Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

L'insigne peint sur les fuselages - Dessin d'après photo Albin Denis.

Insignes métalliques de
l'escadrille BR 128

Insigne métallique de l'escadrille BR 128 de 1918 - Il est en métal découpé - Insigne Collection Philippe Bartlett que je remercie pour son aide.

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 128 était un scarabée rouge posé sur un ovale noir. La génèse de cet insigne n'est actuellement pas connue.

Historique

Les premiers personnels :

Les 42 premiers personnels de l'escadrille PS 128, des mécaniciens, ont été rassemblés à Lyon-Bron, le 14 avril 1917. Ils font mouvement vers l'école d'aviation militaire de Chartres, via Roanne, Nevers, Orléans où ils arrivent le 18 avril. Après une formation sur Paul Schmitt, ils quittent l'école, le 30 avril. Le 1er mai, ils sont pris en subsistance par l'escadrille PS 127 qui est stationnée sur le terrain de Ravenel / Plessier-sur-St-Just (Oise).

Constitution officielle :

Le personnel restant, comprenant les navigants, la mécanique et les administratifs, les rejoignent sur place. La PS 128 est officiellement constituée, le 6 mai 1917. C'est à partir de cette date que l'escadrille PS 128 possède l'intégralité de son personnel. Elle est placée sous le commandement du Cne Alcide Jean et dotée de dix avions Paul Schmitt 7.

En mai 1917, les personnels navigants de la PS 128 sont les suivants :
* Pilotes : Ltt Alcide Jean (commandant d'unité) - Ltt Louis Barjaud - Ltt Marius Orcel - Adj Ferdinand Poulain - Sgt André Antoine - Sgt Alphonse Richez - Sgt Jean L'Huillier - Sgt Jean Le Dortz - Cal Georges Nadal - Cal Claude Dufief - Cal Alcide Pelluchon - Cal Henri Perry - Cal Jean Moquet - Cal Louis des Salles.
* Mitrailleurs : Sgt Louis Leroux - Sgt Albert Armangue - Sgt Emile Soyez - Sgt Marcel Cherouvrier - Sgt Gédéon Giraud - Sgt Henry Lefrançois - Cal Gaston Damiette - Cal Maurice Claussman - Sol Augustin Truc - Sol Louis Mallet.

Premières pertes :

Le 26 mai 1917, l'escadrille PS 128 perd ses premiers navigants au combat. Le Paul Schmitt PS 7 n° 4335 de l'équipage Cal Jean Moquet / MdL Gédéon Girault est abattu, probablement par des unités de DCA allemande, les Flak Zug 53 et K Flak 29, dans les environs d'Ecourt-Saint-Quentin (02). Les deux aviateurs sont tués.

Le procès verbal de perte, enregistré par l'escadrille, nous donne une vision précise des équipements et des effets de vol qu'emportaient ces hommes à l'occasion de cette mission : l'appareil de visée n° 22 - l'aviaphone n° 22 - 2 altimètres - 2 boussoles - 2 montres - 2 indicateurs de vitesse - 2 indicateurs de pente - 2 combinaisons fourrées - 2 paires de chaussons fourrés - 2 paires de chaussons papier - 2 paires de gants fourrés - 2 paires de gants papier - 2 paires de lunette - 2 chandails - 2 passe-montagnes - 2 paires de chaussures - 2 vareuses - 2 pantalons - 2 chemises - 2 flanelles - 2 paires de chaussettes - 2 caleçons.

Le 1er juillet 1917, l'escadrille PS 128 fait mouvement sur le terrain de Ravenel (60).

Rattachement au GB 3 :

Le GB 3, qui a perdu les escadrilles 108 et 109, reçoit la VB 113, ainsi que les quatre escadrilles du groupe Paul Schmitt. Ces unités sont progressivement transformées sur Sopwith 1B2. La 128 passe sur le bombardier biplace d'origine britannique, le 31 juillet 1917.

Le 20 août 1917, l'escadrille PS 128 fait mouvement sur le terrain de Flez (80) -

Passage sur Breguet 14 B2 :

Le 5 janvier 1918, l'escadrille est transformée sur Breguet 14 B2.

Rattachement de l'escadre de bombardement n° 13 :

Le 10 février 1918, le GB 3, dont la BR 128 est rattachée, passe à l'EB n° 13.

 

A suivre

 

Insignes métalliques des unités
héritières de ses traditions

Insigne de la 2ème escadrille du GB I/23 - Fabrication Augis de 1941-1942 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne du GB I/23 de 1936 - Ce groupe, équipé de MB 200, était stationné à Toulouse-Francazal - Il comprenait deux escadrilles héritées de la Grande Guerre : la 1ère escadrille, héritière des traditions de la BR 127 et la 2ème escadrille, héritière des traditions de la BR 128 - Insigne fabrication Drago Beranger de 1936 - Insigne Collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Variante de l'insigne du GB I/23 - Les bleus sont beaucoup plus clairs - Insigne fabrication Drago Beranger - Droits réservés.

Insigne de l'EB 3/94 "Arbois" - Cette unité était équipée de Mirage IV A et était stationnée sur le terrain de Luxeuil-St-Sauveur du 1er février 1965 au 1er octobre 1983 - Insigne collection Albin Denis.

Insigne réalisé à l'occasion de la dissolution de l'EB 3/94, le 1er octobre 1983 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de l'escadron de Chasse et d'Expérimentation 5/330 "Côte d'argent" stationné sur la BA 118 de Mont-de-Marsan - Cette unité a repris les traditions des escadrilles BR 127 et BR 128 de la Grande guerre, le 1er juillet 2013 - Fabrication Arthus-Bertrand - Il a été homologué à la section symbolique et traditions de l'armée de l'air du château de Vincennes sous le n° A 1420 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille BR 128

Insignes métalliques des unités
héritières de ses traditions

Insigne métallique de la 2ème escadrille de l'escadron de Chasse et d'Expérimentation 5/330 "Côte d'argent" stationné sur la BA 118 de Mont-de-Marsan - Cette unité a repris les traditions de la BR 128 de la Grande guerre, le 1er juillet 2013 - Fabrication Arthus-Bertrand - Il a été homologué à la section symbolique et traditions de l'armée de l'air du château de Vincennes sous le n° A 1422 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Fanions des unités
héritières de ses traditions

Fanion de l'EB 3/94 "Arbois" en vigueur du 1er février 1965 au 1er octobre 1983 - Photo extraite du dossier Pdf du site ANFAS consacré à l'EB 3/94 "Arbois" - Sera remplacée quand je pourrais faire une photo du vrai fanion.

Fanion de la 2ème escadrille de l'EB 3/94 "Arbois" - A voir son état d'usure avancé, il s'agit probablement du fanion hérité de la 2ème escadrille du GB I/23 de 1936-1943 - Photo extraite du dossier Pdf du site ANFAS consacré à l'EB 3/94 "Arbois" - Sera remplacée quand je pourrais faire une photo du vrai fanion.

Pièces en rapport

Tissu imprimé daté en toute vraisemblance de l'époque de la 2ème escadrille du GB I/23 (2ème guerre mondiale) - Photo Ebay.

 

Appellations successives

Périodes de stationnements

Carte des différents stationnements

 

Commandants

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

 

Rattachements de l'escadrille

Décorations

Le Général Commandant en Chef les armées françaises du Nord et du Nord-Est, cite à l'ordre de 1'Armée, l'escadre n° 13 en date du 28 Septembre 1918 :
L'Escadre n° 13 Composée :
- du Groupe de bombardement 3 (Escadrilles Br 107, 126 et 128 ) commandé par le Chef d'escadron Rocard, tombé glorieusement dans les lignes ennemies en se portant au secours d'un de ses équipages attaqué ;
- du Groupe de bombardement 4 (Escadrilles Br 131, 132 et 134) commandé par le capitaine Etournaud ;
- de l'Escadrille de protection C.46, commandée par le capitaine Bloch :
"Sous l'ardente impulsion de son chef, le Chef d'Escadron de La Morlais, n'a cessé, depuis sa formation récente, de se dépenser sans compter dans la bataille. Sur la Marne, en Juillet 1918, a attaqué et bombardé sans répit les passerelles, les rassemblements et les convois ennemis. Sur la Somme et sur l'Aisne, en Août, a semé journellement l'épouvante et le désordre parmi les formations ennemies. Au cours de l'offensive franco-américaine sur Saint Mihiel, en Septembre, vient encore de manifester son ardeur combative, en intervenant dans la bataille et sur les points de concentration ennemis par ses bombardements et ses mitraillages".

Le Maréchal de France, Commandant en Chef les Armées de l'Est, cite à l'ordre de 1'Armée, l''Escadre de bombardement n°13 en date du 4 Février 1919 : "Unité de premier ordre sous le commandement du Chef d'Escadron de LA MORLAIS, secondé par :
− le Capitaine de Geffrier, Commandant le GB 3 (Escadrilles Br 107, 126, 128)
− le Capitaine Etournaud, Commandant le GB 4 (Escadrilles Br 131, 132, 134)
− et protégée par l'Escadrille de triplaces de combat C 46 commandée par le Lieutenant Rresal.
Depuis le 25 septembre 1918, a brillamment pris part à toutes les opérations de nos armées en Champagne, sur 1'Aisne et dans la Woevre, faisant preuve du plus bel esprit offensif. Conservant jusqu'au dernier jour son moral élevé et sa confiante ardeur, a réussi à atteindre sévèrement l'ennemi dans ses cantonnements et dans ses formations de combat, coopérant ainsi avec les autres armes à mettre l'ennemi en déroute, notamment : le 27 Septembre 1918 a pris une part active aux opérations des armées françaises et américaines en Champagne; le 28 septembre, a bombardé et mitraillé dans la grêle les troupes ennemies et les convois à 200 mètres d'altitude; le 6 octobre a recommencé le même exploit; le 10 octobre, après avoir en plein jour bombardé la gare de Vouziers, est retournée continuer de nuit son oeuvre et a réussi à faire sauter des trains de munitions. Au cours de ces opérations, a jeté 166 tonnes de projectiles, tiré 80.000 cartouches, pris 378 clichés photographiques, livré 25 combats et abattu ou désemparé 10 avions ennemis".

 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

Les hommes

A gauche, le Cne René Le Forestier, pilote et commandant de l'escadrille BR 128 du 22 juin 1918 au 1er janvier 1920 et le Ltt Louis Dauvin, observateur, devant un Breguet 14 B2 de leur unité après qu'ils aient effectué 40 missions de bombardement - Photo collection Albin Denis.

* Cne René Charles Alexis Le Forestier - Né le 22 février 1885 à Versailles (78) - Fils de Gaston Marie Albert Le Forestier et de Fanny Clotilde Hennet de Bernoville - Domiciliés 11ter rue Colbert à Versailles (78) - Classe 1905 - Recrutement de Versailles sous le n° matricule 3364 - Profession avant service militaire Etudiant - Engagé volontaire pour 4 ans au 28ème régiment de Dragons de Libourne, à compter du 1er octobre 1906 comme élève de l'école spéciale militaire (article 23 de la loi du 21 mars 1905) - Nommé Brigadier, le 9 février 1907 - Nommé Maréchal des Logis, le 20 septembre 1907 - Envoyé à l'école spéciale militaire, le 18 octobre 1907 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 19ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1909 - Tombé de cheval à la carrière du Carrousel avec entorse du pied gauche, le 26 juillet 1910 - Nommé Lieutenant et affecté au 20ème régiment de Dragons, le 1er octobre 1910 - Toujours dans cette unité, lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Couverture de Sarrebourg en août 1914 - Bataille de la Marne - Artois - Belgique - Ypres en 1914 - Citation n° 29 à l'ordre du régiment, le 29 décembre 1914 - Secteur d'Alsace de décembre 1914 à juillet 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 22 juillet 1915 - Observateur de l'escadrille VB 103 du 23 juillet au 26 décembre 1915 - Raids aérien en Lorraine - Offensive de Champagne - Citation n° 60 à l'ordre du GB 1, le 25 septembre 1915 - Détaché à Aulnay du 6 au 19 octobre 1915 - Affecté à l'école de Pau comme élève pilote, le 26 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2896 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 10 mars 1916 - Stage de perfectionnement bombardement sur Voisin à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu du 12 mars au 11 avril 1916 - Stage de spécialisation sur Voisin à l'école d'aviation militaire de Châteauroux du 11 avril au 2 mai 1916 - GDE du 2 mai 1916 au 10 avril 1917 - Commandant de l'escadrille PS 127 du 10 avril au 25 juin 1917 - Convoyage d'un avion du 5 au 9 mai 1917 - Radié du personnel navigant, le 17 juin 1917 - Affecté au 9ème régiment de Cuirassiers du 17 juin au 22 octobre 1917 - Stage à Avord du 22 au 29 octobre 1917 - Réintégré dans le personnel navigant, le 22 octobre 1917 - Pilote de l'escadrille BR 111 du 14 novembre 1917 au 27 janvier 1918 - Pilote de l'escadrille BR 108 du 29 janvier au 20 juin 1918 - En mission à la RGA du 12 au 19 mars 1918 - Attaque allemande sur Montdidier et Chateau-Thierry - Nommé Capitaine, le 19 avril 1918 - Citation n° 7852 à l'ordre du corps d'armée, le 13 juin 1918 - Pilote et commandant de l'escadrille BR 128 du 21 juin 1918 au 1er janvier 1920 - Attaque aémricaine sur St-Mihiel avec poursuite des forces allemandes en Champagne et Argonne - Croix de Guerre et une citation n° 334 à l'ordre de l'armée, le 19 septembre 1918 - Termine la guerre avec 423h de vol de guerre et 110h35 normales - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 25 novembre 1918 - Passé au 2ème régiment d'aviation de bombardement, le 1er janvier 1920 (création des régiment d'aviation) - Classé en position hors cadre à l'aéronautique du 9ème régiment de Cuirassiers au 3ème régiment d'aviation de bombardement, le 14 avril 1920 - Classé dans les cadres de l'arme de l'aéronautique au 3ème régiment d'aviation de bombardement, le 18 juin 1920 - Marié avec Isabelle Marie Marguerite Bodin à Poitiers, le 7 avril 1923 - Affecté au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 10 janvier 1925 - Son patronyme passe de "Le Forestier" à "Le Forestier du Boisson Sainte Marguerite", le 24 juillet 1925 - Affecté comme adjoint au directeur du service de préparation militaire supérieure de l'instruction des officiers de réserve de la 9ème région militaire à Poitiers - Affecté au 38ème régiment d'aviation de Thionville-basse-Yutz - Reste détaché à Poitiers - Commandant du CM d'aviation n° 38 à Poitiers - Nommé Chef de Bataillon, le 25 juin 1931 - Mis en congé du personnel navigant, le 23 octobre 1934 - Départ en retraite, le 1er décembre 1937 - Domicilié 50, rue Blassac à Poitiers (Vienne) - Nommé Lieutenant-colonel - Officier de la Légion d'Honneur, le 14 juillet 1952 - Domicilié 13, rue de Béthune à Le Chesnay (Seine-et-Oise) - Décédé, le 14 juillet 1963.

* Citation n° 29 à l'ordre du régiment, le 29 décembre 1914 : "A fait de nombreuses reconnaissances au contact de l'ennemi, les a toujours habilement conduite, a notamment fourni des renseignements précis sur les emplacements des batteries et tranchées dans les régions de Cuisy et Rouzart pendant les mois de septembre et octobre 1914."

* Citation n° 60 à l'ordre du GB 1, le 25 septembre 1915 : "Depuis son arrivée à l'escadrille, comme officier observateur, donne l'exemple d'une entrain bien français, fait de gaité et de sang-froid. A effectué de nombreux bombardements au cours desquels il a eu un combat avec un Aviatik et reçu plusieurs fois des éclats d'obus dans son appareil."

* Citation n° 7852 à l'ordre du corps d'armée, le 13 juin 1918 : "Officier pilote d'une haute valeur morale et remarquable par son mordant. A effectué de nombreux bombardements et a participé à six grands raids - A pris une part très active aux bombardements et mitraillages à faible altitude des colonnes ennemies, opérations au cours desquelles il a livré plusieurs combats et ramené son avion sérieusement atteint. Deux citations."

* Citation n° 334 à l'ordre de l'armée, le 19 septembre 1918 : "Excellent chef d'escadrille ayant su gagner la confiance de son unité par ses qualités de courage et de sang-froid et sur faire une escadrille d'élite. A effecté plus de 40 bombardements."

* Ltt Louis Jean Anatole Dauvin - Né le 13 mai 1896 à Paris (75) - Fils de François René Dauvin et de Jeanne Barattier - Domiciliés au 14, rue Marceau à Montpellier - Classe 1914 - Recrutement de Béziers sous le n° matricule XXX - Engagé au 1er régiment de Hussards, le 21 août 1914 - Affecté au 2ème régiment de Hussards - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 9 ocotbre 1915 - Affecté au 9ème régiment de Hussards - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 21 juillet 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote de l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 31 août 1917 - Echoue aux épreuves - Passé observateur - Stage à l'école d'aviation militaire de Juvisy, jusqu'au 28 septembre 1917 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 3 au 23 novembre 1917 - Observateur de l'escadrille BR 128 du 23 novembre 1917 au (3ème trimestre 1919) - Stage au RGA du Bourget du 10 mars au 1er avril 1918 - Affecté au service des entrepôts et du ravitaillement de l'aviation à Nanterre, le 29 janvier 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 16 juin 1920 - Domicilié 4, rue Edmond Valentin à Paris 7ème arrondissement - Administrateur de biens - Décédé au 47, rue Copernic à Paris 16ème arrondissement, le 7 mai 1969.

* Citation à l'ordre de l'armée au Ltt Louis Jean Anatole Dauvin,, du 2ème régiment de Chasseurs, mitrailleur à l'escadrille BR 128 : "Officier mitrailleur de grande valeur, possédant une remarquable instruction technique et remplissant avec une bravoure digne d'éloges les missions qui lui sont confiées. A pris part à trente-cinq bombardements dont plusieurs à faible altitude et a livré de nombreux combat au cours desquels son avion a été plusieurs fois sérieusement atteint. Une citation."

* Citation à l'ordre de l'armée et Chevalier de la Légion d'Honneur au Ltt Louis Jean Anatole Dauvin, lieutenant de cavalerie au 34ème régiment d'aviation, en date du 16 juin 1920 : "Engagé volontaire pour la durée de la guerre. A fait preuve au cours de la campagne, d'énergie, de courage et d'une compétance remarquable. Comme observateur bombardier, s'est distingué au cours de cinquante sept bombardements effectués sur l'ennemi. Trois citations."

Les hommes

A gauche, le Cne Eugène Rocard, commandant de l'escadrille BR 128 du 27 décembre 1917 au 22 juin 1918 , pose en compagnie d'un navigateur, devant son Breguet 14 B2, sur le terrain de Chaudun (02), le 19 avril 1918 - Photo archives municipales de Toulouse sous le n° 49 Fi 1057 via Serge Hoyet que je remercie pour son aide.

 

Photo du Cne Louis Barjaud

Cne Louis Aimé Edmond Albert Barjaud - Né le 16 novembre 1889 à Châteauneuf-la-Forêt (Haute-Vienne) - Fils de Jacques Barjaud et de Marie Fauvreau - Services à l'école militaire préparatoire d'Autun du 16 novembre 1905 au 13 décembre 1907 - Classe 1909 - Recrutement de Guéret (Creuse) sous le matricule n° 1357 - Engagé volontaire pour cinq ans, au titre du 5ème régiment de dragons, à compter du 14 décembre 1907 - Arrivé à l'unité, le 29 décembre 1907 - Nommé Brigadier, le 26 mai 1908 - Nommé Maréchal des Logis, le 12 février 1909 - Victime d'une entorse du genou droit, le 6 juin 1911 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 18 septembre 1911 - Nommé Aspirant, le 1er octobre 1912 - A suivi les cours des aspirants à l'école de cavalerie du 1er octobre 1912 au 15 août 1913 - Sorti 7ème sur 112 - Nommé Sous-lieutenant et affecté au 1er régiment de chasseurs, caserné à Châteaudun, le 1er octobre 1913 - Alors qu'il était à la tête de son peloton, a été victime d'une entorse du genou droit quand son cheval glissa en l'entrainant dans sa chute, le 28 septembre 1914 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1915 - A suivi un cours d'officier mitrailleur à Vincennes du 1er au 24 avril 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2449 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 19 janvier 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, jusqu'au 6 mai 1916 - Pilote de l'escadrille PS 128 du 11 mai au 17 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille PS 126 / BR 126 du 17 juillet 1917 au 1er janvier 1920 - Croix de Guerre et citation n° 103 à l'ordre de l'armée, en date du 1er novembre 1917 - En stage au GDE du 22 novembre au 5 décembre 1917 - Commandant de l'escadrille BR 126 du (3ème trimestre 1918) au 1er janvier 1920 - Citation n° 13 à l'ordre de l'armée, en date du 25 mai 1918 - Citation n° 10500 à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1918 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 25 octobre 1918 - Affecté au 3ème régiment d'aviation de bombardement, le 1er janvier 1920 - Affecté au 12ème régiment d'aviation, le 7 juillet 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 12 juillet 1921 - Passé dans l'arme du Génie et maintenu hors cadre aéronautique, le 19 septembre 1921 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 23 septembre 1921 - Affecté à l'école militaire et d'application de l'aéronautique, le 25 décembre 1923 - Nommé Chef de bataillon, le 25 décembre 1928 - Détaché à la direction de l'aéronautique nationale du ministère de l'air du 14 janvier au 14 avril 1929 - Prend le commandement du service des avions, le 15 avril 1929 - Affecté à l'administration centrale, le 10 septembre 1931 - Officier de la Légion d'Honneur, le 23 décembre 1933 - Nommé Lieutenant-colonel, le 25 septembre 1934 - Nommé chef de service provisoire du personnel militaire de l'armée de l'Air, le 27 avril 1936 - Affecté à l'école de l'Air à Versailles comme Commandant l'escadre d'instruction d'aviation, le 2 septembre 1936 - Nommé Colonel, le 15 septembre 1937 - Sources : Pam - CCC escadrille PS 128 - CCC escadrille PS 126 / BR 126 - Liste des brevets militaires - Fiche matricule du département de la Creuse - JORF - Dernière mise à jour : 29 octobre 2016.

* Citation n° 103 à l'ordre de l'armée, en date du 1er novembre 1917 : "Pilote remarquable par ses qualités de sang-froid et de courage et d'allant. A pris part à de nombreux bombardements dans des circonstances parfois très défavorables et a eu à plusieurs reprises son appareil atteint par des éclats d'obus. S'est particulièrement distingué les 30 septembre et 16 octobre 1917 en atteignant des objectifs importants où de violents incendies furent allumés."

* Citation n° 13 à l'ordre de l'armée, en date du 25 mai 1918 : "Officier pilote d'un courage et d'un allant exceptionnel. S'inspirant en toute occasion d'un sentiment très élevé du devoir. Le 24 mars 1918 a abattu un avion ennemi."

* Citation n° 10500 à l'ordre de l'armée, en date du 10 octobre 1918 : "Excellent officier exécutant toutes les expéditions à la tête de son escadrille dont il a su, par son expérience, son courage et son exemple faire une unité remarquable. S'est dépensé sans compter au cours des dernières batailles de l'Aisne et de la Picardie, bombardant et mitraillant sans répit l'ennemi en retraite avec un plein succès.

 

Les avions

L'Adj André Monard, mitrailleur de l'escadrille SOP 128 du 20 juillet 1917 au 27 mai 1919, pose à côté du Sopwith 1B2 baptisé "Minette", appartenant à son unité en 1917 - Son frère, Henri, a été pilote de la 128 du 20 août 1917 au 27 février 1919 - Photo André Monard, transmise par Jean Monard, son fils, que je remercie pour son aide.

Cne René Le Forestier, pilote et commandant de l'escadrille BR 128 du 22 juin 1918 à la fin de la guerre pose en compagnie Ltt Louis Dauvin, observateur, devant un Breguet 14 B2 de leur unité après qu'ils aient effectué 40 missions de bombardement - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Albin Denis.

Les avions

Breguet 14 B2 de l'escadrille BR 128 sur le terrain de Champien (Somme), le 8 mars 1918 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo fond Berthelé conservé aux archives municipales de Toulouse.

Breguet 14 B2 de la BR 128 abattu en 1918 - Cet exemplaire a été construit sous licence par Michelin - Impossible de donner plus de détails car plusieurs Breguet 14B2 ont été abattus dans des circonstances analogues - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

 

Je cherche des photos des avions
de cette escadrille - Qui peut-m'aider ?

 

Remerciements :

- M. Grégory VanWyngarden pour l'envoi de la photo du Breguet 14B2 abattu.
- M. Patrice Gout pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.

Bibliographie :

- Compte-rendus d'opérations de la 1ère division aérienne - Collection Albin Denis.
- Compte-rendus des reconnaissances officielles -
SHD section Air du Château de Vincennes.
- Fiche matricule du Cne René Le Forestier
mise en ligne par les Archives départementales des Yvelines.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les insignes de l'Aéronautique Militaire Française jusqu'en 1918 de Philippe Bartlett - publié par les éditions Indo Editions en 2002.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet " Pages 14-18 " de Joël Huret.

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 127 Escadrille 129

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez pour agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir