Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

 

 

 

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 80

Symbolique

L'escadrille 80 n'a pas adopté d'insigne collectif mais juste une bande d'identification bleu bordée de blanc. Cette bande était peinte sur le fuselage et l'aile supérieure.

Historique

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 80

Les traditions de l'escadrille SPA 80 n'ont pas été reprises depuis le 18 février 1919, date de sa dissolution.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

 

Décorations

Pas de décoration collective pour cette unité.

 

Liste des personnels

Liste à venir

 

 

Victoires de l'escadrille

 

 

Palmarès

 

Morts et blessés

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Total des pertes

 

 

Les hommes

Cne François Félicien Glaize - Né le 12 juillet 1882 à "Rose-Bois", canton de la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) - Fils de Pierre Paul Léon Glaize, artiste peintre, et de Catherine Marie Ernestine Lefèvre - Domiciliés 95, rue de Vaugirard, 6ème arrondissement de Paris (75) - Engagé à l'école spéciale militaire de St-Cyr, le 30 octobre 1901 - Affecté comme sous-lieutenant, au 2ème régiment d'infanterie coloniale, le 1er octobre 1903 - Affecté au 3ème régiment de tirailleurs malgaches à Madagascar, le 25 mars 1905 - Nommé Sous-lieutenant de 2ème classe, le 1er octobre 1905 - Affecté au 1er régiment d'infanterie coloniale, le 19 avril 1907 - Affecté au 21ème régiment d'infanterie coloniale, le 9 novembre 1907 - Affecté au 2ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 25 octobre 1908 - Affecté au 3ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 1er avril 1910 - Affecté au 3ème régiment d'infanterie coloniale, le 8 avril 1911 - Affecté au 23ème régiment d'infanterie coloniale, le 12 août 1911 - Médaille Coloniale avec agrafe "Madagascar" et "Tonkin" - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 décembre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 131 obtenu sur avion Nieuport, le 20 juillet 1912 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 845 - Détaché au service l'aéronautique militaire, le 24 septembre 1912 - Affecté au 3ème groupe d'aviation, centre d'Epinal (88), le 1er octobre 1912 - Affecté au 1er groupe d'aviation, centre de Nancy (54), le 7 décembre 1912 - Désigné pour servir en Indochine par décision ministérielle du 24 février 1913 - Embarque à Marseille (13), le 30 mars 1913 - Affecté comme Lieutenant, au 3ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 30 mars 1913 - Détaché au service l'aéronautique militaire, le 23 novembre 1914 - Affecté au 3ème groupe de bombardement (GB 3), le 10 février 1915 - Nommé Capitaine, le 22 février 1915 Commandant de l'escadrille VB 107 du 22 février 1915 au 13 novembre 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée en date du 18 mai 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 20 mai 1915 - Hospitalisé à l'hôpital auxiliaire n° 222 de Menton puis convalescence du 1er avril au 26 juillet 1916 - Stage au GDE (Groupe des divisions d'entrainement) du 26 juillet au 13 novembre 1916 - En subsistance ou en stage à l'escadrille N 26 du 13 novembre au 5 décembre 1916 - Commandant de l'escadrille N 80 / SPA 80 du 13 décembre 1916 au 19 octobre 1917 - Commandant des escadrilles de la 3ème armée du 16 octobre 1917 au 15 juin 1918 - Commandant du groupe de combat n° 15 (GC 15) du 15 juin 1918 au 8 janvier 1919 - Nommé Chef de Bataillon (Cdt), le 25 septembre 1918 - En convalescence jusqu'au 8 janvier 1919 - Mis à la disposition du Ministre des Colonies pour commander l'Aéronautique d'Indochine, le 11 février 1919 - Nommé Commandant de l'Aéronautique d'Indochine, mis en position hors cadre, le 15 mai 1919 - Citation à l'ordre des troupes d'Indochine - Marié avec Emilie Marie Marcelle Philippe, en mairie de Paris 8ème, le 7 octobre 1919 - Affecté au 4ème RAO du Bourget, le 1er janvier 1920 - Affecté au 34ème RAO du Bourget par formation, le 1er août 1920 - Embarqué sur le vapeur "Angers" à Haiphong pour rejoindre Marseille, le 2 février 1923 - Réintégré dans les cadres et remis à la disposition de l'autorité militaire, le 9 mars 1923 - Débarqué à Marseille (13), le 27 mars 1923 - Désigné pour servir à nouveau en Indochine, le 21 septembre 1923 - Embarque à Marseille, le 2 novembre 1923 - Brevet d'observateur en avion titularisé, le 22 mars 1926 - Rentré en métropole, le 10 juin 1926 - Officier de la Légion d'Honneur, le 10 juillet 1926 - Débarqué à Marseille, le 18 juillet 1926 - Chef de bataillon (Cdt) au 34ème régiment d'aviation du Bourget du 19 janvier 1927 au XXX - Pendant la 2ème guerre mondiale, Résistant F.F.C - Déporté à Buchenwald en janvier 1944 et décédé en déportation, le 28 avril 1945 - Re-nommé Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume (par erreur), le 7 novembre 1958 - Annulé par la suite ! - Le photo présentée montre le Ltt François Glaize en septembre-octobre 1912 aux commandes d'un Maurice Farman modèle 1912 - Photo François Glaize transmise par son petit fils Guillaume que je remercie pour son aide.

* Adj Antonin Dominique Barthélémy Gautier - Né le 2 octobre 1895 à Chaponost (Rhône) - Fils de Michel Dominique Rose Gautier, entrepreneur en plomberie et d'Andrée Joséphine Madeleine Verzieux - Domiciliés 29, Quai des Brotteaux à Lyon (Rhône) - Profession avant guerre Elève mécanicien électricien - Elève de l'Ecole Centrale de Lyon - Classe 1915 - Recrutement de Rhône Central sous le matricule n° 2663 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre, le 24 avril 1915 - Affecté comme mécanicien au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 26 avril 1915 - Conducteur de l'escadrille MF 59 / F 59 du 30 juillet 1915 au 16 octobre 1916 - Affecté comme élève pilote à l'école d'aviation militaire de Dijon (cours théorique), le 16 octobre 1916 -Brevet de pilote militaire n° 5319 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 4 février 1917 - Nommé Caporal, le 5 février 1917 - Stage "Avions Rapides" à l'école militaire d'aviation d'Avord - Stage "Haute Ecole" à l'école militaire d'aviation de Pau, jusqu'au 1er avril 1917 - Pilote du GDE du 1er au 8 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 80 du 8 avril au 17 novembre 1917 - En mission à l'annexe RGAé de Bar-le-Duc, du 10 au 11 mai 1917 - Nommé Sergent, le 21 mai 1917 - En mission à Souilly du 6 au 9 juillet 1917 - Evacué sur l'hôpital temporaire n° 22 de Villers-Cotterets, le 17 novembre 1917 - Soins et Convalescence de deux mois, jusqu'au 23 février 1918 - Pilote du GDE du 23 février au 10 mars 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 80 du 10 mars au 15 septembre 1918 - Nommé Adjudant, le 20 août 1918 - Tué au cours d'une collision en vol, au cours d'une patrouille, avec l'avion piloté par le Ltt Fieschi de la même escadrille, le 15 septembre 1918 - Son SPAD s'est écrasé dans les environs de Fontaine-Saint-Rémy (Belgique) - Le Ltt Fieschi, blessé, a réussi à poser son appareil et a survécu - Sources : Bulletin de naissance - PAM - MPF - FM 69 - CCC 59 - CCC 80 - Dernière mise à jour : 30/04/2015.

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Antonin Gautier, pilote de l'escadrille SPA 80, en date du XXX : "Pilote de chasse énergique et conscencieux, donnant journellement la mesure de sa valeur et de son courage. Le 8 juin 1918, a accepté un combat inégal contre une forte patrouille de monoplans ennemi et après une lutte sévère, son moteur s'étant arrêté, a réussi à atterrir près des tranchées de première ligne, ramenant son appareil criblé de balles."

 

 

Les hommes

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Ltt Jean Toussaint Fieschi - Né le 23 octobre 1893 à Petreto-Bicchisano (Corse) - Fils de François Hilaire Fieschi et de Marie Andréani Giacomini - Profession avant service militaire : Commis dessinateur à la préfecture de la Seine (Paris) - Classe 1913 - Recrutement d'Ajaccio sous le matricule n° 357 - Service militaire au 163ème régiment d'infanterie, à compter du 28 novembre 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Citation n° 63 à l'ordre du 163ème régiment d'infanterie, le 29 avril 1915 - Nommé Sous-lieutenant, le 11 novembre 1915 - Citation n° 46 à l'ordre de la 17ème brigade, le 30 décembre 1915 - Citation n° 70 à l'ordre du 31ème corps d'armée, le 14 février 1916 - Une blessure de Guerre, le 28 mars 1916 - Citation n° 229 à l'ordre de la 2ème armée, le 18 avril 1916 - Une blessure de guerre, le 10 juillet 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 4 décembre 1916 - Observateur de l'escadrille C 53 (du 1er corps d'armée) du (début 1917) au 4 octobre 1917 - Citation n° 237 à l'ordre du 163ème régiment d'infanterie, le 27 avril 1917 - Citation n° 15 à l'ordre du 1er corps d'armée, le 21 mai 1917 - Brevet d'observateur en avion, le 25 mai 1917 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 6 juillet 1917 - Citation n° 27 à l'ordre du 1er corps d'armée, le 27 août 1917 - Observateur de l'escadrille SOP 226 du 20 octobre au 16 décembre 1917 - Une blessure en service aérien commandé, le 27 novembre 1917 - Passé élève pilote à l'école d'Etampes, le 20 décembre 1917 - Brevet de pilote militaire obtenu à l'école militaire d'aviation d'Etampes, le 26 février 1918 - Stage de "Haute Ecole" à l'école militaire d'aviation de Pau - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Pilote du GDE jusqu'au 24 août 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 80 du 24 août 1918 au 19 février 1919 - Une blessure en service aérien commandé, le 15 septembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 28 décembre 1918 - Titulaire de 210 heures de vol au-dessus de l'ennemi à la fin de la Guerre - Citation n° 12.649 à l'ordre du GQG, le 28 décembre 1918 - Nommé Commis dessinateur de la ville de Paris, le 3 avril 1920 mais restera dans l'armée - Une blessure en service aérien commandé, le 20 avril 1920 - Affecté à la 9ème escadrille (SPA 62 de la Grande Guerre) du 1er régiment de chasse de Thionville-Basse-Yutz (57), le 5 juin 1920 - - Une blessure en service aérien commandé, le 21 mai 1921 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, pour la mission militaire aéronautique au Vénézuela, le 22 novembre 1920 - Affecté au 1er régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz (57), au retour du Vénézuela, le 22 mars 1923 - Nommé Capitaine, le 24 mars 1923 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 8 juillet 1926 - Haut conseiller militaire de la Chine de 1927 à 1936 - Officier de la Légion d'Honneur, le 1er janvier 1930 - Officier d'académie pour services rendus à l'expansion intellectuelle française, 16 février 1930 - Nommé Commandant, le 20 avril 1930 - Nommé Commandant de la 35ème escadre aérienne en 1937 - Médaille d'Or de l'éducation physique, le 10 août 1937 - Nommé Lieutenant-colonel, le 15 septembre 1937 - Officier de l'instruction publique, le 23 février 1939 - Nommé Colonel, le 2 septembre 1939 - Commandant de l'Air régional n° 14 du 4 février 1938 au 10 janvier 1940 - Attaché de l'Air à Rome (Italie) du 15 janvier au 16 juin 1940 - Commandant du groupement de Valence du 22 juillet au 21 août 1940 - Commandant la base aérinne de Lyon-Bron du 22 août 1940 au 27 mai 1942 - Une blessure en service aérien commandé, le 26 janvier 1942 - Arrêté par la Gestapo et déporté en Allemagne du 6 mai 1944 au 12 mai 1945 - En convalescence du 15 mai au 6 septembre 1945 - Nommé Général de Brigade aérienne, le 25 mars 1946 - Mis en congé du personnel navigant, le 5 juillet 1946 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 31 décembre 1946 - Admis en 2ème section du cadre de l'EMGAA, le 23 octobre 1949 - Croix de Guerre 39-45 et une citation à l'ordre de l'armée aérienne, le 5 décembre 1950 - Titulaire de 1283 heures de vol - Conseiller municipal de la ville de Lyon (69) en 1953 - Grand officier de la Légion d'Honneur, le 24 mai 1954 - Décédé au début février 1955 - Jean Toussaint Fieschi repose dans le cimetière du village de Petreto-Bicchisano, où il est né - Sources : Pam - FM (Corse) - LO - CCC N 62 / SPA 62 - CCC SPA 80 - JORF - Dernière mise à jour : 27/12/2014 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Fieschi datant de son affectation à la 9ème escadrille (SPA 62) du 1er RAC de Thionville-Basse-Yutz en 1920 - transmise par Philippe Fleury, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

* Citation n° 63 à l'ordre du 163ème régiment d'infanterie, le 29 avril 1915 : "Sous-officier très courageux, n'hésitant jamais à faire les reconnaissances les plus périlleuses pour seconder son chef et contribuer au succès."

* Citation n° 46 à l'ordre de la 17ème brigade, le 30 décembre 1915 : "Devant les tranchées de Montmare-Flirey, a dirigé une reconnaissance des plus audacieuses qui s'est avançée jusqu'à la tranchée ennemie et qui a enlevé plusieurs fils de fer conducteurs pour les patrouilles allemandes. A rapporté des renseignements très intéressants."

* Citation n° 70 à l'ordre du 31ème corps d'armée, le 14 février 1916 : "S'est montré particulièrement audacieux dans la direction de patrouilles au cours desquelles il a enlevé des fils téléphoniques ennemis et, le 4 janvier 1916, a pénétré de sa propre initiative dans un poste d'écoute ennemi devant le secteur de Jury."

* Citation n° 229 à l'ordre de la 2ème armée, le 18 avril 1916 : "Officier d'une grande énergie et d'une réelle bravoure. A su, sous les bombardements les plis violents, maintenir le moral de ses hommes à un niveau très élevé. A, dans la nuit du 28 au 29 mars 1916, à Verdun (Malancourt), dirigé une patrouille des plus audacieuses ayant pour but d'assurer une liaison entre deux ouvrages très avancés et a rapporté des renseignements très utiles."

* Citation n° 237 à l'ordre du 163ème régiment d'infanterie, le 27 avril 1917 : "Au cours du coup de main du 10 juillet 1916, blessé pendant le bombardement préparatoire, est resté malgré sa blessure pendant deux heures à son poste; n'a consenti à le quitter qu'après avoir acquis la certitude que le calme était entièrement revenu. Officier très brave et très allant."

* Citation n° 15 à l'ordre du 1er corps d'armée, le 21 mai 1917 : "Excellent observateur d'infanterie. A exécuté de très nombreuses missions d'avion de commandement au cours desquelles il a pu fournir les plus précieux renseignements. Le 20 avril, attaqué par deux adversaires, a énergiquement soutenu le combat, les a obligés à s'enfuir et a pu terminer sa mission."

* Citation n° 27 à l'ordre du 1er corps d'armée, le 27 août 1917 : "Spécialisé dans les liaisons d'infanterie, a exécuté de très nombreuses missions, volant à moins de 100 mètres sur les tranchées ennemies afin de rapporter les renseignements nécessaires au commandement. S'est particulièrement distingué au cours des attaques d'avril et les 31 juillet et 16 août 1917 en assurant au moins de 100 mètres sur les tranchées ennemies par très mauvais temps, des missions d'infanterie de la plus haute importance."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation n° 12.649 à l'ordre du GQG du Ltt Jean Toussaint Fieschi, au 163ème régiment d'infanterie, pilote aviateur, en date du 28 décembre 1918 : "Officier d'une énergie remarquable, animé du plus haut sentiment du devoir. D'un courage et d'une activité inlassables, a toujours fait preuve des plus belles qualités militaires. Après s'être signalé dans l'infanterie, a pris une part brillante dans l'observation aérienne. Pilote de chasse depuis peu, s'est fait remarquer par son audace. Deux blessures."

* Officier de la Légion d'Honneur du Cne Jean Toussaint Fieschi, du secrétariat général du ministère de l'Air, en date du 1er janvier 1930 : "15 ans de services, 9 campagnes, 5 blessures, une citation, deux ans de bonifications pour services aériens. Chevalier du 28 décembre 1918."

* Citation à l'ordre de l'armée aérienne, le 5 décembre 1950 : "Animé d'un ardent patriotisme, est entré en contact dès 1941 avec les premiers éléments organisé de la résistance. Par son accendant personnel et son dynamisme, a su insuffler sa foi aux officiers de l'armée de l'Air de la Région de Lyon. A apporté une aide des plus précieuses aux premiers groupes para-militaires qui devaient bientôt constituer l'armée secrète. A été arrêté, le 6 mai 1944 et déporté. Cette citation comporte l'attribution de la Crois de Guerre 1939-1945 avec palme.

 

Photo du Sgt Lucien Rey

Sgt Lucien Pierre Jean Marcel Rey - né le 23 juin 1896 à Mazet-sur-Voy (Haute-Loire) - Fils de Jean Pierre Rey et de Marie Elisa Celia Nidal - Appelé au 2ème groupe d'aviation de Bordeaux, le 30 avril 1916 - Présélection personnel Navigant à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 5573 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 5 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 80 du 5 avril 1917 au 15 juin 1917 - Tué, aux commandes du Nieuport 24 bis n° 3875,  lors d'un combat aérien contre 3 avions dans les environs de Ailles (02), le 15 juin 1917 - Son adversaire était le Vfw Hans Bowski du Jasta 14 (sa 2ème victoire) - L'escadrille N 80 était stationnée à la ferme de Bonne Maison de Courville (51) - La N 80, sous les ordres de l'aéronautique de la VIème armée, était engagée sur le Chemin des Dames où les Allemands lanceront plusieurs attaques en mai et juin 1917 - La Jasta 14 était stationnée à Marchais, à 20 km à l'est de Laon - Le VFW Hans Bowski a remporté 5 victoires homologuées pendant la 1ère guerre mondiale.

 

Les avions

Biplace allemand abattu par le Slt Robert Rolane-Baudouin, pilote de l'escadrille N 80, dans les environs de Moulins, le 29 avril 1917 - L'équipage allemand a été fait prisonnier - Photo Désiré Sic via La Lettre du Chemin des Dames édité par le conseil général de l'Aisne.
* Slt Robert Jules Rolane-Baudouin - Né le 13 juillet 1891 à Dinard (35) - Fils de Jules Baudouin et de Marie Crazais - Profession avant guerre pilote civil - Pilote de l'escadrille N 80 du 16 février au 17 août 1917 - RGA du 5 au 9 avril 1917 - Une victoire homologuée contre un biplace, le 29 avril 1917 - Médaille Militaire et Croix de Guerre - Une citation à l'ordre de l'armée - Mission à Buc du 1er au 6 mai 1917 - En mission à la société SPAD du 12 au 25 mai 1917 - Tué au combat au cours d'une mission dans les environs de Stenay 55), le 17 août 1917 - Robert Baudouin-Rolane repose à l'ossuaire de Stenay (55) -

Les avions

L'Adj Antonin Gautier pose avec le SPAD VII qui lui a été affecté, probablement au début de sa seconde période au sein de l'escadrille 80, vers avril-mai 1918 - Il volera ensuite sur un SPAD XIII - Photo transmise par Paul David que je remercie pour son aide.

L'Adj Antonin Gautier, pilote de l'escadrille N 80 / SPA 80 du 8 avril au 17 novembre 1917 et du 10 mars au 15 septembre 1918, pose avec son SPAD XIII codé "8" sur le terrain de Thiers-sur-Thève entre le 1er juin et le 1er septembre 1918 - Son avion porte la bande d'identification adoptée par l'unité - Il a été tué au cours d'une collision en vol, pendant une patrouille, avec l'avion piloté par le Ltt Fieschi de la même escadrille, le 15 septembre 1918 - Son SPAD XIII s'est écrasé dans les environs de Fontaine-Saint-Rémy (Belgique) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Paul David et Identification du terrain par Pierre Boufflet que je remercie tous deux pour leur aide.

 

Souvenirs en rapport

Tenue de vol en cuir du Ltt Jean Fieschi - Observateur de l'escadrille SOP 226 du 20 octobre au 16 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 80 du 24 août 1918 au 19 février 1919 - Pilote de la 9ème escadrille (SPA 62 de la Grande Guerre) du 1er régiment de chasse de Thionville-Basse-Yutz (57), le 5 juin 1920 - Photos Philippe Fleury, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe de l'Adj Antonin Gautier, tué au cours d'une collision aérienne aux environs de Fontaine-Saint-Rémy (Belgique), le 15 septembre 1918 - Il a été pilote de l'escadrille N 80 du 8 avril au 17 novembre 1917 puis de l'escadrille SPA 80 du 10 mars au 15 septembre 1918 - Photo transmise par Paul David que je remercie pour son aide.

 

 

Remerciements à :

- M. Philippe Fleury pour l'envoi des photos du Ltt Jean Fieschi, son grand-oncle.
- M. Guillaume Glaize pour l'envoi de la photo du Cne François Glaize, son grand-père.
- M. Jean-Eric Zobrist pour avoir porté à ma connaissance l'existance du bulletin "La Lettre du Chemin des Dames" édité par le conseil général de l'Aisne.
- aux familles Gautier, Johnson, Scott, M. Pierre Mathieu, M. Paul David pour la transmission des photos d'Antonin Gautier.
- l'Association "Histoire et Patrimoine" de Chaponost.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 79 Escadrille 81

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir