Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Découpe de fuselage provenant de la carlingue d'un avion, réformé et démonté à Dijon-Longvic par un jeune soldat et visible dans le musée de la Vie Bourguignonne à Dijon - Photo Isabelle Vignes que je remercie pour son aide.

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 87

Insigne métallique de l'escadrille SPA 87 - Agrandissement d'un portrait du Slt Marcel Gasser - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Symbolique

 

 

 

Historique

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 87

 


Appellations successives

 

Lieux de stationnements

 

Carte des différents stationnements

 

 


Commandants

 

Rattachements de l'escadrille

 

Personnels connus

 

Personnels

 

Avions utilisés

 

Relevés quantitatifs et
numéros avions

 

Décorations

 

Citations

 


Victoires

 

 

Palmarès

 

 

Batailles et missions importantes
de l'escadrille SPA 87

 

Morts et blessés

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

 

 

Total des pertes

 


Les hommes

Slt Marcel Lucien Gasser - Né le 2 février 1897 à Pompey (54) - Fils d'Edouard Armand Gasser et de Marie Eugènie Mater - Profession avant guerre Employé de commerce - Engagé au 8ème régiment d'artillerie de campagne de Nancy, le 22 août 1914 - Campagne d'Orient du 3 avril 1915 au 11 février 1917 - Nommé Sergent, le 10 février 1917 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 15 mai 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8126 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 22 août 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de haute-Voltige à l'école d'aviation militaire de Pau - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux jusqu'au 19 novembre 1917 - GDE du 16 novembre au 9 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 87 / SPA 87 du 9 décembre 1917 au 15 juillet 1918 - Nommé Adjudant, le 23 avril 1918 - Médaille Militaire, le 6 juin 1918 - Grièvement blessé au combat d'une balle explosive qui brise les deux os de la jambe gauche, le 15 juillet 1918 - Sera amputé au 1/3 moyen de cette jambe - Transféré à l'hôpital complémentaire n° 11 St Jacques de Besançon, le 24 juillet 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 3 août 1918 - Croix de guerre avec 8 citations à l'ordre de l'armée et une à l'ordre du corps d'armée - 10 victoires homologuées pendant la guerre - Démobilisé et réformé, le 7 février 1920 - Convalescence du 16 mars au 30 avril 1919 - 4 périodes de convalescence du 6 mai au 27 novembre 1919 - Après guerre gère un magasin de confection et conseiller municipal - Nommé Sous-Lieutenant de réserve) du 2ème régiment d'aviation de Strasbourg, le 19 juillet 1925 - Officier de la Légion d'Honneur, le 9 novembre 1927 - Nommé Lieutenant de Réserve, le 19 mai 1929 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 30 mars 1935 - Grand Officier de la Légion d'Honneur, le 5 octobre 1938 - Décédé au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un Zlin XII, à Malzéville (54), le 14 février 1939 - Un Potez 25 militaire de la 52ème escadre aérienne s'est posé sur son avion et l'a écrasé - Le pilote était un jeune sergent qui venait d'être breveté - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du 7ème corps d'armée en date du 26 février 1918 : "Excellent pilote de chasse, ayant montré les plus belles qualités de courage et d'audace dans de durs combats avec des avions ennemis, le 16 et 18 février 1918. Le 20 février, a mitraillé à très faible altitude, les premières lignes allemandes pendant 15 mn au moins. A eu son avion gravement endommagé par les balles de mitrailleuses de terre."

* Citation à l'ordre de la 8ème armée en date du 30 mars 1918 : "Au cours d'une protection de réglage, a abattu un avion ennemi dans un combat brillant et attaqué deux Drachn qui ont dû être ramenés au sol et forçant l'observateur de l'un d'eux a sauté en parachute."

* Citation à l'ordre de la 8ème armée en date du 15 juin 1918 : "Pilote de chasse remarquable, a abattu en flammes dans un brillant combat, un biplace ennemi qui s'est écrasé au sol dans nos lignes."

* Citation à l'ordre de la 8ème armée en date du 16 avril 1918 : "A abattu un biplace ennemi qui s'est écrasé en avant des réseaux de fils de fer français."

* Médaille Militaire, Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée en date du 16 juin 1918 : "Pilote de chasse d'une ardeur et d'une habileté hors de pair. A attaqué audacieusement un groupe d'avions ennemis et a abattu l'un d'eux en flammes portant à quatre le nombre de ses victoires, 4 citations."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 18 juin 1918 : "Au cours des deux derniers mois, a attaqué sans cesse les Drachen, a réussi à incendier l'un de ces appareils et a obligé plusieurs observateurs à sauter en parachute."

* Citation à l'ordre de la 8ème armée en date du 26 juillet 1918 : "Remarquable pilote de chasse d'une bravoure et d'une ardeur au-dessus de tout éloge. Le 3 juin 1918, à la suite d'un combat où il a eu son avion gravement endommagé, a abattu dans nos lignes un monoplace. Le 3 juillet 1918, a attaqué un groupe de 3 monoplaces dans leurs lignes, en a descendu un en flammes et mis els autres en fuite."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée en date du 3 août 1918 : "Pilote hors de pair par son dévouement à toute épreuve et sa simplicité, a été constamment un remarquable exemple pour ses camarades. Au cours des nombreux combats qu'il a engagés sans soucis du nombre de ses adversaires et en maintes fois, son avion criblé de balles et a remporté 8 victoires. A été grièvement blessé récemment dans un combat inégal. Amputé de la jambe gauche"

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 9 décembre 1919 : "Pilote d'une bravoure et d'une énergie exceptionnelle. Le 16 juillet et le 19 août 1918, au cours d'admirables combats engagés sans soucis du nombre de ses adversaires, ni de l'éloignement de nos lignes. A abattu 2 avions ennemis portant à 10, le nombre de ses victoires."

Gros plan des décorations du Slt Marcel Gasser - Pilote de l'escadrille N 87 / SPA 87 du 1er janvier au 15 juillet 1918 - Grièvement blessé au combat d'une balle explosive qui brise les deux os de la jambe gauche, le 15 juillet 1918 - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

 

Photo du Ltt Didier Daurat

Ltt Didier Désiré Constant Daurat - Né le 2 janvier 1891 à Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) - Fils de Jean Daurat (chauffeur mécanicien de la compagnie du Gaz) et de Joséphine Grandidier - Elève boursier de l'école d'horlogerie et de mécanique de Paris - Les parents déménagent au 33, avenue Quihou à Saint-Mandé (Val-de-Marne) - Elève de l'école supérieure des travaux publics - Profession avant guerre Horloger - Classe 1911 - Recrutement du 4ème bureau de la Seine sous le matricule n° 3794 - Appelé pour effectuer son service militaire, au titre du 26ème bataillon de chasseurs à pied, caserné à Vincennes, le 8 octobre 1912 - Passé à l'école d'administration militaire, le 17 avril 1913 - Nommé Caporal, le 21 décembre 1913 - Affecté à la 24ème section des commis et ouvriers d'administration (COA), le 2 août 1914 - Affecté à la gare régulatrice de Gray (Haute-Saône) - Demande à intégrre une unité combattante - Affecté au 163ème régiment d'infanterie, le 4 mars 1915 - Sergent, le 24 mai 1915 - Citation n° 184 à l'ordre du 163ème régiment d'infanterie, en date du 22 octobre 1915 - Citation n° 22 à l'ordre de la brigade, en date du 2 novembre 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 11 novembre 1915 - Citation n° 65 à l'ordre du 31ème corps d'armée, en date du 11 décembre 1915 - Participe à la bataille de Verdun - Citation n° 58 à l'ordre de la 97ème brigade, en date du 29 mars 1916 - Blessé au pied droit par un éclat d'obus à Avocourt, le 9 avril 1916 - Evacué sur l'hôpital de Vichy - Fait une demande pour intégrer l'aviation militaire - Citation n° 49 à l'ordre du 163ème régiment d'infanterie, en date du 21 avril 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 septembre 1916 - Envoyé à l'école d'aviation militaire d'Avord, pour effectuer sa formation élèmentaire de pilote militaire, le 15 septembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5058 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 18 décembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux - Pilote du GDE du Plessis-Belleville jusqu'au 3 mars 1917 - Nommé Sous-lieutenant, à titre définitif, le 27 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille C 227 / BR 227 du 3 mars 1917 au 12 juillet 1918 - Vole en équipage avec le Slt de Massimi - Grade de chevalier de la légion d'Honneur et citation n° 5293 à l'ordre de l'armée, en date du 14 juillet 1917 - Nommé Lieutenant de réserve à titre définitif, le 14 octobre 1917 - Admis dans le cadre de l'armée d'active comme Lieutenant, le 20 mars 1918 - En déplacement du 12 au 16 avril 1918 - En déplacement du 9 au 14 juin 1918 - Citation n° 54 à l'ordre de la 1ère armée, en date du 21 juin 1918 - Commandant de l'escadrille BR 134 du 12 juillet au 20 août 1918 - Citation n° 9249 à l'ordre de l'armée, en date du 21 août 1918 - Blessé au combat, le 18 juillet 1918 - Transféré sur l'hôpital de Tours, le 20 juillet 1918 - Pilote du GDE du 14 août au 15 septembre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 87 du 15 septembre 1918 au 7 août 1919 - Commandant de l'escadrille SPA 87 du 1er mai au 7 août 1919 - L'escadrille SPA 87 est dissoute le 7 août 1919 - Affecté au dépôt de matériels d'aéronautique n° 3, le 8 août 1919 - Participe au convoyage entre Etampes et Toulouse de Breguet 14A2 destinés à transporter des sacs de courriers entre Toulouse et Rabat - Inaugura la ligne postale régulière Toulouse-Rabat pour le compte de la Société des lignes aériennes Latécoère, le 1er septembre 1919 - En congé sans solde pour trois ans, à compter du 25 septembre 1919 - Marié avec Mlle Raymonde Blanc (pianiste) - Nommé Chef de l'escale aérienne de Malaga en décembre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, le 5 juin 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 7 juillet 1920 - Affecté au 1er régiment d'aviation, le 19 septembre 1920 - Nommé Directeur de l'exploitation de la Société des lignes aériennes Latécoère en octobre 1920 - Démission de l'armée d'active acceptée, le 3 novembre 1922 - Affecté, dans la réserve, au 22ème régiment d'aviation, le 5 février 1923 - Passé dans l'arme de l'aéronautique militaire, le 20 juin 1923 - Ouverture de la ligne Toulouse-Casablanca en 1925 - Grade d'officier de la Légion d'Honneur, en date du 1er septembre 1926 - Nommé Capitaine de réserve, le 24 décembre 1926 - En 1927, les lignes Latécoère devinrent la Compagnie Aéropostale - La ligne s'étendit de Buenos-Aires à Santiago du Chili - Affecté, dans la réserve, au centre de mobilisation n° 22, le 1er août 1928 - Première traversée des Andes par Mermoz en mars 1929 - Placé en position "Hors cadre" avec affectation spéciale au titre de la région de Paris, le 28 octobre 1930 - Liquidation de la compagnie Aéropostale en mars 1931 - Nommé Attaché à la direction comme chargé de mission de la compagnie nationale Air France - La compagnie Air France a été créée à la suite de la fusion d'Air Union, d'Air Orient, de la CIDNA, des lignes Farman et de l'Aéropostale en août 1933 - Effecte de nombreux voyages en Allemagne et aux Etats-Unis pour étudier les aviations commerciales - Réaffecté dans les cadres de réserve, au centre de mobilisation d'aviation n° 22, le 3 novembre 1933 - A accompli une période volontaire de trois jours au CIER d'Orly en 1934 - Affecté, dans la réserve, au détachement d'Etampes de la 11ème compagnie de l'Air, le 4 mars 1936 - Domicilié au 9, rue du Sénéchal à Toulouse (Haute-Garonne), à compter du 25 mars 1936 - Affecté, dans la réserve, à la base aérienne de Villacoublay, le 1er septembre 1936 - Affecté, dans la réserve, à la base aérienne d'Etampes, le 10 novembre 1936 - A accompli une période de réserve obligatoire au bataillon de l'Air n° 110 du 1er au 14 août 1938 - Crée la compagnie de transport postal Air Bleu, organise des vols postaux de nuit à partir de 1938 - La guerre mit fin aux activités de la société Air Bleu - Nommé Commandant de Réserve, le 8 avril 1940 - Les avions de la société Air Bleu sont mis à la disposition du GQG et furent chargés des liaisons avec l'Afrique du Nord et la Grande-Bretagne - Après l'armistice de juin 1940, les sociétés Air Bleu et Air Afrique furent intégrées à Air France, placées sur le commandement du général Pujo - Il travaille au sein du service civil de liaisons aériennes métropolitaines qui fonctionnera en zone libre jusqu'en novembre 1942 - A la libération, il relance la Postale de nuit - Nommé Commandant du département postal métropolitain, rattaché au Ministère des travaux publics et des transports - Médaille de l'Aéronautique, en date du 13 mai 1947 - Radié des cadres de réserve de l'armée de l'Air pour limite d'âge, le 2 janvier 1948 - Nommé Chef du centre d'exploitation de la compagnie nationale Air France d'Orly de la fin 1948 et jusqu'à sa retraite en 1953 - Elevé au grade de commandeur de la Légion d'Honneur, en date du 19 septembre 1949 - Nommé Commandant honoraire du personnel navigant de l'armée de l'Air, le 9 août 1949 - Nommé Dirtecteur honoraire d'Air France en 1953 - Décédé à Toulouse (Haute-Garonne), le 2 décembre 1969 - Initialiement, sur sa demande, Didier Daurat est enterré sur l'aérodrome de Toulouse-Montaudran, ancienne base de l'aéropostale - Avec la construction d'un ZAC sur l'aérodrome qui a été fermé à la fin 2003, son corps a été transféré dans le caveau familial dans le cimetière St-Pierre de Marseille (Bouches-du-Rhône) - Sources : Fiche matricule du 4ème bureau de la Seine conservée aux archives départementales de Paris - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille C 227 - CCC de l'escadrille BR 134 - CCC de l'escadrille SPA 87 - JORF - Revue L'Aérophile - Revue Les Ailes - Dernière mise à jour : 27 décembre 2021.

* Citation n° 184 à l'ordre du 163ème régiment d'infanterie, en date du 22 octobre 1915 : "A fait une patrouille audacieuse en présence de l'ennemi."

* Citation n° 22 à l'ordre de la brigade, en date du 2 novembre 1915 : "Le 31 octobre 1915, devant le bois de Mortinare, a fait volontairement une patrouille audacieuses au cours de laquelle il a participé à l'attaque d'une patrouille ennemie et à sa destruction partielle."

* Citation n° 65 à l'ordre du 31ème corps d'armée, en date du 11 décembre 1915 : "A effectué une patrouille des plus audacieuses en vant des lignes françaises au cours de laquelle ils ont réussi à enlever une ligne téléphonique allemande."

* Citation n° 58 à l'ordre de la 97ème brigade, en date du 29 mars 1916 : "Le 24 mars 1916, a entrainé crânement son peloton à l'assaut d'une tranchée ennemie. A fait preuve du plus grand calme et d'un rare sang-froid dans la direction des travaux d'organisation de la position conquise sous le bombardement intense."

* Citation n° 49 à l'ordre du 163ème régiment d'infanterie, en date du 21 avril 1916 : "Officier d'une bravoure remarquable, a su par son exemple maintenir le moral de ses hommes soumis aux plus violents bombardements. A été blessé, le 9 avril 1916, en combattant au milieu de sa section."

* Grade de chevalier de la légion d'Honneur et citation n° 5293 à l'ordre de l'armée du Slt Didier Désiré Constant Daurat, pilote à l'escadrille C 227, en date du 14 juillet 1917 : "Officier pilote d'une bravoure et d'une énergie parfaites. Le 30 mai 1917, au cours d'une mission éloignée dans les lignes ennemies, grâce à son sang-froid et à tenu tête héroïquement aux attaques de cinq avions ennemis. Grâce à son sang-froid et son habileté, a pu ramener dans nos lignes son appareil criblé de balles avec l'observateur et le mitrailleur hors de combat. Blessé au cours de la campagne et cinq fois cité à l'ordre."

* Citation n° 54 à l'ordre de la 1ère armée du Ltt Didier Daurat du 163ème régiment d'infanterie, pilote à l'escadrille BR 227, en date du 21 juin 1918 : "Officier pilote d'une grande valeur. Depuis le mois de juin 1917, a exécuté un grand nombre de missions photographiques de réglage et spéciales de nuit et soutenu plusieurs combats en biplan contre des groupes d'avions ennemies ramenant fréquemment son appareil atteint par le tir ennemi. Le 6 mars 1918, a effectué une mission photographique à 70 km dans les lignes adverses. Le 6 juin, au cours d'une reconnaissance nocturne, a attaqué à de très courtes portées, un avion bimoteur ennemi qui a paru tomber désemparé dans les lignes."

* Citation n° 9249 à l'ordre de l'armée du Ltt Didier Daurat du 163ème régiment d'infanterie, commandant l'escadrille BR 134, en date du 21 août 1918 : "Chef d'escadrille d'une bravoure et d'une énergie exemplaires. Au cours des expéditions de l'offensive a soutenu des durs combats à la tête de son unité. Le 18 juillet 1918, bien que blessé dans une rencontre avec l'aviation de chasse ennemie, a obligé un de ses adversaires à abandonner la lutte désemparé. Une blessure antérieure. Cinq citations."

* Grade d'officier de la Légion d'Honneur du pilote aviateur Didier Désiré Constant Daurat, directeur de l'exploitation des lignes aériennes Latécoére, en date du 1er septembre 1926 : "18 ans et 10 mois de services militaires et de pratique professionnelle : après avoir eu une conduite des plus brillantes pendant la guerre (8 citations, 2 blessures, Croix de guerre, chevalier de la Légion d'hon- neur), a rendu à l'aéronautique civile les plus précieux services. Successivement pilote, chef d'aéroplace, chef d'exploitation, puis directeur d'exploitation, a puissamment contribué à la mise au point de nos lignes aériennes vers l'Afrique du Nord et l'Afrique occidentale française. Par ses éminentes qualités d'organisation, a donné une impulsion magnifique à l'aéronautique commerciale dans nos colonies et pays de protectorat."

 

Photo du Ltt Pierre Larzillière

Ltt Pierre Marcel Paul Larzillière (dit Rocheron) - Né le 22 avril 1897 à Laon (Aisne) - Fils de Lucien Maxime Larzillière (voyageur de commerce) et d'Elvire Berthe Marie Lannois (hôtelière) - Domiciliés Maison Petit, Boulevard Taine à Annecy (Haute-Savoie) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1914 (engagement) / 1917 (normale) - Recrutement du bureau d'Annecy nord (Haute-Savoie) sous le matricule n° 60 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre, au titre du 30ème régiment d'infanterie, à compter du 16 septembre 1914 - Elève au peloton des elève officier de réserve de la 14ème région militaire du 1er novembre au 13 décembre 1914 - Nommé Caporal, le 14 décembre 1914 - Nommé Sergent, le 24 décembre 1914 - Nommé Aspirant, le 25 décembre 1914 - Affecté au 17ème régiment d'infanterie, le 17 janvier 1915 - Affecté au 22ème régiment d'infanterie, le 24 février 1915 - Affecté au 414ème régiment d'infanterie, le 4 mars 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 4 septembre 1915 - Citation n° 94 à l'ordre du 414ème régiment d'infanterie, en date du 13 mars 1916 - Cours des grenadiers de la 2ème armée du 20 mai au 1er juin 1916 - Blessé par balle à l'épaule gauche à Vaux-Chapitre, le 2 août 1916 - Citation n° 196 à l'ordre du 414ème régiment d'infanterie, en date du 12 août 1916 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 4 octobre 1916 - Citation n° 370 à l'ordre du 414ème régiment d'infanterie, le 23 mars 1917 - Blessé par un éclat d'obus au menton à Craonne, le 19 mai 1917 - Nommé Lieutenant, à titre définitif, le 4 septembre 1917 - Citation à l'ordre du régiment, le 23 octobre 1917 - Citation n° 560 à l'ordre du 414ème régiment d'infanterie, le 25 novembre 1917 - Passé à l'aéronautique militaire, comme élève pilote, le 12 novembre 1917 - Arrivé à l'école d'aviation militaire de Chartres, pour effectuer sa formation élémentaire de pilote du 15 novembre 1917 au 14 février 1918 - Brevet de pilote militaire n° 11.519 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 12 février 1918 - Stage de perfectionnement "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord du 15 février au 19 mars 1918 - Stage de spécialisation à l'école d'aviation militaire de Pau, à compter du 20 mars 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 25 juin 1918 - Pilote du GDE du 25 juin au 19 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 87 du 19 juillet 1918 au 8 août 1919 - Totalise 226h35 de vol à la fin de la guerre - En mission du 28 mars au 5 avril 1919 - Citation à l'ordre de la 4ème armée, en date du 19 avril 1919 - Marié avec Mlle Jeanne Louise Ritter à Nancy, le 23 octobre 1920 - Affecté au DMAé n° 3, le 8 août 1919 - Affecté au service des fabrications de l'aviation, le 23 août 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 16 janvier 1920 - Affecté au service de fabrication de l'aéronautique du sous-secrétariat aéronautique et des transports aérien, le 8 avril 1920 - Mis en position hors cadre et maintenu au service des fabrications de l'aéronautique, le 5 juin 1920 - Affecté à la division d'entrainement du parc d'aviation n° 34 et au parc d'aviation n° 34, le 1er janvier 1922 - Nommé Capitaine, le 25 décembre 1924 - Affecté à l'entrepot spécial d'aviation n° 1 de Villacoublay, le 25 janvier 1925- Brevet n° 410 d'observateur militaire en avion, le 12 ocotbre 1925 - Affecté au service général du ravitaillement en matériel d'aviation et détaché à la direction générale technique, le 25 juin 1929 - Affecté à l'état-major de la 15ème région militaire, le 26 mars 1930 - Affecté au magasin général d'aviation n° 2, le 25 juillet 1930 - Maintenu en activité avec pension temporaire de 10 % pour Sclérose pulmonaire avec emphysème par la commission de réforme de Dijon, le 15 mars 1932 - Stage de perfectionnement des officiers chargés de fonctions techniques dans les formations du 3 janvier au 20 mai 1933 - Affecté au service général du ravitaillement en matériel technique de l'armée de l'Air, le 28 novembre 1933 - Affecté à la direction du matériel aérien militaire de l'administration centrale du ministère de l'air, le 28 avril 1934 - Stage d'entrainement aérien à la 5ème brigade aérienne à Lyon (Rhône) du 14 au 26 octobre 1935 - Affecté à la 34ème escadre aérienne, casernée au Bourget-Dugny, le 1er mars 1937 - Affecté au parc de la base aérienne de Dugny et nommé commandant du parc, par intérim, le 21 janvier 1939 - Nommé Commandant du corps des officiers de l'air, cadre navigant, le 15 mars 1939 - Nommé Commandant du Parc d'aviation 4/104 , le 15 avril 1939 - Nommé Lieutenant-colonel, le 25 mai 1941 - Totalise 921 heures de vol - Décédé à Berlin (Allemagne), le 28 septembre 1949 - Pierre Larzillière repose dans le cimetière de Sissonne (Aisne) - Sources : Pam - Livret militaire - CCC de l'escadrille SPA 87 - Fiche matricule du département de la Haute-Savoie - Liste des brevets militaires - JORF - Dernière mise à jour : 10 mars 2021.

* Citation à l'ordre de la 4ème armée du Ltt Pierre Marcel Larzillière dit Rocheron à l'escadrille SPA 87, en date du 19 avril 1919 : "Jeune officier d'une grande bravoure. S'est particulièrement distingué dans l'infanterie où il a rendu de précieux services. Blessé et inapte à son arme, a continué à servir dans l'aviation avec le même esprit de dévouement. A poursuivi plusieurs combats loin dans les lignes ennemies. Le 30 octobre 1918, a engagé un brillant combat contre un biplace de chasse (Albernonne), le poursuibant à 15 kilomètres dans ses lignes où il l'a obligé à atterrir très sérieusement touché. A ramené son avion détérioré par les balles et les éclats d'obus ennemis. Deux blessures, 4 citations."

Ltt Marc Volokhoff - Né à Skodj (Russie), le 22 février 1886 - Fils de Jules Volokhoff et de Marie Martinoff - Profession avant guerre Commerçant - Engagé pour la durée de la guerre au 3ème régiment de Marche du 1er régiment de la Légion Etrangère, le 28 novembre 1914 - Nommé Sous-lieutenant en décembre 1914 - Croix de guerre et une citation à l'ordre du régiment, le 14 novembre 1915 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 3 août 1916 - Une citation à l'ordre du régiment, le 12 octobre 1916 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 8 novembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5368 obtenu à l'école d'aviation de Chartres, le 12 février 1917 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de perfectionnement et de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 13 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 87 du 26 avril au 12 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 99 du 1er janvier au 23 février 1918 - GDE du 23 au 28 février 1918 - Rayé du personnel navigant à compter du 28 février 1918 - Retour au 1er régiment de la Légion Etrangere, le 4 mars 1918.

Les hommes

Adj Laurent Baptiste Firmin Ruamps - Né à St-Germain-du-Bel-Air (Lot), le 14 février 1897 - Fils de Jean Ruamps (meunier) et d'Angéline Rossignol - Domiciliés au moulin de Finoul à St-Germain-du-Bel-Air (Lot) - Classe 1917 - Recrutement de Cahors sous le matricule n° 333 - Mobilisé comme conducteur au titre du 2ème groupe d'aviation, le 12 janvier 1916 - Affecté au centre d'aviation militaire de Saint-Cyr, le 29 février 1916 - Passé élève pilote, le 30 septembre 1916 - A l'école d'aviation militaire d'Etampes du 17 octobre 1916 au 29 janvier 1917 - Brevet de pilote militaire n° 5257 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 26 janvier 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux du 28 janvier au 18 février 1917 - Stage de spécialisation "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d' Avord du 18 février au 22 avril 1917 - Nommé Caporal, le 27 mars 1917 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau du 23 avril au 3 mai 1917 - Pilote du GDE du 3 au 16 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 87 / SPA 87 du 16 mai 1917 au 8 août 1919 - Cette escadrille appartenait avec les SPA 38, 92, 152 au groupe de chasse n° 22 - Nommé Sergent, le 25 août 1917 - Citation n° 162 à l'ordre de la 8ème armée, en date du 9 septembre 1917 - Citation n° 195 à l'ordre de la 8ème armée, en date du 6 février 1918 - Nommé Adjudant, le 20 février 1918 - Médaille Militaire et citation n° 6720 à l'ordre de l'armée, en date du 8 avril 1918 - Citation n° 216 à l'ordre de la 8ème armée, en date du 18 juin 1918 - Citation n° 447 à l'ordre de la 5ème armée, en date du 14 décembre 1918 - Termine la guerre avec 10 victoires homologuées et 6 probables, toutes remportées à la N 87 / SPA 87 - Citation à l'ordre de la 4ème armée, en date du 23 janvier 1919 - Citation n° 279 à l'ordre de la 8ème armée, en date du 11 juillet 1919 - Affecté au dépôt de matériels d'aéronautique (DMAé) n° 3 de Courban, le 3 août 1919 - Rengagé pour un an au 1er groupe d'aviation de Dijon, le 20 août 1919 - Nommé Adjudant-chef, le 1er septembre 1919 - Affecté au SEGA de Blanc-Ménil, le 24 septembre 1919 - Affecté à l'entrepot spécial d'aviation (ESA) n° 1 du Bourget-Dugny, le 1er janvier 1920 - Affecté au 4ème régiment d'observation du Bourget-Dugny comme chef du détachement d'avions de la 12ème direction du ministère de la guerre, le 12 avril 1920 - Affecté à l'entrepot spécial d'aviation (ESA) n° 1 du Bourget-Dugny, le 24 avril 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation n° 22.527 à l'ordre de l'armée, en date du 11 juillet 1920 - Rengagé pour un an au titre de la 1ere section d'ouvriers d'aviation au Bourget-Dugny, le 6 septembre 1920 - Affecté à la 9ème escadrille du 34ème régiment d'aviation du Bourget, le 26 juillet 1921 - Rengagé pour deux ans, au titre du 34ème régiment d'aviation au Bourget, à compter du 11 septembre 1921 - Rengagé pour deux ans, à compter du 11 septembre 1923 - Affecté à la division d'entraiement du 34ème régiment d'aviation du Bourget - Admis dans le corps des sous-officiers de carrière, le 25 mai 1928 - Titularisé mitrailleur en avion, le 1er juillet 1931 - Affecté à la 54ème escadre aérienne - Affecté à la base aérienne du Bourget-Dugny, le 1er septembre 1936 - Nommé Sous-lieutenant d'active, du cadre sédentaire, le 14 juin 1937 - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 30 juin 1937 - Affecté au bataillon de l'air n° 122, le 10 juin 1939 - Nommé Lieutenant du cadre sédentaire, le 14 juin 1939 - Placé en congé d'armistice, le 26 décembre 1940 - Affecté, dans la réserve, à la base dépôt de Toulouse-Francazal, le 26 décembre 1940 - Mis à la retraite, le 1er novembre 1941 - Intégre la résistance locale comme agent de liaison et de renseignement, le 1er mars 1944 - Nommé chef technique de la compagnie, le 7 juin 1944 - Héberge des réfractaires du STO - A la libération, rejoint la 25ème compagnie de l'air de Cahors et rappelé à l'activité à l'école des spécialistes du Bourget, le 2 mars 1945 - Muté en avril 1945 au centre d'instruction météorologique et demande à servir sous contrats de trois mois renouvelables - Sa demande n'est pas accordée - Démobilisé, le 11 mars 1946 - Se retire dans son village natal - Nommé Capitaine de réserve - Affecté, dans la réserve, au BCIAAA n° 267 de Compiègne - Totalise alors 1647 heures de vol dont 530 heures de vol de guerre - Commandeur de la Légion d'Honneur, en date du 13 juillet 1961 - Décédé à St-Germain-du-Bel-Air (Lot), le 27 juillet 1972 - Photo Camille Chambaz transmise par Cédric Chambaz, son arrière-petit-neveu, que je remercie pour son aide - Sources : Acte de naissance (acte n° 1) de la commune de St-Germain-du-Bel-Air (Lot) - Pam - LO - Etat signalétique des services - Liste des brevets militaires - Fiche matricule conservée aux archives départementales du Lot - Bulletin de décès de la commune de St-Germain-du-Bel-Air - JORF - Site Internet "As 14-18" de David Méchin - Dernière mise à jour : 10 août 2021.

* Citation n° 162 à l'ordre de la 8ème armée du Cal Laurent Ruamps du 2ème groupe d'aviation, pilote à l'escadrille N 87, en date du 9 septembre 1917 : "Jeune pilote de chasse de grande valeur, plein d'audace et d'une belle ardeur. Le 21 août 1917, a abattu dans nos lignes un avion de reconnaissance ennemi."

* Citation n° 195 à l'ordre de la 8ème armée du Sgt Laurent Ruamps du 2ème groupe d'aviation, pilote à l'escadrille N 87, en date du 6 février 1918 : "Pilote de chasse d'une ardeur et d'une adresse remarquables. Le 3 septembre 1917, mitraille, à très basse altitude, les tranchées ennemies et récemment abat un avion ennemi qui s'écrase au sol."

* Médaille Militaire, Croix de Guerre avec palme et citation n° 6720 à l'ordre de l'armée du Sgt Laurent Ruamps du 2ème groupe d'aviation, pilote à l'escadrille SPA 87, en date du 8 avril 1918 : "Pilote de chasse d'une balle ardeur et d'une grande adresse. Entraine ses camarades, harcelant sans cesse l'adversaire, attaquant les ballons captifs, mitraillant les tranchées. A abattu son 3ème avion ennemi."

* Citation n° 216 à l'ordre de la 8ème armée de l'Adj Laurent Ruamps du 2ème groupe d'aviation, pilote à l'escadrille SPA 87, en date du 18 juin 1918 : "Excellent pilote de chasse, a abattu un monoplace ennemi (4ème avion abattu)."

* Citation n° 447 à l'ordre de la 5ème armée de l'Adj Laurent Ruamps du 2ème groupe d'aviation, pilote à l'escadrille SPA 87, en date du 14 décembre 1918 : "Pilote de chasse de premier ordre. Le 27 octobre 1918, a abattu un biplace ennemi (cinquième victoire)."

* Citation à l'ordre de la 4ème armée de l'Adj Laurent Ruamps du 2ème groupe d'aviation, pilote à l'escadrille SPA 87, en date du 23 janvier 1919 : "Pilote de chasse de grande valeur, d'une ardeur toujours égale. Le 30 octobre 1918, au cours d'un combat qui s'est terminé au raz du sol, a abattu un monoplace ennemi (6ème victoire)."

* Citation n° 279 à l'ordre de la 8ème armée de l'Adj Laurent Ruamps du 2ème groupe d'aviation, pilote à l'escadrille SPA 87, en date du 11 juillet 1919 : "Excellent pilote de chasse, volontaire pour toutes les missions. Le 19 mars 1918, a abattu un avion ennemi (7ème victoire)."

* Citation n° 22.527 à l'ordre de l'armée de l'Adj Laurent Ruamps du 2ème groupe d'aviation, pilote à l'escadrille SPA 87, en date du 17 septembre 1919 : "Excellent pilote de chasse, volontaire pour toutes les missions périlleuses. Le 19 mars 1918, a remporté sept victoires officielles. "

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation n° 22.527 à l'ordre de l'armée de l'Adj Laurent Ruamps à l'entrepot spécial d'aviation n° 1, en date du 11 juillet 1920 : "Cinq ans de service. Quatre campagnes, une blessure, huit citations. Titres exceptionnels. A effectué plusieurs raids très audacieux, loin dans les lignes allemandes, attaquant les avions mitraillant les convois en marche et les batteries en action. A remporté dix victoires officielles."

* Grade d'Officier de la Légion d'Honneur du Slt Laurent Baptiste Firmin Ruamps, en date du 30 juin 1937 : "20 ans de services, 3 campagnes, 7 citations, 19 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier de la Légion d'Honneur du 17 juillet 1920. (10 victoires officielles.)"

Adj Gilbert Félicien Discours - Né le 30 janvier 1893 à Violes (Vaucluse) - Fils de Joseph Hippolyte Discours et de Solange Anne Pochy - Classe 1913 - Recrutement d'Avignon sous le matricule n° 1010 - Engagé volontaire pour 4 ans au 13ème régiment de Dragons, le 20 octobre 1911 - Nommé Brigadier, le 3 octobre 1912 - Détaché à l'annexe de remonte de Claye du 14 octobre 1913 au 10 janvier 1914 - Nommé Maréchal des Logis, le 4 février 1914 - Toujours au 13ème régiment de Dragons lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Affecté à l'escadron à pied du 13ème régiment de Dragons, le 25 septembre 1915 - Citation n° 29 à l'ordre du 13ème régiment de Dragons, en date du 7 mai 1916 - Affecté au 12ème régiment de Cuirassiers à pied, le 20 mai 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 30 juin 1917 - Affecté à l'école de pilotage de Juvisy comme élève pilote, le 20 juillet 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8685 obtenu à l'école militaire d'aviation de Juvisy, le 19 septembre 1917 - Stage "Avions rapides" à l'école militaire d'aviation d'Avord, le 1er octobre 1917 - Stage de "Haute école" à l'école de perfectionnement de Pau, le 29 octobre 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux, le 15 novembre 1917 - Affecté comme pilote au GDE, le 30 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 87 du 14 décembre 1917 au 20 septembre 1918 - Nommé Adjudant, le 15 avril 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 169 du 20 septembre 1918 au 15 mai 1919 - Citation n° 645 à l'ordre de la 6ème armée, en date du 2 octobre 1918 - Rengagé pour 5 ans, le 5 mai 1919 - Pilote de l'escadrille SPA 87 du 15 mai au 25 juillet 1919 - Affecté à la mission spéciale aéronautique finlandaise comme sous-lieutenant à titre fictif du 25 juillet 1919 au 5 janvier 1920 - Citation n° 22.527 à l'ordre de l'armée, en date du 19 septembre 1919 - Chevalier de l'ordre de la rose blanche finlandaise - Affecté au 1er groupe d'ouvriers d'aviation, le 10 février 1920 - Médaille Militaire, le 16 juin 1920 - Affecté à la 10ème section d'ouvriers d'aviation, le 23 décembre 1921 - Nommé Adjudant-chef, le 1er juin 1923 - Affecté au 1er groupe d'ouvriers d'aéronautique, par changement de dénomination, le 1er janvier 1924 - Nommé Sous-lieutenant, le 2 octobre 1926 - Affecté au 34ème régiment d'aviation pour l'aviation de l'Indochine, le 1er décembre 1926 - Embarqué sur le "Cap St-Jacques" à destination de l'Indochine, le 21 janvier 1927 - Débarqué à Haïphong et affecté à l'escadrille n° 1, le 1er mars 1927 - Un témoignage de satisfaction n° 1047 du Ministre des colonies, en date du 18 novembre 1927 - Officier du Dragon d'Arman - Ordre du 100 millions d'Elephant - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 4 mars 1928 - Nommé Lieutenant, le 2 octobre 1928 - Embarqué à Haïphong sur le paquebot "Metzinger" à destination de la France, le 5 juin 1930 - Débarqué à Marseille, le 5 juillet 1930 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 9 décembre 1930 - Affecté à l'aéronautique de l'AOF - Dirigé sur Bordeaux pour embarquement et rayé des contrôle du 34ème régiment d'aviation, le 17 octobre 1931 - Embarqué sur le vapeur "Brazza" au port de Bordeaux, le 17 octobre 1931 - Débarqué à Dakar et affecté à l'escadrille n° 2, le 25 octobre 1931 - Rapatriement sanitaire par le vapeur "Alsina" de Dakar à Marseille, du 17 au 27 août 1933 - Affecté à l'école des sous-officiers du personnel navigant de l'armée de l'Air, le 17 août 1933 - Affecté au 2ème bataillon de l'Air, le 27 novembre 1933 - Nommé Capitaine, le 28 mars 1934 - Classé dans le corps des officiers de l'Armée de l'Air, le 22 novembre 1935 -Affecté à la 37ème demi-brigade aérienne du Maroc, le 20 mai 1936 - Embarqué sur le vapeur "Djenne", le 8 juillet 1936 - Débarqué à Casablanca, le 11 juillet 1936 - Affecté au commandement de la 3ème escadrille de la 3ème escadre aérienne du Sud marocain à Agadir, le 20 juillet 1936 - Stage de perfectionnement à Casablanca du 12 au 19 juillet 1936 - Affecté comme adjoint au commandant de la 3ème escadrtille de la 3ème escadre aérienne du Sud marocain, le 22 octobre 1936 - Affecté comme adjoint au commandant de la 3ème escadrtille de la 63ème escadre aérienne, le 22 octobre 1936 - Mis en congé définitif sur sa demande, le 1er octobre 1937 - Se retire à Violes (Vaucluse) - Désigné comme commandant de l'école élémentaire de pilotage n° 48 à Carcassonne, rattachée à la base aérienne 108 de Montpellier, le 2 octobre 1939 - Affecté à la 4ème compagnie du centre d'instruction de la chasse de Montpellier, le 18 décembre 1939 - Démobilisé, le 30 juillet 1940 - Rayé des contrôle de l'armée active, le 1er octobre 1942 - Officier de la Légion d'Honneur, le 27 janvier 1943 - Nommé Capitaine de réserve à titre définitif, le 25 mars 1944 - Rappelé en activité pour servir au groupe de transport n° 521, le 1er décembre 1944 - Affecté comme officier adjoint du commandant du GT 521 et prend le commandement de la 218ème compagnie du GT 521, le 1er janvier 1945 - Affecté à la 2ème compagnie du GT 360, par changement de dénomination du GT 521 - Prend le commandement du GT 360, le 25 août 1945 - Démobilisé, le 15 décembre 1945 - Rayé des réserves de l'armée de l'air par limite d'âge, le 30 janvier 1947 - Sources : Dossier militaire - FM - MdH - Photo Gilbert Discours transmis par Jérome Discours, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

* Citation n° 29 à l'ordre du 13ème régiment de Dragons (2ème corps de cavalerie / 7ème division) du Maréchal des Logis Discours, de l'escadron à pied, en date du 7 mai 1916 : "Sous-officier énergique et brave, a pris part à de nombreuses reconnaissances, le 29 avril 1916. Surpris au cours d'une patrouille de nuit par un ennemi très supérieur n'a pas hésité à l'attaque immédiatement a pris avec le plus grand sang-froid les dispositions qui lui ont permis de dégager sa troupe et de la ramener intacte dans nos lignes."

* Citation n° 200 à l'ordre de la 8ème armée du MdL Gilbert Félicien Discours, du 12ème régiment de Cuirassiers, pilote de l'escadrille SPA 87, en date du 30 mars 1918 : "Au cours d'une protection de réglage, a abattu un biplace ennemi."

* Citation n° 645 à l'ordre de la 6ème armée de l'Adj Gilbert Félicien Discours, détaché du 12ème régiment de cuirassiers, pilote de l'escadrille SPA 87, en date du 2 octobre 1918 : "Excellent pilote doué des plus belles qualités d'adresse et de courage réfléchi. Le 21 août 1918, a attaqué un Drachen ennemi et l'abattu en flammes (2ème victoire)."

* Citation n° 22.527 à l'ordre du GQG des armées françaises de l'Est de l'Adj Gilbert Félicien Discours, pilote de l'escadrille SPA 87, en date du 19 septembre 1919 : "Adjudant pilote modeste autant que brave, le 16 février 1918, a livré un brillant combat contre un ennemi supérieur en nombre et grâce à son habileté intelligente et à son courage exemplaire, a abattu l'un des ses adversaires. (3ème victoire)"

* Un témoignage de satisfaction n° 1047 du Ministre des Colonies, en date du 18 novembre 1927 :

* Un témoignage de satisfaction n° 948 du Ministre de la Guerre, en date du 4 avril 1922 pour dévouement et activité dans l'exécution des essais relatifs au concours d'hélices du Nieuport 29 C1.

Ltt Pierre Georges Jean Marin - Né le 18 avril 1887 à L'Aigle (Orne) - Mobilisé au 228ème régiment d'infanterie - Brevet de pilote militaire n° 5062 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 19 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 87 du XXX au 26 février 1918 - Nommé Adjudant, le 12 janvier 1918 - Passé Sous-lieutenant, le 3 février 1918 - Tué au combat, aux commandes du Nieuport 27 n° 5690, dans les environs de Blamont, le 26 février 1918 - Son adversaire était probablement le XX Erich Weiss du Jasta 33 (sa 1ère victoire) - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Caporal Tommy Hitchcock Junior - Né le 11 février 1900 à Aiken, Caroline du Sud (USA) - Fils de Thomas Hitchcock et Louise Estris - Profession avant guerre Etudiant - Engagé au 1er régiment d'aviation au titre de l'aviation militaire, le 17 juin 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9326 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 17 octobre 1917 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Pilote de l'escadrille N 87 / SPA 87 du 8 décembre 1917 au 6 mars 1918 - Nommé Sergent, le 4 mars 1918 - Blessé au combat, aux commandes du SPAD VII n° 1765, le 6 mars 1918 - Son adversaire était probablement le Ltn Georg Weiner du Kest 3 (sa 2ème victoire) - Fait prisonnier, il s'est évadé d'Allemagne en sautant d'un train, il est passé par la Suisse et rentre en France, le 28 août 1918 - Il a été un des plus grands joueurs de polo de tous les temps - Il a dirigé l'équipe nationale des Etats-Unis en 1921 - De 1922 à 1940, Hitchcock a réalisé un handicap de 10 points, le score le plus élevé du Polo - Il a dirigé les équipe des Etats-Unis en 1923, 1927, 1935 et 1936 - A épousé Margaret Mellin à New-York, le 15 décembre 1928 - Ils ont eu ensemble 4 enfants - Pendant la seconde guerre mondiale, il s'est engagé avec le grade de Lieutenant-colonel - Affecté comme attaché de l'Air en Grande-Bretagne - A contribué à l'adaptation du moteur Rolls-Royce Merlin sur le P-51 Mustang - Il s'est tué, aux commandes d'un P-51 Mustang, au cours d'un essai en vol à Salisbury (Grande-Bretagne), le 19 avril 1944 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Caporal William Augustin Wellman - Né le 29 février 1896 à Brookline - Massachusetts (USA) - Fils de Rett G. Wellman et de Célia - Profession avant guerre Commerçant - Ambulancier au Norton-Harjes Ambulance Corps - Engagé au 1er régiment de la Légion Etrangère au titre de l'aviation militaire, le 26 juin 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9045 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 29 septembre 1917 - Nommé Caporal, le 10 octobre 1917 - Stage à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 13 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 87 du 1er décembre 1917 au 30 mars 1918 - Il a remporté 3 victoires homologuées et 5 probables - Son Nieuport 27 a été abattu par la DCA allemande au dessus de la forêt de Parroy, le 21 mars 1918 - Il en a gardé des séquelles - Réformé n°2 par la commision de réforme de Nancy, le 14 mars 1918 - Rentré aux Etats-Unis, il a enseigné les tactiques de combat sur la base de Rockwell Fiels, San Diego - Réalisateurs primé d'Hollywood - On lui doit les films "The Ox-Bow Incident" - "Yellow Sky" - Westward the Women" - "Buffalo Bill" - "Bastogne" - "Across the Wide Missouri" - "The Wings" - "A star is born" - On lui doit le livre "Go Get Em" publié en 1918 - Décédé d'une leucémie à Los Angeles, le 9 décembre 1975 - Son fils a publié récemment un livre reprenant ses principales lettres écrites pendant la guerre - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Autre vue du Caporal William Augustin Wellman - Il pose à côté de son Nieuport du moment qui est codé "4" - Il a été pilote de l'escadrille N 87 du 1er décembre 1917 au 30 mars 1918 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

 

 

Les avions

Terrain de Toul (54) - L'escadrille N 87 a stationné sur place du 15 avril au 22 mai 1917 puis du 29 juillet au 13 septembre 1917 - Photo Roger Kissel transmise par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Albatros C XII n° 1851/17, de l'équipage Ltn Rudolf Littig (pilote) et Ltn Joseph Schwinfest (obs) du FlAbt 16, abattu dans les environs de Pagny-sur-Meuse, par les Slt Jean Dehesdin et Cal Firmin Ruamps, pilotes de la N 87, le 21 août 1917 - Le pilote a survécu au crash mais l'observateur a été tué - Photo collection Alain Mariotte que je remercie pour son aide.

Photo de détail du poste de pilotage de l'Albatros C XII n° 1851/17, de l'équipage Ltn Rudolf Littig (pilote) et Ltn Joseph Schwinfest (obs) du FlAbt 16, abattu dans les environs de Pagny-sur-Meuse, par les Slt Jean Dehesdin et Cal Firmin Ruamps, pilotes de la N 87, le 21 août 1917 - A voir les dégâts très importants de cette partie de l'avion, on se demande comment le pilote a pu survivre au crash - Son camarade d'escadrille n'a pas eu cette chance - Photo collection Alain Mariotte que je remercie pour son aide.

Vue de détail de la partie arrière de l'Albatros C XII (Bay) n° 1851/17, de l'équipage Ltn Rudolf Littig (pilote) et Ltn Joseph Schwinfest (obs) du FlAbt 16, abattu dans les environs de Pagny-sur-Meuse, par les Slt Jean Dehesdin et Cal Firmin Ruamps, pilotes de la N 87, le 21 août 1917 - Le pilote a survécu au crash mais l'observateur a été tué - Photo collection Alain Mariotte que je remercie pour son aide.

Nieuport 24 bis n° N 4657 codé "10" de l'escadrille N 87 à la fin de l'année 1917 - Le numéro de cet avion apparait dans une situation datée du 31 décembre 1917 - Photo Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

Nieuport 24 codé "15" de l'escadrille N 87 gravement accidenté pendant l'hiver 1917-1918 - Les numéros code étaient assignés par ordre hiérarchique, le n° 1 pour le commandant de l'escadrille, n° 2 pour son adjoint, puis les officiers, les sous-officiers supérieurs (adjudants), les sous-officiers subalternes (sergents) et finalement les hommes du rang (caporaux) - Le n° 15 était affecté au petit dernier qui arrive d'école et qui, visiblement, n'avait pas acquis toute la maitrise de son appareil - Photo Jean-Laurent Truc que je remercie pour son aide.

Les avions

Accident d'un Nieuport 17 codé "4" de l'escadrille N 87 - Le chiffre code "4" est repris sur le dos du fuselage - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Caporal William Wellman pose au milieu des mécaniciens de l'escadrille N 87 - Son avion est le Nieuport 27 n° 5246 codé "13" - Tous ses avions ont porté le nom de baptème "Celia", le prénom de sa mère - Il y a eu 5 "Celia" successifs - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Nieuport 27 n° 5690 codé "12" du Ltt Destainville, pilote de l'escadrille N 89 - Remarquez les deux versions de l'insigne de l'unité, chat blanc réservé aux avions camouflés et chat noir pour les avions couleur aluminium - Photo collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Autre photo du Ltt Destainville, pilote de l'escadrille N 89 posant près du Nieuport 23 n° 5690 codé "12" qui lui est affecté - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Nieuport 27 n° N 5690 du Ltt Pierre Marin, tué au cours d'un combat aérien contre le Ltn Erich Weiss du Jasta 33, le 26 février 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Slt Pierre Larzillière (dit Rocheron) aux commandes de son SPAD VII codé "3" sur le terrain de Soudé-Ste-Croix en Aout 1918 - L'escadrille SPA 87 a stationné sur ce terrain du 16 juillet au 19 août 1918 - Photo Pierre Larzillière transmise par Gérald Larzillière, son petit-fils, que je remercie pour son aide.


Documents et souvenirs
en rapport

Insigne de pilote militaire de l'Adj Gilbert Discours, pilote de l'escadrille SPA 87 du 14 décembre 1917 au 20 septembre 1918 - Il a obtenu le brevet de pilote militaire n° 8685 obtenu à l'école militaire d'aviation de Juvisy, le 19 septembre 1917 - Photo Jérome Discours, son petit-fils, que je remercie pourt son aide.

Décorations et souvenirs du LcL Pierre Marcel Paul Larzillière (dit Rocheron) - Pilote de l'escadrille SPA 87 du 19 juillet 1918 au 8 août 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 16 janvier 1920 - Nommé Lieutenant-colonel, le 25 mai 1941 - Décédé à Berlin (Allemagne), le 28 septembre 1949 - Pierre Larzillière repose dans le cimetière de Sissonne (Aisne) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Gérald Larzillière, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Morceau de toile prélevé sur un biplace contraint à l'atterrissage devant les lignes françaises entre Lanfroicourt et Manhouéaux après un combat sur la forêt de Parroy (Meurthe-et-Moselle), le 3 juillet 1917 - Les pilotes français concernés étaient le Slt Alex Marty de la N 77 (sa 3ème victoire) et le Cal René d'Estainville de la N 87 (sa 1ère victoire) - Les deux aviateurs allemands, les Ltn Tolksdorf et Peters ont été blessés pendant le combat aérien et faits prisonniers - Ils appartenaient au FlAbt 12 - Cet entoilage a été prélevé par le Slt Henri Joseph Desjardins du 79ème régiment d'infanterie - Il a envoyé ce souvenir, qui a été peint par un aspirant de sa compagnie, à sa filleule Jeannine Mutignon, âgée de 7 ans, qui résidait à Hardricourt (Yvelines) - Henri Desjardins est décédé des suites de ses blessures obtenues au combat à Glorieux (Meuse), le 17 avril 1918 - Photo Patricia Moris, la petit-fille de Jeannine Mutignon, épouse Erny que je remercie pour son aide.

Documents et souvenirs
en rapport

Brevet de pilote militaire n° 11.519 obtenu par le Slt Pierre Marcel Larzillière (dit Rocheron) et obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 12 février 1918 - Document transmis par Gérald Larzillière, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Citation à l'ordre de la 4ème armée du Ltt Pierre Marcel Larzillière dit Rocheron à l'escadrille SPA 87, en date du 19 avril 1919 : "Jeune officier d'une grande bravoure. S'est particulièrement distingué dans l'infanterie où il a rendu de précieux services. Blessé et inapte à son arme, a continué à servir dans l'aviation avec le même esprit de dévouement. A poursuivi plusieurs combats loin dans les lignes ennemies. Le 30 octobre 1918, a engagé un brillant combat contre un biplace de chasse (Albernonne), le poursuibant à 15 kilomètres dans ses lignes où il l'a obligé à atterrir très sérieusement touché. A ramené son avion détérioré par les balles et les éclats d'obus ennemis. Deux blessures, 4 citations." - Document transmis par Gérald Larzillière, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Citation n° 7852 D à l'ordre du GQG donnant attribution de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre avec palme à l'Adj Marcel Gasser du 8ème régiment d'artillerie : "Pilote de chasse d'une ardeur et d'une habileté hors de pair. A attaqué audacieusement un groupe d'avions ennemis et a abattu l'un d'eux en flammes portant à quatre le nombre de ses victoires, 4 citations." - Photo base de données "Leonore" de la Chancellerie de la Légion d'Honneur.


Monuments commémoratifs
et tombes

Slt Donatien Lamprou - Né le 27 avril 1890 à Echiré (Deux-Sèvres) - Fils de Donatien Lamprou et de Marie-Louise Gaborit - Profession avant guerre Mécanicien - Service militaire au 109ème régiment d'infanterie, à compter du 1er ocotbre 1911 - Mobilisé au 24ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Passé à l'aviation comme mécanicien, le 3 mai 1915 - Passé élève pilote, le 1er septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1849 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 23 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille MF 88 d'Orient - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 10 août 1916 - Croix de Guerre - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 29 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 1 de Roumanie jusqu'au 14 novembre 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 15 février 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 6 juillet 1917 - GDE du 14 au 26 novembre 1917 - Pilote de l'escadrille SPA 49 du 26 novembre 1917 au 12 juin 1918 - En mission du 12 janvier au 5 février 1918 - En mission du 13 au 15 février 1918 - En mission au Plessis-Belleville (GDE) du 1er au 6 avril 1918 - En mission du 15 au 17 mai 1918 - Nommé Sous-Lieutenant, le 12 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 152 du 13 au 14 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 87 du 14 juin au 18 octobre 1918 - Blessé au combat et hospitalisé, le 7 septembre 1918 - Décédé des suites d'une pneumonie grippale à l'hôpital auxiliaire n° 10 de Tours (37), le 18 octobre 1918 - Donatien Lamprou repose au cimetière de La Salle à Tours - Photo Didier Lecoq que je remercie pour son aide.

Soldat de 2ème classe Julien Raoul Gaultier - Né le 24 octobre 1893 à Champigny-sur-Vende (Indre-et-Loire) - Fils de Jules Angel Gaultier et de Louise Plumereau - Domiciliés à Langeais (Indre-et-Loire) - Profession avant guerre Maréchal mécanicien - Classe 1913 - Recrutement de Tours (Indre-et-Loire) sous le matricule n° 556 - Service militaire au 2ème groupe aéronautique, à compter du 26 novembre 1913 - Affecté au 2ème groupe d'aviation, le 1er janvier 1914 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Affecté au 1er groupe d'aviation, le 1er janvier 1916 - Affecté au 2ème groupe d'aviation, le 1er janvier 1917 - Nommé Soldat 1ère classe, le 4 août 1917 - Mécanicien de l'escadrille N 87 / SPA 87 du (avant le 4ème trimestre 1917) au 7 mars 1919 - Evacué à l'hôpital n° 1 d'Haguenau (Bas-Rhin), le 19 février 1919 - Décédé des suites d'une maladie (grippe espagnole) à l'hôpital n° 1 d'Haguenau (Bas-Rhin), le 7 mars 1919 - Julien Gaultier repose dans la nécropole nationale militaire du cimetière St-Georges de Haguenau - Sources : Fiche matricule du département d'Indre-et-Loire - CCC escadrille N 89 / SPA 89 - MpF - Dernière mise à jour : 30 octobre 2016 - Photo Jean-Michel Lasaygues que je remercie pour son aide.

Caveau de la famille Claude Marius Aubert dans le cimetière St-Pierre de Marseille - L'aviateur Didier Daurat y repose - Il a été pilote de l'escadrille C 227 / BR 227 du 3 mars 1917 au 12 juillet 1918 - Commandant de l'escadrille BR 134 du 12 juillet au 20 août 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 87 du 15 septembre 1918 au 7 août 1919 - Commandant de l'escadrille SPA 87 du 1er mai au 7 août 1919 - Photo Christian Guillaudin que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe de la famille Gasser dans le cimetière de Pompey (54) - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.
* Slt Marcel Lucien Gasser - Slt Marcel Lucien Gasser - Né le 2 février 1897 à Pompey (54) - Fils d'Edouard Armand Gasser et de Marie Eugènie Mater - Profession avant guerre Employé de commerce - Engagé au 8ème régiment d'artillerie de campagne de Nancy, le 22 août 1914 - Campagne d'Orient du 3 avril 1915 au 11 février 1917 - Nommé Sergent, le 10 février 1917 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 15 mai 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8126 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 22 août 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de haute-Voltige à l'école d'aviation militaire de Pau - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux jusqu'au 19 novembre 1917 - GDE du 16 novembre au 9 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille N 87 / SPA 87 du 9 décembre 1917 au 15 juillet 1918 - Nommé Adjudant, le 23 avril 1918 - Médaille Militaire, le 6 juin 1918 - Grièvement blessé au combat d'une balle explosive qui brise les deux os de la jambe gauche, le 15 juillet 1918 - Sera amputé au 1/3 moyen de cette jambe - Transféré à l'hôpital complémentaire n° 11 St Jacques de Besançon, le 24 juillet 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 3 août 1918 - Croix de guerre avec 8 citations à l'ordre de l'armée et une à l'ordre du corps d'armée - 10 victoires homologuées pendant la guerre - Démobilisé et réformé, le 7 février 1920 - Convalescence du 16 mars au 30 avril 1919 - 4 périodes de convalescence du 6 mai au 27 novembre 1919 - Après guerre gère un magasin de confection et conseiller municipal - Nommé Sous-Lieutenant de réserve) du 2ème régiment d'aviation de Strasbourg, le 19 juillet 1925 - Officier de la Légion d'Honneur, le 9 novembre 1927 - Nommé Lieutenant de Réserve, le 19 mai 1929 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 30 mars 1935 - Grand Officier de la Légion d'Honneur, le 5 octobre 1938 - Décédé au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un Zlin XII, à Malzéville (54), le 14 février 1939 - Un Potez 25 militaire de la 52ème escadre aérienne s'est posé sur son avion et l'a écrasé - Le pilote était un jeune sergent qui venait d'être breveté.

Détail de la tombe de la famille Gasser dans le cimétière de Pompey (54) - Photo Géraud Guillerez que je remercie pour son aide.

Gérald Larzillière sur la tombe de Pierre Larzillière, son grand-père dans le cimetière de Sissonne (Marne) - Pierre a été pilote de l'escadrille SPA 87 du 19 juillet 1918 au 8 août 1919 - Photo Gérald Larzillière, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Photo de détail de la tombe de Pierre Larzillière dans le cimetière de Sissonne - Photo Gérald Larzillière, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- M. Géraud Guillerez pour l'envoi des photos de la tombe de l'Adj Marcel Gasser.
- M. David Méchin pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Ronan Furic pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Alain Mariotte pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Didier Lecoq pour l'envoi des photos des tombes des différents cimetières de la ville de Tours.
- M. Rainer Absmeier pour l'envoi de la photo du Nieuport 27 du Ltt Pierre Marin.
- M. Jérome Discours pour la transmission des archives de Gilbert Discours, son grand-père.
- M. Roland Kissel pour l'envoi des archives de Roger Kissel, son père.
- M. Jean-Michel Lasaygues pour l'envoi des photos de la NN de Haguenau.
- M. Gérald Larzillière pour la transmission des archives de Pierre Larzillière, son grand-père.
- Mme Patricia Moris pour l'envoi de l'entoilage reçu par Jeannine Mutignon, sa grand-mère.
- M. Philippe Guillermin pour l'envoi de la photo du Ltt Marc Volokhoff.
- Mme Isabelle Vignes pour l'envoi de la découpe de fuselage de l'escadrille 87.
- M. Christian Guillaudin pour l'envoi des photos des tombes d'aviateurs sur cimetière St-Pierre de Marseille.
- M. Jean-Laurent Truc pour l'envoi des photos de sa collection.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Site Internet "Léonore" des archives Nationales présentant les dossiers des militaires titulaires de la Légion d'Honneur.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- William Wellman - La page du site Wikipédia - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 86 Escadrille 88

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir