Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Insigne de l'escadrille 40 - Dessin Albin Denis

Insigne métallique
de l'escadrille SAL 40

Insigne en métal découpé datant de l'époque des Farman F 40 de 1916 - La signification symbolique pourrait être une poule enfermée dans une cage (cage à poules), une manière d'évoquer l'avion sur lequel les pilotes volaient à l'époque - Insigne collection Philippe Bartlett - Photo extraite du livre de Philippe Bartlett "Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918" que je recommande tout particulièrement.

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 40 était un fanion triangulaire blanc bordé de rouge orné de deux étoiles rouges.

 

Historique succinct

L'escadrille MF 40 a été créée sur le terrain de Cuperly, le 27 mars 1915. Sa dotation initiale se compose de Maurice Farman MF 7 et MF 11. En août 1915, elle passe sous le commandement de l'aéronautique du 4ème corps d'armée et elle y restera jusqu'à la fin du conflit. A la mi 1916, son parc aérien se transforme avec l'arrivée des Farman F 40. C'est avec cet avion qu'un équipage de la F 40 remporte la première victoire homologuée de l'unité, le 26 septembre 1916.

En 1917, l'escadrille touche dix Dorand AR 1 et plusieurs Letord et devient l'escadrille AR 40. En mars 1918, elle perçoit 10 Salmson 2A2. Elle termine la guerre à la tête de 4 victoires homologuées. Ses équipages ont eu à déplorer la perte de 5 membres d'équipage tués au combat. Elle est dissoute sur le terrain de Pars-lès-Romilly, le 30 mars 1919.

Les traditions de la SAL 40 de la Grande Guerre seront reprises successivement par la 5ème escadrille du Levant, le 1er juin 1920, puis la 6ème du 39ème RAO et finalement par le GAO 593 stationné à Alep (Syrie). Cette unité sera dissoute en juillet 1940. Les traditions de la SAL 40 n'ont pas été reprises depuis cette date.

 

 

Insignes des unités détentrices
de ses traditions

Insigne de la 6ème escadrille du 39eme RAO stationné à Rakka - Deir er Zor - Cette unité était héritière des tradittions de l'escadrille SAL 40 de la Grande Guerre mais en ne reprenant pas son insigne d'origine - Insigne valable pour la période de 1er octobre 1923 au 1er octobre 1932 - Photo Albin Denis

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SAL 40

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

 

Personnels de l'escadrille 40

La liste sera donnée ultérieurement

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

Les hommes

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Visite d'aviateurs russes à l'escadrille F 40, le 3 octobre 1916 - De gauche à droite : Slt Fourment - Asp Calame - Ltt Saintot - Adj Nourrisson - Slt Rouliotzky - Ltt Jordan - Ltt Petit - Cne Braconnier - Slt Jardetzky - Ltt Michel - Slt Remizov - Ltt Henry - Lcl Koerchoun Osmolorski - Slt Desobris - Ltt de Flers - Adj Schmidt - Col Birot - Ltt Schirthadre - Cne Cassin - Cne Wagner - Col Simenoff - Slt Romanovsky - Ltt Collet - Cne Lupanoff - Cprl Lebedeff - Lcl Stravinsky - Col Ritoff - Ltt Tranchant - Cne Polestchouk - Ltt Bazilievitch - Ltt Chauvin - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Personnels navigants de l'escadrille F 40 à l'été 1916 - De gauche à droite assis au 1er rang : Ltt Prosper Michel (obs) - Sgt Emile Mayet (pilote) - Ltt Pierre Furiet (pilote) - Sgt Charles Léveque (pilote) - Slt Roger Saintot (pilote) - Sgt Jean Puech (pilote) - Debouts au second rang : Slt Jean Petit (pilote) - Asp Robert Calame (pilote) - Ltt Pierre Hély d'Oissel (pilote) - Ltt Marcel de Flers Detroye (pilote) - Cne René Cassin (pilote et cdt F 40) - Ltt Joseph Hervieux (obs) - Ltt Gaston Tranchant (pilote) - Ltt Maurice Denis (pilote) - Ltt Henri Collet (obs) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

* Adj Marius Joseph Régis Jean Baptiste Roche - Né le 3 mars 1892 à St-André-des Effangeas (Ardèche) - Fils de Jean Roche et de Marguerite Boit - Service militaire au 3ème régiment d'afrique à compter du 7 avril 1913 - Profession avant guerre Chauffeur - Mobilisé à la compagnie 13/18 de marche du Train des équipes au Maroc - Mécaille Coloniale - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 28 mai 1917 - Brevet de pilote militaire n° 7483 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 14 juillet 1917 - Nommé Caporal, le 19 juillet 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux jusqu'au 11 août 1917 - Annexe du GDE de Pierrefonds du 30 août au 26 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille AR 40 / SAL 40 du 29 octobre 1917 au 30 mars 1919 - Nommé Sergent, le 25 janvier 1918 - Stage sur Salmson 2A2 du 22 mars au 1er avril 1918 - Nommé Adjudant de réserve, le 1er octobre 1918 - A la dissolution de l'escadrille SAL 40, le 30 mars 1919, muté à la DAé de Nancy à compter du 17 avril 1919 - Cette photo est postérieure à la 1ère guerre mondiale - Photo Marius Roche transmise par son petit-fils Jean Marie Roche que je remercie pour son aide.

 

Slt François Léon Eugène Lefebvre - Né le 15 février 1892 à Paris (75) - Fils d'Eugène Lefebvre  et de Rose Charlotte Wiriot - Profession avant guerre Ingénieur chimiste - Entré en service actif au 44ème régiment d'artillerie à compter du 8 octobre 1913 - Officier au 44ème régiment d'artillerie du 8 octobre 1913 au 15 mars 1916 - Une citation à l'ordre de la brigade - Stage à l'école d'artillerie de Fontainebleau jusqu'au 17 septembre 1915 - RGA du 17 septembre au 14 octobre  1915 - Observateur de l'escadrille MF 40 du 14 au 27 octobre 1915 - Observateur de l'escadrille C 28 du 28 octobre 1915 au 15 mars 1916 - Stagiaire au groupe Rougeul du 21 décembre 1915 au 20 janvier 1916 - Tué au combat dans les environs de Beine (Marne), le 15 mars 1916 - IL faisait équipage avec le MdL Jacques Decazes de Glucksbierg qui a également perdu la vie - Cet équipage avait remporté juste avant une victoire aérienne contre un Fokker - Cette victoire n'a pas été homologuée - Mis en terre par les Allemands à Nauroy - Exhumé, le 14 décembre 1920 - Inhumé à Paris - Photo collection Michiel Thirieau que je remercie pour son aide.

Sgt Louis Henri Nicot - Né en 1878 - Profession avant guerre Sculpteur - Service militaire au 41ème régiment d'infanterie de Rennes, le 14 novembre 1899 - Nommé sergent en mars 1901 - Parc n° 4 de Châlons du 14 juin au 3 décembre 1915 - Photographe de l'escadrille MF 40 du 3 décembre 1915 au 15 mai 1917 - Mission au RGA du 18 au 30 décembre 1915 - Evacué à l'hôpital 1/4 de Villers-aux-Erables du 20 janvier au 26 février 1917 - Hospitalisé à l'ambulance 7/4, le 15 mai 1917 - Photo Louis Henri Nicot transmise par Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Ltt Joseph Hervieux - observateur de l'escadrille MF 40

* Citation à l'ordre de l'armée : "Observateur en avions depuis septembre 1914. Est devenu un modèle d'observateur d'artillerie par son dévouement, son savoir faire et son mépris du danger. A détruit un très grand nombre de batteries ennemies en dépit des tirs précis et violents qui ont souvent criblé d'éclats son avion. A été deux fois descendu dans nos lignes par le feu de l'ennemi; A toujours conservé la supériorité morale sur les avions ennemis plus puissants et mieux armés qu'il a combattus. S'est, à nouveau particulièrement distingué du 22 au 30 septembre 1915, volant par tous les temps plus de sept heures par jour. A réussi, après de laborieuses recherches et un réglage très serré, à éteindre une pièce ennemie de 380, très dissimulée, très gênante (6 octobre 1915). Déjà cité à l'ordre de l'armée."

 

Photo du Cne Basile Verdy

Cne Basile Hippolyte Bernard Verdy - Né le 18 avril 1882 à Joigny (Yonne) - Fils d'Auguste Adhémar Verdy et de Marie Célestine Victoire Chevrier - Domiciliés à La Motte Servolex (Savoie) - Classe 1902 - Recrutement de Chambéry (Savoie) sous le matricule n° 404 - Service militaire au 4ème régiment de Dragons, à compter du 14 septembre 1903 - Nommé Brigadier, le 11 juin 1904 - A renoncé à la dispense de service militaire - Nommé Maréchal des logis, le 21 janvier 1905 - Nommé Maréchal des logis fourrier, le 27 mai 1907 - A suivi le cours des aspirants de l'école de cavalerie du 10 octobre 1909 au 18 août 1910 - Blessé par une entorse, le 20 août 1910 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 17ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1910 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1912 - Marié avec Sara Mauhourat - Citation à l'ordre de la 14ème brigade de dragons, le 29 octobre 1914 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 29 octobre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 16 mars 1915 - Détaché à l'école du Bourget (stage observateur) du 16 mars au 14 avril 1915 - Observateur de l'escadrille MF 40 du 14 avril au 3 mai 1915 - Détaché à l'école d'aviation de Buc du 28 juillet au 31 août 1915 - Désigné comme élève pilote, à compter du 1er août 1915 - Citation à l'ordre de l'aéronautique, en date du 22 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1834 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 22 octobre 1915 - Pilote de la RGA de la fin octobre au 18 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille C 34 du 18 décembre 1915 au 7 mars 1916 - Blessé au cours d'un accident d'avion, le 31 décembre 1915 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 26 février 1916 - Affecté au GB 4, à compter du 7 mars 1916 - Commandant de l'escadrille F 123 (GB 4) du 19 mars au XX mars 1916 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 30 juillet 1916 - Citation à l'ordre du GB 4, en date du 22 juin 1916 - Commandant de l'escadrille PS 126 du 8 avril au 8 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille C 212 du 10 juillet au 30 septembre 1917 - Blessé d'une commotion cérébrale et de contusions multiples, suite à un accident d'atterrissage, aux commandes d'un Morane-Saulnier, au retour d'une mission de combat sur le terrain de Treslon, le 21 juillet 1917 - Affecté à l'état-major du GC 14 du 28 octobre 1917 au 8 mars 1918 - Commandant de l'escadrille BR 126 du 8 au 13 mars 1918 - Blessé au cours d'un vol de nuit, le 13 mars 1918 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 18 avril 1918 - Proposé pour mise en "Non activité" par la commission de réforme du Rhône-Sud pour état commotionel et troubles nerveux multiples, le 22 avril 1919 - Placé en "Non activité", le 22 juillet 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 16 juin 1920 - Rappelé à l'activité, le 5 août 1922 - Affecté, pour ordre, au 11ème régiment de cuirassiers et détaché à la mission française à Lima (Pérou), le 5 août 1922 - Directeur de l'aviation péruvienne - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 16 août 1923 - Affecté au 21ème régiment d'aviation, le 27 décembre 1924 - Mis en position de "Non activité" par suspension d'emploi, le 18 mars 1925 - Domicilié à Buenos-Aires (Argentine), à partir de cette date - Admis à la retraite, le 16 août 1927 - Passé en conseil de guerre, sous l'inculpation de refus d'obéissance et de séjour à l'étranger sans autorisation, il a été acquitté - Nommé Chef de Bataillon de réserve, le 22 novembre 1927 - Mis à la disposition du général, commandant supérieur des troupes de l'AOF, le 25 novembre 1927 - Affecté au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 17 août 1931 - Domicilié 2, rue Catulle-Mendès à Paris, à compter du 19 avril 1932 - Domicilié villa "El Gourbi", boulevard de Las Plana, St-Sylvestre supérieur à Nice, à compter du 27 février 1936 - Affecté à la base aérienne de Lyon, le 1er décembre 1936 - Affecté au bataillon de l'air 108, le 8 avril 1938 - Rappelé à l'activité par la DAT de la 4ème région aérienne du 29 avril au 4 mai 1939 - Rappelé sous les drapeaux par le DAT d'Aix-en-Provence, le 23 août 1939 - Affecté au bataillon de l'air 125 du 15 janvier 1940 - Commandant du centre d'hébergement de Nice et affecté au bataillon de l'air 108, le 1er juin 1940 - Sources : Pam - LO - Fiche matricule du département de la Savoie - Liste des brevets militaires - JORF - Dernière mise à jour : 28 octobre 2016.

* Citation à l'ordre de la 14ème brigade de dragons du Ltt Bernard Verdy, en date du 29 octobre 1914 : "Pour son allant et son initiative, notamment dans les journées des 21 et 23 octobre 1914."

* Citation à l'ordre de l'aéronautique, en date du 22 octobre 1915 : "Le 22 octobre 1915, en revenant d'...., a fait 40 km avec une bielle de son moteur cassée. A fait preuve en cette circonstance de belles qualités de sang-froid et de décision que le capitaine commandant propose en exemple de tous les pilotes."

* Citation à l'ordre du GB 4, en date du 22 juin 1916 : "A donné une nouvelle preuve de courage et d'endurance en accoppagnant l'escadrille qu'il commandait dans un bombardement à longue distance montant un avion nouveau, non au point et pour la 3ème fois cité à l'ordre de l'armée."

Citation à l'ordre de l'armée, en date du 1er août 1916 : "A abattu un avion ennemi."

Les hommes

Ltt Henri Prat - Né le 12 juin 1887 à Fontenay-Rohan-Rohan (Deux-Sèvres) - Fils de Pierre Auguste Prat et de Clémentine Terrassier - Domiciliés à Sauzé-Vaussais (Deux-Sèvres) - Classe 1907 - Recrutement de Poitiers sous le matricule n° 494 - Profession avant guerre Etudiant - Engagé volontaire pour trois ans à la mairie de Poitiers, le 22 octobre 1906 - Incorporé au 20ème régiment d'artillerie de campagne de Poitiers comme 2ème canonnier conducteur, le 22 octobre 1906 - Nommé 1er canonnier conducteur, le 19 juin 1908 - Nommé Brigadier, le 13 janvier 1909 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 7 octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 17 novembre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 17 mars 1910 - Affecté au 33ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1910 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1910 - Affecté au 7ème groupe d'artillerie d'Afrique, le 20 juin 1912 - Arrivé à l'unité, le 9 juillet 1912 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1912 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1913 - Affecté au 26ème régiment d'artillerie, le 26 novembre 1913 - Affecté à la 8ème section de munitions, le 3 août 1914 - Nommé Aspirant, le 10 août 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 20 septembre 1914 - Citation à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 25 avril 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 30 novembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur stagiaire de l'escadrille MF 40 du 5 février au 1er septembre 1916 - Victime d'un accident d'avion à Ste-Ménéhould, en compagnie du MdL du Bourblanc, le 16 mai 1916 - Atteint de contusions multiples et de fractures des deux meisiges médianes supérieures - Brevet d'observateur en avion délivré le 24 juin 1916 - Observateur stagiaire de l'escadrille F 8 du 1er au 7 septembre 1916 - Observateur titularisé, le 24 juin 1916 - Observateur en stage à l'escadrille F 25 du 7 septembre au 20 octobre 1916 - Nommé Lieutenant, le 4 octobre 1916 - Stage à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 14 novembre 1916 au 8 février 1917 - Observateur de l'escadrille F 58 du 18 février au 22 juin 1917 - Observateur de l'escadrille C 13 du 28 juin au 6 août 1917 - Observateur de l'escadrille SOP 4 du 6 août au 8 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille F 72, le 8 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille F 32 du 8 octobre au 16 décembre 1917 - Observateur de l'escadrille AR 14 / SAL 14 du 16 décembre 1917 au 2 août 1919 - Victime d'un accident aérien à San Pietro, en équipage avec le Sgt Pocque, le 4 janvier 1918 - Un avion italien, qui se posait à contresens, les a percutés - Pas de blessure grave - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 22 février au 13 mars 1918 - Citation n° 336 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 21 mai 1918 - Blessé par balle, le XX juin 1918 - Citation n° 60 à l'ordre de la 46ème division d'infanterie, en date du 18 juin 1918 - Citation n° 356 à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 10 décembre 1918 - Citation n° 70 à l'ordre de l'AD 46, en date du 27 décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 - Affecté au entrepôts généraux de l'aviation de Nanterre, le 2 août 1919 - Détaché à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 17 novembre au 24 décembre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation du Bourget du 24 décembre 1919 au 17 juin 1920 - Affecté au 5ème régiment d'aviation d'observation, le 17 juin 1920 - Détaché à l'état-major du 1er corps d'armée du 23 septembre au 10 octobre 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 10 octobre 1920 - Affecté au 35ème régiment d'aviation pour l'aéronautique de l'armée française du Levant - Embarqué à Marseille, le 23 décembre 1921 - Débarqué à Beyrouth, le 31 décembre 1921 - Nommé Adjoint tactique au commandant du secteur aéronautique de la 2ème division, le 3 janvier 1922 - Affecté à l'escadrille 52ème escadrille, le 13 mai 1922 - Changement d'arme et passage dans l'infanterie, le 19 septembre 1922 - Citation n° 148 à l'ordre de la 7ème division d'infanterie, en date du 23 septembre 1922 - Nommé Capitaine, le 28 septembre 1922 - Commandant de la 54ème escadrille, le 9 octobre 1922 - Rapatrié en fin de séjour sur le "Braga", le 6 juillet 1923 - Débarqué à Marseille, le 13 juillet 1923 - Affecté au 31ème régiment d'aviation, le 13 juillet 1923 - Affecté à l'état-major de la 6ème brigade d'aéronautique à Tours du 1er janvier 1924 au 9 novembre 1926 - Brevet de pilote militaire n° 20.294 obtenu, le 24 juin 1924 - Commandant de l'escadrille 13 du 9 novembre 1926 au 15 novembre 1928 - Nommé Chef de bataillon, le 25 décembre 1928 - Commandant du 4ème groupe du 31ème régiment d'aviation, le 15 novembre 1928 - Officier de la Légion d'Honneur, le 26 juin 1930 - Nommé Adjoint tactique du CHR, le 1er octobre 1930 - Commandant du parc du 2ème groupe d'aviation d'Afrique, le 25 juillet 1932 - Commandant par intérim du 2ème groupe d'aviation d'Afrique, le 16 avril 1933 - En mission à Colomb-Béchar du 23 au 25 mai 1933 - En mission à Colomb-Béchar du 10 au 11 juin 1933 - En mission à Bidou du 10 au 15 novembre 1933 - Affecté à la base aérienne 201, le 1er janvier 1935 - Commandant en second du 3ème bataillon de l'Air et directeur de l'école des officiers de réserves de Versailles, le 26 avril 1935 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 15 septembre 1936 - Décédé à Versailles, le 3 septembre 1937 - Sources : FM Deux-Sèvres - JORF - Dernière mise à jour : 20 décembre 2015 - Photo de 1929 envoyée par Didier Lecoq que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 25 avril 1915 : "A passé des journées à circuler sous le feu dans les tranchées de 1ère ligne pour reconnaitre le détail des défenses accessoires de l'ennemi, déterminer le tracé de ces ouvrages et installer une ligne téléphonique."

* Citation n° 336 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 21 mai 1918 : "Le 18 décembre 1917, est descendu à moins de 100 mètres et à plusieurs kilomètres à l'intérieur des lignes ennemies pour rechercher et photographier des positions importantes. Est rentré avec un avion criblé de balles. En janvier et février 1918, est descendu à plusieurs reprises, à basse altitude, mitrailler des rassemblements et des colonnes ennemies. Officier observateur depuis deux ans dans l'aviation, modèle de conscience, de dévouement et de courage (275 heures de vol sur l'ennemi, déjà cité à l'ordre.)"

* Citation n° 60 à l'ordre de la 46ème division d'infanterie, en date du 18 juin 1918 : "Le 13 juin 1918, chargé d'exécuter une liaison d'infanterie, s'est acquitté de sa mission d'une manière particulièrement courageuse, descendant à très basse altitude malgré le tir violent des mitrailleuses ennemies qui atteignirent l'avion à plusieurs reprises. Contusionné au genou par une balle, a continué sa mission et n'est rentré qu'après avoir épuisé ses munitions en mitraillant les lignes ennemies. Excellent observateur, toujours à la hauteur de sa tâche, rendant les plus grands services comme officier de renseignement."

* Citation n° 356 à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 10 décembre 1918 : "Officier de renseignement d'une haute valeur morale, demandant toujours à exécuter les missions les plus délicates. Le 15 juillet en Champagne, au cours d'une liaison d'infanterie, livre trois combats en moins d'une heure, et bien que son pilote ait été blessé et son avion touché, ne veut pas revenir au terrain avant d'avoir complétement terminé sa mission. S'est particulièrement distingué comme observateur d'infanterie pendant le recul allemand de Montdidier à St-Quentin ainsi que pendant les dernières opérations. A vu fréquemment son avion endommagé par le tir de l'infanterie et de l'artillerie ennemies, mais a toujours ramené des renseigneemnts complets et exacts."

* Citation n° 70 à l'ordre de l'AD 46, en date du 27 décembre 1918 : "Officier animé d'un magnifique esprit du devoir, de dévouement et d'abnégation. A rempli toutes les missions qui lui ont été confiées avec un incomparable succès. S'est particulièrement distingué comme observateur, le 4 novembre 1918, où au milieu de circonstances difficiles, il a précisé exactement la situation des troupes et a pour signaler à l'artillerie une contre-attaque ennemie qu'il a ensuite mitraillée en descendant à moins de 50 mètres."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 : "Officier d'une conscience admirable, animé du plus bel esprit de sacrifice, d'abnégation et de dévouement. Six citations."

* Citation n° 148 à l'ordre de la 7ème division d'infanterie, en date du 23 septembre 1922 : "Officier observateur du plus haut mérite et d'un entrain au-dessus de tout éloge. Ne cesse d'accomplir les missions les plus délicates. Vient encore de se distinguer les 24 et 27 juillet en effectuant des bombardements dans le Djebel Druz."

* Officier de la Légion d'Honneur du Chef de bataillon Henri Prat au 31ème régiment d'aviation, en date du 26 juin 1930 : "23 ans de services, 8 campagnes, 3 blessures, un citation, 7 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier du 6 juillet 1919."

 

Photo du Ltt Maurice Denis

Ltt Maurice Paul Denis - Né le 8 juillet 1894 au Mans (Sarthe) - Fils d'Alphonse Denis et d'Henriette Ernestine Charbonnier - Domiciliés au 26, avenue Rubillard au Mans (Sarthe) - Profession avant engagement Etudiant à l'école centrale des Arts et Manufactures - Classe 1911 - Recrutement du Mans (Sarthe) sous le matricule n° 61 - Engagé volontaire pour 5 ans au titre du 28ème régiment d'artillerie de campagne, le 4 octobre 1912 - Nommé Brigadier, le 17 avril 1913 - Nommé Maréchal des Logis, le 20 septembre 1913 - Nommé élève à l'école centrale des Arts et Manufactures - Rayé des contrôles du 28ème RAC et retour à la vie civile, le 1er octobre 1913 - Nommé Sous-lieutenant de réserve et affecté au 44ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1913 - Inscrit au registre du Mans sous le matricule n° 1534 de la classe 1914 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, à titre définitif, en date du 4 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 12 septembre 1914 - Observateur de l'escadrille HF 19 du 12 septembre 1914 au 12 février 1915 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du XX octobre 1914 - Observateur de l'escadrille MF 22 du 12 février au 12 mars 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du XX juillet 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 12 mars au XX avril 1915 - Observateur de l'escadrille MF 40 du fin avril 1915 au 25 janvier 1917 - En mission à la RGA du 18 au 28 décembre 1915 - Stage dans une batterie d'artillerie du 1er au 10 janvier 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 15 février 1916 - Citation n° 592 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 3 juillet 1916 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre définitif, le 14 juillet 1916 - En stage à l'école d'artillerie de Versailles du 9 au 27 septembre 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 8 au 21 octobre 1916 - Affecté au détachement aviation de la mission militaire de Russie, le 20 février 1917 - Observateur de l'escadrille 582 du 20 février au XX octobre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 18 septembre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 22 décembre 1917 - Chevalier de St-Georges de Russie - Commandeur de St-Stanislas de Russie - Affecté à l'école d'aviation militaire d'Etampes comme élève pilote, le 11 mars 1918 - Brevet de pilote militaire n° 13.220 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes-Vineuil, le 5 mai 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord du 15 mai au 1er juin 1918 - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Pau du 1er au 22 juin 1918 - Pilote du GDE du 22 juin au 18 juillet 1918 - Affecté au service aéronautique de la 4ème armée, le 18 juillet 1918 - Commandant de l'escadrille SAL 40 du 20 juillet 1918 au 19 février 1919 - Citation n° 122 à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 1er septembre 1918 - Nommé Capitaine de réserve à titre temporaire, le 29 octobre 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 31 décembre 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 11 janvier 1919 - Croix de Guerre avec 7 palmes de bronze et 2 étoiles de vermeil - Démobilisé pour suivre les cours de l'école central des Arts et Manufactures de Paris, le 22 février 1919 - Affecté définitivement au 44ème régiment d'artillerie, le 13 novembre 1920 - Affecté, dans la réserve, au 34ème régiment d'aviation, le 27 décembre 1920 - Nommé Capitaine à titre définitif, dans la réserve, le 28 août 1923 - A effectué une période d'entrainement volonatire au 34ème régiment d'aviation du 8 au 25 juin 1927 - A effectué une période d'entrainement obligatoire à la base aérienne du Bourget-Dugny du 19 septembre au 9 octobre 1932 - Rayé des cadres et remis soldat de 2ème classe, le 4 août 1935 - Domicilié au 25, boulevard de la Reine à Versailles, à compter du 16 février 1934 - Réhabilité, le 23 janvier 1939 - Classé en affectation spéciale comme ingénieur à l'usine des câbles électriques Muller et Cie à Suresnes, le 9 novembre 1939 - Sources : Pam - JORF - Liste des brevets militaires - CCC escadrille F 40 / SAL 40 - Deux fiches matricules du département de la Sarthe (classe 1911 puis 1914) - LO non communicable - Dernière mise à jour : 4 décembre 2016.

* Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du XX octobre 1914 : "A fait journellement depuis plus de quinze jours des reconnaissances, a donné la chasse à un avion allemand avec intention bien arrêtée de se jeter sur lui, a pu s'approcher assez près pour tirer des coups de revolver, a forcé l'avion à abandonner sa mission et a été atterrir dans les lignes allemandes."

* Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du XX juillet 1915 : "Observateur en avion depuis 10 mois, déjà cité à l'ordre du corps d'armée montre chaque jour un sang-froid, un courage et une ardeur infatigeables en exécutant des reconnaissances et des réglages d'artillerie dans des conditions périlleuses sous des feux précis et violents, a eu souvent son avion criblé d'éclats, en particulier le 2 juillet 1915, jour où l'appareil dut être réformé comme irréparable."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Maurice Paul Denis, au 44ème régiment d'artillerie, observateur à l'escadrille MF 40, en date du 15 février 1916 : "Excellent observateur en avion. A fourni, en plus de 300 heures de vol au-dessus de l'ennemi, un remarquable ensemble de travaux exécuté avec un zèle, un courage inlassables en dépit des tirs les plus violents, atteignant fréquemment son avion. A fait preuve de courage, d'énergie et de sang-froid dans des circonstances difficiles et a obtenu d'excellents résultats."

* Citation n° 592 à l'ordre de la 4ème armée du Slt Maurice Paul Denis, au 44ème régiment d'artillerie, observateur à l'escadrille MF 40, en date du 3 juillet 1916 : "Pendant l'attaque du 22 juin 1916, a survolé les tranchées ennemies à 50 m de hauteur, a mitraillé l'ennemi et donné des renseignements à l'artillerie et l'infanterie. A effectué de nombreuses reconnaissances à longue portée, à l'intérieur des lignes ennemies, en particulier les 8, 12, 14 mars, 7 et 21 mai 1916, a livré de nombreux combats contre des avions de chasse ennemis, les forçant à faire demi-tour (2, 8, 14 mars, 18 juin 1916). Le 14 mars, a eu son avion atteint dans ses parties vitales par des balles ennemies."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Maurice Paul Denis, observateur à l'escadrille 582, en date du 18 septembre 1917 : "A fait preuve de remarquables qualités militaires en effectuant dans des conditions difficiles des réglages d'artillerie et des prises de photographies sur le front russe."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Maurice Paul Denis, observateur à l'escadrille 582, en date du 22 décembre 1917 : "Observateur à l'escadrille 582, le 5 et 18 juin 1917, sur le front russe, son avion piloté par le capitaine angalis Gordon Smith, engagé un combat contre deux avions ennemis, dont l'un fut descendu dans ses lignes, l'autre contraint à abandonner la lutte."

* Citation n° 122 à l'ordre du 4ème corps d'armée du Ltt Maurice Paul Denis, au 44ème régiment d'artillerie, détaché à l'escadrille SAL 40, en date du 1er septembre 1918 : "Remarquable chef d'escadrille, pilote très habile qui entraina brillamment son unité par son exemple, a fait preuve pendant les opérations de juillet et août de ses habituelles qualités d'audace et de sansg-froid. le 18 août 1918 attaque avec succès un avion ennemi."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Maurice Paul Denis, au 44ème régiment d'artillerie, détaché à l'escadrille SAL 40, en date du 20 octobre 1918 : "Chef d'escadrille hors ligne, qui joint à de remarquables qualités de chef un entrain et une bravoure exemplaires. Le 23 septembre 1918, au cours d'une mission de commandement a attaqué et abattu un avion ennemi. Le 26 septembre 1918, au cours d'un jalonnement d'infanterie, exécuté à moins de 100 mètres, a eu son avion abattu par balles de terre."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Maurice Paul Denis, au 44ème régiment d'artillerie, chef de l'escadrille SAL 40, en date du 31 décembre 1918 : "Le 6 novembre 1918, volant au raz du sol, a attaqué une petite colonne d'artillerie dont il a mis en fuite le personnel, après avoir tué quelques servants et chevaux. A interdit à l'ennemi, à coups de mitrailleuses, l'approche du matériel abandonné jusqu'à ce que notre infanterie, prévenue par message lesté, ait occupé le terrain. A ainsi capturé deux canons de 105 millimètres en parfait état, un caisson et un chariot de batterie."

* Citation à l'ordre de l'armée, en date du 11 janvier 1919 : "Chef d'escadrille hors ligne qui joint à de remarquables qualités de chef un entrain et une bravoure exemplaire. Le 23 septembre 1918, au cours d'un mission de commandement a attaqué et abattu un avion ennemi. le 26 septembre 1918, au cours d'un jalonnement d'infanterie, exécuté à moins de 100 mètres, a eu son avion abattu par balles de terre."

 

Escadrille MF 40

Aquarelle de Louis Henri Nicot représentant le moulin de Vaudemanges (Marne) en 1915 - Il a été détruit en 1917 par les Allemands - Photo Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Aquarelle de Louis Henri Nicot représentant sous un autre angle le moulin de Vaudemanges (Marne) en 1915 - Photo Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Aquarelle de Louis Henri Nicot datant du 15 novembre 1915 et représentant la ferme d'Alger où l'escadrille MF 40 a stationné du 23 août au 27 octobre 1915 - Elle a certainement été commencée sur place et terminée après le départ de l'unité du terrain - Photo Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Aquarelle de Louis Henri Nicot datant de novembre 1915 montrant sous un autre aspect la ferme d'Alger où l'escadrille MF 40 a stationné du 23 août au 27 octobre 1915 - Photo Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Aquarelle de Louis Henri Nicot représentant les hangars Bessonneau de l'escadrille F 40 sur le terrain de Sainte-Ménéhould à l'été 1916 - Photo Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

MF 11 et MF 11 bis (moteur 130 HP) de la MF 40 sur le terrain de Cuperly. L'escadrille MF 40 a stationné sur ce terrain du 21 mai au 22 juillet 1915. Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Un autre accident de MF 11 de la MF 40 en 1915. Le gros biplan, après un cheval de bois, s'est replié sur lui-même. Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Accident d'un MF 11 (80 HP) de l'escadrille MF 40 après un atterrissage très dur en 1915. Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Les acteurs du théâtre aux armées en visite à l'escadrille MF 40, stationnée à Chaudefontaine à 5 km au Nord-ouest de Ste Ménéhould (Marne). Parmi eux, Sylvain, Mlle Heilbronner, Mlle Nizan tous trois de la Comédie Française. M. Félix Mayol (chapeau à la main), chanteur. La MF 40 a stationné à Sainte-Ménéhould du 23 novembre 1915 au 29 juillet 1916. Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Une autre vue de la visite des acteurs du théâtre aux armées en visite à l'escadrille MF 40, stationnée à Chaudefontaine à 5 km au Nord-ouest de Ste Ménéhould (Marne) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Agrandissement

Escadrille MF 40

Aquarelle de Louis Henri Nicot représentant un Maurice Farman MF 11 bis à moteur 130 HP de l'escadrille MF 40 en 1915-1916 - Photo Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

MF 11 de l'escadrille MF 40 photographié au cours d'une mission en 1915 - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Aquarelle de Louis Henri Nicot datant d'avril 1916 et représentant les hangars Bessonneau de l'escadrille MF 40 sur le terrain de Sainte-Ménéhould - Nicot, sculpteur dans le civil, était photographe au sein de cette unité - Le MF 11, dont on aperçoit le queue, est le n° 1464 - Photo Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Vue des installations de l’escadrille MF 40 sur le terrain de Sainte-Ménéhould. La MF 40 a stationné à Sainte-Ménéhould du 23 novembre 1915 au 29 juillet 1916. Les avions sont des Maurice Farman MF 11 et MF 11 bis Les bandes sont certainement placées pour faciliter la rentrée et sortie des appareils même par temps de pluie ou de présence de boue – Problème, elles identifient facilement du ciel un terrain d’aviation. Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Autre vue du terrain de Sainte-Ménéhould occupé par l'escadrille MF 40 du 23 novembre 1915 au 29 juillet 1916. Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Aquarelle de Louis Henri Nicot datant de février 1916 montrant la rue de l'ancien Milanais à Sainte-Ménéhould - Photo Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Escadrille F 40

Photo verticale du terrain de Sainte-Ménéhould en mai 1916 - Photo Adrien Leclerc transmise par Jean Hugues Cretin que je remercie pour son aide.

Farman F 40 de l'escadrille F 40 en mission de reconnaissance sur le front en 1916. Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Un accident d'aviation sur le terrain de Auve (Marne) en 1916. Un Nieuport 10 en difficulté a terminé sa course contre un Farman F 40 de l’escadrille F 40. L’escadrille MF 40 a été stationnée sur le terrain de Auve du 29 juillet au 22 octobre 1916. Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Dernière mission avant sa mutation, au sein de l'escadrille F 40, du photographe Sgt Louis Nicot, le 17 juin 1917 - Pour cette sortie, il faisait équipage avec le Sgt Henri Carrouché dit Henrose (pilote) - Remarquez le superbe insigne personnel peint sur cet appareil - Photo Louis Henri Nicot transmise par Louis-Henri Nicot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

Escadrille AR 40

Dorand AR 1 de l'escadrille AR 40 en 1917 - Photo Collection Xavier Hessel que je remercie pour son aide.

Sgt Pierre Laguette, pilote de l'escadrille AR 40, à bord du Dorand AR 1 n° 1617 codé "7" en janvier 1918 sur le terrain de la Ferme d'Alger - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Dorand AR 1 n° 1190 codé "11" de l'escadrille AR 40 en 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Letord 2 de l’escadrille AR 40 en 1917. L’escadrille AR 40 a possédé des Letord de la mi 1917 jusqu’en mars 1918 - Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Préparation pour une revue sur le terrain de la Ferme d'Alger, à 8 Km de Reims. Alignements des Letord 2 et des Dorand AR 1 de l’escadrille AR 40. L’escadrille AR 40 a été stationnée sur le terrain de la ferme d’Alger du 9 juillet 1917 au 13 juin 1918 - Photo Adolphe Thévenin transmise par Yves Laurencot du SLHADA de Lyon que je remercie pour son aide.

Escadrille SAL 40

L'Adj Marius Roche, pilote de la SAL 40, pose en compagnie de ses mécaniciens Delcourt et Bidaut, à côté du Salmson 2A2 n° 531 qui lui était affecté - Brevet de pilote militaire n° 7483 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 14 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille AR 40 / SAL 40 du 29 octobre 1917 au 30 mars 1919 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marius Roche transmise par son fils Robert Roche que je remercie pour son aide.

Groupe de pilotes de l'escadrille SAL 50 en 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marius Roche transmise par son fils Robert Roche que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Escadrille SAL 40

L'Adj Marius Roche pose aux commandes du Salmson 2A2 n° 531 codé "5" de l'escadrille SAL 40 en 1918 - Il a été pilote de cette unité du 29 octobre 1917 au 30 mars 1919 - Photo Marius Roche transmise par son arrière petit-fils François Roche que je remercie pour son aide.

Des pilotes et observateurs de l'escadrille SAL 40 posent aux cotés d'un Salmson 2A2 de la SAL 40 pendant l'été 1918 - L'Adj Marius Roche, pilote, est à l'extrême gauche - Photo Marius Roche transmise par son arrière petit-fils François Roche que je remercie pour son aide.

L'Adj Marius Roche, pilote de l'escadrille SAL 40 du 29 octobre 1917 au 30 mars 1919 , pose à coté de son Salmson 2A2 en 1918 - Photo Marius Roche transmise par son arrière petit-fils François Roche que je remercie pour son aide.
* Adj Marius Joseph Régis Jean Baptiste Roche - Né le 3 mars 1892 à St-André-des Effangeas (Ardèche) - Fils de Jean Roche et de Marguerite Boit - Service militaire au 3ème régiment d'afrique à compter du 7 avril 1913 - Profession avant guerre Chauffeur - Mobilisé à la compagnie 13/18 de marche du Train des équipes au Maroc - Mécaille Coloniale - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 28 mai 1917 - Brevet de pilote militaire n° 7483 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 14 juillet 1917 - Nommé Caporal, le 19 juillet 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux jusqu'au 11 août 1917 - Annexe du GDE de Pierrefonds du 30 août au 26 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille AR 40 / SAL 40 du 29 octobre 1917 au 30 mars 1919 - Nommé Sergent, le 25 janvier 1918 - Stage sur Salmson 2A2 du 22 mars au 1er avril 1918 - Nommé Adjudant de réserve, le 1er octobre 1918 - A la dissolution de l'escadrille SAL 40, le 30 mars 1919, muté à la DAé de Nancy à compter du 17 avril 1919.

Photo de groupe des mécaniciens de l'escadrille SAL 40 en 1918-1919 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marius Roche transmise par son petit-fils Jean Marie Roche que je remercie pour son aide.

Photo de groupe des pilotes et mécaniciens de l'escadrille SAL 40 en 1919 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marius Roche transmise par son petit-fils Jean Marie Roche que je remercie pour son aide.

 

Photos aériennes prises
par les équipages

Photo aérienne verticale de la Noue-Beaumont par un équipage de l'escadrille MF 40, le 17 mars 1916 - Altitude de prise de vue 1500 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de la cote 146 par un équipage de l'escadrille MF 40, le 17 mars 1916 - Altitude de prise de vue 1500 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale des alentours de la ferme de Bussy par un équipage de l'escadrille MF 40, le 30 mars 1916 - Altitude de prise de vue 2900 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de Vaux-les-Mouron par un équipage de l'escadrille MF 40, le 30 mars 1916 - Altitude de prise de vue 2900 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Sud de Grateuil par un équipage de l'escadrille MF 40, le 30 mars 1916 - Altitude de prise de vue 2900 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du village de Mouron par un équipage de l'escadrille MF 40, le 30 mars 1916 - Altitude de prise de vue 2900 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de la route de Berzieux à Malmy par un équipage de l'escadrille MF 40, le 31 mars 1916 - Altitude de prise de vue 2100 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo aérienne verticale des alentours de la ferme de Beauséjour par un équipage de l'escadrille MF 40, le 10 avril 1916 - Altitude de prise de vue 2900 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo aérienne verticale du bois Onze prise par un équipage de l'escadrille MF 40, le 10 avril 1916 - Altitude de prise de vue 2300 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale des environs de la Justice - Cote 166 par un équipage de l'escadrille MF 40, le 10 avril 1916 - Altitude de prise de vue 2300 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de la Justice par un équipage de l'escadrille MF 40, le 10 avril 1916 - Altitude de prise de vue 2300 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de l'Ouest du bois de Ville par un équipage de l'escadrille MF 40, le 10 avril 1916 - Altitude de prise de vue 2300 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Calvaire par un équipage de l'escadrille MF 40, le 10 avril 1916 - Altitude de prise de vue 2300 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de la Briqueterie par un équipage de l'escadrille MF 40, le 10 avril 1916 - Altitude de prise de vue 2300 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de la tranchée de Ratisbonne par un équipage de l'escadrille MF 40, le 10 avril 1916 - Altitude de prise de vue 2300 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photos aériennes prises
par les équipages

Photo verticale du Nord du signal de Bellevue, sur la Main de Massiges, le 4 mai 1916 - Altitude de prise de vue 1400 mètres - Photo Adrien Leclerc transmise par Jean Hugues Cretin que je remercie pour son aide.

Escadrille F 40 - Ballon d'observation français Caquot au-dessus de l'Argonne, dans la région de la Neuville-au-Pont, le 16 juin 1916 - Altitude de prise de vue 1800 m - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Sud du Bois de l'Echelle par un équipage de l'escadrille MF 40, le 20 juin 1916 - Altitude de prise de vue 2600 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Nord de la tête de Vipère par un équipage de l'escadrille MF 40, le 20 juin 1916 - Altitude de prise de vue 2700 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Nord de Chaudefontaine par un équipage de l'escadrille MF 40, le 20 juin 1916 - Altitude de prise de vue 2000 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de l'Ouest de Moiremont par un équipage de l'escadrille MF 40, le 20 juin 1916 - Altitude de prise de vue 2000 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Creux de l'Oreille par un équipage de l'escadrille MF 40, le 20 juin 1916 - Altitude de prise de vue 2700 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Sud du Mont Cuvelet par un équipage de l'escadrille MF 40, le 21 juin 1916 - Altitude de prise de vue 2600 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Nord de l'Etang de Ville par un équipage de l'escadrille MF 40, le 22 juin 1916 - Altitude de prise de vue 2400 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale de la Main par un équipage de l'escadrille MF 40, le 22 juin 1916 - Altitude de prise de vue 2900 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo aérienne verticale de la Main par un équipage de l'escadrille MF 40, le 23 juin 1916 - Altitude de prise de vue 3700 mètres - Photo Florentin Ducrocq transmise par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Escadrille MF 40 - Nord du Bois du Merle, le 25 août 1916 - Altitude prise de vue 5500 m - Photo collection Albin Denis.

Escadrille MF 40 - Photo aérienne de l'Est de la main de Massiges, le 21 septembre 1916 - Altitude de prise de vue 1100 m - Au centre de l'image, un Farman F 40 de l'escadrille 40 en vol - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Gros plan de la photo supérieure montrant un Farman F 40 de l'escadrille MF 40 survolant l'Est de la Main de Massiges, le 21 septembre 1916 - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Photo verticale du Sud de Chaulnes prise par un Farman F 40 de l'escadrille F 40, le 24 décembre 1916 - Altitude de prise de vue 1800 mètres - Focale F 32 / F 54 - Photo Adrien Leclerc transmise par Jean Hugues Cretin que je remercie pour son aide.

Photo verticale prise après le bombardement de Remaucourt, au Nord-Est de St-Quentin, le 29 octobre 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Marius Roche transmise par son petit-fils Jean Marie Roche que je remercie pour son aide.

Photo verticale de Remaucourt en 2012 - Photo Google Map que je remercie pour son aide précieuse.

 

Documents en rapport

Attestation délivrée par le Ltt Maurice Denis, commandant l'escadrille SAL 40, au MdL Marius Roche, pour ses 125 heures de vol au-dessus des lignes ennemies, en date du 6 août 1918 - L'avion, qui lui était affecté, était le Salmson 2A2 n° 531 codé "5" - Document transmis par Robert Roche, fils de Marius Roche, que je remercie pour son aide.

Extrait du bulletin de renseignements d'aéronautique en date du 12 août 1918 - Les équipages suivants de la SAL 40 - Ltt Denis / Slt Boucler et Slt Joublin / Slt Gineste et MdL Roche / Asp Furiet ont attaqué le Drachen d'Epoye - L'observateur allemand a sauté en parachute et l'engin, ramené trop précipitamment, a brisé son câble d'amarrage - Arrivé à 3200 mètres d'altitude, il est incendié par une patrouille du GC 11 - Document daté du 13 août 1918 et transmis par Robert Roche, le fils de Marius Roche, que je remercie pour son aide.

Extrait de l'ordre général du 4ème corps d'armée, en date du 6 décembre 1918 - Le général commandant le 4ème CA cité à l'ordre du corps d'armée, l'Adj Marius Joseph Roche de l'escadrille SAL 40 - Document daté du 14 novembre 1918 et transmis par Robert Roche, le fils de Marius Roche, que je remercie pour son aide.

Documents en rapport

Plan directeur d'origine allemande - Ce document, capturé à bord d'un avion adverse, montre le positionnement des batteries d'artillerie au Nord de Hurlus - Le Mesnil-les-Hurlus - Minaucourt - Massiges - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Document associé au plan directeur d'origine allemande - Ces documents, capturés à bord d'un avion adverse, montre le positionnement et identifie les batteries d'artillerie au Nord de Hurlus - Le Mesnil-les-Hurlus - Minaucourt - Massiges - Photo Cne Maurice Denis transmise par Alexis Denis, son petit-fils que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Avis mortuaire du Cne Henri Alphonse Denis, tué au combat, le 19 juillet 1918 - Photo Alexis Denis, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Plaque en hommage au Cne Henri Denis, tué au combat, le 19 juillet 1918 - Il s'agit probablement de la plaque qui ornait la sépulture de guerre de l'officier aviateur - Photo Alexis Denis, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Escadrille SAL 40
Menu du 14 juillet 1918

Menu dessiné de l'escadrille SAL 40 à l'occasion du 14 juillet 1918 - Photo Alexis Denis, le petit-fils du Cne Maurice Denis, que je remercie pour son aide.

 

 

Remerciements :

- M. Yves Laurencot du SLHADA de Bron pour l'envoi des photos de l'escadrille 40.
- M. François Roche pour l'envoi des photos prises par son arrière grand-père Marius.
- M. Jean Marie Roche pour l'envoi des photos prises par son grand-père Marius.
- M. Robert Roche pour l'envoi des photos prises par son père Marius.
- M. Alexis Denis pour l'envoi des archives de son grand-père Maurice Denis et son grand oncle Henri.
- M. Louis-Henri Nicot pour l'envoi des photos prises par son grand-père Louis Henri Nicot.
- M. Michiel Thirieau pour l'envoi de la photo du Slt François Lefebvre.
- M. Jean-Pierre Amigues pour la communication des archives de Jean Amigues, son grand-père.
- M. Jean Hugues Cretin pour l'envoi des photos d'Adrien Leclerc.
- Mme Brigitte Ballard pour l'envoi des archives de Florentin Ducrocq, son grand-oncle.
- M. Didier Lecoq pour l'envoi du dossier militaire du Ltt Henri Prat.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett - publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet "Google Map" de Google - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 39 Escadrille 41

 

 

pas de fiche > 1918

Agrandissement Agrandissement Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir