Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Carte des différents stationnements

Lieux de stationnements

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 77 était une cocarde jaune et bleu.

Historique

Création sur le terrain de Lyon-Bron :

Créée sur le terrain de Lyon-Bron, le 28 novembre 1915, l’escadrille 72 est placée sous le commandement du Cne Guy d'Aymery. Cet officier est issu du 5ème régiment de chasseurs à cheval et arrive de l'escadrille MF 60.

La MF 72, dotée de cinq Maurice Farman MF 11 à moteur 80 Hp, fait mouvement dans la région de Verdun et s'installe à la caserne Miribel, le 7 janvier 1916, puis à la caserne Raray, le 12 du même mois. Le 25 février, elle est rattachée à l'aéronautique de la 2ème armée et monte ses tentes sur le terrain de Vadelaincourt. A cette période, sa dotation a légèrement évoluée avec la perception d'un MF 11 bis à moteur 130 Hp.

Le 31 mars 1916, elle prend ses quartiers sur le terrain d'Autrécourt-sur-Aire.

Slt Bernard de Curel tué au combat :

Le 20 mai 1916, le Slt Bernard de Curel, un pilote, est tué au combat dans les environs d'Avocourt par l'Obltn Oswald Boelcke du FlAbt 62. Il est la première victime de son devoir pour les équipages de la 72. Il ne sera malheureusement pas le dernier.

Escadrille organique du 7ème corps d'armée :

Dotée de Farman F 40 à la mi 1916, cette unité fait mouvement sur le terrain de Rouvrel (80) pour être affectée à l'aéronautique du 7ème corps d’armée, le 21 juillet 1916. Elle restera liée à cette grande unité jusqu'à la fin de la guerre. Le 29 septembre 1916, la F 72 fait mouvement de Pierrefonds dans la Marne, d'abord à Epernay, puis sur Ste-Ménéhould, le 30 septembre 1916. La 72 perçoit ses premiers Salmson-Moineau SM-1 en provenance de la RGA, via le GDE, où une formation d'une dizaine de jours est prodiguée aux équipages. C'est un gros biplan, monomoteur entrainant deux hélices. Malheureusement, il est sous-motorisé et causera de nombreuses pertes par accident.

Au début janvier 1917, et après un court séjour dans le camp de Mailly et un détachement à Soudé-Ste-Croix, elle reprend le combat sur la Marne.

Cne Gaston Tranchant prend son commandement :

Le Cne Gaston Tranchant prend son commandement, le 15 février 1917. Cet officier, issu du 32ème régiment de Dragons, a tout d'abord été observateur de l'escadrille MF 40.

Le 1er février 1917, l'escadrille F-72 prend ses quartiers sur le terrain de Bouleuse, prés de Reims, où retrouve les escadrilles 210 et 222.

De lourdes pertes :

Du 9 au 14 avril, elle enregistre de très lourdes pertes avec six tués et un blessé en prenant une part active dans les missions de reconnaissance préalables à l’attaque du Chemin des Dames qui sera lancée le 16 avril. En particulier, le 13 avril 1917, quand le SM-1 de l'équipage Slt Paul Féquant / Ltt André Locquin / Sol Maurice Hutreau est abattu dans les environs de Châlons-sur-Vesle par le Ltn Heinrich Bongartz du Jasta 36. Les trois aviateurs français sont tués. Il faut ajouter la mort du Ltt Alexandre Pierson qui est tué au cours d'un accident aérien, près de Villers Frangeux (51), le 9 avril 1917 et les sous-lieutenants Jean Weith et André Petit tués au cours d'un accident de décollage sur le terrain de Bouleuse, le 16 avril.

Première victoire aérienne :

Les missions, qui se multiplient, donnent lieu à de nombreux combats aériens. En particulier, les 16 avril 1917, quand l'équipage du Ltt Henri de Niort / obs non identifié abat un avion allemand dans les environs d'Hermonville. Cet appareil est la première victoire homologuée des équipages de l'escadrille 72. Un autre équipage du Slt Joseph Tignolet abat un biplace du FlAbt 248A qui tombe dans ses lignes et qui ne sera pas homologué, faute de témoins extérieurs.

Après l’échec de l'offensive du Chemin des Dames, la F-72 accomplit plusieurs sorties offensives sur les lignes allemandes visant à identifier les modifications de son dispositif défensif. Le 22 septembre 1917, elle fait mouvement dans la région de Verdun où elle s'installe sur le terrain d'Osches et est engagée dans une offensive locale au profit de la 2ème armée.

Transformation sur Dorand AR 1 :

Ses Farman F 40 et autres SM-1 étant complétement dépassé, la 72 est transformée sur Dorand AR 1 en septembre 1917. Sa dotation est alors de dix appareils. Le Soldat Clément Massier, mitrailleur, est grièvement blessé par balle au cours d'un combat aérien, le 16 octobre 1917. Hélas, il décéde des suites de ses blessures à l'hôpital militaire de campagne où il a été évacué, le lendemain.

Prise de commandement du Cne Dollinger :

Le Cne Paul Dollinger prend le commandement de l'escadrille AR 72, le 18 novembre 1917. Artilleur issu du 105ème régiment d'artillerie, il a d'abord été observateur des escadrilles BL 3, C 11, V 21, F 5 et F 22 avant d'obtenir son brevet de pilote militaire, le 15 mai 1917.

Perception des Salmson 2A2 :

Le 28 avril 1918, la 72 est équipée de dix Salmson 2A2. Avec l'arrivée de cet appareil de corps d'armée beaucoup mieux conçu que ses prédécesseurs, les pertes au combat vont sensiblement diminuer. Plus aucun mort au combat ou par accident ne sera déploré du 28 avril à la fin de la Guerre. Seuls cinq membres d'équipages seront blessés au combat, principalement par des tirs d'infanterie lors des missions de jalonnement d'infanterie.

Bilan de la guerre :

Au cours de la Grande Guerre, l'escadrille 72 a eu à déplorer la mort de 5 navigants au combat et trois par accident. Il faut ajouter 23 blessés, soit au combat, soit par accident. Ses équipages ont remporté 3 victoires homologuées et trois probables.

Cne Louis Bourguignon et dissolution de la SAL 72 :

Ses personnels étant progressivement démobilisés ou mutés, le Cne Louis Bourguignon, un observateur, prend son commandement en mars 1919 pour préparer sa dissolution qui devient effective sur le terrain de Pars-les-Romilly, le 25 avril 1919.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SAL 72

Les traditions de l'escadrille SAL 72 n'ont pas été reprises
depuis sa dissolution, le 26 avril 1919.

 

Appellations successives

Commandants

Rattachements de l'escadrille

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

 

Liste des personnels

La liste sera donnée ultérieurement

 

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Adc Florentin Bernard Joseph Ducrocq - Né le 26 octobre 1891 à Jouy-le-Montier (Seine-et-Oise) - Fils de Bernard Augustin Joseph Ducrocq et Marie Elisa Delabre - Domiciliés à Jouy-le-Montier (Seine-et-Oise) - Profession avant guerre Serveur de restaurant - Marié avec Julienne Blanche Louise Duquesne, le 17 février 1912 - Classe 1911 - Recrutement de Versailles sous le n° matricule 968 - Service militaire au 120ème régiment d'infanterie, à compter du 10 octobre 1912 - Nommé Caporal, le 1er octobre 1913 - Nommé Sergent, le 11 mars 1914 - Une citation à l'ordre du 120ème régiment d'infanterie, le 1er octobre 1914 - Nommé Adjudant, le 30 septembre 1914 - Blessé par balle à la cuisse gauche avec limitation de la flexion du genou au bois de la Gruerie, le 22 novembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 18 février 1915 - Détaché dans l'aéronautique militaire comme mitrailleur, le 14 mars 1916 - Stage mitrailleur-bombardier à l'école de tir aérien de Cazaux 3 au 29 avril 1916 - Termine sa formation avec la mention "Très bien" - Détaché à l'école militaire d'aviation d'Avord pour suivre une formation initiale de pilote militaire, à compter du 1er mai 1916 -  A échoué malgré 55 heures de vol et 87 atterrissages - Mitrailleur / Bombardier de l'escadrille F 72 du 2 novembre 1916 au 10 novembre 1917 - Convoyage d'un Salmson-Moineau SM-1 avec le MdL Jean Audaire (pilote) et formation au GDE du 13 au 22 décembre 1916 - Une citation à l'ordre du 7ème corps d'armée, le 26 mars 1917 - Une citation à l'ordre de la 14ème division en date du 30 juin 1917 - Croix de Guerre et une citation n° 259 à l'ordre de l'armée en date du 31 août 1917 - Affecté au 1er groupe d'aviation, le 25 novembre 1917 - Affecté à l'école militaire d'aviation de Chartres, le 2 décembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 11.359 obtenu à l'école militaire d'aviation de Chartres, le 5 février 1918 - Affecté à l'inspection des dépôts des écoles d'aviation, le 19 février 1918 - Nommé Adjudant-chef, le 1er juin 1918 - Décoré de la Médaille Militaire, le 27 juillet 1918 - Blessé par fracture du péroné droit au cours d'un accident d'avion, le 27 août 1918 - Passé au SEGA de Nanterre, le 23 février 1919 - Affecté à la 15ème compagnie d'ouvriers d'aviation, le 28 février 1919 - Affecté à la 2ème section d'ouvriers d'aviation de Nanterre, le 1er janvier 1920 - Affecté à la 7ème section d'ouvriers d'aviation de Romilly, le 10 novembre 1920 - Affecté à la 1er groupe d'ouvriers d'aviation (sous-intendance militaire de Troyes), le 10 novembre 1920 - Affecté à la 1er groupe d'ouvriers d'aviation (sous-intendance militaire de Paris), le 21 février 1923 - Inspection dans les Pays Rhénans du 24 juillet au 2 août 1923 - Médaille Syrie avec agrafe "Levant" - Inspection au Maroc du 29 novembre au 16 décembre 1923 - Inspection en Algérie du 17 au 25 décembre 1923 - Inspection en Tunisie du 25 au 31 décembre 1923 - Inspection dans les Pays Rhénans du 12 au 19 juin 1924 - Inspection dans les Pays Rhénans du 16 au 24 octobre 1924 - Inspection en Tunisie du 17 au 21 novembre 1924 - Inspection en Algérie du 22 au 28 novembre 1924 - Inspection au Maroc du 29 novembre au 13 décembre 1924 - Affecté à la 1er groupe d'ouvriers d'aviation (sous-intendance militaire A.C. Latour-Maubourg de Paris), le 8 avril 1925 - Inspection en Tunisie du 4 au 8 mai 1925 - Inspection en Algérie du 9 au 18 mai 1925 - Inspection dans les Pays Rhénans du 8 au 19 juin 1925 - Inspection au Maroc du 5 au 23 mars 1926 - Inspection en Algérie du 24 au 26 mars 1926 - Réintégré, sur sa demande, dans le personnel navigant, le 16 juin 1926 - Mission d'inspection au Levant, du 26 octobre au 2 décembre 1926 - Inspection en Algérie du 21 mars au 18 avril 1927 - Inspection en Tunisie du 2 au 7 avril 1927 - Inspection dans les Pays Rhénans du 17 au 23 juin 1927 - Nommé officier d'administration de 3ème classe, comme contrôleur de matériel, le 2 octobre 1927 - Détaché à l'inspection technique de l'aéronautique (ITA) de Villacoublay - Inspection en Algérie du 24 au 26 avril 1928 - Inspection en Maroc du 27 avril au 12 mai 1928 - Inspection en Tunisie du 25 au 28 septembre 1928 - Inspection en Algérie du 29 septembre au 7 octobre 1928 - Mission d'inspection au Levant, du 26 mars au 2 mai 1929 - Nommé officier d'administration de 2ème classe, comme contrôleur de matériel, le 2 octobre 1929 - Mission d'inspection en Maroc du 2 au 20 novembre 1929 - Mission d'inspection en Algérie du 21 au 25 novembre 1929 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 1er janvier 1930 - Passé dans le corps des officiers mécaniciens de l'aéronautique, le 17 février 1930 - Nommé à cette date lieutenant mécanicien - Mission d'inspection dans les Pays Rhénans du 6 au 9 mars 1930 - Mission d'inspection en Algérie du 14 au 28 novembre 1930 - Mission d'inspection au Levant, du 8 avril au 15 mai 1931 - Mission d'inspection au Maroc, du 6 au 23 avril 1932 - Mission d'inspection en Algérie, du 24 au 27 avril 1932 - Affecté à l'entrepôt spécial d'aviation n° 4, le 27 avril 1934 - Nommé Capitaine mécanicien, le 25 juin 1934 - Affecté à la base aérienne d'Etampes, le 15 septembre 1934 - Retraite sur sa demande, le 1er décembre 1937 - Décédé au 7, rue de la Ferté-sous-Jouarre à Coulommiers (Seine-et-Marne), le 16 octobre 1969 - Sources : Familliale - Pam - LO - CCC F 72 - JORF - Carnet de vol - Etat signalétique - FM Seine-et-Oise - Dernière mise à jour 15 août 2015 - Photo Florentin Ducrocq envoyée par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du 120ème régiment d'infanterie en date du 1er octobre 1914 : "Sous-officier d'un brillant courage. S'est signalé d'une façon particulière au combat du 22 août 1914 entraînant sa section à l'assaut."

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Ducrocq du 133ème régiment d'infanterie, en date du 18 février 1915 : "A fait preuve d'une superbe bravoure en mettant sa section de mitrailleuses en batterie pendant un violent bombardement sur le parapet des tranchées et à découvert pour mieux arrêter une attaque que l'ennemi cherchait à prononcer."

* Citation à l'ordre du 7ème corps d'armée, en date du 26 mars 1917 : "A accompagné pendant les attaques d'avril au Nord-Ouest de Reims de nombreuses missions photographiques sur les lignes en arrière des lignes ennemies. Le 26 avril 1917, a abattu un avion ennemi dans ses lignes."

* Citation à l'ordre de la 14ème division à l'Adj Florentin Ducrocq, mitrailleur de l'escadrille F 72, en date du 30 juin 1917 : "A eu à soutenir de nombreux combats pour accomplir ses missions au cours de l'un d'eux et pour la 2ème fois a contraint un avion ennemi à piquer et à atterrir désemparé dans ses lignes."

* Croix de Guerre avec palme et étoile de bronze et citation n° 259 à l'ordre de l'armée de l'Adj Florentin Ducrocq, mitrailleur de l'escadrille F 72, en date du 31 août 1917 : "Le 24 août, a descendu en flammes en vue de nos tranchées un avion de chasse ennemi."

Slt Alexandre Frédérik Pierson - Né le 23 novembre 1892 à Paris - Fils de Ottho Pierson et de Françoise de Savornin Lohman - Profession avant guerre Etudiant - Engagé au 45ème régiment d'artillerie de campagne, le 10 octobre 1913 - 13ème régiment d'artillerie de campagne - Passé à l'aviation comme observateur, le 7 décembre 1914 - Observateur de l'escadrille MF 2 du 8 mars 1915 au 8 janvier 1916 - Observateur de l'escadrille MF 25 du 12 janvier 1916 au 4 février 1916 - Observateur de l'escadrille MF 72 du 4 février 1916 au 9 avril 1917, date de sa mort - Stage dans l'armée britannique du 17 au 28 janvier 1917 - Tué des suites d'un accident aérien dans les environs de Villers-Frangueux (51), le 9 avril 1917 - Le pilote, le Slt Henri Pressac, qui faisait équipage avec lui, a été blessé - Croix de guerre - Une citation à l'ordre de l'armée, le 19 mai 1915 - Une citation à l'ordre du corps d'armée, le 10 mai 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Officier remarquable, ayant la conception la plus élevée du devoir. Observateur d'artillerie depuis plus d'un an, a 250 heures de vol au-dessus de l'ennemi. Compte à son actif quinze combats dont trois particulièrement sévères. Le 23 août 1915, a attaqué et poursuivi un Aviatik jusqu'à 1.600 mètres dans ses lignes. Le 27 août 1915, a lutté avec succès contre quatre avions ennemis."

Les hommes

Ltt Henri Prat - Né le 12 juin 1887 à Fontenay-Rohan-Rohan (Deux-Sèvres) - Fils de Pierre Auguste Prat et de Clémentine Terrassier - Domiciliés à Sauzé-Vaussais (Deux-Sèvres) - Classe 1907 - Recrutement de Poitiers sous le matricule n° 494 - Profession avant guerre Etudiant - Engagé volontaire pour trois ans à la mairie de Poitiers, le 22 octobre 1906 - Incorporé au 20ème régiment d'artillerie de campagne de Poitiers comme 2ème canonnier conducteur, le 22 octobre 1906 - Nommé 1er canonnier conducteur, le 19 juin 1908 - Nommé Brigadier, le 13 janvier 1909 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 7 octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 17 novembre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 17 mars 1910 - Affecté au 33ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1910 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1910 - Affecté au 7ème groupe d'artillerie d'Afrique, le 20 juin 1912 - Arrivé à l'unité, le 9 juillet 1912 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1912 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1913 - Affecté au 26ème régiment d'artillerie, le 26 novembre 1913 - Affecté à la 8ème section de munitions, le 3 août 1914 - Nommé Aspirant, le 10 août 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 20 septembre 1914 - Citation à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 25 avril 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 30 novembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur stagiaire de l'escadrille MF 40 du 5 février au 1er septembre 1916 - Victime d'un accident d'avion à Ste-Ménéhould, en compagnie du MdL du Bourblanc, le 16 mai 1916 - Atteint de contusions multiples et de fractures des deux meisiges médianes supérieures - Brevet d'observateur en avion délivré le 24 juin 1916 - Observateur stagiaire de l'escadrille F 8 du 1er au 7 septembre 1916 - Observateur titularisé, le 24 juin 1916 - Observateur en stage à l'escadrille F 25 du 7 septembre au 20 octobre 1916 - Nommé Lieutenant, le 4 octobre 1916 - Stage à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 14 novembre 1916 au 8 février 1917 - Observateur de l'escadrille F 58 du 18 février au 22 juin 1917 - Observateur de l'escadrille C 13 du 28 juin au 6 août 1917 - Observateur de l'escadrille SOP 4 du 6 août au 8 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille F 72, le 8 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille F 32 du 8 octobre au 16 décembre 1917 - Observateur de l'escadrille AR 14 / SAL 14 du 16 décembre 1917 au 2 août 1919 - Victime d'un accident aérien à San Pietro, en équipage avec le Sgt Pocque, le 4 janvier 1918 - Un avion italien, qui se posait à contresens, les a percutés - Pas de blessure grave - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 22 février au 13 mars 1918 - Citation n° 336 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 21 mai 1918 - Blessé par balle, le XX juin 1918 - Citation n° 60 à l'ordre de la 46ème division d'infanterie, en date du 18 juin 1918 - Citation n° 356 à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 10 décembre 1918 - Citation n° 70 à l'ordre de l'AD 46, en date du 27 décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 - Affecté au entrepôts généraux de l'aviation de Nanterre, le 2 août 1919 - Détaché à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 17 novembre au 24 décembre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation du Bourget du 24 décembre 1919 au 17 juin 1920 - Affecté au 5ème régiment d'aviation d'observation, le 17 juin 1920 - Détaché à l'état-major du 1er corps d'armée du 23 septembre au 10 octobre 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 10 octobre 1920 - Affecté au 35ème régiment d'aviation pour l'aéronautique de l'armée française du Levant - Embarqué à Marseille, le 23 décembre 1921 - Débarqué à Beyrouth, le 31 décembre 1921 - Nommé Adjoint tactique au commandant du secteur aéronautique de la 2ème division, le 3 janvier 1922 - Affecté à l'escadrille 52ème escadrille, le 13 mai 1922 - Changement d'arme et passage dans l'infanterie, le 19 septembre 1922 - Citation n° 148 à l'ordre de la 7ème division d'infanterie, en date du 23 septembre 1922 - Nommé Capitaine, le 28 septembre 1922 - Commandant de la 54ème escadrille, le 9 octobre 1922 - Rapatrié en fin de séjour sur le "Braga", le 6 juillet 1923 - Débarqué à Marseille, le 13 juillet 1923 - Affecté au 31ème régiment d'aviation, le 13 juillet 1923 - Affecté à l'état-major de la 6ème brigade d'aéronautique à Tours du 1er janvier 1924 au 9 novembre 1926 - Brevet de pilote militaire n° 20.294 obtenu, le 24 juin 1924 - Commandant de l'escadrille 13 du 9 novembre 1926 au 15 novembre 1928 - Nommé Chef de bataillon, le 25 décembre 1928 - Commandant du 4ème groupe du 31ème régiment d'aviation, le 15 novembre 1928 - Officier de la Légion d'Honneur, le 26 juin 1930 - Nommé Adjoint tactique du CHR, le 1er octobre 1930 - Commandant du parc du 2ème groupe d'aviation d'Afrique, le 25 juillet 1932 - Commandant par intérim du 2ème groupe d'aviation d'Afrique, le 16 avril 1933 - En mission à Colomb-Béchar du 23 au 25 mai 1933 - En mission à Colomb-Béchar du 10 au 11 juin 1933 - En mission à Bidou du 10 au 15 novembre 1933 - Affecté à la base aérienne 201, le 1er janvier 1935 - Commandant en second du 3ème bataillon de l'Air et directeur de l'école des officiers de réserves de Versailles, le 26 avril 1935 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 15 septembre 1936 - Décédé à Versailles, le 3 septembre 1937 - Sources : FM Deux-Sèvres - JORF - Dernière mise à jour : 20 décembre 2015 - Photo de 1929 envoyée par Didier Lecoq que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 25 avril 1915 : "A passé des journées à circuler sous le feu dans les tranchées de 1ère ligne pour reconnaitre le détail des défenses accessoires de l'ennemi, déterminer le tracé de ces ouvrages et installer une ligne téléphonique."

* Citation n° 336 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 21 mai 1918 : "Le 18 décembre 1917, est descendu à moins de 100 mètres et à plusieurs kilomètres à l'intérieur des lignes ennemies pour rechercher et photographier des positions importantes. Est rentré avec un avion criblé de balles. En janvier et février 1918, est descendu à plusieurs reprises, à basse altitude, mitrailler des rassemblements et des colonnes ennemies. Officier observateur depuis deux ans dans l'aviation, modèle de conscience, de dévouement et de courage (275 heures de vol sur l'ennemi, déjà cité à l'ordre.)"

* Citation n° 60 à l'ordre de la 46ème division d'infanterie, en date du 18 juin 1918 : "Le 13 juin 1918, chargé d'exécuter une liaison d'infanterie, s'est acquitté de sa mission d'une manière particulièrement courageuse, descendant à très basse altitude malgré le tir violent des mitrailleuses ennemies qui atteignirent l'avion à plusieurs reprises. Contusionné au genou par une balle, a continué sa mission et n'est rentré qu'après avoir épuisé ses munitions en mitraillant les lignes ennemies. Excellent observateur, toujours à la hauteur de sa tâche, rendant les plus grands services comme officier de renseignement."

* Citation n° 356 à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 10 décembre 1918 : "Officier de renseignement d'une haute valeur morale, demandant toujours à exécuter les missions les plus délicates. Le 15 juillet en Champagne, au cours d'une liaison d'infanterie, livre trois combats en moins d'une heure, et bien que son pilote ait été blessé et son avion touché, ne veut pas revenir au terrain avant d'avoir complétement terminé sa mission. S'est particulièrement distingué comme observateur d'infanterie pendant le recul allemand de Montdidier à St-Quentin ainsi que pendant les dernières opérations. A vu fréquemment son avion endommagé par le tir de l'infanterie et de l'artillerie ennemies, mais a toujours ramené des renseigneemnts complets et exacts."

* Citation n° 70 à l'ordre de l'AD 46, en date du 27 décembre 1918 : "Officier animé d'un magnifique esprit du devoir, de dévouement et d'abnégation. A rempli toutes les missions qui lui ont été confiées avec un incomparable succès. S'est particulièrement distingué comme observateur, le 4 novembre 1918, où au milieu de circonstances difficiles, il a précisé exactement la situation des troupes et a pour signaler à l'artillerie une contre-attaque ennemie qu'il a ensuite mitraillée en descendant à moins de 50 mètres."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 : "Officier d'une conscience admirable, animé du plus bel esprit de sacrifice, d'abnégation et de dévouement. Six citations."

* Citation n° 148 à l'ordre de la 7ème division d'infanterie, en date du 23 septembre 1922 : "Officier observateur du plus haut mérite et d'un entrain au-dessus de tout éloge. Ne cesse d'accomplir les missions les plus délicates. Vient encore de se distinguer les 24 et 27 juillet en effectuant des bombardements dans le Djebel Druz."

* Officier de la Légion d'Honneur du Chef de bataillon Henri Prat au 31ème régiment d'aviation, en date du 26 juin 1930 : "23 ans de services, 8 campagnes, 3 blessures, un citation, 7 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier du 6 juillet 1919."

 

Les avions

MF 11 à moteur 80 ch n° 903 de l'escadrille MF 72 photographié sur le terrain de Brocourt-en-Argonne par André Landre, le 4 avril 1916 - Ce jour, il a fait un vol de 10 mn au-dessus de Souilly, en compagnie du Ltt Raymond Jourdain - Photo André Landre transmis par M. André Ferdinand Landre que je remercie pour son aide.

Maurice Farman MF 11 (moteur 80 ch) de l'escadrille MF 72 déployé sur le terrain de Brocourt-en-Argonne et photographié par André Landre, le 4 avril 1916 - L'avion visible est le MF 11 n° 905 qui porte le nom de baptème "FANTASIO" - L'armement de bord est constitué d'une mitrailleuse Colt doté d'un chargeur à bande - Photo André Landre transmis par M. André Ferdinand Landre que je remercie pour son aide.

Vue de deux MF 11 de la MF 72 déployés dans la région de Verdun - Si cette photo a été prise le même jour que les deux précédentes, il s'agit d'avions stationnés à Brocourt-en-Argonne - Photo André Landre transmis par M. André Ferdinand Landre que je remercie pour son aide.

Un Farman F 41 de l'escadrille F 72 sur le terrain d'Autrécourt-sur-Aire (55) en mars-avril 1916 - A cette époque, l'escadrille est équipée de MF 11 bis à moteur 130 HP et commence à percevoir des Farman F 40 et dérivés - La F 72 est une unité affectée à l'aéronautique de la 2ème armée - Cette grande unité, placée sous les ordres du Général Philippe Pétain, est engagée dans la bataille de la rive droite de la Meuse, entre le bois d'Haudromont et Vaux-devant-Damloup et des combats en Woëvre - On aperçoit l'ancien château du village dans le fond de l'image - Photo Cne Léon Bretey collection Bruno Moreau que je remercie pour son aide.

Autre photo d'un Farman F 41 de l'escadrille F 72 sur le terrain d'Autrécourt-sur-Aire (55) en mars-avril 1916 - Il s'agit d'une cellule de MF 11 bis avec les ailes et la queue d'un Farman F 40 - Photo Cne Léon Bretey collection Bruno Moreau que je remercie pour son aide.

Au premier plan, un Farman F 40 de l'escadrille F 72 sur le terrain d'Autrécourt-sur-Aire (55) en mars-avril 1916 - L'arme de bord est une mitrailleuse Hotchkiss - Au fond, un Farman F 41 - Photo Cne Léon Bretey collection Bruno Moreau que je remercie pour son aide.

Farman F 40 de l'escadrille F 72 sur le terrain de Morlancourt, en août 1916 - Remarquez l'arme de bord, une mitrailleuse Colt - Dans le fond, des Nieuport 17 de l'escadrille N 26 de passage - Ils sont stationnés à Cachy, à seulement 20 km de là - Photo collection Albin Denis.

Les avions

Salmson-Moineau SM-1 n° 5 de l'escadrille F 72 détruit après un accident - Sans légende, je n'ai pas été capable de retrouver la date de cet accident - Photo Florentin Ducrocq envoyée par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Collision au sol entre deux appareils de la F 72 - A gauche, un Farman F 40 et à droite un Salmson-Moineau SM-1 - Les deux avions ont été détruits et réformés sur place - Remarquez, au pied du pilote, la génératrice qui alimentait l'installation TSF - Photo Florentin Ducrocq envoyée par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Collision au sol entre deux appareils de la F 72 - A gauche, un Farman F 40 et à droite un Salmson-Moineau SM-1 - Les deux avions ont été détruits et réformés sur place - L'aile supérieure du Farman F 40 montre un carré à deux couleurs séparées par la diagonale - Photo Florentin Ducrocq envoyée par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Salmson-Moineau SM 1 de l'équipage Slt Paul Féquant (pilote), Ltt André Locquin (obs) et Slt Maurice Hutreau (mit) a été abattu dans les environs de Châlons-sur-Vesle, le 13 avril 1917 - Leur adversaire était probablement le Ltn Heinrich Bongartz du Jasta 36 (sa seconde victoire) - Les trois aviateurs français ont été tués - Le SM 1 s'est écrasé dans un secteur tenu par les troupes russes, ce qui explique leur présence sur les clichés de cette série - Photo collection Andrei Korliakov, transmise par Sergey Klimov, que je remercie tous les deux pour leur aide.

Vue du Salmson-Moineau SM 1 de l'escadrille F 72 abattu dans les environs de Châlons-sur-Vesle, le 13 avril 1917 - Photo collection Andrei Korliakov, transmise par Sergey Klimov, que je remercie tous les deux pour leur aide.

Vue du Salmson-Moineau SM 1 de l'escadrille F 72 abattu dans les environs de Châlons-sur-Vesle, le 13 avril 1917 - Photo collection Andrei Korliakov, transmise par Sergey Klimov, que je remercie tous les deux pour leur aide.

Dorand AR 1 de l'escadrille AR 72 accidenté en 1917 - Voir l'insigne de l'unité sur le fuselage - Pour l'instant, la date précise de cet incident n'a pas encore été identifiée - Photo collection Daniel Gilberti que je remercie pour son aide.

 

Couleurs des avions

Farman F 40 de l'escadrille F 72 en 1916 - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

Couleurs des avions

Dorand AR 1 n° 1081 de l'escadrille AR 72 en 1917 - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Photos en rapport

Caserne Miribel de Verdun - Les personnels de l'escadrille MF 72 ont occupé une partie de ses batiments du 7 au 12 janvier 1916 - Carte postale d'époque.

Caserne Radey de Verdun - Les personnels de l'escadrille MF 72 ont occupé une partie de ses batiments du 10 janvier au 25 février 1916 - Carte postale d'époque.

Terrain de Verdun (55) - L'escadrille MF 72 a stationné sur place du 7 au 12 janvier 1916 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Photo de reconnaissance allemande du terrain d'aviation de Morlancourt (80), le 12 septembre 1916 - L'escadrille F 72 a occupé ce terrain de 26 juillet au 18 septembre 1916 - Photo Ebay Allemagne.

Photo aérienne verticale du Sud des tranchées du nez de Ferdinand prise par un équipage de la F 72, le 6 mars 1917 - Altitude de prise de vue 1800 mètres - Focale de prise de vue F 50 (0,50 m) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Olivier Baillon.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo aérienne verticale du boyau du Blanc de Craie prise par un équipage de la F 72, le 6 avril 1917 - Altitude de prise de vue 1100 mètres - Focale de prise de vue F 50 (0,50 m) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Olivier Baillon.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo aérienne verticale des tranchées des cavaliers de Courcy prise par un équipage de la F 72, le 8 avril 1917 - Altitude de prise de vue 3000 mètres - Focale de prise de vue F 26 (0,26 m) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Olivier Baillon.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photos en rapport

Photo aérienne verticale des tranchées de la tête de cochon prise par un équipage de la F 72, le 8 avril 1917 - Altitude de prise de vue 3000 mètres - Focale de prise de vue F 26 (0,26 m) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Olivier Baillon.

Photo aérienne verticale des tranchées de la chenille prise par un équipage de la F 72, le 8 avril 1917 - Altitude de prise de vue 3000 mètres - Focale de prise de vue F 26 (0,26 m) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Olivier Baillon.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo aérienne oblique du massif de Brimont prise par un équipage de la F 72, le 12 avril 1917 - Altitude de prise de vue 1100 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Olivier Baillon.

Photo aérienne verticale de la verrerie de Loivre prise par un équipage de la F 72, le 12 avril 1917 - Altitude de prise de vue 1400 mètres - Focale de prise de vue F 50 (0,50 m) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Olivier Baillon.

Photo aérienne verticale de la tranchée d'Aviona prise par un équipage de la F 72, le 3 septembre 1917 - Altitude de prise de vue 1800 mètres - Focale de prise de vue F 50 (0,50 m) - Photo collection Olivier Baillon.

Terrain d'Osches (55) en octobre 1917 - Il a été occupé par l'escadrille AR 72 du 22 septembre 1917 au 17 janvier 1918 - Photo collection Jean-Luc Kaluzko que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Slt Bernard de Curel dans la chapelle de la famille de Curel dans l'ancien château de Coin-sur-Seille - Voir la plaque et l'ex-voto à la mémoire de cet aviateur - La cocarde serait faite à l'aide de tôles récupérées sur l'appareil - Il a été tué au combat dans les environs d'Autrecourt (55), le 20 mai 1916 - Son adversaire était probablement l'Obltn Oswald Boelke du FlAbt 62 - Photo Jean-François Genet que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Slt Alexandre Pierson - Observateur de l'escadrille MF 72 du 4 février 1916 au 9 avril 1917 - Tué des suites d'un accident aérien dans les environs de Villers-Frangueux (51), le 9 avril 1917 - Photo Florentin Ducrocq envoyée par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

Tombes du Slt Paul Féquant (pilote), Ltt André Locquin (obs) et Slt Maurice Hutreau (mit) - Leur Salmson-Moineau SM-1 a été abattu dans les environs de Châlons-sur-Vesle, le 13 avril 1917 - Leur adversaire était probablement le Ltn Heinrich Bongartz du Jasta 36 (sa seconde victoire) - Photo Florentin Ducrocq envoyée par Brigitte Ballard, sa petite-nièce, que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Jean-Luc Kaluzko pour l'envoi de la photo du terrain d'Osches.
- M. Jean-François Genet pour l'envoi des photos de la tombe du Slt de Curel.
- M. André Ferdinand Landre pour la communication des photos d'André Landre.
- M. Daniel Gilberti pour l'envoi de la photo de l'accident du Dorand AR 1 de l'escadrille AR 72.
- M. Bruno Moreau pour la communication des archives du Colonel Léon Bretey.
- M. Andrei Korliakov pour la communication des photos du SM 1 abattu, le 13 avril 1917.
- M. Sergey Klimov pour l'envoi des photos du SM 1 abattu, le 13 avril 1917.
- M. Roland Kissel pour l'envoi des archives de Roger Kissel, son père.
- M. David Méchin pour l'envoi des profils d'avions.
- Mme Brigitte Ballard pour l'envoi des archives de Florentin Ducrocq, son grand-oncle.
- M. Didier Lecoq pour l'envoi du dossier militaire du Ltt Henri Prat.

Bibliographie :

- La fiche matricule du Cne Florentin Ducrocq archivée aux archives départementales de la Seine-et-Oise.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 71 Escadrille 73

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir