Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Etude réalisée par David Méchin - Je lui adresse tous mes remerciements pour son aide.

Insignes de l'escadrille 510
peints sur les fuselages

L'nsigne collectif de l'escadrille consistait en un rapace représenté ailes déployées tenant dans ses serres une bombe - L'oiseau est peint sur un ovale vertical bleu - Dessin Albin Denis

 

 

Insignes métalliques de l'escadrille 510
et des unités détentrices de ses traditions

Pas d'insigne métallique connu.

 

 

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Pas d'insigne métallique connu.

 

 

Unités détentrices des traditions de l'escadrille 510

Les traditions de l'escadrille n'ont pas été reprises depuis sa dissolution en fin 1919.

 

Symbolique

L'insigne de l'escadrille 510 consistait en un rapace en vol tenant dans ses serres une bombe, le tout posé sur un ovale vertical bleu.

Historique

Depuis la dissolution du groupe de bombardement d’Orient (GBO) en juin 1916, l’armée d’Orient n’a jamais disposé de force aérienne de bombardement efficace, malgré la création d’une escadrille dite "section de bombardement" sur Farman F 40 et d’utilisation des Farman des escadrilles de l’armée d’Orient de façon groupée. Le manque est particulièrement criant au début de l’année 1917, quand les bombardiers bimoteurs allemands du Kaghol 1 sèment la terreur sur les arrières du front : bien que leur base soit rapidement identifiée comme étant à Hudova, tout ce que peut envoyer l’armée française pour tenter de les détruire au sol sont quelques Sopwith 1A2 et chasseurs Nieuport dispersés lançant une poignée de grenades Brandt sans efficacité…

Le général Sarrail finit par obtenir des renforts en appareils comme en effectifs, dont une escadrille de bombardement sur Breguet 14 B2, l’escadrille 510, qui se forme à Clermont-Ferrand durant l’été 1917. Ses personnels quittent Aulnat au début d'octobre 1917. La date précise de son arrivée en Orient n’est pas connue, mais postérieure au 28 novembre 1917 où un document la mentionne pour la première fois.

Elle s’installe sur l’aérodrome de Samli, ancienne base du GBO, pour commencer ses missions qui consistent aussi bien en des reconnaissances d’armée sur de longues distances que des raids de bombardement : les performances des Breguet 14 sont parfaitement adaptées à cette tâche et sans commune mesure avec tout ce que l’aviation de l’armée d’Orient a pu avoir à disposition jusque là. Les Breguet sont parfois escortés de chasseurs, dont l’adjudant-chef Dieudonné Costes qui y est détaché au mois de mars 1918. Le 21 mars 1918, une vrille entraîne la mort du chef d’escadrille, le lieutenant Rose, qui est enterré avec tous les honneurs par les aviateurs de l’armée d’Orient, Dieudonné Costes survole le convoi funéraire avec son Nieuport. Le lieutenant Lemoine prendra sa suite et les missions de bombardement effectuées par toute l’escadrille sur les arrières de l’ennemi vont se multiplier, s’effectuant sans pertes et avec une certaine impunité grâce à la vitesse des Breguet 14 dont le feu croisé des mitrailleurs arrière permet même d’obtenir quelques victoires aériennes.

Au moment de l’offensive finale lancée au mois de septembre 1918, l’escadrille est mise à disposition de l’armée Serbe et va multiplier les missions sur les nœuds de communication ennemis, occasionnant les seules pertes au combat de la campagne le 16 septembre 1918 où un Breguet disparaît derrière les lignes lors d’une mission spéciale (équipage sauf), et le 19 septembre 1918 où un équipage est abattu par l’As de chasse allemande des Balkans, Gerhard Fieseler, qui remporte sa 19ème et dernière victoire.

L’armée bulgare s’effondre comme un château de cartes suite à l’offensive et les armées de l’entente (française, serbe, grecque, italienne, britannique) s’élancent dans les Balkans. L’escadrille 510 n’est pas dissoute peu après l’armistice mais affectée en Roumanie dans l’armée du Danube, où toujours dotée de Breguet 14 mais renforcée d’une patrouille de chasseurs SPAD, elle fera le coup de feu contre des troupes bolcheviques : Le Slt Lashermes détruit au sol aux commandes de son SPAD un avion ennemi le 12 juin 1919 à Tiraspol. Mais la discipline se relâche cependant assez fortement chez les équipages français qui n’aspirent qu’à retourner au pays : une mutinerie éclate le 17 mai 1919 au parc de Galatz où stationne l’escadrille parmi le personnel au sol, pour une banale affaire de ration de vin. Le 3 juillet 1919, un officier d’état-major effectue une tournée d’inspection et découvre une escadrille dans le plus grand désordre avec le matériel négligé et les officiers logeant en ville où ils ne pensent qu’à s’amuser. Le général Franchet d’Esperey pique une colère et relève le chef d’escadrille, le lieutenant Bergeaux de son commandement. Mais l’escadrille 510 n’allait cependant pas survivre longtemps à cet incident : disparaissant des documents officiels, elle est sans doute dissoute peu après le retour des troupes d’occupation françaises de Roumanie le 11 octobre 1919.

 

Carte de la zone d'opérations

 

Appellations successives

Rattachements de l'escadrille

Commandants de l'escadrille


Les différents terrains utilisés

^ Tableau à compléter

Périodes de stationnements

Types d'avions utilisés

Numéros des avions connus

 


Morts: en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

Palmarès de l'escadrille 510

Décorations

Pas de récompense collective pour l'escadrille 510.

 

Les hommes

Départ d'Aulnat des personnels de l'escadrille 510 au début octobre 1917 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo André Ravisé transmise par Jean-Jacques Moulin, que je remercie pour son aide.

Les hommes

Personnels de l'escadrille BR 510 photographiés à Bucarest (Roumanie), le 17 février 1919 - Si vous êtes capables d'identifier certains aviateurs, veuillez prendre contact avec l'auteur du site - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Daneck Mirbelle que je remercie pour son aide.

Légende de la photo supérieure - Photo collection Daneck Mirbelle que je remercie pour son aide.

 

Les avions

Paire de Breguet 14 B2 de l'escadrille 510 en vol au-dessus de la campagne serbe pendant la mission de bombardement de la ville de Gradsko (Serbie), le 15 septembre 1918 - Photo collection Boris Ciglic que je remercie pour son aide.

Les avions

Breguet 14 B2 de l'escadrille 510 en vol au-dessus des nuages pendant la mission de bombardement de la ville de Gradsko (Serbie), le 15 septembre 1918 - Photo collection Boris Ciglic que je remercie pour son aide.

 

Couleurs des avions

 

Couleurs des avions

Breguet 14B2 n° 234X de l'escadrille 510 - Le dernier chiffre n'est pas connu car non visible sur la photo qui a servi à établir ce profil couleur. Dessin David Méchin.

 

Photos aériennes prises
par les équipages

Bombardement de la ville de Gradsko (Serbie) par l'escadrille 510, le 15 septembre 1918 - Les bombes viennent d'être larguées d'une altitude de 4000 m - Photos collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Photos aériennes prises
par les équipages

Bombardement de la ville de Gradsko (Serbie) par l'escadrille 510, le 15 septembre 1918 - Altitude 4000 m - Photos collection David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. David Méchin pour son étude sur l'escadrille 510.
- M. Daneck Mirbelle pour l'envoi de la photo des personnels de l'escadrille BR 510.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien
- "Blog photographique de Daneck" de Daneck Mirbelle - Voir le lien

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 509 Escadrille 521

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir