 1917 - En mission les 23 et 24 décembre 1917 - Nommé Capitaine de réserve, à titre définitif, le 28 décembre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 janvier 1918 - Tué au cours d'une mission de bombardement de nuit, au Nord-Est de Ham (Somme), le 2 mai 1918 - Cette mission était sa 174ème mission de bombardement, dont 140 de nuit - Il pilotait le Voisin n° 5597 qu'il occupait avec le Ltt Rivalleau, qui a également été perdu la vie - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 30 juin 1918 - Croix de Guerre avec six palmes de bronze - Michel Mahieu repose dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : Pam - CCC escadrille V 24 - CCC escadrille VB 109 - CCC escadrille VP 114 - FM département du Nord - LO - MpF - L'Aérophile - Aérostèles - Dernière mise à jour : 14 avril 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Michel Mahieu, pilote de l'escadrille V 24, en date du XXX : "Le 22 novembre, chargé d'attaquer et de chercher à abattre tout avion ennemi qui se présenterait devant nos lignes, donna la chasse successivement à trois avions allemands, força deux d'entre eux à atterrir et abattit le troisième par le feu de sa mitrailleuse."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Michel Mahieu, pilote à l'escadrille VB 108, en date du 7 juin 1915 : "Excellent officier pilote, sur le front depuis le début de la campagne, qui allie une science consommée d'aviateur les plus grandes qualités militaires. s'est en particulier distingué le 22 mai dernier en allant exécuter sa mission de bombardement très en arrière des lignes ennemies malgré une brume intense qui a arrêté tous les autres pilotes dans la région."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Michel Mahieu, pilote au 3ème groupe de bombardement, en date du 16 avril 1917 : "Officier pilote hors de pair, toujours prêt à partir, donnant à tous le plus bel exemple par son allant et son mépris du danger. A exécuté 31 bombardement de jour et 27 de nuit. A pris part notamment, dans la nuit du 4 janvier, à trois bombardementss successifs, réparti une quatrième fois, n'a cédé qu'à des circonstances atmosphériques impossibles à dominer. Déjà cité trois fois."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Michel Mahieu, commandant de l'escadrille V 114, en date du 6 janvier 1918 : "Chef d'une escadrille de bombardement de nuit, doué des plus remarquables qualités d'audace et de ténacité. Donne constamment le plus bel exemple à ses pilotes. Depuis sa dernière citation, a exécuté 34 bombardements de nuit, et s'est particulièrement distingué le 30 avril et le 4 mai 1917, par des incendies, grâce à la précision de son tir. Parti le 24 mai 1917, pour exécuter un bombardement à très faible altitude, a eu son avion atteint de neuf balles de mitrailleuses, et a dû atterrir, par suite de l'arrêt du moteur en pleine nuit, à proximité des lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Cne Michel Mahieu, commandant de l'escadrille VP 114, en date du 30 juin 1918 : "Officier d'élite, aussi bon organisateur que maginfique exécutant. Dans l'aviation depuis le début des hostilités, a donné chaque jour les plus beaux exemples d'audace, de tenacité, de conscience et d'habileté. Disparu glorieusement à l'ennemi, le 2 mai 1918, après avoir exécuté près de 140 expéditions de bombardement de nuit."

Caporal Jules Louis Abel Mauduit - Mécanicien - mitrailleur V 24 - Né le 15 décembre 1891 à Thury-Harcourt (Calvados) - Appelé en octobre 1912 au 1er groupe d'aviation.
comme mécanicien affecté au Ltt Levassor - Une victoire homologuée et une probable pendant son séjour à la V 24 - Différentes unités : V 14 - Centre de Villacoublay - V 109 - DPTA - La Guerre Aerienne Illustrée

Ltt Georges Frantz Pierre Gromier - Observateur - Détaché du 6ème régiment de chasseurs d'Afrique - Né le 31.08.1884 à Sathonay (01) - Tué dans un accident aérien, le 18 avril 1915 sur le terrain de Muizon, près de Rosnay (51) en compagnie du caporal Foucher - La Guerre Aerienne Illustrée

MdL Gaston Maurice Gronier - Né le 8 juin 1890 à Amiens (Somme) - Fils de Jacques Gronier et de Valentine - Profession avant guerre négociant en métaux - Engagé au 6ème régiment de chasseurs à cheval, le 10 mars 1909 - Nommé Brigadier, le 4 août 1910 - Mobilisé au 19ème régiment de chasseurs à cheval, le 4 août 1914 - Nommé Maréchal des Logis (Sgt) en septembre 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 15 mai 1917 - Tests de présélection PN à l'école de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 8201 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 25 août 1917 - La photo date de cette période - Stage de perfectionnement à l'école d'Avord - Pilote de l'escadrille SOP 24 du 16 novembre 1917 au 12 novembre 1918 - Nommé Adjudant, le 20 août 1918 - Moniteur de l'école de Chartres à partir du 10 décembre 1918 - Photo Michael et Christophe Gronier que je remercie pour leur aide.

Adj Edmond Marcel Guinard - Né le 12 mai 1894 à Lérouville (55) - Fils d'Alexandre Auguste Guinard et de Zélia Eugénie Lotard - Engagé comme mécanicien au 2ème groupe d'aviation, le 16 octobre 1912 - Mitrailleur photographe de l'escadrille V 24 / MF 24 / F 24 / SOP 24 / SAL 24 du 7 août 1914 au 8 octobre 1918 - En subsistance au Parc d'Aviation n° 1 du 19 au 23 décembre 1914 - En mission à Paris pour prise en compte d'un véhicule automobile du 1er au 29 janvier 1915 - Perçoit un mousqueton de cavalerie modèle 1874 - Détaché à la section de parc automobile n° 10 du 23 juin au 20 juillet 1915 - Détaché à la RGA du 21 au 27 janvier 1916 - Passé mitrailleur, le 30 avril 1916 - En mission à Fontainebleau du 14 au 16 mai 1916 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 2 au 9 août 1916 - Stage au GDE du 18 décembre 1916 au 11 février 1917 - Stage à l'école du tir aérien de Cazaux du 4 au 29 mars 1917 - Nommé Caporal, le 25 juin 1917 - Nommé Sergent, le 1er octobre 1917 - Nommé Adjudant, le 25 juin 1918 - Tué au combat, le 8 octobre 1918 - En équipage avec le MdL Louis Couturier, le Salmson 2A2 qu'ils occupaient, a été attaqué par neuf avions et probablement abattu par le Ltn Werner Preuss du Jasta 66 - Photo Daniel Guinard que je remercie pour son aide.

Adj Edmond Marcel Guinard posant sur une photo datée du 19 août 1916 - Mitrailleur photographe de l'escadrille V 24 / MF 24 / F 24 / SOP 24 / SAL 24 du 7 août 1914 au 8 octobre 1918 - Passé mitrailleur, le 30 avril 1916 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 2 au 9 août 1916 et du 4 au 29 mars 1917 - Nommé Adjudant, le 25 juin 1918 - Tué au combat, le 8 octobre 1918 - En équipage avec le MdL Louis Couturier, le Salmson 2A2 qu'ils occupaient, a été attaqué par neuf avions et probablement abattu par le Ltn Werner Preuss du Jasta 66 - Photo Edmond Guinard transmise par Jacques Guillaume que je remercie pour son aide.

Sgt Justin Honoré Alexandre Usse - Né le 16 février 1890 à Patay (Loiret) - Fils de Joseph Pierre Usse et de Ernestine Honorine Hardy - Domiciliés à 36, rue St-Guillaume à St-Brieuc (22) - Classe 1910 - Recrutement de St-Brieuc (22) sous le n° matricule 209 - Exempté de service militaire en 1910 - Profession avant guerre Chemisier métallurgiste - Engagé volontaire au 129ème régiment d'infanterie stationné à Sarthenay, à compter du 8 octobre 1914 - Affecté à la 25ème compagnie du 129ème RI du 11 octobre au 11 décembre 1914 - Nommé caporal, le 3 janvier 1915 - Affecté au 24ème bataillon de Marche - Affecté au 114ème régiment d'infanterie, le 23 mars 1915 - Blessé au combat par l'explosion d'une mine au thorax et à la main gauche à Loos (62), le 10 mai 1915 - Soigné à l'hôpital de Chantilly jusqu'au 28 mai 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 12 septembre 1915 - Instruction technique aéronautique au 1er groupe d'aviation de Dijon-Longvic du 17 septembre au 29 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2406 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 17 janvier 1916 - GDE du Plessis-Belleville du 24 janvier au 27 avril 1916 - Pilote de l'escadrille MF 62 du 27 avril au 15 juin 1916 - Vole sur les avions suivants : MF 11 n° 886 - MF 11 bis n° 1652 - F 40 n° 2059 - F 40 n° 2063 - Pilote de l'escadrille F 24 du 15 juin 1916 au 12 juillet 1917 - Vole sur les avions suivants : F 40 n° 2063 - Nommé Sergent, le 15 juillet 1916 - Une citation à l'ordre du 1er corps d'armée, le 28 septembre 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du 9ème corps d'armée, le 26 novembre 1916 - Une citation à l'ordre du 38ème corps d'armée, le 1er mai 1917 - Nommé Adjudant, le 25 avril 1917 - Pilote de l'escadrille C 222 du 12 juillet au 24 septembre 1917 - Vole sur les avions suivants : Sopwith 1A2 n° 107 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau du 10 au 20 novembre 1917 - Pilote instructeur de l'école d'aviation américaine d'Issoudun du 20 novemvre 1917 au 15 mai 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 17 mai au 3 novembre 1918 - Trois victoires homologuées et une non homologuées à la SPA 26 - Une citation à l'ordre de l'armée - Hospitalisé du 28 mai au 20 juillet 1918 puis du 20 septembre au 1er octobre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 173 du 1er octobre 1918 au 9 avril 1919 - CIACB à compter du 9 avril 1919 - Affecté au 3ème régiment d'aviation - Inscrit au tableau spécial de la Légion d'Honneur à compter du 16 juin 1920 - Passé à l'arme de l'aéronautique, le 29 juin 1923 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Juston Usse, matricule 209, du 129ème régiment d'infanterie, détaché à l'escadrille SPA 26 : "Pilote de Chasse dont la valeur s'affirme chaque jour davantage. Le 28 octobre 1918, au cours d'un combat difficile, a abattu son adversaire, rentrant lui-même avec son avion fortement endommagé."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Slt Justin Honoré Alexandre Usse du 3ème régiment d'aviation en date du 16 juin 1920 : "Officier pilote de chasse très audacieux et très courageux. Une blessure, 6 citations."

Sgt Gabriel Lignereux (pilote) et Ltt Henri Mangematin (observateur) pose devant le Farman F 40 codé "10" de l'escadrille F 24 pendant le printemps 1917 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.
* Sgt Gabriel Edmond Lignereux - Né le 20 novembre 1896 à Bethisy-St-Martin (Oise) - Fils de Théodule Henri Lignereux et de Fanny Gressier - Profession avant guerre Mécanicien - Classe 1916 - Recrutement de Compiègne sous le n° matricule 1020 - Mobilisé au 154ème régiment d'infanterie, le 11 avril 1915 - Hospitalisé sur Ambulance du 14 au 19 décembre 1915 - Affecté au 9ème bataillon du 354ème régiment d'infanterie, le 7 décembre 1915 - Affecté au 355ème régiment d'infanterie - Blessé au combat par contusions multiples à Verdun (55), le 25 mai 1916 - Hospitalisé et convalescence à l'hôpital complémentaire n° 10 bis de Vittel jusqu'au 24 juillet 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 10 septembre 1916 - Instruction technique aéronautique au 1er groupe d'aviation de Dijon-Longvic - Brevet de pilote militaire n° 5089 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 24 décembre 1916 - Nommé Caporal, le 24 décembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire d'Istres-Miramas jusqu'au 3 mars 1917 - Pilote de l'escadrille F 24 / SOP 24 / SAL 24 du 23 mars 1917 au 16 août 1918 - Une citation à l'ordre de la Division, le 16 avril 1917 - Nommé Sergent, le 25 juin 1917 - Une citation à l'ordre du corps d'armée, le 25 octobre 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 17 novembre 1917 - Nommé Adjudant, le 25 janvier 1918 - Stage Salmson 2A2 au GDE du 12 au 26 mars 1918 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 6 mai 1918 - Hospitalisé pour la grippe à l'hôpital complémentaire n° 36 de Chartres du 30 septembre au 6 octobre 1918 - CIAO du 27 octobre 1918 au 4 avril 1919 - Démobilisé, le 4 septembre 1919 - Affecté comme réserviste du 34ème régiment d'aviation, le 1er juin 1921 - Comme réserviste, sert au 11ème régiment de bombardement (1922) puis au 12ème RAB (1923) - Affecté au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique à Avord, le 9 mai 1927 - Rayé du personnel navigant et classé dans le personnel non navigant du service général, le 10 février 1938 - Affecté au bataillon de l'Air 123 d'Orléans - Profession de boulanger à Orléans - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 5 juillet 1951 -

* Croix de Guerre avec palme de bronze et une citation à l'ordre de l'armée du Sgt Gabriel Lignereux, du 355ème régiment d'infanterie, matricule 1020, pilote de l'escadrille F 24 en date du 17 novembre 1917 : "Excellent pilote, extrêment énergique et d'un sang-froid remarquable. Toujours volontaire pour les missions difficiles. A effectué de nombreux réglages d'artillerie lourde et missions photographiques à longue distance. Le 30 octobre 1917, au cours d'un réglage, a soutenu deux combats, a abattu en flammes un avion de chasse ennemi; a ensuite terminé le réglage en cours."

* Ltt Henri Marie Florentin Mangematin - Né le 12 avril 1893 à Cherbourg (50) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1910-13 - Recrutement de Cherbourg sous le n° matricule XXX - Engagé au 2ème régiment d'artillerie de côte à Cherbourg, à compter du 8 octobre 1911 - Affecté au 25ème régiment d'artillerie de campagne, le 2 août 1914 - Affecté au 86ème régiment d'artillerie lourde jusqu'au 12 septembre 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du régiment en février 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 15 août 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 11 septembre 1916 - Affecté à l'aéronautique de la 6ème armée, le 12 octobre 1916 - Observateur de l'escadrille F 24 / SOP 24 / SAL 24 du 14 octobre 1916 au début 1919 - Hospitalisé du 29 novembre au 25 décembre 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 23 novembre 1917 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 16 août 1919 - Affecté en Orient au 7ème régiment d'aviation d'observation - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation pour mission en Tchécoslovaquie, le 20 mai 1920 - En mission en Tchécoslovaquie, il est affecté au 33ème régiment d'aviation, le 22 juin 1922 - Affecté à la 1ère section du 1er groupe d'ouvriers d'aviation de Villacoublay, le 21 juin 1923 - Affecté à l'état-major du 1er groupe d'ouvriers d'aviation de Villacoublay, le 22 septembre 1924 - Affecté à la 3ème compagnie du 1er groupe d'ouvriers d'aviation, le 22 janvier 1925 - Nommé Capitaine - Officier de la Légion d'Honneur, le 10 mars 1936 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

* Cne Henri Florentin Marie Mangematin, nommé au grade d'Officier de la Légion d'Honneur, le 10 mars 1936 : "25 ans de service, 11 campagnes, 7 ans de bonifications pour service aériens. A été blessé et cité. Chevalier de la Légion d'Honneur, le 23 novembre 1917."

Sgt Gabriel Lignereux, pilote de l'escadrille F 24 du 23 mars 1917 au 16 août 1918, pose à bord de son Farman F 40 qu'il a baptisé "Vonnette" au printemps 1917 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

MdL Armand Le Corre, pilote de l'escadrille SAL 24, pose à côté du Salmson 2A2 qui lui a été affecté, le 24 novembre 1918 - Il a obtenu le brevet de pilote militaire n° 12.044 à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 9 mars 1918 - Il est arrivé à la SAL 24 à compter du 20 octobre 1918 - Il est décédé dans un accident d'avion à Casablanca en 1931 - Photo collection Jean Claude Truffaut et transmise par M.Christian Faure que je remercie tous les deux pour leur aide.

Sgt Henri Sébastien Bertrand Roulié - Né le 22 décembre 1889 à Quimperlé (Finistère) - Fils de Sébastien Roulié et de Françoise Hingant - Profession avant guerre Employé de banque - Classe 1909 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine, sous le n° matricule 3670 - Service militaire au 62ème régiment d'infanterie à compter d'octobre 1910 - Mobilisé au 152ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Affecté au 352ème régiment d'infanterie - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de la brigade, le 13 janvier 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 16 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5129 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 5 janvier 1917 - Nommé Caporal, le 15 février 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation de Châteauroux jusqu'au 20 février 1917 - GDE du 20 février au 16 avril 1917 - Hospitalisé à Ermenonville du 8 au 20 mars 1917 - Convalescence jusqu'au 29 mars 1917 - Affecté au service aéronautique de la 6ème armée à compter du 16 avril 1917 - Pilote de l'escadrille F 221 du 19 au 30 avril 1917 - GDE du 30 avril au 16 mai 1917 - Pilote de l'escadrille F 206 du 16 mai au 12 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille F 24 du 12 juillet 1917 au 31 janvier 1918 - Stage au GDE du 12 août au 4 septembre 1917 - Nommé Sergent, le 5 septembre 1917 - Stage du 20 septembre au 23 décembre 1917 - Détaché au GDE du 12 au 29 janvier 1918 - Tué au cours d'un accident aérien au GDE du Plessis-Belleville dans les environs d'Ermenonville (Oise), le 31 janvier 1918 - Photo collection Guillaume Hirsch que je remercie pour son aide.

Soldat Camille Desphilippons - Né le 21 janvier 1893 à La Guerche (Cher) - Fils de Louis Jean Claude Desphilippons et de Marie Beaupère - Classe 1913 - Recrutement de Nevers sous le n° matricule 1464 - Profession Mécanicien - Service militaire au 4ème régiment d'artillerie lourde à compter du 30 novembre 1913 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien du groupe d'aviation de Reims, à compter du juillet 1914 - Mécanicien de l'escadrille V 24 du 7 août 1914 au 21 mars 1915 - Affecté au service du Slt Mahieu du 7 août 1914 au 2 mai 1918, date de la mort au combat de cet officier - Mécanicien de l'escadrille VB 108 du 22 mars au 21 septembre 1915 - Nommé Maître-ouvrier, le 28 avril 1915 - En mission du 18 au 20 juin 1915 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du groupe de bombardement, le 26 juin 1915 - En mission à la RGA du Bourget-Dugny du 12 au 14 septembre 1915 - Mécanicien de l'escadrille VB 109 du 21 septembre 1915 au 26 février 1917 - Détaché au GDE du 14 au 23 janvier 1917 - Détaché et laissé en subsistance à l'escadrille VB 107 du 18 au 24 février 1917 - Mécanicien de l'escadrille V 114 du 27 février 1917 au 2 août 1918 - Nommé Caporal, le 20 juin 1917 - En mission du 28 juin au 8 juillet 1917 - Nommé Sergent, le 10 novembre 1917 - Mécanicien de l'escadrille VB 133 du 4 août 1918 au 6 avril 1919 - Affecté au Parc n° 7 à compter du 6 avril 1919 - Photo Camille Desphilippons transmise par Jean Paul Doré, son petit cousin, que je remercie pour son aide.

Cal Frederick William Zinn - Né le 14 14 février 1892 à Galesburg (Michigan USA) - Profession avant guerre Ingénieur - Classe 1914 - Recrutement de la Seine sous le matricule n° 5626 - Engagé pour la durée de la guerre, au titre du 2ème régiment étranger, le 24 août 1914 - Blessé au combat par éclats d'obus, en février 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 février 1916 - Sélection et formation théorique à l'école de Dijon - Formation élémentaire de pilote militaire à l'école d'aviation militaire d'Etampes - Echec de sa formation de pilote militaire - Passé comme observateur photo - Formation de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 20 octobre 1916 - Observateur photographe de l'escadrille SOP 24 du 12 décembre 1916 au 21 octobre 1917 - Nommé Caporal, le 25 juin 1917 - Quand les Etats-Unis entrent en guerre, il passe dans l'US Army Service et est nommé Capitaine - Affecté au GQG américain de Chaumont du 21 octobre 1917 au 11 novembre 1918 - Décédé le 4 octobre 1960 - Sources : Pam - La Guerre Aérienne Illustrée - CCC escadrille SOP 24 - Dernière mise à jour : 14 novembre 2016 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Cal Frédérick Zinn, observateur à l'escadrille F 24, en date du XXX : "Engagé volontaire américain au 2ème régiment étranger, a participé à toutes les opérations de ce corps d'août 1914 à octobre 1915. Griévement blessé et passé dans l'aviation comme observateur, s'y est fait aussitôt remarquer par son sang-froid, son audace et son mépris du danger. A fourni depuis le 10 avril, souvent sans protection, un grand nombre de reconnaissances photographiques lointaines qu'il a toujours menées à bien, malgré le tir de l'artillerie et les attaques des avions ennemis."

* Citation à l'ordre de l'aéronautique du cal Frédérick Zinn, observateur à l'escadrille F 24, en date du XXX : "Soldat de la nationalité américaine, s'est engagé dans l'armée française pour la durée de la guerre, blessé dans l'infanterie, a repris du service dans l'aviation en qualité d'observateur photographe. A exécuté de nombreuses missions photographiques éloignées, sans protection et malgré la présence de nombreux avions ennemis. S'est toujours distingué par sa grande bravoure et son sang-froid."

 

Terrain de Jonchery-sur-Vesles - L'escadrille V 24 occupe ce terrain pendant la période d'avril à mai 1915. Les escadrilles N 12 - V 24 et SAL V 210 appartiennent à cette époque, à l'aéronautique de la 5ème Armée. Photo Jules Brunswick transmis par son petit-fils Jean-Michel Roche que je remercie pour son aide.

MF 11 bis de l'escadrille MF 24 sur le terrain de Rosnay en avril 1916 - Photo M. Gérard Dieux-Lenouvel que je remercie pour son aide.

MF 11 bis de l'escadrille MF 24 pendant une visite d'une unité d'infanterie.
Photo Charles Albanel transmise par son petit fils le général Baudouin Albanel que je remercie pour son aide.

MF 11 bis n° 1430 du MdL Charles Albanel (n° 10 dans l'escadrille) de l'escadrille MF 24. Ce pilote vient d'être muté de l'escadrille MF 62, qui passe sur avions Nieuport, à l'escadrille F 24 avec son avion. Mutation effective à partir du 15 juin 1916. On peut observer l'appareil photographique de 0,50 m de focale dépassant de l'avant du fuselage de l'avion - Photo datant de mai-juin 1916. L'escadrille F 24 ne conservera pas longtemps les deux MF 11 bis.
Le rond de couleur destiné à recevoir l'étoile blanche vient d'être peint. Photo prise sur le terrain de Morlancourt (80) Photo Charles Albanel transmise par son petit fils le général Baudouin Albanel que je remercie pour son aide.

Farman F 40 codé "2" de l'escadrille F 24, sur le terrain d'aviation de la Melette (51), en juillet-août 1916 - De droite à gauche, le Ltt Philippe Enard (observateur) - Sgt Justin Usse (pilote) - Soldat Désiré Besset (mécanicien en 1er) - X (mécanicien en 2ème) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

Farman F 40 codé "2" de l'escadrille F 24 sur le terrain de Villers-Bretonneux en juillet 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo fond Valois mis en ligne par le site de la BDIC.

De gauche à droite : Sgt Justin Usse, pilote de l'escadrille F 24 du 15 juin 1916 au 12 juillet 1917 et le Ltt Philippe Enard, observateur de l'escadrille F 24 du 7 juillet 1916 à (après le 31 décembre 1918) posent devant un Farman F 40 codé "6" de leur unité pendant l'automme 1916 - Le Sgt Usse avait le Farman F 40 n° 2063 affecté à son service - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

Farman F 40 "codé "10" du MdL Charles Albanel - Photo Charles Albanel transmise par son petit fils le général Baudouin Albanel que je remercie pour son aide.

Farman F 40 codé "10" du MdL Charles Albanel - Le MdL Charles Albanel est aux commandes, en place arrière - Photo Charles Albanel transmise par son petit fils le général Baudouin Albanel que je remercie pour son aide.

Farman F 40 codé "10" du MdL Charles Albanel - Photo Charles Albanel transmise par son petit fils le général Baudouin Albanel que je remercie pour son aide.

Cet équipage d'un Farman F 40 de la F 24 est venu en curieux examiner ce DFW type C abattu par 3 pilotes en coopération, le 3 juin 1917 - Il s'agit du Sgt Adrien Chapelle (N 31) - MdL Constant Soulier (N 26) - Ltt Honoré de Bonald (N 69) - Les deux membres d'équipage allemands ont été faits prisonniers - A cette époque, la F 24 était stationnée à Nogent-lès-Sermiers (51) - Photo collection Samuel Kittler que je remercie pour son aide.

Sopwith 1A2 codé "4" de l'escadrille F 24 pendant l'automne 1917 - En place arrière, le caporal américain Frederick Zinn, observateur photographe de l'escadrille du 24 décembre 1916 à octobre 1917 - On peut observer la Lewis dotée d'un chargeur de 97 cartouches en position sur l'aile supérieure, une éolienne pour alimenter l'installation TSF qui équipe l'avion - Photo Collection Gregory van Wyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Vue générale du SPAD XVI portant l'insigne de l'escadrille SAL 24 pendant l'occupation de l'Allemagne en mai 1919 - Photo Raoul Temime envoyé par sa fille, Mme Liliane Temime-Girard, que je remercie pour son aide.

Ltt Raoul Temime pose en place arrière de ce SPAD XVI portant l'insigne de l'escadrille SAL 24 pendant l'occupation de l'Allemagne en mai 1919 - L'escadrille SAL 24 ayant été dissoute, le 1er janvier 1919 et recréée comme 58ème escadrille du Levant, le 1er juin 1920, il est possible que ce soit un avion affecté en tout fin de guerre ou l'insigne personnel d'un pilote ayant servi à la SAL 32 - Photo Raoul Temime envoyé par sa fille, Mme Liliane Temime-Girard, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne du terrain de Morlancourt (80) pendant l'été 1916 - L'escadrille F 24 a stationné sur place du 10 juin au 15 novembre 1915 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

Accident d'un MF 11 bis de l'escadrille MF 24 sur le terrain de Rosnay pendant la période comprise entre le 9 février et le 11 avril 1916 - Comme les arbres ne portent pas encore de feuilles, cette photo doit dater de février-mars 1916 - Les membres d'équipage n'ont pas été blessés car cette unité ne déplore pas de tués ou de blessés pour cette période - Photo M. Gérard Dieux-Lenouvel que je remercie pour son aide.

Autre vue du MF 11 bis de l'escadrille MF 24 accidenté sur le terrain de Rosnay pendant la période comprise entre le 9 février et le 11 avril 1916 - Photo M. Gérard Dieux-Lenouvel que je remercie pour son aide.

Autre vue du MF 11 bis de l'escadrille MF 24 accidenté sur le terrain de Rosnay pendant la période comprise entre le 9 février et le 11 avril 1916 - Photo M. Gérard Dieux-Lenouvel que je remercie pour son aide.

Farman F 40 de l'escadrille F 24 en septembre 1916 sur le terrain de Morlancourt (80) - A la fin de l'année 1916, l'escadrille F 24 compte 12 Farman F 40. Sur toutes les photos, on peut voir la forme initaile de l'insigne de la MF puis F 24, l'étoile à branches fines, emblème du 2ème corps de cavalerie. Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit-fils Gilles que je remercie pour son aide.

Le MdL Jean de la Roche Saint André posant en compagnie de son mécanicien. devant son Farman F 40 codé "9". Ce pilote a été muté de l'escadrille MF 62, qui passe sur avions Nieuport, à l'escadrille MF 24 à partir du 15 juin 1916. De la Roche Saint André est arrivé avec son Farman 40 n° n° 2030. Photo prise en septembre 1916 sur le terrain de Morlancourt (80) On voit nettement la fenêtre de l'appareil de prise de vues dans le nez. Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Chargement d'un appareil photo de 1,20 m de focale à bord d'un Farman 40 codé "13" appartenant à l'escadrille F 24. A la vue des dimensions imposantes de l'engin, sa mise en poste n'était pas des plus aisée. Remarquez la forme de l'étoile qui est différente - Photo Collection Gregory van Wyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Le Sopwith 1A2 codé "2" de l'équipage Sgt Gabriel Usse (pilote) / Ltt Gabriel Cochet (observateur) après son atterrissage forcé, le 22 juillet 1916 - Lors d'une mission de reconnaissance d'infanterie au-dessus des lignes allemandes, la pédale droite du palonnier céde brusquement - L'avion part en glissade sur l'aile alors qu'il vole à 800 mètres d'altitude - Usse réagit parfaitement et rattrappe son avion à 400 mètres - Ils rentrent en tenant les commandes de gouvernail à la main - Le Sopwith perd son train principal à l'atterrissage, sur le terrain de la Melette (51) mais les deux hommes sont saufs - Seulement deux jours après, les dégats sont réparés et l'avion est en ligne de vol - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

Photo de reconnaissance allemande du terrain d'aviation de Morlancourt (80), le 12 septembre 1916 - L'escadrille F 24 a occupé ce terrain du 10 juin au 15 novembre 1916 - Photo Ebay Allemagne.

Le Sgt Justin Usse pose à l'entrée de la popote des sous-officiers à Nogent-les-Sermiers (51) - L'escadrille F 24 a stationné sur place du 6 mars au 29 juin 1917 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

Très certainement le même Sopwith 1A2 de l'escadrille F 24 pendant l'automne 1917 - Photo Frederick Zinn de l'escadrille N 124 et extraite du livre de Charles Nordhoff et James Norman Hall - Photo transmise par Gregory Van Wyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Sopwith 1A2 codé "4" accidenté probablement en octobre 1917 - Le Cal Frederick Zinn, observateur photographe américain de la SOP 24 du 12 décembre 1916 au 21 octobre 1917 était à son bord - Aucun des deux membres d'équipage n'a été blessé - Photo Collection Gregory van Wyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

MdL Armand Le Corre, pilote de l'escadrille SAL 24, pose à côté du Salmson 2A2 codé "3", le 24 novembre 1918 - Cet avion, équipé d'une installation TSF pour la communication et d'un appareil photo, porte l'insigne final de l'unité, le pélican associé à l'étoile du 2ème corps de cavalerie ainsi que deux bandes rouge et blanc d'identification - Photo collection Jean Claude Truffaut et transmise par M.Christian Faure que je remercie tous les deux pour leur aide.

Caporal André Marcoux, pilote de l'escadrille SAL 24 du 16 juillet 1918 au 8 janvier 1919, pose en compagnie d'un observateur, devant un Salmson 2A2 de son unité - Photo collection Patrice Logeard que je remercie pour son aide.

 

Photos aériennes prises
par les équipages

Photo verticale de l'Est de Combles, le 2 août 1916 - Altitude 3000 m - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo verticale du Nord-Ouest de Forrest, le 3 août 1916 - Altitude de prise de vue 1000 mètres - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo verticale du bois de la Haie (front de la Somme), le 24 août 1916 - Altitude de prise de vue 3000 m - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo verticale de réseaux de tranchées du front de la Somme en août 1916 - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Front de la Somme en août 1916 - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo oblique d'une reconnaissance des premières lignes allemandes du front de la Somme en septembre 1916 - L'escadrille est alors stationnée à Morlancourt (80) - En plus des tranchées qui sont l'objectif principal, on peut voir un avion posé dans le réseau de tranchées françaises - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Gros plan de la zone encadrée - On distingue nettement l'avion posé dans les lignes - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo oblique de la zone de tranchées récemment renforcées (les zones claires) en Septembre 1916 - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo verticale du village de Morval, le 7 septembre 1916 - Altitude de prise de vue 3200 mètres - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo oblique des réseaux de tranchées montrant plusieurs batteries d'artilleries (sur l'image en haute résolution) sur le front de la Somme, en septembre 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo verticale de deux batteries d'artillerie implantées à l'Est de Lesboeuf, le 30 septembre 1916 - Altitude de prise de vue 1600 mètres - Cette photo s'assemble avec celle ci-dessous. - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photos aériennes prises
par les équipages

Photo verticale des tranchées situées à l'Ouest de Bavar (Front de la Somme), le 30 septembre 1916 - Altitude de prise de vue 1800 m - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo verticale de l'Est de Morval, le 30 septembre 1916 - Altitude de prise de vue 1800 m - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo oblique montrant le préparation d'artillerie avant offensive dans la Somme, en septembre 1916 - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo verticale de la gare et des voies ferrées sur le front de la Somme, en septembre 1916 - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo oblique montrant la préparation d'artillerie tirée en prémice d'une offensive dans la Somme en septembre 1916 - Au premier plan, les tranchées françaises et à l'arrière plan, les tranchées ennemies sur lesquelles tombent un déluge de feu - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Gros plan de la photo supérieure - On distingue nettement les explosions qui couvrent les tranchées allemandes - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit- fils Gilles que je remercie pour son aide.

Photo verticale de Hooglede en Flandre occidentale belge, le 3 octobre 1918 - A cette date, l'escadrille 24 était stationnée sur le terrain de Hondschoote (59) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Eric Braire que je remercie pour son aide.

Assemblage de deux photos verticales de Roulers (Roeselare) dans la province de Flandre occidentale en Belgique, prise par un Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 24, le 8 octobre 1918 - A cette date, l'escadrille 24 était stationnée sur le terrain de Bray-Dunes (59) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Eric Braire que je remercie pour son aide.

Photo verticale de l'Ouest de Vijnendale (Torhout) en Belgique, le 8 octobre 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Eric Braire que je remercie pour son aide.

Assemblage de deux photos verticales du village de Beveren, dans la province de Flandre Occidentale en Belgique - Ce village a été rattaché à la commune de Roulers en 1965 - Ces photos ont été prises par un Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 24, le 9 octobre 1918 - A cette date, l'escadrille 24 était stationnée sur le terrain de Bray-Dunes (59) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Eric Braire que je remercie pour son aide.

 

 

Dessins et caricatures

Caricature d'un observateur de l'escadrille F 24 - Il est représenté sur un appareil de prise de vues de 1,20 m de focale - Photo Gilles de la Roche de Saint André transmise par son petit-fils Gilles que je remercie pour son aide.

 

Documents officiels

Licence internationale de pilote aviateur n° 7440, délivrée par la Fédération Aéronautique
Internationale à l'Adj Jean de la Roche de Saint André, le 20 octobre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 2462 du 21 janvier 1916 - Photo Gilles de la Roche de Saint André transmise par son petit-fils Gilles que je remercie pour son aide.

 

Souvenirs en rapport

Une pièce exceptionnelle réalisée en hommage au MdL Marcel Babin, pilote de l'escadrille F 24 tué en mission par la DCA allemande à bord d'un Farman F42 avec le Slt Fernand Bonsom, le 14 septembre 1916 - Photo Jean-Christophe Coudert que je remercie pour son aide

Souvenirs en rapport

Détails de la plaque réalisée en hommage au MdL Marcel Babin. La plaque reprend le texte de sa citation à l'ordre de l'armée.
"Pilote d'un dévouement et d'une bravoure exemplaire a fait preuve au cours des combats de brillantes qualités de courage, de ténacité et d'abnégation. Chargé de la liaison avec l'infanterie à l'attaque du 13 septembre a survolé les lignes à moins de 400 mètres, pour assurer malgré le mauvais temps, l'entière exécution de sa mission et a ramené son appareil criblé de balles, tombé glorieusement le lendemain sous le feu de l'ennemi, en remplissant dans des conditions analogues la même mission."
Photo Jean-Christophe Coudert que je remercie pour son aide

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Cdt Maurice Jules Joseph Challe dans la nécropole nationale de Rancourt - Pilote de l'escadrille VB 1 / VB 101 du 5 octobre 1914 au 1er avril 1915 - Pilote de l'escadrille VB 105 du 28 avril au 1er juillet 1915 - Nommé Chef de Bataillon, à titre temporaire, le 24 février 1916 - Commandant de l'aéronautique de la 4ème armée - Tué au cours d'une mission, à bord d'un Nieuport 12 bis de l'escadrille SOP 24, dans les environs de Morlancourt (Somme), le 7 octobre 1916 - Il faisait équipage avec le Slt Henri Mervius, observateur de la SOP 24, qui a également perdu la vie - Leur adversaire était probablement le Hptm Boelcke du Jasta 2 (sa 31ème victoire) - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

 


Avis de décès

Avis de Décès de l'Adj Edmond Guinard - Observateur-photographe de l'escadrille SAL 24 - Tué au combat au cours d'une mission de reconnaissance photographique, le 8 octobre 1918 - En équipage avec le MdL Louis Couturier, le Salmson 2A2 qu'ils occupaient, a été attaqué par neuf avions et probablement abattu par le Ltn Werner Preuss du Jasta 66 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Daniel Guinard que je remercie pour son aide.

* Adj Edmond Marcel Guinard - Né le 12 mai 1894 à Lérouville (55) - Fils d'Alexandre Auguste Guinard et de Zélia Eugénie Lotard - Engagé comme mécanicien au 2ème groupe d'aviation, le 16 octobre 1912 - Mitrailleur photographe de l'escadrille V 24 / MF 24 / F 24 / SOP 24 / SAL 24 du 7 août 1914 au 8 octobre 1918 - En subsistance au Parc d'Aviation n° 1 du 19 au 23 décembre 1914 - En mission à Paris pour prise en compte d'un véhicule automobile du 1er au 29 janvier 1915 - Perçoit un mousqueton de cavalerie modèle 1874 - Détaché à la section de parc automobile n° 10 du 23 juin au 20 juillet 1915 - Détaché à la RGA du 21 au 27 janvier 1916 - Passé mitrailleur, le 30 avril 1916 - En mission à Fontainebleau du 14 au 16 mai 1916 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 2 au 9 août 1916 - Stage au GDE du 18 décembre 1916 au 11 février 1917 - Stage à l'école du tir aérien de Cazaux du 4 au 29 mars 1917 - Nommé Caporal, le 25 juin 1917 - Nommé Sergent, le 1er octobre 1917 - Nommé Adjudant, le 25 juin 1918 - Tué au combat, le 8 octobre 1918 - En équipage avec le MdL Louis Couturier, le Salmson 2A2 qu'ils occupaient, a été attaqué par neuf avions et probablement abattu par le Ltn Werner Preuss du Jasta 66.

 

Remerciements :

- M. François de la Roche de Saint André pour la communication des lettres de son père Jean.
- M. Gilles de la Roche de Saint André
pour la communication des photos prises par son grand-père Jean.
- M. le Général Beaudoin Albanel
pour la communication des photos prises par son grand-père Charles.
- M. Jean-Michel Roche pour la communication des photos prises par son grand-père Jules Brunswick, observateur à l'escadrille 210.
- M. Jean-Pierre Amigues pour la communication des archives de Jean Amigues, son grand-père.
- M. Jean-Christophe Coudert pour l'envoi des photos de la plaque de Marcel Badin.
- M. Gregory Van Wyngarden pour l'envoi des photos du Farman F 40 et du Sopwith 1A2.
- M. Luc Clermin pour ses précisions sur l'escadrille SOP 24.
- M. et Mme Gérard Dieux-Lenouvel pour la communication des archives du capitaine Léon Lenouvel.
- Mme Françoise Labenelle, petite nièce de Lucien Lanier, pilote de l'escadrille C 53 mort pour la France en décembre 1916.
- M. Jean Lannes
, notaire honoraire pour la numérisation de 60 photographies et la retranscription des légendes figurant au verso.
- Mrs. Michaël et Christophe Gronier pour l'envoi de la photo de leur grand-père, Gaston Gronier.
- M. Samuel Kittler pour l'envoi de la photo du DFW C abattu.
- M. Daniel Guinard pour l'envoi de l'avis de décès d'Edmond Guinard.
- M. Bruno Challe pour l'envoi de la photo du Cdt Maurice Challe, son grand-père.
- M. Jean Paul Doré pour l'envoi de la photo de Camille Desphilippons.
- M. Gilles Delanoé pour la communication des archives de Justin Usse.
- M. Jean Claude Truffaut pour la mise à disposition de la photo du MdL Armand Le Corre.
- M. Christian Faure pour l'envoi de la photo du MdL Armand Le Corre.
- M. Guillaume Hirsch pour l'envoi de la photo du Sgt Henri Roulié.
- M. Patrice Logeard pour l'envoi des photos du Caporal André Marcoux.
- Mme Liliane Temime-Girard pour l'envoi des photos du Ltt Raoul Temime.
- M. Eric Braire pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. François Guibout pour l'envoi des photos de Jean Guibout, son grand-père.
- Mme Katrine Dessart pour l'envoi des photos de Pierre Germe, son grand-père.
- M. Jacques Guillaume pour l'envoi des photos d'Edmond Guinard.
- M. Thierry Cornet pour l'envoi des photos du monument en hommage au Slt Bourhis.
- M. Yves Castelain pour l'envoi des photos des tombes d'aviateurs.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.

Bibliographie :

- Icare n° 201 - L'aéronautique de la Vème armée en août et septembre 1914
de Stéphane Nicolaou.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 23 - Victoires Escadrille 25

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir Cliquez sur agrandir Cliquez sur l'image pour agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir