Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Le coq représenté de profil sur une bombe, posé sur un disque bleu - Dessin Albin Denis.

La version minimaliste de l'insigne du coq - L'oiseau et la bombe sont peints en noir sans détails, l'ensemble étant posé sur un disque blanc avec ou sans bordure noire - Ce modèle était beaucoup plus facile à peindre sur les avions, avec un pochoir, que l'autre insigne dont les détails faisaient penser à un insigne de temps de paix - Dessin Albin Denis d'après photo.

Découpe de fuselage

Découpe de fuselage d'un Breguet 14 B2 de l'escadrille BR 117 - Remarquez la profusion de détails du dessin - La croix de fer marque l'impact d'un projectile allemand - A l'époque, dans certaines unités, les voiliers cousaient ce type de marquage pour boucher les impacts de projectiles ennemis qui touchaient les avions de leur unité - Cette pièce appartient aux collections du Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - Photo Marie-Jo Marchal que je remercie pour son aide.

Insigne métallique
de l'escadrille BR 117

Insigne en argent découpé de l'escadrille BR 117 - Fixation par deux anneaux - Insigne collection Philippe Bartlett que je remercie pour son aide.

Autre insigne de la BR 117 époque 1ère guerre mondiale - Il s'agit d'une fabrication locale par un mécanicien - Je n'ai pas noté l'origine de cet insigne - Si son propriétaire se reconnait, qu'il veuille bien prendre contact avec l'auteur du site.

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 117 consistait en un coq dessiné de profil, debout sur une bombe posé sur un cercle à fond bleu. L'origine de cet insigne n'est pas connu de l'auteur du site. Si un lecteur peut donner la genèse de cet emblème, qu'il veuille bien me contacter.

 

 

Historique

 

A venir.

 

 

1er régiment de bombardement de jour
de Metz-Frescaty

Fanions des escadrilles formant le 1er régiment d'aviation de bombardement de jour stationné à Metz-Frescaty du 1er janvier au 1er août 1920 - Au centre, le portrait du Cdt Joseph Vuillemin, commandant du 1er RB - Au-dessus de son portrait, l'insigne de l'escadre de bombardement n° 12 généralement associé à une bombe - Dans le sens des aiguilles d'une montre, en partant du haut à droite, les fanions des escadrilles BR 66 - R XI 239 - BR 111 - R XI 240 - BR 123 - BR 117 - BR 129 - BR 127 - BR 29 - BR 120 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Delcampe.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 52ème escadrille du Levant, valable pour la période allant du 1er juin 1920 au 1er octobre 1923 - Le cercle a été remplacé par un croissant, que l'on retrouve sur de nombreux insignes d'unités en service au Levant - Insigne collection Philippe Bartlett que je remercie pour son aide.

Insigne de la 1ère escadrille du 39ème RAO stationnée à Rayack (Syrie) - Cette unité a volé sur Breguet 14A2, puis Potez 25 TOE - Cet insigne est valable pour la période allant du 1er octobre 1923 au 1er octobre 1933 - Fixation par deux anneaux - Photo Ebay France.

Insigne de la 1ère escadrille du GO I/39 - Période 1937 à 1938 - Fabrication Augis - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille BR 117

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 1ère escadrille du GB I/39 - Période 1938 à 1941 - Photo Ebay France.

Insigne du GB I/39 - Période allant du 15 avril 1940 au 1er août 1941 - Fixation par une épingle - Fabrication locale peinte - Photo Ebay France.

Insigne de la 1ère escadrille de l'ET 88 "Larzac" stationné sur la base aérienne 188 de Djibouti - Insigne fabrication Boussemart Promodis de 2014 - Insigne homologuée au SHD du château de Vincennes sous le n° 1430 - Insigne collection Jean-René Bottelin que je remercie pour son aide.

 

Appellations successives

 

Lieux de stationnements

 

Carte des différents stationnements

 

 

 

Commandants

 

 

Rattachements

 

 

Personnels

 

Avions utilisés

 

Relevés quantitatifs et
numéros avions

 

Décorations

 

Citations

Comprise dans la citation collective ci-après, l'escadre de bombardement de jour comprenant le GB 5 (escadrilles BR 117, BR 120, BR 127), le GB 6 (BR 66, BR 108, BR 111) et le GB 9 (BR 29, BR 123, BR 129) : "Entraînée par l'exemple magnifique de son commandant, le chef d'escadron Vuillemin, et de ses chefs de groupe, les capitaines Petit, de la Morlas, de la Vergne, constitue par son entrain et son audace une unité d'aviation redoutable. A maintes fois fait sentir à l'ennemi la valeur de son esprit offensif en le mitraillant et le bombardant près du sol. Du 27 mars au 27 mai, est intervenue dans la bataille de Picardie, lancant 132 tonnes de projectiles. Du 29 mai au 9 juin, a participé aux opérations entre Aisne et Marne, lançant plus de 191 tonnes de projectiles. S'est distingué particulièrement le 4 juin en arrêtant dans son germe une attaque allemande, par le bombardement en masse des troupes ennemies rassemblées en vue de l'action dans le ravin de la Savière. depuis le 15 juillet, a contribué pussamment à rendre très difficile à l'ennemi le passage de la Marne, lui coupant les passerelles par ses bombes; a vigoureusement poursuivi les troupes allemandes dans leur repli, lançant 147 tonnes de projectiles. Au cours de ces diverses opérations, a abattu 43 avions ennemis qui cherchaient à lui barrer la route de ses objectifs." (ordre du 19 septembre 1918)

 

Victoires

 

 

Palmarès

 

 

Morts et blessés

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Total des pertes

 

Les hommes

1st Ltn Mandershon Lehr - Né le 5 juillet 1895 à Petersburg Nebraska (USA) - Fils d'Henri Lehr et de Anna Nurfod - Profession avant guerre Etudiant - Engagé au 1er régiment de la Légion Etrangère au titre des troupes d'aviation, le 11 juin 1917 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 12 juin 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8441 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 8 septembre 1917 - Nommé Caporal, le 8 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille BR 117 du 18 novembre 1917 au 15 juillet 1918, date de sa mort - Tué au combat, aux commandes d'un Breguet 14 B2, le 15 juillet 1918 - Avion posé en campagne par l'observateur, le Slt Carles, qui a été blessé dans l'accident - Leur adversaire était probablement le Vfw Erich Buder du Jasta 26 (sa 4ème victoire) - Croix de Guerre 14-18 avec une palme et une étoile - Repose au Mémorial de l'escadrille La Fayette, à Marnes-la-Coquette depuis le 23 octobre 1963 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Sgt Charles Wayne Kerwood - Né le 1er août 1892 à Bryn Mawr Pennylvanie (USA) - Fils de Scarsdale Herwood et de Mary Burden - Engagé au 1er régiment de la Légion étrangère au titre de l'aéronautique, le 22 février 1917 - Ecole d'aviation militaire d'Avord du 25 février au 18 novembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8257 obtenu sur avion Caudron G III à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 27 août 1917 - Pilote de l'escadrille BR 117 du 21 novembre 1917 au 31 mars 1918 - Nommé Caporal, le 27 août 1917 - Fait prisonnier au cours d'une mission dans les environs de Montdidier, le 31 mars 1918 - Le mitrailleur, Sgt René Biot, qui faisait équipage avec lui, a également été fait prisonnier - Leur adversaire était probablement le Ltn Hans Kürner du Jasta 19 (sa 4ème victoire) - Kerwood est resté captif jusqu'à l'armistice malgré une tentative d'évasion pendant laquelle il est été blessé - Croix de Guerre - Décédé le 14 décembre 1976 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Une citation à l'ordre de l'escadre 12 : Sgt Charles Wayne Kerwood, pilote de l'escadrille BR 117 : "Très bon pilote, audacieux et courageux. Citoyen américain, engagé volontaire dans la Légion. S'est souvent distingué au cours de missions difficiles, notamment dans la journée du 5 février 1918, au cours d'une mission lointaine."

 

Photo du Ltt Albert Richet

Ltt Albert Richet - Né le 10 décembre 1888 à Paris 7ème (75) - Fils de Charles Richet (médecin) et d'Amélie Aubry - Profession avant guerre Ingénieur (pilote d'essai chez Breguet) - Classe 1908 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous la matricule n° 621 - Entré en service actif en octobre 1908 au 39ème régiment d'infanterie - Passé au 1er groupe d'aérostation - Brevet de pilote militaire n° 668 en date du 29 janvier 1915 - Pilote de l'escadrille V 21 bis (future SAL 50) du XX février au 9 mars 1915 - Pilote de l'escadrille MF 22 du 9 mars 1915 au (2ème trimestre 1915) - Nommé Caporal, le 23 mars 1915 - Affecté à la 31ème section d'aviation du (2ème trimestre) 1915 au 5 septembre 1915 - Affecté à l'escadrille 2 DE (2ème division de l'escadre Breguet-Michelin) au 5 septembre 1915 au 5 février 1916 - Stage à Chalais-Meudon - Pilote de l'escadrille BM 117 du 5 février 1916 au XX septembre 1916 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, et affecté au 92ème régiment d'infanterie, le 1er mai 1916 - Commandant de l'escadrille BR 117 du XX septembre 1916 au 29 août 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 15 août 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1917 - Tué au cours d'une mission de bombardement, dans les environs de Brancourt et d'Anizy-le-Château, le 29 août 1918 - Repose, en compagnie de son mitrailleur, le Sgt Henri Lods, dans une tombe collective en plein champ sur le territoire de la commune de Pinon, proche d'Anizy-le-Château (Aisne) - Sources : Pam - MpF - LO - JORF - Liste de brevets militaires - CCC escadrille BR 117 - CCC escadrille MF 22 - CCC escadrille 2 Bregeut-Michelin - JMO de la Division Aérienne - Dernière mise à jour : 19 juin 2016.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Ltt Albert Richet, pilote à l'escadrille BM 117, en date du 15 août 1917 : "Commandant d'escadrille de haute valeur, pilote de tout premier ordre. A exécuté 50 bombardements de jour et du nuit, lançant à lui seul de 8500 kilos d'explosifs sur l'ennemi, donnant en toutes circonstances l'exemple et ne rentrant jamais sans accomplir sa mission. A, pendant la nuit du 6 au 7 juillet 1917, mené à bien un raid comportant un parcours de plus de 400 kilomètres dans les lignes ennemies. Déjà deux fois cité à l'ordre."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Albert Richet, pilote à l'escadrille BR 117 (GB 6), en date du 10 octobre 1917 : "Chef d'escadrille ayant un allant remarquable. Quarante et un bombardements, dont plusieurs à très grande distance. Vient encore de se distinguer en exécutant de nuit, dans des circonstances difficiles, un raid de représailles comportant un parcours en territoire ennemi."

 

Photo du Sgt Marcel Lods

Sgt Marcel Emile Lods - Né le 21 novembre 1889 à Chenebier (Haute-Saône) - Fils d'Emile Lods et de Marie Mettey - Profession avant guerre Mécanicien ajusteur - Classe 1909 - Recrutement de Vesoul (Haute-Saône) sous le matricule n° 1177 - Service militaire au 23ème régiment d'infanterie, à compter du 4 octobre 1910 - Nommé Caporal, le 4 septembre 1911 - Envoyé dans la disponibilité, le 25 septembre 1912 - Classé Service Auxiliaire à la 5ème section de chemin de fer de campagne comme employé permanent de la compagnie des chemins de fer du Nord du 3 juillet 1913 au 6 juillet 1914 - Classé Service Auxiliaire à la 6ème section de chemin de fer de campagne comme employé permanent de la compagnie des chemins de fer de l'Est du 1er août 1914 au 3 avril 1915 - Affecté au 42ème régiment d'infanterie, à compter du 20 avril 1915 - Blessé par une balle au cou à Quennevières, le 16 juin 1915 - Croix de Guerre et citation à l'ordre du 42ème régiment d'infanterie, en date du 16 juin 1915 - Blessé par éclat d'obus aux deux jambes, au fort de Vaux (Meuse), le 27 février 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme mitrailleur, à compter du 31 juillet 1917 - Certifié mitrailleur à l'école du tir de Cazaux, le 10 novembre 1917 - Stage de bombardement à l'école d'aviation militaire du Crotoy du 8 janvier au 7 février 1918 - Bombardier / mitrailleur de l'escadrille BR 117 au 7 février au 29 août 1918 - Nommé Sergent, le 11 avril 1918 - Tué au cours d'une mission de bombardement, dans les environs de Brancourt et d'Anizy-le-Château, le 29 août 1918 - Repose, en compagnie de son pilote, le Ltt Albert Richet, dans une tombe collective en plein champ sur le territoire de la commune de Pinon, proche d'Anizy-le-Château (Aisne) - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 4 janvier 1923 - Sources : Pam - CCC de l'escadrille BR 117 - FM du département de la Haute-Saône - MpF - Dernière mise à jour : 19 août 2017.

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Sgt Marcel Emile Lods, en date du 4 janvier 1923 : "Sous-officier d'une bravoure réputée. Tombé glorieusement pour la France, le 29 août 1918, près de Pasly, en faisant vaillamment son devoir. Croix de Guerre avec étoile d'argent."

Les hommes

Sgt Charles M. Kinsolving - Né le 19 janvier 1893 à Rio Grande do Sul à Washington DC (USA) - Fils de Lucien Kinsolving et Alice Brown - Engagé dans les ambulances américaines sur le front français - Engagé au 1er régiment de la Légion Etrangère au titre de l'aéronautique, le 17 juillet 1917 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 19 juillet 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8929 obtenu sur Caudron G III à l'école d'aviation militaire de Tours, le 26 septembre 1917 - Stage de perfectionnement sur Caudron G 4 à l'école d'aviation militaire de Tours jusqu'au 19 octobre 1917 - Nommé Caporal, le 3 novembre 1917 - GDE - Pilote de l'escadrille BR 117 du 21 novembre 1917 au 16 juin 1918- Nommé First Lieutenant, le 25 février 1918 - Nommé Instructeur à Clermont-Ferrant du 28 juin au 28 septembre 1918 - Commandant du 163rd Day Bombing Squadron du 30 septembre au 11 novembre 1918 - Croix de Guerre avec étoile - Décédé le 24 décembre 1984 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Slt Charles François Kaciterlin - Né le 5 mai 1890 à Paris - Fils de Charles Kaciterlin et de Césarine Dupuis - Service militaire au 8ème régiment d'artillerie, le 10 octobre 1910 - Profession avant guerre Négociant en Verrerie - Brevet de pilote militaire n° 1769 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 24 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille BM 119 du 15 février 1916 au 20 mars 1917 - Pilote de l'escadrille BR 117 du 20 mars 1917 au 11 août 1918 - Nommé sous-lieutenant pendant le 4ème trimestre 1917 - Tué au combat, en compagnie de l'Adc Albert Cambray (mitrailleur), dans les environs de Noyon (Oise), le 11 août 1918 - Leur adversaire était probablement le Gefr Felder du Jasta 19 (sa 1ère victoire) - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Asp Alexis Pierre Bourrier - Né le 16 Mai 1895 à Condat-en-Feniers (Cantal) - Fils de Pierre Sylvain Bourrier (propriétaire marchand) et de Marie Attilie Verdier - Dans ses jeunes années, il est mis en pension à Cherbourg - Ses parents faisaient le commerce de la toile - Ils l'achetaient l'été dans les fermes d'Auvergne où elle avait été tissée durant l'hiver, et passaient le reste de l'année à voyager pour la vendre un peu dans toute la France, mais particulièrement en Normandie où elle était très appréciée - C'est pourquoi ils avaient choisi Cherbourg, pour le voir de temps en temps - Après la mort de son père, survenue alors qu'il était âgé de 9 ans à peine, il a rejoint Clermont-Ferrand - Il est resté pensionnaire au lycée Massillon tout le reste de sa scolarité - Profession avant guerre Etudiant (bachelier) - Classe 1915 - Recrutement d'Aurillac (Cantal) sous le matricule n° 895 - Mobilisé au 98ème régiment d'Infanterie caserné à Aurillac, à compter du 16 décembre 1914 - Nommé Caporal, le 30 mars 1916 - Cassé de son grade pour manque d'énergie sur le champ de bataille, le 19 novembre 1916 - Nommé Caporal, le 14 août 1917 - Croix de Guerre avec étoile d'argent et citation à l'ordre de l'ID n° 81, en date du 10 septembre 1917 - Nommé Caporal fourrier, le 3 octobre 1917 - A accompli un stage pour observateurs en avion à l'école d'observation de Sommesous (Marne), le 10 mars 1918 - Elève aspirant du centre d'instruction de Saint-Maixent - Nommé Aspirant, le 25 avril 1918 - Observateur de l'escadrille BR 111 du 28 août 1918 au 29 avril 1919 - Détaché à l'escadrille R XI 240 du 2 au 11 septembre 1918 - En mission du 24 au 25 septembre 1918 - Citation à l'ordre de la 1ère division aérienne, en date du 6 décembre 1918 - Observateur de l'escadrille BR 117 du 29 avril au 22 septembre 1919 - Titularisé observateur en avion, le 4 juillet 1919 - A reçu l'insigne d'observateur n° 2922 - Nommé Sous-lieutenant, à titre temporaire, le 1er mai 1919 - Démobilisé, le 22 septembre 1919 - Domicilié à Condat (Cantal), à compter du 22 septembre 1919 - Affecté dans la réserve, au 1er régiment d'aviation de bombardement, le 22 juin 1920 - Affecté, dans la réserve, au 11ème régiment d'aviation, le 1er août 1920 - Nommé Sous-lieutenant, à titre définitif, le 10 décembre 1920 - Nommé Lieutenant de réserve, à titre définitif, le 10 février 1924 - Domicilié au 39, rue des Lois à Toulouse, à compter du 10 septembre 1926 - Marié avec Eugènie Jeanne Francine Campmas en mairie de Lyon 3ème (Rhône), le 20 février 1931 - A accompli une période d'exercices obligatoire au 11ème régiment d'aviation du 9 au 29 novembre 1932 - Affecté, dans la réserve, au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 9 août 1932 - Affecté au 5ème bataillon de l'air, le 1er avril 1933 - Cesse, sur sa demande, de faire partie du personnel navigant pour raisons de santée, le 10 octobre 1935 - A accompli un stage de six jours au bataillon de l'air n° 105 du 18 au 23 juillet 1938 - Affecté, dans la réserve, au bataillon de l'air n° 105, le 28 mars 1939 - Rappelé, par la mobilisation générale, le 2 septembre 1939 - Affecté à la commission de contrôle de la correspondance postale intérieure, le 2 septembre 1939 - Ré-affecté au bataillon de l'air n° 105, le 10 avril 1940 mais n'a pas réjoint car affecté au bataillon de l'air n° 117, le 8 avril 1940 - Décédé à Condat, le 31 juillet 1982 - Sources : Familliales - CCC de l'escadrille BR 111 - CCC de l'escadrille BR 117 - CCC de l'escadrille R XI 240 - Acte de naissance de la commune de Condat (Cantal) - Fiche matricule du département du Cantal - JORF - Dernière mise à jour : 6 juin 2017.

* Croix de Guerre avec étoile d'argent et citation à l'ordre de l'ID n° 81, en date du 10 septembre 1917 : "Le 20 août 1917, au cours de l'attaque, a commandé son escouade avec calme et sang-froid et a largement contribué à l'enlévement d'une mitrailleuse ennemie qui enrayait l'avance de sa section."

* Citation à l'ordre de la 1ère division aérienne de l'Asp Alexis Pierre Bourrier, observateur à l'escadrille BR 111, en date du 6 décembre 1918 : "Observateur d'un courage calme et réfléchi et d'une très grande adresse comme mitrailleur. Accomplit des missions avec une joyeuse humeur et une intelligence remarquable. Venant de l'infanterie, a exécuté ses premiers vols sur l'ennemi en protégeant bravement ses camarades sur avion triplace: dans une escadrille de bombardement, a mené à bien 19 missions audacieuses au cours desquelles il a recueilli des renseignements de la plus haute importance pour le commandement. Une citation."

 

Photo du Maître Pointeur
Georges Groulez

Maître pointeur Georges Désiré Groulez - Né le 27 mars 1876 à Marchiennes (Nord) - Fils d'Achille Groulez et de Philomène Tessin - Profession Tréfileur - Classe 1896 - Recrutement d'Angers (Maine-et-Loire) sous le matricule n° 197 - Incorporé au 33ème régiment d'artillerie, à compter du 16 novembre 1897 - Affecté au 2ème régiment d'artillerie de marine caserné à Brest, le 2 décembre 1898 - Nommé 2ème canonnier servant, le 2 décembre 1898 - Nommé 1er canonnier servant, le 16 mai 1899 - Fin de service militaire et envoyé dans la disponibilité, le 23 septembre 1900 - Passé dans la réserve, le 1er novembre 1900 - Domicilié rue de la gare à Marchiennes (Nord), à compter du 22 juin 1901 - Domicilié au 54, boulevard Sadi-Carnot à Graville (Seine-Maritime), à compter du 9 juin 1902 - Domicilié à Marchiennes (Nord), à compter du 30 octobre 1903 - A accompli une période d'exercices au 2ème régiment d'artillerie coloniale du 5 avril au 2 mai 1904 - Domicilé au 9, rue Pinel à Paris 13ème (75), à compter du 7 octobre 1905 - A accompli une période d'exercices au 2ème régiment d'artillerie coloniale du 22 mai au 18 juin 1906 - Passé dans l'armée territoriale, le 1er octobre 1910 - Domicilié à Tilloy-lez-Cambrai (Nord), à compter du 19 novembre 1910 - Domicilié au 9, rue Pinel à Paris 13ème (75), à compter du 25 mai 1911 - Domicilié à Sin-le-Noble (Nord), le 4 mars 1912 - A accompli une période d'exercices au 33ème régiment d'artillerie du 26 septembre au 4 octobre 1912 - Nommé Maître-pointeur, dans la réserve, le 1er avril 1914 - Domicilié au 10, place Pinel à Paris 13ème (75), à compter du 12 juin 1914 - Rappelé à l'activité au 33ème régiment d'artillerie par la mobilisation générale, le 1er août 1914 - N'a pas rejoint et a obtenu un sursis jusqu'au 14 décembre 1914 - A obtenu deux sursis d'appel jusqu'au 15 mars 1915 - Sursis d'appel annulé, le 2 février 1915 - Rejoint le 33ème régiment d'artillerie, le 1er avril 1915 - Affecté comme Maître-pointeur au 109ème régiment d'artillerie lourde, le 1er octobre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire, le 9 octobre 1915 - Rejoint l'école d'aviation militaire de Dijon, le 11 octobre 1915 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 7 janvier au 8 février 1916 - Rentré au dépôt du 1er groupe d'aviation de Dijon du 8 février au 9 mars 1916 - Mitrailleur d'une des trois escadrilles de la 2ème division de l'escadre Michelin du 9 mars au 1er juillet 1916 - Mitrailleur de l'escadrille BM 117 du 1er juillet 1916 au 19 décembre 1917 - Décédé des suites d'une diphtérie hypertoxique avec albuminerie et purpura à l'hôpital complémentaire n° 21 de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 19 septembre 1917 - Georges Groulez repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Sources : CCC de l'escadrille BM 117 - Fiche Matricule du département du Maine-et-Loire - MpF - Dernière mise à jour : 20 octobre 2017.

 

Les avions

Breguet XIV B2 n° 1346 de l'escadrille BR 117 capturés par les Allemands en 1918 - Il s'agit peut-être de l'avion du Sgt Charles Kerwood et du Sgt René Biot capturé le 31 mars 1918 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Préparation par les mécaniciens des Breguet XIV B 2 de l'escadrille BR 117 en juillet 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

 

Les équipages de la BR 117, avant de se mettre en tenue de vol et gagner leurs appareils, font un dernier briefing sur la mission de bombardement qu'ils vont réaliser - Comme les communications en vol n'étaient pas faciles, chacun des équipages se voit désigner une place dans l'ordre des décollages, une position déterminée dans son groupe de combat pour bien croiser les feux face aux attaques de l'aviation adverse - Le Ltt Albert Richet, commandant de l'escadrille de la BR 117, tué en mission, le 29 août 1918, est au centre, avec un képi foncé, et en regardant le photographe - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image

Les avions

Breguet XIV B2 n° 1333 codé "3" de l'escadrille BR 117 sur le terrain de Plessis-Belleville en juin 1918 - Le numéro d'identification est peint sur l'avant de la dérive - A cet époque, l'officier pilote 3ème dans l'ordre hiérarchique de l'unité était le Slt Charles Kaciterlin - Il est donc vraisemblable que le 1333 était l'appareil qui lui était affecté - Photo collection Philippe Jourdan que je remercie pour son aide.

* Slt Charles François Kaciterlin - Né le 5 mai 1890 à Paris - Fils de Charles Kaciterlin et de Césarine Dupuis - Service militaire au 8ème régiment d'artillerie, le 10 octobre 1910 - Profession avant guerre Négociant en Verrerie - Brevet de pilote militaire n° 1769 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 24 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille BM 119 du 15 février 1916 au 20 mars 1917 - Pilote de l'escadrille BR 117 du 20 mars 1917 au 11 août 1918 - Nommé sous-lieutenant pendant le 4ème trimestre 1917 - Tué au combat, en compagnie de l'Adc Albert Cambray (mitrailleur), dans les environs de Noyon (Oise), le 11 août 1918 - Leur adversaire était probablement le Gefr Felder du Jasta 19 (sa 1ère victoire).

Breguet XIV A2 de l'escadrille BR 117 - L'armement de cet avion a été renforcé par une mitrailleuse Lewis fixée sur l'aile supérieure - Photo ECPA via Philippe Jourdan que je remercie pour son aide.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Ltt Albert Richet (pilote) et le Sgt Henri Lods (mitrailleur) tués au cours d'une mission de bombardement, dans les environs d'Anisy-le-Château (02), le 29 août 1918 - Cette tombe se trouve à l'Ouest de Pinon, au Nord de la voie ferrée - Photo Gaspard que je remercie pour son aide.

Tombe du Ltt Albert Richet (pilote) et le Sgt Henri Lods (mitrailleur) tués au cours d'une mission de bombardement, dans les environs d'Anisy-le-Château (02), le 29 août 1918 - Cette tombe se trouve à l'Ouest de Pinon, au Nord de la voie ferrée - Photo Didier Mahu que je remercie pour son aide.

Détail de la tombe du Ltt Albert Richet (pilote) et le Sgt Henri Lods (mitrailleur) tués au cours d'une mission de bombardement, dans les environs d'Anisy-le-Château (Aisne), le 29 août 1918 - Cette pièce est un carter inférieur de moteur Renault équipant leur Breguet 14B2 - Cette tombe se trouve à l'Ouest de Pinon, au Nord de la voie ferrée - Photo Gaspard que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Maître pointeur Georges Désiré Groulez - Mitrailleur d'une des trois escadrilles de la 2ème division de l'escadre Michelin du 9 mars au 1er juillet 1916 - Mitrailleur de l'escadrille BM 117 du 1er juillet 1916 au 19 décembre 1917 - Décédé des suites d'une diphtérie hypertoxique avec albuminerie et purpura à l'hôpital complémentaire n° 21 de Toul (Meurthe-et-Moselle), le 19 septembre 1917 - Georges Groulez repose dans la nécropole nationale de Chollot-Ménillot à Toul (Meurthe-et-Moselle) - Photo Albin Denis du 16 octobre 2017.

 

Remerciements :

- M. Gregory VanWyngarden pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Philippe Jourdan pour l'envoi des photos de la découpe et du Breguet 14 B2.
- M. Marie-Jo Marchal pour l'envoi de la découpe de fuselage d'un Breguet 14 B2.
- M. Jean-René Bottelin pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Philippe Bartlett pour l'envoi de l'insigne de la 52ème escadrille du Levant.
- Mme Claire Bergobbi pour la transmission des archives d'Alexis Bourrier, son grand-père.
- M. Didier Mahu pour l'envoi de la photo de la tombe des aviateurs Richet et Lods.
- M. Gaspard pour l'envoi des photos de la tombe des aviateurs Richet et Lods.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 116 Escadrille 118

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir