Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Le premier marquage collectif de l'escadrille F 63 consistait en une large bande blanche peinte sur l'avant de la nacelle des Farman F 40, F 41 et F 43 - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

Le perroquet posé sur un perchoir - Cet emblème a été hérité du Cabaret montmartois "Le Perchoir" - Il a été adopté à la fin 1917, après la mort en mission du Sgt Kaminski, pilote de l'escadrille détaché au GDE, le 16 septembre 1917 - Dessin Albin Denis.

Cette tête de perroquet a également été peinte sur les SPAD XVI de l'escadrille SPAbi 63 en 1918 - Voir la photo en bas de page - Dessin Albin Denis

Découpe de fuselage

Découpe d'entoilage d'un avion de l'Adj Léon Hilaire - Pilote de l'escadrille SPAbi 63 du 12 janvier au 7 mars 1918 - Photo droits réservés.

Insignes métalliques
de l'escadrille SPAbi 63

Qui peut m'aider ?

Symbolique

Le premier marquage collectif de l'escadrille F 63 était une bande blanche peinte sur l'avant de la nacelle des Farman F 40, F 41 et F 42 équipant l'unité à l'époque.

En fin 1917, l'escadrille SPAbi 63 choisit comme emblème un perroquet posé sur un perchoir. L'oiseau était l'enseigne du cabaret "Le perchoir" dont les chansonniers étaient les parrains de guerre de l'unité. Cet établissement avait été ouvert par Jean de Granier de Cassagnac en 1916. Décliné en plusieurs couleurs, le perroquet avait été proposé par un pilote de la 63, le Sgt Louis Lefèvre. Il voulait honorer la mémoire du Sgt Robert Kaminski, pilote de l'escadrille détaché au GDE et qui s'était tué en mission, le 16 septembre 1917. Il était, pour ses camarades, un chanteur amateur apprécié et cousin d'un des artistes du cabaret Montmartois.

 

 

Historique

 

A venir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPAbi 63

Les traditions de l'escadrille SPAbi 63 n'ont pas été reprises depuis le 31 décembre 1918, date de sa dissolution.

 

Appellations successives

Périodes de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

 

Liste de personnels

Liste à venir

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

Texte de la citation

Texte à venir

 

 

 

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Les pilotes de l'escadrille F 63 posant à la ferme Neuve de Varesnes, le 7 juillet 1917 - Le Sgt René Baslu est le 4ème à partir de la droite - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo René Baslu transmise par la famille Baslu-Lerdou que je remercie pour son aide.

Adj René Baslu - Né le 26 juillet 1897 à Margny-les-Compiègne (Oise) - Fils d'Emile Joseph Baslu et de Louise Hortense Labitte - Profession avant guerre Etudiant - Appelé au 155ème RI, le 5 janvier 1916 - Passé à l'aviation comme mécanicien, le 8 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5610 à l'école de pilotage militaire de Chartres, le 11 mars 1917 - Il a été obtenu en 32h37 de vol et 153 atterrissages - Nommé Caporal, le 4 avril 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 16 avril 1917 - Pilote de l'escadrille SPAbi 63 du 4 mai 1917 au 11 janvier 1919 - Une citation à l'ordre du corps d'Armée, le 30 mars 1918 - Nommé Adjudant en octobre 1918 - Muté au CIACB de Perthes - Muté DAE de Nancy, le 2 avril 1919 - Photo René Baslu transmis par la famille Baslu-Lerdou que je remercie pour l'aide apportée.

Adj René Baslu, pilote de l'escadrille SPAbi 63 pose à côté d'un SPAD XI de son unité - Comme l'atteste l'inscription "PHOTO", cet appareil est équipé d'une installation photo à demeure dans le fuselage - Photo René Baslu transmis par la famille Baslu-Lerdou que je remercie pour l'aide apportée.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Excellent pilote de corps d'Armée, d'une bravoure et d'une tenacité au-dessus de tout éloge. Volontaire pour toutes les missions difficiles, liaisons au ras du sol, mitraillages de convois. A fait toutes les attaques 21 mars - 29 juin - 29 juillet - A montré l'exemple à tous reçevant 16 balles, 72 éclats."

Adj Gilbert Catteau photographié pendant son passage en école lors d'une des 3 épreuves pratiques visant à l'obtention de son brevet de pilote militaire - Une des épreuves consistait en deux montées à 2000 mètres - Cette altitude était contrôlée par un altimètre à ruban embarqué à l'occasion - C'est l'appareil qu'il tient dans la main.

* Adj Gilbert Jules Louis Marie Joseph Catteau - Né le 28 mars 1890 à Comines (59) - Fils de Louis Auguste Désité Marie Catteau et de Marie Octavie Josepha Van Elshande - Profession avant guerre Industriel - Service militaire au 1er régiment d'artillerie à pied du 9 octobre 1911 au 8 novembre 1913 - Nommé Brigadier, le 10 mars 1912 - Nommé Maréchal des Logis, le 26 septembre 1912 - Mobilisé au 1er régiment d'artillerie à pied, le 3 août 1914 - Nommé Adjudant, le 23 avril 1915 - Affecté au 43ème régiment d'artillerie de camp, le 15 juillet 1915 - Affecté au 103ème régiment d'artillerie lourde, le 1er novembre 1915 - Détaché à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 18 novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2939 obtenu, le 13 mars 1916  - Passé au GDE, le 27 mars 1916 - Pilote de l'escadrille F 63 du 13 juin au 28 août 1916 - Entrainement à Béhonne du 21 au 26 juin 1916 - Grièvement blessé au cours d'un accident aérien, au retour d'une mission de reconnaissance de nuit, sur le terrain de Souilly (55), le 28 août 1916 - Décédé des suites de ses blessures, à l'hôpital temporaire n° 12 de Vadelaincourt (55), le même jour -  Il faisait équipage avec le Slt André Labrie, observateur, qui a également perdu la vie - Photo Gilbert Catteau transmise par Francis Debièvre, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Sgt Charles Ferron pose à côté d'un SPAD XIII codé "18" aux couleurs du groupement de chasse n° 2 sur le terrain de Spire pendant l'hiver 1918-1919 - Photo collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.
* Sgt Charles Joseph Ferron - Né le 24 mars 1895 à Paris (75) - Fils de Louis Ferron et d'Henriette Guyot - Domiciliés 22, rue du jardin Anglais à Le Rainoy - Profession avant guerre Employé de banque - Mobilisé au 76ème régiment d'infanterie, le 20 décembre 1914 - Affecté au 293ème régiment d'infanterie - Nommé Caporal en octobre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme mitrailleur, le 3 juin 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux jusqu'au 2 octobre 1916 - RGA du 2 au 5 octobre 1916 - Mitrailleur de l'escadrille F 63 du 8 octobre 1916 au 25 novembre 1917 - Détaché à la GDE du 25 octobre au 3 novembre 1916 - Passé élève pilote à Dijon, le 25 novembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 11.101 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 29 janvier 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Istres-Miramas (13) - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 13 mars 1918 - Pilote de l'escadre de chasse n° 2 - Pilote de la SPA 88 du 28 avril au 16 mai 1919.

Brigadier Marius Lallier - Né le 4 octobre 1892 à Roubaix (Nord) - Fils d'Elie Lallier et de Irma François - Classe 1912 - Recrutement de Cambrai sous le matricule n° 1206 - Profession avant guerre Photographe - Domicilié 69, rue de Londres, Le Touquet (62) - Service militaire au 1er escadron de Train des Equipages, à compter du 1er octobre 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Affecté au CVAD 1/1 - Affecté au 15ème régiment d'artillerie de campagne - Nommé Brigadier, le 12 avril 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 13 juillet 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8621 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 16 septembre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation d'Avord, jusqu'au 6 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille SOP 63 / SPAbi 63 du 27 novembre 1917 au 31 mars 1918 - Stage SPAD XI au GDE du 5 au 22 décembre 1917 - Tué au combat, au cours d'une mission à bord d'un SPAD XI, abattu par la DCA dans les environs de Brétigny (Oise), le 31 mars 1918 - Il était accompagné du Slt Robert Favre qui a également été tué - Citation à l'ordre de l'armée à titre posthume - Sources : Pam - CCC - Cony - FM détruite - JO - Dernière mise à jour 04/12/2014 - Photo Marius Lallier, transmise par M. Henri François, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume du brigadier Marius Lallier en date du : "Jeune brigadier, pilote adroit et courageux, a rendu de précieux services en exécutant crânement les missions qui lui ont été confiées. A trouvé une mort glorieuse au cours d'une reconnaissance périlleuse à 200 mètres d'altitude en engageant un dur combat contre un adversaire puissant, le 31 mars 1918 à Brétigny (Oise). A été cité."

Slt Henri Joseph Dufort - Né le 5 février 1893 à Paris (75) - Fils de Jean Dufort et de Marie Adèle Berenger - Entré en service actif au 3ème régiment d'artillerie, le 27 novembre 1913 - Observateur de l'escadrille MF 63 du 14 octobre 1915 au 19 mai 1916, date de sa mort - Tué au combat, dans les environs de Récicourt (55), le 19 mai 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Depuis plus de 6 mois, a exécuté journellement des reconnaissances photographiques à grande distance, luttant fréquemment contre des avions de chasse puissamment armés. Dans la nuit du 17 au 18 mai 1916, a fait, comme passager, un raid de bombardement comportant un parcours de 160 km dans les lignes ennemies. Le 19 mai 1916, au cours d'une mission photographique, a attaqué un avion ennemi ; le pilote ayant été tué au cours de ce combat, a fait une chute mortelle."

Slt Raymond Pierre Paul Viraut - Né le 22 mai 1895 à Paris (75) - Profession avant guerre Etudiant - Entré en service actif au 12ème régiment d'artillerie, le 14 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 1527 obtenu le 9 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille MF 63 du 5 octobre 1915 au 19 mai 1916, date de sa mort - Tué au combat dans les environs de Récicourt (55), le 19 mai 1916 - Ambulance 9/17.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Pilote sur le front depuis fin septembre 1915. A toujours fait preuve du plus bel entrain. Depuis l'attaque de" ...., a livré 27 combats aériens ; a tenu tête, le 8 avril à quatre avions à l'intérieur des lignes ennemies. Dans la nuit du 25 au 26 avril, a pris part à un raid de bombardement sur une gare, à 90 km du front. A mis 5 projectiles au but malgré une violente canonnade."

 

Photo du Adj Léon Hilaire

Adj Léon Louis Victorien Hilaire - Né le 11 février 1891 à Mariac (Ardèche) - Fils de Louis Pierre Hilaire et de Marie Sabatier - Domiciliés à Le Cheylard (Ardèche) - Profession avant guerre Moulinier - Classe 1911 - Recrutement de Privas (Ardèche) sous le matricule n° 1589 - Service militaire au 75ème régiment d'infanterie, à compter du 9 octobre 1912 - Nommé Caporal, le 1er octobre 1913 - Nommé Sergent, le 23 mai 1914 - Blessé par éclat d'obus au pied gauche à Rambucourt (Meurthe-et-Moselle), le 12 octobre 1914 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 14 janvier 1915 - Nommé Adjudant, le 9 avril 1915 - Affecté au 9ème bataillon du 140ème régiment d'infanterie, le 29 décembre 1916 - Affecté au 363ème régiment d'infanterie, le 29 avril 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 28 juin 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8502 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 10 septembre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord jusqu'au 16 octobre 1917 - Pilote de la division SPAD du GDE du 14 octobre 1917 au 12 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SPAbi 63 du 12 janvier au 7 mars 1918 - Pilote de l'escadrille SPAbi 284 du 7 mars 1918 au 13 mars 1919 - Détaché à la RGA les 16 et 17 mai 1918 - Intoxiqué par gaz de combat à Fismes, le 28 mai 1918 - Croix de Guerre et citation n° 7 à l'ordre de l'aéronautique de la 7ème armée, le 9 juin 1918 - Hospitalisé au HOE n° 52 du 16 juin au 27 juillet 1918 - Citation n° 74 à l'ordre de l'aéronautique de la 7ème armée, le 19 juin 1918 - Affecté au GDE, le 28 juillet 1918 - Démobilisé, le 17 août 1919 - Domicilié place de la République à Romans, à compter du 19 août 1919 - Affecté au 75ème régiment d'infanterie, le 20 février 1920 - Médaille Militaire, le 16 juin 1920 - Médaille de la conduite distinguée britannique, le 17 septembre 1920 - Affecté au 31ème régiment de tirailleurs nord-africains, le 1er janvier 1924 - Dirigé en renfort sur le Maroc, le 4 juin 1925 - Débarqué à Casablanca, le 10 juin 1925 - Opérations de guerre au Maroc du 18 juin 1925 au 6 janvier 1926 - Citation n° 23 à l'ordre du 31ème régiment de tirailleurs nord-africains, le 3 décembre 1925 - Détaché en qualité de commis greffier auxiliaire à Casablanca et affecté au 1er régiment de Zouaves, le 6 janvier 1926 - Hospitalisé à l'hôpital mixte de Romans, le 15 février 1926 - Autorisé à prolonger son séjour au Maroc jusqu'au 14 octobre 1927 - Stage d'instruction professionnelle de 10 mois à la recette des finances de Casablanca, à compter du 30 décembre 1926 - Domicilié au 89, avenue Mers Sultan à Casablanca (Maroc), à compter du 20 juin 1928 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 8 mars 1929 et maintenu au 1er régiment de Zouaves - Placé en affectation spéciale, le 25 juin 1930 - Domicilié au 102, rue Galilée à Casablanca (Maroc), le 18 mars 1930 - Rayé de l'affectation spéciale et affecté au 1er régiment de tirailleurs marocains, le 1er novembre 1939 - Prend les fonctions d'officier de détails au centre d'infanterie de Casablanca, le 20 décembre 1939 - Démobilisé, le 6 août 1940 - Sources : Pam - CCC escadrille C 63 - CCC escadrille SPAbi 284 - JORF - Fiche matricule du département d'Ardèche - Dernière mise à jour : 18 septembre 2016.

* Citation à l'ordre de l'aéronautique de la 7ème armée, le 9 juin 1918 : "Pilote courageux et énergique. Toujours prêt à travailler pour n'importe quelle mission. A eu son appareil gravement endommagé le....... par le tir de l'artilelrie effectuant une mission à faible altitude. Le .... a réussi à dégager l'avion qu'il protégeait en soutenant à trois reprises différentes, le combat contre dix avions ennemis."

* Citation n° 74 à l'ordre de l'aéronautique de la 7ème armée, le 19 juin 1918 : "Pilote calme et audacieux, volontaire pour toutes les missions périlleuses. le 27 mars, attaqué par trois monoplaces ennemis, a soutenu vaillamment le combat en forçant deux de ses ennemis à atterrir. Est rentré avec son avion criblé de balles."

* Citation n° 23 à l'ordre du 31ème régiment de tirailleurs nord-africains, le 3 décembre 1925 : "Sous-officier d'une rare énergie et d'un superbe entrain, qui bien que souffrant encore d'une grave maladie, a tenu à participer à toutes les opérations du groupe de couverture de Dar-Caïd-Medboh, en particulier au combat du 15 septembre 1925, devant Tifilassez, a assuré d'une façon parfaite une liaison entre le chef de bataillon et ses unités dans un terrain des plus difficiles et battues par des tirs très précis, s'offrant avec une calme bravoure pour remplacer les agents de liaison, a permis enfin par son heureuse intervention à la section d'engins du bataillon de repousser brillamment une contre-attaque ennemie."

 

Photo du Sol Henri Gailhot

Sol Henri Alexis Gailhot - Né le 4 décembre 1897 à Louvres (Seine-et-Oise) - Fils de Frédéric Victorien Gailhot et Joséphine Marie Bonnet - Domiciliés Rue Jean Jacques Rousseau à Vierzon (Cher) - Admis à l'école de Vierzon comme élève externe en 1910 - Profession avant guerre Mécanicien ajusteur - Classe 1917 - Recrutement de Bourges (Cher) sous le matricule n° 1466 - Mobilisé au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 11 janvier 1916 - Formation de mécanicien d'avion puis affectation à Lyon-Bron du 13 janvier 1916 au 21 février 1918 - Affectation aux armées (je n'ai pas trouvé l'unité) du 22 février au 11 novembre 1918 - Détaché au GDE pour une stage de quinze jours du 18 au 31 mars 1918 - Affecté au Parc n° 10, le 17 janvier 1919 - Démobilisé, le 23 septembre 1919 - Domicilié à Cheylard (Ardèche), à compter du 23 octobre 1919 - Affecté, dans la réserve, au 35ème régiment d'aviation d'observation, le 1er août 1920 - Affecté au 194ème régiment d'artillerie, le 21 mars 1924 - Classé en service auxiliaire, le 6 août 1935 - Domicilié au 15, rue des Sapins à Charenton (Val-de-Marne), à compter du 26 septembre 1936 - Affectation spéciale pour trois mois comme percepteur à Remollon (Hautes-Alpes), le 11 octobre 1939 - Domicilié au 13, square Alexandre Robot à Melun (Seine-et-Marne), à compter du 22 juillet 1960 - Sources : Pam - JORF - Fiche matricule du département du Cher - Dernière mise à jour : 18 septembre 2016.

 

Les hommes

Personnels de l'escadrille SPAbi 63 en 1918 - Le Sgt René Baslu est le premier à gauche - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo René Baslu transmis par la famille Baslu-Lerdou que je remercie pour l'aide apportée.

Ltt Antoine Jean-Marie Joseph Barbier du Doré - Né le 4 juin 1889 à Angers (Maine et Loire) - Parents demeurant au château de la (Chataidière) à Segré (Maine-et-Loire) - Service militaire au 5ème régiment de Cuirassiers à compter du 8 octobre 1909 - Profession avant guerre Etudiant - Brevet de pilote militaire n° 1421 obtenu à l'école d'aviation d'Avord, le 24 août 1915 - RGA du Bourget jusqu'au 15 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille MF 63 du 15 septembre 1915 au 29 avril 1916 - RGA du Bourget du 29 septembre au 1er octobre 1915 - RGA du Bourget du 6 au 12 février 1916 - RGA du 26 au 28 février 1916 - GDE du 29 avril au 20 août 1916 - Pilote de l'escadrille N 68 du 20 août 1916 au 6 mai 1917 - Pilote du détachement 517 du 6 mai au 16 juin 1917 - Pilote de l'escadrille N 95 du 16 juin au 8 octobre 1917 - La N 95 est issue de la réunion des détachements de chasse 517 et 519 - Affecté au GQG américain à compter du 8 octobre 1917 - Marié avec Jacqueline Ghislaine Marie Josèphe, le 18 août 1919 - Décédé en 1969 - Il est photographié aux commandes d'un Nieuport 11 de l'escadrille N 68 à l'été 1916 - Photo famille Barbier du Doré que je remercie pour son aide.

Sgt Omer Paul Demeuldre - Né le 8 mars 1892 à Cambrai (Nord) - Fils de Félix Léopold Demeuldre et de Julia Palmyre Saint-Aubert - Domiciliés au 50, route de Paris à Cambrai (Nord) puis au 5, rue Charlot à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) - Profession avant service militaire Mécanicien d'automobiles - Domicilié au 19, rue Dupleix à Lille (Nord) - Classe 1912 - Recrutement de Lille (Nord) sous le matricule n° 2364 - Service militaire au 3ème groupe aéronautique d'Epinal (Vosges), à compter du 9 octobre 1913 - Mécanicien / conducteur de l'escadrille MF 5 du 9 octobre 1913 au 22 octobre 1914 - Mécanicien affecté au service du Ltt Charles Colard - Affecté au 1er groupe d'aviation, le 1er janvier 1914 - Détaché avec son pilote à Rambervillers du 17 août au 13 octobre 1914 - Affecté à la 1ère réserve de ravitaillement de Dijon, en compagnie du Ltt Colard, du 22 octobre au 28 novembre 1914 - Mécanicien de l'escadrille MF 33 du 28 novembre 1914 au 23 février 1915 - Affecté, avec le Cne Colard, à la 2ème réserve d'aviation de St-Cyr du 23 février au 1er avril 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 35 du 1er au 16 avril 1915 - Mécanicien de la RGA du 16 avril au 1er septembre 1915 - Nommé Caporal, le 10 juillet 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 63 / F 63 du 1er septembre 1915 au 23 septembre 1916 - Il est toujours affecté au service du Cne Charles Colard, désormais commandant de l'escadrille MF 63 - Une victoire homologuée comme mécanicien / mitrailleur contre un Albatros abattu dans les environs du bois des Forges (Meuse), le 7 septembre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 11 septembre 1915 - Nommé Sergent, le 10 janvier 1916 - Citation à l'ordre de l'aéronautique de la 2ème armée, en date du 24 septembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4584 délivré directement à l'escadrille F 63, le 23 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille F 63 du 23 septembre 1916 au 11 octobre 1917 - Brevet de pilote FAI n° 4403 délivré par l'Aéroclub de France, le 2 octobre 1916 - Citation n° 80 à l'ordre de la 120ème division, en date du 25 mars 1917 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 11 juin 1917 - Pilote de la GDE (stage SPAD) du 11 au 14 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille N 84 / SPA 84 du 14 octobre 1917 au 3 mai 1918 - Médaille Militaire, le 18 novembre 1917 - Citation n° 1133 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 8 janvier 1918 - Citation n° 1139 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 11 janvier 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 20 janvier 1918 - Citation n° 1185 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 13 février 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 13 avril 1918 - Disparu au cours d'une patrouille dans la région de Montdidier (Somme), le 3 mai 1918 - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide - Sources : Acte de naissance - Pam - MpF - Fiche Matricule du département du Nord - LO - CCC de l'escadrille MF 5 - CCC de l'escadrille MF 33 - CCC de l'escadrille MF 35 - CCC de l'escadrille MF 63 / F 63 - CCC de l'escadrille N 84 / SPA 84 - Dernière mise à jour : 11 janvier 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée du Cal Omer Demeuldre, mitrailleur de l'escadrille F 63, en date du 11 septembre 1915 : "Caporal mitrailleur, le 7 septembre 1915, a rencontré un avion de chasse. malgré son infériorité de vitesse, n'a pas hésité à l'attaquer et par son courage et son adresse, après avoir tiré trois cents cartouches de mitrailleuses, l'a obligé à piquer brusquement vers le sol."

* Citation à l'ordre de l'aéronautique de la 2ème armée du Sgt Omer Demeuldre, mécanicien de l'escadrille F 63, en date du 24 septembre 1916 : "Sergent mécanicien. Toujours volontaire pour les missions périlleuses. A exécuté quinze bombardements poussés jusqu'a cent kilomètres dans les lignes allemandes."

* Citation n° 80 à l'ordre de la 120ème division du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille F 63, en date du 25 mars 1917 : "Pilote de reconnaissance, pilote audacieux, s'est distingué particulièrement le 19 mars 1917 en volant très bas au-dessus des lignes ennemies pour permettre à son observateur de mitrailler et dispenser un groupe de cavaliers et de cyclistes ennemis."

* Citation n° 387 à l'ordre du 35ème corps d'armée du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille F 63, en date du 11 juin 1917 : "Coutumier des actes d'audace et de sang-froid. Le 23 mai 1917, attaqué au cours d'une reconnaissance photographique par un avion ennemi qui endommagea gravement son appareil, réussit après une lutte brillante à mettre son adversaire hors de combat puis continua jusqu'au bout sa missions."

* Citation n° 111 à l'ordre de la 4ème armée du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 23 décembre 1917 : "Pilote de haute valeur. Depuis peu de temps dans la chasse, s'impose déjà à ses camarades par son ardeur et son adresse. A abattu un avion ennemi dans nos lignes, le 15 décembre 1917."

* Citation n° 1133 à l'ordre de la 4ème armée du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 8 janvier 1918 : "Remarquable pilote de chasse, d'un courage et d'un allant hors de pair, donnant un magnifique exemple à ses camarades. Le 22 décembre 1917, a abattu un biplace ennemi qui est tombé dans nos lignes; le lendemain 23 décembre, a livré un dur combat à un second biplace ennemi qui s'est écrasé derrière les premières lignes ennemies."

* Citation n° 1139 à l'ordre de la 4ème armée du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 11 janvier 1918 : "Pilote de chasse d'une valeur tout à fait exceptionnelle. le 3 janvier 1918, a abattu un avion ennemi qui a pris feu en l'air et s'est écrasé dans ses lignes."

* Citation n° 1185 à l'ordre de la 4ème armée du Slt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 13 février 1918 : "Excellent sous-officier. Après s'être fait remarquer dans l'aviation de réglage vient de débuter brillamment dans la chasse où il s'annonce comme un pilote audacieux et habile. Le 30 octobre 1917, a abattu son troisième avion ennemi qui s'est écrasé en flammes dans les premières lignes allemandes."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Omer Paul Demeuldre, pilote à l'escadrille SPA 84, en date du 13 avril 1918 : "Officier pilote d'une adresse et d'un courage exceptionnels, merveilleux exemple pour son escadrille qu'il entraine par son beau moral, son ardeur et le prestige de ses succès. A abattu 11 avions ennemis. Médaillé militaire pour faits de guerre. Six citations."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Slt Omer Paul Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 11 mai 1918 : "Pilote de chasse exceptionnel, dont le moral élevé, la bravoure et l'allant excitaient l'admiration et l'émulation de ses camarades de combat. A abattu treize avions ennemis, dont dix en quatre mois. Le 3 mai 1918, est tombé, en pleine lutte, dans l'attaque, à bout portant d'un biplace ennemi, laissant le plus bel exemple de vaillante et jeune ardeur."

MdL Georges Robart, pilote de l'escadrille F 63 du 20 juillet 1916 au 4 mars 1917, pose devant le Farman F 40 n° F 1875 qui lui a été affecté, probablement pendant l'automne 1916 - Photo Georges Foulon transmise par Thierry Foulon, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

* MdL Georges Jules Louis Robart - Né le 20 août 1893 à La Capelle (Aisne) - Fils de Jules Louis Robart et Lesure Leblies - Classe 1913 - Recrutement de St-Quentin (Aisne) sous la matricule n° 229 - Engagé volontaire pour trois ans au titre du 23ème régiment de dragons, à compter du 4 octobre 1913 - Brevet de pilote militaire n° 3246 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 15 avril 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 11 juin 1916 - Pilote du GDE du 11 juin au 20 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 63 du 20 juillet 1916 au 4 mars 1917 - Blessé au cours d'un accident d'avion, le 20 juillet 1916 - Evacué sur l'hôpital, le même jour et a repris sa place le 5 août 1916 - En équipage avec le Sol Marcel Clément, à bord d'un Farman F 63, trois avions de la F 63 livrent combat avec deux Albatros de chasse, le 6 octobre 1916 - Clément est tué dans les environs de Vigneulles (Meuse), le pilote est indemne - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 8 octobre 1916 - Détaché à Béhonne du 1er au 15 novembre 1916 - Au décollage, le Salmson-Moineau SM 1 n° 41 de l'équipage MdL Georges Robart (pilote), Sgt Pierre Raveneau (mit), Mdc Etienne Barberot (mit) glisse sur l'aile et tombe en perte de vitesse à Gournay (Oise), le 4 mars 1917 - Le SM 1 s'écrase au sol et brûle entièrement - Robart et Raveneau sont tués et Barberot, grièvement blessé, est évacué sur l'HOE d'Estrées-St-Denis (Oise) - Barberot, malgré la gravité de ses blessures, survivra - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille F 63 - Bailey / Cony - Fiche Matricule du département de l'Aisne - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 21 mars 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Georges Robart, pilote à l'escadrille F 63, en date du 8 octobre 1916 : "Blessé dans un grave accident d'aviation, le 20 juillet 1916, a rejoint à peine guéri faisant toujours preuve du plus remarquable entrain. Le 6 octobre 1916, au cours d'une opération de bombardement, a livré combat à deux avions ennemis. Ayant eu son mitrailleur tué, a su, par l'habileté de ses manoeuvres, tenir en respect ses adversaires et ramener son avion intact au terrain d'aviation."

MdL Jean Hilaire Cellière - Né le 24 septembre 1879 à Saint-Etienne - Fils de Jean Cellière et de Marie Colomban - Appelé au 16ème régiment de Train des Equipages, le 22 novembre 1900 - Nommé MdL, le 19 octobre 1902 - Profession avant guerre Sténographe - Mobilité en août 1914 au 19ème régiment du Train des Equipages - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 6 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1594 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 18 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille MF 63 du 5 novembre 1915 au 16 janvier 1917 - Blessé au combat, le 12 mars 1916 - Moniteur de pilotage de l'école d'aviation d'Avord à partir du 16 janvier 1917 - Médaille Militaire, le 25 mars 1916 - Croix de Guerre, le 25 mars 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Pilote de grande valeur joignant aux qualités professionnelle beaucoup de sang-froid et d'allant. A livré de nombreux combats, notamment le 23 janvier 1916, jour où il n'a pas craint de se battre contre trois avions ennemis et le 8 mars où il a combattu contre quatre avions. Grièvement blessé au cours d'un combat, le 12 mars 1916, a néanmoins réussi à ramener son appareil dans nos lignes."

Slt Henri François Mérillon - Né le 11 août 1892 à Bouscat (33) - Entré en service actif au 17ème régiment de Hussards, le 6 octobre 1911 - Mobilisé au 10ème régiment de Hussards en août 1914 - Observateur de l'escadrille MF 63 de septembre 1915 au 10 octobre 1915, date de sa mort - Tué au combat dans les environs de Hattonchâtel (55), le 10 octobre 1915 - Il faisait équipage avec le Sgt Henri Mahieu (pilote) qui a également perdu la vie - Leur adversaire était probablement le Ltn Robert Greim du FFA 3 (sa 1ère victoire) - Croix de Guerre - 2 citations, une à l'ordre de l'armée, une à l'ordre de la brigade.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Jeune observateur qui s'est déjà signalé par les plus brillantes qualités de courage et d'entrain. Mort au cours d'une reconnaissance sur les lignes ennemies, le 10 octobre 1915."

Ltt Jacques Jean Louis de Coye de Castelet - Né le 25 mars 1890 à Aix-en-Provence (13) - Fils de Damiens de Coye de Castelet et de Aurélie Pin - Profession avant guerre Etudiant - Entré en service actif au 11ème régiment de Hussards, le 1er octobre 1911 - Passé à l'aviation comme observateur, le 12 novembre 1915 - Observateur de l'escadrille N 48 du 22 décembre 1915 au 7 mars 1916 - Observateur de l'escadrille N 67 du 14 mars au 9 juin 1916 - Observateur de l'escadrille MF 63 du 9 juin au 4 février 1917 - Observateur de l'escadrille N 102 du 4 février au 19 mars 1917 - 6ème division de compagnie à partir du 19 mars 1917 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre de l'armée, le 22 juillet 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Observateur d'un courage simple, joyeux et modeste, spécialiste des reconnaissances photographiques en arrière des lignes. Le 2 juillet 1916, ayant voulu, malgré les avions ennemis supérieurs en nombre, continuer sa mission photographique, a eu, après deux séries de combats, son avion haché de balles et atteint dans ses parties essentielles. A fait une chute terrible à l'atterrissage."

 

Photo du Cne Pierre Babinet

Cne Pierre Léon Babinet - Né le 23 décembre 1886 à Paris (75) - Fils de Jacques André Babinet et de Marie Charlotte Boulé - Domiciliés au 5 rue Washington à Paris (75) - Classe 1906 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 451 - Service militaire au 6ème régiment de cuirassiers, caserné à Tours, à compter du 1er octobre 1907 - Nommé Brigadier, le 1er mars 1908 - Nommé Maréchal des Logis, le 3 octobre 1908 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 14 novembre 1909 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1911 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1913 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 21 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1576 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 13 septembre 1915 - Insigne de pilote militaire (macaron) n° 2371 - A l'école d'Etampes jusqu'au 22 septembre 1915 - Pilote du GDE du 22 septembre au 9 novembre 1915 - Pilote de l'escadrille F 58 du 5 au 12 novembre 1915 - Pilote de l'escadrille F 45 du 12 novembre 1915 au 16 juin 1917 - Brevet de l'aéroclub de France n° 2480 décerné le 4 novembre 1915 - En stage à la 2ème réserve d'aviation du 16 juillet au 2 août 1916 - Citation n° 128 à l'ordre de la 68ème division d'infanterie, en date du 31 décembre 1916 - Mission à la RGA du 14 février au 17 mars 1917 - Citation n° 23 à l'ordre de l'artillerie, en date du 26 février 1917 - Citation n° 9626 à l'ordre de l'aéronautique de la 8ème armée, le 8 juin 1917 - Commandant de l'escadrille F 63 / SPAbi 63 du 17 juin 1917 au 9 janvier 1919 - Nommé Capitaine, à titre temporaire, le 14 septembre 1917 - Stage au centre GDE de Sommesous du 5 décembre 1917 au 7 janvier 1918 - Affecté au GDE, le 9 janvier 1919 - Nommé Capitaine, à titre définitif, le 25 juin 1919 - En mission à l'état-major de l'armée grecque et nommé Commandant de l'aéronautique grecque à Salonique, le 1er août 1919 - Affecté à la mission militaire française à Athènes et conserve le commandement de l'aviation grecque à Salonique, le 19 septembre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, le 20 mai 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, détaché à la mission militaire française en Grèce, le 1er août 1920 - Chevalier de l'ordre du Sauveur de Grèce, le 21 août 1920 - Décoré de la Médaille du mérite héllénique de 4ème classe - Revient en France, le 13 janvier 1922 - Mis à la disposition du sous-secrétariat d'état de l'aéronautique et des transports aériens, le 7 février 1922 - Affecté au 2ème bureau de l'administration centrale du sous-secrétariat d'état de l'aéronautique et des transports aériens, le 15 février 1922 - Passé à l'arme de l'aéronautique, le 8 décembre 1922 - Certificat d'aptitude au brevet de nnavigateur aérien n° 114 délivré le 22 mars 1923 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 12 juillet 1923 - Brevet d'observateur en avion n° 189 décerné, le 25 août 1926 - Affecté au service technique et industriel de l'aéronautique, le 6 novembre 1926 - Détaché à la direction générale de l'aéronautique et des transports aériens du ministère du commerce et de l'industrie - Nommé Chef de bataillon, le 25 décembre 1928 - Affecté au 31ème régiment d'aviation, le 25 juin 1929 - Affecté à l'état-major de la région militaire de Paris, le 1er septembre 1933 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 25 septembre 1934 - Commandant de la 38ème escadre aérienne, le 15 mai 1935 - Commandant de l'Air Régional n° 6, le 2 septembre 1936 - Conserve le commandement de la 38ème escadre aérienne jusqu'au 14 décembre 1936 - Officier de la Légion d'Honneur, le 23 décembre 1937 - Nommé Colonel, le 15 mars 1938 - Domicilié au 12, boulevard Emile Augier, à Paris 16ème - Décédé au 47 boulevard de l'hôpital à Paris 13ème, le 16 juillet 1960 - Sources : Pam - JORF - LO - Etat des services - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille F 58 - CCC de l'escadrille F 45 - CCC de l'escadrille F 63 / SPAbi 63 - Avis de décès - Dernière mise à jour : 12 janvier 2017.

* Citation n° 128 à l'ordre de la 68ème division d'infanterie du Ltt Pierre Babinet, pilote à l'escadrille F 45, en date du 31 décembre 1916 : "Officier extrêmement méritant, sur le front depuis le début de la campagne. Passé dans l'aviation, a accompli plus de cent heures de vol sur les lignes ennemies exécutant des réglages de tir, reconnaissances d'objectifs et prise de photographies. Pilote adroit et courageux sachant mener à bien les missions qui lui sont confiées, a eu souvent son appareil atteint par le tir des batteries ennemies."

* Citation n° 23 à l'ordre de l'artillerie de la 8ème armée du Ltt Pierre Babinet, pilote à l'escadrille F 45, en date du 26 février 1917 : "Le 10 février 1917, a su mener à bien un réglage d'AGP sur une pièce ennemie à grande portée située très en arrière des lignes, malgré l'attaque des avions ennemis et le tir des pièces contre avions."

* Citation n° 9626 à l'ordre de l'aéronautique de la 8ème armée du Ltt Pierre babinet, pilote à l'escadrille F 45, en date du 8 juin 1917 : "A participé comme pilote à 10 réglages sur une pièce de gros calibre situé à 12 km en arrière du front, protégée par une nombreuse aviation et une forte organisation d'artillerie anti-aérienne. A souvent facilité par son habileté manoeuvrière le rôle des observateurs."

* Chevalier de la Légion d'Honneur du Cne Pierre Léon Babinet du sous-secrétariat d'état de l'aéronautique et des transports aériens, en date du 1é juillet 1923 : "15 ans de services, 7 campagnes."

* Officier de la Légion d'Honneur du Lcl Pierre Léon Babinet de la 38ème escadre aérienne, en date du 23 décembre 1937 : "28 ans de services, 7 campagnes, 8 ans de bonification pour services aériens, 3 annuités, 56 annuités. Chevalier de la Légion d'Honneur du 12 juillet 1923."

 

Les avions

Terrain de Verdun (55) - L'escadrille MF 63 a stationné sur place du 26 août 1915 au 24 février 1916 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Les restes du MF 11 de l'équipage composé du Sgt Henri Mahieu (pilote) et Slt Henri Mérillon (obs) qui a été abattu dans les environs de Hattonchâtel, le 10 octobre 1915 - Les deux aviateurs français ont été tués - Leur adversaire était probablement le Ltn Robert Greim du FFA 3 (sa 1ère victoire) - Cet avion a été construit sous licence par la firme Henri Farman - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rolf Kranz mis en ligne sur le site Europeana.

MF 11 bis, baptisé "Alyette", appartenant à l'escadrille F 63 photographié sur le terrain de Verdun, le 29 novembre 1915 - Le Cal Omer Demeuldre, mécanicien / mitrailleur de l'unité du 1er septembre 1915 au 23 septembre 1916, a remporté une victoire homologuée, le 8 septembre 1915, est visible au centre de l'image - Il porte la Croix de guerre qu'il a reçu pour cette première victoire - A cette époque, il était affecté au service du Cne Charles Colard, le commandant de l'escadrille MF 63 - Il a passé son brevet de pilote militaire n° 4584 délivré directement à l'escadrille F 63, le 23 septembre 1916 - Il a ensuite été pilote de l'escadrille F 63 du 23 septembre 1916 au 11 octobre 1917 avant d'être affecté à l'escadrille N 84 - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Farman F 42 de l'escadrille F 63 sur le terrain de Souilly (Meuse) en juillet 1916 - Cet avion porte un nom de baptème qui commen par la lettre "O" - A cette époque, l'escadrille avait adopté comme signe de reconnaissance une large bande inclinée blanche qui était peinte sur l'avant de la nacelle de l'équipage - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Farman F 41 baptisé "Mon Moum" appartenant à l'escadrille F 61 sur le terrain de Souilly (Meuse) en juillet 1916 - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Farman F 42, baptisé "Nov Nov" de l'escadrille F 63 sur le terrain de Souilly pendant l'été 1916 (juillet ou août) - Le Sgt Omer Demeuldre (1 VH + 1 VNH) pose à gauche - L'avion est équipé d'une mitrailleuse Colt montée sur une tourelle circulaire - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Farman F 40 de l'escadrille F 63 sur le terrain de Souilly (Meuse) pendant l'été 1916 - Remarquez la présence d'un appareil photo à grande focale (F 50) monté verticalement dans le nez de l'appareil - Cet avion porte la bande blanche d'identification sur le nez, comme tous les appareils de l'unité - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Farman F 40 de l'escadrille F 63 déployé sur le terrain de Commercy entre le 25 septembre au 17 novembre 1916 - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Les avions

Le MdL Georges Robart, pilote de l'escadrille F 63 du 20 juillet 1916 au 4 mars 1917, pose devant le Farman F 40 n° F 1875 qui lui a été affecté, probablement pendant l'automne 1916 - Remarquez le rack porte-bombes visible sous le fuselage de l'appareil - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Georges Foulon transmise par Thierry Foulon, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Sgt Omer Demeuldre, mécanicien/ mitrailleur puis pilote de l'escadrille MF 63 / F 63, auteur de trois victoires (2 H + 1 NH) pendant son séjour dans l'escadrille - Il s'illustrera ensuite au sein de l'escadrille N 84 / SPA 84 - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Terrain de Toul (54) - L'escadrille F 60 a stationné sur place du 21 au 25 septembre 1916 - Photo Roger Kissel transmise par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Sopwith 1A2 n° 4048 baptisé "Kiss Me" du Sgt Omer Demeuldre, auteur de plusieurs victoires aériennes lors de son séjour à l'escadrille MF 63 / F 63, photographié après le 23 mai 1917 - D'abord mécanicien / mitrailleur au sein de cette unité, il a remporté 1 VH et 1 NH, puis pilote, il a de nouveau remporté une nouvelle victoire homologuée avant d'être affecté à l'escadrille N 84 où il continuera à se couvrir de gloire - C'est pour cette raison que son avion porte trois barres verticales marques de ses victoires (2H + 1NH) - Il trouvera la mort au cours d'un combat aérien, le 3 mai 1918 - Il était alors titulaire de 14 victoires homologuées - Son corps n'a pas été retrouvé - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Sopwith 1A2 n° 4048 baptisé "Kiss Me" du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille F 63, après le 23 mai 1917 - A l'époque de cette photo, il est titulaire de trois victoires (2H + 1NH) - C'est pour cette raison que son avion porte trois barres verticales marques de ses victoires - Sa troisième victoire (2ème homologuée) au sein de l'escadrille F 63 date du 23 mai 1917 - Il sera muté dans l'escadrille N 84, le 11 octobre 1917 - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Le Sgt Omer Demeuldre aux commandes du Sopwith 1A2 n° 4048 baptisé "Kiss Me" après le 23 mai 1917, date de sa 3ème victoire, au sein de l'escadrille F 63 (2 VH + 1 VNH) - Pour rappel de ses faits d'armes, son avion porte trois barres verticales marques d'autant de victoires - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide.

Terrain de Villeselve (60) en novembre 1917 - L'escadrille F 63 a stationné sur ce terrain du 17 mai au 30 juin 1917 - Photo prise par le Slt Francis Paul, observateur de l'escadrille N 79 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Le Cal Marius Lallier pose aux commandes d'un Sopwith 1A2 codé "13" de l'escadrille F 63, à la fin 1917 / début 1918 - L'escadrille SOP 63 a perçu des avions de ce type à compter d'octobre 1917 - A cette époque, l'escadrille stationnait sur le terrain de la ferme du Rendez-vous (60) - Photo Marius Lallier, transmise par M. Henri François, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

SPAD XVI codé "10" de l'escadrille SPAbi 63 sur le terrain de Pierre-Morains, le 27 octobre 1918 - L'escadrille a perçu 10 avions de ce type en octobre de la même année - Photo René Baslu transmis par la famille Baslu-Lerdou que je remercie pour l'aide apportée.

 

Couleurs des avions

Le MF 11 bis baptisé "Alyette", appartenant à l'escadrille F 63, représenté tel qu'il était sur le terrain de Verdun, le 29 novembre 1915 - Le Cal Omer Demeuldre, mécanicien / mitrailleur du 1er septembre 1915 au 23 septembre 1916, a remporté une victoire homologuée à son bord, le 8 septembre 1915 - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

Couleurs des avions

Sopwith 1A2 n° 4048 baptisé "Kiss Me" du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille F 63, comme il était après le 23 mai 1917 - A cette date, il était titulaire de trois victoires (2H + 1NH) - C'est pour cette raison que son avion porte trois barres verticales, rappels de ses victoires (voir le dessin de détail de la partie inférieure) - Sa troisième victoire (2ème homologuée) au sein de l'escadrille F 63, date du 23 mai 1917 - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Documents en rapport
à l'escadrille F 63

Permission de 2 jours accordée au caporal René Baslu de l'escadrille F 63 - Document René Baslu transmis par la famille Baslu-Lerdou que je remercie pour l'aide apportée.

 

 

Documents en rapport
à l'escadrille F 63

Programme de la fête du 14 juillet 1917 à l'escadrille F 63 - Document René Baslu transmis par la famille Baslu-Lerdou que je remercie pour l'aide apportée.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Monument commémoratif rappelant le sacrifice d'un équipage de l'escadrille F 63, sur le terrain de Souilly, le 28 août 1916 - Ce jour là, l'équipage, composé de l'Adj Gilbert Catteau (pilote) et du Slt André Labrie, s'est tué au cours d'un accident aérien, au retour d'une reconnaissance de nuit sur le terrain de Souilly (55) - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.


Monuments commémoratifs
et tombes

Cal Donat Joseph Maurin - Né le 14 octobre 1884 à St-Jean-de-Rivières (Alpes-Maritimes) - Fils de François Maurin et de Madeleine Bellet - Service militaire à la 1ère section de CO artillerie, à compter du 8 ocotbre 1905 - Profession avant guerre Mécanicien - Mobilisé au remonte de Puget Thénien, le 4 août 1914 - Renvoyé dans ses foyers, le 8 août 1914 - Rappelé au 11ème régiment d'infanterie, le 13 novembre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien du 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 21 juillet 1915 - Armurier mitrailleur puis mécanicien de l'escadrille MF 63 / F 63 / SPA 63 du 1er septembre 1915 au 7 mars 1918 - Détaché à Souilly du 1er au 15 novembre 1916 - En stage au Parc n° 6 du 5 au 13 septembre 1917 - En stage au GDE du 14 au 21 décembre 1917 - En stage à Cattigny du 28 décembre 1917 au 8 janvier 1918 - Nommé Caporal, le 26 février 1918 - Mécanicien de l'escadrille SOP 284 du 7 mars au 30 mai 1918 - Blessé le 30 mai 1918 et évacué sur un hôpital de l'intérieur - Décédé, le 9 juillet 1923 - Donat Maurin repose dans le carré militaire du cimetière Caucade de Nice - Photo Claude Dannau que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- la famille Baslu-Lerdou pour l'envoi des photos de l'Adj René Baslu.
- la Famille Barbier du Doré pour la communication de la photo du Ltt Antoine Barbier du Doré.
- M. Jean-Jacques Leclercq pour l'envoi de la photo du Sgt Charles Ferron.
- M. Claude Dannau pour l'envoi de la photo de la tombe du Caporal Donat Maurin.
- Mme Françoise Rivemale pour l'envoi des archives de Marcel Thibon, son grand-père.
- M. Géraud Guillerez pour l'envoi des photos du monument commémoratif de la F 63.
- M. Francis Debièvre pour l'envoi de la photo de Gilbert Catteau, son grand oncle.
- M. Henri François pour l'envoi de la photo du Sopwith 1A2 du Brig Marius Lallier.
- M. Roland Kissel pour l'envoi des archives de Roger Kissel, son père.
- M. Rolf Kranz pour l'envoi de la photo du MF 11 de la MF 63 abattu.
- Mme Nicole Demeuldre pour la transmission des archives d'Omer Demeuldre.
- M. Thierry Foulon pour l'envoi des archives de Georges Foulon, son grand-père.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 62 - Victoires Escadrille 64

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir