Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes de l'escadrille 118
peints sur les fuselages

Le premier emblème collectif adopté par l'escadrille a été un carré orange.
Dessin Albin Denis

Le second emblème adopté par la 118, un hibou posé sur un croissant de lune - Il pouvait apparaître en plusieurs couleurs, ce dessin présente la variante verte - Dessin Albin Denis.

Le second emblème adopté par la 118, un hibou posé sur un croissant de lune - Ce dessin présente la variante blanche - Le fond noir préfigure la couleur de l'avion - Dessin Albin Denis.

Symbolique

La première marque collective, adoptée par cette escadrille, consistait en un carré orange. L'insigne définitif, adopté en 1918, devient un hibou posé sur un croissant de lune. Ces symboles ont été choisis pour évoquer la mission principale de l'unité, le bombardement de nuit. Cet insigne sera associé à la devise : "Aigle ne puis, As ne daigne, Hibou suis." qui deviendra la marque distinctive des équipages.

 

Historique succinct

A venir

 

 

 

Insignes métalliques de l'escadrille F 118

Insigne de l'escadrille F 118 de 1918 - Il est gravé de la devise "Aigle ne puis, As ne daigne, Hibou suis." - Insigne collection Philippe Bartlett extraite de son livre "Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918" que je recommande tout particulièrement.

Insigne métallique de l'escadrille F 118 - Il est conforme à l'insigne peint sur les avions en 1918 - Fixation par deux anneaux - Insigne collection Jean-René Bottelin que je remercie pour son aide.

Insigne de l'escadrille F 118 ayant appartenu à un mitrailleur - Le dos de l'insigne est lisse, sans marquage et la fixation par deux anneaux - Photo Vincent Riegel que je remercie pour son aide.

Insignes métalliques des unités
héritières de ses traditions

Ne sont présentés que les insignes reprenant le dessin initial de la F 118.

Insigne de la 6ème escadrille du 21ème RABN - Photo Albin Denis.

Insigne métallique de la 4ème escadrille du GB II/21 - Photo Albin Denis.

Autre modèle de l'insigne métallique de la 4ème escadrille du GB II/21 - Insigne collection CTAWAM que je remercie pour son aide.

 

 
 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille F 118

Insignes métalliques des unités
héritières de ses traditions

Insigne métallique du GB II/21 de 1939-1940 - Ce groupe était composé de 2 escadrilles héritières d'unités de la Grande Guerre, la BR 110 et sa grue huppée en virage et la F 118 avec son hibou posé sur un croissant de lune. Photo Albin Denis.

Insigne peint de la 21ème escadre de bombardement en 1939-40 -
Cette grande unité était composée de deux groupes :
- le GB I/21 avec les escadrilles héritières des traditions des VR 25 et F 114
- le GB II/21 avec les escadrilles héritières des traditions des F 110 et F 118.
Photo Albin Denis.

Insigne métallique de la 2ème escadrille du GT 3.61 "Poitou" - Cet insigne reprend la devise de l'escadrille : "Aigle ne puis, as ne daigne, hibou suis." - Homologué par le SHD section Air de Vincennes sous le n° 1352 - Insigne collection Yves Genty que je remercie pour son aide.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

 

Morts: en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


Commandants de l'escadrille

Rattachements de l'escadrille

Décorations

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus

 

Victoires de l'escadrille 118

Pas de victoire aérienne pour cette escadrille

 

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 118

A venir

 

Pertes globales

Tableau à venir

 

 

 

 

Photo du Ltt Daniel de Cosnac

* Ltt Daniel Fernand Marie Auguste de Cosnac - Né le 26 janvier 1886 à Paris 7ème (75) - Fils d'Adémar de Cosnac et d'Henriette de Chasseval - Domiciliés au 24, avenue du Trocadéro à Paris (75) - Marié - Domicilié au Château du Pin à Salon-la-Tour (Corrèze) - Classe 1906 - Recrutement de la Seine sous le matricule n° XXX - Service militaire au 1er régiment de Dragons, à compter du 11 octobre 1905 - Nommé Maréchal des Logis - Nommé Aspirant de l'école spéciale de cavalerie pour la cession 1911-1912 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 4ème régiment de cuirassiers, le 1er octobre 1912 - Observateur du 1er corps de cavalerie jusqu'au 21 juillet 1915 - Affecté à l'école d'aviation militaire d'Avord, comme élève pilote, à compter du 1er août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1604 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 19 septembre 1915 - Stage de perfectionnement "bombardement" à l'école d'Avord jusqu'au 8 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille BM 118 du 28 janvier au 26 février 1916 - Tué au cours d'un accident aérien, dans les environs de Thuilley-aux-Groseilles (54), le 26 février 1916 - Il faisait équipage avec le MdL Armand Chatelard (mitrailleur/bombardier) qui a également perdu la vie - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 28 novembre 1920 - Sources : Pam - MpF - JORF - Dernière mise à jour : 21 août 2015.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Ltt Daniel Fernand Marie de Cosnac, pilote de l'escadrille BM 118, en date du 28 novembre 1920 : "A trouvé une mort glorieuse en partant exécuter un bombardement au-dessus des lignes ennemies, le 26 février 1916. A été cité."

 

Photo du Slt Robert Langlois d'Estaintot

Slt Robert Edgard Marie Guillaume Langlois d'Estaintot - Né le 27 décembre 1892 à Hengleville-sur-Seine (Seine-Maritime) - Fils de Robert Edmond Marie Raoul Langlois d'Estaintot et de Joséphine Thérèse de Bataille de Belgrade - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1912 - Recrutement de Rouen Nord sous le matricule n° 891 - A obtenu un sursis d'un an en 1913 - Mobilisé au 27ème régiment de Dragons, le 12 août 1914 - Nommé Brigadier, le 16 novembre 1914 - Nommé Maréchal de Logis, le 20 janvier 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire et affecté au 151ème régiment d'infanterie, le 2 octobre 1915 - Blessé par éclat d'obus à la jambe droite au Mort-Homme (Meuse), le 9 avril 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote de l'école d'aviation militaire de Chartres, le 14 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4898 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 11 novembre 1916 - Pilote du GDE du 12 au 30 novembre 1916 - Détaché à l'école d'aviation de Clermont-Ferrand, le 30 novembre 1916 - Pilote de l'escadrille BM 118 du XXX au 9 juillet 1917 - En mission du 12 au 30 mai 1917 - Grièvement blessé au cours d'un accident d'avion, le 9 juillet 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital complémentaire n° 16 de Toul (Meurthe-et-Moselle, le 9 juillet 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 5 mars 1920 - Sources : CCC de l'escadrille BM 118 - Fiche Matricule du département de la Seine-Maritime - Liste des brevets militaires - MpF (3 fiches) - Dernière mise à jour : 25 avril 2017.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 5 mars 1920 : "Excellent officier ayant donné en toutes circonstances le plus bel exemple de bravoure et d'abnégation. Mort pour la France. Croix de Guerre avec étoile d'argent."

 

Les hommes

Sous-lieutenant pilote de l'escadrille F 118 - Cet aviateur est à identifier - Il porte un chevron de blessure - Je n'ai pas noté l'origine de la photo - Si son propriétaire lit cette page, qu'il veuille bien entrer en contact avec moi.

 

Photo de l'Asp Marcel Rousseau

Asp Marcel Raymond Auguste Rousseau - Né le 26 août 1894 à Fleury (Yonne) - Fils de Marcelin Rousseau et de Louise Lory - Profession avant guerre Instituteur - Classe 1914 - Recrutement de Montargis (Loiret) sous le matricule n° 755 - Mobilisé au 4ème régiment d'infanterie, le 4 septembre 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur - Observateur de l'escadrille VB 118 du 1er août au 21 septembre 1918 - Tué au cours d'une mission de bombardement dans les environs de Heutrégiville (Marne), le 21 septembre 1918 - Il faisait équipage avec le Sgt Gay qui a également perdu la vie - Ils ont été inhumés à Pontfaverger (Marne) - Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 21 avril 1922 - Marcel Rousseau repose dans le cimetière de Fleury (Yonne) - Sources : JORF - MpF - CICR - Dernière mise à jour 31 mars 2017.

* Médaille Militaire et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, de l'Asp Marcel Raymond Rousseau, observateur de l'escadrille VB 118, en date du 21 avril 1922 : "Elève officier d'un zèle rare et d'un courage admirables, toujours volontaire pour les missions délicates. Tombé, le 20 septembre 1918, au cours d'un bombardement de nuit. A été cité."

 

Photo du MdL Armand Chatelard

* MdL Armand Georges Antoine Chatelard - Né le 5 juin 1888 à Concarneau (Finistère) - Fils d'Armand Henri Antoine Chatelard et François Joséphine Delon - Classe 1908 - Recrutement de Quimper sous le matricule n° 204 - Service militaire au 3ème régiment de Dragons, à compter du 1er octobre 1909 - Nommé Brigadier, le 14 avril 1910 - Nommé Brigadier fourrier, le 25 septembre 1910 - Nommé Maréchal des Logis, le 26 août 1911 - Fin de service militaire, le 24 septembre 1911 - Mobilisé, le 3 août 1914 - Affecté à l'escorte du XIème corps d'armée, le 14 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mitrailleur, le 3 juillet 1915 - Mitrailleur / bombardier du BM 118 du 5 au 26 février 1916 - Tué au cours d'un accident aérien, dans les environs de Thuilley-aux-Groseilles (54), le 26 février 1916 - Il faisait équipage avec le Ltt Daniel de Cosnac (pilote) qui a également perdu la vie - Sources : MpF - FM Finistère - Dernière mise à jour : 21 août 2015.

 

Les avions

Breguet-Michelin BM IV semblable à ceux ayant équipés l'escadrille BM 118 de septembre 1915 à décembre 1917 - Photo Les avions Louis Breguet de 1908 à 1938.

Voisin 8 similaire à ceux du même type qu'ont utilisé les équipages de la VR 118 - Carte postale d'époque.

Voisin 10 codé "9" de l'escadrille VR 118 photographié sur le terrain de Cramailles (02) - L'escadrille a été stationnée sur ce terrain du 4 au 7 avril 1918 - Sous le fuselage, on aperçoit les racks porte-bombes - Sous le chiffre code "9", on aperçoit un des deux phares de bord qui étaient alimentés par une génératrice équipée d'une éolienne, fixée sur l'aile supérieure - Ces petits projecteurs servaient aux décollages et atterrissages de nuit, en complément des projecteurs de piste - Ils étaient en outre essentiels lors des atterrissages en campagnes, hors de tous terrains d'aviation balisés de nuit - Photo Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget n° MA 13.925.

Voisin 10 codé "7" de l'escadrille VR 118 abattu et forcé d'atterrir en zone occupée par les Allemands en 1918 - Il est probable que ce soit l'avion d'un des deux équipages capturés, le 21 septembre 1918 - Photo Archives Municipales de Saint-Quentin transmise par M. Frédéric Pillet, Chargé d'études documentaires de cette ville, que je remercie pour son aide.

Les avions

Vue de détail du fuselage d'un Voisin 8 de l'escadrille VR 118 après un atterrissage de nuit, en campagne, pendant l'été 1918 - Cet avion a dû être repeint en noir dans l'urgence, probablement pour passer d'un fuselage peint en aluminium avec insigne et numéro très visible, à un ensemble basse visibilité, on devine encore l'insigne sur le flanc de la carlingue - L'avion était alors beaucoup moins visible dans les faisceaux des projecteurs de DCA allemandes - Remarquez les deux projecteurs d'atterrissage ainsi que la génératrice, équipée d'une éolienne, fixée sur l'aile supérieure - Collection Richard Tupin que je remercie pour son aide.

Voisin 8 de l'escadrille VR 118 après un atterrissage de nuit, en campagne, pendant l'été 1918 - La queue n'a pas résisté au passage dans le large fossé, visible à l'arrière plan - Entièrement repeint en noir, dans l'urgence, ses anciens marquages sont encore visibles dont l'insigne d'escadrille - Le but était de rendre l'avion beaucoup moins visible dans les faisceaux des projecteurs de la DCA allemandes - Il est probable que ces changements de décorations ont été causés par la grande offensive allemande de mars 1918 - Il s'agissait alors pour l'aéronautique française d'engager la totalité de ses moyens aériens - Collection Richard Tupin que je remercie pour son aide.

Une autre photo du Voisin 8 de l'escadrille VR 118 après son atterrissage en campagne, pendant l'été 1918 - L'équipage, visiblement en bonne santé, présente son appareil à une famille ainsi qu'à un officier britannique - Collection Richard Tupin que je remercie pour son aide.

Cal René Courtot, pilote de l'escadrille V 119 du 19 août au 21 septembre 1918, pose devant un Voisin 10 de l'escadrille V 118 pendant l'été 1918 - Photo René Courtot transmise par Philippe Courtot, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

Couleurs des avions

 

Couleurs des avions

Breguet BM 2 n° 165 affecté à l'escadrille BM 118 en juin 1916 - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Souvenirs en rapport

Souvenirs en rapport

Cadre réalisé par un personnel d'équipage de l'escadrille F 118 - Cette dénomination comprenait les bombardiers et mitrailleurs, à l'exception des pilotes et des observateurs qui avaient des insignes propres - De gauche à droite : XXX - Médaille des blessés 14-18 (en dessous) - Chevalier de la Légion d'Honneur - Médaille Militaire - Croix de Guerre avec une palme (une citation à l'ordre de l'armée) et deux étoiles (citations à l'ordre du corps d'armée) - Croix du combattant - Médaille commémorative de la Guerre 1914-1918 - Médaille Interalliée française - La fourragère est au couleurs de la Croix de Guerre - Les fourragères en réduction sont aux couleurs de la Croix de Guerre (à gauche) et de la Médaille Militaire (à droite) - De haut en bas : l'insigne de l'escadrille F 118 - l'insigne de personnel navigant (observateur ou bombardier ou mitrailleur) - les deux étoiles ailées des pattes de col - l'insigne du 130ème régiment d'infanterie (postérieur à la Grande Guerre, probablement une affectation après guerre ou de la campagne de 1939-1940 - Six chevrons de présence qui marquent quatre années au front, soit 1 an et 1/2 pour le premier et 6 mois supplémentaires par chevrons - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Collection Vincent Riegel que je remercie pour son aide.

 

Monuments et tombes

Lieu-dit "La Croix des Aviateurs" dans la forêt de Thuilley-aux-Groseilles en Meurthe-et-Moselle - Ce monument a été érigé en hommage à un équipage de l'escadrille BM 118 tué à cet endroit, le 26 février 1916 - Il était composé du Ltt Daniel de Cosnac (pilote) et MdL Armand Chatelard (mitrailleur / Bombardier) - Il se trouve au lieu-dit la "Croix des Aviateurs" de la carte IGN au 25.000ème - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 21 août 2015.

Extrait de la carte IGN au 1/25.000ème qui situe la "Croix des Aviateurs" dans la forêt de Thuilley-aux-Groseilles - Le chemin le plus facile et le plus sûr est marqué sur la carte, à partir du terrain de tennis situé en bordure de la départementale 974 à l'entrée du village - Carte IGN.

Monument en hommage aux aviateurs Ltt Daniel de Cosnac (pilote) et MdL Armand Chatelard (mitrailleur / Bombardier) tués à cet endroit, le 26 février 1916 - Il est trouve au lieu-dit la "Croix des aviateurs" de la carte IGN au 25.000ème présentée ci-dessus - Photo Albin Denis du 21 août 2015.

Monuments et tombes

Monument en hommage à l'équipage de l'escadrille BM 118 tué à cet endroit, le 26 février 1916 - Il était composé du Ltt Daniel de Cosnac (pilote) et MdL Armand Chatelard (mitrailleur / Bombardier) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 21 août 2015.

Gros plan sur la face avant du monument en hommage à l'équipage de l'escadrille BM 118 tué à cet endroit, le 26 février 1916 - Il était composé du Ltt Daniel de Cosnac (pilote) et MdL Armand Chatelard (mitrailleur / Bombardier) - Le texte dit : "Ici sont tombés pour la France, le Lieutenant pilote aviateur Daniel de Cosnac et son observateur Armand Chatelart - 26 février 1916 - En vaillants héros, ils ont accompli leur tâche pour leur pays."- Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Albin Denis du 21 août 2015.

* Ltt Daniel Fernand Marie Auguste de Cosnac - Né le 26 janvier 1886 à Paris 7ème (75) - Fils d'Adémar de Cosnac et d'Henriette de Chasseval - Domiciliés au 24, avenue du Trocadéro à Paris (75) - Marié - Domicilié au Château du Pin à Salon-la-Tour (Corrèze) - Classe 1906 - Recrutement de la Seine sous le matricule n° XXX - Service militaire au 1er régiment de Dragons, à compter du 11 octobre 1905 - Nommé Maréchal des Logis - Nommé Aspirant de l'école spéciale de cavalerie pour la cession 1911-1912 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 4ème régiment de cuirassiers, le 1er octobre 1912 - Observateur du 1er corps de cavalerie jusqu'au 21 juillet 1915 - Affecté à l'école d'aviation militaire d'Avord, comme élève pilote, à compter du 1er août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1604 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 19 septembre 1915 - Stage de perfectionnement "bombardement" à l'école d'Avord jusqu'au 8 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille BM 118 du 28 janvier au 26 février 1916 - Tué au cours d'un accident aérien, dans les environs de Thuilley-aux-Groseilles (54), le 26 février 1916 - Il faisait équipage avec le MdL Armand Chatelard (mitrailleur/bombardier) qui a également perdu la vie - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, en date du 28 novembre 1920 - Sources : Pam - MpF - JORF - Dernière mise à jour : 21 août 2015.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Ltt Daniel Fernand Marie de Cosnac, pilote de l'escadrille BM 118, en date du 28 novembre 1920 : "A trouvé une mort glorieuse en partant exécuter un bombardement au-dessus des lignes ennemies, le 26 février 1916. A été cité."

* MdL Armand Georges Antoine Chatelard - Né le 5 juin 1888 à Concarneau (Finistère) - Fils d'Armand Henri Antoine Chatelard et François Joséphine Delon - Classe 1908 - Recrutement de Quimper sous le matricule n° 204 - Service militaire au 3ème régiment de Dragons, à compter du 1er octobre 1909 - Nommé Brigadier, le 14 avril 1910 - Nommé Brigadier fourrier, le 25 septembre 1910 - Nommé Maréchal des Logis, le 26 août 1911 - Fin de service militaire, le 24 septembre 1911 - Mobilisé, le 3 août 1914 - Affecté à l'escorte du XIème corps d'armée, le 14 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mitrailleur, le 3 juillet 1915 - Mitrailleur / bombardier du BM 118 du 5 au 26 février 1916 - Tué au cours d'un accident aérien, dans les environs de Thuilley-aux-Groseilles (54), le 26 février 1916 - Il faisait équipage avec le Ltt Daniel de Cosnac (pilote) qui a également perdu la vie - Sources : MpF - FM Finistère - Dernière mise à jour : 21 août 2015.

 

Remerciements à :

- M. Jean-René Bottelin pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Yves Genty pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Richard Tupin pour l'envoi des photos du Voisin 8 de la VR 118.
- M. Frédéric Pillet, chargé d'études documentaires de la ville de St-Quentin, pour l'envoi de la photo du Voisin 10.
- M. Vincent Riegel pour l'envoi des photos du cadre souvenir de la F 118.

- M. CTAWAM pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les Insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 par Philippe Bartlett publé par les éditions Indo Editions en 2002.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 117 Escadrille 119

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir