Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Page réalisée par Albin Denis et Jean Lassaque.

Insignes peints
sur les fuselages

Insigne de l'escadrille N 86 / SPA 86 peinte sur les avions non camouflés - Il s'agit d'une étoile ornée d'une demi-aile, le tout de couleur rouge - Dessin Albin Denis.

Insigne de l'escadrille N 86 / SPA 86 peinte sur les avions camouflés - Il s'agit d'une étoile ornée d'une demi-aile, le tout de couleur blanc - Dessin Albin Denis.

Rappel d'épaule

Rappel d'épaule "bricolé" par le MdL Julien Antoine, pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Voir sa biographie en bas de page - Photo Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de Julien Antoine.

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 86

Pas d'insigne métallique connu. Qui peut m'aider ?

Symbolique

L'escadrille N 86 a choisi comme emblème collectif une étoile ailée le plus souvent représentée en rouge.

 

Historique

A venir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 86

Les traditions de l'escadrille SPA 86 n'ont pas été reprises depuis le 3 mars 1919, date de sa dissolution.

 

 

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

Citations à titre individuel

* Citation à l'ordre de l'armée du 1st Ltn Larner G. de Freest, de l'armée américaine, pilote à l'escadrille SPA 86 du Groupe de combat 14, en date du 24 avril 1918 : "A triomphé d'un biplace ennemi, qui s'est écrasé en flammes dans ses lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Pierre Charles Famin, pilote à l'escadrille SPA 86, en date du 10 octobre 1918 : "Jeune officier plein d'allant. A obtenu sa seconde victoire en triomphant d'un biplan de reconnaissance qui s'est écrasé au sol dans les premières lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cal Paul Henri Simonet, pilote à l'escadrille SPA 86 du Groupe de combat 14, en date du 10 octobre 1918 : "Jeune pilote plein d'allant, aussi habile qu'audacieux. fait preuve journellement du mépris le plus absolu du danger. Le 23 août 1918, a livré un dur combat au cours duquel il a contribué à faire atterrir un monoplace ennemi dans nos lignes. A ramené son appareil criblé de balles."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Pierre Charles Famin, pilote à l'escadrille SPA 86 du Groupe de combat 14, en date du 10 octobre 1918 : "Officier animé de l'esprit du devoir le plus élevé. Le 23 août 1918, a remporté sa troisième victoire en engageant avec une forte patrouille ennemie un combat au cours duquel il contraingnit l'un des ses adversaires à atterrir dans ses lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Antoine Marie Anne Roger Joseph, pilote à l'escadrille SPA 86 du Groupe de combat 14, en date du 10 octobre 1918 : "Excellent officier et pilote infatigable, montrant de grandes qualités de commandement. Chef de patrouille avisé, a su conduire à bonne fin des combats difficiles. Le 23 août 1918, est venu dégager ses camarades, luttant avec une forte patrouille ennemie et a obligé un Fokker à atterrir dans nos lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Josph Louis Auguste Deleles Deshayes, pilote à l'escadrille SPA 86 du Groupe de combat 14, en date du 10 octobre 1918 : "Pilote de chasse d'une grand bravoure, d'une adresse accomplie. A mis récemment en flammes un Drachen ennemi malgré le tir des canons et des mitrailleuses à terre. Deux victoires."

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adc Josph Sallarès, pilote à l'escadrille SPA 86 du Groupe de combat 14, en date du 10 octobre 1918 : "Pilote modèle, d'une modestie sans égale, aussi remarquable par son habileté que par son courage. Pendant près de quarante mois à l'escadrille, a fourni tant dans le bombardement où il a effectué trente-cinq missions en deux cent quatre-vingt-trois heures de vol, que dans la chasse, au cours des offensives qui ont eu lieu depuis décembre 1917, le travail en même temps le plus efficace, le plus régulier et le plus soutenu. Est un exemple pour tous. Le 16 août 1918, a remporté sa troisière victoires officielle en dégageant un de ses camarades officielle en dégageant un des ses camarades et en abattant un monoplace ennemi."

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

 

Citation à titre collectif

Texte de la citation à venir.

 

Liste des personnels

Liste à venir

 

 

 

 

Morts et blessés

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Cne Henri Joseph Marie Hay de Slade - Né le 29 mai 1893 à Brest - Fils d'Henri Hay de Slade et de Marie de Nantouas - Domicilés 10, rue du Cygne à Tours - Élève officier à l'école spéciale de Saint-Cyr en 1913 - 20ème régiment de Chasseurs du 8 septembre 1914 au 21 mars 1915 - Nommé Brigadier, le 7 décembre 1914 - Nommé Aspirant, le 5 janvier 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 18 mars 1915 - 14ème régiment de Hussards du 22 mars au 19 mai 1916 - Passe à l'aviation comme élève pilote, le 19 mai 1916 - Ecole d'aviation militaire de Buc du 20 mai au 5 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4153 obtenu à l'école d'aviation de Buc, le 6 août 1916 - Stage de perfectionnement sur avions rapides à l'école d'Avord du 6 août au 3 septembre 1916 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 4 au 30 septembre 1916 - Stage à l'école d'application de combat de Pau du 17octobre au 11 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 80 du 12 décembre 1916 au 15 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 (GC 14) du 16 avril 1917 au 27 juillet 1918 - 1ère victoire, contre un DFW C, le 20 mai 1917 - 11 victoires homologuées à l'escadrille N 86 - Commandant de l'escadrille SPA 159 (GC 20) du 28 juillet 1918 au 9 mai 1919 - 8 victoires homologuées à l'escadrille SPA 159 - Termine la guerre avec 19 victoires homologuées - Service des réparation de l'aviation du 9 mai 1919 au 5 juin 1919 - Détaché à l'école spéciale de St-Cyr du10 juin au 25 septembre 1920 - Détaché à l'école d'application de la cavalerie de Saumur du 16 septembre au 23 octobre 1919 - 4ème régiment de Chasseurs du 26 septembre 1919 au 31 mai 1920 - 34ème régiment d'aviation du 1er juin au 9 septembre 1920 - 31ème régiment d'aviation du 10 septembre 1920 au 21 mars 1922 - 1er régiment d'aviation au 22 mars 1922 au 31 mai 1923 - Commandant du 1er groupe du 2ème régiment d'aviation à compter 1er juin 1923 - Détaché à la commision des essais de Villacoublay - Président de la commision de concours d'avions de chasse - Grand officier de la Légion d'Honneur - Marié à Christiane Louise Marie Madeleine de Vesian - Colonel pendant la 2ème guerre mondiale - Décédé le 3 novembre 1979 - Cette photo date de son affectation à l'escadrille SPA 159 - Photo collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Soldat de 2ème classe Jean Cottier, mécanicien de l'escadrille N 86 / SPA 86 du 3 mai 1917 au 1er mars 1919, pose à bord d'un SPAD VII de son unité pendant un entretien, probablement pendant l'été 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Cottier transmise par Michèle Roux, sa grand-père, que je remercie pour son aide.

* Soldat de 2ème classe Jean Baptiste Cottier - Né le 2 juin 1897 à Decize (Nièvre) - Fils de Pierre Cottier et de Marie Duverger - Adresse de Mme (Veuve) Duverger au Grenier à Sel  à Deuze (Nièvre) - Profession avant guerre Mécanicien - Classe 1917 - Recrutement de Nevers sous le matricule n° 591 - Mobilisé, le 7 août 1916 - Affecté à la 3ème compagnie du 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 12 août 1916 - Affecté à la 2ème compagnie du 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 23 août 1916 - Formation de mécanicien moteur rotatif Rhône - Détaché à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 31 août 1916 - Retour au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 19 décembre 1916 - Mécanicien de l'escadrille DCA n° 316 du 22 mars au 2 avril 1917 -  La formation des escadrille DCA n° 316 à 321 a été suspendue, le 2 avril 1917 - L'escadrille DCA n° 316 aurait dû basée à St-Dizier, si elle avait été créée - Affecté à l'antenne RGA d'Étampes, le 14 avril 1917 -  Mécanicien de l'escadrille N 86 / SPA 86 du 3 mai 1917 au 1er mars 1919 - Dissolution de l'escadrille SPA 86, le 3 mars 1919 - Mécanicien de l'escadrille BR 234 du 27 mars au 24 avril 1919 - Mécanicien du parc 405, le 1er août 1919 - Affecté au 3ème groupe d'aviation de Bordeaux, le 25 août 1919 - Démobilisé, le 30 septembre 1919 - Affecté, dans la réserve, au 13ème régiment d'infanterie de Nevers - Affecté, dans la réserve, au 32ème régiment d'aviation - Affecté, dans la réserve, au 11ème régiment du Génie - Employé de la société J. Bocuze et Compagnie à Caluire (Rhône) en 1925 - Classé, en affectation spéciale, comme chef de poste au titre des Houillères de Decize, le 12 janvier 1929 - Sources : Pam - FM Nièvre - CCC N 82 / SPA 82 - CCC BR 234 - JORF.

Ltt André Louis Brault - Né le 4 juin 1881 à la Roche-sur-Yon (Vendée) - Fils de Paul Brault et de Marie Emilie Sarthenay - Classe 1901 - Recrutement de Nantes sous le n° matricule 2733 - Engagé à l'école Spéciale militaire de St-Cyr, le 27 octobre 1902 - Nommé Sous-lieutenant au 71ème régiment d'infanterie, le 1er octobre 1904 - Nommé Lieutenant au 151ème régiment d'infanterie, le 19 octobre 1906 - Affecté au 34ème régiment d'infanterie, le 24 février 1907 - Affecté au 116ème régiment d'infanterie, le 25 septembre 1909 - Passé à l'aviation comme élève pilote, 1er juillet 1913 - Brevet de pilote militaire n° 454 du 14 avril 1914 - Pilote de l'escadrille MF 20 du 2ème trimestre 1914 au 20 décembre 1914 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de la 2ème armée, le 21 octobre 1914 - Détaché sur le terrain d'aviation de St-Cyr du 3 au 23 novembre 1914 - Une citation à l'ordre de la 2ème armée, le 23 novembre 1914 - Nommé Capitaine, le 25 décembre 1914 - Pilote et commandant de l'escadrille MF 14 du XX mars 1915 au 1er juin 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de la 7ème armée, le 13 juin 1915 - Une citation à l'ordre de la 41ème division, le 27 mai 1916 - Commandant de la section aéronautique du 1er colonial en juillet et août 1916 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 25 janvier 1917 - Stage du tir aérien à l'école du tir de Cazaux - Pilote de l'escadrille N 86 du 7 avril au 26 avril 1917 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Pau à compter du 20 juin 1917 - Nommé Chef de bataillon, le 25 mars 1919 - Placé en position hors cadre aéronautique, le 14 avril 1920 - Affecté à la 9ème section d'ouvriers d'aviation, le 1er juillet 1920 - Affecté au 3ème groupe d'ouvriers d'aviation, le 1er janvier 1924 - Affecté au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 22 décembre 1924 - Commandant en second du 2ème régiment d'aviation, le 8 octobre 1925 - Nommé Lieutenant-colonel, le 25 juin 1928 - Affecté à l'entrepot spécial d'aviation n° 2, le 21 décembre 1929 - Nommé Commandant du magasin général d'aviation n° 1, le 23 janvier 1930 - Nommé Colonel, le 25 mars 1932 - Nommé Commandant de l'école pratique d'aviation militaire d'Avord, le 9 mai 1932 - Commandant de la base de Tours, le 15 octobre 1936 - Rappelé à l'activité au bataillon 136 de Rennes en tant que commandant des forces aériennes du XIème coprs d'armée, le 27 août 1939 - Nommé commandant de la base aérienne de Pau, le 5 janvier 1940 - Démobilisé, le 10 août 1940 - Photo le tableau d'honneur de la guerre paru en hors séries du journal l'Illustration.

 

Photo de l'Adj Henri Renault

Adj Henri Louis Joseph Renault - Né le 9 décembre 1889 à Chartres-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) - Fils de Louis Jean Marie Renault et d'Anne Marie Modeste Bertin - Classe 1909 - Profession avant engagement patissier cuisinier - Recrutement par Rennes sous le matricule n° 973 - Engagé volontaire pour trois ans au 27ème bataillon de chasseurs alpins, le 17 septembre 1910 - Nommé Caporal en octobre 1912 - Prévôt d'escrime, le 23 mai 1913 - Rengagé pour 2 ans, le 4 septembre 1913 - Nommé Caporal moniteur d'escrime à l'école polytechnique, le 27 octobre 1913 - Affecté au 4ème régiment de marche de Zouaves lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Blessé au combat, à Craonne, le 17 septembre 1914 - Nommé Sergent, le 25 novembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée en juin 1915 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée en janvier 1916 - Nommé Adjudant, le 19 mars 1916 - Blessé au combat par fracture du cubitus avec plaie face externe du bras droit à Maurepas, le 20 juillet 1916 - Une citation à l'ordre du corps d'armée en juillet 1916 - Evacué sur l'hôpital d'évacuation n° 109 du 21 juillet au 15 août 1916 - Transféré sur l'hôpital temporaire n° 44 de Falaise du 15 août au 9 octobre 1916, puis sur l'hôpital auxiliaire n° 8 de Morlaix du 9 octobre au 3 novembre 1916 puis sur l'hôpital dépôt de Phynothérapie de Morlaix du 3 au 24 novembre 1916 - Hôpital St-Louis de Paris du 24 mars au 3 mai 1917 - Hôpital militaire Villemin de Paris du 3 au 4 mai 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 16 août 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9051 obtenu à l'école militaire d'aviation d'Etampes, le 30 septembre 1917- Moniteur de l'école militaire d'aviation d'Etampes pendant 4 mois - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation de Pau, jusqu'au 21 janvier 1918 - Pilote du GDE du 21 janvier au 24 mars 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 82 du 24 mars au 8 mai 1918 - Son SPAD VII a été abattu par erreur par un SE 5A du Squadron 2 du Australian Flying Corps (AFC), piloté par le Ltt Gregory Hamilton Blaxland, entre Bailleul et Hazebrouck, le 8 mai 1918 - Le pilote français a été tué - Son avion s'est écrasé sur le territoire de la commune de Bray-Dunes (59) entre Dunkerque et La Panne (Belgique) - Une citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 7 juin 1918 - Sources : Pam - MpF - CCC 86 - FM 29 - Dernière mise à jour : 18/12/2014 -

* Citation à l'ordre du corps d'armée en juillet 1916 : "Blessé une 2ème fois, le 17 septembre 1914 par 5 balles de mitrailleuses, a rejoint le front volontairement, étant à peine guéri."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, de l'Adj Henri Louis Joseph Renault du 4ème régiment de Zouaves, pilote de l'escadrille SPA 86, en date du 7 juin 1918 : "Adjudant provenant de l'infanterie où il a toujours fait preuve des plus belles qualités de courage et de dévouement. Comme pilote, a rendu les plus précieux services au cours des récentes opérations. A trouvé une mort glorieuse au cours d'une patrouille de combat."

 

Photo du Sgt Paul Simonet

Sgt Paul Marius Simonet - Né le 8 juillet 1894 à Lyon 3ème (Rhône) - Fils de Charles Simonet (ingénieur à l'usine St-Jacques de Montluçon) et d'Emilie Zoé Berenger - Avant guerre Boxeur professionnel - Résite en Angleterre - Classe 1914 - Recrutement de Montluçon (Allier) sous le matricule n° 422 - Mobilisé au 98ème RI, le 7 septembre 1914 - Nommé Brigadier, le 13 novembre 1914 - Affecté au 16ème RI, le 21 mai 1915 - Affecté au 201ème RI, le 1er juillet 1915 - Blessé au combat par une fracture du pied gauche à Douamont, le 18 mars 1916 - Affecté au 417ème RI, le 6 septembre 1916 - Croix de Guerre et citation n° 284 à l'ordre de la brigade - Citation à l'ordre de la division en 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 30 juin 1917 - Tests de sélection et formation théorique à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 8762 à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 31 septembre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Formé sur SPAD VII et XIII, le 16 avril 1918 - CIACB de Perthes du 18 mai au 26 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 86 du 26 juillet au 30 novembre 1918 - Nommé Sergent, le 29 août 1918 - Décédé des suites d'un accident d'avion, dans les environs de la Goelle, à Prisches (Nord), le 30 novembre 1918 - La mort a été caudé par la fracture du crâne, fracture de la jambe gauche et brûlûres graves sur tout le corps - Certificat de décès adressé par la mission militaire française attachée à l'armée britannique, 5ème division australienne - Paul Simonet repose au cimetière de Fourmies (59) - Sources : Pam - MpF - Fiche matricule du département de l'Allier - CCC de l'escadrille SPA 86 - Dernière mise à jour : 26 octobre 2016.

* Croix de guerre et citation n° 284 à l'ordre de la brigade en 1916 : "Gradé intelligent et dévoué, des plus courageux, toujours volontaire pour les missions périlleuses, a dans les journées des 11 et 12 octobre 1916 exécuté plusieurs patrouilles et rapporté de précieux renseignements."

Les hommes

MdL Julien Emile François Antoine - Né le 14 janvier 1892 à Plombières-les-Bains (Vosges) - Fils de Jules Antoine et de Laure Orivel - Profession avant mobilisation Etudiant - Engagé (service militaire) au 16ème régiment chasseurs à Cheval, le 11 mars 1910 - Nommé Maréchal des Logis en septembre 1912 - Mobilisé au 16ème régiment de chasseurs à cheval de Beaune, le 2 août 1914 - Ecole d'aviation militaire de Dijon (tests de sélection personnel navigant) - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 5 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3959 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 17 juillet 1916 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage du tir aérien à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Une période sur le terrain de Villacoublay (GDE) - Pilote de l'escadrille N 312 du 22 mars au 6 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 du 12 avril au 28 mai 1917 - Evacué à l'hôpital VR 75 de Viry Chatillon, le 28 mai 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 26 du 24 juillet 1917 au 26 avril 1919 - Mission à la RGA (Réserve Générale d'Aviation) du 17 novembre au 8 décembre 1917 - Nomme Adjudant, le 25 avril 1918 - Hospitalisé du 5 juin au 4 juillet 1918 - Dirigé sur le terrain d'aviation militaire de Dijon-Longvic, le 26 avril 1919 en exécution de la note du GQG n° 37.197 du 27 mars 1919 - Photo Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de Julien Antoine.

Caporal Larner Gorman de Freest - Né le 5 juillet 1897 à Washington DC (USA) - Fils de Robert Larner et d'Adeline De Freest - Domiciliés 2031, O'Street à Washington DC (USA) -Profession avant guerre Etudiant - Engagé au 1er régiment de la Légion Etrangère au titre de l'aéronautique militaire, le 18 juillet 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8962 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 27 septembre 1917 - Stage "avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Nommé Caporal en octobre 1917 - Stage de Haute-Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 16 novembre 1917 - GDE du 13 novembre au 3 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 86 du 3 décembre 1917 au 16 juin 1918 - 2 victoires aériennes à la SPA 86 - Croix de Guerre - Nommé First Lieutnant de l'armée américaine, le 16 février 1918 - Flying Commander du 103rd Aéro Squadron du 16 juin à la fin de la guerre - 5 victoires homologuées au 103rd Aero Squadron - Distinguished Service Cross - Nommé Capitaine, le 8 novembre 1918 - Retourne aux USA en septembre 1919 - Reprends ses études et devient banquier - Avec d'autres pilotes, il forme le 102nd Observation Squadron du New York National Guard - Pendant la 2ème guerre mondiale, il reprend du service comme Colonel au sein de l'United States Army Air Corps Reserve - Décédé à Easton, Maryland (USA), le 20 mai 1984 - Photo Gorman Defreest Larner transmise par Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Slt Louis Jean Chaffanjon - Né le 15 novembre 1889 à Paris 17ème (75) - Fils de Claude Chaffanjon et de Marie Louise Marthe Marichy - Domiciliés au 21, rue Dantancourt à Paris 17ème (75) - Classe 1909 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 1687 - Appelé pour effectuer son service militaire, au titre du 87ème régiment d'infanterie, caserné à Saint-Quentin (Aisne), le 5 octobre 1910 - Nommé Caporal, le 5 juillet 1911 - Nommé Sergent, le 9 juillet 1912 - Fin de service militaire et passage dans la disponibilité, le 25 septembre 1912 - Domicilié à la Maison Berthet, boulevard Charner à Saïgon, à compter du 19 novembre 1912 - Passé en gestion de la réserve au bureau de Saïgon de la colonie de l'Indochine (Saïgon), le 29 novembre 1912 - Domicilié à Haïphong, à compter du 13 août 1914 - A accompli une période d'instruction au 9ème régiment d'infanterie coloniale du 5 au 31 octobre 1914 - Profession avant guerre Commerçant - Mobilisé par la mobilisation générale au titre du 9ème régiment d'infanterie coloniale, le 5 octobre 1914 - Libéré de ses obligations militaires, le 31 octobre 1914 - Rappelé au 9ème régiment d'infanterie coloniale, le 15 avril 1915 - Rentré en France, le 29 mai 1915 - Affecté au 22ème régiment d'infanterie coloniale, le 29 mai 1915 - Affecté au 22ème régiment d'infanterie, caserné à Marseille (Bouches-du-Rhône) - Passé à l'aviation comme mitrailleur, le 30 décembre 1915 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 2 janvier au 10 février 1916 - Affecté au Parc n° 100 du 10 au 19 février 1916 - Mitrailleur de l'escadrille V 97 du Bourget (future escadrille 469) du 19 février au 23 octobre 1916 - Tests de pré-sélection personnel navigant à l'école d'aviation militaire de Dijon à compter du 25 octobre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 6106 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 26 avril 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'Avord - Stage de Haute-Ecole (chasse) à l'école de Pau jusqu'au 20 juillet 1917 - Pilote du SPA 86 (du GC 14) du 9 août 1917 au 24 octobre 1917 - Embarqué à destination du Tonkin et affecté au 9ème régiment d'infanterie coloniale - Pilote de l'escadrille n° 1 d'Indochine de la fin mars 1918 à la fin 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 26 avril 1918 - Blessé par plaies multiples à la tête et au corps au cours d'un accident d'avion, le 28 avril 1918 - Commandant de l'escadrille n° 1 d'Indochine du 15 avril 1918 au 29 août 1919 - Démobilisé, le 29 août 1919 - Affecté, dans la réserve, au 2ème régiment de tirailleurs tonkinois - Nommé Sous-lieutenant, à titre définitif, le 22 juillet 1921 - Profession commerçant - Passé par voie de changement d'arme à l'aéronautique militaire et affecté, dans la réserve, au 34ème régiment d'aviation et mis à la disposition du général commandant supérieur en Indochine - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 22 juillet 1925 - Affecté à la réserve aéronautique d'Indochine, le 22 juillet 1925 - Président et adminstrateur délégué de la société "Magasin Chaffajon" constituée au Tonkin avec un capital de 7 millions de francs en mai 1928 - Le siège social de la société est au 15, Boulevard Courbet à Haïphong et la direction général au 34 à 40, rue Paul Bert et au 17 et 19 boulevard Henri Rivière à Hanoï - La société prend la suite de Louis Chaffanjon dans l'exploitation de son magasin d'approvisionnement général de Haïphong (ancienne maison Lacombe, Burdin et Gavagnach fondée en 1894) - Dispose de magasins d'approvisionnement général à Hanoï, Haiphong, Hongay, Tam-Dao, Ving, Hué - Photo collection Lucien Morareau que je remercie pour son aide - Sources : Pam - Fiche matricule du 6ème bureau de la Seine conservée aux archivés départementales de Paris - CCC de l'escadrille N 86 / SPA 86 - Revue L'Indochine - Bulletin économique de l'Indochine - JORF - Dernière mise à jour : 27 mars 2020.

 

Photo du Slt Antoine d'Aboville

Slt Antoine Joseph Roger Anne Marie d'Aboville - Né le 27 août 1892 à Glux (Nièvre) - Fils de Christian Marie Gabriel Charles d'Aboville et de Renée Victoire Anne Julie Marie Hennecart - Profession avant engagement Etudiant Classe 1912 - Recrutement de Nevers sous le matricule n° 1884 - Engagé volontaire pour trois ans, le 15 janvier 1912 - Affecté au 10ème régiment de Chasseurs à Cheval, le 15 janvier 1912 - Nommé Brigadier, le 24 septembre 1912 - Nommé Maréchal des Logis, le 15 septembre 1913 - Croix de Guerre et une citation n° 24 à l'ordre du 10ème régiment de Chasseurs à Cheval, le XX octobre 1914 - Affecté au 20ème régiment de Chasseurs à Cheval - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 24 août 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme pilote, le 1er août 1917 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 24 août 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9570 obtenu à l'école militaire d'aviation du Crotoy, le 28 octobre 1917 - Stage de "Haute Ecole" à l'école militaire d'aviation de Pau - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 10 novembre 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux, jusqu'au 15 janvier 1918 - Pilote du GDE du 15 janvier au 27 février 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 86 du 27 février 1918 au 1er mars 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 18 août 1918 - Une victoire homologuée, en coopération avec le Slt Famin et le Cal Simonet, contre un Fokker D VII, tombé dans les environs de Blérancourt, le 23 août 1918 - Leur adversaire était probablement le Flg Hermann Jander du Jasta 24 qui a été blessé et fait prisonnier - Il est ensuite décédé des suites de ses blessures - Citation n° 343 à l'ordre de l'armée, en date du 16 octobre 1918 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 8 novembre 1918 - Affecté au Dépôt des Matériels d'Aviation n° 2 (DMA 2) du 1er mars au 1er août 1919 - Affecté au centre d'aviation d'Etampes, le 1er août au 24 octobre 1919 - Affecté au 1er régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz, le 1er janvier 1920 - Affecté à l'inspection technique de l'aéronautique, le 8 septembre 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 28 janvier 1921 - Affecté au 3ème régiment d'aviation, le 25 octobre 1923 - En congé sans solde de 3 ans à partir du 18 février 1924 - Placé en réserve spéciale, le 30 juin 1924 - Placé en disponibilité, le 26 décembre 1925 - Une période d'instruction de six semaines au 3ème régiment d'aviation du 27 février au 10 avril 1927 - Nommé Capitaine, le 25 juin 1927 - Une période obligatoire de 5 semaines échelonnées du 11 mars au 5 avril 1928 et 25 juin au 4 juillet 1928 - A accompli une période de trois semaines, le 15 juin 1929 - Chevalier de la légion d'Honneur, en date du 1er janvier 1930 - Affecté, dans la réserve, à la base aérienne n° 3, le 1er octobre 1930 - Affecté dans la réserve à la base aérienne n° 103, le 1er janvier 1934 - Administré en disponibilité oar la base aérienne n° 104, le 10 juin 1934 - Affecté au bataillon de l'Air n° 117, le 24 septembre 1939 - Sources : Pam - FM Nièvre - CCC 86 - Liste brevets militaires - JORF - Bailey/Cony - Dernière mise à jour : 17/01/2015.

* Croix de Guerre et une citation n° 24 à l'ordre du 10ème régiment de Chasseurs à Cheval, le XX octobre 1914 : "A montré comme commandant de pointe, sous-officier de liaison et chef de patrouille, notamment le 21 août et en septembre, de la vigueur, de l'intelligence et beaucoup de bravoure." - A la fin de la Guerre, sa CG porte une palme de bronze et une étoile de Bronze.

* Citation n° 343 à l'ordre de l'armée, en date du 16 octobre 1918 : "Excellent officier pilote infatigable. Montrant de grandes qualités de commandement. Chef de patrouille avisé, a su conduire à bonne fin des combats difficiles. Le 23 août 1918 est venu dégager ses camarades aux prises avec une forte patrouille ennemie et a obligé un Fokker à atterir dans nos lignes."

* Chevalier de la légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, en date du 1er janvier 1930 : "15 ans de service - 5 campagnes - 1 citation."

 

 

 

Les avions

A gauche, deux Nieuport 17 de l'escadrille N 86 sur un terrain qui reste à identifier - L'avion, au premier plan, porte le numéro d'identification "14" - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo n° 43.363 des collections du Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget.

SPAD VII codé "13" de l'Adj Henri Renault abattu par erreur par un SE 5a du Squadron 2 du Australian Flying Corps (AFC), piloté par le Ltt Gregory Hamilton Blaxland, le 8 mai 1918 - Le pilote français a été tué et son avion s'est écrasé à Bray-Dunes (59) entre Dunkerque et la Panne (Belgique) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection de l'Imperial War Museum de Londres (GB).

SPAD VII codé "13" de l'Adj Henri Renault abattu par erreur par un SE 5a du Squadron 2 du Australian Flying Corps (AFC), piloté par le Ltt Gregory Hamilton Blaxland, le 8 mai 1918 - Le pilote français a été tué et son avion s'est écrasé à Bray-Dunes (59) entre Dunkerque et la Panne (Belgique) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection de l'Imperial War Museum de Londres (GB). Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Les avions

Le Slt Louis Chaffanjon, pilote de l'escadrille SPA 86 du 9 août au 24 octobre 1917 au départ d'une mission photo, aux commandes du Spad VII "Photo" codé "2" - Photo Louis Chaffanjon transmise par Yann Marmoret que je remercie pour son aide.

Un pilote de l'escadrille N 86, qui reste à identifier, pose en compagnie de son SPAD VII sur le terrain de la ferme de Vaubéron, près de Mortefontaine (Aisne) pendant l'automne de l'année 1917 - Photo n° B 04 / 0025 des collections du Service Historique de la Défense du Château de Vincennes.

SPAD VII de l'escadrille SPA 86 capturé par les Allemands en 1917-1918 - Le nom du pilote et les circonstances de sa capture seront précisées lorsque le recensement des pertes sera terminé - Photo Collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

SPAD VII de l'escadrille SPA 86 capturé par les Allemands en 1917-1918 - Le nom du pilote et les circonstances de sa capture seront précisées lorsque le recensement des pertes sera terminé - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Droits réservés.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Caveau de la famille Hay de Slade dans le cimetière de Derval (44) - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Hay de Slade dans le cimetière de Derval (44) - Y repose Henri Joseph Marie Hay de Slade - Né le 29 mai 1893 - Décédé le 3 novembre 1979 - Grand officier de la Légion d'Honneur et sa femme Christiane Louise Marie Madeleine Hay de Slade, née de Vesian - Née en 1904 - Décédée en 1976 - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

Plaque visible sur le caveau de la famille Hay de Slade dans le cimetière de Derval (44) - Y repose Henri Joseph Marie Hay de Slade - Né le 29 mai 1893 - Décédé le 3 novembre 1979 - Grand officier de la Légion d'Honneur et sa femme Christiane Louise Marie Madeleine Hay de Slade, née de Vesian - Né en 1904 - Décédé en 1976 - Photo Régis Biaux que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe de l'Adj Marcel Auguste Renaux - Né le 5 août 1893 à Constantine (Algérie) - Fils d'Antoine Renaux et de Marie Jame - Domiciliés 4, rue Michelet à Nice (06) - Profession avant guerre Chauffeur d'automobile et Mécanicien - Mobilisé dans l'aéronautique militaire au 2ème groupe d'aviation comme conducteur automobile, le 25 août 1914 - Affecté comme conducteur automobile au 1er groupe d'aviation - Conducteur automobile de l'escadrille C 17 du 6 décembre 1914 au 23 avril 1915 - En mission à Lyon-Bron du 26 au 30 janvier 1915 - Affecté comme conducteur automobile au Parc n° 2 de la VIème armée à compter du 23 avril 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2401 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 16 janvier 1916 - Nommé Caporal, le 21 janvier 1916 - Stage "Avions Rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 15 mars 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux à compter du 20 mai 1916 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, à compter du 16 juin 1916 - GDE du 30 juillet au 2 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 112 du 2 septembre 1916 au 5 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 / SPA 86 du 7 avril 1917 au 6 janvier 1918 - Un convoyage avion au RGA du Bourget du 12 au 14 avril 1917 - Nommé Adjudant, le 4ème trimestre 1917 - Pilote de l'escadrille SPAbi 442 du 6 janvier au 11 mai 1918 - Grièvement blessé au cours d'un accident aérien sur le terrain de Meyzieu, le 9 mai 1918 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital Desgenettes de Lyon (69), le 11 mai 1918 - Médaille Militaire - Croix de Guerre avec 5 citations - Marcel Renaux repose dans le carré militaire du cimetière Caucade de Nice - Photo Claude Dannau que je remercie pour son aide.

Tombe du Sgt Paul Marius Simonet - Pilote de l'escadrille SPA 86 du 26 juillet au 30 novembre 1918 - Nommé Sergent, le 29 août 1918 - Décédé des suites d'un accident d'avion, dans les environs de la Goelle, à Prisches (Nord), le 30 novembre 1918 - La mort a été causé par la fracture du crâne, fracture de la jambe gauche et brulûres graves sur tout le corps - Son SPAD XIII est entré en collision avec celui piloté par le Ltt Françis Fischer, qui a également perdu la vie dans cet accident - Paul Simonet repose au cimetière de Fourmies (59) - Photo Elena Naumova que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- Mme Laurence Antoine-Caillaux, petite fille de l'Adj Julien Antoine, pilote de l'escadrille N 86.
- M. Régis Biaux pour l'envoi des photos du caveau de la famille Hay de Slade.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Claude Dannau pour l'envoi des photos de la tombe de l'Adj Marcel Renaux.
- L'Imperial War Museum pour les deux photos du SPAD XIII de l'Adj Renault abattu, le 8 mai 1918.
- Mme Michèle Roux pour l'envoi de la photo de Jean Cottier, mécanicien de l'escadrille SPA 86.
- Mme Eléna Naumova pour l'envoi de la photo de la tombe de Paul Simonet.
- M. Yann Marmoret pour l'envoi de la photo du SPAD VII du Slt Louis Chaffanjon, son grand-père.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 85 Escadrille 87

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir