Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Le premier insigne de l'escadrille C 122 adopté par le commandant de l'époque, le Cne Jean de Luppé, était un trèfle à quatre feuilles - Dessin d'après photos Albin Denis.

En 1918, un coq chantant est ajouté au trèfle à quatre feuilles - Dessin d'après photos Albin Denis.

Insignes métalliques de
l'escadrille SAL 122

 

 

Symbolique

Le Cne Jean de Luppé, premier commandant de l'escadrille C 122, a choisi un trèfle à quatre feuilles comme emblème collectif. Plus tard, un coq sera rajouté sur le même trèfle.

 

Historique

 

Historique à venir.

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SAL 122

Les traditions de l'escadrille SAL 122 n'ont pas été reprises depuis le 18 mars 1919, date de sa dissolution.

 

Appellations successives

Périodes de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

 

Décorations

Pas de décoration collective pour cette unité.

 

 

Les personnels

Liste à venir

 

 

Commandants

Rattachements

Les citations

[ Classées par chronologie des faits ]

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Gabriel Glouzeau, pilote de l'escadrille C 122, en date du 8 janvier 1917 : "Au cours d'une reconnaissance photographique à l'intérieur des lignes ennemies, le 24 décembre 1916, a été pris sous un feu violent d'artillerie ennemie; au milieu d'une rafale de projectiles,a continué sa mission et ne l'a abandonnée qui grièvement blessé et son avion complétement désemparé."

* Citation à l'ordre de l'armée du Soldat Marcel Cassonnet, mitrailleur de l'escadrille C 122, en date du 9 mai 1917 : "Mitrailleur d'une grande bravoure, volontaire pour toutes les missions périlleuses, montait le 29 avril 1917, un avion escortant une reconnaissance. A été grièvement blessé au cours d'un combat contre quatre avions ennemis."

* Citation à l'ordre de l'armée du Maréchal des Logis Gabriel Ravet, matricule 221, pilote de l'escadrille C 122, en date du 5 juin 1917 : "Pilote d'une grande bravoure. S'était déjà signalé au cours de missions photographiques, en janvier 1917. Le 29 avril 1917, escortant un appareil de reconnaissance, a été attaqué par quatre avions ennemis. Son mitrailleur ayant été blessé, a continué le combat avec sa mitrailleuses et quoique grièvement blessé lui-même, a réussi à ramener son appareil intact dans nos lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée du Brigadier Georges Dubus, du train des équipages, pilote de l'escadrille C 122, en date du 19 juin 1917 : "Pilote d'une remarquable énergie, volontaire pour toutes les missions périlleuses. A été très grièvement blessé en avion, le 15 juin 1917, au cours d'une mission sur les lignes."

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Marie Odon Jean Bertrand de Puppe, du 1er régiment de cuirassiers, commandant de l'escadrille C 122 en date du 9 juillet 1917 : "Chef d'escadrille énergique et courageux. A réussi de nombreuses missions photographiques au-dessus des lignes ennemies. Le 29 avril 1917, attaqué par cinq avions ennemis, et son avion d'accompagnement ayant été mis hors de combat, n'en a pas moins continué à exécuter sa mission. Assurant les liaisons avec l'infanterie à basse altitude, pendant les combats des 8 mai et 25 juin 1917 , a eu son avion atteint par l'artillerie et les balles d'infanterie."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Jean Descoubes, pilote de l'escadrille C 122, en date du (JO du 16 mai 1922) : "Pilote d'un courage et d'un entrain dignes des plus grands éloges. déjà cité à l'ordre pour sa belle attitude dans un combat aérien. A été victime d'un accident mortel en partant remplir une mission urgente dans des condtions atmosphériques difficiles, le 11 août 1917."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Jean Henry Pourverelle, observateur de l'escadrille C 122, en date du 25 septembre 1917 : "Deux fois blessé dans l'infanterie et souffrant gravement de ses blessures, est passé sur sa demande dans l'aviation comme observateur. Y rend les plus grands service, toujours prêt à rendre l'air et à remplir les missions les plus périlleuses. Les 11, 14, 15 et 16 août 1917, a rapporté des reconnaissances photographiques très importantes, malgré le temps nettement défavorable."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Pierre Raphaël, pilote de l'escadrille C 122, en date du 8 octobre 1917 : "Pilote et d'un allant et d'une bravoure légendaires. le 22 septembre 1917, au cours d'un réglage, attaqué par quatre avions ennemis, a soutenu courageusement le combat jusqu'au moment où, frappé à mort, son avion s'est abimé sur le sol."

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Félix Adrien Giraud, du 115ème régiment d'artillerie lourde, observateur de l'escadrille SAL 122 en date du 31 août 1918 : "S'est distingué au cours de nombreuses missions délicates et dangereuses et tout récemment en assurant réglages et liaisons, malgré les attaques des avions ennemis ou sous le feu de l'artillerie, ramenant son appareil criblé de balles et d'éclats."

 

 

Victoires

Pas de victoire aérienne pour cette unité.

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

Les hommes

L'ensemble des personnels navigants de l'escadrille SAL 122 pendant l'été 1918 - Le Cne Marcel Metz est au dernier rang, 5ème à partir de la gauche - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Le Cne Marcel Metz, commandant de l'escadrille C 122 / SAL 122, au premier rang, au centre, pose en compagnie de ses officiers navigants en 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Le Cne Marcel Metz, commandant de l'escadrille C 122 / SAL 122 du XX août 1917 au 17 mars 1919, pose en compagnie de ses officiers navigants pendant l'hiver 1918-1919 - Le capot moteur porte les prénoms "Albert - Jules - Henriette" - SI vous possèdez cette photo anotée, veuillez prendre contact avec l'auteur du site - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Des équipages de la SAL 122 en tenue de vol, prêt à partir en 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Le Cne Marcel Metz, assis au centre du 2ème rang, pose en compagnie d'une partie des personnels navigants de l'escadrille SAL 122 en 1918/1919 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Personnel navigant de l'escadrille SAL 122 à identifier - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Sous-officier de l'escadrille SAL 122 à identifier - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Personnel navigant de l'escadrille SAL 122, pendant l'hiver 1918/1919 - Si un lecteur de cette page peut identifier cet aviateur, qu'il veuille bien prendre contact avec l'auteur du site - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Cinq navigants de la SAL 122 qui restent à identifier - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

* Slt Jacques Paul Bouvais - Né le 10 janvier 1895 à Nantes (Loire-Atlantique) - Fils de Michel Louis Bouvais (industriel) et de Marie Louise Bourliand - Domiciliés au 11, rue de Strasbourg à Nantes (Loire-Atlantique) - Classe 1915 - Profession avent guerre Etudiant - Classe 1915 - Recrutement de Nantes (Loire-Atlantique) sous le matricule n° 1216 - Mobilisé au 118ème régiment d'infanterie, le 16 décembre 1914 - Affecté au 411ème régiment d'infanterie, le 11 mars 1915 - Croix de Guerre et citation à l'ordre du 411ème régiment d'infanterie, en date du 26 janvier 1916 - Citation à l'ordre du 411ème régiment d'infanterie, en date du 23 juin 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote à l'école d'aviation militaire de Dijon (formation théorique), le 18 août 1916 - Affecté à l'école d'Etampes pour passer son brevet élémentaire de pilote militaire, le 1er septembre 1916 - Epreuves du brevet militaire du 9 au 15 novembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4921 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 15 novembre 1916 - Stage de perfectionnement (sur Farman F 40) à l'école de Châteauroux du 17 novembre 1916 au 2 janvier 1917 - Nommé Caporal, le 7 décembre 1916 - Pilote du GDE du 2 au 26 février 1917 - Effectué 22h25 dans cette unité - Pilote de l'escadrille F 41 / AR 41 du 26 février 1917 au 22 janvier 1918 - Citation n° 582 à l'ordre du corps d'armée, en date du 26 mai 1917 - Nommé Sergent, le 15 avril 1917 - Citation n° 634 à l'ordre du 32ème corps d'armée, en date du 6 septembre 1917 - Stage à Luxeuil-les-Bains, les 7 et 8 novembre 1917 - Stage au centre GDE du Plessis-Belleville sur avion Dorand AR 1 du 13 au 18 novembre 1917 - Effectue 169 heures de vol dans cette unité - Pilote de l'escadrille SAL 122 du 22 janvier au 19 août 1918 - Nommé Sous-lieutenant, le 28 mars 1918 - Citation n° 216 à l'ordre de la 8ème armée, en date du 15 juin 1918 - Effectue 105 heures de vol dans cette unité - Affecté au Maroc, le 18 août 1918 - Embarque à Marseille à destination du Maroc, le 12 septembre 1918 - Débarque à Casablanca, le 20 septembre 1918 - Pilote de l'escadrille AR 556 du 20 septembre 1918 au 17 avril 1919 - Effectue un total de 106h35 dans cette unité - Citation à l'ordre de l'aéronautique du Maroc, en date d'avril 1919 - Démobilisé, le 17 septembre 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 21 avril 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 4 décembre 1920 - Intégre les lignes Latécoère du début novembre 1920 à 19 février 1921 - Premier vol pour les lignes, le 14 novembre 1920 - Effectué un total de 116h50 de vol - Affecté, dans la réserve, au 31ème régiment d'aviation de Tours, le 22 mars 1922 - Nommé Lieutenant de réserve, le 21 avril 1924 - Une période d'entrainement au 31ème régiment d'aviation d'observation de Tours du 15 au 30 seprembre 1928 - Marié avec Henriette Verdier, le 7 février 1931 - Profession Directeur d'usine - Une période d'entrainement au 31ème RAO de Tours du 4 au 25 avril 1932 - Affecté à la 3ème région aérienne de Tours, le 11 avril 1936 - Sources : Pam - FM Loire-Atlantique - JORF - Dernière mise à jour : 7 décembre 2015 - Photo Jacques Bouvais transmise par Jean-Jacques Petris, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

* Croix de Guerre et citation à l'ordre du 411ème régiment d'infanterie, en date du 26 janvier 1916 : "Chargé d’assurer les transmissions des ordres et des renseignements pendant les journées du 9, 10 et 11 janvier 1916, s’est acquitté de sa mission d’une façon parfaite et avec la plus grande bravoure, malgré un violent bombardement."

* Citation à l'ordre du 411ème régiment d'infanterie, en date du 23 juin 1916 : "Agent de liaison a toujours montré la plus grande bravoure dans l’accomplissement des missions qui lui étaient conférées."

* Citation n° 582 à l'ordre du corps d'armée, en date du 26 mai 1917 : "Pilote émérite, doué des plus belles qualités d’audace, d’endurance et d’énergie. Volontaire pour toutes les missions les plus périlleuses ; s’est particulièrement distingué les 14 et 26 avril 1917, en allant par très gros temps, sur appareil triplace, exécuter des missions urgentes à l’intérieur des lignes ennemies."

* Citation n° 634 à l'ordre du corps d'armée, en date du 6 septembre 1917 : "Excellent sous-officier et pilote de 1 er ordre. Est sorti plusieurs fois par jour pendant la préparation et l’exécution de l’offensive actuelle. Les 13 et 14 juillet a réussi à terminer, avec succès, 2 missions photographiques éloignées, sur des avions endommagés par le tir de l’ennemi. Déjà trois fois cité."

* Citation n° 216 à l'ordre de la 8ème armée du Slt Jacques Paul Bouvais, du 118ème régiment d'infanterie, détaché à l'escadrille SAL 122, en date du 15 juin 1918 : "Excellent pilote, a rencontré au cours d’une mission photographique un biplace ennemi de combat, avec lequel il a engagé la lutte à 4 reprises permettant à son observateur de rapporter de nombreux clichés d’un haut intérêt."

* Citation à l'ordre de l'aéronautique du Maroc en date d'avril 1919 : "Excellent pilote, dévoué, courageux et allant. Envoyé à Kénilfra en septembre 1918, au lendemain de son débarquement au Maroc, puis dans le Charb, en octobre suivant. N’a cessé de donner l’exemple de l’entrain, se dépensant sans compter et contribuant, pour une large part au succès des opérations aériennes."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Jacques Paul Bouvais, au 1er groupe d'aviation, en date du 16 juin 1920 : "Après avoir été agent de liaison dans l’infanterie et avoir mérité de ce fait 2 citations, a obtenu dans l’aviation, par son courage, ses qualités de pilote, quatre autres citations élogieuses : six citations ."

Les hommes

Slt Roger Gaston Kissel - Né le 14 novembre 1895 à Dommartin-sur-Amance (54) - Fils de Sébastien Kissel et d'Amélie Raymond - Profession avant guerre Instituteur - Classe 1915 - Recrutement de Toul sous le n° matricule 957 - Engagé au 12ème régiment de Dragons, à compter du 4 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mitrailleur, le 2 février 1916 - Stage de mitrailleur à l'école de tir aérien de Cazaux en mars 1916 - En stage à Cazaux, jusqu'au 3 avril 1916 - Mitrailleur du RGA du 3 au 17 avril 1916 - Observateur / mitrailleur de l'escadrille F 41 du 17 avril 1916 au 22 janvier 1918 - Détaché au GDE du 17 décembre 1916 au 21 janvier 1917 - Une victoire aérienne contre un avion de chasse, le 14 avril 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 23 avril 1917 - Nommé Sergent, le 30 avril 1917 - Citation à l'ordre de l'armée, en date du 3 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille SAL 122 du 22 janvier 1918 au 5 mars 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 31 mai 1918 - Hospitalisé et convalescence du 8 au 22 octobre 1918 - Croix de Guerre 1914-1918 - Médaillé de Verdun - Croix du combattant volontaire - Observateur de l'escadrille BR 245 du 5 mars 1919 au 22 avril 1919 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, à titre définitif, en date du 14 mars 1919 - Observateur de l'escadrille BR 20 du 22 avril au 14 septembre 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 9 novembre 1920 - Affecté au 12ème régiment d'aviation, caserné à Neustadt (Allemagne), à compter du 1er août 1920 - Passé à l'arme de l'aéronautique, le 20 juin 1923 - Nommé Lieutenant, à titre définitif, le 13 septembre 1922 - Affecté au 11ème régiment d'aviation de Metz-Frescaty, le 20 janvier 1928 - Nommé Capitaine, le 25 décembre 1936 - Officier de la Légion d'Honneur, en date du 6 août 1939 - Croix de Guerre 1939-1940 - Nommé Commandant de réserve - Directeur d'école honoraire - Officier d'académie - Sources : MdH - CCC de l'escadrille F 41 - CCC de l'escadrille SAL 122 - CCC de l'escadrille BR 20 - Fiche matricule (partielle) du département de Meurthe-et-Moselle - JORF - Dernière mise à jour : 2 octobre 2016 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée des Slt Henri Jean Baptiste Mauduit au 5ème régiment de chasseurs d'Afrique, pilote à l'escadrille F 41, Ltt Paul François Jean Tartes au 11ème régiment de Hussards, observateur à l'escadrille F 41 et Brig Roger Gaston Kissel, au 12ème régiment de Dragons, mitrailleur à l'escadrille F 41, en date du 23 avril 1917 : "Le 14 avril, ont abattu un avion de chasse ennemi en vue de nos tranchées."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Roger Gaston du 12ème régiment de Dragons, observateur photographe à l'escadrille F 41, en date du 3 octobre 1917 : "Observateur photographe d'un courage et d'un allant admirables. A assuré pendant toute la période de préparation toutes les reconnaissances photographiques qui lui ont données, les recommençant jusqu'à parfaite exécution, quelles que soient les difficultés atmosphériques livrant journellement combat aux avions ennemis pour s'ouvrir la route. A exécuté chaque fois sa mission jusqu'au bout."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Roger Gaston Kissel à l'ex 2ème groupe d'aviation, en date du 9 novembre 1920 : "Excellent observateur photographe qui a fait preuve d'audace et de sang-froid dans les reconnaissances photographiques à longue distance. Une blessure. trois citations."

Slt Roger Kissel - Observateur de l'escadrille SAL 122 du 22 janvier 1918 au 5 mars 1919, pose devant un Salmson 2A2 de son unité - Remarquez la peinture de la partie avant du capot moteur - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Cne Marcel Marie Metz - Né le 18 avril 1893 à Limoges (Haute-Vienne) - Fils de Jules Metz et Stéphanie Raimbault - Domiciliés Impasse de l'Eglise à Pithiviers (Loiret) - Classe 1913 - Recrutement de Limoges sous le n° matricule XXX - Engagé à l'école militaire spéciale de St-Cyr, le 10 octobre 1911 - Nommé Sous-lieutenant au 145ème régiment d'infanterie - Une citation à l'ordre du bataillon en mai 1915 - Une citation à l'ordre du corps d'armée en mai 1915 - Nommé Capitaine à titre définitif en juillet 1915 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 13 mai 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée en juin 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4937 obtenu à l'école militaire d'aviation de Tours, le 19 novembre 1916 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation de Châteauroux - Stage de spécialisation à l'école d'Istres-Miramas - Pilote de l'escadrille C 51 du 19 mars au 3 août 1917 - Une citation à l'ordre de la division en juin 1917 - Commandant de l'escadrille SAL 122 du 5 août 1917 au 17 mars 1919 - En mission au GDE du 4 au 27 octobre 1917 - En mission à l'escadrille BR 202 du 20 au 24 décembre 1917 - Stage à Sommesous du 13 au 25 février 1918 - Commandant de l'escadrille SAL 277 du 25 mars 1919 au 1er janvier 1920 - Affecté au 1er régiment d'aviation d'observation, le 1er janvier 1920 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 25 mai 1920 - Affecté au 31ème régiment d'aviation - Affecté au 34ème régiment d'aviation et élève de l'école supérieure de guerre, le 7 octobre 1921 - Affecté à l'état-major du 8ème corps d'armée - En congé sans solde du 16 septembre au 10 décembre 1925 - Nommé Chef de bataillon, le 25 mars 1929 - Officier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1938 - Le capot moteur porte les prénoms "Albert - Jules - Henriette" - Sources : MdH - CCC - JO - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

* Officier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1938 : "Commandant; 26 ans de services, 5 campagnes, A été blessé et cité. deux ans de bonifications pour services aériens. Chevalier de la Légion d'Honneur du 13 mai 1916."

Slt Emile Chereau - Né le 21 août 1893 à Lille (59) - Fils de Charles Chereau et de Joséphine Fourmendraun - Classe 1913 - Recrutement de Lille (59) sous le n° matricule 1381 - Profession avant guerre Chimiste Directeur commercial - Mobilisé au 151ème régiment d'infanterie, le 17 novembre 1914 - Affecté au 264ème régiment d'infanterie, le 18 juin 1915 - Nommé Caporal, le 21 juillet 1915 - Affecté au 151ème régiment d'infanterie, le 21 juillet 1915 - Nommé Sergent, le 26 avril 1916 - Nommé Adjudant, le 8 mai 1917 - Citation à l'ordre du 151ème régiment d'infanterie, le 2 septembre 1917 - Nommé Sous-lieutenant de réserve à titre temporaire, le 29 juin 1918 - Observateur du GDE jusqu'au 5 décembre 1918 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux jusqu'au 30 novembre 1918 - Affecté à l'aéronautique du 32ème corps d'armée, à compter du 30 novembre 1918 - Observateur stagiaire de l'escadrille SAL 122 du 5 décembre 1918 au 5 mars 1919 - Affecté au CIAO à compter du 5 mars 1919 - Nommé Sous-lieutenant de réserve à titre définitif, le 22 juillet 1921 - Nommé Lieutenant de réserve, le 2 juillet 1924 - Affecté au 1er groupe d'aviation d'Afrique, le 9 septembre 1925 - Affecté dans la réserve à la base aérienne du Bourget-Dugny, le 1er décembre 1936 - Affecté dans la réserve à la base aérienne d'Avord, le 22 avril 1937 - Rayé des cadres des officiers de réserve de l'armée de l'Air, le 21 août 1938 - rappelé à l'activité, le 23 août 1939 - Démobilisé par le centre de démobilisation de Cherbourg, le 28 août 1940 - Dégagé de toutes obligations militaires, le 15 octobre 1941 - Domicilié au 22, rue de la comédie à Cherbourg - Le capot moteur porte les prénoms "Albert - Jules - Henriette" - Sources : FM - CCC - MdH - JO - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du 151ème régiment d'infanterie, le 2 septembre 1917 : "Très courageux et dévoué, a secondé son commandant de groupe avec entrain dans les circonstances les plus difficiles. Est parti volontairement en patrouille pour retrouver un officier blessé et signalé entre les lignes ennemies et les nôtres."

Ltt Félix Adrien Giraud - Né le 30 août 1883 à Saint-Uze (Drôme) - Fils d'Adrien Giraud et de Geneviève Berthet - Domiciliés 12, avenue de Villeneuve à Montélimar (Drôme) - Classe 1903 - Recrutement de Montélimar sous le n° matricule 550 - Engagé volontaire pour quatre ans au 6ème régiment d'artillerie de campagne, le 22 novembre 1901 - Nommé Brigadier, le 6 juillet 1902 - Nommé Maréchal des Logis, le 13 février 1904 - Nommé Maréchal des Logis chef, le 19 juin 1912 - Nommé Adjudant, le 13 juillet 1914 - Toujours dans cette unité lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Nommé Adjudant-chef, le 18 novembre 1914 - Croix de guerre et une citation à l'ordre de l'armée, le 22 juin 1915 - Nommé sous-lieutenant à titre temporaire et affecté au 38ème régiment d'artillerie de campagne, le 12 novembre 1915 - Affecté au 7ème groupe du 115ème régiment d'artillerie lourde du 6 janvier 1916 au 5 janvier 1917 - Nommé sous-lieutenant d'active à titre définitif, le 5 février 1916 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 21 octobre 1916 - Citation n° 498 à l'ordre du 115ème régiment d'artillerie lourde, en date du 20 novembre 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 5 janvier 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 3 au 21 février 1917 - Observateur de l'escadrille AR 41 du 21 février 1917 au 22 janvier 1918 - Citation n° 574 à l'ordre du 32ème corps d'armée, en date du 16 mai 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 1er octobre 1917 - Observateur de l'escadrille SAL 122 du 22 janvier 1918 au 5 mars 1919 - Nommé Lieutenant d'active à titre définitif, le 5 février 1918 - En stage à Bavilliers du 20 mai au 3 juin 1918 - Citation n° 229 à l'ordre de la 8ème armée, en date du 31 août 1918 - Affecté au bataillon de monteurs de hangars, le 30 octobre 1919 - Officier de la Légion d'Honneur, le 26 juin 1920 - Mis en retraite pour cataracte traumatique de l'oeil droit, le 22 mars 1921 - Le capot moteur porte les prénoms "Albert - Jules - Henriette" - Sources : FM - MdH - CC - JO - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

* Citation n° 88 à l'ordre de l'armée en date du 22 juin 1915 : "Blessé très sérieusement à l'oeil droit le 3 juin 1915, alors que commandant une section artillerie à 1500 mètres des lignes allemandes, il se portait à une pièce qui venait d'être atteinte, n'a consenti à se laisser panser qu'à la fin du tir et ne s'est laissé évacuer que sur l'ordre formel de son chef de groupe."

* Citation n° 498 à l'ordre du 115ème régiment d'artillerie lourde, en date du 20 novembre 1916 : "Commandant une batterie lourde depuis plusieurs mois, a exécuté de nombreux tirs excellents, avec un personnel soumis à un violent bombardement et aux obus à gaz. Modèle d'énergie et de bravoure, a été légèrement blessé."

* Citation n° 574 à l'ordre du 32ème corps d'armée, en date du 16 mai 1917 : "Observateur hors de pair, remarquable d'énergie, fait constamment preuve d'un mépris absolu du danger. Le 24 avril 1917, descendant d'avion à la suite d'un réglage d'artillerie long et pénible et apprenant qu'une mission photographique venait d'échouer, a immédiatement demandé à repartir. Attaqué chez l'nnemi par cinq avions de chasse, les contraignit à la fuite. Rentré au terrain après mission remplie sur un appareil qui atteint par 64 balles et désemparé, capotal à l'atterrissage. Pris sous le moteur et blessé, ses premières paroles furent pour recommander ses clichés à ceux qui essayaient de le dégager."

* Citation n° 229 à l'ordre de la 8ème armée, en date du 31 août 1918 : "S'est distingué au cours de nombreuses missions délicates et dangereuses. A tout récemment en assurant réglages et liaisons malgré les attaques des avions ennemis ou sous le feu de l'artillerie, revenant son appareil criblé de balles et d'éclats.

Cne Camille Claude Hyacinthe Duvaut - Né le 9 mars 1888 à Autun (Saône et Loire) - Fils de Jean Marie Albert Duvaut et de Marie Thérèse Thomé - Marié avec Lucie Gavioli - Domiciliés 34, rue Lannois à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) - Profession avant engagement Etudiant - Classe 1908 - Recrutement d'Autun sous le n° matricule 818 - Engagé volotaire pour 5 ans au 16ème régiment de chasseurs à cheval à Beaume, le 24 septembre 1906 - Nommé Brigadier, le 26 mars 1907 - Nommé Maréchal des Logis, le 12 novembre 1907 - Nommé Aspirant, le 1er octobre 1912 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1913 - Affecté au 4ème régiment de Chasseurs d'Afrique à Tunis, le 1er octobre 1913 - Affecté au 3ème régiment de Chasseurs d'Afrique à Constantine, le 23 mai 1914 - Participe avec le 3ème RCA aux combats en Artois et en Champagne - Croix de guerre et une citation à l'ordre du 3ème régiment de chasseurs d'afrique, en juin 1915 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 3 septembre 1915 - Passe à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 22 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3425 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 17 mai 1916 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation de Châteauroux, du 26 mai au 1er juillet 1916 - Pilote du GDE du 1er au 28 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille C 34 du 28 juillet au 5 août 1916 - Pilote de l'escadrille C 51 du 5 août au 28 octobre 1916 - Pilote de l'escadrille C 122 du 29 octobre 1916 au 22 octobre 1917 - Stage au GDE sur avion Letord en mars/avril 1917 - Blessé au poumon droit au cours d'un accident aérien à la Fère-en-Tradenois, le 2 mai 1917 - Détaché à l'escadrille R 209 pendant le 2ème trimestre 1917 - Une victoire aérienne, en compagnie du Ltt Lété (observateur), contre un monoplace, tombé en flammes dans la forêt de Coucy, le 9 mai 1917 - Pilote du GDE du 22 octobre au 23 novembre 1917 - Affecté au SFA de Nanterre, le 23 novembre 1917 - Affecté au 2ème régiment d'aviation d'observation, le 25 mars 1920 - Affecté au 32ème régiment d'aviation d'observation, le 1er août 1920 - Affecté au 33ème régiment d'aviation, le 10 février 1921 - Affecté au 35ème régiment d'aviation, pour servir au Levant, le 9 juin 1922 - Nommé Commandant du détachement du Palmyre, le 20 juin 1922 - Nommé Capitaine, le 25 décembre 1922 - Affecté au 39ème régiment d'aviation, aéronautique de l'armée française du Levant, le 21 septembre 1923 - Rapatrié par Beyrouth-Marseille - Affecté au 33ème régiment d'aviation, le 8 juillet 1924 - Chevalier de la Légion d'Honneur en 1924 - Affecté au 1er groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 21 juin 1928 - Détaché au contrôle de l'école civile de mécaniciens Hanriot, le 24 juin 1928 - Désigné examinateur au centre d'examen des mécaniciens de Bordeaux, le 2 juillet 1928 - Affecté au centre d'instruction des spécialistes de l'aviation de Bordeaux, le 8 janvier 1929 - Nommé Officier d'académie, le 25 février 1930 - Mis en congé du personnel navigant, le 1er décembre 1933 - Admis à la retraite, le 13 septembre 1938 - Domicilié 23, rue Bori à Bordeaux - Sources : FM - CCC - MdH - JO.

* Croix de guerre et une citation à l'ordre du 3ème régiment de chasseurs d'afrique du Slt Camille Duvat, en date du XX juin 1915 : "A fait comme volontaire une reconnaissance de nuit dans les lignes ennemies et dans des circonstances très périlleuses."

Trois navigants de la SAL 122 dont deux restent à identifier - A gauche, le Slt Roger Kissel - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

 

Photo du Cne Jean de Luppé

Cne Jean Bertrand Odon Marie de Luppé - Né le 3 juillet 1887 à Paris (75) - Fils de Gontran Ernest Marie Gontran de Luppé et de Marie d'Oilliamson - Domiciliés 25, rue de la Ville Lévêque à Paris (75) - Classe 1907 - Recrutement de Blois (Loir-et-Cher) sous le matricule n° 1340 - Engagé à l'école militaire spéciale de St-Cyr, en octobre 1906 - Promotion "du Centenaire de l'école" (1906-1909) - Nommé Sous-Lieutenant et affecté au 1er régiment de Cuirassiers - Démissionnaire de l'armée - Après un tour du monde, exploite une plantation de thé à Ceylan - Rentre en France lors de la mobilisation générale de 2 août 1914 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée en janvier 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, en août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1969 obtenu à l'école militaire d'aviation de Pau, le 22 novembre 1915 - Stage de perfectionnement à l'école militaire d'aviation d'Ambérieu, jusqu'au 13 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille C 9 du 17 janvier au 16 octobre 1916 - Détaché du 10 au 28 février 1916 - Commandant de l'escadrille C 122 du 14 octobre 1916 au 27 août 1917 - Nommé Capitaine à titre temporaire en décembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée en juillet 1917 - Commandant de l'escadrille SPA 83 du 16 septembre 1917 au 14 septembre 1918 - Fait prisonnier, après un combat contre sept adversaires, au Nord de Condé-sur-Aisne, le 14 septembre 1918 - Emprisonné à Rastatt (Allemagne) jusqu'à la fin de la guerre - Marié avec Sarah Clarke Beecher à Paris (75), le 10 mai 1922 - Affecté au 16ème régiment de Dragons - Détaché au 1er régiment d'aviation de chasse de Thionville-Basse-Yutz, le 10 novembre 1922 - Décédé en 1976 - Sources : Pam - FM 41 - CCC C 9 - CCC C 122 - LO non communicable - JORF - Dernière mise à jour : 5 décembre 2015.

* Citation à l'ordre de l'armée du Cne Jean Marie Odon Bertrand de Luppé du 1er régiment de Cuirassiers, à l'escadrille SPA 83 (groupe de combat 14), en date du 12 octobre 1918 : "Officier d'un courage admirable, poussant la hardiesse jusqu'à la témérité. A été un exemple constant pour ses pilotes, qu'il entrainait tous les jours au combat. Le 4 septembre, après avoir incendié un ballon ennemi et poursuivi par une grosse patrouille, quoiqu'il eu le temps de rentrer dans nos lignes, a fait face et, seul contre sept, a engagé un combat acharné, au cours duquel il a dû atterrir dans les lignes ennemies."

 

Les avions

Capotage d'un Caudron G 4 de l'escadrille C 122 - L'insigne est visible sur le flanc des nacelles moteur - Remarquez les bandes d'identification peintes sous les ailes en forme de chevron - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Michel Delannoy que je remercie pour son aide.

Morane Saulnier P (type XXI) n° 1095 de l'escadrille C 122 en 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Michel Delannoy que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Morane Saulnier P (type XXI) de l'escadrille C 122 en 1917 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Trois sous-lieutenants de l'escadrille SAL 122 posent devant un Salmson 2A2 de leur unité - Celui au centre est américain - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Gros plan sur le capot moteur d'un Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 122 - La face avant est entièrement pivotable et permet l'accès facile au propulseur - Photo Jacques Bouvais transmise par Jean-Jacques Petris, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Slt Jacques Bouvais, pilote de l'escadrille SAL 122 du 22 janvier au 19 août 1918, pose avec un des Salmson 2A2 qui lui a été affecté - Au sein de la SAL 122, il a volé sur les Salmson 2A2 n° 164 - 292 et 866 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jacques Bouvais transmise par Jean-Jacques Petris, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les avions

Le Slt Jacques Bouvais, blessé à la tête, pose en compagnie d'un camarade de l'escadrille SAL 122, probablement au début de 1918 - A cette époque, les trois Morane-Saulnier type P (XXI) n'étaient plus utilisés opérationnellement mais servaient à l'entrainement et à la liaison entre les terrains - Photo Jacques Bouvais transmise par Jean-Jacques Petris, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Les équipages de l'escadrille SAL 122 sur le terrain de Saizerais (Meurthe-et-Moselle) pose devant le Letord 1 n° 117 affecté à l'Adj Jean Amigues, le 5 mars 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Un équipage de l'escadrille SAL 122 pose devant un Salmson 2A2 de leur unité - Le trèfle à quatre feuilles, symbole de l'unité, est bien visible sur le fuselage de l'appareil - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Passage bas pour un Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 122 en 1918 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Trois Salmson 2A2 de l'escadrille SAL 122 en 1918 - Les trois appareils portent l'insigne de l'escadrille, le tréfle à quatre feuilles adopté par le Cne Jean de Luppé - Photo Jacques Bouvais transmise par Jean-Jacques Petris, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

A droite, le Slt Jacques Bouvais, pilote de l'escadrille SAL 122 du 22 janvier au 19 août 1918, pose en compagnie de trois de ses camarades officiers - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jacques Bouvais transmise par Jean-Jacques Petris, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

 

Photos aériennes

Photo verticale du village de Craonnelle, sur le Chemin des Dames, prise par un équipage de l'escadrille C 122, le 2 juillet 1917 - Altitude de prise de vue 1000 mètres - Focale de l'appareil photo 0,26 m (F 26) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Terrain de Toul (54) - L'escadrille SAL 122 a stationné sur place du 21 décembre 1917 au 21 janvier 1918 et du 1er avril au 23 août 1918 - Photo Roger Kissel transmise par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Photos aériennes

Terrain de Saizerais (54) - L'escadrille SAL 122 a stationné sur ce terrain du 21 janvier au 1er avril 1918 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

Terrain de Saizerais (54) - L'escadrille SAL 122 a stationné sur ce terrain du 21 janvier au 1er avril 1918 - Photo Roger Kissel transmis par Roland Kissel, son fils, que je remercie pour son aide.

 

 

Remerciements :

- M. Roland Kissel pour l'envoi des photos de Roger Kissel, son père.
- Mme Anne Azzarone-Breton pour l'envoi des photos de Jean Breton, son grand-père.
- M. Jacques Beilin pour l'envoi des archives de Georges Kohn, son arrière grand-oncle.
- M. Jean-Jacques Petris pour l'envoi des archives de Jacques Bouvais, son grand-père.
- M. Michel Delannoy pour l'envoi des photos de sa collection.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 de Philippe Bartlett - publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 121 Escadrille 123

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir