Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Etude réalisée par Albin Denis et David Méchin.

Insignes peints
sur les fuselages

Le fanion initial de l'escadrille N 67 adopté par le Cne Henri Constant de Saint-Sauveur - Dessin Albin Denis.

Le second fanion de l'escadrille N 67 adopté après le rattachement de l'unité au groupe de chasse n° 12 - La cigogne a remplacée le rapace - Dessin Albin Denis.

Découpe de fuselage
Epoque SPA 67

Découpe de fuselage du SPAD XIII du Ltt Robert Le Petit, pilote de l'escadrille SPA 67 du 28 juillet 1918 au 9 février 1919 - A cette époque, l'avion du Ltt Le Petit portait le numéro d'identification "7" au sein de cette escadrille - Elle a été offerte au soldat Marcel Devaux, son 1er mécanicien, pour le remercier des services rendus - Cette pièce est dans un état de conservation exceptionnel - Photo Christian Lasvigne que je remercie pour son aide.

* Ltt Robert Henri Marie Le Petit - Né le 9 novembre 1892 à Epinal (88) - Fils d'Henri Le Petit et de Marie Lardier - Classe 1912 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le n° matricule (?) - Engagé au 1er régiment de Génie, à compter du 8 octobre 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée en mars 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif en juin 1915 - Une citation à l'ordre du corps d'armée en juin 1916 - Nommé Lieutenant à titre définitif en octobre 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er décembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 11.491 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres-Miramas, le 12 février 1918 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Pau - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 14 avril 1918 - Stage au CIACB de Perthes du 14 avril au 25 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 67 du 28 juillet 1918 au 9 février 1919 - Une victoire homologuée (3 octobre 1918) et deux victoires non homologuées pendant son séjour à la SPA 67 - Affecté au sous-secrétariat d'état de l'aéronautique et des transports aériens (STA), le 10 mai 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1920 - Nommé Capitaine - Affecté au 34ème régiment d'aviation - Affecté au cabinet du ministre de l'Air - Nommé Chef de Bataillon, le 30 novembre 1933 - Officier de la Légion d'Honneur, le 2 juillet 1932 - Commandant de la 6ème escadre aérienne - Nommé Lieutenant-Colonel, le 15 septembre 1937 - Nommé Colonel - Placé en congé du personnel navigant - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 31 décembre 1947 - Nommé Général de brigade aérienne - Décédé au 77, avenue Henri Martin à Paris 16ème, le 13 octobre 1967.

Chevalier de la Légion d'Honneur au Ltt Robert Henri Marie Le Petit, du Génie au service technique de l'aéronautique en date du 16 juin 1920 : "Après de beaux services de guerre dans le génie, s'est affirmé excellent pilote, adroit et courageux et a abattu un avion ennemi. Deux blessures. Trois citations."

Officier de la Légion d'Honneur au Cne Robert Henri Marie Le Petit, de la base aérienne du Bourget-Dugny, en date du 2 juillet 1932 : "18 ans de service, 5 campagnes, 4 blessures, 2 citations, 15 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier du 16 juin 1920."

* Caporal Marcel Henri Joseph Devaux - Né le 29 mars 1898 à Paris (75) - Fils de Louis Lucien Devaux et de Marie Adèle Boudin - Domiciliés 24, rue de Strasbourg à Vincennes - Profession avant guerre Mécanicien-Monteur - Classe 1918 - Recrutement de la Seine sous le n° matricule 3793 - Mobilisé au 1er groupe d'aviation, le 16 avril 1917 - Affecté à Lyon-Bron, jusqu'au 28 février 1918 - Affecté au parc 112, le 1er mars 1918 - Mécanicien de l'escadrille SPA 67 du 3 mars 1918 au (après 1er janvier 1920) - 1er mécanicien du Ltt Robert Le Petit - Nommé Caporal, le 5 mars 1919.

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 67

Rappel de fourragère du MdL Henri Louis Alibert, pilote de l'escadrille SPA 67 du du 18 mars 1918 au 15 septembre 1919 - Voir plus bas dans cette page la photo entière de cet aviateur - Extrait d'une photo mise en ligne par le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

Symbolique

Le premier insigne consistait en un fanion marron et rouge chargé d'un rapace en vol de couleur or. Les couleurs de fanion rouge et marron étaient celles de la casaque de l'écurie de chevaux de course du capitaine Henri Constant de Saint-Sauveur, commandant de l'escadrille du 22 février 1916 au 1er août 1917.
Lors du rattachement de l'escadrille N 67 au groupe de chasse n° 12 en juin 1917, l'unité choisit d'abandonner son rapace au profit d'une cigogne, comme toutes les escadrilles placées sous le commandement du Cdt Antonin Brocard. Toutefois un compromis est trouvé avec le personnel qui désirait conserver son emblème. L'oiseau change mais le fanion et ses couleurs sont conservées. De plus, chaque SPAD VII porte les lettres "SS" pour Saint-Sauveur suivies des initiales du pilote.

 

Historique

 

A venir

 

Entoilages d'avions des unités
héritières de ses traditions

Découpe de fuselage du SPAD XIII de l'Adj Marcel Péroz, pilote de la 7ème escadrille du 3ème régiment d'aviation de chasse de Châteauroux - Il a obtenu le brevet de pilote militaire n° 18.408 à l'école militaire d'aviation d'Istres, le 16 avril 1920 - Photo collection Samuel Kittler que je remercie pour son aide.

Détail des marquages de la découpe de fuselage du SPAD XIII de l'Adj Marcel Péroz - Photo collection Samuel Kittler que je remercie pour son aide.

Entoilage d'un SPAD XIII ou équivalent de la 21ème escadrille du 35ème RAM stationnée sur le terrain de Lyon-Bron - Période comprise du 1er octobre 1922 au 1er juin 1924 - Entoilage collection Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

Découpe de fuselage d'un Gourdou-Lesserre GLG 32 de la 5ème escadrille du 35ème RAM des années 30 - Cette unité était héritière des traditions de l'escadrille SPA 67 de la Grande Guerre - Période comprise entre le 1er juin 1924 au 1er juillet 1932 - Entoilage collection Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 2ème escadrille du GC I/5 - Epoque 1939-1940 - Epingle avec boléro - Fabrication Drago Paris Nice - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne métallique du GC II/3 "Champagne" - Période 1941 à 1961 - Fabrication A. Augis Lyon - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne de la 1ère escadrille de l'EC 2/3 "Champagne" - Fabrication Drago Paris des années 50 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie sous son aide.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 67

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 1ère escadrille de l'EC 2/3 "Champagne" - Homologué sous le n° 1111 au SHD de Vincennes, le 30 septembre 1977 - Fixation par 2 anneaux - Fabrication Drago France des années 80 - Photos Ebay France.

Insigne de la 1ère escadrille de l'EC 2/3 "Champagne" - Homologué sous le n° 1111 au SHD de Vincennes, le 30 septembre 1977 - Fixation par 2 anneaux - Définition héraldique : Fanion taillé de tanné et de gueules, bordé de sable, à une cigogne au naturel brochant la partition - Insigne collection Section Symbolique et Traditions section Air du SHD du Château de Vincennes.

Insigne métallique de la 1ère escadrille de l'EC 2/3 "Champagne" - Valable à partir de 1998 - Fabrication Drago Noisiel Marne la Vallée - Fixation par 2 anneaux - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de l'escadron de chasse 2/3 "Champagne" - Il a été homologué sous le n° A 977 au SHD de Vincennes, le 11 mars 1969 - Cette unité stationnée sur la BA 133 de Nancy-Ochey a utilisé depuis cette date des Mirage III E, Mirage 2000 N K2 et Mirage 2000 D - Cet insigne est valable du 1er novembre 1950 au 1er septembre 1991, date du passage à 3 escadrilles - Définition héraldique de l'insigne : écu marron et tango chargé en chef d'une aigle d'or et de sable et en pointe d'une cigogne de sable et blanche - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de l'escadron de chasse 2/3 "Champagne" - Il a été homologué sous le n° A 1315 au SHD de Vincennes, le 10 décembre 1999 - Cette unité stationnée sur la BA 133 de Nancy-ochey utilise des Mirage 2000 D - Cet insigne est valable du 10 décembre 1999, date du passage de l'unité à 3 escadrilles, à nos jours - Définition héraldique de l'insigne : écu français moderne à la bande de candide brochant une bande alésée et aiguisée en chef et pointe de gueules au soleil à vingt-quatre rais d'or chargé d'un tourteau du deuxième émail côtoyé de deux doubles cotices du même métal potencées et contre-potencées d'azur en chef taillé de brun et de tango brochant une cigogne passante de candide rehaussée de sable dite de "Guynemer" à la pointe de gueules à un charognard d'or rehaussé de sable - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

 

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

Citations

Texte des 2 citations à l'ordre de l'armée à venir

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

 

Les hommes

Slt Jean Marie Dominique Navarre - Né le 9 août 1895 à Jouy-sur-Morin (Seine et Marne) - Fils d'André Navarre et de Jeanne de Coëscou - Engagé pour la durée de la Guerre au 1er groupe d'aviation comme pilote, le 2 septembre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 601 en date du 30 septembre 1914 - l'As aux 12 victoires homologuées et 9 victoires probables - Pilote de l'escadrille MF 8 du XXX au 1er janvier 1915 - Pilote de l'escadrille MS 12 au 27 février 1915 à la fin janvier 1916 - Détaché à l'escadrille MS 15 du 22 mai au 30 juin 1915 - Pilote de l'escadrille MS 48 du 1er au 24 février 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 24 février au 17 juin 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 2 août 1915 - Médaille Militaire, le 6 avril 1915 - Croix de Guerre - Photo collection Philippe Guillermin.

Photo dédicacée réunissant les deux frères Navarre :
- à droite Asp Pierre Marie Navarre - Né le 9 août 1895 à Jouy-sur-Morin (Seine et Marne) - Fils d'André Navarre et de Jeanne de Coëscou - Profession avant guerre Etudiant - Entré en service actif au 6ème régiment de Génie, le 24 septembre 1914 - Une citation à l'ordre de la division en décembre 1914 - Une citation à l'ordre du corps d'armée en mai 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 18 août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1661 en date du 26 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 69 du 25 décembre 1915 au 15 novembre 1916 - Nommé Aspirant, le 19 février 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée en mars 1916 - Médaille Militaire en mars 1916 - Croix de Guerre - Tué au cours d'un accident aérien sur le terrain du GDE du Plessis-Belleville, le 15 novembre 1916.
- à gauche Slt Jean Marie Dominique Navarre - Né le 9 août 1895 à Jouy-sur-Morin (Seine et Marne) - Fils d'André Navarre et de Jeanne de Coëscou - Engagé pour la durée de la Guerre au 1er groupe d'aviation comme pilote, le 2 septembre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 601 en date du 30 septembre 1914 - l'As aux 12 victoires homologuées et 9 victoires probables - Pilote de l'escadrille MF 8 du XXX au 1er janvier 1915 - Pilote de l'escadrille MS 12 au 27 février 1915 à la fin janvier 1916 - Détaché à l'escadrille MS 15 du 22 mai au 30 juin 1915 - Pilote de l'escadrille MS 48 du 1er au 24 février 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 24 février au 17 juin 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 2 août 1915 - Médaille Militaire, le 6 avril 1915 - Croix de Guerre - Photo collection Maurice Sublet que je remercie pour son aide.

Slt Jean Navarre, pilote de l'escadrille N 67 du 24 février au 17 juin 1916, pose avant de s'installer aux commandes du Nieuport 11 n° N 872 - Cet avion a la particularité d'être entièrement peint en rouge - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Slt Jean Navarre, pilote de l'escadrille N 67, s'installe aux commandes du Nieuport 11 n° N 872 - Cet appareil est armé d'une mitrailleuse synchronisée avec le mouvement de l'hélice- Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Slt Edmond Pillon - Né le 9 juin 1891 à Chaville (92) - Fils d'Eugène Alexandre Adolphe Pillon. et de Marie Amélie Elisabeth Binet - Marié avec Marie Hays - Domicilés au 42, rue de la Monesse à Sévres - Profession avant guerre Monteur d’avions - Appelé en 9 octobre 1913 au 94ème régiment d’infanterie de Coetquidan - Mobilisé le 2 août 1914 au 94ème RI où il y reste du 2 août 1914 au 19 décembre 1914 - Passé à l’aviation comme élève pilote, le 19 décembre 1914 - Lyon-Bron formation théorique - Ambérieu école de pilotage élémentaire et complémentaire à partir du 19 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3651 du 8 juin 1915 sur avion Voisin - Nommé Caporal, le 21 novembre 1915 - Formation terminée, quitte Ambérieu, le 30 décembre 1915, affecté à la division Spad du RGA - Pilote de l'escadrille VB 102 du 20 avril 1916 à début mars 1917 - Devient N 102 à partir du 11 juin 1916 - Nommé Sergent en juillet 1916 - 1ère victoire homologuée, le 2 août 1916, contre un avion allemand à 20 km sur Chauny - Citation à l’ordre de la 3ème armée du 16 septembre 1916 - Pilote de l’escadrille N 82 de mars 1917 au 15 avril 1918 - Nommé Adjudant en avril 1917 - Citation à l’ordre de la 7ème armée, le 12 mai 1917 - Médaille Militaire, le 16 mai 1917 - Gravement blessé à l’avant bras gauche, le 10 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 67 du 15 avril à août 1918 - Citation à l’ordre de la 1ère armée, le 6 mai 1918 - Citation à l’ordre de la 1ère armée, le 4 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 98 d'août 1918 à la fin de la guerre - Termine la guerre avec 8 victoires homologuées et 6 victoires non homologuées - Pilote du CRA du Bourget-Dugny à compter du 23 novembre 1918 - Nommé Sous-lieutenant, le 17 août 1919 - Libéré de ses obligations militaires, le 21 août 1919 - Pilote d'essai du constructeur Farman - Décédé dans un accident aérien sur l’aérodrome Farman de Toussus-le-Noble, le 8 juin 1921 - Il repose au cimetière des Bruyères, à Sévres - Photo Marc Rancon que je remercie pour son aide.

Edmond Pillon photographié près de son Spad XIII à l'escadrille SPA 67 affectée au GC 12 - Photo Marc Rancon que je remercie pour son aide.

Cne Jean Marie Emile Derode - Né le 16 septembre 1887 à St-Jacques-de-Lisieux (Calvados) - Fils d'Alphonse et de Clothilde Rousselin - Service militaire au 8ème régiment de Dragons, à compter du 20 octobre 1905 - Domicilié 36 bis, rue des Carmes à Rouen - Brevet de pilote militaire n° 1966 obtenu, le 21 novembre 1915 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 4 décembre 1915 - GDE du 4 décembre 1915 au 20 février 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 21 février au 10 janvier 1917 - Blessé au cours d'un accident aérien, aux commandes du Nieuport n° 1130, le 17 juin 1916 - Hospitalisé à compter de ce jour - Commandant de l'escadrille N 102 / SPA 102 du 12 janvier 1917 au 14 mars 1918 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 4 mars 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 5 mai 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 26 octobre au 6 novembre 1917 - Commandant de l'escadrille SPA 99 du 15 mars au 4 juin 1918 - En mission à la RGA du Bourget, le 27 avril 1918 - En mission à paris du 20 au 23 mai 1918 - Tué au cours d'un combat aérien, aux commandes d'un SPAD XIII, à 2 km au Nord de Marfaux (51), le 4 juin 1918 - Il était en patrouille avec deux équipiers et a livré combat à un dispositif de 12 avions allemands - Un des adversaires le touche de deux balles au ventre - Il a été inhumé à l'endroit de sa chute - Il était titulaire de 9 victoires homologuées - Croix de guerre avec 10 palmes (10 citations à l'ordre de l'armée) - Photo Jean Derode transmise par Hubert Derode, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 25 mai 1916 - Lieutenant Jean Marie Emile Derode, pilote de l'escadrille N 67 : "Donne constamment le meilleur exemple d'allant et de courage aux pilotes de son escadrille, exécutant de nombreuses reconnaissances et livrant des combats quotidiens. Le 16 mai 1916, a attaqué trois avions ennemis, est rentré avec son appareil gravement atteint. Le 30 avril, a attaqué successivement quatre avions de bombardement ennemis et les a mis en fuite."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 13 décembre 1916 - Lieutenant Jean Marie Emile Derode, pilote de l'escadrille N 67 : "Très bon pilote de chasse. Le 15 novembre 1916, a attaqué un avion ennemi et l'a battu dans les lignes ennemies, où il s'est écrasé sur le sol à proximités des tranchées."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 20 janvier 1917 - Lieutenant Jean Marie Emile Derode, pilote de l'escadrille N 67 : "Excellent pilote de chasse, a abattu le 27 décembre 1916, son deuxième avion ennemi qui s'est écrasé sur le sol dans les lignes allemandes."

* Capitaine à titre temporaire de cavalerie (active) Jean Marie Emile Derode, pilote de l'escadrille N 102 : "Pilote de premier ordre. Au cours des opérations récentes, commandant une escadrille d'armée, a su, par son exemple et ses qualités d'énergie et de courage obtenir de son personnel les plus grands efforts et les meilleurs rendements. Trois citations."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'odre de l'armée en date du 5 mai 1917 : Capitaine à titre temporaire (active) au 6ème régiment de Dragons, commandant de l'escadrille N 102 : "Excellent chef d'escadrille qui rivalise d'entrain avec ses pilotes et donne sans cesse l'exemple de la plus belle intrépidité. A livré de nombreux combats au cours desquels il a abattu trois avions ennemis. S'est distingué, le 23 avril 1917, par son énergie et son sang-froid, réussissant à atterrir normalement dans nos lignes, bien que son appareil eût été gravement avarié au cours d'un combat livré à un avion ennemi. déjà trois fois cité à l'ordre. Légion d'Honneur. "

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 6 juin 1917 - Capitaine de cavalerie Jean Marie Emile Derode Derode de l'escadrille N 102 : "Le 14 mai 1917, a attaqué par six fois un biplace ennemi, provoquant l'enthousiasme et l'admiration de toutes les troupes qui voyaient le combat. A réussi à abattre son adversaire, qui s'est écrasé près de nos premières lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 23 juillet 1917 - Capitaine au 6ème régiment de Dragons Jean Marie Derode, commandant de l'escadrille N 102 : "Chef d'escadrille remarquable, le 6 juillet 1917, a abattu un avion ennemi, remportant ainsi sa cinquième victoire."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 12 août 1917 - Capitaine Jean Marie Derode, commandant l'escadrille N 102 : "Chef d'escadrille de premier ordre, modèle de vaillance et d'énergie. le 23 juillet 1917, a abattu son sixième avion ennemi."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 16 juin 1918 - Capitaine Jean Marie Derode, commandant l'escadrille SPA 99 : "Officier d'une valeur exceptionnelle, joignant, comme chef d'escadrille, aux plus brillantes qualités d'un pilote de chasse, celle d'un chef admirable d'entrain. Au cours d'un récent combat, a probablement abattu un avion ennemi, le jour même, a attaqué une patrouille fort supérieure à la sienne, l'a mise en fuite et a trouvé une mort glorieuse. Chevalier de la Légion d'Honneur, déjà cité neuf fois à l'ordre de l'armée."

Décorations du Cne Jean Derode - Commandant de l'escadrille SPA 99 du 15 mars au 4 juin 1918 - Photo Hubert Derode, son petit neveu, que je remercie pour son aide précieuse.

La Croix de Guerre du Cne Jean Derode avec ses 10 palmes de bronze, marques de 10 citations à l'odre de l'armée - La médaille d'un brave qui a tout donné à son pays et qui mérite d'être cité en exemple - Photo Hubert Derode, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Slt Charles Marie Ferru - Né le 26 janvier 1890 à Bône (Algérie) - Fils de Charles Ferru (militaire de carrière) et de Marguerite Bechu - Domiciliés au 4, boulevard St-Martin à Beaunes (Côte d'Or) - Classe 1910 - Entré en service au 20ème régiment de Dragons, le 13 février 1911 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur - Observateur de l'escadrille MS 12 - Une citation à l'ordre de l'armée - Brevet de pilote militaire n° 1623 obtenu, le 21 septembre 1915 - Stage "Avions rapides" à l'école militaire d'aviation d'Avord, jusqu'au 29 septembre 1915 - Pilote de la division Nieuport du GDE du 6 au 29 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille N 67 du 29 octobre 1915 au 22 mai 1916 - Convoyage d'un avion depuis la RGAé du Bourget du 13 décembre 1915 au 6 janvier 1916 - Pilote du GDE du Plessis-Belleville à compter du 22 mai 1916 - Sources : Pam - CCC 67 - JORF - Dernière mise à jour : 28/02/2015.

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Charles Marie Ferru, observateur de l'escadrille MS 12 : "A fait preuve d'énergie et de sang-froid dans un combat avec un Albatros, s'en est approché à 20 mètres et l'a ainsi poursuivi, jusqu'à 600 mètres au-dessus de ses lignes,le forçant à y atterrir sous le feu de notre artillerie."

* Slt Emile Devienne - Né le 13 novembre 1883 à Lyon (69) - Fils de Joseph Devienne et de Marie Elise Dulac - Domiciliés au n° 1, quai d'Occident à Lyon (69) - Classe 1903 - Recrutement du bureau central de Lyon sous le matricule n° 975 - Engagé pour trois ans comme Aspirant au doctorat en droit, le 14 novembre 1902 - Affecté pour une année de service militaire au 75ème régiment d'infanterie du 15 novembre 1902 au 22 septembre 1903 - Affecté au 159ème régiment d'infanterie - Une période d'exercice au 159ème régiment d'infanterie du 17 août au 13 septembre 1908 - Une période d'exercice au 159ème régiment d'infanterie du 14 septembre au 6 octobre 1911 - Affecté au 14ème escadron du Train des équipages militaires comme conducteur de la compagnie B - Profession avant guerre Aviateur civil - Mobilisé comme conducteur de la compagnie B du 14ème escadron de train des équipages militaires, le 3 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 6 août 1914 - Formation théorique de l'école d'aviation militaire de Dijon, à compter du 6 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 648 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 13 décembre 1914 - Affecté au centre d'aviation de Villacoublay - Pilote de l'escadrille MS 3 du 22 mars au 23 mai 1915 - Nommé Sergent, le 17 avril 1915 - Pilote de l'escadrille MS 15 du 23 mai au 15 juillet 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 29 juin 1915 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée, en date du 8 juillet 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 15 juillet 1915 - Pilote de la RGA du 16 au 27 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille N 92 i du 13 août 1915 au 15 février 1916 - Pilote de la RGA du 15 au 29 février 1916 - Pilote du GDE du Plessis-Belleville du 29 février 1916 au XXX - Pilote de l'escadrille N 31 du (2ème trimestre) 1916 au 29 mai 1916 - Pilote de l'escadrille N 57 du 29 au 31 mai 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 31 mai au 18 juin 1916 - Affecté au 15ème escadron de train des équipages militaires du 18 juin au 11 août 1916 - Détaché au centre automobile de Beauvais, le 11 août 1916 - Rayé du personnel navigant, le 5 mai 1917 - Affecté au 9ème escadron de Train des équipages militaires, le 11 mai 1917 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 15 juillet 1917 - Démobilisé, le 20 mars 1919 - Affecté au 99ème régiment d'infanterie, le 8 novembre 1921 - Démission acceptée, le 9 septembre 1924 - Réaffecté au 99ème régiment d'infanterie, le 27 septembre 1924 - Profession après guerre Chimiste - Médaille d'Honneur en vermeil comme Chef de chaufferie à la société anonyme Hannart frères et Motte et Marquette Réunis à Hem (Nord), le 28 juillet 1933 - Sources : Pam - FM Lyon - Liste des brevets militaires - CCC escadrille MS 3 - CCC escadrille MS 15 - CCC escadrille N 92 i (future 561) - CCC escadrille N 31 - CCC escadrille N 57 - CCC escadrille N 67 - JORF - Dernière mise à jour : 2 février 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Emile Devienne, pilote de l'escadrille MS 15 et Soldat Lucien Dineaux, mitrailleur de l'escadrille MS 15, en date du 29 juin 1915 : "Ont engagé le combat avec un avion allemand à distance très rapprochée. le Soldat Dineaux ayant été blessé mortellement de deux balles à la tête, le sergent Devienne, avec un sang-froid remarquable, a ramené l'appareil criblé de balles à son terrain d'atterrissage."

 

Photo du Ltt Jean Thobie

Ltt Jean Alexandre Marie Thobie - Né le 27 juin 1894 à Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire) - Fils de Louis Marie Alexandre Thobie et de Fanny Girardin - Domiciliés au 7, boulevard de la République à Villefranche-sur-Saône (Rhône) avant Guerre puis à St-Jean-des-Vignes (Saône-et-Loire) après guerre - Classe 1913 (engagement) - Recrutement de Châlon-sur-Saône sous le matricule n° 1207 - Engagé volontaire pour huit ans, au titre de l’école spéciale militaire de St-Cyr, le 29 septembre 1913 - Rejoint l’école, le 6 novembre 1913 - Promotion "La Croix du Drapeau" - Victime d’un accident lors de la chute de son cheval, a été atteint au genou avec plaie sans lésion de l’articulation, le 6 mai 1914 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 7ème régiment de Hussards, le 12 août 1914 - Croix de Guerre et citation à l’ordre du 7ème régiment de Hussards, en date du 8 septembre 1914 - Passé à l’aéronautique militaire comme observateur, le 4 décembre 1915 - Observateur de l’escadrille N 62 du 13 janvier 1916 au 16 janvier 1917 - Nommé Lieutenant, à titre définitif, le 4 avril 1916 - Stage de tir à l’école de tir aérien de Cazaux du 2 mai au 3 juin 1916 – Le 22 octobre 1916, pendant une mission de reconnaissance photo sur Roye - St-Quentin - Péronne, le Sgt Hébert, en équipage avec le Ltt Jean Thobie, livre un violent combat contre 6 biplaces (Roland) dans les environs de Gricourt. Un des assaillants est touché et s'échappe en piquant. Soudain, quatre Albatros se mêlent à la bagarre et c'est maintenant contre 9 adversaires que l'équipage de la N 62 combat pour survivre. Thobie touche un Albatros qui glisse sur l'aile et ne se rétablit qu'à très basse altitude. Au-dessus de Cartigny, deux Albatros supplémentaires s'invitent à la bagarre. Dix contre un ! Par chance, ils soutiennent le combat jusqu'à Péronne. Quand les Allemands quittent la zone, le Sopwith 1A2 de la N 62 a été touché par 15 balles. Une traverse et une hauban ont été tranchées, 2 cordes à piano coupées. Un des projectiles a coupé le bout du nez de Hébert. Ce n'est pas passé loin cette fois ! Pour en rajouter, leur avion est mitraillé par les troupes au sol quand ils passent les lignes à 1000 m d'altitude. Après 1h30 de vol, ils rentrent au terrain de Chipilly sains et saufs. Il faudra 4 jours à la mécanique pour remettre en état de vol le Sopwith - Citation n° 401 à l’ordre de l’armée, en date du 17 octobre 1916 - Cette décoration sera remise sur le front des troupes, le 12 novembre 1916 - Citation à l’ordre de l’aéronautique de la 6 ème armée, en date du 15 décembre 1916 - Passé élève pilote à l’école d’aviation militaire de Buc, le 16 janvier 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6460 obtenu à l’école d’aviation militaire de d’Avord, le 19 mai 1917 - Stage de "Haute Ecole" à l’école d’aviation militaire de Pau, jusqu’au 17 juillet 1917 - Pilote du GDE du 17 juillet au 10 août 1917 - Pilote de l’escadrille N 95 du 10 août 1917 au 26 octobre 1917 - Citation n° 509 à l’ordre de l’armée, en date du 23 septembre 1917 - Transféré sur l’hôpital du Grand Palais à Paris, du 3 novembre 1917 au (4 ème trimestre) 1917 - Pilote de l’escadrille SPA 67 du (4 ème trimestre) 1917 au 13 février 1918 - Convoyage d’un avion depuis la RGA du 13 au 22 janvier 1918 - Commandant de l’escadrille SPA 48 du 13 février au 6 juillet 1918 - Commandant de l’escadrille SPA 156 du 1 er août 1918 au 27 mars 1919 - Commandant de l’escadrille SPA 155 du 27 mars 1919 au 14 avril 1919 - Elève de l’école d’application de cavalerie - Affecté au 5ème régiment d’aviation d’observation de Lyon, le 20 mars 1920 - Affecté au 3ème régiment d’aviation de chasse de Châteauroux, le 1 er juin 1920 - Chevalier de la Légion d’Honneur et citation à l’ordre de l’armée, en date du 16 juin 1920 - Affecté au 33ème régiment d’aviation, le 7 mars 1921 - Nommé Capitaine, à titre définitif, le 25 décembre 1922 - Affecté à l’inspection générale des forces aériennes à Paris, le 1er avril 1930 - Affecté à l’aéronautique militaire française en Indochine, le 9 août 1932 - Embarqué à Marseille, le 21 décembre 1932 - Débarqué le 30 janvier 1933 - Commandant du groupe d’aviation stationné à Tong (Tonkin) - Nommé Chef de bataillon, le 25 juin 1934 - Séjour colonial prolongé d’un an, à compter du 11 juillet 1936 - A son retour en métropole, sera affecté à la base aérienne 138 - Officier de la Légion d’Honneur, le 1er janvier 1936 - Blessé au cours d’un accident aérien, à été éjecté de la carlingue au cours d'un cheval de bois, le 25 mars 1938 - Affecté aux formations aériennes de l’Afrique occidentale française (AOF), le 6 mars 1939 - Nommé Lieutenant-colonel, le 15 mars 1939 - Embarqué à Marseille, le 4 mai 1939 - Blessé au cours d’un cheval de bois au décollage d’une mission de nuit sur le terrain de Bamako, le 27 mars 1940 - A été blessé à l’épaule droite et au genou droit avec plaie du pavillon de l’oreille - Nommé Colonel - Totalise 2057 heures de vol, au 30 octobre 1961 - Commandeur de la Légion d’Honneur, le 31 décembre 1961 - Domicilié au 32, rue Desaix à Paris 15 ème (75) - Décédé au 1, place Alphonse Laveran à Paris 5 ème (75), le 18 juillet 1977 - Sources : Pam - LO - Liste des brevets militaires – Fiche matricule du département de Saône-et-Loire - CCC de l’escadrille N 62 - CCC de l’escadrille N 95 - CCC de l’escadrille SPA 67 - CCC de l’escadrille SPA 48 - CCC de l’escadrille SPA 156 - CCC de l’escadrille SPA 155 - JORF - Avis de décès - Dernière mise à jour : 21 juin 2017.

* Croix de Guerre et citation à l’ordre du 7ème régiment de Hussards, en date du 8 septembre 1914 : "Pour sa belle conduite à la charge de Rethel, un cavalier ayant été grièvement blessé, l’a hissé sur son cheval et sous un feu violent, l’a porté à l’abri."

*Citation n° 401 à l’ordre de la 6ème armée du Ltt Jean Thobie, observateur à l’escadrille N 62, en date du 17 octobre 1916 : "Observateur de premier ordre. Dans l’aviation depuis dix mois, y a rendu de précieux services. Le 22 septembre, a accompli une reconnaissance à longue portée parcourant plus de 300 kilomètres au-dessus des lignes allemandes, dans une zone sillonnée par les avions de chasse ennemis."

*Citation à l’ordre de l’aéronautique de la 6ème armée, en date du 15 décembre 1916 : "Excellent observateur, plein d’allant. A accompli remarquablement de nombreuses reconnaissances à très longue portée. Le 22 octobre 1916, est rentré avec un appareil criblé de balles, étant seul à 40 km à l’intérieur des lignes ennemies, a attaqué dix avions ennemis qui le gênaient dans l’accomplissement de sa mission ; en a forcé deux à atterrir désemparés et a dispersé les autres."

*Citation n° 509 à l’ordre de l’armée, en date du 23 septembre 1917 : "Officier de grande valeur, excellent pilote. Le 4 septembre 1917, a abattu en flammes un avion ennemi."

 

Photo du MdL Amédée Trochon

MdL Amédée Edouard Trochon - Né le 11 juillet 1890 à Laval (Mayenne) - Fils d'Amédée Trochon (négociant en grains) et Mme Marie Angot - Domicilés 32, boulevard de la gare à Laval - Avant guerre Négociant en grains - Classe 1907 - Recrutement de Laval sous le matricule n° 1178 - Service militaire au 11ème cuirassiers de Tours, à partir du 3 octobre 1908 - Mobilisé au 8ème régiment de Cuirassiers, le 2 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 24 décembre 1915 - Ecole d'aviation de Dijon (Présélection pilote + cours théoriques) - Brevet de pilote militaire n° 3659 à l'école d'aviation de Pau, le 10 juin 1916 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation de Buc - Stage "Avions Rapides" à l'école d'aviation d'Avord - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute Ecole" à l'école militaire d'aviation de Pau, jusqu'au 2 octobre 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 25 novembre 1916 au 1er mai 1917 - En subsistance à l'escadrille N 124 "La Fayette" du 20 au 22 janvier 1917 - Nommé Sergent, le 8 avril 1917 - Hospitalisé à la maison de santé VR 75 de Viry-Chatillon du 1er au 27 mai 1917 - Affecté au détachement d'aviation du GQG (escadrille 509 NE), à partir du 27 mai 1917 - Sources : Pam - CCC 67 - Dernière mise à jour : 28 février 2015.

 

Photo du Ltt André Willemin

Ltt André Eugène Georges Michel Willemin - Né le 31 Août 1896 au château de la Jonchère à Bougival (Seine-et-Oise) - Fils d'Henri Willemin et de Eugènie Abourdir - Profession avant guerre Etudiant - Engagé volontaire au 32ème régiment de Dragons, le 21 Août 1914 - Affecté au 204ème régiment d'infanterie - Affecté au 246ème régiment d'infanterie - Nommé sous-lieutenant, le 7 janvier 1916 - Citation à l'Ordre du Régiment en mars 1916 - Passé à l'Aviation comme élève Pilote, le 25 août 1916 - Pré-sélection personnel navigant et formation théorique à l'école d'aviation militaire de Tours - Brevet de pilote militaire n° 5213 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 22 janvier 1917 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de perfectionnement et Haute-Ecole (voltige) à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 9 avril 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 67 (intégré au Groupe de Chasse n° 12) du 26 avril 1917 au 27 mars 1918 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 4 janvier 1918 - Son SPAD VII a été abattu par la K.Flakbatterie 132 commandée par le Ltn Frauenborser au-dessus des lignes allemandes, le 27 Mars 1918 - Son corps n'a pas été retrouvé ou identifié.

Les hommes

Pilotes et observateurs de l'escadrille N 67 sur le terrain de Cachy en janvier 1917 - L'escadrille N 67 a stationné sur le terrain de Cachy du 1er au 19 janvier 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Cne Olivier Maurice Marie Galouzeau de Villepin - Né le 12 avril 1883 à Angoulème - Fils d'Armand Georges Galouzeau de Villepin et de Berthe Sazerac de Forge - Engagé à l'école militaire spéciale de St-Cyr, le 1er octobre 1901 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1903 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1905 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 10 octobre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 124 obtenu le 8 juillet 1912 - Nommé capitaine à titre définitif, le 24 décembre 1914 - Pilote de l'escadrille N 12 d'avant août 1914 au 11 avril 1915 - Commandant de l'escadrille C 47 du 11 avril au 21 septembre 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 10 avril 1915 - Commandant de l'escadrille N 67 du 21 septembre 1915 au 22 février 1916 - Chef de la division d'application de combat (DAC) de l'école d'aviation militaire de Pau du 6 mars 1916 au 3 janvier 1917 - Commandant de l'école d'aviation militaire de Tours du 30 mai 1917 à mars 1918 - GB 10 du 27 juin 1918 au XXX - Marié à Renée Barthe en 1919 - Décédé au 1, place du Parvis de Notre-Dame à Paris, le 19 janvier 1956 - Photo mise en ligne sur le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France - Je cherche une photo époque N 67 de cet officier.

MdL Henri Louis Alibert - Né le 30 octobre 1897 à Pauillac (33) - Fils de Marcel Alibert et de Madeleine Carrère - Profession avant guerre Etudiant - Engagé au 15ème régiment de Dragons, le 15 juillet 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 30 juin 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9783 obtenu à l'école d'aviation militaire de Dijon-Longvic, le 8 novembre 1917 - Nommé brigadier, le 25 novembre 1917 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de Haute-Voltige (chasse) à l'école d'aviation militaire de Pau - Affecté à l'escadrille SPA 67 par note n° 7795 du GQG du 7 mars 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 67 du 18 mars 1918 au 15 septembre 1919 - Evacué sur l'hôpital, le 13 septembre 1918 - Nommé Maréchal des Logis (sergent), le 12 juillet 1918 - Stage RGAé du 10 au 13 janvier 1919 - Démobilisé, le 15 septembre 1919 - Remarquez le rappel de fourragère "SPAD 67" sur le galon gauche du pilote - Photo mise en ligne par le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

Slt Robert Paul Yvan Waddington - Né le 28 octobre 1893 à Lyon (69) - Fils d'Albert Charles Waddington et de Pauline Ferrand - Appelé au 141ème RI, le 14 décembre 1914 - Passé à l'aviation comme conducteur automobile, le 19 juillet 1915 - Conducteur automobile de l'escadrille N 67 du 24 juillet 1915 au 1er mai 1916 - Nommé Sergent, le 11 mars 1916 - Mitrailleur de l'escadrille N 67 du 1er mai 1916 au 4ème trimestre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5254 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 26 janvier 1917 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 21 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 12 / SPA 12 du 28 mars 1917 au 5 mars 1918 - Stage RGAé du 12 au 15 avril 1917 - Nommé Adjudant, le 20 juillet 1917 - Stage à l'école du tir aérien de Cazaux du 6 au 18 janvier 1918 - Nommé sous-lieutenant, le 25 février 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 154 du 6 mars au 17 septembre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 31 du 17 septembre 1918 au 15 avril 1919 - 12 victoires homologuées - Photo mise en ligne par le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

MdL Georges Charles Marie François Flachaire - Né le 24 octobre 1892 à Grasse (Alpes Maritimes) - Fils de François Flachaire et Adèle Gastalsi - Profession avant guerre Ingénieur - Entré en service actif au 2ème groupe d'aviation, le 3 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 1326 obtenu le 11 août 1915 - Pilote de l'escadrille N 67 du 4 octobre 1915 au 31 août 1917 - citations à l'ordre de l'aéronautique, le 18 avril 1916 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 10 mai 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, le 15 août 1916 - Maison de santé de Viry-Chatillon à partir du 31 août 1917 - La photo date du 7 janvier 1917 - Photo SHD du Château de Vincennes via la BA 133 de Nancy-Ochey.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Le 30 avril 1916, a attaqué un avion ennemi venu pour bombarder nos cantonnements. Après un sérieux combats et bien que n'ayant plus ni munitions, ni essence, a manoeuvré si adroitement son adversaire qu'il l'a forcé à atterrir dans nos lignes où pilote et observateurs ont été faits prisonniers. Pilote de combat plein de mordant et d'adresse. le 28 juillet 1916, s'est porté avec deux autres pilotes à l'attaque d'un avion de bombardement ennemi. l'a forcé à atterrir dans les lignes françaises. A abattu un avion ennemi en flammes le 23 septembre 1916. Pilote remarquable d'adresse, de courage et d'audace. S'est dépensé sans compter, pendant les récentes opérations, au cours desquelles il a rendu les services les plus éminents. les 20 et 21 octobre 1916, a abattu, de la façon la plus brillante, son 4ème et 5ème avion ennemi, le premier dans nos lignes et le second dans les lignes allemandes. Déjà médaillé militaire et 3 fois cité à l'ordre." Désigné dans le communiqué officiel du 23 novembre 1916 pour avoir abattu son 6ème avion.

Slt Georges Flachaire, pilote de l'escadrille N 67 du 4 octobre 1915 au 31 août 1917, pose aux côtés d'un SPAD VII - Photo droits réservés.

Slt Georges Flachaire, pilote de l'escadrille N 67 du 4 octobre 1915 au 31 août 1917, pose aux côtés de son SPAD VII en 1917 - Photo SHD du Château de Vincennes via la BA 133 de Nancy-Ochey.

Trois pilotes de l'escadrille SPA 67 pendant l'été 1918 : Adj Adrien Mion (3 victoires) - Slt Marcel Duret (2 victoires) - Slt Pierre Penbariés (2 victoires) - Photo collection Albin Denis.

MdL Henri Adolphe Prêtre - Né le 20 août 1892 à Vrégille-par-Pin-l'Emagny (haute-Saône) - Fils d'Eugène Prêtre et d'Augustine Bertet - Profession Agriculteur - Engagé au 26ème régiment de Dragons, à compter du 27 mars 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 16 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 6 mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4276 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 21 août 1916 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute-Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 20 décembre 1916 - GDE du 20 décembre 1916 au 24 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 77 du 24 janvier au 12 février 1917 - Pilote de l'escadrille N 84 du 12 février au 20 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 67 / SPA 67 du 20 mai 1917 au 24 juillet 1918 - Nommé Adjudant, le 4ème trimestre 1917 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 12 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 91 (GC 17) du 26 juillet 1918 au 14 avril 1919 - Commandant de l'escadrille SPA 91 du 9 au 14 avril 1919 - Affecté à l'IMA de Sommesous à compter du 14 avril 1919 - Photo Eugène Goux transmise par Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Ltt Jacques Jean Louis de Coye de Castelet - Né le 25 mars 1890 à Aix-en-Provence (13) - Fils de Damiens de Coye de Castelet et de Aurélie Pin - Profession avant guerre Etudiant - Entré en service actif au 11ème régiment de Hussards, le 1er octobre 1911 - Passé à l'aviation comme observateur, le 12 novembre 1915 - Observateur de l'escadrille N 48 du 22 décembre 1915 au 7 mars 1916 - Observateur de l'escadrille N 67 du 14 mars au 9 juin 1916 - Observateur de l'escadrille MF 63 du 9 juin au 4 février 1917 - Observateur de l'escadrille N 102 du 4 février au 19 mars 1917 - 6ème division de compagnie à partir du 19 mars 1917 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre de l'armée, le 22 juillet 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Observateur d'un courage simple, joyeux et modeste, spécialiste des reconnaissances photographiques en arrière des lignes. Le 2 juillet 1916, ayant voulu, malgré les avions ennemis supérieurs en nombre, continuer sa mission photographique, a eu, après deux séries de combats, son avion haché de balles et atteint dans ses parties essentielles. A fait une chute terrible à l'atterrissage."

Adc Eugène Joseph Marie Goux - Né le 6 septembre 1891 à Cemboing (Haute-Saône) - Fils de Joseph Goux et de Augustine Royer - Profession Electricien - Service militaire comme mécanicien au 2ème groupe d'aviation à compter du 6 octobre 1912 - Mécanicien / mitrailleur de l'escadrille MF 5 du 6 octobre 1912 au 17 novembre 1915 - 180 heures de vol dans cette unité avant guerre - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 15 mai 1915 - Stage à Chalais-Meudon du 16 août au 20 septembre 1915 - 160 heures de vol comme mitrailleur d'août 1914 à novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2566 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 29 janvier 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Nommé Caporal, le 9 février 1916 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 10 août 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 8 septembre 1916 au 19 août 1917 - Nommé Sergent, le 20 octobre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 14 mai 1917 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 19 août 1917 - Blessé au combat par un tir d'infanterie, le 19 août 1917 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 28 mars 1918 - 360 heures de vol à l'escadrille N 67 - Pilote de l'escadrille de protection du GQG du 28 mars 1918 à la fin de la Guerre - A effectué 120 heures de vol dans cette unité - Hospitalisé des suites de ses blessures en janvier 1919 - Soins et convalescence jusque novembre 1919 - Nommé Adjudant, le 20 août 1918 - Rengagé et affecté au 2ème régiment de chasse - Affecté au 22ème régiment de bombardement de nuit - 260 heures de vol entre novembre 1919 et janvier 1924 - Rayé de personnel navigant en janvier 1924 de suites de ses blessures de guerre - Totalise à cette époque 1270 heures de vol - Nommé Adjudant-chef en janvier 1924 - Breveté mécanicien en février 1924 - Chef des ateliers du parc aéronautique n° 22 à compter d'août 1924 - Photo M. Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de la 1ère armée en date du 14 mai 1915 - Soldat Marie Joseph Goux, mécanicien en 1er du Ltt Quennehen de l'escadrille MF 5 : "Mécanicien de tout premier ordre, très brave, a effectué comme passager, plusieurs bombardements en avion sous le feu des canons ennemis."

* Citation à l'ordre du Groupe d'armée du Nord en date du 15 mai 1915 du Sergent Marie Joseph Goux : "Excellent pilote de chasse. S'est dépensé sans compter pendant la bataille de la Somme, remplissant avec un infatigable entrain les missions les plus pénibles et les plus périlleuses. A abattu un avion ennemi, le 23 avril 1917."

* Croix de guerre avec palme et citation à l'ordre de l'armée en date du 19 août 1917 du Sergent (réserve) Marie Joseph Eugène Goux, pilote de l'escadrille N 67 : "Pilote de chasse de grande valeur, modèle de courage et de dévouement. A livré de nombreux combats et abattu un avion ennemi, le 23 avril 1917. A été très grièvement atteint, le 19 août 1917, alors qu'il survolait les tranchées ennemies à faible altitude. Deux fois cité à l'ordre."

Caporal Marcel Devaux, mécanicien de l'escadrille SPA 67 du 3 mars 1918 à (après le 1er janvier 1920), pose à côté du SPAD XIII du Ltt Robert Le Petit, dont il est le 1er mécanicien.
* Caporal Marcel Henri Joseph Devaux - Né le 29 mars 1898 à Paris (75) - Fils de Louis Lucien Devaux et de Marie Adèle Boudin - Domiciliés 24, rue de Strasbourg à Vincennes - Profession avant guerre Mécanicien-Monteur - Classe 1918 - Recrutement de la Seine sous le n° matricule 3793 - Mobilisé au 1er groupe d'aviation, le 16 avril 1917 - Affecté à Lyon-Bron, jusqu'au 28 février 1918 - Affecté au parc 112, le 1er mars 1918 - Mécanicien de l'escadrille SPA 67 du 3 mars 1918 au (après 1er janvier 1920) - 1er mécanicien du Ltt Robert Le Petit - Nommé Caporal, le 5 mars 1919.

MdL Léon Marie Gaston Fulcrand Vitalis - Né le 15 février 1890 à Lodève (Hérault) - Fils de Marie Joseph Etienne Alexandre Vitalis et de Marie Gabrielle Suzanne Puech - Classe 1910 - Recrutement de Lodève sous le n° matricule 1335 - Service militaire au 7ème régiment de Cuirassiers, à compter du 2 octobre 1911 - Nommé Brigadier, le 2 avril 1912 - Réformé temporairement pour pleurésie gauche et scoliose contactée en service, le 27 septembre 1912 - Rayé des contrôles de l'unité à la même date - Réformé n° 2 par la commision de réforme pour pleurésie chronique gauche avec rétraction du thorax, le 4 août 1913 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre, le 10 février 1916 - Admis comme mitrailleur au 1er groupe d'aviation - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 10 février au 4 avril 1916 - Mitrailleur de l'escadrille N 67 du 4 avril au 21 mai 1916 - Une victoire aérienne à la N 67, le 28 avril 1916 - Citation n° 163 à l'ordre de la 2ème armée, le 11 mai 1916 - Nommé Maréchal des Logis, le 25 mai 1916 - Mitrailleur de l'escadrille C 46 du 21 mai 1916 au XXX - Citation n° 381 à l'ordre de la 6ème armée, le 24 août 1916 - Citation n° 421 à l'ordre de la 6ème armée, le 24 novembre 1916 - Citation n° 426 à l'ordre de la 6ème armée, le 7 décembre 1916 - Nommé Adjudant, le 20 décembre 1916 - Six victoires homologuées à la C 46 - Citation n° 4973 D à l'ordre du GQG, le 17 mai 1917 - Médaille Militaire - Affecté à l'école de tie aérien de Cazaux - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 29 décembre 1917 - Nommé Adjudant-chef, le 10 août 1917 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 6 octobre 1918 - Mitrailleur de l'escadrille HD 174 - Démobilisé, le 17 juillet 1919 - Affecté dans la réserve au 4ème régiment de Cuirassiers, le 19 novembre 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 19 octobre 1920 - Affecté dans la réserve au centre d'instruction de tir et de bombardement aérien de Cazaux, le 25 mai 1921 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 14 juillet 1935 - Proposé à la réforme pour myocardite chronique avec dilatation marquée de l'aorte, le 10 juin 1936 - Insuffisance cardiaque du ventricule gauche avec dilatation notable des aortes froite et gauche par myocardite tachycardie dysprée d'effort - Ebauche de bruit de galop - Rayé des cadres, le 1er octobre 1936 - Décédé le 17 août 1941 à Lodève - Repose dans le cimetière de la commune.

* Citation n° 163 à l'ordre de la 2ème armée du Brigadier Léon Vitalis, le 11 mai 1916 : "Réformé, exempt de toute obligation militaire, s'est engagé et a demandé à servir comme mitrailleur en avion. Le 28 avril 1916 a abattu un Fokker qui est tombé à 200 mètres de nos tranchées."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Léon Vitalis, mitrailleur de l'escadrille C 46 : "Mitrailleur hors ligne par son adresse et son sang-froid. Déjà cité à l'ordre de l'armée pour avoir abattu un Fokker dans nos lignes à (censuré). A livré à (censuré) de nombreux combats, réussissant le 15 juillet à forcer un LVG à atterrir. A eu très fréquemment son appareil par des éclats d'obus et des balles."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Léon Vitalis, mitrailleur de l'escadrille C 46 : "Tireur hors de pair, d'une adresse et d'un sang-froid remarquable. le 10 novembre 1916, a abattu un avion ennemi dans la région de Barleux."

* Une citation à l'ordre de l'armée : "Réformé, exempt de toute obligation militaire, s'est engagé et a demandé à servir comme mitrailleur en avion. le 28 avril 1916, a abattu un fokker qui est tombé à 200 mètres de nos tranchées.
Mitrailleur hors ligne par son adresse et son sang-froid. Déjà cité à l'ordre de l'armée pour avoir abattu un Fokker dans nos lignes, à X... A livré à Y... de nombreux combats, réussissant, le 15 juillet 1916, à forcer un LVG à atterrir (dans les environs de la forêt de Bry) A eu très fréquemment son appareil atteint par des éclats d'obus et des balles
."

Citation n° 4973 D à l'ordre du GQG de l'Adj Léon Fulcrand Vitalis, mitrailleur de l'escadrille C 46, le 17 mai 1917 : "Mitrailleur hors de pair dont les exceptionnelles qualités de courage, de hardiesse, d'habileté et de sang-froid ont toujours fait l'admiration de tous. A abattu, le 14 avril 1917, son septième avion ennemi, qui est tombé en flammes dans nos lignes. Déjà médaillé militaire et quatre fois cité à l'ordre de l'armée."

Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée de l'ADC Léon Gaston Marie Vitalis à l'école de tir aérien de Cazaux, le 29 décembre 1917 : "Hardi mitrailleur d'un courage et d'une habileté remarquables. A abattu 7 avions ennemis. A déjà été 6 fois cité."

Commandeur de la Légion d'Honneur du Ltt Léon Marie Gaston Vitalis au 4ème groupe d'ouvriers d'aéronautique : "16 ans de services, 4 campagnes. Chevalier du 28 décembre 1917. A été cité."

Cne Jacques Marie d'Indy - Né le 20 mai 1888 à Villecien (Yonne) - Fils de Pierre Marie Dominique des Saints Vicomte d'Indy et de Marie Thésèse Geneviève Françoise de Meynard de la Farge - Domiciliés au 25, rue de l'Arcade à Paris 8ème (75) et à Villecien (Yonne) - Classe 1908 - Recrutement de Sens (Yonne) sous le matricule n° 437 - Engagé volontaire pour quatre ans au titre du 18ème régiment de chasseurs à cheval, le 8 octobre 1908 - Nommé Brigadier, le 12 février 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 16 septembre 1909 - Admis à l'école militaire spéciale de St-Cyr, à compter du 20 octobre 1909 - Nommé Aspirant, le 16 mai 1910 - Blessé au genou gauche avec légères échymoses et épanchement intro-articuliare peu abondant suite à une chute de cheval, le 23 janvier 1911 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 14ème régiment de Hussards, le 1er octobre 1911 - Blessé de contusions du périnée, du testicule et du cordon inguinal droits par chute, son cheval s'étant renversé sur lui, le 1er juillet 1912 - Affecté au 3ème régiment de chasseurs à cheval, le 2 septembre 1912 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1912 - Affecté au 1er régiment de Spahis, le 23 juin 1914 - Campagne en Algérie du 15 juillet au 1er août 1914 - Affecté au 5ème régiment de chasseurs d'Afrique, le 21 août 1914 - Affecté au 3ème régiment de chasseurs d'Afrique, le 29 août 1914 - A pris part aux campagnes de l'Yser et de Champagne - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote de l'école d'aviation militaire de Buc, le 15 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1738 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 10 octobre 1915 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 13 octobre 1915 - Pilote du RGA du 13 octobre au 11 novembre 1915 - Pilote de l'escadrille C 30 du 11 novembre 1915 au 18 mai 1916 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'aéronautique de la 5ème armée, en date du 18 avril 1916 - Pilote de l'escadrille VB 104 du 18 mai 1916 au 18 juin 1916 - Commandant de l'escadrille C 27 du 18 juin 1916 au 25 juillet 1917 - Nommé Capitaine, à titre temporaire, le 18 juin 1916 - Stage au GDE du 19 janvier au 7 février 1917 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 7 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille N 67 du 20 juillet au 1er août 1917 - Citation n° 495 à l'ordre de la 6ème armée, en date du 30 juillet 1917 - Commandant de l'escadrille N 67 / SPA 67 du 1er août 1917 au 31 mars 1919 - Compte 298h50 de vol au 1er janvier 1918 - Citation n° 8189 à l'ordre de l'armée, en date du 30 juin 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 30 juin 1918 - Termine la Grande Guerre avec un total de 437h00 de vol - Commandant du détachement de l'école d'aviation militaire de Pau, à compter du 31 mars 1919 - Détaché, comme instructeur d'équitation, à l'école d'application de cavalerie de Saumur, en date du 21 août 1919 - Affecté, comme instructeur d'équitation, à l'école d'application de cavalerie de Saumur, le 2 septembre 1919 - Rattaché au groupe de cavaliers d'école, en date du 2 avril 1920 - Nommé Ecuyer adjoint à l'école supérieure de guerre, le 2 octobre 1921 - Marié avec Mlle Geneviève Marie Moreau de la Rochette, le 26 avril 1923 - Affecté au 3ème régiment de chasseurs à cheval, le 22 août 1923 - Maintenu à l'école supérieure de guerre, jusqu'au 1er octobre 1923 - Affecté au 1er régiment de Dragons, le 1er janvier 1924 - Nommé Acheteur au dépôt de remonte de Saint-Cloud, le 22 juillet 1927 - Nommé Chef d'escadrons, le 25 décembre 1931 - Acheteur au comité d'achat de la remonte à St-Germain-en-Laye - Nommé Chef du service régional des remontes de la 2èmze région militaire - Affecté à l'établissement hippique de transition de Saint-Germain-en-Laye, le 19 mai 1934 - Nommé Président du comité d'achat de la remonte de St-Germain-en-Laye, le 6 juillet 1934 - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 13 décembre 1938 - Nommé Lieutenant-Colonel - Décédé au 3 avenue Paul Doumer à Paris 16ème (75), le 12 janvier 1971 - Photo M. Gérard Dieux-Lenouvel que je remercie pour son aide - Sources : Acte de naissance - Pam (2 fiches) - Etat des services - CCC de l'escadrille C 30 - CCC de l'escadrille VB 104 - CCC de l'escadrille C 27 - Carnet de travail aérien du Cne Jacques des Saints d'Indy - CCC de l'escadrille N 67 / SPA 67 - LO - Journal des débats politiques et littéraires - Bulletin mensuel du collège de Juilly - JORF - Avis de décès - Dernière mise à jour : 26 juin 2017.

* Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'aéronautique au GQG, en date du 18 octobre 1916 : "Excellent pilote à effectué de nombreuses reconnaissances et livré de nombreux combats."

* Citation n° 495 à l'ordre de la 6ème armée du Cne Marie Jacques d'Indy, commandant l'escadrille C 27, en date du 30 juillet 1917 : "Commande depuis plus d'un an, une escadrille qui a rendu d'éminents services à son corps d'armée pendant les bataillee de Verdun et de la Somme. A livré de nombreux combats et a pris souvent une part directe à la bataille en mitraillant les tranchées ennemies à faible altitude, notamment le 9 juin où son avion a été gravement endommagé par les balles."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Marie Jacques d'Indy, au 3ème régiment de chasseurs d'Afrique, commandant l'escadrille SPA 67, en date du 30 juin 1918 : "Excellent officier pilote, joignant à l'audace et au courage de belles qualités d'entrain et d'énergie. Détaché depuis plus de trente mois dans l'aviation, a commandé avec succès pendant une année une escadrille de corps d'armée de laquelle il a su obtenir le meilleur rendement. Nommé au commandement d'une escadrille de chasse, conduit chaque jour au combat les pilotes de son unité, avec une ardeur et un allant dignes des plus grands éloges. Récemment, a attaqué et abattu dans ses lignes un avion ennemi. Deux citations."

* Citation à l'ordre de la 1ère armée, en date du 20 septembre 1918 : "Deuxième avion abattu."

* Officier de la Légion d'Honneur du Chef d'escadrons Marie Jacques d'Indy du comité d'achat de la remonte à Saint-Germain-en-Laye, en date du 13 décembre 1938 : "29 ans de services, 5 campagnes. A été cité. Chevalier du 30 juin 1918."

 

Les avions

Ponnier M 1 du Slt Jean Navarre de passage sur le terrain de Lunéville (54) en mai 1916 - C'est aux commandes de cet avion qu'avait été détaché Navarre à la MS 48 du 1er au 24 février 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Slt de Castex conservée dans le fond "Valois" de l'annexe BDIC du Musée de l'Armée des Invalides à Paris.

Le 30 avril 1916, le MdL Georges Flachaire a remporté sa première victoire homologuée contre l'Aviatik C I n° 817/15 dont il a obligé l'équipage à atterrir dans les lignes françaises dans les environs de Vienne-le-Château - Les deux officiers qui montaient cet appareil, n'ont pas été blessés et ont été faits prisonniers - Il faut souligner qu'à la fin du combat qui l'avait opposé aux Allemands, Flachaire était à court de munitions et le réservoir d'essence vide - Il passa les tranchées à moins de 200 mètres d'altitude et tenta un atterrissage droit devant, dans une zone entièrement couverte de barbelés. Ce qui devait arriver, arriva, les roues de son Nieuport 16 se prirent dans les fils et l'avion termina sa course en capotant. Heureusement, notre pilote s'en tira sans la moindre égratignure - Photo la Guerre Aérienne Illustrée.

Nieuport 16 de l'escadrille N 67 sur le terrain de Froidos en juin 1916 - La N 67 a stationné sur ce terrain du 22 avril 1916 au 1er janvier 1917 - Photo Jacques Lasne que je remercie pour son aide.

Nieuport 16 n° 1130 affecté au Slt Jean Navarre - Cet avion a été détruit après un atterrissage manqué sur le terrain de Froidos, par le Ltt Jean Derode, le 17 juin 1916 - Il ramenait l'avion de l'As qui venait d'être blessé au combat et qui avait été hospitalisé - Photo

Accident d'atterrissage survenu au Ltt Jean Derode sur le terrain de Froidos, le 17 juin 1916 - Le Ltt Derode a été blessé et évacué sur l'hopital le même jour - Il convoyait le Nieuport 16 n° 1130 du Slt Navarre qui a été blessé au combat, le même jour - Navarre a lui aussi été évacué sur l'hôpital - Son adversaire était probablement le Ltn Walter Höhndorf du KeKV - Photo collection Jean-Luc Kaluzko que je remercie pour son aide.

Les avions

Tombes provisoires des Ltn Georg Heine et Ltn Alfons von Zeddelmann du KG 1 / KSt 4 tués en combat aérien par l'Adj Jean Navarre dans les environs de Dieue-sur-Meuse (55), le 26 février 1916 - Ils ont été mis en terre à Marquenterre en forêt de Sommedieue, au Sud-Est de Verdun - Photo Joseph Brenac, transmise par Bertrand de Lamberterie, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Vue de l'Aviatik C I n° C 817 / 15 posé intact après un combat contre le MdL Georges Flachaire, pilote de l'escadrille N 67 dans les environs de Vienne-le-Château, le 30 avril 1916 - L'équipage allemand était composé du l'oblt Walter Bronisch (pilote) et du Ltn Herbert Lippe (observateur) - Les deux hommes ont été faits prisonniers - Photo collection Arnaud Saudax que je remercie pour son aide.

Restes calcinés de l'Aviatik C brûlé au sol par son équipage après qu'il ait été contraint à l'atterrissage dans les lignes françaises, dans les environs de Chattancourt, par le Slt Jean Navarre, le 19 mai 1916 - Les deux aviateurs allemands ont été faits prisonniers - Cet avion est la 10ème victoire homologuée de Jean Navarre - Il est le premier pilote à atteindre ce score - Photo collection Maurice Sublet que je remercie pour son aide.

L'Adj Gaston Guingand, pilote de l'escadrille N 67, pose devant son Nieuport 16 n° 1203 (ou 1207) sur le terrain de Froidos en juin 1916 - Photo Jacques Lasne que je remercie pour son aide.

MdL Georges Flachaire, pilote de l'escadrille N 67 du 4 octobre 1915 au 31 août 1917, pose devant son Nieuport 17 sur le terrain de Froidos, le 20 juillet 1917 - Photo Jacques Lasne que je remercie pour son aide.

 

Terrains d'aviation

Terrain de Verdun (55) - L'escadrille N 67 a stationné sur place du 29 octobre 1915 au 23 février 1916 puis du 24 au 25 février 1916 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Terrain d'aviation du Mesnil-St-Georges - L'escadrille SPA 67 l'a utilisé du 25 au 26 mars 1918 - Comparez avec la photo actuelle - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photo actuelle du village du Mesnil-St-Georges avec superposition des installations de l'aéronautique militaire de la période 1917/1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Google Earth - Montage Albin Denis.

Terrains d'aviation

Terrain d'aviation de Sacy-le-Grand en juillet 1918 - L'escadrille SPA 67 a occupé ce terrain du 5 juin au 15 juillet 1918 - Photo collections du Centre Régional de I'image de Nancy que je remercie pour leur aide.

Terrain de Neustadt - Lachen-Speyerdorf en allemagne - L'escadrille SPA 67 a occupé ce terrain du 15 décembre 1918 au 28 avril 1919 - Carte postale d'époque.

Rassemblement des Spad XIII des escadrilles SPA 67 et SPA 69 sur le terrain de Darmstadt - Griesheim (Allemagne) en juin-juillet 1919 - L'escadrille SPA 67 a stationné sur ce terrain du 19 juin au 2 juillet 1919 - Photo SHD du Château de Vincennes.

 

Les couleurs des avions

Nieuport 11 n° 576 du Sgt Jean Navarre en fin 1915 - Dessin David Méchin.

Nieuport 16 n° 1181 de l'escadrille N 67 pendant le printemps 1916 - Dessin David Méchin.

Nieuport 17 du MdL Georges Flachaire de l'escadrille N 67 - Dessin David Méchin.

SPAD VII du SGC Georges Flachaire de l'escadrille N 67 en 1917 - Dessin David Méchin.

Les couleurs des avions

Nieuport 11 n° 872 du Sgt Jean Navarre de l'escadrille N 67 pendant le printemps 1916 - Il est armé d'une Vickers-Berthier modèle 1915 de 7,7 mm à chargeur circulaire et synchronisée - Dessin David Méchin.

Nieuport 16 n° 1130 du Slt Jean Navarre de l'escadrille N 67 en juin 1916 - C'est son dernier avion pendant son séjour à l'escadrille - Dessin David Méchin.

Nieuport 21 de l'escadrille N 67 - Dessin David Méchin.

SPAD XIII du Cne Jacques d'Indy, commandant de l'escadrille SPA 67 du 1er août 1917 au 6 avril 1919 - Dessin David Méchin.

 

Adc Eugène Goux

Certificat d'attitude de pilote de chasse du Caporal Eugène Goux, pilote de l'escadrille N 67 du septembre 1916 à août 1917 - Il a été délivré après un stage théorique et pratique de 38 jours à la division d'application de combat de l'école d'aviation militaire de Pau, le 8 août 1916 - Photo M. Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Certificat d'attitude au lancement des fusées Le Prieur du Caporal Eugène Goux, pilote de l'escadrille N 67 de septembre 1916 à août 1917 - Il a été délivré après un stage théorique et pratique à l'école d'aviation militaire de Pau - Photo M. Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Décorations de l'Adc Eugène Goux, pilote de l'escadrille N 67 du 8 septembre 1916 au 19 août 1917 - De gauche à droite : Chevalier de la Légion d'Honneur - Médaille Militaire du 19 août 1917 - Croix de Guerre 14-18 avec deux palmes de bronze (2 citations à l'ordre de l'armée) et une étoile de bronze (une citation à l'ordre du régiment) - Croix du Combattant - Remarquez les deux rappels de fourragères "N 67" - Photo M. Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Plaque souvenir décernée à l'Adc Eugène Goux par la Ligue aéronautique française - Photo M. Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Adc Eugène Goux

Carte d'identité n° 2524 de pilote d'avion militaire de l'Adj Eugène Joseph Marie Goux - Né le 6 septembre 1891 à Cemboing (Haute-Saône) - Fils de Joseph Goux et de Augustine Royer - Profession Electricien - Service militaire comme mécanicien au 2ème groupe d'aviation à compter du 6 octobre 1912 - Mécanicien / Mitrailleur de l'escadrille MF 5 du 6 octobre 1912 au 17 novembre 1915 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 15 mai 1915 - Stage à Chalais-Meudon du 16 août au 20 septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2566 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 29 janvier 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Nommé Caporal, le 9 février 1916 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 10 août 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 8 septembre 1916 au 19 août 1917 - Nommé Sergent, le 20 octobre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 14 mai 1917 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 19 août 1917 - Blessé au combat par un tir d'infanterie, le 19 août 1917 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 28 mars 1918 - Pilote convoyeur du RGA du Bourget à compter du 30 avril 1918 - Nommé Adjudant, le 20 août 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur - Photo M. Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Citation à l'ordre de l'armée du Sergent Eugène Goux, pilote de l'escadrille N 67 - Elle a été délivrée par le Général Franchet d'Espérey, commandant le Groupe d'armée du Nord, le 15 mai 1917 - Photo M. Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée du Sergent Eugène Goux, pilote de l'escadrille N 67 - Elle a été délivrée le 19 août 1917 - Photo M. Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Vue de la chapelle du château de Trefforest, dans la commune de Mesnil-Mauger (Seine-Maritime) - Les membres de la famille d'Alleaume de Trefforest et quelques descendants reposent dans cette chapelle et dans le cimetière privé qui jouxte l'édifice - La tombe de Jean Derode et ses parents, Clothilde et Alphonse, est marquée d'une flèche - Photo Hubert Derode, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Tombe du Cne Jean Marie Emile Derode, pilote de l'escadrille N 67 et commandant des escadrilles N 102 / SPA 102 et SPA 99 - Tué au combat, le 4 juin 1918 - Jean Derode repose avec ses parents dans la même tombe dans le cimetière attenant la chapelle du château de Trefforest, dans la commune de Mesnil-Mauger (Seine-Maritime) - La Grand-mère de Jean était une d'Alleaume de Trefforest - Tous les d'Alleaume de Trefforest et quelques descendants reposent dans la chapelle et dans le cimetière privé qui jouxte l'édifice - Photo Hubert Derode, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Tombe des deux frères Navarre dans le cimetière de Tartas (40) - Photo Xan Berasategui que je remercie pour son aide.

Tombe du Slt Jean Marie Dominique Navarre - Né le 9 août 1895 à Jouy-sur-Morin (Seine et Marne) - Fils d'André Navarre et de Jeanne de Coëscou - Engagé pour la durée de la Guerre au 1er groupe d'aviation comme pilote, le 2 septembre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 601 en date du 30 septembre 1914 - Pilote de l'escadrille MF 8 du XXX au 1er janvier 1915 - Pilote de l'escadrille MS 12 au 27 février 1915 à la fin janvier 1916 - Médaille Militaire, le 6 avril 1915 - Détaché à l'escadrille MS 15 du 22 mai au 30 juin 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 2 août 1915 - Pilote de l'escadrille MS 48 du 1er au 24 février 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 24 février au 17 juin 1916 - 12 victoires homologuées et 9 victoires probables - Croix de Guerre - Décédé le 10 juillet 1919 - Photo Xan Berasategui que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Caveau de la famille Vitalis dans le cimetière de la commune de Lodève (Hérault) - Le Slt Léon Vitalis, mitrailleur des escadrilles N 67, C 46 et HD 174, y repose - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

Fronton du caveau de la famille Vitalis dans le cimetière de la commune de Lodève (Hérault) - Le Slt Léon Vitalis, mitrailleur des escadrilles N 67, C 46 et HD 174, y repose - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Vitalis dans le cimetière de la commune de Lodève (Hérault) - Le Slt Léon Vitalis, mitrailleur des escadrilles N 67, C 46 et HD 174, y repose - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- M. Jean-Luc Kaluzko pour l'envoi de la photo du Nieuport 16 n° 1130.
- M. Maurice Sublet pour l'envoi des photos concernant l'As Jean Navarre.
- M. Patrice Gout pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Philippe Guillermin pour l'envoi de la photo de Jean Navarre.
- M. David Méchin pour l'envoi des profils couleurs des avions de l'escadrille 67.
- M. Hervé Fageot pour l'envoi des archives d'Eugène Goux, son grand-père.
- M. Marc Rancon pour la communication des documents de l'As Edmond Pillon.
- M. Jean-Pierre Puton, chef de projet du Centre Régional de l'Image de la ville de Nancy.
- M. Blaise Aurora, chargé de documentation du Centre Régional de l'image de la ville de Nancy.
- M. Hubert Derode pour l'envoi des photos du Cne Jean Derode, son grand-oncle.
- M. Xan Berasategui pour l'envoi de la tombe des frères Navarre.
- M. Jean-Laurent Truc pour l'envoi des photos des entoilages de sa collection.
- M. Bertrand de Lamberterie pour l'envoi de la photo prise par Joseph Brenac, son grand-père.
- M. Christian Lasvigne pour l'envoi de la découpe de fuselage de Marcel Devaux.
- M. Jacques Lasne pour l'envoi des photos de la N 67 sur le terrain de Froidos.
- M. Samuel Kittler pour l'envoi des photos de l'entoilage de la 7ème escadrille du 3ème RAC.
- M. Roland Kissel pour l'envoi des archives de Roger Kissel, son père.
- M. Régis Biaux pour l'envoi des photos de la tombe du Slt Léon Vitalis.
- M. et Mme Gérard Dieux-Lenouvel pour la communication des archives du Cne Léon Lenouvel.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Encyclopédie illustrée de l'aviation publié par les éditions Atlas en 1986.
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 66 Victoires de l'escadrille 67

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image Victoires Cliquez sur l'image pour l'agrandir