Menu
Cliquez sur la bande titre pour revenir sur le menu

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Etude réalisée par David Méchin - Je lui adresse tous mes remerciements pour son aide efficace.

Insignes de l'escadrille 562
peints sur les fuselages

Pas d'insigne collectif ou individuel connu pour cette unité.

 

Insignes métalliques de l'escadrille 562

Pas d'insigne métallique connu pour cette unité.


Unités détentrices des traditions de l'escadrille 562

Les traditions de cette unité n'ont pas été reprises depuis la fin de la Grande Guerre.

 

Historique

Cette escadrille voit le jour en raison d’une incursion dans la rade de Corfou de deux appareils autrichiens le 24 mai 1917, qui n’ont pu être interceptés par les hydravions français du CAM de Corfou en raison de leur lourdeur d’ascension. Le chef de la marine française à Corfou s’en plaint au sous-secrétaire d’état à l’aéronautique dans un télégramme daté du 28 mai 1917, et propose que des chasseurs s’installent sur le terrain de Potamos anciennement utilisé par l’escadrille de Farman MF 82 de Corfou début 1916.

Après des pourparlers avec le sous-secrétariat d’Etat à l’aéronautique, le ministre de la marine annonce le 25 juillet 1917 au commandant de la première armée navale la création par le département de la guerre d’une escadrille de chasse, qui prendra ses quartiers à Potamos, un village côtier situé à 4 km du CAM de Corfou, lui-même situé à Govino (Gouvia), sur la côte Est de l’île. Son armement est constitué de 10 Nieuport 24 bis monoplaces 120 hp Le Rhône, dont 6 armés et 4 maintenus en réserve. Son commandant, le sous-lieutenant Victor Philbert, ainsi que ses six sous-officiers pilotes sont tous issus de l’aéronautique militaire mais recevront leurs ordres du commandant du CAM de Corfou qui en assurera le ravitaillement. Leur voyage a lieu en train de Toulon à Tarente, puis en mer vers Corfou, le personnel arrivant le 30 août 1917, l’escadrille étant pleinement opérationnelle en octobre.

On ne connaît rien de l’activité opérationnelle de l’escadrille, qui est en fait une demi-escadrille comparée aux standards du front français, si ce n’est qu’elle a effectué de nombreuses missions de protection de la base navale de Corfou, intimidant sans nul doute aux hydravions autrichiens qui réduisent leurs incursions. Il est même probable que les Nieuport effectuèrent des missions offensives chez l’ennemi, les archives autrichiennes de la base de Durazzo mentionnant des raids d’avions terrestres français (« franz. Landflugzeug »). En juillet 1918, le lieutenant Bourguin prend le commandement de l’escadrille ne remportera aucune victoire aérienne ni ne subira de perte au combat, en dehors de trois appareils perdus dans des accidents sans dommages pour les pilotes.

Au mois de septembre 1918 le sous-secrétaire d’état à l’aéronautique prévoit de réarmer l’escadrille avec des Hanriot HD 1, sans doute prélevés sur des stocks destinés à l’aviation italienne. L’armistice met un terme au projet et la N 562 est dissoute peu de temps après, ses appareils étant tous cédés au gouvernement grec au mois de janvier 1919.

 

Plans des installations

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

 

 

 

 

Emplacement du terrain

Photo satellite de l'île de Corfou - Le terrain de Potamos et l'emplacement du CAM de Gouvia sont indiqués - Photo Google Earth.

Emplacement précis du terrain de Potamos utilisé par l'escadrille 562 sur l'île de Corfou - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Google Earth.

 

Périodes de stationnements

Lieux de stationnements

Commandants de l'escadrille

Rattachements de l'escadrille

Types d'avions utilisés

Numéros des avions

 

Palmarés de l'escadrille 562

Pas de citation collective

 

Pertes : Morts / disparus / blessés au combat
Morts / blessés par accident

Pas de perte connue

Victoires de l'escadrille 562

Pas de victoire connue

 

Les hommes

Sgt André Christaud, pilote de l'escadrille 562, pose en compagnie de son Nieuport 24 bis n° N 4550 baptisé "Denise" - Photo collection David Méchin que je remercie pour son aide.

Les hommes

Alfred Dersalle de l'escadrille 562 de Corfou pose en compagnie de ses camarades d'unité - Photo Alfred Dersalle transmise par Jean-Claude Michelon, son petit-neveu, que je remercie pour son aide.

 

Photos des avions

Pouvez vous m'aider ?

Couleurs des avions

Nieuport 24 bis n° N 4550 baptisé "Denise" du Sgt Christian Christaud, pilote de l'escadrille 562 - Dessin David Méchin que je remercie pour son aide.

 

Remerciements :

- M. David Méchin pour son étude de l'escadrille 562.
- M. Jean-Claude Michelon pour l'envoi de la photo d'Alfred Dersalle.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'Aviation Maritime Française Pendant La Grande Guerre par Morareau - Feuilloy - Courtinat - Le Roy - Rossignol publié par l'ARDHAN en 1999.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 561 Escadrille de Panomi

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez sur l'image pour l'agrandir