Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Différentes torches apparues sur Nieuport 11 et 16 en mai-juin 1916. La torche noire et rouge sur les avions peints en aluminium. La torche blanche sur les avions peints avec le camouflage deux tons (vert et marron) Dessins d'après photos Albin Denis

Version plus sophistiquée visible sur un Spad XIII en 1918.
Dessin Albin Denis

Cigogne adoptée comme insigne personnel par le Cne Hiyotaké Shigeno. Elle a été reprise par l'ensemble de l'escadrille quand l'unité a été obligé de changer d'insigne et d'adopter une cigogne comme toutes les escadrilles affectées au GC 12 du Cne Antonin Brocard. Dessin Albin Denis

Second emblème collectif de l'escadrille 26 - Une cigogne apparue sur les Spad XIII et dite de "Saint Galmier" - Cette dernière version a perduré comme insigne de la 1ère escadrille du EC 1/5 "Vendée" stationnée à Orange-Caritat - Dessin Albin Denis.

Entoilages de l'escadrille SPA 26

Photographie de l'insigne de l'escadrille SPA 26 sur le terrain de Dunkerque, le 9 octobre 1917 - Photo collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Entoilage d'époque découpé sur un SPAD XIII de la SPA 26 de 1918 ou de la 2ème escadrille du 2ème RAC de Strasbourg des années 20-23 - Il a été offert au Général J.C Lartigau par le Colonel Marcel Robert, ancien pilote de l'escadrille 561 de Venise et commandant du GC I/6 de Reims dans les années 30 - La 6ème EC comportait deux groupes : le GC I/6 dont les escadrilles étaient héritières des traditions des escadrilles SPA 95 (1ère) et SPA 153 (2ème) et le GC II/6 dont les escadrilles étaient héritières des traditions des escadrilles SPA 26 (3ème) et SPA 124 (4ème) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo JC Lartigau que je remercie pour son aide.

Entoilage d'époque de la SPA 26 conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo Frédéric Domblides que je remercie pour son aide.

Entoilage d'époque de la SPA 26 conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo Frédéric Domblides que je remercie pour son aide.

Peinture d'époque sur entoilage de 1917 montrant des quatres cigognes du GC 12. Elle a été réalisée par Barthélémy Gevaudan peintre voilier de la SPA 26 pour l'adjudant pilote xx de la même escadrille. Le propriétaire de cette pièce, désirant ne pas être sollicité suite à la mise en ligne de cette photo, a demandé l'anonymat. Je le remercie pour m'avoir communiqué cette pièce historique.

Symbolique

L'escadrille 26 a d'abord adopté un flambeau comme premier insigne, à partir de l'été 1916. Rattachée au GC 12, le 5 juin 1916, elle change d'emblème pour adopter une cigogne, sur ordre de Brocard, comme tous les autres unités de ce groupe en novembre 1916.

Elle est dessinée en vol, ailes repliées par le Cne Auger. Elle est dite de "Saint Galmier". Une autre cigogne sera également utilisée à partir de l'insigne personnel d'un pilote japonais de l'escadrille, le Cne Hiyotaké Shigeno. Il s'agit cette fois d'un oiseau en posture de vol avec les ailes déployées.

 

Historique succinct

Créée sur le terrain de Saint-Cyr, le 26 août 1914, l'escadrille reçoit une dotation initiale de 4 avions Morane-Saulnier type L et prend l'appelation de MS 26. Elle est placée sous les ordres du Cne Robert Jannerod, un aviateur de grande expérience qui s'est illustré au Maroc. Retraitant avec l'armée française, elle s'installe sur le terrain de Saint-Souplet et prend part à la bataille de la Marne avec la 6ème armée. Du 21 septembre au 1er octobre 1914, l'escadrille détache 2 avions, 2 officiers pilotes et 9 mécaniciens à Anvers. La ville étant assiégée par les troupes allemandes, ces éléments avancés étaient beaucoup trop exposés. Au bout de quelques jours, les avions et les hommes font mouvement sur Breteuil. Le 12 octobre 1914, la MS 26 fait mouvement sur Ostende, puis le 17 octobre sur Dunkerque et finalement sur Saint-Pol-sur-Mer, le 19.
Le 6 novembre 1914, l'escadrille MS 26 passe sous le commandement de la 8ème armée. A partir des terrains de Saint-Pol-sur-Mer et de Roosbrugge, elle est engagée dans la bataille d'Ypres. Le 6 février 1915, le Cne René de Malherbe prend le commadement de l'unité qui se spécialise dans les missions de reconnaissance. Le célèbre aviateur Roland Garros est affecté à l'escadrille. Celui-ci, mettant au point un système de tir à travers l'hélice à l'aide de déflecteurs sur les pales, se consacre aux missions de chasse des avions adverses. Malheureusement, il devait être capturé après qu'il ait posé son avion en panne en zone tenue par les Allemands. Il fera plusieurs années dans un camp de prisonniers avant de réussir à s'évader et à reprendre sa place au sein de l'escadrille. Nous le verrons plus loin.
En septembre 1915, l'escadrille 26 perçoit des avions Nieuport 10 et prend l'appelation de N 26. Ses missions évoluent, en plus des vols de reconnaissances, ses équipages vont maintenant effectuer des missions de protection au bénéfice des escadrilles chargées du réglage d'artillerie et de bombardement du front. Peu à peu, seules les missions de chasse perdureront. En janvier 1916, elle perçoit des Nieuport 12. La première perte au combat est à déplorer avec la mort du Slt Georges Momet qui est touché d'une balle à la tête, le 17 janvier 1916.

En avril 1916, l'escadrille N 26 perçoit des Nieuport 11. Maintenant équipée d'un bon chasseur, elle intégre le Groupe de Chasse n° 12 commandé par le Cne Antonin Brocard, le 5 juin 1916. Le lendemain, l'escadrille est transférée à Cachy où sont concentrés tous les moyens offensifs de Brocard. Ses pilotes sont engagés dans la bataille de la Somme qui fait rage. Les pertes au combat vont être nombreuses avec 3 pilotes faits prisonniers (Cne Jean de Sieyes de Veynes, Caporal Marin Pelhat, MdL Louis Rosenlecker), deux tués (Slt Hughes de Rochefort, Ltt Eric Joly de Bammeville) et un grièvement blessé (MdL Auguste Pouchelle). Elle prend part à l'offensive sur le Chemin des Dames au cours de laquelle le Cne Mathieu Tenant de la Tour et le MdL Constant Soulier remportent plusieurs victoires homologuées. Entièrement équipée de Spad VII, elle prend l'appelation de SPA 26 en juin 1917.

A partir du 12 janvier 1918, la SPA 26 est engagée sur Verdun à partir du terrain de Beauzée-sur-Aire (55). Elle est affectée à la 5ème armée à partir du 15 mars 1918. Les allemands ayant déclenché leur offensive générale le 21 mars 1918, la 26 se replie sur Mesnil-Saint-Georges, le 24 mars; puis Raray, le 28 mars 1918. Ses équipages font le coup de feu lors de la 3ème bataille de l'Aisne (à partir du 29 mai), 4ème bataille de Champagne (du 15 au 18 juillet). Du 18 juillet au 6 août 1918, les alliés reprennent le dessus et contre-attaquent sur la Marne (2ème bataille de la Marne).

A partir du terrain d'Hétoménil, la SPA 26 participe à l'attaque sur Montdidier, du 28 juillet au 3 septembre. Roland Garros, évadé d'Allemagne reprend sa place au sein de l'escadrille. Installée sur le terrain de la Noblette, près de Châlons-Sur-Marne, ses pilotes prennent part aux combats en Champagne, à partir du 29 septembre 1918. Finalement engagée dans la bataille de la Serre et dans la poussée vers la Meuse, elle a à déplorer la perte au combat du Ltt Roland Garros qui est abattu en combat aérien près de Vouziers, le 5 octobre 1918. La dernière perte de la 26 sera le Sgt Albert Beroule, tué au combat dans la région de le Chesne, au Nord-Est de Vouziers. Le 11 novembre 1918, date de la fin des hostilités, les équipages de l'escadrille 26 ont remporté 54 victoires homologuées et 77 non homologuées. Elle a eu à déplorer la perte de 13 tués, 17 blessés et 7 prisonniers.

Elle participe à l'occupation de l'Allemagne à partir du terrain de Neustadt - Lachen Speyerdorf à partir du 14 décembre 1918. Le 1er août 1920, elle devient la 2ème escadrille du 2ème régiment d'aviation de chasse (RAC) basée à Dijon-Longvic. Le 16 septembre 1933, elle devient 3ème escadrille du GC II/6.

 

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 26

Insigne en cuivre découpé et argenté - Fixation par une épingle soudée en longueur - Insigne extrait du livre de Philippe Bartlett consacré aux insignes de l'aéronautique militaire française jusqu'en 1918 que je recommande tout particulièrement.

Insigne de l'escadrille SPA 26 de la Grande Guerre - Il s'agit d'une fabrication "locale" faite en atelier - Insigne collection Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

Représentation infographique de la barette de rappel appartenant à l'adj Gustave Naudin, pilote et As de l'escadrille SPA 26 du 16 novembre 1917 au 3 novembre 1918 - Voir en bas de cette page, la photo le représentant - Dessin Albin Denis d'après photo mise en ligne par le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

 

 

 

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne métallique de la 3ème escadrille du GC II/6 datant des années 1939-1940 - Collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Insigne de la 6ème escadre de chasse valable pour la période allant du 1er octobre 1934 au 1er mai 1939 - Cette grande unité comptait à cette époque deux groupes de chasse qui étaient eux-même composés de deux escadrilles. Composition de la 6ème escadre de chasse :
- le GC I/6 : la 1ère escadrille (héritière des traditions de la SPA 96) et la 2ème escadrille (héritière des traditions de la SPA 12).
- le GC II/6 : la 3ème escadrille (héritière des traditions de la SPA 26) et la 4 ème escadrille (héritière des traditions de la SPA 124).
Fabrication Drago Paris Nice - Fixation par épingle avec boléro - Remarquez l'erreur de gravure "SPA 86" au lieu de "SPA 96" - Insigne droits réservés.

Insigne d'une unité héritière des traditions de la SPA 26 de la Grande Guerre - Il est de fabrication A. Augis Lyon - Période avant 1940 ou 2ème GM - Photo Albin Denis

Insigne de la 1ère escadrille du groupe de Chasse 2/6 "Travail". - Il est valable pour la période allant de 1943 à 1947 - Cette unité était équipée de P39 Airacobra puis de P-63 Kingcobra - Insigne collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Insigne de la 5ème escadre valable pour la période du 1er avril 1945
au 1er mars 1946 - Cette grande unité a été créée, le 1er avril 1945.
Elle comprenait 3 groupes de chasse :
- GC 2/6 "Travail" (traditions des SPA 26 et SPA 124 de la GG)
- GC 1/9 "Limousin" (traditions des 1ère et 2ème escadrilles du GC I/9)
- GC 2/9 "Auvergne" (traditions de la SPA 85 de la GG et du GC II / 9)
Ces GC étaient respectivement stationnés : 2/6 "Travail" à Salon-de-Provence,
1/9 "Limousin" à la Réghaïa et 2/9 "Auvergne" au Vallon (Istres)
Insigne collection Jean-Pierre Mehl que je remercie pour son aide.

Insigne de la 1ère escadrille du groupe de Chasse 2/6 "Travail" - Cet insigne de fabrication locale a été réalisé par un bijoutier en 1946, pendant le séjour de l'unité sur le terrain de la Réghaïa du 1er mars à décembre 1946 - Elle volait sur P-63 Kingcobra - Photo Bernard Ferrari.

Insigne de la 1ère escadrille de l'escadron de chasse 1/5 "Vendée" - Epoque années 60 - A cette époque, l'escadron était équipé de Mystère IVA puis de Super Mystère B 2 - Photo collection Patrice Gout que je remercie pour son aide précieuse.

Insigne de la 1ère escadrille de l'EC 1/5 "Vendée" - Cet insigne a été homologuée sous le n° 1097 en 1977 - Photo collection Patrice Gout que je remercie pour son aide précieuse.

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 26

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 5ème escadre de chasse stationnée à Bizerte puis Orange-Caritat. Cette unité était composée de 2 groupes de chasse puis escadrons de chasse : EC 1/5 "Vendée" - EC 2/5 "Ile de France" - Insigne valable pour la période de 1946 à 1954 - Photo Albin Denis

Insigne de la 5ème escadre de chasse stationnée à Orange-Caritat. Cette unité était composée de 3 escadrons de chasse : EC 1/5 "Vendée" - EC 2/5 'Ile de France" - 3/5 "Comtat Venessin" - Homologué au SHD section Air de Vincennes sous le n° 603 en 1954 - Photo Albin Denis

Insigne de l'escadron de chasse 1/5 "Vendée" stationné à Orange-Caritat. Cette unité est héritière des traditions des escadrilles SPA 26 et SPA 124 de la Grande Guerre. Homologué au SHD section Air de Vincennes sous le n° 1084 en 1977. Photo Albin Denis.

Insigne de la 5ème escadre de chasse stationnée à Orange-Caritat. Cette unité était composée de 2 escadrons de chasse : EC 1/3 "Vendée" - EC 2/5 "Ile de France" - Insigne valable pour la période de 1962 à 1987 - Photo Albin Denis.

Insigne de l'escadron de chasse 1/2 "Cigognes" basé à Dijon-Longvic. Cet insigne a été homologué par le SHD de Vincennes sous le n° A 1389, le 1er décembre 2009. Cette unité est composée de 3 escadrilles héritées des escadrilles SPA 3, SPA 103 et SPA 26 de la Grande Guerre. Le 25 novembre 2009 (décision n° 14612/DEF/CAB/SDBC/CPAG), la 3ème escadrille a repris les traditions de la SPA 26 qui a remplacée l'autre cigogne héritée elle aussi de la SPA 103 - Insigne Collection Patrice Gout que je remercie pour son aide précieuse.

 

Entoilages de la SPA 26

Découpe de fuselage d'un SPAD de l'escadrille SPA 26 appartenant au Soldat de 2ème classe Henri Grasset, mécanicien Hispano-Suiza de cette unité du 20 juin 1916 au 1er mars 1918 - Photo Bernard Gintz que je remercie pour son aide.

Découpe de fuselage d'un Spad de l'escadrille SPA 26 abattu en 1918 - Elle a été découpée sur l'avion par la soldat Jean Lannes en 1918 - Il était alors affecté au 49ème RAC. Et plus précisément aux 2ème, 8ème et 3ème batterie. En 1918, ce régiment a été engagé en Picardie, puis dans la 2ème bataille de la Marne. Ensuite dans le secteur de Saint-Mihiel puis retour sur Reims, Souain, Epye et Herpy avant l'armistice - Après enquête et recherches de Jean Lannes, il s'agit de la cigogne découpée sur le SPAD VII n° 3802 du Sgt Désiré Paul Mabereau, tué en combat aérien, par le Ltn Carl Galetschky du Jasta 48, le 3 mai 1918 - Son avion s'est écrasé sur le territoire de la commune de Moreuil, au Sud de Hailles - Jean Lannes était alors en poste dans le bois triangulaire, au Nord de Moreuil, à seulement quelques centaines de l'endroit où s'est écrasé ce SPAD - Cette découpe de fuselage est conservée par Jean Lannes, son petit-fils - Je remercie Henri Lannes, son frère pour son aide précieuse.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants de l'escadrille

Avions Utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Avions utilisés par l'escadrille 26

Détail des victoires

Rattachements de l'escadrille

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 26

Décorations

 

As et personnels connus

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

Les hommes

Cne René Marie de Malherbe - Né le 27 juin 1881 à Veilleins (Loir et Cher) - Appelé à l'école spéciale de Saint-Cyr, le 1er octobre 1902 - 14ème régiment de Dragons - Passé à l'aviation, le 26 octobre 1910 - Brevet de pilote de l'Aéroclub de France n° 334 en date du 23 novembre 1910 - Brevet de pilote militaire n° 2 en date du 7 février 1911 - Escadrilles BLC 4 - MS 26 - Commandant l'escadrille MS 26 du 6 février 1915 au 13 mars 1916 - Chef de la mission Roumanie - Officier de la Légion d'Honneur, le 1er janvier 1912 - Croix de Guerre 14-18 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 11 février 1915 - Une citation à l'ordre de la division, le 5 avril 1915 - Décédé le 11 mai 1931 - Cette toile le présente alors qu'il était lieutenant avant guerre.

Ltt Joseph Marie Xavier de Sevin - Né le 10 mars 1894 à Toulouse (Haute-Garonne) - Fils d'Edouard Auguste Marie de Sevin et de Marie Jeanne Louise Adrienne de Rose de Tricornot - Engagé volontaire pour 8 ans au 14ème régiment d'infanterie, le 2 septembre 1914 - Nommé Caporal, le 5 novembre 1914 - Nommé sergent, le 30 novembre 1914 - Affecté aun 96ème régiment d'infanterie sous sous-lieutenant à titre temporaire, le 5 décembre 1914 - Affecté au 19ème bataillon de Chasseurs, le 5 mars 1915 - Blessé d'éclats de bombes au poignet et au genou au Four de Paris, le 12 avril 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 27 décembre 1915 - Détaché à l'école d'aviation militaire de Pau du 15 juillet au 10 novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1727 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 9 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille N 12 du 11 novembre 1915 au 24 décembre 1917 - Une citation à l'ordre de la 5ème armée en date du 1er juin 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 1er août 1916 - Nommé Lieutenant d'active à titre définitif, le 5 décembre 1916 - Blessé à la figure et aux genoux lors d'un accident d'avion en janvier 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 2 janvier 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur avec une citation à l'ordre de l'armée, le 19 avril 1917 - Cette décoration vaut pour l'attribution de la Croix de Guerre avec palme - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 23 avril 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 20 mai 1917 - Une citation à l'ordre de l'armé en date du 25 mai 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 20 juillet 1917 - Une citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 5 octobre 1917 - Pilote et commandant de l'escadrille SPA 26 du 25 décembre 1917 au 26 mars 1919 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 6 février 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 29 mai 1918 - Nommé capitaine à titre définitif, le 28 juin 1918 - A remporté 12 victoires homologuées - Affecté au 1er régiment d'aviation de Thionville-Basse-Yutz - Officier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1920 - Chef de bataillon - Affecté à l'école de formation des sous-officiers du personnel navigant de l'armée de l'Air d'Istres - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 4 juillet 1934 - Général de Division aérienne - Grand officier de la Légion d'Honneur, le 31 décembre 1947 - Décédé, le 7 novembre 1963 - Photo La guerre aérienne illustrée.

Slt Joseph Pierre Maria, observateur de l'escadrille MS 26 - Né le 2 décembre 1890 à Marseille - Avant guerre étudiant en sciences - Entré en service, le 1er octobre 1911 au 21ème régiment de chasseurs à Cheval de Limoges - 3 citations à l'ordre de l'armée (Août, novembre, decembre 1915) - Légion d'Honneur en décembre 1915 - Croix de Guerre 14-18 - Médaille britannique, le 12 janvier 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Observateur plein d'ardeur et de dévouement, toujours prêt à marcher en toutes circonstances. Le 30 juillet 1915, a soutenu avec une simple carabine, contre un avion allemand armé d'une mitrailleuse, une lutte d'un quart d'heure au cours de laquelle l'appareil qu'il montait comme passager a été atteint de huit balles, toutes à proximité de lui et son pilote"

Slt Hughes Noël de Rochefort au Crotoy en juin 1916, la veille de recevoir la Légion d'Honneur - Né le 25 décembre 1889 à Cerdon - Fils d'Antoine de Rochefort et d'Alice Genneval - Avant guerre ingénieur agronome - Entré en service actif au 5ème bataillon d'aérostiers, en octobre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 1319 en date du 10 août 1915- Pilote de l'escadrille MS 26 et N 26 - Grièvement blessé au combat par la DCA, a posé son Nieuport 17, n° 1581, dans les lignes allemandes, le 15 septembre 1916 - Décédé de ses blessures, le 23 septembre 1916 - Photo Solange de Rochefort que je remercie pour son aide.

De gauche à droite : Sgt François Barra (pilote N 26) - Slt Hugues de Rochefort à la mitrailleuse Lewis (pilote N 26) - Slt Joseph Maria (observateur N 26) - Photo Solange de Rochefort que je remercie pour son aide.

Adjudant Julien Emile François Antoine pose à côté de son SPAD VII - Il volait habituellement sur le n° 1721 codé "11" baptisé "D'où l'on voit la cime bleue des Vosges" - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Fils de Jules Antoine et de Laure Orivel - Profession avant mobilisation Etudiant - Engagé (service militaire) au 16ème régiment chasseurs à Cheval, le 11 mars 1910 - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Ecole d'aviation militaire de Dijon (tests de sélection personnel navigant) - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 5 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage du tir aérien à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Une période sur le terrain de Villacoublay (GDE) - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Mission à la RGA (Réserve Générale d'Aviation) du 17 novembre au 8 décembre 1917 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Hospitalisé du 5 juin au 4 juillet 1918 - Dirigé sur le terrain d'aviation militaire de Dijon-Longvic, le 26 avril 1919 en exécution de la note du GQG n° 37.197 du 27 mars 1919 - Photo Adj Julien Antoine transmise par Mme Laurence Antoine-Caillaux, sa petite fille que je remercie pour son aide.

Adjudant Julien Antoine pose aux commandes de son SPAD VII n° 1721 codé "11" baptisé "D'où l'on voit la cime bleue des Vosges" - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Photo Adj Julien Antoine transmise par Mme Laurence Antoine-Caillaux, sa petite fille que je remercie pour son aide.

Ltt Armand Pinsard - Né le 29 mai 1887 à Nercillac (Charente) - Fils de Alphonse Pinsard (cultivateur) et d'Amélie Guichard - Profession avant engagement Comptable - Classe 1907 - Recrutement d'Angoulème sous le matricule n° 1481 - Engagé pour trois ans au 2ème régiment de Spahis, le 19 février 1906 - Nommé Brigadier, le 9 septembre 1907 - Mis en disponibilité, le 25 septembre 1907 - Rengagé pour deux ans au 1er régiment de Chasseurs à cheval, le 2 décembre 1908 - Nommé Brigadier fourrier, le 24 novemebre 1909 - Rengagé pour un an, le 30 novembre 1909 - Nommé Maréchal de Logis, le 3 juillet 1910 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 24 septembre 1910 - Rengagé pour trois ans, le 8 février 1911 - Campagne d'Algérie du 23 février 1906 au 13 octobre 1907 - Campagne d'Oudja (Maroc) du 14 octobre 1907 au 20 juillet 1908 - Campagne des régions sahariennes du 24 juillet au 24 septembre 1908 - Médaille coloniale avec agrafes "Oudja" et "Haut Guier", le 24 juin 1910 - Détaché à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 23 mai 1912 - Blessé au poignet gauche, genou droit au cours d'une chute de moto à Tours, le 18 septembre 1912 - Brevet de pilote militaire n° 210 obtenu le 15 février 1913 - Insigne de pilote militaire n° 467 - Licence FIA n° 1108 délivrée par l'aéroclub de France - Rengagé pour deux ans, le 17 février 1913 - Médaille Militaire en juillet 1913 - Pilote de l'escadrille MS 23 du 4 août 1914 au 8 février 1915 - Nommé Adjudant, le 4 septembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 11 septembre 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 22 novembre 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 28 décembre 1914 - Fait prisonnier au cours d'une mission, le 8 février 1915 - Après plusieurs tentatives d'évasion et une année de captivité, il s'évade, en compagnie du Cne Ménard, en creusant un tunnel qui passe sous le mur de la prison et rentre, le 9 avril 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 8 mars 1916 - Pilote du GDE du Plessis-Belleville, le 1er mai au 5 juin 1916 - Stage à l'école de tir aérien de Cazaux du 5 juin au 14 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 15 juillet au 10 octobre 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 7 septembre 1916 - Une victoire aérienne à l'escadrille N 26 - Commandant de l'escadrille N 78 du 10 octobre 1916 au 12 juillet 1917 - Citation n° 401 à l'ordre de l'armée, le 17 octobre 1916 - Citation n° 60 à l'ordre de l'armée, le 12 novembre 1916 - Citation n° 757 à l'ordre de l'armée, le 9 mars 1917 - Citation n° 747 à l'ordre de l'armée, le 31 mars 1917 - Citation n° 773 à l'ordre de l'armée, le 23 avril 1917 - Citation n° 794 à l'ordre de l'armée, le 26 avril 1917 - Médaille de la valeur militaire en argent italienne, le 13 mai 1917 - Citation n° 884 à l'ordre de l'armée, le 6 juin 1917 - Citation n° 2 à l'ordre de l'armée, le 7 juillet 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, le 11 juillet 1917 - 15 victoires homologuées à l'escadrille N 78 - Blessé au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un SPAD VII, sur le terrain de la Noblette, le 12 juin 1917 - Traumatisme cranien avec fracture du nez - Hospitalisé et convalescence du 12 juin au 10 septembre 1917 - Commandant de l'escadrille SPA 23 du 10 septembre 1917 au XX avril 1918 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 17 septembre 1917 - Citation n° 1118 à l'ordre de l'armée, le 9 mars 1918 - Citation n° 1133 à l'ordre de l'armée, le 22 mars 1918 - Croix militaire britannique, le 17 avril 1918 - Citation n° 1194 à l'ordre de l'armée, le 10 mai 1918 - Citation n° 1329 à l'ordre de la 2ème armée, le 10 juin 1918 - Citation n° 1329 à l'ordre de l'armée, le 5 septembre 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, le 31 août 1918 - 11 victoires homologuées à la SPA 23 - Termine la guerre avec 27 victoires homologuées - Croix de guerre à 19 palmes de bronze - Officier de la Légion d'Honneur, le 30 août 1918 - Marié avec Yvonne Léonie Belloc, le 1er octobre 1918 - Affecté au service du matériel volant des entrepôts généraux de l'aviation, le 6 octobre 1919 - Affecté à la section d'essais en vol de Villacoublay appartenant à l'organe de coordination générale de l'aéronautique (STA), le 11 novembre 1919 - Affecté à la division d'entrainement du Bourget du parc d'aviation n° 34, le 8 décembre 1921 - Nommé Chef de bataillon, le 25 mars 1925 - Nommé Commandeur de la Légion d'Honneur, le 22 décembre 1925 - Nommé Lieutenant-Colonel et affecté au 2ème régiment d'aviation, le 25 décembre 1929 - Affecté au 4ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 9 mars 1931 - Affecté au 32ème régiment d'aviation, le 11 septembre 1932 - Affecté à la base aérienne n° 102, le 1er octobre 1932 - Cours d'officier supérieur de l'aéronautique au centre d'études de l'aéronautique de Paris du 6 février au 11 mars 1933 - Commandant de la base aérienne n° 112, directeur du parc et de la 7ème escadre de chasse de Dijon, à compter du 27 février 1934 - Commandant du 2ème bataillon de l'air et commandant en second de l'école de formation des sous-officiers du personnel navigant, le 12 octobre 1934 - Commandant du centre d'instruction et d'entrainement des réserves d'Orly, le 17 février 1935 - Nommé Colonel, le 15 mars 1936 - Commandant de l'instruction pré et post militaire de la 2ème région militaire, le 29 juin 1936 - Commandant, par intérim, de la 21ème brigade aérienne, le 15 septembre 1936 - Grand officier de la Légion d'Honneur, le 23 décembre 1937 - Nommé Général de Brigade aérienne, le 5 février 1939 - Commandant, par intérim, de la 21ème brigade aérienne et de la 3ème subdivision aérienne, le 5 février 1939 - Commandant du Groupe de Chasse 21, le 28 août 1939 - Grièvement blessé au cours du bombardement du terrain de Gouvieux-Chantilly (Oise), le 6 juin 1940 - Amputé d'une jambe - Nommé Inspecteur général des oeuvres sociales de la Légion des volontaires français contre le Bolchévisme (LVF) - Condamné à la réclusion à perpétuité et à la confiscation de ses biens, le 6 novembre 1944 - Exclu de la Légion d'Honneur, le 6 novembre 1944 - Décédé le 10 mai 1953 à Ceyzériat (Ain) - Inhumé initialement dans le cimetière de Bourg-en-Bresse puis dans celui d'Arcachon (33) - Sources : Acte de naissance - Etats de services - CCC 78 - CCC 73 - CCC 26 - FM Charente - LO - JORF - Dernière mise à jour : 18 juillet 2015.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Ltt Armand Pinsard, pilote à l'escadrille N 26, en date du 7 septembre 1916 : "A fait preuve dans des circonstances particulièrement difficiles, d'une énergie et d'une tenacité exceptionnelles. Affecté sur sa demande, à une escadrille de chasse, a livré de nombreux combats au cours desquels son appareil a été criblé de balles. Le 7 août 1916, pendant une attaque d'infanterie, a attaqué six fois de suite, à la mitrailleuse, à deux cents mètres de haut, les réserves allemandes massées pour les contre-attaques. déjà deux fois cité à l'ordre de l'armée."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Armand Pinsard, pilote de l'escadrille N 26, en date du 12 novembre 1916 : "Brillant pilote, très consciencieux. Le 1er novembre 1916, a attaqué six avions ennemis qui se sont écrasés en feu dans nos lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Armand Pinsard, commandant de l'escadrille N 78, en date du 9 mars 1917 : "Officier d'un entrain et d'un courage exceptionnel, d'un bel exemple pour son escadrille qu'il conduit journellement au combat. Le 15 février 1917, après avoir dégagé un camarade grièvement atteint, a attaqué l'appareil ennemi et l'a abattu. Le 25 février, mitraillant à bout portant un avion allemand,a déterminé la chute de son quatrième adversaire."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Armand Pinsard, commandant de l'escadrille N 78, en date du 21 mars 1917 : "Chef d'escadrille de premier ordre. Pilote d'une bravoure et d'une audace exceptionnelles. Le 6 mars 1917, a abattu dans nos lignes, son 5ème avion."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Armand Pinsard, commandant de l'escadrille N 78, en date du 5 juillet 1917 : "Excellent pilote, toujouts aussi intrépide. Le 6 mai 1917 et le 20 mai, a abattu ses 12ème et 13ème avions ennemis."

Ltt Victor Radisson, pilote MS 26 - Né le 14 mars 1885 à Lyon - Brevet de pilote militaire n° 149 en date du 9 août 1912 - Blessé dans un accident d'avion et décédé de ses blessures à Poperinghe, le 5 novembre 1914 - Neuf ans de service, trois campagne. Services exceptionnels rendus au cours d'une reconnaissance aérienne exécutée le 30 septembre 1914, malgré un temps particulièrement défavorable. Chevalier de l'ordre de Léopold de Belgique.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Pour reconnaître la bravoure et le sang-froid dont il a fait preuve en prenant l'air contre la pluie et la bourrasque, pour une reconnaissance importante, le 29 septembre dernier, à Anvers, et cela malgré l'échec de plusieurs autres tentatives de départ et en accomplissant sa mission en dépit de tous les obstacles."

A gauche, le soldat Barthélémy Gevaudan, peintre voilier de la SPA 26 du 5 juin 1917 au 1er mai 1919, peint le portrait d'un de ses camarades, le caporal Georges Mangeot, mécanicien de la SPA 26 - Photo transmise par Mme Martine Fraticola, sa petite fille et identification du Cal Mangeot par M. André Crocquevieille que je remercie tous deux pour leur aide.
* Soldat de 2ème classe Barthélémy Gévaudan - Né le 14 janvier 1889 à Sète (Cette à l'époque) (Hérault) - Fils de Pierre Gévaudan et de Marie Baille - Service militaire au 2ème régiment de Génie de Montpellier, à compter du 8 octobre 1909 - Profession avant guerre Peintre décorateur - Mobilisé au sein de cette unité, le 3 août 1914 - Passé à l'aviation en 1917 - Voilier au sein de la 7ème compagnie de Lyon-Bron jusqu'au 25 mai 1917 - Voilier de l'escadrille N 26 / SPA 26 du 5 juin 1917 au 1er mai 1919 - Ecole d'Istres à compter du 1er mai 1919.

Cne François Félicien Glaize - Né le 12 juillet 1882 à "Rose-Bois", canton de la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) - Fils de Pierre Paul Léon Glaize, artiste peintre, et de Catherine Marie Ernestine Lefèvre - Domiciliés 95, rue de Vaugirard, 6ème arrondissement de Paris (75) - Engagé à l'école spéciale militaire de St-Cyr, le 30 octobre 1901 - Affecté comme sous-lieutenant, au 2ème régiment d'infanterie coloniale, le 1er octobre 1903 - Affecté au 3ème régiment de tirailleurs malgaches à Madagascar, le 25 mars 1905 - Nommé Sous-lieutenant de 2ème classe, le 1er octobre 1905 - Affecté au 1er régiment d'infanterie coloniale, le 19 avril 1907 - Affecté au 21ème régiment d'infanterie coloniale, le 9 novembre 1907 - Affecté au 2ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 25 octobre 1908 - Affecté au 3ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 1er avril 1910 - Affecté au 3ème régiment d'infanterie coloniale, le 8 avril 1911 - Affecté au 23ème régiment d'infanterie coloniale, le 12 août 1911 - Médaille Coloniale avec agrafe "Madagascar" et "Tonkin" - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 décembre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 131 obtenu sur avion Nieuport, le 20 juillet 1912 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 845 - Détaché au service l'aéronautique militaire, le 24 septembre 1912 - Affecté au 3ème groupe d'aviation, centre d'Epinal (88), le 1er octobre 1912 - Affecté au 1er groupe d'aviation, centre de Nancy (54), le 7 décembre 1912 - Désigné pour servir en Indochine par décision ministérielle du 24 février 1913 - Embarque à Marseille (13), le 30 mars 1913 - Affecté comme Lieutenant, au 3ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 30 mars 1913 - Détaché au service l'aéronautique militaire, le 23 novembre 1914 - Affecté au 3ème groupe de bombardement (GB 3), le 10 février 1915 - Nommé Capitaine, le 22 février 1915 Commandant de l'escadrille VB 107 du 22 février 1915 au 13 novembre 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée en date du 18 mai 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 20 mai 1915 - Hospitalisé à l'hôpital auxiliaire n° 222 de Menton puis convalescence du 1er avril au 26 juillet 1916 - Stage au GDE (Groupe des divisions d'entrainement) du 26 juillet au 13 novembre 1916 - En subsistance ou en stage à l'escadrille N 26 du 13 novembre au 5 décembre 1916 - Commandant de l'escadrille N 80 / SPA 80 du 13 décembre 1916 au 19 octobre 1917 - Commandant des escadrilles de la 3ème armée du 16 octobre 1917 au 15 juin 1918 - Commandant du groupe de combat n° 15 (GC 15) du 15 juin 1918 au 8 janvier 1919 - Nommé Chef de Bataillon (Cdt), le 25 septembre 1918 - En convalescence jusqu'au 8 janvier 1919 - Mis à la disposition du Ministre des Colonies pour commander l'Aéronautique d'Indochine, le 11 février 1919 - Nommé Commandant de l'Aéronautique d'Indochine, mis en position hors cadre, le 15 mai 1919 - Citation à l'ordre des troupes d'Indochine - Marié avec Emilie Marie Marcelle Philippe, en mairie de Paris 8ème, le 7 octobre 1919 - Affecté au 4ème RAO du Bourget, le 1er janvier 1920 - Affecté au 34ème RAO du Bourget par formation, le 1er août 1920 - Embarqué sur le vapeur "Angers" à Haiphong pour rejoindre Marseille, le 2 février 1923 - Réintégré dans les cadres et remis à la disposition de l'autorité militaire, le 9 mars 1923 - Débarqué à Marseille (13), le 27 mars 1923 - Désigné pour servir à nouveau en Indochine, le 21 septembre 1923 - Embarque à Marseille, le 2 novembre 1923 - Brevet d'observateur en avion titularisé, le 22 mars 1926 - Rentré en métropole, le 10 juin 1926 - Officier de la Légion d'Honneur, le 10 juillet 1926 - Débarqué à Marseille, le 18 juillet 1926 - Chef de bataillon (Cdt) au 34ème régiment d'aviation du Bourget du 19 janvier 1927 au XXX - Pendant la 2ème guerre mondiale, Résistant F.F.C - Déporté à Buchenwald en janvier 1944 et décédé en déportation, le 28 avril 1945 - Re-nommé Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume (par erreur), le 7 novembre 1958 - Annulé par la suite ! - Le photo présentée montre le Ltt François Glaize en septembre-octobre 1912 aux commandes d'un Maurice Farman modèle 1912 - Photo François Glaize transmise par son petit fils François que je remercie pour son aide.

Les pilotes et observateurs de l'escadrille N 26 posent sur le terrain de St-Pol-sur-Mer (Nord), le 12 ou le 13 mars 1916 - De gauche à droite : Slt Louis Couhé, observateur du 4 mars au 15 décembre 1916 - MdL Emmanuel Lemaitre, pilote du 28 décembre 1915 au 20 avril 1916 - Sgt Hugues de Rochefort, pilote du 25 octobre 1915 au 15 septembre 1916 - Slt Joseph Maria, observateur du 16 juin 1915 au 7 mai 1916 - Ltt Gaston Marchand, observateur du 1er mai 1915 au 17 mars 1916 - Adj Henry Moutach, pilote du 9 mai 1915 au 8 avril 1916 - Cne René Malherbe commandant de l'escadrille du 6 février 1915 au 13 mars 1916 - Cne Marcel Thobie, pilote du 19 novembre 1915 au 11 juin 1916 - Ltt Daniel Dumêmes, observateur du 19 octobre 1915 au 17 mai 1916 - Slt Charles Mallet, pilote du 12 mars au 30 septembre 1916 - Cne Jean Perrin, observateur du 16 décembre 1915 au 15 juillet 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Louis Couhé transmise par la famille Couhé-Nouvian que je remercie pour son aide.

Groupe de pilotes des escadrilles SPA 26 et SPA 103 sur le terrain d'Hétomesnil, le 6 mars 1918 - De gauche à droite : MdL Noël Fontaine (SPA 26) - Ltt Joseph Battle (pilote SPA 103) - Slt Jacques Puget (SPA 26) - Slt René Fonck (pilote SPA 103) - Slt Benjamin de Tascher (SPA 26) - Cne Xavier de Sevin (Cdmt SPA 26) - Slt Philippe Fontaine (SPA 103) - Slt Jean Dombray (SPA 26) - Slt André Seigneurie (pilote SPA 103) - Noêl et Philippe Fontaine sont frères - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Collections SHD du Château de Vincennes transmise par David Méchin que je remercie pour son aide. Cliquez pour agrandir

Groupe de pilotes des escadrilles SPA 3, SPA 26 et SPA 103 sur le terrain d'Hétomesnil, le 8 mai 1918 - Assis au premier plan : René Fonck (SPA 103) - Au second plan, de gauche à droite : X - X - Ltt Benjamin Bozon-Verduraz (SPA 3) - X - Ltt Joseph Battle (cdt SPA 103) - Cne Louis Bucquet (pilote SPA 3) - Cne de Sevin (Cdt SPA 26) - X - Cne Georges Raymond (cdt SPA 3) - Ltt Vladislaw Sondermayer (pilote serbe de la SPA 3) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Officiers formant l'état-major du GC 12 posent en compagnie de pilotes des escadrilles SPA 3, SPA 26 et SPA 103 sur le terrain d'Hétomesnil, le 8 mai 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Pilotes des escadrilles SPA 3, SPA 26 et SPA 103 sur le terrain d'Hétomesnil en août 1918 - Debouts, de gauche à droite : Slt Henri Rabatel (SPA 3), Schwetter, Cne de Sevin, Ltt Fonck, Puget, Lelduneau, Castex, Thouzellier - Assis de gauche à droite : Cardonnet - Ltt Battle - Dombray - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Slt Jean Bielovucic - Né le 30 juillet 1889 à Lima (Pérou) - Fils de Miho Biolovucic (capitaine de la Marine marchande) et d'Adrienne Louise Marie Cavalié - Mère domiciliée 3, rue du Bac à Paris (75) - Champion cycliste universitaire - Brevet de pilote civil n° 87 passé à Mourmelon-en-Champagne et décerné par l'Aéroclub de France, le 10 juin 1910 - Profession avant engagement Aviateur - Relie le champ de manoeuvres d'Issy-lès-Moulineaux à l'aérodrome de Beau-Désert de Bordeaux en 8h05 de vol pour 520 km, les 1er et 2 septembre 1910 - Pour cette liaison, il pilotait un Voisin à moteur Gnôme - Réalise la seconde traversée aérienne des Alpes, aux commandes d'un monoplan Hanriot à moteur Gnôme de 80 HP, en reliant les villes de Brigue (France) à Domodossola (Italie), le 25 janvier 1913 - Engagé pour la durée de la guerre, le 2 août 1914 - Affecté au 2ème groupe d'aviation - Brevet de pilote militaire n° 518 obtenu le 10 août 1914 - Pilote de l'escadrille MS 26 du 26 août 1914 au (3ème trimestre 1914) - Nommé Sous-Lieutenant, le 20 septembre 1914 - Blessé et convalescence, jusqu'au 4 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille MS 26 du 28 juillet au 22 octobre 1915 - Mission à la RGA du Bourget du 4 au 11 octobre 1915 - Affecté à la RGA du Bourget du 22 octobre 1915 au 31 octobre 1916 - Déclaré inapte personnel navigant pour six mois, à partir du 31 octobre 1916 - Est déclaré apte, à titre bénévole, à la société Nieuport - Affecté comme instructeur à l'école militaire d'aviation d'Avord - Est victime d'un accident automobile où il perd l'usage de son bras droit - Quitte l'aéronautique militaire française en 1920 - Retourne au Pérou où il prend le commandement avec le grade de Colonel de la réserve de l'aviation militaire péruvienne - Pendant la seconde guerre mondiale, il est attaché militaire du Pérou à Paris (75) où il prend une part active à la résistance française - Décédé d'une congestion cérébrale à Neuilly (75), le 14 janvier 1949 - Il repose dans le Nouveau cimetière de Neuilly à Nanterre - Sources : Pam - CCC 26 - Dernière mise à jour : 11/01/2015.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Slt Jean Bielovucic, pilote à l'escadrille MS 26 : "Du mois de septembre 1914 au mois de janvier 1915, a accompli de nombreuses missions aériennes et exécuté de périlleuses reconnaissances en pays ennemi."

* MdL Constant Soulier, pilote de l'escadrille N 26 / SPA 26 du 15 juin 1916 au 29 juin 1917, pose avec les débris d'avions allemands qu'il a abattus sur le terrain de Bonne Maison, au Nord-Est de Courville, le 27 mai 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides de Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

* MdL Constant Roger Frédéric Soulier - Né le 5 septembre 1897 à Paris (75) - Fils de Paul Soulier et de Marie Paillard - Ducléré - Domiciliés Hôtel Wagram 208, rue Rivoli à Paris 1er (75) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1917 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le matricule n° 212 - Engagé volontaire au 21ème régiment d'artillerie de campagne stationné à Angoulème, le 12 mars 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2909 obtenu, le 11 mars 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux, jusqu'au 28 mars 1916 - Stage "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau - Nommé Brigadier, le 15 avril 1915 - Pilote du GDE jusqu'au 18 juin 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 / SPA 26 du 18 juin 1916 au 29 juin 1917 - Nommé Maréchal des Logis, le 15 août 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 25 août 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 5 septembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 12 novembre 1916 - Détaché à l'escadrille N 38 du XXX au 8 janvier 1917 - Une citation à l'ordre du corps d'armée, le 11 janvier 1917 - Mis au repos à la maison de santé de Viry-Châtillon du 13 janvier au 14 mars 1917 - Médaille militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 8 mars 1917 - Devient le plus jeune As de l'aéronautique militaire française, le 27 mai 1917 - Hospitalisé à partir du 29 juin 1917 - Evacué sur l'hôpital d'Arcachon, le 1er août 1917 - Soins et convalescence jusqu'au 1er décembre 1917 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 18 janvier 1918 - Affecté à la mission militaire aux USA - A la fin de la guerre, compte 430 heures de vol, 70 combats et 6 victoires homologuées - Croix de Guerre à six palmes de bronze et une étoile de vermeuil - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 16 juin 1920 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 19 novembre 1920 - Affecté au 31ème régiment d'artillerie de campagne, le 10 décembre 1921 - Décédé à Maison-Laffite, le 2 juillet 1933 - Sources : Pam - CCC N 26 / SPA 26 - Liste PN - JORF - Dernière mise à jour : 16 septembre 2015.

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Constant Soulier, pilote à l'escadrille N 26, en date du 5 septembre 1916 : "Très jeune pilote. A livré de nombreux combats aériens et s'est distingué plusieurs fois en attaquant audacieusement les ballons Drachen allemands. le 24 août 1916, a incendié l'un d'eux à très faible altitude."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Constant Soulier, pilote à l'escadrille N 26, en date du 12 novembre 1916 : "Excellent pilote de chasse. Le 16 octobre, a attaqué plusieurs avions ennemis, a forcé l'un d'eux à atterrir et en a abattu un autre qui s'est écrasé dans ses lignes."

* Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée du MdL Constant Roger Frédéric Soulier, pilote à l'escadrille N 26, en date du 8 mars 1917 : "Engagé volontaire pour la durée de la guerre, s'est révélé excellent pilote de chasse, habile autant qu'audacieux. A Livré de très nombreux combats au cours desquels il a abattu trois appareils ennemis et contraints quatre autres à tomber désemparés. Déjà deux fois cité à l'ordre."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Constant Soulier, pilote à l'escadrille N 26, en date du 20 janvier 1917 : "Excellent pilote. Le 10 novembre 1916, a abattu son troisième avion ennemi."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Constant Soulier, pilote à l'escadrille N 26, en date du 5 juin 1917 : "Brillant pilote de chasse, ardent et audacieux. le 27 mai 1917, a abattu un avion ennemi qui s'est écrasé dans ses lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Constant Soulier, pilote à l'escadrille N 26, en date du 19 juin 1917 : "Pilote de chasse exceptionnement doué. Gai, plein d'entrain, donne l'exemple de la plus magnifique audace. Le 14 mai 1917, a abattu son quatrième avion allemand."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Slt Constant Soulier, à la 10ème section d'ouvriers d'aviation, en date du 16 juin 1920 : "Après s'être placé au premier rang des pilotes de combat pendant les années 1910-1917, par son sentiment du devoir, son entrain, son audace et son habileté, a abattu son sixième avion officiel le 3 juin 1917."

Slt Henri Sigisbert Auguste Moutach - Né le 14 mai 1889 à Pierre-en-Bresse (Saône-et-Loire) - Fils d'Auguste Moutach et de Léopoldine Molard - Tuteur M. Edmund Moutach à Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle) - Classe 1909 - Recrutement de Nancy (Meurthe-et-Moselle) sous le matricule n° 91 - Engagé volontaire pour trois ans au 149ème régiment d'infanterie, à compter du 26 janvier 1909 - Nommé Caporal, le 26 septembre 1909 - Nommé Sergent, le 16 mai 1910 - Admis dans le personnel navigant et détaché au 1er groupe d'aviation comme élève pilote, le 18 novembre 1912 - Affecté comme élève pilote au centre d'aviation de Pau, le 3 janvier 1913 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 1279 obtenu sur Blériot à l'école d'aviation de Pau, le 28 mars 1913 - Affecté au 3ème groupe d'aviation, le 8 mai 1913 - Brevet de pilote militaire n° 334 obtenu à l'école d'aviation de Pau, en date du 10 août 1913 - Nommé Adjoint au chef pilote du centre d'aviation de Pau, le 24 novembre 1913 - Affecté au 1er groupe d'aviation de Dijon du 4 au 31 août 1914 - Pilote de l'escadrille BL 9 du 31 août au 5 septembre 1914 - Pilote de l'escadrille BL 10 du 5 septembre 1914 au 9 mai 1915 - Mission à St-Cyr du 3 au 4 septembre 1914 - Nommé Adjudant, le 3 novembre 1914 - Pilote de l'escadrille N 26, le 9 mai 1915 au 8 avril 1916 - En mission à la RGA du Bourget du 14 au 17 juin 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, le 31 juillet 1915 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 août 1915 - Parti en mission spéciale du 12 au 25 novembre 1915 - Convoyage d'un avion depuis la RGA du Bourget du 16 au 26 décembre 1915 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux, le 3 au 29 janvier 1916 - En mission du 3 au 6 mars 1916 - Convoyage avion depuis la RGA du 31 mars au 3 avril 1916 - En instance pour départ pour la Russie, le 8 avril 1916 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 10 avril 1916 - Affecté à l'aviation russe du 21 avril 1916 au 2 avril 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 1er octobre 1917 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 21 octobre 1917 - Affecté à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 8 mai 1918 - Affecté à la mission française en Sibérie, le 10 octobre 1918 - Commandant de l'escadrille SOP 583 du 6 février 1919 au 8 avril 1920 - Nommé Capitaine à titre fictif, pendant la durée de sa mission, à compter du 10 juillet 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, le 8 avril 1920 - Affecté au 2ème régiment d'aviation d'observation, le 6 mai 1920 - Affecté au magasin général d'aviation n° 1 de Rouilly-sur-Seine, le 23 septembre 1920 - Commandant du parc du centre d'instruction des spécialistes de l'aviation à Bordeaux (Gironde), le 7 janvier 1922 - Affecté, pour convenances personnelles, au magasin général d'aviation n° 3 de Romorantin, le 21 juin 1924 - Commandant de la 6ème compagnie du 1er groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 25 juillet 1924 - Nommé Capitaine, le 25 juin 1925 - Commandant de la 8ème compagnie d'ouvriers d'aéronautique, le 23 février 1927 - Affecté au 32ème régiment d'aviation de Dijon-Longvic, le 9 juillet 1929 - Nommé second adjoint au commandant du parc d'aviation n° 32, le 22 février 1930 - Commandant le la 15ème escadrille du 32ème RA, le 22 mai 1931 - Affecté au parc de la base aérienne n° 2 de Dijon (2ème brigade aérienne), le 1er octobre 1932 - Officier de la Légion d'Honneur en 1934 - En retraite, le 9 décembre 1937 - Sources : Pam - Fiche matricule de Meurthe-et-Moselle - CCC escadrille BL 9 - CCC escadrille BL 10 - CCC escadrille N 26 - JORF - Dernière mise à jour : 28 juin 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Henri Sigisbert Auguste Moutach, pilote à l'escadrille MS 26, en date du 31 juillet 1915 : "Pilote de haute valeur, joignant à un courage éprouvé le sentiment le plus élevé du devoir. Le 22 juillet, se trouvant au début d'une reconnaissance sous un feu violent d'artillerie et ayant été atteint à la tête d'un éclat d'obus, n'en a rien dit à son passager pour ne pas l'inquiéter et a poursuivi sa mission jusqu'au bout, bien que sa blessure fût extrêmement douloureuse."

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Henri Sigisbert Auguste Moutach, pilote de l'escadrille MS 26, en date du 10 août 1915 : "Pilote d'élite qui compte depuis le début de la guerre plus de 200 heures de vol au-dessus de l'ennemi. Le 30 juillet 1915, a poursuivi à 25 kilomètres en mer un hydravion ennemi et l'a atteint par son feu assez sérieusement pour le forcer à amerrir."

 

Photo du Slt Dominique Costantini

Slt Dominique Félix Pierre Costantini - Né le 16 février 1889 à Sartène (Corse du Sud) - Fils de Pascal Oscar Costantini et de Louise Ottavi - Domiciliés 35, boulevard Paoli à Bastia - Profession Etudiant Es-Sciences -  Classe 1909 -  Recrutement d'Ajaccio sous le matricule n° 2523 - Service militaire au 163ème régiment d'infanterie, à compter du 15 septembre 1911 - Nommé Caporal, le 13 mars 1912 - Passé sur sa demande à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 16 septembre 1912 - En subsistance au peloton des EOR du 112ème régiment d'infanterie d'Antibes à partir du 1er octobre 1912 - Radié sur sa demande du peloton des EOR, le 30 octobre 1912 - Nommé Sergent, le 11 février 1913 - Rengagé le 21 juillet 1913 - Brevet de pilote militaire n° 389 obtenu le 31 octobre 1913 - Pilote de l'escadrille D 4 du 20 décembre 1913 au 2 octobre 1914 - En mission au 2ème réserve d'aviation, le 11 septembre 1914 - Pilote de l'escadrille DM 36 / F 36 du 2 octobre 1014 au 10 mai 1915 - Nommé Adjudant, le 25 novembre 1914 - En subsistance à la F 36 jusqu'au 11 juin 1915 - Pilote de l'escadrille MS 26 du 16 juin au 26 septembre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, le 11 août 1915 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, le 13 septembre 1915 - Croix de Guerre - Pilote de l'escadrille N 91 d'Orient (future 502) du 28 septembre 1915 au 15 février 1916 - Pilote de l'escadrille N 87 d'Orient (future 523) du 15 février au 1er mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 83 (future 501) d'Orient du 8 février 1916 au (fin 1916) - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 12 avril 1916 - Rapatrié pour paludisme - Pilote RGA au camp d'Avord du 20 janvier 1917 au 6 septembre 1917 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 17 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 79 du 6 au 10 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille 134 (?) du 10 au 30 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 102 du 1er octobre au 9 novembre 1917 - Blessé au combat par balles à l'avant bras gauche et au genou gauche et fait prisonnier à Dixmude, le 9 novembre 1917 - Interné à Hambourg et Ingolstadt - Evadé et rentre en France, le 30 mai 1918 - Convalescence à l'hôpital de traitements aéro-dynamités de Lyon (69) du 1er juillet 1918 au 11 juillet 1919 - Affecté à la mission de contrôle du Colonel Durand à Berlin du 10 septembre au 23 octobre 1919 - Affecté au 34ème régiment d'aviation du 23 octobre 1919 au 3 novembre 1920 - Affecté au 22ème régiment d'aviation du 3 novembre 1920 - Passé en non activité pour infirmité, le 19 mars 1923 - Rappelé à l'activité, le 3 décembre 1925 - Nommé Lieutenant, le 3 décembre 1925 - Affecté au 22ème régiment d'aviation et mis en congé sans solde sur sa demande, le 29 septembre 1928 - Démissionne de l'armée, le 3 décembre 1928 - Affecté dans la réserve au 39ème régiment d'aviation, le 27 février 1932 -  Officier de la Légion d'Honneur, le 7 juillet 1933 - Nommé Capitaine, le 25 décembre 1935 - Affecté à la 18ème compagnie de l'air, le 28 août 1936 - Rappelé à l'activité par mobilisation générale, le 2 septembre 1939 - Affecté au Bataillon de l'Air 118 - Sources : Pam - FM Corse du Sud - CCC D 4 - CCC F 36 - CCC MS 26 - CCC 502 - CCC 523 - CCC 501 - CCC SPA 102 - JORF - Dernière mise à jour : 17/05/2015.

* Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Dominique Costantini, pilote à l'escadrille MS 26, en date du 13 septembre 1915 : "Excellent pilote sur le front, depuis le début de la guerre, a rendu les meilleurs services dans les différentes escadrilles où il est passé. Le 26 août 1915, a engagé un combat avec un avion ennemi à double fuselage armé de deux mitrailleuses et l'a forcé à descendre dans ses lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Dominique Costantini, pilote à l'escadrille MS-26, en date du 25 septembre 1915 : "Pilote doué d'entrain et d'énergie remarquables, le 30 juillet 1915, a soutenu contre un avion allemand, armée d'une mitrailleuse et bien que son passager ne disposat que d'une carabine, une lutte d'un quart d'heure au cours de laquelle son appareil a été atteint de huit balles, toute à proximité de lui et de son observateur."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Dominique Costantini, pilote de l'escadrille N 83, en date du 12 avril 1916 : "A exécuté des reconnaissances très audacieuses, le 23 mars, au cours d'un bombardement, après avoir reçu dans son moteur un éclat d'obus, est tombé en mauvais terrain avec un avion presque brisé à proximité des lignes ennemies. Aidé de son observateur, a mis le feu à son appareil et a échappé à la poursuite de plusieurs parties de cavalerie allemande, emportant ses armes, sa mitrailleuse et ses instruments de bord. (a déjà reçu la Croix de Guerre) "

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Dominique Costantini, pilote à l'hopital de traitements aéro-dynamités de Lyon, en date du 25 décembre 1918 : "Pilote remarquable, le 9 novembre 1917, à Dixmude, blessé et fait prisonnier au cours d'un combat inégal dans les lignes ennemies, a réussi après deux tentatives infructueuses, à s'évader dans des conditions périlleuses. Après avoir mérité par ses services de guerre, la Médaille Militaire et la Légion d'Honneur et bien que proposé pour l'internement en Suisse, à cause de ses blessures, a préféré s'évader pour pouvoir reprendre sa place au front."

 

Photo du MdL René Patay

MdL René Marie Patay - Né le 5 janvier 1898 à Rennes (Ille-et-Vilaine) - Fils de Marie Casimir Auguste René Patay et de Marguerite Bérard - Domiciliés au 22, quai Duguay-Trouin à Rennes (Ille-et-Vilaine) - Profession avant guerre Etudiant es Sciences - Classe 1918 - Recrutement de Rennes sous le matricule n° 1911 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre au titre du 7ème régiment d'artillerie de campagne, à compter du 13 juillet 1915 - Nommé Brigadier, le 19 mai 1916 - Nommé Maréchal des Logis, le 10 mars 1917 - Blessé au combat par éclats de grenade au dos et au bras droit au Mont Cornillet, le 27 mai 1917 - Citation n° 168 à l'ordre du 7ème régiment d'artillerie, le 28 mai 1917 - Soigné à l'ambulance du front de Paramé, le 28 mai 1917 - Evacué sur l'hôpital temporaire 7/8 de Clermont-Ferrand, le 4 juin 1917 - Citation n° 858 à l'ordre du 7ème régiment d'artillerie, en date du 5 juin 1917 - Transféré à l'hôpital auxiliaire Barrault Laurent, le 20 juin 1917 - Transféré à l'hôpital complémentaire n° 96 de St-Malo, le 1er août 1917 - Convalescence du 2 août au 14 septembre 1917 - Citation à l'ordre du 7ème régiment d'artillerie, le 6 juin 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 20 décembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 11.878 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres-Miramas, le 4 mars 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Pau - Qualifié Nieuport, le 11 juin 1918 - Qualifié SPAD, le 22 juin 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux, jusqu'au 7 mai 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 13 juillet au 17 août 1918 - Grièvement blessé par balle au cours d'un combat aérien, aux commandes du SPAD VII n° 3257, dans les environs de Roye-Lassigny, le 17 août 1918 - Posé dans les lignes allemandes et fait prisonnier - Son adversaire était le Uffz Vahldieck du Jasta 50 (sa 1ère victoire) - Donné comme décédé des suites de ses blessures par les Allemands (CICR) alors qu'il a survécu à la Grande Guerre - En captivité du 17 août 1918 au 22 janvier 1919 - Rapatrié en France, le 23 janvier 1919 - En traitement à l'hôpital militaire de Rennes, à compter du 27 janvier 1919 - Médaille Militaire, Croix de Guerre avec palme de bronze et citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 mai 1919 - Réformé définitivement par la commission de réforme de Rennes pour paralysie incomplète du membre inférieur gauche et paralysie complète des nerfs sciatiques internes et externes gauches, atrophie de 9 cm de la jambe, 5 cm à la cuisse, le 20 août 1919 - Renvoyé dans ses foyers, le 20 août 1919 - Admis à pension de 1290 fr à compter du 20 août 1923 - Décision confirmée le 24 mars 1932 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 13 décembre 1932 - Sources : Pam - Fiche matricule département d'Ille-et-Vilaine - JORF - CICR - Bailey/Cony - Dernière mise à jour : 4 juillet 2016.

* Citation n° 168 à l'ordre du 7ème régiment d'artillerie, en date du 28 mai 1917 : "Sous-officier plein d'allant et de courage. A demandé à être envoyé comme agent de liaison auprès de l'infanterie avant son tour normal pendant les attaques du 11 mai 1917 et a envoyé au commandement de srenseignements très utiles."

* Citation n° 858 à l'ordre du 7ème régiment d'artillerie, en date du 5 juin 1917 : "Sous-officier de liaison auprès d'un bataillon d'infanterie se trouvant au moment de l'attaque du 21 mai 1917 en observation dans le 1ère ligne, n'a pu résister au plaisir de faire partie de l'attaque. S'est placé courageusement près du chef de section d'assaut et a chargé avec un allant admirable jusqu'à la tranchée ennemie aux abords de laquelle il fut blessé par grenade."

* Médaille Militaire, Croix de Guerre avec palme de bronze et citation n° 17.217 à l'ordre de l'armée du MdL René Marie Patay, au 7ème régiment d'artillerie, pilote à l'escadrille SPA 26, en date du 10 mai 1919 : "Pilote dont les qualités de bravoure et de sang-froid, n'ont d'égale que sa modestie. S'est révélé dans l'aviation pilote de chasse d'un cran magnifique. Le 17 août 1918, se portant à l'attaque d'avions ennemis supérieurs en nombre, qui assaillaient un des nôtres, a réussi à dégager celui-ci, mais très grièvement blessé dans l'affaire, est tombé, son avion désemparé, dans les lignes ennemies. Deux blessures antérieures. Deux citations."

Les hommes

Cne Victor Raphaël Ménard - Né le 8 juin 1881 à Rochefort (17) - Fils d'Emile Louis Ménard et de Marie Berthe Tarade - Classe 1901 - Recrutement de La Rochelle sous le matricule n° 578 - Engagé volontaire pour 4 ans au 20ème régiment d'artillerie, le 13 juillet 1899 - Nommé Brigadier, le 7 août 1900 - Nommé sous-chef mécanicien, le 27 avril 1901 - Détaché à l'école photo-électrique du Havre, le 4 novembre 1901 - Nommé Maréchal des Logis, le 28 mai 1902 - Affecté au 33éme régiment d'artillerie, le 26 mars 1903 - Affecté au 15ème régiment d'artillerie, le 26 mai 1903 - Marié avec Berthe Gauthier, le 17 août 1903 - Affecté au 10ème bataillon d'artillerie à pied, le 12 novembre 1903 - Sa femme Berthe Gauthier est décédée, le 30 janvier 1905 - Affecté au 17ème régiment d'artillerie, le 15 février 1905 - Nommé Maréchal de logis fourrier, le 24 mars 1907 - Nommé Maréchal des Logis et Stagiaire, mécanicien de dirigeable à Chalais-Meudon, le 4 mai 1908 - Nommé Adjudant mécanicien au 25ème bataillon du 1er régiment de Génie, le 1er janvier 1909 - Remariée avec Marie Harretchéa, le 6 février 1909 - Affecté à l'école d'aviation du camp de Châlons, le 28 avril 1910 - Divorcé, le 12 mai 1910 - Nommé Sous-Lieutenant, le 19 janvier 1911 - Brevet de pilote militaire n° 5 obtenu le 10 mars 1911 - Passé dans l'aéronautique militaire, le 21 août 1911 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 27 avril 1912 - Affecté à la 6ème compagnie du 2ème groupe aéronautique, le 1er octobre 1912 - Nommé Lieutenant, le 19 janvier 1913 - Affecté au 1er groupe d'escadrille saharienne de Manouba (Tunisie), le 2 août 1913 - Arrivé sur place, le 2 septembre 1913 - Effectue un grand raid de 3500 km de Tunis - Taza - Ben Denib - Béchar-Nis - Sefra - Pilote de l'escadrille HF 32 du 2 août au 12 octobre 1914 - Citation n° 11 à l'ordre de l'armée, en date du 16 octobre 1914 - Lors d'une mission spéciale en avion à l'intérieur de la ville de Lille, il est fait prisonnier de guerre, le 12 octobre 1914 - Nommé Capitaine, le 6 mai 1915 - Emprisonné au camp de Halle sur Saale à compter du 12 décembre 1914, puis au fort Prinz Karl à Ingolstadt à compter du 5 février 1916 - Evadé d'Allemagne en compagnie du Ltt Pinsard, du 26 février au 10 avril 1916 - Commandant de l'escadrille N 26 du 7 juillet 1916 au 1er avril 1917 - Citation n° 401 à l'ordre de l'armée, en date du 17 octobre 1916 - Citation n° 60 à l'ordre de l'armée, en date du 12 novembre 1916 - Commandant du groupe de chasse n° 15 du 1er avril 1917 au 10 février 1918 - Citation n° 140 à l'ordre de l'armée, en date du 7 avril 1917 - Nommé Chef de bataillon à titre temporaire, le 6 juillet 1917 - Citation n° 2072 à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1917 - Nommé Officier de Légion d'Honneur, le 22 octobre 1917 - Commandant de l'escadre de combat n° 1 et groupement mixte escadre 1 et 12 (1ère brigade), le 10 février 1918 - Nommé Chef de Bataillon à titre définitif, le 1er juillet 1918 - Citation n° 10.312 à l'ordre de l'armée, en date du 4 octobre 1918 - Commandant du CIACB, le 1er novembre 1918 - Quatre avions abattus pendant la Grande Guerre - Adjoint à l'inspecteur des écoles, le 1er mai 1919 - Remarié avec Marcelle Didier, le 3 avril 1919 - En congé de 2 ans du 1er juin 1919 au 27 mars 1920 - Adjoint au directeur des SGRMA, le 27 mars 1920 - Délégué français à la commission de contrôle aéronautique en Bulgarie, le 17 août 1920 - Nommé Lieutenant-colonel à titre fictif, le 10 septembre 1920 - Rentré de Bulgarie, le 7 mars 1921 - Professeur stagiaire à l'école supérieure de guerre, le 8 septembre 1921 - Commandant du centre d'instruction de tir et bombardement de Cazaux, le 9 juin 1922 - Commandant du 22ème régiment d'aviation de bombardement de Chartres, le 9 février 1924 - Nommé Lieutenant-colonel de réserve, le 25 mars 1924 - Titularisé comme observateur en avion et affecté au service général du ravitaillement en matériel d'aviation, le 8 octobre 1924 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 28 décembre 1924 - En retraite, le 1er mars 1925 - Affecté dans la réserve au 21ème régiment d'aviation, le 12 mai 1925 - Nommé Colonel de Réserve, le 25 décembre 1929 - Maintenu dans les cadres, sur sa demande, à compter du 1er janvier 1930 - Commandant du 1er groupe aéronautique de la 20ème région, le 6 janvier 1930 - Affecté à la base sérienne du Bourget-Dugny, le 1er décembre 1936 - Affecté à la base aérienne de Paris-Issy-les-Moulineaux, le 15 décembre 1936 - Rappelé en activité, le 26 août 1939 - Détaché à la direction des transports aériens, le 29 août 1939 - Affecté au groupement d'école de pilotage n° 11 de la Rochelle comme commandant de la base, le 1er mars 1940 - Croix de guerre 39/40 - Résistant, il est arrêté et déporté en 1943 - Grand-Officier de la Légion d'Honneur, le 30 juillet 1947 - Domicilié 279, avenue Carnot à La Rochelle (17) - Décédé à Rochefort-sur-Mer (17), le 13 avril 1954 - Sources : LO - FM.

* Citation n° 11 à l'ordre de l'armée du Ltt Ménard, en date du 16 octobre 1914 : "Pilote aviateur qui était chargé d'établir la liaison aérinne avec Lille, coupée de toutes communications avec l'armée. A réussi à descendre sur la ville, au milieu des projectiles ennemis et à y atterrir, apportant au gouvernail des ordres et des pigeons voyageurs."
* Citation n° 401 à l'ordre de l'armée, en date du 17 octobre 1916 : "Brillant pilote, chef d'escadrille de premier ordre évadé d'Allemagne après quinze mois de captivité, a pris immédiatement le commandement d'une escadrille de chases et la mène chaque jour au combat avec le plus bel entrain. S'est battu vingt fois lui-même et a forcé deux avions allemands à descendre désemparés."
* Citation n° 60 à l'ordre de l'armée, en date du 12 novembre 1916 : "Excellent pilote de chasse. le 16 octobre a abattu un avion ennemi qui s'est écrasé dans nos lignes."
* Citation n° 140 à l'ordre de l'armée, en date du 7 avril 1917 : "Excellent chef d'escadrille. Brillant pilote de chasse. Le 4 mars 1917 a abattu un avion ennemi qui s'est écrasé sur le sol."
* Citation n° 919 à l'ordre de l'armée, en date du 29 juin 1917 : "Le 27 mai 1917, s'est porté au secours d'un avion de réglage, a attaqué et abattu l'avion ennemi."
* Citation n° 2072 à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1917 : "Commandant de groupe de combat remarquable de vaillance, d'entrain, d'habileté. le 4 septembre 1917, a attaqué et abattu un avion ennemi."
* Officier de la Légion d'Honneur, le 22 octobre 1917 : "Après s'être distingué dans des conditions particulièrement difficiles au début de la campagne, s'est révélé comme un pilote de chasse hors ligne et comme un chef accompli. Nommé au commandement d'un groupe de combat, a fait rendre à sa jeune unité, grâce à ses qualités hors pair d'entraineur d'hommes, un travail particulièrement brillant dans les deux batailles de Moronvilliers et de Verdun où la fougue de ses pilotes a imposé à l'ennemi notre maitrise de l'air. A abattu quatre avions ennemis. Déjà cinq fois cité à l'ordre de l'armée."

* Le général commandant en chef des armées françaises du Nord et du Nord-Est cite (n° 10.312) à l'ordre de l'armée, l'escadre de combat n° 1 composé des GC 15 (SPA 37 - SPA 81 - SPA 93 - SPA 97) / GC 18 (SPA 48 - SPA 93 - SPA 153 - SPA 155) / GC 19 (SPA 73 - SPA 85 - SPA 95 - SPA 96) en date du 4 octobre 1918 : "Unité admirable, d'une puissance de combat et d'une valeur morale de 1er ordre, formée et commandée par le chef de bataillon Ménard dont l'autorité et le magnifique ont fait de cette formation un instrument de combat redoutable. Engagée dans toutes les grandes actions, les plus violentes de l'année. A contribué au résultat final, en appoisant dans la lutte le concours de sa puissante intervention. Volant par tous les temps, a sans cesse dominé l'ennemi en incendiant ses ballons d'observation, en détruisant ses appareils et en les rejetant très loin dans ses lignes permettant ainsi à nos avions d'observation et de bombardement d'effectuer leurs missions. par son intervention énergique en mitraillant sans cesse à basse altitude et jusqu'à 15 km dans les lignes les formations ennemies, a pris largement sa part de succés dans la bataille. Pendant ces sept derniers mois de lutte ardente, a abattu 106 avions, incendié 42 Drachen, tiré sur des objectifs des quantités considérables de munitions."

Cne Jean de Plan de Siéyes de Veynes, commandant de l'escadrille N 26 du 11 juin au 3 juillet 1916, pose devant son Nieuport 11 sur le terrain de Cachy pendant l'été 1916 - L'officier a été fait prisonnier au cours d'une mission anti-Drachen, aux commandes du Nieuport 16 n° 1135 équipé de huit fusées Le Prieur, le 3 juillet 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Collection Jean-Luc Borderelle que je remercie pour son aide.

* Cne Jean Louis Vincent de Plan de Siéyes de Veynes - Né le 23 août 1884 à Valence (Drôme) - Fils de Raoul Frédéric Léopold de Plan de Siéyes de Veynes et de Jeanne Marie de la Conception Joseph d'Indy - Domiciliés à Les-Siéyes, commune de Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) - Profession Etudiant en droit - Classe 1904 - Recrutement de Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) sous le matricule n° 28 - Engagé volontaire pour trois ans, le 12 novembre 1904 - Incorporé au 3ème régiment d'infanterie, à compter du 13 novembre 1904 - Nommé Caporal, le 23 septembre 1905 - Nommé Sergent, le 26 mars 1906 - Une période d'exercice au 3ème régiment d'infanterie du 1er au 28 décembre 1906 - A obtenu le certificat d'aptitude à l'emploi de chef de section - Fin de services militaires, le 24 octobre 1907 - Nommé Sous-lieutenant de réserve au régiment d'infanterie de Dignes-les-Bains, le 17 juillet 1908 - Une période d'exercices au 3ème régiment d'infanterie du 24 août au 12 septembre 1908 - Une période d'exercices au 3ème régiment d'infanterie du 13 au 30 octobre 1910 - Une période d'exercices au 3ème régiment d'infanterie du 14 au 31 mai 1912 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 17 juillet 1912 - Mobilisé au 203ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 13 septembre 1914 - Blessé par balle à l'avant-bras gauche aux Eparges, le 27 avril 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 11 mai 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le XX octobre 1915 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 2 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2242 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 2 janvier 1916 - Pilote du GDE du Plessis Belleville du 14 mars au 11 juin 1916 - Commandant de l'escadrille N 26  du 11 juin au 3 juillet 1916 -  Fait prisonnier au cours d'une mission anti-Drachen, aux commandes du Nieuport 16 n° 1135, le 3 juillet 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 27 juillet 1916 - Interné à Gütersloh (Allemagne) du 26 juillet 1916 au 15 juin 1918 - Au Ministère de la Guerre, jusqu'au 11 septembre 1918 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Chartres du 10 décembre 1918 au 25 avril 1919 - Démobilisé, le 25 avril 1919 - Profession en 1920 Inspecteur de la Banque de France - Affecté dans la réserve au 2ème régiment d'aviation de chasse, le 22 juin 1920 - Sources : Pam - Liste PN - FM Alpes de Haute-Provence - CICR - Dernière mise à jour : 22 octobre 2015.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean Louis Vincent de Plan de Siéyes de Veynes, en date du 11 mai 1915 : "Très bon commandant de compagnie. A montré depuis le début de la campagne les plus brillantes qualités de courage et d'énergie. A été grièvement blessé au combat du 27 avril 1915. Le Capitaine de Siéyes aura droit à la Croix de Guerre avec palme."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean Louis Vincent de Plan de Siéyes de Veynes, commandant de l'escadrille N 26, en date du 27 juillet 1916 : "Chef d'escadrille de premier ordre. Très bon pilote, le 3 juillet, a dirigé une attaque audacieuse sur un ballon Drachen allemand qui a été incendié. A disparu au cours de cette mission."

Adj Gustave Naudin - Né le 29 mai 1890 à Corberon (Côte d'or) - Fils de Claude Naudin et de Eugénie Sergent - Avant guerre comptable - Engagé le 13 mars 1909 au 8ème régiment de Hussards - Mobilisé au 16ème régiment de Chasseurs à cheval de Beaune - Entré à l'aviation comme élève pilote, le 15 mars 1916 - Ecole de Dijon-Longvic (Formation militaire et théorique) - Brevet de pilote militaire n° 4818 obtenu à l'école du Crotoy, le 22 octobre 1916 - Ecole de Chateauroux (stage perfectionnement) - Pilote de l'escadrille C 224 comme pilote de Caudron G 4 du 1er février au 6 octobre 1917 - Nommé Adjudant, le 20 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 16 novembre 1917 au 3 novembre 1918 - Blessé au combat, le 29 septembre 1918 - Hospitalisé à partir du 30 septembre 1918 - 5 victoires homologuées et 11 non homologuées - Légion d'Honneur - Médaille Militaire, le 15 août 1917 - Croix de Guerre 14-18 - 7 citations à l'ordre de l'armée - Photo collection Mathieu Marnay que je remercie pour son aide.

Autre photo de l'Adj Gustave Naudin - pilote et As de l'escadrille SPA 26 du 16 novembre 1917 au 3 novembre 1918 - Voir le rappel "SPAD 26" fixé sur sa patte d'épaule gauche - Photo mise en ligne par le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

Slt Mathieu Marie Joseph Louis Antoine Tenant de la Tour - Né le 5 décembre 1883 à Paris - Entré en service actif au 5ème régiment de Hussards, le 28 novemebre 1902 - Une citation à l'ordre du régiment, le 27 septembre 1914
Observateur d'armée - Brevet de pilote militaire n° 1029 à l'école d'aviation militaire de Pau, le 3 juin 1915 - Stage de perfectionnement à Avord - Pilote de l'escadrille MS 15 du 6 juillet au 25 août 1915 - Blessé au cours d'un accident aérien, le 30 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille N 57 par décision du GQG n° 2847 en date du 6 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 3 du 6 juin 1916 au 21 mars 1917 - Pilote et commandant de l'escadrille N 26 du 21 mars au 17 décembre 1917 - Décédé des suites d'un accident aérien au cours d'une exhibition d'acrobatie à Auchel (62), le 17 décembre 1917 - Neuf victoires - Sept citations (une cavalerie, 6 aéronautique) - Légion d'Honneur en 1916 - 3 blessures.

Slt Mathieu Marie Joseph Louis Antoine Tenant de la Tour - Né le 5 décembre 1883 à Paris - Entré en service actif au 5ème régiment de Hussards, le 28 novembre 1902 - Une citation à l'ordre du régiment, le 27 septembre 1914 - Observateur d'armée - Brevet de pilote militaire n° 1029 à l'école d'aviation militaire de Pau, le 3 juin 1915 - Stage de perfectionnement à Avord - Pilote de l'escadrille MS 15 du 6 juillet au 25 août 1915 - Blessé au cours d'un accident aérien, le 30 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille N 57 par décision du GQG n° 2847 en date du 6 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 3 du 6 juin 1916 au 21 mars 1917 - Pilote et commandant de l'escadrille N 26 du 21 mars au 17 décembre 1917 - Décédé des suites d'un accident aérien au cours d'une exhibition d'acrobatie à Auchel (62), le 17 décembre 1917 - Neuf victoires - Sept citations (une cavalerie, 6 aéronautique) - Légion d'Honneur en 1916 - 3 blessures - Photo collection Jean-Paul Borderelle que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Mathieu Tenant de La Tour, commandant l'Escadrille N 26 : "Officier d'Infanterie au début de la campagne, passa dans l'Aviation, où il se distingua particulièrement, puisqu'il avait abattu officiellement onze avions ennemis. Tombé en décembre 1917." - Cette famille a payé le prix fort pour notre liberté. Ses deux frères, François et Raymond, ont été tués au combat dans l'infanterie, le 13 avril 1915 et le 17 avril 1917.

Remise de la médaille d'officier de la Légion d'Honneur aux lieutenants Roland Garros et Anselme Marchal sur le terrain d'Hétomesnil, le 6 mars 1918. Carte postale d'époque.

* Chevalier de la Légion d'Honneur en date du 15 octobre 1913 :  Lieutenant de réserve Anselme-Léon-Émile Marchal, au service des fabrications de l’aviation militaire. : "Pilote de premier rang. Après avoir donné sur le front des preuves éclatantes de sa valeur, s’est proposé pour une entreprise des plus hardies. Tombé aux mains de l’ennemi après avoir survolé plus de 1.300 kilomètres de terre allemande, est parvenu à s’évader dans des circonstances qui font ressortir une fois de plus ses hautes qualités militaires et morales."

* Officier de la Légion d'Honneur en date du 6 mars 1918 :  Lieutenant d'active Adrien-Roland-Georges Garros, au service des fabrications de l’aviation militaire : "Grand aviateur d’avant-guerre, dont le nom est un symbole de bravoure et de modestie; a mis au service de la patrie, dès le début des hostilités, ses admirables qualités d’intelligence, d’audace et d’habileté professionnelle. Tombé aux mains de l’ennemi, a gardé intactes sa confiance, son énergie et son indéfectible volonté. A échappé aux Allemands dans des conditions qui jettent un nouvel éclat sur son nom."

Portrait du Ltt Roland Adrien Georges Garros - Né le 6 octobre 1888 à St-Denis (Ile de la Réunion) - Fils de Georges Garros et de Emma Clara Faure - Domicilés rue de l'Arsenal à St-Denis de la Réunion - Achète son premier avion, une Demoiselle Santos-Dumont - Brevet de pilote n° 147 décerné par l'Aéroclub de France obtenu le 14 juillet 1910 - Record d'altitude avec 3950 m, le 4 septembre 1911 - Vainqueur du circuit d'Anjou, aux commandes d'un Blériot 50 HP, les 16 et 17 juin 1912 - Nouveaux records d'altitude, aux commandes d'un Morane-Saulnier type H avec 4950 m à Houlgate, puis 5610 m à Tunis en décembre 1912 - Raid Tunis - Carthage - Rome - Première traversée de la Méditerrannée de Fréjus - Bizerte - Tunis, le 23 septembre 1913 - Circuit international des lacs italiens des 5 au 7 octobre 1913 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 15 octobre 1913 - Engagé pour la durée de la guerre, le 1er août 1914 - Pilote de l'escadrille MS 23 du 2 août 1914 au 3 février 1915 - Pilote de l'escadrille MS 26 du 3 février au 18 avril 1915 - Fait prisonnier suite à une panne de son MS, le 18 avril 1915 - S'évade, en compagnie du Ltt Anselme Marchal, le 14 février 1918 - Officier de la Légion d'Honneur, le 6 mars 1918 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 4 juin au 12 août 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 23 août au 5 octobre 1918 - Tué en combat aérien, aux commandes du SPAD XIII n° 15403, au cours d'un combat contre trois Fokker D VII, dans les environs de Vouziers (08), le 5 octobre 1918 - Photo Collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Ltt Roland Garros, pilote de la SPA 26 pose devant un Nieuport 28, le 3 octobre 1918 - Deux jours plus tard, il trouvera la mort en combat aérien dans la région de Vouziers - Photo collection Jean François Martin que je remercie pour son aide.

Sgt Justin Honoré Alexandre Usse - Né le 16 février 1890 à Patay (Loiret) - Fils de Joseph Pierre Usse et de Ernestine Honorine Hardy - Domiciliés à 36, rue St-Guillaume à St-Brieuc (22) - Classe 1910 - Recrutement de St-Brieuc (22) sous le n° matricule 209 - Exempté de service militaire en 1910 - Profession avant guerre Chemisier métallurgiste - Engagé volontaire au 129ème régiment d'infanterie stationné à Sarthenay, à compter du 8 octobre 1914 - Affecté à la 25ème compagnie du 129ème RI du 11 octobre au 11 décembre 1914 - Nommé caporal, le 3 janvier 1915 - Affecté au 24ème bataillon de Marche - Affecté au 114ème régiment d'infanterie, le 23 mars 1915 - Blessé au combat par l'explosion d'une mine au thorax et à la main gauche à Loos (62), le 10 mai 1915 - Soigné à l'hôpital de Chantilly jusqu'au 28 mai 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 12 septembre 1915 - Instruction technique aéronautique au 1er groupe d'aviation de Dijon-Longvic du 17 septembre au 29 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2406 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 17 janvier 1916 - GDE du Plessis-Belleville du 24 janvier au 27 avril 1916 - Pilote de l'escadrille MF 62 du 27 avril au 15 juin 1916 - Vole sur les avions suivants : MF 11 n° 886 - MF 11 bis n° 1652 - F 40 n° 2059 - F 40 n° 2063 - Pilote de l'escadrille F 24 du 15 juin 1916 au 12 juillet 1917 - Vole sur les avions suivants : F 40 n° 2063 - Nommé Sergent, le 15 juillet 1916 - Une citation à l'ordre du 1er corps d'armée, le 28 septembre 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du 9ème corps d'armée, le 26 novembre 1916 - Une citation à l'ordre du 38ème corps d'armée, le 1er mai 1917 - Nommé Adjudant, le 25 avril 1917 - Pilote de l'escadrille C 222 du 12 juillet au 24 septembre 1917 - Vole sur les avions suivants : Sopwith 1A2 n° 107 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau du 10 au 20 novembre 1917 - Pilote instructeur de l'école d'aviation américaine d'Issoudun du 20 novemvre 1917 au 15 mai 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 17 mai au 3 novembre 1918 - Trois victoires homologuées et une non homologuées à la SPA 26 - Une citation à l'ordre de l'armée - Hospitalisé du 28 mai au 20 juillet 1918 puis du 20 septembre au 1er octobre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 173 du 1er octobre 1918 au 9 avril 1919 - CIACB à compter du 9 avril 1919 - Affecté au 3ème régiment d'aviation - Inscrit au tableau spécial de la Légion d'Honneur à compter du 16 juin 1920 - Passé à l'arme de l'aéronautique, le 29 juin 1923 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Juston Usse, matricule 209, du 129ème régiment d'infanterie, détaché à l'escadrille SPA 26 : "Pilote de Chasse dont la valeur s'affirme chaque jour davantage. Le 28 octobre 1918, au cours d'un combat difficile, a abattu son adversaire, rentrant lui-même avec son avion fortement endommagé."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Slt Justin Honoré Alexandre Usse du 3ème régiment d'aviation, en date du 16 juin 1920 : "Officier pilote de chasse très audacieux et très courageux. Une blessure, 6 citations."

Cal François Gaston Jean-Baptiste Tempez - Né le 17 juillet 1893 à Abbeville (Somme) - Fils de François Désiré Tempez et de Marie Sevin - Profession avant guerre Mécanicien - Classe 1913 - Recrutement d'Abbeville sous le matricule n° 168 - Service militaire au 2ème groupe d'aviation, à compter du 26 novembre 1913 - Mécanicien de l'escadrille D 4 du XX décembre 1913 au 16 août 1914 - Mécanicien en subsistance à l'escadrille DM 36 du 2 mars au 11 juin 1915 - Convoyage d'un avion à la RGA du Bourget du 22 mars au 1er avril 1915 - Mécanicien de l'escadrille MS 26 du 16 juin au 1er octobre 1915 - Hospitalisé le 27 septembre 1915 - Hospitalisé dans un hôpital de l'arrière, le 1er octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 4192 obtenu à l'école militaire d'aviation de Tours, le 9 août 1916 - Nommé Caporal, le 10 septembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation de Buc - Stage de spécialisation à l'école militaire d'aviation de Châteauroux, jusqu'au 1er septembre 1916 - Pilote de l'escadrille C 17 du 25 octobre 1916 au (4ème trimestre 1916) - Blessé, hospitalisé et convalescence jusqu'au 19 mars 1917 - Affecté à Luxeuil, le 8 avril 1917 - Sources : Pam - CCC 4 - CCC 36 - CCC 26 - FM 80 - Dernière mise à jour : 11/01/2015 - Photo Léon Baroux transmis par Jean-Claude Baroux, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

* Cne Jean-Jacques Perrin - Né le 15 novembre 1885 à Paris (75) - Fils de Henri Félix Albert Perrin et Ursule Troublé - Domiciliés 7, place Voltaire à Paris 11ème (75) - Classe 1905 - Recrutement du 4ème bureau de la Seine sous le matricule n° 2172 - Service militaire au 48ème régiment d'infanterie, à compter du 1er octobre 1906 - Libéré en fin 1908 - Profession avant guerre Architecte - Mobilisé à l'état-major de la 7ème armée, le 2 août 1914 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du corps d'armée, le 13 octobre 1914 - Nommé Capitaine, le 20 septembre 1915 - Affecté à l'état-major de la 37ème corps d'armée - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 4 décembre 1915 - Observateur de l'escadrille N 26 du 16 au 21 décembre 1915 - Observateur de la RGAé du Bourget du 21 décembre 1915 au 27 janvier 1916 - Observateur de l'escadrille N 26 du 27 janvier au 15 juillet 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 7 avril 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 4 juin 1916 - Commandant ( par intérim) de l'escadrille N 26 du 1er au 15 juillet 1916 - Affecté à l'école de Juvisy comme élève pilote - Brevet de pilote militaire n° 4807 obtenu à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 21 octobre 1916 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 1er mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 26 du 18 mars au 6 mai 1917 - En mission à Buc du 19 au 22 avril 1917 - Commandant de l'escadrille N 76 / SPA 76 du 6 mai 1917 au 6 février 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 30 septembre 1917 - Affecté au groupe de chasse n° 15, le 6 février 1918 - Affecté au 3ème régiment d'aviation de Châteauroux, le 30 août 1920 - Passé à l'arme de l'aéronautique militaire, le 20 juin 1923 - Officier de la Légion d'Honneur en 1938 - Sources : Pam - Liste PN - CCC N 26 - CCC N 76 / SPA 76 - FM 75 (liste) - JORF - Dernière mise à jour : 5 août 2015 - Photo Collection Couhé, transmise par Jean Lerault de l'Amicale des Anciens d’ADP, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean-Jacques Perrin, observateur de l'escadrille N 26, en date du 4 juin 1916 : "Observateur d'une bravoure et d'une adresse remarquable; a abattu le 22 mai, après un combat acharné, un appareil ennemi qui se dirigeait sur (censuré). Avait déjà abattu un avion ennemi."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean-Jacques Perrin, du 71ème régiment d'infanterie, commandant de l'escadrille N 76, en date du 30 septembre 1917 : "Donne à ses pilotes le plus bel exemple. Le 18 avril 1917, au cours d'une reconnaissance d'infanterie pendant laquelle il mitraillait à basse altitude les tranchées ennemies, a eu son appareil gravement atteint par les balles de terre et a dû atterrir sur les premières lignes françaises. A participé aux dernières reconnaissances photographiques, pénétrant à grande vitesse en territoire ennemi et rapportant des renseignements précieux pour le commandement. A soutenu plusieurs combats."

Ltt Jean Joseph Désiré Barbier - Né le 22 mars 1884 à Agen (Lot et Garonne) - Classe 1904 - Recrutement de Lorient sous le matricule n° 26 - Affecté au 30ème régiment de Dragons - Brevet de pilote militaire n° 408 en date du 15 décembre 1913 - Détaché au centre d'aviation de St-Cyr - Pilote de l'escadrille MS 26 du 26 au 27 août 1914 - Tué, en compagnie du soldat Joseph Dereix de Laplane, au cours d'un accident aérien, sur le terrain de Vélizy-Villacoublay (78), le 27 août 1914 - Photo site Photo Vintage.

Pilote de l'escadrille MS 26, qui reste à identifier, pose devant son Morane-Saulnier LA - Photo Léon Baroux transmis par Jean-Claude Baroux, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Cne Louis Marie Adrien Philippe Couhé - Né 24 juin 1889 à Sailly-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) - Fils de Louis Emile Couhé (président du tribunal civil de Lille) et d'Augustine Lebleu - Domiciliés à Lille puis au 1, rue Ste-Victoire à Versailles - Fait ses études au collège Jean Bart à Dunkerque (Nord) puis au lycée Louis le Grand à Paris (75) - Profession avant service militaire Etudiant en droit - Classe 1909 - Recrutement de Dunkerque sous le matricule de recrutement n° 1440 - Service militaire au 110ème régiment d'infanterie du 3 octobre 1910 au 25 septembre 1912 - Nommé Caporal, le 4 février 1911 - Nommé Sergent, le 24 septembre 1911 - Rattaché, dans la réserve, au régiment d'infanterie de Dunkerque (Nord) - Domicilié au 159, boulevard de la Liberté à Lille (Nord) - Reprend ses études de droit - Docteur en droit et diplômé d'études supérieures administratives et financières - Domicilié au 8, avenue de Friedland à Paris (75) - Profession avant guerre Métallurgiste - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 14 juillet 1914 - Affecté au 43ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Affecté au 412ème régiment d'infanterie - Affecté au 23ème régiment d'artillerie - Grièvement blessé à Guise (Aisne) - Hospitalisation et convalescence de plusieurs mois - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, à compter du 23 janvier 1916 - Observateur du GDE du 30 janvier au 4 mars 1916 - Observateur de l'escadrille N 26 du 4 mars au 15 décembre 1916 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 4 août 1916 - Passé élève pilote de l'école d'aviation militaire de Chartres, le 15 décembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5697 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 19 mars 1917 - Citation n° 34 à l'ordre du 16ème corps d'armée, en date du 19 septembre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 20 mai 1917 - Adjoint technique au commandant du GC 15 et en subsistance à l'escadrille N 37 / SPA 37 du 6 juin 1917 au 1er août 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 3 octobre au 3 novembre 1917 - Détaché du 18 au 22 décembre 1917 - En subsistance à l'escadrille C 46 du 11 avril au 1er mai 1918 - En subsistance au Parc n° 115 du 11 juin 1918 au XXX - Adjoint technique au commandant du GC 11 et en subsistance à l'escadrille SPA 57 du 1er août au 27 septembre 1918 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 6 septembre 1918 - Adjoint technique au commandant du GC 11 et en subsistance à l'escadrille SPA 12 du 27 septembre au 19 décembre 1918 - Démobilisé - Affecté, dans la réserve, au 1er régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz, le 30 novembre 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur en 1920 - Nommé Capitaine, de réserve, à titre définitif, en 1922 - Passé dans l'arme de l'aéronautique, le 29 juin 1923 - Officier de la Légion d'Honneur en 1926 - Nommé, dans la réserve, Chef de bataillon, le 15 décembre 1929 - Nommé Lieutenant-colonel de réserve, le 25 juin 1935 - Secrétaire de la direction générale des mines de Lens - Député du Pas-de-Calais du 11 mai 1924 du 29 avril 1928 - Directeur du cabinet du ministre de l'Air en 1928 - Secrétaire général du ministre de l'Air en 1929 - Inspecteur général de l’aéronautique civile et de la navigation aérienne et conseiller d'État en service extraordinaire en 1930 - Commandeur de l'Empire Britannique en 1935 - Président de l'Aéroclub de Béthune - Commandeur de la Légion d'Honneur en 1936 - Président de l'assemblée départementale du Pas-de-Calais de 1937 à 1940 - Participe au record de la traversée de l'Atlantique de New-York à Biscarrosse, à bord du Latécoère 521 "Lieutenant de Vaisseau Paris", piloté par Henry Guillaumet avec Antoine de Saint Exupéry comme passager, le 15 juillet 1939 - Révoqué par le régime de Vichy de ses fonctions à la direction de la compagnie Air France Transatlantique en 1941 - Prend part à la lutte en intégrant la résistance - Devient président du conseil d'administration de l'aéroport de Paris de 1948 à 1960 - Grand officier de la Légion d'Honneur en 1961 - Président-fondateur de l'Association nationale des officiers de réserve de l'armée de l'Air - Il comptait 2000 heures de vol comme commandant de bord - Nommé Grand-Croix de la Légion d'Honneur en 1961 - Décédé à Paris (75), le 3 septembre 1979 - Louis Couhé repose dans le cimetière de Pont-à-Vendin - Reçoit le titre de "Juste parmi les nations" en 1999 - Sources : Pam - Carnet de vol - Liste brevets militaires - CCC N 26 - CCC N 37 / SPA 37 - CCC SPA 57 - CCC SPA 12 - FM (partielle) AD département du Nord - Assemblée Nationale - JORF - Archives ADP - Dernière mise à jour : 29 décembre 2015 - Photo datée de sa formation initiale à l'école d'aviation militaire de Chartres pendant le 1er trimestre 1917 - Photo Louis Couhé transmise par la famille Couhé-Nouvian que je remercie pour son aide.

* Citation n° 34 à l'ordre du 17ème corps d'armée du Ltt Louis Marie Adrien Couhé au 13ème régiment d'artillerie, pilote d'avion au groupe de combat n° 15, en date du 19 septembre 1917 : "Excellent pilote, blessé grièvement dans l'infanterie et reconnu inapte au service de cette arme, a repris du service dans l'aviation où il remplit avec un dévouement inlassable les fonctions d'adjoint au commandant du groupe et celle de pilote de chasse."

* Citation n° 129 à l'ordre du groupe de combat n° 11 du Cne Louis Couhé, adjoint au commandant du Groupe de Combat n° 11, en date du XX XXX 1918 : "Officier très allant, d'une intelligence vive et d'une activité soutenue, a exécuté de nombreuses heures de vol au-dessus de l'ennemi. Adjoint au commandant de Groupe de combat n° 11, a contribué, par son exemple, à maintenir dans cette unité l'ardeur et l'esprit de sacrifice qui lui ont fait remporter de nombreuses victoires."

Ltt Guy Joly de Bammeville - Pilote de l'escadrille N 26 du 3 au 20 septembre 1916 - Blessé par la DCA allemande pendant une attaque de Drachen, aux commandes du Nieuport 21 n° 1712, le 20 septembre 1916 - Posé en zone occupée par l'ennemi, il a été fait prisonnier - Il est décédé des suites de ses blessures, le 21 septembre 1916 - Photo transmise par Christian de Navacelle, son arrière petit neveu, que je remercie pour son aide.

Ltt Eric Antoine Marie Guy Joly de Bammeville - Né le (19 ou 22) juin 1895 à Paris 8ème (75) - Classe 1915 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 178 - Affecté au 5ème régiment d'infanterie - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote - Brevet de pilote militaire n° 2916 obtenu le 12 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 3 au 20 septembre 1916 - Premier vol à l'escadrille, une patrouille de deux heures à quatre avions, à bord du Nieuport n° 1521, le 6 septembre - Seconde mission, le 12 septembre, avec une patrouille de trois avions sur la région de Combles-Péronne, au commandes du Nieuport 21 n° 1712 - Le même jour, une autre mission, aux commandes du même avion, sur Péronne et Bouchavesnes - Il aperçoit de loin un avion allemand au Nord de la Somme - Le lendemain, une patrouille à quatre avions sur Bouchavesnes, aux commandes du Nieuport n° 1467 - Très grièvement blessé par la DCA allemande pendant une attaque de Drachen, aux commandes du Nieuport 21 n° 1712, le 21 septembre 1916 - Posé en zone occupée par l'ennemi dans les environs de Péronne, il a été fait prisonnier - Décédé des suites de ses blessures, le même jour - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 28 octobre 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 16 mai 1922 - Sources : Pam - MpF - Bailey / Cony - CCC escadrille N 26 - Cahier de travail aérien de l'escadrille N 26 - CICR - JORF - Dernière mise à jour : 11 mars 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Slt Eric Antoine Marie Guy de Bammeville, pilote à l'escadrille N 26, en date du 28 octobre 1916 : "Excellent pilote. Le 14 septembre 1916, a attaqué quatre Drachen qu'il a contraint à descendre au sol. Le 21 septembre 1916, par très mauvais temps, a attaqué un Drachen et a disparu au cours de cette mission."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Slt Eric Antoine Marie Guy de Bammeville, pilote à l'escadrille N 26, en date du 16 mai 1922 : "Excellent pilote. Le 14 septembre 1916, a attaqué quatre Drachen qu'il a contraint à atterrir ; le 21 septembre 1916, il a attaqué un autre Drachen. Mort pour la France au cours de cette mission. A été cité."

Quatre mécaniciens de l'escadrille MS 26 déployés sur le terrain de St-Pol-sur-Mer pendant le 4ème trimestre 1914 - Ces personnels sont identifiés par des croix : Cal Arsène Crocquevieille "x" - Sgt Gaston Biscos "xx" - Sgt Rodolphe Lutz "xxx" - Cal Georges Mangeot "xxxx" - Photo Arsène Crocquevieille transmise par André Crocquevieille

Photo du Cne Pierre Cahuzac

* Cne Pierre Gabriel Marc Cahuzac - Né le 14 avril 1886 à Paulinet (Tarn) - Fils de Gaston Auguste Aristide Antoine Cahuzac et de Léonie Marie Rosalie Bonnevialle - Domiciliés au 16, rue Tolosane à Toulouse - Classe 1906 - Recrutement de Toulouse (haute-Garonne) sous le matricule n° 1215 - Engagé à l'école spéciale militaire de St-Cyr, le 1er octobre 1907 - Engagé volontaire pour quatre ans - Affecté pour son année de service au 3ème régiment de Hussards, à compter du 12 octobre 1907 - Nommé Brigadier, le 10 février 1908 - Nommé Maréchal des Logis, le 20 septembre 1908 - Elève de l'école spéciale militaire, le 18 septembre 1908 - Incorporé à l'école spéciale militaire, le 20 octobre 1908 - Nommé Aspirant, le 16 mai 1910 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1909 - Nommé Lieutenant et affecté au 19ème régiment de Dragons de Castres, le 1er octobre 1909 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1912 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 7 décembre 1913 - Affecté à l'école d'aviation de Pau, le 7 mars 1914 - Brevet de pilote militaire n° 503 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 2 août 1914 - Affecté à la réserve d'avition de Dijon - Observateur du service aéronautique de la 1ère armée, le 17 août 1914 - Affecté au service aéronautique de la 9ème armée, le 25 août 1914 - Affecté au service aéronautique de la 10ème armée, le 25 septembre 1914 - Affecté au centre d'entrainement de Villacoublay, le 20 décembre 1914 - Pilote de l'escadrille MS 26 du 20 décembre 1914 au 29 septembre 1915 - En mission à Paris du 13 au 31 janvier 1915 - En mission à la RGA du Bourget du 17 mars au 1er avril 1915 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique en avril 1915 - En mission à la RGA du Bourget du 30 juin au 19 juillet 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée en juin 1915 - Commandant de l'escadrille N 91 de Serbie du 10 novembre 1915 au 22 février 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 février 1916 - Pilote du GDE du 22 février au 16 mai 1916 - Affecté au groupe léger du 4ème régiment de Dragons, le 16 mai 1916 - Affecté au 1er régiment lèger, le 1er juin 1916 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 11 septembre 1916 - Affecté temporairement au 30ème bataillon de Chasseurs - Affecté au 70ème bataillon de Chasseurs, le 20 novembre 1916 - Radié du personnel navigant, le 16 décembre 1916 - Affecté à la 2ème division de cavalerie, le 5 mars 1917 - Réintégré dans l'aviation militaire, le 29 août 1917 - Affecté au GC 12, le 10 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 73 du 10 février au 24 mars 1918 - Affecté au service aéronautique du 5ème corps d'armée, le 28 mars 1918 - Affecté au service aéronautique du 5ème corps d'armée, le 10 avril 1918 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 18 juin 1918 - Affecté au GB 6, le 17 juillet 1918 - Commandant de l'escadrille BR 66 du 15 septembre 1918 au 24 avril 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 6 décembre 1918 - Affecté au service des fabrications de l'aviation - Affecté au sous-secrétariat d'état de l'aéronautique et des transports aériens (service des fabrications de l'aéronautique), le 20 mai 1920 - En congé sans solde de trois ans à Sao-Paulo (Brésil), à compter du 1er octobre 1920 - Affecté au 3ème régiment d'aviation, le 22 octobre 1920 - Affecté au 11ème régiment d'aviation, le 22 août 1923 - Autorisé à effectuer une période d'exercices de trois mois à la mission militaire française au Brésil du 16 novembre 1923 - Nouveau congé sans solde de trois ans, à compter du 1er octobre 1923 - Nouveau congé sans solde de quatre ans, à compter du 1er octobre 1926 - Cessation du congé sans solde, le 25 avril 1928 - Affecté au magasin général d'aviation n° 4, le 25 avril 1928 - Affecté au service général du ravitaillement en matériel d'aviation, détaché au bureau des renseignements du ministère de l'Air, le 8 avril 1929 - Nommé Chef de bataillon, le 25 septembre 1933 - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 28 décembre 1934 - Affecté à la 54ème escadre aérienne, le 15 janvier 1935 - Commandant du groupement des majors généraux de la base aérienne 104, le 14 août 1935 - Commandant du groupement de majors généraux de la base aérienne 122, le 11 décembre 1935 - Détaché pour un mois à l'entrepôt spécial d'aviation n° 3 à St-Cyr, à compter du 10 mars 1936 - Nommé Lieutenant-colonel, le 15 mars 1937 - En congé définitif du personnel navigant, le 14 avril 1939 - Nommé Colonel, le 14 avril 1939 - Rappelé en service suite à la mobilisation générale à la base aérienne du Bourget-Dugny, le 2 septembre 1939 - Affecté au bataillon de l'air 117, le 27 novembre 1939 - Nommé Attaché militaire à Madrid (Espagne) - Démissionnaire d'office de l'armée comme franc-maçon, en application des loi de Vichy, en date du 11 août 1941 - Sources : Pam - CCC SPA 73 - FM Haute Garonne - JORF - Dernière mise à jour : 7 janvier 2016.

* Lettre de félicitations n° 1763 du général de Maud'Huy, commandant la 10ème armée, en date du 17 octobre 1914 : "Le Capitaine directeur de l'aviation de la 10ème armée m'a signalé la manière remarquable avec laquelle vous avez assuré votre service d'observateur depuis le commencement de la guerre au cours de laquelle vous avez volé journellement aux armées d'Alsace, de Châlons et de St-Pol. Je vous assure toute ma satisfaction."

* Citation n° 3 à l'ordre du régiment, en date du 23 avril 1915 : "Après s'être fait hautement apprécié comme observateur en avion au début de la campagne, a exécuté comme pilote de nombreuses et fructueuses reconnaissances au cours desquelles son appareil a reçu de nombreux éclats d'obus."

* Citation n° 6 à l'ordre de l'armée du Ltt Pierre Gabriel Marc Cahuzac, pilote à l'escadrille MS 26, en date du 23 juin 1915 : "Au cours d'une reconnaissance, s'étant trouvé en butte à un tir d'artillerie si bien réglé que dès les premiers coups, son appareil fut atteint et qu'il fut lui-même très légèrement blessé au visage, n'en a pas moins tenté, malgré l'intensité du feu de poursuivre sa mission bien qu'elle ne fut pas d'une nécessité immédiate. N'a fait demi-tour que lorsqu'un nouveau projectile, en perforant le réservoir d'huile, a rendu la poursuite de cette reconnaissance périlleusement impossible."

* Citation n° 27 à l'ordre de l'armée du Ltt Pierre Gabriel Marc Cahuzac commandant de l'escadrille N 91 de Serbie, en date du 6 février 1916 : "Dans une situation délicate, a fait preuve d'esprit de décision et d'une initiative heureuse (capture d'un Albatros et de deux aviateurs allemands."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Pierre Gabriel Marc Cahuzac, au 4ème régiment de Dragons, pilote de l'escadrille N 73, en date du 6 décembre 1918 : "Officier très brave et très ardent, qui n'a cessé depuis le début de la guerre d'accomplir brillamment son devoir en toutes occasions dans l'aviation et dans l'infanterie. Placé depuis peu à la tête d'une escadrille de bombardement de jour, s'est rapidement imposé à tout son personnel par ses connaissances professionnelles, par l'entrain et le courage qu'il a témoignés en conduisant au combat ses équipages, attaquant les troupes et convois ennemis à la bombe et à la mitrailleuse à faible altitude et par tous les temps. Trois citations."

* Officier de la Légion d'Honneur du chef de bataillon Pierre Gabriel Marc Cahuzac, du ministère de l'Air, en date du 28 décembre 1934 : "26 ans de services, 5 campagnes, 2 citations, 4 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier de la Légion d'Honneur du 6 décembre 1918."

 

Photo du Brig Maurice Capony

Brig Marie Louis Maurice Capony - Né le 27 août 1895 à Charlieu (Loire) - Fils de Charles Antoine Pierre Capony et de Marie Marguerite Lapoire - Domiciliés 50, rue de la Livatte à Roanne (Loire) - Profession avant engagement Etudiant - Classe 1915 - Recrutement de Roanne (Loire) sous le matricule n° 266 - Engagé volontaire pour trois ans au 1er régiment de Hussards, le 19 septembre 1914 - Nommé Brigadier, le 14 décembre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, 5 août 1915 - Détaché à l'école de Chartres du 5 août au 15 septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1573 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 13 septembre 1915 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu du 15 septembre 1915 au 20 octobre 1915 - Affecté à la division Breguet-Michelin de la RGA du Bourget du 20 octobre 1915 au 20 janvier 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 20 janvier au 2 février 1916 - Nommé Sergent, le 24 janvier 1916 - Victime d'un accident d'avion dans les environs de Courbevoie, lors d'un convoyage d'avion de la RGA du Bourget vers St-Pol-sur-Mer, le 1er février 1916 - Evacué sur un hôpital militaire et amputé de la jambe gauche au 1/3 inférieur - Le Cal Dalbier, son mécanicien, est affecté à la RGA à compter du 2 février - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 20 mai 1916 - Retraite de 3ème classe par la commission de réforme de Roanne, en date du 30 décembre 1916 - S'est retiré chez ses parents, au 50, rue de la Livatte à Roanne (Loire) - Suite à sa blessure (amputation), il a reçu une pension de 1.100 fr, à compter du 4 novembre 1917 - Sa participation à la grande Guerre prend fin à cette date - Déménage au 27, boulevard St-Sébastien à St-Raphaël (Var) - Sources : Pam - Liste PN - FM Loire - Dernière mise à jour : 7 novembre 2015.

* Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée du Cal Maurice Capony, pilote à l'escadrille N 26, en date du 20 mai 1916 : "Excellent gradé. Au retour d’une mission, a fait une chute grave et a été blessé très grièvement. Amputé de la jambe gauche."

 

Photo du Sol Henri Chédeville

Soldat Henri Félix Chédeville - Né le 23 juin 1896 à Sermaise/Dourdan (Yvelines) - Fils de Jules Désiré Chédeville et de Marthe Camille Levoisne - Domiciliés 11, rue de Belle Croix à Etampes - Profession avant guerre Monteur d'avion - Classe 1916 - Recrutement de Versailles sous le matricule n° 1164 - Mobilisé au 1er groupe d'aviation de Dijon, le 13 avril 1915 - Détaché comme stagiaire à l'école militaire d'aviation de Buc, le 24 août 1915 - Affecté à l'école de tir aérien de Cazaux, le 4 juin 1916 - Mécanicien moteur rotatif de l'escadrille N 26 du 7 juillet au 22novembre 1916 - Détaché à la RGA, le 31 juillet 1916 - Affecté dans la réserve au 3ème régiment de DCA, le 17 novembre 1916 - Médaille Militaire et Croix de Guerre avec une citation à l'ordre de l'armée, le 26 novembre 1916 - Grièvement blessé au cours du bombardement du terrain d'aviation de Cachy, le 17 novembre 1916 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 2/7 de Villers-Bretonneux, le 28 novembre 1916 - Sources : Pam - MpF - FM (78) - CCC N 26 - Cony - JORF - Dernière mise à jour : 09/11/2014.

* Médaille Militaire et Croix de Guerre avec une citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Soldat Henri Félix Chedeville, à l'escadrille N 26 du 3ème groupe d'aviation, en date du 22 novembre 1916 : "Très bon soldat. Blessé très gravement, le 17 novembre 1916, au cours d'un bombardement."

 

Les avions

Morane-Saulnier LA n° 172 de l'escadrille MS 26 sur le terrain de Saint-Paul-sur-Mer pendant l'hiver 1914-1915 - Photo Léon Baroux transmis par Jean-Claude Baroux, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Soldat François Tempez, mécanicien de l'escadrille MS 26 du 16 juin au 1er octobre 1915, pose en compagnie du pilote auquel il a été affecté, sur le terrain de Saint-Pol-sur-Mer en juillet 1915 - Photo Léon Baroux transmis par Jean-Claude Baroux, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Morane-Saulnier type N n° 391 piloté par le Slt Jean Bielovucic, pilote de l'escadrille MS 26 du 26 août 1914 au (3ème trimestre 1914) et du 28 juillet au 22 octobre 1915, sur le terrain de Dunkerque en octobre 1914 - Son avion est équipé de déflecteurs qui protégent les pales d'hélices des balles qui peuvent les toucher - Photo Léon Baroux transmis par Jean-Claude Baroux, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes est déplacé par les Allemands après sa capture, le 3 juillet 1916 - Photo Collection Grégory VanWyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Le Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes est déplacé par les Allemands après sa capture, le 3 juillet 1916 - On ne peux pas dire qu'ils aient choisi la facilité et la stabilité - Photo Collection Grégory VanWyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Le Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes est arrivé à destination sans casse - C'était pas gagné d'avance ! - Photo Ebay Allemagne.

Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes posé chez l'ennemi après un combat, le 3 juillet 1916 - Pilote fait prisonnier - Si vous possèdez cette photo en haute résolution, pensez à moi - Photo Ebay Allemagne.

Autre vue du Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes capturé par les Allemands, le 3 juillet 1916, après que ce pilote ait remporté une victoire contre un Drachen qui a été homologué - Photo Collection Grégory VanWyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Le Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes, capturé intact par les Allemands, a été beaucoup photographié - En voici une autre photo - Photo Collection Grégory VanWyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Nieuport 17 de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'été 1916. La torche est rouge et la flamme blanche, la casserole d'hélice tricolore. Photo Cne Guy Tourangin transmise par son fils que je remercie pour son aide.

Ltt pilote de l'escadrille N 26 pose devant son Nieuport 17 sur le terrain de Cachy. La N 26 a stationné à Cachy du 6 juin 1916 au 27 janvier 1917. Photo Collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Lieutenant pilote de l'escadrille N 26 pose devant les Nieuport 17 de son unité sur le terrain de Cachy en juin-juillet 1916. Photo Collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Trois Nieuport 17 de l'escadrille N 26 partent en mission à partir du terrain de Cachy en juin-juillet 1916. Photo Collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1741 (codé "3") de l'escadrille N 26 stationné sur le terrain de Cachy. Remarquez la casserole d'hélice bi ou tricolore caractéristique que l'époque. Photo famille Détraz que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1741 (codé "3") de l'escadrille N 26 stationné sur le terrain de Cachy. Photo famille Détraz que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1741 (codé "3") de l'escadrille N 26 stationné sur le terrain de Cachy. Photo famille Détraz que je remercie pour son aide.

Sgt Georges Sendral aux commandes du Nieuport 17 n° 1725 codé "2" de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'automne 1916 - Il ne s'agit pas d'un avion qui lui a été affecté - Il a été pilote de cette escadrille du 25 mai 1916 au 7 juillet 1917 - Au sein de la N 26, il a volé sur les Nieuport 10 n° 742, Nieuport 12 n° 895 et Nieuport 17 n° 1136 - A remporté une victoire homologuée contre un Albatros abattu dans les environs d'Aizecourt, le 12 septembre 1916 - Photo Collection Marc Dantlo que je remercie pour son aide.

De l'avant vers l'arrière : un Nieuport 17, un Nieuport 16, un SPAD VII et deux Nieuport 17 alignés sur le terrain de Cachy entre le 6 juin 1916 et le 28 janvier 1917 - Ils appartiennent tous à l'escadrille N 26 - Photo droits réservés.

Spad XIII de l'escadrille SPA 26 en 1918 - Cet avion (n° 15 dans l'ordre de l'escadrille) porte le flambeau dans un ovale de couleur - Le numéro d'ordre est rappelé sur le dos du fuselage et les ailes supérieures et inférieures - Photo SHD section Air de Vincennes - B 2004 / 0050 - Origine Blech / Caplet.

Cne Hiyotaké Shigeno, pilote de l'escadrille N 26, pose à bord de son Spad VII Baptisé "Nakadori" - Remarquez la cigogne les ailes déployées, dont le dessin a d'abord été adopté par le pilote japonais, avant d'être adopté par l'ensemble de l'escadrille - Remarque le trèfle porte-bonheur peint sur le dos de l'appareil - Photo SHD du château de Vincennes.

Spad VII de l'escadrille SPA 26 portant le deuxième emblème collectif de l'unité en fin 1916 / début 1917. Il s'agit cette fois d'une cigogne, qui a été d'abord l'insigne personnel du Cne Hiyotaké Shigeno (Japon) - Après le rattachement de la N 26 au GC 12, le 5 juin 1916, la 26 a été contrainte de changer d'insigne pour adopter, comme toutes les autres unités de combat du groupe commandé par Brocard, une cigogne. Il a semblé alors fort judicieux d'adopter cette cigogne bien connue des pilotes et mécaniciens de l'unité - Photo Musée de l'Air du Bourget / n° du cliché MA 23923.

Soldat de 2ème classe Henri Grasset - Né en 1891 - Parc 2 du 12 mai au 17 juin 1916 - Mécanicien Hispano-Suiza de l’escadrille N 26 / SPA 26 du 20 juin 1916 au 1er mars 1918 - RGAé du 28 octobre au 1 er décembre 1917 - Subsistance à l’escadrille V 116 du 10 au 17 décembre 1917 - RGAé du 4 au 29 janvier 1918 - Affecté au GC 15 à partir du 1 er mars 1918 - Photo Bernard Gintz que je remercie pour son aide.

Henri Grasset, soldat et mécanicien Hispano-Suiza de l’escadrille SPA 26 du 20 juin 1916 au 1er mars 1918 pose devant un des SPAD XIII de son unité - Photo Bernard Gintz que je remercie pour son aide.

 

Les avions

Morane-Saulnier LA du Slt Roland Garros, pilote de l'escadrille MS 26 du 3 février au 18 avril 1915 - Remarquez les dispositifs fixés aux pales d'hélice destinés à dévier les balles - Garros a été fait prisonnier suite à une panne de son avion, le 18 avril 1915 - Photo Léon Baroux transmis par Jean-Claude Baroux, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

L'Adj Dominique Constantini, pilote de l'escadrille MS 26 du 16 juin au 26 septembre 1915 pose avec son Morane Saulnier LA baptisé "Le Mépris" sur le terrain de Saint-Paul-sur-Mer (59) - Photo Léon Baroux transmis par Jean-Claude Baroux, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Nieuport 10 n° 403 de l'escadrille N 26 piloté par le Sgt Daniel Duménes - Les ronds marquent les impacts de balles allemandes qui ont été rebouchées par les mécaniciens - Photo Collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Le Slt Hugues de Rochefort pose devant le Nieuport 10 n° 447 qui lui a été affecté à l'escadrille N 26 pendant l'automne hiver 1915 - Photo Solange de Rochefort que je remercie pour son aide.

Nieuport 10 codé "8" de l'escadrille N 26 accidenté sur le terrain de la ferme Boogaerde, près de Coxyde (Belgique) entre le 5 avril au 6 juin 1916 - Comme l'unité n'a pas eu à déplorer de blessé, ni de tué par accident pendant cette période, il s'agit d'un accident matériel, probablement causé par une sortie des limites du terrain et de la chute en fin de course dans un profond fossé - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Bernard Deneckere que je remercie pour son aide. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Nieuport 11 n° 916 de l'escadrille N 26 posé sur le terrain de Dunkerque, le 7 avril 1916 - A cette date, l'escadrille N 26 est stationnée sur le terrain de Coxyde (Belgique) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo fond Valois de la BDIC du musée de l'Armée à Paris.

Alignement de 4 Nieuport 17 de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'été 1916. L'avion, au premier plan, est celui du commandant de l'escadrille, il porte le n° 1. Les Nieuport sont, soit camouflés en deux tons marron et vert, ou alu peint. Photo Cne Guy Tourangin transmise par son fils que je remercie pour son aide.

Le Slt Guy Tourangin pose à coté de son Nieuport 17 (n° 11 dans l'ordre de l'escadrille)
L'escadrille N 26 est stationnée sur le terrain de Cachy du 6 juin 1916 au 28 janvier 1917 - Photo Cne Guy Tourangin transmise par son fils que je remercie pour son aide.

Hangars de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'été 1916 - Au premier plan, un des Nieuport 17 de l'escadrille. Dans le hangar, on aperçoit un des premiers Spad VII livré à la 26. Photo Cne Guy Tourangin transmise par son fils que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 2000 de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'automne 1916 - Photo dédicacée par ce pilote au Sgt Sendral, le 14 décembre 1916 - Photo Collection Marc Dantlo que je remercie pour son aide.

Une autre photo du Sgt Georges Sendral posant avec le Nieuport 17 n° 1725 codé "2" de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'automne 1916 - Sendral a été pilote de cette escadrille du 25 mai 1916 au 7 juillet 1917 - Photo Collection Marc Dantlo que je remercie pour son aide.

SPAD VII de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'été 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Adrien Soulier appartenant à la collection de Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1581 de la N 26, piloté par le Slt Hugues de Rochefort posé dans les lignes allemandes, le 15 septembre 1916 - L'avion peint en alu, porte le chiffre d'ordre "3" sur l'aile supérieure - A cette époque, l'emblème de l'escadrille est la torche enflammée - Photo Ebay Allemagne.

Slt Hugues de Rochefort de l'escadrille N 26, grièvement blessé au cours d'un combat contre le Ltn Kurt Wintgens du Kek Vaux, a posé son Nieuport 17 n° 1581, dans les lignes allemandes, le 15 septembre 1916 - Il a été photographié, alors qu'il attend d'être évacué, par les soldats qui l'ont extrait de son avion - Il décédera des suites de ses blessures, le 23 septembre 1916 - Photo Ebay Allemagne.

L'Albatros C X n° 9233/16 du FlAbt 46 a été abattu par trois pilotes en coopération, le 3 juin 1917 - Il s'agit du Sgt Adrien Chapelle (N 31) - MdL Constant Soulier (N 26) - Ltt Honoré de Bonald (N 69) - Les deux membres d'équipage allemands, Ltn Werner (pilote) et le Ltn Kittel (obs) ont été faits prisonniers - Photo collection Samuel Kittler que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Adj Auguste Pouchelle - Né le 20 février 1895 à Marquette-les- Lilles (59) - Avant guerre ingénieur - Enfui de la zone occupée par les Allemands, le 20 avril 1915 - Affecté au 2ème Lourd de campagne de Vincennes - Passé à l'aviation comme élève pilote suite à la décision ministérielle n° 285524/012 en date du 18 octobre 1915 - Arrivé à l'école de Dijon-Longvic, le 9 novembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 2997 en date du 17 mars 1916 - Différentes mutations : Ecole de Dijon-Longvic (formation militaire et théorique) - Pau (brevet de pilote militaire) - Cazaux (école du tir aérien) - Pau (école de haute école) - RGAé - Escadrille N 26 - Escadrille SPA 67 à partir du 2 juin 1918 - Décorations : Croix de Guerre 1914-1918 - Médaille Militaire en date du 18 août 1916 - Photo Auguste Pouchelle transmise par sa nièce Christel Pouchelle-Wieters que je remercie pour son aide.

Adj Auguste Pouchelle - pilote de l'escadrille SPA 26 jusqu'au 2 juin 1918 pose devant un de ses Spad - Il a successivement volé sur le Nieuport 17 n° 1429 - les Spad VII n° 344 - 380 - les Spad XIII n° 1863 - 3212 - Photo Auguste Pouchelle transmise par sa nièce Christel Pouchelle-Wieters que je remercie pour son aide..

MdL Marcel Plessis pilote de Spad XIII de l'escadrille SPA 26 en 1918-1919 - Il porte le chiffre code "16" qui marque l'ordre du pilote au sein de son unité. L'insigne est désormais la cigogne - Photo collection Christian du forum Histoire Militaria 14-18 que je remercie pour son aide.

Adjudant Julien Emile François Antoine pose à côté de son SPAD VII - Il volait habituellement sur le n° 1721 codé "11" baptisé "D'où l'on voit la cime bleue des Vosges" - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Fils de Jules Antoine et de Laure Orivel - Profession avant mobilisation Etudiant - Engagé (service militaire) au 16ème régiment chasseurs à Cheval, le 11 mars 1910 - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Ecole d'aviation militaire de Dijon (tests de sélection personnel navigant) - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 5 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage du tir aérien à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Une période sur le terrain de Villacoublay (GDE) - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Mission à la RGA (Réserve Générale d'Aviation) du 17 novembre au 8 décembre 1917 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Hospitalisé du 5 juin au 4 juillet 1918 - Dirigé sur le terrain d'aviation militaire de Dijon-Longvic, le 26 avril 1919 en exécution de la note du GQG n° 37.197 du 27 mars 1919 - Photo Adj Julien Antoine transmise par Mme Laurence Antoine-Caillaux, sa petite fille que je remercie pour son aide.

SPAD XIII de l'escadrille SPA 26 en 1918-1919 - Photo Ebay France.

Terrain d'aviation de Sacy-le-Grand en juillet 1918 - L'escadrille SPA 26 a occupé ce terrain du 5 au 7 juin 1918 - Photo collections du Centre Régional de I'image de Nancy que je remercie pour leur aide.

Cne Xavier de Sevin, commandant de l'escadrille SPA 26 du 25 décembre 1917 au 26 mars 1919, pose à côté du SPAD XII qui lui est affecté, sur le terrain d'Hétomesnil (Oise), le 6 mai 1918 - Remarquez les deux insignes peints sur les flancs de l'appareil, la cigogne dite de Saint Galmier et l'insigne personnel du Cne de Sevin, un cor de chasse, ce pilote est issu du 19ème bataillon de Chasseurs, orné d'une rose - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Terrain de Neustadt - Lachen-Speyerdorf en allemagne - L'escadrille SPA 26 a occupé ce terrain à compter du 14 décembre 1918 - Carte postale d'époque.

 

Couleurs des avions

Nieuport 17 n° 1581 codé "8" du Slt Hugues de Rochefort - C'est aux commandes de cet avion qu'il a été grièvement blessé en combat aérien par le Ltn Kurt Wintgens du Kek Vaux, le 15 septembre 1916 - Le pilote français est décédé des suites de ses blessures, le 23 septembre - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1604 du MdL Constant Soulier - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

Couleurs des avions

SPAD VII n° 122 du Ltt Armand Pinsard - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

SPAD VII n° 173 codé "3" baptisé "Wakadori" du Cne Hiyotaké Shigeno - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Photos de reconnaissance

Reconnaissance aérienne de l'équipage Sgt Hughes Rochefort (pilote) et Cne Jean-Jacques Perrin (observateur) sur Bruges (Belgique), le 30 mars 1916 - Altitude de prise de vue 3400 mètres - L'objectif entouré est l'usine "La Brugeoise" qui construisait des matériels ferroviaires, dans la banlieue sud de la ville - Les batteries de DCA (Flak) sont prépositionnées en abord du site, à proximité des serres clairement visibles sur le cliché présenté - Voir le dessin associé dans la colonne de droite - Photo Archives Joseph de Chauvelin transmise par Christine de Chauvelin, que je remercie pour son aide.

 

Photos de reconnaissance

Dessin de mars 1916 identifiant l'usine "La Brugeoise" de constructions de matériels ferroviaires, implantée au sud de la ville de Bruges (Belgique) ainsi que la position des batteries de DCA allemandes qui couvrent le secteur - Dessin Archives Joseph de Chauvelin transmise par Christine de Chauvelin, que je remercie pour son aide.

 

Documents administratifs

Carte d'identité de pilote militaire n° 64xx décerné le 5 mai 1917 au MdL Julien Antoine - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Photo Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de Julien Antoine.

Licence FAI n° 4133 décerné le 10 août 1916 au soldat Julien Antoine - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Photo Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de Julien Antoine.

Licence FAI de pilote aviateur de Marin Pelhat délivrée le 28 mars 1916 - Né le 25 décembre 1892 à Paris (75) - Mécanicien à l'escadrille HF 1 puis MF 1 - Brevet de pilote militaire n° 2769 en date du 24 février 1916 - pilote de l'escadrille N 26 du 26 mai au 5 juillet 1916 - Fait prisonnier, aux commandes du Nieuport n° 738, pendant une mission spéciale, le 5 juillet 1916 - En fait, il a atterrit dans un champs, dans les environs de Monchaux pour déposer un agent, mais embourbé, n'a pu redécoller. Il a été capturé et a terminé la guerre dans un camp jusqu'en 1919 - Document Marin Pelhat transmise par son petit fils Christophe que je remercie pour son aide.

Carte d'identité de pilote décernée par l'école d'aviation militaire du Crotoy au MdL Naudin issu du 16ème régiment de Chasseurs à cheval, le 15 mai 1916 - Photo Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.
* Adj Gustave Naudin - Né le 29 mai 1890 à Corberon (Côte d'or) - Fils de Claude Naudin et de Eugénie Sergent - Avant guerre comptable - Engagé le 13 mars 1909 au 8ème régiment de Hussards - Mobilisé au 16ème régiment de Chasseurs à cheval de Beaune - Entré à l'aviation comme élève pilote, le 15 mars 1916 - Ecole de Dijon-Longvic (Formation militaire et théorique) - Brevet de pilote militaire n° 4818 obtenu à l'école du Crotoy, le 22 octobre 1916 - Ecole de Chateauroux (stage perfectionnement) - Pilote de l'escadrille C 224 comme pilote de Caudron G 4 du 1er février au 6 octobre 1917 - Nommé Adjudant, le 20 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 16 novembre 1917 au 3 novembre 1918 - Blessé au combat, le 29 septembre 1918 - Hospitalisé à partir du 30 septembre 1918 - 5 victoires homologuées et 11 non homologuées - Légion d'Honneur - Médaille Militaire, le 15 août 1917 - Croix de Guerre 14-18 - 7 citations à l'ordre de l'armée.

Licence FAI n° 3186 de pilote aviateur de Jean Sendral délivrée le 29 mars 1916 - Photo Collection Marc Dantlo que je remercie pour son aide.

Adj Jean Georges Sendral - Né le 9 juillet 1894 à Monaco - Fils de Pierre Sendral et de Marie Hélève Bel - Profession Ajusteur mécanicien - Engagé au 25ème bataillon d'aérostiers à compter du 6 août 1912 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien en novembre 1912 - Mécanicien au centre d'aéronautique de St-Cyr - Mécanicien de l'escadrille de protection du GQG - Mécanicien du centre de Bron jusqu'au 18 août 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 52 / F 52 du 21 août au 28 octobre 1915 - RGA du 28 ocotbre au 1er décembre 1915 - Passé élève pilote, le 1er décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2704 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 20 février 1916 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord jusqu'au 9 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 25 mai 1916 au 7 juillet 1917 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 8 septembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 25 septembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 12 novembre 1916 - Croix de Guerre - Blessé avec un nez cassé au cours d'un accident d'avion suite à une goupille de palonnier cassé, le 17 novembre 1916 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 22 décembre 1916 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 3 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 81 du 9 juillet au 24 octobre 1917- Hospitalisé du 20 au 25 septembre 1917 - Nouvelle hospitalisation, le 9 octobre 1917 - Evacué sur un hôpital de l'intérieur - Rayé des comptes, le 24 octobre 1917 - Affecté au sous-secrétariat de l'aéronautique à Paris, à compter du 24 décembre 1917.

Documents administratifs

Carte d'identité de pilote d'avion n° 1000 du Ltt Auguste Henry Pouchelle, pilote de l'escadrille N 26 - Brevet de pilote militaire n° 2997 en date du 17 mars 1916 - Escadrilles : N 26 - SPA 67 - Photo Auguste Pouchelle transmise par sa nièce Christel Pouchelle-Wieters que je remercie pour son aide.

Certificat de blessure de guerre du MdL Auguste Henri Pouchelle, pilote de la N 26.
Signé des 3 témoins : Slt Georges Guynemer (pilote N 3) - Cne Victor Ménard (pilote et Cdt N 26) - Sgt Jean Georges Sendral (pilote N 26)
A reçu une fracture au rebord orbitaire gauche et a eu les deux jambes brisées au cours d'un vol d'attaque de Drachen allemand, avec fusées le Prieur. malgré une panne sèche de moteur, le MdL Pouchelle a réussi à revenir, hélice calée, à l'Ouest de la sucrerie de Proyart. L'avion a glissé sur l'aile et s'est écrasé sur le sol. Le pilote a été transporté à l'ambulance n° 2 de Harbonnières, puis à l'ambulance n° 10 XXI de Cayeux. fait aux Armées, le 19 août 1916. Document transmis par Christel Pouchelle-Wieters, nièce de Auguste Pouchelle que je remercie chaleureusement pour son aide.

Ordre n° 3574 conférant la Médaille Militaire et la Croix de Guerre avec palme
au MdL Auguste Pouchelle, pilote de l'escadrille N 26, pour sa conduite, le 18 août 1916 - texte de la citation associée à ces décorations : "S'est évadé des régions envahies pour venir s'engager. Pilote courageux, a livré de nombreux combats aériens. Le 18 août 1916, après avoir attaqué 2 Drachen à faible altitude, a survolé 10 km de territoire ennemi avec un avion en flammes et criblé de plus de 100 balles de mitrailleuses. A été très grièvement blessé."
Document transmis par Christel Pouchelle-Wieters, nièce de Auguste Pouchelle que je remercie chaleureusement pour son aide.

Extrémité d'une pale d'hélice Eclair peinte en septembre 1926 par le soldat Barthélémy Gevaudan, peintre voilier de la SPA 26, au profit de l'Adj Gustave Naudin, As de l'escadrille - Il s'agissait de commémorer le combat de Naudin, seul contre 9 Pfalz, le 20 mai 1918 - Elle a été perçée par une balle pendant l'affrontement - Ce combat a débouché par la perte d'un avion adverse, le 20 mai 1918 - Ce biplace a été la 3ème victoire homologuée de ce pilote - Photo Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Slt Benjamin de Tascher au cimetière du Père Lachaise.
* Slt Benjamin Marie Henri Camille de Tascher - Né le 22 février 1886 à Paris (75) - Fils de Charles de Tascher et de Marie Anne de Seillac - Domiciliés Château de Thauvenay par Santerre (Cher) - Service militaire au 4ème régiment de Hussards, à compter d'octobre 1907 - Mobilisé au 23ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Affecté au 6ème régiment de Dragons - Nommé Maréchal des Logis en mars 1915 - Passé à l'aviation, le 17 septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2322 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 11 janvier 1916 - Stage de Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 28 mars 1916 - Pilote de l'escadrille C 30 du 20 mai 1916 au 4 novembre 1916 - GDE pour entrainement sur Nieuport du 4 au 27 novembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 27 novembre 1916 au 12 avril 1917 - RGA du 16 février au 4 mars 1917 - Fait prisonnier, le 12 avril 1917 - Evadé, le 31 septembre 1917 - Retour, le 8 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 19 décembre 1917 au 1er mars 1919 - Nommé Sous-Lieutenant, le 26 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 173 du 1er au 23 mars 1919 - Pilote de l'escadrille SPA 26 à compter du 23 mars 1919 - Décédé du 18 décembre 1964 - Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille de Rochefort dans le cimetière communal de Cerdon (45)
Slt Hugues de Rochefort y repose depuis la fin de la guerre. L'épitaphe en bois dressée sur la tombe du sous-lieutenant par les Allemands est conservée au
sein du caveau. Voir la photo inférieure qui présente cette pièce. Photo Ludovic Spy à qui j'adresse tous mes remerciements pour l'aide apportée.

Intérieur du caveau de la famille de Rochefort dans le cimetière communal de Cerdon (45). Voir en particulier la plaque tombale de l'officier de la N 26 et l'épithaphe en bois dressée par les Allemands sur sa première tombe. Photo Ludovic Spy à qui j'adresse tous mes remerciements pour l'aide apportée.

Tombe du Cne Raoul César Robert Pierre Echard - Né le 28 septembre 1883 à Rouen - Brevet de pilote militaire n° 3089 obtenu le 29 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 3 septembre 1916 au 4ème trimestre 1916 - Commandant de l'escadrille N 82 / SPA 82 du 24 janvier 1917 au 6 juin 1918 - Nommé capitaine en 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 22 mai 1917 - 6 victoires homologuées obtenues à l'escadrille N 82 - Commandant le GC 22 du 6 juin 1918 à la fin de la Guerre - Une victoire homologuée contre un Drachen pendant sa période de commandement du GC 22 - Termine la guerre avec 7 victoires homologuées - S'est tué au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un SPAD XVII (300 HP) dans les environs de Bodio (Suisse), le 7 septembre 1922 - Il effectuait le voyage aller en 3 étapes pour se rendre au meeting international de Dübendorf - Arrivé entre Bellinzone et Dübendorf, son avion perdit l'aile droite et s'écrasa au nord du village - Il repose dans le cimetière de Notre-Dame de Bonsecours (Seine-Maritime) - Photo Regis Biaux que je remercie pour son aide.

Autre vue de la tombe du Cne Raoul Echard - Né le 28 septembre 1883 à Rouen - Brevet de pilote militaire n° 3089 obtenu le 29 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 3 septembre 1916 au 4ème trimestre 1916 - Commandant de l'escadrille N 82 / SPA 82 du 24 janvier 1917 au 6 juin 1918 - Nommé capitaine en 1917 - Commandant le GC 22 du 6 juin 1918 à la fin de la Guerre - Photo Regis Biaux que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Monument érigé à l'endroit où s'est écrasé le Spad XIII n° 15403 du Ltt Roland Garros de la SPA 26, le 5 octobre 1918. Garros a été engagé dans un combat contre 3 Fokker D VII au Sud-Ouest de Vouziers. Le système de synchronisation de son avion étant défaillant, son premier tir détruit l'hélice de son Spad. Il lui est alors impossible de se défendre contre les chasseurs adverses. Il est alors abattu par le Ltn Hermann Habish, de la Jasta 49. Photos Bernard Berthion que je remercie pour son aide.

Tombe du Ltt Roland Garros, pilote de l'escadrille SPA 26 dans le cimetière de la ville de Vouziers (08). Tué en combat aérien aux commandes du Spad XIII n° 15403 par le Ltn Hermann Habich du Jasta 49, le 5 octobre 1918 Photo Philippe Germain que je remercie pour son aide.

Vue de détail de la plaque honorant le Ltt Roland Garros sur sa tombe située dans le cimetière de la ville de Vouziers (08). Photo Philippe Germain que je remercie pour son aide.

Tombe du Slt Georges Momet, observateur de l'escadrille N 26 - Né le 15 avril 1891 à Cérilly (Allier) - Entré en service actif au 3ème régiment de chasseurs à cheval, le 1er octobre 1912 - Décédé des suites d'une blessure par balle à la tête, il a été trépané et est mort de ses blessures à l'hôpital militaire "Océan" de la Panne, le 23 janvier 1916 - Il repose au cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette (62) - Photo Marc Baert que je remercie pour son aide.

Sgt Jean Montmain, pilote de l'escadrille MS 26. Né à Saint-Laurent-de-Chamousset (69), le 28 mai 1888. Brevet de pilote militaire n° 541 en date du 30 août 1914. Décédé des suites d'un accident d'avion sur le terrain de Roosbrugge, le 14 janvier 1915. Il repose dans le carré militaire du cimetière de Zuydcoote (59). Photo Anne Malfoy que je remercie pour son aide.

Remerciements :

- M. Jean-Michel Lasayques pour ses photos de la tombe du Comte Benjamin Tascher, pilote de l'escadrille 26.
- Famille Detraz pour l'envoi des photos prise par Jean Détraz, photographe de l'escadrille SPA 62.
- M. Ronan Furic pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Ludovic Spy pour l'envoi des photos du caveau de la famille de Rochefort.
- M. Philippe Germain pour ses photos de la tombe du Ltt Roland Garros.
- M. Annie Malfoy pour ses photos de la tombe du Sgt Jean Montmain.
- Mme Christel Pouchelle-Wieters pour la transmission des souvenirs d'Auguste Pouchelle.
- M. Christophe Pelhat pour la transmission du brevet FAI de son grand-père Marin Pelhat, pilote de l'escadrille N 26.
- M. Olivier Baillon pour l'envoi des photos de la découpe de fuselage.
- M. Marc Baert pour l'envoi des photos de la tombe du Slt Georges Momet.
- Mrs Henri et Jean Lannes pour la communication des photos de la découpe de fuselage d'un Spad VII de la SPA 26.
- M. Jean-François Martin pour l'envoi de la photo du Ltt Roland Garros devant un Nieuport 28.
- M. Jean-Pierre Mehl pour l'envoi des photos d'insignes de sa collection.
- M. Frédéric Domblides pour l'envoi des photos des entoilages conservés au MAE du Bourget.
- Mme Solange de Rochefort pour l'envoi des photos de Hugues de Rochefort.
- M. Laurent de Joux pour son aide auprès de Mme de Rochefort.
- M. Bernard Gintz pour l'envoi des photos du Soldat Henri Grasset.
- Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de l'Adj Julien Antoine, pilote de l'escadrille SPA 26.
- M. Daniel Gilberti pour l'envoi des photos concernant l'Adj Naudin, pilote de l'escadrille SPA 26.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos du Nieuport 11 du Cne Jean de Sieyes de Veynes.
- M. Jean-Paul Borderelle pour l'envoi des photos de sa collection.
- Mme Martine Fraticola pour l'envoi de la photo de Barthélémy Gévaudan, son grand-père.
- M. Samuel Kittler pour l'envoi de la photo du DFW C abattu.
- M. Régis Biaux pour l'envoi des photos de la tombe du Cne Raoul Echard.
- M. Guillaume Glaize pour l'envoi de la photo du Cne François Glaize, son grand-père.
- M. Jean-Pierre Puton, chef de projet du Centre Régional de l'Image de la ville de Nancy.
- M. Blaise Aurora, chargé de documentation du Centre Régional de l'image de la ville de Nancy.
- M. Marc Dantlo pour l'envoi des archives de l'Adj Jean Sendral.
- Mme Christine de Chauvelin pour la transmission des archives de Joseph de Chauvelin.
- M. Gilles Delanoé pour la communication des archives de Justin Usse.
- M. Jean-Laurent Truc pour l'envoi des photos des insignes.
- M. Jean-Claude Baroux pour l'envoi des archives de Léon Baroux, son grand-père.
- M. Bernard Deneckere pour l'envoi de la photo du Nieuport 10 accidenté.
- M. Jean Lerault de l'amicale des Anciens d’ADP, pour la communication des photos de la collection Couhé.
- M. Christian de Navacelle pour l'envoi de la photo de Guy Joly de Bammeville, son arrière grand oncle.
- M. André Crocquevieille pour l'identification du Cal Georges Mangeot.

Bibliographie :

- Cahier d'enregistrement des heures de vol de l'escadrille 26 - Conservé à la section Air du SHD du château de Vincennes sous la côte 1 A 287/2.
- Carnets de Comptabilité en Campagne de l'escadrille 26 - Conservés à la Section Air du SHD du Château de Vincennes.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett - Publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Roland Garros 1888 - 1918 - Revue Icare n° 125 du 2ème trimestre 1988.
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 25 Escadrille 26 Victoires

pas de fiche > 1918

Détail des victoires Cliquez pour voir les victoires Cliquez pour agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir