Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

La mouette en vol posée sur un disque bleu - Dessin Albin Denis.

Insignes métalliques
de l'escadrille SAL 70

Insigne émaillé de l'escadrille SAL 70 - Fixation par une épingle à bascule - Insigne collection Philippe Bartlett - Photo extraite du livre de Philippe Bartlett "Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918" que je recommande tout particulièrement.

Symbolique

L'escadrille 70 a adopté comme insigne collectif une mouette en vol posée sur un disque bleu. Les traditions de cette unité n'ont pas été reprises depuis le 10 avril 1919, date de la dissolution de l'escadrille.

 

Historique

A venir

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

Victoires

Pas de victoire aérienne pour cette escadrille.

 

Décorations

Pas de décoration pour cette unité.

 

Citations

Pas de citation collective pour cette unité.

 

Liste des personnels

A venir

Commandants

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Rattachements de l'escadrille

 

Les hommes

Le MdL Jean Amigues, pilote de l'escadrille F 70, sur le terrain de Toul (54) en novembre 1917 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Adjudant Jean Eugène Martial Amigues - Né le 13 mai 1887 à Sigeau (Aude) - Fils d'Eugène Amigues et de Eulalie Cauvet - Engagé au 13ème régiment de Chasseurs à Cheval, le 2 octobre 1905 - Profession avant la guerre Viticulteur - Nommé Maréchal des Logis en 1913 - Mobilisé au 1er régiment de Hussards en août 1914 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 1er septembre  1915 - Brevet de pilote militaire n° 2081 obtenu à l'école d'aviation de Buc, le 14 décembre 1915 - Stage de transformation sur avions rapides à l'école d'aviation militaire d'Avord du 27 décembre 1915 au 23 janvier 1916 - GDE jusqu'au 7 avril 1916 - Pilote de l'escadrille N 15 du 7 avril au 12  avril 1916 - GDE - Pilote de l'escadrille N 73 du 2 mai au 16 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 14 du 16 juillet au 17 septembre 1916 - GDE du 17 septembre au 20 octobre 1916 - Pilote de l'escadrille R 214 du 20 octobre 1916 au 30 mars 1917 - Pilote de la F 35 du 30 mars au 5 septembre 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 27 juillet 1917 avec attribution de la Croix de Guerre 14-18 - Pilote de l'escadrille F 70 du 7 septembre au 27 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille F 41 du 27 novembre 1917 au 22 janvier 1918 - Nommé Adjudant, le 5 décembre 1917 - Détaché à Cernon du 29 décembre 1917 au 22 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SAL 122 du 22 janvier au 7 mars 1918 - En subsistance (nourri et logé) à l'escadrille AR 258 du 5 février au 5 mars 1918 - GDE (Groupement des Divisions d'Entraînement) du 7 mars au 23 avril 1918 - Pilote (moniteur) de l'école de Châteauroux-Vineuil à compter du 23 avril 1918 et jusqu'à la fin de la guerre.

 

Photo du Mdc Arnaud
comte de Mauléon de Bruyères

Mdc Arnaud Gaston Marie de Mauléon de Bruyères - Né le 14 octobre 1891 à Montauban (Tarn-et-Garonne) - Fils d'Oger Marie de Mauléon de Bruyères et de Flavie Louise Marie d'Aldéguier - Domiciliés à Dourgne (Tarn) - Profession agriculteur - Classe 1911 - Recrutement d'Albi (Tarn) sous le matricule n° 1240 - Engagé volontaire pour quatre ans au 10ème régiment de Hussards, à compter du 12 janvier 1912 - Nommé Brigadier, le 13 mai 1912 - Nommé Maréchal des Logis, le 14 octobre 1912 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Blessé par éclats d'obus à l'épaule droite, à la cuisse droite et à la main gauche à Montavert, le 1er septembre 1914 - Nommé Maréchal des logis chef, le 26 août 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 13 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2379 obtenu à l'école militaire d'aviation de Pau, le 15 janvier 1916 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation d'Avord - Pilote du GDE jusqu'au 25 mai 1916 - Pilote de l'escadrille F 70 du 25 mai 1916 au 13 août 1917 - Stage photo au GDE du 16 au 26 septembre 1916 - Citation n° 123 à l'ordre de la 38ème division, le 3 octobre 1916 - Stage à Luxeuil du 5 au 12 juillet 1917 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 11 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille AR 464 du CRP du 13 août 1917 au 19 octobre 1918 - Affecté à l'école militaire d'aviation de Chartres, à compter du 10 décembre 1918 - Démobilisé, le 3 avril 1919 - Domicilié au 6, rue Darquier à Toulouse - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 11 juillet 1919 - Affecté, dans la réserve, au 3ème régiment d'aviation de bombardement, le 22 juin 1920 - Affecté, dans la réserve, au 12ème régiment d'aviation de bombardement, par réorganisation des régiments d'aviation, le 18 août 1920 - Passé dans l'arme de l'aéronautique, le 20 juin 1923 - Domicilié à Castelsarrazin, à partir du 26 novembre 1923 - Affecté dans la réserve au 36ème régiment d'aviation, le 17 août 1926 - Domicilié à Pins-Jastaret, le 28 novembre 1929 - Décédé en 1974 - Sources : Pam - LO - FM (Tarn) - CCC MF 70 - CCC AR 464 - Dernière mise à jour : 10/11/2014.

 

Photo du Cne Jules Gravier

Cne Jules Emmanuel Gravier - Né le 20 mars 1878 à Salins-les-Bains (Jura) - Fils de Charles Zénon Gravier (agent voyer) et de Léa Marie Simonin - Domicilié à Poligny (Jura) - Classe 1898 - Recrutement de Lons-le-Saunier (Jura) sous le matricule n° XXX - Engagé à l'école militaire spéciale de St-Cyr, le 1er novembre 1898 - Promotion "Marchand" de l'école de Saint-Cyr du 1898 à 1900 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 160ème régiment d'infanterie, le 1er octobre 1900 - Nommé Lieutenant, le 26 septembre 1902 - Détaché à l'école de Joinville du 15 mars au 15 août 1907 - Détaché aux lévés de précision du Service Géographique du 1er mai au 17 septembre 1908 et 21 mars au 28 octobre 1909 - Affecté au 22ème régiment d'infanterie, le 28 septembre 1910 - Détaché au Service Géographique à la révision des plans directeurs du 5 avril au 3 septembre 1911 - Stage à l'école de tir de la Valbonne du 2 janvier au 2 février 1912 - Affecté au 144ème régiment d'infanterie et détaché au service aéronautique comme élève pilote, le 24 juin 1912 - A participé à un vol du ballon sphérique "Almanzor" de 1150 m3, en compagnie de M. G. Suzor, le Cne St-Quentin, les Ltt Ihler et Godot, au parc d'aérostation de l'Aéroclub de France, le 13 octobre 1912 - Ils ont atterri à Gournay-sur-Marne après un vol de 3h30 - A participé à un vol du ballon sphérique "Le Béarn " de 1600 m3, en compagnie de M. Georges Blanchet, des Ltt Polé, Aveline, Hantz au parc d'aérostation de l'Aéroclub de France, le 25 novembre 1912 - Ils ont atterri à La Saulcotte, près de Nogent-sur-Seine après un vol de 3h05 - A participé à un vol du ballon sphérique Zodiac de 1150 m3, en compagnie de M. Nicolleau, du Ltt Happe, des Adj Dieu et Secrétat, au parc d'aérostation de l'Aéroclub de France, le 9 février 1913 - Ils ont atterri à Lappion près de Sissonne après un vol de 4h40 - Brevet de pilote militaire n° 280 obtenu, le 5 juin 1913 - Pilote de l'escadrille MF 20 du 25 juillet 1913 au 25 juillet 1914 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 25 mars 1914 - Marié avec Thérèse Rachel Martin à Marvejols (Lozère), le 9 mai 1914 - Adjoint au chef du centre d'aviation militaire d'Epinal du 25 juillet au 2 août 1914 - Adjoint au chef du Parc d'aviation n° 6 implanté à Toul (Meurthe-et-Moselle) du 2 août au 11 novembre 1914 - Commandant du Parc d'aviation n° 6 du 11 novembre 1914 au 12 septembre 1915 - Commandant de l'escadrille MF 70 du 21 septembre 1915 au 20 avril 1916 - Témoignage de satisfaction du Ministre, le 13 février 1916 - Adjoint technique au commandant du service aéronautique du 36ème corps d'armée et de la région fortifiée de Dunkerque du 20 avril au 6 juin 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 3 mai 1916 - Chargé du service des avions neuf à la RGA du 6 juin 1916 au 10 juin 1917 - Adjoint technique au commandant du service aéronautique de la 10ème armée comme adjoint technique du 10 juin 1917 au 10 octobre 1918 - Mis à la disposition du Ministre et affecté au service des fabrications de l'aviation du 1er octobre au 28 octobre 1918 - Commandant du Parc Aéronautique n° 9 du 28 octobre 1918 au 1er janvier 1920 - Domiciliés après guerre à Marvejols (Lozère) - Affecté au 1er régiment d'aviation d'observation, le 1er janvier 1920 - Affecté au Parc d'aviation n° 31 de Tours - Affecté au 31ème régiment d'aviation de Tours, le 6 avril 1921 - Affecté au Magasin général d'aviation n° 2 de Dijon-Longvic, le 20 mai 1921 - Nommé Chef de bataillon, le 25 mars 1924 - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 11 juillet 1931 - Décédé au 16, rue Becquerel à Paris 18ème (75), le 31 janvier 1955 - Repose dans le cimetière de Saint-Ouen (Paris) - Sources : Bulletin de naissance - Pam (3 F) - Etat des services - CCC de l'escadrille MF 20 - CCC de l'escadrille MF 70 - Liste des brevets militaires - LO - JORF - L'Aérophile - Avis de décès - Dernière mise à jour : 13 avril 2017.

* Officier de la légion d'honneur du Chef de bataillon Jules Emmanuel Gravier, du magasin général d'aviation n° 2 en congé du personnel navigant, en date du 11 juillet 1931 : "32 ans de services, 5 campagnes, 4 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier du 3 mai 1916."

Les hommes

Ltt Marc Guilloux aux commandes d'un SPAD sur le terrain du Plessis-Belleville, le 1er avril 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Ltt Marc Léon Guilloux - Né le 22 mars 1885 à Mirecourt (88) - Fils de Charles Guilloux et de Berthe Bazin - Service militaire au 79ème régiment d'infanterie à compter du 8 octobre 1906 - Nommé sous-lieutenant, le 1er avril 1908 - Nommé Lieutenant, le 1er avril 1912 - Profession avant guerre Brasseur - Mobilisé au 11ème régiment d'Infanterie coloniale, le 1er septembre 1914 - Affecté au 44ème régiment d'infanterie coloniale - Une citation à l'ordre du régiment, le 10 octobre 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote en novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2538 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 28 janvier 1916 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 5 janvier 1916 - GDE et RGA du 4 février au 30 avril 1916 - Pilote de l'escadrille MF 71 du 1er mai 1916 au 2ème trimestre 1916 - Pilote de l'escadrille F 1 du 2ème trimestre 1916 au 30 avril 1916 - Pilote et commandant de l'escadrille F 24 du 30 avril 1916 au 29 mai 1917 - Une citation à l'ordre du régiment en octobre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée en octobre 1916 - Pilote détaché à l'escadrille AR 70 du 13 novembre 1917 au 16 février 1918 - Stage RGA du 18 au 24 janvier 1918 - Commandant en second du secteur aéronautique du 20ème corps d'armée du 16 février 1918 au 20 mars 1919 - Pendant cette période était en subsistance à l'escadrille BR 35.

Sgt Roger Lestrade, pilote de l'escadrille F 70 du 16 juin au 21 août 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion, aux commandes d'un Farman F 40, sur le terrain d'aviation de Toul, le 21 août 1917 - Photo Fernand Massol transmise par M. Guy Massol que je remercie pour son aide.

Sgt Faustin Joseph Roger Lestrade - Né le 19 mars 1889 à Arcachon (Gironde) - Fils de Jean Théodore Lestrade et de Jeanne Marie Georgeon - Domiciliés a Bonnetan (Gironde) - Classe 1909 - Recrutement de Bordeaux (Gironde) sous le matricule n° 1071 - Service militaire au 57ème régiment d'infanterie, caserné à Bordeaux, à compter du 1er octobre 1910 - Nommé Caporal, le 25 septembre 1911 - Fin de service militaire et passage dans la disponibilité, le 25 septembre 1912 - Profession avant guerre Elève architecte - Domicilié au 9, cours Tartas à Arcachon, à compter du 6 avril 1913 - A effectué une période d'exercice au 57ème régiment d'infanterie du 22 mai au 13 juin 1913 - Rappelé à l'activité et mobilisé au 57ème régiment d'infanterie, le 3 août 1914 - Affecté à la 2ème compagnie de mitrailleuses du 257ème régiment d'infanterie, le 4 août 1914 - Nommé Sergent, le 14 mars 1916 -Affecté à la 4ème compagnie de mitrailleuses du 212ème régiment d'infanterie, le 21 juin 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 11 septembre 1916 - Tests de sélection et formation théorique à l'école de Dijon, du 16 septembre au 2 octobre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5170 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 11 janvier 1917 - Stage de perfectionnement "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord du 27 février au 24 avril 1917 - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Pau du 24 avril au 4 mai 1917 - Pilote du GDE du 4 au 18 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 89 du 18 mai au 16 juin 1917 - Pilote de l'escadrille F 70 du 16 juin au 21 août 1917 - Tué au cours d'un accident d'avion, aux commandes d'un Farman F 40, sur le terrain d'aviation de Toul, le 21 août 1917 - Son corps a été déposé à l'hôpital militaire de Toul, le même jour - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 21 août 1917Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille N 89 - Bailey / Cony - JORF - Fiche matricule du département de la Gironde - MpF - Dernière mise à jour : 1er juillet 2017.

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée du Sgt Roger Lestrade au 212ème régiment d'infanterie, pilote à l'escadrille F 70, en date du 21 août 1917 : "Excellent pilote, a toujours fait preuve d'audace et de sang-froid. Très grièvement blessé, le 21 août 1917, par accident d'aviation."

 

Photo du Ltt Raymond Bruneel

Ltt Raymond Théodore Auguste Bruneel - Né le 16 avril 1889 au route de Béthune à Loos-lez-Lille (Nord) - Fils de Julien Antoine Adolphe Bruneel (comptable) et d'Adeline Françoise Debuiser - Classe 1909 - Recrutement de Lille (Nord) sous le matricule n° 5942 - Service militaire au 129ème régiment d'infanterie, à compter du 15 octobre 1910 - Nommé Caporal, le 13 avril 1911 - Elève officier de réserve, en date du 1er octobre 1911 - A suivi le cours spécial des élèves officiers du 1er octobre 1911 au 15 mars 1912 - Nommé Sous-lieutenant de réserve et affecté au 73ème régiment d'infanterie, le 1er avril 1912 - Fin de service militaire et passage dans la disponibilité, le 27 septembre 1912 - Domicilié au 43, rue de Paris à Elbeuf (Seine-Maritime), à compter du 6 décembre 1912 - Profession avant guerre Dessinateur en tissus - Domicilié au 843, Caisa postal à Rio de Janeiro (Brésil), à compter du 2 octobre 1913 - Domicilié au 72, rua da Quitanda à Rio de Janeiro (Brésil), à compter du 30 octobre 1913 - Marié avec Jeanne Henriette Antoinette Julienne Benoit à Roubaix (Nord), le 15 avril 1914 - Domiciliés au 20, rue des Arts à Roubaix (Nord) puis à Glasgow (Ecosse) - Rappelé à l'activité au 73ème régiment d'infanterie par la mobilisation générale, le 24 août 1914 - Affecté au 50ème régiment d'infanterie, le 9 septembre 1914 - Affecté au 1er régiment d'infanterie, le 7 décembre 1914 - Blessé au combat par balles aux deux cuisses - Hospitalisé puis transféré sur l'hôpital de la Courtine (Creuse) puis transféré sur l'hôpital de Pamiers (Ariège) - Affecté au 127ème régiment d'infanterie, le 28 février 1915 - Blessé par balle à la poitrine par balle explosive et poumon gauche traversé par balle - Evacué d'abord sur l'ambulance de Lassalles (Hautes-Pyrénées) puis sur les hôpitaux de Châlons-sur-Marne (Marne) puis Blois (Loir-et-Cher) - Citation n° 31 à l'ordre du corps d'armée, en date du 19 mars 1915 - Comme il a été blessé à huit reprises, ne peux plus servir dans l'infanterie - Passé élève pilote, à compter du 6 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1453 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 27 août 1915 - Présent à Chartres jusqu'au 2 septembre 1915 - Stage de perfectionnement du 2 au 24 septembre 1915- Pilote de l'escadrille MF 70 du 24 septembre 1915 au 17 juin 1916 - Nommé Lieutenant de réserve à titre définitif, le 5 janvier 1916 - Convoyage d'un avion depuis la RGA du Bourget du 19 au 23 février 1916 - Citation à l'ordre de l'armée du Slt Raymond Bruneel, en date du 28 mars 1916 - Tué au cours d'une mission photo réunissant deux Farman de la 70 et deux Nieuport de la N 68, le 17 juin 1916 - Il faisait équipage avec le Slt Pierre Jules Alexandre Marie Hermand, observateur, qui a également perdu la vie - Les aviateurs français ont livré combat à quatre Fokker - Un des avions est abattu, par les avions d'escorte, et tombe en flammes dans les lignes ennemies à l'est de Bézanges-la-Grande (Meurthe-et-Moselle) et un autre touché, rompt le combat en tombant verticalement jusqu'au sol - L'aviateur allemand qui a été crédité de l'avion de la MF 70 était le Ltn Kurt Wintgens du FlAbt 6 (sa 6ème victoire) - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre du 127ème régiment d'infanterie, à titre posthume, en date du 5 mars 1920 - Sources : Registre des naissances de la commune de Loos-lez-Lille - Pam - Liste des brevets militaires - Fiche matricule du département du Nord - CCC de l'escadrille MF 70 - MpF - JORF - Dernière mise à jour : 24 août 218.

* Citation n° 31 à l'ordre du corps d'armée, en date du 19 mars 1915 : "Très belle conduite pendant les attaques des 28 février, 1er et 2 mars. Blessé, a conservé jusqu'à l'épuisement de ses forces, le commandement de sa section."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Raymond Bruneel, en date du 28 mars 1916 : "Pilote modèle de courage et de dévouement. A reçu pendant la 1ère partie de la campagne dans l'infanterie huit blessures dont deux graves ayant nécessité son évacuation. Passé dans l'aviation où il s'est montré rapidement remarquable pilote, n'a cessé de faire preuve des plus brillantes qualités d'entrain et d'audace. A attaqué plusieurs fois des appareils plus rapides et mieux armés les forçant toujours à renoncer à la lutte."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre du 127ème régiment d'infanterie, à titre posthume, du Ltt Raymond Bruneel, en date du 5 mars 1920 : "Excellent officier, qui n'a cessé depuis le début de la guerre de donner les marques de la plus grande bravoure. Après avoir été blessé dans l'infanterie, est venu dans l'aviation; a continué à faire preuve d'une activité remarquable et du plus grand mépris du danger. Le 17 juin 1916, au cours d'une mission photographique, est tombé dans les lignes ennemies à la suite du combat. A été cité."

 

Les avions

Les Dorand AR 1 et Letord 1 de l'escadrille AR 70 photographiés lors du transfert du terrain d'Ambrief vers celui de Toul, le 5 novembre 1917 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Un équipage de l'escadrille AR 70 pose en compagnie des deux mécaniciens en charge de la mise en oeuvre et l'entretien du Dorand AR 1 n° AR 296 de cette unité sur le terrain d'aviation d'Osches (Meuse) en avril-mai 1918 - L'escadrille 70 a été transformée sur Dorand AR 1, à partir de septembre 1917 et a conservé ce type d'avion jusqu'au début mai 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collections des archives départementales de la Meuse.

Les avions

Retour de permission à Toul (54) - De gauche à droite : MdL Jean Amigues (pilote F 70) - Asp Roger Pareille (obs F 70) - Asp André Levêque (obs AR 253) - Slt Georges Gros (obs F 70), le 26 novembre 1917 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Mise en pylône d'un Dorand AR 1 de l'escadrille AR 70 sur le terrain d'aviation d'Osches en avril-mai 1918 - Le pilote indemne, qui semblait être seul à bord, pose à l'extrême droite - Les autres personnels sont des mécaniciens venus en curieux et probablement prêts à remettre l'avion sur ses roues - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collections des archives départementales de la Meuse.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Salmson 2A2 n° 356 codé "9" de l'escadrille SAL 70 victime d'un capotage en 1918-1919 - Le train d'atterrissage, qui a subit de gros dégats, a été déposé et va probablement être remplacé avant de remettre l'appareil à l'endroit - Photo Droits réservés.

 

Terrains d'aviation

Terrain de Toul (54) - L'escadrille MF 70 / F 70 / AR 70 a stationné sur place de septembre à la fin 1915, puis du 26 juillet à novembre 1916 et finalement de mars 1917 à mars 1918 - Photo Roger Kissel transmise par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Terrain d'Osches (55) en octobre 1917 - Il a été occupé par l'escadrille AR 70 de mars à début avril 1918 - Photo collection Jean-Luc Kaluzko que je remercie pour son aide.

Photos prises par les équipages

Photo aérienne verticale du sud du bois de la Sonnard, le 18 septembre 1917 - Elle a été prise à 2600 mètres d'altitude par l'équipage MdL Jean Amigues (pilote) / Ltt Jean Hardy (obs) - A cette date, l'escadrille AR 70 était stationnée sur le terrain d'aviation d'Ambrief (Aisne) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

 

Monuments commémoratifs
et Tombes

Monuments commémoratifs
et Tombes

Tombe du Sol André Marie Emile Chambéry du Désert - Né le 24 juillet 1887 à Pont-Audemer (Eure) - Fils de Marie Alexandre Emile Chambéry du Désert et de Marie Caroline Clarisse Turpin - Bachelier es-lettres - Profession avant service militaire - Employé de commerce - Classe 1907 - Recrutement de Bernay sous le matricule n° 470 - Ajourné de service militaire pour faiblesse en 1908 - Examiné à nouveau par le conseil de révision, le 2 septembre 1908 - Reconnu "Service Auxiliaire" pour varices noueuses à la jambe droite et affecté au 24ème régiment d'infanterie, caserné à Paris (75), le 6 octobre 1908 - Fin de service militaire et envoi dans la disponibilisté, le 25 septembre 1910 - Profession avant guerre Editeur de livres de médecine - Domicilié au 109, rue du Bac à Paris 7ème (75), à compter du 17 avril 1911 - Rappelé à l'activité par la mobilisation générale, le 5 novembre 1914 - Affecté à la 3ème section de commis d'administration, le 6 novembre 1914 - Maintenu "Service Auxiliaire" par la 2ème commission spéciale de Réforme de la Seine, le 14 décembre 1914 - Affecté au service automobile du 13ème régiment d'artillerie, le 21 décembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire, le 23 janvier 1916 - Affecté à la RGA comme conducteur de voiture légère (rattaché au 2ème groupe d'aviation à Lyon-Bron), le 26 février 1916 - Affecté au Parc n° 10, le 4 au 18 mars 1916 - Conducteur automobile de l'escadrille F 70 du 18 mars 1916 au 3 septembre 1917 - Hospitalisé du 31 août au 1er octobre 1916 - Grièvement blessé en service commandé (probablement accident auto) , le 2 septembre 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital militaire Gama de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 3 septembre 1917 - André Chambéry du Désert repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de l'Eure - MpF - Dernière mise à jour 8 novembre 2017.

 

 

Remerciements :

- M. Jean-Pierre Amigues pour la communication des archives de Jean Amigues, son grand-père.
- M. Jean-Luc Kaluzko pour l'envoi de la photo du terrain d'Osches.
- M. Roland Kissel pour l'envoi des archives de Roger Kissel, son père.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett - publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet des archives départementales de la Meuse - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 69 Escadrille 71

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir