Menu
Cliquez sur la barre titre pour revenir sur le menu.

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant corriger ou compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Insignes de l'escadrille 14
et des unités détentrices de ses traditions

Premier insigne peint sur le fuselage - Epoque Farman F 40 en fin 1915 - Dessin : Albin DENIS

Insigne à la Chimère peint sur le fuselage des Nieuport 12 et Dorand AR 1 et 2 - Ecu portant la croix de Lorraine - Dessin : Albin Denis

Variante de l'insigne à la Chimère peint sur le fuselage des Dorand AR 1 - Ecu portant la croix de Lorraine et le cor de la 46ème DI (chasseurs à pied) - Dessin : Albin Denis

Variante de l'insigne à la Chimère peint sur le fuselage des Salmson 2A2 - Ecu associant la croix de Lorraine avec le cor de la 46ème DI dans un ovale de couleur - La couleur de l'ovale varie selon les avions - Rouge pour le cdmt de l'escadrille - Dessin : Albin Denis

Insigne peint sur le fuselage - Epoque de la 11ème escadrille du 34ème R.A.M - Dessin : Albin Denis

Insignes métalliques
de l'escadrille SAL 14

Les différents insignes métalliques de l'escadrille 14 pendant la Grande Guerre - En haut, premier modèle en argent moulé avec l'écu à la croix de Lorraine - Au milieu, deuxième modèle en cuivre moulé toujours avec l'écu à la croix de Lorraine - En bas, troisième modèle en cuivre moulé avec l'écu associant la croix de Lorraine et le cor de chasse du 46ème RI (adopté après le détachement en Italie) - Modèles extraits du livre de Philippe Bartlett "Les insignes de l'aéronautique militaire française jusqu'en 1918 - Livre que je recommence tout particulièrement.

Symbolique

Le premier insigne de l'escadrille 14 représentait une croix de Lorraine blanche tréflée, adoptée lors du stationnement de l'unité en Lorraine pendant l'hiver 1916. Le second insigne adopté, fut une chimère noire tenant un écusson à croix de Lorraine. Il a été dessiné par le Slt Blanchot, sculpteur de talent.
Rattachée à le 46ème division d'infanterie (chasseurs à pied) en Italie en novembre 1917, l'artiste ajoute un cor de chasse sur l'écusson, emblème des chasseurs. La couleur du fond ovale contenant la chimère varie avec chaque appareil de l'escadrille, celui du commandant étant rouge.

Historique succinct

Formée le 18 décembre 1914 sur avions Dorand DO 1, la DO 14 est la seconde escadrille de l'aéronautique militaire française à porter ce numéro. Commandée par le Capitaine André Brault, l'escadrille est affectée au détachement d'armées des Vosges (D.A.V.), le 29 décembre 1914. Elle y restera jusqu'à 1er novembre 1917. Auparavant, le D.A.V. est devenu la 7ème armée, le 4 avril 1915.

Dotée de Maurice Farman MF 11 en janvier 1915, la MF 14 opéra sur le front des Vosges où elle prit part aux attaques locales sur le Hartmannswillerkopf et le Richackerhoff. Elle réalisa de nombreuses missions d'observation dans le secteur du Linge, entre juin et août 1915. En novembre, elle touche des MF 11 bis à moteur de 130 ch qui sont immédiatement engagés sur le Hartmannswillerkopf où les français et les allemands se livrent des combats acharnés.

Après avoir volé sur Farman F 40 et Nieuport 12 à partir d'août 1916, l'escadrille passe sur avion Dorand AR.1 en septembre 1917. Elle est envoyée sur le front d'Italie avec la 46ème division d'infanterie alpine, le 3 novembre 1917. Intégrée à la Vème Armée, elle participe à l'attaque et à la prise du Monte Tomba.

Rentrée en France, le 26 mars 1918, l'AR 14 devient escadrille organique de la 46ème division d'infanterie alpine. Elle restera unie à cette division jusqu'à la fin de la Grande Guerre. Le 25 mai 1918, elle est engagée dans la 3ème bataille des Flandres au sein du 14ème Corps d'armée intégré au détachement d'armée du Nord. Elle perçoit ses premiers Salmson 2A2 en avril 1918 et devient la SAL 14.

La 46ème D.I ayant été transférée à la IVème armée, elle prend part, du 15 au 18 juillet, à la 4ème bataille de Champagne où les troupes alliées subissent la dernière offensive allemande du front occidental. Maintenant sous les ordres du capitaine Pierre Dezerville, elle est engagée sur la Marne puis sur la Picardie lors de la contre-offensive alliée d'abord en juillet puis en septembre. Quand la guerre prend fin, la SAL 14 se trouvait à Capelle sur la Meuse, sous les ordres de la Ière armée.

Ces équipages ont remporté cinq victoires homologuées pendant la Grande Guerre.

Devenue 3ème escadrille du 4ème régiment d'observation, le 1er janvier 1920, cette unié fut redésignée 11ème escadrille du 34ème régiment d'aviation d'observation le 1er juin 1924 puis 1ère escadrille du groupe I/34, le 1er juillet 1932.

Les divisions de chasseurs à Pied
constituées pendant la Grande Guerre

Les divisions de chasseurs à pied constituées pendant la Grande Guerre seront dotées de moyens aériens individuels en fin 1917-1918. L'escadrille SAL 14 devient alors escadrille organique de la 46ème division d'infanterie alpine du 1er novembre 1917 à la fin de la guerre.

Insignes métalliques
de l'escadrille SAL 14

Insigne métallique de l'escadrille SAL 14 époque fin de guerre au début des années 20 - Fixation par une épingle - Il s'agit très vraisemblablement du premier modèle en argent moulé avec l'écu à la croix de Lorraine - Les modèles plus récents réunissaient la Croix de Lorraine associée au cor de chasse du 46ème DI.

Insignes des unités
détentrices de ses traditions

Insigne personnel d'un aviateur de la SAL 16 ou d'une unité héritière des traditions de cette unité dans l'immédiat après guerre - Attention, la filiation de cet insigne avec la SAL 16 reste encore à prouver - Fabrication par un bijoutier non identifié - Photo droits réservés.

Insigne métallique de la 1ère escadrille du GB I/34 - Cet exemplaire réunit la croix de Lorraine du dessin initial avec le cor de chasse de la 46ème D.I - Fabrication Drago - Photo droits réservés.

Insigne de la 34ème escadre d'observation pour la période allant du 1er juillet 1932 au 1er janvier 1938 puis de la 34ème escadre de bombardement pour la période allant du 1er janvier 1938 au 15 avril 1940 - Il reprend le dessin des différentes unités qui la composent.
Dans l'ordre en partant du haut et dans le sens des aiguilles d'une montre :
- 1ère escadrille (traditions de l'escadrille SAL 14 de la Grande Guerre)
- 3ème escadrille (traditions de l'escadrille BR 227 de la Grande Guerre)
- 4ème escadrille (traditions de l'escadrille BR 224 de la Grande Guerre)
- 2ème escadrille (traditions de l'escadrille SAL 18 de la Grande Guerre)
Insigne collection Yves Genty que je remercie pour son aide.

 

 

 

 

 

Unités détentrices des traditions
de l'escadrille SAL 14

Insignes des unités
détentrices de ses traditions

Insigne en argent de la 1ère escadrille du GB I / 34 - Photo droits réservés.

Insigne métallique de la 1ère escadrille du GT 1/64 "Béarn" ou du début de la 1ère escadrille de l'ET 1/64 "Béarn" - Fabrication Drago Paris - Photo droits réservés.

 

Appellations successives

Lieux de stationnements


Carte des différents stationnements

Numéros des départements français

 

Rattachements de l'escadrille

Commandants

Personnels connus

Batailles et missions importantes
de l'escadrille 14

 

Avions utilisés

Relevés quantitatifs et
numéros avions

Décorations


 

Morts : en rouge / Blessés et indemnes : en jaune

 

Les hommes.

MdL Stéphane Vernay, pilote de l'escadrille F 14 photographié pendant son séjour à Corcieux (88) - Le MdL Vernay a été stationné sur ce terrain du 1er janvier au 25 mai 1916, date de sa mort - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre de l'armée du Maréchal des Logis Stéphane Vernay, de Roanne, pilote aviateur de l'escadrille F 14 : "Pilote d'un avion, chargé d'une mission de surveillance, a pris son vol malgré des remous extrêmement violents qui rendaient l'exécution de la reconnaissance des plus périlleuses. N'est rentré qu'une fois sa mission complétement terminée. A fait au retour une chute mortelle, victime de sa volonté d'accomplir coûte que coûte la mission qui lui était confiée."

Ltt Georges Depasse et Ltt Clément sur le terrain de Corcieux en juin-juillet 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.
* Ltt Georges René Pierre Hector Depasse - Né le 9 septembre 1881 à Paris - Fils d'Hector Depasse et de Louise Fatou - Service militaire au 7ème régiment de Chasseurs à cheval en novembre 1902 - Profession avant guerre Metteur au point d'automobile - Nommé Lieutenant en décembre 1913 - Mobilisé au 39ème régiment d'infanterie - 5ème régiment de Chasseurs d'Afrique - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 20 août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1772 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 14 octobre 1915 - GDE du Plessis-Belleville du 7 février au 12 mai 1916 - Pilote de l'escadrille MF 14 du 13 mai 1916 au 1er juin 1916 - Pilote de l'escadrille MF 59 du 1er juin au 2 août 1916 - Convalescence à la maision de convalescence VR 75 de Viry-Chatillon du 2 août au 6 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 57 du 9 septembre au 6 octobre 1916 - Convalescence à la maision de convalescence VR 75 de Viry-Chatillon du 23 octobre au 16 novembre 1916 - Muté au dépôt de la 89ème régiment d'infanterie, le 6 décembre 1916.

Ltt Georges Emilien Salze - Né le 25 mars 1891 à Chareil-Cintrat (Allier) - Fils d'Emile Salze et de Marguerite Lesbre - Domiciliés 51, rue Lemarrois à Paris (75) - Classe 1911 - Recrutement du 2ème bureau de la Seine sous le n° matricule 348 - Service militaire au 1er groupe d'aviation à compter du 6 octobre 1912 - Toujours dans l'aéronautique militaire lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 -  Observateur de l'escadrille DO 14 / MF 14 du (18 décembre 1914) au 15 février 1915 - Nommé Sergent, le 5 février 1915 -  Brevet de pilote militaire n° 687 obtenu le 15 février 1915 - Pilote de l'escadrille MF 14 du 15 février 1915 au 3 août 1916 - En mission du 5 au 26 mars 1915 - Mission à la RGA (réserve générale de l'aviation) du Bourget, le 14 avril 1915 - Mission à la RGA du Bourget, le 11 juillet 1915 - Mission à la RGA du Bourget, le 2 octobre 1915 -  Une citation à l'ordre de l'armée, le 27 mars 1915 - Croix de St-Georges en mars 1915 -  Une citation en avril 1915 - Médaille militaire et une citation à l'ordre de l'armée en juin 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 27 août 1915 - Nommé sous-lieutenant, le 5 janvier 1916 - Mission à la RGA du Bourget du 6 au 9 avril 1916 - Affecté au STA (section technique de l'aviation) du 3 août 1916 au 22 août 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 25 décembre 1916 - Nommé Lieutenant - Décédé des suites d'un accident d'avion à l’hôpital militaire de Versailles, le 22 août 1917.

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Georges Emile Salze, pilote et du Slt Gabriel Moreau, observateur de l'escadrille MF 14 en date du 27 mars 1915 : "Observateur et pilote à bord d'un avion, se sont signalés par leur courage et leur ardeur à poursuivre les avions ennemis, engageant à deux reprises la lutte contre deux adversaires à la fois, et réussissant le 21 mars à en abattre un à coups de mousquetons."

* Citation à l'ordre de l'armée du Sgt Georges Emile Salze, pilote et du Ltt François Xavier Auguste Barberet, observateur de l'escadrille MF 14 en date du 27 août 1915 : "D'un entrain qui ne s'est jamais démenti depuis le début de la campagne, se sont dépensés sans compter au cours des dernières attaques, rapportant de leurs nombreuses reconnaissances des renseignements précieux, en particulier le 29 juillet en volant, malgré des circonstances atmosphériques très défavorables et le 24 juillet en atterrissant deux fois sur des pentes montagneuses, pour transmettre plus rapidement à l'artillerie les  renseignements qu'ils avaient recueillis"

Sgt Gabriel Edgard Carlier - Né le 29 septembre 1894 à Nanterre (92) - Fils d'Edgard Carlier et de Madeleine Gastral - Domiciliés 11, boulevard du Midi à Nanterre (92) - Profession avant guerre Dessinateur - Classe 1914 - Recrutement 2ème bureau de la Seine sous le n° matricule 5428 - Mobilisé au 153ème régiment d'infanterie, à compter du 19 décembre 1914 - Affecté au 353ème régiment d'infanterie - Affecté au 356ème régiment d'infanterie - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 25 novembre 1917 - Nommé Caporal, le 25 mars 1918 - Brevet de pilote militaire n° 11.869 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 4 mars 1918 - Présent à cette école jusqu'au 19 juin 1918 - Pilote de l'escadrille SAL 14 du 22 juillet 1918 au (3ème trimestre 1919) - Carte d'identité de pilote militaire n° 8375 - Nommé sergent, le 10 septembre 1918 - En subsistance (nourri et logé) à l'escadrille SAL 270 du 25 au 31 octobre 1918 - En subsistance (nourri) au 77ème régiment d'artillerie les 7 et 8 décembre 1918 - Cette photo ne date pas de son séjour à l'escadrille SAL 14 - Photo Gabriel Carlier transmis par Jacques Carlier, son neveu, que je remercie pour son aide.

Ltt Marcel Jules Joseph Chardin - Né le 2 mars 1889 à Versailles - Unité d'origine 19ème régiment de Dragons - Observateur de l'escadrille VB 109 du XXX au 13 mai 1915 - Observateur de l'escadrille MF 14 du 13 mai au 26 juin 1915 - Tué au combat au-dessus des Vosges, le 26 juin 1915 - Le Slt Aurélien Richard, qui faisait équipage avec lui, a également perdu la vie au cours de ce combat.

* Citation à l'ordre de l'armée : "A fait preuve de courage, de dévouement et d'esprit de sacrifice en engageant résolument, avec un avion ennemi très fortement armé, au cours d'une reconnaissance aérienne, un combat au cours duquel il a trouvé une mort glorieuse."

 

Photo du Slt Jean Hamel

Slt Jean Auguste Pierre Hamel - Né le 16 septembre 1890 à Evran (Côtes-du-Nord) - Fils d'Alphonse Elie Hamel (docteur) et Clémentine Jeanne Boudie - Domicilés 7, rue de la Mariette au Mans (Sarthe) - Classe 1910 - Recrutement du Mans sous le matricule n° 631 - Engagé volontaire pour trois ans, le 23 septembre 1908 - Affecté au 25ème régiment de Dragons, le 24 septembre 1908 - Nommé Brigadier, le 7 mars 1919 - Nommé Maréchal des Logis, le 14 mars 1910 - Passé dans la réserve, le 23 septembre 1911 - Rengagé pour un an à la sous-intendance militaire de Lille (59), le 14 février 1912 - Affecté au 7ème régiment de Cuirassiers, le 15 février 1912 - Rengagé pour un An, le 13 février 1913 - Rengagé pour un an, le 13 février 1914 - Au 7ème régiment de Cuirassiers lors de la mobilisation générale du 2 août 1914 - Blessé avec fracture de deux doigts au pied droit en forêt de Compiègne, le 2 janvier 1915 - Nommé Adjudant, le 10 août 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2088 obtenu, le 14 décembre 1915 - Pilote de l'escadrille N 73 du XXX au 16 juillet 1916 - Pilote de l'escadrille F 14 du 16 juillet 1916 au 6 mai 1917 - Cité à l'ordre de l'aéronautique, le 19 août 1916 - En mission à Bar-le-Duc du 21 au 23 octobre 1916 - Nommé Sous-Lieutenant à titre définitif, le 10 décembre 1916 - Détaché à l'escadrille F 59 du 6 janvier au 2 février 1917 - Pilote de l'escadrille N 93 du 6 mai au 18 août 1917 - Blessé au cours du capotage de son avion à Ste-Marguerite et hospitalisé à l'hôpital de Gérardmer (88) du 7 au 19 juillet 1917 - Il souffre de la lèvre supérieure fendue, dents abimées et la langue entamée en deux endroits - Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée, en date du 10 juillet 1917 - Tué au cours d'une collision aérienne, aux commandes d'un Nieuport 24 bis, dans les environs du Fort de Sartelles, à l'Ouest de Verdun (55), le 18 août 1917 - Sources : MpF - AD 72 - Liste des brevets militaires - CCC 14 - CCC 59 - CCC 73 - CCC 93 - Livre d'Or des anciens élèves du lycée David d'Angers - Dernière mise à jour : 22/01/2015.

* Citation à l'ordre du service aéronautique : "Excellent pilote de chasse montrant de grandes qualités d'audace et de sang-froid. En juillet 1916, a engagé le combat contre un avion très puissant et qui, visiblement atteint, un passager hors de combat, eut été abattu si une panne de moteur n'avait interrompu une poursuite brillamment commençée."

* Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée : "Aviateur de premier ordre, ayant déjà accompli de belles prouesses en combat et en bombardements. A, le 14 avril 1917, attaqué et incendié un Drachen ennemi."

* Médaille Militaire et une citation à l'ordre de l'armée de l'Adj Jean Auguste Pierre Hamel, au 7ème régiment de Cuirassiers, pilote de l'escadrille N 93, en date du 10 juillet 1917 : "Sous-officier d'élite. A fait preuve, au cours de nombreuses missions aériennes et bombardements à longue distance, d'un sang-froid et d'une habileté admirables. A incendié un ballon ennemi. Deux citations."

Les hommes

Slt René Georges Emile Labouchère - Né le 13 février 1890 à Paris - Fils de Georges Albert Labouchère et de Jenny Mathilde Emile Melon - Pilote et chef de la mise au point des avions de la Société Antoinette du 1909 à 1911 - Brevet n° 86 de l'Aéroclub de France, le 10 juin 1910 - Service militaire de 2 années au 1er régiment du Génie à compter du 10 octobre 1911 - Pilote du Laboratoire aéronautique militaire de Chalais-Meudon - Pilote de ballon, le 15 juin 1911 - Brevet de pilote militaire n° 188 en date du 26 décembre 1912 - Médaille Militaire, le 10 juillet 1913 - Employé à titre civil au laboratoire d'aéronautique militaire de Chalais-Meudon comme metteur au point d'avions de 1913 à août 1914 - Pilote de l'escadrille DO 14 du 2 août 1914 au 5 mars 1915 - Chef de service des essais en vol de la Section Technique de l'Aéronautique (STAé) de Villacoublay à compter du 5 mars 1915 - CIACB jusqu'au 30 juin 1918 - Pilote de l'escadrille CAP 115 du GB 2 du 30 juin au 19 novembre 1918 - Croix de Guerre avec une citation à l'ordre du GB 2, le 9 août 1918 - Détaché au CIACB du 4 au 29 octobre 1918 - RGA d'Arcis-sur-Aube à compter du 19 novembre 1918 - Chef de navigation de la Compagnie des Grands Express Aériens de 1920 à 1923 - Lignes Paris - Hendon et Paris - Bruxelles - Pilote de la Compagnie Air-Union - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 23 septembre 1923 - Directeur des essais et chef pilote de la Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Nord (SNCAN) puis de la Société Henry Potez de 1923 à 1939 - Blessé au cours d'un vol d'essai, le 8 juillet 1927 - 6000 heures de vol - Officier de la Légion d'Honneur, le 15 juillet 1939 - Dédédé à l'hôpital Necker à Paris 15ème, le 7 mai 1968 - Carte postale d'époque.

Sgt Bernard Marie Maurice Dufresne - Né le 30 mars 1880 à Dieppe - Profession avant guerre Aviateur - Engagé au 21ème RI, territorial de Rouen en novembre 1898 - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 12 août 1914 - Brevet de pilote militaire n° 733 en date du 19 mars 1915 - Réserve d'aviation de Saint-Cyr - Pilote de l'escadrille REP 27 - Pilote de l'escadrille MF 14 du 4eme trimestre 1915 au 25 mars 1917 - Nommé Caporal, le 24 juillet 1915 - Nommé Sergent, le 21 septembre 1915 - Hospitalisé à l'hôpital de Bruyères du 7 février au 25 mars 1917 - Médaille Militaire, le 22 octobre 1917 - Croix de Guerre - 3 citations à l'ordre de l'armée le 8 septembre 1916, le 20 février 1917, le 22 octobre 1917 - 1 citation à l'ordre de la division, le 15 juillet 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Au cours d'une mission de protection, se sont portés résolument à la rencontre d'un avion de chasse ennemi qui menaçait un de leurs camarades, l'ont attaqué à courte distance et l'ont abattu." Il faisait équipage avec le Cne Gaston de Marolles.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Sous-officier pilote remarquable par son habileté, son sang-froid et son mépris du danger. Spécialiste des reconnaissances à longue portée et des prises de photographies. A livré à des avions de chasse ennemis de nombreux combats desquels il est sorti victorieux. le 27 juillet 1916, a abattu un de ses adversaires. Blessé le 5 février 1917, au départ d'une mission, a donné un bel exemple de conscience et d'énergie en continuant à survoler les lignes allemandes pendant plus d'une heure. Une blessure. Troix citations. Croix de Guerre."

Cne Gaston Marie-Eugène de Marolles - Né le 25 octobre 1865 à Versailles - Engagé au 11ème régiment de cuirassiers à compter du 1er octobre 1886 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 1er janvier 1914 - Mobilisé au 11ème régiment de Cuirassiers, le 2 août 1914 - Affecté au 32ème régiment de Dragons - Affecté au 7ème régiment de Cuirassiers - Affecté au 81ème régiment d'infanterie - Affecté au 53ème régiment d'infanterie - Affecté au 11ème régiment de Hussards - Passé à l'aviation comme observateur, le 1er janvier 1915 - Observateur de l'escadrille V 114 du GB 1 du 1er janvier 1915 au 2ème trimestre 1915 - Observateur de l'escadrille N 49 du 3 mai au 1er juin 1916 - Observateur de l'escadrille MF 14 / F 14 / AR 14 / SAL 14 du 1er juin 1916 au 7 novembre 1918 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre de l'armée en octobre 1916 - Stage à Villers les Nancy du 22 décembre 1916 au 5 janvier 1917 - Détaché au GDE du 3 au 16 avril 1917 - Stage à Villers-les Nancy du 27 décembre 1917 au 5 janvier 1917 - Stage de tir à l'école du tir aérien du 9 au 28 février 1918 - Nommé Chef d'escadron (CDT), le 24 septembre 1918 - Affecté au 11ème bataillon de Chasseurs, le 7 novembre 1918.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Au cours d'une mission de protection, se sont portés résolument à la rencontre d'un avion de chasse ennemi qui menaçait un de leurs camarades, l'ont attaqué à courte distance et l'ont abattu." Il faisait équipage avec le Sgt Bernard Dufresne.

Adj Raymond Leleu - Né le 7 août 1891 à Reims (51) - Service militaire au 1er groupe d'aviation de St-Cyr, comme mécanicien à compter du 9 octobre 1912 - Profession avant guerre ingénieur - Mitrailleur de l'escadrille DO 14 - Médaille militaire, le 26 avril 1915 - Croix de Guerre avec 2 citations à l'ordre de l'armée, le 26 avril 1915 et 27 avril 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1469 à l'école d'aviation militaire de Chartres, le 31 août 1915 - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Ambérieu - RGAé - Pilote de l'escadrille F 2 du 5 octobre 1915 au 20 juillet 1917 - RGA du Bourget du 31 octobre au 9 novembre 1915 - Nommé Sergent, le 21 décembre 1915 - Hospitalisé du 7 mai au 15 juin 1916 - Nommé Adjudant, le 25 octobre 1916.

* Citation à l'ordre de l'armée : "Attaqué le 11 février par un avion ennemi, armé d'une mitrailleuse, au moment où il passait sur l'objectif à bombarder et sachant la sécurité de son appareil gravement compromise par la rupture de 2 commandes, n'en a pas moins continué à viser le but à atteindre avec le plus grand calme et a riposté ensuite au tir de l'avion ennemi."

Ltt André Louis Brault aux commandes d'un MF 11 à moteur 80 Hp de l'escadrille MF 14 en 1915 - Né le 4 juin 1881 à la Roche-sur-Yon (Vendée) - Fils de Paul Brault et de Marie Emilie Sarthenay - Classe 1901 - Recrutement de Nantes sous le n° matricule 2733 - Engagé à l'école Spéciale militaire de St-Cyr, le 27 octobre 1902 - Nommé Sous-lieutenant au 71ème régiment d'infanterie, le 1er octobre 1904 - Nommé Lieutenant au 151ème régiment d'infanterie, le 19 octobre 1906 - Affecté au 34ème régiment d'infanterie, le 24 février 1907 - Affecté au 116ème régiment d'infanterie, le 25 septembre 1909 - Passé à l'aviation comme élève pilote, 1er juillet 1913 - Brevet de pilote militaire n° 454 du 14 avril 1914 - Pilote de l'escadrille MF 20 du 2ème trimestre 1914 au 20 décembre 1914 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de la 2ème armée, le 21 octobre 1914 - Détaché sur le terrain d'aviation de St-Cyr du 3 au 23 novembre 1914 - Une citation à l'ordre de la 2ème armée, le 23 novembre 1914 - Nommé Capitaine, le 25 décembre 1914 - Pilote et commandant de l'escadrille MF 14 du XX mars 1915 au 1er juin 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de la 7ème armée, le 13 juin 1915 - Une citation à l'ordre de la 41ème division, le 27 mai 1916 - Commandant de la section aéronautique du 1er colonial en juillet et août 1916 - Stage de "Haute Ecole" à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 25 janvier 1917 - Stage du tir aérien à l'école du tir de Cazaux - Pilote de l'escadrille N 86 du 7 avril au 26 avril 1917 - Affecté à l'école d'aviation militaire de Pau à compter du 20 juin 1917 - Nommé Chef de bataillon, le 25 mars 1919 - Placé en position hors cadre aéronautique, le 14 avril 1920 - Affecté à la 9ème section d'ouvriers d'aviation, le 1er juillet 1920 - Affecté au 3ème groupe d'ouvriers d'aviation, le 1er janvier 1924 - Affecté au 5ème groupe d'ouvriers d'aéronautique, le 22 décembre 1924 - Commandant en second du 2ème régiment d'aviation, le 8 octobre 1925 - Nommé Lieutenant-colonel, le 25 juin 1928 - Affecté à l'entrepot spécial d'aviation n° 2, le 21 décembre 1929 - Nommé Commandant du magasin général d'aviation n° 1, le 23 janvier 1930 - Nommé Colonel, le 25 mars 1932 - Nommé Commandant de l'école pratique d'aviation militaire d'Avord, le 9 mai 1932 - Commandant de la base de Tours, le 15 octobre 1936 - Rappelé à l'activité au bataillon 136 de Rennes en tant que commandant des forces aériennes du XIème corps d'armée, le 27 août 1939 - Nommé commandant de la base aérienne de Pau, le 5 janvier 1940 - Démobilisé, le 10 août 1940 - Photo transmise par Mme Marie-Yvonne Bigeon-Gatelet, sa petite fille, que je remercie pour son aide - Tous mes remerciements à Henri Bigeon, son époux.

Ltt Henri Prat - Né le 12 juin 1887 à Fontenay-Rohan-Rohan (Deux-Sèvres) - Fils de Pierre Auguste Prat et de Clémentine Terrassier - Domiciliés à Sauzé-Vaussais (Deux-Sèvres) - Classe 1907 - Recrutement de Poitiers sous le matricule n° 494 - Profession avant guerre Etudiant - Engagé volontaire pour trois ans à la mairie de Poitiers, le 22 octobre 1906 - Incorporé au 20ème régiment d'artillerie de campagne de Poitiers comme 2ème canonnier conducteur, le 22 octobre 1906 - Nommé 1er canonnier conducteur, le 19 juin 1908 - Nommé Brigadier, le 13 janvier 1909 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 7 octobre 1909 - Nommé Maréchal des Logis fourrier, le 17 novembre 1909 - Nommé Maréchal des Logis, le 17 mars 1910 - Affecté au 33ème régiment d'artillerie, le 1er octobre 1910 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1910 - Affecté au 7ème groupe d'artillerie d'Afrique, le 20 juin 1912 - Arrivé à l'unité, le 9 juillet 1912 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1912 - Rengagé pour un an, le 22 octobre 1913 - Affecté au 26ème régiment d'artillerie, le 26 novembre 1913 - Affecté à la 8ème section de munitions, le 3 août 1914 - Nommé Aspirant, le 10 août 1914 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 20 septembre 1914 - Citation à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 25 avril 1915 - Nommé Sous-lieutenant à titre définitif, le 30 novembre 1915 - Passé à l'aéronautique militaire comme observateur stagiaire de l'escadrille MF 40 du 5 février au 1er septembre 1916 - Victime d'un accident d'avion à Ste-Ménéhould, en compagnie du MdL du Bourblanc, le 16 mai 1916 - Atteint de contusions multiples et de fractures des deux meisiges médianes supérieures - Brevet d'observateur en avion délivré le 24 juin 1916 - Observateur stagiaire de l'escadrille F 8 du 1er au 7 septembre 1916 - Observateur titularisé, le 24 juin 1916 - Observateur en stage à l'escadrille F 25 du 7 septembre au 20 octobre 1916 - Nommé Lieutenant, le 4 octobre 1916 - Stage à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 14 novembre 1916 au 8 février 1917 - Observateur de l'escadrille F 58 du 18 février au 22 juin 1917 - Observateur de l'escadrille C 13 du 28 juin au 6 août 1917 - Observateur de l'escadrille SOP 4 du 6 août au 8 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille F 72, le 8 octobre 1917 - Observateur de l'escadrille F 32 du 8 octobre au 16 décembre 1917 - Observateur de l'escadrille AR 14 / SAL 14 du 16 décembre 1917 au 2 août 1919 - Victime d'un accident aérien à San Pietro, en équipage avec le Sgt Pocque, le 4 janvier 1918 - Un avion italien, qui se posait à contresens, les a percutés - Pas de blessure grave - Stage de tir à l'école de tir aérien de Cazaux du 22 février au 13 mars 1918 - Citation n° 336 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 21 mai 1918 - Blessé par balle, le XX juin 1918 - Citation n° 60 à l'ordre de la 46ème division d'infanterie, en date du 18 juin 1918 - Citation n° 356 à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 10 décembre 1918 - Citation n° 70 à l'ordre de l'AD 46, en date du 27 décembre 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 - Affecté au entrepôts généraux de l'aviation de Nanterre, le 2 août 1919 - Détaché à l'école d'artillerie de Fontainebleau du 17 novembre au 24 décembre 1919 - Affecté au 4ème régiment d'aviation d'observation du Bourget du 24 décembre 1919 au 17 juin 1920 - Affecté au 5ème régiment d'aviation d'observation, le 17 juin 1920 - Détaché à l'état-major du 1er corps d'armée du 23 septembre au 10 octobre 1920 - Affecté au 34ème régiment d'aviation, le 10 octobre 1920 - Affecté au 35ème régiment d'aviation pour l'aéronautique de l'armée française du Levant - Embarqué à Marseille, le 23 décembre 1921 - Débarqué à Beyrouth, le 31 décembre 1921 - Nommé Adjoint tactique au commandant du secteur aéronautique de la 2ème division, le 3 janvier 1922 - Affecté à l'escadrille 52ème escadrille, le 13 mai 1922 - Changement d'arme et passage dans l'infanterie, le 19 septembre 1922 - Citation n° 148 à l'ordre de la 7ème division d'infanterie, en date du 23 septembre 1922 - Nommé Capitaine, le 28 septembre 1922 - Commandant de la 54ème escadrille, le 9 octobre 1922 - Rapatrié en fin de séjour sur le "Braga", le 6 juillet 1923 - Débarqué à Marseille, le 13 juillet 1923 - Affecté au 31ème régiment d'aviation, le 13 juillet 1923 - Affecté à l'état-major de la 6ème brigade d'aéronautique à Tours du 1er janvier 1924 au 9 novembre 1926 - Brevet de pilote militaire n° 20.294 obtenu, le 24 juin 1924 - Commandant de l'escadrille 13 du 9 novembre 1926 au 15 novembre 1928 - Nommé Chef de bataillon, le 25 décembre 1928 - Commandant du 4ème groupe du 31ème régiment d'aviation, le 15 novembre 1928 - Officier de la Légion d'Honneur, le 26 juin 1930 - Nommé Adjoint tactique du CHR, le 1er octobre 1930 - Commandant du parc du 2ème groupe d'aviation d'Afrique, le 25 juillet 1932 - Commandant par intérim du 2ème groupe d'aviation d'Afrique, le 16 avril 1933 - En mission à Colomb-Béchar du 23 au 25 mai 1933 - En mission à Colomb-Béchar du 10 au 11 juin 1933 - En mission à Bidou du 10 au 15 novembre 1933 - Affecté à la base aérienne 201, le 1er janvier 1935 - Commandant en second du 3ème bataillon de l'Air et directeur de l'école des officiers de réserves de Versailles, le 26 avril 1935 - Nommé Lieutenant-Colonel, le 15 septembre 1936 - Décédé à Versailles, le 3 septembre 1937 - Sources : FM Deux-Sèvres - JORF - Dernière mise à jour : 20 décembre 2015 - Photo de 1929 envoyée par Didier Lecoq que je remercie pour son aide.

* Citation à l'ordre du 4ème corps d'armée, en date du 25 avril 1915 : "A passé des journées à circuler sous le feu dans les tranchées de 1ère ligne pour reconnaitre le détail des défenses accessoires de l'ennemi, déterminer le tracé de ces ouvrages et installer une ligne téléphonique."

* Citation n° 336 à l'ordre de la 10ème armée, en date du 21 mai 1918 : "Le 18 décembre 1917, est descendu à moins de 100 mètres et à plusieurs kilomètres à l'intérieur des lignes ennemies pour rechercher et photographier des positions importantes. Est rentré avec un avion criblé de balles. En janvier et février 1918, est descendu à plusieurs reprises, à basse altitude, mitrailler des rassemblements et des colonnes ennemies. Officier observateur depuis deux ans dans l'aviation, modèle de conscience, de dévouement et de courage (275 heures de vol sur l'ennemi, déjà cité à l'ordre.)"

* Citation n° 60 à l'ordre de la 46ème division d'infanterie, en date du 18 juin 1918 : "Le 13 juin 1918, chargé d'exécuter une liaison d'infanterie, s'est acquitté de sa mission d'une manière particulièrement courageuse, descendant à très basse altitude malgré le tir violent des mitrailleuses ennemies qui atteignirent l'avion à plusieurs reprises. Contusionné au genou par une balle, a continué sa mission et n'est rentré qu'après avoir épuisé ses munitions en mitraillant les lignes ennemies. Excellent observateur, toujours à la hauteur de sa tâche, rendant les plus grands services comme officier de renseignement."

* Citation n° 356 à l'ordre du 15ème corps d'armée, en date du 10 décembre 1918 : "Officier de renseignement d'une haute valeur morale, demandant toujours à exécuter les missions les plus délicates. Le 15 juillet en Champagne, au cours d'une liaison d'infanterie, livre trois combats en moins d'une heure, et bien que son pilote ait été blessé et son avion touché, ne veut pas revenir au terrain avant d'avoir complétement terminé sa mission. S'est particulièrement distingué comme observateur d'infanterie pendant le recul allemand de Montdidier à St-Quentin ainsi que pendant les dernières opérations. A vu fréquemment son avion endommagé par le tir de l'infanterie et de l'artillerie ennemies, mais a toujours ramené des renseigneemnts complets et exacts."

* Citation n° 70 à l'ordre de l'AD 46, en date du 27 décembre 1918 : "Officier animé d'un magnifique esprit du devoir, de dévouement et d'abnégation. A rempli toutes les missions qui lui ont été confiées avec un incomparable succès. S'est particulièrement distingué comme observateur, le 4 novembre 1918, où au milieu de circonstances difficiles, il a précisé exactement la situation des troupes et a pour signaler à l'artillerie une contre-attaque ennemie qu'il a ensuite mitraillée en descendant à moins de 50 mètres."

* Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 6 juillet 1919 : "Officier d'une conscience admirable, animé du plus bel esprit de sacrifice, d'abnégation et de dévouement. Six citations."

* Citation n° 148 à l'ordre de la 7ème division d'infanterie, en date du 23 septembre 1922 : "Officier observateur du plus haut mérite et d'un entrain au-dessus de tout éloge. Ne cesse d'accomplir les missions les plus délicates. Vient encore de se distinguer les 24 et 27 juillet en effectuant des bombardements dans le Djebel Druz."

* Officier de la Légion d'Honneur du Chef de bataillon Henri Prat au 31ème régiment d'aviation, en date du 26 juin 1930 : "23 ans de services, 8 campagnes, 3 blessures, un citation, 7 ans de bonifications pour services aériens. Chevalier du 6 juillet 1919."

 

Les avions

Ltt André Louis Brault, pilote et commandant de l'escadrille MF 14 du XX mars 1915 au 1er juin 1916, aux commandes d'un MF 11 à moteur Renault de 80 HP - L'observateur, qui reste à identifier, présente un appareil de prise de vue de 0,50 m de focale - Photo transmise par Mme Marie-Yvonne Bigeon-Gatelet, sa petite fille, que je remercie pour son aide - Tous mes remerciements à Henri Bigeon, son époux.

Une partie des personnels de l'escadrille MF 14 sur le terrain d'Epinal (88), le 15 mars 1915 - De gauche à droite : Sgt Piquemale (photographe) - Adj Edmond Richard (pilote) - Sgt Lamer (matériel) - Sgt de Mandrot (Fourrier) - Sgt Georges Salze (pilote) - Asp Chatagnier (TSF) - Sgt Raymond Ridont (pilote) - Sgt Oudit (mécanicien) - Le verso de cette photo comporte une dédicasse du Sgt Georges Salze, datée du 10 juin 1915 - L'avion, à l'arrière plan, est un Maurice Farman MF 11 à moteur 80 HP - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Gérard M. que je remercie pour son aide.

Personnels navigants (à droite), mécaniciens et administratifs de l'escadrille MF 41 en tenue pour une prise d'armes en 1915 - Photo collection Philippe Pastore que je remercie pour son aide. Cliquez pour agrandir

Remise de décorations individuelles à l'escadrille F 14 sur le terrain de d'Epinal, le 28 mars 1915 - Ce jour, le Cne André Voisin, commandant de l'aéronautique de la 7ème armée, a remis, entre autres, la Croix de St-Georges de 1ère classe (décoration russe) au Sgt Georges Salze - Photo collection Gérard M. que je remercie pour son aide.

Collision au sol entre un Nieuport 10 de la N 49, piloté par le caporal Robert de Maroussem et un MF 11 bis de la MF 14, piloté par le MdL André Duchaussoy, sur le terrain de Corcieux, le 4 avril 1916 - Les deux pilotes n'ont pas été blessés - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide - Un grand merci à Vincent Bartier pour avoir corrigé l'erreur de terrain que j'avais faite.

Le 25 avril 1916, le Farman F 37 (XXXVII) n° 1297 piloté par le MdL Lecomte s'écrase au sol après avoir accroché les arbres - Il sortira de l'hôpital, le 15 juin et sera affecté au GDE le lendemain.

Le Farman F 37 (XXXVII) n° 1297 piloté par le MdL Lecomte de l'escadrille F 14 après un accident d'atterrissage, le 25 avril 1916 - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

Gros plan des marquages du Farman F 37 (XXXVII) n° 1297 de l'escadrille F 14 - A l'arrière plan, l'église de Corcieux (88) - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

Farman F 37 (XXXVII) n° 1297 piloté par le XXX Lecomte de l'escadrille F 14 après un accident d'atterrissage, le 25 avril 1916 - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

Autre photo du Farman F 37 (XXXVII) n° 1297 piloté par le MdL Lecomte de l'escadrille F 14 après un accident d'atterrissage, le 25 avril 1916 - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

Remise de la Croix de Guerre aux militaires de l'escadrille MF 14 Duchaussoy, Prat, Bataille, par le Colonel Volsère, sur le terrain de Corcieux à la fin avril 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Terrain de Corcieux (88), le 2 mai 1916 - De gauche à droite, les hangars du détachement N 73, puis ceux des escadrilles MF 14 et MF 59 - Les peintres sont en train de rendre les hangars moins visibles - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Autre vue du terrain de Corcieux, dans les Vosges - Cette photo est la suite de la précédente - A l'extrême gauche, presque hors champ, le hangar du détachement N 73 et droit devant nous les hangars des escadrilles MF 14 et MF 59 - On aperçoit la silhouette de quatre MF 11 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Bureaux communs de l'escadrille MF 14 et du détachement N 73 dans une maison des environs du terrain de Corcieux, en mai 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

La même maison en 2013 - Elle se situe au 38, rue de la gare, à l'intersection de la rue de Marcillat à Corcieux (88) - Photo Goggle Earth.

Le 25 mai 1916, à 5h00 du matin, au retour d'une mission, le F 40 du MdL Stéphane Vernay, qui est accompagné par le Lieutenant observateur Olivier, est déporté par une rafale de vent au niveau du "Grand Remblais". Il fait une embardée et une des ailes se brise. L'avion, complétement déséquilibré, se retourne sur le dos et éjecte le lieutenant Olivier de la carlingue. Malheureusement pour les deux aviateurs, le biplan croisait à une altitude de 500 mètres. N'étant pas équipé d'un parachute, comme d'ailleurs tous les équipages de l'époque, il est tué des conséquences de sa chute au sol. Le F 40, une aile brisée, décroche et s'écrase finalement au fond du petit ravin de Taintrux, près de Corcieux. Stéphane Vernay est tué dans la chute de son avion.

Voir l'étude qui lui est consacrée

Les débris du Farman F 40 de l'équipage Vernay / Olivier au fond du petit ravin où il est écrasé, le 25 mai 1916 - Le corps sans vie du MdL Stéphane Vernay sera retrouvé parmi les restes informes de son avion - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

Une autre vue des débris du Farman F 40 de l'équipage Vernay / Olivier au fond du petit ravin où il est écrasé, le 25 mai 1916 - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

Le moteur du Farman F 40 de l'équipage Vernay / Olivier retrouvé au fond du petit ravin où il est écrasé, le 25 mai 1916 - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Pilotes et observateurs de l'escadrille MF 14 rassemblés sur le terrain de Corcieux lors de la visite du général Claret de la Touche, le 31 mai 1916 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

La garde au fanion de l'escadrille F 14 sur le terrain de Corcieux, le 31 mai 1916 - Ce jour, le général Claret de la Touche est venu décorer le fanion de l'unité de la Croix de Guerre - Pendant la Grande Guerre, cette unité a reçu un total de 3 citations, une à l'ordre du corps d'armée, une à l'ordre de la division et une à l'ordre de la brigade - L'avion, visible à l'arrière plan, est un Farman F 43 n° 1444 - Le fanion porte toujours le marquage "MF 14" qu'elle a utilisé de janvier à novembre 1915 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Gérard M. que je remercie pour son aide.

Autre photo du piquet d'honneur avec derrière, un des appareils de l'escadrille MF 40, le Farman F 43 (XLIII) n° 1444 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Le Cne Brault, commandant la MF 14, présente au général Claret de la Touche, le Farman F 44 n° 3028 qui vient d'être perçu par l'escadrille - Visite réalisée à l'occasion de la remise de la Croix de Guerre à l'unité sur le terrain de Corcieux, le 31 mai 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Les avions

Venu remettre la Croix de Guerre à l'unité, le général Claret de la Touche se fait présenter les moyens aériens de l'escadrille MF 14 stationnée sur le terrain de Corcieux, le 31 mai 1916 - Sur cette photo, le mitrailleur d'un Farman F 43 prend la position pour simuler un tir sur un adversaire qui arrive de l'arrière - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Le Cne Brault, commandant de l'escadrille MF 14, présente au général Claret de la Touche, un des Farman F 43 de son unité - Visite réalisée à l'occasion de la remise de la Croix de Guerre à l'unité sur le terrain de Corcieux, le 31 mai 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Une autre cérémonie de remise de citation à l'escadrille F 14 en 1916 car les avions à l'arrière plan sont un MF 11 bis à moteur 130 HP et un Farman F 40 - Le commandant d'unité et le porte-fanion sont au garde-à-vous face au Cdt André Voisin, chef de l'aéronautique de cette armée - Photo collection Gérard M. que je remercie pour son aide.

Détail de la photo montrant le Cne André Brault, commandant de l'escadrille MF 14 du 18 décembre 1914 au 1er juin 1916 et le porte-fanion de l'unité au garde-à-vous pendant la cérémonie de remise d'une citation à l'escadrille MF 14 - Photo collection Gérard M. que je remercie pour son aide.

Cérémonie de remise de citation à l'escadrille F 14 en 1916 - Le Chef de Bataillon André Voisin, commandant de l'aéronautique de la 7ème armée agrafe une étoile à la Croix de Guerre - L'avion, dont on aperçoit la queue, est un Farman F 40 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo collection Gérard M. que je remercie pour son aide.

Le Nieuport 11 baptisé "A.I.D", piloté par le MdL Gustave Daladier, percute un tracteur d'aviation pendant sa course d'atterrissage et termine sur le nez, sans dommage pour son pilote, le 20 juillet 1916 - Daladier avec plusieurs pilotes de la N 73 a été affecté à la MF 14 pour former le détachement de chasse 516 - Voir le dessin couleur associé dans la rubrique "Couleurs des avions" - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Une partie de bridge sur le terrain entre les nouveaux pilotes affectés à la F 14, tous en provenance de la N 73, le 16 juillet 1916 - De gauche à droite, le MdL Jean Amigues, le MdC Gustave Daladier, Adj Jean Hamel et probablement le caporal Leguern - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Le Cne de Marolles, un observateur de la F 14, s'entraine au tir à la mitrailleuse sur le champ de tir de Bruyères (88, en juillet 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Le Ltt Jean Moreau, pilote de la F 14, détache la roue de secours - L'escadrille F 14, stationnée à Gugnécourt (88), a envoyée une délégation de pilotes aux obsèques de l'Adj Albert Court de la C 34 - Ce pilote s'est tué lors d'un vol de nuit sur Caudron G 4, le 20 juillet 1916 - Son avion s'est écrasé dans les environs de Romagny-sous-Rougement (90) - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

A Thann en fin juillet 1916, de gauche à droite : Slt Jean Moreau (pilote), Ltt Georges Bonnet (obs), Cne Georges Bastien (cdt la F 14) - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Le Sgt Foulques de Lareinty-Tholozan (pilote) et le Ltt Henry Houssey (obs) vont prendre place à bord de ce Farman F 41 de la F 14 sur le terrain de Gugnécourt, au début juillet 1916 - Le pilote a été muté à l'escadrille N 73, le 3 août 1916 - Remarquez l'insigne personnel du pilote, une étoile à 6 branches identique à celle du Cne Honoré de Baillardel de Lareinty-Tholozan, décédé au cours d'un accident aérien, le 5 mai 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Diner chez le sergent Foulques de Lareinty-Tholozan à l'occasion de l'annonce de sa mutation de la F 14 vers la N 73, le 20 juillet 1916 - Il sera réellement affecté, le 3 août 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Avant le départ du Ltt Clément Salze pour la commission technique d'armée, le 2 août 1916 - De gauche à droite : Cne Georges Bastien (pilote et commandant de l'escadrille F 14) - Slt Georges Salze (pilote) - Slt Léon Tasdhomme (pilote) - Ltt Georges Bonnet (obs) - Slt Clément Plane (obs) - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Farman 40 de l'escadrille F 14 sur le terrain de Saint-Léonard (88) pendant l'hiver 1916-1917 - L'avion porte le premier insigne de l'escadrille, une croix de Lorraine aux extrémités trilobées - Photo Collection Jean-Jacques Leclercq que je remercie pour son aide.

Nieuport 12 en école - Cette photo sera remplacée quand je trouverais une photo adaptée à l'escadrille 14 - Photo : famille Talenton que je remercie pour son aide.

Bimoteur Letord en école - Cette photo sera remplacée quand je trouverais une photo adaptée à l'escadrille 14. Photo : famille Talenton que je remercie pour son aide.

Dorand AR 1 du Ltt Georges Bonnet de l'escadrille AR 14 pendant l'hiver 1917-1918 - ce pilote a appartenu à l'escadrille AR 14 / SAL 14 du 17 novembre 1917 au 8 avril 1918 - Photo collection Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget - n° MA 7620.

Dorand AR 1 de l'escadrille AR 14 pendant l'hiver 1917-18. Photo : Ebay USA.

Salmson 2A2 n° xx47 codé "4" de l'escadrille SAL 14 pendant l'été 1918 - Le nom de l'équipage m'est pour l'instant inconnu - Remarquez le rappel de numérotation sur la gouverne et l'insigne peint dans un cercle rouge - Photo collection Bernard Bouzat que je remercie pour son aide.

Autre photo du Salmson 2A2 n° xx47 codé "4" de l'escadrille SAL 14 pendant l'été 1918 - Photo collection Albin Denis.

Autre photo du même équipage posant dans le Salmson 2A2 n° xx47 codé "4" de l'escadrille SAL 14 en 1918 - Voir le détail de l'insigne et le jumelage arrière armé de 2 mitrailleuses Lewis - Photo collection Albin Denis

 

Couleurs des avions

Nieuport 11 n° 17XX baptisé "A.I.D" du MdL Gustave Daladier - Cet avion a été endommagé en percutant un tracteur d'aviation à l'atterrissage et termine sur le nez, sans dommage pour son pilote, le 20 juillet 1916 - Voir la photo présentée sur cette page - Daladier, en compagnie de plusieurs pilotes de la N 73, venait d'être affecté à la MF 14 pour former une nouvelle unité - C'est pour cette raison qu'il volait toujours aux commandes de ce Nieuport 11 alors que l'escadrille MF 14 volait normalement sur Maurice Farman F 11 et F 40 - Cette formation prendra la nom de détachement de chasse 516 en février 1917 - Lors de son affectation à l'escadrille N 93 / SPA 93, Gustave Daladier a remporté 12 victoires homologuées - Dessin d'après photo David Méchin.

Couleurs des avions

Dorand AR 1 codé "9" de l'escadrille AR 14 en 1917 - Dessin David Méchin.

 

 

 

Photos aériennes prises
par les équipages

Photo verticale du village de Vieux Brisach prise par l'équipage de la MF 14 composé du Ltt Moreau (pilote) / Ltt Houssay (obs), le 17 juin 1915 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Ravin de Frabois - Escadrille MF 14 - Photo prise par l'équipage composé par le Ltt Jean Moreau (pilote) et le Ltt Charles Paulon (obs), le 4 mai 1916 - Photo Ebay Allemagne.

Photo aérienne montrant la position de l'ouvrage d'infanterie de Heiteren (I. Stp Heiteren) construit au Sud-Est de Neuf Brisach entre 1909 et 1910 - Photo Google Map.

Photo verticale de l'ouvrage d'infanterie de Heiteren (I. Stp Heiteren) construit au Sud-Est de Neuf Brisach entre 1909 et 1910 - Il faisait partie intégrante de la tête de pont allemande sur la ville - Elle a été prise par l'équipage composé du Ltt Moreau (pilote) et du Ltt Houssay (obs), le 17 juin 1916 - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Détail de la photo verticale de l'ouvrage d'infanterie de Heiteren (I. Stp Heiteren) construit au Sud-Est de Neuf Brisach entre 1909 et 1910 - Il a été renforcé par 10 points d'appui pour mitrailleuses MG 08 en 1911 - L'ouvrage était prévu pour abriter une compagnie d'infanterie - En 1915, sa caserne servit d'hôpital et de dépot de munitions pendant l'entre deux guerres - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Terrain de Girecourt-sur-Durbion (88) - L'escadrille F 14 a été stationné sur ce terrain pendant deux périodes : du 1er juin au 1er juillet 1916 puis du 1er octobre 1916 au 11 avril 1917 - Remarquez sur la partie gauche de l'image, l'alignement des cratêres de bombes consécutifs à un bombardement allemand sur la zone - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Musée de l'Air d'Angers que je remercie pour son aide.

Photo verticale des tranchées en abord du village de Frapelle, à l'Est de St-Dié-des-Vosges (88), le 1er août 1916 - Cette photo a été prise par l'équipage Ltt Moreau (pilote) / Ltt Bonnet (obs) de l'escadrille MF 14 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo verticale des tranchées en abord du village de Frapelle, à l'Est de St-Dié-des-Vosges (88), le 1er août 1916 - Cette photo a été prise par l'équipage Ltt Moreau (pilote) / Ltt Bonnet (obs) de l'escadrille MF 14 - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Jean Amigues transmise par Jean-Pierre Amigues, son petit-fils que je remercie pour son aide.

Implantation des installations du terrain de San-Pietro-in-Gù, dans la province de Padoue, région de la Vénétie (Italie) où stationna l'escadrille AR 14 du 3 décembre 1917 au 13 février 1918 - Le champ d'aviation, implanté sur le terrain de la ferme Pesavento, était occupé en grande partie par des unités aériennes françaises, les escadrilles AR 14 - SOP 36 - SPA 69 - N 82 et une escadrille italienne équipée d'avions Savoia Pomilio - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Plan d'époque archivé aux Archivo Storico Del Ministero Dell'Aeronautica Militaire de Rome (Italie) et transmis par Girolamo Binotto, que je remercie pour son aide.

Photo oblique du Mont Miesa et de l'Est de Borgo Giara (Italie) prise par un équipage de l'escadrille AR 14, le 3 décembre 1917 - Cette photo a été développée par les personnels de la 4ème section photo - Altitude de prise 400 mètres - Focale de prise de vue 0,26 m - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide. Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photos aériennes prises
par les équipages Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo oblique de la ville de Caltrano, au Nord de Vicence (Italie) prise par un Dorand AR 1 de l'escadrille AR 14, le 13 décembre 1917 - Photo Jean-Baptiste Sautour transmise par Thierry Michon, son neveu, que je remercie pour son aide.

Photo oblique des villages de Camisino et de Santa-Dona, au Nord de Vicence (Italie) prise par un équipage de l'AR 14, le 13 décembre 1917 - Altitude de prise de vue 1000 mètres - Focale de l'appareil de prise de vue 0,26 m - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo oblique du village de Calvene, au Nord de Vicence (Italie) prise par un équipage de l'AR 14, le 13 décembre 1917 - Altitude de prise de vue 1000 mètres - Focale de l'appareil de prise de vue 0,26 m - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo oblique du village de Lusiana, au Nord de Vicence (Italie) prise par un équipage de l'AR 14, le 13 décembre 1917 - Altitude de prise de vue 1000 mètres - Focale de l'appareil de prise de vue 0,26 m - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo panoramique du Cima di Fonte (Italie) prise par un équipage de l'escadrille AR 14, le 5 janvier 1918 - Cette photo a été prise par les personnels de la 22ème section photo - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo verticale de Pozzan, au Sud de Vicenze (Italie) - Ce cliché a été pris par un équipage de l'AR 14, le 30 janvier 1918 - Il a été développé par les personnels de la 24ème section photo - Altitude de prise de vue 1200 mètres - Focale de l'appareil de prise de vue 0,50 m - Cliquez sur l'image pour l'agrandir - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo verticale de l'Alla Pergoletta, dans les environs de San Pietro in Gù, où était déployée l'escadrille AR 14 en Italie - Ce cliché a été pris par un équipage de l'AR 14, le 30 janvier 1918 - Il a été développé par les personnels de la 24ème section photo - Points indiqués l'observateur : 1. Local de la section photo - 2. Popote des officiers - 3. Popote des sous-officiers - Altitude de prise de vue 1200 mètres - Focale de l'appareil de prise de vue 0,50 m - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo oblique de la ville de Segusino, en bordure du Piave, au Nord-Ouest de Trévise (Italie), prise par un équipage de l'escadrille AR 14, le 18 mars 1918 - Cette photo a été prise par les personnels de la 58ème section photo - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo oblique de l'Est de Segusino, à l'Est du Mont Tomba (Italie) prise par un équipage de l'escadrille AR 14, le 18 mars 1918 - Cette photo a été prise par les personnels de la 58ème section photo - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo oblique des villages d'Alano-di-Piave et du mont Madal (Italie) prise par un équipage de l'escadrille AR 14, le 18 mars 1918 - Cette photo a été prise par les personnels de la 58ème section photo - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

Photo oblique du confluent des rivières Tegorzo et de l'Ornic (Italie) prise par un équipage de l'escadrille AR 14, le 18 mars 1918 - Cette photo a été prise par les personnels de la 58ème section photo - Photo Georges Kohn, transmise par Jacques Beilin, son arrière petit-neveu, que je remercie pour son aide.

 

Citation à l'ordre de l'armée

Maréchal des Logis Stéphane Vernay, de Roanne, pilote aviateur de l'escadrille F14 : "Pilote d'un avion, chargé d'une mission de surveillance, a pris son vol malgré des remous extrêmement violents qui rendaient l'exécution de la reconnaissance des plus périlleuses. N'est rentré qu'une fois sa mission complétement terminée. A fait au retour une chute mortelle, victime de sa volonté d'accomplir coûte que coûte la mission qui lui était confiée."

La croix de guerre 1914-1915
de Stéphane Vernay

Les deux faces de la Croix de Guerre 1914-1915 du MdL Stéphane Vernay, pilote de l'escadrille MF 14 obtenue à titre postume - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

Licence FAI du
MdL Stéphane Vernay

Licence FAI du MdL Stéphane Vernay délivrée le 4 février 1916 - Né à Roanne (Loire), le 12 octobre 1894 - Appelé au 10ème régiment de Cuirassiers, le 4 octobre 1911 - Brevet de pilote militaire n° 2439 à l'école d'aviation de Chartres, le 19 janvier 1916 - GDE - Brevet FAI n° 2882 en date du 4 février 1916 - Pilote de l'escadrille MF 14 - Tué au cours d'un accident d'avion, en compagnie du Ltt Olivier qui a également perdu la vie, à Corcieux (88), le 25 mai 1916 - Photo M. Bernard Capony que je remercie pour son aide.

 

 

 

Monuments commémoratifs
et tombes

Cne Edouard François Garcin, pilote de l'escadrille AR 14 - Tué au combat dans les environs de Lesseux (88), le 16 octobre 1917. Il faisait équipage, à bord d'un Dorand AR 1, avec le soldat de 2ème classe Robert Millet, photographe. Leurs tombes sont visibles dans le cimetière de Corcieux (88) - Photo Eric Mansuy que je remercie pour son aide.

Soldat de 2ème classe Robert Léon Millet, photographe de l'escadrille AR 14 - Tué au combat dans les environs de Lesseux (88), le 16 octobre 1917. Il faisait équipage, à bord d'un Dorand AR 1, avec le Cne Edouard François Garcin, pilote. Leurs tombes sont visibles dans le cimetière de Corcieux (88). Photo Eric Mansuy que je remercie pour son aide.

Monuments commémoratifs
et tombes

Slt Aurélien Richard pilote de l'escadrille MF 14 - Tué au combat dans la région de Gérardmer, le 30 juin 1915 - Le jour de sa mort, il faisait équipage avec le Ltt Marcel Chardin, observateur qui a été tué dans le même combat. Sa tombe est visible dans le cimetière de Corcieux (88) Photo Eric Mansuy que je remercie pour son aide.

 

 

 

Remerciements :

- M. Jean-Jacques Leclercq pour l'envoi de la photo du Farman F 40.
- M. Eric Mansuy pour ses photos du cimetière de Courcieux.
- M. Bernard Capony pour la communication des archives de Stéphane Vernay.
- M. Gérard M. pour l'envoi des photos de sa collection.
- M. Jean-Pierre Amigues pour la communication des archives de Jean Amigues, son grand-père.
- M. Bernard Bouzat pour l'envoi de la photo du Salmson 2A2 de la SAL 14.
- au Musée de l'Air d'Angers pour la communication des photos de sa collection.
- M. Yves Genty pour l'envoi des photos des insignes de sa collection.
- M. Philippe Pastore pour l'envoi de la photo de la prise d'armes à la MF 14.
- M. Thierry Michon pour la communication des archives de Jean-Baptiste Sautour, son oncle.
- M. Nicolas Vasse pour l'envoi des archives de Jean-Baptiste Sautour.
- M. Jacques Carlier pour l'envoi de la photo de Gabriel Carlier, son oncle.
- Mme Marie-Yvonne Bigeon-Gatelet pour l'autorisation de communication des photos du Ltt André Brault, son grand-père.
- M. Henri Bigeon pour l'envoi des photos d'André Brault.
- M. Jacques Beilin pour l'envoi des archives de Georges Kohn, son arrière grand-oncle.
- M. Girolamo Binotto pour l'envoi du plan du terrain de San-Pitro-in-Gù, archivé aux archives militaires de Rome.
- M. Didier Lecoq pour l'envoi du dossier militaire du Ltt Henri Prat.

Bibliographie :

- Les escadrilles de l'aéronautique militaire française - Symbolique et histoire - 1912-1920 - Ouvrage collectif publié par le SHAA de Vincennes en 2003.
- L'aviation française 1914-1940, ses escadrilles, ses insignes - par le Commandant E Moreau-Bérillon - publié à compte d'auteur en 1970.
- Les insignes de l'aéronautique militaire française jusqu'en 1918 de Philippe Bartlett et de François Blech publié par Indo Editions en 2002.
- The French Air Service War Chronology 1914-1918 par Frank W.Bailey et Christophe Cony publié par les éditions Grub Street en 2001.
- De l'Aéronautique militaire "1912" à l'Armée de l'Air "1976" par Myrone N. Cuich publié à compte d'auteur en 1978.
- Les Armées françaises dans la Grande Guerre publié à partir de 1922 par le Ministère de la Guerre.
- Les "As" français de la Grande Guerre en deux tomes par Daniel Porret publié par le SHAA en 1983.
- Site Internet "Les Insignes de l'Armée de l'Air" de Jean-Jacques Leclercq - Voir le lien
- Site Internet "Traditions des escadrilles de l'Armée de l'Air" de Henri Guyot - Voir le lien
- Site Internet "Mémoires des Hommes" du Ministère de la Défense - Voir le lien

 

Si vous avez des documents écrits ou photographiques pouvant compléter les données de cette page, veuillez contacter l'auteur du site.

Escadrille 13 Escadrille 15

 

 

pas de fiche > 1918

Cliquez pour agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliquez sur l'image pour l'agrandir