Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 26

Insigne en cuivre découpé et argenté - Fixation par une épingle soudée en longueur - Insigne extrait du livre de Philippe Bartlett consacré aux insignes de l'aéronautique militaire française jusqu'en 1918 que je recommande tout particulièrement.

Représentation infographique de la barette de rappel appartenant à l'adj Gustave Naudin, pilote et As de l'escadrille SPA 26 du 16 novembre 1917 au 3 novembre 1918 - Voir en bas de cette page, la photo le représentant - Dessin Albin Denis d'après photo mise en ligne par le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne métallique de la 3ème escadrille du GC II/6 datant des années 1939-1940 - Collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Insigne d'une unité héritière des traditions de la SPA 26 de la Grande Guerre - Il est de fabrication A. Augis Lyon - Période avant 1940 ou 2ème GM - Photo Albin Denis

Insigne de la 1ère escadrille du groupe de Chasse 2/6 "Travail". - Il est valable pour la période allant de 1943 à 1947 - Cette unité était équipée de P39 Airacobra puis de P-63 Kingcobra - Insigne collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Insigne de la 1ère escadrille du groupe de Chasse 2/6 "Travail" - Cet insigne de fabrication locale a été réalisé par un bijoutier en 1946, pendant le séjour de l'unité sur le terrain de la Réghaïa du 1er mars à décembre 1946 - Elle volait sur P-63 Kingcobra - Photo Bernard Ferrari.

Insigne de la 1ère escadrille de l'escadron de chasse 1/5 "Vendée" - Epoque années 60 - A cette époque, l'escadron était équipé de Mystère IVA puis de Super Mystère B 2 - Photo collection Patrice Gout que je remercie pour son aide précieuse.

Insigne de la 1ère escadrille de l'EC 1/5 "Vendée" - Cet insigne a été homologuée sous le n° 1097 en 1977 - Photo collection Patrice Gout que je remercie pour son aide précieuse.

Insigne de l'escadron de chasse 1/5 "Vendée" stationné à Orange-Caritat. Cette unité est héritière des traditions des escadrilles SPA 26 et SPA 124 de la Grande Guerre. Homologué au SHD section Air de Vincennes sous le n° 1084 en 1977. Photo Albin Denis.

Insigne de la 5ème escadre valable pour la période du 1er avril 1945
au 1er mars 1946 - Cette grande unité a été créée, le 1er avril 1945.
Elle comprenait 3 groupes de chasse :
- GC 2/6 "Travail" (traditions des SPA 26 et SPA 124 de la GG)
- GC 1/9 "Limousin" (traditions des 1ère et 2ème escadrilles du GC I/9)
- GC 2/9 "Auvergne" (traditions de la SPA 85 de la GG et du GC II / 9)
Ces GC étaient respectivement stationnés : 2/6 "Travail" à Salon-de-Provence,
1/9 "Limousin" à la Réghaïa et 2/9 "Auvergne" au Vallon (Istres)
Insigne collection Jean-Pierre Mehl que je remercie pour son aide.

Insigne de la 5ème escadre de chasse stationnée à Orange-Caritat. Cette unité était composée de 3 escadrons de chasse : EC 1/5 "Vendée" - EC 2/5 'Ile de France" - 3/5 "Comtat Venessin" - Homologué au SHD section Air de Vincennes sous le n° 603 en 1954 - Photo Albin Denis

Insigne de la 5ème escadre de chasse stationnée à Bizerte puis Orange-Caritat. Cette unité était composée de 2 groupes de chasse puis escadrons de chasse : EC 1/5 "Vendée" - EC 2/5 "Ile de France" - Insigne valable pour la période de 1946 à 1954 - Photo Albin Denis

Insigne de la 5ème escadre de chasse stationnée à Orange-Caritat. Cette unité était composée de 2 escadrons de chasse : EC 1/3 "Vendée" - EC 2/5 "Ile de France" - Insigne valable pour la période de 1962 à 1987 - Photo Albin Denis.

Insigne de l'escadron de chasse 1/2 "Cigognes" basé à Dijon-Longvic. Cet insigne a été homologué par le SHD de Vincennes sous le n° A 1389, le 1er décembre 2009. Cette unité est composée de 3 escadrilles héritées des escadrilles SPA 3, SPA 103 et SPA 26 de la Grande Guerre. Le 25 novembre 2009 (décision n° 14612/DEF/CAB/SDBC/CPAG), la 3ème escadrille a repris les traditions de la SPA 26 qui a remplacée l'autre cigogne héritée elle aussi de la SPA 103 - Insigne Collection Patrice Gout que je remercie pour son aide précieuse.

Symbolique

L'escadrille 26 a d'abord adopté un flambeau comme premier insigne, à partir de l'été 1916. Rattachée au GC 12, le 5 juin 1916, elle change d'emblème pour adopter une cigogne, sur ordre de Brocard, comme tous les autres unités de ce groupe en novembre 1916.

Elle est dessinée en vol, ailes repliées par le Cne Auger. Elle est dite de "Saint Galmier". Une autre cigogne sera également utilisée à partir de l'insigne personnel d'un pilote japonais de l'escadrille, le Cne Hiyotaké Shigeno. Il s'agit cette fois d'un oiseau en posture de vol avec les ailes déployées.

Historique succinct

Créée sur le terrain de Saint-Cyr, le 26 août 1914, l'escadrille reçoit une dotation initiale de 4 avions Morane-Saulnier type L et prend l'appelation de MS 26. Elle est placée sous les ordres du Cne Robert Jannerod, un aviateur de grande expérience qui s'est illustré au Maroc. Retraitant avec l'armée française, elle s'installe sur le terrain de Saint-Souplet et prend part à la bataille de la Marne avec la 6ème armée. Du 21 septembre au 1er octobre 1914, l'escadrille détache 2 avions, 2 officiers pilotes et 9 mécaniciens à Anvers. La ville étant assiégée par les troupes allemandes, ces éléments avancés étaient beaucoup trop exposés. Au bout de quelques jours, les avions et les hommes font mouvement sur Breteuil. Le 12 octobre 1914, la MS 26 fait mouvement sur Ostende, puis le 17 octobre sur Dunkerque et finalement sur Saint-Pol-sur-Mer, le 19.
Le 6 novembre 1914, l'escadrille MS 26 passe sous le commandement de la 8ème armée. A partir des terrains de Saint-Pol-sur-Mer et de Roosbrugge, elle est engagée dans la bataille d'Ypres. Le 6 février 1915, le Cne René de Malherbe prend le commadement de l'unité qui se spécialise dans les missions de reconnaissance. Le célèbre aviateur Roland Garros est affecté à l'escadrille. Celui-ci, mettant au point un système de tir à travers l'hélice à l'aide de déflecteurs sur les pales, se consacre aux missions de chasse des avions adverses. Malheureusement, il devait être capturé après qu'il ait posé son avion en panne en zone tenue par les Allemands. Il fera plusieurs années dans un camp de prisonniers avant de réussir à s'évader et à reprendre sa place au sein de l'escadrille. Nous le verrons plus loin.
En septembre 1915, l'escadrille 26 perçoit des avions Nieuport 10 et prend l'appelation de N 26. Ses missions évoluent, en plus des vols de reconnaissances, ses équipages vont maintenant effectuer des missions de protection au bénéfice des escadrilles chargées du réglage d'artillerie et de bombardement du front. Peu à peu, seules les missions de chasse perdureront. En janvier 1916, elle perçoit des Nieuport 12. La première perte au combat est à déplorer avec la mort du Slt Georges Momet qui est touché d'une balle à la tête, le 17 janvier 1916.

En avril 1916, l'escadrille N 26 perçoit des Nieuport 11. Maintenant équipée d'un bon chasseur, elle intégre le Groupe de Chasse n° 12 commandé par le Cne Antonin Brocard, le 5 juin 1916. Le lendemain, l'escadrille est transférée à Cachy où sont concentrés tous les moyens offensifs de Brocard. Ses pilotes sont engagés dans la bataille de la Somme qui fait rage. Les pertes au combat vont être nombreuses avec 3 pilotes faits prisonniers (Cne Jean de Sieyes de Veynes, Caporal Marin Pelhat, MdL Louis Rosenlecker), deux tués (Slt Hughes de Rochefort, Ltt Eric Joly de Bammeville) et un grièvement blessé (MdL Auguste Pouchelle). Elle prend part à l'offensive sur le Chemin des Dames au cours de laquelle le Cne Mathieu Tenant de la Tour et le MdL Constant Soulier remportent plusieurs victoires homologuées. Entièrement équipée de Spad VII, elle prend l'appelation de SPA 26 en juin 1917.

A partir du 12 janvier 1918, la SPA 26 est engagée sur Verdun à partir du terrain de Beauzée-sur-Aire (55). Elle est affectée à la 5ème armée à partir du 15 mars 1918. Les allemands ayant déclenché leur offensive générale le 21 mars 1918, la 26 se replie sur Mesnil-Saint-Georges, le 24 mars; puis Raray, le 28 mars 1918. Ses équipages font le coup de feu lors de la 3ème bataille de l'Aisne (à partir du 29 mai), 4ème bataille de Champagne (du 15 au 18 juillet). Du 18 juillet au 6 août 1918, les alliés reprennent le dessus et contre-attaquent sur la Marne (2ème bataille de la Marne).

A partir du terrain d'Hétoménil, la SPA 26 participe à l'attaque sur Montdidier, du 28 juillet au 3 septembre. Roland Garros, évadé d'Allemagne reprend sa place au sein de l'escadrille. Installée sur le terrain de la Noblette, près de Châlons-Sur-Marne, ses pilotes prennent part aux combats en Champagne, à partir du 29 septembre 1918. Finalement engagée dans la bataille de la Serre et dans la poussée vers la Meuse, elle a à déplorer la perte au combat du Ltt Roland Garros qui est abattu en combat aérien près de Vouziers, le 5 octobre 1918. La dernière perte de la 26 sera le Sgt Albert Beroule, tué au combat dans la région de le Chesne, au Nord-Est de Vouziers. Le 11 novembre 1918, date de la fin des hostilités, les équipages de l'escadrille 26 ont remporté 54 victoires homologuées et 76 non homologuées. Elle a eu à déplorer la perte de 13 tués, 17 blessés et 7 prisonniers.

Elle participe à l'occupation de l'Allemagne à partir du terrain de Neustadt - Lachen Speyerdorf à partir du 14 décembre 1918. Le 1er août 1920, elle devient la 2ème escadrille du 2ème régiment d'aviation de chasse (RAC) basée à Dijon-Longvic. Le 16 septembre 1933, elle devient 3ème escadrille du GC II/6.

Insignes peints sur les fuselages

Différentes torches apparues sur Nieuport 11 et 16 en mai-juin 1916. La torche noire et rouge sur les avions peints en aluminium. La torche blanche sur les avions peints avec le camouflage deux tons (vert et marron) Dessins d'après photos Albin Denis

Version plus sophistiquée visible sur un Spad XIII en 1918.
Dessin Albin Denis

Cigogne adoptée comme insigne personnel par le Cne Hiyotaké Shigeno. Elle a été reprise par l'ensemble de l'escadrille quand l'unité a été obligé de changer d'insigne et d'adopter une cigogne comme toutes les escadrilles affectées au GC 12 du Cne Antonin Brocard. Dessin Albin Denis

Second emblème collectif de l'escadrille 26 - Une cigogne apparue sur les Spad XIII et dite de "Saint Galmier" - Cette dernière version a perduré comme insigne de la 1ère escadrille du EC 1/5 "Vendée" stationnée à Orange-Caritat - Dessin Albin Denis.

Photographie de l'insigne de l'escadrille SPA 26 sur le terrain de Dunkerque, le 9 octobre 1917 - Photo collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Entoilage d'époque de la SPA 26 conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo Frédéric Domblides que je remercie pour son aide.

Entoilage d'époque de la SPA 26 conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo Frédéric Domblides que je remercie pour son aide.

Peinture d'époque sur entoilage de 1917 montrant des quatres cigognes du GC 12. Elle a été réalisée par Barthélémy Gevaudan peintre voilier de la SPA 26 pour l'adjudant pilote xx de la même escadrille. Le propriétaire de cette pièce, désirant ne pas être sollicité suite à la mise en ligne de cette photo, a demandé l'anonymat. Je le remercie pour m'avoir communiqué cette pièce historique.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 26

 

 

 

 

 

Découpe de fuselage d'un SPAD de l'escadrille SPA 26 appartenant au Soldat de 2ème classe Henri Grasset, mécanicien Hispano-Suiza de cette unité du 20 juin 1916 au 1er mars 1918 - Photo Bernard Gintz que je remercie pour son aide.

Découpe de fuselage d'un Spad XIII de l'escadrille SPA 26 abattu en 1918 - Elle a été découpée sur l'avion par la soldat Jean Lannes en 1918 - Il était alors affecté au 49ème RAC. Et plus précisément aux 2ème, 8ème et 3ème batterie. En 1918, ce régiment a été engagé en Picardie, puis dans la 2ème bataille de la Marne. Ensuite dans le secteur de Saint-Mihiel puis retour sur Reims, Souain, Epye et Herpy avant l'armistice - Pièce détenue par M. Jean Lannes son petit-fils - Je remercie Henri Lannes, son frère pour son aide précieuse.

 

Appelations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants de l'escadrille

Avions Utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Avions utilisés par l'escadrille 26

Détail des victoires

Rattachements de l'escadrille

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 26

Décorations

 

As et personnels connus

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

Les hommes

Cne René Marie de Malherbe - Né le 27 juin 1881 à Veilleins (Loir et Cher) - Appelé à l'école spéciale de Saint-Cyr, le 1er octobre 1902 - 14ème régiment de Dragons - Passé à l'aviation, le 26 octobre 1910 - Brevet de pilote de l'Aéroclub de France n° 334 en date du 23 novembre 1910 - Brevet de pilote militaire n° 2 en date du 7 février 1911 - Escadrilles BLC 4 - MS 26 - Commandant l'escadrille MS 26 du 6 février 1915 au 13 mars 1916 - Chef de la mission Roumanie - Officier de la Légion d'Honneur, le 1er janvier 1912 - Croix de Guerre 14-18 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 11 février 1915 - Une citation à l'ordre de la division, le 5 avril 1915 - Décédé le 11 mai 1931 - Cette toile le présente alors qu'il était lieutenant avant guerre.

Ltt Joseph Marie Xavier de Sevin - Né le 10 mars 1894 à Toulouse (Haute-Garonne) - Fils d'Edouard Auguste Marie de Sevin et de Marie Jeanne Louise Adrienne de Rose de Tricornot - Engagé volontaire pour 8 ans au 14ème régiment d'infanterie, le 2 septembre 1914 - Nommé Caporal, le 5 novembre 1914 - Nommé sergent, le 30 novembre 1914 - Affecté aun 96ème régiment d'infanterie sous sous-lieutenant à titre temporaire, le 5 décembre 1914 - Affecté au 19ème bataillon de Chasseurs, le 5 mars 1915 - Blessé d'éclats de bombes au poignet et au genou au Four de Paris, le 12 avril 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 27 décembre 1915 - Détaché à l'école d'aviation militaire de Pau du 15 juillet au 10 novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1727 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 9 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille N 12 du 11 novembre 1915 au 24 décembre 1917 - Une citation à l'ordre de la 5ème armée en date du 1er juin 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 1er août 1916 - Nommé Lieutenant d'active à titre définitif, le 5 décembre 1916 - Blessé à la figure et aux genoux lors d'un accident d'avion en janvier 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 2 janvier 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur avec une citation à l'ordre de l'armée, le 19 avril 1917 - Cette décoration vaut pour l'attribution de la Croix de Guerre avec palme - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 23 avril 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 20 mai 1917 - Une citation à l'ordre de l'armé en date du 25 mai 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 20 juillet 1917 - Une citation à l'ordre de la 6ème armée en date du 5 octobre 1917 - Pilote et commandant de l'escadrille SPA 26 du 25 décembre 1917 au 26 mars 1919 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 6 février 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 29 mai 1918 - Nommé capitaine à titre définitif, le 28 juin 1918 - A remporté 12 victoires homologuées - Affecté au 1er régiment d'aviation de Thionville-Basse-Yutz - Officier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1920 - Chef de bataillon - Affecté à l'école de formation des sous-officiers du personnel navigant de l'armée de l'Air d'Istres - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 4 juillet 1934 - Général de Division aérienne - Grand officier de la Légion d'Honneur, le 31 décembre 1947 - Décédé, le 7 novembre 1963 - Photo La guerre aérienne illustrée.

Slt Joseph Pierre Maria, observateur de l'escadrille MS 26 - Né le 2 décembre 1890 à Marseille - Avant guerre étudiant en sciences - Entré en service, le 1er octobre 1911 au 21ème régiment de chasseurs à Cheval de Limoges - 3 citations à l'ordre de l'armée (Août, novembre, decembre 1915) - Légion d'Honneur en décembre 1915 - Croix de Guerre 14-18 - Médaille britannique, le 12 janvier 1916.

Citation à l'ordre de l'armée : "Observateur plein d'ardeur et de dévouement, toujours prêt à marcher en toutes circonstances. Le 30 juillet 1915, a soutenu avec une simple carabine, contre un avion allemand armé d'une mitrailleuse, une lutte d'un quart d'heure au cours de laquelle l'appareil qu'il montait comme passager a été atteint de huit balles, toutes à proximité de lui et son pilote"

Slt Hughes Noël de Rochefort au Crotoy en juin 1916, la veille de recevoir la Légion d'Honneur - Né le 25 décembre 1889 à Cerdon - Fils d'Antoine de Rochefort et d'Alice Genneval - Avant guerre ingénieur agronome - Entré en service actif au 5ème bataillon d'aérostiers, en octobre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 1319 en date du 10 août 1915- Pilote de l'escadrille MS 26 et N 26 - Grièvement blessé au combat par la DCA, a posé son Nieuport 17, n° 1581, dans les lignes allemandes, le 15 septembre 1916 - Décédé de ses blessures, le 23 septembre 1916 - Photo Solange de Rochefort que je remercie pour son aide.

De gauche à droite : Sgt François Barra (pilote N 26) - Slt Hugues de Rochefort à la mitrailleuse Lewis (pilote N 26) - Slt Joseph Maria (observateur N 26) - Photo Solange de Rochefort que je remercie pour son aide.

Adjudant Julien Emile François Antoine pose à côté de son SPAD VII - Il volait habituellement sur le n° 1721 codé "11" baptisé "D'où l'on voit la cime bleue des Vosges" - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Fils de Jules Antoine et de Laure Orivel - Profession avant mobilisation Etudiant - Engagé (service militaire) au 16ème régiment chasseurs à Cheval, le 11 mars 1910 - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Ecole d'aviation militaire de Dijon (tests de sélection personnel navigant) - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 5 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage du tir aérien à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Une période sur le terrain de Villacoublay (GDE) - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Mission à la RGA (Réserve Générale d'Aviation) du 17 novembre au 8 décembre 1917 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Hospitalisé du 5 juin au 4 juillet 1918 - Dirigé sur le terrain d'aviation militaire de Dijon-Longvic, le 26 avril 1919 en exécution de la note du GQG n° 37.197 du 27 mars 1919 - Photo Adj Julien Antoine transmise par Mme Laurence Antoine-Caillaux, sa petite fille que je remercie pour son aide.

Adjudant Julien Antoine pose aux commandes de son SPAD VII n° 1721 codé "11" baptisé "D'où l'on voit la cime bleue des Vosges" - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Photo Adj Julien Antoine transmise par Mme Laurence Antoine-Caillaux, sa petite fille que je remercie pour son aide.

Ltt Victor Radisson, pilote MS 26 - Né le 14 mars 1885 à Lyon - Brevet de pilote militaire n° 149 en date du 9 août 1912 - Blessé dans un accident d'avion et décédé de ses blessures à Poperinghe, le 5 novembre 1914 - Neuf ans de service, trois campagne. Services exceptionnels rendus au cours d'une reconnaissance aérienne exécutée le 30 septembre 1914, malgré un temps particulièrement défavorable. Chevalier de l'ordre de Léopold de Belgique.

Citation à l'ordre de l'armée : "Pour reconnaître la bravoure et le sang-froid dont il a fait preuve en prenant l'air contre la pluie et la bourrasque, pour une reconnaissance importante, le 29 septembre dernier, à Anvers, et cela malgré l'échec de plusieurs autres tentatives de départ et en accomplissant sa mission en dépit de tous les obstacles."

A gauche, le soldat Barthélémy Gevaudan, peintre voilier de la SPA 26 du 5 juin 1917 au 1er mai 1919, peint le portrait d'un de ses camarades du 2ème groupe d'aviation que nous n'avons pu identifier - Photo transmise par Mme Martine Fraticola, sa petite fille que je remercie pour son aide.
* Soldat de 2ème classe Barthélémy Gévaudan - Né le 14 janvier 1889 à Sète (Cette à l'époque) (Hérault) - Fils de Pierre Gévaudan et de Marie Baille - Service militaire au 2ème régiment de Génie de Montpellier, à compter du 8 octobre 1909 - Profession avant guerre Peintre décorateur - Mobilisé au sein de cette unité, le 3 août 1914 - Passé à l'aviation en 1917 - Voilier au sein de la 7ème compagnie de Lyon-Bron jusqu'au 25 mai 1917 - Voilier de l'escadrille N 26 / SPA 26 du 5 juin 1917 au 1er mai 1919 - Ecole d'Istres à compter du 1er mai 1919.

Cne François Félicien Glaize - Né le 12 juillet 1882 à "Rose-Bois", canton de la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) - Fils de Pierre Paul Léon Glaize, artiste peintre, et de Catherine Marie Ernestine Lefèvre - Domiciliés 95, rue de Vaugirard, 6ème arrondissement de Paris (75) - Engagé à l'école spéciale militaire de St-Cyr, le 30 octobre 1901 - Affecté comme sous-lieutenant, au 2ème régiment d'infanterie coloniale, le 1er octobre 1903 - Affecté au 3ème régiment de tirailleurs malgaches à Madagascar, le 25 mars 1905 - Nommé Sous-lieutenant de 2ème classe, le 1er octobre 1905 - Affecté au 1er régiment d'infanterie coloniale, le 19 avril 1907 - Affecté au 21ème régiment d'infanterie coloniale, le 9 novembre 1907 - Affecté au 2ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 25 octobre 1908 - Affecté au 3ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 1er avril 1910 - Affecté au 3ème régiment d'infanterie coloniale, le 8 avril 1911 - Affecté au 23ème régiment d'infanterie coloniale, le 12 août 1911 - Médaille Coloniale avec agrafe "Madagascar" et "Tonkin" - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 décembre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 131 obtenu sur avion Nieuport, le 20 juillet 1912 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 845 - Détaché au service l'aéronautique militaire, le 24 septembre 1912 - Affecté au 3ème groupe d'aviation, centre d'Epinal (88), le 1er octobre 1912 - Affecté au 1er groupe d'aviation, centre de Nancy (54), le 7 décembre 1912 - Désigné pour servir en Indochine par décision ministérielle du 24 février 1913 - Embarque à Marseille (13), le 30 mars 1913 - Affecté comme Lieutenant, au 3ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 30 mars 1913 - Détaché au service l'aéronautique militaire, le 23 novembre 1914 - Affecté au 3ème groupe de bombardement (GB 3), le 10 février 1915 - Nommé Capitaine, le 22 février 1915 Commandant de l'escadrille VB 107 du 22 février 1915 au 13 novembre 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée en date du 18 mai 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 20 mai 1915 - Hospitalisé à l'hôpital auxiliaire n° 222 de Menton puis convalescence du 1er avril au 26 juillet 1916 - Stage au GDE (Groupe des divisions d'entrainement) du 26 juillet au 13 novembre 1916 - En subsistance ou en stage à l'escadrille N 26 du 13 novembre au 5 décembre 1916 - Commandant de l'escadrille N 80 / SPA 80 du 13 décembre 1916 au 19 octobre 1917 - Commandant des escadrilles de la 3ème armée du 16 octobre 1917 au 15 juin 1918 - Commandant du groupe de combat n° 15 (GC 15) du 15 juin 1918 au 8 janvier 1919 - Nommé Chef de Bataillon (Cdt), le 25 septembre 1918 - En convalescence jusqu'au 8 janvier 1919 - Mis à la disposition du Ministre des Colonies pour commander l'Aéronautique d'Indochine, le 11 février 1919 - Nommé Commandant de l'Aéronautique d'Indochine, mis en position hors cadre, le 15 mai 1919 - Citation à l'ordre des troupes d'Indochine - Marié avec Emilie Marie Marcelle Philippe, en mairie de Paris 8ème, le 7 octobre 1919 - Affecté au 4ème RAO du Bourget, le 1er janvier 1920 - Affecté au 34ème RAO du Bourget par formation, le 1er août 1920 - Embarqué sur le vapeur "Angers" à Haiphong pour rejoindre Marseille, le 2 février 1923 - Réintégré dans les cadres et remis à la disposition de l'autorité militaire, le 9 mars 1923 - Débarqué à Marseille (13), le 27 mars 1923 - Désigné pour servir à nouveau en Indochine, le 21 septembre 1923 - Embarque à Marseille, le 2 novembre 1923 - Brevet d'observateur en avion titularisé, le 22 mars 1926 - Rentré en métropole, le 10 juin 1926 - Officier de la Légion d'Honneur, le 10 juillet 1926 - Débarqué à Marseille, le 18 juillet 1926 - Chef de bataillon (Cdt) au 34ème régiment d'aviation du Bourget du 19 janvier 1927 au XXX - Pendant la 2ème guerre mondiale, Résistant F.F.C - Déporté à Buchenwald en janvier 1944 et décédé en déportation, le 28 avril 1945 - Re-nommé Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume (par erreur), le 7 novembre 1958 - Annulé par la suite ! - Le photo présentée montre le Ltt François Glaize en septembre-octobre 1912 aux commandes d'un Maurice Farman modèle 1912 - Photo François Glaize transmise par son petit fils François que je remercie pour son aide.

Groupe de pilotes des escadrilles SPA 26 et SPA 103 sur le terrain d'Hétomesnil, le 6 mars 1918 - De gauche à droite : MdL Noël Fontaine (SPA 26) - Ltt Joseph Battle (pilote SPA 103) - Slt Jacques Puget (SPA 26) - Slt René Fonck (pilote SPA 103) - Slt Benjamin de Tascher (SPA 26) - Cne Xavier de Sevin (Cdmt SPA 26) - Slt Philippe Fontaine (SPA 103) - Slt Jean Dombray (SPA 26) - Slt André Seigneurie (pilote SPA 103) - Noêl et Philippe Fontaine sont frères - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Collections SHD du Château de Vincennes transmise par David Méchin que je remercie pour son aide.

Cliquez pour agrandir

Les hommes

Cne Victor Raphaël Ménard - Né le 8 juin 1881 à Rochefort-sur-Mer (17) - Fils d'Emile Louis Ménard et de Marie Berthe Tarade - Engagé volontaire pour 4 ans, le 13 juillet 1899 - Classe 1901 - Recrutement de La Rochelle - Affecté au 20ème régiment d'artillerie, le 13 juillet 1899 - Nommé Brigadier, le 7 août 1900 - Détaché à l'école photo-électrique du Havre, le 27 avril 1901 - Nommé Marécahl des Logis, le 28 mai 1902 - Affecté au 33ème régiment d'artillerie, le 26 mars 1903 - Affecté au 15ème régiment d'artillerie, le 26 mai 1903 - Marié avec Berthe Gauthier, le 17 août 1903 - Affecté au 10ème bataillon d'artillerie à pied, le 12 novembre 1903 - Sa femme est décédée, le 20 janvier 1905 - Affecté au 17ème régiment d'artillerie, le 15 février 1905 - Nommé Maréchal des Logis Fourrier, le 27 mars 1907 - Stagiaire mécanicien de dirigeable à Chalais-Meudon, le 4 mai 1908 - Nommé Adjudant, le 1er janvier 1909 - Affecté au 25ème bataillon du 1er régiment de Génie, le 1er janvier 1909 - Remarié avec Marie Harretchéa, le 6 février 1909 - Elève pilote au camp de Châlons, à compter du 28 avril 1910 - Brevet de pilote civil n° 5 décerné au camp de Châlons, par l'Aéroclub de France, le 20 août 1910 - Nommé Sous-lieutenant du 25ème bataillon du 1er régiment de Génie au titre de l'aviation, le 19 janvier 1911 - Placé en position hors cadre au titre de l'aviation militaire, le 21 août 1911 - Brevet de pilote militaire n° 5 obtenu le 10 mars 1911 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 27 avril 1912 - Affecté à la 6ème compagnie du 2ème groupe d'aviation, le 1er octobre 1912 - Nommé Sous-lieutenant de la 6ème compagnie du 2ème groupe d'aviation, le 1er janvier 1913 - Nommé Lieutenant, le 19 janvier 1913 - Pilote de l'escadrille Saharienne à la Manouba (Tunisie) du 5 août 1913 au 1er janvier 1914 - Pilote de l'escadrille HF 32 du 2 août au 12 octobre 1914 - En mission à Lille (59), il est victime d'une péritonite et ne peut repartir - Il est fait prisonnier par les Allemands, le 12 octobre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 16 octobre 1914 - Emprisonné au camp de Halle sur Saale à compter du 12 décembre 1914, puis au fort Prinz Karl à Ingolstadt à compter du 5 février 1916 - Nommé Capitaine, le 6 mai 1915 - Il s'évade en compagnie du Ltt Pinsard à partir du 26 février 1916 - Gagnent la Suisse et reprend le combat à compter du 10 avril 1916 - Commandant de l'escadrille N 26 du 15 juillet 1916 au 21 mars 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 17 octobre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 12 novembre 1916 - Commandant du GC 15 du 1er avril 1917 au 10 février 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 7 avril 1917 - Nommé Chef de Bataillon à titre temporaire, le 6 juillet 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 10 octobre 1917 - Officier de la Légion d'Honneur, le 22 octobre 1917 - Nommé l'escadre de combat n° 1 et du groupement mixte escadre 1 et 12 (1ère brigade), le 10 février 1918 - Nommé Chef de Bataillon à titre définitif, le 1er juillet 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 4 octobre 1918 - Commandant du CIACB, le 1er novembre 1918 - Termine la guerre avec 4 victoire homologuées - Croix de Guerre 14/18 avec 6 citations - Remarié avec Marcelle Didier, le 3 avril 1919 - Nommé Adjoint à l'inspecteur des écoles, le 1er mai 1919 - Délégué français à la commission de contrôle aéronautique en Bulgarie, le 17 août 1920 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 10 septembre 1920 - Adjoint au cours d'aéronautique à l'école supérieure de guerre, le 7 mars 1921 - Professeur stagiaire à l'école supérieure de guerre, le 8 septembre 1921 - Commandant du centre d'instruction de tir et bombardement de Cazaux, le 9 juin 1922 - Brevet d'observateur en avion, le 31 mars 1923 - Affecté au service général du ravitaillement en matériel d'aviation, le 8 ocotbre 1924 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 18 décembre 1924 - En retraite, le 1er mars 1925 - Nommé Colonel de réserve - Mobilisé en 1939 - Croix de guerre 39/40 - Résistant, il est arrêté et déporté en 1943 - Grand officier de la Légion d'Honneur, le 30 juillet 1947 - Domicilié 279, avenue Carnot à La Rochelle (17) - Décédé à Rochefort-sur-Mer (17), le 13 avril 1954 - Photo collection Albin Denis.

Adj Gustave Naudin - Né le 29 mai 1890 à Corberon (Côte d'or) - Fils de Claude Naudin et de Eugénie Sergent - Avant guerre comptable - Engagé le 13 mars 1909 au 8ème régiment de Hussards - Mobilisé au 16ème régiment de Chasseurs à cheval de Beaune - Entré à l'aviation comme élève pilote, le 15 mars 1916 - Ecole de Dijon-Longvic (Formation militaire et théorique) - Brevet de pilote militaire n° 4818 obtenu à l'école du Crotoy, le 22 octobre 1916 - Ecole de Chateauroux (stage perfectionnement) - Pilote de l'escadrille C 224 comme pilote de Caudron G 4 du 1er février au 6 octobre 1917 - Nommé Adjudant, le 20 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 16 novembre 1917 au 3 novembre 1918 - Blessé au combat, le 29 septembre 1918 - Hospitalisé à partir du 30 septembre 1918 - 5 victoires homologuées et 11 non homologuées - Légion d'Honneur - Médaille Militaire, le 15 août 1917 - Croix de Guerre 14-18 - 7 citations à l'ordre de l'armée - Photo collection Mathieu Marnay que je remercie pour son aide.

Autre photo de l'Adj Gustave Naudin - pilote et As de l'escadrille SPA 26 du 16 novembre 1917 au 3 novembre 1918 - Voir le rappel "SPAD 26" fixé sur sa patte d'épaule gauche - Photo mise en ligne par le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

Slt Mathieu Marie Joseph Louis Antoine Tenant de la Tour - Né le 5 décembre 1883 à Paris - Entré en service actif au 5ème régiment de Hussards, le 28 novemebre 1902 - Une citation à l'ordre du régiment, le 27 septembre 1914
Observateur d'armée - Brevet de pilote militaire n° 1029 à l'école d'aviation militaire de Pau, le 3 juin 1915 - Stage de perfectionnement à Avord - Pilote de l'escadrille MS 15 du 6 juillet au 25 août 1915 - Blessé au cours d'un accident aérien, le 30 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille N 57 par décision du GQG n° 2847 en date du 6 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 3 du 6 juin 1916 au 21 mars 1917 - Pilote et commandant de l'escadrille N 26 du 21 mars au 17 décembre 1917 - Décédé des suites d'un accident aérien au cours d'une exhibition d'acrobatie à Auchel (62), le 17 décembre 1917 - Neuf victoires - Sept citations (une cavalerie, 6 aéronautique) - Légion d'Honneur en 1916 - 3 blessures.

Slt Mathieu Marie Joseph Louis Antoine Tenant de la Tour - Né le 5 décembre 1883 à Paris - Entré en service actif au 5ème régiment de Hussards, le 28 novembre 1902 - Une citation à l'ordre du régiment, le 27 septembre 1914 - Observateur d'armée - Brevet de pilote militaire n° 1029 à l'école d'aviation militaire de Pau, le 3 juin 1915 - Stage de perfectionnement à Avord - Pilote de l'escadrille MS 15 du 6 juillet au 25 août 1915 - Blessé au cours d'un accident aérien, le 30 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille N 57 par décision du GQG n° 2847 en date du 6 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 3 du 6 juin 1916 au 21 mars 1917 - Pilote et commandant de l'escadrille N 26 du 21 mars au 17 décembre 1917 - Décédé des suites d'un accident aérien au cours d'une exhibition d'acrobatie à Auchel (62), le 17 décembre 1917 - Neuf victoires - Sept citations (une cavalerie, 6 aéronautique) - Légion d'Honneur en 1916 - 3 blessures - Photo collection Jean-Paul Borderelle que je remercie pour son aide.

Citation à l'ordre de l'armée du Cne Mathieu Tenant de La Tour, commandant l'Escadrille N 26 : "Officier d'Infanterie au début de la campagne, passa dans l'Aviation, où il se distingua particulièrement, puisqu'il avait abattu officiellement onze avions ennemis. Tombé en décembre 1917." - Cette famille a payé le prix fort pour notre liberté. Ses deux frères, François et Raymond, ont été tués au combat dans l'infanterie, le 13 avril 1915 et le 17 avril 1917.

Remise de la médaille d'officier de la Légion d'Honneur aux lieutenants Roland Garros et Anselme Marchal sur le terrain d'Hétomesnil, le 6 mars 1918. Carte postale d'époque.

Chevalier de la Légion d'Honneur en date du 15 octobre 1913 :  Lieutenant de réserve Anselme-Léon-Émile Marchal, au service des fabrications de l’aviation militaire. : "Pilote de premier rang. Après avoir donné sur le front des preuves éclatantes de sa valeur, s’est proposé pour une entreprise des plus hardies. Tombé aux mains de l’ennemi après avoir survolé plus de 1.300 kilomètres de terre allemande, est parvenu à s’évader dans des circonstances qui font ressortir une fois de plus ses hautes qualités militaires et morales."

Officier de la Légion d'Honneur en date du 6 mars 1918 :  Lieutenant d'active Adrien-Roland-Georges Garros, au service des fabrications de l’aviation militaire : "Grand aviateur d’avant-guerre, dont le nom est un symbole de bravoure et de modestie; a mis au service de la patrie, dès le début des hostilités, ses admirables qualités d’intelligence, d’audace et d’habileté professionnelle. Tombé aux mains de l’ennemi, a gardé intactes sa confiance, son énergie et son indéfectible volonté. A échappé aux Allemands dans des conditions qui jettent un nouvel éclat sur son nom."

Portrait du Ltt Roland Adrien Georges Garros - Né le 6 octobre 1888 à St-Denis (Ile de la Réunion) - Fils de Georges Garros et de Emma Clara Faure - Domicilés rue de l'Arsenal à St-Denis de la Réunion - Achète son premier avion, une Demoiselle Santos-Dumont - Brevet de pilote n° 147 décerné par l'Aéroclub de France obtenu le 14 juillet 1910 - Record d'altitude avec 3950 m, le 4 septembre 1911 - Vainqueur du circuit d'Anjou, aux commandes d'un Blériot 50 HP, les 16 et 17 juin 1912 - Nouveaux records d'altitude, aux commandes d'un Morane-Saulnier type H avec 4950 m à Houlgate, puis 5610 m à Tunis en décembre 1912 - Raid Tunis - Carthage - Rome - Première traversée de la Méditerrannée de Fréjus - Bizerte - Tunis, le 23 septembre 1913 - Circuit international des lacs italiens des 5 au 7 octobre 1913 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 15 octobre 1913 - Engagé pour la durée de la guerre, le 1er août 1914 - Pilote de l'escadrille MS 23 du 2 août 1914 au 3 février 1915 - Pilote de l'escadrille MS 26 du 3 février au 18 avril 1915 - Fait prisonnier suite à une panne de son MS, le 18 avril 1915 - S'évade, en compagnie du Ltt Anselme Marchal, le 14 février 1918 - Officier de la Légion d'Honneur, le 6 mars 1918 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 4 juin au 12 août 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 23 août au 5 octobre 1918 - Tué en combat aérien, aux commandes du SPAD XIII n° 15403, au cours d'un combat contre trois Fokker D VII, dans les environs de Vouziers (08), le 5 octobre 1918 - Photo Collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Ltt Roland Garros, pilote de la SPA 26 pose devant un Nieuport 28, le 3 octobre 1918 - Deux jours plus tard, il trouvera la mort en combat aérien dans la région de Vouziers - Photo collection Jean François Martin que je remercie pour son aide.

Sgt Justin Honoré Alexandre Usse - Né le 16 février 1890 à Patay (Loiret) - Fils de Joseph Pierre Usse et de Ernestine Honorine Hardy - Domiciliés à 36, rue St-Guillaume à St-Brieuc (22) - Classe 1910 - Recrutement de St-Brieuc (22) sous le n° matricule 209 - Exempté de service militaire en 1910 - Profession avant guerre Chemisier métallurgiste - Engagé volontaire au 129ème régiment d'infanterie stationné à Sarthenay, à compter du 8 octobre 1914 - Affecté à la 25ème compagnie du 129ème RI du 11 octobre au 11 décembre 1914 - Nommé caporal, le 3 janvier 1915 - Affecté au 24ème bataillon de Marche - Affecté au 114ème régiment d'infanterie, le 23 mars 1915 - Blessé au combat par l'explosion d'une mine au thorax et à la main gauche à Loos (62), le 10 mai 1915 - Soigné à l'hôpital de Chantilly jusqu'au 28 mai 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 12 septembre 1915 - Instruction technique aéronautique au 1er groupe d'aviation de Dijon-Longvic du 17 septembre au 29 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2406 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 17 janvier 1916 - GDE du Plessis-Belleville du 24 janvier au 27 avril 1916 - Pilote de l'escadrille MF 62 du 27 avril au 15 juin 1916 - Vole sur les avions suivants : MF 11 n° 886 - MF 11 bis n° 1652 - F 40 n° 2059 - F 40 n° 2063 - Pilote de l'escadrille F 24 du 15 juin 1916 au 12 juillet 1917 - Vole sur les avions suivants : F 40 n° 2063 - Nommé Sergent, le 15 juillet 1916 - Une citation à l'ordre du 1er corps d'armée, le 28 septembre 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du 9ème corps d'armée, le 26 novembre 1916 - Une citation à l'ordre du 38ème corps d'armée, le 1er mai 1917 - Nommé Adjudant, le 25 avril 1917 - Pilote de l'escadrille C 222 du 12 juillet au 24 septembre 1917 - Vole sur les avions suivants : Sopwith 1A2 n° 107 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau du 10 au 20 novembre 1917 - Pilote instructeur de l'école d'aviation américaine d'Issoudun du 20 novemvre 1917 au 15 mai 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 17 mai au 3 novembre 1918 - Trois victoires homologuées et une non homologuées à la SPA 26 - Une citation à l'ordre de l'armée - Hospitalisé du 28 mai au 20 juillet 1918 puis du 20 septembre au 1er octobre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 173 du 1er octobre 1918 au 9 avril 1919 - CIACB à compter du 9 avril 1919 - Affecté au 3ème régiment d'aviation - Inscrit au tableau spécial de la Légion d'Honneur à compter du 16 juin 1920 - Passé à l'arme de l'aéronautique, le 29 juin 1923 - Photo Justin Usse transmise par Gilles Delanoé que je remercie pour son aide.

Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Juston Usse, matricule 209, du 129ème régiment d'infanterie, détaché à l'escadrille SPA 26 : "Pilote de Chasse dont la valeur s'affirme chaque jour davantage. Le 28 octobre 1918, au cours d'un combat difficile, a abattu son adversaire, rentrant lui-même avec son avion fortement endommagé."

Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Slt Justin Honoré Alexandre Usse du 3ème régiment d'aviation en date du 16 juin 1920 : "Officier pilote de chasse très audacieux et très courageux. Une blessure, 6 citations."

 

Escadrille MS 26

 


 

Escadrille MS 26

Morane Saulnier type L qui équipa l'escadrille MS 26 du 24 août 1914 au 20 septembre 1915 - Photo Collection Paul Cottave-Claudet transmise par son Petit-fils Jean-Paul Milliand que je remercie pour son aide.

 

Escadrille N 26

Le Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes est déplacé par les Allemands après sa capture, le 3 juillet 1916 - On ne peux pas dire qu'ils aient choisi la facilité et la stabilité - Photo Collection Grégory VanWyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Le Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes est arrivé à destination sans casse - C'était pas gagné d'avance ! - Photo Ebay Allemagne.

Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes posé chez l'ennemi après un combat, le 3 juillet 1916. Pilote fait prisonnier. Si vous possèdez cette photo en haute résolution, pensez à moi. Photo Ebay Allemagne

Autre vue du Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes capturé par les Allemands, le 3 juillet 1916, après que ce pilote ait remporté une victoire contre un Drachen qui a été homologué - Photo Collection Grégory VanWyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Le Nieuport 11 n° 1135 du Cne Jean de Sieyes de Veynes, capturé intact par les Allemands, a été beaucoup photographié - En voici une autre photo - Photo Collection Grégory VanWyngarden que je remercie pour son aide précieuse.

Nieuport 17 de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'été 1916. La torche est rouge et la flamme blanche, la casserole d'hélice tricolore. Photo Cne Guy Tourangin transmise par son fils que je remercie pour son aide.

Ltt pilote de l'escadrille N 26 pose devant son Nieuport 17 sur le terrain de Cachy. La N 26 a stationné à Cachy du 6 juin 1916 au 27 janvier 1917. Photo Collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Lieutenant pilote de l'escadrille N 26 pose devant les Nieuport 17 de son unité sur le terrain de Cachy en juin-juillet 1916. Photo Collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Trois Nieuport 17 de l'escadrille N 26 partent en mission à partir du terrain de Cachy en juin-juillet 1916. Photo Collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1741 (codé "3") de l'escadrille N 26 stationné sur le terrain de Cachy. Remarquez la casserole d'hélice bi ou tricolore caractéristique que l'époque. Photo famille Détraz que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1741 (codé "3") de l'escadrille N 26 stationné sur le terrain de Cachy. Photo famille Détraz que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1741 (codé "3") de l'escadrille N 26 stationné sur le terrain de Cachy. Photo famille Détraz que je remercie pour son aide.

Sgt Georges Sendral aux commandes du Nieuport 17 n° 1725 codé "2" de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'automne 1916 - Il ne s'agit pas d'un avion qui lui a été affecté - Il a été pilote de cette escadrille du 25 mai 1916 au 7 juillet 1917 - Au sein de la N 26, il a volé sur les Nieuport 10 n° 742, Nieuport 12 n° 895 et Nieuport 17 n° 1136 - A remporté une victoire homologuée contre un Albatros abattu dans les environs d'Aizecourt, le 12 septembre 1916 - Photo Collection Marc Dantlo que je remercie pour son aide.

Escadrille N 26

Nieuport 10 n° 403 de l'escadrille N 26 piloté par le Sgt Daniel Duménes - Photo Collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Le Slt Hugues de Rochefort pose devant le Nieuport 10 n° 447 qui lui a été affecté à l'escadrille N 26 pendant l'automne hiver 1915 - Photo Solange de Rochefort que je remercie pour son aide.

Capitaine, commandant de l'escadrille N 26 à Cachy pendant l'été 1916 - Je ne suis pas arrivé à identifier avec certitude cet officier - Photo Collection Jean-Luc Borderelle que je remercie pour son aide.

Alignement de 4 Nieuport 17 de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'été 1916.
L'avion, au premier plan, est celui du commandant de l'escadrille, il porte le n° 1. Les Nieuport sont, soit camouflés en deux tons marron et vert, ou alu peint. Photo Cne Guy Tourangin transmise par son fils que je remercie pour son aide.

Le Slt Guy Tourangin pose à coté de son Nieuport 17 (n° 11 dans l'ordre de l'escadrille)
L'escadrille N 26 est stationnée sur le terrain de Cachy du 6 juin 1916 au 28 janvier 1917 - Photo Cne Guy Tourangin transmise par son fils que je remercie pour son aide.

Hangars de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'été 1916 - Au premier plan, un des Nieuport 17 de l'escadrille. Dans le hangar, on aperçoit un des premiers Spad VII livré à la 26. Photo Cne Guy Tourangin transmise par son fils que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 2000 de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'automne 1916 - Photo dédicacée par ce pilote au Sgt Sendral, le 14 décembre 1916 - Photo Collection Marc Dantlo que je remercie pour son aide.

Une autre photo du Sgt Georges Sendral posant avec le Nieuport 17 n° 1725 codé "2" de l'escadrille N 26 sur le terrain de Cachy pendant l'automne 1916 - Sendral a été pilote de cette escadrille du 25 mai 1916 au 7 juillet 1917 - Photo Collection Marc Dantlo que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 1581 de la N 26, piloté par le Slt Hugues de Rochefort posé dans les lignes allemandes, le 15 septembre 1916 - L'avion peint en alu, porte le chiffre d'ordre "3" sur l'aile supérieure - A cette époque, l'emblème de l'escadrille est la torche enflammée - Photo Ebay Allemagne.

Slt Hugues de Rochefort de l'escadrille N 26, grièvement blessé par la DCA, a posé son Nieuport 17, n° 1581, dans les lignes allemandes, le 15 septembre 1916 - Il a été photographié, alors qu'il attend d'être évacué, par les soldats qui l'ont extrait de son avion - Il décédera de ses blessures, le 23 septembre 1916 - Photo Ebay Allemagne.

DFW type C abattu par 3 pilotes en coopération, le 3 juin 1917 - Il s'agit du Sgt Adrien Chapelle (N 31) - MdL Constant Soulier (N 26) - Ltt Honoré de Bonald (N 69) - Les deux membres d'équipage allemands ont été faits prisonniers - Photo collection Samuel Kittler que je remercie pour son aide.

 

Escadrille SPA 26

Spad XIII de l'escadrille SPA 26 en 1918 - Cet avion (n° 15 dans l'ordre de l'escadrille) porte le flambeau dans un ovale de couleur - Le numéro d'ordre est rappelé sur le dos du fuselage et les ailes supérieures et inférieures - Photo SHD section Air de Vincennes - B 2004 / 0050 - Origine Blech / Caplet.

Cne Hiyotaké Shigeno, pilote de l'escadrille N 26, pose à bord de son Spad VII Baptisé "Nakadori" - Remarquez la cigogne les ailes déployées, dont le dessin a d'abord été adopté par le pilote japonais, avant d'être adopté par l'ensemble de l'escadrille - Remarque le trèfle porte-bonheur peint sur le dos de l'appareil - Photo SHD du château de Vincennes.

Spad VII de l'escadrille SPA 26 portant le deuxième emblème collectif de l'unité en fin 1916 / début 1917. Il s'agit cette fois d'une cigogne, qui a été d'abord l'insigne personnel du Cne Hiyotaké Shigeno (Japon) - Après le rattachement de la N 26 au GC 12, le 5 juin 1916, la 26 a été contrainte de changer d'insigne pour adopter, comme toutes les autres unités de combat du groupe commandé par Brocard, une cigogne. Il a semblé alors fort judicieux d'adopter cette cigogne bien connue des pilotes et mécaniciens de l'unité - Photo Musée de l'Air du Bourget / n° du cliché MA 23923.

Soldat de 2ème classe Henri Grasset - Né en 1891 - Parc 2 du 12 mai au 17 juin 1916 - Mécanicien Hispano-Suiza de l’escadrille N 26 / SPA 26 du 20 juin 1916 au 1er mars 1918 - RGAé du 28 octobre au 1 er décembre 1917 - Subsistance à l’escadrille V 116 du 10 au 17 décembre 1917 - RGAé du 4 au 29 janvier 1918 - Affecté au GC 15 à partir du 1 er mars 1918 - Photo Bernard Gintz que je remercie pour son aide.

Henri Grasset, soldat et mécanicien Hispano-Suiza de l’escadrille SPA 26 du 20 juin 1916 au 1er mars 1918 pose devant un des SPAD XIII de son unité - Photo Bernard Gintz que je remercie pour son aide.

Cen Xavier de Sevin, commandant de l'escadrille SPA 26 du 25 décembre 1917 au 26 mars 1919, pose à côté du SPAD XII qui lui est affecté, sur le terrain d'Hétomesnil (Oise), le 6 mai 1918 - Remarquez les deux insignes peints sur les flancs de l'appareil, la cigogne dite de Saint Galmier et l'insigne personnel du Cne de Sevin, un cor de chasse, ce pilote est issu du 19ème bataillon de Chasseurs, orné d'une rose - Photo collection Albin Denis.

Escadrille SPA 26

Adj Auguste Pouchelle - Né le 20 février 1895 à Marquette-les- Lilles (59) - Avant guerre ingénieur - Enfui de la zone occupée par les Allemands, le 20 avril 1915 - Affecté au 2ème Lourd de campagne de Vincennes - Passé à l'aviation comme élève pilote suite à la décision ministérielle n° 285524/012 en date du 18 octobre 1915 - Arrivé à l'école de Dijon-Longvic, le 9 novembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 2997 en date du 17 mars 1916 - Différentes mutations : Ecole de Dijon-Longvic (formation militaire et théorique) - Pau (brevet de pilote militaire) - Cazaux (école du tir aérien) - Pau (école de haute école) - RGAé - Escadrille N 26 - Escadrille SPA 67 à partir du 2 juin 1918 - Décorations : Croix de Guerre 1914-1918 - Médaille Militaire en date du 18 août 1916 - Photo Auguste Pouchelle transmise par sa nièce Christel Pouchelle-Wieters que je remercie pour son aide.

Adj Auguste Pouchelle - pilote de l'escadrille SPA 26 jusqu'au 2 juin 1918 pose devant un de ses Spad - Il a successivement volé sur le Nieuport 17 n° 1429 - les Spad VII n° 344 - 380 - les Spad XIII n° 1863 - 3212 - Photo Auguste Pouchelle transmise par sa nièce Christel Pouchelle-Wieters que je remercie pour son aide..

MdL Marcel Plessis pilote de Spad XIII de l'escadrille SPA 26 en 1918-1919 - Il porte le chiffre code "16" qui marque l'ordre du pilote au sein de son unité. L'insigne est désormais la cigogne - Photo collection Christian du forum Histoire Militaria 14-18 que je remercie pour son aide.

Adjudant Julien Emile François Antoine pose à côté de son SPAD VII - Il volait habituellement sur le n° 1721 codé "11" baptisé "D'où l'on voit la cime bleue des Vosges" - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Fils de Jules Antoine et de Laure Orivel - Profession avant mobilisation Etudiant - Engagé (service militaire) au 16ème régiment chasseurs à Cheval, le 11 mars 1910 - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Ecole d'aviation militaire de Dijon (tests de sélection personnel navigant) - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 5 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage du tir aérien à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Une période sur le terrain de Villacoublay (GDE) - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Mission à la RGA (Réserve Générale d'Aviation) du 17 novembre au 8 décembre 1917 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Hospitalisé du 5 juin au 4 juillet 1918 - Dirigé sur le terrain d'aviation militaire de Dijon-Longvic, le 26 avril 1919 en exécution de la note du GQG n° 37.197 du 27 mars 1919 - Photo Adj Julien Antoine transmise par Mme Laurence Antoine-Caillaux, sa petite fille que je remercie pour son aide.

SPAD XIII de l'escadrille SPA 26 en 1918-1919 - Photo Ebay France.

Terrain d'aviation de Sacy-le-Grand en juillet 1918 - L'escadrille SPA 26 a occupé ce terrain du 5 au 7 juin 1918 - Photo collections du Centre Régional de I'image de Nancy que je remercie pour leur aide.

Terrain de Neustadt - Lachen-Speyerdorf en allemagne - L'escadrille SPA 26 a occupé ce terrain à compter du 14 décembre 1918 - Carte postale d'époque.

 

Photos de reconnaissance

Reconnaissance aérienne de l'équipage Sgt Hughes Rochefort (pilote) et Cne Jean-Jacques Perrin (observateur) sur Bruges (Belgique), le 30 mars 1916 - Altitude de prise de vue 3400 mètres - L'objectif entouré est l'usine "La Brugeoise" qui construisait des matériels ferroviaires, dans la banlieue sud de la ville - Les batteries de DCA (Flak) sont prépositionnées en abord du site, à proximité des serres clairement visibles sur le cliché présenté - Voir le dessin associé dans la colonne de droite - Photo Archives Joseph de Chauvelin transmise par Christine de Chauvelin, que je remercie pour son aide.

 

 

Photos de reconnaissance

Dessin de mars 1916 identifiant l'usine "La Brugeoise" de constructions de matériels ferroviaires, implantée au sud de la ville de Bruges (Belgique) ainsi que la position des batteries de DCA allemandes qui couvrent le secteur - Dessin Archives Joseph de Chauvelin transmise par Christine de Chauvelin, que je remercie pour son aide.

 

Documents administratifs

Carte d'identité de pilote militaire n° 64xx décerné le 5 mai 1917 au MdL Julien Antoine - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Photo Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de Julien Antoine.

Licence FAI n° 4133 décerné le 10 août 1916 au soldat Julien Antoine - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Photo Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de Julien Antoine.

Licence FAI de pilote aviateur de Marin Pelhat délivrée le 28 mars 1916 - Né le 25 décembre 1892 à Paris (75) - Mécanicien à l'escadrille HF 1 puis MF 1 - Brevet de pilote militaire n° 2769 en date du 24 février 1916 - pilote de l'escadrille N 26 du 26 mai au 5 juillet 1916 - Fait prisonnier, aux commandes du Nieuport n° 738, pendant une mission spéciale, le 5 juillet 1916 - En fait, il a atterrit dans un champs, dans les environs de Monchaux pour déposer un agent, mais embourbé, n'a pu redécoller. Il a été capturé et a terminé la guerre dans un camp jusqu'en 1919 - Document Marin Pelhat transmise par son petit fils Christophe que je remercie pour son aide.

Carte d'identité de pilote décernée par l'école d'aviation militaire du Crotoy au MdL Naudin issu du 16ème régiment de Chasseurs à cheval, le 15 mai 1916 - Photo Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.
* Adj Gustave Naudin - Né le 29 mai 1890 à Corberon (Côte d'or) - Fils de Claude Naudin et de Eugénie Sergent - Avant guerre comptable - Engagé le 13 mars 1909 au 8ème régiment de Hussards - Mobilisé au 16ème régiment de Chasseurs à cheval de Beaune - Entré à l'aviation comme élève pilote, le 15 mars 1916 - Ecole de Dijon-Longvic (Formation militaire et théorique) - Brevet de pilote militaire n° 4818 obtenu à l'école du Crotoy, le 22 octobre 1916 - Ecole de Chateauroux (stage perfectionnement) - Pilote de l'escadrille C 224 comme pilote de Caudron G 4 du 1er février au 6 octobre 1917 - Nommé Adjudant, le 20 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 16 novembre 1917 au 3 novembre 1918 - Blessé au combat, le 29 septembre 1918 - Hospitalisé à partir du 30 septembre 1918 - 5 victoires homologuées et 11 non homologuées - Légion d'Honneur - Médaille Militaire, le 15 août 1917 - Croix de Guerre 14-18 - 7 citations à l'ordre de l'armée.

Licence FAI n° 3186 de pilote aviateur de Jean Sendral délivrée le 29 mars 1916 - Photo Collection Marc Dantlo que je remercie pour son aide.

Adj Jean Georges Sendral - Né le 9 juillet 1894 à Monaco - Fils de Pierre Sendral et de Marie Hélève Bel - Profession Ajusteur mécanicien - Engagé au 25ème bataillon d'aérostiers à compter du 6 août 1912 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien en novembre 1912 - Mécanicien au centre d'aéronautique de St-Cyr - Mécanicien de l'escadrille de protection du GQG - Mécanicien du centre de Bron jusqu'au 18 août 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 52 / F 52 du 21 août au 28 octobre 1915 - RGA du 28 ocotbre au 1er décembre 1915 - Passé élève pilote, le 1er décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2704 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 20 février 1916 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord jusqu'au 9 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 25 mai 1916 au 7 juillet 1917 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 8 septembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 25 septembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 12 novembre 1916 - Croix de Guerre - Blessé avec un nez cassé au cours d'un accident d'avion suite à une goupille de palonnier cassé, le 17 novembre 1916 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 22 décembre 1916 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 3 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 81 du 9 juillet au 24 octobre 1917- Hospitalisé du 20 au 25 septembre 1917 - Nouvelle hospitalisation, le 9 octobre 1917 - Evacué sur un hôpital de l'intérieur - Rayé des comptes, le 24 octobre 1917 - Affecté au sous-secrétariat de l'aéronautique à Paris, à compter du 24 décembre 1917.

Documents administratifs

Carte d'identité de pilote d'avion n° 1000 du Ltt Auguste Henry Pouchelle, pilote de l'escadrille N 26 - Brevet de pilote militaire n° 2997 en date du 17 mars 1916 - Escadrilles : N 26 - SPA 67 - Photo Auguste Pouchelle transmise par sa nièce Christel Pouchelle-Wieters que je remercie pour son aide.

Certificat de blessure de guerre du MdL Auguste Henri Pouchelle, pilote de la N 26.
Signé des 3 témoins : Slt Georges Guynemer (pilote N 3) - Cne Victor Ménard (pilote et Cdt N 26) - Sgt Jean Georges Sendral (pilote N 26)
A reçu une fracture au rebord orbitaire gauche et a eu les deux jambes brisées au cours d'un vol d'attaque de Drachen allemand, avec fusées le Prieur. malgré une panne sèche de moteur, le MdL Pouchelle a réussi à revenir, hélice calée, à l'Ouest de la sucrerie de Proyart. L'avion a glissé sur l'aile et s'est écrasé sur le sol. Le pilote a été transporté à l'ambulance n° 2 de Harbonnières, puis à l'ambulance n° 10 XXI de Cayeux. fait aux Armées, le 19 août 1916. Document transmis par Christel Pouchelle-Wieters, nièce de Auguste Pouchelle que je remercie chaleureusement pour son aide.

Ordre n° 3574 conférant la Médaille Militaire et la Croix de Guerre avec palme
au MdL Auguste Pouchelle, pilote de l'escadrille N 26, pour sa conduite, le 18 août 1916 - texte de la citation associée à ces décorations : "S'est évadé des régions envahies pour venir s'engager. Pilote courageux, a livré de nombreux combats aériens. Le 18 août 1916, après avoir attaqué 2 Drachen à faible altitude, a survolé 10 km de territoire ennemi avec un avion en flammes et criblé de plus de 100 balles de mitrailleuses. A été très grièvement blessé."
Document transmis par Christel Pouchelle-Wieters, nièce de Auguste Pouchelle que je remercie chaleureusement pour son aide.

Extrémité d'une pale d'hélice Eclair peinte en septembre 1926 par le soldat Barthélémy Gevaudan, peintre voilier de la SPA 26, au profit de l'Adj Gustave Naudin, As de l'escadrille - Il s'agissait de commémorer le combat de Naudin, seul contre 9 Pfalz, le 20 mai 1918 - Elle a été perçée par une balle pendant l'affrontement - Ce combat a débouché par la perte d'un avion adverse, le 20 mai 1918 - Ce biplace a été la 3ème victoire homologuée de ce pilote - Photo Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Slt Benjamin de Tascher au cimetière du Père Lachaise.
* Slt Benjamin Marie Henri Camille de Tascher - Né le 22 février 1886 à Paris (75) - Fils de Charles de Tascher et de Marie Anne de Seillac - Domiciliés Château de Thauvenay par Santerre (Cher) - Service militaire au 4ème régiment de Hussards, à compter d'octobre 1907 - Mobilisé au 23ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Affecté au 6ème régiment de Dragons - Nommé Maréchal des Logis en mars 1915 - Passé à l'aviation, le 17 septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2322 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 11 janvier 1916 - Stage de Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 28 mars 1916 - Pilote de l'escadrille C 30 du 20 mai 1916 au 4 novembre 1916 - GDE pour entrainement sur Nieuport du 4 au 27 novembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 27 novembre 1916 au 12 avril 1917 - RGA du 16 février au 4 mars 1917 - Fait prisonnier, le 12 avril 1917 - Evadé, le 31 septembre 1917 - Retour, le 8 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 19 décembre 1917 au 1er mars 1919 - Nommé Sous-Lieutenant, le 26 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 173 du 1er au 23 mars 1919 - Pilote de l'escadrille SPA 26 à compter du 23 mars 1919 - Décédé du 18 décembre 1964 - Photo Jean-Michel Lasayques que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille de Rochefort dans le cimetière communal de Cerdon (45)
Slt Hugues de Rochefort y repose depuis la fin de la guerre. L'épitaphe en bois dressée sur la tombe du sous-lieutenant par les Allemands est conservée au
sein du caveau. Voir la photo inférieure qui présente cette pièce. Photo Ludovic Spy à qui j'adresse tous mes remerciements pour l'aide apportée.

Intérieur du caveau de la famille de Rochefort dans le cimetière communal de Cerdon (45). Voir en particulier la plaque tombale de l'officier de la N 26 et l'épithaphe en bois dressée par les Allemands sur sa première tombe. Photo Ludovic Spy à qui j'adresse tous mes remerciements pour l'aide apportée.

Tombe du Cne Raoul César Robert Pierre Echard - Né le 28 septembre 1883 à Rouen - Brevet de pilote militaire n° 3089 obtenu le 29 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 3 septembre 1916 au 4ème trimestre 1916 - Commandant de l'escadrille N 82 / SPA 82 du 24 janvier 1917 au 6 juin 1918 - Nommé capitaine en 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 22 mai 1917 - 6 victoires homologuées obtenues à l'escadrille N 82 - Commandant le GC 22 du 6 juin 1918 à la fin de la Guerre - Une victoire homologuée contre un Drachen pendant sa période de commandement du GC 22 - Termine la guerre avec 7 victoires homologuées - S'est tué au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un SPAD XVII (300 HP) dans les environs de Bodio (Suisse), le 7 septembre 1922 - Il effectuait le voyage aller en 3 étapes pour se rendre au meeting international de Dübendorf - Arrivé entre Bellinzone et Dübendorf, son avion perdit l'aile droite et s'écrasa au nord du village - Il repose dans le cimetière de Notre-Dame de Bonsecours (Seine-Maritime) - Photo Regis Biaux que je remercie pour son aide.

Autre vue de la tombe du Cne Raoul Echard - Né le 28 septembre 1883 à Rouen - Brevet de pilote militaire n° 3089 obtenu le 29 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 26 du 3 septembre 1916 au 4ème trimestre 1916 - Commandant de l'escadrille N 82 / SPA 82 du 24 janvier 1917 au 6 juin 1918 - Nommé capitaine en 1917 - Commandant le GC 22 du 6 juin 1918 à la fin de la Guerre - Photo Regis Biaux que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Monument érigé à l'endroit où s'est écrasé le Spad XIII n° 15403 du Ltt Roland Garros de la SPA 26, le 5 octobre 1918. Garros a été engagé dans un combat contre 3 Fokker D VII au Sud-Ouest de Vouziers. Le système de synchronisation de son avion étant défaillant, son premier tir détruit l'hélice de son Spad. Il lui est alors impossible de se défendre contre les chasseurs adverses. Il est alors abattu par le Ltn Hermann Habish, de la Jasta 49. Photos Bernard Berthion que je remercie pour son aide.

Tombe du Ltt Roland Garros, pilote de l'escadrille SPA 26 dans le cimetière de la ville de Vouziers (08). Tué en combat aérien aux commandes du Spad XIII n° 15403 par le Ltn Hermann Habich du Jasta 49, le 5 octobre 1918 Photo Philippe Germain que je remercie pour son aide.

Vue de détail de la plaque honorant le Ltt Roland Garros sur sa tombe située dans le cimetière de la ville de Vouziers (08). Photo Philippe Germain que je remercie pour son aide.

Tombe du Slt Georges Momet, observateur de l'escadrille N 26 - Né le 15 avril 1891 à Cérilly (Allier) - Entré en service actif au 3ème régiment de chasseurs à cheval, le 1er octobre 1912 - Décédé des suites d'une blessure par balle à la tête, il a été trépané et est mort de ses blessures à l'hôpital militaire "Océan" de la Panne, le 23 janvier 1916 - Il repose au cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette (62) - Photo Marc Baert que je remercie pour son aide.

Sgt Jean Montmain, pilote de l'escadrille MS 26. Né à Saint-Laurent-de-Chamousset (69), le 28 mai 1888. Brevet de pilote militaire n° 541 en date du 30 août 1914. Décédé des suites d'un accident d'avion sur le terrain de Roosbrugge, le 14 janvier 1915. Il repose dans le carré militaire du cimetière de Zuydcoote (59). Photo Anne Malfoy que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Jean-Michel Lasayques pour ses photos de la tombe du Comte Benjamin Tascher, pilote de l'escadrille 26.
- Famille Detraz pour l'envoi des photos prise par Jean Détraz, photographe de l'escadrille SPA 62.
- M. Ronan Furic pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Ludovic Spy pour l'envoi des photos du caveau de la famille de Rochefort.
- M. Philippe Germain pour ses photos de la tombe du Ltt Roland Garros.
- M. Annie Malfoy pour ses photos de la tombe du Sgt Jean Montmain.
- Mme Christel Pouchelle-Wieters pour la transmission des souvenirs d'Auguste Pouchelle.
- M. Christophe Pelhat pour la transmission du brevet FAI de son grand-père Marin Pelhat, pilote de l'escadrille N 26.
- M. Olivier Baillon pour l'envoi des photos de la découpe de fuselage.
- M. Marc Baert pour l'envoi des photos de la tombe du Slt Georges Momet.
- Mrs Henri et Jean Lannes pour la communication des photos de la découpe de fuselage d'un Spad XIII de la SPA 26.
- M. Jean-François Martin pour l'envoi de la photo du Ltt Roland Garros devant un Nieuport 28.
- M. Jean-Pierre Mehl pour l'envoi des photos d'insignes de sa collection.
- M. Frédéric Domblides pour l'envoi des photos des entoilages conservés au MAE du Bourget.
- Mme Solange de Rochefort pour l'envoi des photos de Hugues de Rochefort.
- M. Laurent de Joux pour son aide auprès de Mme de Rochefort.
- M. Bernard Gintz pour l'envoi des photos du Soldat Henri Grasset.
- Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de l'Adj Julien Antoine, pilote de l'escadrille SPA 26.
- M. Daniel Gilberti pour l'envoi des photos concernant l'Adj Naudin, pilote de l'escadrille SPA 26.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos du Nieuport 11 du Cne Jean de Sieyes de Veynes.
- M. Jean-Paul Borderelle pour l'envoi des photos de sa collection.
- Mme Martine Fraticola pour l'envoi de la photo de Barthélémy Gévaudan, son grand-père.
- M. Samuel Kittler pour l'envoi de la photo du DFW C abattu.
- M. Régis Biaux pour l'envoi des photos de la tombe du Cne Raoul Echard.
- M. Guillaume Glaize pour l'envoi de la photo du Cne François Glaize, son grand-père.
- M. Jean-Pierre Puton, chef de projet du Centre Régional de l'Image de la ville de Nancy.
- M. Blaise Aurora, chargé de documentation du Centre Régional de l'image de la ville de Nancy.
- M. Marc Dantlo pour l'envoi des archives de l'Adj Jean Sendral.
- Mme Christine de Chauvelin pour la transmission des archives de Joseph de Chauvelin.
- M. Gilles Delanoé pour la communication des archives de Justin Usse.

Bibliographie :

- Cahier d'enregistrement des heures de vol de l'escadrille 26 - Conservé à la section Air du SHD du château de Vincennes sous la côte 1 A 287/2.
- Carnets de Comptabilité en Campagne de l'escadrille 26 - Conservés à la Section Air du SHD du Château de Vincennes.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett - Publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Roland Garros 1888 - 1918 - Revue Icare n° 125 du 2ème trimestre 1988.
- Encyclopédie illustrée de l'aviation publié par les éditions Atlas en 1986.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 25 Escadrille 26 Victoires

 

 

pas de fiche > 1918

Détail des victoires Cliquez pour voir les victoires Cliquez pour agrandir