Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselage

L'escadrille N 93 a adopté un canard représenté en plein vol - Il y a eu plusieurs variantes - Dessin Albin Denis

> Variantes de l'insigne à venir <

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 93

Insigne en argent moulé de l'escadrille SPA 94 - Fixation par 2 anneaux - Insigne extrait du livre de Philippe Bartlett consacré aux insignes de l'aéronautique militaire française jusqu'en 1918 que je recommande tout particulièrement.

Fanion de l'escadrille SPA 84

Fanion de l'escadrille SPA 93 de la Grande Guerre - Il porte la croix de guerre 14-18 qui a complétement jaunie avec le temps - Il est conservé au service Symbolique et Traditions de la section Air du SHD du Château de Vincennes - Photo Jean Piéribattista que je remercie pour son aide.

Symbolique

L'insigne collectif de l'escadrille N 93 était un canard représenté en plein vol. Celui du commandant d'unité était rouge et ceux des autres pilotes, blancs.

 

Historique

A venir

 

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Entoilage d'époque de 110 X 52 cm provenant d'un SPAD XIII de la 3ème escadrille du 1er RAC de Thionville-Basse-Yutz - Cette unité était héritière des traditions de la SPA 93 de la Grande Guerre - Ce souvenir appartenait à Maurice Perret qui a été mécanicien instructeur au 1er RAC de 1923 à 1925 - A cette époque, le 3ème escadrille volait encore sur SPAD XIII qu'elle conservera jusqu'en 1927, année de son passage sur Nieuport 29 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Claude Perret, son fils, que je remercie pour son aide.

Insigne de la 10ème escadrille du 3ème RAC de Châteauroux - Cette unité était héritière des traditions de l'escadrille SPA 93 de la Grande Guerre - Collection Guy Bianchi que je remercie pour son aide.

Insigne de la 6ème escadrille du GC III/1 période du 15 novembre 1939 au 24 juillet 1940 - Fabrication Moret Paris - Fixation par deux anneaux - Droits réservés.

Insigne de la 2ème escadrille de l'EC 3/10 "Valois - Homologué sous le n° A 593 au SHD de Vincennes, le 8 février 1954 - L'insigne présenté date des années 1950 - Définition héraldique : canard d’émail blanc et de sable, viléné d’argent, colé de sinople et ailé d’émail blanc et de sinople passant au naturel - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 93

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 2ème escadrille de l'EC 1/10 "Valois - Photo Albin Denis.

Insigne métallique de l'EC 1/10 "Valois - Valable pour la période de 1958 à 1985 - Cette unité détenait les traditions des escadrilles SPA 84 (1ère escadrille) et la SPA 93 (2ème escadrille) - Homologué sous le n° A 627 au SHD de Vincennes, le 22 septembre 1954 - Définition héraldique : de gueules, chargé en canton dextre d'une rencontre de renard d'or, et en canton senestre d'un canard au naturel, séparés par un trait d'or en barre ; au chef d'azur à trois fleurs de lys d'or - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de l'EC 1/30 "Valois - Valable pour la période de 1985 à 1994 - Homologué sous le n° A 627 au SHD de Vincennes, le 22 septembre 1954 - Définition héraldique : de gueules, chargé en canton dextre d'une rencontre de renard d'or, et en canton senestre d'un canard au naturel, séparés par un trait d'or en barre ; au chef d'azur à trois fleurs de lys d'or - Photo Albin Denis

 

Appellations successives

Périodes de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

 

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Je cherche les données extraites de carnets de vol.
Qui peut m'aider ?

Avions utilisés

Décorations

Citation de l'escadrille

Comprise dans la citation collective ci-après : L'escadre de combat n° 1 : "Unité remarquable de puissance de combat et d'une valeur morale de premier ordre. Formée et commandée par le Chef de bataillon Ménard, dont l'autorité et le magnifique exemple, ont fait de cette formation d'élite, un instrument de combat redoutable, engagée dans toutes les grandes actions les plus violentes de l'année, a contribué au résultat final, apportant dans la lutte le concours de sa puissante intervention. Volant par tous les temps, a sans cesse dominé l'ennemi en incendiant ses ballons d'observation, en détruisant ses appareils ou en les rejetant très loin dans ses lignes, permettant à nos avions d'observation et de bombardement d'effectuer leurs missions. Par son intervention énergique, en mitraillant sans cesse à basse altitude et jusqu'à 15 kilomètres dans les lignes, les formations ennemies, a pris largement sa part au succés dans la bataille. Pendant ces sept derniers mois de lutte ardente, a abattu 106 avions, incendié 42 Drachens, tiré sur les objectifs des quantités considérables de munitions.". A l'ordre de l'armée par le Général commandant en chef les armées du Nord et du Nord-Est - Ordre n° 10132 du 4 octobre 1918.

Rappel : L'escadre de combat n° 1 est composée des escadrilles SPA 37, SPA 81, SPA 93, SPA 97, SPA 48, SPA 94, SPA 153 - SPA 155, SPA 73, SPA 85, SPA 95 et SPA 96.

 

Victoires de l'escadrille

 

 

Palmarès

 

 

Personnels de l'escadrille 93

Liste à venir

Morts et blessés

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

 

 

Total des pertes

 

Les hommes

MdL Pierre Désiré Augustin Ducornet - Né le 19 avril 1898 à Poix-du-Nord (Nord) - Fils de Gaston Félix Désiré Ducornet (filateur) et de Gabrielle Léonie Lallemant - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1918 - Recrutement d'Avesnes sous le matricule n° 120 - Engagé pour la durée de la guerre et affecté au 8ème régiment de Cuirassiers stationné à Tours, le 26 août 1915 - Nommé Soldat de 1ère classe, le 16 juillet 1916 - Mitrailleur de 1ère classe au 3ème bataillon du 8ème régiment de cuirassiers à pied, jusqu'au 22 février 1917 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 23 février 1917 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Dijon (tests et cours théoriques), le 28 février 1917 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Chartres pour suivre la formation initiale de pilote militaire, le 9 mars 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6250 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 4 mai 1917 - Nommé Brigadier, le 13 mai 1917 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord du 8 mai au 28 juin 1917 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau du 28 juin au 16 juillet 1917 - Pilote du GDE du 16 juillet au 6 août 1917 - Pilote de l'escadrille N 93 / SPA 93 du 6 août 1917 au 27 octobre 1919 - Convoyage d'un avion depuis la RGA du Bourget du 12 au 17 novembre 1917 - Nommé Maréchal des Logis, le 26 février 1818 - Citation n° 7851 à l'ordre de l'armée, en date du 13 juin 1918 - Citation n° 3 à l'ordre de la division, en date du 31 juillet 1918 - Médaille Militaire, le 29 septembre 1918 - Citation n° 10.510 à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1918 - Citation n° 10.813 à l'ordre de l'armée, en date du 23 octobre 1918 - Citation n° 11 à l'ordre de la division, en date du 20 novembre 1918 - Pendant la Grande Guerre, a remporté sept victoires aériennes homologuées pour 300 heures de vol - Convoyage d'un avion depuis la RGA d'Arcis-sur-Aube du 14 au 25 mars 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 25 mars 1919 - Affecté à la 1ère escadre de combat, le 14 mai 1919 - Donne sa démission de l'armée qui est acceptée par lettre présidentielle, le 2 octobre 1919 - Démobilisé, le 27 octobre 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 14 octobre 1920 - Affecté pour la mobilisation au 1ème régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz, le 25 mai 1921 - Nommé Lieutenant de réserve, le 18 septembre 1922 - Affecté dans la réserve au 38ème régiment d'aviation (après réorganisation du 1er RAC) - Passé à l'arme de l'aéronautique, le 20 juin 1923 - Nommé Capitaine de réserve, le 25 décembre 1933 - Affecté dans la réserve à la base aérienne de Reims, le 1er décembre 1936 - Croix de 3ème classe des services aériens militaires volontaires, le 21 avril 1937 - Admis à servir en situation d'activité pendant deux ans et affecté à la 1ère escadre aérienne à Etampes, le 1er mai 1937 - Affecté à la base aérienne de Reims, le 3 mai 1937 - Compte 700 heures de vol, à la date du 13 juin 1937 - Officier de la Légion d'Honneur, le 30 juillet 1937 - Affecté au Bataillon de l'Air n° 122, le 21 octobre 1939 - Affecté à l'état-major du groupe de chasse n° 21, le 16 janvier 1940 - Nommé commandant, le 15 mars 1940 - Affecté au centre d'accueil n° 7 en juillet 1940 - Renvoyé dans ses foyers par le centre de démobilisation de Pau, le 30 décembre 1940 - Dans l'armée secrète, en fuite et recherché par la Gestapo, le 15 novembre 1943 - Nommé Lieutenant-colonel (FFI), le 1er août 1944 - Sous-chef d'état-major de la 11ème région militaire, le 1er août 1944 - Réseau "Centurie" Zone A - OCM - Commandant du Bureau Central d'Incorporation et des Archives de l'armée de l'Air (BCIAAA) au Camp de Royalieu à Compiègne en 1946-1947 - Désigné comme observateur au moment de la création de l'état d'Israel, accompagne en Suède, la dépouille mortelle du Comte Bernadotte assassiné en Israel, le 17 septembre 1947 - Commandant de la base aérienne de Toulouse-Pérignon, le 1er octobre 1949 - Nommé Colonel à titre définitif, le 1er juillet 1950 - Commandant de la base aérienne 121 d'Essey-les-Nancy (54) du 23 novembre 1951 au 1er septembre 1953 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 30 juin 1953 - Commandant du Service SOPAA (Sélection et Orientation du Personnel de l'Armée de l'Air), caserne Denfert à Versailles (Seine-et-Oise), le 7 juillet 1953 - Mis en retraite, le 1er mai 1955 - Domicilié au 2, rue Alice à Courbevoie (92) - Décédé au 170, boulevard Ney, à Paris 18ème (75), le 17 mars 1963 - Sources : Bulletin de naissance - Pam - Etats services - LO - CCC N 93 / SPA 93 - FM Nord - JORF - Avis de décès - Dernière mise à jour : 10 septembre 2015.

* Sept victoires homologuées : le 29 mai 1918 (un Pfalz) - le 15 juillet 1918 (un Drachen au Mont Cornillet) - le 9 août 1918 (un Drachen à Orvillers) - le 20 août 1918 (un Drachen à Epagny) - le 20 août 1918 (un Drachen à Epagny) - le 21 août 1918 (un Drachen au Nord de Noyon) - le 29 septembre 1918 (un Drachen à Machault).

* Citation n° 7851 à l'ordre de l'armée, en date du 13 juin 1918 : "Pilote habile et brave. Aux prises avec trois avions ennemis, a abattu l'un d'eux en flammes." [Le 29 mai 1918]

* Citation n° 3 à l'ordre de la division, en date du 31 juillet 1918 : "Pilote de combat d'un courage et d'une habileté remarquables. Le 15 juillet 1918, a contribué, dans une patrouille à la chute d'un avion ennemi."

* Médaille militaire et citation n° 10.218 à l'ordre de la division, en date du 29 septembre 1918 : "Pilote plein d'ardeur. Après avoir fait campagne aux cuirassiers à pied est passé dans l'aviation de chasse où son audace et son habileté lui ont fait remporter de rapides et brillants succès. Le 20 août 1918, a incendié coups sur coups deux Drachen. Six victoires et deux citations."

* Citation n° 10.510 à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1918 : "Pilote d'une audace remarquable. Les 9 et 21 août 1918, a contribué, dans des conditions atmosphériques défavorables à incendier deux Drachens. Deux citations."

* Citation n° 10.813 à l'ordre de l'armée, en date du 23 octobre 1918 : "Excellent chef de patrouille, joignant à ses qualités de pilote un entrain et un courage au-dessus de toute éloge. Patrouillant le 29 septembre 1918, sur un front d'attaque, dans des conditions atmosphériques très défavorables, a attaqué et incendié un Drachen à trèsfaible altitude. A ramené un appareil criblé de balles. Septième victoire."

* Citation n° 11 à l'ordre de la division, en date du 20 novembre 1918 : "Admirable pilote, accomplissant n'importe quelle mission, avec un entrain qui ne se dément jamais. Le 5 novembre, a effecté dans les lignes ennemies à 50 mètres d'altitude, une reconnaissance périlleuse et apporté au commandement de précieux renseignements."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 14 octobre 1920 : "Pilote admirable aussi modeste que brave. A remporté sept brillantes victoires. Beau soldat d'un moral élevé, d'une ardeur au combat et d'une tenacité remarquables. Cinq citations."

* Citation n° 8107 à l'ordre du corps d'armée, en date du 9 novembre 1946 : "Activement recherché par la Gestapo, a continué pendant trois mois à assurer les liaisons de l'état-major de l'armée secrète de la Zone A dans des conditions dangeureuses. En juillet 1944, a effectué un voyage périlleux à travers les formations en retraite pour rejoindre son poste à l'état-major FFI de Bretagne." Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil.

MdL Jean Marion - Pilote de la SPA 93 du 5 avril au 18 mai 1919 - A effectué 20h20 de vol dans cette unité - A été démobilisé, le 18 mai 1919 - Cette photo date de sa période d'affectation à l'escadrille SPA 162 - Photo Jean Marion transmise par Hugo Marion, son petit-fils, que je remercie pour son aide.
MdL Jean Marion - Né le 21 août 1895 à Tauves (Puy-de-Dome) - Fils de François Marion et de Henriette Marie Ramade - Profession avant guerre Conducteur d'automobile et mécanicien - Mobilisé au 86ème régiment d'infanterie, le 16 décembre 1914 - Affecté au 17ème groupe d'autos-mitrailleuses - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er décembre 1917 - Affecté à l'école d'Istres, le 21 décembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 12.509 obtenu sur avion Nieuport 23m² à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 24 mars 1918 - A réalisé 29h10 de vol (11 heures en D.C et 18h10 seul à bord) et 185 atterrissages au sein de cette école - Nommé Caporal, le 30 mars 1916 - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 27 avril 1918 - A effectué 11h30 de vol et 90 atterrissages au sein de cette école - Division SPAD du GDE pour 1h35 de vol et 11 atterrissages, le 1er juillet 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 162 du 4 juillet 1918 au 26 mars 1919 - En mission au RGA du 13 au 16 juillet 1918 - Nommé Maréchal des Logis, le 10 septembre 1918 - Deux citations à l'ordre de l'escadrille SPA 162 - Pilote de l'escadrille SPA 48 du 27 mars au 5 avril 1919 - Pilote de l'escadrille SPA 93 du 5 avril au 18 mai 1919 - A effectué 20h20 de vol dans cette unité - A été démobilisé, le 18 mai 1919 - Mobilisé au 1er groupe aérien à la base aérienne d'Aulnat en 1940 - Une mission à bord d'un Potez 63-74, le 9 avril 1940 - Démobilisé par la 7ème compagnie du bataillon de l'Air 105, le 12 juillet 1940 - Médaille Militaire en 1963 - Se retire à la Bourboule (Puy-de-Dome).

 

Photo du Slt Jean Hamel

Slt Jean Auguste Pierre Hamel - Né le 16 septembre 1890 à Evran (Côtes-du-Nord) - Fils d'Alphonse Elie Hamel (docteur) et Clémentine Jeanne Boudie - Domicilés 7, rue de la Mariette au Mans (Sarthe) - Classe 1910 - Recrutement du Mans sous le matricule n° 631 - Engagé volontaire pour trois ans, le 23 septembre 1908 - Affecté au 25ème régiment de Dragons, le 24 septembre 1908 - Nommé Brigadier, le 7 mars 1919 - Nommé Maréchal des Logis, le 14 mars 1910 - Passé dans la réserve, le 23 septembre 1911 - Rengagé pour un an à la sous-intendance militaire de Lille (59), le 14 février 1912 - Affecté au 7ème régiment de Cuirassiers, le 15 février 1912 - Rengagé pour un An, le 13 février 1913 - Rengagé pour un an, le 13 février 1914 - Au 7ème régiment de Cuirassiers lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Blessé avec fracture de deux doigts au pied droit en forêt de Compiègne, le 2 janvier 1915 - Nommé Adjudant, le 10 août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2088 obtenu, le 14 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 73 du XXX au 16 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 14 du 16 juillet 1916 au 6 mai 1917 - Cité à l'ordre de l'aéronautique, le 19 août 1916 - En mission à Bar-le-Duc du 21 au 23 octobre 1916 - Nommé Sous-Lieutenant à titre définitif, le 10 décembre 1916 - Détaché à l'escadrille F 59 du 6 janvier au 2 février 1917 - Pilote de l'escadrille N 93 du 6 mai au 18 août 1917 - Blessé au cours du capotage de son avion à Ste-Marguerite et hospitalisé à l'hôpital de Gérardmer (88) du 7 au 19 juillet 1917 - Il souffre de la lèvre supérieure fendue, dents abimées et la langue entamée en deux endroits - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 juillet 1917 - Tué au cours d'une collision aérienne, aux commandes d'un Nieuport 24 bis, dans les environs du Fort de Sartelles, à l'Ouest de Verdun (55), le 18 août 1917 - Sources : MpF - AD 72 - Liste des brevets militaires - CCC 14 - CCC 59 - CCC 73 - CCC 93 - Livre d'Or des anciens élèves du lycée David d'Angers - Dernière mise à jour : 22/01/2015.

* Citation à l'ordre du service aéronautique : "Excellent pilote de chasse montrant de grandes qualités d'audace et de sang-froid. En juillet 1916, a engagé le combat contre un avion très puissant et qui, visiblement atteint, un passager hors de combat, eut été abattu si une panne de moteur n'avait interrompu une poursuite brillamment commençée."

* Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée : "Aviateur de premier ordre, ayant déjà accompli de belles prouesses en combat et en bombardements. A, le 14 avril 1917, attaqué et incendié un Drachen ennemi."

* Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Jean Auguste Pierre Hamel, au 7ème régiment de Cuirassiers, pilote de l'escadrille N 93, en date du 10 juillet 1917 : "Sous-officier d'élite. A fait preuve, au cours de nombreuses missions aériennes et bombardements à longue distance, d'un sang-froid et d'une habileté admirables. A incendié un ballon ennemi. Deux citations."

Les hommes

Slt Fernand Eugène Guyou - Né le 7 janvier 1891 à Champigny-sur-Marne (94) - Fils de Pierre Guyou et de Marie Eugénie Dietrich - Engagé au 2ème régiment de Spahis, le 11 février 1909 - Profession avant guerre Adjoint Technique - Mobilisé au 8ème régiment de Chasseurs à cheval, le 2 août 1914 - Médaille coloniale Maroc - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 20 septembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2697 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 17 février 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord jusqu'au 16 mars 1916 - GDE du 16 mars au 29 mai 1916 - Pilote de l'escadrille N 49 du 29 mai au 29 juin 1916 - GDE du 29 juin au 16 août 1916 - Pilote de l'escadrille N 15 du 16 août au 15 novembre 1916 - Blessé au combat, le 23 septembre 1916 - Evacué sur l'hôpital de Cayeux-en-Santerre, le 24 septembre 1916 - En congé de convalescence du 15 novembre au 20 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 463 du CRP du 17 janvier au 14 août 1917 - GDE du 14 au 27 août 1917 - Pilote de l'escadrille N 93 / SPA 93 du 27 août 1917 au 12 juin 1918 - En mission à la RGA du Bourget du 13 au 24 novembre 1917 - Nommé Adjudant, le 25 janvier 1918 - Malade, il est admis à l'hôpital d'Abbeville du 17 au 28 mai 1918 - Nommé Sous-Lieutenant à titre temporaire, le 1er juin 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 37 du 12 juin 1918 au 1er trimestre 1919 - Blessé au combat - Hospitalisé et convalescence du 14 novembre au 8 décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur - 2 fois blessé au combat - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée, le 19 novembre 1916 - 12 victoires homologuées - Pilote de ligne de la liaison Prague-Varsovie - Représentant général de matériel aéronautique de la société Potez - Rappelé dans l'armée de l'Air en 1939 - En avril 1940, basé à Essey-lès-Nancy - En juin 1940, chef de l'acrobatie de la base de Meknès (Maroc) - Décédé à Moulay Bousselham (Maroc), le 1er septembre 1944 - Repose dans le cimetière français de Meknés - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Sgt Franck Willard Wells - Engagé volontaire, le 12 janvier 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6641 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 26 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 93 / SPA 93 du 6 août au 22 décembre 1917 - Nommé Sergent, le 5 décembre 1917 - Affecté à la 22ème section COA à compter du 5 décembre 1917 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Sgt Franck Willard Wells - Pilote de l'escadrille N 93 / SPA 93 du 6 août au 22 décembre 1917 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Adj André Louis Emmanuel Duchaussoy - Né le 31 août 1881 à Troyes (Aube) - Fils adoptif de Léon Duchaussoy - Domicilié 1, rue petite Grosley à Troyes (10) - Classe 1899 (car engagé - Classe 1901 si service militaire) - Recrutement de Troyes sous le n° matricule 648 - Engagé pour 4 ans au 5ème régiment de Hussards, à compter du 4 août 1900 - Nommé Brigadier, le 6 mai 1901 - Nommé Brigadier fourrier, le 29 août 1901 - Nommé Maréchal des Logis (Sgt), le 7 novembre 1901 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 1er juillet 1902 - Passé dans la réserve, le 4 août 1904 - Profession avant guerre Industriel - Marié et domicilié 3, rue de Paris à Troyes (10) - Mobilisé au 20ème escadron de train des équipages, le 8 août 1914 - Affecté au 2ème bataillon du 168ème régiment d'infanterie - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 30 mars 1915 - Brevet de pilote militaire n° 934 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 12 mai 1915 - RGA (réserve générale de l'aviation du Bourget) du 17 mai au 21 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille MF 14 du 21 au 31 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille MF 59 du 1er août 1915 au 1er novembre 1917 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 27 décembre 1915 - Détaché à la 154ème division du 25 au 27 janvier 1916 - Détaché au RGA (réserve générale de l'aviation du Bourget) du 6 au 21 février 1916 - Une citation à l'ordre de la division, le 18 mars 1916 - Nommé Adjudant, le 21 juin 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée,  le 12 mai 1916 - Médaille militaire, le 17 octobre 1916 - Une citation à l'ordre de la division, le 7 août 1917 - Décoré de la valeur militaire italienne - GDE du 1er novembre 1917 au 22 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 93 du 22 janvier au 21 août 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 20 décembre 1917 - Blessé à la fesse droite par éclat de bombe lors du bombardement aérien du terrain du Plessis-Belleville, le 4 juin 1918 - Une citation à l'ordre du corps d'armée, le 13 juin 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien du 13 juin au 12 juillet 1918 - Disparu en mission au cours d'une patrouille à l'Ouest de Noyon, le 21 août 1918 -  Blessé superficiellement au front par éclat d'obus, le 21 août 1918 - Probablement avion endommagé en combat aérien et pilote légèrement blessé - Posé en zone occupée par les Allemands et fait prisonnier - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 2 mars 1919 - Démobilisé, le 16 avril 1919 - Nommé Lieutenant de réserve, le 29 juillet 1920 - Affecté dans la réserve au 1er régiment d'aviation de Thionville-Basse-Yutz, le 30 août 1920 - Affecté au 33ème régiment d'aviation - Affecté au 12ème régiment d'aviation, le 21 août 1924 - Affecté au Magasin général d'aviation n° 1, le 26 septembre 1929 - Nommé capitaine de réserve, le 25 juin 1933 - Affecté à la 11ème compagnie de l'Air (annexe de Romilly), le 28 juillet 1936 -     Officier de la Légion d'Honneur, le 6 août 1939 - Cette décoration a été remise par le Colonel René Fonck à Paris, le 17 mars 1942 - Totalise à cette époque 420 heures de vol - Rayé des cadres (retraite), le 29 octobre 1939 - Domicilié "La Marsa" à Bazouges-sur-Loir (Sarthe).

* Citation à l'ordre de l'aéronautique en date du 27 décembre 1918 : "Excellent pilote ayant près de 100 heures de vol au-dessus de l'ennemi, exécutées sous une canonnade violente. le 9 septembre 1915, rentrant de reconnaissance à la tombée de la nuit, s'est offert spontanément pour exécuter une croisière sur une partie du front où devait se déclencher une attaque ennemie. A parfaitement rempli sa mission et a effectué en pleine nuit son atterrissage que l'obscurité et la nature accidentée du terrain rendaient des plus périlleux."

* Citation à l'ordre de la division en date du 18 mars 1916 : "Pilote du plus grand dévouement, a rendu d'importants services à la division en exécutant des reconnaissances et réglages de tir dans des conditions atmosphériques très difficiles et sous un tir violent des batteries spéciales ennemies. le 24 janvier, au cours d'une reconnaissance photographique encadré de très près par l'artillerie ennemie, a continué sa mission jusqu'au moment où son appareil atteint de 37 éclats d'obus et reconnu ultérieurement hors d'usage, ne lui permettait plus de tenir l'air."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Louis Emmanuel Duchaussoy du train des équipages militaires, pilote de l'escadrille MF 59 en date du 12 mai 1916 :
"Au cours d'une reconnaissance, attaquée par trois avions allemands, n'en ont pas moins rempli leur mission jusqu'au bout, prenant les photographies qui leur avaient été demandées, obligeant deux d'entre eux à fuir précipitamment et luttant contre le troisième jusqu'au moment où l'observateur était blessé à la main, la mitrailleuse mise complétement hors d'usage par les projectiles ennemis et l'avion criblé de balles."


* Citation à l'ordre de la division, en date du 7 août 1917 : "Pilote hors de pair, adroit, énergique, a fait constamment preuve des plus belles qualités de courage et sang-froid. depuis plus de deux ans qu'il appartient à l'escadrille, le 15 et 16 février 1917, a effectué de nuit le bombardement d'un terrain d'aviation ennemi, malgré de grandes difficultés matérielles et a mitraillé au retour à faible altitude des cantonnements ennemis. le 14 mai 1917, attaqué par surprise au cours d'un réglage long et difficile, par deux avions de chasse ennemis, s'est défendu vaillamment par des évolutions habiles, est revenu avec un avion tellement endommagé par les balles qu'il s'est effondré à l'atterrissage."

* Citation à l'ordre du corps d'armée en date du 13 juin 1918 : "Officier d'élite, ayant donné dans l'aviation de corps d'armée de magnifiques preuves de courage. A contribué récemment dans un patrouille à la destruction d'un Drachen (5 citations) - Médaillé militaire pour faits de guerre."

 

 

 

Les avions

Un pilote de la N 93 pose devant son Nieuport sur le terrain de Corcieux, pendant l'été 1917 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Les avions

Ce Farman F 40, baptisé "Vieux Pierre", photographié le 2 avril 1917, porte l'insigne de l'escadrille N 93 - L'équipage, qui pose pour la photo, se compose de l'Adj Pierre Verrier, pilote et du Slt Bernon, observateur, dont c'est le premier vol - Il faut remarquer que nous sommes un mois avant la création officielle de l'unité - Nous ne sommes pas arrivés à expliquer la présence des Farman F 40 avant la date du 6 mai 1917, date de la création officielle de la N 93 sur le terrain de Corcieux - A cette date, l'Adj Verrier appartient toujours à l'escadrille F 14 stationnée sur le même terrain - Nous sommes peut-être en présence qu'une section équipée de Farman F 40 qui a été transformée, par numérotation et changement de mission, en une escadrille de chasse - Photo Site de ventes aux Enchères Delcampe.

 

Couleurs des avions

Nieuport 23 codé "4" du Ltt Gustave Daladier - Ce pilote a remporté 12 victoires aériennes homologuées à l'escadrille N 93 / SPA 93 - Dessin David Méchin d'après les archives de Jon Guttman.

Couleurs des avions

Ce Nieuport 27 a été affecté sucessivement au Sgt Eugène J. Bullard, puis au caporal Frank W. Wells - Eugène Bullard, américain né en Géorgie (USA) a été le premier pilote noir à servir au sein de l'aéronautique militaire française - Dessin David Méchin d'après les archives de Jon Guttman.

SPAD XIII codé "8" du MdL Pierre Ducornet, pilote de l'escadrille N 93 / SPA 93 du 6 août 1917 au 27 octobre 1919 - Il a remporté sept victoires aériennes homologuées pendant la Grande Guerre - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Terrains d'aviation

Terrain de Lemmes (55) - L'escadrille N 93 a stationné sur place du 23 au 26 juillet 1917 - Cette photo a été prise en août 1917 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Photos aériennes prises
par les équipages

 

 

 

Remerciements :

- M. Patrice Gout pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. David Méchin pour l'envoi des profils des avions de l'Aéronautique militaire française.
- M. Ronan Furic pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Hugo Marion pour l'envoi des archives du MdL Jean Marion, son grand-père.
- M. Jean Piéribattista pour l'envoi de la photo du fanion de la SPA 93 de la Grande Guerre.
- M. Roland Kissel pour l'envoi des archives de Roger Kissel, son père.

- M. Guy Bianchi pour l'envoi des photos de l'insigne de la 10ème escadrille du 3ème RAC.
- M. Yves Ducornet pour l'envoi des archives de Pierre Ducornet, son père.
- M. Claude Perret pour l'envoi des photos et souvenirs de Maurice Perret, son père.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett - Publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des ommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 92 Escadrille 94

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir