Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes de l'escadrille 79
peints sur les fuselages.

Première version de la tête de loup adoptée par l'escadrille N 79 - Dessin Albin Denis réalisé à partir d'une photo de janvier 1917.

Insigne peint sur le fuselage des Spad XIII en 1918 - L'insigne dessiné d'après photo, montre la version définitive - Dessin Albin Denis.

Entoilage d'époque de l'insigne de la SPA 79 conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo Frédéric Domblides que je remercie pour son aide.

Fanion de l'escadrille SPA 79

Fanion de l'escadrille SPA 79 de 1918 ayant appartenu au Cne Robert Franc - Il a été emporté par Emmaus en 2005, lors du débarrassement de la maison de son fils à Pau, après sa mort - Espérons qu'il a été racheté par quelqu'un qui saura apprécier sa valeur historique - Si son propriétaire lit cette page, qu'il veuille bien me contacter et m'envoyer d'autres photos - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Olivier Ribeton que je remercie pour son aide.

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 79

Insigne en argent découpé de l'escadrille SPA 79 - Fixation par deux anneaux - Insigne collection Philippe Bartlett - Photo extraite du livre de Philippe Bartlett "Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918" que je recommande tout particulièrement.

Insigne métallique de l'escadrille SPA 79 porté en septembre 1918 par le 2Ltn David W. Lewis - Infographie réalisée d'après photo - Si vous possédez un insigne similaire dans vos archives familiales ou dans votre collection, je vous serais reconnaissant de bien vouloir m'adresser des photos recto-verso - Dessin réalisé à partir d'une photo extraite de la collection de Jean-Jacques Leclercq.

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 79 représente une tête de loup. D'abord peinte très simplement en noir, elle laisse place en 1918, à une représentation beaucoup plus travaillée sur fond de couleur noir et marron. L'origine du choix de la tête de loup n'est pas connue pour l'instant. Si un des lecteurs de ce site, grâce aux archives de son aïeul, peut me donner une explication, je serai vraiment content qu'il prenne contact avec moi. Voir mon Mail en haut et bas de page.

 

Historique

Constituée le 21 novembre 1916, l'escadrille 79 reçoit en dotation des Nieuport 12 et 17 et devient l'escadrille N 79. Elle est placée sous le commandement du Cne Roger Lermercier de Maisoncelle-Vertille de Richemont et rattachée à l'aéronautique de la 3ème armée.

En janvier 1917, l'escadrille N 79 passe à l'aéronautique de la 5ème armée. Elle restera rattachée à cette grande unité, jusqu'en mars 1918. Du 16 avril au 7 mai 1917, avec la 5ème armée, elle est engagée dans la 2ème bataille de l'Aisne, avec offensive sur le front, la prise de Berméricourt, approche des abords de Craonne et jusqu'au Chemin des Dames.

Le 25 avril 1917, l'escadrille passe sous le commandement du Cne Gaston Luc-Pupat. Le lendemain, le capitaine remporte une victoire homologuée contre un avion allemand dans la région de Saint-Quentin. Le 3 juin, le MdL Jean Sauclière abat un biplace, qui sera homologué malgré qu'il soit tombé dans ses lignes.

L'escadrille N 79 incorpore le Groupe provisoire de combat et se déplace sur le terrain du château de Bonneuil (Esmery-Hallon), à partir du 17 juillet 1917. Le 22 juillet, le MdL Jean Sauclière remporte une nouvelle victoire homologuée contre un avion qui tombe à l'Est de la Fère. Le 19 août, le capitaine Robert Franc remporte deux victoires homologuées. Le même pilote terminera la guerre à la tête de 5 victoires homologuées et une non homologuée.

Le 4 septembre, le commandant de l'escadrille, le Cne Gaston Luc-Pupat est tué au combat, aux commandes du Spad VII n° 626, par la DCA qui protégeait le Drachen qu'il attaquait, au Sud de Saint-Quentin.

Le 5 septembre 1917, l'escadrille N 79 passe sous le commandement du Cne Robert Franc. A partir d'octobre, elle reçoit des Nieuport 27 et des Spad VII. Peu à peu, les Spad vont supplanter les Nieuport. Le 19 janvier 1918, l'unité est entièrement transformée sur avions Spad VII et XIII et prend l'appellation de SPA 79. En plus de ces monoplaces, la 79 met en oeuvre plusieurs Sopwith 1A2 pour les missions de reconnaissance avec observateur ou mitrailleur.

Transférée à la 3ème armée, la 79 est stationnée à Maisonneuve, du 20 janvier au 8 mars 1918, puis à Ambrief du 8 au 24 mars. C'est à partir de ce terrain, près de Soissons, qu'elle effectura des missions de chasse et de photographie aérienne. En plus, ses équipages mitraillent les tranchées à chaque fois que c'est possible. Jusqu'au 27 mars, elle participe à la bataille de Noyon, avec repli des troupes françaises sur l'Oise et la route reliant Nesle, Roye, Montdidier.

Le 17 mars, le brigadier Roger Brétillon remporte 2 victoires homologuées contre deux Albatros qui tombent dans les environs de Roye. Ce sont les premières victoires de l'escadrille N 79.

Le 25 mars, pour contrer l'offensive que les Allemands viennent de lancer contre les troupes britanniques, l'escadrille SPA 79 est envoyée au Mesnil-Saint-Georges. Les affrontements seront apres et plusieurs victoires vont être remportées. Plusieurs pilotes perdront la vie dans ces combats.

A Sacy-le-Grand depuis le 26 mars, elle fait mouvement sur Auvilliers (Oise), à partir du 22 avril. A partir de ces terrains, la 79 participa à tous les combats menés par la 3ème armée. A partir du 9 juin, bataille du Matz avec attaque allemande sur Compiègne, entre l'Oise et la voie ferrée reliant Montdidier et Saint-Just-en-Chaussée. Les troupes sous les ordres du général Mangin contre attaquent entre Courcelle-Epayelles et Gournay-sur-Aronde.

Le 24 juillet, nouveau tranfert, cette fois sur le terrain de Linthelles (Marne). Le 10 août, participation à la bataille de Montdidier avec progression sur Beuvraignes. Le 17, bataille autour de Noyon avec progression en direction de la ville. Le 30 août, les troupes au sol avancent contre la ligne Hindenburg avec prise de Noyon et progression dépassant le canal Crozat.

Du 27 octobre au 5 novembre, une nouvelle bataille, cette fois sur la Serre avec progression sur les 2 rives de la Serre puis renforcement des positions conquises au Nord de la ligne reliant Sissonne à Crécy-sur-Serre.

Du 26 juillet au 29 octobre, elle installe ses Spad au Croutoy (Oise) et pour finir à Cerny-lès-Bucy, le 1er novembre, puis à Chambry, le 7 novembre 1918. Les derniers combats dont prennent part les hommes de la 79 se déroulent dans la région Sud de Revin et Rocroi avec la préparation d'une grande offensive sur la Meuse. La signature de l'armistice arrêtera les hostilités en cours.

Après la guerre, la SPA 79 est transférée à Lachelle (Oise) du 24 décembre 1918 au 6 mars 1919. Elle est rappelée sur Trécon puis sur Sommesous où elle est définitivement dissoute, le 12 mars 1919. Ses équipages ont remporté 14 victoires homologuées et 8 non homologuées. Elle a perdu 9 hommes au combat ou par accident, déploré 7 blessés et 2 prisonniers.

Il faudra attendre, le 1er mars 1933, pour que les traditions de la SPA 79 soient reprises par le groupe de reconnaissance autonome de Cazaux. Cette unité deviendra la 4ème escadrille du GB II / 19, le 1er avril 1937. C'est avec cette unité qu'elle participera aux combats de 1939-40. Devenue 2ème escadrille du GB I/19, le 1er septembre 1940, elle prend la dénomination de 2ème escadrille du GBM I/19 "Gascogne", le 1er juin 1944, lors de l'affectation d'un nom de province à chaque unité de l'armée de l'Air.

Toujours comme 2ème escadrille du GB I/19, elle participe aux combats d'Algérie sur A-26 Invader. Dissoute, le 1er septembre 1962, elle est recréée comme 2ème escadrille du EB 1/91 "Gascogne", unité qui volera sur Mirage IVA et IVP jusqu'au 1er août 1996, date de sa dissolution.

Elle est recréée comme 2ème escadrille de l'EC 1/91 "Gascogne" sur Dassault Rafale B, sur la base de Saint-Dizier, le 7 octobre 2008.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne métallique de la 4ème escadrille du GB II/19 (époque 1937-1940) ou de la 2ème escadrille du GB II / 19 (époque 1940-1944) - Photo Albin Denis

Projet d'insigne du GB 1/19, proposé par la maison Augis. La matrice fut réalisée en 1942, mais l'unité ne donna pas suite. En 1944, le projet fut soumis à nouveau au Groupe qui ne passa pas de commande - Dessin collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de la 2ème escadrille du GBM I/19 "Gascogne" de l'immédiat après guerre - Fabrication de Gilbert Uteau, ancien pilote de chasse de l'escadrille SPA 315, bijoutier à Bordeaux - Il a arrêté son activité professionnelle en 1952 - Il s'agit manisfestement d'une copie à l'identique de l'insigne de la société Augis, mis à part le verso qui est lisse sans marque - Dans les années 1956-1957, il distribuait le reliquat des insignes, qu'il avait fabriqué, aux différentes équipes scouts que ses filles formaient (éléphant, loup, grue couronnée), pour les différentier - Fixation par anneaux et épingle - Photos Catherine Galharret, sa fille, que je remercie pour son aide.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 79

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne métallique de la 2ème escadrille de l'EB 1/91 "Gascogne" - Photo Albin Denis

Insigne métallique de la 2ème escadrille de l'EC 1/91 "Gascogne" - Insigne homologué sous le n° 1382 au SHD de Vincennes en 2010 - Insigne collection Yves Genty que je remercie pour son aide.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

 

Rattachements de l'escadrille

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 79

Commandants de l'escadrille

Personnels célèbres

 

 

Liste des personnels

Liste à venir

 

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus


 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

Les hommes

Sous-officiers de l'escadrille N 79 à l'été 1917 - Au premier rang, au 3ème rang à partir de la gauche, le Cal Gaston Lamarche (pilote) tué au cours d'un accident aérien, le 13 juillet 1917 - Gaston Lamarche a été pilote de l'escadrille N 79 du 30 mai au 13 juillet 1917 - Si un lecteur de ces lignes possède une photo légendée, je suis intéressé - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Pilotes et observateurs des escadrilles SPA 79 et BR 129 sur le terrain d'Ambrief, le 23 mars 1918 - De gauche à droite : X - X - X - X - Cal Jean-Charles Grillot (pilote SPA 79) - X - X - X - Cal Maurice Doat (pilote SPA 79) - Sgt Georges Sittler (pilote SPA 79) - X - X - X - Ltt Paquement (observateur) - X - X - Ltt Albert Mézergues (pilote et commandant de la BR 129) - X - Cne Edouard Pillet (observateur SPA 79) - Slt Paul - Si un lecteur peut donner les autres noms, je suis intéressé - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Les personnels navigants de l'escadrille SPA 79 sur le terrain d'Auvilliers, près de Clermont (Oise) en juin 1918 - De gauche à droite - Debouts : Cal Roger Paralgés (pilote) - Sgt Gustave Duval (pilote) - Sgt Auguste Carle(pilote) - Slt Georges Sittler (pilote) - Adj Paul Rolland (pilote) - Sgt Adrien Rousseau (pilote) - Sgt Auguste Couez (pilote) - Adj Paul Lesec (pilote) - Sgt Edouard Cournaud (pilote) - Assis au second rang : Slt Francis Paul (obs) - Ltt Jules Masse (obs) - Cne François Glaize (Commandant des escadrilles de la 3ème armée) - Cne Robert Franc (pilote) - Cne Pierre Fougères (pilote) - Slt Clément Payen (pilote) - Assis au premier rang : Slt David Lewis (pilote USA) - Ltt Charles Marcetteau de Brem (obs) - Slt Joanny Chalandon (obs) et Zozo - Ltt Edouard Kauffmann (pilote) - Slt Marcel Thibon (obs) - Photo Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

 

Les hommes

Cne Gaston Victor Luc-Pupat - Né le 25 juillet 1885 à Lyon (69) - Fils de François Arsène Luc-Pupat et de Reine Marie Bourdillon - Classe 1905 - Recrutement de Rhône Central sous le n° matricule 1736 - Engagé au 52ème régiment d'infanterie du 28 février 1904 - Affecté au 140ème régiment d'infanterie stationné à Romans, le 5 février 1914 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 30 juin 1914 - Passé dans l’aéronautique militaire comme observateur, le 14 mai 1915 - RGA du 22 mai au 6 juillet 1915 - Observateur de l'escadrille MF 44 du 6 juillet 1915 au 3 juin 1916 - Hospitalisé du 30 novembre au 31 décembre 1915 - En convalescence du 5 janvier au 9 février 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 1er mai au 6 juin 1916 -
Une citation à l’ordre du corps d'armée en date du 25 septembre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Gaston Luc-Pupat, observateur de l'escadrille MF 44 en date du 15 mars 1916 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Chartres comme élève pilote, le 3 juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3870 à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 6 juillet 1916 - Ecole d'aviation d'Avord (stage de perfectionnement) - Ecole d'aviation de Pau (stage de haute école et de chasse) jusqu'au 1er octobre 1916 - Pilote de l'escadrille N 38 du 1er octobre au 16 novembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 90 du 16 novembre 1916 au 9 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 65 du 9 au 25 avril 1917 - Pilote et commandant de l'escadrille N 79 d'avril 1917 au 4 septembre 1917 - Nommé Capitaine à  titre temporaire, le 24 juin 1917 - Nommé capitaine à titre définitif, le 6 juillet 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation (3ème) à l'ordre de l'armée au Cne Gaston Luc-Pupat, commandant N 79 en date du 31 juillet 1917 - Croix de Guerre 14-18 - Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Gaston Luc-Pupat, lieutenant d'infanterie, commandant l'escadrille N 79 en date du 23 mai 1917 - Tué au combat, en attaquant un Drachen, au Sud de St-Quentin, près de Villers-le-Sec (02), le 4 septembre 1917 - Photo Christophe Blanc, son arrière petit-fils que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du Corps d'Armée : "Officier d'un courage à toute épreuve, déjà blessé au cours de la campagne. Le 20 septembre 1915, après avoir subi un feu d'artillerie et de mitrailleuses des plus violents, a été attaqué de très près par un avion allemand et a réussi à le mettre en fuite, a continué sa mission et n'a interrompu sa prise de clichés que parce que son appareil photographique avait été brisé. A eu son avion atteint de 34 balles ou éclats au cours de la sortie."

* Citation à l'ordre de la 1ère armée du Ltt Gaston Luc-Pupat, observateur de l'escadrille MF 44 en date du 15 mars 1916 : "Officier observateur très qualifié par son coup d'oeil et son jugement. A donné depuis son arrivée à l'escadrille44 de belles preuves d'audace et de sang-froid. A attaqué violemment, à plusieurs reprises, des avions ennemis (31 juillet, 20 septembre, 10 octobre 1915). S'est particulièrement distingué le 28 février dernier, en prenant avec calme et précision, sous le feu violent des batteries spéciales, des photographies qui ont fourni de précieux renseignements (20 éclats d'obus dans l'appareil, bord d'attaque coupé)."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de la 3ème armée au Cne Gaston Luc-Pupat, commandant N 79 en date du 31 juillet 1917 : "Pilote hors de pair, plein de courage et d'audace. A accompli un très grand nombre de missions lointaines, toujours poussées jusqu'au bout, malgré les difficultés rencontrées. Le 6 juillet 1917, a exécuté une reconnaissance importante très loin dans les lignes ennemies, soutenant trois combats avec succès, et rapportant des renseignements particulièrement précieux. Complétement épuisé et arrivé à l'extrême limite de ses forces, n'a interrompu son service que sur l'ordre formel qui lui en a été donné. Déjà trois fois cité à l'ordre."

* Citation à l'ordre de la 3ème armée du Ltt Gaston Luc-Pupat, lieutenant d'infanterie, commandant l'escadrille N 79 en date du 23 mai 1917 : "Pilote remarquable par son audace, son sang-froid, son mépris absolu du danger, prend toujours pour lui les missions les plus périlleuses. A exécuté de très nombreuses reconnaissances lointaines et a rapporté des renseignements sûrs et précieux pour le commandement. Attaque toujours l'ennemi partout où il le rencontre, même fort loin dans ses lignes. le 26 avril 1917, a attaqué un avion ennemi qui est tombé à proximité des lignes en vue des postes français."

Slt Roger Albert Alexandre Brétillon - Né le 23 septembre 1895 à Eurville (52) - Fils de Jean Bretillon et de Clarisse Seuret - Domiciliés à Roches-sur-Rognon (52) - Avant guerre étudiant - Mobilisé au 39ème régiment d'infanterie, le 19 décembre 1914 - Affecté au 18ème régiment d'artillerie, le 18 avril 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 13 mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4024 obtenu, le 24 juillet 1916 - Pilote de la N 79 du 1er décembre 1916 au 12 juin 1918 - Une victoire homologuée à la N 79 - Hospitalisé à l'HOE d'Ham du 8 octobre au 16 novembre 1917 - Blessé au combat, le 15 février 1918 - Hospitalisé au HOE de Vierzy à compter du 17 février 1918 - Médaille Militaire, le 24 mars 1918 - Nommé Adjudant, le 1er avril 1918 - Nommé Sous-Lieutenant, le 2 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 38 du 12 juin au 25 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 49 du 25 juin 1918 au 16 mai 1919 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 10 au 29 septembre 1918 - 8 victoires homologuées à la SPA 49 - En mission du 22 au 27 février 1919 - Huit citations à l'ordre de l'armée, une citation à l'ordre du régiment - Croix de Guerre 14-18 à huit palmes et une étoile - Termine la guerre avec 9 victoires homologuées - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 14 janvier 1919 - Hospitalisé à Nancy à compter du 28 avril 1919 - Affecté au centre de Dijon-Longvic à compter du 16 mai 1919 - Décédé le 18 novembre 1978 à Latrecey (52).- Photo M. Daniel Porret que je remercie pour son aide.

2Ltn David W. Lewis en septembre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 79 - Brevet de pilote militaire n° 9868 à l'école de pilotage militaire d'Avord, le 13 novembre 1917 - Remarquez l'insigne métallique de l'escadrille SPA 79 - Blessé au combat, le 7 septembre 1918 - Photo Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Ltt André Jean Hector Trédicini de Saint Severin - Né le 8 juillet 1890 à Douvaine (Haute Savoie) - Fils d'hector de Saint-Severin et de Yvonne de Varine - Engagé au 7ème régiment de Cuirassiers, le 1er octobre 1914 - Passé à l'aviation comme élève pilote en août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1727 à l'école d'aviation de Chartres, le 9 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille MF 86 (future 503) du front d'Orient - Pilote et commandant la section de bombardement de l'armée d'Orient du 15 novembre 1916 à février 1917 - Pilote de l'escadrille 507 du front d'Orient - Pilote de l'escadrille N 79 du 28 mai 1917 au 25 juin 1917, date de sa mort - Grièvement blessé au cours d'un combat contre un avion du Jasta 1, le 23 juin 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance chirurgicale 2/73 de Chauny (02), le 25 juin 1917 - Photo prise sur le terrain de Borevnica, alors que Saint Severin était pilote de l'escadrille 507 - Croix de guerre 14-18 - Une citation à l'ordre de la division en octobre 1914 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique en juillet 1916 - Deux citations à l'ordre de l'armée - Photo Gustave Gauthier transmise par son fils Michel que je remercie pour son aide.

Le Ltt Albert Deullin, commandant de la N 73, est de passage sur le terrain du château de Bonneuil, où sont stationnées les escadrilles N 79 et N 153 en juillet 1917 - De gauche à droite : Slt Jules Masse (obs N 79) - Slt Emile Brantonne (pilote N 153) - Slt Joanny Chalandon (obs N 79) - Ltt Albert Deullin (chef escadrille SPA 73) - Ltt Louis Zang (obs N 79) - Caporal Edouard Cournaud (N 79) - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Caporal Gaston Louis Alexis Lamarche - Né le 3 juillet 1896 à Paris (75) - Fils de Lucien Virgile Lamarche et de Marie Simonin - Domicilés 11, avenue Quihou à St-Mandé - Profession avant guerre Serrurier Mécanicien - Mobilisé au 1er groupe d'aviation comme mécanicien, le 13 avril 1915 - Affecté comme mécanicien à Chartres, Dijon, au RGA du Bourget, à l'annexe RGA d'Esquennoy - Passe élève pilote, le 1er novembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5656 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 16 mars 1917 - Stage "Avion Rapide" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Nommé Caporal, le 23 avril 1917 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 16 mai 1917 - GDE du 16 au 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 79 du 30 mai au 13 juillet 1917 - Tué au cours d'un accident d’avion à Catigny (60), le 13 juillet 1917 - Photo transmise par M. Pierre Simonin que je remercie pour son aide.

Ltt Charles Alexandre Borzecki - Né le 4 novembre 1881 - Fils d'Alexandre Borzecki et Caroline Lorch - Avant guerre ingénieur électricien - Appelé au 3ème régiment d'artillerie, le 10 octobre 1910 - Passé à l'aviation comme observateur en novembre 1914 - Affecté au Parc 2 - Observateur de l'escadrille C 43 - Nommé Sous-Lieutenant, le 10 novembre 1916 à titre temporaire - Observateur de l'escadrille N 62 / SPA 62 - Médaille Militaire, le 4 août 1916 - Cinq citations à l'ordre de l'armée - 5 victoires homologuées - Chevalier de la Légion d'Honneur en février 1917 - Observateur de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 27 mars au 11 mai 1918 - Affecté au CIACB de Perthes à compter du 11 mai 1918 - Agent contractuel au Service géographique de l'Indochine à Hanoi en 1929 - Décédé à la Fléche (Sarthe), le 30 mai 1959 - Photo collection Daniel Porret que je remercie pour son aide.

Sgt Marcel Thibon, observeur-photographe de l'escadrille N 79 - Cette photo a été prise, à bord d'un SPAD XI, sur le terrain du château de Bonneuil, près de Golancourt en décembre 1917 - Il ne portait pas la moustache cette fois là, ce qui ne lui est pas arrivé souvent - Cette photo permet également de détailler l'arme de bord, une Lewis alimentée avec un chargeur de 97 cartouches - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Cdt Marius Marcel Charles Thibon - Né le 8 juin 1890 à Rodez (Aveyron) - Fils de Joseph Edouard Thibon et de Marie-Sophie  Bouat - Domiciliés St-Ephrein "La Retraite" à Redon (Ile-et-Vilaine) - Engagé au 11ème régiment de chasseurs à cheval, à compter du 13 novembre 1909 - Affecté au 23ème régiment d'infanterie coloniale, le 8 avril 1912 - Affecté au 7ème bataillon du 3ème régiment de Marche du Maroc, le 1er juillet 1912 - Détaché comme télégraphiste à la section d'aviation du Maroc occidental, le 21 janvier 1913 - Changement de dénomination de son unité de rattachement, devient le7ème bataillon coloniale du 2ème régiment mixte colonial de la 1ère division marocaine, le 1er juillet 1913 - Affecté au régiment mixte colonial e la 1ère division marocaine, le 20 septembre 1914 - Rentré en France sur sa demande et affecté au 2ème régiment colonial, le 22 octobre 1914 - Médaille coloniale agrafe "Maroc" - Nommé Caporal fourrier, le 26 mars 1915 - Brevet de chef de section, le 14 septembre 1915 - Blessé par balle, fracture de l'humérus et paralysie du nerf radial, le 25 septembre 1915 - Croix de guerre avec une citation à l'ordre du régiment, le 25 septembre 1915 - Après hospitalisation et convalescence - Revient à son unité, le 28 juillet 1916 -  Détaché dans l'aéronautique militaire et stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux, le 28 juillet 1916 - Breveté Mitrailleur, le 27 septembre 1916 - Insigne métallique de mitrailleur n° 868 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Pau, le 27 septembre 1916 - Titularisé observateur photographe en avion, le 5 avril 1917 - Insigne métallique d'observateur photo n° 1421 - Observateur photo mitrailleur de l'escadrille N 79 du 30 novembre 1916 au 25 août 1918 - Nommé Sergent, le 7 septembre 1917 - Gelure partielle du visage au cours d'une mission de guerre, le 1er décembre 1917 - Nommé Sous-Lieutenant à titre temporaire, le 27 mars 1918 - Une citation à l'ordre de la 3ème armée, le 18 août 1918 - Observateur de l'escadrille BR 243 du 25 août 1918 au 19 mai 1919 - Termine la guerre avec une Croix de Guerre avec une palme et une étoile de bronze - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 25 décembre 1918 - Affecté au 34ème régiment d'aviation d'observation pour mission en Pologne du 9 juin 1919 au 22 octobre 1920 - Détaché comme conseiller technique d'escadrille sur le front bolchevique Russo-Lithuanien du 23 novembre 1919 au 12 avril 1920 - Décoré de la Croix de l'ordre des Vaillants (Pologne) - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 27 mars 1920 - Marié avec Slany kajetanowiez domiciliée à Piotr Row (Pologne), le 6 avril 1920 - Deux enfants, des garçons - Affecté au 12ème régiment d'aviation, le 6 novembre 1920 - Détaché au centre d'instruction de l'aviation à Istres, à compter du 22 mars 1922 - Affecté au 22ème régiment d'aviation à compter du 22 mars 1922 - Remarié avec Paule Marie Foulot domiciliée à Ay-der-Haartdt, le 20 mars 1922 - Brevet de pilote militaire n° 19583 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 25 juillet 1922 - Brevet métallique (macaron) de pilote militaire n° 16412 - Affecté au 2ème groupe d'ouvriers d'aviation, le 8 septembre 1922 - Affecté au 32ème régiment d'aviation, le 8 novembre 1923 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 9 juillet 1924 - Affecté au centre de mobilisation n° 32, le 21 avril 1928 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 4 août 1928  - Affecté au contrôle de l'école civile d'aviation Fourcaud à Rochefort, le 8 avril 1929 - Officier de la Légion d'Honneur, le 30 juin 1937 - A la date du 30 juin 1937, il a 27 ans de service - 9 campagnes militaires - 3 blessures - 1 citation à l'ordre du régiment - Nommé Commandant en 1938 - Affecté à l'école de l'air de Salon-de-Provence - Décédé, le 4 février 1956 à Enghein-les-Bains (95).

Sgt Marie Cellard (pilote) et Sgt Jérome Poupineau (mitrailleur) à bord d'un SPAD XI de l'escadrille N 79 sur le terrain du château de Bonneuil, en décembre 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

* Sgt Marie Joseph André Cellard - Né le 21 février 1898 à SaintJulien (Loire) - Fils de Louis Jules Cellard et de Marie Oriol - Domiciliés à Le Monastier (Haute-Loire) - Profession avant guerre Employé de bureau - Engagé au 54ème régiment d'artillerie, le 27 décembre 1916 - Affecté au 81ème régiment d'artillerie lourde - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 31 juillet 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9680 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 31 octobre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 31 octobre 1917 - Nommé Caporal, le 13 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 79 du 1er avril au 28 décembre 1917 - Affecté au CRP de Paris à compter du 28 décembre 1917 - Détachement en Italie du 22 février au 23 avril 1918 - Affecté à Sommesous du 4 mai au 12 octobre 1918 - Stage au CIAO du 12 octobre 1918 au 23 février 1919 - Affecté au service aéronautique de la 10ème armée, le 23 février 1919.

Sgt Jérôme Poupineau, mitrailleur, à bord d'un SPAD XI de l'escadrille N 79 sur le terrain du château de Bonneuil, en décembre 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

* Sgt Jérôme Poupineau - Stage à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 20 novembre 1917 - Mitrailleur de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 20 novembre 1917 au 21 janvier 1918 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Pau, le 21 janvier 1918.

Slt Francis Paul - Observateur-photographe de la N 79 du 4 mars 1917 au 27 août 1918 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

* Slt Francis Marcel Hermann Paul - Né le 6 juin 1892 à Guethary (Pyrénées Atlantique) - Parents domiciliés à la Tour de Villebon à Meudon - Profession avant guerre Dessinateur - Service militaire au 1er groupe d'aérostation de Verdun, à compter du 10 octobre 1913 - Toujours dans cette unité, lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Affecté comme dessinateur au parc aéronautique n° 3, le 1er janvier 1915 - Nommé Sergent, le 1er mai 1915 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 26 mai 1915 - Affecté au parc de l'armée d'Orient - Une citation à l'odre de l'aéronautique d'Orient, le 1er mars 1916 - Convalescence jusqu'au 14 octobre 1916 - Nommé Adjudant, le 21 novembre 1916 - Observateur de l'escadrille N 28 du 1er décembre 1916 au 21 février 1917 - Observateur photographe de l'escadrille N 79 du 4 mars 1917 au 27 août 1918 - Evacué sur l'ambulance chirurgicale 1/86 du 6 au 29 décembre 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 22 janvier au 8 février 1918 - Evacué sur ambulance du 15 au 23 mai 1918 - Evacué sur Clermont, le 27 juillet 1918.

Portrait du soldat de 2ème classe Maurice Briquet - Affecté au service du Sgt Marie Cellard, pilote - Il a été 1er mécanicien de l'escadrille SOP 123 jusqu'au 12 mars 1917 - 1er mécanicien de l'escadrille F 130 du 12 mars au 9 avril 1917 - 1er mécanicien de l'escadrille N 77 du 13 avril au 16 août 1917 - Tué en lançant une hélice, sur le terrain du Château de Bonneuil (Somme), le 16 août 1917 - Photo collection Simon Braillon que je remercie pour son aide.

Le soldat Maurice Briquet, mécanicien de l'escadrille N 79 du 13 avril au 16 août 1917, examine le SPAD XIII n° S 504 de Georges Guynemer, l'As de la N 3, de passage sur le terrain du château de Bonneuil en août 1917 - Il a été tué par l'hélice qu'il lançait, sur le même terrain, le 16 août 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

* Soldat Maurice Briquet - Né le 25 avril 1896 à Wahagnies (Nord) - Fils d'Auguste Briquet et de Julie Lemaire - Domiciliés à Ostricourt (Nord) - Profession avant guerre Chauffeur Mécanicien - Classe 1916 - Recrutement de Lille sous le matricule n° 3141 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre à Abbeville, le 5 janvier 1915 - Affecté au 2ème groupe d'aviation, le 7 janvier 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 123 / SOP 123 du XXX au 12 mars 1917 - Affecté au service du Sgt Marie Cellard, qui suivra dans toutes ses affectations - 1er mécanicien de l'escadrille F 130 du 12 mars au 13 avril 1917 - 1er mécanicien de l'escadrille N 79 du 13 avril au 16 août 1917 - Citation n° 85 à l'ordre de l'armée, à titre posthume - Sources : Pam - MpF - FM 59 - CCC 123 - CCC 130 - CCC 79 - Dernière mise à jour : 22/12/2014.

* Citation n° 85 à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du soldat Maurice Briquet, mécanicien de l'escadrille N 79 : "Excellent mécanicien, comme mitrailleur a participé à plusieurs bombardement, notamment celui de Milbron, le 22 juin 1916. A été blessé, le 16 octobre 1915 et tué en service commandé, le 16 août 1917."

 

Photo du Sol Jean Baptiste Sarrat

Sol Jean Baptiste (alias Ernest) Sarrat - Né le 24 juillet 1891 à Luixe (Landes) - Fils de Jean Sarrat et de Jeanne Marsan - Domiciliés à Mézos (Landes) - Profession avant guerre Cultivateur résinier - Classe 1911 - Recrutement de Mont-de-Marsan sous le matricule n° 732 - Ajourné pour un an pour faiblesse - Classé soutien indispensable de famille, le 2 septembre 1913 - Incorporé au 34ème régiment d'infanterie, à compter du 1er octobre 1913 - Classé "Service auxiliaire" par décision du Général commandant la 5ème et 6ème subdivision, le 4 janvier 1915 - Affecté au 62ème régiment d'infanterie, le 4 octobre 1915 - Réformé temporairement 1ère catégorie pour laryngite bacillaire et bronchite chronique par la commision de réforme de Lorient, le 18 juillet 1916 - Classé "service armé" par la commision de réforme de Mont-de-Marsan, le 29 juin 1917 - Affecté au 34ème régiment d'infanterie, le 19 juillet 1917 - Classé "Service auxiliaire" et apte au front pour musculature insuffisante par la commision de réforme de Mont-de-Marsan, le 10 août 1917 - Passé à l'aéronautique militaire, le 12 août 1917 - Employé comme "divers" au Parc n° 6 du 12 aout 1917 au 8 mars 1918 - Fonction de "divers" de l'escadrille SPA 79 du 8 mars au 16 novembre 1918 - Evacué sur l'ambulance 8/1 de Lâon, le 10 novembre 1918 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service à l'ambulance 8/1 de Laôn (Aisne), le 16 novembre 1918 - Jean Baptiste Sarrat repose dans la nécropole nationale de Soupir (Aisne) - Sources : Fiche matricule du département des Landes - MpF - Dernière mise à jour : 13 octobre 2016.

 

Photo du Sol Jules Fleury

Sol Jules Henry Valéry Fleury - Né le 14 juin 1897 à Curciat-Dongalon (Ain) - Fils de Jules Joseph Fleury (Charpentier) et Marie Céline Eugénie Burtin (cultivatrice) - Domiciliés à St-Julien-sur-Reyssouze (Ain) - Profession avant guerre ouvrier électricien - Classe 1917 - Recrutement de Bourg-en-Bresse (Ain) sous le matricule n° 416 - Mobilisé au 2ème groupe d’aviation de Lyon-Bron comme mécanicien, le 9 janvier 1916 - Formé comme mécanicien moteur Clerget - Affecté au centre d’aviation militaire de Châteauroux - Affecté au 3ème groupe d’aviation à Bordeaux du 27 février 1916 au 12 février 1917 - Affecté comme mécanicien à la RGA - Mécanicien en second de l’escadrille N 79 du 6 mars au 20 mai 1917 - Passé comme élève pilote de l’école d’aviation militaire de Dijon-Longvic, le 20 mai 1917 - Brevet de pilote militaire n° 7397 obtenu à l’école d’aviation militaire de Chartres, le 10 juillet 1917 - Stage de perfectionnement à l’école d’aviation militaire de Châteauroux - Nommé Caporal, le 10 juillet 1917 - Stage de spécialisation à l’école d’aviation militaire d’Avord - Stage de "Haute Ecole" à l’école d’aviation militaire de Pau, jusqu’au 28 septembre 1917 - Pilote du GDE du 28 septembre au 22 octobre 1917 - Pilote de l’escadrille N 95 / SPA 95 du 22 octobre 1917 au 14 juin 1919 - Nommé Sergent, le 1er janvier 1918 - Détaché au GDE du 28 février au 7 mars 1918 - Citation à l’ordre de l’armée, en date du 29 avril 1918 - Citation à l’ordre de l’aéronautique, en date du 10 mai 1918  - Citation à l’ordre de l’armée, en date du 21 mai 1918 - Nommé Adjudant, le 1 er août 1918 - Médaille Militaire et citation à l’ordre de l’armée, en date du 12 décembre 1918 - Evacué sur un hôpital, le 12 mai 1919 - Démobilisé, le 30 octobre 1919 - Domicilié Chemin de Hallage à Le Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne) - Affecté au 2ème régiment d’aviation de bombardement, le 12 février 1920 - Domicilié au 4, grande rue à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), à compter du 11 avril 1920 - Passé au 22ème régiment d’aviation, par changement de dénomination, le 1er août 1920 - Domicilié au 53, rue du Mont Valérien à Suresnes (Hauts-de-Seine), à compter du 4 août 1920 - Marié avec Mlle Marie Lucie Florentine Boudon, Le Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne), le 13 janvier 1921 - Domicilié au 8, rue St-Placide à Paris 6ème (75), à compter du 15 janvier 1921 - Affecté au 32ème régiment d’aviation, le 8 avril 1921 - Domicilié au 12, rue Bréhat à Paris (75), à compter du 15 avril 1921 - A accompli une période d’entrainement à l’entrepôt spécial d’aviation n° 1 du Bourget-Dugny du 14 au 29 juin 1921 - Domicilié au 52, rue de Malte à Paris 11ème (75), à compter du 25 juillet 1922 - Affecté au groupe de chasse du 35ème régiment d’aviation, le 25 octobre 1922 - A accompli une période d’entrainement à l’entrepôt spécial d’aviation n° 1 du Bourget-Dugny du 6 au 20 novembre 1922 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 31 juillet 1923 - Affecté au 34ème régiment d’aviation, le 3 août 1923 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 17 septembre au 1er octobre 1923 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 16 au 30 avril 1924 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 1er au 15 juillet 1925 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 17 au 31 mars 1926 - Nommé Lieutenant de réserve, le 30 juin 1927 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 26 octobre au 9 novembre 1927 - Chevalier de la Légion d’Honneur, en date du 5 janvier 1928 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 10 au 24 septembre 1928 - Domicilié à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine), à compter du 20 février 1929 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 30 septembre au 14 octobre 1929 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 10 au 24 octobre 1930 - A effectué une période volontaire d’entrainement du 5 au 19 octobre 1931 - Domicilié au 6, route de l’Asile au Vésinet (Yvelines), à compter du 24 février 1933 - A effectué une période d’entrainement volontaire à la base aérienne n° 4 du 4 au 9 septembre 1933 - Affecté au 5ème bataillon de l’air, le 31 janvier 1936 - Sources : Bulletin de naissance - Pam (2 fiches) - Liste des brevets militaires - CCC de l’escadrille N 95 / SPA 95 - CCC de l’escadrille N 79 - Fiche Matricule du département de l’Ain - JORF - Dernière mise à jour : 25 juin 2017.

* Citation à l’ordre de l’armée, en date du 29 avril 1918 : "Pilote adroit et très allant, s’est toujours montré volontaire pour toutes les missions les plus périlleuses. A livré son premier combat, le 12 avril 1916 et a abattu son adversaire dans les lignes ennemies."

* Citation à l’ordre de l’aéronautique, en date du 10 mai 1918 : "Le 15 mai, a remporté sa 3ème victoire en abattant un avion ennemi qui s’est écrasé dans ses lignes."

* Citation à l’ordre de l’armée, en date du 21 mai 1918 : "Pilote remarquable par son entrain, son adresse et sa crânerie. Se révèle comme un chasseur de premier ordre. Le 3 mai 1918, livre son deuxième combat, triomphe de son adversaire qui tombe en flammes dans nos lignes et remporte sa deuxième victoire."

* Médaille Militaire et citation à l’ordre de l’armée en date du 12 décembre 1918 : "Pilote remarquable possédant les plus belles qualités militaires. Modèle d’énergie et de bravoure. A abattu le 27 septembre 1918 son quatrième avion ennemi qui s’est écrasé dans ses lignes. 3 citations."

* Chevalier de la Légion d’Honneur du Ltt Jules Henri Valéry Fleury au 34ème régiment d’aviation, en date du 5 janvier 1928 : "11 ans de services, 4 campagnes. A été blessé et cité. Titres exceptionnels : beaux services de guerre. A accompli six périodes d’entrainement aérien volontaires." Cliquez sur l'image pour l'agrandir

logement des soldats de la section photo de l'escadrille 79. Il s'agit certainement d'une maison abandonnée. Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Le personnel de la section photo photographié avant le démontage des installations du terrain d'Ambrief, le 22 mars 1918 - L'escadrille SPA 79 a fait mouvement sur Sacy-le-Grand, le 24 mars - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Personnels de la section photo de l'escadrille 79 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Les hommes

Cne Robert René Franc - Né le 12 janvier 1891 à Bergerac (Dordogne) - Fils de Martin Franc et d'Euphrasie Menu - Domiciliés 97, rue Neuve à Bergerac (Dordogne) - Classe 1911 - Recrutement de Bergerac sous le matricule n° XXX - Engagé au 49ème régiment d'infanterie, stationné à Périgueux, à compter du 1er octobre 1909 - Profession avant guerre Négociant - Mobilisé au 250ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 9 mars 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 3 septembre 1915 - Observateur de l'escadrille N 62 du 3 septembre 1915 au (3ème trimestre 1916) - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de la division, le XX septembre 1915 - Blessé au combat - Hospitalisé - Convalescence du 12 avril au 1er juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4636 obtenu à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 30 septembre 1916 - Stage de perfectionnement "Avions Rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de "Haute-Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 21 mars 1917 - RGA du 21 au 30 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 79 du 1er avril 1917 au 11 mars 1919 - En mission du 25 au 29 avril 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 8 mai 1917 - Evacué sur l'ambulance A 1/86 du 22 mai au 6 juin 1917 - Evacué sur l'ambulance américaine du 23 au 29 juin 1917 - Nommé Capitaine, le 12 juillet 1917 - Commandant de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 5 septembre 1917 au 11 mars 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, en date du 9 novembre 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 4 au 16 janvier 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 19 juin 1918 - Affecté au DMAé, le 11 mars 1919 - Affecté au 1er groupe d'aviation de Dijon, le 10 avril 1919 - Affecté au 1er régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz, le 30 novembre 1920 - Passé dans l'arme de l'aéronautique et affecté, dans la réserve, au 3ème régiment d'aviation, le 29 juin 1923 - Sources : Pam - JORF - Dernière mise à jour : 21/11/2014 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Robert René Franc, pilote de l'escadrille N 79, en date du 8 mai 1917 : "Pilote remarquable, d'une bravoure et d'un dévouement hors de pair. Deux fois blessé dans l'infanterie. Témoigne en toutes circonstances d'une audace et d'un mépris du danger dignes des plus grands éloges. le 2 mai 1917, trous avions de sa patrouille s'étant égarés dans la brume, a assuré suel, malgré la poursuite de nombreux avions ennemis la protection d'un biplace effectuant une reconnaissance à très longue portée. Le 4 mai, a attaqué un biplace à 15 kilomètres dans ses lignes et l'a obligé à atterrir."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée du Cne Robert René Franc, pilote de l'escadrille N 79, en date du 9 novembre 1917 : "Officier d'une valeur exceptionnelle. Chef d'une escadrille armée, donne l'exemple d'une vaillance admirable, se réservant toujours les tâches les plus périlleuses. Possède sur ses subordonnées un remarquable ascendant dû à ses belles qualités militaires et grâce auquel il obtient les meilleurs résultats. Blessé deux fois dans l'infanterie et à deux autres reprises dans l'aviation. Le 19 octobre 1917, a abattu un Drachen ennemi. Deux citations."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Robert René Franc, du 308ème régiment d'infanterie, commandant de l'escadrille SPA 79, en date du 19 juin 1918 : "Commandant d'escadrille. Pendant les opérations récentes, a fait de nombreuses reconnaissances et mitraillages de colonnes; le 2 avril 1918, a coopéré à la chute d'un avion ennemi; le 15 mai 1918, a abattu un avion ennemi."

Le Ltt Robert Franc a été affecté à l'escadrille N 79 à compter du 1er avril 1917 - Il pose devant un des Nieuport 21 qui équipe encore son unité en août 1917 - Photo Robert Franc, transmise par Olivier Ribeton, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Cne Robert Franc, commandant de l'escadrille N 79 du 5 septembre 1917 au 11 mars 1919, pose aux commandes de son SPAD VII, sur le terrain du château de Bonneuil pendant l'été 1917 - Photo Robert Franc, transmise par Olivier Ribeton, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Remise de décorations sur le terrain du château de Bonneuil, le 7 juillet 1917 - de gauche à droite au : Cne Luc-Pupat (Légion d'Honneur) - Cne Augereau (Légion d'Honneur) - Cne Franc (Croix de Guerre) - Sgt Brétillon (Croix de Guerre) - Cal Foa (Croix de Guerre) - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Le Cne Georges Guynemer pose en compagnie des pilotes et observateurs des escadrilles N 79 et N 153 (escadrilles de la 3ème armée) sur le terrain du château de Bonneuil, au Sud-Est de Golancourt, en août 1917 - De gauche à droite : Slt Joanny Chalandon (obs N 79) - Slt Edouard Kauffmann (pilote N 79) - Cdt Paul Pouderoux (cdt l'aéronautique de la 3ème armée) - Ltt Louis Zang (obs N 79, caché par Pouderoux) - Slt Jacques de Lignières (pilote N 153) - Cne Robert Franc (pilote et cdt N 79)- Cne Georges Guynemer (pilote SPA 3) - Ltt Georges Gigodot (pilote et commandant N 153) - Slt Henry Blitz (obs N 79) - Slt Emile Brantonne (pilote N 153) - Photo Emile Brantonne transmise par Thierry Palustran, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Cliquez pour agrandir

Le Cne Georges Guynemer, l'illustre As de l'escadrille N 3, en compagnie du Cne Robert Franc, commandant de l'escadrille N 79, sur le terrain du château de Bonneuil, en août 1917 - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Sous-officiers pilotes et mécaniciens de l'escadrille N 79 sur le terrain de Frétoy en mars 1917 - De gauche à droite : 1. MdL Robert Goury du Roslan (pilote) - 2. MdL Alain Gerbault (pilote) - 3. MdL Roger Brétillon (pilote) - 4. Sgt Pierre Leroy (mécanicien) - 5. Cal Raphaël Foa (pilote) - 6. Sgt Jean Sandières (pilote) - 7. Cal Louis Tintant (pilote) - Photo collections du SHD du château de Vincennes.

1. MdL Robert Jean Anne Marie Goury du Roslan - Né le 6 septembre 1893 à Paris (75) - Fils de Jules Goury de Roslan et d'Isabelle Nouette Delorme - Domiciliés au 27, avenue des Champs Elysées à Paris - Profession avant guerre Etudiant - Affecté au 2ème régiment de Cuirassiers du 26 novembre 1913 au 20 juillet 1915 - Nommé Maréchal des Logis (Sgt), le 10 octobre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 20 juillet 1915 - Observateur de l'escadrille VB 105 du 25 juillet au 1er août 1915 - Observateur de l'escadrille VB 104 à compter du 1er août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3578 obtenu, le 29 mai 1916 - Stage de perfectionnement à l'école de Pau, jusqu'au 22 septembre 1916 - Pilote du Centre d'aviation militaire de Villacoublay du 10 octobre au 23 décembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique de la 6ème armée en novembre 1916 - Croix de Guerre - Pilote de l'escadrille N 79 du 23 décembre 1916 au 29 avril 1917 - Nommé Adjudant - Pilote de l'escadrille N 84 du 29 avril 1917 au 28 août 1918 - En mission à la RGA du 6 au 8 mars 1918 - En mission à la RGA du Bourget-Dugny du 11 au 13 juillet 1918 - Affecté au CIACB, le 28 août 1918.

2. MdL Alain Jacques Georges Gerbault - Né le 17 novembre 1893 à Laval (Mayenne) - Fils de Georges Gerbault et de Denise Luce - Domiciliés Place de Hercé à Laval - Mobilisé au 25ème régiment de Dragons, le 11 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 8 décembre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 2803 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 1er mars 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux - Nommé Brigadier, le 14 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 95 du Bourget (future escadrille 461) du (2ème trimestre 1916) au 23 octobre 1916 - Pilote du centre d'aviation de Villacoublay du 23 octobre au 23 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 79 du 23 décembre 1916 au 29 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 84 du 29 avril au 7 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 31 du 7 novembre 1917 au 1er septembre 1918 - Nommé Sous-lieutenant - Pilote de l'escadrille SPA 165 du 1er septembre 1918 au 16 mars 1919 - Hospitalisé du 3 au 8 janvier 1919 - Détaché à l'école des Ponts et Chaussée à compter du 16 mars 1919.

3. MdL Roger Albert Alexandre Brétillon - Né le 23 septembre 1895 à Eurville (52) - Fils de Jean Bretillon et de Clarisse Seuret - Domiciliés à Roches-sur-Rognon (52) - Avant guerre étudiant - Mobilisé au 39ème régiment d'infanterie, le 19 décembre 1914 - Affecté au 18ème régiment d'artillerie, le 18 avril 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 13 mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4024 obtenu, le 24 juillet 1916 - Pilote de la N 79 du 1er décembre 1916 au 12 juin 1918 - Une victoire homologuée à la N 79 - Hospitalisé à l'HOE d'Ham du 8 octobre au 16 novembre 1917 - Blessé au combat, le 15 février 1918 - Hospitalisé au HOE de Vierzy à compter du 17 février 1918 - Médaille Militaire, le 24 mars 1918 - Nommé Adjudant, le 1er avril 1918 - Nommé Sous-Lieutenant, le 2 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 38 du 12 juin au 25 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 49 du 25 juin 1918 au 16 mai 1919 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 10 au 29 septembre 1918 - 8 victoires homologuées à la SPA 49 - En mission du 22 au 27 février 1919 - Huit citations à l'ordre de l'armée, une citation à l'ordre du régiment - Croix de Guerre 14-18 à huit palmes et une étoile - Termine la guerre avec 9 victoires homologuées - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 14 janvier 1919 - Hospitalisé à Nancy à compter du 28 avril 1919 - Affecté au centre de Dijon-Longvic à compter du 16 mai 1919 - Décédé le 18 novembre 1978 à Latrecey (52).

4. Sgt Pierre Joseph Leroy - Né le 9 juin 1888 à Breteuil-sur-Iton (Eure) - Fils d'Emile Leroy et d'Alix Hébert - Profession avant guerre Avocat à la cour - Mobilisé comme Comptable au service automobile d'un régiment d'artillerie en janvier 1915 - Affecté au 2ème réserve d'aviation de Versailles, jusqu'au 25 juillet 1916 - Stage de dépanneurs au dépot du 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron à compter du 22 septembre 1916 - Mécanicien de l'escadrille N 79 du 24 décembre 1916 au 19 octobre 1917 - Affecté au 62ème régiment d'artillerie, le 19 octobre 1917.

5. Cal Raphaêl Léon Foa - Né le 12 janvier 1887 à Marseille (13) - Fils de Gustave Foa et de Marie XX - Exempté de service militaire en 1907 - Profession avant guerre Antiquaire - Mobilisé au 23ème bataillon de chasseurs alpins de Grasse, le 28 janvier 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 2 mars 1916 - Nommé Caporal, le 15 février 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3681 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 17 juin 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Voltique à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 2 novembre 1916 - Pilote convoyeur auxiliaire d'avions Sopwith du 2 novembre au 28 décembre 1916 - GDE à compter du 8 février 1917 - Pilote de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 21 février 1917 au 17 septembre 1917 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 6 juin 1917 - Nommé Sergent, le 25 août 1917 - Ecole de Catigny du 17 septembre 1917 au 14 février 1918 - Moniteur de vol de l'école d'aviation militaire d'Istres à compter du 14 février 1918.

6. MdL Jean Sauclière - Né en 1890 - Profession avant guerre Etudiant - Service militaire au 19ème régiment de Chasseurs à Cheval, à compter du 23 septembre 1911 - Mobilisé au 19ème régiment de Chasseurs à Cheval, le 2 août 1914 - Centre d'aviation de Villacoublay jusqu'au 25 décembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3917 obtenu, le 12 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 79 du 25 décembre 1916 au 11 novembre 1917 - Nommé Sous-Lieutenant, le 14 septembre 1917 - Hospitalisé à l'ambulance 1/86, le 11 novembre 1917.

7. Cal Louis Tintant - Né le 16 août 1897 à Paris (75) - Fils de Baptiste Tintant et Caroline Dairet - Engagé comme élève pilote au 1er groupe d'aviation, le 6 novembre 1915 - Nommé Caporal, le 4 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4016 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 23 août 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Tours - Stage de ti à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Centre d'aviation de Villacoublay jusqu'au 23 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 79 du 23 décembre 1916 au 1er avril 1917 - Hospitalisé à la maison de repos VR 75 de Viry-Chatillon du 1er au 18 avril 1917 - Nommé Sergent, le 20 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille N 314 / SPA 314 du 9 juin 1917 au 29 mai 1918.

Slt Edouard Charles Aimé Kauffmann - Né le 17 mai 1895 à Paris (75) - Fils d'Albin Kauffmann et de Lydia Baur - Domiciliés 16, rue du Colisé à Paris 8ème arrondissement - Classe 1915 - Recrutement de la Seine sous le n° matricule XXX - Engagé à l'école spéciale de St-Cyr, le 26 août 1913 - Affecté au 7ème régiment de Dragons - Affecté au 23ème régiment de Dragons - Nommé Sous-Lieutenant à titre définitif, le 27 décembre 1915 - Détaché au 159ème régiment d'infanterie - Une citation à l'ordre du 159ème régiment d'infanterie, le XX mars 1916 - Passe à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5022 obtenu à l'école militaire d'aviation d'Ambérieu, le 9 décembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation d'Avord - Stage de spécialisation à l'école militaire d'aviation de Châteauroux - Stage à l'école d'Istres-Miramar - Pilote de l'escadrille VB 481 du 1er mai au 22 juin 1917 - Nommé Lieutenant, le 11 mai 1917 - Stage à l'école militaire d'aviation d'Avord - Stage de "Haute école" à l'école militaire d'aviation de Pau, jusqu'au 28 juillet 1917 - Pilote au GDE du 28 juillet au 9 août 1917 - Pilote de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 9 août 1917 au 23 février 1919 - Une victoire homologuée et une non homologuée pendant la 1ère guerre mondiale - Croix de Guerre 14-18 avec 3 citations à l'ordre de l'armée - Une citation à l'ordre de l'armée en date du 7 août 1918 - Evacué sur l'HOE de Vertus, le 13 octobre 1918 - En convalescence du 26 octobre au 7 novembre 1918 - Rejoint l'école de St-Cyr, le 23 février 1919 - puis l'école d'application de cavalerie - En compte au 4ème régiment d'aviation d'observation - Affecté au 1er régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz, le 20 mars 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 29 décembre 1922 - Cours d'arme du stage de franchissement de grade de lieutenant pour capitaine, au centre d'études de l'aéronautique de Versailles du 1er octobre au 17 novembre 1923 - Nommé Chef de bataillon - Affecté au 37ème régiment d'aviation - Officier de la Légion d'Honneur, le 2 juillet 1932 - Après l'armistice de 1940, intégre le mouvement de résistance Alliance - Arrêté à Lyon, il s'évade et reprend le combat - Le 21 septembre 1943, il est arrêté et torturé par la Gestapo - Fusillé, en compagnie de deux autres résistants, à Fribourg (Allemagne), le 28 novembre 1944 - Il est parrain de la Promotion 2005 de l'Ecole de l'Air de Salon-de-Provence.

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Edouard Kauffmann, du 2ème groupe d'aviation, pilote de l'escadrille SPA 79, en date du 7 août 1918 : "Officier pilote de chasse. A fait montre, dans les nombreux combats qu'il a livrés, d'un courage hors de pair. le 9 juillet 1918, a abattu en flammes un avion ennemi."

* Chevalier de la Légion d'Honneur, le 29 décembre 1922 : "Lieutenant au 1er régiment d'aviation, 3 citations. beaux services de guerre."

* Officier de la Légion d'Honneur, le 2 juillet 1932 : "Chef de bataillon du 12ème régiment d'aviation; 18 ans de service, 13 campagnes, 5 citations, 7 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier du 29 décembre 1922."

Ltt Jules Masse - Observateur à bord d'un SPAD XI de la N 79 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

* Ltt Jules Xavier Joseph Masse - Né le 5 février 1882 à Richebourg l'Avoué (62) - Fils de Jules Auguste Masse et marie Jorion - Engagé au 22ème bataillon de chasseurs alpins, à compter du 9 février 1902 - Profession avant guerre Comptable - Mobilisé au 22ème bataillon de chasseurs alpins, le 2 août 1914 - Affecté au 23ème bataillon de chasseurs alpins jusqu'au 8 janvier 1917 - Nommé Sous-Lieutenant, le 7 janvier 1915 à titre temporaire - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de la brigade en mars 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 8 janvier 1917 - GDE du 8 janvier au 6 février 1917 - Observateur de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 6 février 1917 au 10 août 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 16 au 27 février 1917 - Nommé Lieutenant, le 11 août 1917 - Evacué sur l'HOE de Creil et convalescence du 30 avril au 25 mai 1918 - Observateur de la section de vol de nuit de la 3ème armée à compter du 10 août 1918.

Sgt Pierre Lacaze (pilote) et MdL Paul Misonne (mitrailleur) à bord d'un SPAD XI de la N 79 sur le terrain du château de Bonneuil en décembre 1917 - Le mitrailleur se déplacait avec des béquilles - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

* Sgt Pierre Joseph Marie Lacaze - Né le 2 avril 1886 à Auch (Gers) - Service militaire au 88ème régiment d'infanterie, à compter du 13 mai 1904 - Nommé Caporal en octobre 1904 - Nommé Sergent, le 1er octobre 1906 - Profession avant guerre Négociant - Mobilisé au 288ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Affecté au 17ème escadron de Trains des équipages - Affecté au service automobile - Parc auto de la 1ère armée - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 6 février 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3789 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 25 juin 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 1er novembre 1916 - Pilote de l'escadrille R 209 du 29 mars au 16 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 16 avril 1917 au 11 avril 1918 - Affecté comme pilote moniteur à l'école d'aviation militaire de Pau, à compter du 24 avril 1918.

* MdL Paul Elie Edmond Joseph Misonne - Né le 9 mai 1878 à Wallers (59) - Fils d'Elie Misonne et d'Elise Gardel - Service militaire au 3ème régiment du Génie, à compter de novembre 1899 - Engagé spécial comme mitrailleur au 1er groupe d'aviation en mars 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Brevet de mitrailleur décerné le 7 mai 1916 - Nommé Caporal, le 15 mai 1916 - Nommé Sergent, le 20 mai 1916 - Mitrailleur de l'escadrille N 87S du front d'Orient - Convalescence jusqu'au 19 mars 1917 - Mitrailleur de l'escadrille R 46 du 19 mars au 30 septembre 1917 - Mitrailleur de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 30 septembre au 17 janvier 1918 - Evacué sur l'HOE de Noyon, le 21 novembre 1917 - Affecté au centre d'instruction de Courcemain, à compter du 23 mai 1918.

Terrain du château de Bonneuil en octobre 1917 - De gauche à droite Sgt Marcel Thibon (obs) - Sgt Gabriel Lasfarguette (pilote) de l'escadrille N 79 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

* Sgt Gabriel Laurent Lasfarguette - né le 5 juin 1887 à Vailhourles (Aveyron) - Fils de Jean Lasfarguette et de Marie Irma Puchberty - Profession avant guerre Mécanicien - Mobilisé au 92ème régiment d'infanterie, le 19 avril 1915 - Affecté au 92ème régiment d'infanterie - Affecté au 350ème régiment d'infanterie - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er octobre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5204 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 21 janvier 1917 - Nommé Caporal, le 11 février 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 27 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 79 du 7 mai 1917 au 1er mars 1918 - Nommé Sergent, le 25 août 1917 - Pilote convoyeur du RGA du Bourget-Dugny à compter du 1er mars 1918.

Ltt Henri Malice, pilote de l'escadrille N 79 du 24 décembre 1916 au 17 avril 1917, pose à côté de son Nieuport codé "3" pendant l'hiver 1916-1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

* Ltt Henri Charles Malice - Né le 30 juillet 1888 à Soissons (Aisne) - Fils de François Charles Marie Malice et de Pauline Julie Desjardin - Domiciliés 10, rue des Protestants au Havre - Classe 1908 - Recrutement du Hâvre sous le matricule n° 1877 - Profession avant service militaire Etudiant en lettres - Engagé volontaire pour trois ans au 7ème régiment de chasseurs à cheval, le 1er octobre 1908 - Nommé Brigadier, le 10 avril 1909 - Détaché au 5ème régiment de chasseurs pour y suivre les cours des élèves officiers de réserve, le 1er octobre 1909 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 1er avril 1910 - Passé dans la réserve, le 1er octobre 1910 - Affecté dans la réserve au 19ème régiment de chasseurs, le même jour - Une période de réserve au 19ème régiment de Chasseurs du 16 juin au 8 juillet 1911 - Affecté au 14ème régiment de Hussards d'Alençon, à compter du 14 mars 1914 - Profession avant guerre Fondé de pouvoirs d'une entreprise d'importation - Mobilisé au 14ème régiment de Hussards, le 3 août 1914 - Parti au front, le 24 septembre 1914 - Nommé Lieutenant de réserve, le 1er septembre 1914 - Une citation à l'ordre du 14ème régiment de Hussards, le 6 octobre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 9 décembre 1915 - Titularisé Lieutenant de l'armée d'active, le 2 août 1914 (effet rétroactif) - Citation à l'ordre du service aéronautique dau GQG, en date du 16 avril 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4154 obtenu, le 8 juin 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du (3ème trimestre) 1916 au 24 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 79 du 24 décembre 1916 au 17 avril 1917 - Envoyé au centre de repos VR 75 de Viry-Châtillon, le 17 avril 1917 - Nommé instructeur de tir de l'école militaire d'Avord, le 14 décembre 1917 - Nommé Capitaine, le 4 mai 1918 - Grièvement blessé au cours d'un accident d'avion, à l'école militaire d'aviation d'Avord (Cher), le 18 juillet 1918 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital 96 d'Avord, le même jour - Sources : Pam - FM (76) - MpF - JORF - Dernière mise à jour : 22/12/2014.

Le Soldat Perrin Dursac, conducteur automobile, puis secrétaire de l'escadrille SPA 79, pose avec un SPAD XIII de son unité, sur le terrain de Catigny (60), pendant l'été 1917 - Il a été affecté à cette escadrille du 21 juin 1917 au 4 mars 1919 - Remarquez la bande de couleur qui entoure le fuselage - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Perrin Dursac transmise par Pierre Scerri, son grand-père, que je remercie pour son aide.

* Soldat Perrin Dursac - Né le 6 mars 1898 à St-Georges-d'Aurac (Haute-Loire) - Fils de Mathieu Dursac et de Rosine Ajalbert - Domiciliés à St-Georges-d'Aurac - Profession avant guerre Chauffeur automobile - Classe 1918 - Souffre de la perte de la vision de l'oeil gauche - Recrutement du Puy sous le matricule n° 1410 - En raison de son infirmité est classé dans le service auxiliaire - Mobilisé au 3ème groupe d'aviation, comme conducteur automobile, le 4 mai 1917 - Affecté au 2ème groupe d'aviation pour poste à la RGA, le 11 juin 1917 - Affecté, comme conducteur automobile, à l'annexe RGA de Bordeaux, du 11 au 21 juin 1917 - Conducteur automobile, puis secrétaire (de la fin 1918 à mars 1919) de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 21 juin 1917 au 4 mars 1919 - Affecté au 3ème groupe d'aviation, le 6 mai 1919 - Affecté au 35ème régiment d'aviation, le 1er janvier 1920 - Démobilisé, le 30 mai 1920 et ffecté, dans la réserve, au 2ème régiment d'aviation d'observation de - Affecté dans la réserve au 2ème régiment du Génie, le 1er janvier 1924 - Réformé définitivement en raison de l'affection oculaire qui avait entrainé l'énucléation de l'oeil gauche, le 10 septembre 1939 - Sources : Pam - FM Haute-Loire - CCC N 79 / SPA 79 - Dernière mise à jour : 23 août 2015.

 

Photo du Sgt Frantz Divoy

* Sgt Frantz Maurice Divoy - Né le 20 mai 1890 au Russey (Doubs) - Fils d'Albert Léon Marie Divoy (receveur des domaines) et de Marie Malbosc - Domiciliés à Vire (Calvados) puis Sèvres (Seine et Oise) - Profession avant guerre Etudiant en philosophie - Classe 1910 - Recrutement de Falaise (Calvados) sous le matricule de recrutement n° 434 - Service militaire au 23ème régiment de Dragons, le 2 octobre 1911 - Fin de service et passage dans la réserve, le 8 novembre 1913 - Domicilié au 15, avenue Henri Régnault à Sèvres, à compter du 30 juillet 1914 - Rappelé au 23ème régiment de Dragons à Vincennes, le 2 août 1914 - Nommé Brigadier, le 23 septembre 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 10 novembre 1914 - Citation à l'ordre de la division, le 28 janvier 1915 - Affecté à la compagnie de mitrailleuses de la 140ème brigade - Affecté à la 6ème compagnie de mitrailleuses du 279ème régiment d'infanterie - Affecté à l'aéronautique militaire comme mitrailleur, à compter du 1er août 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 3 au 28 août 1916 - Stage à l'école d'aviation militaire de Pau du 1er septembre au 1er décembre 1916 - Mitrailleur du centre d'aviation Villacoublay au 1er au 24 décembre 1916 - Mitrailleur de l'escadrille N 79 du 24 décembre 1916 au 6 octobre 1917 - Stage au GDE du Plessis-Belleville du 27 février au 12 avril 1917 - Passé élève pilote à l'école d'aviation militaire de Dijon (formation théorique), le 14 octobre 1917 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Chartres, comme élève pilote, le 23 octobre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 10.665 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 24 décembre 1917 - Stage "Avions Rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord du 29 décembre 1917 au 20 janvier 1918 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau du 20 janvier au 18 février 1918 - Pilote du GDE du 7 février au 3 juin 1918 - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du 2 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 159 du 3 au 28 juin 1918 - Grièvement blessé en combat aérien, le 28 juin 1918 - Son adversaire était probablement le Ltn Eberhardt Mohnicke du Jasta 11 (8ème victoire) - Décédé des suites de ses blessures, à l'ambulance 7/20 de Crépy-en-Valois (Oise), le 28 juin 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 2 octobre 1918 - Sources : Pam - MpF - FM Calvados - CCC N 79 - CCC SPA 159 - Bailey / Cony - JORF - Dernière mise à jour : 27 décembre 2015.

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 2 octobre 1918 : "Pilote aviateur. Sous-officier pilote aviateur hors pair, d'un dévouement, d'un courage au-dessus de tout éloge. N'a pas hésité à s'engager dans un très dur combat, au cours duquel il a été très grièvement blessé."

 

Photo du MdL Jean Grillot

MdL Jean Charles Grillot - Né le 7 octobre 1893 à Paris (75) - Fils d'Augustin Grillot et d'Anna Millot - Domiciliés au 43, avenue du Bel-Air , parc St-Maur à Paris - Elève de l'école d'Oxford - Profession avant service militaire Commerçant - Classe 1913 - Recrutement du 3ème bureau de la Seine sous le matricule n° XXX - Service militaire au 16ème régiment de Dragons casernés à Versailles, à compter du 28 novembre 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Nommé Brigadier, le XX mai 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 16 novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3483 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, sur avion Voisin, le 19 mai 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire du Crotoy - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau - Pilote du centre d'aviation de Villacoublay du XXX au 25 novembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 25 novembre 1916 au 21 février 1918 - Détaché au GDE du 6 au 10 février 1917 - Figure gelée au cours d'une mission de reconnaissance photo, le 23 mars 1917 - Evacué sur l'hôpital de Dompierre-Orniers, du 25 mars au 25 avril 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 17 juin 1917 - Evacué sur l'ambulance de Noyon, le 22 juin 1917 - Convalescence jusqu'au 21 août 1917 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, le 26 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 159 du 22 février au 16 août 1918 - En mission du 1er au 7 avril 1918 - En mission du 29 avril au 12 mai 1918 - Evacué, à bout de forces, après s'être évanoui en mission, sur l'hôpital de la zone d'armée, le 16 août 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 28 août 1918 - Affecté au 3ème régiment d'aviation de chasse de Châteauroux, le 1er août 1920 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 19 octobre 1922 - Revenu à la vie civile comme directeur d'un soierie de 1922 à 1928 - Passé à l'arme de l'aéronautique militaire, dans la réserve, le 20 juin 1923 - Adjoint au secrétaire général des établissements Renault à Billancourt à partir de 1928 - Nommé Capitaine de Réserve - Après avoir décollé du centre d'aviation d'Orly, aux commandes d'un Morane-Saulnier 230, il se livra à un exercice de combat aérien avec le Sgc Beyneton, qui pilotait lui aussi un MS 130, le 25 février 1934 - Pendant l'engagement, l'avion du Sgc Beyneton entra en collision avec celui de Grillot lui tranchant l'empennage - Grillot réussi à évacuer son appareil en perdition, en sautant en parachute, malheureusement trop bas pour survivre - Le Sgc Beyneton, qui n'a pas évacué son avion, a été tué dans sa chute - Les deux avions se sont écrasés à Saint-Michel-sur-Orge, près de Monthléry - Leurs obséques ont été célébrées à l'hôpital du Val-de-Grâce - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille N 79 - CCC de l'escadrille SPA 159 - JORF - Magazine "l'Avion" - Journal "L'Ouest Eclair" - Journal "Le Petit Journal" - Journal "Les Ailes" - Dernière mise à jour : 13 avril 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Jean Charles Grillot, pilote à l'escadrille N 79, en date du 17 juin 1917 : "Pilote de tout premier ordre, possédant les plus belles qualités d'adresse et de sang-froid. D'une énergie, d'une bravoure et d'un dévouement dignes des plus grands éloges. Demande toujours à accomplir les missions plus plus périlleuses. A exécuté de très nombreuses reconnaissances à longue portée, à travers les barrages d'avions ennemis. Le 23 mars, par une température exceptionnellement rigoureuse, la figure complétement gelée, a eu, malgré ses souffrances, l'énergie d'accomplir sa mission jusqu'au bout, permettant à son observateur de rapporter des photographies du plus grand intérêt."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Jean Charles Grillot, du 16ème régiment de Dragons, pilote à l'escadrille SPA 159, en date du 28 août 1918 : "Officier pilote de la plus belle énergie morale, ayant une haute conception du devoir. Pendant huit mois passés à l'escadrille, a livré de nombreux combats où il n'a cessé de montrer l'exemple. Grâce à son dévouement et à son expérience, a rendu les plus grands services en commandant l'escadrille, plusieurs fois éprouvée par la perte de ses chefs. S'est dépensé sans souci aucun d'une santé fléchissante. A bout de forces, a voulu pourtant faire une patrouille, au cours de laquelle il a été contraint d'atterrir, n'ayant, par miracle, perdu connaissance qu'en arrivant au sol."

Photographes et dessinateurs de l'escadrille N 79 immortalisés à Ermenonville, peut-être lors d'un stage. Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

 

Les avions

Nieuport 17 de l'escadrille N 79
Photo SHD section Air de Vincennes.

Nieuport 17 à moteur Clerget alignés sur le terrain de Fretoy (80) - L'escadrille N 79 a stationné sur ce terrain du 19 janvier à avril 1917 - Les avions portent la première version de la tête de loup - Photo SHD section Air de Vincennes n° B 88/1079 - Origine Marny.

Nieuport 17 à moteur Clerget codés de gauche à droite "6", "2"" et "9" sur le terrain de Fretoy (80) - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Nieuport 23 codé "7" de l'escadrille N 79 sur le terrain de Fretoy (80) - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Nieuport 21 codé "9" de l'escadrille N 79 servant de rouleur sur le terrain - Un rouleur était, en principe, un avion incapable de décoller et destiné à initier les élèves-pilotes aux manoeuvres de roulage - Il est ici en bien facheuse posture, victime d'une mise en pylone - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Nieuport 21 codé "9" de l'escadrille N 79 servant de rouleur sur le terrain - Un rouleur était, en principe, un avion incapable de décoller et destiné à initier les élèves-pilotes aux manoeuvres de roulage - Après une position instable en équilibre et le dégagement du pilote, l'avion a terminé sur le dos - L'aviateur est visible au milieu de la photo avec son casque sur la tête - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Sopwith 1A2 n° 11 codé "2" baptisé "T.N.T.P.S.R.9" de l'escadrille N 79 pendant l'hiver 1916-1917 - L'autré côté a été baptisé "Arlette" - Si le propriétaire se reconnait, veuillez m'envoyer un message pour que je crédite cette photo.

Sopwith 1A2 n° 11 codé "2" de l'escadrille N 79 pendant l'hiver 1916-1917 - C'est le même appareil que ci-dessus - Ce côté a été baptisé "Arlette" - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Les deux mécaniciens affectés au service du Ltt Henri Malice pose à côté de son SPAD VII codé "3" - Cet officier a été affecté à l'escadrille N 79 du 24 décembre 1916 au 17 avril 1917 - L'un des mécaniciens est le soldat Michel Geoffray, qui était son mécanicien en 2ème - Le SPAD est décoré de la première version de la tête de loup qui date de 1917 - Remarquez la bande tricolore de fuselage, qui n'était pas une pratique courante à la N 79 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo famille Collet, transmise par Pierre-Michel Decombeix que je remercie pour son aide.

* Soldat Michel Marius Geoffray - Né le 25 août 1896 à Corbas (Rhône) - Classe 1916 - Affecté à l'école militaire d'aviation de Pau - Mécanicien de l'escadrille N 79 / SPA79 du 26 décembre 1916 au 4 mars 1919 - A été mécanicien en 2ème du Ltt Henri Malice - Affecté au Parc n° 6, à compter du 4 mars 1919 - Décédé en 1967 - Sources PM Decombeix - Pam - CCC escadrille N 79 / SPA 79 - Dernière mise à jour : 08/12/2014.

Ltt Jules Masse - Observateur à bord d'un SPAD XI de la N 79 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Dessin définitif de l'insigne de l'escadrille SPA 79 visible sur un Spad XI biplace (n° 13 dans l'ordre de l'escadrille) - Il manque une partie de la langue - Photo SHD section Air de Vincennes n° B 97 / 2294.

Les avions

Le MdL Roger Brétillon pose avec son SPAD VII à moteur Hispano 150 HP de l'escadrille N 79 - Il a été pilote de la N 79 du 1er décembre 1916 au 12 juin 1918 - Une victoire homologuée à la N 79 - Pilote de l'escadrille SPA 38 du 12 juin au 25 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 49 du 25 juin 1918 au 16 mai 1919 - 8 victoires homologuées à la SPA 49 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Epave du SPAD VII piloté par le caporal Gaston Lamarche, pilote de l'escadrille N 79 du 30 mai au 13 juillet 1917, accidenté sur le terrain de Catigny, le 13 juillet 1917 - D'après la légende de l'album, la conséquense de l'accident est dûe à un problème d'hélice survenu au cours d'une vrille - Le pilote a été incapable de récupérer son appareil qui s'est écrasé au sol - Il a été tué - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Spad VII n° 296 du Cne Gaston Luc-Pupat commandant l'escadrille N 79 - Cet avion porte le "1" marque distinctive de l'avion du commandant d'escadrille - Le capitaine Luc-Pupat a commandé l'escadrille du 25 avril 1917 au 4 septembre 1917, date de sa mort - Auparavent, cet avion avait été celui du Cne de Richemont, chef de la 79 du 21 novembre 1916 au 25 avril 1917 - Photo Christophe Blanc, son arrière petit-fils que je remercie pour son aide.

Le temps est menaçant - Les mécaniciens vont rentrer le SPAD VII du Cne Gaston Luc-Pupat, commandant de la N 79, dans un hangar Bessonneau du terrain du château de Bonneuil en août 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Gros plan du même avion - Le château de Bonneuil est dans le fond de l'image - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Cne Robert Franc, commandant de la N 79 du 5 septembre 1917 à la fin de la guerre - Comme tous les commandants d'escadrilles, son SPAD VII est codé "1" - Il porte la seconde version de la tête de loup - Photo prise sur le terrain du château de Bonneuil en septembre 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

L'insigne d'escadrille peint sur le SPAD VII du Cne Robert Franc en septembre 1917 - Il semble que le changement d'insigne ait eu lieu après la mort du Cne Luc-Pupat - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Photographie d'un Spad XI de la N 79 est monté par l'équipage : Sgt Edouard Cournaud (pilote) - Sgt Marcel Thibon (observateur) - Photo prise par le Slt Francis Paul (observateur) en novembre 1917 - Voir la photo dans son ensemble dans le bas de cette page - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

SPAD VII du Cne Franc probablement en 1918 - Il a été commandant de l'escadrille N 79 / SPA 79 du 5 septembre 1917 au 11 mars 1919 - Remarquez le premier insigne de l'unité et la bande tricolore de fuselage - Il s'agit d'un second appareil affecté à cet officier - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Vue rapprochée du Spad VII n° 7002 codé "14" de l'escadrille SPA 79 en 1918 - Photo collection Frank Fischer que je remercie pour son aide.

Vue générale du Spad VII n° 7002 codé "14" de l'escadrille SPA 79 en 1918 - Photo collection Frank Fischer que je remercie pour son aide.

SPAD VII codé "4" de l'escadrille SPA 79 pendant l'été 1917-1918 - Il porte la seconde variante de la tête de loup qui est apparue à la mi-1917 - Elle est beaucoup plus détaillée que la 1ère version - Remarquez également la différence de marquage du chiffre "4" entre l'aile supérieure et le fuselage - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo famille Collet, transmise par Pierre-Michel Decombeix que je remercie pour son aide.

 

Village d'Hallu, au Sud de Chaulnes (80), le 21 novembre 1916 - Focale de prise de vue F 30 / 54 - Altitude 1900 m - L'escadrille N 79 était stationnée à Mesnil-Saint-Georges (80) - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Terrain du Mesnil-Saint-Georges en fin d'année 1916, début d'année 1917. L'escadrille N 79 a occupé ce terrain du 21 novembre au 24 décembre 1916 puis de début janvier au 19 janvier 1917 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Tranchée du Cloporte, le 5 janvier 1917 - Focale F 60 - Altitude 2000 m - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Offensive de la Somme - Andechy, le 21 mars 1917 - L'escadrille appartient alors au Groupe Provisoire de Combat - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Sud de Ham - Dans la partie claire, le château de la ville qui a été détruit par les Allemands, le 19 mars 1917 - Photo réalisée, le 25 mai 1917 par l'équipage : Ltt Mezergues (pilote) et Slt Mas (obs) - Altitude 2000 m - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Photo aérienne du Moulin Gilotin dans le prolongement du ravin sur la route de Barisis à Septvaux et la commune de Septvaux réalisée par un équipage de l'escadrille N 79 - Ce secteur était occupé à cette date par la 77ème DI, qui restera sur place jusqu'à fin mai 1917 - Cette reconnaissance a été effectuée le 13 avril 1917 et couvre le Nord de Fresnes, au Nord-Est de Coucy-le-Château - L'équipage, ayant réalisé cette mission, était le caporal Jean-Charles Grillot (pilote) et Slt Charles Tarascon (observateur) - Altitude de prise de vue 4200 m - Photo collection Philippe Lamy que je remercie pour son aide.

Le Nord-Est de Normézière photographié par un équipage de l'escadrille N 79 - Photo réalisée par le Cal Jean-Charles Grillot (pilote) et Slt Charles Tarascon (observateur) - Document daté du 13 avril 1917 - Photo collection Philippe Lamy que je remercie pour son aide.

La commune de Septvaux photographié par un équipage de l'escadrille N 79 - Photo réalisée par le Cal Jean-Charles Grillot (pilote) et Slt Charles Tarascon (observateur) - Document daté du 13 avril 1917 - Photo collection Philippe Lamy que je remercie pour son aide.

Remise de décorations par le Cne de Richemont au Ltt Mézergues - MdL Goury du Rosland - Cal Gerbault - Cal Brétillon et lecture de la citation du Cal Doat, tué le 23 mars 1917 - Terrain de Catigny en avril 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Terrain du château de Bonneuil en août 1917 - Vue, depuis le château, des installations de l'escadrille N 79 - Dans l'allée au premier plan, on aperçoit la chatelaine, Mme de Roisel, en promenade - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Photo de détail de la précédente en août 1917 - On aperçoit un SPAD VII codé "6" portant l'insigne de la tête de loup - Les mécaniciens sont en train de refaire les pleins en carburant, munitions et charger les appareils photo dont on voit plusieurs exemplaires devant l'avion au premier plan - Les fils, au premier plan, sont des lignes téléphoniques car le château sert de PC à l'aéronautique de la 3ème armée (Cdt Pouderoux) - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Le terrain de tennis du château de Bonneuil - Partie avec les châtelaines de Golancourt en août 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Terrain du château de Bonneuil au Sud-est de Golancourt, le 7 juillet 1917 - L'escadrille 79 a stationné sur ce terrain du 17 juillet 1917 au 20 janvier 1918 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Photo oblique montrant le terrain du château de Bonneuil en juillet 1917 - Elle a été prise par le caporal Marcel Thibon, observateur-photographe de la N 79 pendant une cérémonie de remise de décorations - A cette occasion, les Cne Luc-Pupat et Augereau ont été fait chevaliers de la Légion d'Honneur - Le Cne Franc, Sgt Bretillon et Cal Foa ont également été décorés - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Terrain du château de Bonneuil, au Sud-Est de Golancourt, pendant l'été 1917 - L'escadrille 79 a stationné sur ce terrain du 17 juillet 1917 au 20 janvier 1918 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Cérémonie de remise de décorations sur le terrain du château de Bonneuil, le 7 juillet 1917 - Ce jour là, les Cne Luc-Pupat (Légion d'Honneur) - Cne Augereau (Légion d'Honneur) - Cne Franc (Coix de Guerre) - Sgt Brétillon (Croix de Guerre) - Cal Foa (Croix de Guerre) ont été récompensés pour leur bravoure au combat - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Vue satellite actuelle du village de Golancourt et du château de Bonneuil, stationnement de l'escadrille N 79 pendant la Grande Guerre - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Google Map.

Vue actuelle du château de Bonneuil, au Sud-Est du village de Golancourt - A comparer avec les photos d'époque - Photo Google Map.

Remise de palmes (citations à l'ordre de l'armée) au Slt Coignard - Adj de Dampierre - Sgt Brétillon sur le terrain du Château de Bonneuil en août 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Remise de la Légion d'Honneur au Cne Franc (chef N 79) et Cne Gigodot (Chef N 153) sur le terrain du château de Bonneuil en sept-oct 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Remise de la Légion d'Honneur au Cne Franc (chef N 79) et Cne Gigodot (Chef N 153) sur le terrain du château de Bonneuil en sept-oct 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Le bar de l'escadrille N 79 sur le terrain du château de Bonneuil en octobre 1917 - Derrière le comptoir, Sgt Pierre Lacaze (pilote) - Sgt Jean Grillot (pilote) - Devant Adj Pierre Bourguin (pilote) - Sgt Marcel Thibon (Observateur-photographe) - Asp Emile Dautremont (adjoint de discipline) - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Vue oblique du village de Villeselve et du terrain d'aviation (à droite dans le haut de l'image) en novembre 1917 - On aperçoit 6 hangars Bessonneau - Le Spad XI de la N 79 est monté par l'équipage : Sgt Edouard Cournaud (pilote) - Sgt Marcel Thibon (observateur) - Photo prise par le Slt Francis Paul (observateur) - Voir la photo de détail de cet appareil dans la rubrique "avions" - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Terrain du château de Bonneuil près de la commune de Golancourt pendant la période allant de novembre 1917 au 20 janvier 1918 - Malgré la neige qui recouvre la région, les installations du terrain sont parfaitement visibles - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Gros plan des installations de l'escadrille 79 situées sur le terrain du château de Bonneuil pendant la période de novembre 1917 au 20 janvier 1918 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

 

 

Cdt Paul Pouderoux, commandant l'aéronautique de la 3ème armée aui château de Bonneuil en juillet 1917 - Dans cet édifice était installé le PC de l'aéronautique de cette armée et sur le terrain les escadrilles N 79 et N 153 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Le service carte et canevas de tir dans la salle des cartes de l'escadrille 79 pendant l'hiver 1917-1918. Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Les dessinateurs en plein travail dans la salle des cartes et canevas de tir de l'escadrille 79 pendant l'hiver 1917-1918 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Salle des cartes et canevas de tir de l'escadrille 79 pendant l'hiver 1917-1918 - C'est dans cette salle qu'était mis à jour les cartes et canevas de tir pour l'artillerie. Les observations manuscrites, les photographies étaient minutieusement décortiquées et tous nouveaux dispositifs, batteries, blockhaus, tranchées, étaient reportés sur de nouveaux dessins. C'étaient les dessinateurs de l'unité qui étaient chargés de ce travail.
Les documents ainsi modifiés, étaient transmis au service des canevas de tir de l'armée.
Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Autre vue du logement des mécaniciens de l'escadrille 79 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Chambrée de mécaniciens de l'escadrille 79 - Les hommes bénéficient d'un certain confort avec des lits en dur des tables et des chaises et même des fleurs dans des douilles d'obus - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Village d'Ambrief (02) - L'escadrille SPA 79 a stationné à proximité de ce village du 8 au 24 mars 1918 - Certains personnels, officiers ou sous-officiers étaient logés chez l'habitant - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Photo verticale de la ville de Chauny, le 29 juin 1917 - A côté de ce qui reste de l'église, cérémonie en hommage au Ltt André Trédicini de Saint Séverin, pilote de l'escadrille N 79 - Il a été blessé, aux commandes d'un SPAD VII, au cours d'un combat aérien, le 25 juin - Il est décédé des suites de ses blessures, le même jour - Son adversaire était probablement un pilote du Jasta 1 - A cette époque, l'escadrille N 79 était stationnée au Château de Bonneuil, près de Golancourt - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Autre photo aérienne montrant le cortège funébre du Ltt André Trédicini de Saint Séverin, dans les rues de Chauny, le 29 juin 1917 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Photo verticale de la ville de Chauny, le 29 juin 1917 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

L'élogue funébre du Ltt de St-Sévérin, pilote de l'escadrille N 79, est faite par le Cdt Poli-Marchetti dans le cimetière de la ville, le 29 juin 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Le château de Bonneuil de la famille de Roisel en juillet 1917 - Devant le château était implanté un terrain d'aviation où ont séjourné les escadrilles N 79 et N 153 - A l'intérieur, étaient logés les officiers ainsi que l'état-major de l'aéronautique de la 3ème armée, commandée par le Cdt Pouderoux - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Photo oblique de la ville de Compiègne prise par un équipage de la N 79 en 1917 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Assemblage de photos de l'escadrille N 79 d'une reconnaissance réalisée le 17 juin 1917 par le MdL Grillot - Focale 0,26 m - Altitude 4500 m - L'escadrille était alors stationnée à Catigny (60) - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Assemblage de photos de l'escadrille N 79 d'une reconnaissance réalisée le 16 août 1917 par le Cne Robert Franc - Focale 0,26 m - Altitude 3800 m L'escadrille était alors stationnée à Bonneil-en-Valois (60) - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Terrain du château de Bonneuil en décembre 1917 - De gauche à droite : Sgt Pierre Lacaze (visage gelé) - Adj Pierre Bourguin (pilote) - Ltt Jean du Crest (pilote) - Sgt Edouard Cournand (visage gelé) - MdL Jean Grillot (pilote) - Adj Hubert de Dampierre (pilote) - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Terrain d'aviation du Mesnil-St-Georges - L'escadrille SPA 79 l'a utilisé du 25 au 26 mars 1918 - Comparez avec la photo actuelle - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photo actuelle du village du Mesnil-St-Georges avec superposition des installations de l'aéronautique militaire de la période 1917/1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Google Earth - Montage Albin Denis.

Photo du faux pas de tir du canon à longue portée "Paris Kanonen" qui tirait sur Paris à partir de la forêt de Beaumont-en-Beine, en juin 1918. Après que les 3 emplacements de la forêt de Saint-Gobain aient été évacués, les Allemands reprirent les tirs sur la capitale à partir de cette position. La réelle, mieux camouflée, est hors champ de cette photo. J'espère pouvoir vous présenter une photo de cet emplacement bientôt. Le repèrage de ces pièces, qu'elles que soient leurs emplacements, ont été l'objectif principal de nombreuses escadrilles du secteur. Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Ville de Montdidier (à confirmer) en fin août 1918 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Ville de Montdidier en fin août 1918 - A cette époque, l'escadrille SPA 79 était stationnée à Pocancy (51) - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Ville de Noyon en novembre 1918 - A cette époque, la SPA 79 était stationnée à Chambry (02) - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Cathédrale de Noyon en novembre 1918 - Photo Ltt Albert Mezergues transmise par Charles Platiau que je remercie pour son aide.

Terrain de Villeselve (60) en novembre 1917 - Photo prise par le Slt Francis Paul, observateur de l'escadrille N 79 - Photo Marcel Thibon transmise par Françoise Rivemale, sa petite fille, que je remercie pour son aide.

Terrain d'aviation de Sacy-le-Grand en juillet 1918 - L'escadrille SPA 79 a occupé ce terrain du 24 au 25 mars 1918 et du 26 mars au 22 avril 1918 - Photo collections du Centre Régional de I'image de Nancy que je remercie pour leur aide.

 

Avis mortuaire

Avis mortuaire du Cne Gaston Luc-Pupat - Photo Christophe Blanc, son arrière petit-fils que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du caporal Gaston Lamarche, pilote de l'escadrille N 79 tué au cours d'un accident aérien sur le terrain de Catigny, le 13 juillet 1917 - Il a été mis en terre dans le cimetière du village de Catigny, où son escadrille était stationnée - Photo Victor Belayer transmise par René Coutin, son petit neveu, que je remercie pour son aide.

Tombe du Sol Jean Baptiste (alias Ernest) Sarrat - Fonction de "divers" de l'escadrille SPA 79 du 8 mars au 16 novembre 1918 - Evacué sur l'ambulance 8/1 de Lâon, le 10 novembre 1918 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service à l'ambulance 8/1 de Laôn (Aisne), le 16 novembre 1918 - Jean Baptiste Sarrat repose dans la nécropole nationale de Soupir (Aisne) - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Charles Platiau pour l'envoi des photos prises par le Ltt Albert Mezergues.
- M. Jean-Jacques Leclercq
pour l'envoi de la photo des pilotes de la SPA 79 de 1918.
- M. Frank Fischer pour l'envoi de ses photos.
- M. Christophe Blanc pour l'envoi des photos de son arrière grand-père, le Cne Luc-Pupat.
- M. Philippe Lamy pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Thierry Rousseau pour le légendage de la photo des pilotes de l'escadrille en 1918.
- M. Frédéric Domblides pour l'envoi de la photo de l'entoilage conservé au MAE du Bourget.
- M. Michel Louvrier pour ses précisions sur la localisation du château de Bonneuil.
- M. Daniel Porret pour l'envoi de la photo du Ltt Charles Borzecki.
- M. Michel Gauthier pour l'envoi de la photo du Ltt André Trédicini de Saint-Severin.
- M. Thierry Palustran pour la communication des photos d'Emile Brantonne, son grand-père.
- M. Yves Genty pour l'envoi de la photo de l'insigne de la 2ème escadrille de l'EC 1/91 "Gascogne".
- M. Simon Braillon pour l'envoi de la photo de Maurice Briquet.
- M. Pierre Simonin pour l'envoi de la photo du caporal Gaston Lamarche.
- M. Jean-Pierre Puton, chef de projet du Centre Régional de l'Image de la ville de Nancy.
- M. Blaise Aurora, chargé de documentation du Centre Régional de l'image de la ville de Nancy.
- Mme Françoise Rivemale pour l'envoi des archives de Marcel Thibon, son grand-père.
- M. Collet pour l'envoi des archives de Michel Geoffray.
- M. Pierre-Michel Decombeix pour la transmission des archives de Michel Geoffray.
- M. René Coutin pour l'envoi des archives de Victor Belayer, son grand-oncle.
- M. Olivier Ribeton pour l'envoi des photos de Robert Franc, son grand-père.
- Mme Catherine Galharret pour l'envoi des photos des insignes fabriqués par Gilbert Uteau, son père.
- M. Pierre Scerri pour l'envoi de la photo du Soldat Perrin Dursac, son grand-père.
- M. Yves Castelain pour l'envoi de la photo de la tombe de Jean Baptiste Sarrat.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett - publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "La bible des insignes de l'Armée de l'Air" de Yves Genty - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 78 Escadrille 81

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir