Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insigne de l'escadrille VR 555
peint sur les fuselages

Premier insigne collectif de l'escadrille VR 555 - Il représente un rapace posé sur un rocher, prêt à l'envol - Je recherche des photos d'avions portant cet insigne - Dessin Albin Denis.

Insignes de l'escadrille BR 555
peints sur les fuselages

Second insigne de l'escadrille 555 - Il est apparu juste après guerre, avec le remplacement des Voisin 10 par des Breguet 14 A2 - Dessin Albin Denis.

 

Insignes métalliques
de l'escadrille 555

 

Qui peut m'aider ?

Symbolique

L'escadrille VR 555 a d'abord adopté un rapace prêt à l'envol posé sur un rocher, puis juste après guerre un pélican aviateur peint de profil tenant un parapluie sous l'aile.

 

Historique

Création en septembre 1917 :

L'escadrille 555 a été créée à Taza (Maroc) en septembre 1917. Sa création, associée à celles des escadrilles 553, 554 et 556 constituées à la même période, permet un renforcement de la présence française au Maroc. Comme le nombre de Maurice Farman MF 11, MF 11 bis et Farman F 40 disponibles est insuffisant, l'escadrille 555 est dotée de Voisin 10. Ces appareils, souffrant du mauvais fonctionnement du moteur par fortes chaleurs, seront sous-employés.

Escadrilles subdivisionnaires :

Le Général commandant en chef les TOM affecte une escadrille à chaque subdivision, qui prend l'appelation d'escadrille subdivisionnaire. Les unités en question sont réparties sur le territoire comme suit : escadrille F 553 à Meknès, escadrille VR 555 à Taza, escadrille 551 à Fez, escadrille 554 à Marrakech, escadrille 556 à Rabat.

Déclenchement des hostilités :

En septembre 1917, le poste de Rhorm-el-Alem, au Sud-Est de Tadla, devait être créé. La colonne, qui devait installer le poste, est fortement attaqué le soir même de son arrivée sur place. Les assaillants sont repoussés au prix de pertes sérieuses. Ce combat, présenté comme un succès par l'adversaire, va lui permettre de grossir ses rangs. Le Colonel Thevenet, commandant du territoire, demande l'appui de l'aviation. Les seuls avions disponibles de la VR 552 partent d'abord et seront remplacés, dès le 20, par cinq avions de la F 553 envoyés de Meknès par le Général, commandant de la subdivision. Les bombardements exécutés le 21 sur Ksiba provoquent l'arrêt immédiat des attaques. C'est la première fois qu'un raid de cinq avions intervient au Maroc.

La VR 555 intervient :

En octobre 1917, les escadrilles subdivisionnaires sont engagées dans leurs secteurs respectifs. La VR 555 bombarde à plusieurs reprises le camp d'Abd-el-Malek et prend part aux colonnes de ravitaillement de différents postes. Ses équipages exécutent des reconnaissances et participent aux combats en bombardant les groupes ennemis et en réglant le tir de l'artillerie par messages lestés.

Création du poste d'El-Haman :

En juillet et août 1918, l'aviation au Maroc est en pleine activité. A Fez (VR 551) et Taza (VR 555), les escadrille VR 551 et VR 555 poursuivent leurs bombardements.

Escadrille du régiment d'aviation du Maroc :

Le 1er janvier 1920, lors de la création des régiments d'aviation, le VR 555 perçoit des Breguet 14 A2 et devient la 2ème escadrille du régiment d'aviation du Maroc. Le 1er août 1920, elle devient la 2ème escadrille du 37ème régiment d'aviation d'observation.

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille 555

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne de la 2ème escadrille du 37ème RAO pour la période comprise entre 1925 et 1927 - Il appartenait au Cne René Lehideux, commandant de cette unité du 11 décembre 1924 au 1er janvier 1927 - Photo Jacqueline Briffe, sa fille, que je remercie pour son aide.

Insignes métalliques des unités
détentrices de ses traditions

Insigne en argent de la 2ème escadrille du GB I/63 - Fixation par deux anneaux - Fabrication A. Augis Lyon - Insigne collection Patrice Gout que je remercie pour son aide.

 

Appellations successives

Types d'avions utilisés

 

Commandants de l'escadrille

Les carnets de comptabilité en campagne de cette unité n'ayant pas été conservés, il n'est pas possible de citer les différents commandants d'unité qui se sont succédés à sa tête - Si vous êtes capables de le faire ou si vous connaissez l'identité de l'un d'eux, veuillez prendre contact avec l'auteur du site.

 

Rattachements


Stationnements des escadrilles au Maroc en 1917-1918 - Photo satellite Google et mise en forme Albin Denis.

Lieux de stationnements

Différentes périodes

 

Personnels

Les carnets de comptabilité en campagne de cette unité n'ayant pas été conservés, il n'est pas possible de donner une liste des personnels - Si vous possédez un document qui identifirait ce personnel ou une partie, veuillez prendre contact avec l'auteur du site.

 

Récompenses

Pas de citation collective pour cette escadrille.

 

Citations des personnels

Les personnels de l'escadrille VR 555 ont reçu : deux citations à l'ordre de l'armée (Faure et Maître) - cinq citations à l'ordre de la division - trois citations à l'ordre de la colonne - quatre lettres de félicitations.

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Joseph Maître, pilote de l'escadrille VR 555, en date du 20 janvier 1918 : "En octobre et novembre 1917, n'a cessé de témoigner de sa bravoure et de son énergie en descendant fréquemment à très faible altitude, pour lancer à coup sûr des grenades et des bombes sur les groupes ennemis. Le 27 octobre 1917, a atterri avec un avion atteint de neuf balles. S'était déjà fait remarquer au cours de plusieurs affaires, notamment aux opérations de (censuré) en mai 1917."

* Citation à l'ordre de l'armée du Slt Maurice Faure, pilote de l'escadrille VR 555, en date du 20 janvier 1918 : "Au cours de nombreux vols effectués dans la région de (censuré), n'a cessé de témoigner d'un entrain et d'un allant remarquables; Depuis septembre 1916, a executé plus de cent bombardements et reconnaissances au-dessus d'un pays difficile et dans des conditions atmosphériques défavorables; a lancé 5.500 kg de projectiles."

Numéros des avions connus

Si vous possédez des carnets de vol en rapport avec l'escadrille VR 555 du Maroc et les unités qui ont hérité de ses traditions, veuillez entrer en contact avec l'auteur du site.

 

Victoires de l'escadrille VR 555

Pas de victoire aérienne pour cette escadrille.

 

Pertes de l'escadrille 555

Pas de perte pour cette escadrille.

 

 

 

 

Cne René Emile Lehideux - Né le 7 mars 1887 à Saint-Aubin-du-Cormier (Ille et Vilaine) - Fils d'Ernest Adolphe Lehideux et de Reine Jeanne Bondet - Classe 1907 - Recrutement de Vitré sous le matricule n° 941 - Engagé volontaire pour 3 ans au 70ème régiment d'infanterie, le 20 mai 1906 - Nommé Caporal, le 29 octobre 1906 - Nommé Sergent, le 26 octobre 1907 - Envoyé dans la disponibilité et brevet à l'emploi de chef de section, le 1er septembre 1908 - Nommé Sous-lieutenant de réserve, le 30 juin 1910 - Une période de réserve au 70ème régiment d'infanterie du 20 août au 17 septembre 1911 - Marié avec Marie Victoire Rocher à Saint-Aubin-du-Cormier (Ille et Vilaine), le 7 mars 1912 - Une période de réserve au 70ème régiment d'infanterie du 26 août au 17 septembre 1913 - Nommé lieutenant de réserve, le 30 juin 1914 - Rappelé en activité au 70ème régiment d'infanterie, à l'occasion de la mobilisation générale, le 2 août 1914 - Arrivé à l'unité, le 3 août 1914 - Affecté au 156ème régiment d'infanterie, le 1er janvier 1916 - Citation n° 68 à l'ordre du 156ème régiment d'infanterie, le 28 avril 1916 - Nommé lieutenant d'active, le 5 octobre 1916 - Fait prisonnier, le 16 novembre 1916 - Nommé Capitaine à titre définitif, le 17 février 1918 - Interné à Osnabruck (Allemagne) - Rapatrié en France, le 15 décembre 1918 - Détaché comme instructeur au 79ème régiment d'infanterie, le 20 juin 1919 - Mis à la disposition du Général commandant Régident Général du Maroc, le 8 août 1919 - Affecté au 2ème régiment de tirailleurs algériens (au Maroc), le 22 octobre 1919 - En mission de guerre au Maroc du 24 octobre 1919 au 14 novembre 1921 - A pris part aux combats de Teinet-El-Hadjel (Maroc) du 24 au 26 octobre 1919 - Citation n° 4 à l'ordre de la colonne, en date du 4 février 1920 - A pris part aux combats de Kerbour Sidi--Bou-Tail (Maroc), le 2 juillet 1920 - A pris part aux combats de Gantra Oued Moussa (Maroc), le 16 juillet 1920 - A pris part aux combats de Kef-Tobbal (Maroc), le 10 août 1920 - Affecté au 5ème bataillon de marche du 2ème régiment de tirailleurs algériens, le 21 septembre 1920 - Affecté au 14ème régiment de tirailleurs algériens (au Maroc), le 30 septembre 1920 - Affecté au 37ème RAO comme observateur stagiaire, le 24 février 1921 - Lettre de félicitations n° 669 du Maréchal, commandant en chef, en date du 11 mai 1921 - Autorisé à prolonger de deux ans son séjour au Maroc, à compter du 20 septembre 1921 - Observateur de la 6ème escadrille du 37ème RAO, le 1er août 1921 - Titularisé observateur, le 22 octobre 1921 - En mission de guerre au Maroc du 20 mars au 21 juin 1922 - Affecté comme élève-pilote à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 24 novembre 1922 - Breveté de pilote militaire n° 19.847 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 26 février 1923 - Commandant de la 6ème escadrille du 37ème RAO, le 16 avril 1923 - Commandant du 3ème groupe du 37ème RAO, le 31 août 1923 - Marié avec Marie Delphine Clémence Nauges à Ille-sur-Tet (Ille et Vilaine), le 16 avril 1924 - Au retour du Maroc, doit être affecté au 33ème régiment d'aviation, à compter du 20 avril 1924 - Cette mutation est annulée - Autorisé à prolonger de deux ans son séjour au Maroc, à compter du 8 juin 1924 - Commandant de la 2ème escadrille du 37ème RAO, le 11 décembre 1924 - Commandant le Groupement Est comprenant les 2ème et 19ème escadrille du 37ème RAO, le 11 décembre 1924 - Nommé Chef de Bataillon, le 25 mars 1926 - Nommé Commandant du 3ème groupe (Marrakech) du 37ème RAO, le 1er janvier 1927 - Officier de la Légion d'Honneur en 1929 - Autorisé à prolonger son séjour au Maroc d'un an, le 2 mars 1931 - Affecté au 32ème RAM, le 23 août 1932 - Nommé Commandant du 2ème bataillon de la base aérienne de Dijon, le 17 janvier 1933 - Commandant de la 32ème escadre, le 26 avril 1933 - Commandant provisoire du centre d'instruction n° 2 de la base aérienne de Dijon, le 22 mai 1933 - Commandant par intérim de la base aérienne 102 de Dijon, le 3 septembre 1936 - Nommé Commandant de la base aérienne n° 102 de Dijon et directeur du parc, le 2 octobre 1936 - Nommé Lieutenant-colonel, le 15 décembre 1936 - Souffre de troubles hépatiques et digestifs, probablement consécutif à son séjour au Maroc, mais maintenu en activité, le 4 octobre 1937 - Commandant du bataillon de l'air 102, le 8 décembre 1937 - Nommé Chef d'état-major de l'Etat-major de la 24ème Brigade Aérienne et de la 8ème subdivision Aérienne, le 30 décembre 1938 - Affecté au bataillon de l'Air n° 105, le 24 janvier 1939 - Maintenu en service malgré des troubles hépatiques et disgestifs avec point douloureux scapulaire droit - Nommé à l'Etat-major de la 8ème subdivision Aérienne, administrée par le bataillon de l'air 105, le 2 février 1939 - Affecté au Bataillon de l'Air n° 125, le 1er janvier 1940 - Mis en congé du personnel navigant, le 7 mars 1940 - Etat-major du commandement des bases aériennes de Brignolles, le 1er juillet 1940 - En retraite, le 1er août 1940 - Décédé à Casablanca (Maroc), le 22 avril 1946 - Photo René Lehideux transmise par Jacqueline Biffre, sa fille, que je remercie pour son aide - Sources : Fiche Matricule département de l'Ille et Vilaine - Liste des brevets militaires - JORF - Dernière mise à jour : 4 juin 2016.

* Croix de Guerre avec étoile de bronze et citation n° 68 à l'ordre du 156ème régiment d'infanterie, le 28 avril 1916 : "Officier d'une grande activité, s'est multiplié avec une conscience remarquable lors des opérations autour de Verdun, en vu de hâter l'organisation du secteur auquel il était affecté."

* Citation n° 4 à l'ordre de la colonne, en date du 4 février 1920 : "Le 26 octobre 1919 à Teinet-El-Hadjal, commandant une compagnie désignée pour renforcer deux unités engagées, s'est porté aussitôt en avant pour dégager la grande garde entourée à courte distance, obligeant un ennemi très nombreux a se replier, l'a tenu en respect jusqu'à la fin de la journée, permettant ainsi l'installation d'un poste."

Photos

Cal Raymond Félix Paul Joseph Zammit - Né le 2 novembre 1891 à Constantine (Algérie) - Fils de Joseph Zammit (clerc de notaire) et de Marie Calléa - Classe 1911 - Recrutement de Constantine (Algérie) sous le matricule n° 412 - Exempté de service militaire pour faiblesse générale en 1913 et 1914 - Déclaré bon pour le service auxiliaire pour la commision de réforme de Constantine, le 31 mars 1917 - Affecté au 4ème régiment de Zouaves, le 16 mai 1917 - Affecté au service auto du 14ème escadron du Train des Equipages militaires à Lyon, le 17 juillet 1917 - Mis en subsistance à la section auto TM 1403 du 14ème escadron du Train des équipages militaires, le 27 juillet 1917 - Affecté au 2ème groupe d'aviation de Lyon-Bron, le 25 août 1917 - Affecté au 3ème groupe d'aviation au Maroc, le 4 septembre 1917 - Conducteur automobile de l'escadrille VR 555 du 9 septembre 1917 au 12 juillet 1919 - Domicilié Quartier Lamoricière à Constantine, à compter du 12 juillet 1919 - Nommé Caporal, le 16 mars 1919 - Démobilisé, le 12 juillet 1919 - Domicilié après guerre au 45, boulevard Victor Hugo à Constantine (Algérie) - Affecté, dans la réserve, au 3ème groupe d'aviation d'Afrique, le 4 janvier 1923 - Affecté au 19ème régilment de tirailleurs (unité d'étapes), le 16 janvier 1926 - Domicilié au 27, rue d'Isly à Sétif, à compter du 3 décembre 1935 - Domicilié rue Valée à Sétif, à compter du 6 janvier 1936 - Domicilié à Périgotville (Zakitoun), à compter du 4 octobre 1938 - Rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale, le 2 septembre 1939 - Affecté au 7ème régiment de tirailleurs algériens de Batna, le 3 septembre 1939 - Renvoyé dans ses foyers, le 15 octobre 1939 - Affecté, en cas de nouveau rappel, au 11ème régiment de tirailleurs algériens - Dégagé d'obligations militaires, le 15 octobre 1940 - Photo Raymond Zammit transmise par Norbert Zammit, son fils, que je remercie pour son aide - Sources : Fiche matricule de Constantine (Algérie) conservée à l'ANOM - Dernière mise à jour : 4 juin 2016.

 

Les avions

Une des représentations du pélican aviateur portant parapluie peinte sur un Breguet 14 A2 de la 2ème escadrille du régiment d'aviation du Maroc - Photo B 97 / 3035 des collections du SHD du château de Vincennes.

Les avions

Voisin 10 de l'escadrille VR 555 en facheuse posture - L'insigne peint sur le nez de l'appareil est propre au pilote - Il s'agit en fait du perroquet de la SAL 30, probablement l'ancienne affectation du pilote de cet avion - Si c'est possible, l'identité du pilote sera donnée ultérieurement - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Raymond Zammit transmise par Norbert Zammit, son fils, que je remercie pour son aide.

 

Souvenirs en rapport

Tableau commémoratif présentant les quatre médailles obtenues pendant la Grande Guerre par le Cal Raymond Zammit, de l'escadrille VR 555 - Il manque celle de gauche - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo transmise par Norbert Zammit, son fils, que je remercie pour son aide.

 

Documents en rapport

Certificat de capacité valable pour la conduite des voitures automobiles (permis de conduire) du Cal Raymond Zammit, conducteur automobile de l'escadrille VR 555 du 9 septembre 1917 au 12 juillet 1919 - Photo transmise par Norbert Zammit, son fils, que je remercie pour son aide.

 

Remerciements à :

- M. Norbert Zammit pour l'envoi des archives de Raymond Zammit, son père.
- Mme Jacqueline Biffre
pour l'envoi de la photo de René Lehideux, son père.

Bibliographie :

- Historique de l'Aéronautique du Maroc du juin 1916 à octobre 1919 - Conservé au service historique de la Défense du château de Vincennes.
- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920
- Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien


Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

547 Escadrille 561

pas de fiche > 1918