Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

L'insigne de la VB 109 a été choisi par le Cne Emile Villomé, commandant de l'escadrille du 25 avril au 13 septembre 1917 - Il a été peint par l'Adj Adolphe Soleau, ancien élève des Beaux-Arts, en juillet-août 1917 - Il montre un diable, les ailes déployées, qui lance une grenade enflammée - La VB 105, ayant déjà adopté un diable semblable, celui de la 109 est représenté sans queue - Dessin Albin Denis.

Insignes métalliques
de l'escadrille VB 109

Insigne en argent de l'escadrille VB 109 fabriqué par Gardille en 1918 - Il est signé au dos "Soleau" du nom de son créateur - Fixation par une épingle à bascule et fermoir à tirette - Insigne collection Philippe Bartlett extrait du livre "Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918.

Insignes des escadrilles affectées à
l'escadre de bombardement n° 14 en 1918

Insignes des escadrilles affectées à l'EB n° 14 en 1918 - Planche publiée sur un petit historique de l'EB 14 - Photo transmise par Philippe Bentresque que je remercie pour son aide.

Symbolique

L'insigne de l'escadrille VB 109 a été choisi par le Cne Emile Villomé, commandant de l'unité du 25 avril au 13 septembre 1917. Il a été dessiné par le soldat Adolphe Soleau, ancien élève des Beaux-Arts, en juillet-août 1917. Il représente un diable, les ailes déployées, qui lance une grenade enflammée. Comme l'escadrille VB 105 avait elle aussi adoptée un diable, celui de la 109 est représenté sans queue. Il s'agissait pour son concepteur de symboliser les missions de bombardement de nuit et l'ardeur au combat de ses équipages.

Historique

A venir

 

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne d'une unité héritière des traditions de la VB 109 de la Grande Guerre - Période à préciser - Insigne collection Jean-René Bottelin que je remercie pour son aide.

Insigne d'une unité héritière des traditions de la VB 109 de la Grande Guerre - Version évidée - Période à préciser - Insigne collection Jean-René Bottelin que je remercie pour son aide.

Insigne métallique d'une unité héritière des traditions de l'escadrille VB 109 - Il s'agit probablement de celui de la 1ère escadrille du 22ème RABN (1920-1932) ou de la 1ère escadrille du GB I/22 (1932 à 1940) - Insigne collection Guy Bianchi que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de la 1ère escadrille du GB I/22 de 1939-1940 - Cet insigne est destiné à être cousu sur l'uniforme, il est doté de deux trous destinés à cet usage - Insigne collection Jean-René Bottelin que je remercie pour son aide.

Surmoulage d'un insigne de la 1ère escadrille du GB I/22 destiné à préparer l'insigne suivant en 1940-1942 - Il a été suivi d'un prototype en recoallium qui est présenté immédiatement en dessous - L'insigne définitif de la 1ère escadrille du GBM 1/22 "Maroc", la nouvelle dénomination de l'unité, ne sera fabriqué qu'en 1946 - Il s'agira cette fois d'un insigne peint - Insigne collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Le surmoulage de l'insigne de la 1ère escadrille du GB I/22 a permis la réalisation d'un prototype en recoallium en 1940-1942 qui est présenté ici - On retrouve d'ailleurs la trace des trous de l'insigne de 1940 alors qu'il possède une attache avec boléro - L'insigne final ne sera fabriqué qu'en 1946 et ne reprendra pas les reliefs - Par contre, il sera peint, certainement pour tenir compte des contraintes industrielles de l'immédiat après guerre - Voir les insignes de la 1ère escadrille du GBM 1/22 "Maroc" qui suivent - Insigne collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Insigne de la 1ère escadrille du GB I/22 - Remarquez la trace des trous de l'insigne de 1940 alors qu'il possède une attache avec boléro - Fabrication A. Augis - Lyon en aluminium datant des dernières années de guerre - Droits réservés.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille VB 109

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Dessin de l'insigne peint de la 1ère escadrille du GB I/22 de 1940-1942 - Cette peinture servira de base à l'insigne métallique de 1946, visible dans ces colonnes - Peinture collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Projet d'insigne du GR 1/22 dessiné pendant la seconde guerre mondiale - Il ne verra jamais le jour car l'unité devient le GBM 1/22 "Maroc", le 1er juillet 1943 - Dommage, il avait de la gueule - Peinture collection Olivier Baillon que je remercie pour son aide.

Insigne de la 1ère escadrille du GBM 1/22 "Maroc" - Fabrication A.Augis - Lyon - Insigne collection Stephaan Nuyts que je remercie pour son aide.

Insigne de la 1ère escadrille du GBM 1/22 "Maroc" - Fabrication Augis de 1946 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de l'EB 2/93 "Cévennes" - Homologué sous le n° A 923 au SHD de Vincennes, le 20 août 1965 - Définition héraldique : écu moderne d'or au diable de gueules, figure d'argent et ailé de sable brandissant une grenade du même enflammée du premier émail, brochant une tête de pierrot d'argent tarée à dextre, chevelée et rehaussée aussi de sable - Photo Albin Denis.

 

Je recherche des photos
recto-verso des insignes actuels
de l'EIV 2/93 "Cévennes"

 

Appellations successives

Lieux de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

 

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations

Citations

Citation à l'ordre de l'armée de l'escadrille VB 109 : "Escadrille d'élite. Au cours de l'offensive de .... de 1917 et le plus souvent dans des conditions atmosphériques très difficiles, a réussi à lancer sur l'arrière front ennemi plus de quarante tonnes de projectiles. Par ce bombardement systématique de nuit des points sensibles de l'adversaire, a exercé chez l'ennemi une action de désorganisation qui a largement contribué au succès des opérations."

Citation à l'ordre de l'armée de l'escadrille VB 109 en date du 31 août 1918 : "Sous l'énergique commandement de son chef, le capitaine Mesoniat, s'est brillamment distinguée, au cours des deux récentes offensives, notamment les 8 et 13 août 1918 où elle a lançé, tous effectifs au complet, plus de vingt-cinq tonnes de projectiles sur les importants centres de communications ennemies, faisant preuve, dans l'exécution de ces opérations, d'une haute conception du devoir et d'une bravoure exemplaire."

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Ltt Julien Fessler - Affecté au 239ème RI jusqu'en 1916 - Observateur de l'escadrille 451 - Observateur de l'escadrille VB 109 - Rappelé dans l'armée de l'air avec le grade de Commandant en 1939 - Photo collection Yves Duprez que je remercie pour son aide.

Le Sgt Georges Caron, pilote de l'escadrille VB 109 du 4 mars au 28 avril 1915, photographié avant guerre, alors qu'il était pilote de l'escadrille BL 10, sur le terrain du Champ de Mars à Belfort - Carte postale d'époque.
* Sgt Georges Arthur Caron - Né le 24 septembre 1891 à Vic-sur-Aisne (02) - Unité d'origine 54ème régiment d'infanterie - Brevet de pilote militaire n° 209 obtenu, le 11 février 1913 - Pilote de l'escadrille BL 10 de la mi-1913 à la mi-1914 - RGA jusqu'au 4 mars 1915 - Pilote de l'escadrille VB 109 du 4 mars au 28 avril 1915 - Tué au combat dans les environs d'Altkirch, le 28 avril 1915 - Il faisait équipage avec le soldat Emile Crouzier, qui a également perdu ma vie.

Personnels navigants et mécaniciens de l'escadrille VB 109 - Au 2ème rang, 4ème depuis la gauche, le soldat Camille Desphilippons, mécanicien d'abord affecté au Slt Mahieu, puis au Sgt Jaquot (ou Jacquot) - Camille Desphilippons a été mécanicien du 21 septembre 1915 au 26 février 1917 - Remarquez le système de numérotation des avions au sein de l'escadrille, des chiffres cerclés - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Camille Desphilippons transmise par Jean Paul Doré, son petit cousin, que je remercie pour son aide.

Cne Michel Mahieu - Né le 1er octobre 1891 à Armentières (59) - Fils d'Auguste Edouard Alexandre Mahieu (filateur de lin et Maire d'Armentières) et de Marie Louise Augustine Hélène Ferry - Domiciliés 7, rue des Jésuites à Armentières (Nord) - Profession avant guerre Industriel - Brevet de pilote civil n° 168 délivré par l'Aéroclub de France, le 9 août 1910 - Titulaire du record du monde de hauteur avec passager avec 2460 mètres, le 22 septembre 1911 - Classe 1911 - Recrutement de Lille (Nord) sous le matricule n° 285 - Service militaire au 3ème groupe d'aviation, à compter du 4 octobre 1912 - Affecté au groupe aéronautique de Reims (Marne) - Il passe avec succès une des trois épreuves permettant l'obtention du brevet de pilote militaire - Il s'agit de parcourir au moins 120 km, à une altitude minimale de 500 mètres - Parti du terrain de manoeuvres d'Issy-les-Moulineaux, l'aviateur était de retour après 2h20mn, après être passé par Etampes - Il obtient le brevet de pilote militaire n° 169, le 9 octobre 1912 - Affecté au 2ème groupe aéronautique, le 1er janvier 1913 - Affecté à la 21ème section au camp de Châlons-sur-Marne (Marne), le 11 février 1913 - Nommé Caporal, le 10 avril 1913 - Nommé Sergent, le 1er août 1913 - Elève officier de réserve, le 1er août 1913 - A suivi le cours spécial des officiers de réserve du 1er octobre 1913 au 1er avril 1914 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 29 mars 1914 - Affecté au 2ème groupe aéronautique, escadrille du camp de Châlons-sur-Marne (Marne), le 29 mars 1914 - Pilote de l'escadrille V 24 du 7 août 1914 au 21 mars 1915 - Une victoire aérienne, le 22 novembre 1914 - Il faisait équipage avec le maitre ouvrier Mauduit qui faisait office de mitrailleur - Leur adversaire était un avion du Flabt 23 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, le 2 décembre 1914 - Affecté sur le centre d'aviation militaire de Villacoublay, le 21 mars 1915 - Pilote de l'escadrille VB 108 du 21 mars 1915 au 17 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille VB 109 du 17 septembre 1915 au 26 février 1917 - Nommé Lieutenant de réserve à titre définitif, le 5 janvier 1916 - Détaché au GDE du 14 au 23 janvier 1917 - Détaché du 18 février au 9 mars 1917 - Commandant de l'escadrille VP 114 du 26 février 1917 au 3 mai 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 16 avril 1917 - Nommé Capitaine de réserve à titre temporaire, le 29 mai 1917 - Malade ou blessé - Rentre de convalescence, le 29 septembre 1917 - En mission, le 13 et 14 décembre 1917 - En mission les 23 et 24 décembre 1917 - Nommé Capitaine de réserve, à titre définitif, le 28 décembre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 janvier 1918 - Tué au cours d'une mission de bombardement de nuit, au Nord-Est de Ham (Somme), le 2 mai 1918 - Cette mission était sa 174ème mission de bombardement, dont 140 de nuit - Il pilotait le Voisin n° 5597 qu'il occupait avec le Ltt Rivalleau, qui a également été perdu la vie - Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 30 juin 1918 - Croix de Guerre avec six palmes de bronze - Michel Mahieu repose dans le cimetière Montparnasse de Paris (75) - Sources : Pam - CCC escadrille V 24 - CCC escadrille VB 109 - CCC escadrille VP 114 - FM département du Nord - LO - MpF - L'Aérophile - Aérostèles - Dernière mise à jour : 14 avril 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Michel Mahieu, pilote de l'escadrille V 24, en date du XXX : "Le 22 novembre, chargé d'attaquer et de chercher à abattre tout avion ennemi qui se présenterait devant nos lignes, donna la chasse successivement à trois avions allemands, força deux d'entre eux à atterrir et abattit le troisième par le feu de sa mitrailleuse."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Michel Mahieu, pilote à l'escadrille VB 108, en date du 7 juin 1915 : "Excellent officier pilote, sur le front depuis le début de la campagne, qui allie une science consommée d'aviateur les plus grandes qualités militaires. s'est en particulier distingué le 22 mai dernier en allant exécuter sa mission de bombardement très en arrière des lignes ennemies malgré une brume intense qui a arrêté tous les autres pilotes dans la région."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Michel Mahieu, pilote au 3ème groupe de bombardement, en date du 16 avril 1917 : "Officier pilote hors de pair, toujours prêt à partir, donnant à tous le plus bel exemple par son allant et son mépris du danger. A exécuté 31 bombardement de jour et 27 de nuit. A pris part notamment, dans la nuit du 4 janvier, à trois bombardementss successifs, réparti une quatrième fois, n'a cédé qu'à des circonstances atmosphériques impossibles à dominer. Déjà cité trois fois."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Michel Mahieu, commandant de l'escadrille V 114, en date du 6 janvier 1918 : "Chef d'une escadrille de bombardement de nuit, doué des plus remarquables qualités d'audace et de ténacité. Donne constamment le plus bel exemple à ses pilotes. Depuis sa dernière citation, a exécuté 34 bombardements de nuit, et s'est particulièrement distingué le 30 avril et le 4 mai 1917, par des incendies, grâce à la précision de son tir. Parti le 24 mai 1917, pour exécuter un bombardement à très faible altitude, a eu son avion atteint de neuf balles de mitrailleuses, et a dû atterrir, par suite de l'arrêt du moteur en pleine nuit, à proximité des lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Cne Michel Mahieu, commandant de l'escadrille VP 114, en date du 30 juin 1918 : "Officier d'élite, aussi bon organisateur que maginfique exécutant. Dans l'aviation depuis le début des hostilités, a donné chaque jour les plus beaux exemples d'audace, de tenacité, de conscience et d'habileté. Disparu glorieusement à l'ennemi, le 2 mai 1918, après avoir exécuté près de 140 expéditions de bombardement de nuit."

L'Adj Louis Bazin, pilote de la VC 109, pose devant un Voisin 8 de l'escadrille VC 110 en 1917-1918 - Remarquez les deux emblèmes peints sur cet avion : la croix de Lorraine, insigne personnel du pilote et la grue huppée en virage, l'insigne collectif de l'escadrille - Photo Adj Louis Bazin transmise par Mme Monique Gallais que je remercie pour son aide.
* Adjudant Louis Joseph François Bazin (dit Henri) - Né le 3 juillet 1892 à Tinténiac (Ile-et-Vilaine) - Fils de M. Joseph Marie Bazin et de Mme Anna Mélanie Fourel - Profession avant guerre Fourreur - Engagé au 117ème régiment d'infanterie, le 5 avril 1913 - Nommé caporal, le 9 novembre 1913 - Nommé sergent, le 5 avril 1914 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Muté au 115ème régiment d'infanterie - Muté au 41ème régiment d'infanterie - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 30 juin 1917 - Une citation à l'ordre du régiment, le 23 juillet 1917 - Présélection personnel navigant à l'école d'aviation militaire de Dijon-Longvic - Brevet de pilote militaire n° 8332 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 3 septembre 1917 - Stage de perfectionnement ou de spécialisation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Pilote de l'escadrille VC 109 du 1er mars 1918 à la fin de la guerre - Nommé Adjudant, le 5 novembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur - Médaille Militaire - Croix de Guerre 1914-1918 - Médaille de l'Aéronautique - Décédé le 14 novembre 1991.

Maitre Ouvrier Camille Desphilippons - Né le 21 janvier 1893 à La Guerche (Cher) - Fils de Louis Jean Claude Desphilippons et de Marie Beaupère - Classe 1913 - Recrutement de Nevers sous le n° matricule 1464 - Profession Mécanicien - Service militaire au 4ème régiment d'artillerie lourde à compter du 30 novembre 1913 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien du groupe d'aviation de Reims, à compter du juillet 1914 - Mécanicien de l'escadrille V 24 du 7 août 1914 au 21 mars 1915 - Affecté au service du Slt Mahieu du 7 août 1914 au 2 mai 1918, date de la mort au combat de cet officier - Mécanicien de l'escadrille VB 108 du 22 mars au 21 septembre 1915 - Nommé Maître-ouvrier, le 28 avril 1915 - En mission du 18 au 20 juin 1915 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre du groupe de bombardement, le 26 juin 1915 - En mission à la RGA du Bourget-Dugny du 12 au 14 septembre 1915 - Mécanicien de l'escadrille VB 109 du 21 septembre 1915 au 26 février 1917 - Détaché au GDE du 14 au 23 janvier 1917 - Détaché et laissé en subsistance à l'escadrille VB 107 du 18 au 24 février 1917 - Mécanicien de l'escadrille V 114 du 27 février 1917 au 2 août 1918 - Nommé Caporal, le 20 juin 1917 - En mission du 28 juin au 8 juillet 1917 - Nommé Sergent, le 10 novembre 1917 - Mécanicien de l'escadrille VB 133 du 4 août 1918 au 6 avril 1919 - Affecté au Parc n° 7 à compter du 6 avril 1919 - Photo Camille Desphilippons transmise par Jean Paul Doré, son petit cousin, que je remercie pour son aide.

Les hommes

Cne Jacques Henri Levassor - né le 11 mai 1874 à Chartres - Fils de Armand Jacques Levassor et de Thérèse Clémentine Marie Pelletier - Appelé au 10ème régiment de Hussards à compter du 1er novembre 1895 - Nommé Brigadier, le 17 mai 1896 - Nommé Maréchal des Logis, le 12 décembre 1896 - Mis à la disposition de la Mission "Gentil" (colonies) du 24 février 1899 au 25 novembre 1900 - Médaille Coloniale agrafe "mission Gentil" - Etoile Noire du Bénin en novembre 1900 - Médaille Militaire, le 12 juillet 1901 - Affecté au 13ème régiment de Hussards comme sous-lieutenant, le 21 septembre 1901 - Marié avec Marie Madeleine Renée Pottier, le 27 juillet 1903 - Domiciliés 123, rue Notre Dame des Champs Paris 6ème - Nommé Lieutenant, le 21 septembre 1903 - Affecté au 15ème régiment de Chasseurs, le 3 juillet 1904 - Détaché dans l'aéronautique militaire, le17 janvier 1912 - Brevet de l'Aéroclub de France n° 704 - Brevet de pilote militaire n° 215 obtenu, le 2 février 1913 - Pilote de l'escadrille V 24 du 7 août au 20 octobre 1914 - Affecté à l'école de lancement de bombes à compter du 20 octobre 1914 - Nommé Capitaine, le 1er novembre 1914 - Chevalier de la légion d'Honneur, le 8 septembre 1914 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 12 octobre 1914 - Croix de Guerre - Commandant de l'escadrille VB 109 du 15 mars 1915 au 25 juillet 1916 - Commandant du GB 3 du 25 juillet 1916 au 13 mai 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée en octobre 1916 - Nommé Chef d'escadrons (Cdt) à titre temporaire, le 14 janvier 1917 - Nommé Inspecteur en chef de l'Inspection du Matériel d'Aviation (IMA) aux armées (Compiègne) à compter du 13 mai 1917 - Nommé à l'Inspection technique de l'aéronautique (ITA) - Officier de la Légion d'Honneur, le 29 décembre 1922 - Décédé le 15 août 1929 - Photo mise en ligne sur le site Gallica de la Grande Bibliothèque de France.

Ltt Hubert de Geffrier, observateur de l'escadrille VB 109 du 15 août au 3 octobre 1915, puis pilote de l'escadrille SOP 107 / BR 107 du 18 décembre 1916 au 16 septembre 1918, pose avec son Breguet 14 B2 orné de son insigne personnel, une croix de Lorraine - Photo Hubert de Geffrier transmis par Ariane Houdaille, son arrière-petite fille, que je remercie pour son aide.

* Ltt Hubert Marie Joseph de Geffrier - Né le 15 avril 1893 à La Flèche (Sarthe) - Fils d'Achille Marie Roger de Geffrier et de Marguerite Rousselot de St-Céran - Domiciliés au 27, rue de Loigny à Orléans - Classe 1913 - Recrutement d'Orléans (Loiret) sous le matricule n° XXX - Engagé volontaire pour quatre ans au titre de l'école spéciale militaire de St-Cyr, le 7 octobre 1912 - Promotion "Montmirail" - Affecté au 29ème régiment de Dragons pour une année de service, à compter du 10 octobre 1912 - Nommé Brigadier, le 7 février 1913 - Nommé Maréchal des Logis, le 23 septembre 1913 - Nommé Aspirant, le 11 octobre 1913 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 32ème régiment de Dragons, le 1er août 1914 - Affecté au groupe léger à pied de la 1ère division de cavalerie, le 15 octobre 1914 - Citation à l'ordre de la division, en date du 26 décembre 1914 - Nommé Lieutenant, le 2 juillet 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, à compter du 10 août 1915 - Observateur de l'escadrille VB 109 du 15 août au 3 octobre 1915 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 2 juillet 1915 - Pendant une mission, il est blessé d'une balle de mitrailleuse qui le touche à un pied, le 2 octobre 1915 - Hospitalisé - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 20 octobre 1915 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 27 mai 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3775 obtenu sur avion Voisin, le 23 juin 1916 - Brevet de pilote civil FAI n° 5173 délivré par l'Aéroclub de France, le 31 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille SOP 107 / BR 107 du 18 décembre 1916 au 16 septembre 1918 - Commandant de l'escadrille SOP 107 / BR 107 du 1er juin 1917 au 16 septembre 1918 - Convoyage d'un Sopwith depuis le GDE, le 8 juin 1917 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 10 décembre 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 27 juillet 1918 - Nommé Commandant du GB 3, à compter du 16 septembre 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1918 - Affecté au 5ème bureau de la direction de l'aéronautique - Marié avec Etiennette Harlé d'Ophove, le 1er septembre 1919 - Nommé dans l'arme du Génie, à compter du 13 juillet 1921 - Affecté à la 12ème direction de l'état-major particulier de l'aéronautique - Affecté à l'inspection technique de l'aéronautique, le 1er octobre 1921 mais reste détaché à la 12ème direction - Nommé Chef de bataillon - Officier de la Légion d'Honneur, le 1er janvier 1930 - Commandant du 1er groupe du 31ème RAO jusqu'au 6 janvier 1933 - Instructeur au centre d'études de l'aéronautique du 12 au 23 janvier 1933 - Nommé Lieutenant-colonel - Chef d'état-major du groupement d'aviation de bombardement - Commandant de la 52ème escadre aérienne - Nommé Colonel, le 15 septembre 1936 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 30 juin 1937 - Attaché de l'Air à Berlin du 1er juillet 1937 au 2 septembre 1939 - Nommé Général de brigade aérienne, le 1er mai 1939 - Chef d'Etat Major de la Zone d'Opérations Aériennes du Nord et de la 1ere armée aérienne du 02 septembre 1939 au 19 juin 1940 - Commandant de la base aérienne de Tarbes - Commandant de la 38ème région aérienne - Président de la délégation française aérienne auprès de la Commission allemande d'armistice - Commandant de la 1ère région aérienne (Aix-en-Provence) et du secteur de défense aérienne du Sud du 15 décembre 1941 à 1942 - Nommé Général de Division aérienne, le 15 décembre 1941 - Placé en congé d'armistice en 1943 - Arrêté comme 119 autre officiers supérieurs ou officiers généraux et interné à Godesberg, puis à Eisenberg, le 3 mai 1944 - Ont été libérés par les américains - Mis en disponibilité du 1er octobre 1944 au 1er avril 1945 - Placé en congé d'activité, le 1er avril 1945 - En congé définitif du personnel navigant, le 15 avril 1946 - Passé dans la réserve, le 1er avril 1950 - Grand Officier de la Légion d'Honneur en 1961 - Décédé à Tavernay (71), le 24 novembre 1968 - Sources : Pam - LO pas communicable - Liste PN - CCC VB 109 - CCC VB 107 - AD Loiret - JORF - Dernière mise à jour : 23 septembre 2015.

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Hubert de Geffrier, observateur au groupe de bombardement 3, en date du 20 octobre 1915 : "Lieutenant de cavalerie observateur plein d'entrain. A participé à plusieurs expéditions de bombardement au delà des lignes ennemies et livré combat à des avions allemands. le 2 octobre 1915 au cours d'une expédition a eu le pied traversé par une balle de mitrailleuse."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Hubert de Geffrier, observateur à l'escadrille VB 107, en date du 27 mai 1916 : "Jeune officier observateur qui a pris part à sept bombardements de nuit dont plusieurs effectués sur le même objectif et qui s'est signalé chaque fois par son sang-froidnet son courage, notamment le 18 avril 1916 où il eut son avion atteint. Blessé en octobre 1915 au cours d'un combat aérien."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Hubert de Geffrier, au 32ème régiment de Dragons, commandant de l'escadrille BR 107, en date du 27 juillet 1918 : "Excellent officier, pilote plein d'allant et d'audace, donnant en toutes circonstances l'exemple des plus belles vertus militaires. S'est distingué dans la cavalerie, au cours de combats à pied, puis dans l'aviation où il a effectué plus de cent expéditions de bombardement de jour ou de nuit. Une blessure. Un avion ennemi abattu. Quatre citations."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Hubert de Geffrier, du 32ème régiment de Dragons, commandant l'escadrille BR 107, en date du 10 octobre 1918 : "Officier hors de pair, comptant personnellement plus de 120 bombardements. A fait de son escadrille une unité de première valeur, préchant constamment l'exempl par son courage et son entrain et l'a conduite avec un minimum de pertes sur tous les champs de bataille de mars à septembre 1918. Nommé dernièrement au commandement d'un groupe de bombardement, l'exerce avec le plus grand succès. Une blessure, quatre citations."

* Commandeur de la Légion d'Honneur du Colonel Hubert Marie Joseph de Geffrier, détaché à l'état-major de l'armée de l'Air : "24 ans de services, 56 annuités, 6 campagnes, 5 citation à l'ordre de l'armée, une citation à l'odre de la division, une blessure de guerre, 12 ans de bonifications pour services aériens. Officier de la Légion d'Honneur du 1er janvier 1930."

Ltt Etienne Marie Marcel Bizard - Né le 12 août 1892 à Béruges (Vienne) - Fils de Paul Bizard et d'Edith Bréchard - Engagé à l'école spéciale de St-Cyr, le 9 octobre 1911 - Mobilisé au 2ème régiment de chasseurs à cheval - Passé à l'aviation comme observateur, le 10 août 1915 - Observateur du VB 109 du 23 août 1915 au 8 novembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4864 obtenu au GQG, le 8 novembre 1916 - Pilote de l'escadrille VB 109 du 8 novembre 1916 au 20 mars 1917 - Service aéronautique du GQG américain du 3 au 6 novembre 1917 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre de l'armée, le 18 juillet 1916 - Une citation à l'ordre du régiment, le 24 avril 1915.

* Citation à l'ordre de l'armée : "A rendu de grands services comme observateur en avion. A effectué 63 heures de vol au-dessus des lignes ennemies et exécuté 11 bombardements, rentrant fréquemment avec des éclats d'obus dans son appareil. A fait preuve d'une habileté et d'un sang-froid remarquables en accomplissant dans la nui du 5 au 6 juillet 1916, une mission au cours de laquelle il a réussi à lancer 18 obus sur l'objectif assigné."

 

Photo du Slt Jean Sagnot

* Slt Jean François Sagnot - Né le 30 octobre 1891 à Meynac (Corrèze) - Fils de Gérald Sagnot et de Marie Marcouyoux - Profession avant guerre Monteur Mécanicien dans une fabrique d'avions - Classe 1911 - Recrutement de Tulle sous le n° matricule 629 - Affecté au 126ème régiment d'infanterie, le 1er octobre 1912 - Nommé Caporal, le 1er août 1913 - Blessé par des éclats d'obus à la jambe gauche à Deux-Villes (08), le 24 octobre 1914 - Passé au 1er groupe d'aviation de l'aéronautique militaire, le 16 décembre 1914 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Chartres comme élève pilote, le 28 avril 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1062 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 7 juin 1915 - RGA du 9 au 29 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille VB 109 du 5 août 1915 au 23 août 1919 - Nommé Sergent, le 21 octobre 1915 - Une citation à l'ordre du GB 9, le 8 juin 1916 - Nommé Adjudant, le 15 août 1916 - Blessé au cours d'un accident d'avion à Abbeville, au cours d'une mission de bombardement, le 23 septembre 1916 - Détaché au GDE du 13 au 28 janvier 1917 - Détaché à l'escadrille VB 107 du 18 février au 12 avril 1917 - Hospitalisé à Compiègne du 24 au 30 mai 1917 - Une citation à l'ordre du corps d'armée, le 17 mai 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 30 août 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 2 mars 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 19 octobre 1917 - Chevalier de la légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 26 juin 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 1er juillet 1918 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 19 septembre 1918 - Titulaire de 192 missions de bombardement - Une citation à l'ordre de l'escadre de bombardement n° 14 en date du 15 janvier 1919 - Médaille d'Or de l'Aéroclub de France - Démobilisé, le 29 août 1919 - Affecté au 2ème régiment d'aviation de bombardement en date du 27 décembre 1920 - Détaché au service de la société Latécoère - Décédé au cours d'un accident d'avion, aux commandes d'un Salmson immatriculé F-ALUI, près de Barcelone (Espagne), le 27 décembre 1920.

* Citation à l'ordre du 3ème groupe de bombardement en date du 9 juin 1916 : "A exécuté huit bombardements dont six de nuit au cours d'une reconnaissance des lignes exécutées le 31 mai avec beaucoup d'audace, a reçu plusieurs balles de mitrailleuses dans son avion."

* Citation n° 105 à l'ordre du corps d'armée en date du 17 mai 1917: "Pilote plein d'allant et de sang-froid a effectué 55 bombardements de jour et de nuit à toutes les altitudes, de nombreux barrages et vols de chasse au cours desquels il a obtenu d'excellents résultats dont l'explosion d'un dépôt de munitions et un violent incendie en gare de Laôn dans la nuit du 30 avril 1917."

* Citation n° 38 à l'ordre de l'armée en date du 30 août 1917 : "Blessé dans l'infanterie et venu volontairement dans l'aviation où il ne cesse de faire preuve des plus belles qualités militaires pendant les nuits des 2, 5, 9 et 10 août a bombardé les objectifs à très basse altitude, obtenant des résultats remarquables. Est rentré avec son avion gravement endommagé."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 3 mars 1918 : "Officier pilote d'une bravoure et d'une conscience exemplaire. A effectué 80 bombardements de nuit dans des circonstance atmosphériques souvent défavorables allant jusqu'à trois fois sur le même objectif au cours de la même muit; a bombardé avec succès à faible altitude un important dépôt de munitions dans la nuit du 5 au 6 novembre 1917."

 

Les avions

Le Voisin LA de l'équipage composé par le Sgt Georges Caron (pilote) et le Sol Emile Crouzier (mitrailleur / bombardier) a été abattu par l'équipage de l'Aviatik B I n° B 192a / 13 du FFA 48, dans les environs d'Altkirch, le 28 avril 1915 - Leurs adversaires étaient le Hptm Hugo Geyer (pilote) et Ltn Egbert Kühn (observateur) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Voisin LA de l'équipage Sgt Georges Caron (pilote) et Sol Emile Crouzier (mitrailleur / bombardier) abattu par l'Aviatik B I n° B 192a / 13 du FFA 48, dans les environs d'Altkirch, le 28 avril 1915 - Photo Site Delcampe.

Le corps d'un des deux membres d'équipage repose à proximité immédiate des débris du Voisin LA abattu par l'Aviatik B I n° B 192a / 13 du FFA 48, dans les environs d'Altkirch, le 28 avril 1915 - Cet appareil, était piloté par Sgt Georges Caron, assisté par le Sol Emile Crouzier bombardier/mitrailleur - Les deux hommes ont été tués - Photo Site Delcampe.

Les Allemands, arrivés sur place, examinent le corps d'un des deux membres d'équipage gisant à proximité immédiate du Voisin LA - Le bombardier français a été abattu par un Aviatik, dans les environs d'Altkirch, le 28 avril 1915 - Cet appareil, était piloté par Sgt Georges Caron, assisté par le Sol Emile Crouzier bombardier/mitrailleur - Les deux hommes ont été tués - Leurs adversaires étaient le Hptm Hugo Geyer (pilote) et Ltn Egbert Kühn (observateur) du FFA 48 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Les avions

Voisin LA du Ltt Robert de Briey de l'escadrille VB 109, à l'atterrissage sur le plateau de Malzéville - Carte postale d'époque.

Voisin 8 de l'escadrille VB 109 accidenté après avoir fini sa course dans une tranchée en bordure du terrain - L'insigne est bien visible sur le nez de l'appareil - Photo Ebay France.

Voisin 10 de l'escadrille VB 109 sur le terrain de Champien, à l'Est de Roye (80), le 18 janvier 1918 - Photo Ebay France.

Voisin 10 n° 2783 de l'escadrille V 109 en 1918 - L'insigne, pour qu'il soit visible, a été peint sur un fond blanc - Remarquez les trois projecteurs d'atterrissage fixés sur un rack mobile en avant de la nacelle de l'équipage - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

 

 

Je cherche des photos des avions de la VB 109.
Qui peut m'aider ?

 

MdL Maurice Laude
Pilote de l'escadrille VB 109

Vue rapprochée du monument en hommage au MdL Maurice Laude - Photo Jean-Michel Lasaygues que je remercie pour son aide.

 

 

 

MdL Maurice Laude
Pilote de l'escadrille VB 109

MdL Maurice Laude - Né le 19 décembre 1895 à Paris - Engagé au 2ème régiment de Spahis, le 5 janvier 1916 - Passé à l’aviation le 26 mars 1917 comme élève pilote - Ecole de Dijon (préselection PN) - Ecole d’Ambérieu (Brevet de pilote militaire) - Brevet de pilote militaire n° 7237 du 27 juin 1917 à Ambérieu - Ecole d’Avord (stage de perfectionnement bombardement) - Ecole d’Istres (stage de perfectionnement) - Pilote de escadrille VB 109 à partir du 18 février 1918 - Blessé le 18 avril 1918 lors d’un accident aérien sur le terrain de Pierrefonds (Oise) - Décédé à l’ambulance (hôpital) 2/2 de Pierrefonds, le 19 avril 1918 - Croix de Guerre - Citation à l’ordre du régiment, le 26 juin 1915 - Maurice Laude repose dans le carré militaire du cimetière de Pierrefonds - Le caporal Rodier, mitrailleur, qui l’accompagnait, a été blessé dans l’accident - Photo Jean-Michel Lasaygues que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- M. Jean-Michel Lasaygues pour l'envoi des photos du carré militaire du cimetière de Pierrefonds.
- M. Patrice Gout pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Stephaan Nuyts pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Jean-René Bottelin pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Olivier Baillon pour l'envoi des photos des insignes et dessins de sa collection.
- M. Yves Duprez pour l'envoi de la photo du Ltt Julien Fessler.
- M. Jean Paul Doré pour l'envoi de la photo de Camille Desphilippons.
- M. Guy Bianchi pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Philippe Bentresque pour l'envoi de la photo de la couverture de l'historique de l'EB 14.
- Mme Monique Gallais pour l'envoi des archives de Louis Bazin.
- M. Rainer Absmeier pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- Mme Ariane Houdaille pour l'envoi du portrait de Hubert de Geffrier, son arrière grand-père.

Bibliographie :

- Carnets de Comptabilité en Campagne de l'escadrille VB 109 conservés au SHD du château de Vincennes.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 108 Escadrille 110

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez pour agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir