Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Quand elle a été transformée sur Nieuport 11 et 16 et qu'elle est devenue unité de chasse, l'escadrille N 112 a adopté deux bandes rouges verticales comme signe de reconnaissance. Un insigne personnel à chaque pilote venait compléter la décoration des appareils - Dessin David Méchin.

Insignes personnels peints
sur les fuselages

Détails des marquages personnels peints sur le Nieuport 17 n° 2779 piloté par le Sgt Marcel Carré, pilote de l'escadrille N 112 - Cet avion a été capturé par les Allemands, après son atterrissage sur le terrain allemand de Leffincourt, le 12 avril 1917 - Voir la photo complète dans la rubrique "Les avions" - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Gros plan des marquages collectif (bandes verticales rouges) et personnel (tête de diable et marquage "Diablotin") peints sur le Nieuport 17 du brigadier Carroll Dana Winslow, pilote américain de l'escadrille N 112 - Voir la photo complète dans la rubrique "Les avions" - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Gros plan du dragon peint sur le SPAD VII n° 1200 piloté par le MdL Vernaudon capturé dans les environs de Braye-en-Laonnois, le 1er novembre 1917 - Voir la photo complète dans la rubrique "Les avions" - Photo Archives Municipales de Saint-Quentin transmise par M. Frédéric Pillet, Chargé d'études documentaires de cette ville, que je remercie pour son aide.

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 112

Pas d'insigne métallique connu.

Symbolique

Quand elle est passée sur Nieuport, à la mi-1916, l'escadrille a adopté, comme signe de reconnaissance, deux bandes verticales de couleur rouge. Ces bandes venaient s'ajouter à l'insigne personnel adopté par chaque pilote.

Historique

A venir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA112

Les traditions de l'escadrille SPA 112 n'ont pas été reprises depuis sa dissolution en date du 5 avril 1919, probablement en raison de l'absence d'insigne collectif.

 

 

 

 

Appellations successives

Périodes de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Rattachements de l'escadrille

 

 

Décorations

Pas de décoration collective pour cette escadrille.

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

 

Morts : en rouge / Blessés et prisonniers: en jaune

 

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 112

A venir

 

Liste des personnels

A venir

 

 

Les hommes

Cne Henri Charles Emile. Rémy - Né le 12 août 1881 à Saint-Germain-en-Laye (Seine et Oise) - Arme d'origine Le Génie - Brevet de pilote militaire n° 15 obtenu le 8 juillet 1911 - Pilote de l'escadrille V 29 du XX au 5 novembre 1914 - Tué au cours d'un accident aérien, aux commandes d'un Voisin LA canon, le 5 novembre 1914 - Il faisait équipage avec le Cne Paul Faure qui a également perdu la vie.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Commandant une escadrille de bombardement, a trouvé une mort glorieuse à la suite d'une chute en avion-canon, le premier du genre qu'il conduisait au front pour une mission au-dessus de l'ennemi."

MdL Marcel Emmery - Né le 24 octobre 1889 à Ennezat (Puy-de-Dôme) - Observateur / mitrailleur de l'escadrille V 29 de août 1914 au 23 septembre 1914, date de sa mort - Tué au combat dans les environs de Châlons-sur-Marne, le 23 septembre 1914 - Il faisait équipage avec le Ltt Louis Noël qui a également perdu la vie.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Victime, avant la guerre, d'un premier accident d'aviation où il avait eu les deux jambes brisées, a tenu, quoique non rétabli complétement, à partir en campagne comme mitrailleur, à bord d'un avion armé. Exécutant, en cette qualité, un vol au-dessus des lignes ennemies où il avait comme objectif une état-major allemand, a trouvé la mort en faisait pour une cause inexpliquée une chute de 1500 mètres."

Personnels navigants de l'escadrille V 29 sur le terrain de la ferme de Neuville, près de Bryas au début de l'année 1915 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Didier Reboul transmise par Pierre-François Mary que je remercie pour leur aide.

Cliquez pour agrandir l'image

MdL Victor Paul Louis Onésime dit "Azit" Pasco - Né le 22 juin 1885 à Trévé (22) - Profession avant guerre Ingénieur constructeur d'hydroaéroplane (hydravion) - Unité d'origine 9ème régiment de Dragons - Brevet de pilote militaire n° 839 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 20 avril 1915 - Pilote de l'escadrille V 29 / VB 112 du 16 mai au 9 août 1915, date de sa mort - Tué au combat, en compagnie du Sgt Philippe Toureille, dans les environs de Sarrebruck (RFA), le 9 août 1915 - Photo collection Didier Reboul transmise par Pierre-François Mary que je remercie pour leur aide.

Adj Dominique Chazard - né le 13 août 1888 à Lyon (69) - fils d'Emile Chazard et de Marie Oderut - Profession avant guerre industriel - Engagé au 6ème régiment d'artillerie, le 29 avril 1907 (service militaire) - Mobilisé au service automobile du 14ème régiment du train des équipages, le 4 août 1914 - Passé à l'aviation comme sous-officier de parc d'aviation de la 7ème armée, le 18 février 1915 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique en juin 1915 - Bombardier / mitrailleur de l'escadrille VB 112 du GB 4 du 1er décembre 1915 au 21 juillet 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée pour le bombardement de Stuttgart en octobre 1916 - Sélection PN à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 8937 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres,  le 29 septembre 1917 - Stage de Haute Voltige à l'école d'aviation militaire de Pau - Nommé moniteur sur Nieuport à l'école d'Istres-Miramas - Pilote de l'escadrille SPA 12, le 22 juillet 1918 jusqu'au 1er trimestre 1919 - Croix de Guerre 14-18 - Photo collection Bernard Duprat que je remercie pour son aide.

Ltt Louis Coudouret, pilote en subsistance à l'escadrille N 112 du 21 au 25 juillet 1916 puis affecté à l'escadrille N 112 du 25 juillet au 23 août 1916 - Photo datant de sa période SPA 103 de 1918 - Photo SHD section Air de Vincennes transmise par Jon Guttman que je remercie pour son aide.

Ltt Louis Fernand Coudouret - Né le 31 mai 1896 à Marseille (Bouches-du-Rhône) - Fils d'Auguste Coudouret (tapissier) et d'Elisabeth Bomiès (giletière) - Domiciliés au 86, Grande Rue à Lunel (Hérault) - Profession avant guerre Etudiant des Art et Métier - Classe 1916 - Recrutement de Montpellier (Hérault) sous le matricule n° 1264 - Engagé volontaire pour la durée de la guerre et affecté au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, à compter du 15 décembre 1914 - Tests de sélection des personnels navigants à l'école d'aviation militaire de Dijon, le 14 avril 1915 - Dirigé sur l'école d'aviation militaire d'Avord, le 15 avril 1915 - Nommé Caporal, le 10 mai 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1020 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 1er juin 1915 - Brevet FAI n° 21.115 décerné par l'Aéroclub de France - Pilote de la RGA du Bourget du 15 juin au 19 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille VB 102 / N 102 du 19 juillet 1915 au 21 avril 1916 - A participé aux raids de bombardements sur Trêves, Sarrebruck, Dilligen en 1915 - Nommé Sergent, le 21 octobre 1915 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 27 octobre 1915 - En mission, le 3 février 1916 - Pilote de l'escadrille N 65 du 21 au 28 avril 1916 - Pilote de l'escadrille N 57 du 28 avril au 21 juillet 1916 - Une victoire homologuée contre un LVG abattu près d'Hermeville, le 4 mai 1916 - Nommé Adjudant, le 21 mai 1916 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 16 juillet 1916 - En subsistance à l'escadrille N 112 du 21 au 25 juillet 1916 - Affecté à l'escadrille N 112 du 25 juillet au 23 août 1916 - Pilote de l'escadrille N 102 du 24 août au 1er février 1917 - Une victoire homologuée contre un avion, le 22 octobre 1916 - Affecté à la mission militaire de Russie, le 1er février 1917 - Engagé sur l'offensive de Galicie du 23 mars 1917 au 1er avril 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 11 février 1917 - Une victoire homologuée, en compagnie de Lachmann, contre un Albatros à moteur 285 HP qui tombe en flammes et s'écrase au sol, le 3 octobre 1917 - Une victoire homologuée contre un Rumpler biplace à moteur 220 HP tombé dans les lignes françaises, le 23 novembre 1917 - Une victoire homologuée contre un Albatros monoplace tombé dans les premières lignes, le 1er décembre 1917 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 5 décembre 1917 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 8 décembre 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 25 décembre 1917 - Croix de Saint Georges de Russie - Chevalier de l'ordre de Saint-Georges de Russie - Ordre de Saint-Wladimir - Rentré en France, le 1er avril 1918 - Pilote du GDE jusqu'au 18 mai 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 103 du 18 mai 1918 au 14 avril 1919 - Une victoire homologuée contre un Albatros D abattu dans les environs de Carlepont, le 2 juin 1918 - Hospitalisé du 25 juin au 14 juillet 1918 - Convalescence du 19 juillet au 2 août 1918 - Engagé sur la Somme et la Champagne de mai à septembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 30 mai 1918 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 21 juin 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 28 juin 1918 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 25 décembre 1918 - Six victoires aériennes pendant la Grande Guerre - Affecté à la mission militaire au Pérou, le 14 avril 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, le 5 juin 1919 - Affecté au 34ème régiment d'aviation du Bourget (changement de dénomination du régiment), le 1er août 1920 - Affecté au 1er régiment d'aviation de Thionville-Basse-Yutz, le 6 juillet 1921 - Détaché à l'école de Joinville, le 1er février 1922 - Affecté à la 6ème escadrille du 1er régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz, le 2 février 1922 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 8 juillet 1922 - Nommé Capitaine et affecté au 38ème régiment d'aviation mixte de Thionville-Basse-Yutz, le 22 juin 1927 - Ayant projeté une tentative de traversée de l'Atlantique, en partant de Séville (Espagne), les autorités espagnoles s'y opposent - Il est contraint de rentrer en France, aux commandes du Bernard 191 GR "France" à moteur Hispano, accompagné de deux aviateurs espagnols (De La Cruz et d'Urban), chargés de contrôler qu'il repasse la frontière, le 7 juillet 1929 - Tombé en panne d'essence, un des passagers ayant manipulé une commande et vidangé les réservoirs, il tente un atterrissage forcé, sur le territoire de la commune de St-Amant-de-Bonnieure, près d'Angoulème - Malheureusement, les choses ne se passent pas bien - L'avion se crashe et Coudouret est grièvement blessé d'une fracture du crâne, ses deux passagers s'en tirant, légèrement blessés - Le pilote est décédé des suites de ses blessures, à l'hôpital d'Angoulème, où il avait été évacué - Photo extraite de la revue de la Société d'Etudes Folkloriques du Centre-Ouest de Novembre-décembre 1979 - Sources : Acte de naissance - Etat des services - Fiche matricule conservée aux archives départementales de l'Hérault - LO - Liste des brevets militaires - CCC escadrille VB 102 / N 102 - CCC escadrille N 57 - CCC escadrille N 112 - CCC escadrille SPA 103 - JORF - La Guerre Aérienne Illustrée - Journal "Le Petit Parisien" - Journal "L'Echo d'Alger - Dernière mise à jour : 8 juin 2016.

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Louis Coudouret, pilote à l'escadrille N 57, en date du 15 juillet 1916 : "Pilote d'une audace, d'une ardeur et d'un sang-froid exceptionnels. A l'escadrille VB 102, a fait plusieurs bombardements dans des conditions particulièrement difficiles. Versé dans une escadrille de chasse, s'y est de suite signalé dans différentes rencontres. le 4 mai, au cours de l'une d'elles, a abattu un LVG dans ses lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Louis Coudouret, pilote à l'escadrille N 102, en date du XXX : "Excellent pilote, qui a pris part à plus de 50 combats aériens et qui a montré en toutes circonstances beaucoup de zèle et de courage. Le 22 octobre 1916, a abattu un avion. Deuxième avion officiel."

* Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 5 décembre 1917 : "Pilote d'une habileté exceptionnelle et d'une bravoure remarquable. A contribué grandement au succès obtenu par l'escadrille de chasse sur le front russe en forçant maintes fois l'ennemi, au cours de nombreux combats aériens. A abattu, le 3 octobre, son troisième avion officiel."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Louis Coudouret, pilote en mission en Russie, en date du 30 mai 1918 : "Pilote aviateur de chasse, modèle d'adresse et de courage. A abattu cinq avions ennemis, dont trois sur le front russe. déjà cité."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Louis Coudouret, pilote à l'escadrille SPA 103, en date du 21 juin 1918 : "Pilote de chasse d'une très grande valeur, remarquable de bravoure et d'entrain, le 2 juin 1918, a abattu un monoplace ennemi."

Brigadier Carroll Dana Winslow - Né le 30 mai 1889 à New-York (USA) - Fils de Francès Winslow et de Ema Carroll - Profession avant guerre Financier - Engagé comme élève pilote au 1er groupe d'aviation de Dijon, le 1er octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2940 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 13 mars 1916 - Stages aux écoles d'aviation militaire de Chartres et de Châteauroux - Pilote de l'escadrille MF 44 du 10 juin 1916 au 16 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 112 du 27 mars au 1er mai 1917 - Libéré de ses obligations militaires par décision n° 10618 en date du 15 mai 1917 - GDE à compter du 17 mai 1917 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Sergent Marcel Louis Auguste Montagne - Né le 2 janvier 1893 à Guéret (Creuse) - Fils d’Emile Charles Joseph Montagne et de Louise Marie Madeleine François - Domiciliés au 1, rue du Bras d’Argent à Guéret (Creuse) - Profession avant guerre Etudiant en sciences - A obtenu un sursis pour continuation d'études - Classe 1913 - Recrutement de Guéret sous le n° matricule 97 - Mobilisé au 121ème régiment d’infanterie, le 26 août 1914 - Affecté au 121ème régiment d’infanterie du 26 août 1914 au 1er février 1915 - Passé à l’aéronautique militaire comme mécanicien, le 1er février 1915 - Mécanicien de l’escadrille VB 107 du 11 mars 1915 au 12 juin 1916 - Passé élève pilote, le 12 juin 1916 - Insigne métallique de pilote militaire n° B 7150 - Brevet de pilote militaire n° 4790 obtenu à l’école d’aviation militaire de Buc, le 17 octobre 1916 - Licence FAI n° 8678 décernée par l'Aéroclub de France - Stage de perfectionnement "Avions Rapides" à l’école d’aviation militaire d’Avord - Nommé Caporal, le 6 novembre 1916 - Stage de tir à l’école du tir aérien de Cazaux - Stage de "Haute-Ecole" (voltige) à l’école d’aviation militaire de Pau jusqu’au 19 février 1917 - Pilote de l’escadrille N 112 / SPA 112 du 11 mars au 17 octobre 1917 - Une citation n° 51 à l'ordre de l'aéronautique en date du 22 mars 1917 - Une citation n° 775 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 19 avril 1917 - Nommé Sergent, le 25 avril 1917 - Tué en combat aérien, aux commandes d’un SPAD VII, dans les environs d’Ivoiry, à l’Est de Montfaucon d’Argonne (Meuse), le 17 octobre 1917 - Son adversaire était probablement le Ltn Heinrich Kuett du Jasta 23b (sa 1ère victoire homologuée) - Son corps a été inhumé dans le cimetière militaire d'Ivoiry, tombe individuelle n° 775 - Son corps a été repris par sa famille après guerre - Photo Marcel Montagne, transmis par Eric Tardy, son petit-neveu que je remercie pour son aide.

* Citation n° 51 à l'ordre de l'aéronautique, en date du 22 mars 1917 : "Jeune pilote plein d'ardeur et de sang-froid - A une de ses premières sorties sur les lignes, après un combat où il avait eu son appareil criblé de balles et une commande coupée, s'est jeté sur un avion ennemi qui attaquait un de ses camarades et a tiré tant qu'il a été maître de diriger son avion à moitié désemparé."

* Citation n° 775 à l'ordre de la 4ème armée, en date du 19 avril 1917 : "Pilote doué d'une audace et d'un courage remarquables. Le 6 avril 1917, a attaqué un Drachen ennemi qu'il a contraint à descendre. A été mitraillé par un avion ennemi, a engagé le combat, a réussi à abattre l'appareil après lui avoir arraché une aile avec son train d'atterrissage."

 

Photo du Cne Alexandre Sourdeau

Cne Alexandre Marie Joseph Sourdeau - Né le 14 août 1874 à Migné (Indre) - Engagé à l'école militaire spéciale de St-Cyr, le 1er octobre 1895 - 80ème Promotion de St-Cyr - Promotion de Tananarive (1895-1897) - Arme d'origine Infanterie - Brevet de l'Aéroclub de France n° 474 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote en février 1911 - Brevet de pilote militaire n° 42 obtenu le 31 août 1911 - Nommé Capitaine, le 28 septembre 1911 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 12 juillet 1914 - Domicilé 6, square du Croisic à Paris (75) - Commandant du parc d'aviation d'armée de l'armée rouge des grandes manoeuvres du Poitou du 9 au 18 septembre 1912 - Chef de la section reconnaissance aérienne du CRP - Commandant de l'escadrille Voisin du CRP dite "Sourdeau" - Commandant l'escadrille V 29 du 1er septembre au XX décembre 1914 - Commandant du Parc 102 de décembre 1914 au 26 septembre 1916 - STAé à compter du 17 mai 1917 - Nommé Chef de bataillon (Cdt), le 10 octobre 1916.

Les hommes

Slt Lionel de Marmier - Pilote de l'escadrille SPA 176 en 1919 - Cet officier qui deviendra célèbre pendant le second conflit mondial, a été pilote de l'escadrille N 112 / SPA 112 du du 1er décembre 1916 au 8 novembre 1918 - Il y aura remporté 6 victoires homologuées - Photo revue Icare que je remercie pour son aide.

* Adj Alexandre Léonel Pierre dit "Lionel" de Marmier - Né le 4 décembre 1897 à Bellegarde-en-Marche (Creuse) - Fils de François Raynald Etienne de Marmier et de Marie Adèle Picaud - Domicilés 22, avenue Dezert Doloron à Genevilliers - Profession avant guerre Mécanicien - Mobilisé comme mécanicien au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 12 janvier 1916 - Passé élève pilote à Chartres, le 27 février 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3847 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 2 juillet 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord à compter du 13 juillet 1916 - Nommé Caporal, le 7 août 1916 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 17 août au 6 septembre 1916 - Stage de Haute-Ecole (voltige) à l'école d'aviation militaire de Pau du 6 septembre au 1er novembre 1916 - GDE du 2 au 29 novembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 112 du 1er décembre 1916 au 8 novembre 1918 - Blessé au combat par une balle au pied gauche, le 5 juin 1918 - Six victoires homologuées toutes remportées à l'escadrille N 112 / SPA 112 - Nommé Sergent, le 8 avril 1917 - Nommé Adjudant, le 5 décembre 1917 - Médaille Militaire, le 9 avril 1918 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 31 mai 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 176 du 8 novembre 1918 au 6 avril 1919 - Commandant de l'escadrille SPA 176 du 16 mars au 6 avril 1919 - Croix de guerre 14-18 avec 8 citations à l'ordre de l'armée - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 31 mai 1919 - Brevet de pilote de transport public n° 607 en date du 16 août 1919 - Affecté au 1er régiment d'aviation - Démobilisé, le 7 octobre 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1920 - Nommé Lieutenant de réserve à titre définitif, le 25 janvier 1921 - Pilote d'essai des avions de la société Nieuport d'octobre 1919 au 20 août 1921 Pilote de ligne de la société Franco-Roumaine de Navigation Aérienne (SFRNA) de 1921 à 1924 - Premières liaisons entre Paris et Bucarest - Paris et Varsovie - Pilote d'essai de la société Potez du 1er février 1923 au 26 juin 1930 - Pilote d'essai responsable de la mise au point du Potez 28 - Aux commandes de cet appareil, il bat 9 records mondiaux de distance en 1928 en reliant la Pologne, la Lithuanie, l'Estonie et la Finlande - Officier de la Légion d'Honneur, le 15 février 1930 - Pilote d'essai de la société Dewoitine - Responsable de la mise au point du Dewoitine 338 - Pilote de ligne de la compagnie Aéropostale - Nombreuxe liaison entre Toulouse et Dakar - Commandant de réserve de l'armée de l'Air - Nommé Chef-pilote, chargé des essais des avions nouveaux commandés par la compagnie Air France, le 1er mai 1934 - En 1936, comptait 6.796 heures de vol - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 20 janvier 1936 - Domicilé 1, rue André Colledeboeuf à Paris 16ème (75) - De 1936 à 1938 fait plusieurs livraisons d'armes, de vivres et de médicaments aux gouvernementaux en Espagne - Mobilisé comme Commandant de Réserve, le 25 août 1939 - Assure la formation d'escadrilles de chasse avec des aviateurs polonais volontaires - Abat 3 avions allemands sur Villacoublay et Etampes, le 3 juin 1940 - Le 27 juin 1940, il gagne Plymouth et est le premier officier supérieur de l'armée de l'Air à rejoindre le Général de Gaulle - Le 12 août 1940, forme un groupe de combat à 4 escadrilles à Odiham - Le 19 septembre 1940, après avoir décollé du pont du porte-avions "Ark-Royal", le LcL de Marmier se pose à Dakar-Ouakam avec le but de rallier les unités aériennes du terrain - C'est un échec - Missions de mitraillages entre Libreville et Port Gentil du 1er au 11 novembre 1940 - Le 25 novembre 1940, il regroupe les escadrilles et forme le GRB 1 - En janvier 1941, il crée une base sur l'oasis d'Ourianga-Kébir dont partiront les missions de bombardement sur les troupes italiennes - Le 22 mars 1941, il est chargé d'organiser les unités de chasse et de bombardement du Moyen-Orient - Il est nommé Adjoint-Air du général Catroux au Caire - Le 11 septembre 1941, il crée le groupe "Lorraine" - Il est chargé d'organiser l'organisation de lignes de transport aérien militaire au Moyen-Orient - En octobre 1941, liaisons trimestrielles régulières de Damas vers le Caire, Karthoum, Fort-Lamy, Bangui, Brazzaville - En décembre 1942, liaison régulières par avions Lockheed avec Djibouti, Madagascar, Le Caire et Téhéran - Nommé Directeur des lignes Aériennes Militaires (LAM) - Condamné à la peine de mort et à la dégradation militaire pour trahison par le régime de Vichy, le 7 avril 1943 - Le 19 octobre 1943, réussit la 1ère liaison Damas-Moscou - En décembre 1944, accompagne le général de Gaulle à Moscou puis à Paris après la libération de la ville - Nommé Général de brigade, le 25 septembre 1944 - Trouve la mort, aux commandes d'un Lockheed appartenant au réseau central des transports aériens militaires, en effectuant la liaison Alger-Toulouse-Paris, le 30 décembre 1944 - Médaille de l'aéronautique à titre posthume, le 26 juin 1945.

* Citation à l'ordre de l'aéronautique de la 6ème armée en date du 18 mai 1917 : "Pilote remarquable de sang-froid et d'audace. Le 28 mars et le 24 avril, a attaqué deux avions ennemis et les a contraint à descendre désemparés."

* Citation à l'ordre de la 2ème armée en date du 10 septembre 1917 : "Le 9 août 1917, attaque avec succès un appareil ennemi défendu par des monoplaces. Le 20 août 1917, volontaire pour la destruction d'un Drachen, le tire à très courte distance et l'oblige à descendre au sol. Enfin le 22 août, attaque un avion allemand qui tombe dans ses lignes complétement désemparé."

* Citation à l'ordre de la 2ème armée en date du 17 décembre 1917 : "Le 1er novembre, attaque un biplace ennemi à très courte distance, a tué le mitrailleur et a poursuivi jusqu'à basse altitude l'appareil qui descendait dans ses lignes complétement désemparé."

* Citation à l'ordre de la 7ème armée en date du 8 mars 1918 : "Pilote d'une ardeur et d'un courage exeptionnels, animé du plus bel esprit d'offensive. Le 2 février 1918 a abattu un biplace ennemi."

* Citation à l'ordre de la 7ème armée en date du 20 mars 1918 : "Pilote d'élite, joignant à ses qualités d'adresse et d'intrépidité, le plus absolu mépris du danger. A remporté sa deuxième victoire en abattant un biplace ennemi."

* Citation à l'ordre de la 7ème armée en date du 27 mars 1918 : "Pilote de chasse remarqué. A attaqué et forcé à atterrir dans nos lignes un biplace ennemi (4ème avion abattu par ce pilote)."

* Citation à l'ordre de la 7ème armée en date du 3 avril 1918 : "Pilote de chasse hors ligne, d'un courage et d'un intrépidité exeptionnels. A remporté sa 5ème victoire en abattant un avion tombé en flammes dans ses lignes."

* Citation à l'ordre de la 3 ème armée en date du 19 juin 1918 : "Pilote, le 31 mai 1918, a abattu son 6ème avion ennemi."

Sgt François de Marmier - Né le 18 juin 1892 à Belfort - Fils de François de Marmier et de Marie Picaud - Domicilés à Gennevilliers - Engagé volontaire dans l'aérostation militaire à compter du 10 août 1910 - Brevet de pilote militaire n° 116 obtenu le 9 juin 1912 - Profession avant guerre Aviateur - Marié avec Marthe Wald - Domicilés 16, boulevard St-Denis à Paris (75) - Mobilisé dans l'aéronautique militaire, le 1er août 1914 - Pilote de l'escadrille VB 105 du 13 mars au 15 avril 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 1er avril 1915 - Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 19 avril 1915 - Croix de Guerre - Grièvement blessé par une éclat d'obus de DCA qui lui sectionne le pied gauche pendant une mission de bombardement sur Ostende, le 15 avril 1915 - Hospitalisé à l'hôpital de Zuydcoote, puis convalescence jusqu'au 13 décembre 1915 - Affecté au STA pour le convoyage des avions du 6 février au 17 mars 1916 - Détaché auprès de l'armée navale anglaise pour le convoyage d'avions au front (Sopwith) du 17 mars au 5 juin 1916 - RGA comme pilote convoyeur à compter du 5 juin 1916 - GDE du 5 juin au 20 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 112 du 20 juillet au 20 novembre 1916 - Nommé Sous-lieutenant du 24 octobre 1916 - Une victoire homologuée contre un avion abattu dans les environs de la côte du Poivre, le 23 septembre 1916 - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée - Tué au cours d'une collision au sol entre le Nieuport 17 qu'il pilotait et un Farman F 42 de la F 215 sur le terrain de Morlancourt, le 20 novembre 1916 - Photo La Guerre Aérienne Illustrée mise en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

* Médaille Militaire avec une citation à l'ordre de l'armée : "Pilote remarquable, courageux et plein d'allant, d'une habileté et d'une audace exceptionnelles. A exécuté plus de 100 missions aériennes, dont 27 bombardements. A livré de nombreux combats, contraingnant chaque fois les avions ennemis à la fuite. Le 23 septembre 1916, a mitraillé de très près un appareil allemand qui s'est écrasé au sol. Déjà deux fois cité à l'ordre."

Cne Gaston Camille Ludmann pendant sa période de commandement de l'escadrille V 29 - Né le 24 mai 1878 à Reims (51) - Fils de Paulin Ludmann et de Louise Vadin - Engagé à l'école spéciale de Saint-Cyr, le 1er octobre 1898 - 83ème Promotion de l'école de St-Cyr de 1898 à 1900 - Promotion "Marchand" - Affecté dans l'infanterie - Nommé Sous-lieutenant en octobre 1900 - Nommé Lieutenant en octobre 1902 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 juin 1910 - Brevet n° 255 de l'Aéroclub de France décerné, le 4 octobre 1910 - Brevet de pilote militaire n° 25 obtenu, le 10 août 1911 - Nommé Capitaine en avril 1912 - SFA à St-Cyr - Commandant du parc d'aviation d'armée de l'armée bleue des grandes manoeuvres du Poitou du 9 au 18 septembre 1912 - RGA à Tours - Domicilié 10 rue Oudinot à Paris (75) - Commandant de l'escadrille V 29 du XX décembre 1914 au XX mai 1915 - Commandant du GB 4 - Une citation à l'ordre de l'armée et Chevalier de la Légion d'Honneur, le 14 juillet 1915 - STAé - (IGEA) - Mission en Russie - Inspection en Orient - GAC à compter du 15 novembre 1918 - Nommé Chef de Bataillon en octobre 1916 - Nommé Colonel - Commandant du 32ème régiment d'aviation de Dijon-Longvic - Nommé Général de brigade aérienne (GBA), le 25 juin 1933 - Décédé en 1963 - Photo famille Ludmann

Ltt Victor Régnier - Pilote de l'escadrille N 112 du 3ème trimestre 1916 au 2 mai 1917 - 5 victoires aériennes homologuées du 9 septembre 1916 au 6 avril 1917 - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

Ltt Victor François Marie Alexis Régnier - Né le 21 février 1889 à Avignon - Fils d'Henri Régnier et de Charlotte Fermin - Profession avant guerre Propriétaire Viticulteur - Entré en service actif au 2ème régiment l'artillerie de montagne, le 1er octobre 1910 - Nommé sous-lieutenant, le 5 février 1915 à titre définitif - Blessé au combat, le 29 mai 1915 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 15 août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1944 obtenu à l'école d'aviation d'Avord, le 11 novembre 1915 - Pilote du GB 1 du 15 janvier 1916 au 2ème trimestre 1916 - Pilote de l'escadrille N 112 du 3ème trimestre 1916 au 2 mai 1917 - 5 victoires aériennes homologuées du 9 septembre 1916 au 6 avril 1917 - Détaché au GDE du 3 février au 16 juillet 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 1er mars 1917 - Croix de Guerre 14-18 avec 4 palmes de bronze et deux étoiles de vermeuil - 4 citations à l'ordre de l'armée en septembre 1916, octobre 1916, novembre 1916, 1er mars 1917 - 2 citations à l'ordre du régiment en décembre 1916 et avril 1917 - Nommé Lieutenant, le 5 mars 1917 - Chef pilote de l'école d'aviation militaire d'Istres jusqu'au 17 août 1918 - Grave accident aérien le 28 août 1918 - Hospitalisé à l'hôpital de Nice - Décédé le 11 mai 1966 - Les canons entrecroisés sont l'insigne personnel du pilote - Photo collection Bernard Klaeylé que je remercie pour son aide.

Adj Roger Louis Bontemps - Né le 7 mai 1893 à Paris (75) - Fils de René Bontemps et de Noémie Poignard - Domiciliés 6, rue Marcel Renault à Paris 17ème (75) - Classe 1913 - Recrutement du 6ème bureau de la Seine sous le matricule n° 1648 - Profession avant service militaire Mécanicien - Service militaire au 2ème groupe d'aviation, à compter du 26 novembre 1913 - Mécanicien de l'escadrille HF 7 / MF 7 / F 7 du (avant le 1er août 1914) au 29 septembre 1916 - Croix de guerre et citation à l'ordre de l'armée, le 26 septembre 1915 - Mécanicien affecté au Ltt Louis Mallet - Une citation à l'ordre du groupe, le 23 septembre 1914 - Il est affecté à la RGA, en compagnie du Ltt Louis Mallet qui devient pilote convoyeur - Mécanicien de la RGA du 29 septembre 1916 au 4 avril 1917 - Passé comme élève pilote de l'école d'aviation militaire, le 17 juin 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8220 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 26 août 1917 - Stage "Avions rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau - Pilote de l'escadrille N 112 / SPA 112 du 12 novembre 1917 au 6 avril 1919 - Nommé Sergent, le 5 avril 1918 - Nommé Adjudant, le 5 novembre 1918 - Affecté au dépôt de matériel aéronautique n° 1, le 6 avril 1919 - Sources : Pam - Liste brevets militaires - CCC HF 7 / MF 7 - CCC N 112 / SPA 112 - Dernière mise à jour : 24 décembre 2015 - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Caporal Maxime Leverrier - Né en 1892 - Brevet de pilote militaire n° 705 obtenu le 3 mars 1915 - Pilote de l'escadrille V 29 (VB 112) au XX avril au 16 mai 1915 - Pilote de l'escadrille VB 108 du 17 au 26 mai 1915, date de sa mort - Tué au combat, le 26 mai 1915 - Il faisait équipage avec le soldat Pierre Lattard, mitrailleur, qui a également perdu la vie.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Dès son arrivée au front s'est distingué dans des missions de bombardement exécutées dans des conditions particulièrement périlleuses tant en raison de l'atmosphère que de la canonnade violente dont il fut l'objet. Son avion a été vu tombant dans les lignes ennemies après un combat engagé contre deux avions ennemis."

Sergent Marcel Louis Auguste Montagne - Brevet de pilote militaire n° 4790 obtenu à l’école d’aviation militaire de Buc, le 17 octobre 1916 - Licence FAI n° 8678 décernée par l'Aéroclub de France - Pilote de l’escadrille N 112 / SPA 112 du 11 mars au 17 octobre 1917 - Nommé Sergent, le 25 avril 1917 - Tué en combat aérien, aux commandes d’un SPAD VII, dans les environs d’Ivoiry, à l’Est de Montfaucon d’Argonne (Meuse), le 17 octobre 1917 - Son adversaire était probablement le Ltn Heinrich Kuett du Jasta 23b (sa 1ère victoire homologuée) - Photo collection Ronan Furic que je remercie pour son aide.

 

Les avions

Voisin LA qui vient d'être réceptionné par l'escadrille V 29 (c'est marqué dessus à la craie) en 1915 - Photo collection Didier Reboul transmise par Pierre-François Mary que je remercie pour leur aide.

MdL Victor "Azit" Pasco, ingénieur constructeur d'hydroaéroplane avant guerre, pose à côté d'un Voisin LA de l'escadrille V 29 en 1915 - Ce sous-officier a été tué au combat, le 9 août 1915 - Il faisait équipage avec le Sgt Philippe Toureille - Photo collection Didier Reboul transmise par Pierre-François Mary que je remercie pour leur aide.

Voisin LA de l'escadrille V 29 stationné sur le terrain de Bryas, à proximité de la ferme abbaye de Neuville, pendant l'hiver 1915 - La V 29 a stationné sur ce terrain du 21 janvier au 29 mai 1915 - Le pilote posant sur la photo est le MdL Victor "Azit" Pasco - Photo collection Didier Reboul transmise par Pierre-François Mary que je remercie pour leur aide.

Voisin LAS de l'équipage MdL Louis Pasco (pilote) et Sgt Philippe Toureille (bonbardier/mitrailleur) abattu dans les environs de Sarrebruck (Allemagne), le 8 août 1915 - Les deux aviateurs français ont été tués - Leurs adversaires étaient probablement le Ltn Kurt Wintgens du FFA 48 ou l'équipage du Ltn Pherdron et Ltn Von Sprunner - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Alignement des Voisin LA de l'escadrille V 29 sur le terrain de la ferme abbaye de Neuville, près de Bryas en avril-mai 1915 - La V 29 a stationné sur ce terrain du 21 janvier au 29 mai 1915 - Photo collection Didier Reboul transmise par Pierre-François Mary que je remercie pour leur aide.

Voisin LA de l'équipage Ltt Jules de Beaudiez / Cal Brémand touché au cours d'un combat aérien par un avion du FAA 25, le 10 octobre 1915 - Le pilote a été contraint de poser son avion en zone occupée par les Allemands - Les deux membres d'équipage ont été faits prisonniers - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Accident mortel du Sgt Joseph Pingray sur Breguet, le 1er mars 1916 - Après une vrille non reprise et une chute de 1000 mètres, son avion s'est écrasé en s'embrasant au lieu dit "Buisson Leroy" sur la commune d'Ermenonville - Le pilote a été tué sur le coup - Quarante-cinq minutes après l'accident, les débris brûlent troujours - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.
* Sgt Joseph Claude François Pingray - Né le 15 octobre 1891 à Béziers (Hérault) - Domicilié 67 avenue de Bédarieux à Béziers - Profession avant guerre Ingénieur chimiste - Mobilisé au 81ème régiment d'infanterie à compter du 16 octobre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 1128 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 29 juin 1915 - Pilote de l'escadrille VB 112 du 13 août 1915 au 1er mars 1916 - Tué au cours d'un accident aérien au lieu dit "Buisson Leroy" sur la commune d'Ermenonville, le 1er mars 1916 - A cette époque, il était détaché au GDE du Plessis-Belleville.

Les débris du Breguet piloté par le Sgt Joseph Pingray une heure après l'accident, le 1er mars 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

La levée du corps du Sgt Joseph Pingray tué au lieu dit "Buisson Leroy" sur la commune d'Ermenonville, le 1er mars 1916 - Il a été enveloppé dans l'entoilage d'une aile de son appareil - Les moyens du bord car pas de service de santé sur place, ni de moyens pour évacuer l'infortuné pilote - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Un exemplaire du Nieuport XV qui aurait dû équiper les escadrilles VB 102 - VB 103 - VB 112 - Cependant ce modèle ne répondait pas aux cahiers des charges imposé par l'état-major de l'aéronautique militaire et fut rejeté - Les unités en attente furent équipées de Nieuport 11 et 16 et devinrent escadrilles de chasse - Photo collection CAEA que je remercie pour son aide.

SPAD VII de l'escadrille N 112 ou SPA 112 - Cet avion est décoré, en plus des bandes d'identification de l'unité, deux bandes rouges, d'une étoile, insigne personnel du pilote - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 baptisé "Diablotin" du Brigadier Carroll Dana Winslow, pilote de l'escadrille N 112 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.
* Brigadier Carroll Dana Winslow - Né le 30 mai 1889 à New-York (USA) - Fils de Francès Winslow et de Ema Carroll - Profession avant guerre Financier - Engagé comme élève pilote au 1er groupe d'aviation de Dijon, le 1er octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2940 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 13 mars 1916 - Stages aux écoles d'aviation militaire de Chartres et de Châteauroux - Pilote de l'escadrille MF 44 du 10 juin 1916 au 16 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 112 du 27 mars au 1er mai 1917 - Libéré de ses obligations militaires par décision n° 10618 en date du 15 mai 1917 - GDE du 17 mai 1917 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Nieuport 17 n° 2779 baptisé "René" et "R" piloté par le Sgt Marcel Carré, pilote de l'escadrille N 112 - Cet avion a été capturé par les Allemands, après son atterrissage sur le terrain allemand de Leffincourt, le 12 avril 1917 - Leffincourt était occupé à l'époque par les avions du Jasta 9 - Nous ne connaissons pas la cause de cet atterrissage chez l'ennemi, soit une erreur du pilote qui a cru se poser chez les français, panne de l'avion ou touché au cours d'un combat - Le 20 mai 1917 , le Ltn Hermann Pfeiffer, un As du Jasta 9 s'est tué en testant cet avion - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.
* MdL Marcel Louis Carré - Né le 1er septembre 1891 à Gentilly - Fils de Lucien Carré et de Léontine Lenormand - Appelé (service militaire) au 8ème régiment d'artillerie de Campagne, le 1er octobre 1912 - Profession avant guerre Vendeur d'automobiles - Mobilisé au 8ème régiment d'artillerie de Campagne - Passé à l'aviation comme mécanicien, le 1er juin 1915 - Parc du GB 104 jusqu'au 7 octobre 1915 - Bombardier de l'escadrille VB 111 du 7 octobre au 29 novembre 1915 - Passé mitrailleur après un stage à l'école du tir aérien à Cazaux du 28 janvier au 1er mars 1916 - RGAé - Mitrailleur de l'escadrille C 39 du du 13 mars au 14 mars 1916 - Parc aéronautique n° 1 du 14 mars au 15 mars 1916 - Mitrailleur de l'escadrille N 12 du 15 mars au 15 juin 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4427 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 6 septembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage du tir aérien à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Ecole (Voltige et tie aérien théorique) à l'école d'aviation militaire de Pau - Pilote de l'escadrille N 112 du 12 mars au 12 avril 1917, date de sa capture par les Allemands - Fait prisonnier, aux commandes du Nieuport 17 n° 2779, sur le terrain de Leffincourt, le 12 avril 1917 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre du régiment.

Les avions

Deux SPAD VII de l'escadrille N 112 - Seul l'avion dans le hangar porte un insigne personnel peint sur le dos et peut-être sur le fuselage - L'autre appareil, encore vierge d'un marquage individuel, n'a pas encore été attribué à un pilote - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

SPAD VII n° 1200 piloté par l'Adc Georges Chemet, posé dans les lignes allemandes dans les environs de Bétheniville (Marne), le 12 avril 1917 - Son adversaire était probablement le Ltn Hartmut Baldamus, l'As du Jasta 9 (17ème victoire) - Ce avion porte, entre plus des bandes rouges marques de l'escadrille 112, un superbe dragon, emblème personnel de l'Adc Georges Chemet - Voir le détail des marquages dans la rubrique insignes personnels en haut de cette page - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

SPAD VII n° 1200 piloté par l'Adc Georges Chemet, posé dans les lignes allemandes après un combat aérien dans les environs de Bétheniville (Marne), le 12 avril 1917 - Le dragon, emblème personnel du pilote, est nettement visible - Son adversaire était probablement le Ltn Hartmut Baldamus, l'As du Jasta 9 (17ème victoire) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Archives Municipales de Saint-Quentin transmise par M. Frédéric Pillet, Chargé d'études documentaires de cette ville, que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

SPAD VII n° 1200 piloté par l'Adc Georges Chemet, posé dans les lignes allemandes dans les environs de Bétheniville (Marne), le 12 avril 1917 - Son adversaire était probablement le Ltn Hartmut Baldamus, l'As du Jasta 9 (17ème victoire) - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

SPAD VII des escadrilles SPA 112 et SPA 78 sur le terrain allemand du Chatelet-sur-Retourne (Ardennes) en 1917 - Ces deux avions ont été capturés intacts après que leurs pilotes, touchés en combat aérien, ne se soient posés dans les lignes allemandes et ont été faits prisonniers - Au centre, le SPAD VII n° 1200 de l'Adc Georges Chemet, posé dans les lignes allemandes dans les environs de Bétheniville (Marne), le 12 avril 1917 - Sur la photo en gros plan, on aperçoit le superbe dragon, emblème personnel de l'Adc Georges Chemet, peint sur le fuselage - à droite, un AEG C IV et finalement le SPAD VII du Cal Marcel Egret, pilote de l'escadrille N 78, capturé près de Moronvillers, le 26 avril 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Reiner Absmeier que je remercie pour son aide.

Gros plan des SPAD VII n° 1200 de l'Adc Georges Chemet de l'escadrille N 112, posé dans les lignes allemandes dans les environs de Bétheniville (Marne), le 12 avril 1917 et du SPAD VII du Cal Marcel Egret de l'escadrille N 78 capturé près de Moronvillers (Marne), le 26 avril 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Reiner Absmeier que je remercie pour son aide.

Le SPAD VII n° 1200 a été transféré pour essais et repeint aux couleurs allemandes - Il a été capturé, le 12 avril 1917, après que son pilote, l'Adc Georges Chemet, ait été contraint de poser son appareil dans une zone occupée par l'ennemi, dans les environs de Bétheniville (Marne) - Les cocardes tricolores ainsi que les bandes de fuselage et l'insigne personnel ont été occultés - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Albin Denis.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

SPAD VII n° 1838 ou 1858 codé "7" de l'escadrille N 112 abattu par les Allemands en octobre 1917- En octobre 1917, un seul pilote de la N 112 a été tué au combat, il s'agit du Sgt Marcel Montagne, qui a été tué en combat aérien, aux commandes d'un SPAD VII, dans les environs d’Ivoiry, à l’Est de Montfaucon d’Argonne (Meuse), le 17 octobre 1917 - Son adversaire était probablement le Ltn Heinrich Kuett du Jasta 23b - Montagne a été comptabilisé comme sa 1ère victoire homologuée - Photo Ebay Allemagne.

Le SPAD VII n° 1838 ou 1858 codé "7" du Sgt Marcel Fontaine de l'escadrille N 112 abattu par les Allemands dans les environs d’Ivoiry, à l’Est de Montfaucon d’Argonne (Meuse), le 17 octobre 1917, a été retourné - On voit qu'il a été victime des chasseurs de souvenirs, ses cocardes et insignes ont été découpés - Les Allemands du secteur ont aménagé un abri sous l'avion, pensant probablement que l'artillerie française ne prendrait pas cet avion comme cible - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Archives Municipales de Saint-Quentin transmise par M. Frédéric Pillet, Chargé d'études documentaires de cette ville, que je remercie pour son aide.

Le SPAD VII n° 497, piloté par le MdL Fernand Vernaudon, a été capturé, le 1er novembre 1917 - Le pilote, grièvement blessé au cours d'un combat aérien, a posé son avion dans les environs de Sivry (Meuse) et est décédé des suites de ses blessures, le même jour - Son adversaire était probablement le Ltn Rudolf Windisch du Jasta 32 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

MdL Fernand Vernaudon, grièvement blessé au cours d'un combat aérien contre le Ltn Rudolf Windisch du Jasta 32, a posé son SPAD VII n° 497 dans les environs de Sivry (Meuse), le 1er novembre 1917 - Il est décédé des suites de ses blessures, le même jour - Les soldats allemands venus en curieux posent avec leur trophée - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

Le SPAD VII n° 2018 de l'Adj Georges Bourdet a été abattu lors d'un combat aérien, à l'Est d'Herleville (Somme), le 3 janvier 1918 - Ses adversaires étaient probablement les Ltn Von Seelen et Ltn Quentin du FlAbt 257 - Le corps du pilote français n'a pas encore été évacué et est visible au premier plan - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Rainer Absmeier que je remercie pour son aide.

 

Couleurs des avions

SPAD XII Canon partagé entre les adjudants Fernand Chavannes et Lionel De Marmier en 1918 - Ces deux pilotes ont respectivement remporté sept et huit victoires homologuées pendant la Grande Guerre - Les deux initiales entremêlées des deux aviateurs constituent l'insigne personnel peint sur les flancs de l'appareil - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

Couleurs des avions

SPAD XIII de l'Adj Fernand Chavannes en 1918 - Il a été pilote de l'escadrille N 112 / SPA 112 du 24 avril 1917 au 1er novembre 1918 - Entre temps, il a obtenu sept victoires homologuées - Son avion portait une superbe araignée sur dos - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Couleurs des avions

Couleurs des avions

Une superbe maquette du SPAD XIII de l'Adj Fernand Chavannes en 1918 - Elle présente une superbe araignée qui couvrait le dos de son appareil et dont les pattes descendaient sur les flancs - Quand j'ai reçu ces photos, je n'ai pas relevé le nom de son auteur - S'il se reconnait, qu'il veuille bien prendre contact avec l'auteur du site.

 

Terrains d'aviation

Terrain de la ferme-abbaye de Neuville, près de Bryas (62) - L'escadrille V 29 a stationné sur ce terrain du 21 janvier au 29 mai 1915 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Didier Reboul transmise par Pierre-François Mary que je remercie pour leur aide.

Terrains d'aviation

Terrain de la ferme-abbaye de Neuville, près de Bryas (62) en 2013 - Photo Google Earth.

 

 

 

Documents en rapport

Carte d'identité de pilote d'avion n° 1141 du Sgt Paul de Marmier - Photo La guerre aérienne illustrée.
* Adj Paul René de Marmier - Né le 3 septembre 1893 à Belfort (90) - Promotion 1910-1913 de l'école des Arts et Métiers - Fils de François Raynald de Marmier et de Marie Picaud - Service militaire au 1er groupe d'aviation, à compter du 1er décembre 1913 - Brevet de pilote militaire n° 766 obtenu le 1er avril 1915 - Pilote de l'escadrille VB 110 du 6 avril 1915 au 4ème trimestre 1915 - RGA jusqu'au 11 juin 1916 - Nommé Caporal, le 24 avril 1915 - Pilote de l'escadrille N 65 du 11 juin au 20 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille N 112 du 20 juillet au 20 novembre 1916 - Tué au retour d'une mission, au cours d'un accident aérien sur le terrain de Morlancourt (Somme), le 20 novembre 1916. Son Nieuport 17 est entré en collision avec un Farman F 42 de l'escadrille F 215 - Les deux membres d'équipage de cet avion, le Ltt Henri Janet (pilote) et le Sgt Maurice Padovani (mitrailleur) ont été tués.

* Citation à l'ordre du groupe de bombardement en juin 1915 : "En allant bombarder la gare de Busigny, a reçu, en passant les lignes, quatre éclats d’obus dans son appareil - N’a cependant fait demi-tour, qu’après avoir trouvé un autre objectif et y avoir lancé tous ses projectiles."

* Citation à l'ordre du groupe en date du 10 octobre 1915 : "A livré combat à un avion ennemi dans des circonstances particulièrement difficiles et l’a contraint à la retraite."

* Citation à l'ordre de l'armée en date du 20 novembre 1915 : "Pilote de grande valeur, énergique et résolu - A participé à tous les bombardements du Groupe à grande distance, ramenant souvent son avion criblé d’éclats."

* Citation à l'ordre de l'armée à titre posthume, en date du 12 mai 1921 : "D’une habileté et d’une audace exceptionnelles. A trouvé la mort dans une collision d’avions, au retour d’une patrouille de chasse."

Documents en rapport

 

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe de l'Adj Marcel Auguste Renaux - Né le 5 août 1893 à Constantine (Algérie) - Fils d'Antoine Renaux et de Marie Jame - Domiciliés 4, rue Michelet à Nice (06) - Profession avant guerre Chauffeur d'automobile et Mécanicien - Mobilisé dans l'aéronautique militaire au 2ème groupe d'aviation comme conducteur automobile, le 25 août 1914 - Affecté comme conducteur automobile au 1er groupe d'aviation - Conducteur automobile de l'escadrille C 17 du 6 décembre 1914 au 23 avril 1915 - En mission à Lyon-Bron du 26 au 30 janvier 1915 - Affecté comme conducteur automobile au Parc n° 2 de la VIème armée à compter du 23 avril 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2401 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 16 janvier 1916 - Nommé Caporal, le 21 janvier 1916 - Stage "Avions Rapides" à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 15 mars 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux à compter du 20 mai 1916 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, à compter du 16 juin 1916 - GDE du 30 juillet au 2 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 112 du 2 septembre 1916 au 5 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 86 / SPA 86 du 7 avril 1917 au 6 janvier 1918 - Un convoyage avion au RGA du Bourget du 12 au 14 avril 1917 - Nommé Adjudant, le 4ème trimestre 1917 - Pilote de l'escadrille SPAbi 442 du 6 janvier au 11 mai 1918 - Grièvement blessé au cours d'un accident aérien sur le terrain de Meyzieu, le 9 mai 1918 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital Desgenettes de Lyon (69), le 11 mai 1918 - Médaille Militaire - Croix de Guerre avec 5 citations - Marcel Renaux repose dans le carré militaire du cimetière Caucade de Nice - Photo Claude Dannau que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Cne René Etienne Itier - Né le 22 mars 1888 à Pont-à-Mousson (54) - Engagé au 20ème bataillon de Chasseurs à compter du 9 janvier 1907 - Affecté au 79ème régiment d'infanterie - Une citation à l'ordre de l'armée, le 30 novembre 1914 - Affecté au 2ème bataillon de Chasseurs à pied - Brevet de pilote militaire n° 1520 obtenu, le 9 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille SPA 112 du 3 décembre 1917 au 13 mars 1918 - Décédé des suites d'une collision aérienne, aux commandes d'un SPAD XIII, avec un Sopwith 1A2 de l'escadrille SOP 278, dans les environs de Bas-Evette (90), le 13 mars 1918 - Il effectuait un exercice de combat aérien au Nord-Est de Bas-Evette - Les deux membres d'équipage de la SOP 278, les Caporal Charles Dugay et 2Lnt Richard L. Whitner (USA) ont été tués - René Itier repose dans le cimetière militaire du Glacis du Château de Belfort (90) - Photo Patrice Pruniaux que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Bernard Duprat pour l'envoi de la photo de l'Adj Dominique Chazard.
- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Bernard Klaeylé pour l'envoi de la photo du Ltt Victor Régnier.
- M. David Méchin pour l'envoi des profils des avions de l'aéronautique militaire.
- M. Ronan Furic pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Patrice Pruniaux pour l'envoi des photos des cimetières de Belfort.
- M. Didier Reboul pour la transmission des photos d'Azil Pasco.
- M. Jean-Pierre Amigues pour la communication des archives de Jean Amigues, son grand-père.
- M. Claude Dannau pour l'envoi des photos de la tombe de l'Adj Marcel Renaux.
- M. Frédéric Pillet, chargé d'études documentaires de la ville de St-Quentin, pour l'envoi de la photo du SPAD VII du Sgt Fontaine.
- M. Eric Tardy pour l'envoi des archives de Marcel Montagne, son grand-oncle.
- M. Rainer Absmeier pour l'envoi des photos de sa collection.

Bibliographie :

- Les lignes aériennes militaire 1941-1944 - Lionel de Marmier 1897-1944 - Icare n° 102 du 3ème trimestre 1982.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Base de données "Léonore" - Dossiers nominatifs des personnes nommées dans l'ordre de la Légion d'Honneur.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- La Guerre Aérienne Illustrée et La Vie Aérienne Illustrée de Jacques Mortane.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 111 Escadrille 113

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir