Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

 

 

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 84

Symbolique

L'escadrille N 84 adopte une tête de renard pendant le 1er trimestre 1917. Le dessin a été proposé par le soldat Gaston Meunier, un armurier, au Cne Paul Gastin, le commandant de l'escadrille, qui l'a adopté pour son unité. Le choix du canidé semblait évident car la 84 possédait à l'époque deux renards comme mascottes. Beaucoup plus tard, pendant la seconde guerre mondiale, le second commandant d'escadrille, le Cne Roger de Richemont prendra pour nom de guerre "Renard" en souvenir de cette période.

Historique

 

 

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 5ème escadrille du GC III/1 - Cette unité était équipée de Morane-Saulnier MS 406 en 1940 - Droits réservés.

Insigne du Groupement Radar de Circulation Aérienne (GRCA) 00/950 (à confirmer) - Cette unité devait être détentrice des traditions de la 1ère escadrille du GC III/1 - Fabrication Drago Paris Nice - Valable pour l'époque allant de 1944 à 1947 - Insigne non homologué - Photo Albin Denis.

Insigne de la 1ère escadrille de l'EC 1/10 "Valois" et de l'EC 1/30 "Valois" - Variante aux yeux blancs - Fabrication Drago - Homologué au SHD de Vincennes sous le n° 592, le 8 février 1954 - Définition héraldique : losange de gueules à une rencontre de renard stylisés d’or - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne de la 1ère escadrille de l'EC 1/10 "Valois" et de l'EC 1/30 "Valois" - Variante aux yeux noirs - Fabrication Drago - Homologué au SHD de Vincennes sous le n° 592, le 8 février 1954 - Définition héraldique : losange de gueules à une rencontre de renard stylisés d’or - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 84

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de l'EC 1/10 "Valois" - Homologué au SHD de Vincennes sous le n° A 627, le 22 septembre 1954 - A cette époque, il s'agissait de l'insigne de l'escadron d'entrainement de de calibration (ECC) 2/17 stationné à Creil et équipée de DH 100 Vampire - L'insigne présenté est celui de l'EC 1/10 "Valois" stationné sur la base de Creil de 1958 à 1985 - Définition héraldique : de gueules, chargé en canton dextre d'une rencontre de renard d'or, et en canton senestre d'un canard au naturel, séparés par un trait d'or en barre; au chef d'azur à trois fleurs de lys d'or - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Fanion en rapport avec les
traditions de l'escadrille SPA 84

Fanion de la 6ème escadrille du 2ème RAC - Il a été en service dans cette unité du 1er août 1920 au 1er septembre 1933 - Il est conservé au service symbolique et traditions de la section Air du SHD du Château de Vincennes - Photo Jean Piéribattista que je remercie pour son aide.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

Liste des personnels

Liste à venir

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Je cherche les données extraites de carnets de vol pour compléter cette rubrique. Qui peux m'aider ?

Décorations

Citation

Le groupe de combat n° 13 : "Unité de combat particulièrement brillante, animée du plus pur esprit de sacrifice et du plus ardent enthousiasme. Depuis sa formation, en novembre 1916, sous les ordres du commandant Féquant, a coopéré avec une bravoure et une adnégation constantes à douze grandes batailles aériennes. Malgré des pertes cruelles, n'a cessé à aucun moment de donner un magnifique exemple par sa ténécité et sa foi dans la victoire. Sous les ordres du capitaine d'Harcourt, les escadrilles 15, 65, 84, 88, ont pris la plus belle part aux batailles de mars à août 1918, se dépensant sans compter et portant à 166 le nombre de leurs victoires." (ordre du 10 septembre 1918)

 

Victoires

 

 

 

Palmarès

 

Morts et blessés

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

 

Total des pertes

 

 

Les hommes

Les pilotes de l'escadrille SPA 84 posent à coté du Spad XIII à moteur 200 ch n° 2662 de l'escadrille SPA 84, au début de l'année 1918 - De gauche à droite : Sgt Pierre Rejon (2 victoires homologuées et 1 NH à la SPA 62) - Brig Georges Lecoq - Caporal Robert Henri Sarkis - Adj Edouard Pinot - Slt Omer Delmeudre (13 victoires homologuées - Tué au combat, le 3 mai 1918) - Adj Georges Delcuze - Slt Pierre Wertheimer - Ltt Louis de Vaubicourt - MdL Elysée Césari - Assis de gauche à droite : MdL Marcel Cordier - Brig Pierre Souvent - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Je remercie pour son aide M. Jean-Albert Rejon pour la communication des archives de la famille Réjon.

Sgt Omer Paul Demeuldre - Né le 8 mars 1892 à Cambrai (Nord) - Fils de Félix Léopold Demeuldre et de Julia Palmyre Saint-Aubert - Domiciliés au 50, route de Paris à Cambrai (Nord) puis au 5, rue Charlot à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) - Profession avant service militaire Mécanicien d'automobiles - Domicilié au 19, rue Dupleix à Lille (Nord) - Classe 1912 - Recrutement de Lille (Nord) sous le matricule n° 2364 - Service militaire au 3ème groupe aéronautique d'Epinal (Vosges), à compter du 9 octobre 1913 - Mécanicien / conducteur de l'escadrille MF 5 du 9 octobre 1913 au 22 octobre 1914 - Mécanicien affecté au service du Ltt Charles Colard - Affecté au 1er groupe d'aviation, le 1er janvier 1914 - Détaché avec son pilote à Rambervillers du 17 août au 13 octobre 1914 - Affecté à la 1ère réserve de ravitaillement de Dijon, en compagnie du Ltt Colard, du 22 octobre au 28 novembre 1914 - Mécanicien de l'escadrille MF 33 du 28 novembre 1914 au 23 février 1915 - Affecté, avec le Cne Colard, à la 2ème réserve d'aviation de St-Cyr du 23 février au 1er avril 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 35 du 1er au 16 avril 1915 - Mécanicien de la RGA du 16 avril au 1er septembre 1915 - Nommé Caporal, le 10 juillet 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 63 / F 63 du 1er septembre 1915 au 23 septembre 1916 - Il est toujours affecté au service du Cne Charles Colard, désormais commandant de l'escadrille MF 63 - Une victoire homologuée comme mécanicien / mitrailleur contre un Albatros abattu dans les environs du bois des Forges (Meuse), le 7 septembre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 11 septembre 1915 - Nommé Sergent, le 10 janvier 1916 - Citation à l'ordre de l'aéronautique de la 2ème armée, en date du 24 septembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4584 délivré directement à l'escadrille F 63, le 23 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille F 63 du 23 septembre 1916 au 11 octobre 1917 - Brevet de pilote FAI n° 4403 délivré par l'Aéroclub de France, le 2 octobre 1916 - Citation n° 80 à l'ordre de la 120ème division, en date du 25 mars 1917 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 11 juin 1917 - Pilote de la GDE (stage SPAD) du 11 au 14 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille N 84 / SPA 84 du 14 octobre 1917 au 3 mai 1918 - Médaille Militaire, le 18 novembre 1917 - Citation n° 1133 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 8 janvier 1918 - Citation n° 1139 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 11 janvier 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 20 janvier 1918 - Citation n° 1185 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 13 février 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 13 avril 1918 - Disparu au cours d'une patrouille dans la région de Montdidier (Somme), le 3 mai 1918 - Photo Omer Demeuldre transmise par Nicole Demeuldre que je remercie pour son aide - Sources : Acte de naissance - Pam - MpF - Fiche Matricule du département du Nord - LO - CCC de l'escadrille MF 5 - CCC de l'escadrille MF 33 - CCC de l'escadrille MF 35 - CCC de l'escadrille MF 63 / F 63 - CCC de l'escadrille N 84 / SPA 84 - Dernière mise à jour : 11 janvier 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée du Cal Omer Demeuldre, mitrailleur de l'escadrille F 63, en date du 11 septembre 1915 : "Caporal mitrailleur, le 7 septembre 1915, a rencontré un avion de chasse. malgré son infériorité de vitesse, n'a pas hésité à l'attaquer et par son courage et son adresse, après avoir tiré trois cents cartouches de mitrailleuses, l'a obligé à piquer brusquement vers le sol."

* Citation à l'ordre de l'aéronautique de la 2ème armée du Sgt Omer Demeuldre, mécanicien de l'escadrille F 63, en date du 24 septembre 1916 : "Sergent mécanicien. Toujours volontaire pour les missions périlleuses. A exécuté quinze bombardements poussés jusqu'aà cent kilomètres dans les lignes allemandes."

* Citation n° 80 à l'ordre de la 120ème division du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille F 63, en date du 25 mars 1917 : "Pilote de reconnaissance, pilote audacieux, s'est distingué particulièrement le 19 mars 1917 en volant très bas au-dessus des lignes ennemies pour permettre à son observateur de mitrailler et dispenser un groupe de cavaliers et de cyclistes ennemis."

* Citation n° 387 à l'ordre du 35ème corps d'armée du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille F 63, en date du 11 juin 1917 : "Coutumier des actes d'audace et de sang-froid. Le 23 mai 1917, attaqué au cours d'une reconnaissance photographique par un avion ennemi qui endommagea gravement son appareil, réussit après une lutte brillante à mettre son adversaire hors de combat puis continua jusqu'au bout sa missions."

* Citation n° 111 à l'ordre de la 4ème armée du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 23 décembre 1917 : "Pilote de haute valeur. Depuis peu de temps dans la chasse, s'impose déjà à ses camarades par son ardeur et son adresse. A abattu un avion ennemi dans nos lignes, le 15 décembre 1917."

* Citation n° 1133 à l'ordre de la 4ème armée du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 8 janvier 1918 : "Remarquable pilote de chasse, d'un courage et d'un allant hors de pair, donnant un magnifique exemple à ses camarades. Le 22 décembre 1917, a abattu un biplace ennemi qui est tombé dans nos lignes; le lendemain 23 décembre, a livré un dur combat à un second biplace ennemi qui s'est écrasé derrière les premières lignes ennemies."

* Citation n° 1139 à l'ordre de la 4ème armée du Sgt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 11 janvier 1918 : "Pilote de chasse d'une valeur tout à fait exceptionnelle. le 3 janvier 1918, a abattu un avion ennemi qui a pris feu en l'air et s'est écrasé dans ses lignes."

* Citation n° 1185 à l'ordre de la 4ème armée du Slt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 13 février 1918 : "Excellent sous-officier. Après s'être fait remarquer dans l'aviation de réglage vient de débuter brillamment dans la chasse où il s'annonce comme un pilote audacieux et habile. Le 30 octobre 1917, a abattu son troisième avion ennemi qui s'est écrasé en flammes dans les premières lignes allemandes."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Omer Paul Demeuldre, pilote à l'escadrille SPA 84, en date du 13 avril 1918 : "Officier pilote d'une adresse et d'un courage exceptionnels, merveilleux exemple pour son escadrille qu'il entraine par son beau moral, son ardeur et le prestige de ses succès. A abattu 11 avions ennemis. Médaillé militaire pour faits de guerre. Six citations."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Slt Omer Paul Demeuldre, pilote de l'escadrille SPA 84, en date du 11 mai 1918 : "Pilote de chasse exceptionnel, dont le moral élevé, la bravoure et l'allant excitaient l'admiration et l'émulation de ses camarades de combat. A abattu treize avions ennemis, dont dix en quatre mois. Le 3 mai 1918, est tombé, en pleine lutte, dans l'attaque, à bout portant d'un biplace ennemi, laissant le plus bel exemple de vaillante et jeune ardeur."

Ltt Paul Adrien Gastin - Né le 8 novembre 1881 à Avignon - Fils de Louis Gastin et de Hortense Joanny- Service militaire au 11ème régiment de Hussards à compter du 1er octobre 1907 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 31 juillet 1913 - Profession avant guerre Négociant - Mobilisé au 9ème régiment de Chasseurs, le 2 août 1914 - Passé à l'aviation comme observateur, le 26 février 1915 - Observateur de l'escadrille MS 12 du 26 février 1915 à juin-juillet 1915 - Croix de Guerre en avril 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1484 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 1er septembre 1915 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord jusqu'au 3 novembre 1915 - RGA du 3 novembre 1915 au 23 février 1916 - Pilote de l'escadrille N 49 du 23 février 1916 au 31 janvier 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 3 juin 1916 - Commandant de l'escadrille N 84 du 31 janvier 1917 au 29 août 1918 - Nommé Capitaine, le 3 décembre 1917 - Commandant du GC 23 à compter du 29 août 1918 - 6 victoires homologuées pendant le 1ère guerre mondiale, 5 à la N 49 et une à la SPA 84 - Une citation à l'ordre du régiment en juin 1915 - 8 citations à l'ordre de l'armée en avril 1915 - avril 1916 - juin 1916 - octobre 1916 - novembre 1916 - décembre 1916 - janvier 1917 - février 1917 - Décédé le 23 août 1976 - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

 

Photo du Sgt Jacques Menier

* Sgt Jacques Menier - Né le 22 janvier 1892 à Paris (75) - Fils de Gaston Menier et de Julie Rodier - Domiciliés au 61, rue Montchamps à Paris (75) - Profession avant guerre Industriel - Classe 1912 - Recrutement de Coulommiers sous le matricule n° 578 - Service militaire à la 1ère compagnie du 1er groupe d'aérostiers du 1er régiment de génie de St-Cyr à compter du 10 octobre 1912 - Affecté au parc aéronautique n° 8 Bréguet Michelin en 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 2 avril 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4031 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 25 avril 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord du 3 août au 4 novembre 1916 - Brevet de pilote FAI n° 4255 délivré par l'aéroclub de France, le 7 septembre 1916 - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Pau du 4 novembre 1916 au 2 février 1917 Pilote de l'escadrille N 84 du 2 février au 19 août 1917 - Au cours d'une patrouille photographique, il engage un avion ennemi et s'éloigne de la patrouille, le 19 août 1917 - A 3800 mètres d'altitude, il aperçoit un groupe de six avions allemands - Il attaque le dernier du dispositif mais ses adversaires réagissent immédiatement et l'attaquent par paire - L'un des assaillants tire une rafale sous la queue de son Nieuport - Une des balles le touche sur le côté de la tête et l'autre met le feu au réservoir d'essence - Piquant vers le sol, il brise son pare-brise, troue la carlingue avec ses pieds pour créer un appel d'air et rabattre les flammes qui lui brûlaient la tête - Il réussit à atterrir sans dommage dans une clairière à 4 km à l'Est de Damvillers mais est immédiatement fait prisonnier par le commandant d'une batterie d'artillerie allemande positionnée aux alentours - Hospitalisé au Lazaret (hôpital allemand) de Montmédy du 20 août au 2 octobre 1917 - Transféré sur l'hôpital de prisonniers de Trèves du 4 au 15 octobre 1917 - Citation à l'ordre de la 2ème armée, le 9 novembre 1917 - Hospitalisé au Lazaret de Saarbrucken du 16 octobre au 5 novembre 1917 - Hospitalisé au Lazaret du camp de prisonnier de Bernau du 5 au 21 novembre 1917 - Hospitalisé au Lazaret de Furtenfeldbruck- Puchheim du 21 novembre 1917 au 21 juillet 1918 - Hospitalisé à Munsterlingen en Suisse, le 24 août au 6 septembre 1918 - Séjour dans la région d'internement de Montreux (Suisse) du 6 au 20 septembre 1918 - Rapatriement en France et mis en congé de convalescence, le 20 septembre 1918 - Croix de Guerre avec citation à l'ordre des armées du Nord et du Nord-Est, le 16 octobre 1918 - Démobilisé, le 21 février 1919 - Médaille militaire, le XX février 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 1er janvier 1927 - A été maire de Noisiel - S'est présenté aux élections sénatoriales du 13 janvier 1935 comme candidat Radical Socialiste et a été battu par M. J.L Dumesnil par 560 voix contre 218 - Sources : Pam - Liste PN - JORF - Dernière mise à jour : 15 novembre 2015.

* Citation à l'ordre de la 2ème armée du Sgt Jacques Menier, pilote à l'escadrille N 84, en date du 9 novembre 1917 : "Excellent pilote de chasse, revenu souvent avec un avion criblé de balles et d'éclats. Le 20 août, après un combat très dur, rentré au terrain avec un avion criblé de balles, est reparti le jour même sur un autre appareil livrant aussitôt un nouveau combat, au cours duquel il est tombé blessé dans les lignes ennemies."

* Croix de Guerre avec citation à l'ordre des armées du Nord et du Nord-Est du Sgt Jacques Menier, au 2ème groupe d'aviation, pilote de l'escadrille N 84, en date du 16 octobre 1918 : "Excellent pilote de chasse, brave, adroit, ayant la plus haute conception de son devoir; revenu souvent avec un avion criblé de balles et d'éclats. Le 20 août, après un combat très dur, rentré au terrain avec un avion criblé de balles, est reparti le jour même sur un autre appareil livrant aussitôt un nouveau combat, au cours duquel il est tombé blessé dans les lignes ennemies. A mis hors de combat deux de ses adversaires, tandis que lui-même, blessé à la nuque, gravement brûlé par son avion mis en flammes tombait dans les lignes allemandes après avoir épuisé toutes ses munitions et combattu jusqu'au bout. Est rentré en France, en octobre 1918, encore défiguré et non guéri de ses blessures. Une citation."

Les hommes

Slt Georges Delcuze - Né le 6 juin 1894 à Vismes-au-Val (80) - Fils de Jean-Baptiste Frumenec Delcuze et de Léontine Marie Dumont - Profession avant guerre Employé des Chemins de fer - Appelé 154ème RI, le 6 septembre 1914 - Passé à l'aviation, le 2 juin 1916 Stage de mitrailleur à l'école du tir aérien de Cazaux - Mitrailleur, le 4 juillet 1916 - Elève pilote à partir du 12 mai 1917 - Brevet de pilote militraire n° 7761 obtenu à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 28 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille C 21 du 16 janvier au 13 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille N 93 du 26 octobre au 19 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 84 du 31 décembre 1917 au 5 avril 1919 - Blessé au combat, le 18 octobre 1918 - Médaille militaire - Croix de Guerre 1914-1918 - 4 citations à l'ordre de l'armée - Une citation à l'ordre de la division en septembre 1915 - Photo Georges Delcuze transmise par M. Tanguy Delcuze que je remercie pour son aide.

Le Slt Georges Delcuze aux commandes de son Spad XIII - Photo Georges Delcuze transmise par M. Tanguy Delcuze que je remercie pour son aide.

* Cal Robert Henri Sarkis - Né le 14 avril 1899 à Paris (75) - Fils de (père Druze non identifié) et de Célestine Augustine Sarkis, immégrée libanaise - Samère est issue du village de Mourktara dans le djebel druze libanais - Profession avant guerre Ouvrier chez Hispano-Suiza - Classe 1919 - Recrutement du 3ème bureau de la Seine sous le matricule n° LM 235 - Falsifie ses papiers pour s'engager avant la date prévue - Engagé au 62ème régiment d'artillerie, le 27 avril 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er août 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9228, obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 15 octobre 1917 - Stage "Avions Rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Nommé Caporal, le 27 novembre 1917 - Stage "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 23 décembre 1917 - Pilote du GDE du 23 décembre 1917 au 18 février 1918 - Lâché SPAD VII, le 30 décembre 1917 - Stage de tir, le 27 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 84 du 18 février au 30 mai 1918 - Blessé d'une balle au pied, par un tir venant du sol, au cours d'un mitraillage au sol, dans la région de Beuvardes, au Nord-Est de Château-Thierry, le 30 mai 1918 - Il reprend de l'altitude, tente de faire un garot, perds connaissance, tombe en vrille et s'écrase dans les lignes allemandes - Heureusement, des arbres amortissent sa chute et il ne subit pas d'autre blessure - Fait prisonnier par les Allemands, il est soigné et opéré - Il s'évade ensuite - Il avait été porté disparu et considéré comme tué au combat par un autre pilote qui avait vu tomber son avion - Après guerre, il commence l'aventure de l'Aéropostale - Sa mère le persuade de changer de voie - Il rejoint l'entreprise de carrosserie bois, créée par sa mère et l'homme avec qui elle a refait sa vie - Médaille militaire en 1936 - En 1939-1940, il désire reprendre du service mais sa demande est refusée en raison des séquelles de sa blessures du 30 mai 1918 - Il a eu deux enfants, un fils né en 1945 et une fille née en 1949 - La carrosserie bois étant dépassée, il se reconvertit dans la fabrication de canapés et sous la marque SARCO, il commercialise le premier canapé transformable en lit, dont il est l'inventeur - Il exercera sa carrière de dirigeant d'entreprise jusqu'à l'âge de 82 ans - Il a été président de la fédération nationale de l'ameublement - Décédé d'un cancer en février 1984 - Sources : Famille - Pam - CICR - CCC 84 - JORF - Dernière mise à jour : 20 juin 2015 - Photo Robert Sarkis envoyée par Roland Sarkis, son fls, que je remercie pour son aide.

MdL Henri Adolphe Prêtre - Né le 20 août 1892 à Vrégille-par-Pin-l'Emagny (haute-Saône) - Fils d'Eugène Prêtre et d'Augustine Bertet - Profession Agriculteur - Engagé au 26ème régiment de Dragons, à compter du 27 mars 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 16 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 6 mars 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4276 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 21 août 1916 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute-Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 20 décembre 1916 - GDE du 20 décembre 1916 au 24 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 77 du 24 janvier au 12 février 1917 - Pilote de l'escadrille N 84 du 12 février au 20 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 67 / SPA 67 du 20 mai 1917 au 24 juillet 1918 - Nommé Adjudant, le 4ème trimestre 1917 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 12 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 91 (GC 17) du 26 juillet 1918 au 14 avril 1919 - Commandant de l'escadrille SPA 91 du 9 au 14 avril 1919 - Affecté à l'IMA de Sommesous à compter du 14 avril 1919 - Photo Eugène Goux transmise par Hervé Fageot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Sgt Edward J. Loughran photographié pendant sa formation à l'école d'aviation militaire d'Avord, en août 1917 - Né le 31 juillet 1894 à New-York (USA) - Fils de James Loughran et de Lottey Baker - Profession avant guerre Négociant - Engagé au 1er gégiment de la Légion Etrangère au titre des troupes d'aviation, le 26 mars 1917 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le même jour - Brevet de pilote militaire n° 8299 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 21 août 1917 - Stage de Haute-Ecole (voltige et théorie du tie aérien) à l'école d'aviation militaire de Pau - Nommé Caporal, le 3 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 84 / SPA 84 du 29 octobre 1917 au 18 février 1918, date de sa mort - Nommé Sergent, le 25 janvier 1918 - Grièvement blessé au combat, aux commandes d'un SPAD VII, le 18 février 1918 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 7/2 au ravin des Pins, près de Minaucourt (51), le même jour - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

 

Photo du Slt Eugène Camplan

* Slt Eugène Jules Émile Camplan - Né le 11 octobre 1889 à Nimes (Gard) - Fils de François Eugène Camplan et de Valentine Juliette Dardier - Domiciliés 4, rue Frédéric Peysson à Montpellier (Hérault) - Classe 1909 - Recrutement de Libourne (Gironde) sous le matricule n° 595 - Etudiant en médecine, il bénéficie d'un sursis de 1910 à 1914 - Sursis annulé en raison de la guerre - Mobilisé à la 18ème section d'infirmiers militaires, le 11 août 1914 - Affecté dans cette unité du 11 août 1914 au 25 avril 1915 - Affecté au 59ème régiment d'infanterie du 25 avril au 2 août 1915 - Affecté à la 17ème section d'infirmiers militaires du 2 au 16 août 1915 - Nommé Médecin auxiliaire, le 11 août 1915 - Affecté au 11ème régiment d'infanterie territorial au 16 août au 3 septembre 1915 - Affecté à la 17ème section d'infirmiers militaires du 3 septembre 1915 au 28 août 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 28 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5220 obtenu à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 23 janvier 1917 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 9 avril 1917 - Pilote du GDE du 9 au 26 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 65 / SPA 65 du 26 avril 1917 au 10 juillet 1918 - Croix de guerre, le 1er juillet 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 25 janvier au 10 février 1918 - Médaille Militaire, le 25 mai 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 10 juillet 1918 - Blessé au cours d'un combat aérien contre huit appareils allemands, pour la 3ème fois, le 1er août 1918 - A remporté sept victoires homologuées pendant sa première affectation à l'escadrille N 65 / SPA 65 - Pilote de l'escadrille SPA 84 du 10 juillet au 4 août 1918 - Blessé au combat, aux commandes d'un SPAD XIII, le 1er août 1918 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 23 novembre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 84 du 23 novembre 1918 au 24 mai 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 21 janvier 1919 - Pilote de l'escadrille SPA 65 du 24 mai au 19 septembre 1919 - Démobilisé, le 17 septembre 1919 - Nommé Sous-lieutenant de réserve à titre définitif, le 25 septembre 1919 - Affecté dans la réserve au 81ème régiment d'infanterie, le 29 avril 1920 - Affecté dans la réserve au 3ème régiment d'aviation de chasse, le 1er août 1920 - Directeur d'une école d'aviation civile (1923 à 1926) - A accompli une période d'entrainement volontaire au centre d'Orly du 16 au 30 mai 1930 - A accompli une période d'entrainement au DEA d'Orly du 16 au 30 avril 1931 - Nommé Capitaine de réserve, le 25 décembre 1931 - A accompli une période d'entrainement volontaire au DEA d'Orly du 16 au 30 juin 1932 - Mobilisé au bataillon de l'air 103, le 3 septembre 1939 - Affecté au bataillon de l'air 127 d'Avord, le 23 septembre 1939 - Nommé Commandant de réserve, le 15 mars 1940 - Affecté au groupe III/1 à Rouen, le 3 mai 1940 - Engagé dans la résistance - Chargé de coordonner la subdivision Sud dans la région de Bordeaux, qui comprend cinq départements, en octobre 1943 - Soupçonné à tort de trahison, il est exécuté par les hommes de Bonnier dans le bois de Linaux, près de Ruffec, le 18 janvier 1944 - Après une longue enquête, son honneur est lavé de tout soupçon et il est déclaré "Mort pour la France" - Sources : Pam - FM 33 - Bailey/Cony - CCC 65 - CCC 84 - Dernière mise à jour : 24 mai 2015.

* Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée du médecin auxiliaire Eugène Camplan, pilote à l'escadrille N 65, en date du 1er juillet 1917 : "Pilote aussi modeste que brave. medecin auxiliaire dans un corps de troupes, a déjà été blessé deux fois depuis le début de la campagne. Passé sur sa demande dans l'aviation, fait preuve depuis son arrivée à l'escadrille de beaucoup d'entrain et de mordant. A abattu, le 6 juin un avion ennemi."

* Citation à l'ordre de l'armée du médecin auxiliaire Eugène Camplan, pilote à l'escadrille N 65, en date du 28 juin 1917 : "Pilote de chasse modeste, brave, adroit et ardent. Arrivé récemment en escadrille, se classe d'emblée parmi les tout meilleurs. Le 17 juin 1917, a abattu son deuxième avion ennemi, tombé en flammes dans les lignes allemandes."

* Citation à l'ordre de l'armée du médecin auxiliaire Eugène Camplan, pilote à l'escadrille N 65, en date du 14 octobre 1917 : "Excellent pilote de chasse d'une audace extrême. A remporté, le 30 septembre 1917, sa troisième victoire en mettant en flammes un avion allemand."

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, en date du le 25 mai 1918 : "Pilote de chasse d'une bravoure et d'un esprit de dévouement au-dessus de tout éloge, faisant preuve constamment des plus belles qualités militaires. S'est particulièrement distingué au cours des dernières opérations en mitraillant à très faible altitude les troupes ennemies, en attaquant à plusieurs reprises les Drachenset en faisant seul, deux reconnaissances lointaines dans des conditions particulièrement périlleuses. A abattu récemment son quatrième avion ennemi. Deux blessures. Trois citations."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Eugène Camplan, pilote à l'escadrille SPA 65, en date du 16 juin 1918 : "Très bon pilote de chasse, adroit, courageur et d'un grand sang-froid. Le XXX, a contraint un biplace ennemi à atterrir dans nos lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Eugène Camplan du 59ème régiment d'infanterie, pilote à l'escadrille SPA 65, en date du 21 août 1918 : "Excellent pilote de chasse, d'une audace et d'un entrain hors de pair. Le 1er août 1918, a attaqué seul une patrouille de huit appareils ennemis, mettant un de ses adversaires hors de combat. grièvement blessé, n'a dû qu'à son sang-froid de pouvoir regagner nos lignes. Deux blessures antérieures. Quatre citations."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 21 janvier 1919 : "Officier d'élite. Ayant été blessé à deux fois dans l'infanterie et rendu inapte à cette arme, est passé comme pilote dans l'aviation de chasse, où, pendant deux ans, il a fait l'admiration de tous par son conscience, sa bravoure et son absolu mépris du danger. A abattu six avions ennemis et fait volontairement de nombreuses reconnaissances à longue portée. Grièvement blessé, le 1er août 1918, en attaquant seul huit avions ennemis, a, à peine guéri, repris sa place au combat. Médaillé militaire pour faits de guerre. Cinq citations."

 

Photo du MdL Charles Géronimi

MdL Charles Jean Louis  Géronimi - Né le 8 février 1895 à Villepreux-les-Clayes (Yvelines) - Fils d'Antoine Géronimi et de Marie Paoli - Domiciliés au 11, rue Aubert à Paris 9ème (75) - Profession avant guerre Mécanicien - Une sélection en équipe de France de football, le 8 février 1914 - Classe 1915 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine, sous le matricule n° 6116 - Mobilisé au 151ème régiment d'infanterie, le 20 décembre 1914 - Affecté à la 80ème batterie du 81ème régiment d'artillerie lourde - Citation à l'ordre de la brigade, en date du 16 septembre 1916 - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1916 - Affecté au 501ème régiment de chars de combat - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 septembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 10.684 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 25 décembre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 13 mars 1918 - Stage au CIACB de Perthes du 9 juin au 31 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 84 du 31 juillet au 9 novembre 1918 - Grièvement blessé au cours d'un combat aérien, aux commandes d'un SPAD XIII, le 18 octobre 1918 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital de Souilly (Meuse), le 9 novembre 1918 - Sources : Pam - MpF - Liste des brevets militaires - Dernière mise à jour : 3 mars 2017.

 

Les avions

SPAD VII codé "15" de l'escadrille SPA 84 en 1917-1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Jean Pieribattista que je remercie pour son aide.

Les avions

SPAD VII n° 128 du Sgt Lucien Michel, abattu en toute vraisemblance par l'OfStv Karl Lang du Jasta 1 (sa 1ère victoire), environ à 2 km à l'Est de Merlieux, le 25 juin 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

* Sgt Lucien Michel - Né le 10 novembre 1892 à Reims (51) - Fils de François Michel et de Suzanne Domler - Profession avant guerre Mécanicien - Classe 1912 - Recrutement de Versailles sous le n° matricule 2724 - Service militaire au 164ème régiment d'infanterie à compter du 9 octobre 1913 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Au 164ème RI jusqu'au 12 ocotbre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien, le 15 octobre 1915 - Affecté au Parc n° 9 - Passé élève pilote à l'école de Dijon, le 1er septembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5099 obtenu à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 27 décembre 1916 - Stage "avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 7 mars 1917 - GDE du 7 au 19 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 84 du 19 mars au 25 juin 1917 - Nommé Sergent, le 21 mai 1917 - Tué en combat aérien, aux commandes du SPAD VII n° 128, à 2 km à l'Est de Merlieux, le 25 juin 1917 - Son adversaire était probablement l'OfStv Karl Lang du Jasta 1 (sa 1ère victoire) - Une citation à l'ordre de l'aéronautique de la 6ème armée à titre posthume, le 24 juillet 1917 - A l'époque, a été Inhumé par les Allemands au cimetière de Mons-en-Laonnois (02).

 

Couleurs des avions

 

Couleurs des avions

SPAD VII codé "14" baptisé "Kiss Me" du Slt Omer Demeuldre, pilote de l'escadrille N 84 / SPA 84 du 14 octobre 1917 au 3 mai 1918 - Il a disparu au cours d'une patrouille dans la région de Montdidier (Somme), le 3 mai 1918 - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Souvenirs en rapport

 

 

Souvenirs en rapport

Briquet ayant appartenu à un personnel de l'escadrille N 84 - Ses initiales étaient "M.P" - Seulement deux personnels de cette unité avaient ces initiales, le Slt Pierre Morel, un pilote tué au cours d'un accident, le 24 janvier 1918 et le Sol Paul Morel - Il appartenait probablement à un de ces deux aviateurs - Collection Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Soldat de 2ème classe Michel Loubère - Né le 12 février 1882 à Sabres (Landes) - 2ème groupe d'aviation - Escadrille N 84 - Décédé des suites d'une maladie contactée en service, à l'hôpital militaire de Saint-Mandier, le 17 janvier 1917 - Michel Loubère repose dans la nécropole militaire de Saint-Mandrier (83) - Photo Jean-Louis Bléneau que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Ltt Pierre Armand Wertheimer (alias Wertheim) - Né à Paris (75), le 17 mars 1888 - Mobilisé au 276ème régiment d'infanterie - Brevet de pilote militaire n° 4.438 obtenu le 9 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 84 du XXX au 24 avril 1919 - Stage à l'école du tir aérien de Cazaux du 19 janvier au 3 février 1918 - Commandant de l'escadrille SPA 84 du 30 août 1918 au 24 avril 1919 - Nommé Lieutenant, le 16 septembre 1918 - Cinq victoires homologuées dans cette unité - La 1ère, le 16 février 1918 - La dernière, le 10 octobre 1918 - Croix de Guerre - Chevalier de la Légion d'Honneur - Décédé à Paris (75), le 30 avril 1971 - Pierre Wertheimer repose au cimetière du Père Lachaise (75) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Ltt Pierre Armand Wertheimer - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Patrice Gout pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Tanguy Delcuze pour l'envoi des photos de Georges Delcuze, son grand-père.
- M. Jean-Louis Bléneau pour l'envoi de la photo de la tombe du soldat Michel Loubère.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi de la photo du Sgt Edward J. Loughran.
- M. Ronan Furic pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Hervé Fageot pour l'envoi des archives d'Eugène Goux, son grand-père.
- M. Jean-Albert Rejon pour l'envoi des archives de Pierre Rejon.
- M. Rainer Absmeier pour l'envoi de la photo du SPAD n° 128 du Sgt Lucien Michel.
- M. Jean Pieribattista pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Roland Sarkis pour l'envoi des archives de Robert Sarkis, son père.
- M. Alain Octavie pour ses photos de tombes.
- M. Jean-Laurent Truc pour l'envoi du briquet de l'escadrille N 84.
- Mme Nicole Demeuldre pour la transmission des archives d'Omer Demeuldre.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 83 Escadrille 85

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir