Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Le scarabée égyptien vert modèle SAL 56 de 1918 - Il existait une variante sur fond rouge - Dessin d'après photo Albin Denis.

Le scarabée égyptien vert posé sur un rond rouge modèle SAL 56 de 1918 - Dessin d'après photo Albin Denis

Insigne métallique
de l'escadrille SAL 56

Insigne personnel du Slt Alexandre Dorne, observateur de la C 56 pendant la Grande Guerre - Cet exemplaire a été copié à l'identique pour être offert lors de la dissolution de l'EB 3/93 "Sambre" - Photo Jean-Pol Puisné que je remercie pour son aide.

Symbolique

L'escadrille C 56 a adopté comme emblème collectif un scarabée égyptien vert, ailes déployées, posé ou non sur un disque rouge.

 

Historique

 

A venir

 

 

 

 

Fanion de
l'escadrille SAL 56

Fanion de l'escadrille C 56 - La photo inférieure a été colorisée - Photos Jean-Pol Puisné que je remercie pour son aide.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SAL 56

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 14ème escadrille du 31ème RAO - Valable pour la période de stationnement sur la base de Tours du 1er janvier 1921 au 1er octobre 1932 - Les limites exactes (apparition et remplacement) de cet insigne restent à préciser - L'attache, tordue et en partie détruite, a été reconstituée informatiquement - Insigne collection S. Chaulet que je remercie pour son aide.

Insigne de la 4ème escadrille du 31ème escadre d'observation - Cette unité est héritière des traditions de la SAL 56 de la Grande Guerre - Insigne collection Section Symboles et Traditions du SHD de Vincennes.

Insigne de la 4ème escadrille du GB II/31 - Insigne valable pour la période allant du 1er avril 1937 au 25 août 1940 - Fabrication Drago 25, rue Béranger III Nice - Dos lisse - L'inscrition "Drago" identifie la période allant de 1936 à 1940 pour cette entreprise - Insigne Droits réservés.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 4ème escadrille du GB II/31 - Insigne valable pour la période allant du 1er avril 1937 au 25 août 1940 - Insigne collection Jean-René Bottelin que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de l'EB 3/93 "Sambre" stationné sur la BA 103 de Cambrai-Epinoy du 1er février 1965 au 31 juillet 1976 - Il a été homologué sous le n° A 956 en 1967 - Fabrication Drago Paris - Insigne collection Yves Genty que je remercie pour son aide.

Insigne métallique non homologué fabriqué à l'occasion de la dissolution de l'EB 3/93 "Sambre" - Il est la copie fidèle de l'insigne du Slt Alexandre Dorne, observateur de l'escadrille SAL 56 en 1918 - Il a été fabriqué et distribué aux membres présents lors de la dissolution de l'escadron de bombardement 3/93 Sambre, le 30 juin 1976 - La 2ème escadrille de cet escadron de bombardement était héritière des traditions de l'escadrille C 56 de la Grande Guerre - L'EB 3-93 "Sambre" a été opérationnel sur Dassault Mirage IVA du 1er février 1965 au 31 juillet 1976 - Il était stationné sur la BA 103 de Cambrai-Epinoy - Un grand merci à Jean-Pol Puisné, ancien observateur du 3/93 "Sambre", pour ses précisions sur les détails de la fabrication de cet insigne - Photo collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne de la 2ème escadrille de l'EC 3/30 "Lorraine" - Homologué sous le n° A 1410 à la section Symbolique et Traditions du SHD de Vincennes - Insigne collection Yves Genty que je remercie pour son aide.

Fanions des unités héritières
de ses traditions

Fanion de la 1ère escadrille de l'EC 3/30 "Lorraine" - Il a été fabriqué par la société Proton Capillery de Lyon - Photo Jean-François Bouvier que je remercie pour son aide.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

 

Texte des citations collectives

Citation à l'ordre de l'armée de l'escadrille C 56, en date du 7 février 1919 : "Unité animée des plus beaux sentiments de dévouement et de courage. Sous l’impulsion de son chef le capitaine Gama, n’a cessé de se prodiguer au cours des opérations de Champagne 1917 et de Verdun 1917-1918. Par ses reconnaissances photographiques, ses liaisons d’infanterie, ses missions d’artillerie toujours exécutées avec la plus belle hardiesse, a rendu au commandement et aux autres armes les plus signalés services. Malgré des pertes sévères, a toujours montré le moral le plus élevé."

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 56

 

 

Les personnels

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Cne Gaston Marie Eugène Baligant - Né le 6 février 1872 à Fourmies (59) - Fils de Armand Camille Alex Baligant et de Céline Constance Legay - Domiciliés à Fourmies (Nord) - Profession avant engagement Etudiant - Classe 1892 - Recrutement d'Avesnes (Nord) sous le matricule n° 2053 - Engagé volontaire pour trois ans au titre du 89ème régiment d'infanterie , le 22 mars 1890 - Nommé Caporal, le 26 septembre 1890 - Nommé Sergent, le 1er avril 1892 - Fin d'engagement et passé dans la disponibilité, le 8 décembre 1892 - Nommé Sous-lieutenant de réserve et affecté au régiment d'infanterie, caserné à Avesnes (Nord), le 22 février 1902 - A accompli une période d'exervices au 84ème régiment d'infanterie du 5 au 19 septembre 1902 - A accompli une période d'exervices au 84ème régiment d'infanterie du 1er au 15 septembre 1903 - A accompli une période d'exervices au 84ème régiment d'infanterie du 31 août au 14 septembre 1904 - A accompli une période d'exervices au 84ème régiment d'infanterie du 30 septembre au 27 octobre 1905 - Passé dans la territoriale, le 22 mars 1906 - A accompli une période d'exervices au 84ème régiment d'infanterie du 22 août au 18 septembre 1908 - Nommé Lieutenant de réserve, le 19 février 1908 - A accompli une période d'exervices au 84ème régiment d'infanterie du 30 août au 21 septembre 1909 - Brevet de pilote civil n° 588 délivré par l'Aéroclub de France, le 22 août 1911 - A accompli une période d'exervices à l'établissement central du matériel aéronautique de Meudon-Chalais du 2 au 24 septembre 1912 - Dans la réserve, attaché au laboratoire de l'aéronautique militaire de Chalais-Meudon - Marié et domicilié au 132, Grande Rue à Garches (Seine-et-Oise) - Profession avant guerre Négociant Industriel - Mobilisé au 84ème régiment d'infanterie, suite à la mobilisation générale - Arrivé au 84ème RI, le 3 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 5 janvier 1915 - Envoyé à l'école d'aviation militaire de Pau, à la même date - Brevet de pilote militaire n° 914 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 9 mai 1915 - Pilote de l'escadrille C 56 du 16 mai au 1er juillet 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, les 22 juin 1915 - Pilote de l'escadrille C 4 du 1er au 12 juillet 1915 - Blessé de contusion thoracique suite à un atterrissage brusque, le 12 juillet 1915 - Nommé Capitaine, à titre définitif, le 15 juillet 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, le 8 novembre 1915 - Soigné à l'ambulance d'armée 10/1 et convalescence jusqu'au 1er janvier 1916 - Pilote de l'escadrille C 10 du 1er au 4 janvier 1916 - Pilote de la RGA du 4 janvier au 8 février 1916 - Nommé chef pilote de l'école d'aviation militaire du Buc, du 8 février au 8 mars 1916 - Détaché à l'atelier de réparation de l'aviation de St-Cyr, à compter du 6 juillet 1916 - Démobilisé, le XXX - Affecté, dans la territoriale, au 127ème régiment d'infanterie, le 24 février 1920 - Domicilié à Rue de Mons à Avesnes, à compter du 10 août 1919 - Affecté, dans la territoriale, au 1er régiment d'aviation de Thionville-Basse-Yutz, le 20 avril 1921 - Nommé Commandant en 1922 - Passé à l'arme de l'aéronautique, le 20 juin 1923 - Profession fabricant d'huile et domicilié Villa "Mon Rêve" à Fourmies (Nord) en 1924 - Affecté, dans la territoriale, au 33ème régiment d'aviation - Affecté, dans la territoriale, au 3ème régiment d'aviation, le 9 juillet 1924 - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 7 juillet 1927 - Président de l'Aéroclub de la Sambre en 1928 - Nommé Lieutenant-colonel, dans la territoriale, le 25 décembre 1929 - Mis en position d'officier honoraire, le 19 avril 1931 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - JORF - Fiche matricule du département du Nord - Revue l'Aérophile - Annuaire des pilotes aviateurs avant guerre - Revue Les Ailes - Dernière mise à jour : 13 novembre 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Gaston Marie Eugène Baligant, les 22 juin 1915 : "Pilote d'une très grande énergie. A, le 13 juin 1915, poursuivi l'exécution d'une mission importante, bien que son appareil fût fortement canonné et eût reçu un éclat d'obus qui traversa les deux plans et atteignit l'une des parties essentielles de l'appareil."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Ltt Gaston Marie Eugène Baligant de la réserve générale d'aviation, en date du 8 novembre 1915 : "A très bien commandé une compagnie au front. Rend de brillants services comme pilote d'aéroplane."

* Officier de la Légion d'Honneur du Chef de bataillon Gaston Marie Eugène Baligant, au 34ème régiment d'aviation, en date du 7 juillet 1919 : "37 ans de service, 5 campagnes. A été blessé et cité. Chevalier du 8 novembre 1915. A accompli quatre périodes d'entrainement aérien volontaire."

Ltt Charles Antoine Tavera - Né le 14 janvier 1894 à Philippeville (Algérie) - Fils d'Antoine Tavera et de Philomène Brionorno - Profession avant guerre officier de carrière - Ecole spéciale de St-Cyr - Engagé au 11ème régiment de chasseurs à Cheval, le 7 octobre 1912 - 9ème régiment de chasseurs à cheval - Passé à l'aviation comme observateur, le 15 mai 1915 - Observateur de l'escadrille C 56 du 20 mai 1915 au 16 janvier 1916 - Observateur de l'escadrille F 54 du 16 janvier au 23 mai 1917 - Brevet de pilote militaire n° 7463 à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 13 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 38 du 1er novembre 1917 au 11 février 1918 - Pilote et commandant de l'escadrille SPA 49 du 11 février 1918 au 9 mars 1919 - Hospitalisé du 18 octobre au 9 novembre 1918.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Observateur d'un très grand sang-froid. A, le 13 juin 1915, poursuivi l'exécution d'une mission importante, bien que son appareil fût fortement canonné et eût reçu un éclat d'obus qui traversa les plans et atteignit l'une des parties essentielles de l'appareil."

Ltt Raymond Chabrol - Vient du 18ème régiment d'artillerie - Elève observateur de l'escadrille C 56 du 20 mai 1915 au 2ème trimestre 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Observateur de grand sang-froid, a fait de nombreux réglages d'artillerie très réussis, est resté le 13 juin 1915 au-dessus des lignes ennemies pour achever d'accomplir sa mission malgré un feu violent et bien que son appareil eut été atteint par un éclat d'obus."

Sgt René Gaston Roussin - Né le 4 juin 1884 à Paris (75) - Fils de Charles Roussin et d'Anne Petit - Domiciliés 28, rue Réaumur à Paris - Profession avant guerre Aviateur - Engagé au 2ème groupe d'aviation à compter du 8 février 1913 - Brevet de pilote militaire n° 487 obtenu à l'école d'aviation militaire de Reims, le 31 juillet 1914 - Pilote de l'escadrille C 11 du 15 août au 30 septembre 1914 - Pilote de l'escadrille V 14 (future VB 101) du 1er octobre au 16 décembre 1914 - Nommé Sergent, le 11 décembre 1914 - Pilote de la division Caudron de St-Cyr-Bois-d'Arcy - Stage à la société "Le Rhône", le 29 et 30 janvier 1915 - Pilote de l'escadrille C 27 du 1er février au 1er juillet 1915 - Une citation à l'ordre du régiment en mai 1915 - Pilote de l'escadrille C 56 du 1er juillet 1915 au 9 janvier 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée en septembre 1915 - Nommé Adjudant, le 30 novembre 1915 - Pilote de la section d'artillerie lourde C 202 du 9 janvier 1916 au 18 janvier 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée et Médaille Militaire, le 4 août 1916 - Croix de Guerre - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, le 14 février 1917 - Affecté à la mission en Russie du 20 février 1917 au 7 mai 1918 - Ordre de St-Vladimir - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 22 février 1918 - Pilote de l'escadrille C 202 du 18 juin 1918 à la fin de la guerre - Photo mise en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

Slt Jean Louis Lasnier - Né le 24 août 1894 à Arnouville-les-Gonesse - Fils de Jules Lasnier et de Florence Parrot - Domiciliés 2, rue Félix Bourguelet à Provins - Profession avant guerre Mécanicien - Classe 1914 - Recrutement de Fontainebleau sous le matricule n° 1672 - Service militaire au 2ème groupe d’aviation de St-Cyr, le 23 octobre 1913 - Brevet de pilote militaire n° 406 obtenu à St-Cyr, le 8 décembre 1913 - Pilote de l’escadrille BL 18 (avant guerre --> je n’ai pas trouvé les dates) - Nommé caporal, en juin 1914 - Nommé Sergent en décembre 1914 - Pilote de l’escadrille C 18 du 19 février au 29 juillet 1915 - Une citation à l’ordre du corps d’armée, le 1er mai 1915 - Une citation à l’ordre de l’armée, le 22 juin 1915 - Médaille militaire et Croix de Guerre avec palme, le 22 juin 1915 - Pilote du RGA du 29 juillet au 21 septembre 1915 - Pilote de l’escadrille C 64 du 21 septembre 1915 au 13 février 1916 - Nommé Adjudant, le 1er décembre 1915 - Pilote du RGA du 23 janvier au 6 février 1916 - Evacué sur l’hôpital de Châlons, le 13 février 1916 au 19 mars 1916 - Détaché au GDE du Plessis-Belleville pour assurer des convoyages d’avions au du 19 mars du 7 avril 1916 - Pilote de l’escadrille C 61 du 12 avril  au 7 mai 1916 - Entraînement sur  Caudron R 4 au GDE du Plessis-Belleville à partir du 7 mai 1916 - Pilote de l’escadrille F 33 du 12 juin au 12 août 1916 - Hospitalisé à l’hôpital du Mans jusqu’au 10 août 1916 - Pilote de l’escadrille C 56 du 9 septembre au 22 décembre 1916 - Pilote de l’escadrille R 214 du 22 décembre 1916 au 4 septembre 1917 - Une citation à l’ordre de l’armée en juin 1917 - Nommé Sous-lieutenant, le 20 juillet 1917 - Tué au cours d’un combat aérien, aux commandes d’un Letord, dans les environs de la forêt de Hesse (Meuse), le 4 septembre 1917 - Il faisait équipage avec le Ltt André Garret-Flandy (observateur), Sgt Dominique Paolaggi (mitrailleur), qui ont également perdu la vie - Leur adversaire était probablement le Ltn Karl Odebrett du Jasta 16b (sa 7ème victoire) - Photo Jean Lasnier transmise par Claude Levet que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Jean Lasnier, pilote de l'escadrille C 18 matricule 1672 : "Jeune pilote, tout à fait remarquable par son endurance, sa hardiesse et son sang-froid.  
A l'escadrille 18 depuis le mois de février, a déjà à son actif plus de cent heures de vol au-dessus de l'ennemi, exécutées dans des conditions extrêmement périlleuses. N'a pas hésité à attaquer des avions allemands (13 avril, 23 mai, 30 mai, 7 juin 1915). A eu, à plusieurs reprises, son appareil atteint par  des éclats d'obus. A montré en particulier un sang-froid remarquable les 15 et 16 juin où son appareil a eu un montant de la queue arraché,  deux cylindres du moteur touchés, et l'hélice brisée par des éclats d'obus."

Ltt Louis Escolle - Né le 12 août 1888 à Marseille (Bouches-du-Rhône) - Fils de Léon Escolle (avocat) et de Marie Antoinette Blanche Dor - Domiciliés au 2, passage Mirabeau à Grasse (Alpes Maritimes) - Classe 1908 - Recrutement de Nice sous le matricule n° 1297 - Engagé volontaire pour quatre ans pour le titre de l'école Polytechnique, le 8 octobre 1908 - Affecté pour son année de service militaire au 23ème régiment d'artillerie, le 10 octobre 1908 - Nommé Brigadier, le 10 février 1909 - Elève de l'école Polytechnique du 11 octobre 1909 au 10 août 1911 - Nommé Aspirant, le 16 mai 1910 - Admissible dans les services publics (administration), le 31 juillet 1911 - N'a pas demandé de fonction dans les services publics - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 10 août 1911 - Affecté dans la réserve au 18ème régiment d'artillerie, le 10 août 1911 - Placé en position hors cadre, le 25 octobre 1912 - Réintégré dans les cadres et rappelé à l'activité, le 1er août 1914 - Affecté au 9ème régiment d'artillerie, le 27 août 1914 - Affecté au 23ème régiment d'artillerie, le 19 septembre 1914 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 28 septembre 1914 - Citation n° 79 à l'ordre de l'armée, en date du 7 octobre 1914 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 22 janvier 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 23 janvier 1915 - Détaché comme élève observateur de l'escadrille C 56, le 16 mai 1915 - Observateur de l'escadrille C 56 du 16 mai 1915 au 6 août 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 29 juin 1915 - Affecté au 57ème régiment d'artillerie, le 6 juillet 1916 - Affecté au 117ème régiment d'artillerie lourde, le 17 juillet 1916 - Disparu, à bord du Caudron G 4 n° 1467, au cours d'une mission photographique, le 6 août 1916 - Il faisait équipage avec le Slt Gaston Verdié (pilote) qui a été blessé et contraint de poser son appareil en zone occupée par les Allemands - Les deux hommes ont été faits prisonniers - Leur adversaire était probablement le Ltn Hermann Pfeiffer du AOK 3 (sa 1ère victoire) - Rapatrié d'Allemagne, le 10 décembre 1918 - Affecté au 9ème régiment d'artillerie de campagne, le 6 février 1919 - Démobilisé, le 31 juillet 1919 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 26 mars 1919 - Affecté au Service des Chemins de fer et étapes du GMP, le 22 juillet 1924 - Remis à la disposition de son arme, le 10 février 1928 - Nommé Commandant adjoint de la 3ème section de la compagnie des Chemins de Fer de campagne de Paris à Orléans, le 5 mai 1930 - Décédé, le 19 décembre 1948 - Sources : FM département des Alpes-Maritimes - CCC escadrille C 56 - Bailey/Cony - JORF - Fiche matricule de l'Ecole Polytechnique - Dernière mise à jour : 2 mars 2016.

* Citation n° 79 à l'ordre de l'armée du Ltt Louis Escolle au 23ème régiment d'artillerie, en date du 7 octobre 1914 : "Son capitaine ayant été blessé et les chefs de section tués par les mitrailleuses allemandes, a mis sa dernière pièce en batterie et a tiré toutes ses munitions. Il a été ensuite chercher une piève abandonnée en avant de l'infanterie et a réussi à l'amener."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Ltt Louis Escolle au 23ème régiment d'artillerie, en date du 23 janvier 1915 : "Le 26 septembre, son capitaine ayant été blessé et sa batterie se trouvant sous le feu de mitrailleuses et de fusils ennemis, est parvenu à ramener sa section, à placer une pièce en batterie sur une crête en arrière et est retourné seul en avant, réussissant avec l'aide de quelques soldats à ramener deux canons à l'abri d'un bois où il les faisait ensuite prendre par deux attelages."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Louis Escolle, élève observateur de l'escadrille C 56, en date du 29 juin 1915 :  "Observateur d'une science et d'un sang-froid remarquables. A exécuté de nombreux réglages le tir très réussis. Infatigable et déterminé. A, le 18 juin 1915, conduit jusqu'au bout la mission dont il était chargé, bien qu'un obus ait très fortement déséquilibré l'avion qu'il montait."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Louis Escaolle, observateur à l'escadrille C 56, en date du 30 septembre 1915 : "Observateur, le 23 septembre 1915, au cours d'une attaque contre un Drachen, a engagé un combat violent et rapproché contre un Fokker puissamment armé, l'a atteint à coups de mitrailleuses et l'a forcé à rentrer dans ses lignes. L'avion a été criblé de balles et le pilote blessé au cours de ce combat."

* Lette de félicitations du chef d'escadron, chef du service aéronautique de la 10ème armée, en date du 28 février 1916.

* Citation n° 82 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 23 juin 1917 : "Observateur d'une science et d'un sang-froid remarquables, a exécuté de nombreux réglages de tir très réussis. Infatigeable, le 18 juin 1915, a conduit jusqu'au bout la mission dont il était chargé bien qu'un obus eut fortement déséquilibré l'avion qu'il montait."

 

Photo du Slt Alexandre Dorne

Slt Alexandre Charles Dorne - Né en 1894 - Classe 1914 - Recrutement de XXX sous le matricule n° 356 - Affecté au 101ème régiment d'artillerie - Admis aux cours spéciaux des élèves aspirants d'artillerie, suite au concours des 11 et 12 mai 1917 - Nommé Aspirant d'artillerie, à titre temporaire et affecté au 41ème régiment d'artillerie de campagne, le 25 décembre 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du XXX au 27 février 1918 - Observateur de l'escadrille SAL 56 du 27 février 1918 au 17 août 1919 - Volait en équipage avec le Cne Paul Gama, commandant de l'escadrille SAL 56 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 15 septembre 1918 - Détaché à Châteauroux pendant le 2ème trimestre 1919 - En mission à Bonneuil du 27 juillet au 8 août 1919 - Démobilisé, le 17 août 1919 - Affecté, dans la réserve, au 33ème régiment d'aviation d'observation, le 1er août 1920 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, dans l'arme de l'aéronautique militaire, en date du 16 août 1920 - Sources : CCC escadrille SAL 56 - JORF - Dernière mise à jour : 2 septembre 2016. - Je cherche des éléments d'état-civil pour cet officier.

Les hommes

Personnels de l'escadrille C 56 pendant l'hiver 1915-1916 - Cette photo a été jointe à un courrier du 26 décembre 1915 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Slt Jean Auguste Paul Joseph Loste - Né le 4 septembre 1893 à Toulon (83) - Fils de Louis Loste et Mme de Du Cuers de Cogolin - Profession avant guerre Ajusteur - Unité d'origine 27ème régiment d'infanterie - Brevet de l'Aéroclub de France n° 1533 sur Blériot, obtenu le 7 novembre 1913 - Entré en service actif au 1er groupe d'aviation, le 7 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 832 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 19 avril 1915 - Pilote de l'escadrille C 9 du 26 au 30 avril 1915 - Pilote de l'escadrille C 56 du 12 mai 1915 au 18 juin 1916 - Blessé au combat, le 18 juin 1915 - Pilote de l'escadrille C 46 du 18 juillet 1916 au 2ème trimestre 1917 - Sept victoires homologuées - Croix de guerre - Six citations à l'ordre de l'armée, le 29 juin 1915 - Décédé à Bandol, le 26 juillet 1960 - Jean Loste repose au cimetière central de Toulon - Photo collection Philippe Guillermin que je remercie pour son aide.

Sgt André Henri Martenot de Cordoux - Né le 14 mars 1893 à Chalezeule (Doubs) - Fils de François et Bathilde Martenot de Cordoux - Domiciliés à Trois Châtel à Besançon - Profession avant guerre Ingénieur - Classe 1913 - Recrutement de Besançon sous le matricule n° 918 - Mobilisé au 149ème régiment d'infanterie, le 8 août 1914 - Affecté dans une unité du Génie - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 5 août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2156 obtenu à l'école militaire d'aviation de Pau, le 26 décembre 1915 - Stage "Avions Rapides" à l'école militaire d'aviation d'Avord, jusqu'au 30 janvier 1916 - Pilote du RGA du 30 janvier au 7 février 1916 - Pilote du GDE du 7 février au 10 avril 1916 - Pilote de l'escadrille C 28 (détachement 513) du 17 avril au 20 mai 1916 - Evacué à l'ambulance 2/60, le 20 mai 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 26 mai 1916 - Nommé Sergent, le 22 juin 1916 - Convalescence jusqu'au 4 janvier 1917 - Pilote du GDE du 4 janvier au 16 février 1917 - Pilote de l'escadrille C 56 (détachement 513) du 16 février au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 38 du 6 avril au 11 juin 1917 - Pilote de l'escadrille N 94 / SPA 94 du 11 juin 1917 au 1er avril 1919 - Nommé Adjudant, le 25 juin 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en juillet 1917 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 1er octobre 1917 - Nommé Sous-Lieutenant à titre temporaire, le 25 janvier 1918 - En mission du 8 au 18 février 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 10 octobre 1918 - A terminé la guerre avec 8 victoires homologuées - Détaché à Sarreguemines du 3 décembre 1918 au 23 janvier 1919 - Détaché du 22 février au 17 mars 1919 - Nommé Lieutenant de réserve, le 26 mars 1919 - Affecté à l'escadre n° 1, le 1er avril 1919 - Affecté au 2ème régiment d'aviation de chasse de Strasbourg, le 22 juin 1920 - Décédé, le 31 décembre 1978 - Sources : Pam - JORF - CCC 28 - CCC 56 - CCC 28 - CCC 94 - Dernière mise à jour : 11/01/2015.

* Citation à l'ordre de l'armée du Caporal André Henri Martenot de Cordoux, pilote de l'escadrille C 28, en date du 26 mai 1916 : "Le 20 mai, a attaqué à courte distance un avion ennemi, le forçant à atterrir à proximité des lignes, le pilote hors de combat; atteint, dans la lutte, d'une balle qui lui a enlevé deux doigts au pied et fait une blessure grave au mollet, n'a dû de ramener son appareil au terrain d'atterrissage qu'à son habileté et à son énergie."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt André Henri Martenot de Cordoux, du 1er groupe d'aviation, pilote du détachement 513, en date du 4 mars 1917 : "Pilote hardi qui a toujours donné les preuves des qualités les plus brillantes d'énergie, d'adresse et de bravoure. A attaqué le 20 mai 1916 un avion ennemi à courte distance, le forçant à atterrir à proximité des lignes et mettant le pilote hors de combat. Atteint d'une balle qui lui a fait des blessures graves, n'a dû de ramener son appareil dans nos lignes qu'à son habileté et son énergie."

* Médaille militaire et Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj André Marie Henri Martenot de Cordoux, pilote de l'escadrille N 94, en date du 1er octobre 1917 : "Pilote adroit et plein d'ardeur. S'est toujours acquitté avec succès des missions de chasse et de protection qui lui ont été confiées. Grièvement blessé, le 20 mai 1916, au cours d'un combat aérien, a réussi, grâce à son courage, à abattre son adversaire. A repris sa place à l'escadrille bien qu'incomplétement guéri, donnant ainsi un bel exemple du devoir. Le 25 juillet 1917, a descendu son deuxième appareil. Deux citations à l'ordre de l'armée (Croix de Guerre)."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt André Marie Henri Martenot de Cordoux, du 149ème régiment d'infanterie, pilote de l'escadrille SPA 94, en date du 13 juin 1918 : "Brillant pilote de chasse. Provoque chaque jour l'admiration de ses camarades par son allant et son entrain. A plusieurs reprises, a attaqué des patrouilles de dix à quinze appareils ennemis et, grâce à son sang-froid et à son audace, a pu sortir indemne de combats très durs. Vient d'abattre son quatrième avion ennemi. Une blessure. Médaillé militaire pour faits de guerre. Deux citations."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt André Henri Martenot de Cordoux, du 149ème régiment d'infanterie, pilote aviateur, détaché à l'escadrille SPA 94, en date du 10 octobre 1918 : "Pilote d'un entrain et d'une bravoure au-dessus de tout éloge, véritable homme de devoir qui ne cesse de s'imposer à tous par son audace et son courage. Poursuivant toujours avec la même ardeur le combat contre les avions ennemis; a abattu les 21 août et 13 septembre 1918, ses sixième et septième avions ennemis. Une blessure. Médaillé militaire et Chevalier de la Légion d'Honneur pour faits de guerre. Quatre citations."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt André Henri Martenot de Cordoux, du 149ème régiment d'infanterie, pilote à l'escadrille SPA 94, en date du 15 novembre 1918 : "Officier d'élite ayant la plus haute conception du devoir, animé d'un courage et d'un allant au-dessus de tout éloge, et joignant aux qualités de pilote de chasse de grande valeur, celles d'observateur des plus minutieux. Les 6 et 12 octobre, a opéré un jalonnement précis de botre infanterie, malgré les circonstances atmosphériques les plus défavorables et lui a donné des renseignements très importants sur la situation de l'ennemi. Une blessure. Médaillé Militaire et décoré de la Légion d'Honneur pour faits de guerre. Cinq citations."

Slt André Jean Delorme - Né le 7 juin 1890 à Terrenoire (Loire) - Profession avant guerre Mécanicien Tourneur - Entré en service actif dans l'infanterie, le 1er octobre 1911 - Observateur d'artillerie jusqu'au 26 janvier 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1037 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 5 juin 1915 - Pilote de l'escadrille C 56 du 21 juin au 11 octobre 1916 - Blessé le 30 juillet dans un combat aérien - Evacué sur l'hôpital de Châlons-sur-Marne du 31 juillet au 26 août 1916 - En convalescence du 27 août au 26 septembre 1916 - Rejoint l'escadrille, le 27 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 38 du 11 octobre 1916 au 14 janvier 1917, date de sa mort - Décédé des suites d'un accident aérien, aux commandes d'un Nieuport 17, à l'ambulance (hôpital de campagne) 7/2, de Cuperly (marne), le 14 janvier 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur - Médaille Militaire - Croix de Guerre - 5 citations à l'ordre de l'armée.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Pilote d'une rare énergie. Le 25 janvier 1916, a accompli successivement deux missions photographiques importantes. Au cours de la première, l'avion a été sérieusement atteint, et au cours de la deuxième, mis hors de service par des éclats d'obus. A exécuté cependant sa mission et combattu trois appareils allemands qui ont abandonné la lutte. Pilote d'une audace et d'un sang-froid remarquables. Prépare minutieusement et avec beaucoup d'initiative les missions qu'il exécute ensuite avec une énergie remarquable. Le 6 février 1916, est descendu à 700 mètres pour bombarder une gare importante où il a causé un incendie et une explosion. Son passager blessé, a volé plus d'une heure dans les nuages complétement perdu en pays ennemi et a réussi, à bout d'essence, à atterrir dans nos lignes. Pilote de valeur exceptionnelle. Le 29 février 1916, au cours d'une reconnaissance à longue portée, a engagé un combat rapproché avec 3 avions de chasse ennemis. Son passager étant blessé, a continué la lutte en tirant lui-même avec une mitrailleuse de secours, tout en pilotant. Grâce à son adresse, a su décourager ses poursuivants et rentrer dans nos lignes. Officier d'élite, s'est distingué par sa vaillante conduite dans l'infanterie pendant les combats du début de la campagne au cours desquels il a été 2 fois blessé. A fait preuve ensuite comme pilote en avion, des plus belles qualités de bravoure, de dévouement et d'audace. Le 28 mai 1916, après avoir exécuté un bombardement très loin en arrière des lignes, a été attaqué par un avion de chasse allemand; l'a abattu en flammes et est rentré à l'escadrille avec son appareil criblé de balles. Déjà médaillé militaire et cité 2 fois à l'ordre de l'armée. Envoyé en reconnaissance, le 18 juin 1916, a livré un premier combat à un Aviatik ennemi, l'a obligé à rebrousser chemin. Attaqué à 18 km en arrière des lignes par 3 Fokker ennemis qui le prenaient par derrière et de flanc, leur a vaillamment fait face en confiant les commandes de son appareil à son mitrailleur pour pouvoir se servir de la mitrailleuse arrière. Le mitrailleur étant mortellement blessé et tombé dans la carlingue, a repris les commandes de l'appareil et a continué à se battre. deux des appareils ennemis ayant abandonné la lutte faute de munitions, a pu, tout en pilotant, continuer à tirer derrière lui et abattre le dernier ennemi. Est rentré à l'escadrille, son mitrailleur frappé à mort, ayant lui-même ses vêtements troués par les balles, son apapreil comlétement criblé. déjà cité quatre fois à l'ordre."

Aspirant Jean-Ernest Marion - Observateur de l'escadrille C 56 du 4 août 1915 au 1er novembre 1915.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Observateur très consciencieux et plein d'entrain. Le 5 septembre 1915, a été attaqué par un avion ennemi et, quoique blessé, a gardé tout son sang-froid et rassuré le pilote dont les commandes de direction avaient été coupées. A tenu à rendre compte de sa mission avant de se faire panser."

 

Photo de l'Adj René Roussin

Adj René Gaston Roussin - Né le 4 juin 1894 à Paris (75) - Fils de Charles Roussin et d'Anne Petit - Domiciliés au 28, rue de Réaumur à Paris 3ème (75) - Profession avant guerre Aviateur - Classe 1914 - Recrutement du 4ème bureau de la Seine sous le matricule n° 832 - Engagé au 2ème groupe d'aviation, le 8 février 1913 - Brevet de pilote militaire n° 487 obtenu à l'école d'aviation militaire de Reims, le 31 juillet 1914 - Pilote de l'escadrille C 11 du 15 août au 30 septembre 1914 - Pilote de l'escadrille V 14 (future 101) du 29 septembre au 16 décembre 1914 - Nommé Sergent, le 11 décembre 1914 - Affecté à St-Cyr - Bois d'Arcy du 16 décembre 1914 au 1er février 1915 - Pilote de l'escadrille C 27 du 1er février au 1er juillet 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, le XX mai 1915 - Pilote de l'escadrille C 56 du 1er juillet 1915 au 9 janvier 1916- Citation à l'ordre de l'armée, le 29 octobre 1915 - Nommé Adjudant, le 30 novembre 1915 - Pilote de la section d'artillerie lourde C 202 / C 202 du 9 janvier 1916 au 18 janvier 1917 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 4 août 1916 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 14 février 1917 - Affecté au détachement aviation de la mission militaire de Russie, le 20 février 1917 - Pilote de l'escadrille SOP 582 du 23 avril 1917 au 10 avril 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 4 novembre 1917 - Retour en France, le 7 mai 1918 - Chevalier de St-Vladimir de Russie - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 22 février 1918 - Pilote de l'escadrille C 202 du 18 juin 1918 au 6 avril 1919 - Nommé Lieutenant, le 24 septembre 1918 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, le 1er janvier 1920 - En mission en Tchécoslovaquie (Bohême) - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 1er août 1920 (changement de dénomination du régiment) - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 16 juin 1920 - Affecté à l'entrepôt spécial d'aviation n° 2 de Nanterre, le 20 avril 1921 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 25 juin 1926 - Nommé Commandant, le 15 mars 1938 - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 12 décembre 1940 - Domicilié au 11, boulevard Montfleury à Cannes (Alpes-Maritimes) - Décédé, le 4 mai 1964 - Sources : Pam - LO - Liste des brevets militaires - CCC escadrille C 11 - CCC escadrille 101 - CCC escadrille C 27 - CCC escadrille C 56 - CCC escadrille C 202 - JORF - Dernière mise à jour : 28 juin 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt René Gaston Roussin, pilote de l'escadrille C 56, en date du 29 octobre 1915 : "Pilote de valeur qui a accompli depuis le début de la campagne un nombre consédérable de reconnaissances et de régalges de tir. S'est particulièrement signalé au cours des attaques de septembre par son audace et son endurance."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt René Gaston Roussin, pilote de l'escadrille 582, en date du 4 novembre 1917 : "Officier très courageux. Attaqué le 28 septembre 1917 par son avion de chasse ennemi, a pu, grâce à son sang-froid, ramener son avion dans les lignes russes et jusqu'à l'aérodrome, bien que son appareil ait reçu des balles dans ses organes essentiels et que son observateur ait été grièvement blessé."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Ltt René Gaston Roussin, pilote au 34ème régiment d'aviation (mission en Tchécoslovaquie), en date du 16 juin 1920 : "Officier pilote de valeur, volontaire pour toutes les missions, a rendu les plus grands services dans les opérations auxquelles il a pris part. A eu des combats très durs avec des avions ennemies et est rentré plusieurs fois avec son avion criblé de balles. Trois citations."

 

Photo du Slt Louis Vivien

Slt Louis Jean Elie Vivien - Né le 5 juin 1890 à La Rochelle (17) - Fils de Jean François Vivien et d'Amanda Elisabeth Bailly - Profession avant guerre Tapissier - Domicilié à l'île d'Aix (17) - Classe 1910 - Recrutement de la Rochelle sous le n° matricule 69 - Engagé volontaire pour 3 ans au 14ème bataillon d'artillerie à pied, le 1er juillet 1908 - Nommé Brigadier, le 16 avril 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 25 septembre 1909 - Affecté au 4ème régiment d'artillerie à pied, le 1er mars 1910 - Rengagé pour 18 mois, le 31 mai 1911 - Rengagé pour 18 mois, le 2 août 1912 - Affecté au 40ème régiment d'artillerie lourde, le 1er juillet 1914 - Passé dans la réserve, le 25 juillet 1914 - Domicilié Avenue Guitton à la Rochelle - Rappelé lors de la mobilisation générale, le 2 août 1914 - Affecté au 3ème régiment d'artillerie à pied, le 3 août 1914 - Nommé Maréchal des Logis chef, le 8 août 1914 - Nommé sous-lieutenant de réserve à titre temporaire, le 2 mars 1915 - Affecté au 57ème régiment d'artillerie, le 1er juin 1915 - Affecté au 117ème régiment d'artillerie lourde, le 1er novembre 1915 - Affecté à l'école des observateurs du Plessis-Belleville, le 12 avril 1916 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 4 mai 1916 - Observateur de l'escadrille C 56 du 10 au 18 mai 1916 - Tué au combat, au cours d'un combat aérien, au Sud de Minaucourt (51), le 18 mai 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée à titre posthume, le 21 mai 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée au Slt Louis Vivien, observateur à l'escadrille C 56, en date du 21 mai 1916 : "Dès son arrivée en escadrille sur le front, a fait preuve d'une grande énergie et des plus belles qualités morales. Par son courage, son entrain, sa haute conception du devoir, était un exemple frappant pour ses camarades. A trouvé une mort glorieuse dans un combat aérien, le 18 mai 1916."

 

Photo de Joseph Voland

Slt Joseph Marie Jules Voland - Né le 14 avril 1894 à Lyon 6ème (69) - Fils de François Voland et de Amélie Louise Magant - Profession avant engagement Etudiant - Classe 1914 - Recrutement du bureau de Rhône Nord sous le n° matricule 872 - Engagé volontaire pour trois ans au 99ème Régiment d'Infanterie, le 28 octobre 1912 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Nommé Caporal, le 15 septembre 1914 - Nommé Sergent, le 1er avril 1915 - Affecté au 414ème Régiment d'Infanterie, le 1er avril 1915 - Nommé Sergent-Major, le 11 juillet 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 6 novembre 1915 - Affecté au 158ème Régiment d'Infanterie, le 30 décembre 1916 - Passe à l'aéronautique militaire comme élève-pilote, le 23 avril 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8630 obtenu à l'école militaire d'aviation d'Avord, le 16 septembre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation d'Etampes - Stage de spécialisation à l'école militaire d'aviation d'Avord, jusqu'au 17 novembre 1917 - Pilote au GDE du 17 novembre 1917 au 25 février 1918 - Pilote de l'escadrille C 56 du 25 février au 16 mars 1918 - Pilote de l'escadrille SOP 281 du 16 mars au 4 juin 1918 - Grièvement blessé avec fracture du fémur gauche, avec raccourcissement de 4 cm de l'os et limitation de la flexion du genou, au cours d'un accident aérien, le 4 juin 1918 - Son avion est parti en vrille et s'est écrasé - Evacué sur l'HOE n° 6, le 4 juin 1918 - Chevalier de la Légion d’ Honneur et Croix de Guerre, le 9 juin 1918 - Affecté au centre GDE du Plessis-Belleville à compter du 10 juin 1918 - Envoyé au centre de réforme hôpital n° 48 du Rhône, le 30 juin 1919 - Démobilisé le 13 septembre 1919 - Fonde la Section Lyonnaise des Vieilles Tiges à Lyon, en 1926 - Nommé sous-lieutenant à titre définitif, le 1er octobre 1922 - Fonde le Groupe de coordination des groupements aéronautiques locaux et assume pendant deux ans la présidence de l’Union Lyonnaise des Combattants de l’Air - Fonde l’Union Méditerranéenne des Combattants de l’Air à Nice - Pendant la 2ème guerre mondiale, dirige la succursale de Carbogaz, 60 rue de la Charité à Lyon 2ème, qui exploite le procédé Gazogène Licence Barbier - Médaille de l'Aéronautique en 1961 - Médaille d'Or des Vieilles Tiges en 1978 - Officier de la Légion d'Honneur - Médaille de l'Aéronautique - Commandeur de l'Ordre national du Mérite - Décèdé, le 30 juillet 1988 - Joseph Voland repose au cimetière de Saint Mamert (Rhône).

 

Photo du Sgt Albert Chaudeur

Sgt Albert Henri Justin Chaudeur - Né le 24 décembre 1892 à Paris 14ème (75) - Parents domiciliés au 110 rue Cartaguary à Paris 15ème (75) - Classe 1912 - Recrutement du 2ème bureau sous le matricule n° 1041 - Affecté au 170ème régiment d'infanterie - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote - Brevet de pilote civil délivré par l'Aéroclub de France, le 2 mai 1913 - Brevet de pilote militaire n° 795 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 12 avril 1915 - Affecté à la division Caudron du GDE du 7 au 13 mai 1915 - Pilote de l'escadrille C 56 du 13 mai 1915 au (4ème trimestre) 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 22 juin 1915 - Nommé Sergent, le 21 juillet 1915 - Détaché en usine, probablement pour effectuer les essais en vol des avions avant la livraison à l'aéronautique militaire - Tué au cours d'un accident d'avion, sur le terrain d'aviation militaire de Villacoublay, le 2 juillet 1916 - Son corps a été transféré à l'hôpital Larrey de Versailles - Sources : Pam - MpF - CCC escadrille C 56 - L'Aérophile - Dernière mise à jour : 11 mars 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Cal Albert Henri Chaudeur, pilote à l'escadrille C 56, en date du 22 juin 1915 : "Pilote plein d'entrain, d'allant, très énergique, a faut de nombreux vols de reconnaissances et de réglage d'artillerie, est resté le 13 juin au-dessus des lignes ennemies pour achever d'accomplir sa mission malgré un feu violent et bien que son appareil eût été atteint par un éclat d'obus." Il faisait équipage avec le Slt Charles Antoine Tavera, observateur.

 

Les avions

Caudron G 3 n° C 635 de l'escadrille C 56 pendant l'été 1915 - Le G 3, dont le pilote part seul, est doté d'un appareil de prise de vue de 50 cm de focale que l'on aperçoit dans la partie droite de l'habitacle - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les officiers pilotes et observateurs de l'escadrille C 56 discutent au milieu des Caudron G 3 de leur unité pendant l'été 1915 - A cette époqie, la C 56 partage son terrain avec une escadrille équipé de Maurice Farman - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Quatre officiers navigants de l'escadrille C 56 pendant l'été 1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Caudron G 3 n° C 205 de l'escadrille C 56 pendant l'été 1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les officiers pilotes et observateurs de l'escadrille C 56 posent sous une tente abritant un Caudron G 3 pendant l'automne 1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Caudron G 3 de l'escadrille C 56 pendant l'été 1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Caudron G 3 équipé photo prêt au départ pendant l'été 1915 - Remarquez le lecteur de carte installé sur la planche de bord et l'appareil photo de 50 cm fixé dans la partie arrière de la carlingue - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Ravitaillement en essence d'un Caudron G 4 de l'escadrille C 56 pendant l'été 1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les mécaniciens effectuent un point fixe après le changement du moteur rotatif du Caudron G 3 n° C 637 de l'escadrille C 56 pendant l'été 1015 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Caudron G 3 n° C 632 de l'escadrille C 56 pendant l'été 1015 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Retour de mission pour un pilote de Caudron G 3 de la C 56 pendant l'été 1915 - Pour cet vol, le pilote est parti seul pour effectuer sa mission photo afin de gagner du rayon d'action et la vitesse - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Royal Aircraft Factory BE 2 britannique codé "694" posé en panne sur le terrain occupé par l'escadrille C 56 pendant l'été 1915 - A cette époque, la C 56 était stationnée dans le Pas-de-Calais où elle cotoyait de nombreuses unités britanniques - Cet exemplaire est doté de patins anti-retournements et n'est pas armé, mis à part les armes individuelles des deux membres d'équipage - Trois escadrilles anglaises, dotés de cet appareil, ont été déployées en France en 1914-1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Un autre Royal Aircraft Factory BE 2 britannique codé "4087" posé sur le terrain de la C 56 pendant l'été 1915 - Il s'agit probablement de l'autre avion de la patrouille - Cet exemplaire est dépourvu de patins anti-retournement - Lui aussi ne porte pas d'armes collectives - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Décollage d'un Caudron G 3 de l'escadrille C 56 d'un terrain du Pas-de-Calais pendant l'été 1915 - Pour cette mission, l'avion emporte un équipage de deux hommes - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les avions

Un capitaine, qui reste à identifier, pose devant un Caudron G 4 de son unité armé en secteur avant d'une mitrailleuse Colt dotée d'un chargeur circulaire - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Caudron G 4 armé d'une mitrailleuse Vikers fixée à l'avant de la nacelle - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le Ltt Louis Escolle, observateur de l'escadrille C 56 du 16 mai 1915 au 6 août 1916, présente une mitrailleuse Vickers fixée à l'avant de la nacelle d'un Caudron G 4 - On voit bien que le champ d'action de l'arme est très limité avec une forte probabilité de toucher les pales d'hélice en mouvement - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le Ltt Louis Escolle, observateur de l'escadrille C 56, présente l'armement d'un Caudron G 4 de son unité pendant l'été 1915 - L'observateur est doté de deux armes, mis en oeuvre alternativement en secteur avant et secteur arrière - Le pilote prend normalement place sous le trépied de l'arme arrière - L'arme avant est une mitrailleuse Colt, dont on aperçoit le canon et une mitrailleuse Chauchat adaptée pour l'aéronautique militaire - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Un pilote, qui reste à identifier, pose en compagnie de ses deux mécaniciens, devant le Caudron G 4 qui lui a été affecté - La nacelle d'équipage est armée d'une mitrailleuse Colt dotée d'un chargeur circulaire - Les bidons, visibles à l'arrière plan, servent à transporter l'essence - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Hangars Bessonneau et tentes abritant les différents services de mécanique de l'escadrille C 56 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Un équipage de la C 56, qui reste à identifier, pose devant leur Caudron G 4 pendant l'hiver 1915-1916 - L'avant de la nacelle d'équipage porte un insigne personnel, une grenade - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Restes du Caudron G 4 de l'équipage composé du MdL Hubert Cagninacci (pilote) et Slt Louis Vivien (observateur) de l'escadrille C 56 abattu en combat aérien au Sud de Minaucourt (51) par l'Obltn Oswald Boelcke du FlAbt 62 (sa 16ème victoire), le 18 mai 1916 - Les deux aviateurs français ont été tués - Photo collection Drakegoodman que je remercie pour son aide.

Caudron G 6 codé "6" de l'escadrille C 56 photographié sur le terrain de la ferme d'Alger, à l'Est de Vandemanges (Marne) en mars 1917 - L'escadrille C 56 a stationné sur place du 11 juillet 1916 au 1er avril 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Jean-André Michaux que je remercie pour son aide.

Personnels mécaniciens de l'escadrille SAL 56 posent devant un des Salmson 2A2 de l'escadrille - Photo collection Gérard Lassaigne que je remercie pour son aide.

Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 56 - Remarquez l'insigne de l'unité ainsi que la tourelle arrière armée d'un jumelage Lewis - Photo collection Gérard Lassaigne que je remercie pour son aide.

Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 56 - Photo collection Gérard Lassaigne que je remercie pour son aide.

Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 56 en 1918 - Remarquez l'insigne de l'escadrille peint sous le poste du bombardier / mitrailleur - Photo Site de vente aux enchères Delcampe - Si vous possèdez cette photo, veuillez prendre contact avec l'auteur du site.

 

Photos aériennes

Un village du Pas-de-Calais, qui reste à identifier, photographié par le Ltt Louis Escolle, le 21 septembre 1915 - L'officier observateur a été affecté à l'escadrille C 56 du 16 mai 1915 au 6 août 1916 - A cette époque, l'escadrille C 56 était stationnée sur le terrain de St-Izel-lès-Hameau (Pas-de-Calais), qu'elle a occupé du 9 juillet au 3 octobre 1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Un village du Pas-de-Calais, qui reste à identifier, photographié par le Ltt Louis Escolle, le 21 septembre 1915 - Il s'agit du même village mais l'avion a pivoté sa course vers la droite - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Un village du Pas-de-Calais, qui reste à identifier, photographié par le Ltt Louis Escolle, le 21 septembre 1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les alentours immédiats d'un village, qui reste à identifier, photographié par le Ltt Louis Escolle, le 21 septembre 1915 - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Photos aériennes

Photo oblique des villages d'Athies, Feuchy et Fampoux, au Nord-est d'Arras, photographiés par le Ltt Louis Escolle, le 5 février 1916 - A cette époque, l'escadrille C 56 était stationnée sur le terrain de Cambrin (Pas-de-Calais) Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Photo oblique de la ville d'Arras pendant l'été 1915 - L'hôtel de ville a été détruit le 7 octobre 1914 et le beffroi, le 21 du même mois - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Louis Escolle transmise par Laurent Escolle, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Terrain de Bar-le-Duc - Béhonne - L'escadrille C 56 a stationné sur ce terrain du 9 juillet au 3 août 1917 - Cette photo, d'origine allemande, est postérieure et date du 15 mai 1918 - Photo collection Dieter Gröschel que je remercie pour son aide.

Photo verticale du Sud-Ouest du Bois le Chaume prise par un équipage de la C 56 pour le compte du 17ème corps d'armée, le 6 mars 1918 - Altitude de prise de vue 2000 m - Photo Collection Sam du forum "Histoire et Militaria 14-18".

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Sgt Albert Chaudeur, pilote du centre d'aviation militaire de Villacoublay, dans le cimetière de Montrouge - Il a été tué au cours d'un accident aérien, sur ce même terrain, le 2 juillet 1916 - Il a été pilote de l'escadrille C 56 du 13 mai 1915 au (4ème trimestre) 1915 - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

 

 


Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Sgt Albert Chaudeur, pilote du centre d'aviation militaire de Villacoublay, dans le cimetière de Montrouge - Il a été tué au cours d'un accident aérien, sur ce même terrain, le 2 juillet 1916 - Il a été pilote de l'escadrille C 56 du 13 mai 1915 au (4ème trimestre) 1915 - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

Détail de la tombe du Sgt Albert Chaudeur, pilote du centre d'aviation militaire de Villacoublay - Il a été tué au cours d'un accident aérien, sur le terrain d'aviation militaire de Villacoublay, le 2 juillet 1916 - Il a été pilote de l'escadrille C 56 du 13 mai 1915 au (4ème trimestre) 1915 - Albert Chaudeur repose dans le cimetière de Montrouge - Photo Alain Octavie transmise par Régis Biaux que je remercie tous deux pour leur aide.

 

Remerciements à :

- M. Patrice Gout pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Dieter Gröschel pour l'envoi de la photo du terrain de Bar-le-Duc - Béhonne.
- M. Gérard Lassaigne pour l'envoi des photos des Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 56.
- M. Philippe Guillermin pour l'envoi de la photo du Slt Jean Loste.
- M. Drakegoodman pour la mise à disposition de la photo de l'avion du MdL Cagninacci / Vivien.
- M. Sam du forum "Histoire et Militaria 14-18" pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Yves Genty pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Claude Levet pour l'envoi de la photo du Slt Jean Lasnier.
- M. Jean-André Michaux pour l'envoi de la photo du Caudron G 6 de l'escadrille C 56.
- M. Jean-François Bouvier pour l'envoi des photos des fanions fabriqués par la société Proton-Capillery.
- M. Rainer Absmeier pour l'envoi de la photo du Sgt André Martenot de Cordoux.
- M. Alain Octavie pour ses photos de la tombe d'Albert Chaudeur.
- M. Régis Biaux pour la transmission des photos d'Alain Octavie.
- M. Jean-Pol Puisné pour ses précisions sur l'insigne fabriqué lors de la dissolution du 3/93 "Sambre".
- M. Laurent Escolle pour la transmission des archives de Louis Escolle, son grand-père.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 55 Escadrille 57

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir