Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes collectifs
de l'escadrille 219

Le premier insigne collectif de l'escadrille C 219 - Les armes de la ville de Mulhouse - Définition héraldique : D'argent à une roue à huit aubes de gueules - Ce dessin est conforme à la représentation qui était peinte sur les nacelles de fuselage des Caudron G 4 - L'insigne était peint au pochoir ce qui explique ces coupures dans le tracé de la roue à aubes d'un moulin à eau - Dessin Albin Denis d'après photo.

Le second emblème collectif adopté par la C 219, un rapace tenant le blason de la ville de Mulhouse dans ces serres - Il s'agit de la reprise intégrale du blason de la ville, une roue à huit aubes sur fond de blason argent - Dessin Albin Denis d'après photo.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Spendide insigne métallique d'une escadrille héritière des traditions de l'escadrille BR 219 de la Grande Guerre - Cet insigne est probablement de la fin des années 20 début des années 30 - Il y a donc plusieurs possibilités - Il semble en argent malgré l'absence de poincon - Fermeture par épingle à bascule - Collection Guy Bianchi que je remercie pour son aide.

Insigne métallique de la 4ème escadrille du GO II/32 - La première matrice est de mars 1936 - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille BR 219

Symbolique

L'escadrille V 21 ne semble pas avoir utilisé d'insigne collectif. L'escadrille C 219, quand à elle, a d'abord adopté comme emblème les armoiries de la ville de Mulhouse, puis un rapace tenant le blason de la ville dans ses serres.

Historique

L' Escadrille V 21 :

Créée en décembre 1913, l'escadrille V 21 est placée sous les ordres du Cne René Guichard. Lors de la déclaration de la guerre, l'unité est affectée au service aéronautique de la IVème armée et opère à partir du terrain de Brienne-le-Château (10). Le 20 octobre 1914, une première victoire aérienne homologuée est remportée par l'Adj Albert Mézergues. Quelques jours plus tard, le 5 novembre 1914, elle perd un premier équipage avec la mort de l'Adj Rondeau et du Soldat Vernier, dont l'avion est abattu par la DCA entre Souain et Somme-Py (51).

Détachée au GB 1 :

Le 7 juin 1915, la V 21 renforce provisoirement le 1er groupe de bombardement (GB 1) pour participer à une mission de bombardement très importante sur Karlsruhe (Allemagne). Cette mission sera réalisée, le 15 juin, avec l'engagement de 23 Voisin LAS, issus des 4 escadrilles (VB 101, VB 102, VB 103, V 21), qui lanceront 121 obus de 90 et trois de 155 sur les casernes, le château, la gare et la fabrique d'armes de la ville. Aussitôt cette mission réalisée, la V 21 reprend sa liberté d'action et son service à la IVème armée.

Arrivée de deux sections d'avions canon :

Le 1er septembre 1915, l'escadrille V 21 est renforcée de deux sections d'avions canon (les n° 8 et n° 9) commandée par le Slt Louis Dubuis. Chacune de ses deux sections possède 2 Voisin LAS équipé d'un canon de 37 mm.

Une citation à l'ordre de la IVème armée :

Citation à l'ordre de l'armée de l'escadrille V 21 décernée par le général de Langle de Cary, commandant la IVème armée, en date du 25 octobre 1915 : "A rendu pendant les opérations, des services tout à fait exceptionnels, grâce à la compétance et à l'énergique impulsion de son chef, le Capitaine Guichard, au courage, à l'audace et au dévouement absolu de tout son personnel."

Les trois composantes de la V 21 :

Le 25 octobre 1915, l'escadrille V 21 est composée de trois entités :

  • le 1er groupe (7ème CA), commandé par le Ltt Antoine de Dampierre, avec 6 pilotes et 6 observateurs.
  • le 2ème groupe (22ème CA), commandé par le Ltt Baras, avec 6 pilotes et 5 observateurs.
  • deux sections d'avions canon (n° 8 et 9) commandée par le Slt Louis Dubuis, avec 4 pilotes et 5 canonniers.

Le 24 novembre 1915, les sections d'avions canon 5, 8 et 9 sont réunies et constituent une nouvelle escadrille, la VC 111. A partir de cette date, l'escadrille V 21 ne possède plus que des Voisin LAS.

Elle passe à la VIème armée :

En janvier 1916, la V 21 passe sous le commandement de la VIème armée et s'installe sur le terrain de Bougainville (80). En avril 1916, maintenant stationnée sur le terrain de Pierrefonds, l'escadrille abandonne ses Voisin LAS pour des Caudron G 4 tous neufs.

L'escadrille C 21 :

Maintenant équipée de Caudron G 4, elle assure les missions de reconnaissance et de réglage d'artillerie au profit de la VIème armée. Le 28 octobre 1916, le Cne Jean de Fontenilliat en prend le commandement

Dissolution de la C 21 et création de la C 219 :

Dans le but d'harmoniser la désignation des escadrilles de l'aéronautique militaire, l'escadrille C 21 est dissoute le 31 décembre 1916 et immédiatement recréée avec un nouveau numéro. Elle devient l'escadrille C 219 et plus particulièrement chargée des missions d'observation, de reconnaissance photo et surtout des réglages d'artillerie lourde à grande puissance de la VIème armée. Le 16 janvier 1917, le Cne Georges Tastevin en prend le commandement. Il le gardera jusqu'à la fin de la guerre.

Escadrille Espinasse :

Du 16 avril au 7 mai 1917, la C 219 est engagée dans l’offensive du Chemin des Dames et fournit en plus une partie du détachement de l'escadrille Espinasse qui est envoyé en ltalie afin de régler les tirs des unités d’artillerie lourde françaises opérant sur ce front. Les différents personnels reprennent leurs places au sein de leurs unités respectives en juillet, avec le retour en France.

Escadrille SOP 219 :

La C 219 est transformée sur Sopwith  1A2 en juillet 1917 et prend l'appelation de SOP 219. L'unité est affectée à la 1ère armée, le 7 juillet 1917. Elle participa à l’offensive des Flandres et qu’elle ne quitta qu’en décembre pour passer sous le commandement de l'aéronautique à la IIIème armée. En janvier 1918, elle passe à la VIème armée. Sa dotation aérienne change a nouveau avec la perception de Breguet 14 A2 et reçoit l’appellation de BR-219, le 16 février 1918. En mars 1918, maintenant sous les ordres de la Vème armée, elle est engagée dans la bataille de la Montagne de Reims.

Alors que la fin des hostilités est arrivée, les équipages de l'escadrille V 21 / C 21 / C 219 / BR 219 revendiquaient neuf victoires homologuées et deux probables. Elle a été citée trois fois à l'ordre de l'armée (dont une pour le détachement en ltalie). Pendant la durée de la guerre, les pertes des escadrilles V 21, C 21, C 219 et BR 219 ont été de 13 tués et de 19 blessés au combat et par accident.

L'après guerre :

Après guerre, lors de la première réorganisation de l'aéronautique militaire française, l'escadrille BR 219 devient la 4ème escadrille du 2ème régiment d’observation, déployé à Dijon-Longvic, le 1er janvier 1920. Le 1er juin 1924, elle devient 14ème escadrille du 32ème régiment d’aviation d’observation toujours sur le terrain de Dijon. Elle est détachée et envoyée en renfort au sein du 37ème régiment d'aviation, qui est engagé à la guerre du Rif, livrée au Maroc contre les tribus commandées par Abdel Krim.

Equipé de bombardiers Bloch MB 210, elle participa à la campagne de France de 1939-1940 comme 4ème escadrille du groupe II/32. Après son transfert sur Casablanca en mai 1940, elle est finalement dissoute, le 30 décembre 1942. Les traditions de cette escadrille n'ont pas été reprises depuis cette date.

 

Appellations successives

Périodes de stationnements


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

 

Rattachements

Citation à l'ordre de la IVème armée et
liste du personnel en date du 25 octobre 1915

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Commandants d'unité

Décorations

 

Personnel de l'escadrille C 219 / BR 219

Liste à venir

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus


 

Morts: en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

 

 

 

Les hommes

Cne René Guichard, commandant l’escadrille V 21, photographié en 1915 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.
* Cne René Adolphe Dominique Guichard - Né le 26 octobre 1880 à Brabant-en-Argonne (55) - Fils de Prosper Guichard et de Marie Alexine Grandpierre - Engagé au 25ème régiment d'artillerie, le 29 novembre 1895 - Nommé sous-lieutenant, le 1er octobre 1909 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1911 - Passé à l’aéronautique militaire comme élève pilote, le 18 novembre 1912 - Brevet de pilote militaire n° 343 obtenu le 23 août 1913 - Commandant de l'escadrille V 21 de la fin décembre 1914 au 28 octobre 1916 - Nommé Capitaine, le 3 septembre 1915 - Affecté à l'Inspection du Ministère de la Guerre du 27 février 1917 au 6 novembre 1918 - Avord du 6 au 29 novembre 1918 - Commandant du centre d'Autrecourt dépendant de la Vème armée, à compter du 29 novembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur - Croix de Guerre - Trois citations à l'ordre de l'armée -

Cne Marc Limasset, observateur de l'escadrille V 21 du 28 juin 1915 au 1er trimestre 1916, photographié en 1915 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.
* Cne Marc Albert Marie Limasset - Né le 31 octobre 1885 à Châlons-sur-Marne (51) - Fils de Lucien Limasset et de Angèle Poullot - Engagé à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, le 1er octobre 1905 - Affecté au 7ème régiment d'infanterie coloniale - Une citation AEF en 1910 - Médaille Coloniale - Affecté au 4ème régiment d'infanterie coloniale - Croix de Guerre - 1 citation à l'ordre de l'armée en date du 9 octobre 1914 - Nommé Capitaine, le 12 mai 1915 - Passé à l’aéronautique militaire comme observateur, le 22 juin 1915 - RGA - Observateur de l'escadrille V 21 du 28 juin 1915 au 1er trimestre 1916 - Stage à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 1er au 31 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3553 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 29 mai 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d’Avord - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu’au 1er octobre 1916 - Pilote de l'escadrille N 31 du 1er octobre au 22 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 57 du 22 décembre 1916 au 29 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 31 du 29 janvier au 19 février 1917 - Ecole de Pau à compter du 19 février 1917 - Commandant l'escadrille cotière 490 de Sfax du 24 mars 1918 à la fin décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 28 décembre 1918 - Affecté au 9ème régiment d'infanterie coloniale stationné à Hanoï (Tonkin) comme adjoint du chef de corps - Mis à la retraite pour blessures de guerre et rayé des contrôles de l'armée à partir du 5 octobre 1925 - Affecté au 4ème régiment de tirailleurs coloniaux - Domicilié 10, rue Miron à Nice.

Ltt Antoine de Dampierre, pilote de l’escadrille V 21 photographié en octobre 1915 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.
* Ltt Antoine Henri de Dampierre - Né le 4 octobre 1887 à Fontainebleau - Fils de Septime de Dampierre et Augustine Charlotte Séguier - Engagé au 8ème régiment de Dragons en novembre 1907 - Affecté au 16ème régiment de Dragons en août 1914 - Passé à l’aéronautique militaire, le 8 juillet 1914 - Observateur de l'escadrille C 11 du 8 juillet au 14 décembre 1914 - Observateur de l'escadrille MF 22 du 14 décembre 1914 au 21 janvier 1915 - Nommé Lieutenant en janvier 1915 - Brevet de pilote militaire n° 930 obtenu à l'école d'aviation de d'Avord, le 12 mai 1915 - Ecole d'aviation militaire d’Avord jusqu’au 16 juin 1915 - GDE du 16 juin au 20 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille V 21 / C 21 / C 219 du 20 juillet 1915 au 19 novembre 1917 - Retour de convalescence, le 21 août 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 8 novembre 1916 - Décédé des suites de maladie à Vauxbuin (02), le 19 novembre 1917 - Probablement des suites d'une blessure de guerre - Croix de Guerre - Médaille britannique - 2 citations à l'ordre de l'armée.

Les lieutenants Marc Zuber et Paul Weiller, observateurs de l’escadrille V 21 en octobre 1915 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.
* Ltt Marc Eugène Zuber - Né le 7 avril 1895 à Paris (75) - Fils de Jean Henri Zuber et de Hélène Adèle Risler - Parents domiciliés 19, rue Vavin à Paris (75) - Engagé à l'école polytechnique - Mobilisé au 32ème régiment d'artillerie comme engagé volontaire à compter du 14 août 1914 - Nommé Brigadier, le 15 décembre 1914 - Nommé sous-lieutenant à titre temporaire, le 26 février 1915 - Affecté au 21ème régiment d'artillerie de campagne du 26 février 1915 au 15 mars 1915 - Observateur de l'escadrille MF 60 - En subsistance à l'escadrille MF 40 du 11 au 15 août 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 / C 21 / C 219 du 15 mars 1915 au 23 mai 1917 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 1er juin 1916 - Nommé Lieutenant, me 6 juillet 1917 - Détaché à l'escadrille Espinasse en Italie du 23 mai au 28 juin 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 7 juin 1917 - Grièvement blessé au cours d'un accident d’avion en Italie, le 28 juin 1917 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital maritime de Venise, le même jour.
* Ltt Paul Louis Weiller - Né le 29 juillet 1893 à Paris (75) - Fils de Lazare Weiller et d'Alice Javal - Domiciliés 36, rue de la Bienfaisance à Paris (75) - Profession avant guerre Ingénieur de l'école Centrale de Paris - Diplomé en 1914 - Engagé au 11ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1912 - Affecté au 57ème régiment d'artillerie en août 1914 - Nommé Sous-lieutenant, le 2 août 1914 - Passé à l’aéronautique militaire comme observateur, le 4 mars 1915 - Observateur de l'escadrille MF 22 du 10 mars 1915 au 2ème trimestre 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 2ème trimestre 1915 au 14 avril 1915 - Observateur de l'escadrille MF 40 du 14 au 23 avril 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 23 avril 1915 au XXX - Brevet de pilote militaire n° 1309 du 4 août 1915 - Pilote de l'escadrille V 21 / C 21 / C 219 du 3ème trimestre 1915 au 28 juillet 1916 - Blessé au combat par une balle de mitrailleuse, le 28 septembre 1915 - Blessé au combat, le 7 août 1916 - Hospitalisé et convalescence jusqu'à 2 juillet 1916 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 10 juillet 1916 - Détaché comme pilote de l'escadrille Espinasse en Italie du 23 mai au 15 juillet 1917 - Commandant de l'escadrille C 224 du 7 septembre 1917 au 23 juillet 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur en 1918 - Croix de Guerre - Douze citations à l'ordre de l'armée - Une citation à l'ordre du régiment - Directeur de la société Gnôme et Rhône de 1922 à 1940 - Marié à Paris (75) avec la princesse Ghica, le 29 août 1922 - Achète la CIDNA en 1925 - Divorce, le 25 mars 1931 - Marié à Aliki Diplarakou, Miss Europe 1930, le 31 ocotbre 1932 - Un des premiers administrateurs d'Air France - Arrêté à Royat, le 6 octobre 1940 - Déchu de sa nationalité française par le gouvernement de Vichy, le 29 octobre 1940 - Mis en résidence surveillée à Marseill - S'évade par le Maroc en janvier 1942 - Après guerre, investit dans le pétrole et le gaz naturel - Devient un important mécène en soutenant la rénovation du château de Versailles, en aidant plusieurs artistes - Entre à l'Académie des Beaux-Arts en 1965 - Décédé à Genève, le 6 décembre 1993.

Ltt Paul-Louis Weiller, observateur de l'escadrille V 21 en 1915 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.
* Ltt Paul Louis Weiller - Né le 29 juillet 1893 à Paris (75) - Fils de Lazare Weiller et d'Alice Javal - Domiciliés 36, rue de la Bienfaisance à Paris (75) - Profession avant guerre Ingénieur de l'école Centrale de Paris - Diplomé en 1914 - Engagé au 11ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1912 - Affecté au 57ème régiment d'artillerie en août 1914 - Nommé Sous-lieutenant, le 2 août 1914 - Passé à l’aéronautique militaire comme observateur, le 4 mars 1915 - Observateur de l'escadrille MF 22 du 10 mars 1915 au 2ème trimestre 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 2ème trimestre 1915 au 14 avril 1915 - Observateur de l'escadrille MF 40 du 14 au 23 avril 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 23 avril 1915 au XXX - Brevet de pilote militaire n° 1309 du 4 août 1915 - Pilote de l'escadrille V 21 / C 21 / C 219 du 3ème trimestre 1915 au 28 juillet 1916 - Blessé au combat par une balle de mitrailleuse, le 28 septembre 1915 - Blessé au combat, le 7 août 1916 - Hospitalisé et convalescence jusqu'à 2 juillet 1916 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 10 juillet 1916 - Détaché comme pilote de l'escadrille Espinasse en Italie du 23 mai au 15 juillet 1917 - Commandant de l'escadrille C 224 du 7 septembre 1917 au 23 juillet 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur en 1918 - Croix de Guerre - Douze citations à l'ordre de l'armée - Une citation à l'ordre du régiment - Directeur de la société Gnôme et Rhône de 1922 à 1940 - Marié à Paris (75) avec la princesse Ghica, le 29 août 1922 - Achète la CIDNA en 1925 - Divorce, le 25 mars 1931 - Marié à Aliki Diplarakou, Miss Europe 1930, le 31 ocotbre 1932 - Un des premiers administrateurs d'Air France - Arrêté à Royat, le 6 octobre 1940 - Déchu de sa nationalité française par le gouvernement de Vichy, le 29 octobre 1940 - Mis en résidence surveillée à Marseill - S'évade par le Maroc en janvier 1942 - Après guerre, investit dans le pétrole et le gaz naturel - Devient un important mécène en soutenant la rénovation du château de Versailles, en aidant plusieurs artistes - Entre à l'Académie des Beaux-Arts en 1965 - Décédé à Genève, le 6 décembre 1993.

De gauche à droite, Slt Louis Blandin, observateur et Ltt André, officier de renseignements de l'escadrille V 21 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.
* Slt Louis Charles Joseph Blandin - Né le 5 août 1892 à Triey-Saint-Léger (Côte d’Or) - Affecté au 1er régiment artillerie de campagne du 6 octobre 1913 au 6 juillet 1915 - Observateur de la 4ème armée à partir du 3 août 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 3 août 1915 au 1er janvier 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 1er au 25 janvier 1916 - Observateur de l'escadrille MF 8 du 25 janvier au 12 mars 1916 - Grièvement blessé au cours d’une collision aérienne, avec un autre avion de la MF 8, le 12 mars 1916 - Décédé des suites de ses blessures à l’ambulance 8/11 de la maison forestière de Saint-Rémy-sous-Bussy, le même jour -
* Ltt André, officier interprète de 2ème classe et officier de renseignements de l'escadrille V 21 - pas de fiche MdH et de renseignement complémentaire.

Sgt Adolphe Comès, pilote de l’escadrille V 21 et détaché à la 10ème section d'avions canon affectée à l'escadrille VB 103, photographié en compagnie de ses mécaniciens - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.
* Sgt Adolphe Léon Comès - Né le 11 février 1889 à Perpignan - Service militaire au 19ème régiment de train des équipages, le 5 août 1905 - Chauffeur au GQG - Affecté au 89ème régiment d'infanterie - Brevet de pilote militaire n° 897 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 4 mai 1915 - Ecole d’Avord jusqu’au 10 mai 1915 - Pilote du CRP - Pilote de l'escadrille V 21 du XXX au 16 octobre 1915 - Détaché à la 10ème section d'avions canon affectée à l'escadrille VB 103 du XXX au 16 octobre 1916 - Tué dans un accident aérien en compagnie du Sgt Léon Hourlier, le 16 octobre 1915 à Saint-Etienne-au-Temple.

Ltt Henri de Ponton d’Amécourt et Ltt Paul Weiller, observateurs de l’escadrille V 21 en octobre 1915 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.
* Ltt Henri de Ponton d’Amécourt - Né le 27 janvier 1893 à Alençon (Orne) - Fils de Marie Joseph Maurice du Ponton d'Amécourt et de Blanche Lyautey - Unité d'origine 1er régiment de Génie - Observateur de l'escadrille V 21 / C 21 du 3ème trimestre 1915 au 24 octobre 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 28 octobre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1856 obtenu le 24 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille V 21 du 24 octobre 1915 au 18 janvier 1916 - En stage à l'école de l'artillerie de Fontainebleau du 1er au 31 décembre 1915 - Croix de Guerre avec palme à la même date - Commandant de l'escadrille F 211 du 18 janvier au 26 septembre 1916 - Tué au cours d'un combat aérien, en compagnie du Slt Georges Martinot, à bord d'un Farman F 46, qui s'est écrasé dans le bois de St-Pierre-Waast près de Rancourt, le 26 septembre 1916.
* Ltt Paul Louis Weiller - Né le 29 juillet 1893 à Paris (75) - Fils de Lazare Weiller et d'Alice Javal - Domiciliés 36, rue de la Bienfaisance à Paris (75) - Profession avant guerre Ingénieur de l'école Centrale de Paris - Diplomé en 1914 - Engagé au 11ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1912 - Affecté au 57ème régiment d'artillerie en août 1914 - Nommé Sous-lieutenant, le 2 août 1914 - Passé à l’aéronautique militaire comme observateur, le 4 mars 1915 - Observateur de l'escadrille MF 22 du 10 mars 1915 au 2ème trimestre 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 2ème trimestre 1915 au 14 avril 1915 - Observateur de l'escadrille MF 40 du 14 au 23 avril 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 23 avril 1915 au XXX - Brevet de pilote militaire n° 1309 du 4 août 1915 - Pilote de l'escadrille V 21 / C 21 / C 219 du 3ème trimestre 1915 au 28 juillet 1916 - Blessé au combat par une balle de mitrailleuse, le 28 septembre 1915 - Blessé au combat, le 7 août 1916 - Hospitalisé et convalescence jusqu'à 2 juillet 1916 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 10 juillet 1916 - Détaché comme pilote de l'escadrille Espinasse en Italie du 23 mai au 15 juillet 1917 - Commandant de l'escadrille C 224 du 7 septembre 1917 au 23 juillet 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur en 1918 - Croix de Guerre - Douze citations à l'ordre de l'armée - Une citation à l'ordre du régiment - Directeur de la société Gnôme et Rhône de 1922 à 1940 - Marié à Paris (75) avec la princesse Ghica, le 29 août 1922 - Achète la CIDNA en 1925 - Divorce, le 25 mars 1931 - Marié à Aliki Diplarakou, Miss Europe 1930, le 31 ocotbre 1932 - Un des premiers administrateurs d'Air France - Arrêté à Royat, le 6 octobre 1940 - Déchu de sa nationalité française par le gouvernement de Vichy, le 29 octobre 1940 - Mis en résidence surveillée à Marseill - S'évade par le Maroc en janvier 1942 - Après guerre, investit dans le pétrole et le gaz naturel - Devient un important mécène en soutenant la rénovation du château de Versailles, en aidant plusieurs artistes - Entre à l'Académie des Beaux-Arts en 1965 - Décédé à Genève, le 6 décembre 1993.

Chef de bataillon Albert Edmond Mézergues - Né le 5 novembre 1886 à St Chaptes (Gard) - Fils de Jean Mézergues et de Pauline Amelhat - Classe 1906 - Recrutement de Toulouse sous le n° matricule 1672 - Engagé volontaire pour 5 ans au 12ème régiment de Hussards, le 5 novembre 1904 - Nommé Brigadier, le 11 mai 1905 - Nommé Maréchal de Logis, le 6 mars 1906 - Marié avec Eugènie Carrière, le 7 juillet 1913 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 9 décembre 1913 - Brevet de pilote civil n° 1677 décerné par l'Aéroclub de France, obtenu sur avion Voisin, le 10 juillet 1914 - Brevet de pilote militaire n° 537 obtenu à l'école de Reims, le 30 août 1914 - Médaille militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 21 octobre 1914 - Pilote de l'escadrille V 21 du 3ème trimestre 1914 au 19 mai 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 5 mai 1915 - Pilote de la 2ème section d'avions canon - Convalescence jusqu'au 3 août 1915 - Pilote réceptionneur des avions Voisin sur le terrain de St-Cyr du 11 août au 8 septembre 1915 - Pilote de l'escadrille VC 113 du 8 septembre au 20 octobre 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée le 1er février 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 12 avril 1916 - Pilote de l'escadrille de l'escadrille V 90 S du 27 mars au 19 mai 1916 - Pilote de l'escadrille V 84 S du 19 mai au 17 août 1916 - Nommé Lieutenant, le 27 juin 1916 - Convalescence d'août 1916 au 30 octobre 1916 - Pilote de l'escadrille N 79 du 28 janvier au 6 juillet 1917 - Gelure complète de la figure au cours d'une expédition, le 23 mars 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 11 avril 1917 - Pilote et commandant de l'escadrille SOP 129 du 4 août au 22 août 1917, date de sa capture - Une citation à l'ordre de l'armée le 14 août 1917 - Fait prisonnier au retour d'une mission de bombardement sur Fribourg-en-Brigsau, le 22 août 1917 - Interné à Mulheim, Carlsruhe, Lanfshut, Burg bei Maddeburg, Francfort-sur-le Mein - Evadé d'Allemagne en compagnie du Ltt Marchal, le 26 février 1918 - Habillé en ouvrier, sort du camp caché dans une voiture bachée - Voyage en chemin de fer de Francfort-sur-le-Mein à Aix-la-Chapelle - Passe la frontière, le 28 février - Lauréat de la grande médaille d'or de l'Aéro-club de France - Pilote et commandant de l'escadrille BR 131 du 23 mai au 13 octobre 1918 - Blessé à la tête en combat aérien, entre Montdidier et Roye, le 25 juin 1918 - Sept victoires homologuées - Chevalier de la Couronne Roumanie - Officier de la Légion d'Honneur, le 9 juillet 1919 - Marié avec Isabelle Louise Albertine Pelisson, le 19 juillet 1919 - Affecté au 36ème régiment d'aviation - Affecté au 35ème régiment d'aviation, aéronautique de l'armée française du Levant, le 23 décembre 1920 - Désigné comme directeur des cours d'observateurs et de mitrailleurs de Meknès, le 17 octobre 1924 - Nommé Chef de bataillon, le 24 mars 1925 - Commandant du 37ème régiment d'aviation - Blessé au combat par une balle au coude gauche, le 28 avril 1925 - Grièvement blessé, d'une balle au ventre, au cours d'une mission de reconnaissance, en basse altitude, sur le plateau de l'Ourtzagh (Maroc) pendant la guerre du Rif, le 14 mai 1925 - Décédé des suites de ses blessures à l'hôpital Auvert de Fès (Maroc), le 15 mai 1925 - Commandeur de la Légion d'Honneur à titre posthume, le 15 mai 1925 - Photo Benoit Bellet transmise par Alain Le Breus, son petit-fils, que je remercie pour son aide.

Soldats mécaniciens de la 4ème escadrille du 2ème RO stationnée à Dijon-Longvic du 1er janvier au 1er août 1920 - Cette unité était héritière des traditions des escadrilles C 21 / BR 219 de la Grande Guerre - Photo Delcampe.

Les hommes

Sgt Paul Sommesous - Conducteur puis chargé du matériel roulant de l'escadrille V 21 / C 21 / C 219 / BR 219 du (avant 4ème trimestre 1915) au 26 décembre 1918 - Nommé Sergent, le 17 mai 1917 - Evacué sur l'hôpital du 9 août au 6 octobre 1917 - Nouvelle hospitalisation du 14 décembre 1917 au 21 janvier 1918 - Renvoyé dans ses foyers, à la Fère-Champenoise (Aube), le 26 décembre 1918 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.

Sgt Decam - Comptable de l'escadrille V 21 d'août 1914 au 23 décembre 1915 - Evacué sur l'hôpital, le 23 décembre 1915 - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.

Les canonniers des sections avion canon n° 8 et 9 de l'escadrille V 21 - Au second plan, de gauche à droite : Demange, Cougorel, Bouchet, Vacher, Quenault, X - Au premier plan, toujours de gauche à droite : X, de Sainte Luce Calixte, X, Jaffro - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.

MdL Olivier Joseph Marie Louis Robuste de Laubarière - (Angoumois - Maison Royale de St-Louis) - Né le 30 août 1883 à Ronsenac (Charente) - Engagé au 15ème régiment de Dragons, le 9 octobre 1903 - Nommé Maréchal des Logis, le 10 avril 1909 - Mobilisé au 20ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Affecté au 20ème régiment de Dragons du 2 août 1914 au 15 novembre 1915 - Affecté à  l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3048, obtenu à  l'école d’aviation militaire de  Buc, le 23 mars 1916 - Stage de perfectionnement à  l'école d'aviation militaire de Châteauroux jusqu'au 3 mai 1916 - GDE du 3 mai au 21 juin 1916 - Pilote de l'escadrille C 21 du 21 juin 1916 au (je n'ai pas la date mais avant le 1er janvier 1917) - Rayé du personnel navigant après cette date (séquelles d'une blessure ?) - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Le MdL Olivier Robuste de Laubarière pose devant un Caudron G 4 de l'escadrille C 21 sur le terrain de Rouvrel pendant l'été 1916 - L'appareil porte le premier insigne collectif de l'unité, les armes de la ville de Mulhouse - Les deux capots moteur portent un croissant, rappel de l'arme d'origine du pilote de cet avion, probablement issu d'un régiment d'Afrique - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Le MdL Olivier Robuste de Laubarière pose en compagnie de ses mécaniciens devant le Caudron G 4 qui lui a été affecté - Photo prise sur le terrain de Rouvrel pendant l'été 1916 - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Sous-officiers pilotes de l'escadrille C 21 posent pour la postérité dans les environs de Rouvrel pendant l'été 1916 - Ils étaient probablement logés chez l'habitant à proximité immédiate du terrain d'aviation - Le MdL Olivier Robuste de Laubarière est debout au second rang, le 1er à partir de la droite - Si votre famille possède la même photo légendée avec l'identité des aviateurs, veuillez prendre contact avec l'auteur du site - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Les sous-officiers de l'escadrille C 21 posent dans les environs de Rouvrel pendant l'été 1916 - Le MdL Olivier Robuste de Laubarière est assis au second rang, le 2ème à partir de la gauche - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Les sous-officiers pilotes de l'escadrille C 21 sur le terrain de Rouvrel pendant l'été 1916 - A cette époque, l'escadrille C 21 comptait dans ses rangs huit sous-officiers pilotes : Sgt Félicien Combaz - Sgt Hubert Koechlin - Sgt Jean Rigall - Sgt Adolphe Blasselle - Sgt Pascal Brun - MdL Olivier de Laubarière - MdL Maurice Martin - Cal Abel Desmesières - Cette photo n'étant pas légendée, il ne nous a pas été possible de désigner ces hommes - Si une famille possède cette même photo légendée, qu'elle veuille bien prendre contact avec l'auteur du site - Le MdL Olivier Robuste de Laubarière est le 2ème à partir de la droite - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Sgt Jean Rigall , pilote de l'escadrille V 21 / C 219 du 3 avril 1916 au 25 janvier 1917, pose devant le Caudron G 4 qui lui a été affecté en 1916 - Remarquez son insigne personnel composé de l'ancre de l'infanterie coloniale mêlée à ses initiales - Photo collection Bernard Duprat que je remercie pour son aide.
* Sgt Jean Joseph Thomas Rigall - Né le 6 juin 1891 à Villelongue-Dels-Monts (Pyrénées Orientales) - Fils de Thomas Rigall et de Thérèse Pougès - Domiciliés Faubourg St-Assiscle - Maison Coll-Escluse à Perpignan - Classe 1909 - Recrutement de Perpignan sous le n° matricule 24 - Engagé au 24ème régiment d'infanterie coloniale, à compter du 11 mai 1910 - Profession avant guerre Mécanicien - Mobilisé au 24ème RIC, le 2 août 1914 - Passé à l'aéronautique militaire comme mécanicien, le 25 octobre 1914 - Formation de mécanicien d'aviation à l'école d'aviation militaire de Dijon - Mécanicien de l'escadrille MF 25 - Mécanicien du Parc 3 - Brevet de pilote militaire n° 2325 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu, le 11 janvier 1915 - RGA du Plessis-Belleville du 19 janvier au 2 avril 1916 - Pilote de l'escadrille V 21 / C 219 du 3 avril 1916 au 25 janvier 1917 - Nommé Adjudant, le 25 octobre 1916 - Médaille militaire et une citation à l'ordre de l'armée, le 25 décembre 1916 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 18 juin 1917 - Stage à l'école d'aviation militaire d'Istres du 29 avril au 12 juillet 1918 - Pilote de l'escadrille R 242 du 13 août au 26 octobre 1918 - Nommé Sous-lieutenant - Pilote de l'escadrille R-XI 46 à compter du 26 octobre 1918 -

Slt Alfred Koechlin, pilote de l'escadrille C 219, pose devant un Caudron G 4 de son unité en 1916 - Remarquez l'insigne de l'unité peint sur les faces avant des capots moteur - Photo collection Bernard Duprat que je remercie pour son aide.
* Slt Alfred Georges Hubert Koechlin - Né le 2 octobre 1883 à Belfort (90) - Classe 1904 - Recrutement de Belfort sous le n° matricule 824 - Service militaire à compter du 9 octobre 1901 - Profession avant guerre Ingénieur - Mobilisé au 1er régiment de Chasseurs d'Afrique, le 2 août 1914 - Affecté au 11ème régiment de chasseurs - Brevet de pilote militaire n° 1456 obtenu à l'école d'aviation d'Ambérieu, le 28 août 1915 - Pilote de l'escadrille VB 102 du 12 juillet au 6 octobre 1915 - Pilote de l'escadrille C 219 - Détaché auprès de l'aviation américaine - Tué au cours d'un accident aérien, sur le terrain d'aviation de St-Cyr (Seine-et-Oise), le 20 février 1918 -

Ltt Roger Lapergue, observateur de la BR 219 de mai 1917 au 19 juillet 1918 - Photo collection Général Guy François que je remercie pour son aide.

Ltt Roger François Lapergue - Né le 6 juillet 1893 à Paris (75) - Affecté du 3ème régiment d'artilllerie à pied - Affecté au 6ème groupe d'artillerie d'Afrique - Observateur de l'escadrille C 227 du 30 janvier au 17 mai 1917 - Hospitalisé du 10 au 15 mai 1917 - RGA à compter du 17 mai 1917 - Observateur de l'escadrille BR 219 de mai 1917 au 19 juillet 1918 - Nommé Lieutenant, le 1er mai 1917 - Stage au GDE du 26 novembre au 13 décembre 1917 - A effecté plus de 80 réglages d'artillerie lourde à grande puissance (ALGP) - S'est distingué en participant au réglage d'une pièce de 340 sur l'emplacement des "Paris Kanonen" situé près de Crépy-en-Laonnois - Grièvement blessé au cours d'un combat aérien, le 19 juillet 1918 - Décédé des suites de ses blessures à l'ambulance 8/6 de Rusy-Crépy-en-Valois (Oise), le même jour - Cinq citations à l'ordre de l'armée - Chevalier de la Légion d'Honneur à titre postume, en date du 19 juillet 1918.

Les citations du Ltt Roger Lapergue :

Le Général, Commandant la 17ème Division d'infanterie, cite à l'ordre de la Division, le 1er janvier 1917 : Lapergue Roger-François, sous-lieutenant d'artillerie, observateur à l'escadrille C 21 : "Jeune et brillant officier, plein d'allant et d'énergie, toujours volontaire pour les missions les plus dangeureuses. S'est dépensé, sans compter, pendant les attaques de la Somme, volant parfois plus de six heures dans la même journée." Au P.C du Général Lancrenon Commandant la 17ème Division.

Le Général, Commandant le Corps d'Armée, cite à l'ordre du Corps d'Armée, le 11 avril 1917 : Ltt d'artillerie Lapergue Roger, observateur de l'escadrille C 219 : "Jeune officier d'une bravoure remarquable. le 8 avril, au cours d'un réglage d'ALGP, après s'être battu avec 4 avions ennemis, est entré, encore plus avant, dans les lignes, pour reconnaître son objectif jusqu'au moment où son pilote a été gravement blessé. Grâce à son sang-froid et à son courage, a permis à son pilote de sauver l'équipage." Au GQ du Général Fayolle Commandant le Corps d'Armée.

Le Général, Commandant la VIème armée, cite à l'ordre de l'armée, le 2 août 1917 : Lapergue Roger-François, Lieutenant d'artillerie, observateur de l'escadrille C 219 : "Officier remarquable par sa bravoure et ses qualités d'observateur. D'une rare conscience : remplit, avec fruits, les fonctions d'officier de renseignement des escadrilles d'armée, tout en effectuant des vols journaliers, demandant, toujours les missions délicates et périlleuses. Le 26 mai 1917, réussit à faire détruire une pièce à longue portée qui tirait sur nos ballons. A eu de nombreux combats où il a toujours su imposer sa supériorité morale." Au QGA du Général Maistre Commandant la VIème armée.

Le Commandement de l'aviation militaire belge n° 1077 cite à l'ordre de l'armée belge, le 1er décembre 1917 : Le lieutenant d'artillerie Lapergue Roger, observateur à l'escadrille C 219 : "Pour services exceptionnels rendus à l'armée belge, au cours de l'offensive des Flandres de 1917." Le commandement de l'aviation militaire belge.

Le Commandant de l'aéronautique de la VIème armée cite à l'ordre de l'aéronautique de l'armée, le 10 mai 1918 : Lapergue Roger-François, Lieutenant au 6ème groupe d'artillerie d'Afrique, observateur à l'escadrille BR 219 : "A accompli une mission photographique importante sous la menace continuelle d'une aviation ennemie supérieure en nombre qu'il a réussi, par son habilité, à dominer constamment, accomplissant jusqu'au bout sa mission." Au QG signé Gérard, le commandant de l'aéronautique.

Le Général, Commandant la VIème armée, cite à l'ordre de l'armée, le 1er juillet 1918 : Le Lieutenant Lapergue Roger-François, détaché du 6ème groupe d'artillerie d'Afrique, observateur à l'escadrille BR 219 : "Brillant officier ayant une haute conception du devoir. Belle conscience de soldat, s'impose à tous, par sa crâne bravoure et sa haute valeur militaire. Au cours des dernières opérations a apporté des renseignements précieux, forçant au passage, au prix de durs combats, exécutant, tous les jours, des reconnaissances à basse altitude, jusqu'à plus de 30 kilomètres dans les lignes ennemies, descendant à 50 mètres pour jalonner la ligne, réussissant de remarquables missions photographiques sur l'arrière du front. S'est particulièrement distingué distingué en exécutant , seul à 70 kilomètres, en territoire occupé par l'ennemi, une reconnaissance du plus haut intérêt militaire. Au cours d'une mission photographique éloignée a eu le visage complétement gelé. Quatre fois cité à l'ordre de l'armée." Le Général Degoutte Commandant la VIème armée.

Ordre 8.804 D du GQG des Armées du Nord et du Nord-Est, en date du 3 août 1918 - M. Lapergue (Roger-François), Lieutenant (active) au 2ème groupe d'aviation, observateur en avion, a été nommé dans l'ordre de la Légion d'Honneur au grade de Chevalier : "Observateur de permier ordre, d'une bravoure au-dessus de tout éloge. Pendant les opérations récentes, a rendu les services les plus signalés. A été blessé griévement en combat aérien. Cinq citations antérieures." (Pour prendre rang du 19 juillet 1918) La présente nomination comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec palme - Ratifié par décret du 19 août 1918 - Signé le Général Pétain, commandant en Chef.

 

Photo du Sgt Abel Desmesières

Sgt Abel Charles Théophile Desmesières - Né le 20 janvier 1891 à St-Martin-d'Ecublei (Orne) - Fils d'Arthur Théophile Thomas Desmesières et de Léontine Joséphine Prudence Jamet - Domiciliés à Ecorcei (Orne) - Profession avant guerre Comptable - Classe 1909 - Recrutement d'Alençon (Orne) sous le matricule n° 362 - Engagé volontaire pour trois ans au 101ème régiment d'infanterie, le 15 janvier 1910 - Affecté au 102ème régiment d'infanterie, le 26 janvier 1911 - Fin d'engagement, le 15 janvier 1913 - Domicilié au 6, rue au Renard à Paris 4ème (75) - Mobilisé au 102ème RI, le 4 août 1914 - Blessé par éclat d'obus au bras droit à Champien (Somme), le 28 septembre 1914 - Hospitalisation et convalescence jusqu'au 29 décembre 1914 - Affecté au 26ème bataillon de chasseurs à pied, le 24 février 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 1er juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3026 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 19 mars 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 3 mai 1916 - Pilote du GDE du 3 mai au 24 juin 1916 - Nommé Caporal, le 10 mai 1916 - Pilote de l'escadrille C 219 du 24 juin 1916 au 5 mai 1917 - Nommé Sergent, le 16 août 1916 - Citation n° 396 à l'ordre de l'armée, le 15 septembre 1916 - Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée, le 21 mars 1917 - Evacué sur la maison de santé VR 75 de Viry-Chatillon, le 23 mai 1917 - Affecté comme moniteur de pilotage à l'école d'aviation militaire de Juvisy, le 13 juillet 1917 - Nommé Adjudant, le 18 décembre 1917 - Nommé Sous-lieutenant de réserve à titre définitif, le 7 janvier 1918 - Démobilisé, le 2 août 1919 - Domicilié au 76, rue de Rennes à Paris (75) - Affecté, dans la réserve, au 34ème régiment d'aviation, le 3 août 1920 - Nommé Lieutenant de réserve, le 11 juin 1920 - Domicilié au port aérien du Bourget, à compter du 4 décembre 1923 - Affecté, dans la réserve, au 3ème groupe d'ouvrier d'aéronautique , le 12 mai 1925 - A accompli une période d'entraiment aérien au 34ème régiment d'aviation du 25 mai au 8 juin 1926 - Classé en affecation spéciale au titre du gouvernement militaire de Paris , le 26 mai 1927 - A accompli une période d'exercices obligatoire au 3ème groupe d'ouvriers d'aviation du 11 au 30 septembre 1927 - A accompli une période d'exercices obligatoires au centre de mobilisation d'aviation n° 34 du 30 juillet au 13 août 1928 - Réintégré dans les cadres, le 28 novembre 1930 - Affecté au 2ème groupe d'ouvriers d'aéronautique à Istres, le 25 janvier 1931 - A accompli une période volontaire d'entrainement au 2ème groupe d'ouvriers d'aéronautique du 4 au 27 novembre 1931 - Nommé Capitaine, le 25 juin 1932 - Affecté au 2ème bataillon de l'air, le 12 octobre 1933 - A effectué une période d'exercices obligatoire au 2ème bataillon de l'Air à Istres du 3 au 23 octobre 1933 - Réintégré dans les cadres et affecté au 2ème bataillon de l'Air, le 12 octobre 1933 - Domicilié au 126, rue de l'Abbée de l'Epée à Marseille (Bouches-du-Rhône), à compter du 17 novembre 1933 - Domicilié au 2, passage de Lournel à Paris (75), à compter du 17 février 1934 - Autorisé à s'entrainer au centre des réserves d'Orly en 1934 - Décédé, le 7 janvier 1938 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - Fiche matricule du département de l'Orne - Dernière mise à jour : 3 avril 2017.

* Citation n° 396 à l'ordre de l'armée, le 15 septembre 1916 : "Excellent sous-officier, pilote plein d'allant et de bravoure. Le 15 septembre 1916, attaqué par deux avions ennemis et ayant son observateur très grièvement blessé, a pu rentrer dans les lignes et grâce à son audace et son sang-froid exceptionnels sauver la vie de son observateur bien que son avion ait été atteint dans ses parties principales."

* Médaille militaire et citation à l'ordre de l'armée, le 21 mars 1917 : "Excellent sous-officier pilote plein d'allant et de bravoure donnant à toutes circonstances le meilleur exemple, s'est particulièrement signalé par sa vaillante conduite au cours d'un combat aérien, le 15 septembre 1916."

 

Les avions

Les Voisin LA et LAS de l'escadrille V 21 rassemblés sur le terrain de St-Etienne-au-Temple (51) pendant l'automne 1915 - Le premier appareil, à gauche, est le Voisin LA n° 860 qui était affecté à l'équipage de Dampierre et Héricher qui remporta avec une victoire aérienne qui n'a pas été homologuée, le 26 août 1915 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo fond Berthelé conservé aux archives municipales de Toulouse.

Retour du combat aérien victorieux des Ltt Antoine de Dampierre (pilote) et Slt Laurent Hericher (observateur), le 26 août 1915 - Cette victoire n'a pas été homologuée - L'avion est le Voisin LAS 150 ch n° 860 - Il a été touchés par 8 balles dont on voit les trous rebouchés - L'amre de bord est une mitrailleuse Colt - Photo Louis Dubuis transmis par sa famille que je remercie pour son aide.

* Ltt Antoine Henri de Dampierre - Né le 4 octobre 1887 à Fontainebleau - Fils de Septime de Dampierre et Augustine Charlotte Séguier - Engagé au 8ème régiment de Dragons en novembre 1907 - Affecté au 16ème régiment de Dragons en août 1914 - Passé à l’aéronautique militaire, le 8 juillet 1914 - Observateur de l'escadrille C 11 du 8 juillet au 14 décembre 1914 - Observateur de l'escadrille MF 22 du 14 décembre 1914 au 21 janvier 1915 - Nommé Lieutenant en janvier 1915 - Brevet de pilote militaire n° 930 obtenu à l'école d'aviation de d'Avord, le 12 mai 1915 - Ecole d'aviation militaire d’Avord jusqu’au 16 juin 1915 - GDE du 16 juin au 20 juillet 1915 - Pilote de l'escadrille V 21 / C 21 / C 219 du 20 juillet 1915 au 19 novembre 1917 - Retour de convalescence, le 21 août 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 8 novembre 1916 - Décédé des suites de maladie à Vauxbuin (02), le 19 novembre 1917 - Probablement des suites d'une blessure de guerre - Croix de Guerre - Médaille britannique - 2 citations à l'ordre de l'armée.

* Slt Laurent Joseph Jean Marie Héricher - Né le 20 janvier 1893 à Paris - Fils de Paul Héricher et de XXX - Parents domiciliés 7, rue du Siam à Paris (75) - Profession avant guerre Ingénieur de l'Ecole Centrale de Paris (75) - Mobilisé au 11eme régiment d’artillerie, le 11 août 1914 - Nommé Sous-lieutenant, le 9 mars 1915 - Affecté au 21ème régiment d’artillerie jusqu'au 5 juillet 1915 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée, le 8 septembre 1915 - Passé à l’aéronautique militaire comme observateur, le 5 juillet 1915 - Observateur de l'escadrille V 21 du 5 juillet 1915 au 1er janvier 1916 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 1er au 25 janvier 1916 - Observateur de l'escadrille MF 41 du 25 janvier au 24 mai 1916 - Stage au 116ème régiment d'artillerie lourde du 5 au 22 février 1916 - Détaché à l'escadrille MF 19 du 12 au 20 mars 1916 - Observateur de l'escadrille C 21 du 24 mai au 20 septembre 1916 - Une citation à l'ordre de la division, le 1er juin 1916 - Observateur de l'escadrille F 19 du 26 novembre 1916 au 3ème ou 4ème trimestre 1917) - Nommé Lieutenant, le 1er mai 1917 - En mission au GDE du Plessis-Belleville, du 7 au 12 mars 1917.

 

 

Les avions

Accident d'un Caudron G 4 piloté par le Slt Alfred Koechlin en 1916 - L'équipage n'a pas été blessé - Photo collection Bernard Duprat que je remercie pour son aide.

Une mascotte de l'escadrille C 21, un superbe renard sur fond de Caudron G 4 - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Caudron G 4 de l'escadrille C 21 sur le terrain de Rouvrel entre juin et novembre 1916 - Photo collection Gregory VanWyngarden que je remercie pour son aide.

Parc à ferraille d'un terrain d'aviation en 1917 - Je ne suis pas arrivé à le localiser - Parmi les épaves visibles, on peut voir, à gauche, un Caudron G 4 de la C 219 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Joseph de Chauvelin transmise par Christine de Chauvelin, que je remercie pour son aide.

 

Documents en rapport

Menu servi au mess des sous-officiers de l'escadrille C 21 à Rouvrel, le 14 juillet 1916 - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Documents en rapport

Carte d'identité n° 967 de pilote d'avion du MdL Olivier Joseph Marie Louis Robuste de Laubarière - (Angoumois - Maison Royale de St-Louis) - Né le 30 août 1883 à Ronsenac (Charente) - Engagé au 15ème régiment de Dragons, le 9 octobre 1903 - Nommé Maréchal des Logis, le 10 avril 1909 - Mobilisé au 20ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Affecté au 20ème régiment de Dragons du 2 août 1914 au 15 novembre 1915 - Affecté à  l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 15 novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3048, obtenu à  l'école d’aviation militaire de  Buc, le 23 mars 1916 - Stage de perfectionnement à  l'école d'aviation militaire de Châteauroux jusqu'au 3 mai 1916 - GDE du 3 mai au 21 juin 1916 - Pilote de l'escadrille C 21 du 21 juin 1916 au (je n'ai pas la date mais avant le 1er janvier 1917) - Rayé du personnel navigant après cette date (séquelles d'une blessure ?) - Photo transmise par Mme Magali Gomart que je remercie pour son aide.

Brevet FAI de pilote aviateur décerné par l'Aéroclub de France au Cne Marc Limasset, observateur de l'escadrille V 21 du 28 juin 1915 au 1er trimestre 1916 - Photo Jean-Luc Maillard que je remercie pour son aide.
* Cne Marc Albert Marie Limasset - Né le 31 octobre 1885 à Châlons-sur-Marne (51) - Fils de Lucien Limasset et de Angèle Poullot - Engagé à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, le 1er octobre 1905 - Affecté au 7ème régiment d'infanterie coloniale - Une citation AEF en 1910 - Médaille Coloniale - Affecté au 4ème régiment d'infanterie coloniale - Croix de Guerre - 1 citation à l'ordre de l'armée en date du 9 octobre 1914 - Nommé Capitaine, le 12 mai 1915 - Passé à l’aéronautique militaire comme observateur, le 22 juin 1915 - RGA - Observateur de l'escadrille V 21 du 28 juin 1915 au 1er trimestre 1916 - Stage à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 1er au 31 décembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3553 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 29 mai 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d’Avord - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu’au 1er octobre 1916 - Pilote de l'escadrille N 31 du 1er octobre au 22 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 57 du 22 décembre 1916 au 29 janvier 1917 - Pilote de l'escadrille N 31 du 29 janvier au 19 février 1917 - Ecole de Pau à compter du 19 février 1917 - Commandant l'escadrille cotière 490 de Sfax du 24 mars 1918 à la fin décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 28 décembre 1918 - Affecté au 9ème régiment d'infanterie coloniale stationné à Hanoï (Tonkin) comme adjoint du chef de corps - Mis à la retraite pour blessures de guerre et rayé des contrôles de l'armée à partir du 5 octobre 1925 - Affecté au 4ème régiment de tirailleurs coloniaux - Domicilié 10, rue Miron à Nice.

 

Remerciements à :

- Mme Magali Gomart pour l'envoi des archives du MdL Olivier Robuste de Laubarière.
- la famille Dubuis pour l'envoi des archives de Louis Dubuis.
- M. Guy Bianchi pour l'envoi des photos de l'insigne de la 4ème escadrille du GB II/32.
- M. Patrice Gout pour l'envoi de la photo de l'insigne de la 4ème escadrille du GB II/32.
- M. Jean-Luc Maillard pour l'envoi du brevet FAI du Cne Marc Limasset.
- M. Bernard Duprat pour l'envoi des photos de sa collection.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet de Guy Bianchi - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 226 Escadrille 214

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image Cliquez sur l'image pour l'agrandir