Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages.

Dessin initial de l'emblème de l'escadrille - Dessin Albin Denis.

Variante du fanion de l'escadrille 76 de 1916 - On a pu voir cet insigne sur MS type AC "Viking II" du Slt Leith Jensen - Dessin Albin Denis.

Insigne de la 2ème escadrille du GAR 1/561 et de la 4ème escadrille du GC II/10 - Dessin Albin Denis

Insignes personnels peints sur les fuselages

Insignes personnels de l'escadrille 76 - Recensement non exhaustif
Si vous connaissez d'autres dessins, veuillez prendre contact avec l'auteur.
1 - des feuilles de houx ou de chardon sur un Nieuport 17.
2 - l'inscription "Viking III" sur le Spad VII du Slt Seth Jensen.
2 bis - l'inscription "Viking II" sur le Morane-Saulnier AC du Slt Seth Jensen.
3 - le "Yang" sur un Spad VII
4 - une étoile à 7 branches (soleil) sur fond foncé sur le Spad VII du Cne Emile Paumier.
5 - 3 canards blancs sur une bande foncée portée par le Spad XIII de l'Adj Belin.
6 - un Sphinx sur fond orange ou jaune porté par un Spad VII.
7 - 3 canards noirs portés sur un Spad VII. Il s'agit peut-être d'un autre avion du pilote du n° 5.
Dessins réalisés d'après photos, les couleurs sont données avec réserves.
Planche Albin Denis

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 76 est un fanion triangulaire de deux couleurs jaune et bleu clair. On trouvait également des exemplaires de ce fanion avec un numéro "76" en surcharge. La période d'adoption de cet insigne n'est pas connue avec précision.

Cet insigne était toujours associé à un emblème personnel. Les différents dessins sont présentés dans cette étude.

Historique succinct de l'escadrille SPA 76

L'escadrille 76 est constituée à Lyon - Bron, le 30 août 1916. Placée sous les ordres du Ltt René Doumer, elle est tout d'abord équipée de Caudron R 4 et prend l'appelation d'escadrille C 76. Le 23 octobre 1916, le Ltt René Doumer remporte la 1ère victoire homologuée de la 76 contre un avion allemand. Il remportera un total de 5 victoires homologuées et 2 non homologuées pendant sa période de commandement.

En novembre 1916, l'unité est mise au service de la 5ème armée. Elle restera unie avec elle jusqu'en avril 1918. A la fin de l'année 16, elle perçoit des Caudron G 4 et des Morane Saulnier AC. En janvier 1917, la 76 passe progressivement sur avions Nieuport, d'abord des modèles 17, puis des 23 et 24. Ses pilotes sont engagés dans la 2ème bataille de l'Aisne du 16 avril au 7 mai 1917.
Trois jours après la mort au combat du Cne René Doumer, le 26 avril 1917, le Cne Jean-Jacques Perrin prend le commandement. En fin 1917, l'unité est équipée de Nieuport 27 et de Spad VII et prend l'appelation de SPA 76.

En février 1918, la SPA 76 passe sous le commandement du Cne Eugène Verdon. En mai de la même année, c'est au tour du Cne Pierre Vitoux d'en prendre la tête. Il restera à ce poste jusqu'à la dissolution de l'unité en 1919.
L'escadrille passe sous le commandement de la 6ème armée pendant un laps de temps très court, très précisément du 29 avril au 30 mai 1918. Après cette date, la SPA 76 est de nouveau mise au service de l'aéronautique de la 5ème armée.
Avec la 5ème armée, la 76 est engagée dans la 3ème bataille de l'Aisne à partir du 29 mai 1918, puis dans la bataille de Saint-Thierry, jusqu'au 4 octobre. C'est ensuite l'offensive sur la Suippe et l'Aisne.
La guerre se termine pour l'escadrille par l'attaque de la Hundings Stellung, du 20 octobre au 5 novembre et les combats sur la Meuse du 5 au 11 novembre 1918.
Le 11 novembre 1918, l'escadrille totalise 22 victoires homologuées et 13 non homologuées. Elle a perdu au combat 4 membres d'équipage, 3 ont été blessés et 2 hommes ont été faits prisonniers. Elle est dissoute le 16 mars 1919.

Ses pilotes les plus célèbres ont été le Cne René Doumer (5H + 2NH), Ltt Jean Romatet (3H), Cne Emile Paumier (1H + 1NH), Adj Victor Sayeret (1H + 1NH), Slt Jacques Bollinger (1H + 1NH). L'escadrille a été décorée de la Croix de Guerre 14/18 avec une palme de bronze.

Il faudra attendre le 1er avril 1937 pour voir les traditions de l'escadrille SPA 76 de la Grande Guerre reprise par la 2ème escadrille du GARALD 2 / 561. Elle participera à la campagne de France de 1939-40 en tant que 4ème escadrille du GC II/10. Sa dernière résurrection a lieu comme 1ère escadrille de l'escadron de chasse 2/10 du 1er avril 1951 au 1er juin 1954. Ses traditions n'ont pas été reprises depuis.

 

 

 

Unités détentrices de ses traditions

Insignes métalliques des unités détentrices
des traditions de l'escadrille SPA 76

Insigne métallique de la 2ème escadrille du GC II/10 - En mai 1940, cette unité était équipée de Bloch 152 - Insigne collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide précieuse.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

 

Rattachements de l'escadrille

 

 

 

 

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 76

 

Commandants de l'escadrille

Couleurs des pastilles : Morts en rouge / Blessés et indemnes en jaune

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus

Décorations

 

 


 

Les hommes

Cne René Léon Doumer - Né le 31 octobre 1887 à Laon (02) - Fils de Paul Doumer et de Blanche Richel - Entré en service actif au 2ème bataillon de chasseurs à Pied, le 7 octobre 1908 - Brevet de pilote militaire n° 2301 en date du 10 janvier 1916 - Pilote et commandant l'escadrille 76 du 30 août au 26 avril 1917 - Tué au combat à bord du Spad VII n° 1447 au Nord de Brimont, le 26 avril 1917 - Légion d'Honneur, le 17 septembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 17 septembre 1914 - Photo Jean Cauboue, transmise par Jean-Michel Caboue, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Cne René Léon Doumer - Né le 31 octobre 1887 à Laon (02) - Fils de Paul Doumer et de Blanche Richel - Entré en service actif au 2ème bataillon de chasseurs à Pied, le 7 octobre 1908 - Brevet de pilote militaire n° 2301 en date du 10 janvier 1916 - Pilote et commandant l'escadrille 76 du 30 août au 26 avril 1917 - Tué au combat à bord du Spad VII n° 1447 au Nord de Brimont, le 26 avril 1917 - Légion d'Honneur, le 17 septembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 17 septembre 1914 - Photo Site de la Grande Bibliothèque de France Gallica.

Sgt Abel Henri Pierre Meurrisse - Né le 2 septembre 1877 à Taller (Landes) - Fils de Jean Neurrisse et de Marie Moïse - Appelé (service militaire) au 34ème régiment d'infanterie stationné à Mont-de-Marsan, le 1er novembre 1898 - Nommé Caporal en septembre 1899 - Profession avant guerre Instituteur - Domicilié à Pomarez (Landes) - Marié avec un garçon - Mobilisé au 141ème régiment d'infanterie territorial, le 3 août 1914 - Passé à l'aviation comme dessinateur, le 4 septembre 1915 - Muté au Parc aéronautique n° 1 de Jonchery du 4 au 17 septembre 1915 - Dessinateur photo de l'escadrille C 13 du 17 septembre 1915 au 19 mars 1917 - Mission au RGAé par voie ferrée du 11 au 21 décembre 1915 - Mission au Parc 5 de Bar-le-Duc du 29 au 30 juillet 1916 - En mission à l'escadrille C 104 du 1er au 4 janvier 1917 - Stage de chef d'équipe photographe au GDE (Groupement des Divisions d'Entrainement) du 18 au 26 février 1917 - Muté escadrille N 76 suivant message n° 11307 du GQG en date du 17 mars 1917 - Chef d'équipe dessinateur photographe de l'escadrille N 76 du 21 mars au 13 septembre 1917 - Inventeur d'un système pour reproduire à l'échelle les vues aériennes - Nommé Sergent, le  1er juin  1917 - Muté DTJ de Bordeaux à partir du 13 septembre 1917 suite à note du général en Chef n° 2066 en date du 13 septembre 1917 - Photo Abel Meurrisse transmis par Mme Michèle Meurrisse, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Cne Emile Louis Albert Paumier - Né le 8 juin 1891 à Paris (75) - Fils de Théophile Félix Paumier et de Claire Amélie Henriette Esprit - Appelé au 29ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1912 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 22 novembre 1912 - Brevet de pilote militaire n° 363 obtenu le 3 août 1913 - Mobilisé le 2 août 1914 - Pilote de l'escadrille V 24 du 7 août 1914 au 19 juin 1916 - Nommé sous-lieutenant, le 25 décembre 1914 - Nommé lieutenant, le 2 juillet 1915 - Commandant l'escadrille V 24 du 6 septembre 1915 au 19 juin 1916 - Pilote de l'escadrille N 12 du 19 juin 1916 au 1er septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 76 du 1er septembre 1916 au 11 novembre 1917 - Nommé capitaine, le 19 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 156 du 5 janvier au 1er août 1918 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre du régiment en décembre 1915 - 3 citations à l'ordre de l'armée en mai 1915 - août 1917 - décembre 1917.

* Citation à l'ordre de l'armée : "S'est particulièrement distingué depuis le début de la campagne. Sous-lieutenant pilote d'une adresse remarquable. Travailleur infatigable. A créé de toutes pièces et appliqué lui-même une méthode scientifique dont les résultats ont rendu les plus grands services, et qui ont exigé de sa part une énergie et un courage à toute épreuve."

* Cne Jean-Jacques Perrin - Né le 15 novembre 1885 à Paris (75) - Fils de Henri Félix Albert Perrin et Ursule Troublé - Domiciliés 7, place Voltaire à Paris 11ème (75) - Classe 1905 - Recrutement du 4ème bureau de la Seine sous le matricule n° 2172 - Service militaire au 48ème régiment d'infanterie, à compter du 1er octobre 1906 - Libéré en fin 1908 - Profession avant guerre Architecte - Mobilisé à l'état-major de la 7ème armée, le 2 août 1914 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du corps d'armée, le 13 octobre 1914 - Nommé Capitaine, le 20 septembre 1915 - Affecté à l'état-major de la 37ème corps d'armée - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 4 décembre 1915 - Observateur de l'escadrille N 26 du 16 au 21 décembre 1915 - Observateur de la RGAé du Bourget du 21 décembre 1915 au 27 janvier 1916 - Observateur de l'escadrille N 26 du 27 janvier au 15 juillet 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 7 avril 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 4 juin 1916 - Commandant ( par intérim) de l'escadrille N 26 du 1er au 15 juillet 1916 - Affecté à l'école de Juvisy comme élève pilote - Brevet de pilote militaire n° 4807 obtenu à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 21 octobre 1916 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 1er mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 26 du 18 mars au 6 mai 1917 - En mission à Buc du 19 au 22 avril 1917 - Commandant de l'escadrille N 76 / SPA 76 du 6 mai 1917 au 6 février 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 30 septembre 1917 - Affecté au groupe de chasse n° 15, le 6 février 1918 - Affecté au 3ème régiment d'aviation de Châteauroux, le 30 août 1920 - Passé à l'arme de l'aéronautique militaire, le 20 juin 1923 - Officier de la Légion d'Honneur en 1938 - Sources : Pam - Liste PN - CCC N 26 - CCC N 76 / SPA 76 - FM 75 (liste) - JORF - Dernière mise à jour : 5 août 2015 - Photo Collection Couhé, transmise par Jean Lerault de l'Amicale des Anciens d’ADP, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean-Jacques Perrin, observateur de l'escadrille N 26, en date du 4 juin 1916 : "Observateur d'une bravoure et d'une adresse remarquable; a abattu le 22 mai, après un combat acharné, un appareil ennemi qui se dirigeait sur (censuré). Avait déjà abattu un avion ennemi."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean-Jacques Perrin, du 71ème régiment d'infanterie, commandant de l'escadrille N 76, en date du 30 septembre 1917 : "Donne à ses pilotes le plus bel exemple. Le 18 avril 1917, au cours d'une reconnaissance d'infanterie pendant laquelle il mitraillait à basse altitude les tranchées ennemies, a eu son appareil gravement atteint par les balles de terre et a dû atterrir sur les premières lignes françaises. A participé aux dernières reconnaissances photographiques, pénétrant à grande vitesse en territoire ennemi et rapportant des renseignements précieux pour le commandement. A soutenu plusieurs combats."

Sol Joannès Eugène Michard - Né le 15 mai 1896 à Saint-Galmier (Loire) - Fils de Benoit Hyppolyte Michard et de Pierrette Desgeorges - Domiciliés au 7, rue Jacques Oulagnier à St-Etienne (Loire) - Profession avant guerre Tourneur mécanicien - Classe 1916 - Recrutement de St-Etienne (Loire) sous le matricule n° 2114 - Mobilisé au 2ème régiment d'artillerie de campagne, à compter du 9 avril 1915 - Passé au 1er groupe d'aérostation, le 3 juin 1916 - Passé au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron comme mécanicien, le 8 juin 1916 - Mécanicien de l'escadrille N 76 du 30 août au 22 septembre 1916 - Mécanicien de l'escadrille R 210 du 22 septembre 1916 au 7 juillet 1918 - Détaché au DPTA (Parc n° 8) du 29 décembre 1917 au 8 janvier 1918 - Détaché à l'escadrille C 4 du 2 au 5 février 1918 - Détaché à l'école des observateurs de Sommesous du 15 février au 9 mars 1918 - Détaché à Courcy du 30 mars au 1er avril 1918 - En subsistance à l'escadrille SAL 13 du 21 au 22 juin 1918 - Affecté à la section de vol de nuit de la 3ème armée du 7 juillet au 9 août 1918 - Détaché à l'usine de la "Société des moteurs Chaléassière" à St-Etienne, le 9 août 1918 - Cette usine fabriquait le moteur V 8 Hispano-Suiza - Démobilisé, le 20 septembre 1919 - Domicilié au "Vieux Marais", Maison Devidal à St-Etienne, à compter du 14 janvier 1922 - Classé en affectation spéciale au titre de la "Société des établissements Leflaive" à St-Etienne, le 31 décembre 1925 - L'usine "Leflaive" est devenue "la Société Nouvelle des Usines de la Chaléassière", route de Roanne à St-Etienne - Médaille Interallièe délivrée le 6 février 1935 - Classé en affectation spéciale comme tourneur aux usines de la Chaléassière, le 1er novembre 1938 - Domicilié "Maison Laforge" rue Scheurer Kestner à St-Etienne, à compter du 30 juillet 1940 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de la Loire - CCC escadrille N 76 - CCC escadrille R 210 / C 210 / BR 210 - Dernière mise à jour : 4 novembre 2016 - Photo Joannès Michard transmise par Patrick que je remercie pour son aide.

 

Photo du Ltt Georges Domino

Général de brigade aérienne Georges Auguste Louis Domino - Né le 7 mai 1894 à Bellegarde-en-Marche (Creuse) - Fils de Lazare Louis Philippe Domino et de Marie Gabrielle Janicaud - Profession avant guerre Etudiant - Engagé au 3ème régiment de Chasseurs à Cheval de Moulins, à compter du 11 novembre 1913 - Nommé Brigadier, le 9 août 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 13 mars 1915 - Nommé Maréchal de Logis chef, le 1er mai 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire et affecté au 80ème régiment d'infanterie, le 29 décembre 1915 - Détaché au 342ème régiment d'infanterie, le 18 janvier 1916 -Commandant de la 20ème compagnie du 342ème RI du 15 mai au 8 juillet 1916 - Blessé au bras droit par une balle explosive pendant les combats de Thiaumont (55), le 23 août 1916 - Hospitalisé  sur l'hôpital auxiliaire n° 37 avec fracture compliquée du bras droit, paralysie radiale et convalescence jusqu'au 5 février 1917 - Une citation à l'ordre du corps d'armée n° 173, le 12 septembre 1916 - Détaché dans l'aéronautique militaire comme observateur au GDE (Groupement des Divisions d'Entrainement) du Plessis-Belleville, du 28 janvier au 3 mars 1917 - Observateur de l'escadrille F 221 du 3 mars au 16 avril 1917 - Une citation à l'ordre de la 2ème armée, le 6 avril 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 22 mars au 10 avril 1917 - Observateur de l'escadrille F 50 du 16 avril au 10 décembre 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 2 novembre 1917 -  Blessé au cours d'une chute d'avion touché par des éclats d'obus de DCA près de Verdun, le 8 juin 1917 - Hospitalisé, avec fracture de l'épaule gauche, écrasement du bras droit et convalescence jusqu'au 10 décembre 1917 - Marié avec Suzanne Legras, à Paris, le 16 février 1918 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 4 mars 1918 - Observateur de l'escadrille SPA 76 du 7 mai au 16 juillet 1918 - Observateur de l'escadrille VB 25 du 18 juillet au 28 août 1918 - Évacué, le 28 août 1918 - Croix de guerre avec deux palmes de bronze et une étoile de vermeil) - Affecté au au CIAO (Centre d'instruction d'aviation d'observation), le 12 janvier 1919 -  Affecté au SRA (service des réparations de l'aviation), le 17 février 1919 - Nommé Adjoint technique du commandant de l'atelier de réparation de l'aviation (ARA) de St-Cyr, le 18 avril 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif et Lieutenant à titre définitif, le 14 juin 1918 (JO du 10 novembre 1919) - Brevet de pilote militaire n° 18.355 obtenu à l'atelier de réparation de l'aviation de St-Cyr, le 19 mars 1920 - Affecté à l'entrepôt spécial d'aviation n° 3 de St-Cyr, le 1er avril 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1920 - Affecté au Centre d'Etudes de l'Aéronautique de Versailles, le  7 avril 1925 - Nommé Capitaine, le 25 juin 1925 -   Nommé Commandant - Affecté au cabinet militaire du Ministre de l'Air - Officier de la Légion d'Honneur, le 10 décembre 1936 - Nommé Général de Brigade aérienne - Commandant de la 2ème région aérienne - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 19 mars 1947 - Domicilié 12, square Desnouettes Paris 15ème - Décédé, le 24 février 1959.

Les hommes

Slt Niels Leth Jensen - Pilote de l'escadrille N 76 du 2ème trimestre 1916 au 24 août 1917 - Les 3 avions, qu'il a utilisé au sein de la N 76 / SPA 76, ont porté le nom de baptème "Viking" - Ce Spad VII est le 3ème du nom - Photo SHD section Air de Vincennes n° B 02/0686 - Origine M. Louis Noël.

* Slt Niels Leth Jensen - Né le 14 mars 1886 à Aarhus (Danemark) - Fils de Jens Jensen et de Marie Leth - le 14 mars 1886 - Profession avant guerre Aviateur - Domicilé 38, rue Amelot à Paris (75) - Engagé volontaire pour la durée de la guerre dans l'aéronautique militaire, au centre d'aviation militaire de St-Cyr, le 15 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 544 obtenu le 30 août 1914 - Pilote de l'escadrille MS 31 du 26 octobre 1914 au 19 avril 1915 - Nommé Caporal, le 8 novembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 19 novembre 1914 - Détaché à St-Cyr du 27 novembre au 9 décembre 1914 - Mission à Bar-le-Duc, le 10 janvier 1915 - Nommé Sergent, le 20 janvier 1915 - Médaille Militaire, le 28 janvier 1915 - Croix de Guerre - Mission à Nancy, les 9 et 10 février 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 28 février 1915 - Détaché à Bar-le-Duc du 6 au 12 avril 1915 - Affecté à la RGA du Bourget, le 19 avril au 8 juin 1915 - Pilote de l'escadrille MS 31 (2ème période) du 8 juin 1915 au 2ème trimestre 1916 - Nommé Adjudant, le 16 juin 1915 - En mission à la RGA du 10 au 16 août 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 10 août 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 8 octobre 1915 - Détaché à la RGA du 14 octobre au 22 novembre 1915 - Détaché à Bar-le-Duc du 27 janvier au 22 mars 1916 - Pilote de l'escadrille N 76 du 2ème trimestre 1916 au 24 août 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 24 décembre 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 10 juillet 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 10 juillet 1917 - Convalescence à la maison de santé VR 75 de Viry-Chatillon du 24 août au 8 novembre 1917 - Rayé des contrôle du GDE, le 18 décembre 1917 - Domicilié 42, boulevard Victor Hugo à Neuilly-sur-Seine - (75) - Décédé à son domicile de Neuilly-sur-Seine, le 29 février 1968.

Sgt William Graham, le 15 août 1917 - Pilote britannique formé à l’école d’Avord sur Maurice Farman - Passé à l'aviation, le 20 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2554 du 28 janvier 1916 - Muté escadrille MF 14 en mai 1916 - Transfo chasse à l’école de chasse de Pau, en février 1917 - Pilote de l’escadrille N et SPA 76 du mars au 19 août 1917 - Rejoint l'armée britannique à la date du 19 août 1917 - Photo M. Jean Ferragne transmise par sa petite fille Ghislaine Ferragne que je remercie pour son aide.

Adc Victor Louis Georges Marie Sayaret - Né le 3 décembre 1889 à Annonay (Ardèche) - Fils de Lucien Sayaret et de Léonie Degonichon - Marié avec Anne Fèvre - Domiciliés 120 rue Blomet à Paris (75) - Service militaire dans la cavalerie, à compter du 15 juin 1909 - Profession avant guerre Dessinateur - Mobilisé au 2ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 1851 obtenu à Pau, le 17 mars 1915 - Brevet de pilote militaire n° 846 obtenu à l'école de Pau, le 21 avril 1915 - RGA du 9 au 16 mai 1915 - Pilote de l'escadrille V 24 / N 24 du 16 mai 1915 au 21 mai 1916 - Médaille militaire, le 16 août 1916 - Croix de Guerre - Une victoire homologuée à la V 24 - Mission au RGA du 9 au 13 mars 1916 - Nommé Adjudant, le 8 avril 1916 - Affecté à l'annexe RGA de Bar-le-Duc, le 21 mai 1916 - Pilote de l'escadrille N 57 du 21 mai 1916 au 1er février 1917 - Nommé Adjudant-chef, le 16 août 1916 - 5 victoires homologuées à la N 57 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 6 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 76 du 1er février 1917 au 23 décembre 1917 - Une victoire homologuée à la N 76 - Affecté à l'école du tir aérien de Cazaux, le 23 décembre 1917 - 6 citations à l'ordre de l'armée - Carte postale d'époque.

Slt Donald H. Eldridge - Brevet de pilote militaire n° 10.236 obtenu à l'école militaire d'aviation d'Avord, le 3 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 76 / SPA 76 du 24 février au 1er décembre 1918 - Nommé Sergent, le 13 mai 1918 - Nommé Sous-lieutenant de l'armée américaine, le 15 juin 1918 - A rejoint l'armée américaine, le 1er décembre 1918 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Mécaniciens de l'escadrille N 76 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo M. Jean Ferragne transmise par sa petite fille Ghislaine Ferragne que je remercie pour son aide. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

* Ltt Jean Georges Yves Cauboue - Né le 24 septembre 1893 à Aiguillon (Haute-Garonne) - Fils de Jean Cauboue et de Marie-Thérèse Aybre - Domiciliés 2, place Sainte-Croix à Châlons-sur-Marne - Classe 1913 - Recrutement de la Seine sous le matricule n° XXX - Admis à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr au concours de 1912 (129ème) - Affecté au 12ème régiment de Dragons pour sa première année de service, à compter du 1er octobre 1912 - Affecté au 15ème régiment de Dragons - Nommé Sous-lieutenant, le 5 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 2 janvier 1916 - Brevet de pilote militaire n° 2995 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 17 mars 1916 - Nommé Lieutenant, le 2 août 1916 - Pilote du GDE du XXX au 20 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 76 / SPA 76 du 20 septembre 1916 au 5 avril 1918 - Commandant de l'escadrille SPA 98 du 23 avril 1918 au 13 février 1919 - Convoyage d'un SPAD XIII à la RGAé du Bourget du 5 au 6 juin 1918 - Convoyage d'un SPAD XIII à la RGAé du Bourget, le 20 juin 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 26 juillet 1918 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 14 août 1918 - Affecté au DM n° 2, le 14 février 1918 - Affecté à l'aéronautique du Maroc, le 16 septembre 1919 - Affecté au 3ème régiment mixte d'infanterie coloniale du Maroc (Meknès), le 7 janvier 1920 mais reste détaché aéronautique militaire - Détaché pour le service au 7ème régiment d'aviation d'observation - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1920 - Affecté au régiment d'aviation du Maroc, le 10 juillet 1920 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 28 juin 1921 - Affecté au groupe de Pau du 31ème régiment d'aviation, 8 septembre 1921 - Au retour du Maroc, affecté au 4ème régiment d'aviation, le 24 juin 1922 - Affecté à l'état-major du 36ème groupe d'aviation de Pau - Affecté à la direction de l'aéronautique, le 2 août 1927 - Effectue le cycle d'instruction des commandants à Versailles et Mailly du 25 mai au 10 juillet 1928 - Nommé Chef de bataillon, le 20 décembre 1928 - Commandant du parc d'aviation n° 12 - Officier de la Légion d'Honneur, le 15 décembre 1932 - Affecté à l'état-major des forces aériennes du ministère de l'Air, le 9 janvier 1933 - Affecté au cabinet du directeur de la direction des forces aériennes de Terre, le 23 janvier 1933 - Affecté à la direction du matériel aérien militaire, le 27 avril 1934 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 25 septembre 1934 - Affecté à l'état-major de la 2ème région aérienne, le 11 avril 1935 - Nommé Chef d'état-major de la 2ème région aérienne, le 12 mars 1936 - Nommé Colonel, le 15 mars 1938 - Nommé Général de brigade en 1942 - Décédé en 1989 - Sources : Pam - CCC 76 - CCC 98 - JORF - Dernière mise à jour : 21 juin 1918.

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Jean Georges Yves Cauboue du 15ème régiment de Dragons, détaché à l'escadrille SPA 98, en date du 26 juillet 1918 : "Jeune chef d'une escadrille de chasse, entraine par son exemple ses pilotes au combat. A la tête de ses patrouilles, a abattu deux avions ennemis."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean Georges Yves Cauboue, en date du 16 juin 1920 : "Officier aviateur de tout premier ordre. Modèle de simplicité et de bravoure, montrant en toutes circonstances, le plus bel allant et donnant l'exemple à son personnel. A abattu trois avions ennemis et un Drachen. Compte trois citations élogieuses."

* Officier de la Légion d'Honneur du Chef de bataillon Jean Georges Yves Cauboue, de la 12ème escadre de bombardement, en date du 15 décembre 1932 : "19 ans de services, 7 campagnes, 1 blessure, 3 citations, 9 années de bonifications pour services aériens. Chevalier du 16 juin 1920."

 

Photo de l'Adj Ludovic Ventre

Adj Marius Léon Ludovic Ventre - Né le 23 août 1888 à Tunis (Tunisie) - Fils d'Edouard Ventre et de Anne Marie Louise Roubaud - Domiciliés à Allauch (Bouches-du-Rhône) - Profession avant guerre Industriel - Classe 1904 (engagement) / 1908 (normale) - Recrutement de la Seine sous le matricule n° 311 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre au titre du 2ème groupe d'aviation, en date du 15 août 1914 - Affecté, comme soldat de 2ème classe, comme conducteur de tracteur d'aviation (camion) à Saint-Cyr - Conducteur de tracteur d'aviation de l'escadrille C 11 du 11 octobre 1914 au 1er trimestre 1916 - Dactylographe de l'escadrille C 11 du 1er trimestre 1916 au 15 octobre 1916 - Détaché comme élève-pilote à l'école d'aviation militaire de Dijon pour tests de sélection et cours théoriques, à compter du 15 octobre 1916 - Breveté pilote n° 6045 obtenu à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 23 avril 1917 - Nommé Caporal, le 23 avril 1917 - Stage de perfectionnement "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau du XXX au 20 juillet 1917 - Pilote du GDE du 20 juillet au 12 août 1917 - Pilote de l'escadrille N 76 du 15 août au 11 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 96 du 11 septembre au 6 novembre 1917 - Affecté en Italie, où il sert à la 1ère RRAé (1ère réserve pour les réparations aéronautiques) du 6 novembre au 13 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 82 du 13 au 22 décembre 1917 - Pilote de la 1ère RRAé en Italie du 22 décembre 1917 au 8 février 1918 - Pilote de l'escadrille N 82 / SPA 82 du 8 février 1918 au 2 mars 1919 - En mission à Turin (Italie) du 16 au 22 février 1918 - Nommé Sergent, le 1er mars 1918 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique de la XXème armée, en date du 7 juin 1918 - Une victoire probable, aux commandes d'un SPAD XIII, contre un avion combattu, le 28 juin 1918 - Il a été blessé par un éclat d'obus de DCA pendant cette mission - Une victoire homologuée contre un Fokker Dr.I abattu, en collaboration avec le Ltt Le Coq de Kerland (3ème victoire) et le Sltt Flers (1ème victoire), entre Saint-Pierre-d'Aigle et Corcy, le 7 juillet 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du XX juillet 1918 - Nommé Adjudant, le 1er août 1918 - Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 9 septembre 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 20 septembre 1918 - Croix de guerre avec 2 palmes et 1 étoile de bronze - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille C 11 - CCC de l'escadrille N 76 - CCC de l'escadrille N 96 - CCC de l'escadrille N 82 / SPA 82 - Bailey/Cony - JORF - Dernière mise à jour : 16 mars 2017.

* Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée du Sgt Ludovic Léon Marius Ventre, pilote à l'escadrille SPA 82, en date du 9 septembre 1918 : "Pilote délite, d'un courage et d'une adresse admirables. Le 7 juillet 1918, s'est porté au secours d'un camarade attaqué par un groupe de neuf avions ennemis et en a abattu un au cours du combat. Deux citations."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Ludovic Léon Marius Ventre, pilote à l'escadrille SPA 82, en date du 20 septembre 1918 : "Pilote d'un courage et d'une adresse sans égal. effectuant, le 28 juin, une patrouille à faible altitude, a livré un sévère combat à plusieurs avions ennemis, forceant l'un d'eux à piquer désemparé dans ses lignes. Atteint dans son moteur par un obus de plein fouet, fut contraint d'atterrir entre les lignes et parvint à regagner nos positions sous le feu intenses des mitrailleuses ennemies."

 

Photo du MDL Hippolyte Cavieux

MDL Hippolyte Joseph Marie Cavieux - Né le 20 mars 1891 à Viriat (Ain) - Fils de Hippolyte Marie Cavieux et de Célestine Angélique Guerry - Classe 1911 - Recrutement de Bourg (Ain) sous le matricule n° 657 - Engagé volontaire pour trois ans au 16ème régiment de chasseurs, le 7 mars 1910 - Nommé Brigadier, le 1er mai 1911 - Passé dans la réserve, le 7 mars 1913 - Affecté au 9ème régiment de Hussards, le 1er avril 1914 - Profession avant guerre Eleveur - Mobilisé au 9ème régiment de Hussards, le 2 août 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 5 septembre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er juillet 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8426 obtenu à l'école militaire d'aviation d'Ambérieu, le 7 septembre 1917 - Stage de perfectionnement "avions rapides" à l'école militaire d'aviation d'Avord jusqu'au 16 octobre 1917 - Pilote du GDE du 16 octobre au 19 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 76 du 19 novembre 1917 au 19 janvier 1919 - Nommé Adjudant, le 1er août 1917 - Citation n° 586 à l'ordre de la 6ème armée, en date du 7 juin 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 9 janvier 1919 - Tué au cours d'un accident aérien, au cours d'un vol d'essis, à Tournai (Belgique), le 19 janvier 1919 - Inhumé au cimetière civile de Habay-la-Ville (Belgique) - Sources : FM (01) - Pam - MpF - CCC - JORF.

* Croix de guerre avec palme et citation n° 586 à l'ordre de la 6ème armée du MdL Hippolyte Joseph Marie Cavieux, pilote de l'escadrille SPA 76, en date du 17 juin 1918 : "Excellent pilote de chasse. Le 27 mai, a abattu dans nos lignes un monoplace ennemi qui s'est écrasé au sol."

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Hippolyte Joseph Marie Cavieux, du 9ème régiment de Hussards, pilote à l'escadrille SPA 76, en date du 9 janvier 1919 : "Pilote de chasse très brave, toujours volontaire pour les missions les plus périlleuses. les 4 et 15 juillet, 11 et 23 août, pris à partie par de fortes patrouilles ennemies, a fait preuve d'une énergie peu commune en ramenant jusqu'à la première ligne française un avion criblé de balles et gravement touché dans ses organes essentiels."

 

Les avions

Les avions de cette escadrille portaient tous un insigne collectif et un insigne personnel ou un nom de baptème.

Un des deux Nieuport 17 du Ltt Jean Cauboue, pilote de l'escadrille N 76 / SPA 76 du 20 septembre 1916 au 5 avril 1918 - Selon son carnet de vol, il a piloté deux nieuport 17. Le numéro N 2203, qui a été gravement endommagé par capotage, le 1er février 1917 à 32h20 de vol et N 2286 qu'il prendra en compte le 3 février 1917 - Photo Jean Cauboue, transmise par Jean-Michel Caboue, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

L'autre face d'un des deux Nieuport 17 du Ltt Jean Cauboue, pilote de l'escadrille N 76 / SPA 76 du 20 septembre 1916 au 5 avril 1918 - Selon son carnet de vol, il a piloté deux nieuport 17. Le numéro N 2203, qui a été gravement endommagé par capotage, le 1er février 1917 à 32h20 de vol et N 2286 qu'il prendra en compte le 3 février 1917 - Photo Jean Cauboue, transmise par Jean-Michel Caboue, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le premier SPAD du Ltt Jean Cauboue, le SPAD VII n° 1773, qu'il a perçu, le 3 juillet 1917 - Il porte l'insigne de l'escadrille, associé à l'insigne personnel de l'officier, un fer à cheval, une allusion à son appartenance à la cavalerie - Photo Jean Cauboue, transmise par Jean-Michel Caboue, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Morane-Saulnier type AC du Slt Seth Jensen, pilote de la N 76 en 1917 - Ce pilote danois a baptisé tous les avions qu'il a utilisé au sein de la 76. - Ce MS porte le nom de baptème "Viking II". Le 3ème sera un Spad VII - Photo SHD section Air de Vincennes n° B 83/5653 - Origine Blech / de Vaumas.

Nieuport 17 de la N 76 en facheuse posture.
Photo M. Jean Ferragne transmise par sa petite fille
Ghislaine Ferragne que je remercie pour son aide.

Spad VII de l'Adj Belin, pilote de l'escadrille SPA 76 - L'insigne personnel de ce pilote consiste en une bande inclinée décorée de 3 cygnes. Plus tard, il pilotera un Spad XIII qui portera les mêmes marques. Photo Paul Cottave-Claudet transmise par son petit-fils Jean-Paul Milliand que je remercie pour son aide.

Spad XIII de l'Adj Belin, pilote de l'escadrille SPA 76 - On retrouve l''insigne personnel de ce pilote, une bande inclinée décorée de 3 cygnes. Il semble que l'avion ait été mis en ligne de vol pour peindre l'insigne de l'escadrille - Photo SHD section Air de Vincennes Photo n° B 94/2495

Accident d'un Spad VII de la N 76 - Cet avion porte comme insigne personnel, le Yang - Photo M. Jean Ferragne transmise par sa petite fille Ghislaine Ferragne que je remercie pour son aide.

Les avions

Accident d'un Spad VII de la N 76 - Cet avion porte comme insigne personnel, le Yang - Photo M. Jean Ferragne transmise par sa petite fille Ghislaine Ferragne que je remercie pour son aide.

Spad VII n° 418 du Cne Emile Paumier de l'escadrille SPA 76 à Lhéry (51) en juillet 1918. Photo Théophile Pilloy, mécanicien de l'escadrile SPA 37 transmise par L. Ravet son petit-fils que je remercie pour son aide.

Gros plan sur le Spad VII n° 418 "photo" du Cne Emile Paumier de l'escadrille SPA 76. Remarquez les deux insignes, le triangle bicolore collectif et l'insigne individuel comme tous les pilotes de l'escadrille, un soleil pour Emile Paumier. Ce soleil est rappelé sur les gouvernes droite et gauche. Photo Théophile Pilloy, mécanicien de l'escadrile SPA 37 transmise par L. Ravet son petit-fils que je remercie pour son aide.

Spad VII n° 418 du Cne Emile Paumier de l'escadrille SPA 76 après un orage violent à Lhéry (51) en août 1918 - Le même avion, intact, est visible juste au dessus - Photo Théophile Pilloy, mécanicien de l'escadrile SPA 37 transmise par L. Ravet son petit-fils que je remercie pour son aide.

Spad VII "Viking III" du Slt Jensen, d'origine danoise en 1917 - L'autre Spad VII, est celui que l'on peut voir en facheuse posture dans la colonne de gauche. Il porte comme insigne personnel, le Yang - Photo M. Jean Ferragne transmise par sa petite fille Ghislaine Ferragne que je remercie pour son aide.

Spad VII de la N 76 portant, en plus de l'insigne collectif; un sphynx qui ressemble traits pour traits à l'emblème adopté par l'escadrille N 161, le 5 janvier 1918 - Photo M. Jean Ferragne transmise par sa petite fille Ghislaine Ferragne que je remercie pour son aide.

Ltt Georges Cauboue, pilote de l'escadrille N 76 du 20 septembre 1916 au 5 avril 1918, pose en compagnie de son SPAD VII portant l'insigne collectif, ainsi que son insigne personnel, un fer à cheval - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Georges Cauboue, transmise par Jean-Michel Caboue, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

De gauche à droite : soldat de 2ème classe Jean Ferragne, mécanicien en 1er et attitré du Sgt William Graham - Sgt William Murray Graham, pilote britannique - Soldat de 2ème classe Désiré Eugène Warnotte, second mécanicien - Remarquez les deux insignes de ce SPAD VII de la N 76, le collectif, un fanion bicolore et le personnel du Sgt Graham, une tête de chat - Photo M. Jean Ferragne transmise par sa petite fille Ghislaine Ferragne que je remercie pour son aide.

Spad VII de l'escadrille 76 portant, en plus de l'insigne collectif, une tête de chat - Il s'agit peut-être du même appareil que ci-dessus - Photo SHD section Air de Vincennes n° B 94 / 2483

 

Photos aériennes
prises par les équipages

Nord-Est de Sissonne - La Rocelle en novembre 1916 - Photo de l'escadrille N 76 - Altitude de prise de vue 4500 m - Photo droits réservés.

Photo verticale du château de la Bove, prise par un équipage de l'escadrille N 76, le 24 mars 1917 - Altitude de prise de vue 4800 mètres - Focale de l'apapreil photo 0,50 m (F 50) - - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo verticale du cran de Brimont prise par un équipage de la L 76, le 25 mars 1917 - Altitude de prise de vue 4600 mètres - Focale de prise de vue 0,50 mètres - Cette photo a été développée par les personnels de la 4ème section photo - Le fort de Brimont se trouve en haut à droite du cliché - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photos aériennes
prises par les équipages

Photo verticale du château de la Bove, réalisée pour le compte du 2ème corps d'armée colonial (2ème CAC) prise par un équipage de l'escadrille N 76, le 24 mars 1917 - Altitude de prise de vue 2700 mètres - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo aérienne verticale prise par un avion de reconnaissance de l'escadrille SPA 76 du Nord de Selles (Marne), le 18 février 1918 - Altitude de prise de vue 5100 mètres - Focale de prise de vue F 0,24 m - En dessous, un des SPAD d'escorte - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Cauboue, transmise par Jean-Michel Caboue, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe de la famille Doumer où repose le Cne René Doumer, chef de la N 76 tué au combat, le 26 avril 1917 à Asfeld au Nord de Brimont - Photo prise au cimetière de Vaugirard par M. Christophe Lagrange que je remercie pour son aide.

Documents en rapport

Brevet de pilote miltaire n° 2995 du Ltt Jean Georges Cauboue décerné, le 17 mars 1916 - Il a obtenu son brevet militaire à l'école d'aviation militaire de Pau - Ce brevet "papier" a été délivré par l'ITA de Paris, le 23 mars 1917 - Photo Jean-Michel Cauboue que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. L. Ravet pour la communication des archives de son grand-père Théophile Pilloy.
- M. Christophe Lagrange pour l'envoi de la photo de la sépulture de la famille Doumer.
- Mme Ghislaine Ferragne pour l'envoi des photos de son grand-père Jean Ferragne, mécanicien des escadrilles N 76 et SPA 76.
- M. Jean-Jacques Leclercq pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- Mme Michèle Meurrisse pour l'envoi des photos d'Abel Meurrisse, son grand-père.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Jacques Beilin pour l'envoi des archives de Georges Kohn, son arrière grand-oncle.
- M. Jacques Beilin pour l'envoi des archives de Georges Kohn, son arrière grand-oncle.
- M. Jean Lerault de l'amicale des Anciens d’ADP, pour la communication des photos de la collection Couhé.
- M. Jean-Michel Cauboue pour la transmission des archives de Jean Cauboue, son grand-père.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 77 Escadrille 75

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir