Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

L'insigne collectif de l'escadrille 108, le cheval ailé tenant dans sa bouche une bombe, posé sur un ovale bleu - Dessin Albin Denis.

Insignes métalliques
de l'escadrille BR 108

Insigne métallique de l'escadrille BR 108 - Insigne collection Philippe Bartlett que je remercie pour son aide - Je recommande tout particulièrement son livre "Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918."

Symbolique

L'emblème collectif de l'escadrille 108 était un cheval ailé, de couleur jaune, bondissant et tenant dans sa bouche une bombe rouge. Le tout peint sur un ovale bleu.

Historique

 

Insignes des unités détentrices
de ses traditions

Insigne de l'ERC 572 - Fabrication Augis de 1938-1940 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

 

Je cherche des photos des insignes
des unités héritières des traditions de la BR 108

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille BR 108

 

Appellations successives

Périodes de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements

Tableau à venir

 

 

 

 

Liste des personnels

 

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Tableau à venir

Décorations

Tableau à venir

Les citations
à l'ordre de l'armée

* Comprise dans la citation collective ci-après : le 6ème groupe de bombardement (escadrilles BR 66, BR 108, BR 111) : "Formées d'unités et d'équipages ayant le plus beau passé militaire, entraînée par l'allant de son chef, le capitaine de Prez de la Morlais, a exécuté de nombreuses opérations de jour dans les lignes ennemies, sur des objectifs éloignés. A donné récemment toute la mesure de son énergie en effectuant en groupe un bombardement à grande distance, rapportant une carte photographique très complète. A opéré malgré une aviation ennemie très mordante, une canonnade très fournie et une température excessive." (décision du général commandant en chef, du 17 mars 1918)

* Comprise dans la citation collective ci-après, l'escadre de bombardement de jour comprenant le GB 5 (escadrilles BR 117, BR 120, BR 127), le GB 6 (BR 66, BR 108, BR 111) et le GB 9 (BR 29, BR 123, BR 129) : "Entraînée par l'exemple magnifique de son commandant, le chef d'escadron Vuillemin, et de ses chefs de groupe, les capitaines Petit, de la Morlas, de la Vergne, constitue par son entrain et son audace une unité d'aviation redoutable. A maintes fois fait sentir à l'ennemi la valeur de son esprit offensif en le mitraillant et le bombardant près du sol. Du 27 mars au 27 mai, est intervenue dans la bataille de Picardie, lancant 132 tonnes de projectiles. Du 29 mai au 9 juin, a participé aux opérations entre Aisne et Marne, lançant plus de 191 tonnes de projectiles. S'est distingué particulièrement le 4 juin en arrêtant dans son germe une attaque allemande, par le bombardement en masse des troupes ennemies rassemblées en vue de l'action dans le ravin de la Savière. depuis le 15 juillet, a contribué pussamment à rendre très difficile à l'ennemi le passage de la Marne, lui coupant les passerelles par ses bombes; a vigoureusement poursuivi les troupes allemandes dans leur repli, lançant 147 tonnes de projectiles. Au cours de ces diverses opérations, a abattu 43 avions ennemis qui cherchaient à lui barrer la route de ses objectifs." (ordre du 19 septembre 1918)

 

 

 

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Cne Léon Auguste Brulé - Né le 31 juillet 1882 à St-Amant-Tallende (Puy-de-Dôme) - Fils de Léon Amédé Brulé et de Celeste marie Biguet - Profession avant engagement Etudiant - Classe 1902 - Recrutement de Moulins (Allier) sous le matricule n° 1458 - Engagé volontaire pour trois ans à la mairie de Paris au titre de l'école militaire spéciale de St-Cyr, le 29 octobre 1900 - Affecté au 99ème régiment d'infanterie, le 30 octobre 1900 - Une entorse du pied droit en tombant d'un escalier, le 6 décembre 1900 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 99ème régiment d'infanterie, le 1er octobre 1902 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1904 - Détaché aux sapeurs aérostier et désigné pour recevoir l'instruction de pilote aviateur, le 26 octobre 1910 - Détaché aux sapeurs aérostier de Versailles, le 12 décembre 1910 - Affecté à l'école d'aviation du camp de Châlons-sur-Marne (51), le 24 janvier 1911 - Affecté au 144ème régiment d'infanterie, le 9 février 1911 - Affecté à l'école d'aviation de Pau, comme élève pilote, le XX décembre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 87 obtenu à l'école d'aviation de Pau, le 5 mars 1912 - Adjoint au chef du service des moteurs de l'établissement central de matériel aéronautique militaire, le 24 septembre 1912 - Chef des ateliers du centre d'aviation de Pau, le 9 octobre 1912 - Nommé Inspecteur du matériel d'aviation, le 9 juillet 1914 - Nommé sous-inspecteur du matériel de l'aviation à l'aéronautique de la 4ème armée, le 2 août 1914 - Adjoint au commandant de la 1ère réserve de ravitaillement n° 4, le 28 août 1914 - Commandant de la 1ère réserve de ravitaillement n° 3, le 2 novembre 1914 - Nommé Capitaine, le 2 novembre 1914 - Pilote de l'escadrille V 21 bis (future escadrille 50) du 11 février au 8 mars 1915 - Commandant de l'escadrille VB 8 / VB 108 du 8 mars au 9 septembre 1915 - Détaché auprès du ministère de la guerre (comme chef de section à la 12ème direction, 2ème bureau) du 9 septembre 1915 au 13 mars 1917 - Adjoint technique de l'aéronautique de la 4ème armée du 13 mars au 23 juillet 1917 - Adjoint au commandant de l'aéronautique du 32ème corps d'armée du 23 juillet 1917 au 24 mars 1918 - Affecté à l'inspection du matériel d'aviation aux armées du 24 mars 1918 au 24 janvier 1919 - Nommé Adjoint au commandement supérieur des dépôts de matériel aéronautique du 24 janvier au 31 mai 1919 - Affecté à l'inspection technique de l'aéronautique du 31 mai au 1er septembre 1919 - Détaché à l'organe de coordination générale de l'aéronautique (3ème bureau) du 1er septembre 1919 au 6 novembre 1926 - Officer de la Légion d'Honneur, le 26 juillet 1926 - Nommé Chef de bataillon, le 25 juin 1923 - Passé au service technique et industriel, par changement de dénomination, le 6 novembre 1926 - Nommé Lieutenant-colonel, le 25 juin 1929 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 9 juillet 1929 - Passé, par voie de réorganisation, à la base aérienne du Bourget-Dugny, le 1er juillet 1932 - Nommé Commandant par intérim du 39ème régiment d'aviation, le 9 janvier 1933 - Embarqué à Marseille (13) sur le vapeur s/s "Providence", le 24 février 1933 - Débarqué à Beyrouth, le 2 mars 1933 - Prends le commandement, par intérim, du 39ème RA, le 6 mars 1933 - Nommé Commandant du 39ème régiment d'aviation, le 16 mai 1933 au 1er janvier 1935, date de la dissolution du régiment - Nommé Colonel, le 25 juin 1933 - Commandant de l'Air au Levant et de la 39ème 1/2 brigade aérienne du Levant, le 1er janvier 1935 - Médaille d'Honneur du Mérite Syrien de 2ème classe - Embarqué à Beyrouth sur le vapeur s/s "Pierre Loti", le 4 juillet 1935 - Débarque à Marseille (13), le16 juillet 1935 - Affecté à la direction du matériel aérien militaire, le 5 novembre 1935 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 10 mars 1936 - En congé définitif du personnel navigant, le 15 octobre 1936 - Hospitalisé au Val-de-Grâce de Paris, le 29 juillet au 13 août 1939 - Pris en compte par la base aérienne d'Istres, le 1er août 1939 - Rappelé au bataillon de l'air n° 125 (Istres), le 27 août 1939 - En convalescence du 27 août au 25 septembre 1939 - Affecté à l'état-major de la 4ème région militaire (bataillon de l'air n° 108), le 26 septembre 1939 - Détaché au contrôle des affectés spéciaux de la 15ème région militaire à Marseille, le 1er janvier 1940 - Remis à la disposition de la 8ème subdivision aérienne, le 27 juin 1940 - Replacé en congé du personnel navigant, le 30 juillet 1940 - En retraite, le 31 juillet 1941 - Décédé à Aix-en-Provence, le 4 mai 1950 - Photo collection Frédéric Domblides que je remercie pour son aide - Sources : Pam - CCC VB 108 - FM Allier - JORF - Dernière mise à jour : 1er octobre 2015.

* Citation n° 1056 à l'ordre de l'armée du Cne Léon Auguste Brulé, en date du 25 juin 1915 : "Commande d'une façon particulièrement brillante une escadrille de bombardement. A pris part comme pilote à de nombreuses expéditions de bombardement. Le 4 juin 1915 a eu son appareil gravement endommagé par un éclat d'obus et a pu réussir grâce à son sang-froid à rentrer dans nos lignes."

* Citation n° 1112 à l'ordre de l'armée du Cne Léon Auguste Brulé, en date du 9 juillet 1915 : Ne cesse de se signaler à la tête de son escadrille en donnant à ses pilotes le plus brillant exemple d'audace et de sang-froid au cours d'opérations de bombardement particulièrement périlleuses. A toujours réussi à remplir les missions dont il était chargé sans se laisser détourner par la canonnade et en repoussant les attaques de l'aviation ennemie."

Soldat Camille Desphilippons - Né le 21 janvier 1893 à La Guerche (Cher) - Fils de Louis Jean Claude Desphilippons et de Marie Beaupère - Classe 1913 - Recrutement de Nevers sous le n° matricule 1464 - Profession Mécanicien - Service militaire au 4ème régiment d'artillerie lourde à compter du 30 novembre 1913 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien du groupe d'aviation de Reims, à compter du juillet 1914 - Mécanicien de l'escadrille V 24 du 7 août 1914 au 21 mars 1915 - Affecté au service du Slt Mahieu du 7 août 1914 au 2 mai 1918, date de la mort au combat de cet officier - Mécanicien de l'escadrille VB 108 du 22 mars au 21 septembre 1915 - Nommé Maître-ouvrier, le 28 avril 1915 - En mission du 18 au 20 juin 1915 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du groupe de bombardement, le 26 juin 1915 - En mission à la RGA du Bourget-Dugny du 12 au 14 septembre 1915 - Mécanicien de l'escadrille VB 109 du 21 septembre 1915 au 26 février 1917 - Détaché au GDE du 14 au 23 janvier 1917 - Détaché et laissé en subsistance à l'escadrille VB 107 du 18 au 24 février 1917 - Mécanicien de l'escadrille V 114 du 27 février 1917 au 2 août 1918 - Nommé Caporal, le 20 juin 1917 - En mission du 28 juin au 8 juillet 1917 - Nommé Sergent, le 10 novembre 1917 - Mécanicien de l'escadrille VB 133 du 4 août 1918 au 6 avril 1919 - Affecté au Parc n° 7 à compter du 6 avril 1919 - Photo Camille Desphilippons transmise par Jean Paul Doré, son petit cousin, que je remercie pour son aide.

Cal Louis Octave Maxime Le Verrier - Né à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 29 janvier 1891 - Parents domiciliés au 68, rue de Clichy à Paris (75) - Effectue sa scolarité au collège de Verneuil-sur-Avre (Eure) - Ecoles d'agriculture à St-Sever et à la Réole - Passe le brevet de pilote civil en 1913 - Classe 1912 - Obtient un sursis d'un an - Recrutement de la Seine sous le matricule n° 2136 - Affecté à l'artillerie de la forteresse de Cherbourg - Fait plusieurs demandes pour passer dans l'aéronautique militaire - Début 1914, il passe dans l'aéronautique militaire comme mécanicien - A la déclaration de guerre, on recense les pilotes brevetés - Il est envoyé à l'école d'Avord, comme élève pilote - Brevet de pilote militaire n° 705 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, en date du 3 mars 1915 - Stage de perfectionnement Voisin dans la même école d'aviation, jusqu'au 30 mars 1915 - Pilote de l'escadrille V 29 (VB 112) au 12 avril au 16 mai 1915 - Pilote de l'escadrille VB 108 du 17 au 26 mai 1915, date de sa mort - Au cours d'une mission dans les environs de Lens (Pas-de-Calais), son avion a été attaqué par deux avions allemands, le 26 mai 1915 - Son mitrailleur, le soldat Pierre Lattard, ayant été tué, il a été contraint d'atterrir en zone occupée par l'ennemi et a été fait prisonnier - Interné à Munster (Allemagne) pendant trois ans - Pendant son internement, se met à la sculpture et se lie d'amitié avec Bardin, un sculpteur sur bois - Transféré sur Aigle-Leysin (Suisse) car ayant contracté la tuberculose, le 6 juin 1917 - Entre à l'école des Beaux-Arts de Genève dans l'atelier de Guibert où il fréquente de bons sculpteurs - Rapatrié en France, via Genève (Suisse), le 12 septembre 1918 - Marié avec Jeanne Hubrecht en 1921 - Médaille d'Or de l'exposition des Arts décoratifs et industriels modernes de Paris en 1925 - Pendant la 2ème guerre mondiale, sa maison sert de boite à lettre pour la résistance - Il est arrêté par la Milice puis remis aux Allemands - Libéré, la Milice revient le chercher mais cette fois, il réussit à s'enfuir par une sortie de secours aménagée d'avance - Quand il reviendra chez lui en septembre 1944, l'ensemble de ses biens ont été pillés par la Milice - Heureusement, la police parisienne va en récupérer une partie aux domiciles des pillards - Reprend ses activités de sculpteur après la seconde guerre mondiale - Décédé, le 6 juin 1973 - Repose dans le cimetière de Fontenay-les-Bris (Essonne) - Sources : Pam - CCC de l'escadrille VB 112 - CCC de l'escadrille VB 108 - CICR - Bailey/Cony - Site Internet "Max Le Verrier" - Dernière mise à jour : 27 mars 2017.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Dès son arrivée au front s'est distingué dans des missions de bombardement exécutées dans des conditions particulièrement périlleuses tant en raison de l'atmosphère que de la canonnade violente dont il fut l'objet. Son avion a été vu tombant dans les lignes ennemies après un combat engagé contre deux avions ennemis."

 

Photo du Sol André Sourd

Soldat Toussaint Julien André Sourd - Né le 16 septembre 1893 à Aspet (Haute-Garonne) - Fils de Jean-Louis Sourd et de Jeanne Sourd - Domiciliés au 160, avenue de Muret à Toulouse - Profession avant guerre Ferblautier zingueur - Classe 1913 - Recrutement de Toulouse sous le matricule n° 2057 - Ajourné de service militaire en 1913 - Ajourné de service militaire pour faiblesse en 1914 - Reconnu bon pour le "service auxiliaire" par la commission de réforme de la Seine, le 11 juin 1914 - Mobilisé à la 17ème section d'infirmiers, le 16 novembre 1914 - Détaché chez Itard à Toulouse, le 17 septembre 1915 - Classé "service auxiliaire" par commision spéciale de Toulouse, le 11 décembre 1915 - Affecté au dépôt du matériel autos de l'école militaire de Paris, dépendant du 13ème régiment d'artillerie, comme conducteur auxiliaire, le 11 décembre 1915 au 23 janvier 1916 - passé à l'aéronautique militaire comme conducteur de camion, le 29 février 1916 - Maintenu service auxiliaire par la commission de réforme d'Amiens pour faiblesse musculaire, le 15 avril 1916 - Conducteur de camions du Parc 103 du 3 mars 1916 au 18 janvier 1917 - Classé "service armé", inapte à l'infanterie, par la commision de réforme de Beauvais, le 18 janvier 1917 - Affecté au Parc n° 8 du 18 janvier au 25 septembre 1917 - Conducteur de camion (tracteur d'aviation) de l'escadrille BR 108 du 25 septembre 1917 au 9 mars 1918 - Victime d'un accident probablement routier (cause ?) et décédé des suites de ses blessures, à l'hôpital de Bouleuse (Marne), le 9 mars 1918 - Sources : Pam - MpF - Fiche Matricule du département de Haute-Garonne - CCC escadrille BR 108 - Dernière mise à jour : 14 août 2016.

 

Photo du Sgt Roger Vétillard

Sgt Roger Léon Auguste Vétillard - Né le 30 mai 1895 à Rouen - Fils de Charles Edouard Vétillard et de Thérése Marie Léonie Gilbert - Profession avant Guerre Etudiant - Engagé pour la durée de la Guerre au 1er groupe d'aérostier de St-Cyr, le 22 mars 1915 - Muté à la 28ème compagnie d'aérostiers - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 13 janvier 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4120 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 2 août 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux jusqu'au 1er novembre 1916 - GDE - Pilote de l'escadrille VB 108 / SOP 108 du 9 avril au 16 août 1917 - Hospitalisé à compter du 16 août 1917 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée, le 30 août 1917 - GDE jusqu'au 9 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille BR 108 du 9 janvier au 1er juin 1918 - Nommé Sergent, le 11 avril 1918 - Tué au cours d'un accident aérien sur le terrain de Plessis-Belleville (Oise), le 1er juin 1918 - Roger Vétillard est inhumé au cimetière Notre-Dame d'Alençon (Orne) - Sources : Pam - MpF - CCC escadrille VB 108 / SOP 108 / BR 108 - Dernière mise à jour 16 août 2016.

Les hommes

Caporal Georges Fernand Sotinel - Né le 1er mars 1883 à Rennes (22) - Fils d'Alexandre Joseph Marie Sotinel et de Mathilde Marie Ménard - Service militaire au 71ème régiment d'infanterie, à compter du 7 novembre 1903 - Profession avant guerre Avocat - Mobilisé à la 10ème section d'infirmiers militaires, le 2 août 1914 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 1er août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2052 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 7 décembre 1915 - RGA jusqu'au 25 janvier 1916 - GDE du Plessis-Belleville du 25 janvier au 22 février 1916 - Pilote de l'escadrille VB 108 du 1er mars 1916 au XXX - Nommé Sergent, le 6 novembre 1916 - Rentré de convalescence, le 17 juillet 1917 - Affecté à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 25 octobre 1917 - Photo site Delcampe.

Caporal Georges Fernand Sotinel - Pilote de l'escadrille VB 108 du 1er mars 1916 au XXX - Photo site Delcampe.

Soldat Georges Lucien Breton - Né le 3 août 1897 à St-Cyr-la-Campagne (Eure) - Fils d'Alphonse Désiré Breton (instituteur) et de Marie Florentine Hamelin (institutrice) - Classe 1917 - Recrutement de Rouen Sud sous le matricule n° 397 - Profession avant guerre Mécanicien - Engagé volontaire pour quatre ans au 1er groupe d'aviation comme mécanicien, le 21 août 1915 - A Dijon du 21 août au 6 décembre 1915 - Mitrailleur de l'escadrille MF 123 / SOP 123 du 7 décembre 1915 au 12 mars 1917 - Une victoire aérienne homologuée, en compagnie du Cal de Gaillard de Valdène, le 14 mars 1916 - Médaille militaire, Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée, en date du 24 mars 1916 - Mitrailleur de l'escadrille F 130 du 12 mars au 20 avril 1917 - Dirigé vers la prison militaire de la 8ème armée, le 20 avril 1917 puis affecté au 61ème régiment d'infanterie territoriale, jusqu'au 9 juin 1917 - Mitrailleur de l'escadrille F 36 du 9 juin au 14 juillet 1917 - Mitrailleur de l'escadrille SOP 108 du 14 juillet au 9 août 1917 - Grièvement blessé pendant un combat aérien contre quatre avions allemands - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital temporaire de Rosendaël (59), le 9 août 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 30 août 1917 - Sources : Pam - MpF - CCC 123 - 130 - 108 - FM (Seine-Maritime) - JORF - Dernier mise à jour : 16/11/2014 - PhotoGeorges Breton, transmise par Marianne Meslin, sa petite-fille, que je remercie pour son aide.

* Médaille militaire, Croix de guerre et une citation à l'ordre de l'armée du Soldat Georges Lucien Breton, mitrailleur à l'escadrille MF 123, en date du 24 mars 1916 "Tireur adroit, qui a fait preuve, en toutes circonstances, d'un calme parfait et d'un absolu mépris du danger. le 14 mars 1916, son pilote ayant été attaqué par trois avions ennemis, a toré à la mitrailleuse d'abord,puis au mousqueton jusqu'à sa dernière cartouche, et a réussin à abattre un de ses adversaires."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du soldat Georges Breton au 2ème groupe d'aviation, mitrailleur à l'escadrille SOP 108, en date du 30 août 1917 : "Mitrailleur plein d'énergie et de courage. Glorieusement tombé au cours d'un combat, le 9 août 1917"

Cal Henri Charles Jean Nègre - Né, le 9 février 1883 à (Paris) - Classe 1903 - Recrutement du 3ème bureau de la Seine sous le matricule n° 4538 - Mobilisé dans l'aéronautique militaire, le 17 septembre 1914 - Formation comme mécanicien sur avion Maurice Farman - Mécanicien de l'escadrille MF 33 du (3ème trimestre) 1914 au 23 janvier 1915 - Affecté, comme 1er mécanicien, au service du Sgt Raymond Poulain - Reçoit en dotation le mousqueton de cavalerie n° H 23.830 - Son pilote étant affecté à la 2ème réverve de ravitaillement de St-Cyr, il l'accompagne comme son mécanicien, le 23 janvier 1915 - Mécanicien de la 2ème réserve de ravitaillement de St-Cyr du 23 janvier au 11 mars 1915 - Mécanicien de l'escadrille VB 108 du 11 mars au 7 août 1915 - Reste affecté au service du Sgt Poulain - Nommé Maitre Ouvrier, le 28 avril 1915 - Son pilote étant affecté à la RGA, il l'accompagne comme son mécanicien, le 7 août 1915 - Mécanicien de la RGA du Bourget du 7 au 21 août 1915 - Son pilote étant affecté à l'escadrille MF 33, il l'accompagne comme son mécanicien, le 21 août 1915 - Mécanicien de l'escadrille MF 33 du 21 août 1915 au 16 juin 1916 - Le Sgt Raymond Poulain est envoyé au repos à la maison de convalescence VR 75 de Viry Chatillon, le 16 décembre 1915 mais reste affecté à l'escadrille 33 - Henri Négre reste en poste comme mécanicien de la MF 33 - L'Adj Poulain reprend sa place au sein de la MF 33, le 27 avril 1916 - Il est nommé élève pilote de l'école d'aviation militaire d'Etampes et quitte la MF 33, le 16 juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4260 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 18 août 1916 - Breveté pilote de la Marine à l'école de St-Raphaël, le 7 décembre 1916 - Pilote du CAM d'Alger du 1er janvier 1917 à (avant août) 1918 - Le 7 mai 1917, le caporal Nègre, à bord du DD  261 (codé A-7) et le Slt Coren, à bord du DD 251 ( codé A-8) ont attaqué un sous-marin - Nommé Sergent, le 30 mai 1917 - Décédé des suites d'une maladie (tuberculose ou grippe espagnole) en 1921 - Sources : Pam - CCC de l'escadrille MF 33 - CCC de l'escadrille VB 108 - L'aviation maritime française pendant la Grande Guerre de Morareau / Feuilloy / Courtinat / Le Roy / Rossignol - Dernière mise à jour : 7 août 2017.

 

Photo du Ltt Léon Boittiaux

Slt Léon Jules Boittiaux - Né le 2 octobre 1890 à Roubaix (Nord) - Fils d'Emile Boittiaux et de Jeanne Christine Devaere (décédés) - Tuteur M. Léon Bétry domicilié rue de la Station à Lourches - Marié avec Suzanne Labitte et domiciliés rue St-Martin à Cires-les-Mello (Oise) - Classe 1910 - Recrutement de Valenciennes sous le matricule n° 608 - Engagé volontaire pour trois ans, le 9 octobre 1907 - Affecté au 1er régiment d'infanterie, à compter du 12 octobre 1907 - Nommé Caporal, le 25 septembre 1909 - Nommé Sergent, le 25 septembre 1910 - Fin de service militaire et passage dans la réserve, le 9 octobre  1911 - Domicilié au 21 rue St-Georges à Roubaix (Nord), à compter du 11 octobre 1911 - Profession avant guerre Sous-directeur de banque - Domicilié au 83, rue Chanzy à Roubaix (Nord), à compter du 27 juin 1913 -  Rappelé à l'activité par la mobilisation générale et affecté au 166ème régiment d'infanterie, le 3 août 1914 - Nommé Adjudant, le 4 septembre 1914 - Blessé par balles à la cuisse et à la main à Haumont (Meuse), le 30 août 1914 - Blessé par éclats d'obus à Beaumont, le 15 décembre 1914 - Passé dans l'aéronautique militaire comme observateur, le 2 avril 1915 - Citation à l'ordre de l'armée en juin 1915 - Affecté à la 31ème section d'aviation du camp d'aviation militaire d'Avord du 3 septembre au 3 décembre 1915 - Observateur de l'escadrille VB 108 du 13 janvier au 10 avril 1916 - Instance de départ pour la Russie, le 9 mars 1916 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 8 avril 1916 - Affecté à la RGA du 10 au 20 avril 1916 - Affecté à l'aviation russe du 20 avril 1916 au 26 février 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 17 décembre 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux  du 26 février au 27 mars 1918 - Stage au centre de formation des observateurs de Sommesous du 27 mars au 22 avril 1918 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 8 avril 1918 - Observateur de l'escadrille SAL 61 du 23 avril au 18 août 1918 - Affecté à la section de reconnaissance de nuit du 18 août 1918 au 26 mars 1919 - Démobilisé, le 26 mars 1919 - Domicilié au 83, rue Chanzy à Roubaix (Nord) - Affecté, dans la réserve, au 12ème régiment d'aviation de bombardement (de jour), le 1er août 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 27 décembre 1923 - Une période de réserve au 12ème régiment d'aviation du 5 au 20 septembre 1927 - Une période de réserve au 12ème régiment d'aviation du 3 au 27 octobre 1929 - Nommé Capitaine de réserve, le 25 juin 1930 - Une période de réserve au 12ème régiment d'aviation du 20 mai au 3 juin 1932 - Nommé Commandant de réserve, le 25 décembre 1938 - Rappelé à l'activité et affecté au bataillon de l'air n° 112, le 27 août 1939 - Affecté au bataillon de l'air n° 122 à Chartres, le 13 septembre 1939 - Affecté au centre d'instruction de Tours, le 21 octobre 1939 - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 2 février 1940 - Sources : Pam - FM département du Nord - JORF - Dernière mise à jour : 10 mai 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Léon Boittiaux, à la mission militaire française d'aviation en Russie, en date du 17 décembre 1916 : "Observateur de premier ordre, plein d'allant. A réussi de nombreux réglages de tir dans des conditions particulièrement difficiles. A livré plusieurs combats aériens et eut souvent son avion atteint par les projectiles ennemis."

* Officier de la Légion d'Honneur du Cdt Léon Jules Boittiaux, en date du 2 février 1940 : "31 ans de services, 5 campagnes. A été blessé et cité. 3 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier de la Légion d'Honneur du 27 décembre 1923. Combattant volontaire. A accompli neuf périodes d'entrainement aérien volontaires."

 

 

 

Les avions

Les Voisin LA de l'escadrille VB 108 rassemblés devant les deux hangars à dirigeables du terrain de Verdun en mars - Le petit à gauche, qui abritait avant guerre le dirigeable "La Patrie", puis le "Ville de Paris" a été construit en 1907 - L'autre, à droite, a été construit en 1913 et faisait 100 mètres de longueur, 40 m de large et 30 m de hauteur - Photo Jean Théry, transmise par Pierre Théry, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le soldat René Hebert, mitrailleur, pose à bord d'un Voisin LA de l'escadrille V 108 en 1915 - Le premier triangle fixé sur la flanc de la carlingue au niveau du pilote qui occupe la première place, est un indicateur de vitesse Etévé - L'autre triangle, plus grand, placé au niveau du bombardier mitrailleur, est un dispositif de visée - Photo René Hebert transmise par Nicolas Hebert, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Quelques soldats de l'escadrille V 108 posent en compagnie de Mme Schell qui leur fait la cuisine - Photo René Hebert transmise par Nicolas Hebert, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Serrage d'une hélice sur un moteur - Photo René Hebert transmise par Nicolas Hebert, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Accident du Voisin LA n° 380 piloté par le Cne Faure, commandant de l'escadrille V 108 - Les circonstances seront précisées quand le recensement des pertes et accidents sera terminé - Photo René Hebert transmise par Nicolas Hebert, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Autre vue du Voisin LA n° 380 de l'escadrille V 108 accidenté sur un terrain d'aviation - Les circonstances seront précisées ultérieurement quand le recensement des pertes sera terminé - Photo René Hebert transmise par Nicolas Hebert, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les mécaniciens de l'escadrille V 108 viennent inspecter les restes du Voisin LA n° 380 accidenté sur un terrain d'aviation - A voir l'état général de l'appareil, pas grand chose ne sera récupéré et l'ensemble ira pourrir dans un parc d'aviation - Les circonstances seront précisées ultérieurement quand le recensement des pertes sera terminé - Photo René Hebert transmise par Nicolas Hebert, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Terrain d'aviation de Sacy-le-Grand en juillet 1918 - L'escadrille VB 108 a occupé ce terrain du 1er avril au 9 mai 1917 - Photo collections du Centre Régional de I'image de Nancy que je remercie pour leur aide. Cliquez sur l'image

Les avions

Voisin LAS de l'escadrille VB 108 pendant l'été 1915 - Photo Jean Théry, transmise par Pierre Théry, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Départ en mission à partir du terrain de Belfort (90), le 27 avril 1915 - Remarquez l'arme de bord, une mitrailleuse Hotchkiss - Photo Jean Théry, transmise par Pierre Théry, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Le Voisin LAS n° V 1321 de l'équipage composé du Cal Arthur Jacquin (pilote) / Slt Pierre Segand (obs) a été capturé après un combat aérien, le 2 février 1916 - L'observateur a été tué lors de l'affrontement et le pilote a été contraint de poser son avion en zone occupée par l'ennemi et a été fait prisonnier - Leurs adversaires étaient probablement l'Obltn Ernst Von Althaus (2ème victoire) et Obltn Rudolf Berthold (1ère victoire) du FlAbt 23 - Le Slt Segand a été inhumé à Chaulnes (Somme) par les Allemands - Tombe individuelle n° 316 - Le Cal Jacquin a été interné à Darmstadt (Allemagne) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Voisin LAS de l'équipage Cal Maxime Leverrier / Sol Pierre Lattard (mit) après son atterrissage en zone occupée, le 26 mai 1915 - Le pilote a été tué au cours d'un combat contre deux avions allemands - Le mitrailleur, blessé, a posé l'avion et a été fait prisonnier - Il est décédé des suites de ses blessures, à l'hôpital de Douai, le 8 juin 1915.

Vue générale du Voisin LAS de l'équipage Cal Maxime Leverrier / Sol Pierre Lattard (mit) après son atterrissage en zone occupée, le 26 mai 1915.

Cérémonie de remise de décorations sur le terrain d'aviation de Villers-les-Nancy pendant le 2ème trimestre 1919 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Nicolas Bouisson transmise par Pascal Ordoquy que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image

Officiers et sous-officiers pilotes de l'escadrille BR 108 sur le terrain de Villers-les-Nancy pendant le 2ème trimestre 1919 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Nicolas Bouisson transmise par Pascal Ordoquy que je remercie pour son aide.

Les personnels navigants de l'escadrille BR 108 posent devant un Breguet 14 B 2 sur le terrain de Villers-les-Nancy, le 2ème trimestre 1919 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Nicolas Bouisson transmise par Pascal Ordoquy que je remercie pour son aide. Cliquez sur l'image Cliquez sur l'image

Cliquez sur l'image

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Sgt Roger Léon Auguste Vétillard - Né le 30 mai 1895 à Rouen - Fils de Charles Edouard Vétillard et de Thérése Marie Léonie Gilbert - Profession avant Guerre Etudiant - Engagé pour la durée de la Guerre au 1er groupe d'aérostier de St-Cyr, le 22 mars 1915 - Muté à la 28ème compagnie d'aérostiers - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 13 janvier 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4120 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 2 août 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux jusqu'au 1er novembre 1916 - GDE - Pilote de l'escadrille VB 108 / SOP 108 du 9 avril au 16 août 1917 - Hospitalisé à compter du 16 août 1917 - Croix de Guerre et citation à l'ordre de l'armée, le 30 août 1917 - GDE jusqu'au 9 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille BR 108 du 9 janvier au 1er juin 1918 - Nommé Sergent, le 11 avril 1918 - Tué au cours d'un accident aérien sur le terrain de Plessis-Belleville (Oise), le 1er juin 1918 - Roger Vétillard est inhumé au cimetière Notre-Dame d'Alençon (Orne) - Photo Monique Gallais que je remercie pour son aide.

Soldat André Sourd - Conducteur de camion de l'escadrille BR 108 - Victime d'un accident routier et décédé des suites de ses blessures à l'hôpital de Bouleuse (Marne), le 9 mars 1918 - André Sourd repose dans la nécropole nationale La Croix-Ferlin de Bligny - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

Soldat Toussaint Julien André Sourd - Né le 16 septembre 1893 à Aspet (Haute-Garonne) - Fils de Jean-Louis Sourd et de Jeanne Sourd - Domiciliés au 160, avenue de Muret à Toulouse - Profession avant guerre Ferblautier zingueur - Classe 1913 - Recrutement de Toulouse sous le matricule n° 2057 - Ajourné de service militaire en 1913 - Ajourné de service militaire pour faiblesse en 1914 - Reconnu bon pour le "service auxiliaire" par la commission de réforme de la Seine, le 11 juin 1914 - Mobilisé à la 17ème section d'infirmiers, le 16 novembre 1914 - Détaché chez Itard à Toulouse, le 17 septembre 1915 - Classé "service auxiliaire" par commision spéciale de Toulouse, le 11 décembre 1915 - Affecté au dépôt du matériel autos de l'école militaire de Paris, dépendant du 13ème régiment d'artillerie, comme conducteur auxiliaire, le 11 décembre 1915 au 23 janvier 1916 - passé à l'aéronautique militaire comme conducteur de camion, le 29 février 1916 - Maintenu service auxiliaire par la commission de réforme d'Amiens pour faiblesse musculaire, le 15 avril 1916 - Conducteur de camions du Parc 103 du 3 mars 1916 au 18 janvier 1917 - Classé "service armé", inapte à l'infanterie, par la commision de réforme de Beauvais, le 18 janvier 1917 - Affecté au Parc n° 8 du 18 janvier au 25 septembre 1917 - Conducteur de camion (tracteur d'aviation) de l'escadrille BR 108 du 25 septembre 1917 au 9 mars 1918 - Victime d'un accident probablement routier (cause ?) et décédé des suites de ses blessures, à l'hôpital de Bouleuse (Marne), le 9 mars 1918 - Sources : Pam - MpF - Fiche Matricule du département de Haute-Garonne - CCC escadrille BR 108 - Dernière mise à jour : 14 août 2016.

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Sol Joseph Frédéric Jean Turroc - Né le 27 avril 1886 à Toulouse (Haute-Garonne) - Fils de Jean Marie Raymond Turroc et de Marie Trioulet - Domiciliés au 31 bis, allée de Brienne - Classe 1906 - Recrutement de Toulouse Nord (Haute-Garonne) sous le matricule n° 951 - Service militaire au 23ème régiment d'artillerie, à compter du 9 octobre 1907 - Nommé 2ème canonnier conducteur, le 9 octobre 1907 - Nommé 2ème canonnier servant, le 24 octobre 1907 - En Algérie du 14 mars au 18 avril 1908 - Affecté au 13ème régiment d'artillerie, le 1er avril 1908 - A pris part aux opérations militaires sur les confins Sud Algéro-Marocains en guerre du 19 avril au 29 septembre 1908 - En Algérie du 30 septembre 1908 au 28 septembre 1909 - Fin de service militaire et passage dans la disponibilité, le 26 septembre 1909 - Affecté, dans la disponibilisté, au 57ème régiment d'artillerie de campagne, caserné à Toulouse, le 8 juillet 1910 - Profession avant guerre Ajusteur mécanicien - Marié avec Mlle Bassellier et domiciliés au 8, rue des Béarnais à Toulouse (Haute-Garonne), à compter du 27 décembre 1912 - Rappelé à l'activité au 57ème régiment d'artillerie de campagne par la mobilisation générale, le 4 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien du 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 31 mars 1915 - Mécanicien de l'escadrille VB 113 du 10 juin au 25 septembre 1915 - Mécanicien de l'escadrille VB 108 / SOP 108 du 25 septembre 1915 au 28 septembre 1917 - Détaché au GDE du 28 janvier au 8 février 1917 - En mission au GDE du 16 mai au 9 juin 1917 - En subsistance au Parc 103 du 19 au 22 juillet 1917 - Grièvement blessé par brûlures au cours d'un accident d'avion, à bord d'un Sopwith 1A2 qui s'est écrasé à Coudekerque (Nord) et évacué sur l'hôpital mixte n° 2 de Rosendaël (Nord), le 27 septembre 1917 - Il faisait équipage avec le Sgt Augustin Thévenin, qui a été tué - Turroc est décédé des suites de ses brulûres à l'hôpital mixte n° 2 de Rosendaël (Nord), le 28 septembre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 25 octobre 1917 - Joseph Turroc repose dans la nécropole nationale de Dunkerque (Nord) - Sources : Pam (2 fiches) - CCC de l'escadrille VB 113 - CCC de l'escadrille SOP 108 - Fiche matricule du département de la Haute-Garonne - JORF - MpF - Dernière mise à jour : 2 septembre 2017 - Photo Yves Castelain que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Sol Joseph Turroc, soldat au 57ème régiment d'artillerie, mécanicien à l'escadrille SOP 108, en date du 25 octobre 1917 : "Excellent mécanicien, ayant toujours accompli son devoir avec zèle. Glorieusement tombé, le 27 septembre 1917."

 

 

 

 

 

Remerciements :

- M. Pascal Ordoquy pour la communication des archives de son grand-père.
- Mme Monique Gallais pour l'envoi des photos de la tombe de Roger Vétillard.
- M. Jean-Pierre Puton, chef de projet du Centre Régional de l'Image de la ville de Nancy.
- M. Blaise Aurora, chargé de documentation du Centre Régional de l'image de la ville de Nancy.
- M. Nicolas Hebert pour l'envoi des photos de René Hebert, son grand-père.
- M. Jean Paul Doré pour l'envoi de la photo de Camille Desphilippons.
- M. Philippe Bartlett pour les photos des insignes de sa collection.
- M Pierre Théry pour l'envoi des photos de Jean Théry, son grand-père.
- M. Frédéric Domblides pour l'envoi de la photo du Cne Léon Brulé.
- M. Yves Castelain pour l'envoi des photos des tombes d'André Sourd et de Joseph Turroc.
- M. Damien Blanchet-Le Verrier pour l'envoi des photos de Maxime Le Verrier.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi de la photo du Voisin LAS n° V 1321.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett - Publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet "Max Le Verrier" par Damien Blanchet-Le Verrier - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 107 Escadrille 109

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir