Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes peints
sur les fuselages

Le fanion blanc à bande rouge a été la premier insigne collectif de l'escadrille N 314 - Dessin Albin Denis.

Le second et dernier emblème collectif de l'escadrille 314 était un chardon associé à une croix de Lorraine, de manière à rappeler sa mission de défense aérienne au profit de la ville de Nancy - Dessin Albin Denis.

Insignes métalliques
de l'escadrille SPA 315

Insigne métallique de l'escadrille SPA 314 - Vu l'état de finition, il s'agit probablement d'une fabrication en série - Insigne droits réservés.

Insigne personnel du Cal Henri Cahon, mécanicien de l'escadrille CAP 115 du 29 mars 1918 au 25 août 1919 - Cet insigne ressemble fortement au second insigne collectif de l'escadrille 314 - Il est certain que ce mécanicien a visité l'escadrille N 314 qui était déployée sur le même terrain que son unité de bombardement, sur le plateau de Malzéville, des photos l'attestent - Attention, il ne s'agit probablement pas d'un insigne de l'escadrille N 314 mais plutôt d'un insigne généraliste, qui rassemble les emblèmes de la Lorraine et qui a été adopté par les personnels de plusieurs unités distinctes - Collection Jean-Paul Bonnora que je remercie pour son aide.

Symbolique

Le premier insigne collectif de l'escadrille N 314 a été un fanion blanc à bande rouge. Il a été remplacé par un chardon associé à une croix de Lorraine, de manière à rappeler la mission de défense aérienne de la ville de Nancy.

 

Historique

A venir

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Pas d'insigne métallique des unités détentrices car les traditions de l'escadrille SPA 314 n'ont pas été reprises depuis le 31 décembre 1918.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SPA 314

Les traditions de l'escadrille SPA 314 n'ont pas été reprises depuis le 31 décembre 1918, date de sa dissolution.

 

Appellations successives

Périodes de stationnements


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

 

Commandants de l'escadrille

Rattachements de l'escadrille

 

Décorations

Pas de citation collective pour cette escadrille.

 

Citations individuelles

* Citation à l'ordre de l'aéronautique du Brig Henry Pigault, en date du 8 juin 1918 : "Jeune pilote, plein d'allant et de bonne volonté. En six semaines, a livré un combat et mitraillé huit fois les tranchées à très basse altitude malgré les tirs violents des canons et des mitrailleuses qui ont atteint son appareil notamment le 13 mai 1918."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Jean Auguste Albert Imbert, du 1er régiment de tirailleurs algériens, pilote à l'escadrille SPA 314, en date du 24 août 1918 : "Pilote ardant et brave. A abattu en flammes un Drachen."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt François Castaings, du 31ème régiment d'infanterie, pilote à l'escadrille SPA 314, en date du 24 août 1918 : "Pilote énergique et plein d'allant. A abattu en flammes un Drachen."

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes

Le Sol Henri Cahon, mécanicien de l'escadrille CAP 115, pose, aux commandes d'un Nieuport 24 de l'escadrille N 314, sur le terrain du plateau de Malzéville en juillet 1917 - A cette époque, les deux escadrilles CAP 115 et N 314 sont stationnées sur le plateau de Malzéville, sur les hauteurs de Nancy - Photo collection Jean-Paul Bonnora que je remercie pour son aide.

Sol Henri Léon Frédéric Cahon - Né le 6 février 1897 à Harfleur (Seine-Maritime) - Fils de Léon Cahon et de Louise Emilie Eugènie Bertot - Domiciliés au 7, rue des 104 à Harfleur - Profession avant guerre Ajusteur mécanicien - Classe 1917 - Recrutement du Hâvre sous le matricule n° 1123 - Ajourné pour faiblesse en 1915 - Déclaré apte au service - Mobilisé au 74ème régiment d'infanterie, le 10 août 1916 - Passé au 2ème groupe d'aviation de l'aéronautique militaire comme mécanicien, le 29 janvier 1917 - Affecté au parc de bombardement n° 115, le 15 mai 1917 - Nommé Caporal, le 25 décembre 1917 - Mécanicien de l'escadrille CAP 115 du 29 mars 1918 au 25 août 1919 - Stage DPZA du 13 au 23 octobre 1918 - Affecté à la RGA, le 25 août au 27 septembre 1919 - Démobilisé, le 27 septembre 1919 - Affecté, dans la réserve, au 34ème régiment d'aviation d'observation du Bourget, le 2 mai 1921 - Domicilié au 21, rue de l'industrie à Colombes, à partir du 17 juin 1928 - Affecté, dans la réserve, à la 11ème compagnie de l'Air, le 1er octobre 1934 - Classé en affectation spéciale en qualité d'ajusteur à la société d'aviation Lioré et Olivier, usine au 1, rue du Pérouzet à Argenteuil (Seine-et-Oise), le 4 mars 1936 - Sources : Pam - Fiche matricule du département de la Seine Maritime - CCC escadrille CAP 115 - Dernière mise à jour : 28 septembre 2016.

Sgt Jean Léon Barnetche photographié sur le terrain de Lemmes (55) lors de la 1ère semaine de 1916 - Né le 11 novembre 1884 à Bayonne - Fils d'Alexandre Barnetche et de Catherine Bernettes - Service militaire au 49ème régiment d'infanterie à compter du 8 novembre 1905 - Profession avant guerre Ingénieur - Mobilisé à la 7ème section de chemin de fer de camp territorial - Passé à l'aviation comme électricien, le 15 mars 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1832 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 22 octobre 1915 - Stage de transformation et Haute Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau du 23 novembre 1915 au 7 février 1916 - GDE du Plessis-Belleville du 7 février au 8 mars 1916 - Nommé Sergent, le 10 avril 1916 - Pilote de l'escadrille N 57 du 9 mars au 18 août 1916 - Nommé Sergent, le 22 avril 1916 - Evacué pour bronchite, le 18 août 1916 - Hospitalisé à l'hôpital de Bar-le-Duc - Evacué sur un hôpital de l'intérieur, le 2 septembre 1916 - Retour de convalescence, le 23 mars 1917 - GDE du 23 mars au 4 mai 1917 - Pilote de l'escadrille N 314 du 4 mai 1917 au 6 mai 1918 - Nommé Adjudant, le 11 octobre 1917 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

 

Photo du Cne André de Sévin de Quincy

* Cne André Henri Armand de Sévin de Quincy - Né le 12 juillet 1894 à Pau (Pyrénées Atlantiques) - Fils de Roger Joseph Marie de Sévin de Quincy et de Marie Louise Thérèse Antoinette d'Aynard - Domiciliés Haras de Gelos par Pau (Pyrénées Atlantiques) - Profession avant guerre Etudiant - Classe 1914 - Recrutement de Pau sous le matricule n° 1561 - Engagé volontaire pour huit ans, le 17 août 1914 - Incorporé au 18ème régiment d'infanterie, le même jour - Nommé Caporal, le 16 octobre 1914 - Détaché au 144ème régiment d'infanterie, le 24 septembre 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 5 décembre 1914 - Affecté provisoirement au dépôt du 144ème régiment d'infanterie, le 25 décembre 1914 - Affecté au 34ème régiment d'infanterie, le 8 janvier 1915 - Blessé à Hurtebise, le 24 janvier 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 25 mars 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 10 juin 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1714 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 7 octobre 1915 - Pilote de la RGAé - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 31 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 461 du CRP du (4ème trimestre 1915) au 16 juillet 1917 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique, le 14 juillet 1916 - Pilote du GDE du 16 au 23 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille N 314 du 23 juillet 1917 au 22 mai 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 151 du 23 mai 1918 au 24 mars 1919 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 20 octobre 1918 - Croix de Guerre avec 3 palmes de bronze et 3 étoiles (6 citations) - Nommé Capitaine à titre temporaire, le 25 octobre 1918 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 2 avril 1919 - Affecté à l'organe de coordination générale de l'aéronautique, dépendant du SFAé - Affecté sur sa demande au Groupement aéronautique n° 4 du Bourget, le 30 octobre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation, le 30 octobre 1919 - Affecté sur sa demande au 7ème régiment d'aviation d'observation, le 9 février 1920 - Affecté au 31ème régiment d'aviation d'observation, le 26 juillet 1920 - Affecté au 2ème régiment d'aviation de chasse, le 9 février 1923 - Affecté au 2ème régiment d'aérostation, le 26 mai 1924 - Nommé Nommé Chef de bataillon, le 18 mars 1933 - Nommé Commandant provisoire de la base d'aérostation n° 153, le 1er janvier 1934 - Suit les cours du centre d'études tactiques d'artillerie de Metz du 28 février au 29 mars 1934 - Officier de la Légion d'Honneur en 1935 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 3 décembre 1938 - Sources : Pam - FM 64 - CCC 461 - CCC 314 - CCC 151 - JORF - Dernière mise à jour : 25 juin 2015.

Photo du Ltt Albert Mahieux

Ltt Albert André Mahieux - Né le 21 novembre 1883 à Pontoise (Seine-et-Oise) - Fils d'Emile Maxime Constant Mahieux (marchand de vins) et d'Augustine Fréquelin - Classe 1903 - Recrutement de Troyes sous le matricule n° 1381 - Engagé volontaire pour trois ans au 35ème régiment d'infanterie, à compter de 30 novembre 1903 - Nommé Caporal, le 1er avril 1904 - Nommé Sergent, le 8 février 1905 - Rengagé pour deux ans, le 30 novembre 1906 - Rengagé pour deux ans, à compter le 30 novembre 1908 - Rengagé pour trois ans, le 30 novembre 1910 - Affecté à l'école normale de gymnastique et d'escrime de Joinville, le 25 octobre 1911 - Nommé Sergent moniteur, le 26 octobre 1911 - Marié avec Irma Louise Anaïs Metton à Bois-Colombes, le 5 juillet 1913 - Domiciliés au 7, rue du Chemin Vert à St-Maurice - Rengagé pour deux ans, le 30 novembre 1913 - Nommé Sergent-major, le 12 octobre 1913 - Nommé Adjudant, le 1er juin 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 17 mars 1915 - Affecté au 1er régiment de Zouaves du 3 août 1914 au 28 mars 1915 - Blessé par éclat d'obus à l'omoplate gauche à Fismes, le 12 septembre 1914 - Affecté au 4ème régiment de Zouaves du 28 mars 1915 au 1er juin 1916 - Blessé par éclat d'obus au poignet droit à Lonbantzide, le 10 juin 1915 - Citation n° 200 à l'ordre du 4ème régiment de Zouaves, en date du 18 novembre 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 26 décembre 1915 - Nommé Lieutenant à titre temporaire, le 18 mai 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur, le 1er juin 1916 - Observateur au GDE - Observateur de l'escadrille N 38 du XXX au 6 janvier 1917 - Citation n° 705 à l'ordre de l'armée, en date du 24 janvier 1917 - Nommé Lieutenant à titre définitif, le 7 mai 1917 - Observateur de l'escadrille R 214 du 6 janvier au 30 juillet 1917 - Envoyé au repos à la maison de santé de Viry-Chatillon, à compter du 30 juillet 1917 - Passé élève pilote de l'école d'aviation militaire de Chartres, le 20 septembre 1917 - Brevet de pilote militaire n° 9803 obtenu à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 8 novembre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau, jusqu'au 12 janvier 1918 - Pilote du GDE du 12 janvier au 2 mai 1918 - Lâché sur SPAD, le 14 février 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 314 du 2 mai au 31 octobre 1918 - Commandant de l'escadrille BR 45 du 3 novembre 1918 au 19 mars 1919 - Affecté à la 43ème compagnie d'ouvriers d'aviation, le 19 mars 1919 - Affecté au 89ème régiment d'infanterie, le 31 octobre 1919 - Affecté au 54ème régiment d'infanterie, le 24 janvier 1920 - Affecté à l'entrepot spécial d'aviation n° 4, le 5 juin 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation d'observation du Bourget, le 18 juin 1920 - Nommé Capitaine, le 23 septembre 1921 - Détaché à Joinville pour trois mois du 1er mai au 13 août 1925 - Affecté au 2ème groupe d'ouvriers d'aéronautique comme officier instructeur au centre d'instruction physique d'Antibes, le 6 septembre 1925 - Affecté à l'école pratique d'aviation d'Istres, le 9 mai 1929 - Affecté au 2ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, en février 1930 - Affecté à l'entrepot général d'aviation de n° 3 de St-Cyr - Nommé Chef de bataillon, le 25 décembre 1933 - Admis à un congé du personnel navigant, à compter du 15 octobre 1936 - Décédé à Montélimar (Drôme), le 6 novembre 1937 - Albert Mahieux repose dans le cimetière de Grignan (Drôme) - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide - Sources : Pam - CCC escadrille R 214 - CCC escadrille SPA 314 - CCC escadrille BR 45 - FM département de l'Aube - Dernière mise à jour : 24 février 2016.

* Citation n° 200 à l'ordre du 4ème régiment de Zouaves, en date du 18 novembre 1915 : "Excellent officier a toujours montré un allant et une énergie remarquables, s'est particulièrement signalé au combat du 12 septembre 1914 en entrainant sa section à l'assaut d'une position ennemie où il fut grièvement blessé."

* Citation n° 705 à l'ordre de l'armée du Ltt Albert André Mahieux, observateur à l'escadrille N 38, en date du 24 janvier 1917 : "Bon observateur énergique et plein de sang-froid. A exécuté depuis juillet 1916 de nombreuses reconnaissances d'armée. Au cours de l'une d'elle, ayant été attaqué par cinq avions ennemis les mis en fuite forçant l'un d'eux à piquer verticalement dans ses lignes et à s'écraser sur le sol. E décembre 1916, a effecté une série de reconnaissances particulièrement périlleuses."

Sous-officiers pilotes et mécaniciens de l'escadrille N 79 sur le terrain de Frétoy en mars 1917 - De gauche à droite : 1. MdL Robert Goury du Roslan (pilote) - 2. MdL Alain Gerbault (pilote) - 3. MdL Roger Brétillon (pilote) - 4. Sgt Pierre Leroy (mécanicien) - 5. Cal Raphaël Foa (pilote) - 6. Sgt Jean Sandières (pilote) - 7. Cal Louis Tintant (pilote) - Photo collections du SHD du château de Vincennes.

7. Cal Louis Tintant - Né le 16 août 1897 à Paris (75) - Fils de Baptiste Tintant et Caroline Dairet - Engagé comme élève pilote au 1er groupe d'aviation, le 6 novembre 1915 - Nommé Caporal, le 4 août 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4016 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 23 août 1916 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire de Tours - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau - Centre d'aviation de Villacoublay jusqu'au 23 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 79 du 23 décembre 1916 au 1er avril 1917 - Hospitalisé à la maison de repos VR 75 de Viry-Chatillon du 1er au 18 avril 1917 - Nommé Sergent, le 20 juillet 1917 - Pilote de l'escadrille N 314 / SPA 314 du 9 juin 1917 au 29 mai 1918.

 

 

 

Les avions

Le Nieuport 24 n° 5340 du Sgt Herschel Mc Kee a été touché par la DCA allemande dans les environs de Château-Salins - Contraint de poser son avion en zone occupée, le pilote américain a été fait prisonnier - Photo droits réservés.

Les avions

Nieuport 17 de l'escadrille N 314 probablement au printemps 1918 - Remarquez le second insigne d'escadrille, la Croix de Lorraine posé sur des chardons - Photo droits réservés.

Le Sgt Gaston Castaings, pilote de l'escadrille SPA 314, a été tué en combat aérien, aux commandes du Spad XIII n° 4715 codé "10", dans les environs de Marieulles (Moselle), le 7 juillet 1918 - Cet exemplaire a été construit sous licence par la société Kellner - Photo droits réservés.

Sgt Gaston François Castaings - Né le 12 septembre 1895 à Benesse-Marennes (Landes) - Classe 1915 - Recrutement de Bayonne sous le matricule n° 43 - Pilote de l'escadrille SPA 314 - Tué au cours d'un combat aérien, dans les environs de Marieulles, à 15 km au Sud de Metz (Moselle), le 7 juillet 1918 - Sources : MpF - Dernière mise à jour : 28 septembre 2016.

 

Monuments commémoratifs
et tombes

 

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Tombe du Ltt Albert André Mahieux dans le cimetière de Grignan (Drôme) - Il a été pilote de l'escadrille SPA 314 du 2 mai au 31 octobre 1918 - Photo Alain Octavie que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. Alain Octavie pour l'envoi des photos de la tombe du Ltt Albert Mahieux.
- M. Jean-Paul Bonnora pour l'envoi des photos d'Henri Cahon.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 287 Escadrille 315

 

 

pas de fiche > 1918