Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes collectifs
de l'escadrille 225

 

Dessin à venir

 

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SAL 225

Les traditions de l'escadrille SAL 225 n'ont pas été reprises depuis le 9 mars 1919, date de sa dissolution.

Symbolique

L'escadrille 225 a d'abord adopté une bande bleue peinte sur le nez et le fuselage des Caudron G 4 et G 6. Quand l'unité passa sur Salmson 2A2, les bandes bleues disparaitront progressivement, laissant la place à un insigne collectif, un fanion blanc portant une bande horizontale bleue, orné de l'inscription "SAL 225".

 

Historique

A venir

 

 

Appellations successives

Périodes de stationnements


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

 

Commandants d'unité

Décorations

Pas de décoration collective pour cette escadrille.

 

Citations individuelles

* Citation à l'ordre de l'armée du Ltt Michel Grisoni, du 261ème régiment d'artillerie de campagne, détaché à l'escadrille SAL 225, en date du 22 juillet 1918 : "Au cours des dernières opérations de (censuré), a effectué un grand nombre de destructions de batteries ennemies toujours menées à bien, bien que son appareil fut à plusieurs reprises atteint par le tir de l'artillerie. Du (censuré) au (censuré), a effectué plusieurs reconnaissances à basse altitude de l'arrière front ennemi, rapportant chaque fois les plus précieux renseignements. Le (censuré), au cours d'une mission de commandement, est descendu à 100 mètres pour mitrailler un groupe de huit mitrailleuses ennemies qui s'opposaient à la marche de notre infanterie, les a momentanément neutralisées; est rentré avec un appariel criblé de balles."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Francisque Boisnard du 8ème régiment du génie, pilote l'escadrille SAL 225, le 3 septembre 1918 : "Pilote d'un dévouement et d'un courage particulièrement remarquables. Le 9 août 1918, au cours d'une mission, attaqué par cinq avions ennemis, leur a tenu résolument tête. Est parvenu à rentrer au terrain, ramenant son observateur mortellement atteint, son appareil criblé de balles et ses vêtements traversés."

* Citation à l'ordre de l'armée du MdL Mélodie Edouard Marius Maillet du 2ème régiment d'artillerie de campgane, mitrailleur à l'escadrille SAL 225, en date du 3 septembre 1918 : "Mitrailleur d'une grande bravoure et d'un sang-froid à toute épreuve. Le 9 août 1918, a résolument engagé le combat contre une patrouille ennemie qui attaquait l'avion dont il assumait la protection. Bien que grièvement blessé, a réussi à dégager ses camarades dont l'appareil était fortement touché."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Paul Joseph Girard du 114ème régiment d'artillerie lourde, observateur à l'escadrille SAL 225, en date du 11 octobre 1918 : "Officier observateur possédant les plus belles qualités de courage et de désintéressement. S'est toujours distingué par son mépris du danger. Tombé, le 12 septembre 1918, dans les lignes ennemies à la suite d'un combat contre douze avions ennemis, alors qu'il effectuait un réglage d'ALGP particulièrement difficile. Une citation."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Henri Joseph Marie De Kermel du 124ème régiment d'infanterie, pilote à l'escadrille SAL 225, en date du 11 octobre 1918 : "Excellent pilote, possédant les plus belles qualités militaires; S'est toujours distingué par son courage et sa ténacité. Le 12 septembre 1918, pendant un réglage d'ALGP effectué loin dans les lignes ennemies a, pour exécuter sa mission combattu contre douze avions ennemis, est tombé dans les lignes ennemies au cours d'un combat. Trois citations."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt René Pierre Marie Métairie du 117ème régiment d'infanterie, mitrailleur à l'escadrille SAL 225, en date du 11 octobre 1918 : "Excellent mitrailleur, d'un très grand dévouement. Le 12 septembre 1918, blessé grièvement au bras et à la jambe dès le début d'un combat contre douze appareils ennemis, a continué à tirer jusqu'à épuisement de ses cartouches; puis dirigeant son pilote et lui indiquant les manoeuvres à exécuter pour éviter les attaques répétées des avions allemands, lui a permis de ramener son appareil dans nos lignes. A déjà soutenu maints combats au cours desquels son avion a été atteint de nombreuses balles."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Charles Georges Flouch, commandant de l'escadrille SAL 225, en date du 19 octobre 1919 : "A fait preuve depuis sa prise de commandement de l'escadrille 225 du plus grand courage, se réservant toujours les missions les plus périlleuses. Est tombé glorieusement au cours d'une mission photographique, le 25 avril 1918. A été cité."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, à titre posthume, du Ltt Henry Marie Joseph Louis De Barrès au 8ème régiment de cuirassiers à pied, observateur l'escadrille C 225, en date du 19 mai 1919 : "Lieutenant observateur à l'escadrille, a toujours fait preuve d'énergie et de coutrage en accomplissant plusieurs missions lointaines dans les lignes ennemies. Est tombé glorieusement au cours d'une mission photographique. A été cité."

Rattachements

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus

Actuellement, je n'ai pas de numéro d'avion à présenter. Si vous avez des données extraites de carnets individuels de vol de pilotes, veuillez prendre contact avec l'auteur du site.

 

Personnel de l'escadrille SAL 225

Liste à venir

 

Morts: en rouge / Blessés et indemnes : en jaune


 

Photo du Cne Robert Odic

Cne Robert Jean Claude Roger Odic - Né le 9 août 1887 à Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime) - Fils de Charles Louis Alexandre Odic et de Jeanne Antonia Vallée-Boulanger - Domiciliés au 22 rue Grandville à Nancy (Meurthe-et-Moselle) puis au 25, rue St-Michel à Nancy - Profession avant engagement Bachelier es lettres - Classe 1906 (engagement) / 1907 (normale) - Recrutement de Nancy-Toul (Meurthe-et-Moselle) sous le matricule n° 983 - Engagé volontaire pour quatre ans au titre de l'école militaire spéciale de St-Cyr, le (8 octobre) 1906 - Classé 113ème sur 270 au concours d'entrée de l'école de St-Cyr - Affecté au 79ème régiment d'infanterie, pour effectuer une année de service militaire, à compter du 8 octobre 1906 - Nommé Caporal, le 3 mars 1907 - A été victime d'un coup de feu à blanc et accidentel pendant un exercice sur le plateau de Malzéville, sur les hauteurs devant Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 10 juillet 1907 - Le soldat placé à ses côtés, a fait un faux mouvement et a déclanché le tir de son fusil à blanc - Cependant le canon de son arme se trouvait à 25 cm de l'oreille droite de Robert Odic qui a été atteint d'une surdité complète de l'oreille droite, d'un violent maux de tête accompagnés par des nausées et vertiges - Elève de l'école militaire spéciale de St-Cyr, le 18 octobre 1907 - Nommé Sergent, le 19 octobre 1907 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1908 - Affecté au 3ème régiment d'infanterie coloniale, caserné à Rochefort (Charente-Maritime), le 1er octobre 1909 - Nommé Lieutenant, le 1er octobre 1910 - En service à Madagascar en guerre du 25 octobre 1910 au 25 décembre 1912 - Affecté au 2ème régiment de tirailleurs malgaches, le 25 octobre 1910 - Départ de Marseille (Bouches-du-Rhône) à destination de Madagascar, le 25 octobre 1910 - Affecté à la 1ère compagnie du 2ème régiment de tirailleurs malgaches, le 9 janvier 1911 - Affecté au 3ème régiment d'infanterie coloniale, le 21 décembre 1912 - En service en AOF la 12ème compagnie du 4ème régiment de tirailleurs sénégalais, le 13 décembre 1913 - En opérations en AOF du 13 décembre 1913 au 13 février 1914 - Engagé dans les opérations de Bou-Arras, le 16 novembre 1914 - Affecté au bataillon de Mauritanie du 1er régiment d'infanterie sénégalais du 14 février au 5 août 1914 - Affecté au Sénégal du 6 au 21 août 1914 - Affecté au 14ème bataillon de tirailleurs sénégalais au Maroc du 22 août 1914 au 7 mai 1916 - Engagé dans les opérations de Khénifra les 19 et 20 décembre 1914 - Médaille Coloniale avec agrafe "Maroc", en date du 30 juillet 1915 - Citation n° 11 de la subdivision de Fez (Maroc), en date du 18 septembre 1915 - Engagé dans le combat d'El-Hoarour, le 29 juin 1915 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 3 septembre 1915 - Engagé dans les combats de Béni-Ouaraïn en septembre et novembre 1915 - Remis à la disposition du Ministre de la Guerre, le 14 avril 1916 - En service en France, le 3 mai 1916 - Passé à l'aéronautique militaire, le 14 avril 1916 - Elève pilote de l'école d'aviation militaire de Chartres du 15 mai au 27 juillet 1916 - Brevet de pilote militaire n° 3937 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 15 juillet 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord, du 27 juillet au 20 août 1916 - Pilote du GDE du Plessis-Belleville du 20 août au 12 octobre 1916 - Pilote de l'escadrille F 70 du 13 octobre 1916 au 3 janvier 1917 - Affecté à la RGA du Bourget-Dugny pour formation de l'escadrille C 225 du 3 au 16 janvier 1917 - Commandant de l'escadrille C 225 du 16 janvier au 9 septembre 1917 - Engagé dans les combats du Chemin des Dames d'avril à septembre 1917 - Convoyage d'un avion depuis la RGA du 29 juin au 11 juillet 1917 - Commandant de l'aéronautique du 30ème corps d'armée, le 9 septembre 1917 - Engagé dans les combats de Champagne de septembre 1917 à novembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 19 novembre 1918 - Commandant de l'aéronautique du 4ème corps d'armée, le 6 janvier 1918 - Mis à la disposition du ministre de la guerre pour mission d'aviation à Madagascar, le 26 mars 1919 - Mission à Madagascar annulée - Affecté à la direction de l'aéronautique, le 26 juillet 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation (aéronautique d'Afrique occidentale), le 15 février 1920 - Mis à la disposition du ministre des colonies comme commandant de l'aéronautique de l'Afrique Occidentale Française (AOF), le 24 février 1920 - Nommé Chef de bataillon, le 13 mai 1920 - Chevalier de l'ordre de Léopold de Belgique, en date du 12 mars 1921 - Maintenu au 34ème régiment d'aviation, le 10 septembre 1921 - Rapatrié, le 29 juin 1922 et retour en France, le 12 juiller 1922 - Citation n° 16 à l'ordre des troupes du groupe de l'Afique Occidentale française, en date du 19 juin 1922 - Détaché au 4ème bureau de la 12ème direction de l'aéronautique, le 26 juillet 1922 - Officier de l'ordre de l'Etoile Noire, le 8 décembre 1922 - Désigné comme chef du 4ème bureau de la direction de l'aéronautique, le 17 novembre 1925 - Officier de la Légion d'Honneur, le 22 décembre 1925 - Nommé Lieutenant-colonel, le 25 septembre 1926 - Commandant par intérim du 37ème régiment d'aviation en poste au Maroc - Nommé Colonel entre 1932 et 1934 - Commandant du 37ème régiment d'aviation en poste au Maroc - Affecté à l'entrepôt spécial d'aviation n° 2 du service général du ravitaillement en matériel technique de l'armée de l'Air, le 13 mars 1934 - Détaché au centre des Hautes Etudes Militaires, le 27 avril 1934 - Commandeur de la Légion d'Honneur, le 4 juillet 1934 - Affecté à l'école militaire et d'application de l'armée de l'air et désigné pour suivre le cours du centre des hautes études militaires, le 11 juillet 1934 - Nommé 2ème sous-chef d'état-major général de l'armée de l'air, le 31 août 1934 - Désigné pour suivre les cours du centre d'études tactiques d'artillerie de Metz (Moselle) au 5, rue aux Ours du 1er au 30 octobre 1934 - Désigné pour suivre les cours du cycle d'information des officiers généraux et colonels à Versailles, à partir du 2 novembre 1934 - Membre du conseil supérieur de l'air, avec voix consultative, le 26 décembre 1935 - Désigné comme représentant du ministre de l'air à la commission chargée d'étudier les atténuations à apporter au décret du 16 juillet 1935, le 26 février 1936 - Désigné pour suivre les cours du centre des hautes études militaires et du centre d'études de l'armée de l'air du 1er décembre 1936 au 27 mai 1937 - Nommé Commandant par intérim la 3ème division aérienne à Metz, le 17 août 1936 - Nommé Général de brigade aérienne, le 30 octobre 1936 - Commandant de la 3ème division aérienne à Metz (Moselle), le 22 février 1938 - Commandant de la 1ère région aérienne (Aix-en-Provence) du 3 avril 1938 au 6 novembre 1939 - Nommé Général de division aérienne, le 1er mai 1939 - Nommé Général de corps aérien, le 1er octobre 1939 - Inspecteur général de l'aviation de renseignement du 6 novembre 1939 au 23 février 1940 - Commandant de la Zone d'opérations aérienne Sud, le 23 février 1940 - Commandant de la Zone d'opérations aérienne Centre, le 6 juin 1940 - Commandant de la Zone d'opérations aérienne Ouest du 8 au 29 juin 1940 - Commandant de la 29ème région aérienne du 29 juin au 6 août 1940 - En disponibilité du 6 août au 10 septembre 1940 - Nommé Chef d'état-major général de l'armée de l'air du 10 au 25 septembre 1940 - Commandant supérieur de l'air de l'Afrique du Nord française du 25 septembre 1940 au 9 août 1941 - Grand-Officier de la Légion d'Honneur, le 25 décembre 1940 - Chef d'état-major du général Weygand pendant son proconsulat d'Afrique du Nord - Placé en congé définitif du personnel navigant, le 9 août 1941 - Se met à la disposition du général De Gaulle - Envoyé d'Algérie en mission aux Etats-Unis par le Général De Gaulle en novembre 1941 - Condamné, par contumace, à la peine de mort et à la dégradation militaire pour trahison par le gouvernement de Vichy, le 17 juin 1942 - Suspendu de plein droit dans l'ordre de la Légion d'Honneur, à la même date - Commandant de la 2ème armée aérienne française, le 1er octobre 1942 - Replacé dans le personnel navigant, le 23 mars 1943 - Réactivé et nommé Chef de la mission militaire fraçaise aux Etat-Unis du 25 juin au 5 octobre 1943 - Replacé en congé définitif du personnel navigant, le 5 octobre 1943 - Retour en France en 1947 - Domicilié au 38, rue de Courcelles à Paris 8ème (75) - A été réintégré de plein droit dans l'ordre de la Légion d'Honneur, avec annulation de la suspension, le 4 juin 1954 - Décédé, le 1er juin 1958 - Sources : Pam (2 fiches) - Etat des services - Liste des brevets militaires - LO - Fiche matricule détruite en 1940 et reprise après guerre, sans renseignement militaire - JORF - Site internet ATF 40 - Dernière mise à jour : 12 septembre 2018.

* Citation n° 11 de la subdivision de Fez (Maroc), en date du 18 septembre 1915 : "A fait preuve au combat du 29 juin 1915 au Djebel Hazdour d'une bravoure exceptionnelle en mettant ses mitrailleuses en batterie."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Robert Jean Claude Roger Odic de l'infanterie coloniale, commandant de l'escadrille C 225, en date du 19 novembre 1918 : "Officier de la plus haute valeur, animé de brillantes qualités. Chef d'escadrille entrainant ses pilotes et ses observateurs par son exemple et une volonté indomptable, a assuré une action complète et fructueuse de son aéronautique au cours des opérations des mois de février, mars et avril. Vient encore de se signaler par les résultats brillants obtenus de son groupe pendant les dernières affaires. Deux citations."

* Commandeur de la Légion d'Honneur du Col Robert Jean Claude Roger Odic au centre des hautes études militaires, en date du 4 juillet 1934 : "27 ans de services, 11 campagnes, 1 citation, 12 ans de bonifications pour services aériens. Officier du 22 décembre 1925."

* Grand Officier de la Légion d'Honneur du Général de corps aérien Robert Jean Claude Roger Odic, en date du 25 décembre 1940 : "34 ans de services, 12 campagnes, 1 blessure, 4 citations, 18 ans de bonifications pour services aériens. Commandeur de la Légion d'Honneur du 4 juillet 1934."

 

Photo du Cne Georges Flouch

Cne Charles Georges Flouch - Né le 4 septembre 1890 à Arcachon (Gironde) - Fils d'André Pierre Albert Flouch et de Marguerite Clémence Charlotte Faure - Domiciliés au 6, rue du Pavé des Chartrons à Bordeaux 2ème (Gironde) - Profession avant engagement Négociant - Classe 1908 (engagement) / 1910 (normale) - Recrutement de Bordeaux (Gironde) sous le matricule n° 2313 - Engagé volontaire pour trois ans, au titre du 24ème régiment d'artillerie de campagne, le 7 octobre 1909 - Nommé Brigadier, le 13 février 1910 - Nommé Maréchal des logis, le 25 septembre 1910 - Suite au concours de 1910, classé 57ème sur 100, est nommé élève officier de réserve - A suivi les cours spéciaux des élèves officiers de l'artillerie et du train des équipages militaires, à compter du 5 octobre 1910 - Nommé Sous-lieutenant de réserve et affecté au 21ème régiment d'artillerie, le 1er avril 1911 - Affecté au 58ème régiment d'artillerie, le 25 octobre 1911 - Fin d'engagement et départ dans la disponibilité - Voyages en Allemagne, Danemark, Norvège et Angleterre, à compter du 22 janvier 1912 - Domicilié au 6, rue du Pavé des Chartrons à Bordeaux 2ème (Gironde), à compter du 19 octobre 1912 - Voyage en Belgique, à compter du 15 février 1913 - Domicilié au 6, rue du Pavé des Chartrons à Bordeaux 2ème (Gironde), à compter du 25 mars 1913 - Rappelé en activité par la mobilisation générale, le 2 août 1914 - Nommé Lieutenant de réserve, le 1er avril 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 20 août 1915 - Observateur de l'escadrille C 6 du 20 août 1915 au 18 septembre 1917 - Stage du 10 décembre 1915 au 4 janvier 1916 - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 16 janvier au 8 février 1916 - Hospitalisé du 11 au 18 mai 1916 - Détaché à l'état-major du 118ème régiment d'artillerie lourde comme observateur en avion, le 20 juillet 1916 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 8 juillet 1916 - En stage du 9 au 20 septembre 1916 - En stage du 30 novembre au 20 décembre 1916 - Stage aux cours des officiers de renseignements de Chartres du 1er au 15 décembre 1916 - Citation à l'ordre du corps d'armée, en date du 9 décembre 1916 - Nommé Officier de renseignements du 18ème corps d'armée en février 1917 - Commandant de l'escadrille SAL 225 du 19 septembre 1917 au 23 avril 1918 - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 17 mars 1918 - Nommé Capitaine de réserve, à titre définitif, le 20 avril 1918 - Tué au cours d'une mission photo, à bord d'un Salmson 2A2, en équipage avec le Ltt Henri de Barres, à l'ouest de Chevincourt, le 23 avril 1918 - Les deux aviateurs français ont été tués - Leur adversaire était probablement le Ltn Heinrich Arntzen du Jasta 50 (sa 11ème victoire) - Sources : Pam - Fiche matricule du département de la Gironde - CCC de l'escadrille C 6 - CCC de l'escadrille SAL 225 - MpF - JORF - Bailey/Cony - Dernière mise à jour : 13 septembre 2018.

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Cne Charles Georges Flouch, commandant de l'escadrille SAL 225, en date du 19 octobre 1919 : "A fait preuve depuis sa prise de commandement de l'escadrille 225 du plus grand courage, se réservant toujours les missions les plus périlleuses. Est tombé glorieusement au cours d'une mission photographique, le 25 avril 1918. A été cité."

Photo du Slt Jean Pierre Bigot

Slt Jean Pierre Bigot - Né le 1er mai 1889 à Libourne (Gironde) - Fils d'Elie Bigot et de Madeleine Hebrard - Domiciliés à Arveyrés (Gironde) - Profession avant guerre Employe de commerce - Classe 1906 (engegament) / 1909 (normale) - Recrutement de Libourne (Gironde) sous le matricule n° 513 - Engagé volontaire pour trois ans, au titre du 4ème régiment de Hussards, le 30 août 1907 - Affecté au 15ème régiment de Dragons, le 12 mai 1908 - Affecté au 16ème régiment de Dragons, le 29 mars 1910 - Rengagé pour deux ans, à compter du 30 août 1910 - Nommé Brigadier, le 25 septembre 1910 - Nommé Maréchal des Logis, le 17 mai 1911 - Rengagé pour un an, à compter du 30 août 1913 - Affecté au 8ème escadron du Train des équipages militaires, le 2 août 1914 - Affecté à 18ème régiment de Dragons du 22 octobre 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 20 février 1915 - Affecté au 57ème régiment d'infanterie, le 20 février 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote de l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 25 février 1917 - Brevet de pilote militaire n° 6293 obtenu à l'école d'aviation militaire du Crotoy, le 9 mai 1917 - Détaché à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, le 11 mai 1917 - Citation n° 29 à l'ordre du 57ème régiment d'infanterie, en date du 24 mai 1917 - Stage de perfectionnement l'école d'aviation militaire de Châteauroux, jusqu'au 21 juin 1917 - Pilote du GDE du 21 juin au 10 août 1917 - Pilote de l'escadrille C 10 du 10 août 1917 au 16 octobre 1917 - Nommé Lieutenant, à titre temporaire, le 16 septembre 1917 - Pilote de l'escadrille C 225 du 16 octobre 1917 au 4 août 1918 - Stage Salmson 2A2 au GDE du 16 au 27 octobre 1917 - En subsistance à l'escadrille C 10 du 11 au 13 janvier 1918 - Affecté au 16ème régiment de Dragons, le 30 mai 1918 - Citation n° 431 à l'ordre du 35ème corps d'armée, en date du 6 juillet 1918 - Détaché à l'escadrille C 575 à la fin août 1918 au 1er janvier 1920 - Nommé Sous-lieutenant, à titre définitif, le 8 août 1919 - Nommé Lieutenant, à titre définitif, en date du 14 novembre 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 23 mai 1920 - Affecté à la 8ème escadrille du 1er régiment d'aviation d'observation (détachement du Levant), le 1er janvier 1920 - Cette unité hérite en lien direct des traditions de l'escadrille C 575 - Affecté à la 57ème escadrille de l'aéronautique du Levant dépendant du 5ème régiment d'aviation d'observation (détachement du Levant) du 1er août au 6 décembre 1920 - Cette unité est héritière des traditions de l'escadrille C 575 - Affecté au 33ème régiment d'aviation du 6 décembre 1920 au 25 avril 1921 - Affecté au centre d'instruction de l'aviation à Istres (Bouches-du-Rhône), le 25 avril 1921 - Affecté au 2ème groupe d'ouvriers d'aviation, le 1er juillet 1922 - Affecté à la 12ème section d'ouvriers d'aviation à Cazaux pour l'encadrement du 4ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 23 novembre 1923 - Nommé Capitaine, le 25 décembre 1923 - Affecté au 4ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 1er janvier 1924, suite à la dissolution de la 12ème section d'ouvriers d'aviation - Affecté à la 13ème compagnie d'ouvriers d'aviation, le 1er janvier 1931 - Pension de 50 % pour colite chronique avec insuffisance hépatique pychasténie post infectieuse par la commission de réforme de Bordeaux (Gironde), le 22 mars 1933 - En congé sans solde pour 5 ans - Admis à faire valoir ses droits à la retraite, le 15 janvier 1938 - Domicilié au 35, route St-Emillion à Libourne (Gironde) - Affecté, dans la réserve, au bataillon de l'air 113, le 1er mars 1938 - Convoqué au bataillon de l'air 113 pour effectuer une période de réserve obligatoire, à compter du 21 août 1939 - Maintenu en poste par la mobilisation générale, le 2 septembre 1939 - Rayé des cadres, le 26 décembre 1939 - Décédé, le 20 janvier 1965 - Sources : Pam - Liste des brevets militaires - LO - CCC de l'escadrille C 10 - CCC de l'escadrille C 225 / SAL 225 - JORF - Fiche matricule du département de la Gironde - Dernière mise jour : 10 septembre 2018.

* Citation n° 29 à l'ordre du 57ème régiment d'infanterie, en date du 24 mai 1917 : "Venu de la cavalerie dans l'infanterie sur sa demande. pendant les deux années qu'il a passées au 5ème régiment d'infanterie, s'y est montré plein d'allant et de dévouement. En mai 1916 devant Verdun, s'est fait remarquer par sa cranerie et son réel mépris du danger sur la Somme en janvier 1917 a organisé le service téléphonique du secteur avec une réelle compétance."

* Citation n° 416 à l'ordre du 35ème corps d'armée, en date du XX janvier 1918 : "Officier d'un grand mérite, a fait deux ans de campagne dans l'infanterie, pilote adroit et courageux, toujours prêt à accomplir loin dans les lignes ennemies, une reconnaissance photographique particulièrement délicate. Grâce à sa hardiesse et son endurance, a rapporté une série de clichés qui ont fourni les plus précieux renseignements."

* Citation n° 431 à l'ordre du 35ème corps d'armée, en date du 6 juillet 1918 : "Au cours des dernières opérations, a effectué un grand nombre de destructions de batteries ennemies, toujours menées à bien malgré que son appareil fut à plusieurs reprises atteint par le tir de l'artillerie ennemiers. Les ... (censuré), a exécuté journellement à faible altitude des missions de commandement rentrant chaque fois avec un appareil sérieusement atteint par les balles tirées de terre et permettant néanmoins à son observateur de rapporter les plus précieux renseignements."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Ltt Jean Pierre Bigot au 57ème régiment d'infanterie, détaché à l'aviation, en date du 23 mai 1920 : "Pilote d'une parfaite habileté, apportant dans l'exécution des missions qui lui sont confiées, une bravoure et une opiniâtreté inlassables. Vient au cours des opérations de Cilicie, d'accomplir une série de reconnaissances longues et périlleuses dans lesquelles son avion a été gravement atteint par le tir de l'infanterie ennemie. Trois citations."

 

Photo du Cne Antoine Moraillon

Cne Antoine Jean Denis Moraillon - Né le 11 janvier 1894 à Valence (Drôme) - Fils de Louis Gilbert Marie Morailllon et de Emile Françoise Madeleine Larue - Domiciliés au 20, villa La Reine à Versailles (Yvelines) en 1912 puis au 4 boulevard de la République à Versailles (Yvelines) - Classe 1911 (engagement) / 1914 (normale) - Recrutement de Versailles (Yvelines) sous le matricule n° 3336 - Admis à l'école Polytechnique suite au concours de 1912, le 17 septembre 1912 - Engagé volontaire pour quatre ans au titre de l'école Polytechnique, à compter du 7 octobre 1912 - Classé 127ème sur 230 au concours d'admission de l'école Polytechnique et affecté au 2ème régiment d'artillerie de campagne caserné à Grenoble (Isère), à compter du 10 octobre 1912 pour effectuer une année de service militaire - Nommé Brigadier, le 6 mars 1913 - Entré à l'école Polytecnhique et nommé Aspirant, le 10 octobre 1913 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire et affecté au 31ème régiment d'artillerie, le 5 août 1914 - Affecté au 3ème régiment d'artillerie lourde, le 31 mai 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif et affecté au 111ème régiment d'artillerie lourde, le 16 janvier 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 15 novembre 1915 - Observateur de l'escadrille F 60 du 18 novembre 1915 au 18 janvier 1916 - Observateur de l'escadrille C 51 du 18 janvier 1916 au 5 octobre 1917 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 13 mars 1916 - Citation n° 441 à l'ordre du 1er corps d'armée, en date du 3 mai 1916 - Citation n° 469 à l'ordre du 1er corps d'armée, en date du 29 septembre 1916 - Citation n° 503 à l'ordre du 1er corps d'armée, en date du 11 avril 1917 - Citation n° 4351 à l'ordre de la 3ème division de cavalerie, en date du 12 mai 1917 - Stage au GDE du 5 octobre au 3 novembre 1917 - Stage au centre organisateur de l'artillerie lourde (COAL) de Sézannes du 3 novembre au 10 décembre 1917 - Formation de pilote militaire au GDE du 10 décembre 1917 au 3 mars 1918 - Brevet de pilote militaire n° 11.145 obtenu au GDE, le 30 janvier 1918 - Lâché sur Caudron G 4, le 13 février 1918 - Pilote de l'escadrille SOP 217 du 3 mars au 24 avril 1918 - Pilote de l'escadrille SAL 225 du 24 avril 1918 au 27 janvier 1919 - Arrivé à l'escadrille, le 4 mai 1918 - Nommé Capitaine, à titre temporaire, le 12 août 1918 - Citation n° 443 à l'ordre du 35ème corps d'armée, en date du 3 septembre 1918 - Evacué sur l'hôpital de Rosendael, le 23 octobre 1918 - Rentré de convalescence, le 12 décembre 1918 - Affecté à la mission militaire au Guatémala, le 27 janvier 1919 - Détaché à l'école Polytechnique, le 20 août 1919 - Réaffecté au 111ème régiment d'artillerie lourde et formation à l'école militaire d'artillerie de Fontainebleau, à compter du 15 novembre 1919 - En congé sans solde de deux ans, à compter du 15 décembre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, le 10 juin 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur en date du 16 juin 1920 - Affecté au 33ème régiment d'aviation, le 16 septembre 1920 - Affecté au 103ème régiment d'artillerie lourde, le 30 juin 1921 - Transformation du congé sans solde de deux ans, en un congé de trois ans - Démissionnaire de l'armée active et nommé Lieutenant de réserve à titre définitif, le 21 février 1923 - Domicilié au 48, rue de la Mairie à Cenon (Gironde) - Domicilié au 2, rue de Flers à Wasquehal (Nord), à compter du 13 février 1924 - Affecté dans la réserve au 36ème groupe d'aviation de Pau (Pyrénées-Atlantiques), le 27 juin 1923 - Nommé Capitaine de réserve, à titre définitif, le 11 novembre 1924 - Affecté, dans la réserve, au 38ème régiment d'aviation mixte de Thionville-Basse-Yutz (Moselle), le 28 septembre 1928 - Domicilié Quai Crozat à Chauny (Aisne), à compter du 18 octobre 1928 - Affecté, dans la réserve, au centre de mobilisation d'aviation n° 88, le 28 février 1929 - A accompli une période obligatoire au 38ème régiment d'aviation mixte de Thionville-Basse-Yutz (Moselle) du 5 au 25 septembre 1931 - Affecté, dans la réserve, au centre de mobilisation d'aviation n° 31, le 1er avril 1933 - Affecté, dans la réserve, au centre de mobilisation d'aviation n° 9 à Tours (Indre-et-Loire), le 1er juillet 1936 - Affecté, dans la réserve, à la base aérienne de Tours, le 15 octobre 1936 - Affecté, dans la réserve, à la base aérienne d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), le 6 août 1937 - Classé en affectation spéciale, pour une durée de trois mois, au titre de la 2ème région aérienne, le 28 février 1939 - Domicilié au 102, avenue du Roule à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), en date du 19 avril 1939 - Sources : Pam - CCC de l'escadrille F 60 - CCC de l'escadrille SOP 217 - CCC de l'escadrille SAL 225 - Fiche matricule du département des Yvelines - Liste des brevets militaires - JORF - Dernière mise à jour : 23 septembre 2018.

* Citation n° 441 à l'ordre du 1er corps d'armée, en date du 3 mai 1916 : "Le 21 avril, s'est proposé pour terminer une mission interrompue par une blessure reçue par le pilote. Officier aussi brave que modeste. Sur le front depuis le début de la campagne."

* Citation n° 469 à l'ordre du 1er corps d'armée, en date du 29 septembre 1916 : "Observateur de premier ordre, d'une audace exceptionnelle, toujours prêt à réaliser les missions les plus périlleuses. A livré souvent combat aux avions ennemis. Pendant les attaques de juillet 1916, a rendu les plus grands services pour la sureté de son personnel, la précision de ses observations. est maintes fois rentré avec son avion atteint par les projectiles ennemis."

* Citation n° 503 à l'ordre du 1er corps d'armée, en date du 11 avril 1917 : "Officier du plus grand mérite, a exécuté avec une audace remarquable les missions de sureté rapprochée basse altitude pendant la marche en avant. Le 16 mars 1917, s'est offert spontanément pour terminer une mission interrompue par la chute du pilote."

* Citation n° 4351 à l'ordre de la 3ème division de cavalerie, en date du 12 mai 1917 : "S'est particulièrement distingué en avril et mai 1917 en exécutant des réglages de tirs longs et difficiles malgré le feu de l'ennemi et les circonstances atmosphériques très défavorables."

* Citation n° 443 à l'ordre du 35ème corps d'armée, en date du 3 septembre 1918 : "Chef d'escadrille de tout premier ordre donnant un bel exemple à ses équipages en se réservant les missions les plus périlleuses. Le 12 juin 1918, a survolé à 20 mètres une organisation ennemie, est rentré avec son appareil sérieusement atteint par le tir de terre. Le 9 août 1918, au cours d'une mission pour laquelle précédemment un de ses équipages était tombé, a rempli la mission, est rentré avec son appareil atteint par le tir de DCA ennemi."

 

Les avions

 

Les avions

 

Photos de
reconnaissance

 

 

Photos de
reconnaissance

 

 

 

Monuments commémoratifs
et tombes


Monuments commémoratifs
et tombes

 

 

 

Remerciements à :

- M.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 226 Escadrille 221

pas de fiche > 1918