Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Le premier insigne collectif était un disque rouge de 30 cm de diamètre peint sur les fuselages des Farman - Dessin Albin Denis.

Le second insigne de l'escadrille SOP 60 était un disque écartelé rouge et blanc - Dessin Albin Denis.

Insigne métallique
de l'escadrille SPAbi 60

Insigne en argent découpé et émaillé - Présence d'un poincon au sanglier - Fabriqué par Kirby Beard et Cie - Fixation par deux anneaux - Insigne extrait du livre de Philippe Bartlett "Les insignes de l'aéronautique militaire française jusqu'en 1918" - Livre que je recommence tout particulièrement.

Symbolique

L'escadrille MF 60 a d'abord adopté un rond rouge comme emblème collectif. Il faisait 30 cm de diamètre sur le fuselage des avions. Plus tard, l'unité a choisi comme emblème un disque écartelé rouge et blanc ou rouge et bleu.

 

Historique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPAbi 60

Les traditions de l'escadrille SPAbi 60 n'ont pas été réprises depuis le 16 mars 1919, date de sa dissolution.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

Textes des citations

 

 

 

Personnels

Liste du personnel à venir

 

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Ltt Julien Maurice Cholin - Né le 29 mai 1891 à Châtillon-de-Lagnens (Hauts-de-Seine) - Fils d'Emile Dieudonné Cholin et de Régine Charpentier - Domiciliés au 140, avenue d'Italie à Paris 13ème (75) - Profession avant guerre Electricien - Classe 1911 - Recrutement du 3ème bureau de la Seine sous le matricule n° XXX - Service militaire au 1er régiment de Génie, le 1er octobre 1912 - Mobilisé au 1er régiment de Génie, le 2 août 1914 - Affecté au 7ème régiment de Génie - Citation à l'ordre de l'armée, le 11 mai 1915 - Nommé Sous-Lieutenant à titre définitif, le 15 juillet 1915 - Citation à l'ordre du régiment, le 5 décembre 1915 - Passé à l'aviation comme observateur, le 5 mai 1916 - Observateur du GDE du 5 mai au 17 juillet 1916 - Observateur de l'escadrille F 60 / SOP 60 du 17 juillet 1916 au 7 janvier 1918 - Citation à l'ordre de la division, le 25 octobre 1916 - Nommé Lieutenant, à titre définitif, le 15 février 1917 - Citation à l'ordre à l'ordre du Corps d'armée, le 1er novembre 1917 - Parti à Dijon-Longic comme élève pilote, le 7 février 1918 - Brevet de pilote militaire n° 13.680 obtenu à l'école d'aviation militaire de Dijon, le 22 mai 1918 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire de Vineuil - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 20 août 1918 - Pilote de l'escadrille BR 250 du 16 septembre au 11 octobre 1918 - Evacué sur l'hôpital de St-Martin-d'Ablois, le 20 septembre 1918 - Convalescence jusqu'au 21 novembre 1918 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 10 décembre 1918 - Brevet de pilote civil (par équivalence) FAI n° 15.620 en date du 19 mars 1919 - Après guerre, reprend la charcuterie familiale - Affecté, dans la réserve, au 11ème régiment du Génie, le 30 novembre 1923 - Nommé Capitaine de réserve, le 10 mai 1930 - Mobilisé dans le Génie en 1940 - Fait prisonnier, il est incarcéré en Allemagne pendant 18 mois, avant d'être libéré - Décédé en 1983 - Sources : Pam - CCC de l'escadrille F 60 / SOP 60 - CCC de l'escadrille BR 250 - JORF - Dernière mise à jour : 6 février 2017 - Photo Maurice Cholin transmise par Pascal Cholin, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Maurice Cholin à la compagnie 26/2 du 10ème régiment du Génie, en date du 11 mai 1915 : "A l'attaque du 5 avril, a pénétré dans le rémeau d'écoute d'un poste d'observation allemand, a tué d'un coup de mousqueton un officier ennemi et a aidé le sapeur qui l'accompagnait à capturer un travailleur. A rapporté un croquis donnant d'utiles renseignements."

* Citation à l'ordre de la 120ème division d'infanterie du Ltt Maurice Cholin, observateur à l'escadrille F 60, en date du 25 octobre 1916 : "Chargé des missions photographiques sur le secteur de la division, s'est employé courageusement à l'accomplissement de sa tâche, malgré les conditions atmosphériques défavorables et le feu de l'ennemi. A pu apporter au commandement des documents précieux."

 

Photo du Cal Emile Jaussaud

Cal Emile Cesar Jaussaud - Né le 21 novembre 1891 à Les Vans (Ardèche) - Fils d'Hippolyte César Jaussaud et de Marie Victorine Rogier - Elève de l'école des Arts et Métiers - Domicilié à Aix (Bouches-du-Rhône) - Classe 1911 - Recrutement de Pont-St-Esprit sous le matricule n° 306 - Service militaire au 99ème régiment d'infanterie, à compter du 1er octobre 1912 - Passé au 3ème groupe aéronautique de l'aéronautique militaire comme mécanicien, le 1er janvier 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale, le 2 août 1914 - Mécanicien de l’escadrille MF 20 du 31 décembre 1914 au 16 octobre 1915 - En subsistance à l'escadrille MF 8 du 19 au 22 août 1915 - Détaché à la RGA du Bourget du 6 au 16 septembre 1915 - Mécanicien en second puis mécanicien en premier de l'escadrille F 60 / SOP 60 du 16 octobre 1915 au 24 janvier 1918 - Mécanicien en premier du MdL Louis Tachard du 13 juillet 1916 au 27 octobre 1917 - Louis Tachard a été blessé au combat, aux commandes d'un Sopwith 1A2, le 26 octobre 1917 - Il est décédé des suites de ses blessures, le 27 octobre 1917 - Nommé Caporal, le 1er janvier 1918 - Mécanicien de l'escadrille SOP 263 / SAL 263 du 25 janvier 1918 au 5 mars 1919 - En mission du 26 janvier au 15 février 1918 - En stage au Parc aéro n° 9 du 3 au 10 mai 1918 - En stage aux usines Salmson du 21 juin au 7 juillet 1918 - Affecté au parc aéro n° 9 du 6 mars 1919 au 17 août 1919 - Démobilisé, le 17 août 1919 - Marié en 1920 - Affecté, dans la réserve, au 2ème régiment d'aérostation, le 1er juin 1921 - Affecté, dans la réserve, au 152ème régiment régional d'infanterie, le 10 septembre 1936 - Classé affecté spécial, comme ingénieur, de la société Alais Forges et Camargue, le 20 octobre 1939 - Décédé à Nîmes en 1985 - Sources : Pam - FM Gard - CCC MF 20 - CCC F 60 / SOP 60 - CCC SOP 263 / SAL 263 - Dernière mise à jour : 22 décembre 2015.

 

Photo du Cne Abel Verdurand

Cne Abel Paul Louis Verdurand - Né le 5 mars 1886 à Dié (Drome) - Fils de Paul Louis Alexandre Verdurand et de Joséphine Favier - Classe 1906 - Recrutement de Montélimar sous le matricule n° 82 - Engagé volontaire pour 4 ans au titre de l'école polytechnique, le 1er octobre 1906 - Pour son année de service avant d'intégrer l'école, affecté au 6ème régiment d'artillerie de campagne du 5 octobre 1906 au 8 octobre 1907 -  Nommé Brigadier, le 18 février 1907 - Nommé Maréchal des Logis, le 14 juillet 1907 - Rejoint l'école Polytechnique, le 10 octobre 1907 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 1er octobre 1909 - Une période d'instruction du 3 au 25 septembre 1913 - Nommé Lieutenant de réserve, le 6 juin 1914 - Mobilisé au 6ème régiment d'artillerie de campagne, le 2 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 14 janvier 1915 - Observateur de l'escadrille MF 20 du 14 janvier au 16 octobre 1915  - Citation n° 394 à l'ordre de la 2ème armée, en date du 3 avril 1915 - Observateur de l'escadrille MF 60 du 16 octobre 1915 au 1er février 1916 - Brevet de pilote militaire n° 2010 obtenu le 27 novembre 1915 - Pilote et Commandant de la section d'artillerie lourde MF 228 du 1er février au 3 octobre 1916 -  Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre et citation n° 2943 à l'ordre de l'armée, le 19 mai 1916 - Nommé Capitaine de réserve à titre temporaire, le 30 novembre 1916 -  Affecté à l'IMA de Compiègne du 24 août 1917 à (la fin de la guerre) - Démobilisé en fin 1918 ou début 1919 - Directeur général de la compagnie Air Union - Nommé Chef de bataillon de réserve, le 24 décembre 1926 - Nommé Lieutenant-colonel de réserve, le 25 décembre 1933 - Réintégré, à titre exceptionnel, dans les réserves du personnel navigant de l'armée de l'Air en qualité d'observateur en avion, le 24 février 1934 - A accompli une période d'instruction à la 2ème compagnie de l'air à Nanterre du 13 novembre au 2 décembre 1933 - Affecté à la 12ème compagnie de l'air, le 1er octobre 1934 - A accompli une période obligatoire d'exercices motorisés en Champagne du 1er au 7 septembre 1935 - A accompli une période obligatoire à Orly en 1935 - Officier de la Légion d'Honneur, le 23 janvier 1936 - A accompli une période obligatoire du 30 août au 2 septembre 1935 - Affecté à la base aérienne de Nanterre, le 1er janvier 1937 - Affecté à la base aérienne de Paris (Issy-les-Moulineaux), le 22 avril 1937 - Classé dans les cadres sédentaires, le 4 mai 1937 - Reclassé dans le personnel navigant des réserves de l'Air comme observateur en avion, le 5 mars 1939 - Affecté au Bataillon de l'Air n° 203, le 1er juin 1939 - Rappelé à l'activité, le 2 septembre 1939 - Affecté au Bataillon de l'Air 117 -  Sources : Pam - CCC MF 20 - CCC MF 60 - CCC MF 228 - Liste PN - FM Drôme - JORF - Dernière mise à jour : 28 juillet 2015.

* Citation n° 394 à l'ordre de la 2ème armée, en date du 3 avril 1915 : "Par des vols presque quotidiens au-dessus des lignes ennemies, ont rendu les plus grands services, en observant le réglage de nombreux tirs d'artillerie. Fréquemment encadrés pas des éclatements de projectiles qui ont atteint parfois leurs avions. Ont toujours rempli leurs missions jusqu'au bout donnant à leurs camarades le meilleur exemple de courage et de dévouement."
Citation commune avec Ltt François Fernand Vigouroux (obs) et le Slt Pierre marie Henri Joseph Hervé (obs).

* Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre et citation n° 2943 à l'ordre de l'armée, le 19 mai 1916 : "A la fois pilote et observateur de 1er ordre d'un courage et d'un esprit de sacrifice exceptionnels. Commandant une section d'aviation d'artillerie lourde, a pu par ses qualités de chef et par son exemple, remplit toutes les missions qui lui étaient confiées dans des circonstances extrêmement difficiles. Chargé le 29 avril 1916, de reconnaitre la situation exacte de nos lignes soumises à un bombardement intense, n'a pas hésité à descendre à 200 mètres, a pu aussi, grâce à son audace, rapporter des renseignements exacts et précis particulièrement précieux pour le commandement. déjà cité à l'ordre de l'armée. cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec palme."

Les hommes

Au premier plan et à gauche, l'Asp René Neveu observateur de l'escadrille F 60 / SOP 60 du 19 juillet 1916 au 13 octobre 1917, pose en compagnie d'un pilote qui reste à identifier, devant un des Farman F 40 de son unité pendant l'automne 1916 - Remarquez l'insigne de l'escadrille sur le nez de l'appareil - Photo Maurice Cholin transmise par Pascal Cholin, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les navigants de l'escadrille SOP 60 en virée - Photo Maurice Cholin transmise par Pascal Cholin, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les personnels navigants de l'escadrille SOP 60 pendant l'été 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Maurice Cholin transmise par Pascal Cholin, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Une partie des personnels navigants de l'escadrille SOP 60 pendant l'été 1917 - Le troisième aviateur en partant de la gauche est le Ltt René Neveu, observateur de l'unité - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Maurice Cholin transmise par Pascal Cholin, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

Photo du Slt René Neveu

Slt René Daniel Isidore Neveu - Né le 11 décembre 1893 à Paris (75) - Recrutement de XXX sous le matricule 793 - Nommé Aspirant - Observateur de l'escadrille F 60 du 19 juillet 1916 au 13 octobre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 28 juin 1917 - Affecté au 8ème corps d'armée, le 13 octobre 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 - Affecté au 83ème régiment d'artillerie lourde - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, pour assurer l'encadrement du 3ème régiment d'aviation d'observation, le 22 juin 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation d'observation, le 1er août 1920 - Nommé Lieutenant de réserve, en date du 18 juillet 1923 - Sources : CCC de l'escadrille F 60 / SOP 60 - JORF - Dernière mise à jour : 21 mars 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Asp René Daniel Isidore Neveu, observateur à l'escadrille F 60, en date du 28 juin 1917 : "Observateur très confirmé. Joint aux plus sérieuses qualités professionnelles, une audace, un calme, une sureté de jugement remarquables. pendant la bataille (avril-mai 1917), n'a cessé d'opérer en liaison étroite avec les troupes d'attaque, particulièrement le 20 mai où, victime d'un accident sur les lignes, il a tenu à repartir immédiatement pour assurer le succès d'une mission délicate qu'il a mené à bien malgré un feu très violent de mitrailleuses auquel il était soumis."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt René Daniel Isidore Neveu, observateur à l'escadrille F 60, en date du 6 juillet 1919 : "Observateur de premier ordre alliant à un beau courage une grande modestie, a rendu des services signalés en opérant, au mépris des plus grands dangers, la liaison avec les troupes d'attaques. Cinq citations."

 

Photo du Cne Michel Gueorguitz

Cne Michel Gueorguitz - Né le 23 mars 1886 à Kiev (Russie) - Fils de Théodore Gueorguitz et de Eugènie XX - Engagé à l'école militaire de Cavalerie russe en septembre 1906 - Mobilisé dans les Hussards, le 2 août 1914 - Nommé Capitaine en 1914 - Passé à l'aviation comme pilote en 1915 - Pilote de l'escadrille 30 russe - Affecté à la garde de l'Empereur - Pilote de l'escadrille n° 37 russe - Stage à l'école d'aviation militaire de Pau - Détaché à l'escadrille F 60 / SOP 60 (n'a pas été inscrit dans les CCC) du 21 septembre au 6 novembre 1917 - Parti à la Mission russe, le 6 novembre 1917 - Croix de St-Stanislas - Dernière mise à jour : 6 juin 2016.

 

Les avions

MF 11 à moteur 80 HP de l'escadrille MF 60 - Photo Jean de la Roche de Saint André transmise par son petit-fils Gilles que je remercie pour son aide.

Ltt Maurice Cholin, observateur de l'escadrille F 60 / SOP 60 du 17 juillet 1916 au 7 janvier 1918, photographié à bord d'un Farman F 40 - Photo Maurice Cholin transmise par Pascal Cholin, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les avions

Sopwith 1A2 de l'escadrille SOP 60 en 1917 - L'unité les a utilisé à partir de septembre 1917 à juin 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Jean-Michel Beaudoin que je remercie pour son aide.

Sopwith 1A2 de l'escadrille SOP 60 pendant l'hiver 1917-1818 - Photo collection Frank Fischer que je remercie pour son aide.

 

 

Photos aériennes prises
par les équipages

Terrain de Toul (54) - L'escadrille F 60 a stationné sur place du 22 janvier au 24 avril 1916 - Photo Roger Kissel transmise par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Photo oblique de la tranchée des Gémeaux, à l'Ouest de Joyécourt (Somme) prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 4 septembre 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photo oblique de la région de Vermandovillers (Somme) et de la tranchée du Chien prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 14 septembre 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Droits réservés

Photo verticale de la tranchée de l'Astrologue (Aulnaies) prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 24 janvier 1917 - Altitude de prise de vue 3000 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photo verticale des tranchées de la Tarasque, du Compas et du boyau Calypso prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 24 janvier 1917 - Altitude de prise de vue 3000 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photo verticale des batteries d'artilleries observées autour du village du Mesnil-Bruntel (Somme), prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 24 janvier 1917 - Altitude de prise de vue 3000 mètres - Les différents batteries sont identifiées par des séries de quatre chiffres (ex : 4240 - 4242 - 4744) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photo oblique de la tranchée François prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 25 janvier 1917 - Altitude de prise de vue 500 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photo verticale des batteries d'artillerie allemandes à l'Est du village de Briost (Somme) en janvier 1917 - Les différents batteries sont identifiées par des séries de quatre chiffres (ex : 1799 - 1802 - 1504) - En haut et à gauche, les tranchées de l'actrice, de l'auteur et de l'automne - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photos aériennes prises
par les équipages

Photo aérienne oblique du réduit du Cornillet prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 2 mai 1917 - Altitude de prise de vue 600 mètres - A cette époque, l'escadrille F 60 était stationnée sur le terrain de la ferme d'Alger - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jacques Rapin, transmis par Emmanuel Parrault, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne oblique de l'Est du Mont Blond prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 4 mai 1917 - Altitude de prise de vue 700 mètres - A cette époque, l'escadrille F 60 était stationnée sur le terrain de la ferme d'Alger - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Droits réservés Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Terrain d'Osches (55) en octobre 1917 - Il a été occupé par l'escadrille SOP 60 d'août au 23 septembre 1917 - Photo collection Jean-Luc Kaluzko que je remercie pour son aide.

Photo aérienne oblique de l'Ouest du Mont Blond prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 5 mai 1917 - Altitude de prise de vue 700 mètres - A cette époque, l'escadrille F 60 était stationnée sur le terrain de la ferme d'Alger - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jacques Rapin, transmis par Emmanuel Parrault, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo aérienne oblique de l'Ouest du Mont Blond prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 4 mai 1917 - Altitude de prise de vue 700 mètres - A cette époque, l'escadrille F 60 était stationnée sur le terrain de la ferme d'Alger - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jacques Rapin, transmis par Emmanuel Parrault, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne oblique de l'Ouest du Mont Blond prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 4 mai 1917 - Altitude de prise de vue 700 mètres - A cette époque, l'escadrille F 60 était stationnée sur le terrain de la ferme d'Alger - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo René Neveu, transmise par Heddi Bali, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale du Mont Cornillet prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 7 mai 1917 - Altitude de prise de vue 1500 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jacques Rapin, transmis par Emmanuel Parrault, que je remercie pour son aide.

Photo oblique du village de Prosnes prise par un équipage de l'escadrille F 60, le 3 juin 1917 - Altitude de prise de vue 500 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

 

Souvenirs associés

Un petit dessin humoristique de l'observateur photographe en plein travail - Dessin transmis par Pascal Cholin que je remercie pour son aide.

Souvenirs associés

Caricature du Ltt Maurice Cholin - Observateur de l'escadrille F 60 / SOP 60 du 17 juillet 1916 au 7 janvier 1918 - Brevet de pilote militaire n° 13.680 obtenu à l'école d'aviation militaire de Dijon, le 22 mai 1918 - Pilote de l'escadrille BR 250 du 16 septembre au 11 octobre 1918 - Photo transmise par Pascal Cholin, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Sol Lucien Donatien Limanton - Né le 1er mai 1897 à Suilly-la-Tour (Nièvre) - Fils d'Auguste Eugène Henri Limanton et de Marie Emilie Dupré - Domiciliés à Luthenay-Uxeloup (Nièvre) - Profession avant guerre Mécanicien ajusteur - Classe 1917 - Recrutement de Nevers (Niévre) sous le matricule n° 339 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre, le 14 juillet 1915 - Affecté à l'aéronautique militaire comme mécanicien, à compter du 17 juillet 1915 - Formation technique à l'école d'aviation militaire de Dijon, jusqu'au 14 janvier 1916 - Affecté au 2ème groupe d'aviation, le 13 janvier 1916 - Affecté au Parc n° 7 de la 10ème armée, le 14 janvier 1916 - Mécanicien de l'escadrille SPAbi 60 du XXX au 23 mai 1918 - Grièvement blessé par éclat de bombe d'avion au thorax, au cours d'un bombardement aérien du terrain d'aviation de Fienvillers (Somme), le 23 mai 1918 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 4/15 de Doullens (Somme), le 23 mai 1918 - Lucien Limanton repose dans le cimetière militaire de Doullens (Somme) - Sources : Pam - MpF - Fiche matricule département de la Nièvre - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Jean-Luc Kaluzko pour l'envoi de la photo du terrain d'Osches.
- M. Gilles de la Roche de Saint André transmise par son petit-fils Jean.
- M. Frank Fischer pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Emmanuel Perrault pour l'envoi des archives du Slt Jacques Rapin.
- M. Roland Kissel pour l'envoi des archives de Roger Kissel, son père.
- M. Yves Castelain pour l'envoi de la photo de la tombe de Lucien Limanton.
- M. Pascal Cholin pour l'envoi des archives de Maurice Cholin, son grand-père.
- M. Jean-Michel Beaudoin pour l'envoi de la photo du Sopwith 1A2 de la Sop 60.
- M. Heddi Bali pour la transmission des archives de René Neveu, son grand-père.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett - Publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 59 Escadrille 61

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir