Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints sur
les fuselages

Insigne de l'escadrille 107 - Dessin Albin Denis.

Insignes métalliques
de l'escadrille BR 107

 

Symbolique

L'escadrille VB 107 a d'abord adopté plusieurs symboles pour identifier ses avions. Parmi ceux identifiés, on trouvait une croix, un losange, une barre verticale, un carré, un losange barré, un carré barré, une Svastika. Il faudra attendre 1917 pour que le Ltt Hubert de Geffrier, commandant de l'escadrille SOP 107, adopte un serpent ailé bleu et jaune, que l'on retrouve sur les armoiries de sa famille.

Historique

 

 

Insignes des unités
détentrices de ses traditions

Insigne du GB I/12 valable pour la période du 1er octobre 1932 au 12 décembre 1942 - Fabrication Augis de 1940 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne de l'EB 2/94 "Marne" - Fabrication Drago Paris - Valable du 1er juin 1965 au 1er juillet 1988 - Homologué au SHD section Air sous le n° A 953, le 3 mars 1967 - Définition héraldique de l'insigne : "Ecu moderne tranché d'argent et de sable; au un, à un vautour du même à la tête du premier métal lâchant un grenade flammée également de sable, le tout brochant une rondache de gueules, les initiales "BR 126" d'or posées en pointe; au deux, serpent ailé d'azur miraillé et rehaussé du dernier métal, sommé des initiales "VB107" du même; le chef de l'écu, aussi du même, chargé des capitales "MARNE" du premier métal - Photo Albin Denis.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille BR 107

Insignes des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 2ème escadrille de l'ET 52 "La Tontouta" basée à Nouméa en Nouvelle Calédonie - Cette unité est héritière des traditions de l'escadrille BR 107 de la Grande Guerre - Il a été homologué au SHD de Vincennes sous le n° A 1457, le 1er juin 2015 - Photos droits réservés.

 

Appellations successives

Périodes de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

Citations

Le Général Commandant en Chef les armées françaises du Nord et du Nord-Est, cite à l'ordre de 1'Armée, l'escadre n° 13 en date du 28 Septembre 1918 :
L'Escadre n° 13 Composée :
- du Groupe de bombardement 3 (Escadrilles Br 107, 126 et 128 ) commandé par le Chef d'escadron Rocard, tombé glorieusement dans les lignes ennemies en se portant au secours d'un de ses équipages attaqué ;
- du Groupe de bombardement 4 (Escadrilles Br 131, 132 et 134) commandé par le capitaine Etournaud ;
- de l'Escadrille de protection C.46, commandée par le capitaine Bloch :
"Sous l'ardente impulsion de son chef, le Chef d'Escadron de La Morlais, n'a cessé, depuis sa formation récente, de se dépenser sans compter dans la bataille. Sur la Marne, en Juillet 1918, a attaqué et bombardé sans répit les passerelles, les rassemblements et les convois ennemis. Sur la Somme et sur l'Aisne, en Août, a semé journellement l'épouvante et le désordre parmi les formations ennemies. Au cours de l'offensive franco-américaine sur Saint Mihiel, en Septembre, vient encore de manifester son ardeur combative, en intervenant dans la bataille et sur les points de concentration ennemis par ses bombardements et ses mitraillages".

Le Maréchal de France, Commandant en Chef les Armées de l'Est, cite à l'ordre de 1'Armée, l''Escadre de bombardement n°13 en date du 4 Février 1919 : "Unité de premier ordre sous le commandement du Chef d'Escadron de LA MORLAIS, secondé par :
− le Capitaine de Geffrier, Commandant le GB 3 (Escadrilles Br 107, 126, 128)
− le Capitaine Etournaud, Commandant le GB 4 (Escadrilles Br 131, 132, 134)
− et protégée par l'Escadrille de triplaces de combat C 46 commandée par le Lieutenant Rresal.
Depuis le 25 septembre 1918, a brillamment pris part à toutes les opérations de nos armées en Champagne, sur 1'Aisne et dans la Woevre, faisant preuve du plus bel esprit offensif. Conservant jusqu'au dernier jour son moral élevé et sa confiante ardeur, a réussi à atteindre sévèrement l'ennemi dans ses cantonnements et dans ses formations de combat, coopérant ainsi avec les autres armes à mettre l'ennemi en déroute, notamment : le 27 Septembre 1918 a pris une part active aux opérations des armées françaises et américaines en Champagne; le 28 septembre, a bombardé et mitraillé dans la grêle les troupes ennemies et les convois à 200 mètres d'altitude; le 6 octobre a recommencé le même exploit; le 10 octobre, après avoir en plein jour bombardé la gare de Vouziers, est retournée continuer de nuit son oeuvre et a réussi à faire sauter des trains de munitions. Au cours de ces opérations, a jeté 166 tonnes de projectiles, tiré 80.000 cartouches, pris 378 clichés photographiques, livré 25 combats et abattu ou désemparé 10 avions ennemis".

 

Liste des personnels

 

Liste à venir

 

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Les sous-officiers de l'escadrille VB 107 en 1916 - Au dernier rang debout : Sgt Albert Valiton (pilote) tenant le fanion dans ses mains - Debouts au second rang de gauche à droite : Sgt Jean Iché (pilote) - Sgt-major Marius Gazignaire - Sgt Léon Gouvernet (pilote) - Cal Jacques Carlier de Crêve-Coeur (observateur-bombardier) - Sgt Guillard (service général) - Sgt Joseph Ribourt (observateur) - Assis au premier rang de gauche à droite : Sgc Lucien Desmonts (artificier) - Sgt Georges Mahieu (pilote) - Sgt-major Roulet (comptable) - Adj Jean Dufour-Bourru (pilote) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Armand Viguier transmise par Thierry Servot-Viguier, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

* Cal Albert Louis Valiton - Né le 16 septembre 1891 à Hérimoncourt (Doubs) - Fils de Louis Valiton et de Eugénie Mathie - Domiciliés à Tananarive (Madagascar) - Service militaire au batallion d'infanterie coloniale de l'Emyrne à Tatanarive, à compter du 17 décembre 1912 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation du 2 août 1914 - Affecté au 22ème régiment d'infanterie coloniale - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 21 juin 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1924 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 6 novembre 1915 - GDE du Plessis-Belleville du 21 janvier au 11 février 1916 - Pilote de l'escadrille VB 107 du 15 février 1916 au 7 janvier 1917 - Nommé Sergent, le 21 juin 1916.

* Sgt Jean Baptiste Iché - Né le 12 janvier 1887 à Gruissan (Aude) - Fils de François Hildevert Iché et de Anne Marie Esther Crouzat - Domicilés Campagne Pastré Montredont à Marseille (13) - Service militaire au 3ème bataillon d'artillerie à pied à compter du 9 ocotbre 1908 - Profession avant guerre Mécanicien - Mobilisé au 10ème régiment d'artillerie à pied, le 3 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien du 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 20 février 1915 - Formation à Bron du 20 février au 25 mars 1915 - Mécanicien de l'escadrille C 42 du 25 mars au 7 juin 1915 - Mécanicien Voisin de la 8ème section d'avions canon (future VC 111) du 7 juin au 25 octobre 1915 - Mécanicien de l'escadrille VB 107 / SOP 107 / BR 107 du 25 octobre 1915 au 1er trimestre 1919 - Nommé Sergent en 1916 - Nommé Adjudant, le 5 novembre 1917 - Stage au GDE du 5 au 13 décembre 1917 - En mission du 16 au 18 mars 1918.

* Sgt Léon Paul Gouvernet - Né le 20 janvier 1895 à Belfort (90) - Fils de Léon Gouvernet et de Berthe Marie Clarisse Siblot - Domiciliés 34, rue St-Martin à Vesoul (Haute-Saône) - Profession avant guerre Comptable - Mobilisé au Parc n° 2 du 1er groupe d'aviation, le 14 décembre 1914 - Affecté à l'état-major de la 6ème armée - Brevet de pilote militaire n° 1461 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 29 août 1915 - A l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 2 septembre 1915 - RGA du 2 septembre au 7 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille VB 107 du 7 octobre 1915 au 17 mars 1917 - Nommé Sergent, le 21 janvier 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du groupe de bombardement GB 103, en date du 18 mai 1916 - Stage au GDE du 17 janvier au 3 février 1917 - Tué au cours d'un accident aérien sur le terrain d'Esquennoy (Somme), aux commandes d'un Nieuport qui venait d'être perçu par l'escadrille VB 107, le 17 mars 1917 -

* Cal Jacques Carlier de Crêve-Coeur - Né le 10 juin 1887 à Villemonble (93) - Fils de Charles Léon Arthur Carlier et de Cécile Boucher de Crévecoeur - Service militaire au 156ème régiment d'infanterie, à compter d'octobre 1908 - Profession avant guerre Représentant - Domicilié 35, rue Victor Massé à Paris 9ème arrondissement - Mobilisé au 156ème régiment d'infanterie, le 2 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mitrailleur en mars 1915 - Mitrailleur de l'escadrille VB 107 du 11 mars 1915 au 1er trimestre 1916 - Nommé Observateur, le 16 mai 1915 - Une citation à l'ordre du GB 3 en juillet 1915 - Nommé Caporal, le 3 décembre 1915 - Nommé sergent, le 21 juin 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée en juillet 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4991 obtenu au GQG, le 20 juin 1916 - Pilote de l'escadrille VB 107 du 25 janvier au 14 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 80 du 16 mai au 25 juin 1917 - Hospitalisé et convalescence jusqu'au 15 novembre 1917 - Rayé du personnel navigant suite aux séquelles de ses blessures, le 7 mars 1918 - Affecté au SFA de Paris, le 8 mars 1918.

* Sgt Joseph Michel Gabriel René Ribourt - Né le 28 décembre 1888 à Neuilly-sur-Seine - Fils de Léon Robourt et de Marguerite Fallet - Domiciliés à Ternant par Orcines (Puy-de-Dôme) - Service militaire au 13ème régiment de Train des Equipages en 1908 - Engagé volontaire pour la durée de la Guerre, le 21 août 1914 - Observateur de l'escadrille VB 107 du 17 mars 1915 au 9 avril 1916 - Nommé Sous-Lieutenant à titre temporaire, le 11 avril 1916 - Observateur de l'aviation russe du 20 avril 1916 au XXX - Chevalier de la Légion d'Honneur.

* Sgt Georges Michel Mahieu - Né le 15 septembre 1883 à Constantine (Algérie) - Fils d'Ernest Mahieu et d'Aline Rosalie Maxime David - Domiciliés 18, rue Séguier à Paris (75) - Service militaire dans le Génie en novembre 1904 - Mobilisé dans le Génie, service aéronautique, à compter du 2 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 649 obtenu le 13 décembre 1914 - Pilote de l'escadrille VB 107 du 4 mars 1915 au (XX) 1916 - Nommé Sergent, le 16 mars 1915 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du groupe de bombardement en juillet 1915.

* Adj Jean Pierre Dufour-Bourru - Né le 20 juillet 1892 à Lyon (69) - Fils de Joseph Jean Dufour et de Joséphine Dufour - Domicilés 5, rue Sala à Lyon - Engagé au 140ème régiment d'infanterie, à compter du 24 septembre 1910 - Profession avant guerre Mécanicien serrurier - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 8 décembre 1913 - Brevet de pilote militaire n° 579 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 2 septembre 1914 - Pilote de l'escadrille MF 2 du 16 novembre 1914 au 14 janvier 1915 - Affecté à la réserve des pilotes à St-Cyr du 14 janvier au 4 mars 1915 - Pilote de l'escadrille VB 107 du 4 mars 1915 au 22 janvier 1917 - Nommé Adjudant, le 21 avril 1915 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée, le 12 juin 1915 - Convoyage d'un Voisin du RGA du Bourget vers la VB 107, le 10 octobre 1915 - Une citation à l'ordre du groupe de bombardement, le 13 octobre 1915 - Convoyage d'un Voisin du RGA du Bourget vers la VB 107, le 23 mars 1916 - Convoyage d'un Voisin du RGA du Bourget vers la VB 107, le 26 juillet 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 1er janvier 1917 - Affecté au SFA à compter du 27 avril 1917.

Ltt Hubert de Geffrier, pilote de l'escadrille SOP 107 / BR 107 du 18 décembre 1916 au 16 septembre 1918, pose avec son Breguet 14 B2 orné de son insigne personnel, une croix de Lorraine - Photo Hubert de Geffrier transmis par Ariane Houdaille, son arrière-petite fille, que je remercie pour son aide.

* Ltt Hubert Marie Joseph de Geffrier - Né le 15 avril 1893 à La Flèche (Sarthe) - Fils d'Achille Marie Roger de Geffrier et de Marguerite Rousselot de St-Céran - Domiciliés au 27, rue de Loigny à Orléans - Classe 1913 - Recrutement d'Orléans (Loiret) sous le matricule n° XXX - Engagé volontaire pour quatre ans au titre de l'école spéciale militaire de St-Cyr, le 7 octobre 1912 - Promotion "Montmirail" - Affecté au 29ème régiment de Dragons pour une année de service, à compter du 10 octobre 1912 - Nommé Brigadier, le 7 février 1913 - Nommé Maréchal des Logis, le 23 septembre 1913 - Nommé Aspirant, le 11 octobre 1913 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 32ème régiment de Dragons, le 1er août 1914 - Affecté au groupe léger à pied de la 1ère division de cavalerie, le 15 octobre 1914 - Citation à l'ordre de la division, en date du 26 décembre 1914 - Nommé Lieutenant, le 2 juillet 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, à compter du 10 août 1915 - Observateur de l'escadrille VB 109 du 15 août au 3 octobre 1915 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 2 juillet 1915 - Pendant une mission, il est blessé d'une balle de mitrailleuse qui le touche à un pied, le 2 octobre 1915 - Hospitalisé - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 20 octobre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 27 mai 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3775 obtenu sur avion Voisin, le 23 juin 1916 - Brevet de pilote civil FAI n° 5173 délivré par l'Aéroclub de France, le 31 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille SOP 107 / BR 107 du 18 décembre 1916 au 16 septembre 1918 - Commandant de l'escadrille SOP 107 / BR 107 du 1er juin 1917 au 16 septembre 1918 - Convoyage d'un Sopwith depuis le GDE, le 8 juin 1917 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 10 décembre 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 27 juillet 1918 - Nommé Commandant du GB 3, à compter du 16 septembre 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1918 - Affecté au 5ème bureau de la direction de l'aéronautique - Marié avec Etiennette Harlé d'Ophove, le 1er septembre 1919 - Nommé dans l'arme du Génie, à compter du 13 juillet 1921 - Affecté à la 12ème direction de l'état-major particulier de l'aéronautique - Affecté à l'inspection technique de l'aéronautique, le 1er octobre 1921 mais reste détaché à la 12ème direction - Nommé Chef de bataillon - Officier de la Légion d'Honneur, le 1er janvier 1930 - Commandant du 1er groupe du 31ème RAO jusqu'au 6 janvier 1933 - Instructeur au centre d'études de l'aéronautique du 12 au 23 janvier 1933 - Nommé Lieutenant-colonel - Chef d'état-major du groupement d'aviation de bombardement - Commandant de la 52ème escadre aérienne - Nommé Colonel, le 15 septembre 1936 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 30 juin 1937 - Attaché de l'Air à Berlin du 1er juillet 1937 au 2 septembre 1939 - Nommé Général de brigade aérienne, le 1er mai 1939 - Chef d'Etat Major de la Zone d'Opérations Aériennes du Nord et de la 1ere armée aérienne du 02 septembre 1939 au 19 juin 1940 - Commandant de la base aérienne de Tarbes - Commandant de la 38ème région aérienne - Président de la délégation française aérienne auprès de la Commission allemande d'armistice - Commandant de la 1ère région aérienne (Aix-en-Provence) et du secteur de défense aérienne du Sud du 15 décembre 1941 à 1942 - Nommé Général de Division aérienne, le 15 décembre 1941 - Placé en congé d'armistice en 1943 - Arrêté comme 119 autre officiers supérieurs ou officiers généraux et interné à Godesberg, puis à Eisenberg, le 3 mai 1944 - Ont été libérés par les américains - Mis en disponibilité du 1er octobre 1944 au 1er avril 1945 - Placé en congé d'activité, le 1er avril 1945 - En congé définitif du personnel navigant, le 15 avril 1946 - Passé dans la réserve, le 1er avril 1950 - Grand Officier de la Légion d'Honneur en 1961 - Décédé à Tavernay (71), le 24 novembre 1968 - Sources : Pam - LO pas communicable - Liste PN - CCC VB 109 - CCC VB 107 - AD Loiret - JORF - Dernière mise à jour : 23 septembre 2015.

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Hubert de Geffrier, observateur au groupe de bombardement 3, en date du 20 octobre 1915 : "Lieutenant de cavalerie observateur plein d'entrain. A participé à plusieurs expéditions de bombardement au delà des lignes ennemies et livré combat à des avions allemands. le 2 octobre 1915 au cours d'une expédition a eu le pied traversé par une balle de mitrailleuse."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Hubert de Geffrier, observateur à l'escadrille VB 107, en date du 27 mai 1916 : "Jeune officier observateur qui a pris part à sept bombardements de nuit dont plusieurs effectués sur le même objectif et qui s'est signalé chaque fois par son sang-froidnet son courage, notamment le 18 avril 1916 où il eut son avion atteint. Blessé en octobre 1915 au cours d'un combat aérien."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Hubert de Geffrier, au 32ème régiment de Dragons, commandant de l'escadrille BR 107, en date du 27 juillet 1918 : "Excellent officier, pilote plein d'allant et d'audace, donnant en toutes circonstances l'exemple des plus belles vertus militaires. S'est distingué dans la cavalerie, au cours de combats à pied, puis dans l'aviation où il a effectué plus de cent expéditions de bombardement de jour ou de nuit. Une blessure. Un avion ennemi abattu. Quatre citations."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Hubert de Geffrier, du 32ème régiment de Dragons, commandant l'escadrille BR 107, en date du 10 octobre 1918 : "Officier hors de pair, comptant personnellement plus de 120 bombardements. A fait de son escadrille une unité de première valeur, préchant constamment l'exempl par son courage et son entrain et l'a conduite avec un minimum de pertes sur tous les champs de bataille de mars à septembre 1918. Nommé dernièrement au commandement d'un groupe de bombardement, l'exerce avec le plus grand succès. Une blessure, quatre citations."

* Commandeur de la Légion d'Honneur du Colonel Hubert Marie Joseph de Geffrier, détaché à l'état-major de l'armée de l'Air : "24 ans de services, 56 annuités, 6 campagnes, 5 citation à l'ordre de l'armée, une citation à l'odre de la division, une blessure de guerre, 12 ans de bonifications pour services aériens. Officier de la Légion d'Honneur du 1er janvier 1930."

Sergent Marcel Louis Auguste Montagne - Né le 2 janvier 1893 à Guéret (Creuse) - Fils d’Emile Charles Joseph Montagne et de Louise Marie Madeleine François - Domiciliés au 1, rue du Bras d’Argent à Guéret (Creuse) - Profession avant guerre Etudiant en sciences - A obtenu un sursis pour continuation d'études - Classe 1913 - Recrutement de Guéret sous le n° matricule 97 - Mobilisé au 121ème régiment d’infanterie, le 26 août 1914 - Affecté au 121ème régiment d’infanterie du 26 août 1914 au 1er février 1915 - Passé à l’aéronautique militaire comme mécanicien, le 1er février 1915 - Mécanicien de l’escadrille VB 107 du 11 mars 1915 au 12 juin 1916 - Passé élève pilote, le 12 juin 1916 - Insigne métallique de pilote militaire n° B 7150 - Brevet de pilote militaire n° 4790 obtenu à l’école d’aviation militaire de Buc, le 17 octobre 1916 - Licence FAI n° 8678 décernée par l'Aéroclub de France - Stage de perfectionnement "Avions Rapides" à l’école d’aviation militaire d’Avord - Nommé Caporal, le 6 novembre 1916 - Stage de tir à l’école du tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute-Ecole" (voltige) à l’école d’aviation militaire de Pau jusqu’au 19 février 1917 - Pilote de l’escadrille N 112 / SPA 112 du 11 mars au 17 octobre 1917 - Une citation n° 51 à l'ordre de l'aéronautique en date du 22 mars 1917 - Une citation n° 775 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 19 avril 1917 - Nommé Sergent, le 25 avril 1917 - Tué en combat aérien, aux commandes d’un SPAD VII, dans les environs d’Ivoiry, à l’Est de Montfaucon d’Argonne (Meuse), le 17 octobre 1917 - Son adversaire était probablement le Ltn Heinrich Kuett du Jasta 23b (sa 1ère victoire homologuée) - Son corps a été inhumé dans le cimetière militaire d'Ivoiry, tombe individuelle n° 775 - Son corps a été repris par sa famille après guerre - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

* Citation n° 51 à l'ordre de l'aéronautique, en date du 22 mars 1917 : "Jeune pilote plein d'ardeur et de sang-froid - A une de ses premières sorties sur les lignes, après un combat où il avait eu son appareil criblé de balles et une commande coupée, s'est jeté sur un avion ennemi qui attaquait un de ses camarades et a tiré tant qu'il a été maître de diriger son avion à moitié désemparé."

* Citation n° 775 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 19 avril 1917 : "Pilote doué d'une audace et d'un courage remarquables. Le 6 avril 1917, a attaqué un Drachen ennemi qu'il a contraint à descendre. A été mitraillé par un avion ennemi, a engagé le combat, a réussi à abattre l'appareil après lui avoir arraché une aile avec son train d'atterrissage."

Caporal Armand Viguier, pilote de l'escadrille VB 107, pose en compagnie de ses deux mécaniciens, après son premier combat aérien contre un Aviatik, le 7 octobre 1915 - Le marquage individuel de l'avion est une sorte de "Y" à l'envers - Photo Armand Viguier transmise par Thierry Servot-Viguier, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les hommes

Cne François Félicien Glaize - Né le 12 juillet 1882 à "Rose-Bois", canton de la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) - Fils de Pierre Paul Léon Glaize, artiste peintre, et de Catherine Marie Ernestine Lefèvre - Domiciliés 95, rue de Vaugirard, 6ème arrondissement de Paris (75) - Engagé à l'école spéciale militaire de St-Cyr, le 30 octobre 1901 - Affecté comme sous-lieutenant, au 2ème régiment d'infanterie coloniale, le 1er octobre 1903 - Affecté au 3ème régiment de tirailleurs malgaches à Madagascar, le 25 mars 1905 - Nommé Sous-lieutenant de 2ème classe, le 1er octobre 1905 - Affecté au 1er régiment d'infanterie coloniale, le 19 avril 1907 - Affecté au 21ème régiment d'infanterie coloniale, le 9 novembre 1907 - Affecté au 2ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 25 octobre 1908 - Affecté au 3ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 1er avril 1910 - Affecté au 3ème régiment d'infanterie coloniale, le 8 avril 1911 - Affecté au 23ème régiment d'infanterie coloniale, le 12 août 1911 - Médaille Coloniale avec agrafe "Madagascar" et "Tonkin" - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 décembre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 131 obtenu sur avion Nieuport, le 20 juillet 1912 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 845 - Détaché au service l'aéronautique militaire, le 24 septembre 1912 - Affecté au 3ème groupe d'aviation, centre d'Epinal (88), le 1er octobre 1912 - Affecté au 1er groupe d'aviation, centre de Nancy (54), le 7 décembre 1912 - Désigné pour servir en Indochine par décision ministérielle du 24 février 1913 - Embarque à Marseille (13), le 30 mars 1913 - Affecté comme Lieutenant, au 3ème régiment de tirailleurs tonkinois au Tonkin, le 30 mars 1913 - Détaché au service l'aéronautique militaire, le 23 novembre 1914 - Affecté au 3ème groupe de bombardement (GB 3), le 10 février 1915 - Nommé Capitaine, le 22 février 1915 - Pilote puis Commandant de l'escadrille VB 107 du 22 février 1915 au 13 novembre 1916 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée en date du 18 mai 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 20 mai 1915 - Hospitalisé à l'hôpital auxiliaire n° 222 de Menton puis convalescence du 1er avril au 26 juillet 1916 - Stage au GDE (Groupe des divisions d'entrainement) du 26 juillet au 13 novembre 1916 - En subsistance ou en stage à l'escadrille N 26 du 13 novembre au 5 décembre 1916 - Commandant de l'escadrille N 80 / SPA 80 du 13 décembre 1916 au 19 octobre 1917 - Commandant des escadrilles de la 3ème armée du 16 octobre 1917 au 15 juin 1918 - Commandant du groupe de combat n° 15 (GC 15) du 15 juin 1918 au 8 janvier 1919 - Nommé Chef de Bataillon (Cdt), le 25 septembre 1918 - En convalescence jusqu'au 8 janvier 1919 - Mis à la disposition du Ministre des Colonies pour commander l'Aéronautique d'Indochine, le 11 février 1919 - Nommé Commandant de l'Aéronautique d'Indochine, mis en position hors cadre, le 15 mai 1919 - Citation à l'ordre des troupes d'Indochine - Marié avec Emilie Marie Marcelle Philippe, en mairie de Paris 8ème, le 7 octobre 1919 - Affecté au 4ème RAO du Bourget, le 1er janvier 1920 - Affecté au 34ème RAO du Bourget par formation, le 1er août 1920 - Embarqué sur le vapeur "Angers" à Haiphong pour rejoindre Marseille, le 2 février 1923 - Réintégré dans les cadres et remis à la disposition de l'autorité militaire, le 9 mars 1923 - Débarqué à Marseille (13), le 27 mars 1923 - Désigné pour servir à nouveau en Indochine, le 21 septembre 1923 - Embarque à Marseille, le 2 novembre 1923 - Brevet d'observateur en avion titularisé, le 22 mars 1926 - Rentré en métropole, le 10 juin 1926 - Officier de la Légion d'Honneur, le 10 juillet 1926 - Débarqué à Marseille, le 18 juillet 1926 - Chef de bataillon (Cdt) au 34ème régiment d'aviation du Bourget du 19 janvier 1927 au XXX - Pendant la 2ème guerre mondiale, Résistant F.F.C - Déporté à Buchenwald en janvier 1944 et décédé en déportation, le 28 avril 1945 - Re-nommé Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume (par erreur), le 7 novembre 1958 - Annulé par la suite ! - Le photo présentée montre le Ltt François Glaize en septembre-octobre 1912 aux commandes d'un Maurice Farman modèle 1912 - Photo François Glaize transmise par son petit fils Guillaume que je remercie pour son aide.

Au centre, le Cne François Glaize, commandant de l'escadrille VB 107 du 8 août 1915 au 13 novembre 1916 - Photo Armand Viguier transmise par Thierry Servot-Viguier, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le caporal Armand Viguier pose aux commandes d'un Voisin LA de l'escadrille VB 107 - Remarquez le marquage individuel, un losange barré - Le caporal Viguier a été muté de la VB 113 à la VB 107, le 25 septembre 1915 - Il a été nommé sergent, le 21 octobre 1915 - Il a été pilote de la VB 107 du 25 septembre 1915 au 14 juillet 1917, date à laquelle il a été hospitalisé à Castres - Photo Armand Viguier transmise par Thierry Servot-Viguier, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Ltt Jean François Marie Georges Le Barazer - Né le 8 décembre 1888 à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) - Fils de Noël Emmanuel Marie Joseph Georges Le Barazer et de Jeanne Denise Henriette Demay - Domiciliés au 23, rue de la Croix Blanche à Bordeaux (Gironde) - Classe 1908 - Recrutement de Libourne (Gironde) sous le matricule n° 283 - Engagé volontaire pour cinq ans au titre du 8ème régiment de Hussards, le 30 septembre 1907 - Nommé Brigadier, le 7 février 1908 - Maréchal des Logis, le 25 septembre 1908 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 1er octobre 1909 - Nommé Aspirant, le 1er octobre 1913 - Admis à l'école de cavalerie de Saumur (Maine-et-Loire) pour la session 1913-1914 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er août 1914 - Affecté au 3ème régiment de Hussards, le 1er août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, à compter du 17 août 1915 - Observateur puis pilote de l'escadrille VB 107 du 18 août 1915 au 28 décembre 1916 - Citation à l'ordre du groupe de bombardement, en date du 13 octobre 1915 - Nommé Lieutenant, à titre définitif, le 28 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3581 obtenu à l'escadrille VB 107, le 31 mai 1916 - Insigne de pilote d'avion militaire (macaron) n° 2484 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 13 septembre 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 29 juin 1917 - Nommé Capitaine, à titre temporaire, le 31 octobre 1917 - Commandant de l'escadrille SOP 29 / BR 29 du 7 mars 1917 au 26 mai 1918 - Stage sur Breguet 14 B2 au GDE, le 13 au 27 janvier 1918 - En mission à Matouges du 6 au 9 mars 1918 - En mission du 27 mars au 1er avril 1918 - Victime d'une otite labyrinthique au cours d'un bombardement à haute altitude, le 11 avril 1918 - Affecté au GB 9 du 26 mai 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 23 avril 1919 - Affecté au service des fabrications de l'aéronautique, le 10 mai 1919 - Détaché à l'état-major du 1er corps d'armée, le 29 décembre 1919 - Réaffecté au SFA, le 9 février 1920 - Affecté au service des fabrications de l'aéronautique du sous-secrétariat d'état de l'aéronautique et des transport aériens, le 1er juin 1920 - Classé en position de réserve spéciale, le 8 janvier 1921 - Affecté au 6ème régiment de Dragons, le 19 février 1921 - Affecté au SFA, le 14 mars 1921 - Nommé Capitaine, à titre définitif, le 14 juillet 1922 - A accompli une période de cinq semaines du 18 décembre 1922 au 21 janvier 1923 - Domicilié au 7, rue Pierre Levée à Paris 11ème (75), à compter du 29 octobre 1924 - A accompli une période d'instruction au SFA de cinq semaines du 1er décembre 1924 au 4 janvier 1925 - Passé en disponibilité, le 6 mai 1926 - A accompli une période de cinq semaines au SFA du 2 août au 4 septembre 1926 - Affecté au 34ème régiment d'aviation stationné au Bourget, le 8 décembre 1926 - En retraite, le 30 septembre 1937 - Affecté, dans la réserve, au bataillon de l'Air n° 104, le 13 janvier 1938 - Affecté au bataillon de l'Air n° 117, le 1er mars 1938 - Rappelé à l'activité par appel individuel de prémobilisation générale et affecté à l'état-major de la défense active de la défense anti-aérienne, le 27 août 1939 - Affecté au commandement de la chasse de nuit de la région parisienne (bataillon de l'Air n° 122) de Chartres - Affecté à l'état-major de la zone d'opérations aériennes du Nord, le 5 janvier 1940 - Sources : Pam - CCC escadrille VB 107 - CCC escadrille SOP 29 / BR 29 - Liste des brevets militaires - Fiche matricule du département de la Gironde - JORF - Dernière mise à jour : 1er février 2017 - Photo Georges Le Barazer transmise par Jean le Barazer, son fils, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Jean François Le Barazer, observateur à l'escadrille VB 107, en date du 13 septembre 1916 : "Officier de grande valeur et excellent pilote, plein d'allant. A exécuté 11 bombardements de jour et 15 de nuit, souvent dans des conditions très défavorables."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Jean François Le Barazer, pilote à l'escadrille SOP 29 du groupe de bombardement n° 4, en date du 29 juin 1917 : "Ancien observateur. A fait son apprentissage de pilote sans quitter le front. Commande brillamment l'escadrille SOP 29. S'est particulièrement distingué le 14 avril et le 19 juin 1917, où son moteur s'étant arrêté très loin en territoire ennemi, il a réussi à rentrer en repassant les lignes à faible altitude, poursuivi par des avions ennemis."

Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean François Marie Georges Le Barazer au 8ème régiment de Hussards, commandant l'escadrille BR 29, en date du 23 avril 1919 : "Observateur plein d'allant et de sang-froid, pilote hardi et courageux, chef d'escadrille de grande valeur. A exécuté de nombreux bombardement de jour, de nuit, se trouvant fréquemment aux prises avec des avions ennemis supérieurs en nombre et remplissant toujours, même dans les circonstances les plus difficiles, les missions qui lui avaient été confiées. Le 24 février 1918, au cours d'une expédition de bombardement, a eu un violent combat avec des avions ennemis supérieurs en nombre. Une blessure. Trois citations."

Slt Maurice Georges Triollet - Né le 4 février 1894 à Alençon (Orne) - Fils de René Hector Triollet et de Esther Valentine Thouvenot - Domiciliés au 25, rue de l'Ecole Normale à Alençon (Orne) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1914 - Recrutement Alençon sous le matricule n° 344 - Mobilisé au 115ème régiment d'infanterie, le 3 septembre 1914 - Nommé Caporal, le 11 novembre 1914 - Blessé par balle au thorax à Perthes, le 22 février 1915 - Evacué pour maladie, le 2 mars 1915 - Hospitalisation et convalescence, jusqu'au 23 juillet 1915 - Affecté au 315ème régiment d'infanterie - Nommé Aspirant, le 5 mai 1916 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, le 20 septembre 1916 - Citation n° 180 à l'ordre du 4ème corps d'armée, le 8 septembre 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 18 janvier 1915 - Détaché au centre GDE du Plessis-Belleville, le 22 janvier 1917 - Observateur de l'escadrille N 76 du 22 mars au 15 septembre 1917 - Passé élève pilote de l'école d'Etampes, le 15 septembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9786 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 8 novembre 1917 - Stage de perfectionnement "avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau du 27 novembre au 19 décembre 1917 - Pilote de l'escadrille VB 107 (GB 3) du 25 mai au 24 juin 1918 - Disparu au cours d'une mission, à bord d'un Breguet 14 B2, dans la région Sud-Est de Soissons, le 24 juin 1918 - Fait prisonnier - Il faisait équipage avec le Sgt Edouard Boyreau (mitrailleur) qui est décédé en captivité à Darmstadt (Allemagne), le 23 août 1918 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre temporaire, le 20 septembre 1918 - Rapatrié de captivité, le 18 décembre 1918 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre définitif, le 17 août 1919 - Démobilisé, le 9 septembre 1919 - Domicilié au 25, rue de l'Ecole Normale à Alençon (Orne), à compter du 8 septembre 1919 - Nommé Sous-lieutenant, à titre définitif, le 11 janvier 1920 - Affecté, dans la réserve, au 3ème régiment d'aviation de bombardement, le 22 juin 1920 - Affecté, dans la réserve, au 12ème régiment d'aviation de bombardement, le 6 juillet 1920 - Domicilié 6, rue du Ouled-Ziane à Casablanca (Maroc), à compter du 27 juillet 1921 - Affecté, dans la réserve, au 37ème régiment d'aviation, le 24 octobre 1921 - Passé dans l'arme de l'aéronautique militaire, le 7 juillet 1923 - Mis à la disposition du Général Commandant supérieur des troupes en Indochine, le 18 avril 1924 - Pilote de la 2ème escadrille stationnée à Saïgon (Indochine), le 14 juin 1924 - Domicilié au 5, rue de Calais à Paris (75), à compter du 19 août 1927 - Affecté au 38ème régiment d'aviation mixte de Thionville-Basse-Yutz, le 3 avril 1928 - Profession après engagement employé commercial du Crédit Lyonnais à Madrid (Espagne) - Affecté, dans la réserve, au bataillon de l'air n° 107, le 1er novembre 1938 - Affecté, dans la réserve, à la base aérienne de Tours, le 15 octobre 1936 - Affecté, dans la réserve, au bataillon de l'air n° 117, le 28 mars 1939 - Chevalier de la Légion d'Honneur, en date du 2 février 1940 - Nommé Capitaine, le 15 mars 1940 - Photo transmise par Monique Gallais que je remercie pour son aide - Sources : Pam - Fiche matricule du département de l'Orne - Liste des brevets militaires - CCC de l'escadrille N 76 - CCC de l'escadrille VB 107 - JORF - Dernière mise à jour : 20 juin 2017.

* Croix de Guerre avec étoile de vermeil et citation n° 180 à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 8 septembre 1916 : "Plein d'entrain et de vaillance, le 8 septembre 1916, a vigoureusement enlevé sa section à l'assaut montant sur le parapet quelques instants avant et indiquant du geste l'objectif à atteindre. A été blessé."

* Chevalier de la Légion d'Honneur du Ltt Maurice Georges Triollet, en date du 2 février 1940 : "25 ans de services, 4 campagnes. A été blessé et cité. A accompli trois périodes d'entrainement aérien volontaires."

A gauche, assis sur une roue, le soldat Marcel Montagne, mécanicien de l’escadrille VB 107 du 11 mars 1915 au 12 juin 1916 - Passé élève pilote, le 12 juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4790 obtenu à l’école d’aviation militaire de Buc, le 17 octobre 1916 - Nommé Caporal, le 6 novembre 1916 - Pilote de l’escadrille N 112 / SPA 112 du 11 mars au 17 octobre 1917 - Nommé Sergent, le 25 avril 1917 - Tué en combat aérien, aux commandes d’un SPAD VII, dans les environs d’Ivoiry, à l’Est de Montfaucon d’Argonne (Meuse), le 17 octobre 1917 - Son adversaire était probablement le Ltn Heinrich Kuett du Jasta 23b (sa 1ère victoire homologuée) - Photo Marcel Montagne, transmis par Eric Tardy, son petit-neveu que je remercie pour son aide.

 

Les avions

Quatre hommes qui travaillent ensemble : aux commandes, le Sgt Armand Viguier (pilote) - à la mitrailleuse, le Sgt Joseph Ribourt (observateur) - devant l'avion, avec le casque sur la tête, le second mitrailleur et assis devant le train d'atterrissage, le 1er mécanicien en charge de l'entretien de cet appareil - Cette photo a été prise sur le terrain d'Esquennoy, le 3 janvier 1916 - Le symbole d'identification est un losange barré - Photo Armand Viguier transmise par Thierry Servot-Viguier, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Voisin LA de l'escadrille VB 107 en 1915 - Remarquez les symboles individuels de chaque avion - Au premier plan, un carré barré, puis une croix - Le premier appareil, le n° 410, est celui du Sgt Léon Gouvernet, pilote de la VB 107 du 5 octobre 1915 au 17 mars 1917, date de sa mort - La ligne pointillée signale le Sgt Léon Gouvernet (pilote) - Photo Armand Viguier transmise par Thierry Servot-Viguier, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Dix Nieuport XIII et XV équipérent provisoirement, de janvier à juin 1917, l'escadrille VB 107 avant son passage sur Sopwith 1B1 et 1B2 - Ces avions n'ayant pas donné satisfaction en 1916 pour des performances insuffisantes par rapport au cahier des charges, ont été remisés à l'arrière et à l'entrainement - Par défaut, les moyens aériens de la 107 sont divisés en deux groupes distincts, avec 10 Nieuport XIII et XV utilisés dans les missions diurnes et 15 Voisin LAS pour les missions de nuit - Cette photo montre un Nieuport XIII avant sa livraison à l'aéronautique militaire - Photo collection CAEA que je remercie pour son aide.

Dix Nieuport XIII et XV équipérent provisoirement, de janvier à juin 1917, l'escadrille VB 107 avant son passage sur Sopwith 1B1 et 1B2 - Ces avions n'ayant pas donné satisfaction en 1916 pour des performances insuffisantes par rapport au cahier des charges, ont été remisés à l'arrière et à l'entrainement - Par défaut, les moyens aériens de la 107 sont divisés en deux groupes distincts, avec 10 Nieuport XIII et XV utilisés dans les missions diurnes et 15 Voisin LAS pour les missions de nuit - Cette photo montre un Nieuport XV avant sa livraison à l'aéronautique militaire - Photo collection CAEA que je remercie pour son aide.

Sopwith 1B1 n° 185 de l'escadrille SOP 107, posé en zone occupée par les Allemands, dans les environs de la Fère, le 17 juillet 1917 - Son pilote, le Slt Auguste Faidide s'est perdu pendant une mission de bombardement et s'est posé chez l'ennemi par erreur - Il a été fait prisonnier et interné à Karlsruhe (Allemagne) - Photo collection Gregory VanWyngarden.

Sopwith 1B1 n° 185 de l'escadrille SOP 107, posé en zone occupée par les Allemands, dans les environs de la Fère, le 17 juillet 1917 - Son pilote, le Slt Auguste Faidide s'est perdu pendant une mission de bombardement et s'est posé chez l'ennemi par erreur - Il a été fait prisonnier et envoyé en captivité à Karlsruhe (Allemagne) - Photo collection Gregory VanWyngarden.

Photo du fuselage du Sopwith 1B1 n° 185 de l'escadrille SOP 107 capturé intact par les Allemands, dans les environs de la Fère, le 17 juillet 1917 - Un insigne personnel, une croix de Lorraine posée sur un rond de couleur est peint avec l'insigne de l'unité - Son pilote, le Slt Auguste Faidide s'est perdu pendant une mission de bombardement et s'est posé chez l'ennemi par erreur - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Breguet 14 B2 n° 1277 de l'équipage MdL Gilbert Connin / Sol Georges Cador forcé d'atterir en zone occupée par l'ennemi, pendant une mission de bombardement sur les gares de Laon et Bozancourt, le 8 mars 1918 - Les deux aviateurs ont été faits prisonniers - On distingue nettement les 2 insignes, celui de l'escadrille et un damier bleu et blanc - Je cherche un exemplaire plus net de cette photo - Photo Delcampe

L'Uffz. Otto Kutter, observateur du Schutzstaffel 8, inspecte le poste arrière d'un Breguet 14 B2 de l'escadrille BR 107 capturé intact - Cet appareil est l'un des trois perdus en mission, le 8 mars 1918, le 1277 de l'équipage MdL Gilbert Connin / Sol Georges Cador - La mission consistait à bombarder les gares de Laon et Bozancourt - Remarquez l'insigne personnel du pilote, un damier bicolore et le nom de baptème "Yette" - La présence commune de l'insigne d'unité associé à un insigne personnel était généralisée au sein de la BR 107 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide

Breguet 14B2 du Cne Hubert de Geffrier, commandant de l'escadrille SOP 107 / BR 107 du 1er juin 1917 au 16 septembre 1918 - Remarquez l'insigne personnel du pilote, une croix de Lorraine - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

L'équipage composé du Ltt Bouis (57 bombardements) et Sgt Gizandin (57 bombardements et 1 victoire) de l'escadrille BR 126 sur le terrain de Boissy-en-France - Photo ECPA du fort d'Ivry.

Un Breguet XIV B2 de la 1ère escadrille du 12ème RAB (ex BR 107 de la Grande Guerre) en vol dans les années 1920-1922 - Le 12ème RAB était stationnée à Neustadt - Remarquez les 3 insignes de cet avion : l'insigne collectif et deux insignes personnels, une étoile blanche ou jaune et un autre non identifié - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Les anciens de la 1ère escadrille du 12ème RAB de Neustadt (Allemagne) en octobre 1923 - Cette unité détenait les traditions de l'escadrille BR 107 de la Grande Guerre - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Vol d'un peloton de sept appareils de la 1ère escadrille du 12ème RAB, le 1er juin 1930 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Pieribattista, transmise par Jean Pieribattista, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Accident d'un Breguet 14 B2 (codé "3") de la 1ère escadrille du 12ème RAB au cours d'un atterrissage de nuit, sur le terrain de Neustadt (Allemagne) en mai 1924 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo site de ventes aux enchères Delcampe.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Les avions

Voisin LAS n° 1176 de l'équipage Caporal Marcel Voyer (pilote) / Soldat Paul Capdeville (observateur / mitrailleur) de l'escadrille VB 107 capturé intact par les Allemands, le 3 février 1916 - Le marquage individuel de cet avion est une Svastika - Des détails complémentaires seront donnés ultérieurement - Photo collection Maurice Sublet que je remercie pour son aide.

Voisin LAS n° 1176 de l'escadrille VB 107 capturé intact par les Allemands, le 3 février 1916 - Le symbole individuel de cet avion est une Svastika - Chaque avion de cette unité portait un symbole différent - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Voisin LAS n° 1176 de l'escadrille VB 107 capturé dans les environs de Vézaponin, le 3 février 1916 et démonté pour être expédié en Allemagne - Il s'agit de l'avion de l'équipage composé du Caporal Marcel Voyer (pilote) et Soldat Capdeville (mitrailleur) - Photo documentation Patrick Silbermann que je remercie pour son aide.
* Caporal Marcel Voyer - Né le 5 octobre 1893 à La Roche-sur-Yon (Vendée) - Fils d'Emile Voyer et de Irma Martin - Habitant Octroi, route des Sables, La Roche-Sur-Yon - Profession avant guerre Mécanicien - Engagé volontaire dans l'aviation, le 6 février 1913 - Brevet de pilote militaire n° 1285 obtenu le 29 juillet 1915 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu - Pilote de l'escadrille VB 107 du 28 septembre 1915 au 3 février 1916 - Fait prisonnier au cours d'une mission de bombardement, en compagnie du soldat Paul Capdeville, le 3 février 1916.
* Soldat Paul Capdeville - Né en 1877 - Ecole du tir aérien de pau jusqu'au 5 septembre 1915 - Mitrailleur / observateur de l'escadrille VB 107 du 5 septembre 1915 au 3 février 1916 - Fait prisonnier au cours d'une mission de bombardement, en compagnie du Caporal Marcel Voyer, le 3 février 1916.

Le Voisin LAS du Sgt Armand Viguier après son accident d'atterrissage sur le terrain de Palesnes, le 13 mai 1917 - Il s'agit probablement d'une mise en pylone qui s'est terminée par un retournement complet - Les dégats sont très importants mais l'équipage est indemne - Il porte toujours le symbole d'identification du pilote, un losange barré - Photo Armand Viguier transmise par Thierry Servot-Viguier, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le Voisin LAS piloté par le Sgt Armand Viguier après son accident d'atterrissage sur le terrain de Palesnes, le 13 mai 1917 - Remarquez sur les flancs de l'appareil, le losange barré, propre au Sgt Viguier, que l'on retrouve sur la photo ci-dessus - Carte postale d'époque.

A droite, le Sgt Armand Viguier pose après son accident d'atterrissage sur le terrain de Palesnes, le 13 mai 1917 - Photo Armand Viguier transmise par Thierry Servot-Viguier, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Vue du Breguet XIV B2 n° 1278 de l'équipage Cal Germain Michel / MdL Louis Hertzog abattu lors d'une mission de bombardement sur les gares de Laon et de Bozancourt, le 8 mars 1918 - Les deux aviateurs ont été faits prisonniers - Cette photo montre l'avion après son redressement - On distingue nettement les 2 insignes, celui de l'escadrille et une sorte de "W" dans un cercle noir ou rouge - Le mitrailleur est décédé des suites de ses blessures, le 20 juin 1918 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Vue rapprochée du Breguet XIV B 2 n° 1278 retourné dans un champ après avoir été abattu au cours d'une mission de bombardement sur les gares de Laon et de Bozancourt, le 8 mars 1918 - En toute vraisemblance, les allemands sont en train d'extraire l'équipage qui est coincé dans son appareil - Remarquez l'insigne personnel du pilote - Cette pratique était généralisée au sein de l'escadrille BR 107 - Tous les avions portaient à la fois l'insigne de l'unité et un insigne personnel - Photo Collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Détail de la photo précédente - En retournant l'épreuve, on distingue nettement l'insigne personnel du pilote peint dans un cercle noir ou rouge - Photo Collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Vue de détail du fuselage du Breguet XIV B 2 n° 1278 de la BR 107 abattu, le 8 mars 1918 - L'avion est toujours sur le dos - Remarquez l'insigne d'escadrille et les impacts de balles visibles sur la partie gauche de la photo - Photo Collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Breguet 14 B2 n° 1278 de l'escadrille BR 107 abattu dans les lignes allemandes au cours d'une mission de bombardement sur les gares de Laon et de Bozancourt, le 8 mars 1918 - Son équipage, composé du Cal Germain Michel / MdL Louis Hertzog, a été fait prisonnier - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Vue de détail de l'empennage du Breguet XIV B 2 n° 1278, de l'équipage Cal Germain Michel / MdL Louis Hertzog, capturé par les allemands, le 8 mars 1918 - Après avoir été copieusement mitraillé par les chasseurs allemands, ce bombardier a pris contact avec le sol très lourdement, le train d'atterrissage n'y a pas résisté - Nous ne sommes pas en présence d'un pylone qui s'est terminé sur le dos - Photo Collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Collision au sol entre deux Breguet 14 B2 de la 1ère escadrille du 12ème RAB de Neustadt (Allemagne) dans le début des années 20 - Les avions portent toujours l'association de l'insigne d'escadrille et de l'insigne personnel - Un triangle blanc évidé pour l'avion de droite, des lettres stylisées à bordures blanches - Je cherche un exemplaire plus net de cette photo - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Delcampe.

 

 

 

 

Terrains d'aviation

Terrain d'aviation du Mesnil-St-Georges - L'escadrille SOP 107 l'a utilisé du 14 décembre 1917 au 12 mars 1918 - Comparez avec la photo actuelle - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo droits réservés.

Photo actuelle du village du Mesnil-St-Georges avec superposition des installations de l'aéronautique militaire de la période 1917/1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Google Earth - Montage Albin Denis.

Terrains d'aviation

Terrain d'aviation de Sacy-le-Grand en juillet 1918 - L'escadrille VB 107 a occupé ce terrain du 1er au 13 avril 1917 - Photo collections du Centre Régional de I'image de Nancy que je remercie pour leur aide.

Terrain de Neustadt - Lachen-Speyerdorf en allemagne - L'escadrille BR 107 a occupé ce terrain à compter du 1er avril 1919 - Carte postale d'époque.

 

 

Sgt Georges Guinton
Pilote de l'escadrille VB 107

Tombe du Sgt Georges Albert Quinton, pilote de l'escadrille VB 107 - Né le 17 juin 1890 à Caen (Calvados) - Avant guerre mécanicien - Appelé le 8 novembre 1912 comme mécanicien au 1er groupe d'aviation - Mécanicien avion de l'escadrille BR 17 - Brevet de pilote militaire n° 5064 en date du 20 décembre 1916 obtenu au G.Q.G - Pilote de l'escadrille VB 102 - Pilote de l'escadrille VB 109 - Croix de Guerre 14-18 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 25 juin 1917 - Pilote de la VB 107 - Tué au cours d'un accident d'avion survenu de nuit sur le terrain de Pierrefonds (Oise), le 25 mai 1917 - Les bombes, que son Voisin emportait, ont explosé quand l'avion a pris feu après avoir heurté les pots Holt qui servaient à baliser la piste - Le Sgt Léon Barnichon, bombardier à bord du même avion, a été tué - Georges Quinton repose dans le carré militaire du cimetière de Pierrefonds - Photo Michel Chevalier que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Maurice Sublet pour l'envoi du Voisin capturé.
- M. Guillaume Glaize pour l'envoi de la photo du Cne François Glaize, son grand-père.
- M. Ronan Furic pour l'envoi des photos concernant Marcel Montagne.
- M. Jean-Pierre Puton, chef de projet du Centre Régional de l'Image de la ville de Nancy.
- M. Blaise Aurora, chargé de documentation du Centre Régional de l'image de la ville de Nancy.
- M. Thierry Servot-Viguier pour l'envoi des photos prise par Armand Viguier, son grand-père.
- M. Michel Chevalier pour l'envoi de la photo de la tombe du Sgt Georges Quinton.
- M. Eric Tardy pour l'envoi des archives de Marcel Montagne, son grand-oncle.
- Mme Ariane Houdaille pour l'envoi du portrait de Hubert de Geffrier, son arrière grand-père.
- M. Alain Dubois pour l'envoi des aviateurs tués ou faits prisonniers publiés dans la Gazette des Ardennes.
- M. Jean-Luc Gantlet pour l'envoi des photos de l'insigne du Ltt Georges Le Barazer.
- M. Jean Le Barazer pour la communication de la photo de Georges Le Barazer, son père.
- Mme Monique Gallais pour l'envoi de la photo de Maurice Triollet.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- "Une vie avec le ciel comme horizon" - Mémoires du Commandant Armand Viguier par Thierry Servot-Viguier publié aux éditions des Grilles d'Or.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet "Pages 14-18" de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 106 Escadrille 108

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir